Version classiqueVersion mobile

François Bloch-Lainé, fonctionnaire, financier, citoyen

 | 
Michel Margairaz

Le rétablissement de la souveraineté financière de la France en Indochine

Hugues Tertrais

Texte intégral

1Compte tenu des conditions dans lesquelles la France se réinstalle en Indochine au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que de la réputation de l’amiral Thierry d’Argenlieu, qui dirige l’opération et porte la responsabilité de ce qui va suivre, il peut paraître surprenant de trouver à ses côtés François Bloch-Lainé. Cette présence plaide-t-elle en faveur de l’amiral, finalement « fréquentable », ou en défaveur du jeune inspecteur des Finances, dont le début de carrière aurait ainsi été moins « positif » ? Sans doute, ni l’un ni l’autre. Dans la tornade de 1945, c’est l’État qui reprend possession de son empire asiatique, et François Bloch-Lainé se trouve là pour assurer la partie monétaire et financière de l’opération.

  • 1 François Bloch-Lainé nous avait personnellement accordé un entretien sur cette période, au cours d (...)

2François Bloch-Lainé passe sept mois en Indochine, un épisode bref mais décisif. Les sources pour en connaître la teneur viennent essentiellement de lui pour ce qui est de la partie proprement financière1. Il faisait en effet rapport au ministère des Finances de l’accomplissement de sa tâche et de l’évolution de la situation. Mais les sources non directement financières – et la période est maintenant assez bien connue – sont également là pour en donner la mesure.

  • 2 Le Comité de l’Indochine a été constitué par décret du 21 février 1945.
  • 3 Ordonnance du 28 avril 1945, signée par le général de Gaulle, SAEF, fonds Trésor, B 33539.
  • 4 Entretien oral, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.
  • 5 Pressé par l’ambassadeur du Japon au Vietnam, l’empereur Bao Dai en a proclamé l’indépendance au l (...)
  • 6 Futur président de la BNP.

3Les circonstances qui ont amené François Bloch-Lainé en Indochine paraissent presque fortuites. En 1945, jeune sous-directeur du Trésor, il est détaché au Comité de l’Indochine, structure interministérielle constituée pour s’occuper de la question du même nom2. Il gère le « compte spécial Indochine », à travers lequel un crédit de 1 milliard de francs a été ouvert par ordonnance3. Mais il semble rapidement se sentir à l’étroit : « Je participais au Comité de l’Indochine où je représentais les Finances, indique-t-il, et c’est là que j’ai été pris de désir de voyage ; et j’ai indiqué que, si on y partait un jour, je serais partant4. » Le bombardement d’Hiroshima et la capitulation japonaise concrétisent cette perspective : « On y est parti beaucoup plus brusquement qu’on y pensait. » Non sans précipitation, donc, est organisée une mission financière en Extrême-Orient, à la fois auprès du haut-commissaire de France en Indochine et de l’ambassadeur de France en Chine. « J’ai fait prendre un texte pour la constituer », précise-t-il. Il est donc l’un des deux agents des Finances qui prennent la direction de l’ancienne colonie5 : lui avec l’amiral Thierry d’Argenlieu, Pierre Ledoux6 avec le général Leclerc.

  • 7 Monnaie d’argent faisant référence dans l’Europe germanique jusqu’au xixe siècle. Remplacé par le (...)

4François Bloch-Lainé a trente-trois ans, apparaît sûr de lui et à son aise dans cette aventure, bien qu’il n’ait qu’une connaissance très approximative du dossier : « Je suis parti avec les pleins pouvoirs et une ignorance complète du problème », assure-t-il même. Il prend soin d’emmener cependant, à tout hasard, un sac de pièces d’argent, des « thalers de Marie-Thérèse »7. De cet Extrême-Orient vaste et lointain il se fait une première idée à Chandernagor, comptoir français très proche de Calcutta, la « capitale » des Indes. Il y séjourne un mois et dix jours à l’automne 1945 avec Thierry d’Argenlieu, le haut-commissaire, tandis que Ledoux stationne avec le général Leclerc à Kandy (Ceylan), « où il me représente », indique-t-il.

