Version classiqueVersion mobile

François Bloch-Lainé, fonctionnaire, financier, citoyen

 | 
Michel Margairaz

L’État actionnaire, banquier et consultant : François Bloch-Lainé et le double problème de financement de la Régie Renault de 1947 à 1952

Cyrille Sardais et Patrick Fridenson

Texte intégral

  • 1 Cyrille Sardais, « Renault face aux grandes pénuries, 1945-1952 », Renault Histoire, juin 2003, p. (...)
  • 2 Michel Margairaz, « La reconstruction matérielle : crise, infléchissement ou ajustement ? », in Se (...)
  • 3 Pierre-Cyrille Hautcœur, « L’autofinancement : théorie, questions de méthode et tentative de cadra (...)
  • 4 Laure Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Comi (...)

1Les entreprises privées et publiques en France après la Seconde Guerre mondiale ont eu à faire face à deux types de problèmes. D’une part, des problèmes structurels qui se nomment reconstruction, modernisation et croissance : ils se situent à moyen et long termes. D’autre part, des problèmes conjoncturels qui imposent de faire face au legs de la guerre en termes de ralentissement des capacités d’utilisation par la clientèle de ce qu’elles ont à produire, aux pénuries en amont et aval de l’après-guerre1, aux secousses politiques, sociales et financières qui marquent la nouvelle France : on est là, bien entendu, dans le court terme2. Les historiens ont pris l’habitude de distinguer deux modèles de pratiques de financement des entreprises dans un tel climat. Un modèle des entreprises privées, qui se caractérise par le recours non seulement à l’autofinancement3, mais encore à un financement externe important, notamment des emprunts sur les marchés financiers, dont le calendrier et les montants sont désormais sous le contrôle de la direction du Trésor. Un modèle des entreprises publiques, qui s’appuient sur l’État-banquier et le financement direct par le Trésor4.

2L’intérêt du cas de Renault apparaît triple. D’abord, la politique financière suivie par la Régie Renault : elle ne se situe vraiment ni dans la case des entreprises publiques ni dans celle des entreprises privées ; celle-ci réalise en quelque sorte une combinaison de ces deux modèles. Ensuite, le rôle qu’y joue François Bloch-Lainé : il a eu la responsabilité d’en définir les règles et la mise au point. Enfin, le dossier du financement de Renault à cette époque : jusqu’en 2000, il n’avait pas été abordé dans les nombreuses sources imprimées, publications issues de cette entreprise et études historiques à elle consacrées, ni dans les travaux sur l’histoire financière de la France.

  • 5 Patrick Fridenson, « Le prix de l’expansion : le financement de Renault en 1948 », Études et docum (...)

3L’un des deux coauteurs de la présente contribution, Patrick Fridenson, qui poursuit en commun avec Daniel Fixari une recherche au long cours sur les institutions financières de Renault, a pu alors pour la première fois mettre en évidence l’ampleur des problèmes financiers rencontrés par Renault comme l’originalité des solutions élaborées. Il l’a fait grâce aux archives de la direction du Trésor, repérées par Laure Quennouëlle5. Il avait naturellement cherché les sources écrites correspondantes au sein des Archives Renault, mais s’était aperçu que les cartons pertinents manquaient en place. Dans le présent ouvrage consacré à François Bloch-Lainé, le dossier est ouvert de nouveau, car l’autre coauteur, Cyrille Sardais, au cours de l’élaboration de sa thèse de doctorat consacrée au leadership de Pierre Lefaucheux, a réussi, en 2003, à retrouver les documents déplacés. L’étude de ces documents, conservés en partie aux archives de l’entreprise Renault et en partie à celles de la Société d’histoire du groupe Renault, permet d’apporter de nombreux éléments nouveaux par rapport aux principales découvertes faites par Patrick Fridenson sur un élément précis : le rôle joué par François Bloch-Lainé dans le financement de l’exploitation de Renault.

  • 6 Jean-Louis Loubet, Renault, histoire d’une entreprise, ETAI, Boulogne-Billancourt, 2000, p. 116-12 (...)
  • 7 Cf. Pierre Vernimmen, Finance d’entreprise, 5e éd., Dalloz, Paris, 2002, et Daniel Fixari, Méthodo (...)

4Trop souvent, on interprète les difficultés financières de la Régie, voire des entreprises nationalisées, en se limitant à leur seule politique de modernisation qui a nécessité des investissements coûteux : investissements et emprunts obligataires sont à la base de l’analyse6. Or, le financement d’une entreprise ne porte pas exclusivement sur les investissements, mais également sur l’exploitation : les stocks, ainsi que les créances consenties aux clients, ou plus précisément l’écart entre ces créances clients et les dettes fournisseurs. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui le « besoin en fonds de roulement » (BFR)7. Celui-ci joue un rôle crucial dans la survie d’une entreprise : les dépôts de bilan frappent en effet fréquemment des entreprises rentables, en forte croissance, mais incapables de financer leur BFR.

5Nous étudierons d’abord les origines du rapprochement entre François Bloch-Lainé et Pierre Lefaucheux. Puis nous envisagerons la question de ce financement du besoin en fonds de roulement de Renault et les différentes mesures prises au moment de l’arrivée de François Bloch-Lainé à la direction du Trésor. Ensuite, nous nous intéresserons au rôle qu’il a joué en 1948, notamment à travers le recours aux acomptes clients, dont il fut l’initiateur. Enfin, nous montrerons comment cette initiative, passée quelque peu inaperçue, a résolu pour cinq ans les problèmes de financement de l’exploitation de la Régie.

  • 8 Cyrille Sardais est l’auteur des deuxième, troisième et quatrième parties, et Patrick Fridenson de (...)

6Cette recherche nous permettra d’évoquer les processus de financement d’une entreprise nationalisée sous un jour un peu neuf et de remarquer une fois encore cette créativité, cette ingéniosité, cette faculté de bricolage développées par les autorités financières de la Reconstruction8.

I. LES TROIS ORIGINES DU RAPPROCHEMENT ENTRE PIERRE LEFAUCHEUX ET FRANÇOIS BLOCH-LAINÉ

7Ces origines tiennent à la fois de l’appartenance des deux hommes à des réseaux qui se croisent, de la conversion de politique économique et financière opérée chez François Bloch-Lainé et de l’expérience que Pierre Lefaucheux a accumulée depuis qu’il a été nommé à la tête de Renault.

  • 9 Les auteurs remercient André Postel-Vinay pour ses témoignages. En revanche, ils n’ont pu avoir ac (...)
  • 10 Cf. François Bloch-Lainé et Claude Gruson, Hauts Fonctionnaires sous l’Occupation, Odile Jacob, Pa (...)
  • 11 André Postel-Vinay, Un fou s’évade, 2e éd., Éd. du Félin, Paris, 2004.
  • 12 Diane de Bellescize, Les neuf sages de la Résistance, Plon, Paris, 1979 ; à compléter par un témoi (...)
  • 13 F. Bloch-Lainé et C. Gruson, Hauts Fonctionnaires…, op. cit., p. 168 et 175.

8La proximité de réseaux entre les deux hommes est frappante. Mais, pour autant que nous puissions le savoir, celle-ci ne débouche pas sur des relations personnelles. Pendant la période de la Seconde Guerre mondiale, les deux hommes ne se fréquentent pas directement, d’après les témoignages que nous pouvons en avoir9. Certes, André Postel-Vinay, le beau-frère de Pierre Lefaucheux, est également un jeune inspecteur des Finances (promotion 1938), mais ce n’est pas François Bloch-Lainé qui le connait, c’est un autre inspecteur, son ami (et camarade de la promotion 1936) Claude Gruson10. De plus, André Postel-Vinay est arrêté par les Allemands le 13 décembre 1941 et, lorsqu’il s’évade, le 3 septembre 1942, c’est pour gagner Londres11. Le Comité général d’études, certes, est créé par Jean Moulin en juin 1942 pour penser l’économie et la société d’après-guerre. Pierre Lefaucheux en devient membre à partir de décembre 194312, et François Bloch-Lainé en reçoit les documents clandestins et les lit attentivement. Mais, dans ses souvenirs sur cette période, il ne cite pas le nom de Pierre Lefaucheux parmi ses membres13.

