Version classiqueVersion mobile

François Bloch-Lainé, fonctionnaire, financier, citoyen

 | 
Michel Margairaz

Le directeur du Trésor et le financement des entreprises (1947-1952)

Laure Quennouëlle-Corre

Texte intégral

  • 1 Voir notamment François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée, 1944-1954. Dialogue sur (...)

1Le rôle de François Bloch-Lainé à la tête de la direction du Trésor entre 1947 et 1952 aura largement contribué à le faire connaître, au moins dans les sphères économiques et financières publiques et privées, et à conférer au Trésor son rôle de banquier de l’économie durant plusieurs décennies après la guerre. Aussi, pour aller au-delà de la question désormais connue du financement public des investissements1, je propose un angle d’étude plus nouveau autour des conceptions, des objectifs et des moyens mis en œuvre par le directeur du Trésor en faveur du financement des entreprises. Pour qui s’intéresse au rôle de l’État dans la croissance et plus précisément à la part de l’État et des entreprises dans son financement, la question de la répartition entre les différents modes de financement des entreprises est centrale. Elle permettra également d’éclairer la manière dont l’entreprise est perçue par les agents de l’État à une époque donnée ou bien encore de refléter un état de la réflexion économique chez les décideurs publics.

2À partir des sources d’archives étudiées, trois axes de réflexion se dessinent.

  • D’un côté, chercher à faire la part entre les conceptions personnelles, le contexte économique et l’environnement politique et administratif de François Bloch-Lainé, facteurs qui peuvent expliquer en partie ses prises de position alors qu’il est directeur du Trésor.
  • D’un autre côté, détailler sa pensée et son action pour chaque source de financement et mettre au jour les réformes qu’il a personnellement mises en place.
  • Enfin, en déduire quelques pistes de réflexion plus générales sur la politique financière, le rôle d’un haut fonctionnaire des Finances à l’époque et la personnalité de François Bloch-Lainé.

I. UN CONTEXTE POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE PEU PROPICE AUX ENTREPRISES

3Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’environnement politique et économique ne favorise pas une vision positive de l’entreprise. D’ores et déjà, dans les années 1930, la Grande Crise contribue à répandre l’idée d’un retard français dû en partie aux entreprises et alimente une remise en question de leur fonctionnement par les mouvements planistes et les technocrates, qu’ils soient issus du monde de l’industrie ou de l’administration. Pendant la guerre se développe un sentiment de méfiance à l’égard des entreprises, considérées soit comme des sociétés cosmopolites et antinationales, soit comme des piliers de la collaboration économique ou bien encore comme des fauteurs de guerre. Après 1945, l’amalgame est fréquent entre les entreprises privées et le patronat, ce qui alimente dans l’opinion publique un discours dominant sur les entreprises et les patrons « mauvais Français » et « profiteurs de guerre ». Dans l’atmosphère quasi révolutionnaire de la Libération, la volonté de donner à l’État le pouvoir économique et financier n’en apparaît que plus légitime.

  • 2 Selon l’expression de Pierre Rosanvallon, L’Etat en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1 (...)

4Fréquente dans le milieu administratif, cette indifférence, voire cette méfiance à l’égard des entreprises et des entrepreneurs, s’amplifie à partir de la Grande Crise et plus encore de la guerre. Perçue comme un instrument capitalistique de recherche du profit, l’entreprise apparaît, aux yeux des serviteurs de l’État, incompatible avec leur sens de l’intérêt général. Les courants d’opinion dirigistes après 1945, qui ont beau jeu de dénoncer l’égoïsme des entreprises privées afin de justifier les nationalisations et la nécessité du dirigisme économique pour reconstruire la France, trouvent un terrain favorable dans les administrations. Ainsi commence le règne de l’« État keynésien et modernisateur »2, seul garant de l’intérêt général et du bien public, chargé d’intervenir massivement pour financer la Reconstruction.

  • 3 Voir à ce sujet la thèse de Frédéric Tristram, La Direction générale des Impôts et la politique fi (...)
  • 4 Collectif, Pour nationaliser l’État, Le Seuil, Paris, 1968.

5Chez les hauts fonctionnaires des Finances, cette attitude méfiante vis-à-vis de l’entreprise, qui exerce une pression sur les politiques pour défendre ses intérêts propres, est manifeste, excepté à la direction générale des Impôts qui se montre plus libérale et plus attentive aux intérêts des entreprises que le Trésor3. On en retrouve des accents polémiques jusque dans l’ouvrage collectif Pour nationaliser l’État4, auquel François Bloch-Lainé a participé, ouvrage dans lequel l’incompréhension et l’indifférence le disputent à la méfiance et à l’opposition de principe.

6Parallèlement, la science économique ne s’attache guère à l’époque aux aspects micro-économiques de la vie des entreprises. Sous influence keynésienne, règne alors la macro-économie qui se préoccupe plutôt des flux des grands agrégats économiques et monétaires, tandis que la science de gestion n’est pas encore née en France. D’autre part se pose un problème de centralisation des données sur les entreprises et sur leur financement : il n’y a guère de statistiques très développées à partir des entreprises jusqu’au milieu des années 1950, lorsque se met en place le tableau des échanges interindustriels au Service des études économiques et financières.

  • 5 François Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, Le Seuil, Paris, 1976.
  • 6 Idem, Pour une réforme de l’entreprise, Le Seuil, Paris, 1963.

7Dans ce contexte particulier de l’après-guerre, si peu propice à l’entreprise, comment se situe François Bloch-Lainé ? On le sait issu d’une famille de fonctionnaires, d’un père inspecteur des Finances et banquier : il n’a a priori pas de connaissance directe du milieu entreprenarial, et sa formation de haut fonctionnaire n’a sans doute pas non plus contribué à avoir une connaissance de ce milieu : il n’existe pas, à l’époque, de cours de micro-économie ni à l’Institut d’études politiques, ni dans la préparation au concours de l’Inspection des finances. Cependant, on peut déceler à travers deux indices que François Bloch-Lainé s’intéresse assez tôt à l’entreprise. D’une part, il suit les réflexions des mouvements planistes avant la guerre et participe à quelques réunions autour d’Auguste Detœuf et des Nouveaux Cahiers5. Enfin, il dit entretenir après la guerre des contacts avec l’ACADI (Association des cadres dirigeants) et le Centre des jeunes dirigeants, soit des cercles de patrons progressistes. Ses réflexions sur l’entreprise prendront forme en 1963 avec l’ouvrage Pour une réforme de l’entreprise, qui constitue en fait son premier essai et qui le fera connaître en dehors de la sphère administrative. Il y développera une vision idéalisée de l’entreprise citoyenne qui ne doit pas se limiter à faire du profit et qui a, selon lui, un « destin public »6.

8Ainsi, dans le contexte politique et économique de la Libération, l’entreprise est un instrument de la reconstruction et de la modernisation du pays. Les objectifs et la gestion des entreprises sont pris en considération à travers le prisme des orientations sectorielles définies par le Plan : sont privilégiées leur capacité d’investissement et la modernisation de l’outil de production. Si François Bloch-Lainé suit en partie cette optique, il se fabrique assez rapidement une vision propre du rôle de l’entreprise dans la croissance, nourrie de réflexions extérieures à son milieu. Cela se manifeste clairement dans les choix qu’il opère dans les modes de financement des entreprises, lorsqu’il arrive à la tête de la direction du Trésor.

II. ENTRE LA RÉFLEXION ET L’ACTION : LES MODES DE FINANCEMENT PRIVILÉGIÉS

  • 7 Voir M. Margairaz, L’État…, op. cit.