5Durant cette courte période, entre le 13 septembre et le 24 octobre, il fait une courte incursion en Chine, à Chung King, où il peut mesurer la difficulté de négocier avec les Chinois (nationalistes), et se prépare d’autre part à prendre ses fonctions à Saigon. La situation est alors très confuse au Vietnam : la conférence de Potsdam – sans tenir compte des intérêts français – a partagé l’Indochine en deux, au nord et au sud du seizième parallèle, et demandé aux forces chinoises d’une part et anglaises de l’autre de venir y désarmer les Japonais. La révolution d’août a ensuite propulsé la République démocratique du Vietnam (Hô Chi Minh) aux commandes du pays. Avec la complicité britannique, les Français reprennent le contrôle de Saigon le 23 octobre 1945. Bloch-Lainé y arrive le lendemain avec le haut-commissaire.

I. FACE À L’HÉRITAGE COLONIAL

  • 8 Lettre du général Juin, chef d’état-major de la Défense nationale, au ministre de la Guerre, 13 ju (...)

6Fort sans doute de l’importance de l’administration qu’il représente, Bloch-Lainé entretient des relations d’égal à égal avec les officiers français, qui occupent alors nécessairement le devant de la scène. Il manifeste d’ailleurs une certaine méfiance à l’égard des militaires « sortants » – « sortants » dans tous les sens du terme puisque des troupes coloniales ont réussi à quitter l’Indochine et passer en Chine après le coup de force japonais. À Paris, déjà, il freinait consciencieusement leurs demandes de crédits. Le général Juin tente, semble-t-il, de le contourner en proposant de faire « prendre en charge par le budget de la Guerre l’entretien des troupes d’Indochine qui sont repliées en Chine du Sud »8.

  • 9 Rapport no 2 de François Bloch-Lainé au ministre des Finances, Chandernagor, 24 octobre 1945, CAOM (...)
  • 10 Capitale de la province chinoise du Yunnan, frontalière du Vietnam et de la Birmanie.
  • 11 Rapport no 2 cité.

7Quelques mois plus tard, Bloch-Lainé donne son sentiment sur cette troupe : « C’est assurément l’armée la plus chère du monde, c’est aussi l’une des plus lamentables9… » Quand tout sera fini, ajoute-t-il, le centre de commandement de Kunming10 « laissera derrière lui des investissements absurdes […]. Parmi les Alliés, les troupes Sabattier-Alessandri laisseront en outre le souvenir de militaires qui ont fait, collectivement ou individuellement, un abus manifeste de marché noir et de trafic de devises »11. Déjà !...

8Les relations avec le général Leclerc, qui dirige le corps expéditionnaire, apparaissent du même ordre – d’égal à égal. Dans le « gouvernement » de Saigon que préside l’amiral Thierry d’Argenlieu, le commandant en chef est – selon ses propres termes – le « ministre de la Guerre » et lui-même celui « des Finances ». Cela peut à l’occasion créer quelques tensions. Bloch-Lainé racontera lui-même, plus tard, l’anecdote suivante : il était notamment venu en Indochine avec une « mission caoutchouc ». L’amiral Decoux, dernier gouverneur général, renversé par les Japonais le 9 mars 1945, laissé à l’écart par la France libre et remplacé par Thierry d’Argenlieu, avait en effet fait mettre en lieu sûr une partie de la production au nord de Saigon, laquelle est en zone contrôlée par l’insurrection. Il raconte la suite :

« Je demande un jour au général de faire une percée rapide vers les stocks de latex, sur les plantations d’hévéas. Le caoutchouc est rare et la France a grand besoin de celui-là […]. Leclerc me répond, bourru : "Nous ne sommes pas venus ici pour le caoutchouc." Je ne me retiens pas de lui répliquer : "Alors, pourquoi êtes-vous venu ?". Il rougit, bougonne et s’en va. ».

  • 12 Cf. François Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, Le Seuil, Paris, 1976, cité dans Leclerc et (...)

9Quelques jours plus tard, le conseiller financier aura les moyens nécessaires au déblocage du latex en question12.

