Version classiqueVersion mobile

L'inflation en Allemagne 1914-1923

 | 
Carl-Ludwig Holtfrerich

Chapitre premier. Les indicateurs de l’inflation

Texte intégral

I. LES DIFFÉRENTS TYPES D’INFLATION

  • 1 Pour une classification claire, voir Otmar Issing, Einführung in die Geldtheorie, Munich, 19773 [N (...)

1Les différents types d’inflation se distinguent par leurs causes – inflation due à la pression des prix, à la demande, inflation importée1 – ainsi que par les formes qu’ils prennent : 1 inflation ouverte ; 2. inflation comprimée. Dans ces deux derniers cas, il y a insuffisance de biens, autrement dit excès de la demande nominale par rapport à l’offre réelle. Si en théorie une telle insuffisance de biens génératrice d’inflation peut aussi résulter d’une contraction de l’offre réelle alors que la demande nominale reste constante, ce cas de figure ne joue aucun rôle dans la pratique ; en effet, les éventuelles perturbations de la production, par exemple en temps de guerre, font chuter le niveau de l’offre réelle par à-coups mais ne débouchent pas sur un phénomène de contraction cumulative, seul à même de provoquer, du côté de l’offre, des hausses de prix durables. C’est pourquoi toutes les inflations significatives enregistrées au cours de l’histoire ont été déclenchées par une hausse de la demande nominale et une augmentation continue de la masse monétaire disproportionnée par rapport à la croissance de l’offre réelle. Ce phénomène correspond au sens premier du terme « inflation » qui signifie gonflement de la masse monétaire ou encore de la demande sur le marché monétaire.

2Dans le cas d’une inflation ouverte, l’insuffisance de biens est compensée par des augmentations de prix qui absorbent le surplus de demande nominale et peuvent également attirer sur le marché une offre réelle supplémentaire. Encore convient-il de noter que ces effets dépendent entre autres des prévisions des agents économiques en matière d’évolution future des prix ; s’ils s’attendent pour l’avenir à un ralentissement de leur hausse, ou même à un recul de leur niveau, ils réagiront en règle générale comme nous venons de le voir, et l’insuffisance de biens pourra être comblée par un surplus d’offre et des hausses de prix modérées. Si à l’inverse une accélération de la hausse des prix est à craindre, il peut se faire que leur hausse initiale renforce la demande nominale (« fuite vers les valeurs réelles ») et que l’offre réelle devienne insuffisante. Il en résulterait une aggravation de la pénurie de biens, autrement dit une demande excédentaire, et une accélération proportionnelle de la hausse des prix.

  • 2 Artur Woll, Allgemeine Volkswirtschaftslehre, Munich, 19765, p. 369. Certains auteurs rattachent é (...)

3La définition de l’inflation ouverte implique par conséquent qu’elle se traduit dans tous les cas par des augmentations durables du niveau des prix2.

  • 3 C’était tout particulièrement le cas lorsque les autres indices n’étaient pas disponibles, comme p (...)
  • 4 Pour ce qui concerne l’évolution historique de la définition de l’inflation et des méthodes utilis (...)

4Selon l’objet de l’analyse, les hausses du niveau des prix peuvent être établies à l’aide de différents indices, par exemple la valeur corrigée du produit national brut, l’indice des prix de gros, l’indice des prix de détail, l’indice du coût de la vie. De même, l’évolution des taux de change a été utilisée pour mesurer non seulement l’évolution du pouvoir d’achat d’une monnaie dans les échanges internationaux, mais aussi à l’intérieur des frontières nationales3. De nos jours, on considère que la politique économique doit assurer la stabilité durable du coût de la vie dans la mesure où tous les agents économiques sont des consommateurs et, de ce fait, directement concernés par une éventuelle instabilité du coût de la vie. C’est pourquoi les indices du coût de la vie sont en règle générale les instruments les mieux adaptés pour mesurer l’intensité d’une inflation ouverte4. En fonction de l’ampleur prise par les augmentations de prix, on parle alors d’inflation rampante (jusqu’à 10 % sur l’année), « trottante » (de 10 à 50 % sur l’année), galopante (à partir de 50 % sur l’année) ou encore d’hyperinflation (à partir de 50 % sur un mois).

  • 5 H. Giersch, article « Inflation »,..., op. cit., p. 285. Ce comportement a été en partie celui des (...)
  • 6 H. Jörg Thieme, « Inflation in westlichen Marktwirtschaften und östlichen Planwirtschaften », List (...)

5Si l’État intervient directement dans la formation de prix qui répondaient précédemment aux lois du marché, par exemple ceux des denrées alimentaires, pour éviter ou limiter leur hausse en cas de pénurie relative, on parle d’inflation comprimée. Elle se produit également lorsque des offreurs en position de monopole attendent avant de procéder à un relèvement de leurs prix de pouvoir le justifier aux yeux du public par une augmentation des coûts de production ou bien du coût de la vie5. En cas d’inflation comprimée, les prix officiels restent inférieurs aux prix d’équilibre, qui établissent une juste balance entre l’offre et la demande et conduiraient ainsi à assécher le marché. La conséquence est une insuffisance de l’offre de biens qui se traduit auprès des offreurs par des carnets de commandes pleins, des délais de livraison anormaux, des files d’attente et un déstockage. Du côté des demandeurs il en résulte des réserves de caisse excédentaires involontaires (excédent de pouvoir d’achat = encaisses en hausse = réduction de la vitesse de rotation)6. De sorte qu’on peut également qualifier l’inflation comprimée d’inflation d’encaisse. Elle peut même intervenir sans hausse de prix apparente. On peut aisément le montrer à partir de « l’égalité comptable » de Irving Fisher :

(M = masse monétaire ; k = coefficient d’encaisse ; V = vitesse de rotation ; Yr = produit national réel ; P = niveau des prix).

6Soit en termes de taux de croissance :

7Il y a dès lors inflation par les prix lorsque :

8Il y a inflation par l’encaisse lorsque :

9En cas d’inflation mixte :

10L’inflation comprimée débute en général par la fixation de prix maximums qu’il n’est pas encore nécessaire de soutenir par un contrôle quantitatif de la distribution des biens (rationnement, contingentement). Ce n’est que lorsque l’insuffisance de l’offre de biens dépasse une certaine proportion, c’est-à-dire que la demande de biens de remplacement ne peut plus être satisfaite et que l’excédent des moyens de paiement atteint chez les demandeurs des proportions indésirables telles qu’ils veulent le résorber à n’importe quel prix, qu’il devient nécessaire de soumettre la demande à des contrôles (sous forme, par exemple, de bons d’achat ou de cartes de rationnement) ; ceux-ci ont pour but de réguler la distribution des biens en lieu et place du mécanisme de formation des prix. D’un point de vue formel, l’argent reste l’unité de compte, mais il perd dans une large mesure sa fonction de moyen d’échange. Dès lors que le contingentement, d’abord limité à certains marchés partiels, doit être étendu aux marchés encore libres au fur et à mesure que la pénurie de biens s’aggrave, l’économie de marché se transforme en une économie dirigée. Il en résulte des coûts macro-économiques liés aux ajustements qui interviennent en matière de production et d’offre (mauvaise allocation des forces productives, moindre qualité des biens et services induite par la planification, complément de transformation des produits contingentés pour en faire des marchandises pouvant être vendues sur les marchés libres, accaparement), des goulots d’étranglement en matière de production et de distribution (files d’attente) ainsi que de la nécessité de mettre en place et d’entretenir un nombre croissant de fonctionnaires chargés de la surveillance et du contrôle. Les symptômes typiques d’une inflation comprimée parvenue à un stade avancé sont l’apparition de marchés noirs (échange illégal de marchandises rationnées contre de l’argent) et gris (échange illégal de marchandises contre d’autres marchandises).

11Afin de mesurer l’étendue d’une inflation comprimée, on peut recourir aux indicateurs suivants :

  1. Les délais de livraison.
  2. Le rapport entre les prix des biens contingentés et ceux des biens en vente libre.
  3. Le rapport entre les prix du marché noir et les prix officiels des biens contingentés.
  4. L’évolution et le volume des dépôts d’épargne, éventuellement en comparaison à d’autres variables (comme par exemple le chiffre d’affaires du commerce de détail).
  5. La modification de la vitesse de rotation de l’argent considérée comme révélatrice de l’excédent des moyens de paiement, autrement dit d’une encaisse non désirée.

II. ÉVOLUTION DES PRIX ET DU POUVOIR D’ACHAT

A. Taux de change et prix de gros

  • 7 Cf. Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft..., op. cit., p. 28.

12Les indices de la valeur de l’argent établis et utilisés pour mesurer l’étendue de la dépréciation monétaire en Allemagne durant les années 1914-1923 concernaient essentiellement l’évolution du taux de change, autrement dit le pouvoir d’achat à l’international de la monnaie allemande, ainsi que l’évolution des prix de gros et de détail qui servaient à établir son pouvoir d’achat sur le marché intérieur. De ces trois instruments de mesure, ce sont les statistiques portant sur les prix de détail qui étaient le moins développées avant-guerre7. Or l’inflation qui sévit pendant et après la Première Guerre mondiale a constitué un défi pour les services des statistiques dans ce domaine bien précis ; en effet l’extension du système des conventions collectives impliquait que salariés et employeurs disposent, lors des négociations salariales, de données fiables sur l’évolution du pouvoir d’achat, représentatives de la structure des revenus et dépenses des ménages. Aussi est-ce durant les années d’inflation que les statistiques concernant le niveau de vie ont réellement pris leur essor en Allemagne. Compte tenu de son importance, nous traiterons cette évolution à part, dans le sous-chapitre B.

  • 8 Ibid.
  • 9 1926 : 400 produits, puis dans les années suivantes jusqu’à 1 000 produits. Cf. ibid., p. 39.

13L’évolution des prix de gros a été recensée et publiée par l’Office des statistiques du Reich depuis 1879, sur la base de 40 produits8. Cependant, ce n’est qu’à partir de 1921 que les données ont été officiellement pondérées afin d’obtenir des séries d’indices, y compris pour les années précédant cette date. Et ce n’est qu’après 1923, donc après la fin de l’inflation, que le système de pondération et l’éventail des marchandises prises en compte ont été alignés sur les normes les plus modernes9. Dans la mesure où, en particulier durant les années d’après-guerre, le commerce de gros n’a pas été soumis à un contingentement aussi rigoureux que celui que connaissait l’approvisionnement en denrées alimentaires à travers le commerce de détail, l’indice des prix de gros a été plus sensible aux modifications des conditions du marché que les indices du commerce de détail. En outre, les fluctuations de prix sur le marché intérieur des produits de gros étaient plus directement et donc plus fortement soumises aux influences extérieures que la formation des prix sur le marché de détail.

  • 10 William A. Brown, The International GoldStandardReinterpreted, 1914-1934, vol. l, New York, 1940, (...)

14Dès lors que les taux de change sont flexibles et que les services officiels n’interviennent que modérément sur les marchés des devises – ce qui était le cas en Allemagne et dans la plupart des pays étrangers durant les premières années d’après-guerre – l’indice le plus révélateur pour mesurer l’évolution réelle ou supposée du pouvoir d’achat d’une monnaie donnée, tout particulièrement sur les marchés internationaux, est constitué par les fluctuations de valeur des devises étrangères. Pour mesurer l’appréciation ou la dépréciation d’une monnaie nationale sur les marchés des changes, on utilise en général, de nos jours, la moyenne des valeurs des monnaies étrangères en monnaie nationale, pondérée par la répartition géographique des échanges extérieurs. Durant les années d’inflation en Allemagne, de 1914 à 1923, c’est le cours du dollar qui servait à mesurer la dépréciation de la monnaie allemande sur les marchés internationaux, parce que, mise à part la période qui va de l’entrée en guerre des USA en 1917 jusqu’en 1919, le dollar était convertible en or et parce que les États-Unis étaient, au sortir de la guerre, le pays économiquement et financièrement le plus puissant. Après la guerre, les réserves monétaires internationales furent de plus en plus constituées de dollars, et non plus de monnaie britannique comme avant la guerre10. Non seulement le dollar était devenu la monnaie de transaction et de réserve dominante dans le monde, mais encore la valeur et la dépréciation des monnaies non convertibles en or étaient jugées d’après leurs taux de change par rapport au dollar.

  • 11 Robert Liefmann, Die Geldvermehrung im Weltkriege und die Beseitigung ihrer Folgen, Berlin, 1918, (...)

15Le tableau 1 reproduit l’évolution mensuelle de l’indice des prix de gros en Allemagne ainsi que l’indice du cours du dollar à la bourse de Berlin en 1914-1923. On y remarque entre autres que durant la guerre la hausse du cours du dollar est restée inférieure à celle des prix de gros, ce qui traduit en particulier l’influence des mesures de contingentement décidées par le gouvernement allemand en matière de commerce extérieur et par lesquelles il s’efforçait d’empêcher que le pouvoir d’achat international de la monnaie allemande ne dérape de manière trop évidente11.

Tableau 1. Indices d’évolution des prix de gros et du cours du dollar en Allemagne durant les années 1914-1923 (1913 = 1, G = prix de gros, C = cours du dollar)

Tableau 1. Indices d’évolution des prix de gros et du cours du dollar en Allemagne durant les années 1914-1923 (1913 = 1, G = prix de gros, C = cours du dollar)

Source : Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung in Deutschland 1914 bis 1923, Berlin, 1925, p. 6, 16, 17.

  • 12 H. Kleine-Natrop, Devisenpolitik..., op. cit., p. 27.
  • 13 Ibid. Pour ce qui concerne la réglementation du commerce extérieur allemand, voir Günther Haberlan (...)
  • 14 À l’exception de quelques mois au milieu de l’année 1920, lorsque débuta à l’étranger la crise éco (...)

16Pendant la guerre, le problème n’était pas essentiellement de conquérir de nouveaux marchés pour l’économie allemande ni de développer les marchés existants – les besoins de guerre de l’État garantissaient des débouchés suffisants – mais d’assurer les importations nécessaires en limitant au maximum leur coût. Une fois la guerre terminée, les priorités changèrent : la pleine utilisation des capacités de production intérieures supposait une expansion des marchés étrangers tandis que la couverture des besoins à l’importation devenait moins urgente, ou du moins plus facile à assurer, dès lors que les Alliés eurent levé le blocus commercial de l’Allemagne durant l’été 1919, et surtout avec l’apparition de premiers signes de récession liés à la crise économique mondiale qui débute en 1920. Il n’est donc pas étonnant que les mesures de contingentement touchant le commerce extérieur aient été assouplies après la guerre. C’est ainsi que le monopole de la Reichsbank en matière d’opérations de change, qui avait été introduit par décret au début de l’année 1917, a été aboli le 11 septembre 191912. L’explication officielle fut qu’un contrôle des devises était impossible à cause du « trou à l’Ouest » (= la frontière douanière ouverte entre la France et l’Allemagne d’une part, liée à la cession de l'Alsace-Lorraine, et de l’autre celle entre les territoires occidentaux occupés et non occupés). Mais les véritables motifs peuvent être déduits de la remarque suivante de Kleine-Natrop, qui était à n’en pas douter en possession d’informations confidentielles en sa qualité de membre du directoire de la banque centrale : « [après la guerre], la première priorité en matière de change était et est restée d’influencer, autant que l’Allemagne le pouvait, les facteurs et processus déterminants dans un sens le plus favorable possible aux intérêts économiques du pays »13. La libération des taux de change au lendemain de la guerre et le maintien d’une politique inflationniste liée aux déficits budgétaires entraînèrent des hausses du cours du dollar supérieures à l’augmentation des prix de gros – le tout rapporté au niveau de référence de 191314.

17Comme les statistiques concernant les prix de gros prennent largement en compte les produits négociés sur les marchés internationaux, la compétitivité de l’économie allemande sur le plan international dépendait directement de l’évolution de l’indice des prix de gros ainsi que de celle des taux de change. Il convient ici de retenir deux choses :

  • 15 Ben J. Wattenberg, The Statistical History of the United States. From Colonial Times to the Presen (...)

181) Pour ce qui concerne les rapports avec les USA, on ne peut, partant du fait que la hausse du cours du dollar d’une part et celle de l’index des prix de gros en Allemagne de l’autre étaient égales, en déduire que la position concurrentielle de l’Allemagne par rapport à l’économie américaine restait inchangée. Outre qu’elle ne dépend pas exclusivement des prix, mais également des coûts unitaires et, par conséquent, de l’évolution relative de la productivité et du niveau des coûts, tout changement de la compétitivité relative entre l’Allemagne et les USA est également conditionné, au-delà des données précédentes, par l’évolution des prix de gros aux USA. La convertibilité du dollar en or implique seulement que le rapport de valeur entre le dollar et l’or reste constant, non le pouvoir d’achat du dollar exprimé en marchandises. Or l’index des prix de gros avait également connu une hausse aux USA entre 1913 et 1920 – même si elle était moins marquée qu’en Allemagne15 – et s’il était retombé ensuite, il était resté à un niveau supérieur à celui de 1913 ; il en avait résulté, au-delà des effets combinés de la hausse du cours du dollar et de la hausse des prix de gros allemands, une amélioration supplémentaire de la situation concurrentielle de l’Allemagne vis-à-vis des États-Unis.

Graphique 1. Évolution des prix de gros exprimés en dollars américains en Allemagne (GA) et aux États-Unis (GUS) durant les années 1913-1923 (1913 = 1, échelle logarithmique, moyennes annuelles)

Graphique 1. Évolution des prix de gros exprimés en dollars américains en Allemagne (GA) et aux États-Unis (GUS) durant les années 1913-1923 (1913 = 1, échelle logarithmique, moyennes annuelles)

Source : GA tableau 1 ; GUS Ben J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 200.

19L’évolution des prix des produits de gros allemands exprimés en dollars est obtenue en divisant l’indice des prix de gros allemands par l’indice retenu pour exprimer la hausse du dollar (en partant pour les deux d’une valeur 1 pour l’année 1913, comme sur la graphique 1). De la fin de la guerre jusqu’à 1923, le niveau annuel moyen des prix des marchandises allemandes exprimés en devise américaine est resté constamment inférieur à celui de l’année 1913. Une comparaison avec l’évolution des prix de gros américains (en partant également d’un indice 1 pour 1913) fait pleinement ressortir l’ampleur des changements intervenus dans la situation comparative des prix et les effets qui en résultent en termes de concurrence. Le graphique 1 illustre ce point. La différence entre les deux courbes représente l’avantage concurrentiel de l’économie allemande sur l’économie américaine durant les années 1919-1923 par rapport à 1913, au regard des prix.

  • 16 On trouvera des synthèses claires et complètes des cours de toutes les monnaies importantes dans B (...)

202) L’évolution du cours du mark par rapport au dollar n’était évidemment pas révélatrice de l’évolution de la valeur externe de la monnaie allemande face aux nombreuses autres monnaies, en particulier européennes, qui n’étaient plus non plus liées à l’or. Le graphique 2 montre clairement que le cours du mark par rapport au dollar était soumis à de plus fortes fluctuations que les cours d’autres monnaies européennes16 ; cependant ces fluctuations suivirent des tracés presque synchrones jusqu’au milieu de l’année 1921, y compris en ce qui concerne le mark et la livre anglaise. Ce n’est que durant la seconde moitié de cette même année, c’est-à-dire après l’ultimatum de Londres de mai 1921, que la courbe d’évolution du taux de change du mark se distingue nettement de l’évolution de la valeur d’autres monnaies européennes par rapport au dollar ; cela montre qu’auparavant l’évolution de la monnaie – tout comme dans les autres États européens engagés dans la guerre – dépendait pour l’essentiel des efforts faits pour maîtriser les problèmes de reconstruction liés au conflit, alors qu’à partir de mai 1921 la situation monétaire de l’Allemagne est dominée par la question des réparations et se distingue nettement de l’évolution de la valeur des monnaies étrangères.

Graphique 2. Cotations mensuelles moyennes des monnaies européennes en dollars américains durant les années 1919-1922 (échelle logarithmique)

Graphique 2. Cotations mensuelles moyennes des monnaies européennes en dollars américains durant les années 1919-1922 (échelle logarithmique)

Source : Board of Governors of the Federal Reserve System, Banking and Monetary Statistics, Washington D.C. II, 1943, p. 663-681.

  • 17 « Zur Berechnung des gewogenen Aussenwerts der D-Mark », Monatsberichte der Deutschen Bundesbank, (...)

21Comme le cours du mark par rapport aux pays européens, avec lesquels l’Allemagne réalisait la majeure partie de son commerce extérieur, s’est moins déprécié que par rapport au dollar américain, seule la valeur externe du mark pondérée par la part relative de chaque pays dans le commerce extérieur peut rendre correctement compte de la dépréciation de la monnaie allemande vis-à-vis de l’étranger. C’est pourquoi j’ai calculé, pour les années 1920 et 1923, la moyenne arithmétique de la part relative des 14 principaux partenaires commerciaux européens (soit tous les pays représentant au moins 1 %) et des USA dans le commerce extérieur de l’Allemagne (part relative des pays d’origine et des pays destinataires dans le commerce spécial, les importations et les exportations). Le résultat a été de 2,365 % pour la Belgique, 3,730 % pour le Danemark, 2,950 % pour l’Autriche, 10,110 % pour la Grande-Bretagne, 5,250 % pour la France, 9,950 % pour les Pays-Bas, 3,220 % pour l’Italie, 2,120 % pour la Norvège, 3,855 % pour la Pologne, 3,550 % pour la Suède, 4,530 % pour la Suisse, 1,545 % pour l’Espagne, 3,950 % pour la Tchécoslovaquie, 1,000 % pour la Hongrie, 19,130 % pour les USA. La part relative totale des 14 pays européens pris en compte dans le commerce extérieur de l’Allemagne s’élevait donc à 58,1 %, et si on y ajoute les États-Unis à 77,2 %. Conformément au procédé utilisé de nos jours par la Banque fédérale17, la valeur externe pondérée du mark exprimée en moyenne géométrique des indices du taux de change (parité d’avant-guerre = 1) par rapport aux différents partenaires commerciaux a été calculée en appliquant la formule suivante :

22G représente l’index de la valeur externe pondérée, a1 à an les indicateurs de la valeur externe par rapport aux différentes monnaies et g1 à gn les facteurs de pondération calculés d’après les parts relatives dans le commerce extérieur. L’évolution mensuelle de la valeur externe nominale pondérée du mark ainsi calculée pour la période allant de janvier 1920 à décembre 1923 est indiquée sur le tableau 2, dans lequel la première colonne se limite aux 14 partenaires commerciaux européens, tandis que la deuxième inclut les USA.

23Si on compare ce résultat avec les index de l’évolution du cours du dollar (tableau 1), on voit immédiatement à quel point l’évolution de la valeur externe nominale pondérée du mark était restée en retrait par rapport à l’évolution du cours du mark face au seul dollar. En janvier 1920 par exemple, alors que le prix du dollar à la bourse des devises de Berlin avait augmenté de 15,4 fois par rapport à 1913, l’index de la valeur externe nominale pondérée du mark (parité d’avant-guerre = 1) n’était que de 5,69 par rapport aux 14 pays européens et de 7,28 si l’on prend en compte les USA. Les écarts étaient encore plus grands durant la période d’hyperinflation qui débute après l’été 1922 ; ainsi l’index du dollar avait atteint 1 808 en décembre 1922, tandis que celui de la valeur externe nominale pondérée du mark par rapport aux 14 monnaies européennes n’était que de 362,3, et si l’on y ajoute les USA de 539,4.

24Lorsqu’on compare les index de la valeur externe nominale pondérée du mark et les indices des prix de gros (tableau 1), on constate que l’augmentation des prix de gros, qui, par rapport à 1913, restait en règle générale inférieure à la hausse du dollar durant les années d’après-guerre, dépassait de beaucoup la montée des index de la valeur externe pondérée du mark. Ainsi en janvier 1920 les prix de gros allemands avaient atteint le niveau 12,6 alors que la valeur externe pondérée du mark se situait, comme précédemment indiqué, à 5,69 ou 7,28 selon le terme de comparaison retenu. En décembre 1922, l’indice des prix de gros était monté à 1 475, l’index de la valeur externe pondérée du mark n’était qu’à respectivement 362,3 et 539,4.

25Vouloir déduire de ces chiffres que la compétitivité de l’Allemagne par rapport à l’étranger se serait dégradée serait tout aussi erroné que l’idée répandue à l’époque et qui voulait que l’Allemagne soit plus concurrentielle sur les marchés mondiaux parce que le cours du dollar avait augmenté plus fortement que l’indice des prix de gros allemands. On ne peut valablement juger de la modification relative des rapports de compétitivité que si l’on prend également en compte l’évolution des prix à l’étranger. C’est la raison pour laquelle j’ai rassemblé les index (1913 = 1) de l’évolution mensuelle des prix de gros dans les 14 pays européens considérés ainsi qu’aux USA, pour la période allant de janvier 1920 à décembre 1923 ; après quoi j’ai calculé, selon la formule ci-dessus exposée, la moyenne géométrique de l’évolution des prix de gros chez les 14 principaux partenaires commerciaux européens et aux USA, pondérée par leur part relative dans le commerce extérieur. J’ai ensuite mis la double série d’indices ainsi obtenue (GrA) – l’une correspondant à l’évolution des prix de gros dans les seuls 14 États européens, l’autre incluant les USA – en rapport avec l’évolution des prix de gros en Allemagne (GrD) : GrD/GrA. Partant de là, les index de l’évolution de la valeur externe réelle du mark s’obtiennent en divisant sa valeur externe nominale pondérée par le quotient.

26Ce n’est qu’a partir de ces séries qu’on peut étudier la compétitivité de l’économie allemande par rapport à l’étranger durant la période envisagée, de janvier 1920 à décembre 1923, en la comparant à la situation de 1913. Lorsque les indices de ces séries sont supérieurs à 1, la compétitivité de l’économie allemande par rapport à l’étranger s’est améliorée en comparaison de 1913, car dans ce cas le renchérissement des monnaies des principaux partenaires commerciaux par rapport au mark était supérieur à la modification relative du rapport de prix entre marché national et marché étranger. Lorsque les indices de ces séries sont inférieurs à 1, c’est l’inverse qui est vrai.

27Les valeurs reportées sur le tableau 2 montrent que, d’après cet indicateur, la compétitivité de l’économie allemande par rapport à l’étranger était supérieure entre janvier 1920 et décembre 1923 à ce qu’elle avait été avant la guerre. Mais la stabilisation qui intervint en novembre 1923 entraîna la perte de ces avantages. Il est cependant intéressant de relever les fluctuations auxquelles sont soumis les avantages concurrentiels résultant du niveau des prix de l’économie allemande par rapport à l’étranger. Il en ressort que lorsque la dépréciation du mark sur les marchés des devises s’accélérait, la compétitivité de l’économie allemande avait tout d’abord tendance à s’améliorer, comme par exemple durant la période qui a suivi le mois d’août 1921, puis en juin 1922. Inversement, lorsque le mark voyait son cours remonter sur le marché des devises, les avantages concurrentiels de l’économie allemande par rapport à l’étranger se résorbaient, comme durant la période qui a suivi le mois de février 1920. Ces tendances s’expliquent par la relative inertie avec laquelle, sur le marché intérieur, les prix de gros ont réagi aux fluctuations des cours.