9Comment, dans ce contexte et dans le cadre de ses fonctions, François Bloch-Lainé a-t-il mis en œuvre une politique de financement des entreprises ? Rappelons que le choix du financement public de la Reconstruction est antérieur à l’arrivée de François Bloch-Lainé à la tête de la direction du Trésor. La création du Commissariat général au Plan en janvier 1946, les nationalisations qui démarrent en 1945, ainsi que la création du ministère de l’Économie nationale, censé diriger l’économie et orienter le financement des investissements en fonction des besoins, en sont les signes les plus visibles7. Par ailleurs, les choix monétaires de 1945 ont conduit à la fois à une augmentation de la pression fiscale et à une forte inflation, qui nuisent à la capacité et à la volonté d’épargne, et ne font que renforcer le besoin des concours publics pour financer la croissance. Le graphique ci-dessous donne un aperçu de la répartition des différents modes de financement de l’investissement sur le moyen terme.

10Le financement public atteint un pic en 1948, puis se stabilise à partir de 1949. En comparaison avec les autres pays d’Europe, il s’établit alors en France autour de 60 %, en Grande-Bretagne de 30 %, en Italie de 40 %, en Belgique de 50 %. Le marché financier stagne, après une courte période de rattrapage dans l’immédiat après-guerre, et ne décolle qu’après le boom boursier qui démarre en juin 1953 et donc après le départ du Trésor de François Bloch-Lainé (janvier 1953). Les prêts à moyen et long termes se répartissent entre les crédits à moyen terme des banques, encore peu développés avant 1952, et les prêts des organismes spécialisés (Crédit national, Crédit foncier, Crédit hôtelier…), qui octroient des prêts longs bonifiés par l’État ou garantis par lui, ou bien encore des prêts en leur nom propre. Le solde comprend sans distinction l’autofinancement des entreprises, les crédits à court terme et les avances bancaires : on relève le pic de 1951 et l’ascension continue de ce mode de financement par la suite. Nous reviendrons sur les difficultés d’évaluation de l’autofinancement qui n’est pas isolé ici.

11Contrairement à l’avant-guerre, où les deux sources principales de financement externe des entreprises étaient les banques pour le court terme et surtout la Bourse pour les investissements à long terme, le financement à long terme est opéré après 1945 par l’État ou par les organismes spécialisés. Tandis que le crédit à moyen terme, dont on voit apparaître les prémices dans les années 1920, prend son essor durant la guerre et croît à partir du milieu des années 1950.

Graphique 1. Évolution du financement de la FBCF, 1948-1958 (en milliards de francs courants)

Graphique 1. Évolution du financement de la FBCF, 1948-1958 (en milliards de francs courants)

Source : SEEF, Commission des investissements. Les courbes donnent un ordre de grandeur de l’évolution du financement de la FBCF et surtout traduisent la répartition institutionnelle établie par le ministère des Finances, telle que le directeur du Trésor en dispose. Cette répartition est différente de la classification opérée par les entreprises, qui s’établit généralement entre capital-actions, autofinancement, dont amortissement et profits nets non distribués, endettement à long terme, endettement à court terme, et qui ne définit pas la même approche du financement.

III. LE FINANCEMENT PUBLIC DES INVESTISSEMENTS : NÉCESSITÉ FAIT LOI

  • 8 F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, op. cit., p. 103.
  • 9 L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit.

12Le directeur du Trésor adoptera rapidement ce cadre public du financement car il a, en arrivant au Trésor, « une sorte d’idée fixe […], que le ministère des Finances […] jouât un rôle délibérément positif dans la modernisation et l’équipement du pays »8. Dès 1948, il engage le Trésor dans la voie de l’intervention économique en obtenant, au prix d’une âpre bataille contre Jean Monnet, que la gestion des fonds Marshall soit confiée à la Commission des investissements, organe de délibération collectif dont la direction du Trésor aura rapidement la maîtrise9. Ce choix originel engage le Trésor sur une voie étroite, car il doit subir les à-coups des versements de l’aide Marshall tout en fournissant régulièrement les ressources aux besoins des entreprises ; d’où une recherche des ressources les plus sûres par le directeur du Trésor : l’équilibre précaire de la trésorerie conduit à la fois à un grand dirigisme et un grand pragmatisme dans la captation des ressources financières. Cela explique les deux grandes orientations clairement données par François Bloch-Lainé dans les financements publics : la centralisation des ressources et des emplois financiers, conjuguée avec le maintien de la diversité des moyens de financement sous la houlette du Trésor.

La centralisation des ressources et des emplois au Trésor

  • 10 Ibid.

13La situation héritée de la guerre et de la Libération avait en effet engendré une multiplication des procédures de remboursement, de prêts à la reconstruction ou d’indemnisation des dommages de guerre. Cette gestion artisanale et désordonnée avait d’ores et déjà inquiété en 1945-1946 le directeur du Trésor, Jacques Brunet, qui n’avait pu véritablement remédier à l’éparpillement des interventions de l’État. Avec la constitution de la Commission des investissements en avril 1948, François Bloch-Lainé cherche à centraliser les financements publics octroyés par la Caisse nationale des marchés de l’État, le Crédit national, le Budget de l’État et le Trésor lui-même. Il s’agit de coordonner toutes les interventions économiques de l’État pour répartir les capitaux au mieux des intérêts de l’économie. Par exemple, les correspondants du Trésor, dont certaines entreprises nationales, se verront ainsi obligés de déposer leurs fonds au Trésor afin de faciliter la gestion de la trésorerie, et un certain nombre de comptes spéciaux du Trésor seront supprimés10. Cette centralisation de fait des financements publics s’accompagne dès 1948 d’un renforcement du contrôle de l’utilisation des fonds, avec la création de la Mission de contrôle des activités financières, de la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques ou bien encore du Comité de gestion des participations publiques. L’institution de l’État-banquier s’accompagne donc pour François Bloch-Lainé d’une remise en ordre des finances publiques et d’une orthodoxie financière, assouplie certes, mais effective. La pénurie de capitaux disponibles nécessite en effet une utilisation optimisée des fonds publics.

14Les besoins pressants de ressources financières expliquent paradoxalement que, loin de vouloir supprimer des procédures préexistantes au Fonds de modernisation et d’équipement, François Bloch-Lainé cherchera à maintenir des sources de financement parfois onéreuses, mais jugées utiles. Pour le directeur du Trésor, la coordination des fonds publics n’empêche pas en effet le maintien de multiples procédures de financement autour de trois fonctions principales : celle d’État-actionnaire, celle de prêteur et celle de garant.

  • 11 AEF, fonds Trésor, B 42268, procès-verbal de la Commission des investissements du 6 juillet 1948. (...)
  • 12 François Bloch-Lainé, Le Trésor public en France, cours de l’IEP 1948-1949, LGDJ, Paris, 1949.

15Fournir des fonds propres aux entreprises publiques est une conception peu répandue dans la France des années 1940 et 1950. Les apports de l’État en capitaux dans les entreprises publiques sont maigres et pourtant, dès 1948, François Bloch-Lainé prône une augmentation de capital pour EDF et pour la SNCF, défendant une position assez minoritaire11. Cette attitude « libérale » rejoint ses préoccupations sur la bonne gestion financière des entreprises, sur leur nécessaire autonomie financière, ce qui n’empêche pas, bien au contraire, un contrôle accru de la part de la tutelle sur l’utilisation des fonds. En revanche, dans l’un de ses cours dispensés à l’Institut d’études politiques en 1948-1949, le directeur du Trésor se déclare peu porté sur l’économie mixte, qui cumule selon lui les inconvénients du privé et du public. Plus encore, il se dit peu favorable à un « État-actionnaire tentaculaire et incohérent », qui « ne stimule pas l’esprit de risque des banques » et amène à terme une socialisation des activités industrielles et commerciales, que visiblement il n’appelle pas de ses vœux12. Cela modifie quelque peu l’image d’un directeur du Trésor étiqueté un peu rapidement comme dirigiste et met au jour une position de François Bloch-Lainé nuancée sur le rôle de l’État dans les sociétés d’économie mixte et sur sa conception du périmètre de l’État. Plus largement, cette vision du secteur économique public apparaît en décalage par rapport au consensus nationalisateur de la Libération et révèle une pensée originale de François Bloch-Lainé par rapport à l’environnement et au contexte de l’après-guerre.