10Le rapport de François Bloch-Lainé à la colonisation paraît en phase avec le moment et la méthode utilisés par la France pour reprendre pied dans ses possessions asiatiques. L’empire d’antan a vécu. La conférence de Brazzaville, autour du général de Gaulle, l’a établi en 1944, et la déclaration gouvernementale du 24 mars 1945 sur le futur statut de l’Indochine a montré l’évolution – sans doute insuffisante au regard de ce qui se passe sur place – des esprits sur le sujet : pragmatisme et esprit de réforme caractérisent le jeune conseiller financier. Bloch-Lainé ne manifeste aucun état d’âme particulier dans la situation qu’il découvre à Saigon : la tâche de la mission financière qu’il dirige est de rétablir les instruments de la souveraineté française en Indochine et il va s’y employer. Précisons qu’il se trouve en Cochinchine et que, dans l’ensemble indochinois, celle-ci est la seule colonie stricto sensu, donc considérée comme territoire national, le reste (Annam, Tonkin, Laos et Cambodge) ayant d’origine un statut de protectorat.

11Reprendre en main la colonie, dans la situation et l’environnement complexes de l’Indochine de l’automne 1945, présente un côté très technique, pour lequel précisément l’envoyé des Finances est présent. Il faut d’abord réorganiser les services, après la triple bourrasque du coup de force japonais, qui a réduit à rien l’administration française, les accords de Potsdam et l’arrivée des troupes anglo-indiennes au sud du seizième parallèle et, enfin, les effets de la révolution d’août, qui semblait barrer la route à toute reprise en main par les Français. Il faut ensuite produire un budget, sans quoi, bien sûr, aucune administration ne pourrait fonctionner durablement, c’est-à-dire rétablir une fiscalité, directe ou indirecte, le plus rapidement possible.

12Bloch-Lainé n’est pas confronté directement – ou pas tout de suite – à Hô Chi Minh et au gouvernement insurrectionnel qu’il préside depuis le 19 août 1945. Ce dernier apparaît surtout présent au nord, où il vit en relative bonne entente avec le général Lu Han, qui dirige lui-même les troupes chinoises dans cette partie de l’Indochine, et qui n’a rien tenté à Hanoi, le 2 septembre, pour contrecarrer la déclaration d’indépendance du Vietnam par Hô Chi Minh. Sur le plan financier, rien d’irréparable n’avait d’ailleurs été commis puisque les insurgés n’avaient pas touché à la Banque de l’Indochine, dont l’agence trône toujours dans le centre de Hanoi. En revanche, le 23 septembre, avant ces événements et à la veille de l’arrivée du haut-commissaire français et de son équipe, les représentants du Viêt-minh avaient été refoulés de Saigon.

13Ainsi la complexité de la situation retient davantage son attention que l’existence, voire la présence, du gouvernement Hô Chi Minh. Encore que, repliés dans les maquis aux abords mêmes de Saigon, les révolutionnaires font peser une vraie menace sur la situation économique du Sud, y entretenant une forte insécurité. Pour remettre en état de marche l’administration française, le conseiller financier se préoccupe surtout de ses relations avec les deux puissances désignées par Potsdam pour désarmer et se substituer, provisoirement, à l’armée japonaise. Puissances dont la présence ajoute, bien sûr, au bouleversement local et avec lesquelles la France doit négocier, parfois imposer son retour. Chinois et Britanniques n’occupent en effet chacun qu’une partie de cette Indochine que les Français considèrent comme un tout, et ils n’y ont sans doute pas les mêmes intérêts.

  • 13 Entretien oral, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

14Dans la tâche à laquelle il s’attelle, qui requiert autant de pragmatisme que de principes, voire de « vision », François Bloch-Lainé manifeste un certain esprit de réforme, bien dans l’air du temps, c’est-à-dire dans l’état d’esprit français de la Libération. Comme il le dit lui-même : « On était pour la présence française, mais dans une forme qui donnerait beaucoup d’autonomie aux autochtones. » Non sans une certaine modernité, il semble considérer cette Indochine comme un territoire potentiellement riche, et qui pourrait surtout devenir un point d’appui économique, pour le caoutchouc sans doute, mais aussi pour l’industrie. Il cite d’ailleurs cette formule de Lefaucheux, le nouveau patron de Renault de passage à Saigon : « Laissons l’administration aux autochtones mais fabriquons des automobiles à Saigon13. »

  • 14 François Bloch-Lainé, rapport de fin de mission, 1er mars 1946.
  • 15 Ibid.