  • * Les indices correspondent à l’évolution (nominale ou réelle) des prix en marks par rapport au pane (...)

Tableau 2. Indices d’évolution de la valeur externe réelle et nominale pondérée du mark durant les années 1920-1923 (1913 = 1)*

Tableau 2. Indices d’évolution de la valeur externe réelle et nominale pondérée du mark durant les années 1920-1923 (1913 = 1)*

Source : Les chiffres utilisés pour effectuer ces calculs ont été tirés des ouvrages suivants : Part relative dans le commerce extérieur allemand : Statistisches Jahrbuch für das Deutsche Reich, 42e année (1921-1922), Berlin, 1922, p. 224-225 ; ainsi que ibid., 44e année (1924-1925), Berlin 1925, p. 175-176.
Taux de change : Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 12-15.
Prix de gros : John P. Young, European Currency and Finance, Washington D.C., 1925. International Conference of Economic Services, International Abstracts of Economic Statistics, Londres, 1934. Les quelques chiffres manquants ont été partiellement extrapolés à partir de l’indice des prix de détail.
Pour ce qui concerne la méthode de calcul utilisée, voir « Zur Berechnung des gewogenen Aussenwertes der D-Mark », Monatsberichte der Deutschen Bundesbank, 31e année, no 4, avril 1979, p. 22-25, ainsi que les explications contenues dans le texte.

B. Coût de la vie

1. La problématique des indices

  • 18 Sur cette question voir Paul Flaskämper, article « Indexzahlen », HdSW, vol. 5, Stuttgart, 1956, p (...)

28Il convient de commencer cette partie par quelques remarques concernant la problématique des différents indices utilisés pour mesurer le coût de la vie en période d’inflation18. Le problème de fond soulevé par l’utilisation d’indices (que j’illustrerai dans les lignes qui suivent en faisant référence, pour des raisons évidentes, à l’évolution d’un indice du coût de la vie en période d’inflation et non de déflation) tient au fait que ceux-ci, à la différence des simples index, mesurent un phénomène statistique complexe et doivent réunir en une série d’indices unique un ensemble hétérogène d’évolutions – l’évolution des biens de consommation les plus divers, par exemple, doit être regroupée en une seule série indiciaire concernant le coût de la vie. L’un des problèmes qui en résulte vient de ce qu’avec le temps la qualité des différents types de biens peut changer et que, par conséquent, les variations de prix reflètent en partie des variations de qualité. Un autre problème vient de ce que la structure par groupes de produits de la consommation des ménages se modifie au fil des années ; cela tient pour une part au changement de la demande lié à l’évolution des revenus nominaux, du niveau et de la structure des prix ainsi qu’à l’évolution des préférences individuelles ; pour une autre part aux modifications de l’offre, qui résultent entre autres de l’apparition de nouveaux produits sur le marché.

29Par conséquent, les modifications effectives des dépenses de consommation moyennes sont le résultat de l’évolution tant des prix des produits que de la structure par groupes de produits. Pour pouvoir mesurer statistiquement l’influence de l’évolution des prix indépendamment de toute modification de la structure par groupes de produits, il est logique de partir de l’hypothèse que celle-ci reste inchangée dans le temps. D’où le recours à un panier type invariable, qui répercute les changements de prix des divers produits au sein de l’index global : plus il comporte de produits dont les prix ont, par exemple, fortement augmenté et plus l’indice indiquera une hausse des prix élevée ; et inversement. Si pour faire le constat de l’évolution des prix durant une période donnée, on calcule l’indice correspondant à partir d’un panier type représentatif de la fin de cette période, on obtient un indice selon la méthode de Paasche ; si par contre on choisit un panier représentatif du début de la période, on obtient un indice selon la méthode de Laspeyres. La différence entre ces deux paniers tient pour l’essentiel à l’influence des revenus d’une part, à l’effet de substitution de l’autre.

30Voyons tout d’abord l’influence des revenus. Si le niveau de revenus réels s’est dans l’ensemble élevé durant la période considérée, le panier type de fin de période comportera plus de produits de luxe et de prestations de service que celui de début de période. Et si ces biens ont connu un renchérissement supérieur à celui des biens de consommation courante, l’indice de Paasche signale, pour un niveau de revenu réel croissant, une hausse des prix plus élevée que l’indice de Laspeyres. Par contre, si le niveau des revenus réels a chuté durant la période considérée, la tendance est inverse, c’est-à-dire que la pondération induite par recours au panier type de début de période (Laspeyres) ferait apparaître un indice de hausse des prix plus élevé que la pondération par recours au panier de fin de période (Paasche).

31D’autre part, le panier type de fin de période reflète également, à la différence de celui de début de période, les effets de substitution intervenus en réaction aux modifications de la structure des prix. La tendance est ici que les produits qui se sont le moins renchéris connaissent une demande croissante et sont plus fortement représentés dans le panier de fin de période que dans celui de début de période. Par suite de l’effet de substitution, l’indice de Laspeyres tend donc à faire apparaître un niveau de hausse des prix plus élevé que celui de Paasche.

32Ces considérations ne s’appliquent pas seulement aux calculs d’indices qui reposent sur des paniers types représentatifs des habitudes de consommation de début et de fin de période, mais valent de manière analogue pour les calculs d’indices qui utilisent des paniers types reflétant les habitudes de consommation d’une phase plus ancienne ou plus récente, ou encore d’une séquence caractérisée par un niveau de revenus réels et de consommation plus élevé ou plus faible à l’intérieur même de la période étudiée.

  • 19 Sur ce point, voir chap. 3/II, p. 246 sq.

33Une période comme celle qui va en Allemagne de 1913 à 1923 se caractérise par des modifications fortes et parfois soudaines du niveau des revenus réels19 et est placée sous le signe d’une évolution inflationniste qui se combine à d’autres facteurs touchant aussi bien au commerce extérieur (par exemple des perturbations de celui-ci dues au blocus, des mesures protectionnistes) qu’à la politique intérieure (pénuries relatives dues aux grèves ou à des interventions politiques comme le contingentement de certains produits ou secteurs économiques), les uns et les autres entraînant d’importantes modifications de la structure des prix ; la problématique du calcul de l’indice des prix y devient de ce fait bien plus aiguë que dans le cas des périodes d’évolution régulière. Cela explique les divergences entre les différents indices de prix établis pour les années d’inflation en Allemagne ainsi que la difficulté que l’on rencontre à déterminer précisément le niveau des revenus réel, par exemple d’un salarié allemand, durant la guerre et l’inflation d’après-guerre, par rapport à la période d’avant 1914.

34Si l’on part de l’hypothèse qu’en 1914-1923 le niveau des revenus réel des ménages allemands avait baissé en comparaison de l’avant-guerre et que l’évolution inflationniste ainsi que d’autres facteurs avaient entraîné de fortes modifications de la structure des prix, on peut conclure des considérations théoriques qui précèdent qu’un indice reposant sur un panier type représentatif de l’avant-guerre doit nécessairement faire apparaître une hausse du coût de la vie durant la guerre et les années d’inflation plus élevée qu’un indice reposant sur un panier type constitué à partir des habitudes de consommation des années de guerre et d’après-guerre.

2. Les différents indices du coût de la vie

35Comment les différents indices utilisés durant les années d’inflation pour calculer la hausse du coût de la vie ont-ils été établis ? Et que faut-il en penser au regard des réflexions théoriques sur la manière de mesurer l’évolution des revenus en période de dépréciation monétaire qui viennent d’être exposées ?

36Pour ce qui concerne la guerre et les années d’inflation, différentes méthodes ont été mises en œuvre pour calculer la hausse du coût de la vie ; en fonction des divers paniers types utilisés afin de pondérer les fluctuations des prix, elles peuvent être classées en trois grands groupes :

  1. Les chiffres de hausse des prix et l’indice du coût de la vie de l’Office impérial des statistiques, qui portent sur l’ensemble du territoire national, une première fois en décembre 1919 puis sur la base d’enquêtes régulières à partir de février 1920. Ils reposaient sur un panier type qui ne couvrait qu’une partie des besoins fondamentaux, à savoir l’alimentation, le chauffage et l’éclairage, le logement et le vêtement. Ce choix correspondait aux possibilités de consommation restreintes des années d’après-guerre.
  2. Les indices régionaux, par exemple ceux de R. Kuczynski et Silbergleit pour Berlin et de Sköllin pour Hambourg. Ils prenaient mieux en compte les données physiologiques ainsi que les particularités régionales dans le choix des denrées alimentaires retenues pour le panier type.
  3. L’indice des prix des produits alimentaires de type Calwer/Jastrow, dont le panier reposait sur la ration d’un marin de la marine de guerre avant 1914. Moritz Elsas l’a complété en y incluant l’évolution de prix correspondant à d’autres besoins de la vie courante, par exemple le vêtement, le logement, le chauffage, l’éclairage.

a. Les chiffres de hausse des prix et l’indice du coût de la vie de l’Office impérial des statistiques

  • 20 Statistisches Reichsamt, « Teuerungsstatistik und Reichsindexziffer », Vierteljahreshefte zur Stat (...)

37L’indice le plus complet est celui des statistiques de la hausse des prix ou indice du coût de la vie de l’Office impérial des statistiques, établi pour la première fois en décembre 1919, puis régulièrement à partir de février 1920, sur la base d’enquêtes d’abord mensuelles, ensuite bimensuelles, puis hebdomadaires et même bihebdomadaires à la fin de la période d’inflation, réalisées dans des communes de différentes tailles. L’Office impérial des statistiques a décrit et expliqué sa manière de procéder comme suit : « Les statistiques sur la hausse des prix dans le Reich portent sur 560 communes, dont l’intégralité des 497 ayant une population de plus de 10 000 habitants. Les prix notés dans chaque ville les jours d’enquête sont portés sur les relevés puis transmis aux services centraux des statistiques de chaque Land, après que leur exactitude a été contrôlée par des représentants des employeurs et des salariés. Les Offices des statistiques des Länder vérifient ces informations et procèdent au calcul des chiffres de hausse des prix qui sont ensuite réunis et transmis à l’Office impérial des statistiques. Pour 71 communes, il a été procédé à la mise en place d’un service express qui permet à l’Office impérial des statistiques, sur la base de ces 71 villes, de calculer l’indice du coût de la vie dans le Reich à partir de deux jours de référence par mois (un pour chaque quinzaine) et de le rendre immédiatement public par l’intermédiaire de la presse et du périodique « Wirtschaft und Statistik » (« Économie et Statistiques » – NdT). Le choix des 71 communes a été effectué de telle sorte qu’y soient représentées des grandes, moyennes et petites villes à caractère plus industriel pour les unes, plus rural pour les autres, réparties sur l’ensemble du territoire national. Des contrôles répétés ont montré que les valeurs moyennes calculées à partir de ces villes peuvent être considérées comme représentatives de l’ensemble des communes du Reich de plus de 10 000 habitants »20.

  • 21 Statistisches Reichsamt, « Die Reform der Reichsindexziffer für die Lebenshaltungskosten », Wirtsc (...)

38Les chiffres concernant la hausse des prix dans les différentes communes et la moyenne nationale, à partir de laquelle était calculé l’indice du coût de la vie dans le Reich, étaient censés correspondre aux dépenses d’alimentation, de logement, de chauffage et d’éclairage, auxquelles le vêtement vint s’ajouter à partir d’avril 1922, d’une famille de 5 personnes (2 adultes et 3 enfants de 12 ans, 7 ans et 1 an et 1/2). Le panier type choisi correspondait aux habitudes de consommation de l’après-guerre. Certes, il ne couvrait pas tous les biens correspondant aux besoins fondamentaux. Manquaient par exemple les coûts liés à l’achat d’équipements domestiques, aux dépenses de transport, d’entretien et de soins corporels, d’éducation et de loisirs. Mais il couvrait les plus importants ; d’après les données budgétaires de 1907, les catégories de dépenses prises en compte constituaient 87 % du total des dépenses21. Durant les premières années de l’après-guerre, et avec quelques modifications selon les années enquêtées, le panier type renfermait les denrées alimentaires indiquées sur le tableau 3.

  • 22 Statistisches Reichsamt, « Teuerungsstatistik und Reichsindexziffer... », op. cit., p. 33.

39Le prix du chauffage retenu dans l’indice correspondait, selon les situations locales, au coût de 3 quintaux de charbon, 5 quintaux de lignite, 4 quintaux de briquettes de lignite, 3 quintaux de coke de gaz, 6 quintaux de tourbe plus 6 quintaux de bois de chauffage ou encore 40 cm3 de gaz de ville. Le prix de l’éclairage correspondait au coût de 15 cm3 de gaz d’éclairage ou 5 kWh de courant électrique ; le prix du logement était calculé sur la base du loyer mensuel d’un deux pièces avec cuisine. Les dépenses de vêtement étaient calculées sur la base d’un treizième (dans la mesure où la période d’enquête était de quatre semaines) de la consommation annuelle d’une famille de cinq personnes, soit 1 costume pour homme et 1 costume pour garçonnet, 1 robe pour fillette et 2 jupes pour femme ainsi que 2 corsages, 6 tricots de corps pour homme et 6 pour femme, 6 paires de chaussettes pour homme et 6 paires de bas, une paire de bottes pour homme ainsi qu’une paire de bottes pour femme, 2 paires de bottes pour enfant et six ressemelages, talons compris, de bottes d’homme22.

Tableau 3. Denrées alimentaires entrant dans le panier type de l’Office impérial des statistiques qui sert à calculer le coût de la vie durant les années 1920-1925

Denrées alimentaires

Quantité

Valeur nutritive en calories

Teneur en protéines

Pain de seigle

47 000 g

94 000

1 645 g

Pain blanc

Farine de seigle

4 000 g

12 240

130 g

Farine de froment

Orge mondée

1 833 g

5 499

119g

Semoule de blé

1 833 g

5 499

156 g

Flocons d’avoine

1 833 g

6 599

229 g

Riz entier

1 833 g

5 866

115 g

Pois

1 833 g

5316

284 g

Haricots

1 833 g

5 224

312g

Pommes de terre

70 000 g

45 500

945 g

Légumes

15 000 g

2 750

125 g

Viande de bœuf (à bouillir)

2 500 g

3 000

380 g

Viande de porc (poitrine)

500 g

1 810

75 g

Viande de mouton (flanchet)

Lard de production nationale (gras)

1 500 g

11 700

41 g

Pâté de foie

Beurre (production nationale)

Margarine

250 g

17 100

9g

Saindoux (importé)

2 250 g

20 700

0g

Fromage (maigre)

1 750 g

2 923

613 g

Fromage (allégé)

-

Églefins

1 500 g

225

53 g

Harengs salés

1 000 g

1 085

91g

Fruits secs

3 000 g

5 300

0g

Sucre

3 500 g

13 650

0g

Œufs

par 10

750

65 g

Lait entier

28 litres

15 589

895 g

Café

Succédané de café

Cacao

Sel de cuisine

Total

282 325

6 282 g

Source : « Die Reform der Reichsindexziffer... », op. cit., p. 161.

40Les biens servant à couvrir ces besoins pouvaient être achetés en trois lieux différents :

  1. sur le marché des biens rationnés, pour ce qui concerne par exemple le pain, certains légumes, les matières grasses, la viande, le sucre et le lait. Sur ce marché, dont le nombre de produits diminue régulièrement surtout jusqu’à l’automne 1921, des prix maximums sont fixés par l’État ;
  2. sur le marché des produits libres, qui ne connaît aucune réglementation des prix ;
  3. sur le marché noir des produits rationnés, qui était partiellement légitimé dans la mesure où les services officiels prenaient aussi en compte l’évolution des « prix du commerce parallèle »23.
  • 24 Pour ce qui concerne la méthode de calcul, voir les instructions officielles contenues dans « Die (...)

41Les chiffres du renchérissement des denrées alimentaires, pour les quantités précédemment indiquées, étaient calculés de la manière suivante dans les communes de référence : on notait tout d’abord quelles quantités avaient été officiellement attribuées, durant les quatre semaines de la période d’enquête, à la famille type de cinq personnes et à quel prix elles avaient dû être achetées. Si pour un certain groupe de denrées alimentaires la ration attribuée était inférieure à la quantité prise en compte dans le panier type, on considérait que la différence devait être achetée sur le marché libre ou au marché noir. En ce qui concerne les produits pour lesquels n’existait pas de prix maximum ou qui pouvaient être acquis sur le marché libre à des prix inférieurs aux prix plafonds édictés par l’État, ce sont les prix du marché libre qui étaient retenus. Les quantités de produits restantes, qui ne pouvaient être acquises que sur le marché noir à des prix supérieurs aux prix maximums fixés par l’État, étaient intégrées au calcul sur la base des prix du commerce parallèle, jusqu’à concurrence de la ration prévue dans le panier type24.

  • 25 « Die Teuerungsstatistik im Reich », Vierteljahreshefte zur Statistik des Deutschen Reichs, 29e an (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid.
  • 28 Teuerung in Hamburg..., op. cit., p. 18-19.

42Les chiffres de hausse des prix établis dans les communes « permettent de déterminer dans quelle mesure, dans les différentes parties de l’Allemagne, le coût de la vie est affecté par l’instabilité économique »25. Une partie des différences, parfois considérables, entre ces données de hausse des prix au niveau communal tient à la méthode d’enquête retenue, dans la mesure où les quantités de denrées alimentaires attribuées par les pouvoirs publics variaient d’un endroit à l’autre en fonction de « la politique alimentaire plus ou moins généreuse et clairvoyante des différentes communes »26. L’Office des statistiques du Reich soulignait dans le même temps le fait que le niveau de renchérissement (=prix d’achat courant de l’ensemble des produits composant le panier type) ne pouvait être considéré comme le minimum vital d’une famille type de cinq personnes dans la mesure où certaines dépenses nécessaires pour vivre n’étaient pas incluses dans le panier type. « En tout état de cause, l’intérêt principal des statistiques en matière de hausse des prix est, il convient de le souligner, de renseigner sur la tendance du coût de la vie »27. L’office des statistiques de Hambourg considérait même en 1921 « que les statistiques concernant la hausse des prix sont si imparfaites qu’elles ne permettent pas de comparaisons d’une localité à l’autre. Par contre, et compte tenu des difficultés précédemment évoquées, elles rendent possible une comparaison dans le temps à l’intérieur de la même commune »28.

43Le tableau 4 reproduit les valeurs moyennes de la hausse du coût de la vie dans l’ensemble du Reich pour la période allant de février 1920 à décembre 1923.

44On y voit à quel point le coût du logement a été maintenu à un niveau faible du fait qu’il était encadré, ce qui a d’autant tassé le niveau moyen du coût de la vie. La hausse des prix de l’habillement par rapport à la période d’avant la guerre a été constamment supérieure à celle de l’alimentation et à la hausse du coût de la vie dans son ensemble. De sorte que les frais d’habillement ont poussé l’indice du coût de la vie vers le haut. Encore cette remarque ne vaut-elle pas pour toutes les années. C’est ainsi qu’entre février 1920 et mai 1921 les coûts de l’habillement sont restés pratiquement constants, ce qui correspond à la tendance générale des prix de gros en Allemagne ainsi qu’à l’évolution du taux de change entre le mark et le dollar durant la même période. À l’inverse, les prix de l’alimentation ont nettement augmenté durant les premiers mois de cette période et ceux du chauffage et de l’éclairage durant toute la période – respectivement d’environ 40 % et 150 %. Cela tient au fait que les prix de l’habillement n’étaient soumis à aucun contrôle officiel et que, par conséquent, leurs variations dépendaient uniquement des conditions du marché. La dépression qui frappait alors les pays étrangers et la tendance du cours du mark à rester stable interdisaient des augmentations de prix sur le marché de ces biens industriels – comme sur d’autres – tout en entraînant un allégement des coûts de production, dans la mesure où les prix des matières premières sur les marchés internationaux diminuaient.

Tableau 4. Indices du coût de la vie dans le Reich durant la période février 1920-décembre 1923 (1913-1914 = 1)

Tableau 4. Indices du coût de la vie dans le Reich durant la période février 1920-décembre 1923 (1913-1914 = 1)

Source : Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 33. Des estimations pour les années 1914-1919 peuvent être calculées sur la base des indices de Calwer concernant le coût de l’alimentation, ibid. p. 40. Voir aussi, Gerhard Bry, Wages in Germany 1871-1945, Princeton, 1960, p. 440-443.

  • 29 Gerald D. Feldman, bon and Steel in the German Inflation 1916-1923, Princeton, 1977, p. 160 sq.
  • 30 Teuerung in Hamburg..., op. cit., p. 18.

45Par contre, les prix de l’alimentation ainsi que du chauffage et du vêtement étaient soumis à un contrôle officiel, en particulier de la part des communes, ceux du gaz et de l’électricité étant même directement fixés par les entreprises publiques qui les produisaient. Dans ces secteurs, les prix étaient donc, pour utiliser un terme moderne, « administrés ». Les augmentations de tels prix ne sont que partiellement dues aux lois du marché. Elles résultent avant tout de décisions politiques en matière de répartition entre producteurs, État et consommateurs des coûts induits par la hausse des prix, donc de répartition des revenus réels. C’est pourquoi les hausses de prix qui interviennent entre février 1920 et mai 1921 dans les domaines de l’alimentation ainsi que du chauffage et de l’éclairage sont dues en premier lieu à la suppression progressive de l’économie dirigée ou subventionnée ; réclamée depuis la fin de la guerre avant tout par les milieux de l’industrie, de l’agriculture et des petites et moyennes entreprises indépendantes, cette évolution s’accélère pour l’essentiel durant le dernier trimestre de 1920 au stade de la consommation, après avoir auparavant débuté au stade de la production et du commerce gros29. Ainsi, au début de l’année 1920, tous les produits alimentaires composant le panier type étaient soumis au contingentement officiel, à l’exception des flocons d’avoine, des œufs et des harengs ; au début de l’année 1921, cette mesure ne s’appliquait plus qu’au pain, à la farine, au sucre et au lait entier30. La libération du commerce des pommes de terre, des matières grasses et de la viande en octobre 1920 s’est tout spécialement traduite par une modification du rapport, au sein du panier type, entre les quantités de denrées officiellement attribuées et celles de denrées achetées en sus, comme on peut le voir sur le tableau 5.

46Nous avons déjà indiqué que le panier type servant à calculer l’indice était considéré comme incomplet pour ce qui concerne les besoins fondamentaux (minimum vital) et plus encore les pratiques de consommation courantes d’une famille de cinq personnes représentative de la situation d’avant-guerre. C’est la raison pour laquelle il convient de se demander si un panier type plus complet aurait débouché sur des chiffres de hausse des prix plus élevés ou bien plus faibles.

Tableau 5. Dépenses d’alimentation d’une famille de cinq personnes (mari, femme et trois enfants) pour la période allant de janvier à décembre 1920 à Hambourg

Tableau 5. Dépenses d’alimentation d’une famille de cinq personnes (mari, femme et trois enfants) pour la période allant de janvier à décembre 1920 à Hambourg

Source : Teuerung in Hamburg..., op. cit., p. 27.

  • 31 Franz Eulenburg (« Die sozialen Wirkungen der Währungsverhältnisse », Jahrbücher für Nationalôkono (...)

47En Allemagne, deux composantes importantes des besoins de consommation fondamentaux, le transport ainsi que l’éducation et les loisirs, étaient traditionnellement du ressort de l’État et des communes, et de ce fait largement subventionnées. C’est pourquoi, en particulier durant la période d’inflation de 1919-1923, les prix y étaient fixés non seulement selon les lois du marché, mais aussi en fonction de décisions de l’État qui répondaient à des considérations politiques, tout comme dans le cas des marchés contrôlés du logement, de l’alimentation ainsi que du chauffage et de l’éclairage. L’augmentation des frais de scolarité par exemple, qui représentaient le prix d’une meilleure éducation, est restée, tout comme l’augmentation des loyers, bien inférieure à la dépréciation générale de la monnaie (cf. les tableaux 6 et 4). Il en allait de même des tarifs des chemins de fer (tableau 7). La contre-partie de ce phénomène est que le nombre d’écoliers et d’étudiants a augmenté en 1919-1923 par rapport à ce qu’il était avant-guerre31, tout comme ont augmenté le nombre des usagers des chemins de fer et celui des kilomètres parcourus par usager durant les années d’après-guerre. Les tarifs des transports communaux ont également moins augmenté durant la période d’inflation que les prix des biens et services qui échappaient au contrôle des pouvoirs publics, comme par exemple la rubrique vêtement dans l’indice du coût de la vie établi par l’Office impérial des statistiques, moins même que le coût de la vie tel qu’il ressort de l’indice général (cf. les tableaux 7 et 4).

48À l’inverse, d’autres groupes de produits – comme les articles ménagers, les produits d’entretien et de soins corporels – non retenus pour le calcul de la hausse des prix par l’Office impérial des statistiques mais qui correspondent à des besoins de première nécessité, se sont certainement plus fortement renchéris durant la période d’inflation 1919-1923 que la moyenne du coût de la vie ; il s’agit en effet là pour l’essentiel de produits industriels non soumis à un contrôle public des prix, comme dans le cas du vêtement.

49C’est pourquoi il se peut que les effets contradictoires, ci-dessus évoqués, d’un élargissement du panier type sur l’évolution de l’indice du coût de la vie s’équilibrent, en sorte qu’un indice reposant sur une base plus large ne divergerait guère des séries d’indices de l’Office impérial des statistiques dont nous disposons. On peut donc dire, pour conclure sur ce point, que ni des considérations a priori, ni les données empiriques disponibles ne permettent de préciser avec certitude quelle influence la prise en compte d’un panier type renfermant des biens et services de première nécessité plus nombreux que ceux retenus par l’Office impérial des statistiques aurait sur l’évolution de l’indice du coût de la vie.

Tableau 6. Frais de scolarité dans les établissements de second degré publics en Prusse durant les années 1909-1923

Tableau 6. Frais de scolarité dans les établissements de second degré publics en Prusse durant les années 1909-1923

Source : Zentralblatt für die gesamte Unterrichtsverwaltung in Preuβen, numéros des années concernées, passim.