Le maintien de la diversité des modes de financement des entreprises

16En contrepartie de la faiblesse de l’État-actionnaire, le directeur du Trésor cherche à privilégier le financement externe des entreprises publiques par les prêts de l’État. Les prêts du FME, qui sont des prêts directs, sont en effet destinés à l’époque en priorité aux entreprises qui couvrent les secteurs de base du Plan, soit en majeure partie les entreprises nationales. Dans ce cadre alors étroitement planifié, le directeur du Trésor, du fait de sa position influente, est toutefois en mesure de privilégier certains types d’entreprises : tout d’abord, on relève une tendance à favoriser l’industrie par rapport à l’agriculture, au demeurant secteur prioritaire du Plan. Ensuite, le directeur du Trésor considère plus aisément les gros investissements et les grandes entreprises, au détriment sans doute des petites et moyennes entreprises, car, comme le souligne Bertrand de Jouvenel dans un article paru en 1955 :

  • 13 Bertrand de Jouvenel, « L’autofinancement et le progrès économique », Bulletin SEDEIS, 1er mars 19 (...)

« Même les hauts fonctionnaires les plus éclairés et les plus judicieux ont des difficultés à faire la meilleure répartition des fonds d’investissements […]. L’expérience des pays à investissements dirigés leur a enseigné qu’on voit plus immédiatement les investissements lourds que légers et qu’on est enclin à diriger les fonds vers des emplois où la productivité marginale de l’investissement est la plus faible13. »

17Pour financer les entreprises d’économie mixte ou privées sont préférés les prêts bonifiés par l’État, octroyés par l’intermédiaire d’organismes de crédit spécialisés comme le Crédit national, le Crédit foncier, la Caisse centrale de crédit hôtelier, le Crédit agricole… Il s’agit de prêts de vingt à vingt-cinq ans en moyenne, à des taux inférieurs à ceux du marché.

  • 14 Voir, supra, la communication de Patrick Fridenson et Cyrille Sardais sur le financement de Renaul (...)
  • 15 AEF, fonds Trésor, B 18190, « Préparation du Budget 1947-1954 ». On peut penser qu’il s’agit de la (...)

18En réalité, François Bloch-Lainé marque clairement sa préférence pour la garantie et la bonification des prêts, plutôt que pour une intervention directe du Trésor. Comment se traduit cette orientation ? L’État a la possibilité d’être garant de prêts auprès de banques et garant sur le marché : il soutient alors par sa signature des emprunts d’entreprises dont la qualité sur le marché financier est insuffisante pour lever des fonds. L’utilisation prolongée de la procédure des lettres d’agrément est à cet égard significative. En vertu de la loi du 23 mars 1941, le ministère des Finances peut accorder la garantie de l’État en vue de faciliter l’équipement des entreprises fabriquant des produits nécessaires à l’équipement du pays, par les lettres d’agrément. Elles sont alors utilisées pour la fabrication de fibres artificielles, produits alimentaires, distilleries. Validées par l’ordonnance du 1er septembre 1945, les lettres d’agrément sont autorisées par un comité interministériel et soumises, pour les montants les plus importants, à la Commission des investissements à partir de 1948. Elles sont alors utilisées pour favoriser les entreprises nécessaires à la Reconstruction, aider la mise en place d’industries nouvelles (industries d’alliages légers, industries chimique et minière, combustibles…) et la modernisation d’entreprises des secteurs de base. Puis, à partir de 1949, l’octroi de la lettre d’agrément change de nature : elle devient essentiellement un instrument financier permettant le warrantage de matières premières ou de produits finis, ainsi qu’une aide de la Caisse nationale des marchés de l’État sous forme d’une garantie ou sous forme d’une simple signature de mobilisation. Elle est utilisée en 1949 et 1950 pour le financement de collectivités locales, d’entreprises industrielles et commerciales14, d’exportation de films, de sociétés aéronautiques, ou bien encore pour la COFACE. Le montant s’élève de 1941 jusqu’en 1951 à plus de 40 milliards de francs (courants). Or, en dépit de son coût et des critiques parlementaires envers un système hérité de la guerre, ce moyen de financement est défendu par François Bloch-Lainé, qui cherche à le proroger, notamment pour 1951, car il lui paraît nécessaire, dans les circonstances du moment, du fait de la constitution de « stocks de sécurité par les entreprises15 ». Agissant sans doute par pragmatisme, François Bloch-Lainé rejoint aussi par ce biais son souci d’un crédit sélectif.

19Le système, en passe de disparaître en 1950, puis en 1954, sera encore en vigueur en 1958.

20En conclusion, sur les procédures de financement public mises en place par François Bloch-Lainé, on peut souligner l’hétérodoxie des modes de financement qui se développent après la guerre. Le Trésor devient le premier transformateur des liquidités en investissements à long terme et oblige les organismes de crédit à faire de même, grâce à la mise en jeu de la garantie de l’État ou des bonifications d’intérêt. L’action de François Bloch-Lainé ne modifie pas seulement les circuits de financement de l’entreprise, mais elle préfigure également des changements culturels chez les financiers, qui s’habitueront progressivement à faire des prêts à moyen terme avec de l’épargne à court terme. Notons cependant qu’il n’est pas le seul à l’époque : ainsi quelques éléments modernisateurs lui font écho à la Banque de France, comme Pierre Besse ; par ailleurs, le crédit à moyen terme mobilisable, développé et soutenu par le gouverneur de la Banque de France, a sa part de responsabilité dans le développement de nouveaux circuits de financement semi-publics. Signes d’une alliance, contrainte mais réelle, du Pape et de l’Empereur en faveur de la transformation de l’épargne à partir des années 1950.

21Si François Bloch-Lainé développe si intensément les financements publics, c’est qu’il acquiert la conviction, dès 1948, que les autres modes de financement ne suffisent pas à capter l’épargne et qu’ils ne s’orientent pas forcément vers les investissements jugés prioritaires : à ses yeux, l’autofinancement est la pire des solutions, le marché financier est insuffisant et les établissements bancaires ne jouent pas leur rôle.

IV. LIMITER L’AUTOFINANCEMENT DES ENTREPRISES

  • 16 Marcel Malissen, L’Autofinancement des sociétés en France et aux États-Unis, Dalloz, Paris, 1953.
  • 17 Pierre Villa, Monographies d’économétrie. Une analyse macroéconomique de la France au xxe siècle, (...)

22La première question qui se pose lorsque l’on aborde l’autofinancement des entreprises est celle de sa définition, qui diffère selon que l’on se place d’un point de vue ou d’un autre : entrepreneur, banquier, économiste, gestionnaire. Se pose avec encore plus d’acuité pour cette période le problème de sa mesure, car les calculs d’économistes et d’experts donnent des résultats approximatifs et différents, dus aux incertitudes comptables avant 1949, aux problèmes de sources et d’évaluation de la part effective d’autofinancement dans les bénéfices non distribués. Par exemple, Marcel Malissen, qui a fait une enquête minutieuse auprès de quatre-vingt-seize entreprises françaises sur l’autofinancement en France et aux États-Unis16, note pour l’immédiat après-guerre une remontée des profits et de l’autofinancement, due selon lui à l’impossible recours au marché financier. Mais les calculs postérieurs de Pierre Villa17 et de l’INSEE indiquent plutôt une stagnation de l’autofinancement dans ces années. Nous avons pris le parti de considérer ce qui devait être la perception du directeur du Trésor à l’époque, soit les chiffres issus des calculs du SEEF et des travaux de Marcel Malissen, qu’il évoque dans ses cours. Le graphique reproduit l’évolution d’un autofinancement en augmentation après 1945 jusqu’au milieu des années 1950 au moins, et qui domine le financement à long terme de l’industrie opéré traditionnellement par le marché financier : cela constitue un changement notable des modes de financement par rapport à l’avant-guerre.