15La réforme de la fiscalité apparaît indissociable du fonctionnement même des pouvoirs en Indochine et, en matière fiscale, il y a urgence : « La situation des recettes et des dépenses, lors de notre arrivée, était extrêmement confuse. Elle n’a pu être éclaircie qu’en partie à ce jour », note-t-il six mois plus tard dans son rapport de fin de mission. Lui-même reprend d’abord les « opérations d’assiette et de recouvrement […] sur les bases établies avant le 9 mars 1945 », date du coup de force japonais, c’est-à-dire au temps du Gouvernement général14. En matière politique, il s’emploie parallèlement à concrétiser l’une des principales idées du haut-commissaire : arriver à une fédération indochinoise constituée d’États autonomes, sous l’autorité unique du haut-commissaire. Bloch-Lainé s’engage plus particulièrement dans la voie d’une décentralisation des régies, et d’abord au Cambodge. Le petit royaume, sous protectorat français depuis 1863, présente un cas relativement plus simple que le Vietnam : il aurait la gestion et le bénéfice de la régie des « alcools indigènes », ainsi que de la régie du sel, qui, accessoirement, « exigent beaucoup de personnel et sont impopulaires ». Certes, cette expérience cambodgienne n’a pas été, de son propre aveu, « pleinement réussie », en raison, principalement, des pesanteurs coloniales et du conservatisme des acteurs. Selon sa formulation, l’administration française a continué localement à « limiter les pouvoirs du gouvernement cambodgien »15. Mais une dynamique est lancée, qui produira progressivement ses effets en marge de la guerre d’Indochine.

  • 16 Alfred McCoy, The Politics of Heroin in Southeast Asia, Harper and Row, New York, 1972.

16La fiscalité indochinoise comprenait un morceau de choix qui allait mettre à l’épreuve le pragmatisme de Bloch-Lainé : la question de l’opium. Il s’agit en effet d’une recette traditionnelle du budget de l’Indochine, mais, comme il le souligne, les prescriptions internationales de l’après-guerre empêchent de facto de poursuivre son utilisation. Ce que pense le conseiller financier de cet impôt indirect ? Qu’il n’y a pas d’autre choix que d’en conserver provisoirement l’utilisation, d’autant que l’héritage de la période de la guerre la rend inéluctable. Les circuits commerciaux traditionnels ayant alors été rompus, le Gouvernement général avait encouragé la reprise de la culture du pavot dans les régions de production (Hmong du Laos et du Tonkin pour l’essentiel), alors qu’il avait jusque-là fait l’inverse16.

  • 17 F. Bloch-Lainé, rapport de fin de mission, op. cit.
  • 18 Ordonnance fédérale du 12 juin 1946.

17« La question de l’opium est réservée, précise Bloch-Lainé dans son rapport de fin de mission. J’estime pour ma part qu’il serait absurde de désorganiser immédiatement le Monopole pour obéir à des injonctions puritaines qu’aucun peuple d’Extrême-Orient ne suivra en pratique. » L’idée consiste à diminuer le rôle de l’opium, mais à en accepter la réalité, voire s’en servir : on convient donc, et le Haut-Commissariat s’y engage, de restreindre progressivement la consommation par une action sur la production et sur la contrebande ; mais en même temps de ne pas arrêter les achats ni la vente, de façon à conserver la maîtrise du secteur et ne pas accroître le risque de fraude. « Il est regrettable que nous soyons obligés d’agir ainsi avec une certaine mauvaise foi, résume-t-il. Si l’on nous oblige à quelque proclamation, nous dirons que le gouvernement fédéral de l’Indochine ne vend plus d’opium dans le public »17. Le Monopole sera démantelé à partir de 194618. Dans l’immédiat, ce produit discutable peut s’inscrire dans la perspective de la décentralisation. Le conseiller financier préconise en effet d’en faire cession aux États fédérés, « nous désintéressant de l’usage qu’ils feront des quantités cédées ». On envisage ainsi de subventionner le budget royal du Cambodge en nature plutôt qu’en espèces, en lui remettant de l’opium. Ce produit – mais après le séjour de Bloch-Lainé, semble-t-il – jouera aussi un rôle important dans le budget du Laos, lui-même grand producteur.