Tableau 7. Indices du prix d’un voyageur-kilomètre en 3e classe des chemins de fer et d’un billet de tramway à Berlin durant les années 1913-1923 (1913-1914 = 1)

Chemins de fer

Tramway à Berlin

1913-1914

1

1

1er janvier 1918

1

1

1er juillet 1918

1,23

1,5

1er janvier 1919

1,23

1,5

1er juillet 1919

1,60

2,0

1er janvier 1920

2,41

3,0

1er juillet 1920

4,81

7,0

1er janvier 1921

4,81

8,0

1er juillet 1921

6,50

10,0

1er janvier 1922

8,45

15,0

1er juillet 1922

14,79

40,0

1er janvier 1923

200,00

500,0

1er juillet 1923

5 000,00

10 000,0

Source : billet de chemins de fer : Statistiches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 36 ; billet de tramway : Robert R. Kuczynski, Postwar Labor Conditions in Germany, Washington D.C., 1925, p. 52.

  • 32 Sur ce point, voir aussi les arguments développés par Wilhelm Morgenroth, article « Indexziffern » (...)

50Il en irait autrement si l’on intégrait au panier type non seulement la totalité des biens de première nécessité, mais aussi d’autres biens correspondant à des habitudes de consommation plus élaborées, qui pourraient avoir été celles des tranches de revenus inférieures avant 1914, et celles des tranches de revenus moyennes après cette date. Un tel panier type comporterait par exemple une part plus importante d’aliments riches en protéines, voire un nombre de calories plus élevé par suite de l’accroissement des rations servant au calcul ou de la prise en compte d’autres denrées alimentaires. Il conviendrait de même d’y intégrer des produits de luxe comme les boissons alcoolisées et le tabac. Or ces biens complémentaires n’auraient pu être acquis qu’à des prix moyens supérieurs à ceux retenus pour calculer l’indice officiel dans la mesure où c’étaient des « produits libres », c’est-à-dire échappant à tout encadrement officiel, et donc en règle générale plus chers que les produits rationnés. Et lorsqu’ils étaient contingentés et soumis à encadrement, les ménages ne pouvaient en acheter au-delà de leur ration officielle qu’au marché noir, dont les prix se situaient en général bien au-dessus de ceux décrétés par l’État, lesquels se situaient plus près du niveau d’avant-guerre que des prix du marché libre ou du marché noir. C’est pourquoi si on adaptait le panier type à un niveau de consommation sensiblement supérieur au strict minimum vital – ce qui correspondrait plutôt aux habitudes de consommation d’avant la guerre – l’indice du coût de la vie refléterait dans tous les cas une plus forte hausse des prix32. Les calculs de l’office des statistiques de Hambourg, qui a établi la hausse du coût de la vie sur la base de différents paniers types, apportent une confirmation empirique à cette thèse.

b. L’indice de hausse des prix régionaux

  • 33 Ibid. Outre Berlin et Hambourg, les offices des statistiques des villes de Hanovre, Nuremberg, Kie (...)
  • 34 Teuerung in Hamburg..., op. cit., p. 25.

51L’office des statistiques de Hambourg est celui qui a pris en compte « de la manière la plus complète... les difficultés qu’il y a à choisir le ménage type, etc. » dans son approche statistique de la hausse des prix33. Le calcul de cette hausse y a été effectué sur la base de quatre paniers types distincts : 1. Le premier reposait sur les besoins nutritifs purement physiologiques. À partir d’une estimation de la consommation alimentaire normale d’une famille de cinq personnes, a été défini – à la différence de la méthode utilisée par l’Office impérial des statistiques – non pas un panier type reposant sur des produits ou des groupes de produits standards, mais l’apport quotidien en calories physiologiquement nécessaire, classé en protéines, lipides et glucides selon le schéma suivant34 :

Protéines g

Lipides g

Glucides g

Calories

Homme

100

60

500

3 000

Femme

80

48

400

2 400

Enfant de 12 ans

75

45

375

2 250

Enfant de 7 ans

50

30

250

1 500

Enfant de 11/2 an

30

18

150

900

52Sur cette base furent calculés les besoins d’une famille pour une durée de quatre semaines. Ensuite furent déduites de la ration de la famille de référence, en fonction de leur valeur calorique et nutritive, les denrées alimentaires attribuées par les services officiels conformément aux données de l’Office impérial des statistiques. Les quantités manquantes furent ajoutées, en prenant en compte pour chacun des groupes de denrées alimentaires de mêmes caractéristiques nutritives (protéines, lipides, glucides) le prix le moins élevé à valeur calorique équivalente (et non à poids équivalent, comme dans les calculs de l’Office impérial des statistiques). Au regard de l’interchangeabilité des denrées alimentaires, un tel panier type était bien plus adaptable que celui utilisé par l’Office impérial des statistiques. Les besoins alimentaires fondamentaux calculés de la sorte pouvaient être couverts à moindre coût que ceux qui correspondaient au schéma de consommation auquel se référait ce dernier.

532. Le deuxième utilisait la méthode précédemment décrite de l’Office impérial des statistiques.

543. Le troisième prenait en compte les habitudes de consommation particulières de Hambourg, les besoins fondamentaux « restreints » de Hambourg adaptés à la situation d’après-guerre, qui allaient au-delà de ceux retenus par l’Office impérial des statistiques.

554. Le quatrième se basait sur les besoins fondamentaux « non restreints » de Hambourg, qui étaient calculés d’après les livres de comptes des ménages enquêtés en 1907 et reflétaient par conséquent les habitudes de consommation des Hambourgeois avant la guerre.

  • 35 Ibid., p. 34-35.

56Pour la période allant de juillet 1914 à juillet 1920, les chiffres de l’Office impérial des statistiques font apparaître pour Hambourg une hausse du coût de la vie de 1 170 % ; par contre, si l’on se réfère à un panier type correspondant « à la consommation moyenne effective en temps de paix », sur la base des enquêtes effectuées auprès de 179 ménages hambourgeois en 1907, on arrive pour la même période à une hausse du prix des denrées alimentaires de 1 483 %35. En ce qui concerne les indices correspondant aux méthodes 1 et 3, les éléments de comparaison pour la période d’avantguerre ne sont pas disponibles.

  • 36 Robert R. Kuczynski (éd.), Finanzpolitische Korrespondenz, Berlin, 1920 sq. Du même, Postwar Labor (...)

57L’indice du renchérissement du coût de la vie de R. Kuczynski reposait sur un panier type plus large que celui de l’Office impérial des statistiques puisqu’il devait aussi englober toutes les dépenses qui couvraient les besoins fondamentaux résultant des habitudes de consommation restreintes de l’après-guerre36. Ce panier ne correspondait pas seulement aux besoins alimentaires élémentaires – comme dans le cas de l’indice de Hambourg qui, calculé sur la base des besoins physiologiques, se limitait uniquement aux valeurs calorifiques et écartait les valeurs nutritionnelles – mais, à l’image de celui de l’Office impérial des statistiques, il incluait également les besoins de logement, de chauffage et d’éclairage ainsi que d’habillement. Pour tenir compte des autres dépenses, liées par exemple aux articles ménagers, aux transports, à l’entretien, aux dépenses d’éducation et autres ainsi qu’à l’impôt sur le salaire prélevé par retenue à la source à partir de juillet 1920, Kuczynski ajoutait aux rubriques précédentes un forfait de 20 % augmenté du taux d’imposition.

58Un tel forfait ne peut évidemment pas modifier les fluctuations d’une série d’indices, mais seulement le niveau absolu des dépenses d’ensemble correspondant au panier type. Cette méthode est donc adaptée au projet de Kuczynski qui consistait à déterminer l’évolution des dépenses absolues nécessaires pour couvrir un « minimum vital » pendant les années d’inflation, avant de les comparer au montant des revenus nets des ménages durant la même période. De ce fait, les calculs de Kuczynski peuvent apporter un élément de réponse à la question de savoir si, pour chaque période étudiée, les revenus des salariés pouvaient assurer un train de vie supérieur ou inférieur au minimum vital qu’il a défini. Par contre, ils ne permettent pas plus de savoir comment les revenus réels des salariés se situaient après guerre par rapport aux années d’avant-guerre que les chiffres de l’Office impérial des statistiques, qui reposaient sur un panier type semblable à celui utilisé par Kuczynski en matière d’alimentation, de chauffage et éclairage, de logement ainsi que d’habillement, sans toutefois comporter l’ajout forfaitaire.

  • 37 Voir Statistisches Amt der Stadt Berlin, Die Kosten des Ernährungsbedarfs. Monatliche Ermittlungen (...)

59Il convient de noter que les chiffres de Kuczynski sur l’évolution des coûts liés au minimum vital ne concernent que la région de Berlin et trois types de ménages – homme célibataire, couple sans enfant, couple avec deux enfants. Le tableau 8 reproduit les indices pour un ménage avec deux enfants. De même Silbergleit, le directeur de l’office des statistiques de la ville de Berlin, a calculé pour la région berlinoise un indice de hausse des prix, mais qui ne concernait que les coûts liés à l’alimentation37. Il est constitué selon le même schéma que celui des indices de Hambourg qui repose sur les besoins physiologiques.

Tableau 8. Minimum vital hebdomadaire d’une famille de quatre personnes à Berlin durant les années 1920-1923 par comparaison avec 1913-1914 d’après R. R. Kuczynski

Tableau 8. Minimum vital hebdomadaire d’une famille de quatre personnes à Berlin durant les années 1920-1923 par comparaison avec 1913-1914 d’après R. R. Kuczynski

Source : Robert R. Kuczynski, Postwar Labor Conditions..., op. cit., p. 66.

c. L'indice des prix des denrées alimentaires de Calwer

  • 38 Voir le périodique Der Arbeitsmarkt publié par Ignaz Jastrow, 2e année, 1898, cité dans Hildegard (...)
  • 39 Richard Calwer, Monatliche Übersichten über Lebensmittelpreise, lre armée sq., Berlin 1911 sq. Pou (...)
  • 40 H. Heuer, Entwicklung der Metallarbeiterreallöhne..., op. cit., p. 20. Voir aussi R. Meerwarth, « (...)

60L’indice de Calwer, établi d’après une méthode utilisée pour la première fois par Jastrow en 189838, est le seul à avoir été calculé mois après mois pendant la guerre ainsi que toute la période d’après-guerre, jusqu’à la fin de 192239 (cf. tableau 9). Cet indice repose sur un panier type établi d’après la ration alimentaire hebdomadaire d’un marin de la marine militaire avant-guerre, considéré comme représentatif des besoins alimentaires d’un adulte moyen. Cette ration se composait comme suit40 :

Aliments

Quantité consommée

Valeur calorifique

Viande de bœuf

800 g

1 784

Viande de porc

750 g

1 710

Viande de mouton

800 g

1 680

Riz

150 g

495

Haricots

300 g

954

Pois

300 g

813

Farine de froment

500 g

1 675

Pruneaux

200 g

400

Pommes de terre

3 000 g

2 640

Sucre

340 g

1 329

Pain

5 250 g

11 138

Beurre

455 g

3 463

Vinaigre

0,11 l

...

Sel

106 g

...

Café

105 g

...

Thé

21 g

...

Total

28 126 calories par semaine

= 4 018 calories par jour

61Le panier de Calwer se composait de trois rations de ce type, ce qui était pour lui représentatif de la consommation alimentaire hebdomadaire d’un couple (une ration par adulte) avec deux enfants (une demi-ration par enfant). Calwer a calculé les dépenses mensuelles correspondant à un tel panier type dans environ 200 localités allemandes en partant des prix maximums officiels, en vigueur à partir de 1914, et en ne retenant les prix du marché que pour les produits non réglementés. Il n’a donc pas pris en compte les prix au marché noir. Outre les séries correspondant à chacune des 200 localités, Calwer a calculé une valeur nationale moyenne égale à la moyenne arithmétique de ces 200 séries.

Tableau 9. Indice moyen des prix des denrées alimentaires dans 200 villes du Reich durant les années 1913-1922 (1913 = 1) selon Richard Calwer

Tableau 9. Indice moyen des prix des denrées alimentaires dans 200 villes du Reich durant les années 1913-1922 (1913 = 1) selon Richard Calwer

Source : Richard Calwer, Monatliche Übersichten über Lebensmittelpreise, Berlin, 1913 sq. ; cité d’après Gerhard Bry, Wages in Germany 1871-1945, Princeton, 1960, p. 440-445.

62La méthode utilisée par Calwer appelle les remarques suivantes.

631. La composition du panier type est sans doute peu représentative de la famille moyenne, y compris pour la période d’avant-guerre. Le chiffre de plus de 4 000 calories par jour pour un adulte est certainement trop élevé dans la mesure où il correspond plus à la consommation d’un travailleur de force, ce qu’étaient aussi les marins de la marine militaire, qu’à celle d’un citoyen moyen, femmes y compris. La ration calorifique retenue par Calwer dépassait d’un tiers les besoins effectifs d’un homme adulte et des deux tiers ceux d’une femme adulte et se situait donc bien au-dessus des besoins physiologiques dont partaient l’office des statistiques de Hambourg, Kuczynski et Silbergleit pour établir leurs statistiques respectives en matière de hausse du coût de la vie. Cependant, ce premier fait ne devrait pas trop fausser les résultats auxquels Calwer parvient. Plus importante est la seconde réserve.

  • 41 Teuerung in Hamburg..., op. cit., p. 38.

642. Plus encore qu’à cause de la composition du panier type, les chiffres de Calwer sont inadaptés à l’établissement d’un indice du coût de la vie dans la mesure où ils partent des prix maximums fixés par l’administration. Or les denrées alimentaires étaient attribuées à ces prix dans des proportions très inférieures à celles retenues dans le panier type de Calwer. Les rations effectivement attribuées étaient loin de couvrir les besoins alimentaires fondamentaux, surtout durant les années 1916-1920 ; le complément devait donc être assuré soit par des produits de substitution non réglementés et achetés au prix du marché libre, soit par des produits acquis sur le marché noir et au prix de celui-ci. Or tant qu’il pouvait travailler sur la base de prix maximums officiels, Calwer n’a pas tenu compte de ces autres prix plus élevés que ceux fixés par l’administration et qui augmentaient périodiquement plus fortement qu’eux. Dès que certains produits cessaient d’être encadrés, ce qui s’est généralisé à partir de 1920, l’indice de Calwer s’en trouvait affecté. C’est la raison pour laquelle les chiffres de hausse des prix avancés par Calwer pour 1919 et 1920 (mis à part les derniers mois) étaient inférieurs à ceux de l’Office impérial des statistiques (cf. tableaux 9 et 4). Ce n’est que par la suite que son panier type, plus fourni, put se traduire également par des chiffres de hausse du coût de la vie plus élevés, comme l’a précédemment montré la comparaison des indices de Hambourg (cf. p. 41-43). On peut donc souscrire sans réserve à ce jugement de l’Office des statistiques de Hambourg : « Les chiffres de Calwer sont inadaptés pour mesurer l’intensité de la hausse du coût de la vie, particulièrement en période de contingentement, sauf à accorder aux prix du marché noir l’importance qui leur revient. Ces chiffres permettent par contre de constater l’évolution des prix maximums fixés par l’administration. L’indice de Calwer ne peut être valablement utilisé pour l’analyse de la hausse du coût de la vie... qu’après le retour à la liberté du commerce et la disparition de toute intervention exogène dans la formation des prix »41.

  • 42 Moritz Elsas, Der Stand der Kosten der Lebenshaltung. Indexziffern zur Förderung gleitender Entloh (...)

65Elsas42 a travaillé sur une base plus large que Calwer dans la mesure où il a également pris en compte, en plus de l’indice des dépenses d’alimentation, les rubriques habillement, logement, chauffage, éclairage et autres. Mais dans la mesure où l’indice des dépenses d’alimentation de Calwer compte pour 60 % dans cette base de calcul élargie, la démarche d’Elsas appelle les mêmes réserves que celle de Calwer.

III. ÉVOLUTION DE LA MASSE MONÉTAIRE ET DES LIQUIDITÉS

A. Remarques théoriques préalables

  • 43 Dieter Duwendag et al., Geldtheorie und Geldpolitik, Köln, 1974, p. 34. Otmar Issing, Einführung i (...)

66L’évolution de la masse monétaire durant les années d’inflation sera étudiée, autant que faire se peut, à partir des définitions les plus récentes de cette notion. D’une façon générale, on peut dire que la masse monétaire se compose exclusivement des créances des agents économiques non bancaires sur les établissements bancaires jouant le rôle de moyen de paiement43. La définition de la masse monétaire M1, la plus restrictive, englobe les espèces (pièces, billets et assimilés) détenues pas les agents économiques privés non bancaires ainsi que leurs dépôts à vue auprès des établissements bancaires. Les encaisses des agents publics n’en font pas partie. La définition de la masse monétaire M2, plus extensive, englobe en outre les dépôts à terme (jusqu’à 4 ans) des agents économiques non bancaires auprès des établissements bancaires, dans la mesure où ils peuvent être assez facilement mobilisés et, de ce fait, sont susceptibles d’être utilisés à tout moment comme moyen d’échange. La masse M, enfin comprend en plus les dépôts d’épargne des agents économiques privés non bancaires, dans la mesure où ils peuvent également être considérés comme mobilisables à tout moment et sont donc de fait utilisables comme moyen de paiement. Les dépôts étrangers auprès de banques nationales ne sont pas pris en compte pour le calcul de la masse monétaire.

  • 44 Duwendag et al., Geldtheorie..., op. cit., p. 47.
  • 45 Ibid., p. 110.

67La base monétaire (high-powered money, primary money) quant à elle est définie comme « la quantité de monnaie centrale présente dans le secteur privé d’une économie nationale »44. En font donc partie la circulation fiduciaire ainsi que les dépôts des instituts de crédits et des agents économiques privés non bancaires auprès de la banque centrale. Cet agrégat se distingue des différentes définitions de la masse monétaire dans la mesure où il est le seul sur lequel la banque centrale a directement prise. L’évolution de la masse monétaire est essentiellement perçue en fonction de l’évolution de la base monétaire. Encore convient-il de noter que, outre cette dernière, d’autres facteurs peuvent influer sur l’évolution de la masse monétaire, comme par exemple les décisions des instituts de crédit quant à l’utilisation de leurs réserves – selon qu’ils choisissent d’accroître le volume des crédits accordés ou bien de constituer des réserves excédentaires – ou encore la manière dont le public décide de répartir son patrimoine financier sur différents types de placements, comme les espèces, les dépôts à vue, à terme et d’épargne45.

  • 46 Claus Kôhler, Geldwirtschaft, vol. 1 : Geldversorgung und Kreditpolitik, Berlin, 19772, p. 81.
  • 47 Ibid., p. 95.

68Outre les notions de masse monétaire et de base monétaire, celle de liquidité joue également un rôle important dans les différentes théories de la monnaie ainsi que dans la politique monétaire. « Les disponibilités des banques constituent le principal paramètre de l’analyse monétaire. Elles influent sur le niveau de l’octroi de crédit et par là même sur la croissance des dépôts. Elles conditionnent le climat qui règne sur les marchés monétaires et financiers et donc le loyer de l’argent »46. Comme la politique d’octroi de crédit des instituts de crédit, donc leur contribution à la création de monnaie, dépend pleinement de la monnaie centrale, à laquelle ils sont légalement et contractuellement tenus de participer par des versements, ils détiennent de la monnaie centrale effective et potentielle sous forme de réserves ou solde de liquidité, lequel est également appelé taux de liquidité lorsqu’il est exprimé en pourcentage des engagements. La monnaie centrale effective est composée des espèces et des dépôts à vue auprès de la banque centrale qui ne sont pas porteurs d’intérêts. La monnaie centrale potentielle se compose des effets de commerce nationaux, des traites commerciales réescomptables et des titres pouvant être nantis. Dans un système de taux de change fixes viennent s’y ajouter les investissements étrangers sur le marché monétaire47. Les instituts de crédit préfèrent détenir des liquidités sous forme de monnaie centrale potentielle dans la mesure où celle-ci est porteuse d’intérêts. Le solde de liquidité et sa structure, autrement dit la balance des liquidités, peuvent être représentés de manière simplifiée par le schéma suivant :

  • 48 Ibid., p. 96.

« Le solde de liquidité L, correspondant à la différence entre les dépôts des acteurs économiques non bancaires et les crédits qui leur sont accordés par les instituts de crédit, reflète la quantité de monnaie centrale détenue par les banques. La balance des liquidités LA montre sous quelle forme cette monnaie centrale est placée. Quatre formes différentes peuvent être distinguées : α) réserves en monnaie centrale, β) effets de commerce nationaux, γ) effets de commerce étrangers ou investissements étrangers sur le marché monétaire en cas de système de taux de change fixes, δ) titres utilisables à des fins de refinancement. »48

  • 49 Ibid., p. 99.

69Toutes conditions étant par ailleurs égales, plus le solde de liquidité ou – par rapport au volume des dépôts – plus le taux de liquidité des instituts de crédit est élevé, plus les banques commerciales ont la possibilité d’octroyer des crédits, donc de créer de la monnaie ; et moins la banque centrale est en mesure, par une politique monétaire restrictive (= diminution de la base monétaire), de contraindre les instituts de crédit à mener une politique de crédit elle-même restrictive et, par là même, de réduire la masse monétaire ou du moins de restreindre son expansion. Les instituts de crédit peuvent en effet contrecarrer les efforts de la banque centrale par une diminution de leur taux de liquidité, sans que la situation de cette dernière atteigne un niveau inquiétant. Si les instituts de crédit viennent à perdre de l’argent central par suite des dispositions de leurs clients (retraits de dépôts ou virements depuis les comptes qu’ils détiennent auprès des instituts de crédit vers des comptes de la banque centrale), le solde de leurs liquidités diminue et leur taux de liquidité se dégrade. Cela se traduit par une réduction de la quantité de monnaie centrale détenue par les instituts de crédit, par la vente d’une partie de leurs effets de commerce à la banque centrale ou encore par un refinancement plus important sous forme d’escompte de traites ou de prêts sur nantissement auprès de la banque centrale. Ce n’est qu’en cas de taux de change fixes que les instituts de crédit ont en outre la possibilité de restreindre leurs placements à l’étranger, autrement dit de vendre des devises à la banque centrale49.

  • 50 Charles P. Kindleberger, Maniacs, Panics, and Crashes. A History of Financial Crises, New York, 19 (...)

70De la sorte, le taux de liquidité des instituts de crédit peut atteindre un niveau tellement bas qu’il engendre un risque de krach bancaire, avec tous les dangers de dépression économique qui en découlent et que l’histoire des crises financières nous a enseignés50.

71Dans certaines situations extrêmes, un tel manque de liquidités des instituts de crédit peut intervenir alors que la masse monétaire augmente, par exemple lorsque, en dépit d’un accroissement de la demande de crédit auprès des instituts de crédit, les moyens disponibles, c’est-à-dire les dépôts bancaires, n’augmentent pas dans la même proportion du fait d’une hausse des prix ou des coûts (par exemple pression salariale, augmentation du prix des matières premières sur le marché mondial) due à des causes exogènes ; il en résulte qu’une partie plus importante de la masse monétaire se trouve alors détenue sous forme d’espèces et non de dépôts bancaires, ou bien que les étrangers cessent de déposer des fonds auprès des banques nationales.

72En conclusion, on peut dire que l’évolution du taux de liquidité des instituts de crédit est un indicateur important pour juger le potentiel d’octroi de crédit et de création monétaire de l’ensemble des banques commerciales ; ce potentiel peut rendre assez longtemps inopérants les efforts déployés par la banque centrale pour mener une politique monétaire restrictive (diminution de la base monétaire) lorsque les réserves de liquidités atteignent un niveau élevé. Dans ce cas, l’évolution de la masse monétaire procède moins de l’offre que de la demande monétaire. D’un autre côté, l’évolution du taux de liquidité des instituts de crédit qui, comme nous l’avons montré, dépend non seulement de la politique de la banque centrale, mais aussi de la situation du marché, peut éventuellement traduire un dérapage de l’état des liquidités vers une zone dangereuse, rendant nécessaire une intervention de la banque centrale en sa qualité de « lender of last resort » pour garantir la solvabilité du système bancaire. Dans une économie caractérisée par une politique financière inflationniste et où la banque d’émission dépend du gouvernement, la banque centrale se trouve certes largement privée des moyens d’éviter une évolution inflationniste de la base monétaire ; mais il lui reste la possibilité, et la responsabilité, d’éviter d’éventuelles crises de liquidité, et par conséquent du crédit, afin de prévenir des faillites de banques et d’entreprises, autrement dit des perturbations de l’activité du secteur économique privé de type dépressif. Si l’inflation est provoquée par la gestion financière du secteur public, ces perturbations, loin d’être freinées, seront en effet accélérées par la perte de confiance dans le système monétaire qui en résultera (« rush » sur les banques et désaffection à l’égard de la monnaie au profit des valeurs réelles), ainsi que par la diminution de l’offre de biens consécutive à la désorganisation de la production.

B. RÉSULTATS DE L’ÉTUDE EMPIRIQUE

1. Masse monétaire

  • 51 Karl Nordhoff, « Die MaBnahmen der Reichsbank zur Verbesserung der Publizität, Liquiditât und Soli (...)
  • 52 K. Nordhoff « MaBnahmen der Reichsbank... », op. cit., p. 247.
  • 53 Kurt Wagner, Stationen deutscher Bankgeschichte. 75 Jahre Bankenverband, Cologne, 1976, p. 17.
  • 54 Die Reichsbank 1910-1925, lre partie, Berlin, non daté, p. 33.

73Le tableau 10 regroupe les données concernant diverses composantes de la masse monétaire entre 1913 et 1923. Le tableau 11 présente en outre des informations mensuelles pour certaines de ces composantes. S’y ajoutent des informations de périodicité plus grande concernant l’évolution des dépôts auprès des caisses d’épargne et des banques de crédit par actions. Depuis 1909 (s’agissant des grandes banques berlinoises, qui le font spontanément) et 1910 (s’agissant de la quasi totalité des banques de crédit par actions, qui le font parce que le gouvernement pose comme condition à l’introduction en bourse de leurs actions une meilleure information du public), ces dernières ont accepté de transmettre leurs bilans bimestriels, établis selon un schéma de présentation commun, à la Reichsbank51. Furent ainsi publiés au journal officiel (Reichsanzeiger)52 à partir de 1912 les bilans bimestriels de 86 banques de crédit par actions, puis à partir de 1914 de 100 de ces établissements, représentant environ 80 % du bilan cumulé de toutes les banques53 ; la dernière publication, en date du 30 juillet 1914, concernait les bilans arrêtés au 30 juin de la même année. Après le début de la guerre, les bilans bimestriels n’ont plus servi qu’à renseigner la Reichsbank qui, vu la pénurie de personnel, s’est trouvée contrainte de faire aux banques des concessions sans cesse plus nombreuses en matière d’information. Les dernières données ont été transmises à la Reichsbank en 192054. Elles regroupent les renseignements que celle-ci a fait parvenir au gouvernement dans le cadre de la préparation de la conférence de Spa, par une note du 28 juin 1920 (tableau 11) qu’il m’a été donné de retrouver. Malheureusement cette note ne comporte pour chaque année que 4 des 5 bilans intermédiaires, à savoir ceux des mois de février, avril, août et octobre. Manquent par conséquent les renseignements concernant la fin du mois de juin, tandis que ceux du mois de décembre sont repris des bilans de clôture mentionnés dans le tableau 10. Ces informations concernant les bilans bimestriels d’octobre 1914 à avril 1920 n’avaient, à ce jour, encore jamais été publiées.

74Comme il ressort des tableaux 10 et 11, la ventilation des dépôts bancaires durant les années 1914-1923, c’est-à-dire la période d’inflation, n’est pas suffisamment fine pour permettre une distinction pertinente entre M1, M2 et M3. Une des difficultés principales à laquelle se heurte le calcul de la masse monétaire tient à l’impossibilité de distinguer parmi la masse globale des espèces émises par la Reichsbank celles qui étaient détenues par les banques commerciales et les agents publics d’une part, les agents économiques privés non bancaires de l’autre. Or seules ces dernières font partie de la masse monétaire. Une autre difficulté tient au fait que sont portés au nombre des dépôts détenus par les banques commerciales les obligations et les avoirs interbancaires, alors qu’il faudrait les comptabiliser à part. De même, les dépôts auprès de la Reichsbank devraient être plus précisément détaillés que ce n’est le cas dans le tableau 10. Un autre problème vient de ce que, outre la Reichsbank, quatre banques d’émission régionales privées remplissaient la fonction de banque centrale. On rencontre dans leur cas les mêmes difficultés que pour la Reichsbank à distinguer poste par poste, dans l’état détaillé de l’émission fiduciaire et des dépôts, ce qui était détenu par les agents publics, les banques commerciales et d’autres banques d’émission ainsi que par les agents économiques privés non bancaires. Mais en définitive, elles ont joué un rôle pratiquement nul vu le faible maximum toléré à l’émission de billets de banque qui leur a été accordé durant les années d’inflation.

Tableau 10. Chiffres annuels concernant l’évolution de la base monétaire et de la masse monétaire durant les années 1910-1923, en millions de marks

Tableau 10. Chiffres annuels concernant l’évolution de la base monétaire et de la masse monétaire durant les années 1910-1923, en millions de marks

Source : Deutsche Bundesbank (dir.), Deutsches Geld-und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Francfort-sur-le-Main, 1976, p. 14, 16, 37 sq.
* Pour les années 1914-1917 ainsi que 1920, les dépôts auprès de la Reichsbank ont été répartis sur les colonnes 8 et 9 dans une proportion de 1 : 3,5, correspondant à la moyenne, pratiquement constante, des années précédentes et suivantes.
1 à partir de 1921: P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 216.
2 à partir de 1921 : calculé à partir des données statistiques des caisses d’épargne de Prusse, dans Zeitschrift des Preuβischen Statistischen Landesamts, années concernées.
3 à partir de 1921 : Statistisches Jahrbuch für das Deutsche Reich. 44e année, 1924-1925, p. 314.

Tableau 11 Chiffres mensuels concernant la circulation monétaire durant les années 1913-1923, en millions de marks

Tableau 11 Chiffres mensuels concernant la circulation monétaire durant les années 1913-1923, en millions de marks

Source : colonnes 1-4 : Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung in Deutschland 1914-1923, Berlin, 1925, p. 45-52.
Colonne 4 de septembre à décembre 1923 : J.P. Young, European Currency..., op. cit., vol. 1, p. 528 sq.
colonnes 5-6: Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes Bonn, Abt. W. Rep., Akten betreffend Verhandlungen zur Ausführung des Friedensvertrages in Spa 9125/242 450 – 242 595 (Kent-Catalogue). Sur microfilm : National Archives Washington D. C., T. 120 Reel No 3462. Ainsi que tableau 10. Les chiffres mensuels avant juin 1914 : Statistisches Reichsamt, Die dentschen Banken 1924-1926, Berlin, 1927, p. 107.
colonne 7 : F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 426 sq.

75Prenons l’exemple de la masse monétaire M2 ; compte tenu de la situation concrète des années 1914-1923 en Allemagne, elle se composerait des éléments suivants :

  1. La circulation fiduciaire, c’est-à-dire les pièces et les billets en circulation venant tant de la Reichsbank que des banques d’émission privées, déduction faite de l’encaisse en espèces des banques commerciales et des agents publics ainsi que des billets d’autres banques comptabilisés dans les actifs des banques d’émission.
  2. Les bons de caisse du Reich et les bons des caisses de crédit en circulation, déduction faite de ceux qui se trouvent dans le portefeuille des banques d’émission et des instituts de crédit. Ces bons ne portant pas d’intérêt et devant être acceptés comme moyen de paiement par toutes les caisses publiques, ils étaient assimilables à de la monnaie. Comme ils ne portaient pas d’intérêt, les instituts de crédit ont dû en détenir tout au plus dans la même proportion par rapport à la circulation monétaire globale hors banques d’émission que de billets de banque par rapport à la circulation monétaire globale. La Reichsbank (les banques d’émission) quant à elle en détenait parce qu’ils servaient officiellement à la couverture pour un tiers de la circulation fiduciaire, au même titre que l’or et les devises55.
  3. Les dépôts auprès de la Reichsbank et des autres banques d’émission, déduction faite des dépôts d’autres banques d’émission et instituts de crédit ainsi que des avoirs des agents publics.
  4. Les dépôts auprès des instituts de crédit hors dépôts d’épargne, déduction faite des obligations de clients bancaires (= dépôts d’autres instituts de crédit).

76De ces différentes rubriques, il faut soustraire les espèces et dépôts appartenant à des clients étrangers, car ils ne font pas partie de la masse monétaire. Le tableau 62 regroupe les informations correspondantes.

  • 56 Ces chiffres ont été calculés d’après Die Reichsbank 1901-1925..., op. cit., 2e partie, p. 12.
  • 57 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung im Deutschland 1914 bis 1923, Berlin, 1925 p. 4 (...)

77Les indications qui suivent doivent permettre de préciser l’analyse des rubriques ci-dessus telles qu’elles apparaissent dans les tableaux 10 et 11. Les billets d’autres banques présents dans le portefeuille de la Reichsbank constituaient encore en 1913 0,5 %, en 1914 par contre seulement 0,1 % des billets émis par la Reichsbank en circulation, chiffre appelé à diminuer encore les années suivantes56. C’est pourquoi le résultat du calcul de la masse monétaire ne devrait guère être modifié par leur non prise en compte. Inversement, la part des billets de la Reichsbank dans le portefeuille des banques d’émission privées doit avoir été notablement plus élevée. Les banques d’émission privées ayant contribué pour un peu moins de 4 % à la circulation globale de billets de banque en 1914, mais pour seulement 0,7 % en 1919 et moins de 0,2 % en 192257, une erreur dans l’estimation de la valeur des billets de la Reichsbank détenus par les banques d’émission privées ne devrait pas porter à conséquence. On peut donc partir de l’hypothèse qu’elles détenaient dans leur actif des avoirs liquides dans une même proportion par rapport au volume de billets qu’elles mettaient en circulation que les banques commerciales par rapport à leurs dépôts.

  • 58 P. Barret Whale, Joint Stock Banking in Germany. A Study of German Creditbanks Before and After th (...)

78Pour ce qui concerne les huit grandes banques berlinoises, dont le nombre passe à sept après la fusion de la Darmstàdter et de la Nationalbank en 1921, le rapport entre encaisses et dépôts peut être calculé à partir des bilans annuels58. Il en résulte les valeurs moyennes suivantes du taux de couverture de ces banques en fin d’exercice :

1912 : 7,6 %

1913 :7,4 %

1914 : 10,8 %

1915 : 10,7 %

1916 :9,2 %

1917 :8,3 %

1918 : 7,2 %

1919 : 6,5 %

1920 : 6,9 %

1921 : 5,3 %

1922 : 6,3 %

  • 59 Statistisches Reichsamt, Die deutschen Banken 1924-1926, Berlin, 1927, p. 11-12.
  • 60 Ibid., p. 15.
  • 61 Ibid., p. 13.

79Encore convient-il de noter que, pour chaque année donnée, le taux de couverture en fin d’exercice est plus élevé, pour des raisons de présentation du bilan, que la moyenne de ceux qui apparaissent dans les cinq bilans bimestriels rendus publics, par exemple 7,6 % contre 4,7 % en 1912, ou bien 7,4 % contre 4,7 % en 191359. En outre, durant les années qui précèdent la guerre, le taux de couverture des grandes banques berlinoises était supérieur à la moyenne de celui des banques sous forme de société par actions prises en compte dans les statistiques ; les chiffres pour les 5 premiers jours de référence des bilans bimestriels sont les suivants : 4,7 % contre 4,2 % en 1912, 4,7 % contre 4,2 % en 1913. Cela tient vraisemblablement à ce que les grandes banques berlinoises servaient de réserve aux banques de province60. Le fait que les avoirs des autres banques auprès des grandes banques berlinoises étaient plus importants que leurs avoirs auprès des banques de province tend à le confirmer61.

Tableau 12. Dépôts auprès de la Reichsbank en fonction des catégories de déposants en 1900, 1910, 1914, 1925

Tableau 12. Dépôts auprès de la Reichsbank en fonction des catégories de déposants en 1900, 1910, 1914, 1925

Source : Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld-und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Francfort-sur-le-Main, 1976, p. 42.

80Le tableau 12 indique comment les dépôts auprès de la Reichsbank se répartissaient selon les différents groupes d’investisseurs, tant avant le début de la guerre qu’après la fin de l’inflation. On peut en particulier en tirer des informations sur la part relative des instituts de crédit dans le montant global des dépôts détenus par la Reichsbank. Elle oscillait avant-guerre entre 25 % et près de 40 % pour tomber à 15 % une fois la monnaie stabilisée ; cette diminution, qui peut s’expliquer entre autres par le fait que l’inflation à conduit à un affaiblissement du pouvoir financier des banques privées, trouve sa contrepartie dans la part proportionnellement plus élevée des budgets publics.

81Durant les années d’inflation, la part relative des dépôts d’épargne dans l’ensemble des dépôts des instituts de crédit a fortement diminué, y compris s’agissant des caisses d’épargne qui ne collectaient à l’origine que des dépôts d’épargne. Sur la suggestion de la commission d’enquête sur le système bancaire, elles se virent autorisées en 1908 à étendre leur activité aux dépôts à court terme. Le tableau 13 rend compte de la manière dont évolue la part relative des dépôts en compte courant dans l’ensemble des dépôts détenus par les caisses d’épargne de Prusse, que l’on peut considérer comme globalement représentatives puisqu’elles rassemblaient environ les deux tiers de la totalité des dépôts détenus par les caisses d’épargne allemandes.

82Les grandes banques berlinoises présentent la même tendance à un accroissement de leurs dépôts à court terme par rapport à l’ensemble des dépôts durant les années d’inflation (tableau 14).

83Alors que jusqu’en 1918 la structure de la durée des dépôts était restée relativement stable, elle a changé brutalement en 1919. La part des dépôts en compte courant a augmenté soudainement en 1922, tant en ce qui concerne les banques que les caisses d’épargne, ce qui s’explique par le début de l’hyperinflation et la reprise par les grandes banques berlinoises de banques de province jusqu’alors indépendantes. Pour les années d’inflation, on ne peut préciser avec certitude la part des dépôts interbancaires dans le volume global des dépôts. Le tableau 15 regroupe les chiffres des années 1913 ainsi que 1924 et 1925.

84Il en ressort que le pourcentage est sensiblement plus élevé après la période d’inflation qu’en 1913. De même le tableau 16, qui indique la part des banques et correspondants dans les actifs des grandes banques berlinoises, montre que la part des dépôts interbancaires a dû fortement augmenter durant les années d’inflation.

Tableau 13. Part relative des dépôts en compte courant dans l’ensemble des dépôts des caisses d’épargne de Prusse durant les années 1909-1925

Fin d’année

%

Fin d’année

%

1909

0,11

1918

4,74

1910

0,16

1919

5,75

1911

0,25

1920

10,08

1912

0,43

1921

14,94

1913

0,49

1922

82,95

1914

0,99

1923

83,69

1915

1,69

1924

51,0

1916

2,50

1925

25,9

1917

4,08

Calculé à partir des données statistiques publiées dans le bulletin de l’office des statistiques de Prusse, années concernées.

Tableau 14. Dépôts des grandes banques berlinoises classés selon leur durée au cours des années 1913-1925

Fin d’année

Jusqu’à 7 jours (comptes courants) %

7 jours à 3 mois %

Plus de 3 mois %

1913

56,8

29,8

13,3

1918

60,6

26,1

13,1

1919

78,1

14,0

7,8

1920

76,7

15,1

8,2

1921

77,1

15,0

7,9

1922

93,0

4,9

2,1

1923

92,6

3,3

4,0

1924

57,5

40,0

2,5

1925

51,5

44,5

3,9

Source : P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 218. Statistisches Reichsamt, Die deutschen Banken 1924-1926, p. 25. Les indications de durée correspondent au schéma des bilans bimestriels.

Tableau 15. Dépôts de clients bancaires en pourcentage des dépôts des autres créditeurs en 1913,1924,1925

Fin d’année

1913

1924

1925

Ensemble des instituts de crédit

3,7

22,4

27,1

Banques par actions

5,8

14,7

17,4

Caisses d’épargne

2,1

5,9

Source : Statistisches Reichsamt, Die deutschen Banken 1924 bis 1926, p. 179.

Tableau 16. Part relative du poste banques et correspondants dans l’actif des grandes banques berlinoises durant les années 1913-1924

Fin d’année

%

Fin d’année

%

1913

4,1

1919

8,5

1914

4,3

1920

7,2

1915

4,5

1921

11,7

1916

5,6

1922

42,1

1917

7,7

1923

38,6

1918

4,8

1924

16,2

Source : jusqu’en 1923 : P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 200, 221. Pour 1924, Statistisches Reichsamt, Die deutschen Banken 1924 bis 1926, p. 139.

  • 62 P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 227.
  • 63 Ibid., p. 216.

85Dans ce cas comme dans celui de la répartition par durée des dépôts détenus par les banques et caisses d’épargne, on constate une augmentation considérable en 1922. Certes Whale affirme qu’il s’agirait pour l’essentiel d’avoirs en devises auprès de banques étrangères destinés pour partie à financer les importations : « mais selon toute probabilité elles ont servi dans une bien plus large mesure à réaliser des investissements tout à la fois liquides et non susceptibles de dépréciation »62. À quoi on peut opposer le fait que l’accroissement en proportion ne doit pas être confondu avec un accroissement de la valeur absolue des avoirs en devises. En effet, si les actifs des grandes banques berlinoises ont chuté parallèlement à leurs dépôts, passant de 2,6 milliards en 1921 à 0,9 milliard de marks-or en 192063, il en a résulté d’un strict point de vue arithmétique un quasi triplement de la part des banques et correspondants dans l’ensemble des actifs, même en cas de valeur absolue constante des avoirs en devises et de monnaie stable. Le reste de l’augmentation pourrait être le reflet de la part croissante des engagements réciproques entre banques allemandes.

  • 64 Ibid., p. 217.

86En ce qui concerne le calcul de la masse monétaire intérieure, il convient également de noter que, depuis le début de l’hyperinflation en 1922, l’importance des dépôts en monnaie étrangère auprès des instituts de crédit, qui constituent au passif des bilans la contre-valeur des avoirs en devises des banques portés à l’actif, s’est accrue. Faute de renseignements suffisants, il n’est pas possible de dire si ces dépôts, dont la valeur reste stable, ont notablement augmenté en termes absolus durant l’année 192264. Il est cependant certain que leur importance relative a sensiblement progressé, étant donné l’affaissement du résultat des banques en fin d’exercice, exprimé en marks-or. C’est pourquoi, durant les dernières années d’inflation, les dépôts en marks proprement dits des instituts de crédit ont connu une augmentation moins forte que le montant global des dépôts ne le donne à le penser.

87Si l’évolution de la masse monétaire ne peut donc être estimée que de manière relativement imprécise, on dispose par contre de pratiquement toutes les informations nécessaires, et avec suffisamment de détails, en ce qui concerne l’évolution de la base monétaire durant les années d’inflation 1914-1923. Seule l’évolution des dépôts des agents publics auprès de la banque centrale, qui ne font pas partie de la base monétaire, ne peut être pleinement reconstituée. Cependant, les données regroupées sur le tableau 10 montrent qu’ils représentaient 1/4 à 1/5 de l’ensemble des dépôts détenus par la banque d’émission, tant durant les années d’inflation qu’avant 1914.

  • 65 Depuis l’enquête de 1908 sur le système bancaire, la Reichsbank avait encouragé les opérations en (...)

88Pour ce qui concerne l’évolution de la structure de la masse monétaire et de la base monétaire durant les années d’inflation, on peut faire les constatations suivantes : la structure de la base monétaire (primary money, highpowered money) s’est fortement modifiée entre 1914 et 1923 (tableau 19). Les pièces d’or, qui en constituaient avant la guerre près de 40 %, et même 50 % si on y ajoute la monnaie divisionnaire, ont été retirées de la circulation par la Reichsbank et partiellement remplacées par des billets de moindre valeur nominale après le début des hostilités. De même la monnaie divisionnaire, dont la circulation s’était tout d’abord accrue (1914), va ensuite perdre en importance relative pour ne plus jouer pratiquement aucun rôle dès les deux dernières années du conflit. La part relative des banques d’émission privées tant dans l’émission de billets que dans les dépôts auprès des banques d’émission a également décru jusqu’à devenir insignifiante. Il en va de même en ce qui concerne les bons de caisse du Reich, pour lesquels le plafond légal fixé avant-guerre a été maintenu inchangé tout au long des années d’inflation. Par contre, l’importance des « bons des caisses de crédit » (Darlehenskas senscheine), qui n’existaient pas avant la guerre, s’est accrue durant le conflit jusqu’à atteindre le quart de la base monétaire. Durant les années d’après-guerre cependant, leur valeur est retombée pour représenter moins de 1 % en 1922. Ils étaient alors pratiquement tous détenus par la Reichsbank où ils participaient à la couverture de la circulation fiduciaire. La part relative des billets émis par la Reichsbank, qui s’était élevée en 1913 à un peu plus d’un tiers de la base monétaire, se stabilisa durant la guerre aux environs de 50 % pour monter ensuite jusqu’à plus de 75 % durant les années 1921 et 1922. Les dépôts du secteur privé (instituts de crédit, entreprises et ménages privés) auprès de la Reichsbank passèrent de 8,5 % de l’ensemble de la base monétaire en 1913 à presque un quart fin 1918. Ce pourcentage retomba légèrement durant les premières années de l’après-guerre pour atteindre à nouveau près d’un quart en 1922. Cette part relative des dépôts du secteur privé auprès de la Reichsbank, qui augmente pendant la guerre et se stabilise à un niveau relativement élevé durant l’après-guerre, reflète les efforts que celle-ci a déployés pour développer les opérations en monnaie scripturale65.

  • 66 Cf. p. 71-72 supra.

89La monnaie créée par les banques commerciales (secondary money) a vu son importance par rapport à la monnaie créée par les banques d’émission et l’État (base monétaire) décroître fortement au fil de l’inflation. Alors que les dépôts des banques de crédit par actions représentaient fin 1913 environ 133,5 % de la base monétaire, et ceux des différents types de banques présentés sur le tableau 10 près de 500 % de cette même base monétaire, les valeurs correspondantes étaient retombées à 68,8 % et 173 % fin 1918, puis 85,8 % et 171,4 % fin 1919 (tableau 18). À la fin de l’année 1922, les dépôts des grandes banques berlinoises, des caisses d’épargne et des centres de chèques postaux ne représentaient plus que 116,4 % de la base monétaire, 116,2 % en 1921, 115,5 % en 1920, 124,9 % en 1919 et 121 % en 1918, contre 347,1 % fin 1913. La part relative des dépôts en marks, par opposition aux dépôts en valeurs stables, doit donc avoir été encore bien plus faible en 1922, pour les raisons précédemment évoquées66.

90La composition de la « secondary money » s’est elle aussi considérablement modifiée. C’est ainsi que les dépôts des différents types de banques qui pratiquaient essentiellement des opérations à long terme (banques hypothécaires, caisses d’épargne, caisses coopératives de crédit) ont bien plus fortement diminué en proportion que les dépôts des banques de crédit par actions, qui étaient beaucoup plus spécialisées dans les opérations à court terme. De ce fait, le poids relatif des caisses d’épargne par rapport aux banques de crédit par actions s’est modifié au profit de ces dernières durant les années d’inflation, et même après que la monnaie ait été stabilisée, comme on peut le voir sur le tableau 17.

Tableau 17. Part des créditeurs des banques en société par action et des caisses d’épargne parmi l’ensemble des créditeurs de tous les instituts de crédit (à l’exception des banques d’émission) en 1913, 1924, 1925 (%)

Fin d’année

Banques en société par actions

Caisses d’épargne

1913

27,7

56,3

1924

62,4

15,5

1925

53,9

19,0

Source : Statistisches Reichsamt, Die deutschen Banken 1924-1926, p. 179.

Tableau 18. Dépôts de différents types de banques en pourcentage de la base monétaire durant les années 1913-1922

Tableau 18. Dépôts de différents types de banques en pourcentage de la base monétaire durant les années 1913-1922

Source : tableau 10.

91Cette évolution rejoint la tendance précédemment décrite à une modification de la structure des dépôts en faveur des dépôts à court terme (tableau 14). Dans un tel contexte, les grandes banques berlinoises ont enregistré de bien meilleurs résultats que les banques de province. Mais ce sont les dépôts auprès des centres de chèques postaux qui ont le plus fortement augmenté, ce qui tient pour l’essentiel à leur court terme, à leur faible niveau de départ et à ce que les opérations en monnaie scripturale sont alors encouragées, tout particulièrement par la Reichsbank.

Tableau 19. Structure de la base monétaire durant les années 1913-1922 (en %)

Tableau 19. Structure de la base monétaire durant les années 1913-1922 (en %)

* Darlehenskassenscheine
Source : tableau 10.

2. Liquidités

92Étant donné la surabondance d’argent disponible, l’état de la liquidité des instituts de crédit, c’est-à-dire la couverture des engagements par de la monnaie centrale effective ou potentielle, fut en général favorable durant les années d’inflation. Firent exception à cette règle les deux périodes du début et de la fin de l’inflation, c’est-à-dire les premières semaines de guerre d’une part, et de l’autre la phase qui, à partir de 1922, voit se déclencher l’hyperinflation.

  • 67 On trouvera un modèle d’analyse et des exemples historiques dans C. P. Kindleberger, Maniacs..., o (...)
  • 68 Walter Klebba, Boise und Effektenhandel im Kriege, Berlin, 1920, p. 4. Voir également Die Bank, 19 (...)
  • 69 P. B. Whale, Joint Stock Banking..., p. 185 sq. Rudolf Stucken, Liquidität der Banken, Berlin, 194 (...)
  • 70 Willi Prion, Die deutschen Kreditbanken im Kriege und nachher, Stuttgart, 1917, p. 21-22, p. 32. V (...)
  • 71 P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 189. Voir aussi Ernst Hoppe, Der Krieg und die d (...)
  • 72 Cf. ci-dessus p. 67 ainsi que Statistisches Reichsamt, Die deutschen Banken 1924 bis 1926, p. 12.

93Le commencement de la guerre a été accompagné de tous les signes caractéristiques d’une panique ou d’une crise financière67, entre autres un effondrement du cours des valeurs68 et une prise d’assaut des banques par les déposants allemands69. Prion a estimé à 20 % les retraits de dépôts auprès des banques de crédit par actions durant les premières semaines de la guerre70. Les chiffres désormais disponibles à partir des bilans bimestriels (tableau 11) font apparaître pour la période allant de fin juin à fin octobre 1914 un recul de 613 millions de marks du poste créditeur des banques de crédit par actions, soit 7,3 %. Cependant, Prion a vraisemblablement raison lorsqu’il déclare, s’agissant des premières semaines du conflit, que cette période « n’a pas dépassé la mi-août et que lui a succédé une phase de reprise progressive qui a duré tout l’automne. »71. Mais tout recul intervenant entre fin juin et fin octobre, même le plus faible, montre combien la liquidité des banques était fragile comparé au rapport entre encaisses et engagements avant-guerre : le taux de couverture en espèces n’y avait pas dépassé, en moyenne, environ 5 %72.

  • 73 W. Prion (Deutsche Kreditbanken..., op. cit., p. 24) précise que le montant des traites commercial (...)
  • 74 Walther Bagehot, Lombard Street. A Description of the Money Market, Londres, 1873. En allemand Das (...)
  • 75 P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 189.

94L’accroissement du nombre de traites présentées au paiement à la Reichsbank par les banques73 ainsi que la création des caisses de crédit, qui proposaient également des prêts sur titres aux banques, ont été les principales mesures prises par la Reichsbank et le gouvernement pour répondre à la crise de liquidité. En outre, le taux d’escompte fut porté de 5 à 6 % début août, mais immédiatement ramené à 5 % le 23 décembre 1914, dès que la situation se fut calmée. Conformément au dogme défendu par Bagehot en matière de politique de la banque centrale, la Reichsbank réagit au rush sur les banques en accordant généreusement des crédits, mais à un taux relevé74. De leur côté, les banques doivent avoir procédé à un contingentement des décaissements, les limitant à un certain pourcentage des dépôts, et doivent avoir non seulement refusé d’accorder de nouveaux crédits, mais encore en avoir annulés qui étaient déjà accordés75.

95Les perturbations de la production et le chômage qu’elles provoquent durant les premières semaines de guerre ne sont donc pas uniquement dus aux mesures de réquisition des hommes (mobilisation) et des moyens de transport (en particulier des chemins de fer) induites par le conflit, mais également à la pénurie de crédit ci-dessus évoquée.

  • 76 Ibid., p. 190.
  • 77 Ibid., p. 191.
  • 78 Willi Prion, Die deutschen Kreditbanken..., op. cit., p. 95, 100.
  • 79 Erich Renell, Der Warenwechsel in Deutschland in der Geldentwertungszeit 1919-1923, thèse de docto (...)

96Les années 1915-1921 se sont caractérisées par « l’abondance de disponibilités »76 des banques et des entreprises. Le taux d’escompte fut maintenu à 5 %. Les taux du marché monétaire demeurèrent inférieurs à 5 % pendant la guerre77, bien que, en particulier durant la seconde moitié de celle-ci, le marché monétaire ait dû absorber jusqu’à quelque 50 milliards de dette flottante de l’État, la couverture des déficits budgétaires ne pouvant plus être pleinement assurée par les emprunts de guerre (cf. tableau 20). Par ailleurs, les agents économiques non bancaires pouvaient obtenir, auprès des banques commerciales, des crédits au taux Lombard d’environ 5 % contre nantissement de titres d’emprunts de guerre. De leur côté, les banques se réservaient le droit de déposer ces garanties en gage auprès des caisses de crédit78. Tant que la dette flottante restait dans le portefeuille de la Reichsbank, les agents publics disposaient de monnaie centrale supplémentaire, qu’ils transféraient au secteur économique privé par leurs dépenses excédentaires. Les entreprises recueillant de la sorte des fonds toujours plus importants, qu’elles plaçaient pour l’essentiel en dépôts auprès des instituts de crédit, elles avaient besoin de relativement moins de crédits bancaires. Cela explique également que les crédits sous forme d’effets de commerce se soient faits moins nombreux durant les années d’inflation79. Les banques commerciales, pour leur part, disposaient de beaucoup de liquidités et les plaçaient en général en bons du Trésor.