  • 14 Cf. ibid., p. 163, 173, 174, 215, 228, 231, 234.
  • 15 Renée Bédarida, Pierre Chaillet. Témoin de la résistance spirituelle, Fayard, Paris, 1988, p. 206 (...)
  • 16 Arthur Calmette, L’Organisation civile et militaire. Histoire d’un mouvement de résistance de 1940 (...)

9En revanche, François Bloch-Lainé est durant l’Occupation « en relation » avec le père jésuite Pierre Chaillet, lequel se montre très tôt actif dans la Résistance aux côtés d’Henri Frenay, puis est le fondateur des Cahiers de Témoignage chrétien, et avec lequel il se déclare « en plein accord et coopération dans la Résistance »14. Or le père Chaillet, qui dirige le Comité des œuvres sociales de la Résistance, a comme l’une de ses trois « plus proches collaboratrices », à partir de 1943, la femme de Pierre Lefaucheux, Marie-Hélène, née Postel-Vinay, qui a déjà une « longue expérience de l’entraide » aux « victimes de la lutte clandestine »15. Il est donc possible que, par le truchement du père Chaillet, les deux hommes aient entendu parler l’un de l’autre. Ensuite, à la Libération, François Bloch-Lainé est brièvement membre du cabinet du ministre des Finances, Aimé Lepercq, qui a appartenu au même réseau de résistance que Pierre et Marie-Hélène Lefaucheux, l’Organisation civile et militaire (OCM)16, et apparaît très proche de Pierre Lefaucheux. Mais, là aussi, on ne trouve pas trace de contacts directs.

  • 17 Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Comité (...)

10Ce qui importe ensuite, c’est le changement de vision de François Bloch-Lainé. Celui-ci entre dans un processus plus long, plus global, que Michel Margairaz a appelé la « conversion » d’une partie des hauts fonctionnaires des Finances17, et qui se traduit pour François Bloch-Lainé par la conviction acquise dès Vichy de la nécessité de rééquiper la France après la guerre, par l’intérêt avec lequel il accueille les documents du Comité général d’études, par la relation que, grâce à son ami Gruson, il entretient intellectuellement à partir de 1943 avec le professeur d’économie René Courtin, membre actif du CGE. Mais François Bloch-Lainé a toujours déclaré que, pour autant, quand il arrive aux fonctions de directeur du Trésor, le 12 mai 1947, il n’a pas en tête un grand projet de changement. Il veut simplement, dit-il, « en finir avec les réactions des anciens, […] avec l’orthodoxie poincariste ». Toutefois, il a conscience que le Trésor doit s’adapter aux réalités. Il doit aussi tenir compte du fait que sa vision trouve des opposants :

  • 18 F. Bloch-Lainé et C. Gruson, Hauts Fonctionnaires…, op. cit., p. 168-169 et 191. Cf. le témoignage (...)

« J’ai trouvé un front d’opposants quand je suis arrivé au Trésor en ce sens que, bien que cela leur fût facile, et profitable, les banques ne voulaient plus faire de crédit à moyen terme aux entreprises publiques et pas seulement parce qu’elles trouvaient que ce crédit à moyen terme était inflationniste. C’était si facilement fructueux pour les banquiers que je n’ai pas eu trop de peine à les débloquer18. »

  • 19 Cf. Louis Franck, 697 Ministres. Souvenirs d’un directeur général des Prix, 1947-1962, Comité pour (...)

11Voilà donc François Bloch-Lainé : un rénovateur, mais plus pragmatique que son ami Claude Gruson, auquel il se fie néanmoins pour des perspectives à long terme19.

  • 20 La Peseta et l’économie espagnole depuis 1928, Imprimerie G. Suberise, Paris, 1936.
  • 21 Patrick Fridenson, « Intervention sur le rapport de M. Bouvier », in Comité d’histoire de la Deuxi (...)
  • 22 Jean-Louis Loubet, « Le Crédit lyonnais et l’automobile, 1905-1971 : changement de vitesse », in B (...)

12Que se passe-t-il en face, du côté de Renault ? Pierre Lefaucheux, ingénieur centralien, auteur d’une thèse de politique financière sur l’Espagne20, directeur général de la Compagnie générale de construction de fours, grand résistant et déporté, a été nommé par le gouvernement provisoire aux commandes de Renault le 4 octobre 1944 et il est resté en fonctions après l’ordonnance de nationalisation du 16 janvier 194521. Les archives nouvellement accessibles permettent de saisir un processus encore plus compliqué que celui qui avait été reconstitué dans l’article écrit et publié en 2000. Comme l’a montré tout récemment l’historien Jean-Louis Loubet, dès le 28 mars 1945, alors que la guerre n’est pas encore finie, la toute nouvelle Régie Renault déclare à un dirigeant du Crédit lyonnais (qui est alors encore une banque privée) avoir épuisé la « trésorerie très abondante » laissée par la Société anonyme des Usines Renault. Et, le 8 juin 1945, son comité de direction se dit déçu de ne pas trouver auprès de l’État de crédits « moins chers » qu’ailleurs22. La Régie Renault est amenée à se rendre compte que les portes des institutions susceptibles d’aider ces entreprises sans dotation en capital que sont les firmes nationalisées à la Libération, et qui ont, nous l’avons dit, à résoudre à la fois des problèmes financiers d’exploitation et d’investissement, sont ou fermées ou insuffisamment ouvertes.

  • 23 Archives de la Société d’histoire du Groupe Renault (SHGR), PL 1, communication téléphonique avec (...)
  • 24 Archives Renault, secrétariat du président (SP) 70, entretien d’Eugène de Sèze avec Kérihuel, dire (...)
  • 25 F. Bloch-Lainé et C. Gruson, Hauts Fonctionnaires…, op. cit., p. 40 et 46.
  • 26 Olivier Feiertag nous a indiqué que, dans ses recherches sur Wilfrid Baumgartner, il n’avait rien (...)
  • 27 SHGR, PL 1, entretien entre Pierre Lefaucheux et Wilfrid Baumgartner, transcrit par Eugène de Sèze (...)
  • 28 Archives privées, Eugène de Sèze, discours de départ à la retraite, 1970. Who’s Who in France, 196 (...)
  • 29 Patrick Fridenson, « La 4 CV Renault », in L’Histoire (dir.), Puissance et faiblesses de la France (...)

