Version classiqueVersion mobile

L'inflation en Allemagne 1914-1923

 | 
Carl-Ludwig Holtfrerich

Introduction

Texte intégral

I. ÉTAT DE LA RECHERCHE

  • 1 Frank D. Graham, Exchange, Prices and Production in Hyper-Inflation: Germany, 1920-1923, New York, (...)
  • 2 Costantino Bresciani-Turroni, The Economics of Inflation. A Study of Currency Depreciation in Post (...)
  • 3 Karsten Laursen et Jørgen Pedersen, The German Inflation 1918-1923, Amsterdam, 1964.

1En l’état actuel de la recherche consacrée aux aspects économiques, aux causes et aux conséquences de l’inflation que l’Allemagne traverse entre 1914 et 1923, trois ouvrages sont à retenir : ceux de Frank D. Graham1, de Costantino Bresciani-Turroni2 et de Karsten Laursen/Jørgen Pedersen3. Ces trois études présentent les points communs suivants :

  • elles ont été réalisées par des auteurs qui ne sont pas allemands, sont parues exclusivement à l’étranger et n’ont pas été traduites en allemand, ce qui en dit long sur les difficultés que rencontrent les historiens allemands de l’économie à assumer un passé aussi important et décisif pour l’évolution ultérieure ;
  • elles portent sur la période qui suit la fin de la Première Guerre mondiale, bien que les causes premières de l’inflation qui la caractérise tiennent à la politique financière menée par le Reich durant les années de guerre ;
  • elles sont le fait d’économistes qui s’attachent essentiellement aux aspects théoriques ;
  • elles ne prennent pas en compte ou n’ont pas pu prendre en compte les sources historiques qui permettent de comprendre les intentions de ceux qui avaient à l’époque charge de conduire la politique économique, ni les processus décisionnels.
  • 4 Le célèbre théoricien britannique de la monnaie D. H. Robertson, qui ne tarissait par ailleurs pas (...)
  • 5 Heinz Haller (« Die Rolle der Staatsfinanzen fur den Inflationsprozess », Währung und Wirtschaft i (...)
  • 6 C. Bresciani-Turroni, Economics of Inflation..., op. cit., p. 403 sq., 195 sq.
  • 7 K. Laursen et J. Pedersen, German Inflation..., op. cit., p. 120-123.
  • 8 C. Bresciani-Turroni, Economies of Inflation..., op. cit., p. 404. Dans la préface de cet ouvrage, (...)

2Elles diffèrent entre elles essentiellement par l’appareil théorique sur lequel elles reposent et à partir duquel elles expliquent le phénomène inflationniste des années d’après-guerre. Graham et Bresciani-Turroni ont eu recours à des théories contraires déjà utilisées par les contemporains de l’inflation : Graham se réclamait plus de ce qu’il est convenu d’appeler la théorie de la balance des paiements et considérait que les réparations exigées de l’Allemagne, autrement dit un facteur exogène, représentent une cause essentielle de l’inflation. À l’inverse, Bresciani-Turroni explique la dépréciation extérieure (cours du change) et intérieure de la monnaie avant tout par la théorie de l’inflation ou théorie quantitative ; pour lui, la cause principale de l’inflation tenait à la politique économique nationale4. Après ce qu’il est convenu d’appeler la révolution keynésienne en matière de théorie économique, Laursen/Pedersen ont eu recours à l’hypothèse de la pression salariale pour expliquer la hausse des prix en Allemagne entre 1918 et 1923 et, conformément à la tradition keynésienne, ont attribué à la masse monétaire un rôle essentiellement passif. Graham ainsi que Laursen/Pedersen ont mis l’accent sur la relance de la croissance et de l’emploi induite par l’inflation, relance qui aurait, à leurs yeux, permis le rétablissement de la paix sociale sous la République de Weimar5. À l’inverse, Bresciani-Turroni a souligné le déséquilibre structurel de l’économie qui, a ses yeux, aurait résulté de la fuite frénétique vers les valeurs corporelles et de l’activité débridée sur le marché des investissements, mais ne serait apparu au grand jour qu’une fois intervenue la stabilisation monétaire ; il se serait alors traduit alors par un chômage structurel et aurait nécessité de recourir à un vaste programme de rationalisation6. Laursen/Pedersen considèrent que par suite de l’inflation non seulement le produit national à distribuer était plus important, mais encore que, du fait du plein emploi, il fut réparti de manière plus égale que ne l’aurait permis une politique monétaire différente, tournée vers la stabilité et comparable à celle qui avait provoqué à l’étranger la dépression de 1920-19217. À l’inverse, Bresciani-Turroni affirme que la grande inflation qui a touché l’Allemagne a provoqué une « révolution au sein des classes sociales » conduisant à une plus grande inégalité ; qu’elle a plongé des millions de personnes dans la pauvreté tandis que quelques-unes, peu nombreux, parvenaient à accaparer la richesse nationale8.