  • 80 Willi Prion, « Deutsche Kreditpolitik 1919-1922 », Schmollers Jahrbuch, 47e année, 1924, p. 77.

97Les fluctuations du rapport entre les bons du Trésor détenus par la Reichsbank et ceux détenus par d’autres qu’elle, c’est-à-dire par les instituts de crédit, reflète la situation de liquidité de l’économie, et tout particulièrement des banques commerciales ; plus le pourcentage détenu hors de la Reichsbank était élevé, plus il y avait de liquidités sur le marché monétaire et plus était grande la part de leurs disponibilités que les instituts de crédit conservaient sous forme d’effets de commerce, autrement dit de monnaie centrale potentielle, et non de numéraire, autrement dit de monnaie centrale effective. Ainsi, d’après les chiffres avancés par Prion, environ 25 % des bons du Trésor émis par le Reich étaient détenus en 1920 par les grandes banques berlinoises, qui avaient placé sous cette forme 60 % de leurs fonds extérieurs80. Une crise de liquidité, qui peut résulter aussi bien d’une diminution des dépôts que d’une demande de crédits accrue de la part des entreprises auprès des instituts de crédit, se traduit nécessairement par la transformation de monnaie centrale potentielle en monnaie centrale effective ; dans le cas qui nous occupe, cela signifie que les instituts de crédit vendent une partie de leurs bons du Trésor à la Reichsbank, ou pour le moins qu’ils refusent de détenir une part croissante des bons du Trésor disponibles sur le marché monétaire, alors même que leurs dépôts augmentent. Ce fait a également contribué à modifier le rapport entre les bons du Trésor détenus par la Reichsbank et ceux détenus par d’autres qu’elle. Les variations mensuelles entre bons du Trésor détenus par la Reichsbank d’une part et par d’autres qu’elle de l’autre, pour la période allant de juillet 1914 à novembre 1923, sont reproduites sur le tableau 20.

Tableau 20. Évolution de la dette flottante du Reich durant les années 1914-1923

Tableau 20. Évolution de la dette flottante du Reich durant les années 1914-1923

Source : Deutschlands Wirtschaft, Währung und Finanzen, Berlin, 1924, p. 62.

  • 81 Durant l’été 1922, les instituts de crédit et les entreprises se plaignaient d’un « manque aigu de (...)

98Durant la première moitié de l’année 1922, le montant des bons du Trésor détenus en dehors de la Reichsbank a tout d’abord reculé en valeur absolue, passant de 129,7 milliards de marks fin janvier 1922 à 121,7 milliards de marks fin mai ; cette diminution s’est poursuivie avec des paliers mensuels de 109,1 et 100,1, pour atteindre 81,8 milliards fin août 1922 (cf. tableau 20), et cela alors même que la base monétaire augmentait et que le montant global des dépôts auprès des instituts de crédit ne diminuait vraisemblablement pas.81 La proportion de bons du Trésor détenus en dehors de la Reichsbank chuta plus fortement encore, passant de plus de 50 % en janvier à 24,7 % fin août. Ce mouvement continua dans les mois suivants de 1922, même si la valeur absolue des bons détenus par d’autres que la Reichsbank, elle, augmentait. La proportion remonta légèrement à la fin de 1922 et au début de 1923 par suite des mesures de stabilisation prises par la Reichsbank, atteignant presque 31 % fin mars après avoir touché le point le plus bas (17,91 %) en février, mais reprit ensuite sa chute jusqu’à la fin de la période d’inflation (à l’exception d’août 1923), où elle était devenue pratiquement insignifiante.

99Le fait que, d’après cet indicateur, l’état de la liquidité des banques se soit relativement amélioré en pleine période de restriction du crédit, tout comme à la suite des mesures de stabilisation prises par la Reichsbank au début de 1923, est en soi paradoxal. Il s’explique cependant de la manière suivante : certes la Reichsbank continuait à octroyer des crédits dans la mesure où elle acceptait les bons du Trésor, autrement dit en finançant les déficits budgétaires de l’État, mais dans le même temps elle imposait aux établissements de crédit un strict rationnement de ceux que eux accordaient aux agents économiques privés. En sorte que les déficits budgétaires assuraient aux établissements de crédit des rentrées de fonds, mais qui se trouvaient utilisées non plus pour attribuer des crédits, mais pour augmenter leurs disponibilités sous forme d’obligations du Trésor.

100Cette situation donne une première idée de la nature de la crise du crédit qui intervient en 1922 et qui se distingue de celle de l’été 1914. En juilletaoût 1914 on était en présence d’un rush sur les banques de la part des clients, étrangers compris jusqu’au déclenchement de la guerre, puis par la suite essentiellement des clients nationaux ; autrement dit d’une diminution des dépôts due à une perte de confiance, à un abandon de la monnaie scripturale des banques au profit des billets de banque, du moins pour ce qui concerne les clients nationaux. En ce qui concerne les étrangers, on ne peut parler d’un rush que dans la mesure où ils ont retiré leurs dépôts ; phénomène qui a en outre été vraisemblablement compensé par des retraits équivalents de dépôts allemands auprès des banques étrangères. En définitive, ce qui s’est produit durant l’été 1914 a consisté en un abandon massif de la monnaie scripturale au profit des billets de banque de la part des clients nationaux (la crise bancaire qui se développe aux États-Unis durant la grande crise économique mondiale de 1929-1933 constitue un cas typique de ce genre de crise du crédit concomitante à une augmentation du pouvoir d’achat de la monnaie), dû au fait que les banques avaient perdu confiance en l’évolution future de leur liquidité à cause de la situation politique ; ce n’était pas un rush des étrangers ou – ce qui revient au même – une réaction de panique des nationaux qui, abandonnant la monnaie, se seraient repliés vers les devises et les valeurs réelles parce qu’ils auraient perdu confiance en la stabilité future de la monnaie sur les marchés nationaux des marchandises et les marchés internationaux des changes.

  • 82 Albert Hahn, «Die Frage des sog. Vertrauens in die Währung», Archiv für Sozialwissenschaft und Soz (...)
  • 83 Günter Schmölders, Psychologie des Geldes, Reinbeck, 1966.

101Il en allait autrement en 1922. À cette date, c’est la « confiance dans la monnaie »82 qui décline, en dépit des succès obtenus en matière de lutte contre les déficits publics. Certes les dépôts auprès des banques diminuent également durant le premier semestre 1922 dans la mesure où, depuis janvier de la même année, le budget de l’État est financé plus fortement par le recours à l’impôt que par l’accroissement de la dette flottante, comme il ressort du tableau 21. Cependant, si la croissance de la base monétaire en a été affectée (cf. tableau 11), cela n’a pu arrêter ni la hausse des prix intérieurs, ni la chute du cours du mark (en particulier après juin 1922). À l’évidence, les mouvements des prix et des taux de change s’étaient, sur le court terme, dissociés de l’évolution de la base monétaire et de la masse monétaire. C’est pourquoi les fluctuations constantes de la valeur de la monnaie (et le passage d’une situation d’inflation à une situation d’hyperinflation) s’expliquent pour l’essentiel par la « psychologie de l’argent »83, par une modification des attentes en matière d’évolution de la valeur interne et externe de la monnaie et par l’abandon massif du mark, non seulement comme instrument de réserve de valeur, mais également comme unité de compte, qui en a résulté.

Tableau 21. Financement des dépenses du Reich par les recettes fiscales et l’augmentation de la dette flottante durant les années 1920-1922 (données converties en millions de marks-or sur la base du cours mensuel moyen du dollar)

Tableau 21. Financement des dépenses du Reich par les recettes fiscales et l’augmentation de la dette flottante durant les années 1920-1922 (données converties en millions de marks-or sur la base du cours mensuel moyen du dollar)

Source : Deutschlands Wirtschaft, Wàhrung und Finanzen, Berlin, 1924, p. 32

  • 84 W. Prion, Deutsche Kreditpolitik..., op. cit., p. 172.

102Durant les années d’après-guerre, les entreprises avaient acquis grâce à la maîtrise comptable de l’inflation une expérience que Prion a décrite de la manière suivante : les actifs devant être portés au bilan pour leur valeur d’acquisition initiale, il en résultait des bénéfices élevés (bénéfices apparents) consécutifs à la hausse des prix. Et cependant, les liquidités faisaient défaut au moment de financer le rapprovisionnement — qu’il concerne les matières premières, les stocks de marchandises, les machines ou les bâtiments-, dans la mesure où la valeur réelle des capitaux disponibles, issus de bénéfices antérieurs, avait diminué par suite du processus de dépréciation monétaire. C’est pourquoi les entreprises avaient de plus en plus recours à des crédits bancaires et exigeaient de leurs clients un paiement immédiat. « L’expérience ayant montré aux entreprises que plus la monnaie se dépréciait, plus les créances arriérées engendraient des pertes et les dettes au contraire des bénéfices, elles se mirent à utiliser les possibilités qui en découlaient [...] ; au fil de la dépréciation monétaire, la règle d’or en matière de gestion consista à recourir le plus possible à des crédits accordés par des tiers tout en refusant soi-même d’en octroyer ou, pour le moins, à maintenir l’équilibre entre créances arriérées et emprunts contractés. En fin de compte, chacun ne s’efforça plus que d’utiliser toute opportunité de crédit qui se présentait, jusqu’au moment où les possibilités des banques et de la Reichsbank furent épuisées et où on se mit à débattre de pénurie et de politique de crédit »84.

103À la différence de 1914, la crise de liquidité du premier semestre et de l’été 1922 ne résultait pas tant d’une diminution de la valeur nominale des dépôts en banque, mais bien plus d’un accroissement des demandes de crédit adressées aux banques.

104En période de dépréciation monétaire et de hausse des salaires, la valeur nominale des besoins de trésorerie des entreprises s’accroît, dans la mesure où il leur faut pouvoir financer des salaires plus élevés et l’achat de demi-produits et de biens d’investissement renchéris. Il n’en est pas allé autrement durant la première phase de dépréciation monétaire qui a duré de la fin de la guerre jusqu’au printemps 1920. Les banques et les entreprises continuaient cependant à disposer de nombreuses liquidités parce que l’État finançait les dédommagements qu’il devait verser aux agents économiques en contre-partie des territoires cédés et des livraisons en nature (par exemple la flotte commerciale) par une augmentation de la dette flottante ; les disponibilités des entreprises s’en trouvèrent augmentées soit directement, soit par l’intermédiaire de crédits bancaires liés à un accroissement des dépôts bancaires. Après une phase de relative stabilité entre février 1920 et mai 1921, qui présentait déjà quelques signes avant-coureurs d’une crise de stabilisation et pesait sur la liquidité des entreprises, mais non des banques (cf. tableau 20), commença une deuxième phase de dépréciation monétaire, avant que le début de l’hyperinflation durant l’été 1922 ne marque le passage à une troisième phase. Durant la deuxième phase, les demandes de crédit que les entreprises adressaient aux banques purent encore être satisfaites sans trop de difficulté en 1921, dans la mesure où la politique budgétaire déficitaire de l’État permettait comme précédemment d’alimenter l’économie en liquidités.

105Différents indicateurs quantitatifs révèlent les difficultés de trésorerie de 1922 : 1. La part relative de bons du Trésor placés en dehors de la Reichsbank (tableau 20).

1062. Le rapport entre liquidités et poste créditeur (taux de liquidité) des banques. Les liquidités correspondant sur le schéma ci-dessous à la différence entre poste créditeur et poste débiteur, on peut également utiliser, pour mesurer le taux de liquidité, l’évolution du rapport entre cette différence et le poste créditeur global (tableau 22).

  • 85 W. Prion, Deutsche Kreditpolitik..., op. cit., p. 184-185.
  • 86 Ibid., p. 185.

1073. Les taux d’intérêt et du marché monétaire. Il faut considérer ici différents marchés partiels, sur lesquels les taux ont évolué de manière différente85. Prion fait pour l’essentiel une distinction entre les taux des prêts au jour le jour entre banques – dont les garanties étaient constituées par les mêmes titres qui permettaient sinon d’obtenir un crédit de la Reichsbank ou des caisses de crédit (bons du Trésor, valeurs pouvant servir de gage) – et les intérêts attachés aux prêts en compte courant. En sorte que la politique d’escompte de la Reichsbank déterminait pratiquement le taux d’intérêt maximum pour les mouvements d’argent au jour le jour entre banques. Quant aux entreprises, aussi longtemps que leur faisaient défaut les garanties exigées par la Reichsbank précédemment évoquées et qu’elles ne disposaient pas (encore) des traites commerciales idoines, elles devaient se replier sur d’autres formes de crédit, à savoir le crédit en compte courant auprès des banques ainsi que le prêt sur devises, lorsqu’elles disposaient de devises. Certes les banques fixaient leurs taux d’intérêt nominal pour les prêts en compte courant en fonction du taux d’escompte de la Reichsbank ; mais le coût réel dépendait beaucoup plus du niveau des taux de commission, de sorte que durant le dernier trimestre 1922 le coût réel du crédit en compte courant atteignait « déjà au total 50 % d’intérêt sur l’année et même plus »86, contre moins de 10 % pour l’argent au jour le jour.

Tableau 22. Différence entre poste créditeur et poste débiteur des banques de crédit par actions en pourcentage du poste créditeur durant les années 1920-1922 (janvier 1920 = 100)

Tableau 22. Différence entre poste créditeur et poste débiteur des banques de crédit par actions en pourcentage du poste créditeur durant les années 1920-1922 (janvier 1920 = 100)

Source : Die Wirtschaftskurve, années 1922 et 1923, passim.

Tableau 23. Différents taux d’intérêt sur le marché monétaire durant les années 1920-1923, en % par an

Tableau 23. Différents taux d’intérêt sur le marché monétaire durant les années 1920-1923, en % par an

Source : 1 Die Reichsbank 1901-1925, Berlin, non daté, tableaux p. 94-95.
2 Die Wirtschaftskurve 1922, 1923, passim. Voir aussi Die Bank 1920-1923.
3 Exprimé en % par an tu taux de change au comptant. Un chiffre négatif signifie une prime sur le mark. Les chiffres pour mai-décembre 1920 ont été calculés d’après John M. Keynes, « The Forward Market in Foreign Exchange », Manchester Guardian Commercial, Supplément : Reconstruction in Europe, 20 avril 1922, p. 11-14. À partir de janvier 1921, ils ont été calculés d’après Paul Einzig, The Theory of Forward Exchange, Londres, 1937, p. 450-455.
4 Indications tirées de Die Wirtschaftskurve 1922, fascicule 3, p. 5, ainsi que de W. Prion, « Deutsche Kreditpolitik 1919-22 », Schmollers Jahrbuch, 47e année, 1924, p. 185.

  • 87 Joachim Vogel, Dus Devisentermingeschaft, Berlin, 1924.
  • 88 W. Prion, Deutsche Kreditpolitik..., op. cit., p. 200-203.
  • 89 Par exemple dans Die Wirtschaftskurve, 1922, fascicule 3, p. 5.

108Étant donné la désaffection massive qui frappait la monnaie et l’accumulation de devises destinées à protéger les encaisses d’une nouvelle dépréciation monétaire, un troisième marché partiel gagna en importance en Allemagne, à côté de celui de l’argent au jour le jour et de celui du crédit en compte courant. Les entreprises tentèrent en effet d’utiliser leurs devises comme garanties pour obtenir des crédits bancaires. Il s’agit là d’opérations de report, qu’il faut se représenter de la manière suivante : le détenteur national de devises a besoin de moyens de paiement en marks pour ses affaires courantes (versement des salaires, achat de matières premières, etc.), et il souhaite les acquérir sans sacrifier ses réserves de devises. Pour ce faire, il vend ces dernières à la banque à concurrence du crédit désiré, mais rachète dans le même temps des devises à terme (par exemple 3 mois) pour un montant équivalent87. La différence entre le cours au comptant et le cours à terme, calculée sur l’année, constitue ce qu’on appelle le taux swap. Pour les emprunteurs nationaux, c’était pratiquement le taux d’intérêt auquel ils pouvaient obtenir de leurs banques un crédit en marks « contre nantissement de devises ». C’est pourquoi le taux des reports attaché à ce type de transactions constitue le troisième taux d’intérêt révélateur de la diminution de la liquidité durant l’année 1922 (tableau 23). En dehors du relèvement des taux d’intérêt, l’ampleur de la pénurie de crédit se traduit également par le rationnement du crédit décidé par les banques commerciales privées pendant le premier semestre et l’été 1922 puis à nouveau durant l’année 1923, la Reichsbank se joignant alors à cette mesure88. Mais on ne dispose à ce sujet que d’indications qualitatives89.

109Lorsqu’en juillet 1922 la Reichsbank se mit également à attribuer en grande quantité des crédits contre nantissement d’effets commerciaux, les agents économiques privés qui y avaient accès purent emprunter pratiquement aux mêmes conditions que l’emprunteur public, autrement dit le Reich. Cela leur permettait de ne pas devoir recourir au crédit contre nantissement de devises ou au crédit en compte courant, plus onéreux, et d’assurer leur refinancement aux taux de l’argent au jour le jour, plus avantageux. Ils purent ainsi surmonter la pénurie de crédit du premier semestre 1922.

  • 90 Die Wirtschaftskurve, 1922, fascicule 4, p. 3.

110Le jugement porté par le journal Frankfurter Zeitung sur la situation économique de l’Allemagne en octobre 1922 montre à quel point les nationaux « fuyaient la monnaie ». On peut y lire que « actuellement la situation de la vie économique en Allemagne est totalement dominée par le débat qui consiste à se demander s’il vaut encore la peine de sauver le mark, ou bien s’il n’est pas tout simplement condamné à mourir. Ces derniers mois, les devises étrangères ont supplanté le mark dans l’évaluation de l’activité économique interne de l’Allemagne dans des proportions que personne n’avait pu prévoir »90. Le même article souligne que l’habitude s’est généralisée de raisonner surtout en dollars, non seulement pour établir les comptes des entreprises, mais surtout pour calculer les prix dans les secteurs du commerce, de l’industrie et de l’agriculture. En outre se serait généralisée dans le « grand commerce », implicitement opposé au petit commerce et au commerce de détail, la pratique qui consiste à « utiliser également la monnaie étrangère au lieu du mark comme moyen de paiement ». Enfin, le recours massif aux devises étrangères aurait également permis « de sauvegarder les patrimoines ». De l’avis du journaliste, cette évolution n’était pas seulement la conséquence de la chute de la valeur du mark, mais aussi une cause essentielle de la dépréciation monétaire.

111La clef pour expliquer des phases successives de l’inflation d’après-guerre réside dans les possibilités d’accès au crédit étranger. Les différentes étapes de l’inflation d’après-guerre résultèrent pour l’essentiel des mouvements des cours du mark, que refléta de plus en plus fidèlement avec le temps l’évolution du niveau des prix et des coûts. Or l’évolution des cours du mark dépendait de l’offre et de la demande de devises. En Allemagne, la demande de devises était conditionnée par la demande de biens et services d’importation, les paiements unilatéraux, en particulier les réparations, ainsi que les exportations de capitaux à court et long terme. L’offre de devises dépendait de l’état des exportations ainsi que de la mesure dans laquelle l’étranger était disposé à placer en Allemagne monnaie et capital, autrement dit à accorder des crédits aux entreprises, aux particuliers ou à l’Etat.

  • 91 John M. Keynes, « The German Transfer Problem », Economic Journal, vol. 39, 1929. Reproduit dans R (...)
  • 92 Ces décisions sont intervenues en novembre 1919, au moment où les restrictions à l’exportation déc (...)
  • 93 Cela correspond aux idées de J. M. Keynes, « GermanTransfer Problem »..., op. cit., p. 457.

112Pour ce qui concerne la demande en matière d’exportations et d’importations, on peut dire avec Keynes91 qu’elle est relativement rigide sur le court terme – même si des décisions politiques fondamentales peuvent conduire à des modifications soudaines qui influent à court terme sur le taux de change, comme par exemple la levée du blocus commercial et la réintégration de l’Allemagne dans le commerce international en 191992 ou l’occupation de la Ruhr au début de 1923, qui accrut soudainement les besoins à l’importation, entre autres de charbon. Quant à la demande de devises liée au paiement des réparations, elle dépendait de facteurs politiques exogènes et n’influençait pas directement les tendances à court terme sur le marché des devises. Ces dernières dépendaient de la balance des opérations en capital qui, à la différence de la balance commerciale, doit être considérée non pas comme rigide mais comme souple, c’est-à-dire susceptible de modifications rapides93.

113On peut partir de l’hypothèse que, durant les années d’inflation, les exportations de capital de l’Allemagne ont été faibles, comme l’a constaté le comité McKenna et comme incitent également à le penser les réflexions a priori suivantes :

  1. Étant donné qu’il a fallu financer le paiement des réparations ainsi que, tout particulièrement durant les premières années d’après-guerre, de forts excédents d’importation, il restait à l’évidence peu de place pour des exportations de capitaux depuis l’Allemagne.
  2. Les possibilités d’exportation de capitaux allemands étaient limitées par la législation sur la fuite des devises.
  • 94 W. Prion, DeutscheKreditpolitik..., op. cit., p. 177.

114De sorte que la seule déterminante à court terme du cours du mark était l’offre de devises, c’est-à-dire la demande de marks émanant de créditeurs étrangers disposés à céder des biens ou des devises contre des actifs financiers en marks. En 1919 et 1920, les fournisseurs étrangers acceptaient que le paiement de leurs exportations vers l’Allemagne soit effectué dans une large mesure sous forme de billets de banque et d’avoirs en marks auprès de banques allemandes, qu’ils conservaient personnellement ou bien revendaient à des spéculateurs étrangers, dans l’attente d’une remontée du cours du mark. Ces liquidités en marks étaient également pour partie placées en valeurs libellées en marks. De la sorte, de la « liquidité » en provenance de l’étranger entrait en Allemagne. Prion signale que ce phénomène intervint tout particulièrement à partir d’août 192194. Ces capitaux furent également utilisés pour acheter des actifs réels, comme des biens immobiliers ou des participations directes dans des entreprises allemandes. Cela constituait de fait pour les entreprises et les banques une possibilité de refinancement à l’étranger. En vendant des titres et des actifs réels à des étrangers détenteurs d’avoirs en marks, elles pouvaient à tout moment acquérir à l’étranger les liquidités qui leur faisaient défaut. Certes l’inflation en Allemagne s’en trouvait accrue, car les prix du foncier et des titres s’orientaient à la hausse, et par là même aussi les investissements productifs, les revenus, la demande économique globale ainsi que le niveau général des prix. Mais cette source de crédit persista aussi longtemps que les étrangers recoururent à des placements liquides en marks. Par contre, lorsqu’ils ne furent plus disposés à de tels transferts de leurs placements en marks, ou encore lorsque le processus de dépréciation monétaire eut à ce point entamé la valeur de leurs avoirs liquides en marks que ceux-ci devinrent quantité négligeable, cette possibilité de refinancement disparut.

  • 95 Ibid., p. 180.
  • 96 Ibid., p. 181.
  • 97 Voir note 81 page 81.
  • 98 Voir en particulier Karl Friedrich (membre du directoire de la Reichsbank), « Kreditnot und ihre B (...)

115C’est ce qui se produisit en Allemagne au premier semestre 1922. À la suite de la conférence de Cannes, en janvier de la même année, et des propositions qui y furent faites pour stabiliser la situation financière de l’Allemagne en préalable à tout moratoire concernant le paiement des réparations, le gouvernement annonça des hausses d’impôts et un emprunt obligatoire. Cela déclencha l’attentisme de la bourse95. Les valeurs émises ne pouvaient plus être placées à des cours orientés à la hausse comme précédemment. Les étrangers faisaient également preuve de plus de retenue dans l’acquisition de titres allemands ; ils attendaient à l’évidence des mesures de stabilisation qui rendraient la détention de liquidités plus attractive et moins génératrice de pertes que celle de valeurs, dont les cours menaçaient de chuter en cas de stabilisation. La possibilité d’obtenir des liquidités en émettant des titres n’existant pratiquement plus et la chute du cours du mark se ralentissant quelque peu entre mars et mai 1922 tout comme la hausse des prix sur les marchés intérieurs, les entreprises se mirent à manquer de liquidités. Ce qui les conduisit à multiplier les demandes de crédit. Comme les banques voyaient dans le même temps se raréfier les dépôts qu’on leur confiait, elles étaient condamnées à une diminution de leurs réserves de liquidités proportionnelle au volume des crédits qu’elles accordaient. Leur taux de liquidité se dégradait alors que dans le même temps, côté passif, la ventilation des dépôts se modifiait en faveur du très court terme, tendance qui aurait nécessité un renforcement de la liquidité. Au mois de juin, la situation s’aggrava dans la mesure où le comité de banquiers mis en place par la Commission des Réparations et présidé par J. R Morgan décida de geler tous les prêts à l’Allemagne jusqu’à ce que soit achevée la procédure de révision des réparations. L’espoir de voir la monnaie allemande se stabiliser s’évanouit. Les étrangers n’étaient désormais plus disposés à accepter des paiements en marks ni à acheter des titres libellés en marks et, à l’image des nationaux un an auparavant, désertèrent la monnaie au profit des valeurs réelles ou des biens fonciers, et plus encore des devises. Dès lors, le cours du mark et les prix basculèrent dans la phase d’hyperinflation. La hausse des prix et des coûts accrut encore la demande de crédit des agents économiques alors que durant les mois de juin et juillet 1922 les banques cessèrent pratiquement d’accorder des prêts96. Les caisses d’épargne enregistrèrent même en juillet 1922, pour la première fois depuis longtemps, un recul de la valeur nominale des dépôts d’épargne97, phénomène qui peut être jugé symptomatique, au minimum, d’une stagnation généralisée des dépôts auprès des établissements de crédit durant ce même mois ; laquelle ne fit qu’aggraver encore la pénurie de liquidités. Dans ce contexte, la Reichsbank se vit conduite à prendre des mesures d’incitation98 et à escompter un volume croissant de traites commerciales pour fournir aux entreprises privées les liquidités qu’elles ne pouvaient plus obtenir par les voies habituelles – financement du déficit budgétaire ou bien réserves de liquidités correspondant aux marks détenus par les étrangers. Lorsqu’en juin 1922 le cours du mark accéléra sa chute, en dépit des succès qui venaient d’être enregistrés en matière de réduction du déficit budgétaire et de diminution correspondante des liquidités disponibles, et que par contrecoup il aurait fallu plus de moyens de trésorerie pour payer les marchandises acquises à l’étranger (matières premières, demi-produits), la Reichsbank eut le choix entre laisser des entreprises privées faire faillite en plein milieu du processus de dépréciation monétaire parce que les liquidités leur manquaient, alors que dans le même temps elle était prête à fournir toutes les liquidités souhaitées à l’État ; ou bien leur accorder un accès direct aux crédits qu’elle allouait pour éviter les réductions de production dues à un manque de liquidité. La seconde solution n’est pas nécessairement plus inflationniste que la première. En effet, dans la mesure où le manque de liquidités incite aussi bien les nationaux que les étrangers à déserter la monnaie, il tend plutôt à accélérer l’inflation, dont les déficits budgétaires croissants suffiraient à eux seuls à créer les conditions monétaires. Une inflation initialement provoquée par le budget de l’État ne peut être exclusivement combattue par une diminution de la liquidité des entreprises privées. Ce serait là une conception par trop simpliste de la théorie quantitative de la monnaie, qui ignorerait les retombées du manque de liquidité sur le volume de la production, donc sur l’offre de marchandises, ainsi que sur la « confiance » en la monnaie (désaffection massive pour la monnaie) et par conséquent sur la demande monétaire. Aussi longtemps que la Reichsbank a continué à financer sans restriction les déficits budgétaires de l’État, laissant grande ouverte la voie de l’expansion incontrôlée de la masse monétaire, une crise de liquidité de l’économie privée ne pouvait guère contribuer à stabiliser la valeur de la monnaie ; le recul de la production et la désaffection massive pour la monnaie avaient plutôt l’effet inverse, provoquant une dépréciation monétaire interne et externe. La nécessaire extension du « manteau monétaire » n’aurait pu résulter, dans une telle situation, que de déficits publics croissants provoqués par la hausse des coûts et des prix en Allemagne même et, surtout, par les dépenses sans cesse plus élevées qu’induisait le paiement des réparations alors même que le cours du mark chutait.

