Version classiqueVersion mobile

L'inflation en Allemagne 1914-1923

 | 
Carl-Ludwig Holtfrerich

Avant-propos

Texte intégral

1Tout comme la curiosité humaine, la curiosité scientifique n’est jamais satisfaite. Depuis la parution de mon livre en allemand en 1980 et sa traduction anglaise avec des compléments bibliographiques en 1986, la recherche scientifique sur l’inflation allemande de 1914 à 1923 et tout particulièrement après la Grande Guerre a fait des progrès considérables. La dévalorisation extrême de la monnaie avec ses conséquences sociales, politiques et culturelles, et son influence sur les mentalités ont beaucoup intéressé des historiens à cause de leurs effets sur les comportements économiques et les historiens économistes à cause de leurs répercussions sur le mouvement de l’économie. Les historiens de la monnaie emploient très souvent des données sur l’inflation allemande d’après guerre et des statistiques sur l’hyperinflation et la stabilisation du mark (1923-1924) pour vérifier la validité de leurs hypothèses. Comme il leur est impossible, contrairement aux scientifiques, de mener leurs propres expériences, ils apprécient particulièrement le cas extrême de l’hyperinflation, qui révèle, comme une lentille, les points forts et faibles de leurs théories.

2Depuis la publication de la version anglaise de mon livre en 1986, de nombreuses études ont été publiées dans le cadre de la série « Beitrâge zu Inflation und Wiederaufbau in Deutschland und Europa 1914-1924 » (éditée par Gerald D. Feldman, Carl-Ludwig Holtfrerich, Gerhard A. Ritter et Peter-Christian Witt) qui résultent d’une recherche internationale de cinq ans (1979-1984). La série contient les recueils The Adaption to Inflation (Berlin/New York, 1986) et Consequences of Inflation (Berlin, 1989) publiés par G. D. Feldman, C.-L. Holtfrerich, Gerhard A. Ritter et Peter-Christian Witt. Dans le premier ouvrage, 15 auteurs présentent leurs découvertes les plus récentes sur l’adaptation du comportement des théoriciens de la monnaie, des hommes politiques, des entreprises, et des ménages à l’évolution de l’inflation. Dans le deuxième recueil, douze auteurs traitent des conséquences de l’inflation à l’intérieur et à l’extérieur, de ses effets sur les réparations ainsi que de ses conséquences sociales, psychologiques et culturelles.

3De plus, 14 monographies, publiées dans le cadre de cette série jusqu’à 1998, apportent les résultats détaillés des recherches sur des questions particulières, comme la politique tarifaire, la politique des groupes d’intérêts industriels, l’investissement, la stabilisation de la monnaie et l’hyperinflation contemporaine en Hongrie. Elles sont toutes mentionnées dans la « Postface » de la bibliographie (cf. « Beitrâge zu Inflation und Wiederaufbau in Deutschland und Europa 1914-1924 »).

4Voyons maintenant les monographies des historiens qui se sont surtout préoccupés des problèmes sociaux et politiques et des effets sur les mentalités de l’inflation allemande. Il faut mentionner d’abord l’oeuvre monumentale de Gerald D. Feldman, The Great Disorder. Politics, Economics and Society in the German Inflation 1914-1924 (Oxford, 1993). Grâce à une connaissance sans égale des sources primaires et secondaires, il décrit en quelque 1 000 pages de deux colonnes les moteurs d’inflation à ses différents stades ainsi que ses conséquences économiques et sociales, tant à l’intérieur de l’Allemagne qu’à l’extérieur. Il met en relief ses effets destructeurs sur les normes et valeurs de la société allemande.

  • 1 Niall Ferguson, Paper and Iran. Hamburg Business and German Politics in the Era of Inflation, 1897 (...)
  • 2 J. Adam Tooze, compte rendu de Niall Ferguson, Paper and Iron, dans Economic History Review, 50 (1 (...)

5Tout comme Feldman, Niall Ferguson considère d’un œil critique la thèse de mon livre selon laquelle l’inflation allemande a tout d’abord stabilisé la République de Weimar et empêché sa fin prématurée. Les hommes politiques allemands auraient eu la possibilité de stabiliser la monnaie dès le premier semestre de l’année 1920. Dans son étude sur la haute bourgeoisie hambourgeoise, Ferguson constate que les hommes politiques allemands auraient choisi le moindre mal en profitant de l’occasion – même au prix d’un gouvernement autoritaire – avec cette option.1 Mais c’est justement cette estimation qui est, d’après un critique, le point faible du livre de Ferguson.2

  • 3 Peter J. Lyth, Inflation and the Merchant Economy : the Hamburg Mittelstand, 1914-1924 (New York, (...)

6Peter J. Lyth présente une autre étude de cas sur les effets de l’inflation à Hambourg.3 Contrairement à Ferguson, il n’examine pas ses effets sur la répartition des revenus pour la High Society de cette ville, mais pour plusieurs groupes de la classe moyenne : artisans, commerçants en détail, employés [« white-collar workers »], fonctionnaires, et les propriétaires d’immeubles. Lyth constate que ces groupes subissent une perte relative non seulement vis-à-vis des ouvriers mais aussi vis-à-vis du Big Business. Il y voit la cause de la fragilité connue de la classe moyenne vis-à-vis de l’extrême droite, d’autant plus que sa façon de penser en ordres [« estate »] correspondait aux préférences de cette classe moyenne.

  • 4 Kurt Anschütz, Protestantismus und Arbeiterschaft. Von der Bewältigung des Alltags in St. Georgen (...)

7Des études régionales sur les expériences d’inflation et leurs causes ont été publiées aussi pour de plus petites villes, telles celle de Kurt Anschütz sur St. Georgen dans la Forêt-Noire et celle de Ludger Grevelhörster sur Münster en Westphalie.4

  • 5 Robert G. Moeller, German Peasants and Agrarian Politics, 1914-1924 : The Rhineland and Westphalia(...)

8Robert G. Moeller a examiné la situation économique et sociale des paysans de la Rhénanie catholique et de la Westphalie pendant l’inflation ainsi que la politique agricole qui en a résulté.5 Jusque-là, cette dimension régionale et confessionnelle n’avait pas été prise en considération par les chercheurs contrairement à la situation des hobereaux de l’est de l’Elbe. Dans mon livre, je n’ai pu tenir compte de la politique agricole que très marginalement pour le temps de la guerre et pendant la stabilisation du mark (1923-1924). Moeller conclut qu’au début de la République de Weimar les paysans catholiques de Rhénanie et de Westphalie ont majoritairement voté pour le parti du centre catholique [Zentrumspartei] qui était en faveur de la démocratie bien qu’ils n’aient pas pensé que celui-ci défendait efficacement leurs intérêts. Pendant la guerre mondiale, l’économie contrôlée, qui leur était imposée et qui a été maintenue par les gouvernements sociaux-démocrates du Reich jusqu’à 1923, a considérablement limité leurs moyens économiques. C’est pourquoi ils sont devenus, contrairement au parti du centre catholique, pour lequel ils votaient encore à l’époque, hostiles à la démocratie parlementaire et ensuite une proie facile pour le racolage des électeurs par les national-socialistes.

  • 6 Hartmut Kiehling, « Die wirtschaftliche Situation des deutschen Einzelhandels in den Jahren 1920 b (...)
  • 7 Hartmut Kiehling, « Die Bevölkerung in der Hyperinflation 1922/23 », Scripta Mercaturae 33 (1999/2 (...)

9Dans son étude sur la marge bénéficiaire du commerce de détail qui fait également partie des perdants de l’inflation allemande, Hartmut Kiehling constate des conséquences similaires pour leur attitude politique.6 De manière plus détaillée que je ne l’ai fait dans mon livre, il examine les relations entre les revenus réels et le niveau de vie de la population allemande en général et de nombreux indicateurs de ces phénomènes qui se sont fortement détériorés pendant l’hyperinflation de 1922-1923.7

  • 8 Niall Ferguson, « Keynes and the German Inflation », English Historical Review 110 (1995), p. 368- (...)

10Abordant les consultations du gouvernement allemand sur la politique économique à mener après la guerre, Niall Ferguson met en relief de manière originale le rôle de conseiller que John Maynard Keynes a joué auprès de Carl Melchior et Max Warburg : ces deux banquiers, qui étaient amis, ont, de leur côté, fait partie des consultants officiels du gouvernement du Reich en ce qui concernait les réparations, le budget et la politique monétaire.8 Ce rôle de Keynes n’avait pas été remarqué auparavant. Ferguson montre que c’est bien lui qui a encouragé les Allemands à une politique qui a finalement mené à l’hyperinflation. C’est la raison pour laquelle il considère Keynes comme un mauvais conseiller des Allemands. Pour ma part, je n’avais pas enquêté sur cette influence constante de Keynes.

  • 9 Helmut Kerstingjohänner, Die deutsche Inflation 1919-1923. Politik und Ökonomie (Francfort-sur-le- (...)

11Dans son livre sur l’inflation allemande d’après-guerre, paru en 2004, Helmut Kerstingjohänner examine les buts de la politique économique et de la politique financière des différents cabinets du Reich ainsi que l’interdépendance entre la politique et les données économiques. Il se demande en particulier si le gouvernement du Reich a poursuivi une stratégie d’inflation.9 Il conclut que tel n’était pas le cas et il voit la cause principale de l’inflation dans la dispute entre le gouvernement du Reich et les puissances victorieuses sur le montant des réparations. J’avais aussi remarqué dans mon livre que l’influence des réparations avait joué un rôle moteur. Cela n’exclut pas une certaine disposition des différents cabinets à s’engager dans un cours inflationniste, afin de s’en servir comme d’une arme de combat dans cette dispute. Le fait que Kerstingjohänner n’ait pas trouvé de preuve décisive de la poursuite conséquente d’une stratégie inflationniste en examinant les archives et les protocoles imprimés du cabinet et du Reichstag n’est donc pas surprenant. En fait, c’était prévisible dès le début, et l’auteur contribue peu au progrès de la recherche.

  • 10 Steven B. Webb, « The Supply of Money and Reichsbank Financing of Government and Corporate Debt in (...)

12En ce qui concerne les études d’historiens économistes, on peut d’abord constater que celles-ci sont plus théoriques. Steven B. Webb a contribué à expliquer le développement de l’inflation allemande non seulement par la théorie des attentes rationnelles, très nouvelle alors, mais aussi d’un point de vue politico-économique. Il a également apporté des explications de la stabilisation, de ses répercussions et de la marge d’action restreinte de la politique économique allemande pendant la crise économique mondiale entre 1929 et 1932. Son livre Hyperinflation and Stabilization in Weimar Germany (Oxford, 1989) résume les conclusions de ses anciens essais, pour la plupart économétriques, et il élargit le contexte en prenant en considération les réparations et la politique intérieure. Ses essais sur la relation entre la politique monétaire et la politique de l’endettement de l’État (et des entreprises) ainsi que ses apports sur la situation budgétaire et les attentes d’inflation qui en résultent ont été révolutionnaires et ils ont fourni une interprétation impressionnante de la grande inflation allemande.10 Dans mon livre, je ne me suis pas servi de la théorie des attentes rationnelles qui était nouvelle à cette époque (ses représentants éminents ont été : Robert Lucas, Jr. et Thomas Sargent) et je n’ai pas utilisé le modèle parce que j’ai considéré que la théorie ne servait pas à expliquer le phénomène. Aujourd’hui elle est à juste titre considérée généralement comme réfutée.

  • 11 Le passage correspondant de ce livre avait déjà été publié comme essai : Steven B. Webb, « The Ger (...)
  • 12 Joan Campbell, compte rendu de Steven B. Webb, Hyperinflation and Stabilization in Weimar Germany (...)

13Dans son livre, Webb met l’accent sur le fait que, pour comprendre le processus inflationniste au-delà des modèles économétriques, il faut comprendre comment les conditions d’autrefois se sont produites et pourquoi elles ont été si persistantes. Pour cette raison, il a examiné le contexte historique, institutionnel et politique dans lequel on a décidé de la politique monétaire, des dépenses gouvernementales, des impôts ainsi que du paiement des réparations dans la République de Weimar. Il attire l’attention sur le conflit entre les paiements de réparations, le maintien de l’économie de marché capitaliste et la protection de la démocratie. Webb explique non seulement la grande inflation mais aussi la politique relative de déflation qui a succédé et qui atteignit son point culminant pendant la crise économique mondiale, par cette contradiction entre les buts intérieurs de la République de Weimar et ses obligations internationales. Il contredit la thèse avancée dans mon livre, selon laquelle l’inflation allemande a contribué à la stabilisation de l’économie mondiale lors de la crise économique mondiale en 1920-1921.11 Mais il a été critiqué par un auteur, qui souligne que le phénomène de l’inflation doit être examiné dans un contexte plus politique et plus international que ne le fait Webb, et qui a renvoyé à mon livre comme étant la meilleure entrée dans ce contexte.12

  • 13 Theo Balderston, « War Finance and Inflation in Britain and Germany, 1914-1918 », Economic History (...)

14Il y a eu aussi de nouvelles études sur le début de l’inflation pendant la guerre, et sur sa fin. En comparant l’Allemagne et l’Angleterre pendant la guerre, Theo Balderston s’est demandé pourquoi la politique d’endettement en Allemagne a mené à une augmentation plus forte de la masse monétaire et par suite à une augmentation de la pression inflationniste plus sévère qu’en Angleterre, bien que la guerre ait été financée par des pourcentages d’impôts à peu près similaires dans les deux pays ?13 Dans mon livre, je réponds simplement que : le gouvernement britannique avait la capacité de s’endetter à l’étranger, surtout dans les pays du Commonwealth et aux États-Unis. L’Allemagne n’avait pas cette possibilité. Balderston constate une autre différence importante due au fait que la capacité d’absorption par le marché monétaire de dettes à court terme du gouvernement était plus grande à Londres qu’à Berlin.

  • 14 Hartmut Kiehling, « Der Funktionsverlust der deutschen Finanzmärkte in Weltkrieg und Inflation 191 (...)

15De même Hartmut Kiehling a, dans deux essais, examiné le fonctionnement des marchés financiers en Allemagne pendant la guerre et l’inflation d’après guerre.14 Il met en relief leur désintégration et l’arrêt de leur fonctionnement, causés particulièrement par les interventions du gouvernement.

  • 15 Rudiger Dornbusch, « Lessons from the German Inflation Experience of the 1920s », dans : Rudiger D (...)

16Quelques études ont explicitement posé et traité des conditions de la stabilisation de la monnaie après l'hyperinflation. Avant mon livre, la compensation du déficit budgétaire de l’État et la limitation de la masse monétaire avaient été présentées comme la clé de cette stabilisation de la monnaie. Rudiger Dornbusch a montré que c’était nécessaire, mais que cela n’a pas été poussé assez loin pour assurer le succès de la stabilisation. Il a été indispensable que les décisions politiques dans ce sens soient prises d’une manière crédible pour qu’on puisse éviter l’anticipation d’une dépréciation de la monnaie vis-à-vis des devises étrangères ainsi que l’anticipation d’une dévaluation de la monnaie à l’intérieur. Dornbusch montre qu’on y est parvenu en Allemagne grâce à la fixation du cours du change du mark vis-à-vis du dollar américain et grâce à une politique d’intérêts draconienne. Cette politique de taux élevés, aussi bien pour les intérêts nominaux que pour les intérêts réels, a été poursuivie jusqu’au premier trimestre 1924. Elle rendait perdante la spéculation persistante contre le mark après l’introduction du Rentenmark.15 En même temps, les impôts que l’Etat recevait en monnaie stable ont augmenté. Dornbusch a remarqué que le talon d’Achille de la stabilisation de la monnaie après de grandes inflations, c’est le cours du change et que les autres mesures de stabilisation, d’ordre fiscal ou monétaire, ne peuvent être couronnées de succès que si le cours du change fixe est défendu par des intérêts réels incroyablement élevés comparés à ceux d’une situation normale.

  • 16 Gustavo H.B. Franco, « Aspects of the Economics of Hyperinflations : Theoretical Issues and Histor (...)

17Gustavo H.B. Franco a publié deux chapitres de sa thèse de doctorat à l’université de Harvard dans des journaux scientifiques.16 Il se base sur des observations faites récemment, par exemple en Argentine, qui ont montré qu’une stabilisation de la monnaie contribue automatiquement au rétablissement d’un équilibre budgétaire, à cause des recettes fiscales plus élevées (Oliveira-Tanzi-effect).

  • 17 Gustavo H.B. Franco, « Fiscal Reforms and Stabilisation : Four Hyperinflation Cases Examined », Ec (...)
  • 18 Gustavo H.B. Franco, « The Rentenmark Miracle », Revista di Storia Economica 4 (1987), p. 96-117. (...)

18Dans un des articles, il inverse la question des relations de cause à effet entre rétablissement d’un budget déficitaire et stabilisation de la monnaie : il se demande : combien de déficits budgétaires ont été dus à l’inflation avant que la monnaie n’ait été stabilisée, dans quelle mesure la stabilisation de la monnaie contribue à l’équilibre du budget et quel rôle jouent d’autres mesures fiscales ? La conclusion de son très important travail, c’est que dans le cas des quatre hyperinflations de l’après Première Guerre Mondiale examinées, – en Allemagne, Autriche, Hongrie et Pologne-, les déficits budgétaires pendant les inflations d’après-guerre ont été surtout provoqués par l’inflation elle-même, et le rétablissement d’un équilibre budgétaire a été moins le résultat des mesures politico-fiscale que de l’augmentation de la recette des impôts causée par la stabilisation de la monnaie.17 Dans son deuxième article, Franco détruit le « miracle » de l’acceptation du Rentenmark, qui était sans provision, avec l’introduction duquel le processus de la stabilisation de la monnaie a commencé en Allemagne. Pendant l’inflation déjà, plusieurs États et communes ainsi que des banques privées et des entreprises ont émis des obligations à valeur fixe, ainsi que de petites coupures, comme moyens de paiement. Bien qu’elles aient été sans provision, elles ont été bien acceptées par l’économie et par la population allemande : on avait confiance en elles à cause de leur indexation. Le gouvernement central a utilisé ces expériences quand il a émis le Rentenmark qui était indexé sur le prix de l’or par le cours du change du dollar américain. La valeur totale de l’émission du gouvernement était plus élevée que la somme des émissions des États, des communes, des banques privées et des entreprises. Bien que le Rentenmark ne fût pas convertible, tout comme ses prédécesseurs, il a tout de suite gagné la confiance de la population, qui espérait qu’une sensible réduction des réparations pourrait être négociée avec les Alliés victorieux. Le plan de Dawes d’août 1924 a finalement répondu à ces attentes et a donc protégé la stabilisation de la monnaie en Allemagne qui était défendue par une politique de taux d’intérêt draconienne.18

  • 19 Michael L. Hughes, Paying for the German Inflation (Chapel Hill, 1988).

19Dans une étude sur les luttes politiques acharnées, Michael L. Hughes a examiné de quel pourcentage les avoirs financiers dont la valeur effective avait été complètement détruite par l’inflation devraient être réévalués.19 Dans mon livre, je n’ai traité ce problème que brièvement. Hughes a examiné en détail la confrontation politique et juridique et il a montré comment une faible réévaluation du capital argent et par suite des épargnes privées pouvait bouleverser la confiance de la plupart des habitants dans l’économie de marché capitaliste et dans la République de Weimar, particulièrement celle de la classe moyenne. C’est cette perte de confiance qui a rendu ces groupes réceptifs aux appels anticapitalistes et antidémocratiques des partis de droite.

  • 20 Gerald D. Feldman (dir.), Die Nachwirkungen der Inflation auf die deutsche Geschichte 1924-1933 (M (...)

20Dans ce contexte, il faut aussi mentionner un ouvrage publié par Gerald D. Feldman en 1985 sur les retombées de la grande inflation allemande20, dans lequel 14 auteurs présentent leurs découvertes récentes des effets de l’inflation sur la politique intérieure et extérieure, sur les fonds publics, sur les marges d’action de la politique économique et sur la structure économique.

  • 21 Dieter Lindenlaub, Maschinenbauunternehmen in der deutschen Inflation 1919-1923 (Berlin, 1985).
  • 22 Hartmut Kiehling, « Banking in der Inflation », Scripta Mercaturae 29 (1995/2), p. 14-64.
  • 23 Gerald D. Feldman, « The Deutsche Bank from World War to World Economic Crisis » in : Lothar Gall (...)
  • 24 Detlef Krause, Die Commerz-und Disconto-Bank 1870-1920/23. Bankgeschichte als Systemgeschichte (St (...)
  • 25 Mathias Bergner, Das Württembergische Bankwesen. Entstehung, Aufbau und struktureller Wandel des r (...)
  • 26 Birgit Buschmann, Unternehmenspolitik in der Kriegswirtschaft und in der Inflation. Die Daimler-Mo (...)
  • 27 Jeffrey Allan Johnson, « Die Macht der Synthese (1900-1925) » in : Werner Abelshauser (dir.), Die (...)

21La manière dont l’inflation a influencé le développement des entreprises a été traitée dans quelques études, comme celle de Lindenlaub sur la construction mécanique21, celle de Kiehling sur l’ensemble du secteur bancaire22, celles sur de grandes banques {Deutsche Bank de Gerald D. Feldman23 et Commerzbank de Detlef Krause24), celle sur les banques provinciales de Mathias Bergner25, celle sur la Daimler Motoren Gesellschaft de Birgit Buschmann26, enfin celle sur BASF de Jeffrey Allan Johnson.27

22À la fin de cette recension de travaux dont je ne pouvais pas tenir compte dans la version originale de mon livre, j’aimerais citer des théoriciens de la monnaie qui se sont servis de l’inflation d’après-guerre en Allemagne et quelquefois des hyperinflations simultanées en Hongrie, Autriche, et Pologne, pour tester empiriquement leurs théories. Ils se sont également servi des données et des constatations de mon livre.

  • 28 Laura La Haye, « Inflation and Currency Reform », Journal of Political Economy 93 (1985), p. 537-5 (...)
  • 29 Edwin Burmeister/Kent D. Wall, « Unobserved Rational Expectations and the German Hyperinflation wi (...)
  • 30 Alessandra Casella, « Testing for Rational Bubbles with Exogenous or Endogenous Fundamentals : The (...)
  • 31 Phillip Cagan, « Expectations in the German Hyperinflation Reconsidered », Journal of Internationa (...)
  • 32 P. Michael/A.R. Nobay/D.A. Peel, « The German Inflation and the Demand for Money Revisited », Inte (...)
  • 33 Jesüs Vazquez, « The Relative Importance of Inflation and Currency Depreciation in the Demand for (...)
  • 34 Guiseppe Tullio, « Inflation and Currency Depreciation in Germany, 1920-1923 : A Dynamic Model of (...)
  • 35 Richard C.K. Burdekin/Paul Burkett, « Hyperinflation, the Exchange Rate and Endogenous Money : Pos (...)
  • 36 David E.W. Laidler/George W. Stadler, « Monetary Explanations of the Weimar Republic’s Hyperinflat (...)

23Ils ont voulu chercher les facteurs qui influencent la formation des attentes et la demande de monnaie, et avant tout vérifier la théorie des attentes rationnelles des années 1970 : ce sont les études de Laura La Haye28, Edwin Burmeister/Kent D. Wall29, Alessandra Casella30, Phillip Cagan31, P. Michael/A.R. Nobay/D.A. Peel32, Jesús Vazquez33, Giuseppe Tullio34, Richard C.K. Burdekin/Paul Burkett35 et David E.W. Laidler/George W. Stadler36.

  • 37 Paul Burkett, « Neo-Marxian and Keynesian Wage Theories : Evidence from the German Hyperinflation  (...)
  • 38 Paul Burkett/Richard C.K. Burdekin, « Money, Credit, and Wages in Hyperinflation : Post-World War (...)

24En outre, le rapport entre mouvement des salaires et mouvement des prix, mis en relief par les Keynésiens, qui pourrait être vérifié dans le cas de l’hyperinflation allemande, a suscité l’intérêt de Paul Burkett37 et de Paul Burkett/Richard C.K. Burdekin.38

  • 39 Rudiger Dombusch/Stanley Fischer, « Stopping Hyperinflations Past and Present », Weltwirtschaftlic (...)
  • 40 Federico Sturzenegger, « Hyperinflation with Currency Substitution : Introducing an Indexed Curren (...)
  • 41 Robert P. Flood/Peter M. Garber, Speculative Bubbles, Speculative Attacks, and Policy Switching (C (...)
  • 42 Peter Bemholz, Monetary Regimes and Inflation. History, Economic and Political Relationships (Chel (...)

25Quelques études se sont servies de l’hyperinflation allemande et des inflations postérieures, par exemple dans l’Amérique latine des années 1970 et dans l’Europe de l’Est des années 1990, pour éprouver leurs théories empiriquement, ainsi celles de Rudiger Dombusch/Stanley Fischer39, Federico Sturzenegger40 Robert R Flood/Peter M. Garber41 et Peter Bemholz42.

26Je suis encore aujourd’hui heureux d’avoir mis le feu aux poudres en choisissant ce sujet de recherche. En raison de l’inflation des années 1970, ce travail était d’actualité. Mais je ne me suis pas rendu compte que l’hyperinflation allemande pourrait devenir un thème toujours actuel pour les historiens de l’économie et de la monnaie. La constatation de m’être occupé ainsi d’un sujet d’une grande importance est pour moi fort réjouissante.

Notes

1 Niall Ferguson, Paper and Iran. Hamburg Business and German Politics in the Era of Inflation, 1897-1927 (Cambridge, 1995). N. Ferguson, « Constatas and Room for Manoeuvre in the German Inflation of the early 1920s », Economie History Review, 49 (1996), p. 635-666.

2 J. Adam Tooze, compte rendu de Niall Ferguson, Paper and Iron, dans Economic History Review, 50 (1997), p. 193-194.

3 Peter J. Lyth, Inflation and the Merchant Economy : the Hamburg Mittelstand, 1914-1924 (New York, 1990).

4 Kurt Anschütz, Protestantismus und Arbeiterschaft. Von der Bewältigung des Alltags in St. Georgen im Schwarzwald in den Jahren 1914-1923 (Stuttgart, 1992). Ludger Grevelhörster, Münster zu Anfang der Weimarer Republik. Gesellschaft, Wirtschaft und kommunalpolitisches Handeln in der westfälischen Provinzhauptstadt 1918-1924 (Schernfeld, 1993).

5 Robert G. Moeller, German Peasants and Agrarian Politics, 1914-1924 : The Rhineland and Westphalia (Chapel Hill, 1986).

6 Hartmut Kiehling, « Die wirtschaftliche Situation des deutschen Einzelhandels in den Jahren 1920 bis 1923 », Zeitschrift für Unternehmensgeschichte 41 (1996), p. 1-27.

7 Hartmut Kiehling, « Die Bevölkerung in der Hyperinflation 1922/23 », Scripta Mercaturae 33 (1999/2), p. 1-60.

8 Niall Ferguson, « Keynes and the German Inflation », English Historical Review 110 (1995), p. 368-391.

9 Helmut Kerstingjohänner, Die deutsche Inflation 1919-1923. Politik und Ökonomie (Francfort-sur-le-Main, 2004).

10 Steven B. Webb, « The Supply of Money and Reichsbank Financing of Government and Corporate Debt in Germany, 1919-1923 », Journal of Economic History 44 (1984), p. 499-507. S.B. Webb, « Government Debt and Inflationary Expectations as Determinants of the Money Supply in Germany 1919-23 », Journal of Money, Credit and Banking 17 (1985), p. 479-492. S.B. Webb, « Fiscal News and Inflationary Expectations in Germany After World War I », Journal of Economic History 46 (1986), p. 769-794.

11 Le passage correspondant de ce livre avait déjà été publié comme essai : Steven B. Webb, « The German Inflation and Foreign Business Cycles, 1920-1922 », Explorations in Economic History 24 (1987), p. 409-433.

12 Joan Campbell, compte rendu de Steven B. Webb, Hyperinflation and Stabilization in Weimar Germany dans German Studies Review 14 (1991), p. 187-188.

13 Theo Balderston, « War Finance and Inflation in Britain and Germany, 1914-1918 », Economic History Review 42 (1989), p. 222-244.

14 Hartmut Kiehling, « Der Funktionsverlust der deutschen Finanzmärkte in Weltkrieg und Inflation 1914-1923 », Jahrbuch für Wirtschaftsgeschichte 1998/1, p. 11-58. H. Kiehling, « Die deutsche Börse in den Jahren 1920 bis 1923 », Bankhistorisches Archiv 21 (1995), p. 67-106.

15 Rudiger Dornbusch, « Lessons from the German Inflation Experience of the 1920s », dans : Rudiger Dornbusch/Stanley Fischer/John Bossons (dir.), Macroeconomics and Finance. Essays in Honor of Franco Modigliani (Cambridge, Mass., 1987), p. 337-366. Voir également : Rudiger Dornbusch, Exchange Rates and Inflation (Cambridge, Mass., 1988), chapitre 21, p. 409-438.

16 Gustavo H.B. Franco, « Aspects of the Economics of Hyperinflations : Theoretical Issues and Historical Studies of Four European Hyperinflations in the 1920s », Thèse de doctorat, department d’économie â l’université de Harvard, mai 1986. On peut également trouver quelques chapitres de « Hyperinflations : the Experience of the 1920s Reconsidered » sur le site Internet de l’auteur : http://www.econ.puc-rio.br/gffanco.

17 Gustavo H.B. Franco, « Fiscal Reforms and Stabilisation : Four Hyperinflation Cases Examined », Economic Journal 100 (1990), p. 176-187.

18 Gustavo H.B. Franco, « The Rentenmark Miracle », Revista di Storia Economica 4 (1987), p. 96-117. Réédité dans : Barry Eichengreen (dir.), Monetary Regime Transformations (Cheltenham, UK, 1992), p. 260-281.

19 Michael L. Hughes, Paying for the German Inflation (Chapel Hill, 1988).

20 Gerald D. Feldman (dir.), Die Nachwirkungen der Inflation auf die deutsche Geschichte 1924-1933 (Munich, 1985).

21 Dieter Lindenlaub, Maschinenbauunternehmen in der deutschen Inflation 1919-1923 (Berlin, 1985).

22 Hartmut Kiehling, « Banking in der Inflation », Scripta Mercaturae 29 (1995/2), p. 14-64.

23 Gerald D. Feldman, « The Deutsche Bank from World War to World Economic Crisis » in : Lothar Gall et al., The Deutsche Bank 1870-1995 (Londres, 1995), p. 129-276.

24 Detlef Krause, Die Commerz-und Disconto-Bank 1870-1920/23. Bankgeschichte als Systemgeschichte (Stuttgart, 2004).

25 Mathias Bergner, Das Württembergische Bankwesen. Entstehung, Aufbau und struktureller Wandel des regionalen Bankwesens bis 1923 (St. Katharinen, 1993).

26 Birgit Buschmann, Unternehmenspolitik in der Kriegswirtschaft und in der Inflation. Die Daimler-Motoren-Gesellschaft 1914-1923 (Stuttgart, 1998).

27 Jeffrey Allan Johnson, « Die Macht der Synthese (1900-1925) » in : Werner Abelshauser (dir.), Die BASE Eine Unternehmensgeschichte (Munich, 2002), p. 117-219.

28 Laura La Haye, « Inflation and Currency Reform », Journal of Political Economy 93 (1985), p. 537-560.

29 Edwin Burmeister/Kent D. Wall, « Unobserved Rational Expectations and the German Hyperinflation with Endogenous Money Supply », International Economic Review 28 (1987), p. 15-32.

30 Alessandra Casella, « Testing for Rational Bubbles with Exogenous or Endogenous Fundamentals : The German Hyperinflation Once More », Journal of Monetary Economies 24 (1989), p. 109-122. A. Casella/Jonathan S. Feinstein, « Economic Exchange during Hyperinflation », Journal of Political Economy 98 (1990), p. 1-27.

31 Phillip Cagan, « Expectations in the German Hyperinflation Reconsidered », Journal of International Money and Finance 10 (1991), p. 552-560.

32 P. Michael/A.R. Nobay/D.A. Peel, « The German Inflation and the Demand for Money Revisited », International Economie Review 35 (1994), p. 1-22.

33 Jesüs Vazquez, « The Relative Importance of Inflation and Currency Depreciation in the Demand for Money : An Application of the Estimation by Simulation Method to the German Hyperinflation », Investigaciones Economicas 19 (1995), p. 269-289.

34 Guiseppe Tullio, « Inflation and Currency Depreciation in Germany, 1920-1923 : A Dynamic Model of Prices and Exchange Rate », Journal of Money, Credit, and Banking 27 (1995), p. 350-362.

35 Richard C.K. Burdekin/Paul Burkett, « Hyperinflation, the Exchange Rate and Endogenous Money : Post-World War I Germany Revisited », Journal of International Monev and Finance 15 (1996), p. 599-621.

36 David E.W. Laidler/George W. Stadler, « Monetary Explanations of the Weimar Republic’s Hyperinflation : Some Neglected Contributions in Contemporary German Literature », Journal of Money, Credit, and Banking 30 (1998), p. 816-831.

37 Paul Burkett, « Neo-Marxian and Keynesian Wage Theories : Evidence from the German Hyperinflation », Review of Radical Political Economies 24 (1992), p. 68-75. P. Burkett, « Keynes, Money Wages, and the German Hyperinflation » Rivista Internationale di Scienze Economiche e Commerciali 41 (1994), p. 229-257.

38 Paul Burkett/Richard C.K. Burdekin, « Money, Credit, and Wages in Hyperinflation : Post-World War I Germany », Economie Inquiry 30 (1992), p. 479-495. P. Burkett/R.C.K. Burdekin, « Real Wages and Distributional Conflict in the German Hyperinflation », Australian Economie Papers 32 (1993), p. 73-91.

39 Rudiger Dombusch/Stanley Fischer, « Stopping Hyperinflations Past and Present », Weltwirtschaftliches Archiv 122 (1986), p. 1-47.

40 Federico Sturzenegger, « Hyperinflation with Currency Substitution : Introducing an Indexed Currency », Journal of Money, Credit, and Banking 26 (1994), p. 377-395.

41 Robert P. Flood/Peter M. Garber, Speculative Bubbles, Speculative Attacks, and Policy Switching (Cambridge, Mass., 1994).

42 Peter Bemholz, Monetary Regimes and Inflation. History, Economic and Political Relationships (Cheltenham, UK, 2003).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search