  • 9 Voir Walther G. Hoffmann et al., Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahr (...)
  • 10 Gerald D. Feldman, « Gegenwârtiger Forschungsstand und künftige Forschungsprobleme zur deutschen I (...)
  • 11 Ibid., p. 10, 18. Feldman lui-même a publié une série d’études très complètes sur les données poli (...)
  • 12 Knut Borchardt, « Die Erfahrung mit Inflationen in Deutschland », dans J. Schlemmer (dir.), Enteig (...)
  • 13 Peter-Christian Witt, « Finanzpolitik und sozialer Wandel in Krieg und Inflation 1918-1924 », dans (...)

3Ces jugements parfaitement contradictoires sur les causes et conséquences de l’inflation en Allemagne après la Première Guerre mondiale ne reflètent pas seulement la diversité des approches théoriques, ils tiennent aussi à ce que les processus économiques et sociaux qui caractérisent ces années n’ont pas fait l’objet d’une étude scientifique suffisamment poussée. Les analyses statistiques de l’histoire économique de l’Allemagne sont en règle générale incomplètes pour ce qui concerne les années 1914-19239. L’historien Gerald Feldman a récemment qualifié l’inflation de 1914-1923 de « désert historiographique parsemé de quelques oasis »10 et appelé à se pencher également, au-delà des seules explications par la théorie économique, sur les causes et conséquences politiques11. Knut Borchardt, historien de l’économie, a également mis en garde contre le risque de s’en tenir à une approche mécaniste et de ne voir dans l’inflation de 1914 à 1923 qu’un « accident de parcours d’une économie capitaliste ». « Elle constitue bien au contraire un phénomène essentiellement politique » sur lequel on ne saurait, selon lui, porter de jugement satisfaisant si l’on ne prend pas également en compte « les autres possibilités qui s’offraient »12. Peter Christian Witt a pour sa part appelé à ne plus se contenter de considérer les seuls aspects économiques du phénomène inflationniste en Allemagne durant les années 1914-1923, à resituer « la politique monétaire dans son contexte, c’est-à-dire dans l’ensemble des décisions de politique financière » et à analyser les choix de politique générale qui les sous-tendent13.

II. OBJET DE LA PRÉSENTE ÉTUDE

4L’objet de la présente étude résulte des remarques précédentes. Elle doit contribuer à compléter la représentation historiographique de l’inflation qui touche Allemagne entre 1914 et 1923, à en préciser certains aspects, tout en proposant, au-delà de cette contribution ponctuelle spécifique à l’avancement de la recherche, un tableau général des formes, causes et conséquences de l’inflation. Afin de tenir compte des remarques critiques que suscitent les ouvrages de référence et que nous avons rappelées dans les lignes qui précèdent, et dans le but de répondre aux appels adressés ces derniers temps aux chercheurs, une attention particulière sera apportée à intégrer dans l’analyse les années de guerre, considérées comme le point de départ de l’inflation sous l’angle de la politique financière ; à prendre également en compte, au-delà des seuls éléments d’explication strictement économiques, les facteurs de politique intérieure et étrangère qui ont influé sur les modifications des variables économiques ; à combler, au moins en partie, les lacunes existantes en matière de données statistiques concernant l’inflation ; et tout particulièrement à présenter le processus inflationniste en Allemagne dans son contexte international.