C. Les indicateurs de l’excédent des moyens de paiement

  • 99 Pour ce qui concerne la politique des prix dans son ensemble voir Walter Le Coutre, Die Grundgedan (...)
  • 100 Celles-ci sont analysées en détail dans Otto Goebel, Deutsche Rohstoffwirtschaft im Weltkriege, St (...)

116Durant la guerre, mais aussi pendant les premières années d’après-guerre, les statistiques portant sur les prix n’ont pas pleinement rendu compte de l’inflation, dans la mesure où les augmentations de prix, en particulier pour les matières premières et les denrées alimentaires, ont été maintenues à un niveau inférieur aux tendances du marché, tant par le contrôle officiel exercé sur la formation des prix que par la fixation de prix maximums99. De sorte que nous sommes en présence d’une inflation comprimée. Dans les pages qui suivent, je m’attacherai à décrire l’évolution des mesures d’encadrement des prix et de contingentement appliquées aux denrées alimentaires parce qu’elles ont, à certains moments, fortement influencé l’évolution du coût de la vie et par conséquent aussi la valeur réelle du revenu des masses – plus que ne l’a fait le rationnement des matières premières100.

  • 101 RGBl. 1914, p. 339. Voir également Gisela Gündell, Die Organisation der deutschen Ernährungswirtsc (...)
  • 102 Karl ThieB, Höchstpreispolitik. Beitrâge zur Kriegswirtschaft, fascicule 1, Berlin, 1916, p. 3-6. (...)
  • 103 K. Thiess, Hôchstpreispolitik..., op. cit., p. 6-7.
  • 104 Ibid., p. 7.

117Outre une série d’autres lois ayant pour but d’organiser l’économie en fonction de la guerre et permettant en particulier au Bundesrat d’adopter tout décret destiné à protéger l’économie en général et à assurer l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires en particulier, le Bundestag a adopté le 4 août 1914 une « loi concernant l’encadrement des prix »101. Elle autorisait les États fédérés constitutifs du Reich, ou les services administratifs auxquels ils déléguaient cette fonction, à fixer des prix maximums pour les articles de grande série ainsi que les produits de consommation courante, en particulier les denrées alimentaires, le fourrage, les matières premières, les produits de chauffage et d’éclairage, et ce tant au stade de la production que du commerce de gros et du commerce de détail. Toute infraction pouvait donner lieu à une amende ou une peine de prison. L’administration pouvait saisir les stocks non mis sur le marché et les vendre pour le compte du propriétaire102. Les buts de cette loi, que la politique d’encadrement des prix appliquée durant les premiers mois de la guerre devait également permettre d’atteindre, transparaissent clairement dans ses attendus. On peut y lire que devaient être évitées des augmentations de prix « qui ne sont pas justifiées par la situation de fait » et qui interviennent « même lorsque les stocks permettent d’assurer l’approvisionnement de la population »103. En d’autres termes, on voulait s’opposer aux commerçants qui entendaient profiter de la peur de la pénurie que la guerre entretenait dans la population, ou bien de pénuries locales spécifiques dues à la réquisition des moyens de transport par l’armée, pour exiger des prix prohibitifs. On n’entendait pas, par contre, s’opposer systématiquement aux mécanismes du marché qui concouraient à la formation des prix. C’est pourquoi l’encadrement des prix visait simplement, à l’origine, à fixer des prix maximums, pas à en faire dans tous les cas les prix courants. Il devait garantir, aussi longtemps que la guerre durerait, l’approvisionnement de la population à des « prix adéquats » en rapport avec les stocks et les besoins. Lors de leur fixation ne devaient pas seulement être pris en compte les intérêts des consommateurs, mais aussi ceux des producteurs et des commerçants, sous peine de paralyser sinon toute vente et, par là même, de provoquer éventuellement une situation pire que celle qu’on souhaitait éviter grâce à eux104.

  • 105 Ibid., p. 9.

118Les premiers prix de ce type furent fixés dès août 1914, par les autorités militaires ou les administrations communales selon les conditions locales. Cependant, les difficultés de transport liées à la guerre, le recul des importations, etc. provoquèrent dans certaines régions d’importantes pénuries d’approvisionnement que les autorités locales tentèrent de combler par des prix maximums « attractifs », c’est-à-dire particulièrement élevés. Ce qui eut pour effet de rendre inopérants les prix maximums d’autres régions : les marchandises y disparaissaient pour réapparaître là où les prix plafonds étaient plus intéressants. Il en résulta des fluctuations constantes dans le niveau comparatif des prix maximums de région à région et de semaine à semaine. « Les prix maximums locaux cessèrent alors d’être efficaces, n’existaient pas partout ou furent abolis dans la mesure où ils semblaient pousser à la rétention des marchandises... D’autre part, la hausse des prix faisait que de plus en plus de gens, dans toutes les couches de la population, exigeaient un encadrement des prix. »105 C’est pourquoi le Bundesrat adopta le 28 octobre 1914 un décret l’autorisant à fixer des prix maximums valables à l’échelon national tandis que les gouvernements des États fédérés, ou les services administratifs qu’ils en avaient chargés, ne pouvaient recourir à cette pratique que dans la mesure ou le Bundesrat ne faisait pas usage de sa prérogative. Le jour même, il utilisa son nouveau pouvoir et adopta des décrets réglant l’approvisionnement en céréales panifiables et en pain.

  • 106 Sur ce point voir Otto Wiedfeldt, Die Bewirtschaftung von Korn, Mehl und Brot im Deutschen Reiche, (...)
  • 107 K. Thiess, Höchstpreispolitik..., op. cit., p. 11.
  • 108 Heinz Haushofer, Die deutsche Landwirtschaft im technischen Zeitalter, Stuttgart, 1963, p. 235.
  • 109 Johannes Frenkel, « Zur Preisentwicklung der Nachkriegszeit », Zeitschrift des PreuBischen Statist (...)
  • 110 « Die amtliche Hôchstpreisstatistik », in Zeitschrift des PreuBischen Statistischen Landesamts, 61(...)

119L’encadrement des prix tendit tout d’abord à freiner, pour des raisons de politique sociale, les hausses de prix qui auraient répondu à la situation générale du marché. C’est pourquoi les directives sur les prix furent complétées par des mesures d’accompagnement : interdiction d’utiliser les céréales panifiables et la farine pour nourrir le bétail, directives concernant le degré de mouture et dispositions prévoyant que, dans la fabrication du pain, soit ajouté du seigle à la farine de froment et de la pomme de terre à la farine de seigle. Ces mesures n’ayant pas eu les effets escomptés, le décret du Bundesrat en date du 25 janvier 1915 sur le commerce des céréales panifiables et de la farine prescrivit un rationnement officiel général de ces produits et décida la création d’un office des céréales (Reichsgetreidestelle) qui ôta pratiquement aux exploitants privés la responsabilité de la production et de la distribution des céréales panifiables, de la farine et du pain, pour la confier à l’État ; producteurs et commerçants privés devenaient de la sorte de simples « agents d’exécution »106. La rémunération de ces « agents d’exécution » était constituée par leur marge bénéficiaire ou commerciale, qui pouvait désormais être précisément réglementée et le fut effectivement. De sorte que l’économie céréalière devint très tôt « la pierre angulaire de l’approvisionnement de la population allemande durant la guerre. »107 Le rationnement du pain est également celui qui fut maintenu en vigueur le plus longtemps durant l’après-guerre, jusqu’à la fin de l’année 1922108 ; en outre, il a, à cette époque du moins, mieux fonctionné que l’approvisionnement en d’autres denrées alimentaires essentielles. Dans son cas en effet, les prix du marché noir n’ont joué, par rapport aux prix maximums officiels, « qu’un rôle relativement restreint dans la mesure où, après la guerre, la ration de pain officiellement attribuée était suffisante ; et le marché parallèle du pain, lorsqu’il existait, prenait plutôt la forme d’un trafic de cartes de rationnement. »109 Un autre jugement porté sur les années de guerre estime que « là où les autorités pouvaient contrôler la totalité ou du moins la plus grande partie des denrées alimentaires soumises à rationnement, les prix maximums ont indiscutablement bien fonctionné. Ce fut particulièrement vrai du pain, que chacun pouvait se procurer en quantité suffisante et à un prix abordable. »110

  • 111 RGBl. 1914, p. 516.

120Le 17 décembre 1914, la loi sur l’encadrement des prix du 4 août fut renforcée et put désormais s’appliquer aussi à « d’autres produits que ceux d’usage courant »111. Avant la fin de l’année furent pour l’essentiel soumis à encadrement des prix, outre les métaux et les matières premières industrielles, qui avaient été réquisitionnés et contingentés à des fins de guerre dès l’ouverture des hostilités, les produits agricoles suivants : le seigle, le froment, l’orge, l’avoine, les pommes de terre, les dérivés de pommes de terre, le son, les plantes fourragères et le sucre.

  • 112 RGBl. 1915, p. 467.
  • 113 RGBl. 1915, p. 607.
  • 114 K. Thiess, Hôchstpreispolitik..., op. cit., p. 13.

121En 1915, la guerre n’ayant pas cessé, des hausses de prix se dessinèrent qui n’étaient plus le résultat de la spéculation sur une situation passagère du marché, mais d’un authentique état de pénurie. Aussi la politique des prix visa-t-elle non plus à assurer des « prix adéquats » tenant compte des données du marché mais à imposer des prix « socialement justes », si nécessaire en allant contre les mécanismes du marché, comme cela avait été précédemment le cas pour l’approvisionnement en pain. À partir de cette date, les prix furent fixés non pas tant en fonction du rapport entre l’état des stocks et les besoins des consommateurs, mais bien plus en fonction des coûts de revient à la production et des revenus disponibles des consommateurs. Les instruments de politique économique nécessaires furent fournis aux autorités par deux décrets : le décret sur les prix usuraires du 23 juillet 1915112 et celui du 25 septembre 1915 concernant les services de contrôle des prix et la réglementation de l’approvisionnement113. Le premier marquait un revirement dans la conception de la politique des prix, dans la mesure où il prévoyait pour la première fois des sanctions contre quiconque exigerait des prix comportant « un bénéfice excessif ». Le Reichsgericht (assimilable à un Conseil d’État – NdT) précisa cette disposition en expliquant que « personne ne devait retirer de ses marchandises un gain supérieur à celui du temps de paix »114.

  • 115 Hans Stadthagen et Götz Briefs, Die Preisprüfungsstellen. Beiträge zur Kriegswirtschaft, fascicule (...)

122L’application de ce principe nécessita la mise en place de services compétents aptes à contrôler dans le détail le calcul du prix de revient par les entreprises et à formuler des recommandations générales concernant l’encadrement des prix pour les « produits de consommation élémentaires », qui se généralisait. Ce fut le rôle des services de contrôle des prix, rendus obligatoires dans toutes les communes de plus de 10 000 habitants115. Conformément au décret, qui précisait leurs attributions, ils devaient :

  1. déterminer les prix localement adéquats, en se basant sur ce qu’ils savaient des données du marché telles qu’elles ressortaient des coûts de production, de transformation et autres composantes du prix de revient ;
  2. apporter leur concours aux services compétents pour la surveillance du commerce des produits de consommation élémentaires ainsi que la poursuite des contrevenants aux dispositions sur l’encadrement des prix et la réglementation dudit commerce ;
  3. rédiger pour les tribunaux et l’administration des rapports sur l’adéquation des prix ;
  4. apporter leur concours aux services chargés d’informer la population de l’évolution des prix et de ses causes.

123Il était également prévu des services de contrôle des prix au niveau des Länder, des provinces et des districts, ainsi qu’un service central à l’échelon du Reich pour ce qui concerne les prix des denrées alimentaires.

  • 116 Ibid., p. 38. Pour ce qui concerne la politique d’approvisionnement des communes dans son ensemble (...)

124Pour leur part, les communes pouvaient, dans le cadre de la régulation de l’approvisionnement et avec l’accord des autorités centrales de chaque Land, prendre des arrêtés concernant les producteurs et fabricants, les commerçants et autres exploitants, et portant sur la gestion des entreprises, la commercialisation des produits, le profit, les prix et les achats, voire assurer elles-mêmes l’approvisionnement en denrées alimentaires de première nécessité en lieu et place des commerçants. Elles pouvaient conclure des contrats de fourniture pour les produits de consommation élémentaires, confier l’approvisionnement à des organismes d’utilité publique ou à certains commerçants et exploitants particuliers tout en leur imposant des conditions précises de gestion de leur entreprise, de revente et de prix. Elles pouvaient prendre des dispositions réglementant la consommation et regrouper d’autorité en cartels les fabricants et producteurs de biens de première nécessité116.

  • 117 K. Thiess, Höchstpreispolitik..., op. cit., p. 17-18. On trouvera un récapitulatif des produits so (...)

125L’attribution de ces compétences aux communes et la mise en place d’un ensemble de services administratifs chargés de les exercer, venant se combiner aux hausses de prix dues à l’état de pénurie, vit s’accroître considérablement le nombre de produits dont les prix pouvaient être réglementés durant l’automne 1915 ; ce fut par exemple le cas du pétrole, du beurre, du poisson et du gibier en octobre, du lait, des porcs de boucherie et de la viande de porc, des huiles, des matières grasses, du sarrasin et du millet, des fruits et légumes, de la compote, de la confiture, du miel, du miel artificiel, du sirop de betteraves et des succédanés de matières grasses en novembre117.

  • 118 RGBl. 1916, p. 401-402.

126Durant l’hiver 1915-1916, la précarité croissante de la situation alimentaire montra que la politique des prix à elle seule ne pouvait suffire à assurer l’approvisionnement en denrées alimentaires. Comme précédemment pour le pain, il fut alors décidé pour une série d’autres produits de consommation courante de compléter l’encadrement des prix par un contingentement généralisé de la production et de l’approvisionnement, organisé à l’échelon national. Dans un premier temps, il fut décidé d’organiser de manière centralisée l’approvisionnement en certains biens de première nécessité. C’est ainsi que furent créés au premier semestre 1916, à l’image de l’office des céréales et de l’office des pommes de terre, un office de la viande, un office du sucre ainsi qu’un office des fruits et légumes, dotés de pouvoirs importants ; pour ce qui concerne ces produits, la réglementation de l’approvisionnement fut donc très largement retirée aux communes. Puis le 22 mai 1916 fut adopté l’« avis concernant les mesures de temps de guerre destinées à assurer l’alimentation de la population »118 ; dans le détail, ce texte disposait que :

127§ l. Le chancelier est habilité à requérir les denrées alimentaires, matières premières et autres biens nécessaires à l’approvisionnement en denrées alimentaires, afin d’assurer l’alimentation de la population. Il peut réglementer l’importation, le passage en transit et l’exportation de ces produits.

128Il peut disposer de la même façon du fourrage, des matières premières et autres biens nécessaires à l’élevage afin de garantir l’alimentation du bétail.

129§ 2. Le chancelier peut prendre toute décision nécessaire à l’application des mesures prévues au § 1 ; il peut réglementer le commerce des biens qui y sont cités et leur consommation, il peut également prendre toute disposition concernant les prix [...].

130§ 4. Le chancelier peut exercer par l’intermédiaire de services administratifs placés sous son autorité tout ou partie des compétences qui lui sont attribuées par ce décret ou par d’autres décrets visant à garantir l’alimentation de la population. Il est seul habilité à décider de la création, des attributions et du fonctionnement de ces services administratifs.

  • 119 Wilhelm Weber, « Chronik der deutschen Agrarpolitik 1914-1932 », dans Fritz Beckmann et al. (dir.) (...)
  • 120 H. Stadthagen et G. Briefs, Preisprüfungsstellen..., op. cit., p. 81.

131Afin de permettre l’application de ces dispositions fut créé le même jour l’office de l’alimentation en temps de guerre, placé sous l’autorité directe du chancelier et qui absorba en septembre 1916 l’office central de contrôle des prix. Dans les semaines qui suivirent, d’autres produits furent soumis à contingentement à l’échelon national, par exemple les légumineuses, les poissons d’élevage, les œufs, les graisses alimentaires, le café, le thé, le cacao, etc. Le contingentement à l’échelon national se fit par l’intermédiaire de la fixation de prix maximums et, pour ce qui concerne la régulation quantitative, par l’accroissement des stocks, l’utilisation de succédanés, la livraison et la vente obligatoires du côté de l’offre, ainsi que des limitations et interdictions de consommation et des mesures de rationnement individuel du côté de la demande. À partir de juillet-août 1916 furent également distribuées des cartes de rationnement pour les matières grasses et la viande, après que ce système ait été appliqué au pain (cartes de pain) dès 1915, dans le cadre des mesures de contingentement touchant les céréales panifiables et la farine119 ; en sorte que la diffusion des denrées alimentaires échappait largement aux mécanismes du marché. En 1916 le secteur économique de l’alimentation avait donc fait à son tour l’objet d’une réorganisation « dont la logique interne ne pouvait être que la suivante, étant donné qu’on se trouvait en présence de “stocks restreints qui devaient suffire à nourrir tout le monde” : recensement systématique de tous les stocks en vue d’un contingentement systématique et d’une répartition systématique en accord avec des priorités clairement définies »120.

  • 121 W. Wygodzinski, article « Agrarpolitik », HdStW, vol. 1, Iéna, 1923, p. 78-79.
  • 122 Pour ce qui concerne la politique alimentaire en temps de guerre dans son ensemble, voir Ernst Wag (...)

132W. Wygodzinski121 a attiré l’attention sur la différence qui existait entre l’Allemagne et la Grande-Bretagne dans l’organisation de la politique agricole pendant la guerre ; il a souligné que le recours à des prix maximums en Allemagne « privilégiait les intérêts des consommateurs citadins » tandis que, en Grande-Bretagne par exemple, le Corn Production Act de 1917 prévoyait des prix minimums garantis et, par conséquent, « instituait une politique délibérément favorable aux producteurs ».122

  • 123 Cf. tableau 9.

133L’effet sur l’inflation du type d’économie alimentaire pratiquée en Allemagne durant la guerre est clair : l’encadrement des prix a empêché, en particulier durant la seconde moitié du conflit, que la création de monnaie ne se répercute pleinement sur les prix, du moins sur les prix officiels, lesquels étaient statistiquement recensés et retenus pour calculer le coût de la vie, par exemple chez Calwer123, ou encore intégrés par l’Office impérial des statistiques dans l’indice des prix de gros. Nous sommes donc bien en présence d’une inflation comprimée. Aussi les symptômes caractéristiques de ce type d’inflation n’ont-ils pas tardé à se manifester :

  • 124 Carl J. Fuchs, Deutsche Agrarpolitik vor und nach dent Kriege, Stuttgart, 1927, p. 41.
  • 125 Cf. Hans Wolfram Finck von Finckenstein, Die Entwicklung der Landwirtschaft in Preussen und Deutsc (...)
  • 126 Heinz Haushofer, Deutsche Landwirtschaft..., op. cit., p. 226. Friedrich Aereboe, Der Einfluβ des (...)
  • 127 Gerhard Albrecht, Zur Krisis der Landwirtschaft, Iéna, 1924, p. 13.
  • 128 H. Haushofer, Deutsche Landwirtschaft..., op. cit., p. 227.
  • 129 Waldemar Zimmermann, « Die Veränderungen der Einkommens-und Lebensverhältnisse der deutschen Arbei (...)
  • 130 Götz Briefs, article « Kriegswirtschaftslehre und Kriegswirtschaftspolitik », HdStW, vol. 5, Iéna (...)

134– À l’insuffisance de l’offre est venue s’ajouter une dégradation de la qualité des produits. L’insuffisance de l’offre n’était pas uniquement due au fait que, pendant la guerre, les importations de denrées alimentaires étaient rendues impossibles par le blocus allié – avant la guerre, un cinquième environ des besoins alimentaires était couvert par les importations124-, mais aussi au fort recul de la production durant les années 1915-1924, comparé aux années qui précèdent et qui suivent. Ce recul ressort clairement des statistiques de la production agricole125. La cause principale en était, outre l’encadrement des prix, le manque de main d’œuvre et d’engrais dû à la guerre126. Par suite de la pénurie de devises, le manque d’engrais artificiels a duré au-delà de la fin du conflit127. La dégradation de la qualité se traduisait par exemple par le fait que les céréales étaient moins finement moulues, sur décision administrative. Elle s’est également traduite par le célèbre « massacre des porcs » du début de l’année 1915 ; à cette date, les autorités décidèrent l’abattage forcé d’un tiers du cheptel porcin, cet animal étant apparemment devenu « le principal concurrent de l’homme pour la consommation de céréales et de pommes de terre ». « Le gouvernement du Reich se vit par conséquent contraint de restreindre au pain et à la pomme de terre une consommation qui avait reposé avant la guerre sur des produits affinés de haute qualité. »128 Elle s’est enfin traduite par le fait que les conserves ont remplacé la viande fraîche et les fruits séchés les fruits frais129. « Toute disparition d’un stade intermédiaire de qualité élevait la mauvaise qualité au rang de qualité normale, tandis que disparaissait la bonne qualité – selon une loi de Gresham du marché des marchandises. »130

  • 131 Cf. les données comparatives détaillées citées par W. Bach, Untersuchungen über die Lebensmittelra (...)
  • 132 Adolf Günther, Die gesunkene Kaufkraft des Lohnes und ihre Wiederherstellung, Iéna, 1919, p. 5. Ci (...)

135– Le marché noir a joué un rôle croissant, y compris dans l’approvisionnement en denrées alimentaires de première nécessité, dès lors qu’en 1917-1918 l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires rationnées est tombé, en moyenne, bien en dessous de 50 % du niveau de la consommation d’avant-guerre131. Günther132 signale que, d’après des estimations sérieuses faites en 1918, le marché noir « a dû représenter environ un huitième à un septième de la production totale de céréales, de farine et de pommes de terre ; un quart à un tiers de celle de lait, de beurre et de fromage ; un tiers à la moitié de celle d’oeufs, de viande et de fruits » et que les prix qui s’y trouvaient pratiqués pouvaient être jusqu’à dix fois supérieurs à ceux d’avant-guerre, alors que les prix officiels n’étaient que deux à trois fois plus élevés que ceux-ci. Les prix du marché noir, pour lesquels il n’existe pas à ma connaissance de données chiffrées détaillées, étaient donc au maximum supérieurs de 400 % aux prix officiels. En moyenne, ils ne devaient guère s’élever à plus du double de ces derniers.

136Pour ce qui concerne les années d’après-guerre, il est partiellement possible de comparer les prix du marché noir et les prix maximums officiels dans la mesure où l’Office impérial des statistiques a également pris en compte dans son calcul de la hausse du coût de la vie les prix du marché noir, qui jouaient un rôle important dans le budget des ménages par suite de l’insuffisance des rations officielles de denrées alimentaires. Le tableau 24 réunit les données correspondantes pour Berlin.

  • 133 G. Briefs, article « Kriegswirtschaftslehre... », op. cit., p. 1007.
  • 134 Friedrich Aereboe, H. Warmbold et A. Hesse, Preisverhàltnisse landwirtschaftlicher Erzeugnisse im (...)
  • 135 Ibid., p. 27.
  • 136 Ibid.

137– Afin d’éviter les effets de l’encadrement des prix et des mesures de rationnement sur leurs résultats, les entreprises procédèrent à des transferts de production : « La marchandise changea de forme, fut transformée en produits à prix non réglementés et vendue d’autant plus cher, souvent aussi elle fut présentée comme marchandise étrangère et proposée à des prix d’autant plus élevés »133. Certains transferts de production furent également décidés en réaction aux modifications de relations de prix provoquées par la fixation de prix maximums. Celles-ci tenaient en particulier au fait que « en règle générale les prix maximums ont été d’autant plus élevés qu’ils ont été décidés tardivement »134. Or ce sont les biens de consommation de masse des couches sociales les moins favorisées (le pain, les pommes de terre potagères) qui ont fait en premier l’objet d’un encadrement des prix. « En conséquence, il n’a jamais été possible de réunir les quantités nécessaires à la satisfaction des besoins élémentaires des personnes bénéficiaires, même à grand renfort de recommandations et arrêtés, en relevant les prix après coup ou en intervenant autoritairement. Cela est particulièrement vrai de la politique de la pomme de terre menée durant les automnes 1914 et 1915. Dans les deux cas, les prix maximums fixés faisaient que les pommes de terre potagères étaient bien meilleur marché que les pommes de terre fourragères. Aussi ne fut-il pas possible de collecter suffisamment de pommes de terre potagères, en dépit de l’excellente récolte de 1915... Le mauvais rapport de prix incitait à utiliser les pommes de terre pour nourrir le bétail, car cela était plus rentable. »135 De même, les prix du lait frais étaient particulièrement bas en comparaison des prix maximums d’autres denrées alimentaires. « Ce qui menaça de plus en plus l’approvisionnement en lait de nombreuses villes. »136

Tableau 24. Prix de détail et prix du marché noir à Berlin en 1914 et en 1919-1922 (prix le plus courant en Pfennigs). Colonne 1 : prix des denrées alimentaires importées de l’étranger et distribuées par les communes – soulignés – et prix du marché noir. Colonne 2 : prix maximums fixés par l’administration (en gras) ou prix du marché libre après la levée du contingentement.