  • 18 François Bloch-Lainé, La Vie économique, cours à l’IEP, 1952-1953.
  • 19 Selon le graphique 1 et aussi selon Marcel Malissen, Investissement et Financement. Origine et emp (...)

23Cette augmentation explique en partie la préoccupation constante de François Bloch-Lainé d’éviter un autofinancement qu’il juge excessif. Il évalue lui-même en 1951 sa part dans les investissements neufs à 45 %. Pourquoi ce jugement si sévère ? Il s’en explique à trois périodes différentes et dans trois écrits distincts : dans ses cours en 1952, en 1955 et dans un ouvrage en 1963. Son cours de 1952-1953 se montre le plus virulent sur l’autofinancement : « Lorsque les entreprises, en soumettant à une épargne forcée leurs actionnaires ou leurs clients, affectent leurs réserves ainsi constituées à des investissements qui leur sont propres, elles faussent les mécanismes normaux beaucoup plus gravement que le Trésor public ne le fait par ses interventions18. » Le directeur du Trésor considère qu’en période d’inflation les dirigeants d’entreprise, en effectuant des investissements excessifs et désordonnés, grossissent leurs stocks et contribuent à accentuer l’inflation. Il ne voit que les aspects spéculatifs de l’autofinancement. Il souligne qu’en 1951 on assiste à une hausse anormale des prix, due selon certains experts à l’« anarchie des investissements privés », employés « en stocks spéculatifs et en équipements inutiles ». D’où l’idée qu’il propose dans son cours d’établir une « police de l’autofinancement » qui viserait à limiter les ententes pour réduire la rigidité des prix et qui tenterait de contrôler le montant de l’autofinancement. Il est vrai qu’en 1951 la hausse des prix, d’un côté, et la part de l’autofinancement dans les ressources des entreprises, de l’autre, font un bond important19, qui peut s’expliquer en partie par les stockages opérés en prévision de la guerre de Corée. Mais au-delà d’une conjoncture propice à la constitution de réserves, le directeur du Trésor maintient une position fermement opposée à l’autofinancement des entreprises. Dans son cours de finances publiques de 1955, François Bloch-Lainé revient à la charge à propos des « ressources supplétives » que peut constituer l’autofinancement. Il définit trois conséquences de l’autofinancement sur la vie économique. 1. Sur les investissements : il ne facilite pas les meilleurs. 2. Sur le volume de la production : il « diminue l’investissement » et a donc un « effet de déflation sur l’activité économique ». 3. Sur les structures économiques : l’autofinancement développe les ententes professionnelles qui font supporter la hausse des prix au consommateur, et il « accentue la séparation entre la propriété des entreprises et la direction des entreprises ; il donne en effet aux « managers » une indépendance et une force de plus en plus grandes, sans qu’ils aient à demander l’avis de leurs associés ou de leurs banquiers ». Il maintient la même position dans son ouvrage Pour une réforme de l’entreprise, paru en 1963, dans le chapitre consacré au statut du capital où il déplore l’autonomie du dirigeant d’entreprise dans la décision d’investir.

  • 20 AEF, fonds Trésor, B 50977.

24Comment expliquer une attitude aussi négative ? Fruit d’un contexte économique et financier particulier qui incite au dirigisme, l’opinion du directeur du Trésor n’est pas isolée et, durant ces années, François Bloch-Lainé a nourri ses réflexions sur l’autofinancement d’études éclectiques : la parution de la thèse de Marcel Malissen est annoncée dans son cours La Vie économique, en 1952. Il cite également les études de la CGT sur la « mise en commun des épargnes d’affaires » et des articles et conférences de Pierre Mendès France sur la question. En arrière-plan se profile le contexte politique qui reste polémique sur le patronat et sur la notion de profit. Sa pensée se retrouve également dans son administration : dans les archives de la direction du Trésor, en marge de l’article de Bertrand de Jouvenel sur l’autofinancement des entreprises, on peut lire cette annotation manuscrite : « L’autofinancement est l’autre nom de l’inflation20. » Marcel Malissen fait également état de débats parlementaires assez polémiques sur la question du profit et des bénéfices des entreprises, sur fond de méconnaissance du phénomène par les experts et de méfiance vis-à-vis des dirigeants d’entreprise.

  • 21 Emmanuel Mönick, « Les investissements en France et le problème monétaire », et Édouard Escarra, « (...)

25La position de François Bloch-Lainé peut aussi s’expliquer par une méconnaissance statistique du phénomène, ni connu ni reconnu, qui renvoie à la centralisation de l’information sur les ressources des entreprises, qui, à cette époque, n’est pas faite. Il n’y a pas encore de statistiques performantes sur les échanges inter-industriels avant le milieu des années 1950 : cela entraîne une sous-estimation de la question chez les décideurs publics. Enfin, on rappellera ici que chez les économistes de l’époque l’autofinancement est considéré encore comme un résidu, un solde et non pas comme un élément positif. En revanche, Marcel Malissen tentera aussi de le réhabiliter auprès des décideurs publics et de démontrer le lien entre autofinancement et croissance dans ses deux ouvrages, qui joueront un rôle non négligeable dans les milieux administratifs, mais postérieur à la période qui nous intéresse. Le témoignage de banquiers de l’époque les montre en revanche favorables à l’autofinancement des entreprises, comme le président de la Banque de Paris et des Pays-Bas, Emmanuel Mönick, ou Édouard Escarra, le président du Crédit lyonnais, qui défendent la « pratique courante et essentiellement saine » de l’autofinancement en faveur du financement de l’équipement21.

26Le contexte politique, intellectuel et monétaire ne suffit pas à expliquer la position de François Bloch-Lainé, car sa conception très restrictive se maintient dans les années 1960, dans un contexte que l’on peut rapidement qualifier de plus « libéral » et moins inflationniste. Au-delà d’un contexte et d’un environnement propices à dévaloriser l’entreprise et son autonomie d’action, il existe donc une continuité de pensée chez François Bloch-Lainé sur l’incapacité des dirigeants à faire le bon choix pour l’entreprise comme pour le pays. Elle doit être guidée dans ses choix d’investissements par l’État, le banquier ou l’actionnaire, qui sont a priori plus à même de connaître le bon ou l’utile investissement. Se dessine ainsi en filigrane une conception relativement dirigiste de l’économie, qui tente de nier à l’entreprise son libre choix d’investir.

27À tout le moins, le directeur du Trésor préfère-t-il donc concentrer ses efforts sur le financement externe des investissements des entreprises.

V. ÉLARGIR ET CONTRÔLER LE MARCHÉ FINANCIER : L’IMPOSSIBLE ALTERNATIVE

  • 22 E. Escarra, « Rôle de l’épargne… », ibid.

28Depuis un siècle, le financement externe à long terme des entreprises s’effectuait en France par le marché financier. Cette situation est inversée à la Libération et c’est l’État qui prend en charge le financement des investissements. Après le rattrapage d’après-guerre en 1946-1948, le marché financier stagne aussi bien au niveau des transactions qu’à celui des cours (voir graphiques 1 et 2). Les raisons en sont multiples : en premier lieu, la taille du marché financier français est fortement réduite par les nationalisations qui lui ôtent environ les deux tiers de la capitalisation boursière française d’avant-guerre. Un banquier22 souligne à cet égard que les émissions de valeurs publiques ou semi-publiques, qui ont remplacé largement les émissions privées après 1945, ne suscitent plus autant l’enthousiasme des épargnants. La limitation drastique des émissions de valeurs étrangères, considérées comme concurrentes des françaises, empêche également le marché français de jouer un rôle international qui animerait la place de Paris. Enfin, le maintien de la CCDVT (Caisse centrale de virement des titres), créée en 1941 et maintenue jusqu’en 1949, oblige aux dépôts des titres nominatifs avec paiement de droits de garde et décourage les épargnants.

29Les aspects macro-économiques ne contribuent pas non plus à orienter l’épargne vers le marché financier. La vive inflation d’après-guerre entraîne une forte dépréciation monétaire, une désaffection des épargnants pour des valeurs qui fondent, et contribue ainsi au faible volume des transactions et à la baisse des cours. Dans l’immédiat après-guerre, 1949 est la seule année où les capitaux investis en Bourse ont touché un intérêt réel positif. Enfin, dernier handicap qui affecte la capacité d’épargne, la pression fiscale renforcée après la guerre pèse sur les revenus et réduit le pouvoir d’achat, donc le volume d’épargne.

30Tous ces éléments ne concourent pas à vitalité de la Bourse, que François Bloch-Lainé va donc chercher à ranimer, surtout pour orienter l’épargne vers l’investissement des entreprises. La préoccupation majeure du directeur du Trésor est d’assurer le financement du secteur public – trésorerie de l’État, entreprises nationales, collectivités locales. Sa démarche va être de contrôler les émissions du marché et de chercher à élargir l’offre de capitaux.

  • 23 Voir L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit.

31Il le fait par le biais d’un contrôle étroit du calendrier des émissions supérieures à 25 millions de francs, afin de pouvoir en priorité placer les emprunts d’État et les emprunts des entreprises publiques. On sait que ce système fut mis en place pendant la guerre et prolongé après 1946 de manière très directive par le ministre de l’Économie nationale, André Philip : la direction du Trésor n’avait même pas voix au chapitre à cette époque23.

  • 24 ACL, DAF 2120, « Programme des opérations futures ».

32Ce contrôle des émissions obligataires sur le marché est opéré personnellement mois par mois par François Bloch-Lainé, accompagné souvent d’un, deux, voire trois sous-directeurs pour négocier entreprise par entreprise, semaine après semaine, les autorisations d’émissions avec les quatre grandes banques nationalisées ; puis, à partir de novembre 1949, seront associés tous les établissements placeurs publics et privés. On voit dans le compte rendu de ces réunions de manière précise comment l’effet d’éviction des valeurs publiques a pu exister durant ces années : les discussions gardent un ton courtois mais sont assez tendues dans les négociations, notamment dans les années de stagnation comme 194924.

33Une hiérarchie explicite des catégories d’emprunts se dégage des discussions : par ordre de priorité, les emprunts d’État, ceux des entreprises nationalisées, des collectivités locales, puis les entreprises privées nationales, enfin les entreprises privées locales. Toutefois, jusqu’en 1950, les emprunts des entreprises nationales sont réalisés par le Trésor et ne sont pas distingués des emprunts d’État : cet aspect interchangeable des signatures en dit long sur le phénomène de vases communicants entre les correspondants du Trésor et les caisses de l’État (les dépôts des correspondants comme ceux de certaines entreprises nationales sont en effet utilisés pour la trésorerie de l’État). Il advient à certaines époques une concurrence entre des émissions publiques et semi-publiques qui entraîne, aux dires des banques, une lassitude des épargnants.

Graphique 2. Émissions de valeurs mobilières en France, 1938-1960 (en milliards de francs courants)

Graphique 2. Émissions de valeurs mobilières en France, 1938-1960 (en milliards de francs courants)

Source : Emmanuel Chadeau, L’Économie nationale aux xixe et xxe siècles, Presses de l’École normale supérieure, Paris, 1989 (d’après les chiffres du service des études économiques et financières du Crédit lyonnais et de l’INSEE). La série « Fonds publics » comprend les émissions de l’État à moyen et long termes, celles du Crédit national.

34Le directeur du Trésor intervient également sur les priorités à fixer parmi les emprunts des sociétés privées, mais sa position est ici infléchie par les pressions politiques de la part du ministère des Finances, des autres ministères qui participent officiellement aux autorisations de principe et du Parlement. Quelques exemples glanés dans les archives reflètent la manière dont le directeur du Trésor tient compte des différentes contraintes. En 1949, il déplore que les banques ne prennent pas en considération les priorités fixées par l’Économie nationale en faveur des entreprises appartenant aux secteurs prioritaires définis par le Plan ; mais, en 1952, il proposera aux banques de ne pas tenir compte des choix proposés par le ministère de l’Industrie pour fixer les autorisations des émissions privées… Enfin, il intervient ponctuellement pour privilégier les entreprises à caractère social, comme le Toit familial.

35À partir des années 1951-1952 se dessine une évolution dans les pratiques de fixation du calendrier. L’organisation de la pénurie se traduit par l’établissement d’un tableau annuel des émissions publiques, qui permet de prévoir les besoins du Trésor et donc de planifier les émissions privées à l’avance. Le tableau est très précis : y sont indiqués l’entreprise, le chef de file, le montant, le barème des banques. À partir de 1951, les entreprises publiques sont soumises à l’autorisation annuelle du Parlement pour l’émission d’emprunts. Dorénavant, elles émettront sous leur signature propre, distincte de celle de l’État, renforçant ainsi leur autonomie financière et permettant au Trésor de se décharger d’opérations d’emprunts.

  • 25 ACL, DAF 2121, « Programme des opérations futures 1952-1955 ».

36L’emprunt Pinay de 1952 soulève ainsi de manière aiguë le problème de la concurrence déloyale des émissions publiques assorties d’avantages, comme l’indexation de l’emprunt. Il est à ce titre critiqué par les banques et, secrètement, par François Bloch-Lainé, que ses responsabilités de directeur du Trésor empêchent de proclamer trop fort sa désapprobation25. Et bien qu’il ne soit pas favorable aux conditions de cet emprunt, il éliminera autoritairement deux emprunts de sociétés privées pour donner la priorité au placement de la rente Pinay de 1952.

  • 26 ACL, DAF 2120, « Programme des opérations futures », réunion du 12 janvier 1951.

37Cette recherche d’argent frais pour l’État, qui se traduit par la multiplication des formules attractives, finit par poser avec acuité la question de la concurrence entre les valeurs d’État assorties d’avantages fiscaux et les emprunts des sociétés privées. Dénoncé par les banques à maintes reprises, le phénomène prend de l’ampleur dans les années 1951-1952. En octobre 1952, les banques présentent une liste des « urgences » en matière d’émissions privées, qui s’oppose à celle du ministère des Finances et à celle établie par le ministère de l’Industrie, par le ministère des Affaires économiques et par le Plan. À la lecture du compte rendu de leurs discussions, il apparaît que l’effet d’éviction n’est pas seulement dû au volume de capitaux capté par les émissions publiques, mais aussi aux formules attractives déployées par l’État pour attirer l’épargnant ; il s’ensuit une décote des émissions obligataires privées relevée par le CCF, qui propose en 1951 de limiter le financement de l’industrie privée à long terme par ce biais. Pour remédier à la chute des cours, le directeur du Trésor propose un raccourcissement de la vie obligataire, qui permettrait selon lui d’éviter des cotes « déshonorantes »26. Cet épisode souligne le véritable problème de financement des investissements à l’époque : les moyens classiques de financement à long terme, comme le marché, ne sont plus fiables. Le retournement de la philosophie financière qui présidait aux choix de financement jusqu’à présent est flagrant. Cela explique à rebours le rôle croissant du financement bancaire par le développement des crédits à moyen terme et, plus encore, l’essor des organismes de crédit spécialisés.

38Le redémarrage progressif du marché à partir de la mi-1953 et les protestations bancaires aboutiront, quelques années plus tard, à l’autorisation d’émissions d’obligations participantes, plus attractives pour les épargnants.

39Après le départ de François Bloch-Lainé en janvier 1953, en effet, l’évolution est plus marquée vers l’assouplissement du calendrier, et cela pour de multiples raisons : d’une part, le boom boursier, qui démarre en juin 1953 et grâce auquel le marché revit momentanément, fournit plus de capitaux disponibles aux entreprises. Parallèlement, le ministre des Finances de l’époque, Edgar Faure, se montre favorable à la débudgétisation et pousse au développement des émissions privées, ce que les discussions avec le successeur de François Bloch-Lainé, Pierre-Paul Schweitzer, font clairement apparaître. Enfin, les besoins de l’État sont moindres car la conjoncture économique s’améliore à partir de la fin de 1953 et la trésorerie est, pour quelque temps, moins sollicitée. Pour autant, le nouveau directeur du Trésor, qui espacera les réunions sur le calendrier avec les banques, ne s’en montre pas moins directif à leur égard, « horrifié » par les commissions bancaires et refusant catégoriquement les propositions d’indexation sur des produits, sur les salaires ou sur un service.

40Tout en renforçant les réglementations pour contrôler, François Bloch-Lainé cherche à élargir le marché et à le moderniser. Plusieurs signes viennent étayer cette affirmation. S’il n’assiste pas personnellement au Comité des Bourses de valeurs, dont il est officiellement le censeur, quelques initiatives prises sous son égide méritent d’être relevées. Ainsi, il approuve et appuie la réouverture du marché à terme de Marseille, en discussion au sein du Comité à partir de 1948, tout en souhaitant un renforcement du contrôle par le ministère des Finances. Mais, devant l’opposition de tous les intermédiaires financiers de la place de Paris, il s’incline. En août 1949, à l’initiative du Trésor, la CCDVT (Caisse centrale de virement des titres) est supprimée et remplacée par la SICOVAM, qui représentera les actionnaires français des valeurs étrangères. La Bourse est en libre accès au public. En janvier 1950, le directeur du Trésor adresse une lettre au président du Comité des Bourses de valeurs (le gouverneur de la Banque de France), lui demandant de faire des propositions en vue d’améliorer la situation du marché financier. Enfin, en février 1952, il soutient fortement l’établissement d’une commission de cotation des valeurs mobilières d’Alger, en poussant à son élargissement aux entreprises qui, sans être locales, ont une activité en Algérie. Il sera suivi dans ce sens par le Comité.

41Dans ses rapports avec le marché financier, les contradictions qui animent le directeur du Trésor, entre des conceptions favorables à la vie du marché financier et son action en faveur des émissions publiques, apparaissent clairement. En raison des besoins impérieux de la trésorerie publique et des entreprises nationales qui l’obligent à évincer les affaires privées, François Bloch-Lainé se voit contraint de restreindre le rôle de la Bourse dans le financement des entreprises. Mais les archives indiquent nettement que, contrairement à sa réputation de « dirigiste », il n’est pas opposé à ce recours au marché financier pour financer les investissements.

VI. ORIENTER LES CRÉDITS BANCAIRES

42En définitive, la relecture de ces années à travers le prisme du financement des entreprises réévalue d’une certaine manière les relations faites de « complicité conflictuelle » entre François Bloch-Lainé et les banques. Car, hormis le financement public qui a ses limites, s’il faut restreindre l’autofinancement et que le marché financier tarde à redémarrer, ne faut-il pas recourir aux financements bancaires ? Critiquées pour leur manque d’esprit citoyen et pour leur propension à privilégier des crédits sans risque, les banques auront été cependant très sollicitées par le Trésor pour financer des investissements, soit indirectement par leur contribution au financement de la dette publique, soit en orientant directement leurs prêts.

43Rappelons tout d’abord que les banques sont mises dès 1948 au service de la trésorerie publique, avec l’institution des planchers de bons du Trésor qui les obligent à conserver un pourcentage de leur portefeuille en valeurs publiques ou semi-publiques. Elles sont également largement sollicitées pour le placement des emprunts publics et des entreprises nationales sur le marché financier, comme il a été vu précédemment. La lecture des archives du Crédit lyonnais révèle de la part de François Bloch-Lainé une attitude ferme mais courtoise dans ses relations avec les banques sur les questions d’emprunts, et le consensus se fait assez facilement sur la définition des priorités entre les entreprises. Il demande conseil aux banques sur les placements publics, leur rythme, le type d’émission, et profite de leur expertise pour arrêter son opinion.

  • 27 ACL, DAF 2121, « Programme des opérations futures 1952-1955 ».
  • 28 AEF, fonds Trésor, B 52451, « Conditions de banque ». On peut voir dans cette manière de procéder (...)

44Les rapports des banques avec son successeur, Pierre-Paul Schweitzer, seront plus tendus : est-ce seulement une question de tempérament ? François Bloch-Lainé a plus besoin des banques que son successeur, qui, par nature, préférera le retour aux mécanismes de marché, poussé par son ministre des Finances, Edgar Faure. Le contexte financier sera également plus propice à la détente : avec le boom boursier qui se développera à partir de 1953, l’offre de capitaux pour les entreprises et d’affaires pour les banques rendra la répartition des émissions entre les entreprises plus facile, et le directeur du Trésor aura moins besoin de l’aide des banques pour placer les emprunts. Cependant, en 1953, à son arrivée, il se déclarera horrifié par le montant des commissions de placement demandées par les banques27, ce que François Bloch-Lainé a dénoncé auparavant hors et dans cette enceinte. Rappelons à cet égard qu’il n’a pas voulu étendre le système de tarification des opérations sur titres, se contentant de le demander aux banques et non de l’imposer28.

Une politique du crédit restrictive par le rationnement plus que par les taux

  • 29 Sur ce point, voir notre étude, La Direction du Trésor…, op. cit., chap. V.

45L’action du directeur du Trésor ne se limite pas à la coordination des ressources et des emplois de capitaux destinés au financement des entreprises. Une deuxième facette des relations entre les banques et le Trésor, celle de la politique du crédit, apparaît au moins aussi importante que celle du placement des titres publics. La position centrale du Trésor au carrefour des fonds publics lui confère alors un rôle de leadership en matière de politique du crédit : le taux des bons du Trésor est le taux directeur des taux d’intérêt, quoi qu’en dise le Trésor lui-même. Ce poids du Trésor sur la politique du crédit n’est pas pour déplaire à François Bloch-Lainé, qui y voit un moyen d’échapper à l’emprise de la Banque de France et des banques. Plus précisément, il se montre favorable à une politique de taux d’intérêt faible et se heurte de ce point de vue à la Banque de France, qui préférerait, dans une conception plus libérale, une sélection par la hausse des taux d’intérêt29.

  • 30 F. Bloch-Lainé, Le Trésor public en France, op. cit, p. 110.
  • 31 Ibid.

46Dans cette période de pénurie, il se montre favorable à une politique sélective du crédit et se prononce dans son cours sur le Trésor contre les restrictions de crédit par la hausse des taux d’intérêt, qui, selon lui, « pénalise beaucoup plus les bons que les mauvais »30. Sa préférence s’oriente vers une sélection du crédit par secteur, qui est rendue possible par les organismes spécialisés et par le système de la garantie de l’État. Ainsi définit-il le rôle de la garantie de l’État dans ses cours à l’Institut d’études politiques en 1948 : « On n’a jamais pu amener les banquiers à faire du crédit à telle ou telle catégorie d’activités qui méritait au regard des intérêts économiques généraux d’en recevoir, sans que l’État se substitue plus ou moins à eux, en ne les utilisant plus que comme des intermédiaires presque irresponsables31. » Il émet l’idée de « mérite économique » d’une entreprise, qui justifierait l’allocation de ressources financières et qui éviterait de distribuer du crédit aux entreprises qui profitent du système de pénurie pour se constituer des réserves occultes. Enfin, dans son cours de 1955, il déplore l’incapacité des banques d’affaires à fournir les capitaux nécessaires aux entreprises et à lancer des affaires, et regrette à demi-mot la séparation entre banques de dépôts et banques d’affaires. La carence du marché, conjuguée à la prudence des banques, explique à ses yeux l’essor des organes de crédit spécialisés, le maintien de la garantie de l’État pour orienter les crédits et, bien sûr, le développement du crédit à moyen terme.