5Cette dimension internationale est indispensable dans la mesure où les évolutions monétaires que connaît l’Allemagne et leurs retombées économiques – sans parler des retombées politiques – ne sont pas intervenues dans un pays qui vivait en vase clos, coupé du monde extérieur. C’est justement parce que l’Allemagne était un des premiers pays industriels du monde que les effets de la politique inflationniste ont également été ressentis à l’étranger – pratiquement dans l’ensemble de l’économie mondiale. Inversement, certaines décisions politiques et certaines évolutions économiques intervenues à l’étranger ont influé sur l’évolution économique (et politique) de l’Allemagne, limitant au moins partiellement la liberté de manœuvre de ses dirigeants en matière de politique économique. L’attitude que l’étranger adopte vis-à-vis de l’Allemagne pour ce qui concerne les réparations, le commerce extérieur et le crédit en donne des exemples typiques. En outre, certaines décisions purement intérieures de politique monétaire, financière ou structurelle prises dans les pays tiers ont eu des répercussions semblables sur les conditions dans lesquelles la situation a évolué en Allemagne même.

  • 14 Franz Eulenburg, « Die sozialen Wirkungen der Währungsverhältnisse », dans Jahrbücher für National (...)
  • 15 Ibid.
  • 16 Ragner Nuske, The Course and Control of Inflation. A Review of Monetary Experience in Europe after (...)
  • 17 Philipp Cagan, « The Monetary Dynamics of Hyperinflation », dans M. Friedman (dir.), Studies in th (...)

6Enfin, la comparaison avec l’étranger s’impose pour des raisons de logique ; elle permettra de dégager parmi le réseau complexe des relations de causalité qui influent de diverses manières sur le cours des événements historiques et, par là même, sur le cours de l’histoire économique, celles qui peuvent être directement mises en relation avec l’inflation, qu’elles l’aient induite ou en aient résulté. Car nombre de problèmes et faits économiques, sociaux et politiques des premières années d’après-guerre ont été communs à des pays dont la politique monétaire a suivi des voies complètement différentes, par exemple le Grande-Bretagne qui s’engage dans la déflation à partir de 1919, et l’Allemagne avec son inflation. À la fin de la Première Guerre mondiale, tous les pays ayant participé directement ou indirectement à l’économie de guerre ont été confrontés au problème de la reconstruction et de la reconversion de leur appareil productif à des fins pacifiques, et ils se sont efforcés de le résoudre en recourant à des politiques monétaires très différentes. C’est pourquoi Franz Eulenburg mettait déjà en garde, dans l’étude qu’il a consacrée dès les années vingt aux conséquences sociales de l’inflation, contre le risque de « rapporter la transformation de la structure sociale à une seule composante (la situation monétaire) alors qu’elle relève de la combinaison de plusieurs ensembles de causes. » Aussi faut-il se demander, à son sens, « quelle part de l’effet global tient à d’autres causes et quelle part procède uniquement de la monnaie »14. Certes il n’était pas convaincu que le recours à la comparaison avec l’étranger aide à résoudre ce problème « parce que la situation générale par exemple en Allemagne et en Angleterre est trop différente »15. Cependant, la comparaison avec l’étranger me semble constituer, outre celle avec d’autres époques, la seule méthode disponible si on veut éviter de sombrer dans l’arbitraire lorsqu’on cherche à distinguer entre causes et effets de l’inflation. Étant donné la complexité d’un processus historique comme celui de l’inflation, il est évident qu’on ne peut pas toujours procéder de manière parfaitement systématique, voire économétrique. C’est pourquoi les évolutions intervenues à l’étranger seront utilisées pour une mise en contraste ou bien en parallèle avec ce qui se produit en Allemagne, autrement dit à des fins d’illustration ou de description, en vue de rendre mieux perceptible l’évolution qui intervient en Allemagne ou de souligner l’explication qui en sera donnée ; d’autant que la comparaison systématique des courants inflationnistes au lendemain de la Première Guerre mondiale a déjà été réalisée par Ragnar Nurske dans l’excellente étude qu’il a rédigée pour le Société des Nations16, et qu’on dispose également de la comparaison économétrique de sept cas d’hyperinflation intervenus au xxe siècle réalisée par Philipp Cagan17.

  • 18 Pour ce qui concerne la signification changeante de ce mot, voir Kurt Singer, article « Inflation  (...)