  • 19 F. Bloch-Lainé, rapport de fin de mission, op. cit.

18Indépendamment de l’opium, la problématique de François Bloch-Lainé est simple : la mise sur pied d’un budget fédéral pour 1946 constitue la tâche principale. Et c’est à partir de là que le Haut-Commissariat pourra « exiger des gouvernements fédérés qu’ils mettent rapidement de l’ordre en produisant des budgets »19 eux-mêmes. On le devine, une telle perspective exige du conseiller financier Bloch-Lainé autant de modernité que de pragmatisme. Il devra en faire preuve aussi, et dans le même temps, en matière monétaire et financière.

II. LA RECONQUÊTE PAR LA MONNAIE

19Dans ce domaine aussi, celui de la circulation fiduciaire et de la monnaie, le rétablissement de la souveraineté se conjugue avec un certain esprit de réforme. Avant même la remise sur pied d’une administration et d’un budget, la question monétaire revêt un aspect fondamental : l’un des premiers attributs du pouvoir n’est-il pas de battre monnaie ?

  • 20 La Banque de l’Indochine, dont la succursale reste fixée à Saigon, y a été fondée en 1875.

20En 1945, l’affirmation du contrôle français dans ce domaine apparaît donc essentielle, même s’il ne doit pas nécessairement s’exercer sur les bases anciennes. Il faut d’abord tenir compte de l’héritage : la question de la monnaie passe évidemment par celle de son émission, traditionnellement confiée sur place à la Banque de l’Indochine, qui émet à Saigon des piastres pour l’ensemble de l’Indochine20. La nécessité de réformer l’institut d’émission constitue une idée forte qui accompagne la mission de François Bloch-Lainé. Faut-il nationaliser les banques coloniales, dont la Banque de l’Indochine est l’un des plus beaux fleurons ? L’état d’esprit de la Libération, à l’instar de la Banque de France et des grandes banques de dépôt, irait plutôt dans cette direction. Mais l’ex-empire a ses propres contraintes : le conseiller financier du haut-commissaire adhère à la doctrine qui veut que, plutôt que nationaliser les banques coloniales, il faille favoriser leur mutation – ou leur affirmation, s’agissant de la Banque de l’Indochine – en banques d’affaires. La France disposerait ainsi d’un efficace outil d’influence dans le monde asiatique. En revanche, il faudrait retirer à ces banques coloniales, d’une part, le privilège d’émission et, d’autre part, la gestion du contrôle des changes.

  • 21 L’Institut d’émission des États associés ne verra officiellement le jour qu’en 1952, sous la prési (...)

21François Bloch-Lainé, de toute évidence, n’entend pas favoriser le maintien en l’état du monopole de la Banque de l’Indochine. En matière d’émission, il commence à réfléchir à la création d’un institut fédéral de la monnaie, en charge de l’émission, des transferts et du réescompte. Mais cela suppose de s’attaquer à gros. La direction de la Banque de l’Indochine est passée à peu près sans encombre à travers la période « vichyste » du gouverneur-amiral Decoux et ne partage pas vraiment l’état d’esprit français de la Libération21. En 1954, elle sera toujours « la Banque » en Indochine.

22Mais le monopole de la Banque de l’Indochine est aussi un monopole de fait, comme banque à l’abri de la concurrence. Il n’est donc pas indifférent de constater que, à partir de 1945, d’autres établissements sont encouragés à développer leurs activités dans la péninsule – la Banque franco-chinoise est ainsi poussée à s’associer avec d’autres capitaux chinois. D’autres sont tout simplement autorisés à s’implanter en Indochine, comme la Banque nationale du commerce et de l’industrie (BNCI), à laquelle François Bloch-Lainé suggère d’ailleurs de s’associer avec la Société annamite de crédit. Il n’est pas jusqu’à des banques étrangères auxquelles le conseiller financier ouvre la place, en tout cas plus largement que par le passé. Deux banques anglaises se trouvent déjà sur place : la Hong Kong & Shanghai Bank et l’East Asian. Bientôt, l’ouverture d’une représentation de la Chartered Bank – américaine – confirmera, s’il en était besoin, que la défense du monopole colonial, même si elle reste vigoureuse, n’est plus de saison. Tous ces établissements bancaires – les « intermédiaires agréés », comme ils seront bientôt désignés – sont théoriquement traités sur un pied d’égalité.

  • 22 F. Bloch-Lainé, rapport de fin de mission, op. cit.

23L’univers de l’entreprise n’échappe pas à ce vent d’ouverture. Il n’y a guère alors en Indochine que des investisseurs français, dont certains se demandent d’ailleurs, dans le contexte particulièrement troublé de 1945, s’ils ne devraient pas abandonner la place. Mais l’après-guerre présente une autre dimension, que François Bloch-Lainé prend en compte : « J’estime, écrit-il, que nous devrons probablement pousser à l’association avec les Américains. Ceux-ci sont décidés à s’installer en Indochine et ils y parviendront certainement22. » Le risque demeure que de grosses entreprises américaines s’implantent avec des moyens bien plus importants que ceux des Français.

  • 23 Une piastre équivaut alors à 10 francs.

24Fort de cet état d’esprit, François Bloch-Lainé agit sur la monnaie : le rétablissement de la stabilité comme de l’autorité monétaire fait partie des urgences et le contexte est sévèrement inflationniste. L’accroissement de la circulation en Indochine, à l’époque de la Seconde Guerre mondiale, apparaît proportionnellement plus fort qu’en France. Au 31 décembre 1939, 217 millions de piastres étaient en circulation en Indochine ; en septembre 1945, on en comptait 2 400 millions, soit onze fois plus23. L’année 1945 – après le 9 mars – a en effet enregistré un dérapage inflationniste particulièrement spectaculaire : émission « sauvage » par l’autorité japonaise, déplacement de caisses entières de billets de banque tout neufs, redistribution aux troupes chinoises occupant le Nord, sous l’autorité du général Lu Han, ou aux forces Viêt-minh de Vô Nguyên Giap et Hô Chi Minh.

  • 24 Étant donné le taux de change, à 10 francs la piastre, ces grosses coupures avaient un peu le même (...)
  • 25 Marc Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque d’Indochine, 1875-1975, Fayar (...)

25Pour le conseiller financier du haut-commissaire français de Saigon, le meilleur moyen de ponctionner la masse monétaire en circulation consiste à en retirer les principales coupures. Bloch-Lainé envisage de démonétiser les deux plus gros billets : ceux de 100 et de 500 piastres24, émis durant l’année 1945 en quantité incontrôlée. Même si la Banque a gardé le contrôle de son agence de Hanoi, cette opération d’assainissement monétaire exige pour la France d’avoir l’autorité sur l’ensemble du territoire et, en même temps, lui permet d’exercer cette dernière. L’armée chinoise d’occupation songe elle-même à émettre sa propre monnaie, le gold unit. Il faut donc agir vite et, accessoirement, prendre conseil. François Bloch-Lainé s’ouvre de son projet à Jean Laurent, directeur à Paris de la Banque de l’Indochine, de passage dans la colonie. Ce dernier tente aussitôt de l’en dissuader : avec une telle mesure, assure-t-il, il y a de quoi « mettre le feu au plus petit village annamite et dresser contre nous le dernier des Nha Qué »25. Il parvient à empêcher Bloch-Lainé de toucher au billet de 100 piastres. Reste la coupure de 500…

  • 26 Hugues Tertrais, La Piastre et le Fusil. Le coût de la guerre d’Indochine, 1945-1954, Comité pour (...)

26La mesure résonne comme un coup de force dans l’Indochine de novembre 1945 : le 27 novembre est officiellement annoncée la démonétisation du billet de 500 piastres. L’émotion est palpable : moins de dix jours plus tard, le 26 novembre, une manifestation d’« Annamites » se rassemble vainement à Hanoi, devant l’agence de la Banque de l’Indochine. Mais pour l’autorité française, en l’occurrence exercée par François Bloch-Lainé, il s’agit de manifester son pouvoir monétaire, y compris au nord du seizième parallèle, où la France n’est pas physiquement présente. Cela consiste en une action de recouvrement de la souveraineté française en Indochine, alors au moyen de la piastre et pas encore du fusil26.

  • 27 Photographie des négociateurs – une douzaine – in Jean Sainteny, Histoire d’une paix manquée, Amio (...)

27On s’en doute, la mesure a été diversement appréciée par les autorités intéressées. Moyennant quelques concessions, mais durement négociées, les Chinois du général Lu Han s’inclinent au nord. On se souvient qu’ils tentent alors d’imposer leur propre signe monétaire. Trois semaines après la décision, le 12 décembre 1945, dans la maison dite du « Petit Lac » où est installée la mission des États-Unis, dans la capitale vietnamienne, et sous la présidence de son chef, le général Gallagher27, ils ont rencontré les Français, François Bloch-Lainé notamment, venu à Hanoi pour l’occasion. On y est convenu d’un échange au pair des billets de 500 piastres. Mais les Chinois de Lu Han ne représentaient pas l’objectif principal. L’exercice de souveraineté monétaire de la décision du 17 novembre pouvait également apparaître comme une action de guerre, de guerre monétaire s’entend.

  • 28 F. Bloch-Lainé, rapport de fin de mission, op. cit.

28L’objectif français, que le conseiller financier tente d’atteindre, apparaît alors triple. L’idée reste sans doute de réduire le volume de la circulation fiduciaire. Mais, comme l’écrit Bloch-Lainé, son application permet aussi de « démontrer unilatéralement notre autorité monétaire, comme si elle eût été vraiment fédérale ». Parallèlement, précise-t-il, et il s’agit peut-être de l’essentiel, il fallait « assécher les caisses japonaises et Viêt-minh : c’était là son but essentiel, il a été atteint ». Sans doute se berce-t-il en l’occurrence d’illusions : « La décomposition [du Viêt-minh] est due principalement à ses difficultés financières », assure-t-il28. On sait ce qu’il advint. Pour l’heure, on se souviendra longtemps dans les maquis de cette affaire des billets de 500 piastres, présentée par la propagande adverse comme la plus ignominieuse des perfidies…

  • 29 Ibid.

29Le nom de François Bloch-Lainé reste enfin attaché à la fixation du taux de la piastre, elle-même définie par une parité fixe par rapport au franc. Par décret du 25 décembre 1945, signé par le général de Gaulle, la valeur de la monnaie indochinoise est établie à 17 francs – elle valait jusqu’alors 10 francs. Le conseiller financier se trouve alors à Paris, où il est venu rendre compte de la situation en Indochine, et assume la décision, parlant notamment de la « solution d’attente que j’ai fait adopter »29.

  • 30 Indication de François Bloch-Lainé, ibid.
  • 31 Cité par M. Meuleau, Des pionniers…, op. cit.
  • 32 François Bloch-Lainé, « Note pour M. René Pleven », ultérieure mais non datée (sans doute 1950). R (...)
  • 33 Loi du 31 mars 1931.
  • 34 Lettre du 20 août 1946, SAEF, fonds Trésor, B 43918.

30Cette « solution d’attente » va définir pendant près de huit ans le taux de la piastre et permettre ce qui sera connu comme le « trafic » du même nom. Compte tenu de la suite des événements, il faut bien sûr s’interroger sur les raisons d’une piastre aussi surévaluée. Bloch-Lainé se défend d’une quelconque manipulation et en appelle à la complexité de la situation d’alors. Personne, explique-t-il en substance, ne sait, sur le moment, évaluer la monnaie indochinoise. