Version classiqueVersion mobile

Contrôler les finances sous l’Ancien Régime

 | 
Dominique Le Page

Une géographie en mouvement

L’Étude des Chambres des comptes en France à la fin du Moyen Âge : bilan, débats et enjeux

Olivier Mattéoni

Texte intégral

À Jean Kerhervé, en témoignage
d’estime et d’amitié.

  • 1 Par « France », il faut entendre l’espace français et non seulement le royaume de France dans ses f (...)
  • 2 De nombreuses thèses abordent la question des Chambres des comptes. Au sein d’une production nombre (...)
  • 3 Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes (...)
  • 4 Parmi tous les volumes auxquels a donné naissance la féconde enquête sur la genèse de l’État modern (...)
  • 5 J.-P. Genet, « Conclusion. Chambres des comptes des principautés et genèse de l’État moderne », dan (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 Peter Stein écrit au sujet des Chambres des comptes des Pays-Bas bourguignons: « During my investig (...)
  • 8 Olivier Mattéoni, « "Couronne en forme sphérique ne se peut diviser sans perdre sa figure". Une leç (...)

1Depuis une trentaine d’années, les recherches sur les Chambres des comptes en France à la fin du Moyen Âge se sont multipliées1. Elles ont donné lieu à de nombreux travaux qui ont grandement fait progresser notre connaissance de l’institution et des hommes. Ces recherches ont pris la forme d’enquêtes individuelles dans le cadre de thèses2, ou d’entreprises collectives comme ce fut le cas du colloque de Moulins-Yzeure de 1995, dont les actes, publiés en 1996, ont été complétés deux ans plus tard par un volume de documents3. Tous ces travaux se sont plus ou moins délibérément inscrits dans la réflexion alors en cours sur la genèse de l’État moderne4. Comme l’a noté Jean-Philippe Genet, « le problème posé par le rythme, l’amplitude et les limites éventuelles du développement des Chambres des comptes est l’un des problèmes centraux de la genèse de l’État moderne. Les Chambres des comptes, du point de vue de l’histoire de l’État, répondent à un certain nombre de besoins […] : un prince doit connaître le montant et la répartition de son revenu, il doit s’assurer que les comptes sont rendus et contrôlés aussi fréquemment que possible et, dans la mesure où il doit vivre du sien, il doit veiller à ce que son domaine soit géré correctement et, surtout, ne soit pas dilapidé5 ». Et cet auteur de poursuivre que l’exemple des Chambres des comptes illustre l’un des « mécanismes dialectiques de la genèse de l’État moderne : l’essor des institutions et l’amélioration des techniques administratives renforcent les forces politiques concurrentes qui lui empruntent ses outils pour, en le combattant, acquérir à son tour un degré supérieur d’autonomie politique6 ». Ainsi, les Chambres des comptes dans les deux derniers siècles du Moyen Âge doivent être analysées non seulement comme une instance bureaucratique, mais aussi comme un instrument essentiel au service des princes dans leur volonté d’émancipation politique7. C’est dire si la Chambre des comptes est une institution aux contours complexes. Par exemple, lors du procès instruit par le Parlement de Paris contre le duc de Bourbon en 1480, l’une des accusations relatives aux usurpations de souveraineté concerne l’existence d’une Chambre des comptes à Moulins. L’avocat du roi accusait les officiers de Jean II de porter les titres de président et de maître des comptes, soutenant qu’il s’agissait là d’appellations réservées à l’usage exclusif des officiers royaux8. Aux yeux du souverain, la Chambre des comptes était une juridiction à la forte connotation politique dont les grands du royaume ne pouvaient disposer à leur guise. Pour mieux apprécier la portée des ambitions placées par les princes dans cette institution, le présent propos s’attachera à dégager quelques-uns des apports des études ci-dessus signalées. Un paradoxe ne manquera pas de surgir : alors que l’activité des gens des comptes en matière de contrôle des comptabilités témoigne d’un haut niveau de technicité, on reste frappé par la faiblesse de leur arsenal contentieux. C’est entre autres cette contradiction que les recherches actuelles doivent questionner. Cela nécessite que soit revue la thématique de la fabrique du contrôle comptable selon une approche à la fois juridique et anthropologique. Les études doivent aussi reconsidérer la production écrite des Chambres des comptes sous l’angle de la forme, du statut et de la valeur de l’écrit documentaire.

  • 9 Je reprends ici la chronologie proposée par Guido Castelnuovo dans « Service de l’État et identité (...)
  • 10 Ferdinand Lot et Robert Fawtier (dir.), Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. I : I (...)
  • 11 Élisabeth Lalou, « La Chambre des comptes de Paris : sa mise en place et son fonctionnement (fin xi (...)
  • 12 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. I, p. 343-344 ; Bernard Demotz, « (...)
  • 13 John Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondations du pouvoir royal en France au Mo (...)
  • 14 Jacques Magnet, « La juridiction des comptes dans la perspective historique », dans P. Contamine et (...)
  • 15 G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale… », op. cit., p. 494. Sur les châtelains et (...)
  • 16 Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge (...)

2L’un des premiers points que la recherche récente a permis de mieux cerner concerne la chronologie et les modalités de la mise en place des Chambres des comptes9. Certes, les dates d’apparition des principales Chambres étaient déjà connues et il faut souligner ici l’importance qu’a représentée sur le plan historiographique, dans les années 1950, L’Histoire des institutions françaises de Ferdinand Lot et Robert Fawtier10. Mais par rapport à ce travail, les recherches des trois dernières décennies ont établi que la fondation des Chambres des comptes a été précédée d’une longue période de gestation institutionnelle. Les premiers agents de contrôle, à la mission temporaire, apparaissent dans les années 1260-1300 : si cela est vrai pour la Chambre des comptes de Paris dont la plus ancienne mention explicite remonte à 1292 – mais le roi parle dès 1256 des gentes que ad nostros compotos deputantur11 –, le constat vaut aussi pour de nombreux espaces territoriaux du royaume (Bretagne, Bourgogne) ou de ses confins (Savoie, Provence), et quand bien même cela ne débouche pas sur la naissance immédiate d’une institution de contrôle, installée dans un local spécifique12. Surtout, les conditions d’émergence des Chambres des comptes ont conduit les historiens à s’interroger sur les éventuels modèles ayant pu circuler d’un espace à l’autre. Il apparaît ainsi que l’administration royale n’a pas été l’unique référence, loin s’en faut, et que d’autres influences ont joué, qu’il s’agisse de l’Échiquier anglais13 ou, à la périphérie du royaume, du modèle napolitain, c’est-à-dire angevin, qui, par le biais de la Provence, se répandit en Dauphiné et en Savoie14. Cette chronologie montre que le développement à la fin du xiiie siècle de commissions de contrôle voire, comme pour la Chambre des comptes de Paris ou la Chambre d’Aix, d’organes de contrôle réglementés, est directement lié à la mise en place au cours du xiiie siècle d’offices territoriaux dont les titulaires (bailli, sénéchal, châtelain) contribuèrent à l’élaboration précoce d’une documentation comptable15. Lorsqu’elle a été conservée, cette dernière se révèle imposante : ainsi en est-il pour la Provence, la Savoie ou encore le Dauphiné16.

  • 17 Pour reprendre la formule de G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale… », op. cit., (...)
  • 18 Voir, par exemple, les ordonnances instituant les Chambres des comptes de Bourbonnais (1374), de Bo (...)
  • 19 L’ordonnance fondant la Chambre des comptes de Bourbonnais en 1374 se réfère explicitement à la Cha (...)
  • 20 Par exemple, Jean Crété, maître à la Chambre des comptes de Paris, participe successivement à la ré (...)
  • 21 Albert Rigaudière, « L’essor de la fiscalité royale, du règne de Philippe le Bel (1285-1314) à celu (...)
  • 22 P. Contamine, « L’audition des comptes seigneuriaux : l’exemple de la maison de la Trémoille », dan (...)