13C’est d’abord le cas du côté de l’État lui-même. Un interlocuteur ne manifeste pas pour la Régie Renault une énorme compréhension : le ministère de l’Économie nationale, incarné, selon les archives, par le directeur des Programmes économiques, Pierre Grimanelli. Il veut charger la barque de la Régie de tâches supplémentaires, sans pour autant lui permettre de se financer pour la réalisation de ces tâches23. Ensuite, une série d’acteurs publics aident, certes, l’entreprise nationale à avancer, mais en considérant que ses besoins financiers ne sont pas aussi grands que ceux qu’elle leur présente. Ainsi Jacques Branger, directeur général de la Caisse nationale des marchés de l’État, n’accorde qu’une partie des crédits sollicités24. Branger, qui va rester en fonctions dans la période, est quelqu’un que François Bloch-Lainé connaît depuis au moins la période de la guerre, durant laquelle il était sous-directeur de la Caisse25. Ainsi encore, Wilfrid Baumgartner, président du Crédit national26, présente aux managers de Renault la nouvelle carte du Tendre des réseaux de financement de l’après-guerre, mais propose à la Régie Renault de n’avancer auprès d’eux que progressivement27. Dans ces conditions, les cadres supérieurs que Pierre Lefaucheux envoie au contact28 – Eugène de Sèze (né en 1905, licencié en droit, diplômé de l’École libre des sciences politiques, recruté par Louis Renault au service financier de Renault en 1931) et Pierre Meilhan (né en 1912, diplômé d’études supérieures de droit public et d’économie politique, licencié ès lettres, diplômé de l’École libre des sciences politiques, auditeur à la Cour des comptes depuis 1941, recruté en 1945 par Pierre Lefaucheux comme directeur juridique) – essaient l’une après l’autre toutes les démarches possibles. Aucune n’aboutit à combler l’ensemble des besoins de trésorerie courante et d’investissement, alors que la stratégie à long terme de Renault est coûteuse en capitaux – il s’agit de faire passer l’entreprise à la production de masse d’une voiture populaire29 – et que l’horizon du court terme est bouché par les stocks qui s’accumulent en raison des limitations à la demande dans la France d’après-guerre.

  • 30 Sur Jean Picard, cf. L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 455, n. 18.

14C’est dans ce contexte tendu que Renault va pourtant trouver un équilibre dynamique à la fois pour le court terme et pour le long terme. Il est assez différent de ce que la direction de la Régie avait pu imaginer. Cet équilibre naît du contact de plus en plus étroit entre les hommes de Renault et ceux de la direction du Trésor : Emmanuel Lamy (lui aussi inspecteur des Finances de la promotion 1936), Jean Picard30 et quelques autres, et, naturellement, le nouveau directeur, François Bloch-Lainé.

II. LE CONTEXTE DE L’INTERVENTION DE FRANÇOIS BLOCH-LAINÉ

  • 31 M. Margairaz, L’État…, op. cit., chap. XXVI et XXVII.

15Dans l’article publié en 2000 ont été détaillées les origines de la « crise financière » de Renault en 1948. De nouvelles archives montrent que la crise est avant tout celle du financement du BFR et qu’elle a lieu dès 1947, c’est-à-dire juste avant, et non après, ce que Michel Margairaz a appelé le « semestre noir31 » : le second semestre 1947.

  • 32 Archives Renault, rapports annuels de gestion. Suivant Daniel Fixari, nous avons inclu dans les cr (...)
  • 33 Cf. le tableau 2.

16Le BFR s’accroît de façon très considérable. Il faut financer entre 1946 et 1948 un BFR (auquel nous avons enlevé pour le moment les acomptes clients) qui s’élève à (environ) 1,5 milliard en 1945, 2 milliards en 1946, 3 milliards en 1947, puis près de 7 milliards en 1948 !32. Même si l’on ne prend que la variation de ce BFR, c’est-à-dire les besoins supplémentaires de financement de l’exploitation, les chiffres atteignent 800 millions en 1945, 500 millions en 1946, 1 milliard en 1947 et près de 4 milliards en 1948. Ce sont ces chiffres qu’il faut comparer à ceux de l’investissement : 100 millions en 1945, 700 millions en 1946, un peu plus de 2 milliards en 1947 et à peine 2 milliards en 194833.

  • 34 P. Fridenson, « Le prix de l’expansion… », art. cit., p. 464.
  • 35 P. Vernimmen, Finance…, op. cit., p. 279.
  • 36 Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. IV, vo (...)

17Nous avons évoqué ailleurs les nombreuses explications que l’on peut donner de cette progression spectaculaire du BFR34. Mais la raison essentielle tient à la forte croissance de l’entreprise. Le chiffre d’affaires augmente de 120 % en 1946, 70 % et 1947 et 120 % en 1948 ! Or, comme les manuels de finance le rappellent, « une entreprise en forte croissance se trouve très souvent confrontée au fait que le besoin en fonds de roulement progresse plus vite que le chiffre d’affaires35 ». Il faut bien sûr, de façon complémentaire, évoquer l’inflation, qui atteint environ 60 % par an au cours de cette période36. Celle-ci a beau créer une augmentation du chiffre d’affaires, de la valeur des stocks et des créances clients quelque peu artificielle, l’augmentation du BFR qui en résulte implique de trouver des milliards supplémentaires, qui, eux, n’ont rien d’artificiel.

Tableau 1. Le chiffre d’affaires (CA) de la Régie Renault et l’inflation entre 1945 et 1948

Année

1945

1946

1947

1948

CA (milliards de francs courants)

3,6

7,7

12,3

30,5

CA (milliards de francs constants)

3,6

5,1

5,4

8,5

Taux d’inflation (en %)

38

64

60

58

Sources : Archives Renault, rapports des commissaires aux comptes pour les exercices 1945, 1946, 1947, 1948 ; taux d’inflation : Statistiques et Études financières, supplément, juin 1970.

18L’importance des montants en jeu ne fait que renforcer le fond du problème : contrairement à 1946, en 1947 la direction de Renault ne sait plus vers qui se tourner pour financer ce BFR.

  • 37 Société d’histoire du groupe Renault (SHGR), PL 1, compte rendu de conversation du 6 décembre 1946 (...)
  • 38 Patrice Baubeau, « Le Crédit national dans l’évolution des circuits de financement », in S. Berste (...)

19En 1946, en effet, Renault a obtenu pour financer ses investissements plusieurs crédits à moyen terme, d’une valeur totale de 1,5 milliard de francs, auprès du Crédit national, qui, « après réflexion », depuis 1945, a rompu avec l’« interprétation habituelle » de ses statuts, qui « interdi[sait] à l’établissement de prêter aux grandes entreprises nationales et aux sociétés publiques » lorsque « l’entreprise publique évolu[ait] dans un secteur concurrentiel »37. À la fin de 1946, Renault sollicite un nouveau milliard. Le Crédit national refuse, en modifiant sa lecture de ses statuts et en appliquant sa nouvelle stratégie de « repositionnement »38. Pourquoi ? Parce que Renault a besoin de ce milliard pour financer son BFR, non pas ses investissements. On peut lire dans un compte rendu de conversation :

  • 39 L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 47, 50, 67, 78.
  • 40 SHGR, PL 1, compte rendu du 6 décembre 1946, déjà cité, p. 1.

« M. Herrenschmidt [Pierre Herrenschmidt, ancien directeur adjoint du Trésor, devenu directeur du Crédit national39] est formel. Il rappelle la doctrine du Crédit national, qui découle de ses statuts eux-mêmes : les emprunts à moyen terme sont destinés à financer des investissements, mais les entreprises doivent se procurer elles-mêmes leur fonds de roulement permanent. En conséquence, il estime que le Crédit national ne doit pas nous fournir le nouveau milliard demandé puisque ce dernier correspond à une augmentation du fonds de roulement, et nous conseille d’entrer en rapport avec la direction du Trésor40. »

  • 41 À propos des lettres d’agrément, cf. L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 5 (...)

20La situation pour 1947 apparaît donc dramatique. Les emprunts contractés auprès du Crédit national, ainsi que les emprunts obligataires permettent à Renault de financer ses investissements, mais comment financer ce BFR dès lors que le Crédit national lui refuse les crédits pour le faire ? C’est à ce moment que l’État prend la décision d’accorder à Renault une, puis deux lettres d’agrément41.