7Notre étude se subdivise en trois chapitres. Dans le premier sont exposées les formes prises par l’inflation en Allemagne, c’est-à-dire le processus de constante augmentation des prix ou encore d’incessant affaiblissement du pouvoir d’achat de la monnaie dans le pays comme à l’étranger – selon la définition que l’on donne de nos jours de l’inflation – ainsi que le processus d’accroissement de la masse monétaire – qui correspond mieux à la signification originelle du terme et plus encore à celle qu’on lui attribuait à l’époque18. Cette partie est placée sous le signe du débat que suscitent les problèmes statistiques liés à toute tentative d’analyse quantitative du phénomène inflationniste. Elle intéressera sans doute plus particulièrement les économistes. Ceux des lecteurs dont l’intérêt se porte plutôt sur les aspects politiques et les conséquences sociales de l’inflation pourront sans problème commencer par la lecture du chapitre deux. Celui-ci est en effet consacré aux causes, paramètres et conditions économiques, mais aussi politiques de l’inflation, et en particulier à la politique financière du Reich pendant et après la guerre ; à l’importance de la question des réparations pour l’inflation ; à la politique de crédit de la Reichsbank ainsi qu’à ses marges de manœuvre et ses visées de politique générale ; à la relation entre le potentiel de production effectif d’une part, l’écart entre offre de biens réelle et demande sur le marché monétaire de l’autre ; enfin au « facteur confiance », fortement dépendant de l’évolution politique et décisif pour la stabilité de la monnaie et donc pour la demande sur le marché monétaire, dont les fluctuations ont marqué l’évolution à court terme de l’inflation. Le troisième chapitre est consacré aux effets de l’inflation, en particulier sur la croissance et l’emploi, donc sur le niveau du revenu national, ainsi que sur la répartition du revenu national à l’intérieur du pays. Y seront en outre étudiés les effets de relance que l’inflation allemande a eus sur l’économie des pays étrangers, tout particulièrement durant la crise économique mondiale de 1920-1921. Enfin sera mis en lumière le fait que l’inflation d’après-guerre a eu, dans une proportion comparable aux importations de capitaux par l’Allemagne durant la seconde moitié des années vingt, un effet de redistribution, favorable à l’Allemagne, entre l’économie allemande dans son ensemble et l’étranger ; et cet effet doit être pleinement pris en compte dans le jugement global que l’on porte sur le phénomène. L’analyse se termine par une présentation générale des mesures de stabilisation qu’il a bien fallu finir par prendre et de ce qu’il est convenu d’appeler les lois de revalorisation, sensées corriger quelques effets redistributifs.

  • 19 K. Laursen et J. Pedersen, German Inflation..., op. cit., p. 123.

8Pour éviter toute partialité dans l’interprétation, il sera recouru à un éventail de positions théoriques le plus large possible dans l’étude des facteurs et des conséquences de l’inflation. Le lecteur aura ainsi la possibilité de choisir et de retenir parmi tous les facteurs et conséquences ceux qui lui paraissent les plus importants au regard de ses propres priorités. Car en dernier ressort c’est en fonction d’une échelle de valeurs individuelle qu’on porte un jugement favorable ou défavorable sur les effets de l’inflation. Si l’on estime par exemple que les effets à court terme sur la croissance et l’emploi sont positifs et plus importants que les effets distributifs négatifs, on donnera la préférence aux interprétations théoriques qui – comme celle de Laursen/Pedersen – soulignent les relations de cause à effet favorables et présentent l’inflation comme le résultat naturel des conditions du moment, ne voyant en elle ni stratégie délibérée, ni mauvaise intention, mais un « déficit d’action politique »19.

  • 20 C. Bresciani-Turroni, Economics of Inflation..., op. cit., p. 46.

9Et même si l’on tient l’inflation pour un mal qu’il convient d’éviter, le prix qu’on est prêt à payer pour la combattre dépend de l’échelle de valeur de chacun. On privilégiera dans ce cas les interprétations théoriques qui font apparaître ce prix comme supportable au regard des avantages de la stabilisation. Si on a par exemple le choix, pour combattre l’inflation, entre améliorer la balance des paiements (entre autres en contractant des emprunts à long terme à l’étranger) et réduire les dépenses excédentaires dans les budgets publics, on donnera la préférence à l’interprétation par la théorie de la balance des paiements, défendue par exemple par Graham, dès lors qu’on juge supportables les efforts qu’implique l’amélioration de celle-ci ; et qu’on se refuse à courir le risque de récession qu’entraînerait le rétablissement de la stabilité des prix par une réduction des dépenses excédentaires dans les budgets publics. À l’inverse, les interprétations purement quantitatives, comme celle de Bresciani-Turroni, ont l’agrément de ceux qui, même dans une situation intérieure et extérieure aussi exceptionnelle que celle que connaît l’Allemagne après la Première Guerre mondiale, jugent que le bénéfice social résultant d’une stabilisation de la monnaie compense largement les coûts sociaux induits par une politique financière et monétaire déflationniste. Le choix de la déflation qui est fait en Grande-Bretagne au lendemain de la Première Guerre mondiale illustre la prédominance d’une telle échelle de valeurs chez les responsables de la politique financière et monétaire. Aussi n’est-ce pas sans raison que la théorie quantitative a également été appelée théorie « anglaise »20.

10Dès lors qu’elle est conçue comme l'output d’un « processus de production » politique, social et économique, l’inflation peut, comme toute opération de fabrication, être considérée comme le produit de divers inputs. Auquel cas la régulation du volume de production répond aux mêmes règles que pour une machine : l'output peut être diminué de diverses manières, par exemple par une réduction de l’alimentation électrique conduisant à un ralentissement du rythme de travail de la machine ; ou bien en maintenant le niveau d’alimentation en énergie inchangé, mais en ralentissant le rythme de l’approvisionnement en demi-produits. Les deux méthodes permettent d’atteindre le but recherché, mais le choix de l’une ou de l’autre dépendra du niveau comparatif des coûts qu’elles induisent. Par contre, pour en revenir à l’inflation, on ne dispose pas d’instrument de mesure objectif des coûts en matière sociale, en sorte que l’exactitude formelle et logique tout comme la pertinence empirique du choix de telle ou telle théorie de l’inflation, avec les mesures de politique économique qu’elle suppose pour lutter contre celle-ci, sont difficilement contrôlables et que ce choix relève d’une démarche partiellement subjective.

Notes

1 Frank D. Graham, Exchange, Prices and Production in Hyper-Inflation: Germany, 1920-1923, New York, (1930) 1967.

2 Costantino Bresciani-Turroni, The Economics of Inflation. A Study of Currency Depreciation in Post-War Germany, Londres, (1937) 1968. La première édition, en langue italienne, date de 1931. Bresciani-Turroni avait été directement témoin de l’inflation et avait eu accès à des informations confidentielles en sa qualité de délégué de la Commission des Réparations à Berlin.

3 Karsten Laursen et Jørgen Pedersen, The German Inflation 1918-1923, Amsterdam, 1964.

4 Le célèbre théoricien britannique de la monnaie D. H. Robertson, qui ne tarissait par ailleurs pas d’éloges pour l’étude de Bresciani-Turroni, voyait sa principale faiblesse dans le fait que Bresciani-Turroni imputait totalement la responsabilité de l’inflation aux hommes politiques allemands. Il lui reprochait de ne pas suffisamment prendre en compte « ces puissances victorieuses dont la cupidité aveugle a contribué à imposer aux dirigeants de la jeune république une tâche tellement au-dessus de leurs forces. Pour ma part, je pense que sur ce point, certes limité mais important, cet ouvrage présente les choses de manière trop peu nuancée. » D. H. Robertson (compte rendu de lecture), « C. Bresciani-Turroni : Economics of Inflation... », Economica, vol. 5, 1938, p. 234.

5 Heinz Haller (« Die Rolle der Staatsfinanzen fur den Inflationsprozess », Währung und Wirtschaft in Deutschland 1876-1975, Deutsche Bundesbank (éd.), Francfort-sur-le-Main 1976, p. 152) allait récemment dans le même sens lorsqu’il écrivait : « La survie de la démocratie parlementaire a été, soulignons le encore une fois, le principal mérite de l’inflation. »

6 C. Bresciani-Turroni, Economics of Inflation..., op. cit., p. 403 sq., 195 sq.

7 K. Laursen et J. Pedersen, German Inflation..., op. cit., p. 120-123.

8 C. Bresciani-Turroni, Economies of Inflation..., op. cit., p. 404. Dans la préface de cet ouvrage, Lionel Robbins défendait même la thèse, appelée à faire fortune par la suite, selon laquelle « Hitler is the foster-child of the inflation. » (p. 5).