Tableau 24. Prix de détail et prix du marché noir à Berlin en 1914 et en 1919-1922 (prix le plus courant en Pfennigs). Colonne 1 : prix des denrées alimentaires importées de l’étranger et distribuées par les communes – soulignés – et prix du marché noir. Colonne 2 : prix maximums fixés par l’administration (en gras) ou prix du marché libre après la levée du contingentement.

Pour ce qui concerne les prix du marché noir voir « Schleichhandelspreise wichtiger Lebensmittel nach Angaben Grossberliner Gemeinden », Zeitschrift des Preussischen Statistischen Landesamts, 60ème année, 1920, p. 37+-42+. Johannes Frenkel, « Zur Preisentwicklung der Nachkriegszeit », Zeitschrift des Preufiischen Statistischen Landesamts, 61e année, 1921, p. 196-310. La même source vaut pour les prix du marché libre après la levée du contingentement jusqu’en juin 1922. On y trouve, outre Berlin, des renseignements concernant toutes les régions administratives de Prusse. Depuis 1916, les prix maximums autorisés par l’administration prussienne étaient publiés dans les « Amtliche Preisberichte zur Statistischen Korrespondenz », Berlin, 1916 sq. Ils sont aussi partiellement publiés dans les Statistische Jahrbücherfür den Preufiischen Staat ainsi que dans les Vierteljahrshefte zur Statistik des Deutschen Reichs des différentes années concernées et dans les Statistische Jahrbücher für das Deutsche Reich des mêmes années ; en ce qui concerne le pain de seigle et la viande de bœuf on les trouvera également dans Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung in Deutschland 1914-23, p. 34.

  • 137 Cf. tableau 10.
  • 138 Cf. tableau 27.

138La constitution d’un patrimoine monétaire par les ménages privés était également révélatrice de l’excédent des moyens de paiement et donc d’une inflation supprimée. Les revenus qui ne pouvaient être utilisés à cause du manque de marchandises dû au rationnement furent ou bien dépensés sur le marché noir, ou bien épargnés. Cette seconde solution fut à l’origine du niveau élevé du capital monétaire, qui se traduisit durant la seconde moitié de la guerre par une augmentation des dépôts d’épargne auprès des caisses d’épargne ; cela contribua, avec la souscription aux emprunts obligatoires, à absorber l’épargne des ménages. C’est ainsi qu’entre la fin de 1916 et la fin de 1918 le montant global des dépôts auprès des caisses d’épargne dans l’ensemble du Reich est passé de 21,4 à 31,8 milliards de marks137, soit une augmentation d’environ 50 %, alors qu’il était resté pratiquement constant durant les premières années du conflit. Certes cette augmentation tient pour partie à la hausse plus forte des salaires et traitements nominaux durant la seconde moitié de la guerre. Si on corrige à la baisse la valeur des dépôts d’épargne en appliquant un indice du coût de la vie – Calwer, qui ne prenait en compte que les prix officiels, citait un chiffre d’augmentation de 130 % pour les années de guerre (cf. tableau 9) – on constate que leur valeur réelle a diminué. Mais si on prend également en compte le fait qu’une grande partie de l’épargne privée a été placée dans les quelque 100 milliards d’emprunts de guerre138, on constate que le montant de l’épargne accumulée durant la guerre est bien supérieur à l’augmentation des revenus nominaux et que sa valeur réelle a considérablement augmenté même compte tenu des augmentations de prix officiellement autorisées.

  • 139 18 décembre 1919 : « Verordnung über die Zahlung von Ablieferungsprâmien fur Brotgetreide, Gerste (...)
  • 140 Lothar Meyer, Die deutsche Landwirtschaft während der Inflation und zu Beginn der Deflation 1919-1 (...)
  • 141 RGBl. 1920, p. 325.
  • 142 W. Weber, Chronik..., op. cit., p. 99.

139Après la guerre, le contingentement officiel de la production et de la distribution des denrées alimentaires fut progressivement supprimé. Pour ce qui concerne la production, les obligations de livraison furent assouplies ou complétées par des pratiques d’économie de marché, comme le versement de primes pour toute livraison de céréales139. À partir de la récolte de 1921, le contingentement total de la production de céréales fut aboli au profit d’un système de prélèvements, selon lequel seules les grandes exploitations étaient tenues de livrer une certaine part de leur production aux prix officiels. Le reste pouvait désormais être vendu sur le marché libre140. Par ailleurs, un décret du 13 mars 1920 garantit pour les céréales et les pommes de terre la fixation de prix minimums qui couvraient les coûts de production jusqu’au moment de la récolte141 et furent reconduits jusqu’à la récolte de 1922 par une « commission des indices »142. Les prix maximums avec obligations de livraison se transformèrent de la sorte en prix minimums avec garantie de débouchés. Ces pratiques ne sont pas sans rappeler le système de soutien des prix agricoles appliqué de nos jours en République fédérale d’Allemagne et dans la Communauté européenne.

  • 143 RGBl. 1920, p. 379. Voir également W. Weber, Chronik..., op. cit., p. 93.

140Le passage d’une stricte politique alimentaire à une politique agricole active (= mesures d’encouragement à la production) fut accompagné de la création du ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture par une loi du 30 mars 1920143. Celui-ci s’attacha à mettre un terme rapide aux mesures de contingentement et donc, pour ce qui concerne le stade de la consommation, à l’encadrement des prix. Le tableau 24 indique à quel moment le contingentement de certaines denrées alimentaires a pris fin ; la date retenue est à chaque fois celle de l’abrogation des dispositions officielles sur l’encadrement des prix, ou bien celle à partir de laquelle les prix du marché noir ne sont plus indiqués. C’est ainsi que le rationnement de la margarine prend fin en juillet 1920, celui des pommes de terre en septembre 1920, celui de la viande de bœuf et de porc en octobre 1920, celui des flocons d’avoine en novembre 1920, celui du beurre et du lait seulement en mai/juin 1921, et celui du sucre en octobre 1921. Les œufs, les légumes, les fruits et le riz étaient déjà en vente libre depuis 1919.

  • 144 Carl J. Fuchs, Deutsche Agrarpolitik..., op. cit., p. 48.
  • 145 L. Meyer, Deutsche Landwirtschaft..., op. cit., p. 17.
  • 146 Fritz Beckmann, Die weltwirtschaftlichen Beziehungen der deutschen Landwirtschaft und ihre wirtsch (...)
  • 147 Carl J. Fuchs, Deutsche Agrarpolitik..., op. cit., p. 49. Max Sering, Agrarkrisen und Agrarzölle, (...)
  • 148 Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Das Kabinett Cuno, p. 263. Voir également W. Weber, Ch (...)

141Après que l’« économie de contrainte » – comme on appelait en Allemagne, de manière péjorative, le contingentement officiel de l’approvisionnement en denrées alimentaires aux stades de la production, de la commercialisation et de la consommation – ait été largement supprimée en 1920-1921, à l’exception de quelques reliquats (pour le pain et les céréales panifiables) dont le commerce fut libéralisé en 1922, la conjoncture agricole connut une phase d’essor ; étant donné la dépréciation croissante de la monnaie à partir de l’ultimatum de Londres de mai 1921, cet essor était dû pour l’essentiel à la diminution du service de la dette en termes réels ainsi qu’au désendettement des exploitations agricoles qui remboursaient leurs hypothèques en monnaie fiduciaire dépréciée ; c’est pourquoi on a parlé à juste titre d’une « apparente embellie comme dans le cas de l’industrie, d’une bulle de savon, qui éclata dès que la monnaie fut stabilisée »144. Cependant, l’importance de la suppression du contingentement officiel pour le secteur agricole durant la courte période qui va du milieu de 1921 au début de 1923 est bien mise en valeur par le jugement selon lequel ces quelques mois font partie « des plus fastes dans l’histoire de l’agriculture allemande moderne »145. Cela tenait également au fait que la dépréciation de la monnaie jouait pour l’agriculture le rôle d’une protection douanière venant remplacer les droits de douane traditionnels sur les céréales, qui avaient été supprimés au début de la guerre afin de faciliter les importations. Avec la stabilisation de 1923, consécutive à l’introduction de différents types de comptes en marks-or puis à l’introduction du Rentenmark, cette protection disparut et l’absence de droits de douane sur les céréales se traduisit par une concurrence étrangère renforcée146. Les barrières douanières ayant été maintenues pour l’industrie, et même en partie relevées durant l’inflation d’après-guerre, les « terms of trade » entre les produits agricoles et les demi-produits industriels nécessaires à leur production se dégradèrent également, ce qui contribua largement à la crise de l’agriculture qui sévit durant la période de stabilisation de 1923-1924147. En 1923 vint s’ajouter le fait que, à la suite de l’occupation de la Ruhr par des troupes françaises et belges et du déclenchement de la résistance passive, on envisagea à nouveau au sein du gouvernement des mesures de contingentement pour les denrées alimentaires semblables à celles des années de guerre148. Le refus des producteurs agricoles de livrer la récolte de l’été 1923 contre paiement en monnaie fiduciaire dépréciée contribua fortement dans un premier temps à la mise en place de moyens de paiement à valeur stable, à la proposition de créer une monnaie gagée sur le seigle et finalement à adopter des mesures de stabilisation de la monnaie durant l’automne 1923.

  • 149 À titre de comparaison il est intéressant de noter qu’en Allemagne, durant la période qui s’étend (...)
  • 150 Cf. p. 33.

142Si on veut faire le bilan de l’importance qu’ont eue les mesures d’encadrement des prix et de contingentement et du rôle qu’elles ont joué dans le fait que l’évolution des prix des denrées alimentaires est constamment restée en deçà des tendances du marché, on peut dire pour commencer qu’elles n’ont participé à endiguer l’inflation que, pour l’essentiel, durant les années 1916-1920. Par la suite, les chiffres du tableau 24 montrent que cet effet d’endiguement n’a pas été très marqué. Certes les prix du marché noir se situaient en moyenne, durant les années 1920-1921, une fois et demie à trois fois au-dessus des prix maximums officiels149. Mais lorsque le contingentement fut supprimé, le prix du marché se situa régulièrement à peu près à mi-chemin entre le niveau des derniers prix officiels et celui des prix du marché noir. Or c’est ce niveau de prix intermédiaire, et non pas le prix du marché noir, avec la prime de risque qu’il comporte, qui indiquerait dans quelle mesure l’inflation fut contenue par la politique de contingentement. Comme l’approvisionnement de la population en denrées alimentaires rationnées se faisait pour une bonne part sur le marché noir, le niveau des différents prix officiels ne reflète certes pas pleinement l’ampleur de l’inflation ; mais le niveau des prix du marché noir est tout aussi peu révélateur, dans la mesure où il exagère la hausse des prix. Or l’indice d’évolution du coût de la vie établi par l’Office impérial des statistiques prend en compte, comme nous l’avons précédemment signalé150, les deux types de prix. C’est pourquoi il reflète selon toute vraisemblance fidèlement le niveau de l’inflation d’après-guerre.

143À l’inverse, les indices des prix établis pendant la guerre et les années d’après-guerre jusqu’en 1921 inclus reposent uniquement sur les prix officiels. L’approvisionnement de la population en denrées alimentaires s’étant de plus en plus fait grâce au marché noir durant la seconde moitié de la guerre, ils sous-estiment l’ampleur de l’inflation durant cette période. A supposer que, comme nous l’avons évoqué précédemment, les prix du marché noir aient été en moyenne deux fois plus élevés que les prix officiels en 1917-1918 et que l’approvisionnement en denrées alimentaires se soit fait pour un quart par l’intermédiaire du marché noir, cela voudrait dire que la sous-estimation qui affecte les indices du coût de la vie pour les années 1917-1918 ne devrait pas dépasser 25 %.

144Enfin, il convient de noter pour terminer que, durant les années d’après-guerre, les prix maximums officiels étaient flexibles non seulement vers le haut, mais aussi vers le bas (cf. sur le tableau 24 les prix des pommes de terre en 1919 ainsi que la diminution du prix de la viande de bœuf entre décembre 1919 et janvier 1920). Cet état de chose et le fait que, en 1920, les prix maximums officiels se calquaient sur les prix du marché noir montrent que, durant ces années au moins, la politique des prix officielle suivait les tendances du marché, sans doute en perspective de la suppression projetée du contingentement.

Notes

1 Pour une classification claire, voir Otmar Issing, Einführung in die Geldtheorie, Munich, 19773 [NDE : le chiffre en exposant d’une date de parution d’ouvrage indique à quelle édition C.-L. Holtfrerich se réfère, ici la 3e édition], p. 177. Pour ce qui concerne des introductions à la théorie de l’inflation en anglais, voir John S. Hemming, Inflation, Oxford, 1976 ainsi que A. Trevithick et Charles Mulvey, The Economics of Inflation, Londres, 1975.

2 Artur Woll, Allgemeine Volkswirtschaftslehre, Munich, 19765, p. 369. Certains auteurs rattachent également à l’inflation ouverte l’inflation dite par les bénéfices (inflation relative), bien qu’elle soit accompagnée d’une stabilité des prix, par exemple lorsque, toutes conditions étant par ailleurs égales, les hausses de salaires restent inférieures aux hausses de productivité. Dans un tel cas, l’écart entre les prix établis sur la base du coût de revient et les prix acceptés par le marché de la demande se creuse, ce qui engendre une hausse de la marge bénéficiaire. Voir Herbert Giersch, article « Inflation », HdSW, vol. 5, Stuttgart 1956, p. 282 : Die « Gewinninflation ». Il est cependant plus pertinent de ne pas prendre en compte de tels cas particuliers, qui ne correspondent pas à un décalage entre la demande nominale et l’offre réelle, si l’on veut parvenir à une définition claire de l’inflation. De même que des hausses de prix conjoncturelles, qui sont compensées au sein d’un cycle de courte ou moyenne durée par des baisses de prix, ne sont pas considérées comme des phénomènes inflationnistes.

3 C’était tout particulièrement le cas lorsque les autres indices n’étaient pas disponibles, comme par exemple lors de la controverse dite du bullion au début du XIXe siècle en Angleterre. Voir Frank W. Fetter, The Development of British Monetary Orthodoxy 1797-1875, Cambridge Mass., 1965, p. 27-28.

4 Pour ce qui concerne l’évolution historique de la définition de l’inflation et des méthodes utilisées pour la mesurer voir Harald Scherf, article « Inflation », HdWW., vol. 4, Stuttgart 1978, p. 159.

5 H. Giersch, article « Inflation »,..., op. cit., p. 285. Ce comportement a été en partie celui des sidérurgistes allemands durant la grande inflation, en 1919-1920. Voir Gerald D. Feldman, Iron and Steel in the German Inflation 1916-1923, Princeton, 1977, p. 88 sq.

6 H. Jörg Thieme, « Inflation in westlichen Marktwirtschaften und östlichen Planwirtschaften », List Forum, vol. 9, 1977-1978, p. 293.

7 Cf. Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft..., op. cit., p. 28.

8 Ibid.

9 1926 : 400 produits, puis dans les années suivantes jusqu’à 1 000 produits. Cf. ibid., p. 39.

10 William A. Brown, The International GoldStandardReinterpreted, 1914-1934, vol. l, New York, 1940, p. 146 sq.

11 Robert Liefmann, Die Geldvermehrung im Weltkriege und die Beseitigung ihrer Folgen, Berlin, 1918, chap. 7 : « Die Regelung des Devisen-und auslândischen Effektenverkehrs im Weltkriege », p. 123-139. H. Kleine-Natrop, Devisenpolitik in Deutschland vor dem Kriege und in der Kriegs-und Nachkriegszeit, Berlin, 1922, p. 12 sq. Plus récemment, R. Kühne, Die Devisenzwangswirtschaft im Deutschen Reich während der Jahre 1916 bis 1926. Eine währungspolitische Reminiszenz, Francfort-sur-le-Main, 1970.

12 H. Kleine-Natrop, Devisenpolitik..., op. cit., p. 27.

13 Ibid. Pour ce qui concerne la réglementation du commerce extérieur allemand, voir Günther Haberland, Elf Jahre staatlicher Regelung der Ein-und Ausfuhr. Eine systematische Darstellung der deutschen Auβenhandelsregelung in den Jahren 1914-1925, Leipzig, 1927.

14 À l’exception de quelques mois au milieu de l’année 1920, lorsque débuta à l’étranger la crise économique mondiale. Voir tableau 1.

15 Ben J. Wattenberg, The Statistical History of the United States. From Colonial Times to the Present, New York, 1976, p. 200.

16 On trouvera des synthèses claires et complètes des cours de toutes les monnaies importantes dans Board of Govemors of the Federal Reserve System : Banking and Monetary Statistics, Washington D. C., 1943, p. 662-682, ainsi que dans John P. Young, European Currency and Finance, Washington D. C., 1925.

17 « Zur Berechnung des gewogenen Aussenwerts der D-Mark », Monatsberichte der Deutschen Bundesbank, 31e année, n° 4, avril 1979, p. 22-25.

18 Sur cette question voir Paul Flaskämper, article « Indexzahlen », HdSW, vol. 5, Stuttgart, 1956, p. 191-195. Et plus récemment Oskar Anderson, article « Indexzahlen », HdWW, vol. 4, Stuttgart 1978, p. 98-108. On trouvera une étude plus exhaustive de la même question et qui fait toujours autorité chez Gottffied Haberler, Der Sinn der Indexzahlen, Tubingen, 1927, et Irving Fisher, The Making of Index Numbers. A Study of their Varieties, Tests and Reliability, Boston, 1922. Voir aussi R.G.D. Allen : Index Numbers in Theory and Practice, London, 1975. Pour ce qui concerne plus spécialement l’inflation en Allemagne entre 1914 et 1923, voir Costantino Bresciani-Turroni, « The Movement of Wages in Germany During the Depreciation of the Mark and After Stabilization », Journal of the Royal Statistical Society, vol. 92 (1929), p. 374-403.

19 Sur ce point, voir chap. 3/II, p. 246 sq.

20 Statistisches Reichsamt, « Teuerungsstatistik und Reichsindexziffer », Vierteljahreshefte zur Statistik des Deutschen Reichs, 32e année, 1923, fascicule 1, p. 33. En ce qui concerne la méthode utilisée pour ce calcul statistique par l’Office impérial des statistiques, voir Johannes Frenkel, « Zur Preisentwicklung der Nachkriegszeit », Zeitschrift des Preuβischen Statistischen Landesamts, 61e année, 1921, p. 196-199.

21 Statistisches Reichsamt, « Die Reform der Reichsindexziffer für die Lebenshaltungskosten », Wirtschaft und Statistik, 5e année, 1925, p. 159-163. On y trouve une présentation succinte de la mise au point et des modifications du calcul de l’indice.

22 Statistisches Reichsamt, « Teuerungsstatistik und Reichsindexziffer... », op. cit., p. 33.

23 Sur ce point, voir aussi p. 104 sq.

24 Pour ce qui concerne la méthode de calcul, voir les instructions officielles contenues dans « Die Teuerungsstatistik im Reich », Vierteljahreshefte zur Statistik des Deutschen Reichs, 29e année, 1920, fascicule 3, p. 65-84. Voir aussi fascicule 1, p. 24+-29+. Voir également la présentation claire qui en est faite dans Die Teuerung in Hamburg. Untersuchungen über die Lebenshaltung der hamburgischen Bevölkerung nach dem Kriege Statistische Mitteilungen über den hamburgischen Staat, n° 12, Hambourg, 1921, en particulier p. 13 sq.

25 « Die Teuerungsstatistik im Reich », Vierteljahreshefte zur Statistik des Deutschen Reichs, 29e année, 1920, cahier 3, p. 65.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Teuerung in Hamburg..., op. cit., p. 18-19.

29 Gerald D. Feldman, bon and Steel in the German Inflation 1916-1923, Princeton, 1977, p. 160 sq.

30 Teuerung in Hamburg..., op. cit., p. 18.

31 Franz Eulenburg (« Die sozialen Wirkungen der Währungsverhältnisse », Jahrbücher für Nationalôkonomie und Statistik, vol. 122,1924, p. 776-779) a déjà souligné ce fait. Voir aussi Peter Flora, Indikatoren der Modernisierung. Ein historisches Datenhandbuch, Opladen, 1975, p. 125.

32 Sur ce point, voir aussi les arguments développés par Wilhelm Morgenroth, article « Indexziffern », HdStW, vol. 5, Iéna, 1923, p. 404.

33 Ibid. Outre Berlin et Hambourg, les offices des statistiques des villes de Hanovre, Nuremberg, Kiel, Leipzig et Erfurt ainsi que les services municipaux des salaires de Breslau et de Flensburg ont établi des données concernant la hausse des prix qui tiennent largement compte des particularités régionales. Voir Rudolf Meerwarth, « Über die Bedeutung der Teuerungsziffern », Schmollers Jahrbuch, 45e année, 1921, p. 754.

34 Teuerung in Hamburg..., op. cit., p. 25.

35 Ibid., p. 34-35.

36 Robert R. Kuczynski (éd.), Finanzpolitische Korrespondenz, Berlin, 1920 sq. Du même, Postwar Labor Conditions in Germany, Washington, 1925, p. 9-61. Durant les années d’inflation, Kuczynski dirigeait l’office des statistiques de la ville de Schôneberg, près de Berlin.

37 Voir Statistisches Amt der Stadt Berlin, Die Kosten des Ernährungsbedarfs. Monatliche Ermittlungen, année 1 sq., 1920 sq.

38 Voir le périodique Der Arbeitsmarkt publié par Ignaz Jastrow, 2e année, 1898, cité dans Hildegard Heuer, Die Entwicklung der Metallarbeiterreallôhne auf den Kieler Werften in der Zeit vom 1.4.1920 bis 30.10.1923, thèse de doctorat, Kiel, 1929, p. 19.

39 Richard Calwer, Monatliche Übersichten über Lebensmittelpreise, lre armée sq., Berlin 1911 sq. Pour les seules années de guerre, on trouve également des indices concernant l’évolution des prix des denrées alimentaires chez Peter Quante, « Lohnpolitik und Lohnentwicklung im Kriege », Zeitschrift des Preuβischen Statistischen Landesamts, 59e année, 1919, p. 366 ; et chez Adolf Günther, « Die gesunkene Kaufkraft des Lohnes und ihre Wiederherstellung, 2e partie : Kriegslöhne und-preise und ihr Einfluss auf Kaufkraft und Lebenskosten », Schriften der Gesellschaftfür soziale Reform, vol. 66, Iéna, 1919.

40 H. Heuer, Entwicklung der Metallarbeiterreallöhne..., op. cit., p. 20. Voir aussi R. Meerwarth, « Über die Bedeutung der Teuerungsziffern »..., op. cit., p. 742 sq.

41 Teuerung in Hamburg..., op. cit., p. 38.

42 Moritz Elsas, Der Stand der Kosten der Lebenshaltung. Indexziffern zur Förderung gleitender Entlohnung, Francfort-sur-le-Main, 1920. Elsas était le directeur de l’office des statistiques de la ville de Francfort-sur-le-Main.

43 Dieter Duwendag et al., Geldtheorie und Geldpolitik, Köln, 1974, p. 34. Otmar Issing, Einführung in die Geldtheorie, München, 19773, p. 6. Tout comme, par exemple, les créances à long terme vis-à-vis du système bancaire, les titres de créance libellés en unité monétaire entre particuliers ou bien les valeurs réelles, l’argent peut également servir de réserve de valeur. La troisième fonction généralement reconnue à l’argent est celle d’unité de compte. En ce qui concerne des introductions en langue anglaise à la théorie de la monnaie et à la politique monétaire voir Andrew D. Bain, The Control of Money supply, Harmondsworth, 3e édition, 1980, et W.T. Newlyn, The Theory of Money, Oxford, 2e édition, 1971.

44 Duwendag et al., Geldtheorie..., op. cit., p. 47.

45 Ibid., p. 110.

46 Claus Kôhler, Geldwirtschaft, vol. 1 : Geldversorgung und Kreditpolitik, Berlin, 19772, p. 81.

47 Ibid., p. 95.

48 Ibid., p. 96.

49 Ibid., p. 99.

50 Charles P. Kindleberger, Maniacs, Panics, and Crashes. A History of Financial Crises, New York, 1978.

51 Karl Nordhoff, « Die MaBnahmen der Reichsbank zur Verbesserung der Publizität, Liquiditât und Soliditat der Banken », Untersuchung des Bankwesens 1933, lre partie, vol. 2, Berlin, 1933, p. 246-247. Cf. également Luise Schaeffer, « Die Zweimonatsbilanzen der Grossbanken », Zeitschrift für handelswissenschaftliche Forschung, vol. 13, 1919, p. 102-123.

52 K. Nordhoff « MaBnahmen der Reichsbank... », op. cit., p. 247.

53 Kurt Wagner, Stationen deutscher Bankgeschichte. 75 Jahre Bankenverband, Cologne, 1976, p. 17.

54 Die Reichsbank 1910-1925, lre partie, Berlin, non daté, p. 33.

55 Voir S. Flink, The Reichsbank and the German Economy, New York, 1929, p. 1-15 ; ou J. Riesser, The German Great Banks and their Concentration in Connection with the Economic Development of Germany, Washington D.C., 19113, p. 141 sq.

56 Ces chiffres ont été calculés d’après Die Reichsbank 1901-1925..., op. cit., 2e partie, p. 12.

57 Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung im Deutschland 1914 bis 1923, Berlin, 1925 p. 45-46.

58 P. Barret Whale, Joint Stock Banking in Germany. A Study of German Creditbanks Before and After the War, Londres, 1930, p. 340 sq.

59 Statistisches Reichsamt, Die deutschen Banken 1924-1926, Berlin, 1927, p. 11-12.

60 Ibid., p. 15.

61 Ibid., p. 13.

62 P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 227.

63 Ibid., p. 216.

64 Ibid., p. 217.

65 Depuis l’enquête de 1908 sur le système bancaire, la Reichsbank avait encouragé les opérations en monnaie scripturale afin de modifier la pratique peu efficiente du paiement en espèces, répandue en Allemagne, et de combler le retard que les banques allemandes avaient pris en la matière par rapport à l’Angleterre. Cp., Die Reichsbank 1901-1925.... op. cit., p. 27 sq. Voir aussi P.B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., appendice II.

66 Cf. p. 71-72 supra.

67 On trouvera un modèle d’analyse et des exemples historiques dans C. P. Kindleberger, Maniacs..., op. cit.

68 Walter Klebba, Boise und Effektenhandel im Kriege, Berlin, 1920, p. 4. Voir également Die Bank, 1914, p. 770.

69 P. B. Whale, Joint Stock Banking..., p. 185 sq. Rudolf Stucken, Liquidität der Banken, Berlin, 1940, p. 61-62. Pour ce qui concerne les liquidités des banques avant la guerre, voir également Ernst Loeb, Wirtschaftliche Vorgange, Erfahrungen und Lehren im Europäischen Krieg, Iéna, 1915, p. 6-14. Pour ce qui concerne le rôle des banques dans le processus d’inflation, voir Karl Erich Born, « Vom Beginn des Ersten Weltkrieges bis zum Ende der Weimarer Republik (1914-1933) » dans Institut für bankhistorische Forschung (éd.), Deutsche Bankengeschichte, tome 3, Vom Ersten Weltkrieg bis zur Gegenwart, Francfort-sur-le-Main, 1983, p. 29-32, p. 48-57.

70 Willi Prion, Die deutschen Kreditbanken im Kriege und nachher, Stuttgart, 1917, p. 21-22, p. 32. Voir aussi Die Bank, 1915, p. 301.

71 P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 189. Voir aussi Ernst Hoppe, Der Krieg und die deutsche Geldwistschaft, Essen, 1919, p. 17.

72 Cf. ci-dessus p. 67 ainsi que Statistisches Reichsamt, Die deutschen Banken 1924 bis 1926, p. 12.

73 W. Prion (Deutsche Kreditbanken..., op. cit., p. 24) précise que le montant des traites commerciales détenues par la Reichsbank a augmenté de 2,2 milliards de marks entre le 25 juillet et le 25 août 1914.

74 Walther Bagehot, Lombard Street. A Description of the Money Market, Londres, 1873. En allemand Das Herz der Weltwirtschaft. Die Lombarden-Straβe, Essen, 1920. R. S. Sayers, Central Banking After Bagehot, Oxford, 1957.

75 P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 189.

76 Ibid., p. 190.

77 Ibid., p. 191.

78 Willi Prion, Die deutschen Kreditbanken..., op. cit., p. 95, 100.

79 Erich Renell, Der Warenwechsel in Deutschland in der Geldentwertungszeit 1919-1923, thèse de doctorat, Berlin, 1926, p. 20.

80 Willi Prion, « Deutsche Kreditpolitik 1919-1922 », Schmollers Jahrbuch, 47e année, 1924, p. 77.

81 Durant l’été 1922, les instituts de crédit et les entreprises se plaignaient d’un « manque aigu de crédits ». Voir l’article « Kreditnot » dans Die Sparkasse, n° 1067 du 30 août 1922, p. 4 : « L’accumulation de marchandises en réaction à la hausse incessante des prix, l’accumulation de billets de banque pour échapper à l’impôt sur la fortune et à l’emprunt forcé ainsi que la gigantesque spéculation sur les devises et les titres donnant droit à la distribution de dividendes sont des facteurs qui privent les caisses d’épargne de plusieurs milliards qui, en temps normal, leur seraient confiés ; de ce fait, le montant des dépôts d’épargne a, selon les statistiques, non seulement cessé d’augmenter, mais même connu un léger recul en valeur absolue durant le mois de juillet de cette année. Les caisses d’épargne doivent surveiller avec d’autant plus d’attention l’état de leur liquidité. Ce qui implique avant tout qu’elles soient très prudentes dans l’attribution de crédits à long terme. » Pour ce qui concerne la crise du crédit de l’année 1922, voir aussi Hans Wolf, Inflationswirtschaft und Kreditmarkt. Dargestellt an der Entwicklung der deutschen Kreditkrise der Jahre 1922-1923, thèse de doctorat, Francfort-sur-le-Main, 1925.

82 Albert Hahn, «Die Frage des sog. Vertrauens in die Währung», Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, vol. 52, 1924, fascicule 2.

83 Günter Schmölders, Psychologie des Geldes, Reinbeck, 1966.

84 W. Prion, Deutsche Kreditpolitik..., op. cit., p. 172.

85 W. Prion, Deutsche Kreditpolitik..., op. cit., p. 184-185.

86 Ibid., p. 185.

87 Joachim Vogel, Dus Devisentermingeschaft, Berlin, 1924.

88 W. Prion, Deutsche Kreditpolitik..., op. cit., p. 200-203.

89 Par exemple dans Die Wirtschaftskurve, 1922, fascicule 3, p. 5.

90 Die Wirtschaftskurve, 1922, fascicule 4, p. 3.

91 John M. Keynes, « The German Transfer Problem », Economic Journal, vol. 39, 1929. Reproduit dans Readings in the Theory of International Trade, Londres, 1950, p. 167.

92 Ces décisions sont intervenues en novembre 1919, au moment où les restrictions à l’exportation décidées par les autorités allemandes furent assouplies. Voir W. Prion, Deutsche Kreditpolitik..., op. cit., p. 175.

93 Cela correspond aux idées de J. M. Keynes, « GermanTransfer Problem »..., op. cit., p. 457.

94 W. Prion, DeutscheKreditpolitik..., op. cit., p. 177.

95 Ibid., p. 180.

96 Ibid., p. 181.

97 Voir note 81 page 81.

98 Voir en particulier Karl Friedrich (membre du directoire de la Reichsbank), « Kreditnot und ihre Bekämpfung », in Bank-Archiv, 21e année, 1921-1922 (15 juillet 1922), p. 319-323.

99 Pour ce qui concerne la politique des prix dans son ensemble voir Walter Le Coutre, Die Grundgedanken der deutschen Preispolitik im Weltkriege 1914-1918, Berlin, 1919.

100 Celles-ci sont analysées en détail dans Otto Goebel, Deutsche Rohstoffwirtschaft im Weltkriege, Stuttgart, 1930. Kurt Wiedenfeld, Die Organisation der Kriegsrohstoffbewirtschaftung im Weltkriege, Hambourg, 1936. Alfred Müller, Die Kriegsrohstoffbewirtschaftung 1914-1918 im Dienste des deutschen Monopolkapitals, Berlin Est, 1955. Voir également Dieter Baudis et Helga Nussbaum, Wirtschaft und Staat in Deutschland vom Ende des 19. Jahrhunderts bis 1918-1919, Berlin Est, 1978, p. 261-271. Hans Gotthard Ehlert, Die wirtschaftliche Centralbehörde des Deutschen Reichs 1914 bis 1919, Wiesbaden, 1982, en particulier p. 32-52.

101 RGBl. 1914, p. 339. Voir également Gisela Gündell, Die Organisation der deutschen Ernährungswirtschaft im Weltkriege, Leipzig, 1939, p. 39.

102 Karl ThieB, Höchstpreispolitik. Beitrâge zur Kriegswirtschaft, fascicule 1, Berlin, 1916, p. 3-6. Voir également E. Stem, Der Höchstpreis. Eine systematische Untersuchung auf Grund der Erfahrungen der deutschen Kriegswirtschaft, Munich, 1923.

103 K. Thiess, Hôchstpreispolitik..., op. cit., p. 6-7.

104 Ibid., p. 7.

105 Ibid., p. 9.

106 Sur ce point voir Otto Wiedfeldt, Die Bewirtschaftung von Korn, Mehl und Brot im Deutschen Reiche, ihre Entstehung und ihre Grundzüge. Beiträge zur Kriegswirtschaft, fascicule 50/53, Berlin, 1919. Werner Pieper, Die Versorgung Deutschlands mit Brotgetreide während des Weltkriegs 1914/18 und der Übergang zur freien Wirtschaft in den folgenden Jahren, thèse de doctorat, Berlin, 1927.

107 K. Thiess, Höchstpreispolitik..., op. cit., p. 11.

108 Heinz Haushofer, Die deutsche Landwirtschaft im technischen Zeitalter, Stuttgart, 1963, p. 235.

109 Johannes Frenkel, « Zur Preisentwicklung der Nachkriegszeit », Zeitschrift des PreuBischen Statistischen Landesamts, 61e année, 1921, p. 197.

110 « Die amtliche Hôchstpreisstatistik », in Zeitschrift des PreuBischen Statistischen Landesamts, 61e année, 1921, p. 28+.

111 RGBl. 1914, p. 516.

112 RGBl. 1915, p. 467.

113 RGBl. 1915, p. 607.

114 K. Thiess, Hôchstpreispolitik..., op. cit., p. 13.

115 Hans Stadthagen et Götz Briefs, Die Preisprüfungsstellen. Beiträge zur Kriegswirtschaft, fascicule 22/23, Berlin, 1917.

116 Ibid., p. 38. Pour ce qui concerne la politique d’approvisionnement des communes dans son ensemble, voir August Skalweit et Hans Krieger, Die Nahrungsmittelwirtschaft grosser Städte im Kriege. Beitrâge zur Kriegswirtschaft, fascicule 7/8, Berlin, 1917.

117 K. Thiess, Höchstpreispolitik..., op. cit., p. 17-18. On trouvera un récapitulatif des produits soumis à l’encadrement des prix dans Hôchstpreise, Volkswirtschaftliche Abteilung des Kriegsernährungsamts (éd.), Berlin, 1917.

118 RGBl. 1916, p. 401-402.

119 Wilhelm Weber, « Chronik der deutschen Agrarpolitik 1914-1932 », dans Fritz Beckmann et al. (dir.), Deutsche Agrarpolitik im Rahmen der inneren und äusseren Wirtschaftspolitik, 2e partie, Berlin, 1932, p. 94-95. August Skalweit, Die deutsche Kriegsernährungswirtschaft, Stuttgart, 1927, ouvrage qui présente un tableau complet de la situation, les pages 196 sq. étant plus particulièrement consacrées aux cartes de rationnement.

120 H. Stadthagen et G. Briefs, Preisprüfungsstellen..., op. cit., p. 81.

121 W. Wygodzinski, article « Agrarpolitik », HdStW, vol. 1, Iéna, 1923, p. 78-79.

122 Pour ce qui concerne la politique alimentaire en temps de guerre dans son ensemble, voir Ernst Wagemann, Die Nahrungswirtschaft des Auslandes. Beiträge zur Kriegswirtschaft, fascicule 9, Berlin, 1917.

123 Cf. tableau 9.

124 Carl J. Fuchs, Deutsche Agrarpolitik vor und nach dent Kriege, Stuttgart, 1927, p. 41.

125 Cf. Hans Wolfram Finck von Finckenstein, Die Entwicklung der Landwirtschaft in Preussen und Deutschland 1800-1930, Würzburg, 1960, p. 313 sq. Voir aussi Rudolf Berthold « Zur Entwicklung der deutschen Agrarproduktion und Ernährungswirtschaft zwischen 1907 und 1925 », Jahrbuch fur Wirtschaftsgeschichte, 1974II, p. 83-111. Cf. aussi tableau 33.

126 Heinz Haushofer, Deutsche Landwirtschaft..., op. cit., p. 226. Friedrich Aereboe, Der Einfluβ des Krieges auf die landwirtschaftliche Produktion in Deutschland, Stuttgart, 1927.

127 Gerhard Albrecht, Zur Krisis der Landwirtschaft, Iéna, 1924, p. 13.

128 H. Haushofer, Deutsche Landwirtschaft..., op. cit., p. 227.

129 Waldemar Zimmermann, « Die Veränderungen der Einkommens-und Lebensverhältnisse der deutschen Arbeiter durch den Krieg », dans Rudolf Meerwarth et al., Die Einwirkung des Krieges auf Bevölkerungsbewegung, Einkommen und Lebenshaltung in Deutschland, Stuttgart, 1932, p. 447 sq.

130 Götz Briefs, article « Kriegswirtschaftslehre und Kriegswirtschaftspolitik », HdStW, vol. 5, Iéna 1923, p. 1008.

131 Cf. les données comparatives détaillées citées par W. Bach, Untersuchungen über die Lebensmittelrationierung im Kriege und ihre physiologisch-hygienische Bedeutung auf Grund der Lebensmittelversorgung in Bonn während der Zeit vom 1. Juli 1916 bis 28. Dez. 1918, Munich, non daté ; cité dans W. Zimmermann, Veränderung der Einkommens-und Lebensverhältnisse..., op. cit., p. 456-457.

132 Adolf Günther, Die gesunkene Kaufkraft des Lohnes und ihre Wiederherstellung, Iéna, 1919, p. 5. Cité dans W. Zimmermann, Die Verânderungen..., op. cit., p. 441. Pour ce qui concerne le problème du marché noir, voir également Günther Plachetka, Die Getreide-Autarkiepolitik Bismarcks undseiner Nachfolger im Reichskanzleramt. Darstellung und Auswirkungen insbesondere wâhrend des ersten Weltkrieges, thèse de doctorat, Bonn, 1969. Ainsi que Robert Kalt, Rationierung der Nahrungsmittel und schwarzer Markt in der Kriegswirtschaft, thèse de doctorat, Fribourg, 1949.

133 G. Briefs, article « Kriegswirtschaftslehre... », op. cit., p. 1007.

134 Friedrich Aereboe, H. Warmbold et A. Hesse, Preisverhàltnisse landwirtschaftlicher Erzeugnisse im Kriege. Beiträge zur Kriegswirtschaft, cahier 6, Berlin, 1917, p. 26.

135 Ibid., p. 27.

136 Ibid.

137 Cf. tableau 10.

138 Cf. tableau 27.

139 18 décembre 1919 : « Verordnung über die Zahlung von Ablieferungsprâmien fur Brotgetreide, Gerste und Kartoffeln », RGBl. 1919, p. 1990. Pour ce qui concerne la résistance que les exploitants agricoles ont opposée à l’« économie de contrainte », voir Jens Fleming, Landwirtschaftliche Interessen und Demokratie, Bonn, 1978, en particulier p. 116 sq. Robert G. Moeller, « Peasants, Politics and Pressure Groups in War and Inflation : A Study of the Rhineland and Westphalia, 1917-1924 », thèse de doctorat, University of California, Berkeley, 1980. Du même auteur, « Winners and Losers in the German Inflation ; Peasand Protest over the controlled Economy, 1920-1923 », dans Gerard D. Feldman et al. (dir.), The German Inflation Reconsidered. A Preliminary Balance, Berlin, 1982, p. 256-288.

140 Lothar Meyer, Die deutsche Landwirtschaft während der Inflation und zu Beginn der Deflation 1919-1923, Tübingen, 1924, p. 12 sq. Pour ce qui concerne les raisons d’être de cette politique, voir Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Das Kabinett Fehrenbach, p. LII sq.

141 RGBl. 1920, p. 325.

142 W. Weber, Chronik..., op. cit., p. 99.

143 RGBl. 1920, p. 379. Voir également W. Weber, Chronik..., op. cit., p. 93.

144 Carl J. Fuchs, Deutsche Agrarpolitik..., op. cit., p. 48.

145 L. Meyer, Deutsche Landwirtschaft..., op. cit., p. 17.

146 Fritz Beckmann, Die weltwirtschaftlichen Beziehungen der deutschen Landwirtschaft und ihre wirtschaftliche Lage 1919-1924, Bonn, 1924.

147 Carl J. Fuchs, Deutsche Agrarpolitik..., op. cit., p. 49. Max Sering, Agrarkrisen und Agrarzölle, Berlin, 1925.

148 Akten der Reichskanzlei. Weimarer Republik. Das Kabinett Cuno, p. 263. Voir également W. Weber, Chronik..., op. cit., p. 102.

149 À titre de comparaison il est intéressant de noter qu’en Allemagne, durant la période qui s’étend de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la réforme monétaire de 1948, le marché noir — à la différence du marché « gris » sur lequel on n’échangeait pas des marchandises contre de l’argent mais contre d’autres marchandises – « n’était pas d’une grande ampleur ; ainsi, d’un point de vue quantitatif, il ne correspondait qu’à 10 % des transactions de biens. Mais dans la mesure où s’écoulaient sur ce marché plus de 80 % de l’argent en circulation, ses prix devinrent démesurés. Ainsi ceux de certains produits particulièrement recherchés (par exemple les graisses alimentaires) purent monter jusqu’à cent fois le niveau des prix maximums autorisés. » Karl-Heinrich Hansmeyer et Rudolf Caesar, « Kriegswirtschaft und Inflation », Wàhrung und Wirtschaft in Deutschland 1876-1975, Deutsche Bundesbank (éd.), Francfort-sur-le-Main, 1976, p. 423. Voir également Rudolf Stucken, Deutsche Geld-und Kreditpolitik 1914-1963, Tübingen, 19643, p. 192. Ainsi que Nicholas Balabkins, Germany under Direct Controls. Economic Aspects of Industrial Disarmament 1945-1948, New Brunswik, N. J., 1964, p. 108.

150 Cf. p. 33.

Notes de fin

* Les indices correspondent à l’évolution (nominale ou réelle) des prix en marks par rapport au panel de monnaies étrangères correspondant.

Table des illustrations

Légende (M = masse monétaire ; k = coefficient d’encaisse ; V = vitesse de rotation ; Yr = produit national réel ; P = niveau des prix).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Tableau 1. Indices d’évolution des prix de gros et du cours du dollar en Allemagne durant les années 1914-1923 (1913 = 1, G = prix de gros, C = cours du dollar)
Légende Source : Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung in Deutschland 1914 bis 1923, Berlin, 1925, p. 6, 16, 17.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Titre Graphique 1. Évolution des prix de gros exprimés en dollars américains en Allemagne (GA) et aux États-Unis (GUS) durant les années 1913-1923 (1913 = 1, échelle logarithmique, moyennes annuelles)
Légende Source : GA tableau 1 ; GUS Ben J. Wattenberg, Statistical History..., op. cit., p. 200.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Graphique 2. Cotations mensuelles moyennes des monnaies européennes en dollars américains durant les années 1919-1922 (échelle logarithmique)
Légende Source : Board of Governors of the Federal Reserve System, Banking and Monetary Statistics, Washington D.C. II, 1943, p. 663-681.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Tableau 2. Indices d’évolution de la valeur externe réelle et nominale pondérée du mark durant les années 1920-1923 (1913 = 1)*
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Source : Les chiffres utilisés pour effectuer ces calculs ont été tirés des ouvrages suivants : Part relative dans le commerce extérieur allemand : Statistisches Jahrbuch für das Deutsche Reich, 42e année (1921-1922), Berlin, 1922, p. 224-225 ; ainsi que ibid., 44e année (1924-1925), Berlin 1925, p. 175-176.Taux de change : Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 12-15.Prix de gros : John P. Young, European Currency and Finance, Washington D.C., 1925. International Conference of Economic Services, International Abstracts of Economic Statistics, Londres, 1934. Les quelques chiffres manquants ont été partiellement extrapolés à partir de l’indice des prix de détail.Pour ce qui concerne la méthode de calcul utilisée, voir « Zur Berechnung des gewogenen Aussenwertes der D-Mark », Monatsberichte der Deutschen Bundesbank, 31e année, no 4, avril 1979, p. 22-25, ainsi que les explications contenues dans le texte.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Tableau 4. Indices du coût de la vie dans le Reich durant la période février 1920-décembre 1923 (1913-1914 = 1)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Source : Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung..., op. cit., p. 33. Des estimations pour les années 1914-1919 peuvent être calculées sur la base des indices de Calwer concernant le coût de l’alimentation, ibid. p. 40. Voir aussi, Gerhard Bry, Wages in Germany 1871-1945, Princeton, 1960, p. 440-443.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Titre Tableau 5. Dépenses d’alimentation d’une famille de cinq personnes (mari, femme et trois enfants) pour la période allant de janvier à décembre 1920 à Hambourg
Légende Source : Teuerung in Hamburg..., op. cit., p. 27.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Tableau 6. Frais de scolarité dans les établissements de second degré publics en Prusse durant les années 1909-1923
Légende Source : Zentralblatt für die gesamte Unterrichtsverwaltung in Preuβen, numéros des années concernées, passim.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 8. Minimum vital hebdomadaire d’une famille de quatre personnes à Berlin durant les années 1920-1923 par comparaison avec 1913-1914 d’après R. R. Kuczynski
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende Source : Robert R. Kuczynski, Postwar Labor Conditions..., op. cit., p. 66.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Tableau 9. Indice moyen des prix des denrées alimentaires dans 200 villes du Reich durant les années 1913-1922 (1913 = 1) selon Richard Calwer
Légende Source : Richard Calwer, Monatliche Übersichten über Lebensmittelpreise, Berlin, 1913 sq. ; cité d’après Gerhard Bry, Wages in Germany 1871-1945, Princeton, 1960, p. 440-445.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende « Le solde de liquidité L, correspondant à la différence entre les dépôts des acteurs économiques non bancaires et les crédits qui leur sont accordés par les instituts de crédit, reflète la quantité de monnaie centrale détenue par les banques. La balance des liquidités LA montre sous quelle forme cette monnaie centrale est placée. Quatre formes différentes peuvent être distinguées : α) réserves en monnaie centrale, β) effets de commerce nationaux, γ) effets de commerce étrangers ou investissements étrangers sur le marché monétaire en cas de système de taux de change fixes, δ) titres utilisables à des fins de refinancement. »48
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 10. Chiffres annuels concernant l’évolution de la base monétaire et de la masse monétaire durant les années 1910-1923, en millions de marks
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Légende Source : Deutsche Bundesbank (dir.), Deutsches Geld-und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Francfort-sur-le-Main, 1976, p. 14, 16, 37 sq.* Pour les années 1914-1917 ainsi que 1920, les dépôts auprès de la Reichsbank ont été répartis sur les colonnes 8 et 9 dans une proportion de 1 : 3,5, correspondant à la moyenne, pratiquement constante, des années précédentes et suivantes.1 à partir de 1921: P. B. Whale, Joint Stock Banking..., op. cit., p. 216.2 à partir de 1921 : calculé à partir des données statistiques des caisses d’épargne de Prusse, dans Zeitschrift des Preuβischen Statistischen Landesamts, années concernées.3 à partir de 1921 : Statistisches Jahrbuch für das Deutsche Reich. 44e année, 1924-1925, p. 314.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Tableau 11 Chiffres mensuels concernant la circulation monétaire durant les années 1913-1923, en millions de marks
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Source : colonnes 1-4 : Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung in Deutschland 1914-1923, Berlin, 1925, p. 45-52.Colonne 4 de septembre à décembre 1923 : J.P. Young, European Currency..., op. cit., vol. 1, p. 528 sq.colonnes 5-6: Politisches Archiv des Auswärtigen Amtes Bonn, Abt. W. Rep., Akten betreffend Verhandlungen zur Ausführung des Friedensvertrages in Spa 9125/242 450 – 242 595 (Kent-Catalogue). Sur microfilm : National Archives Washington D. C., T. 120 Reel No 3462. Ainsi que tableau 10. Les chiffres mensuels avant juin 1914 : Statistisches Reichsamt, Die dentschen Banken 1924-1926, Berlin, 1927, p. 107.colonne 7 : F. Hesse, Deutsche Wirtschaftslage..., op. cit., p. 426 sq.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Tableau 12. Dépôts auprès de la Reichsbank en fonction des catégories de déposants en 1900, 1910, 1914, 1925
Légende Source : Deutsche Bundesbank, Deutsches Geld-und Bankwesen in Zahlen 1876-1975, Francfort-sur-le-Main, 1976, p. 42.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Tableau 18. Dépôts de différents types de banques en pourcentage de la base monétaire durant les années 1913-1922
Légende Source : tableau 10.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Tableau 19. Structure de la base monétaire durant les années 1913-1922 (en %)
Légende * Darlehenskassenscheine Source : tableau 10.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Tableau 20. Évolution de la dette flottante du Reich durant les années 1914-1923
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Source : Deutschlands Wirtschaft, Währung und Finanzen, Berlin, 1924, p. 62.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Tableau 21. Financement des dépenses du Reich par les recettes fiscales et l’augmentation de la dette flottante durant les années 1920-1922 (données converties en millions de marks-or sur la base du cours mensuel moyen du dollar)
Légende Source : Deutschlands Wirtschaft, Wàhrung und Finanzen, Berlin, 1924, p. 32
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Tableau 22. Différence entre poste créditeur et poste débiteur des banques de crédit par actions en pourcentage du poste créditeur durant les années 1920-1922 (janvier 1920 = 100)
Légende Source : Die Wirtschaftskurve, années 1922 et 1923, passim.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 23. Différents taux d’intérêt sur le marché monétaire durant les années 1920-1923, en % par an
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Source : 1 Die Reichsbank 1901-1925, Berlin, non daté, tableaux p. 94-95.2 Die Wirtschaftskurve 1922, 1923, passim. Voir aussi Die Bank 1920-1923.3 Exprimé en % par an tu taux de change au comptant. Un chiffre négatif signifie une prime sur le mark. Les chiffres pour mai-décembre 1920 ont été calculés d’après John M. Keynes, « The Forward Market in Foreign Exchange », Manchester Guardian Commercial, Supplément : Reconstruction in Europe, 20 avril 1922, p. 11-14. À partir de janvier 1921, ils ont été calculés d’après Paul Einzig, The Theory of Forward Exchange, Londres, 1937, p. 450-455.4 Indications tirées de Die Wirtschaftskurve 1922, fascicule 3, p. 5, ainsi que de W. Prion, « Deutsche Kreditpolitik 1919-22 », Schmollers Jahrbuch, 47e année, 1924, p. 185.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Tableau 24. Prix de détail et prix du marché noir à Berlin en 1914 et en 1919-1922 (prix le plus courant en Pfennigs). Colonne 1 : prix des denrées alimentaires importées de l’étranger et distribuées par les communes – soulignés – et prix du marché noir. Colonne 2 : prix maximums fixés par l’administration (en gras) ou prix du marché libre après la levée du contingentement.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Pour ce qui concerne les prix du marché noir voir « Schleichhandelspreise wichtiger Lebensmittel nach Angaben Grossberliner Gemeinden », Zeitschrift des Preussischen Statistischen Landesamts, 60ème année, 1920, p. 37+-42+. Johannes Frenkel, « Zur Preisentwicklung der Nachkriegszeit », Zeitschrift des Preufiischen Statistischen Landesamts, 61e année, 1921, p. 196-310. La même source vaut pour les prix du marché libre après la levée du contingentement jusqu’en juin 1922. On y trouve, outre Berlin, des renseignements concernant toutes les régions administratives de Prusse. Depuis 1916, les prix maximums autorisés par l’administration prussienne étaient publiés dans les « Amtliche Preisberichte zur Statistischen Korrespondenz », Berlin, 1916 sq. Ils sont aussi partiellement publiés dans les Statistische Jahrbücherfür den Preufiischen Staat ainsi que dans les Vierteljahrshefte zur Statistik des Deutschen Reichs des différentes années concernées et dans les Statistische Jahrbücher für das Deutsche Reich des mêmes années ; en ce qui concerne le pain de seigle et la viande de bœuf on les trouvera également dans Statistisches Reichsamt, Zahlen zur Geldentwertung in Deutschland 1914-23, p. 34.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5549/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search