3Après cette première phase chronologique, une seconde peut être distinguée : il s’agit des années 1360-1390, qui correspondent à la mise sur pied dans les principautés territoriales de Chambres des comptes qui succèdent aux commissions de contrôle déjà évoquées. Ce mouvement s’accompagne d’une « ferveur statutaire17 » puisque beaucoup des Chambres nouvellement créées le sont par une ordonnance souvent détaillée18. Le mode d’organisation revendiqué est principalement, sinon exclusivement royal19. Il est vrai qu’une part des principautés sont des apanages et que, lorsqu’elles ne le sont pas, les princes qui les gouvernent sont apparentés au roi. Cette proximité a favorisé la diffusion d’un modèle royal qui s’est souvent faite par le truchement d’officiers parisiens envoyés dans les Chambres voulues par les grands : le fait est attesté pour les Chambres de Bourges, Dijon, Lille, il l’est aussi pour la Chambre des comptes de Dauphiné qui fut réformée au début des années 138020. Plusieurs raisons ont été avancées pour justifier cette fièvre fondatrice : parmi elles, la guerre de Cent Ans qui pousse aux dépenses et provoque une crise des revenus financiers ; la nécessité d’une meilleure gestion et d’un contrôle plus rigoureux des finances se serait alors imposée. Dans cet ensemble, deux explications semblent devoir être plus particulièrement mises en avant : d’une part, le fait que les Chambres apparaissent dans les principautés au moment où les princes développent une fiscalité, ce qui entraîne de nouveaux revenus ; il y a là un élément moteur, et le parallèle peut être fait avec la Chambre des comptes de Paris qui s’affirme au moment même où Philippe le Bel tentait d’instaurer à l’échelle du royaume un prélèvement fiscal généralisé21. D’autre part, le prestige de l’institution ne doit pas être négligé. Dans la France de la fin du Moyen Âge, posséder une Chambre des comptes représente comme un titre, qui situe le prince dans la hiérarchie sociopolitique du royaume. Cela est d’autant plus vrai que la Chambre des comptes est dans beaucoup de principautés le seul organe administratif constitué, en l’absence d’équivalent pour les affaires judiciaires et d’un conseil toujours bien formalisé. On comprend alors que l’institution a pu subjuguer certains seigneurs plus modestes qui, prenant exemple sur de plus grands, sont allés jusqu’à doter leurs possessions d’une « Chambre des comptes », à l’image de celle que possédaient les seigneurs de La Trémoille à Thouars22.

  • 23 G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale… », op. cit., p. 497.
  • 24 J.-M. L. Alphonse Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, Plon, Paris, 186 (...)
  • 25 B. Schnerb, L’État bourguignon, 1363-1477, Perrin, Paris, 1999, p. 255.
  • 26 R. Stein, « Burgundian Bureaucracy as a Model for the Low Countries… », op. cit., p. 10.
  • 27 P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive et x (...)
  • 28 Histoire de l’administration française. La Cour des comptes, Éditions du Centre national de la rech (...)

4Enfin, une troisième phase chronologique correspond au xve siècle. Elle peut être analysée comme une période de stabilisation et de consolidation de l’institution23. Hormis le cas de Paris où le phénomène est plus précoce, les Chambres des comptes princières se dotent d’un, voire de deux présidents à partir du début du xve siècle. Puis, vers les années 1440-1450, un office de procureur apparaît : il s’agit incontestablement d’un phénomène important dans l’évolution de l’institution et le renforcement de sa légitimité. Par ailleurs, dans les principautés qui comptent plusieurs Chambres des comptes, une hiérarchie se dessine, souvent pour des considérations politiques. On le voit dans la principauté des ducs de Bourbon où la Chambre des comptes de Moulins s’impose sur celles de Villefranche et de Montbrison pour devenir « le chief de toutes les chambres des seignories de monseigneur le duc24 ». On le voit d’une autre façon dans les États bourguignons : à partir du début du xve siècle, la Chambre de Lille fut chargée du contrôle des comptes des officiers centraux de finance au détriment de celle de Dijon, qui en avait la charge jusque-là. Cette modification témoigne du déplacement du centre de gravité de la principauté vers les « pays de par-deçà25 » : la Chambre de Lille en tira un prestige accru, en même temps que s’étendait son ressort au Namurois et au Hainaut. Charles le Téméraire voulut aller plus loin dans la centralisation en établissant une nouvelle Chambre à Malines. Mais sa mort en 1477 ne permit pas au projet de prendre corps, et les Chambres des comptes de Lille, de La Haye et de Bruxelles qui avaient été supprimées peu de temps auparavant furent rétablies26. Le réseau des Chambres des comptes est donc étroitement lié à la géographie politique. Dans le royaume de France, la localisation des Chambres correspond fidèlement à la carte des principautés27. Ceci explique que, contrairement à ce qu’a été sa politique en matière de parlements, le roi de France ne crée pas de Chambres des comptes ex nihilo au xve siècle. Les seules Chambres royales « nouvelles » qui apparaissent au cours de la période sont en fait des Chambres des comptes qui avaient eu auparavant une existence dans le cadre de fiefs et de principautés : récupérant ces territoires, le roi en maintient certaines (Grenoble en 1349, Dijon en 1477, Aix en 1481, Nantes en 1492, Blois en 1498) et en supprime d’autres (Rouen en 1451, Angers en 1484, Moulins, Villefranche et Montbrison en 1532)28.

  • 29 Pour reprendre la formule de Philippe Contamine, « La gestion et le contrôle des finances publiques (...)
  • 30 J. Magnet, « La juridiction des comptes dans la perspective historique », op. cit., p. XVII‑XIX ; O (...)
  • 31 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit. ; D. Le Page, Finances et politique e (...)
  • 32 J. Kerhervé, « Les présidents de la Chambre des comptes de Bretagne au xve siècle », dans P. Contam (...)
  • 33 Sur la place des Chambres des comptes et, plus largement, des institutions centrales dans l’émergen (...)
  • 34 John Bartier, Légistes et gens de finances au xve siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Phi (...)
  • 35 G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale… », art. cit., p. 499.
  • 36 Les deux tiers des officiers des comptes appartiennent à la noblesse : J. Kerhervé, L’État breton a (...)
  • 37 Plus de la moitié des maîtres rationaux de la Chambre des comptes d’Aix sont gradués de l’Universit (...)

5Les Chambres des comptes – c’est là un autre apport important des recherches récentes – ont été des lieux de l’innovation et de la rationalisation des pratiques administratives. À n’en pas douter, cela tient à la « double tonalité », juridique et financière, de l’institution29. La procédure de contrôle des comptabilités a en effet été pensée, dès le départ, comme une procédure judiciaire30. Sur ce point, les études de nature prosopographique ont beaucoup apporté31. Si, dans toutes les Chambres des comptes, hommes de loi et gens de finance ont œuvré côte à côte, les trajectoires professionnelles divergent selon le profil des offices et le degré de hiérarchie interne à l’institution. Ainsi, là où existait le système de la double présidence, l’un des deux offices a très tôt revêtu une connotation politique : il était d’ordinaire octroyé à un homme au riche profil, membre de l’Hôtel et conseiller du prince ; en Bretagne, la charge fut volontiers dévolue à un prélat32. Plus largement, les clercs sont assez bien représentés dans les Chambres, même si la tendance générale est à une laïcisation au cours du xve siècle. La forte proportion de laïcs révèle les liens étroits qui existaient entre personnel des comptes et milieux urbains. Situées dans des cités ayant souvent rang de capitale33, les Chambres ont su attirer les élites marchandes qui, en raison de leur savoir-faire, de leurs disponibilités financières et de leur intégration au gouvernement des villes, ont pu trouver aux Comptes un moyen d’élargir leur assise sociale et politique. Il convient de remarquer que, si les marchands ont intégré la Chambre, beaucoup avaient d’abord servi dans les offices comptables de l’administration ou de l’Hôtel ; l’entrée à la Chambre était alors un aboutissement34. Aux côtés de ces officiers, les hommes d’écriture et de chancellerie ont constitué un autre vivier qui a contribué à donner aux Chambres une « tonalité documentaire35 » : celles-ci n’avaient-elles pas entre autres comme mission de conserver écrits, comptes et documents relatifs au domaine ? Néanmoins, selon les lieux et les Chambres, des différences existent. En Bretagne, la forte présence de nobles au sein du personnel est notable ; elle tranche avec les situations observées ailleurs36. En revanche, les gradués de l’Université y sont beaucoup moins nombreux, par exemple, qu’à la Chambre de Bourbonnais ou de Provence37.

  • 38 D. Prévost, « Maître des comptes à Paris au xve siècle, un couronnement de carrière », Études et do (...)
  • 39 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. II, p. 774-782 ; O. Mattéoni, Ser (...)
  • 40 Françoise Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, (...)
  • 41 Concernant la distinction sociale, laquelle est étroitement liée à la déclinaison d’identité, Guido (...)

6Au-delà, un trait commun ressort : il s’agit de la stabilité des offices. Partout, la présence à la Chambre d’officiers ayant exercé dix ans, quinze ans, voire davantage est tout sauf exceptionnelle. Cette stabilité s’explique notamment parce qu’une part des gens des comptes (clercs, secrétaires, correcteurs) faisaient souvent toute leur carrière à la Chambre, alors que les maîtres et les conseillers y accédaient plus tard, après avoir rempli d’autres fonctions38. En raison de ces longues carrières et aussi du fait que l’entrée à la Chambre laissa toujours une large place à la parenté et à l’hérédité39, d’aucuns se sont interrogés pour savoir si les Chambres des comptes formaient un corps d’officiers. La réponse est délicate. Certes, comme on l’a dit, dans bien des principautés la Chambre des comptes est la seule institution constituée. Certes, les gens des comptes ont obtenu, plus ou moins rapidement selon les lieux, avantages fiscaux et privilèges judiciaires, qui ont joué dans la prise de conscience que le service princier pouvait contribuer à la constitution d’une identité « officière ». En dépit de ces acquis, les historiens hésitent à conclure à la formation d’un véritable esprit de corps, à l’image de celui qui façonnait le Parlement de Paris40. Dans la plupart des principautés, l’émergence d’une identité administrative construite autour de la notion de service princier n’a pas été telle qu’elle en vînt à supplanter d’autres critères d’identification. Tout au plus note-t-on une évolution dans la seconde moitié du xve siècle : la hiérarchisation des offices tendit à faire du service « civil » du prince un élément important mais non exclusif de distinction sociale41. Surtout, cette plus forte cohésion contribua à l’élaboration d’une « geste administrative » dont toutes les études s’accordent à souligner la grande technicité, en particulier en matière de contrôle des comptabilités.

  • 42 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. I, p. 392-395 ; A. Lemonde, Le te (...)
  • 43 Henri Jassemin, La Chambre des comptes de Paris au xve siècle précédé d’une étude sur ses origines, (...)
  • 44 Lucien Febvre, « Comptabilité et Chambre des comptes », Annales d’histoire économique et sociale, V (...)
  • 45 C’est principalement le calcul par abaque à jetons que pratiquaient les gens des comptes : Pierre P (...)
  • 46 Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. fr. 3143.
  • 47 Stéphane Lamassé, « Calculs et marchandises (xive-xve siècles) », dans Laurence Molinier, Line Sall (...)

7Beaucoup de travaux insistent, en effet, sur le haut niveau de précision de la procédure de vérification42. Quand elles sont suffisamment poussées, les recherches démontrent que, au rebours de l’avis de Lucien Febvre dans son acerbe recension du livre d’Henri Jassemin sur la Chambre des comptes de Paris43, auquel il reprochait que rien n’y fût dit sur les négligences de calcul qui, selon lui, étaient courantes dans les comptes, la part des erreurs est marginale dans les comptabilités vérifiées par les gens des comptes44. Ces derniers savaient compter. Certains avaient même de réelles compétences en matière de calcul45. Un personnage tel que Jean Adam, notaire et secrétaire du roi, receveur général en Roussillon et procureur en la Chambre des comptes de Paris dans les années 1470, est l’auteur d’un Traité en aris-mectique pour la pratique par gectouers46. Rédigé en 1475, l’ouvrage est destiné à Nicolas Tilhart, notaire et auditeur des comptes. Adam avait peut‑être eu comme maître l’un des plus célèbres mathématiciens du xve siècle, Barthélemy de Romans47.

  • 48 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. I, p. 398-399 ; O. Mattéoni, « Vé (...)
  • 49 Ibid., p. 63-65.
  • 50 Katia Weidenfeld, Les origines médiévales du contentieux administratif (xive-xve siècles), De Bocca (...)

8Il reste que cette précision du contrôle ne s’est pas toujours accompagnée d’un pouvoir de contrainte à la hauteur des ambitions affichées par les Chambres. Force est de constater que, en bien des endroits, les condamnations qui auraient dû découler des déficits comptables, des fraudes, des malversations ou encore des retards de présentation des comptes n’ont pas toujours été exécutées, ni même prononcées48. Cette situation ne manque pas de surprendre et les historiens ont tenté d’en analyser les raisons. La surcharge de travail des officiers des Chambres est une explication. Occupés à de multiples tâches – garde des archives, enquêtes domaniales et fiscales, réfection des terriers et des registres de fiefs, réception des serments et des cautions des officiers comptables –, les gens des comptes, à l’évidence, n’avaient pas suffisamment de temps à consacrer au suivi des comptes jugés et à l’application des sanctions49. Et ce d’autant qu’en matière de contentieux, ils se sont vite heurtés au bon vouloir du prince et aux prétentions d’autres institutions, à l’instar du Parlement pour la Chambre des comptes de Paris50.

  • 51 Il n’existe pas pour les Chambres des comptes d’étude comparable à celle de Robert Jacob sur les ma (...)
  • 52 Christian de Mérindol, « Les salles de justice et leur décor en France à l’époque médiévale », Hist (...)
  • 53 Parmi les miniatures célèbres, citons : BNF, ms. fr. 23929, f° 45 (reproduite en page de couverture (...)
  • 54 Arch. nat., PP 96 (Musée, AE II 634), f° 1.
  • 55 Sur ce retable, Philippe Lorentz, La Crucifixion du Parlement de Paris, Réunion des musées nationau (...)
  • 56 Je reprends dans les lignes qui suivent l’analyse que j’ai donnée de ce tableau dans O. Mattéoni, « (...)
  • 57 R. Jacob, Images de la justice…, op. cit., p. 12-13.
  • 58 Antoine Garapon, Bien juger. Essai sur le rituel judiciaire, Odile Jacob, Paris, 1997, p. 28.
  • 59 O. Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger… », op. cit., p. 51-55.
  • 60 Françoise Autrand, « La guerre des gens de finances en 1406 d’après le Songe véritable », dans Jean (...)
  • 61 Édition dans Élisabeth Lalou, « La Chambre des comptes du roi de France », dans P. Contamine et O.  (...)
  • 62 Françoise Autrand, Charles V le sage, Fayard, Paris, 1994, p. 641-668 et Ead., Jean de Berry. L’art (...)

9Si ces interprétations sont recevables, l’analyse doit toutefois aller plus loin. Les recherches actuelles tendent à privilégier une lecture anthropologique de la procédure qui s’attache à la replacer dans son environnement spatial et temporel. L’étude des locaux des Chambres des comptes, par exemple, négligée par l’historiographie, est riche d’enseignement51. Elle montre que leur agencement s’organisait autour du « bureau », pièce où les comptes étaient jugés et qui se situait généralement à l’étage, c’est-à-dire là où, dans les auditoires de justice, se trouvait la salle d’audience52. Ainsi que le montrent les images peintes du grand bureau de la Chambre des comptes de Paris, l’espace est soigneusement organisé53. La table et les bancs qui l’entourent, délimitant comme une aire de justice à l’intérieur de la pièce, et les maîtres, parfaitement identifiables par leur vêtement, contribuent à marquer l’ordre hiérarchique qui prévaut lors du jugement. Un jugement qui s’effectuait sous le regard de l’autorité divine. Sur la célèbre miniature du début du xvie siècle figurant une séance au bureau de la Chambre des comptes du roi, un tableau de la Crucifixion domine54, et on ne peut manquer de faire le parallèle avec le retable reproduisant la même scène qui ornait le mur nord de la Grand-Chambre du Parlement55. Les destinataires de ce tableau sont les maîtres des comptes56. Une telle représentation a comme fonction de manifester, pour emprunter à Robert Jacob, « tout à la fois la légitimité de la fonction judiciaire et la responsabilité du juge57 ». Cette superposition du Christ et du juge affirme que les fondements de la justice en matière comptable sont les mêmes que pour la justice civile ou criminelle, à savoir extérieurs au monde terrestre. Là aussi, « Dieu, en se réservant le jugement ultime des choses et des gens, en garantit le bon fonctionnement58 ». Cette lecture permet de revêtir la fabrique du contrôle d’une dimension sacrée. Surtout, elle fait de la Chambre des comptes un cadre où la parole des maîtres pouvait s’énoncer de manière solennelle et selon une procédure ritualisée qui se déclinait en trois temps : vérification, jugement, correction59. C’est que le contrôle est aussi, et peut-être d’abord, un discours. N’oublions pas que les officiers de finance font l’objet de très nombreuses critiques. Partout s’élève contre eux le même grief : prévaricateurs, ils abuseraient de leur office pour s’enrichir60. Dans ce contexte, la Chambre des comptes n’avait pas comme seule fonction la vérification des comptabilités aux fins de savoir si les revenus rentraient bien. Elle avait également un but de correction, d’amendement, d’évaluation, bref d’édification à l’endroit des comptables. Elle était là pour relever les erreurs commises, mais aussi pour y remédier par des conseils, des mises en garde et des sanctions. En fait, la Chambre des comptes a été pensée comme un instrument de « réformation » ainsi que l’atteste l’importance du vocabulaire de réforme qui irrigue l’ordonnance royale du Vivier-en-Brie de 132061. Le temps de la vérification des comptes était l’occasion de diffuser auprès des officiers, outre des règles de présentation comptable, les principes d’une bonne administration élaborés par les théoriciens de l’entourage royal. Ces principes furent ensuite repris par les princes, et il faut relever que les Chambres des comptes d’Anjou, de Bourbonnais, de Berry, de Bourgogne sont fondées ou structurées dans les années 1370-1380, période qui constitue, pour la réflexion sur l’État, le bien commun et la chose publique, une séquence capitale. Ainsi, la création des Chambres des comptes dans la seconde moitié du xive siècle participe de cette reconstruction « du pouvoir à la base » dont parle Françoise Autrand pour expliquer la politique apanagiste de Charles V, qu’il convient désormais d’interpréter comme un moyen de mettre en application, à l’échelle du royaume entier, la volonté royale et les principes réformés de gouvernement qui y étaient attachés62.

  • 63 On notera que les réflexions sur la scripturalité médiévale et l’écriture pragmatique ont finalemen (...)
  • 64 Sur la garde et le classement des archives, Philippe Contamine, « La mémoire de l’État : les archiv (...)
  • 65 Pour reprendre la formule de Yann Potin, « L’État et son trésor. La science des archives à la fin d (...)
  • 66 J.-P. Genet, « Conclusion. Chambres des comptes des principautés et genèse de l’État moderne », op. (...)
  • 67 O. Mattéoni, « La conservation et le classement des archives dans les Chambres des comptes de la pr (...)
  • 68 Olivier Mattéoni, « Enquêtes, pouvoir princier et contrôle des hommes dans les territoires des ducs (...)
  • 69 Jean-Paul Boyer, « Construire l’État en Provence. Les “enquêtes administratives” (mi-xiiie-mi-xive  (...)
  • 70 Formule empruntée à Jacques Le Goff, « Documento/monumento », dans Enciclopedia, V, Turin, 1978, p. (...)
  • 71 Pour reprendre l’expression de P. Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiéva (...)

10Cette dimension politique, pour être mieux cernée, ne peut faire l’économie d’un travail sur la production documentaire des Chambres63. Les gens des comptes ont été des archivistes, chargés par le prince de la garde d’une très grande partie de leurs archives64. Partout, ils se sont astreints à organiser, conserver et classer une masse documentaire en forte augmentation au cours de la période. Des inventaires ont été dressés, et beaucoup ont été conservés. La mise sur pied d’une « science des archives » au sein des Chambres avait une préoccupation mémorielle65. En organisant abstraitement les séries, selon un ordonnancement par coffres, sacs et layettes, les gens des comptes ont souvent donné de la cohérence à des ensembles territoriaux et à des droits qui en manquaient sur le terrain66. Les logiques de classement des archives – classement thématique, par matières, ou selon des critères topographiques – se doivent d’être questionnées car elles sont révélatrices des préoccupations des hommes des comptes, soucieux tout à la fois de rendre plus aisée la consultation d’une documentation à laquelle ils avaient recours dans leurs activités, et de produire une représentation du pouvoir. Il y avait là une façon de contribuer à l’effort d’ordonnancement et de défense du patrimoine princier67. De même, les enquêtes sur le terrain, menées ou initiées par les officiers des comptes, trahissent une même préoccupation. Les classements adoptés dans les registres d’enquêtes – classement par châtellenies pour les registres de fiefs, classement par prévôtés pour les registres à terriers, les rentiers et les registres de taille – aident à dessiner une géographie de la supériorité, où lieux et hommes sont déclinés en fonction de leur insertion dans l’espace domanial et princier68. Les enquêtes pour fiefs et terriers ou les informations sur les limites de châtellenies ne font que rendre compte de la territorialisation du pouvoir du prince69. Elles jouent comme autant de manifestations de l’autorité. Rien d’étonnant, dès lors, qu’elles puissent déboucher sur la constitution de véritables « monuments-documents70 », ce que sont beaucoup de terriers ou de registres de fiefs conservés aux Comptes. « Cet arpentage de l’espace par l’écrit71 » contribue ainsi à mettre en exergue les fondements domaniaux et humains de la puissance du prince. À n’en pas douter, il s’agit d’un apport essentiel des gens des comptes à l’élaboration d’une sphère politico-administrative, dont les composantes se sont indiscutablement renforcées au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge.

  • 72 A. Rigaudière, Penser et construire l’État dans la France du Moyen Âge…, op. cit., p. 693‑694.
  • 73 Claude Gauvard, Alain Boureau, Robert Jacob et Charles de Miramon, « Normes, droit, rituels et pouv (...)

11Les recherches des trente dernières années sur les Chambres des comptes médiévales ont permis d’éclairer d’un jour nouveau notre connaissance de l’institution et des hommes. Elles ont montré que les Chambres ont accompagné l’essor de l’État et contribué à l’émergence d’une culture administrative de qualité. Il reste à savoir jusqu’à quel point leur action a été déterminante. Pour ce faire, la question des méthodes de travail doit encore être approfondie, tout comme celle de l’expertise des gens des comptes. Comment cette dernière, par exemple, s’articulait-elle avec la parole du prince ? Avait-elle une valeur légitimante pour les autorités, alors que le pouvoir princier procède en partie d’une autre logique, celle du sacré ? Ces interrogations, ajoutées aux discussions en cours sur le degré d’initiative des gens des comptes dans le processus décisionnel et législatif ou l’effet réel de leur action dans la défense du domaine72, confirment que les Chambres des comptes constituent un riche objet d’étude, qui n’est pas resté à l’écart du renouvellement des enjeux de l’histoire politique de la fin du Moyen Âge73.

Notes

1 Par « France », il faut entendre l’espace français et non seulement le royaume de France dans ses frontières médiévales.

2 De nombreuses thèses abordent la question des Chambres des comptes. Au sein d’une production nombreuse, citons : Étienne Fournial, Les mémoriaux de la Chambre des comptes de Forez. Restitution du registre des années 1349-1356, Protat, Mâcon, 1964 ; André Uyttebrouck, Le gouvernement du duché de Brabant au bas Moyen Âge (1355-1430), 2 vol. , Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 1975 ; Jean Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 vol. , Maloine, Paris, 1987 ; Mireille Jean, La Chambre des comptes de Lille. L’institution et les hommes (1477-1667), École des chartes, Paris, 1992 ; Guido Castelnuovo, Ufficiali e gentiluomini. La società politica nel tardo medioevo, FrancoAngeli, Milan, 1994 ; Olivier Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Publications de la Sorbonne, Paris, 1998 ; Mario Damen, De staat van dienst. De gewestelijke ambtenaren van Holland en Zeeland in de Bourgondische periode (1425-1482), Verloren, Hilversum, 2000 ; Danielle Prévost, Le personnel de la Chambre des comptes de Paris de 1320 à 1418, 2 vol. , Thèse de doctorat, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2000 ; Robert Stein, « Burgundian Bureaucracy as a Model for the Low Countries ? The Chambres des comptes and the Creation of an Administrative Unity », dans Robert Stein (dir.), Powerbrokers in the Late Middle Ages/Les courtiers du pouvoir au bas Moyen Âge, Brepols, Turnhout, 2001, p. 3-25 ; Anne Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la Couronne de France (1349-1408), Presses universitaires de Grenoble, Grenoble, 2002.

3 Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive et xve siècles, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1996 ; Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (éd.), Les Chambres des comptes en France aux xive et xve siècles. Textes et documents, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1998.

4 Parmi tous les volumes auxquels a donné naissance la féconde enquête sur la genèse de l’État moderne, retenons, en rapport avec le sujet traité, Jean-Philippe Genet, « La genèse de l’État moderne. Les enjeux d’un programme de recherches », Actes de la recherche en sciences sociales, 118, 1997, p. 3-18 ; L’État moderne : genèse. Bilans et perspectives, dans Jean-Philippe Genet (dir.), Éditions du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 1990 ; Jean-Philippe Genet et Michel Le Mené (dir.), Genèse de l’État moderne. Prélèvement et redistribution, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 1987 ; Françoise Autrand (dir.), Prosopographie et genèse de l’État moderne, École normale supérieure de jeunes filles, Paris, 1986 ; Jean-Philippe Genet et Günther Lottes (dir.), L’État moderne et les élites, xiiie-xviiie siècles. Apports et limites de la méthode prosopographique, Publications de la Sorbonne, Paris, 1996 ; Wolfgang Reinhard (dir.), Les élites du pouvoir et la construction de l’État en Europe, Presses universitaires de France, Paris, 1996. Pour une lecture critique des enjeux du « paradigme de l’État moderne » – lecture téléologique du devenir historique et « survalorisation des entités collectives » –, voir Nicolas Offenstadt, « L’"histoire politique" de la fin du Moyen Âge. Quelques discussions », dans Être historien du Moyen Âge au xxie siècle. Actes du XXXVIIIe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, 31 mai-3 juin 2007, Publications de la Sorbonne, Paris, 2008, p. 179-198, spéc. p. 188-190.

5 J.-P. Genet, « Conclusion. Chambres des comptes des principautés et genèse de l’État moderne », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. 267.

6 Ibid.

7 Peter Stein écrit au sujet des Chambres des comptes des Pays-Bas bourguignons: « During my investigations it became more and more clear to me that the Chambres des comptes held a crucial position in the Burgundian administrative network: the were the sinews of Burgundian administration ». Et de compléter : « With reason the institutions [les Chambres des comptes] can be considered as an important element in the development of the bureaucracy in a Weberian sense », R. Stein, « Burgundian Bureaucracy as a Model for the Low Countries ?… », op. cit., p. 6.

8 Olivier Mattéoni, « "Couronne en forme sphérique ne se peut diviser sans perdre sa figure". Une leçon sur la souveraineté monarchique. Le procès des officiers du duc de Bourbon devant le Parlement de Paris en 1480 », dans Yves-Marie Bercé (dir.), Les procès politiques (xive-xviie siècles), École française de Rome, Rome, 2007, p. 157-181, spéc. p. 172.

9 Je reprends ici la chronologie proposée par Guido Castelnuovo dans « Service de l’État et identité sociale. Les Chambres des comptes princières à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 618, avril 2001, p. 489-510, spéc. p. 492-497.

10 Ferdinand Lot et Robert Fawtier (dir.), Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. I : Institutions seigneuriales, t. II : Institutions royales, Presses universitaires de France, Paris, 1957‑1958.

11 Élisabeth Lalou, « La Chambre des comptes de Paris : sa mise en place et son fonctionnement (fin xiiie-xive siècle) », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. 3-15, spéc. p. 4.

12 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. I, p. 343-344 ; Bernard Demotz, « Une clé de la réussite d’une principauté aux xiiie et xive siècles : naissance et dévelop-pement de la Chambre des comptes de Savoie », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. 17-25, spéc. p. 18-20.

13 John Baldwin, Philippe Auguste et son gouvernement. Les fondations du pouvoir royal en France au Moyen Âge, Fayard, Paris, 1991 (éd. américaine, 1986), p. 526-532. La thèse de l’influence anglaise sur les institutions royales françaises fait aujourd’hui l’objet d’un réexamen.

14 Jacques Magnet, « La juridiction des comptes dans la perspective historique », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. XVII-XXI, spéc. p. XIX ; Gérard Giordanengo, « Arma legesque colo. L’État et le droit en Provence », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre xiiie et xive siècles, École française de Rome-Istituto storico italiano per il Medio Evo, Rome, 1998, p. 35-69, spéc. p. 54 : « Le modèle napolitain […] est net en matière d’organisation financière (camera rationum, magistri rationales) et dans l’institution des procureur et avocat du roi ». Pour la Savoie, les échanges qui existent avec le monde anglo-normand dans la première moitié du xiiie siècle peuvent expliquer le choix du rouleau pour l’établissement des comptes : Bernard Demotz, « Une clé de la réussite d’une principauté aux xiiie et xive siècles… », op. cit., p. 18.

15 G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale… », op. cit., p. 494. Sur les châtelains et leur action, Guido Castelnuovo et Olivier Mattéoni (dir.), « De part et d’autre des Alpes ». Les châtelains des princes à la fin du Moyen Âge, Publications de la Sorbonne, Paris, 2006.

16 Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, États de la maison de Savoie, 3 vol. , Éditions du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 1968-1974 ; Mario Chiaudano, La finanza sabauda nel sec. XIII, t. I : I rendiconti del Dominio dal 1257 al 1285, t. II : I “rotuli” e i “computi” della Corte di Filippo I, conte di Savoia e di Borgogna dal 1269 al 1285, t. III : Le “Extente” e altri documenti del Dominio (1205-1306), Turin, 1933-1937 ; Guido Castelnuovo et Christian Guilleré, « Les finances et l’administration de la maison de Savoie au xiiie siècle », dans Bernard Andenmatten, Agostino Paravicini Bagliani, Éva Pibiri (dir.), Pierre II de Savoie. Le « Petit Charlemagne » († 1268), Université de Lausanne, Lausanne, 2000, p. 33-125 ; Eid., « De la comptabilité domaniale à la comptabilité d’État : les comptes de châtellenie savoyards », dans Natacha Coquery, François Menant et Florence Weber (dir.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pra-tiques, Éditions Rue d’Ulm, Paris, 2006, p. 213-230 ; Bernard Andenmatten et Guido Castelnuovo, « Produzione documentaria e conservazione archivistica nel principato sabauda, XIII‑XV secolo », Bullettino dell’Istituto italiano per il Medio Evo, 110/1, 2008, p. 279-348. Concernant les comptes du Dauphiné, Henri Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné au xiiie siècle, Presses universitaires de Grenoble, Grenoble, 1997, p. 473-474 et, pour le xive siècle, A. Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la Couronne de France…, op. cit., p. 392‑395. Signalons que, pour le duché de Bourgogne, la série des comptes de châtellenies conservés ne remonte pas au-delà du premier tiers du xive siècle : Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. Les États de la maison de Bourgogne, vol. 1 : Archives centrales de l’État bourguignon (1384-1500). Archives des principautés terri-toriales. 1. Les principautés du Sud. 2. Les principautés du Nord (supplément), Éditions du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 2001, p. 229-302.

17 Pour reprendre la formule de G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale… », op. cit., p. 495.

18 Voir, par exemple, les ordonnances instituant les Chambres des comptes de Bourbonnais (1374), de Bourges (1379), de Dijon (1386) : édition dans Olivier Mattéoni, « Les Chambres des comptes de Moulins, Montbrison et Villefranche-en-Beaujolais à la fin du Moyen Âge », dans P. Contamine et O. Mattéoni (éd.), Les Chambres des comptes en France aux xive et xve siècles…, op. cit., p. 49-53 ; René Lacour, Le gouvernement de l’apanage de Jean, duc de Berry (1360-1416), Picard, Paris, 1934, p. 66-70 ; Paul Riandey, L’organisation financière de la Bourgogne sous Philippe le Hardi, Dijon, 1904 (rééd. Genève, 1981), P. J. n° 6.

19 L’ordonnance fondant la Chambre des comptes de Bourbonnais en 1374 se réfère explicitement à la Chambre des comptes du roi de France. Le duc Louis II de Bourbon spécifie que les officiers des comptes bourbonnais devront « faire et exercer (toutes les choses) touchant nostre domaine, le fait de noz comptes et autres choses que ont acoustumé de faire les gens des comptes de monseigneur le roy a Paris » : Arch. nat., P 1386, dossier 34, f° 1-3, éd. dans O. Mattéoni, « Les Chambres des comptes de Moulins, Montbrison et Villefranche-en-Beaujolais à la fin du Moyen Âge », op. cit., p. 49. Un document de la Chambre des comptes de Dijon fait également référence à la Chambre des comptes de Paris : « Pour visiter et corriger aucuns comptes de noz receveurs du temps passé […] a la maniere de ladite Chambre des comptes de mondit seigneur le roi », cité par R. Stein, « Burgundian Bureaucracy as a Model for the Low Countries ?… », op. cit., p. 8, note 19. On notera toutefois que la Chambre des comptes de Lille, organisée sur le modèle de la Chambre des comptes de Paris, laisse subsister des particularités flamandes : ainsi, la Chambre des renenghes, institution du xiie siècle propre à la Flandre et chargée des causes du « domaine ancien », est maintenue en fonction, ibid. p. 8 ; M. Jean, La Chambre des comptes de Lille…, op. cit., p. 47.

20 Par exemple, Jean Crété, maître à la Chambre des comptes de Paris, participe successivement à la réforme de la Chambre des comptes de Dauphiné et, pour Philippe le Hardi, à l’organisation des Chambres des comptes de Dijon et de Lille : A. Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné…, op. cit., p. 200 ; Bertrand Schnerb, « L’activité de la Chambre des comptes de Dijon entre 1386 et 1404 d’après le registre de ses mémoriaux », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. 55 ; R. Stein, « Burgundian Bureaucracy as a Model for the Low Countries… », op. cit., p. 11 ; Mireille Jean, « Aux marges du royaume : la Chambre des comptes de Lille en 1477 », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. 28‑29.

21 Albert Rigaudière, « L’essor de la fiscalité royale, du règne de Philippe le Bel (1285-1314) à celui de Philippe VI (1328-1350) », dans Europa en los umbrales de las crisis (1250-1350). XXI Semana de Estudios Medievales de Estella 94, Pampelune, 1995, p. 323-391 (repris dans Id., Penser et construire l’État dans la France du Moyen Âge (xiiie-xve siècles), Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2003, p. 523-589).

22 P. Contamine, « L’audition des comptes seigneuriaux : l’exemple de la maison de la Trémoille », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.) La France des principautés…, op. cit., p. 259‑266. Le cas n’est pas unique. D’autres grands seigneurs nobles possédaient en leur château une camera compotorum. Dans ce même article, Philippe Contamine signale l’existence en 1493 d’une Chambre des comptes au château de Madic, l’une des possessions de Gilbert de Chabannes : ibid., p. 262, note 13.

23 G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale… », op. cit., p. 497.

24 J.-M. L. Alphonse Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, Plon, Paris, 1867, p. XXXIII.

25 B. Schnerb, L’État bourguignon, 1363-1477, Perrin, Paris, 1999, p. 255.

26 R. Stein, « Burgundian Bureaucracy as a Model for the Low Countries… », op. cit., p. 10.

27 P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive et xve siècles, op. cit.

28 Histoire de l’administration française. La Cour des comptes, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 1984, notamment p. 195 (Dijon), p. 211 (Nantes), p. 227-228 (Grenoble), p. 240-241 (Aix), p. 307-308 (Blois). Sur le rôle de la Chambre des comptes de Nantes lors de l’intégration de la Bretagne à la couronne : Dominique Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes, 1491-1547. Étude d’un processus d’intégration au royaume de France, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1997, p. 73-102. Sur la suppression des Chambres des comptes de la principauté bourbonnaise par François Ier, J.-M. L. A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, p. X-XI, et Olivier Mattéoni, « Damnatio memoriae. Les archives bourbonnaises, la royauté et la trahison du connétable Charles de Bourbon », en préparation.

29 Pour reprendre la formule de Philippe Contamine, « La gestion et le contrôle des finances publiques à la fin du Moyen Âge : l’intervention de la Chambre des comptes du roi de France », dans Pouvoir et gestion. Actes des Ves Rencontres, 29 et 30 novembre 1996, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse, Toulouse, 1997, p. 98.

30 J. Magnet, « La juridiction des comptes dans la perspective historique », op. cit., p. XVII‑XIX ; Olivier Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France au Moyen Âge », Revue historique, 641 / janvier 2007, p. 31-69, spéc. p. 33-35.

31 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit. ; D. Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes…, op. cit. ; O. Mattéoni, Servir le prince…, op. cit. ; D. Prévost, Le personnel de la Chambre des comptes de Paris de 1320 à 1418…, op. cit. ; G. Castelnuovo, Ufficiali e gentiluomini…, op. cit.

32 J. Kerhervé, « Les présidents de la Chambre des comptes de Bretagne au xve siècle », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. 165-204.

33 Sur la place des Chambres des comptes et, plus largement, des institutions centrales dans l’émergence des capitales princières à la fin du Moyen Âge, voir Les villes capitales au Moyen Âge. Actes du XXXVIe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, 1er-6 juin 2005, Publications de la Sorbonne, Paris, 2006, notamment Patrick Boucheron, Denis Menjot et Pierre Monnet, « Formes d’émergence, d’affirmation et de déclin des capitales : rapport introductif », p. 13-56, spéc. p. 39-53, et J. Kerhervé et Sylvie Denoix, « Conclusions », p. 429-447, spéc. p. 444-445.

34 John Bartier, Légistes et gens de finances au xve siècle. Les conseillers des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, t. I, Palais des Académies, Bruxelles, 1955, p. 56-65 ; G. Castelnuovo, Ufficiali e gentiluomini…, op. cit., p. 194-198.

35 G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale… », art. cit., p. 499.

36 Les deux tiers des officiers des comptes appartiennent à la noblesse : J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit., p. 724.

37 Plus de la moitié des maîtres rationaux de la Chambre des comptes d’Aix sont gradués de l’Université au xve siècle, contre un tiers des officiers à la Chambre des comptes de Moulins, et 10 à 17 % à la Chambre des comptes de Bretagne : Noël Coulet, « Le personnel de la Chambre des comptes de Provence sous la seconde maison d’Anjou (1381-1481) », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. 135-148, spéc. p. 142-143 ; Olivier Mattéoni, « L’apport de la prosopographie à la connaissance des carrières des officiers de la Chambre des comptes de Moulins (vers 1450-vers 1530) », dans J.-P. Genet et G. Lottes (éd.), L’État moderne et les élites, xiiiexviiie siècles…, op. cit., p. 123-138, spéc. p. 132-133.

38 D. Prévost, « Maître des comptes à Paris au xve siècle, un couronnement de carrière », Études et documents, IX, 1997, p. 3-26 ; J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. II, p. 791-792 ; O. Mattéoni, Servir le prince…, op. cit., p. 349-351 ; Marcelle-Renée Reynaud, Le temps des princes. Louis II et Louis III d’Anjou-Provence, 1384-1434, Presses universitaires de Lyon, Lyon, 2000, p. 155-156.

39 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. II, p. 774-782 ; O. Mattéoni, Servir le prince…, op. cit., p. 293-296.

40 Françoise Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Publications de la Sorbonne, Paris, 1981.

41 Concernant la distinction sociale, laquelle est étroitement liée à la déclinaison d’identité, Guido Castelnuovo, « Société, politique et administration dans une principauté du bas Moyen Âge. Les officiers savoyards et le Cheshire Cat », dans Étienne Savoie (dir.), Les noms que l’on se donne. Processus identitaire, expérience commune, inscription publique, L’Harmattan, Paris, 2001, p. 121‑136 ; Olivier Mattéoni, « Office, pouvoir ducal et société politique dans la principauté bourbonnaise à la fin du Moyen Âge », dans Le duché de Bourbon, des origines au Connétable, Édition Bleu autour, Moulins-Saint-Pourçain, 2001, p. 35-46. Sur les fondements d’une étude de la distinction, Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Les Éditions de Minuit, Paris, 1979, à compléter par Bernard Lahire, La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Éditions La Découverte, Paris, 2004.

42 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. I, p. 392-395 ; A. Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné…, op. cit., p. 169-172.

43 Henri Jassemin, La Chambre des comptes de Paris au xve siècle précédé d’une étude sur ses origines, Picard, Paris, 1933.

44 Lucien Febvre, « Comptabilité et Chambre des comptes », Annales d’histoire économique et sociale, VI, 1934, p. 48-53. Cette recension n’est pas reprise dans L. Febvre, Vivre l’histoire, Brigitte Marin (éd.), Robert Laffont/Armand Colin, Paris, 2009. Pour une présentation de la critique de Lucien Febvre et la réponse que lui apporta Henri Jassemin, Philippe Contamine, « Introduction », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. XXXI-XXXIII.

45 C’est principalement le calcul par abaque à jetons que pratiquaient les gens des comptes : Pierre Portet, « Les techniques du calcul élémentaire dans l’Occident médiéval : un choix de lectures », dans N. Coquery, F. Menant et F. Weber (dir.) Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques…, op. cit., p. 51-66, spéc. p. 53.

46 Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. fr. 3143.

47 Stéphane Lamassé, « Calculs et marchandises (xive-xve siècles) », dans Laurence Molinier, Line Sallmann, Catherine Verna, Nicolas Weill-Parot (dir.), La juste mesure. Quantifier, évaluer, mesurer entre Orient et Occident (viiie-xviiie siècles), Presses universitaires de Vincennes, Saint-Denis, 2005, p. 96 ; Jean-François Lassalmonie, La boîte à l’enchanteur. Politique financière de Louis XI, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2002, p. 359 et 513. Sur Barthélemy de Romans, Maryvonne Spiesser, Une arithmétique commerciale du xve siècle : le Compendy de la practique des nombres de Barthélemy de Romans, Brepols, Turnhout, 2003.

48 J. Kerhervé, L’État breton aux xive et xve siècles…, op. cit., t. I, p. 398-399 ; O. Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger… », op. cit., p. 61-63.

49 Ibid., p. 63-65.

50 Katia Weidenfeld, Les origines médiévales du contentieux administratif (xive-xve siècles), De Boccard, Paris, 2001, p. 507-520 ; Guillaume Leyte, Domaine et domanialité publique dans la France médiévale (xiie-xve siècles), Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 1996, p. 381-395.

51 Il n’existe pas pour les Chambres des comptes d’étude comparable à celle de Robert Jacob sur les maisons et palais de justice : Robert Jacob, Images de la justice. Essai sur l’iconographie judiciaire du Moyen Âge à l’âge classique, Le Léopard d’or, Paris, 1984.

52 Christian de Mérindol, « Les salles de justice et leur décor en France à l’époque médiévale », Histoire de la justice, 10, 1997, p. 51.

53 Parmi les miniatures célèbres, citons : BNF, ms. fr. 23929, f° 45 (reproduite en page de couverture de P. Contamine et O. Mattéoni (dir.) Les Chambres des comptes en France aux xive et xve siècles…, op. cit., et de Histoire de l’administration française. La Cour des comptes, op. cit. ; Arch. nat., PP 96 (Musée, AE II 634), f° 1, reproduite dans le cahier photographique hors texte de P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., 4e photo ; Arch. nat., KK 889 (Musée AE II 523), f° 17, qui représente le roi présidant une séance de jugement des comptes (reproduite en couverture de G. Leyte, Domaine et domanialité publique dans la France médiévale…, op. cit.). Sur cette dernière miniature et le registre qui l’accueille, Olivier Mattéoni, « La Chambre des comptes du roi de France et l’affirmation de l’État au milieu du xve siècle : le registre KK 889 (Musée AE II 523) des Archives nationales de France », dans Le gouvernement des communautés politiques à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècles). Entre puissance et négociation : Villes, Finances, État. Mélanges en l’honneur d’Albert Rigaudière, Éditions Panthéon Assas, Paris, 2010.

54 Arch. nat., PP 96 (Musée, AE II 634), f° 1.

55 Sur ce retable, Philippe Lorentz, La Crucifixion du Parlement de Paris, Réunion des musées nationaux-Louvre, Paris, 2004 ; Christian de Mérindol, « Le retable du Parlement de Paris. Nouvelles lectures », Histoire de la justice, 5, 1992, p. 19-34.

56 Je reprends dans les lignes qui suivent l’analyse que j’ai donnée de ce tableau dans O. Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger… », op. cit., p. 44-45.

57 R. Jacob, Images de la justice…, op. cit., p. 12-13.

58 Antoine Garapon, Bien juger. Essai sur le rituel judiciaire, Odile Jacob, Paris, 1997, p. 28.

59 O. Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger… », op. cit., p. 51-55.

60 Françoise Autrand, « La guerre des gens de finances en 1406 d’après le Songe véritable », dans Jean Kerhervé et Albert Rigaudière (éd.), Finances, pouvoirs et mémoire. Hommage à Jean Favier, Fayard, Paris, 1999, p. 292-300.

61 Édition dans Élisabeth Lalou, « La Chambre des comptes du roi de France », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), Les Chambres des comptes en France aux xive et xve siècles…, op. cit., p. 3-8.

62 Françoise Autrand, Charles V le sage, Fayard, Paris, 1994, p. 641-668 et Ead., Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Fayard, Paris, 2000, p. 341-342.

63 On notera que les réflexions sur la scripturalité médiévale et l’écriture pragmatique ont finalement peu touché les travaux relatifs à la production écrite des Chambres des comptes. Il y a pourtant là un champ d’étude à creuser. Sur cette question : Hagen Keller, Klaus Grubmüller et Nikolaus Staubach (éd.), Pragmatische Schriftlichkeit im Mittelalter. Erscheinungsformen und Entwicklungs-stufen, Munich, 1992 ; H. Keller, « Oralité et écriture », dans Jean-Claude Schmitt et Otto Gerhard Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, Publications de la Sorbonne, Paris, 2002, p. 127-142 ; Pierre Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche », Cahiers de civi-lisation médiévale, xe-xiie siècles, 49, 2006, p. 20-31 ; Joseph Morsel, à qui l’on doit le mot « scripturalité », « Ce qu’écrire veut dire au Moyen Âge, observations préliminaires à une étude de la scripturalité médiévale », Memini, travaux et documents de la Société des études médiévales du Québec, 4, 2000, p. 3-43 (texte repris avec corrections dans N. Coquery, F. Menant et F. Weber (dir.), Écrire, compter, mesurer/2. Vers une histoire des rationalités pratiques, édition en ligne, p. 4-32 : http://www.presses.ens.fr/PDF/ECMonline.pdf).

64 Sur la garde et le classement des archives, Philippe Contamine, « La mémoire de l’État : les archives de la Chambre des comptes du roi à Paris au xve siècle », dans Media in Francia… Recueil de mélanges offerts à Karl Ferdinand Werner, à l’occasion de son 65e anniversaire par ses amis et collègues français, Hérault Éditions, Maulévrier, 1989, p. 85-100 (repris dans Id. Des pouvoirs en France, 1300-1500, Presses de l’École normale supérieure, Paris, 1992, p. 237-250) ; Olivier Mattéoni, « La conservation et le classement des archives dans les Chambres des comptes de la principauté bourbonnaise à la fin du Moyen Âge », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés…, op. cit., p. 65-81 ; Jean Richard, « Les archives et les archivistes des ducs de Bourgogne dans le ressort de la Chambre des comptes de Dijon », Bibliothèque de l’École des chartes, 105, 1944, p. 123-168 ; Peter Rück, L’ordinamento degli archivi ducali di Savoia sotto Amedeo VIII, 1398-1451, Rome, 1977.

65 Pour reprendre la formule de Yann Potin, « L’État et son trésor. La science des archives à la fin du Moyen Âge », Actes de la recherche en sciences sociales, 133, 2000, p. 48-52.

66 J.-P. Genet, « Conclusion. Chambres des comptes des principautés et genèse de l’État moderne », op. cit., p. 272.

67 O. Mattéoni, « La conservation et le classement des archives dans les Chambres des comptes de la principauté bourbonnaise… », op. cit., p. 65-81 ; B. Andenmatten et G. Castelnuovo, « Produzione documentaria e conservazione archivistica nel principato sabauda… », op. cit., p. 279‑348, spéc. p. 327-339 ; Guido Castelnuovo, « Les officiers princiers et le pouvoir de l’écrit. Pour une histoire documentaire de la principauté savoyarde (xiiie-xve siècles) », dans Armand Jamme et Olivier Poncet (dir.), Offices, écrit et papauté (xiiie-xviie siècles), École française de Rome, Rome, 2007, p. 17-46.

68 Olivier Mattéoni, « Enquêtes, pouvoir princier et contrôle des hommes dans les territoires des ducs de Bourbon (milieu du xive siècle-début du xvie siècle) », dans Claude Gauvard (dir.), L’enquête au Moyen Âge, École française de Rome, Rome, 2008, p. 363-404, dont je reprends ici les principales conclusions. Sur l’enquête comme mode de gouvernement et d’administration, Thierry Pécout (dir.), Quand gouverner, c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière, Occident, xiiiexive siècles. Actes du colloque international d’Aix-en-Provence et Marseille, 19-21 mars 2009, à paraître.

69 Jean-Paul Boyer, « Construire l’État en Provence. Les “enquêtes administratives” (mi-xiiie-mi-xive siècle) », dans Des principautés aux régions dans l’espace européen, Lyon, 1998, p. 1-26 (texte téléchargeable sur http://retimedievali.it/).

70 Formule empruntée à Jacques Le Goff, « Documento/monumento », dans Enciclopedia, V, Turin, 1978, p. 38-48.

71 Pour reprendre l’expression de P. Chastang, « Cartulaires, cartularisation et scripturalité médiévale : la structuration d’un nouveau champ de recherche », op. cit., p. 29.

72 A. Rigaudière, Penser et construire l’État dans la France du Moyen Âge…, op. cit., p. 693‑694.

73 Claude Gauvard, Alain Boureau, Robert Jacob et Charles de Miramon, « Normes, droit, rituels et pouvoir », dans J.-C. Schmitt et O. G. Oexle (dir.), Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne…, op. cit. p. 461-482 ; N. Offenstadt, « L’"histoire politique" de la fin du Moyen Âge. Quelques discussions », dans Être historien du Moyen Âge au xxie siècle…, op. cit., p. 179-198.

Auteur

Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne et membre du Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (LAMOP-UMR 8589). Il a codirigé la publication de l’ouvrage Les Chambres des comptes en France aux xive et xve siècles. Textes et documents, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998 et La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive et xve siècles, Actes du colloque de Moulins des 6, 7 et 8 octobre 1995, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996. Il est également l’auteur de : « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 641, janvier 2007, p. 31-69, et de « La Chambre des comptes du roi de France et l’affirmation de l’État au milieu du xve siècle : le registre KK 889 (Musée AE II 523) des Archives nationales », dans Le gouvernement des communautés politiques à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècle). Entre puissance et négociation : État, ville, finances. Mélanges en l’honneur d’Albert Rigaudière, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2010.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search