  • 42 Ce n’est pas tout à fait ce que dit J.-L. Loubet, Renault…, op. cit., p. 116-117, mais il cite des (...)
  • 43 L’ordre de ces deux lettres est curieux. La première est la lettre d’agrément 4 CV, qui ne sera ut (...)
  • 44 SHGR, PL 1, lettre du 1er décembre 1948 de Pierre Lefaucheux à M. Lassalle, directeur des programm (...)

21Contrairement à ce que l’on pensait jusqu’ici, le contreseing par le ministre des Finances et des Affaires économiques, René Mayer, de la lettre d’agrément de 1948, révélé dans notre article de 2000, n’est pas une première. Le 2 juin 1947, la direction de Renault a déjà obtenu des tutelles une lettre d’agrément, qui lui a permis de recevoir un crédit d’un milliard de francs de la Caisse nationale des marchés de l’État42, grâce à une garantie sur les stocks des futures 4 CV43. Un mois et demi plus tard (le 22 juillet), une seconde lettre d’agrément44, qui portait cette fois sur les stocks de tous les autres véhicules, ouvrait droit à un crédit de 1,5 milliard.

III. L’INTERVENTION DE FRANÇOIS BLOCH-LAINÉ : DES LETTRES D’AGRÉMENT AUX ACOMPTES CLIENTS

22François Bloch-Lainé, nommé directeur du Trésor le 12 mai 1947, prend ses fonctions juste avant la signature de ces lettres d’agrément. Si nous ignorons le rôle qu’il a pu jouer dans celles-ci, le tout jeune directeur du Trésor – il a trente-cinq ans – va devenir l’interlocuteur privilégié de Pierre Lefaucheux, le PDG de Renault.

  • 45 Archives Renault, semainier de Pierre Lefaucheux, 1947 et 1948.
  • 46 SHGR, PL 1 et PL 7, lettres du 9 février, 3 mars et 27 avril 1948 de Pierre Lefaucheux à François (...)
  • 47 Archives Renault, semainier de Pierre Lefaucheux, 1948.

23D’après les agendas de ce dernier, si leur première rencontre se fait attendre (elle a lieu seulement le 7 janvier 1948, soit près de huit mois après la nomination de François Bloch-Lainé), ensuite les deux hommes se rencontrent à cinq reprises au cours de la période critique du premier trimestre 194845. Ils échangent également plusieurs lettres tout au long de l’année46. Cela semble assez remarquable dans la mesure où pareille correspondance avec la direction du Trésor ne se trouve pas au cours des années qui précèdent. Notons également, à titre de comparaison, qu’aucun autre interlocuteur extérieur à Renault n’est rencontré par le président de la Régie plus de trois fois au cours de ce premier trimestre 194847.

  • 48 SHGR, PL 1, lettre du 27 avril, déjà citée.

24Il semble que le PDG de la Régie Renault ait très vite apprécié François Bloch-Lainé. Dès avril 1948, lorsque Pierre Lefaucheux répond au directeur du Trésor qui lui a fait parvenir le compte rendu de la réunion tenue chez le ministre, il écrit : « Je tiens à vous dire à nouveau combien j’ai apprécié la collaboration bienveillante que nous ont apportée vos services dans l’effort que nous avons entrepris pour éclairer le plus complètement possible les pouvoirs publics sur notre situation financière48. »

  • 49 Il s’agit de Bernard Vernier-Palliez, Pierre Meilhan et Jean Myon. Cf. Gilbert Hatry (dir.), Notic (...)
  • 50 Entretien avec Denise Vernier-Palliez (femme de Bernard Vernier-Palliez, secrétaire général de Pie (...)

25La formule peut sembler de circonstance, mais celle-ci apparaît assez rare sous la plume de Pierre Lefaucheux. Il s’est donc passé quelque chose. La jeunesse de François Bloch-Lainé n’y est sans doute pas étrangère. La même année, Pierre Lefaucheux nomme comme secrétaire général un homme de trente ans. Son directeur des services juridiques et financiers, dont nous avons évoqué la nomination en 1945, a trente-cinq ans. Et, quelques années plus tard, il nommera au poste de directeur du personnel un homme de trente-trois ans49. Tout cela n’a rien de surprenant lorsque l’on sait que Pierre Lefaucheux passait très souvent ses vacances et week-ends entouré de ses nièces et neveux, jeunes beaux-frères ou jeunes amis50.

  • 51 Le compte rendu de la réunion a été publié par P. Fridenson, « Le financement… », art. cit., p. 48 (...)
  • 52 1 milliard supplémentaire sera consenti peu après, portant le crédit mobilisable à 3 milliards (SH (...)
  • 53 Si cette émission aura en effet bien lieu en 1948, elle ne s’élèvera qu’à 1 milliard. Rappelons qu (...)

26François Bloch-Lainé, apparemment, a aidé le PDG de Renault à obtenir ce qu’il voulait de cette réunion chez le ministre des Finances, René Mayer. La lettre d’agrément pour la 4 CV est contresignée51. 500 millions supplémentaires seront mobilisables auprès de la Caisse des marchés, millions qui s’ajoutent à la seconde lettre d’agrément de juillet 194752. Enfin, un emprunt obligataire de 1,5 milliard est confirmé dans son principe53 – les demandes d’émission d’emprunts obligataires sont en effet soumises, à l’époque, à l’autorisation de l’État.

  • 54 P. Fridenson, « Le prix de l’expansion… », art. cit., p. 466.
  • 55 SHGR, PL 7, lettre du 11 février 1948, déjà citée, p. 1.

27Mais le point essentiel de l’action de François Bloch-Lainé, qui va progressivement se révéler décisif, n’est pas là. Il s’agit des acomptes clients. Ce point – relevé pour la première fois dans notre article paru en 200054 – mérite d’être approfondi. Cette idée de François Bloch-Lainé a tout simplement réglé pour près de cinq ans les problèmes de financement du besoin en fonds de roulement de Renault ! Il est question de ces acomptes clients dès février 1948. Pierre Lefaucheux y fait référence dans une lettre écrite au ministre le 11 février : « Pour répondre à l’appel de M. Bloch-Lainé, nous avons décidé de demander un acompte de 25 % à ceux de nos clients que nous comptons pouvoir livrer dans un délai n’excédant pas six mois55. »

  • 56 Ibid.

28François Bloch-Lainé a-t-il suggéré à Pierre Lefaucheux cette idée des acomptes, l’a-t-il persuadé de la mettre en place, ou la lui a-t-il tout simplement imposée ? La formule employée par le PDG de Renault dans cette même lettre au ministre ne permet pas de trancher entre ces trois hypothèses : « [F. Bloch-Lainé] m’a vivement conseillé de rechercher des ressources supplémentaires en réclamant à nos clients des acomptes aussi substantiels que possible56. »

  • 57 Ibid.

29Mais peut-être faut-il considérer que le directeur du Trésor a tout simplement rendu possible, rendu envisageable pour Pierre Lefaucheux la formule des acomptes. Ce dernier y avait-il déjà pensé, mais sans oser les utiliser ? Sans doute lui fallait-il aller au-delà des craintes de la direction commerciale. Le taux de ces acomptes semble d’ailleurs avoir fait l’objet d’une discussion entre le Trésor et la Régie. Pierre Lefaucheux ajoute : « Nous sommes malheureusement limités dans cette voie par le fait que les trésoreries des entreprises et des particuliers sont souvent, comme vous le savez, dans une situation assez précaire57… »

IV. LA RÉSOLUTION DE LA QUESTION DU FINANCEMENT DU BFR

30Dans une note de juin 1949 pour le conseil d’administration de Renault, la direction souligne que les deux crédits à court terme liés aux lettres d’agrément arrivent à expiration :

  • 58 SHGR, PL 1, Pierre Meilhan (directeur des services juridiques et financiers), note pour le conseil (...)