47Parmi les nouveaux moyens de financement développés après la guerre, le crédit à moyen terme mobilisable est l’un des procédés les plus intéressants car il met en jeu l’ensemble des acteurs financiers. Le crédit à moyen terme (cinq ans), qui n’est pas le fait du Trésor, mais qui se développe sous la signature du Crédit national, de la Caisse des dépôts et consignations, du Crédit foncier, de la Caisse nationale des marchés de l’État, et qui est mobilisable à la Banque de France, deviendra à partir du milieu des années 1950 un instrument de financement des équipements industriels et immobiliers. Le directeur du Trésor regrette particulièrement que le crédit à moyen terme ait été dévoyé de sa fonction d’utilité économique et trop souvent mobilisé à l’institut d’émission. En effet, en 1952, sur les 419 milliards de crédit à moyen terme, 85 milliards étaient inscrits dans les banques et 313 milliards à la Banque de France, ce qui constitue 398 milliards de ressources monétaires. Le souci d’orthodoxie financière, qui anime une fois encore François Bloch-Lainé, se conjugue ici avec son jugement sévère sur la prudence des banques, qui n’assument pas elles-mêmes de risques financiers. Mais là également, les tensions sur la trésorerie de l’État et ses difficultés à assurer le financement des investissements des entreprises publiques ont clairement contribué au développement du crédit à moyen terme qui leur était destiné (128 milliards en 1952) et n’ont pu empêcher l’utilisation massive de ce procédé inflationniste. Le directeur du Trésor ne réussit que partiellement à faire partager ses vues et à les mettre en œuvre.

48En définitive, ces financements intermédiés seront rendus moins coûteux et plus faciles pour les entreprises, grâce au soutien de l’État. Cette politique financière prépare l’avènement du financement bancaire, déjà en cours avec le développement des organismes spécialisés et du crédit à moyen terme. Les circuits financiers mis en place entre 1948 et 1952 contiennent en germe l’érection d’un système financier français fondé sur les banques, qui se développera à partir des années 1960.

VII. CONCLUSION

49De ses relations avec les entreprises, sujet qui peut apparaître un peu latéral par rapport à l’ensemble des actions menées par François Bloch-Lainé au Trésor et par rapport à son parcours professionnel, trois conclusions de portée plus générale peuvent être tirées : sur l’impact des choix publics de financement ; sur le poids du directeur du Trésor au sein du ministère des Finances ; et sur la personnalité et les méthodes de travail de François Bloch-Lainé.

50Sur le comportement des entreprises, quelle est l’influence des politiques financières menées après la guerre ? Du côté des experts qui ont étudié cette période, la réponse n’est pas clairement établie : selon Jean-Jacques Carré, Paul Dubois et Edmond Malinvaud, les choix des modes de financement de l’investissement ont été neutres sur le niveau de l’investissement dans les années 1950. Sur l’autofinancement plus particulièrement, les études menées par Marcel Malissen ont montré que la décision de financement interne est sujette à de multiples critères micro-économiques, indépendants des politiques financières. Sans doute faut-il également nuancer selon les différentes politiques menées : fiscales, monétaires, bancaires… En dépit de sa volonté continue de limiter l’autofinancement, François Bloch-Lainé n’a sans doute pas directement pu influencer le niveau de l’autofinancement par ses décisions proprement financières, alors que la politique monétaire et fiscale a pu avoir un impact direct sur le niveau de l’autofinancement.

51En revanche, à l’intérieur même des circuits de financement, l’inflexion en faveur de certains types de financement développés en France est évidente. Par le biais de la politique du crédit, puisque les taux des bons du Trésor ont été les taux directeurs des taux d’intérêt. Par l’effet d’éviction sur le marché financier, puisque les emprunts obligataires publics ont réduit le recours au marché par les entreprises privées. La politique du crédit eut également des effets sur l’endettement des entreprises auprès des banques et sur le développement des prêts publics : la faiblesse des taux d’intérêt et la longueur des prêts ont favorisé ce type de financement intermédié et ont accéléré la transformation de l’épargne ; plus largement, ces choix de financement ont contribué à développer des procédures et des pratiques dans le domaine financier et bancaire, à faire s’épanouir une culture financière fondée sur le crédit plus que sur l’appel au marché. En ce sens, la politique financière menée par François Bloch-Lainé a permis la construction d’un appareil financier et bancaire et d’instruments de régulation durables. Des pratiques culturelles spécifiques sur le contrôle, sur le rôle des banques et sur celui de l’État ont été renforcées par le système mis en place après la guerre.

52Sur la capacité d’influence et sur l’autonomie de pensée d’un haut fonctionnaire des Finances, l’exemple de François Bloch-Lainé est significatif. Ses opinions sur le financement des entreprises et, plus largement, sur celui de l’économie ne sont pas seulement le fruit d’un contexte d’après-guerre propice à l’intervention de l’État. Ses conceptions se sont nourries progressivement de réflexions d’économistes (François Perroux, Marcel Malissen), d’experts et aussi d’études politiques (celles de la CGT par exemple). Notons cependant que, sur le rôle dévolu aux entreprises dans la croissance, sa proximité intellectuelle avec Pierre Mendès France reste hypothétique, même s’il est celui des grands directeurs de la Rue de Rivoli qui en apparaît le plus proche, par son volontarisme politique, sa rigueur financière et son souci de modernisation, à l’opposé du profil politique d’Antoine Pinay. Il sera sans doute plus influencé dans ses réflexions économiques par les idées du Club Jean Moulin, dont il est l’un des membres actifs dès sa création. En définitive, la trajectoire de François Bloch-Lainé demeure très personnelle et rend son action à la tête de la direction du Trésor d’autant plus intéressante.

53Dans le contexte particulier de la Reconstruction, le directeur du Trésor a bénéficié d’une marge de manœuvre exceptionnelle au sein du ministère des Finances, tant sur les moyens à mettre en œuvre que sur les structures à mettre en place pour le financement des investissements, la politique du crédit et une partie de la politique financière. Il a fait du Trésor le premier transformateur de l’épargne à court terme en prêts à long terme. Il a privilégié la croissance économique sur la lutte contre l’inflation. Ses choix ont pesé de manière peut-être plus durable qu’il ne le pensait sur les circuits de financement, tandis que les regards récents d’historiens ont montré que la construction d’un système financier public autour du Trésor provenait d’une volonté délibérée (Aude Terray, Laure Quennouëlle). Il a donc eu une influence déterminante sur la manière dont la France s’est modernisée. Cet exemple a-t-il une portée plus large ? Sans entrer dans des considérations générales sur les rapports entre administration et politique, ou bien dans les débats sur les avantages et inconvénients du développement de la technocratie, l’on peut avancer deux choses. D’une part, la période de l’après-guerre et de la IVe République reste une parenthèse propice, au cours de laquelle plusieurs hauts fonctionnaires des Finances ont eu un rôle d’influence comparable à celui de François Bloch-Lainé : citons Paul Delouvrier, Roger Goetze, Bernard Clappier, Guillaume Guindey, Maurice Lauré, pour les plus connus. Le cas de François Bloch-Lainé, s’il est emblématique, n’est donc pas isolé Cependant, le retour à un gouvernement fort après 1958, le développement des cabinets ministériels sous la Ve République ont certainement contribué à déplacer les centres de décision vers le politique et à cantonner l’administration dans des tâches de préparation et d’aide à la décision. D’autre part, depuis les années 1960, la place de l’État dans l’économie et dans les finances est régulièrement remise en question, et, à partir du milieu des années 1980, son périmètre d’action est réduit et sa gestion de plus en plus contestée. À rebours, la période de l’après-guerre était donc beaucoup plus propice à une action autonome de quelques « grands hauts fonctionnaires », et l’on voit mal comment cet intermède pourrait se reproduire en dehors de circonstances exceptionnelles et donc limitées dans le temps. La parenthèse de la guerre et de l’après-guerre, avec son cortège de réformes structurelles exceptionnelles, empêche de définir, d’isoler et d’évaluer l’influence d’un haut fonctionnaire, fût-il d’exception. Une époque révolue : telle apparaît la « période Bloch-Lainé » au Trésor, une parenthèse de courte durée, mais qui laissera des traces dans la vie financière du pays et influencera plusieurs générations de hauts fonctionnaires des Finances.

54Enfin, sur la personnalité de François Bloch-Lainé, cette recherche, si limitée soit-elle, met en lumière à la fois la continuité et la cohérence de la pensée de l’homme sur les questions économiques et financières. Au-delà des années 1950 et du seul contexte idéologique de l’après-guerre propice à l’intervention de l’État, l’homme persiste dans ses conceptions sur la primauté de l’État dans l’orientation des financements et dans sa méfiance vis-à-vis de l’autofinancement. Son ouvrage Pour une réforme de l’entreprise, écrit en 1962, en est la preuve. Il ne s’agit donc pas seulement du pragmatisme d’un décideur confronté à la réalité ou bien porteur de l’air du temps, mais bel et bien de convictions que l’homme, le fonctionnaire, le militant, le pédagogue tente de faire partager dans ses décisions, ses enseignements, ses ouvrages. Au-delà de ce credo résolu envers l’action publique, il faut en dernier lieu souligner la complexité de sa personnalité, qui en fait sa richesse mais également son ambivalence. Cela se traduit dans l’action par un mélange de pragmatisme et de réflexion, d’audace et de prudence, d’hétérodoxie et d’orthodoxie, dans des allers et retours entre la macro- et la micro-économie. Sans doute peu de hauts fonctionnaires auront réussi aussi bien à marier les contraires. Sa méthode de travail, souvent évoquée par ses collègues et ses collaborateurs, en constitue peut-être le secret : une recherche de consensus et de synthèse entre des positions différentes et parfois opposées. Ce qui rend plus difficile encore d’approcher le fond de sa pensée propre.

Notes

1 Voir notamment François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée, 1944-1954. Dialogue sur les choix d’une modernisation, Fayard, Paris, 1986 ; Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1991 ; Laure Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2000.

2 Selon l’expression de Pierre Rosanvallon, L’Etat en France de 1789 à nos jours, Paris, Le Seuil, 1990.

3 Voir à ce sujet la thèse de Frédéric Tristram, La Direction générale des Impôts et la politique fiscale de 1948 à la fin des années 1960. Modernisation et adaptation de la fiscalité aux règles du marché, université Paris-X-Nanterre, décembre 2003. Parue en 2005 au Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

4 Collectif, Pour nationaliser l’État, Le Seuil, Paris, 1968.

5 François Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, Le Seuil, Paris, 1976.

6 Idem, Pour une réforme de l’entreprise, Le Seuil, Paris, 1963.

7 Voir M. Margairaz, L’État…, op. cit.

8 F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, op. cit., p. 103.

9 L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit.

10 Ibid.

11 AEF, fonds Trésor, B 42268, procès-verbal de la Commission des investissements du 6 juillet 1948. Les premières dotations en capital n’interviendront qu’en 1957. Seul Pierre Besse défend une position similaire à la Banque de France.

12 François Bloch-Lainé, Le Trésor public en France, cours de l’IEP 1948-1949, LGDJ, Paris, 1949.

13 Bertrand de Jouvenel, « L’autofinancement et le progrès économique », Bulletin SEDEIS, 1er mars 1955.

14 Voir, supra, la communication de Patrick Fridenson et Cyrille Sardais sur le financement de Renault.

15 AEF, fonds Trésor, B 18190, « Préparation du Budget 1947-1954 ». On peut penser qu’il s’agit de la guerre de Corée.

16 Marcel Malissen, L’Autofinancement des sociétés en France et aux États-Unis, Dalloz, Paris, 1953.

17 Pierre Villa, Monographies d’économétrie. Une analyse macroéconomique de la France au xxe siècle, Éd. du CNRS, Paris, 1993.

18 François Bloch-Lainé, La Vie économique, cours à l’IEP, 1952-1953.

19 Selon le graphique 1 et aussi selon Marcel Malissen, Investissement et Financement. Origine et emploi des fonds de grandes sociétés, Presses de la FNSP, Paris, 1957. Il reste qu’en période de forte hausse des prix les profits sont nominaux plus que réels.

20 AEF, fonds Trésor, B 50977.

21 Emmanuel Mönick, « Les investissements en France et le problème monétaire », et Édouard Escarra, « Rôle de l’épargne en France dans le financement des investissements », Conférences faites à l’International Banking Summer School, AFB, Paris, 1951.

22 E. Escarra, « Rôle de l’épargne… », ibid.

23 Voir L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit.

24 ACL, DAF 2120, « Programme des opérations futures ».

25 ACL, DAF 2121, « Programme des opérations futures 1952-1955 ».

26 ACL, DAF 2120, « Programme des opérations futures », réunion du 12 janvier 1951.

27 ACL, DAF 2121, « Programme des opérations futures 1952-1955 ».

28 AEF, fonds Trésor, B 52451, « Conditions de banque ». On peut voir dans cette manière de procéder que François Bloch-Lainé n’était pas aussi dirigiste qu’on pouvait le croire ou du moins qu’il a pu y avoir un décalage entre ses pratiques et son discours a posteriori.

29 Sur ce point, voir notre étude, La Direction du Trésor…, op. cit., chap. V.

30 F. Bloch-Lainé, Le Trésor public en France, op. cit, p. 110.

31 Ibid.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du financement de la FBCF, 1948-1958 (en milliards de francs courants)
Légende Source : SEEF, Commission des investissements. Les courbes donnent un ordre de grandeur de l’évolution du financement de la FBCF et surtout traduisent la répartition institutionnelle établie par le ministère des Finances, telle que le directeur du Trésor en dispose. Cette répartition est différente de la classification opérée par les entreprises, qui s’établit généralement entre capital-actions, autofinancement, dont amortissement et profits nets non distribués, endettement à long terme, endettement à court terme, et qui ne définit pas la même approche du financement.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Graphique 2. Émissions de valeurs mobilières en France, 1938-1960 (en milliards de francs courants)
Légende Source : Emmanuel Chadeau, L’Économie nationale aux xixe et xxe siècles, Presses de l’École normale supérieure, Paris, 1989 (d’après les chiffres du service des études économiques et financières du Crédit lyonnais et de l’INSEE). La série « Fonds publics » comprend les émissions de l’État à moyen et long termes, celles du Crédit national.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Auteur

Chargée de recherche au CNRS. Elle a publié : La direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Paris, Comité pour l'histoire économique et financière, 2000, 693 p. ; « Où va l'histoire de l’État ? », Le Mouvement social, no 200, 2002 ; avec A. d’Angio, « Les entreprises sous l’Occupation dans les archives économiques et financières, H. Joly (dir.), Faire l’histoire des entreprises sous l’Occupation, CTHS, Paris, 2004 ; « The state, banks and financing of investments in France from World War II to 1970s », Financial history Review, Cambridge, 2005. Elle a publié : « Les réformes bancaires et financières de 1966-1967 », Michel Debré, un réformateur aux Finances, 1966-1968, Journée d’études tenue à Bercy le 8 janvier 2004 (parue en 2005) ainsi que « Le mouvement général des fonds et la coopération européenne au tournant des années trente », L. Badel et S. Jeannnesson (dir.), Les administrations nationales face à la construction européenne au XXe siècle, Genève, Peter Lang Éditions.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search