9 Voir Walther G. Hoffmann et al., Das Wachstum der deutschen Wirtschaft seit der Mitte des 19. Jahrhunderts, Berlin, 1965. Statistisches Bundesamt, Bevölkerung und Wirtschaft 1872-1972, Stuttgart, 1972, p. 87 sq.

10 Gerald D. Feldman, « Gegenwârtiger Forschungsstand und künftige Forschungsprobleme zur deutschen Inflation » dans Otto Büsch et Gerald Feldman (dir.), Historische Prozesse der deutschen Inflation 1914 bis 1924. Ein Tagungsbericht, Berlin, 1978, p. 3.

11 Ibid., p. 10, 18. Feldman lui-même a publié une série d’études très complètes sur les données politiques de l’inflation en Allemagne. Voir ses ouvrages Army, Industry, and Labor in Germany 1914-1918, Princeton, 1966. Iron and Steel in the German Inflation 1916-1923, Princeton, 1977. Et, en collaboration avec Heidrun Homburg, Industrie und Inflation. Studien und Dokumente zur Politik der deutschen Untemehmer 1916-1923, Hambourg, 1977. Voir également à ce sujet G.D. Feldman, C.-L. Holtfrerich, G.A. Ritter et P.C. Witt (dir.), The German Inflation Reconsidered. A Preliminary Balance. Berlin, 1982 ainsi que The Experience of Inflation. International and Comparative Studies, Berlin, 1982. Pour ce qui concerne les aspects politiques de l’inflation et de la stabilisation, voir l'étude très vaste et richement documentée de Charles S. Maier, Recasting Bourgeois Europe. Stabilization in France. Germany, and Italy in the Decade After World War I, Princeton, 1975. Voir aussi Agnete von Specht, Politische und wirtschaftliche Hintergründe der deutschen Inflation 1918-1923, Francfort-sur-le-Main, 1982.

12 Knut Borchardt, « Die Erfahrung mit Inflationen in Deutschland », dans J. Schlemmer (dir.), Enteignung durch Inflation ? Fragen der Geldwertstabilität, Munich, 1972, p. 17. Entretemps, la dimension politique (non désintéressée) de l’inflation trouve également un écho grandissant chez les économistes. Voir l’ouvrage collectif de Fred Hirsch et John H. Goldthorpe (dir.), The Political Economy of Inflation, Londres, 1978.

13 Peter-Christian Witt, « Finanzpolitik und sozialer Wandel in Krieg und Inflation 1918-1924 », dans H. Mommsen, D. Petzina et B. Weisbrod (dir.), Industrielles System und politische Entwicklung in der Weimarer Republik, Düsseldorf, (1974) 1977, p. 397.

14 Franz Eulenburg, « Die sozialen Wirkungen der Währungsverhältnisse », dans Jahrbücher für Nationalökonomie und Statistik, vol. 122, 1924, p. 749.

15 Ibid.

16 Ragner Nuske, The Course and Control of Inflation. A Review of Monetary Experience in Europe after World War I, Genève, 1946.

17 Philipp Cagan, « The Monetary Dynamics of Hyperinflation », dans M. Friedman (dir.), Studies in the Quantity Theory of Money, Chicago, 1956, p. 25-117.

18 Pour ce qui concerne la signification changeante de ce mot, voir Kurt Singer, article « Inflation », HdStW, vol. 5, Iéna, 1923, p. 444-445. Friedrich Bendixen, Das Inflationsproblem, Stuttgart, 1917, p. 11-13. Fritz Neumark, Begriff und Wesen der Inflation, Iéna, 1922, p. 11 sq.

19 K. Laursen et J. Pedersen, German Inflation..., op. cit., p. 123.

20 C. Bresciani-Turroni, Economics of Inflation..., op. cit., p. 46.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search