« Tous les tirages qui avaient été effectués sur ces facilités de crédit ont été remboursés par anticipation depuis plusieurs mois […]. Le renouvellement de crédits fondés sur des lettres d’agrément a été écarté, la lettre d’agrément pouvant passer pour un moyen de financement direct par l’État, et le crédit de la Régie étant devenu assez fort d’autre part pour que la garantie que constituait la lettre d’agrément ne fût plus considérée comme nécessaire par la Caisse des marchés58. »

  • 59 SHGR, PL 1, Pierre Lefaucheux, compte rendu d’une conversation téléphonique avec F. Bloch-Lainé du (...)
  • 60 Archives Renault, SP 22, note du 13 juin 1946, p. 1. Voir également le rapport des commissaires au (...)
  • 61 J.-L. Loubet, « Le Crédit lyonnais… », art. cit., p. 416-417.

31Pourtant, la direction de Renault n’a pas eu besoin de demander le renouvellement de ces crédits. En effet, les difficultés de trésorerie sont passées. En fait, Renault s’insère même dans le circuit normal du crédit. La Régie contracte un crédit plus classique de 2 milliards, auquel participeront différentes banques (Crédit lyonnais, Société générale…). Et, là encore, François Bloch-Lainé semble avoir joué un rôle important, cette fois comme intermédiaire auprès de Marcel Wiriath, directeur général du Crédit lyonnais59. Cette intervention apparaît d’autant plus décisive que ce moment marque le point de départ de l’intervention massive des banques, notamment du Crédit lyonnais, auprès de la Régie Renault. Si en 1946 un prêt de 500 millions avait été accordé à Renault par différentes banques, avec le Crédit lyonnais comme chef de file, c’est le Crédit national qui était à son origine60. Affirmer, comme Jean-Louis Loubet, que le Crédit lyonnais a joué un rôle majeur dans le lancement de la production de masse apparaît donc quelque peu exagéré61. Sans nier l’importance jouée par cette banque dans le financement de la production de masse à partir de 1949, il est difficile de ne pas considérer qu’elle est arrivée largement après la bataille du lancement de la 4 CV, donc de la production de masse.

  • 62 Le compte passe de 500 millions à 1,7 milliard. Le rapport des commissaires aux comptes pour l’exe (...)
  • 63 Archives Renault, rapports annuels de gestion, bilans.
  • 64 Ibid. Le chiffre tient compte des remboursements effectués.

32Que s’est-il donc passé en l’espace d’un an pour que la situation financière, si critique, se soit de la sorte assainie ? Alors que la Régie attendait un supplément de trésorerie de 500 millions, c’en est un de 1,7 milliard que va recevoir Renault grâce aux acomptes clients62. Ce compte augmente chaque année pour atteindre, en 1951, le sommet de 7 milliards de francs63. Il faut bien prendre la mesure de ces chiffres. En 1951, l’ensemble des emprunts obligataires apporte à peine 3,5 milliards de francs64. Les acomptes clients représentent plus du double !

  • 65 Archives économiques et financières, B 1152, compte rendu déjà cité (et publié en 2000).

33Dire, comme on le fait souvent, que le financement de Renault (pendant la Reconstruction) s’est fait grâce à des emprunts obligataires est une erreur. Ce financement a été possible grâce à la combinaison de mesures diversifiées. Cette méthode a été arrêtée au cours de la réunion d’avril 1948 entre Renault et ses tutelles, dont le compte rendu stipule : « Plusieurs procédés de financement devront être mis en œuvre concurremment65. » Mais si l’historien ne voulait retenir qu’une seule mesure, ce serait les acomptes clients. On pourrait d’ailleurs même ajouter à ces acomptes la balance des comptes créances clients et dettes fournisseurs. Cette balance est positive dans la plupart des entreprises. Chez Renault, cette balance est déjà légèrement négative en 1947 ; elle l’est de plus de 7 milliards en 1951.

34Si l’on ajoute ce chiffre à celui des acomptes clients, on obtient un total de 14 milliards qui ont été déduits du BFR. Autant de moins à financer. Ce chiffre représente plus de quatre fois le total des emprunts obligataires !

Tableau 2. Le BFR et les investissements de la Régie Renault entre 1945 et 1948 (en millions de francs courants)

Année

1945

1946

1947

1948

BFR hors acomptes clients

1 610

2 065

3 097

6 777

Variations du BFR hors acomptes

847

454

1 032

3 680

Investissements

114

676

2 113

1 897

Source : Archives Renault, rapports des commissaires aux comptes pour les exercices 1945, 1946, 1947, 1948. Le BFR a été calculé à partir des différents comptes composant les stocks, les débiteurs et les créditeurs.

Tableau 3. Les acomptes clients et les emprunts obligataires de la Régie Renault entre 1945 et 1948 (en millions de francs courants)

Tableau 3. Les acomptes clients et les emprunts obligataires de la Régie Renault entre 1945 et 1948 (en millions de francs courants)

Source : Archives Renault, rapports des commissaires aux comptes pour les exercices 1947, 1948, 1949, 1950, 1951, 1952.

35Faire financer l’expansion de Renault par les clients, dans un contexte de pénurie : l’idée était simple et les résultats furent, on l’a vu, assez éloquents. Mais il ne faudrait pas en conclure pour autant à une situation financière de la Régie devenue satisfaisante. La proportion des dettes à court terme par rapport aux dettes à long terme est plus que jamais extrêmement élevée : la seule dette d’exploitation (dettes fournisseurs et acomptes clients) représente près des deux tiers du total. Les emprunts à long terme (emprunts obligataires) n’atteignent que 10 %. Qui plus est, le système des acomptes s’avère extrêmement dangereux : un fléchissement des ventes, une difficulté à imposer ces acomptes aux clients sont susceptibles de les réduire très brutalement. François Bloch-Lainé ne se faisait d’ailleurs pas d’illusions. À un moment où celui-ci était encore directeur du Trésor pour quelques semaines, à la fin de 1952, Pierre Lefaucheux dit à Étienne Hirsch, tout nouvellement nommé commissaire au Plan :

  • 66 Archives Renault, SP 137, déjeuner de Pierre Lefaucheux avec M. Hirsch, Commissariat général au Pl (...)

« Il y a, à la Régie, le problème du fonds de roulement qui n’a jamais été résolu. C’est M. Bloch-Lainé lui-même qui a trouvé le subterfuge des acomptes. Il pensait, comme M. Lefaucheux, que c’était une chose bien fragile66. »

  • 67 Cf. J.-L. Loubet, Renault…, op. cit., p. 119.
  • 68 Cf. Hubert Bonin, Histoire économique de la IVe République, Economica, Paris, 1987, p. 210. L’indi (...)

36La crise financière que Renault connaît en 195267 ne peut se comprendre sans se rappeler cette question des acomptes. C’est en effet à partir de cette date que ceux-ci vont fléchir. Alors qu’ils augmentaient de 1,5 milliard par an en moyenne, ils diminuent brusquement de 4 milliards, entraînant par là même de graves difficultés financières. Sans doute, l’origine de cette chute doit-elle être recherchée dans la récession qui frappe la France en 195268, sous la présidence du Conseil d’Antoine Pinay. Mais, une fois encore, les questions d’investissement ne peuvent être placées au centre des explications.

  • 69 Respectivement de 1,5 et 2,5 milliards.

37Cette suggestion de François Bloch-Lainé se révélait-elle donc à double tranchant ? Elle était certes dangereuse, et il ne l’ignorait pas. Mais elle a permis à Renault de gagner cinq années. Et, en 1952, les conditions ne sont plus aussi critiques. Renault a pu contracter un nouvel emprunt obligataire, puis encore un autre l’année suivante, d’un montant plus important69. La méthode s’est insérée dans le système normal du crédit et l’entreprise a eu le temps de réaliser des profits qui ont accru ses réserves.

  • 70 L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 116 et 223, n. 117.
  • 71 Archives Renault, SP 133, lettres de François Bloch-Lainé à Pierre Lefaucheux et de Pierre Lefauch (...)
  • 72 François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée, 1944-1954. Dialogue sur les choix d’une (...)

38Les discussions et décisions relatées ici ont fait naître une profonde amitié entre ces deux grands personnages que sont François Bloch-Lainé et Pierre Lefaucheux. On doit bien noter une ombre au début de 1949, quand, le gouvernement invitant Renault à augmenter sa production de tracteurs agricoles et Pierre Lefaucheux s’étant alors retourné vers la Commission des investissements présidée par François Bloch-Lainé pour « demander une garantie de l’État contre le risque de mévente », la Commission a rendu un avis négatif, comme le souhaitait François Bloch-Lainé, et a suggéré à Renault de « prendre en charge une partie du risque de mévente »70. Mais, depuis 1950 au moins, « M. le Directeur du Trésor » et « M. le Président » ont cédé leur place, au début de leurs lettres, à « Mon cher ami »71. Dans un livre écrit bien des années plus tard, François Bloch-Lainé se souvient de Pierre Lefaucheux en ces termes : « ce héros, que je rencontrais souvent et que j’admirais »72. Mais il avait eu l’occasion, du vivant de Pierre Lefaucheux, de lui témoigner son amitié. À la fin de 1951, le PDG de Renault a envoyé au directeur du Trésor une lettre de félicitations, sans doute pour une décoration reçue. François Bloch-Lainé répond par lettre manuscrite :

39« Merci, mon cher ami, de votre très gentille lettre. C’est peut-être la justification de ce genre d’événements (par ailleurs assez vides de sens) que d’être l’occasion de s’entendre dire, par le très petit nombre de gens à l’estime de qui l’on tient, des choses agréables.

40« Je ne vous cacherai donc pas le plaisir que vos paroles m’ont fait.

  • 73 Archives Renault, SP 133, lettre manuscrite de François Bloch-Lainé à Pierre Lefaucheux, 21 décemb (...)

41« Je souhaite que vous sachiez en retour, sans attendre que vous me fournissiez une occasion du même ordre, le prix que j’attache à notre amitié et la confiance dans une certaine conception de la vie que votre exemple entretient en moi73. »

***

42La chaleur qui émane de la lettre que nous venons de citer montre comment les relations de tutelle peuvent aussi aboutir à l’émergence d’une amitié entre des personnes. En ce sens, cet épisode révèle un pan encore méconnu de la vie de François Bloch-Lainé. Mais il n’éclaire pas seulement son histoire. Il revêt une signification plus large en ce qui intéresse les rapports entre État et économie après-guerre. Il apporte à nos yeux trois éléments nouveaux.

  • 74 Cf. Claire Andrieu, « À la recherche de la politique du crédit, 1946-1973 », Revue historique, avr (...)

43Dans la panoplie des pratiques de financement de la Reconstruction, on connaissait bien le crédit à moyen terme mobilisable et le Fonds de modernisation et d’équipement74. Nous proposons d’ajouter, grâce au cas particulier de Renault, la pratique imaginée par François Bloch-Lainé et ses collaborateurs, qui a consisté à demander aux clients individuels de financer une partie des besoins en fonds de roulement d’une grande entreprise publique en secteur concurrentiel.

  • 75 L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 123-124 et 219-221.
  • 76 Décret du 9 septembre 2004, Journal officiel, 10 et 11 septembre 2004. Renault SA relève de son pé (...)
  • 77 L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 223.
  • 78 Cf. Pierre Dreyfus, La Liberté de réussir, J.-C. Simoën, Paris, 1977, p. 38-39 ; L. Franck, 697 Mi (...)

44Pour partager de plus en plus l’idéal expansionniste d’un homme issu comme lui de la Résistance, Pierre Lefaucheux, François Bloch-Lainé n’oublie pas qu’il y a asymétrie d’information entre l’actionnaire public qu’il représente et le management d’entreprise publique qu’incarne Pierre Lefaucheux. Il se plaint d’ailleurs, dans les documents transmis par Emmanuel Lamy en mars-avril 1948, de l’absence de contrôle rigoureux de l’État sur l’entreprise publique. Et d’ajouter : « Il importait d’exiger de la Régie la plus grande prudence dans sa gestion. Pour la même raison, a été introduit un contrôle auquel la Régie n’était pas soumise statutairement. » On voit ici s’exprimer une préoccupation qui a déjà conduit François Bloch-Lainé à inspirer deux dispositions de la loi du 6 janvier 1948, créant pour l’ensemble du secteur public et nationalisé la Commission de vérification des comptes des entreprises publiques et le Comité de gestion des participations publiques75. Mais ces institutions n’ont pas suffi à régler le problème posé, qui a donc gardé une actualité dans la durée. Il a fallu attendre le ministre des Finances issu de l’industrie (et lui-même ancien président de firme nationalisée) Francis Mer pour que la question reçoive une solution complète avec la création de l’Agence des participations de l’État, décidée en mars 2003, pleinement opérationnelle depuis la fin du dernier trimestre 2003 et constituée par son successeur en service à compétence nationale rattaché à la direction du Trésor76. Dans le cas de Renault, où Pierre Lefaucheux avait très mal accueilli la création de la Commission de vérification (selon le témoignage de Jacques Desazars de Montgailhard, l’administrateur civil chargé de suivre la gestion de la Régie à la direction du Trésor)77, Maurice Petsche, ministre des Finances, à une date que nous n’arrivons toujours pas à fixer – peut-être en 1949 –, après avoir refusé à Renault l’autorisation d’émettre un emprunt, a aussi tenté d’imposer un contrôleur d’État, mais n’a pu aboutir qu’à la mise sur pied d’un « conseil de famille » périodique, qui allait perdurer jusqu’à la mort accidentelle de Pierre Lefaucheux, en février 1955, mais deviendrait paradoxalement un canal de conviction des hauts fonctionnaires qui le composent par le manager public78.

  • 79 P. Baubeau, « Le Crédit national… », art. cit., p. 130.
  • 80 Dans Le Crédit national…, op. cit., p. 94, P. Baubeau et A. Lavit d’Hautefort suggèrent que le Cré (...)
  • 81 J.-L. Loubet, « Le Crédit lyonnais… », art. cit., p. 416.

45Enfin, la relation qui s’est nouée entre le Trésor et la grande entreprise publique a été construite dans une série d’arbitrages extraordinairement complexes entre les différentes tutelles : le Trésor bien sûr, l’Industrie, l’Économie nationale et les grands organismes de financement public (Caisse nationale des marchés de l’État) ou privé « sous l’étroite dépendance des pouvoirs publics »79 (Crédit national80). De ce point de vue, analyser les problèmes de financement d’une entreprise publique automobile à la seule lumière de ses relations avec les banques, au motif que la Caisse des marchés n’était pas pour elle un « banquier privilégié », ainsi que l’ont fait d’autres historiens de l’industrie automobile française81, c’est ne pas se rendre compte de la multiplicité des formes d’intervention du Trésor sous François Bloch-Lainé par rapport à l’économie privée et publique.

Notes

1 Cyrille Sardais, « Renault face aux grandes pénuries, 1945-1952 », Renault Histoire, juin 2003, p. 31-47 ; idem, « Pechiney face à la pénurie, 1944-1956 », Cahiers d’histoire de l’aluminium, été 2002, p. 11-26.

2 Michel Margairaz, « La reconstruction matérielle : crise, infléchissement ou ajustement ? », in Serge Berstein et Pierre Milza (dir.), L’Année 1947, Presses de la FNSP, Paris, 2000, p. 17-44.

3 Pierre-Cyrille Hautcœur, « L’autofinancement : théorie, questions de méthode et tentative de cadrage macro-économique pour la France (1914-1990) », Entreprises et Histoire, octobre 1999, p. 55-77.

4 Laure Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor, 1947-1967. L’État-banquier et la croissance, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2000, p. 214-225 (sur Renault, p. 222-223).

5 Patrick Fridenson, « Le prix de l’expansion : le financement de Renault en 1948 », Études et documents X, 2000, p. 461-482.

6 Jean-Louis Loubet, Renault, histoire d’une entreprise, ETAI, Boulogne-Billancourt, 2000, p. 116-120.

7 Cf. Pierre Vernimmen, Finance d’entreprise, 5e éd., Dalloz, Paris, 2002, et Daniel Fixari, Méthodologie de l’investissement dans l’entreprise, La Découverte, Paris, 1993.

8 Cyrille Sardais est l’auteur des deuxième, troisième et quatrième parties, et Patrick Fridenson de l’introduction, de la première partie et de la conclusion.

9 Les auteurs remercient André Postel-Vinay pour ses témoignages. En revanche, ils n’ont pu avoir accès à Geneviève Lefaucheux, la belle-sœur de Pierre.

10 Cf. François Bloch-Lainé et Claude Gruson, Hauts Fonctionnaires sous l’Occupation, Odile Jacob, Paris, 1996, p. 81.

11 André Postel-Vinay, Un fou s’évade, 2e éd., Éd. du Félin, Paris, 2004.

12 Diane de Bellescize, Les neuf sages de la Résistance, Plon, Paris, 1979 ; à compléter par un témoignage postérieur : Pierre-Henri Teitgen, Faites entrer le témoin suivant, Éd. Ouest-France, Rennes, 1988. Pour une vue d’ensemble, cf. Andrew Shennan, Rethinking Postwar France, Clarendon Press, Oxford, 1989.

13 F. Bloch-Lainé et C. Gruson, Hauts Fonctionnaires…, op. cit., p. 168 et 175.

14 Cf. ibid., p. 163, 173, 174, 215, 228, 231, 234.

15 Renée Bédarida, Pierre Chaillet. Témoin de la résistance spirituelle, Fayard, Paris, 1988, p. 206 et 217-219.

16 Arthur Calmette, L’Organisation civile et militaire. Histoire d’un mouvement de résistance de 1940 à 1946, PUF, Paris, 1961.

17 Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1991, avec une préface de F. Bloch-Lainé, p. xi-xvi.

18 F. Bloch-Lainé et C. Gruson, Hauts Fonctionnaires…, op. cit., p. 168-169 et 191. Cf. le témoignage de René Courtin, De la clandestinité au pouvoir. Journal de la libération de Paris, Paris, éditions de Paris, 1994.

19 Cf. Louis Franck, 697 Ministres. Souvenirs d’un directeur général des Prix, 1947-1962, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1990, p. 173-174 ; L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 94-98 ; Aude Terray, Des francs-tireurs aux experts. L’organisation de la prévision économique au ministère des Finances (1948-1968), Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2002.

20 La Peseta et l’économie espagnole depuis 1928, Imprimerie G. Suberise, Paris, 1936.

21 Patrick Fridenson, « Intervention sur le rapport de M. Bouvier », in Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (dir.), La Libération de la France, Éd. du CNRS, Paris, 1976, p. 867-872.

22 Jean-Louis Loubet, « Le Crédit lyonnais et l’automobile, 1905-1971 : changement de vitesse », in Bernard Desjardins et al. (dir.), Le Crédit lyonnais, 1863-1986, Droz, Genève, 2002, p. 416.

23 Archives de la Société d’histoire du Groupe Renault (SHGR), PL 1, communication téléphonique avec M. Berge reçue par Marie-Marguerite Dubruel (secrétaire particulière de Pierre Lefaucheux), 22 décembre 1948.

24 Archives Renault, secrétariat du président (SP) 70, entretien d’Eugène de Sèze avec Kérihuel, directeur adjoint de la Caisse nationale des marchés de l’État, et Branger, 28 mai 1947.

25 F. Bloch-Lainé et C. Gruson, Hauts Fonctionnaires…, op. cit., p. 40 et 46.

26 Olivier Feiertag nous a indiqué que, dans ses recherches sur Wilfrid Baumgartner, il n’avait rien trouvé sur les rapports entre Baumgartner et la Régie Renault.

27 SHGR, PL 1, entretien entre Pierre Lefaucheux et Wilfrid Baumgartner, transcrit par Eugène de Sèze, 29 janvier 1946 ; note de Pierre Meilhan sur l’entretien avec Wilfrid Baumgartner, 23 novembre 1948.

28 Archives privées, Eugène de Sèze, discours de départ à la retraite, 1970. Who’s Who in France, 1969-1970, Lafitte, Paris, 1969, p. 1033 et 1333.

29 Patrick Fridenson, « La 4 CV Renault », in L’Histoire (dir.), Puissance et faiblesses de la France industrielle, xixe-xxe siècle, Le Seuil, Paris, 1997, p. 309-323.

30 Sur Jean Picard, cf. L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 455, n. 18.

31 M. Margairaz, L’État…, op. cit., chap. XXVI et XXVII.

32 Archives Renault, rapports annuels de gestion. Suivant Daniel Fixari, nous avons inclu dans les créances clients les effets à recevoir et dans les dettes fournisseurs les effets à payer. Les acomptes clients font également partie du BFR, mais nous le présentons pour le moment hors acomptes afin de mieux mettre en relief leur effet.

33 Cf. le tableau 2.

34 P. Fridenson, « Le prix de l’expansion… », art. cit., p. 464.

35 P. Vernimmen, Finance…, op. cit., p. 279.

36 Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, t. IV, vol. 2 : 1914-années 1950, PUF, Paris, 1980. Précisons qu’il s’agit là de l’évolution des prix moyens. Or la hausse des prix de l’automobile est considérablement freinée par l’État ; l’effet de l’inflation sur le chiffre d’affaires est donc plus faible (Archives Renault, rapports annuels de gestion).

37 Société d’histoire du groupe Renault (SHGR), PL 1, compte rendu de conversation du 6 décembre 1946, p. 1 ; y participent Pierre Lefaucheux, PDG de Renault, et son directeur général adjoint, Jean Louis, ainsi que MM. Herrenschmidt et Bonin, du Crédit national. Cf. Patrice Baubeau et Arnaud Lavit d’Hautefort, Le Crédit national, 1919-1994. Histoire publique d’une société privée, Jean-Claude Lattès, Paris, 1994, p. 94-95.

38 Patrice Baubeau, « Le Crédit national dans l’évolution des circuits de financement », in S. Berstein et P. Milza (dir.), L’Année 1947…, op. cit., p. 127-145.

39 L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 47, 50, 67, 78.

40 SHGR, PL 1, compte rendu du 6 décembre 1946, déjà cité, p. 1.

41 À propos des lettres d’agrément, cf. L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 50-51.

42 Ce n’est pas tout à fait ce que dit J.-L. Loubet, Renault…, op. cit., p. 116-117, mais il cite des sources de dates différentes, sans tenir compte ni de l’épisode de 1948 ni des variations de contexte et donc de la chronologie.

43 L’ordre de ces deux lettres est curieux. La première est la lettre d’agrément 4 CV, qui ne sera utilisée qu’en 1948 ; le problème restait entier pour 1947. La 4 CV a-t-elle été utilisée comme argument de persuasion pour enclencher le processus ?

44 SHGR, PL 1, lettre du 1er décembre 1948 de Pierre Lefaucheux à M. Lassalle, directeur des programmes économiques. Cf. également sur ces lettres d’agrément : SHGR, rapport des commissaires aux comptes sur les comptes de l’exercice 1948.

45 Archives Renault, semainier de Pierre Lefaucheux, 1947 et 1948.

46 SHGR, PL 1 et PL 7, lettres du 9 février, 3 mars et 27 avril 1948 de Pierre Lefaucheux à François Bloch-Lainé.

47 Archives Renault, semainier de Pierre Lefaucheux, 1948.

48 SHGR, PL 1, lettre du 27 avril, déjà citée.

49 Il s’agit de Bernard Vernier-Palliez, Pierre Meilhan et Jean Myon. Cf. Gilbert Hatry (dir.), Notices biographiques Renault, fascicules 1 et 2, JCM, Paris, 1990 et 1992.

50 Entretien avec Denise Vernier-Palliez (femme de Bernard Vernier-Palliez, secrétaire général de Pierre Lefaucheux), 10 février 2003, et avec André Postel-Vinay (beau-frère de Pierre Lefaucheux), 11 février 2003.

51 Le compte rendu de la réunion a été publié par P. Fridenson, « Le financement… », art. cit., p. 480-482. Précisons d’ailleurs qu’il s’agit de la lettre d’agrément 4 CV de 1947, qui n’avait pas été utilisée et qui, apparemment, a fait l’objet d’un nouvel examen.

52 1 milliard supplémentaire sera consenti peu après, portant le crédit mobilisable à 3 milliards (SHGR, PL 1, lettre de Pierre Lefaucheux à M. Lassalle, 1er décembre 1948, p. 1).

53 Si cette émission aura en effet bien lieu en 1948, elle ne s’élèvera qu’à 1 milliard. Rappelons qu’en 1947, déjà, au lieu d’un emprunt escompté de 1 milliard, Pierre Lefaucheux a dû se contenter de 500 millions.

54 P. Fridenson, « Le prix de l’expansion… », art. cit., p. 466.

55 SHGR, PL 7, lettre du 11 février 1948, déjà citée, p. 1.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 SHGR, PL 1, Pierre Meilhan (directeur des services juridiques et financiers), note pour le conseil d’administration, 24 juin 1949.

59 SHGR, PL 1, Pierre Lefaucheux, compte rendu d’une conversation téléphonique avec F. Bloch-Lainé du 24 février 1949.

60 Archives Renault, SP 22, note du 13 juin 1946, p. 1. Voir également le rapport des commissaires aux comptes pour l’exercice 1946, p. 24.

61 J.-L. Loubet, « Le Crédit lyonnais… », art. cit., p. 416-417.

62 Le compte passe de 500 millions à 1,7 milliard. Le rapport des commissaires aux comptes pour l’exercice 1948, déjà cité, suggère cependant quelques modifications dans leur comptabilisation.

63 Archives Renault, rapports annuels de gestion, bilans.

64 Ibid. Le chiffre tient compte des remboursements effectués.

65 Archives économiques et financières, B 1152, compte rendu déjà cité (et publié en 2000).

66 Archives Renault, SP 137, déjeuner de Pierre Lefaucheux avec M. Hirsch, Commissariat général au Plan, 28 novembre 1952. Étienne Hirsch est nommé le 12 septembre ; cf. Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, Le Seuil, Paris, 1983, t. II, chronologie.

67 Cf. J.-L. Loubet, Renault…, op. cit., p. 119.

68 Cf. Hubert Bonin, Histoire économique de la IVe République, Economica, Paris, 1987, p. 210. L’indice de la production industrielle (base 100 en 1938) perd sept points de janvier à décembre 1952.

69 Respectivement de 1,5 et 2,5 milliards.

70 L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 116 et 223, n. 117.

71 Archives Renault, SP 133, lettres de François Bloch-Lainé à Pierre Lefaucheux et de Pierre Lefaucheux à François Bloch-Lainé, 7 et 11 octobre 1950.

72 François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée, 1944-1954. Dialogue sur les choix d’une modernisation, Fayard, Paris, 1986, p. 209.

73 Archives Renault, SP 133, lettre manuscrite de François Bloch-Lainé à Pierre Lefaucheux, 21 décembre 1951.

74 Cf. Claire Andrieu, « À la recherche de la politique du crédit, 1946-1973 », Revue historique, avril-juin 1984, p. 377-405 ; M. Margairaz, L’État…, op. cit. ; Olivier Feiertag, « Le nerf de l’après-guerre : le financement de la reconstruction entre l’État et le marché », Matériaux pour l’histoire de notre temps, juillet-décembre 1995, p. 46-51.

75 L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 123-124 et 219-221.

76 Décret du 9 septembre 2004, Journal officiel, 10 et 11 septembre 2004. Renault SA relève de son périmètre (« Bercy ensemble. Les réformes au Minéfi », Échanges, no hors série, automne 2004, p. 7).

77 L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 223.

78 Cf. Pierre Dreyfus, La Liberté de réussir, J.-C. Simoën, Paris, 1977, p. 38-39 ; L. Franck, 697 Ministres…, op. cit., p. 101-102 et 173 (ce livre contient une préface de François Bloch-Lainé) ; P. Fridenson, « Le prix de l’expansion… », art. cit., p. 467-468 ; L. Quennouëlle-Corre, La Direction du Trésor…, op. cit., p. 222-223.

79 P. Baubeau, « Le Crédit national… », art. cit., p. 130.

80 Dans Le Crédit national…, op. cit., p. 94, P. Baubeau et A. Lavit d’Hautefort suggèrent que le Crédit national s’est félicité rétrospectivement d’avoir accepté en 1946 de « réescompter les crédits à moyen terme » de la Régie Renault car la 4 CV « connaît […] un succès parallèle à l’essor de la « classe moyenne » ». Ils parlent de la nouvelle doctrine de l’établissement comme d’« un accès privilégié aux grandes entreprises » (ibid., p. 95).

81 J.-L. Loubet, « Le Crédit lyonnais… », art. cit., p. 416.

Table des illustrations

Titre Tableau 3. Les acomptes clients et les emprunts obligataires de la Régie Renault entre 1945 et 1948 (en millions de francs courants)
Légende Source : Archives Renault, rapports des commissaires aux comptes pour les exercices 1947, 1948, 1949, 1950, 1951, 1952.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/5376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

Auteurs

Ancien élève de l’École des Hautes Études Commerciales, diplômé d’études approfondies d'histoire de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, doctorant en gestion à HEC. Il a publié récemment : « Pechiney face à la pénurie, 1944-1956 », Cahiers d’histoire de l’aluminium, été 2002, p. 11-26 et « Renault face aux grandes pénuries, 1945-1952 », Renault Histoire, juin 2003, p. 31-47.

Ancien élève de l’École Normale Supérieure, historien économiste, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Ancien président de l’Association française des historiens économistes et de la Business History Conference. Rédacteur en chef de la revue Entreprises et Histoire, il a publié récemment : « Business failure and the agenda of business history », Enterprise and Society, december 2004, p. 562-582 et « Les reformulations de l’identité de Renault depuis 1975 », Les Cahiers pour l’histoire de l’épargne, février 2005, p. 35-43.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search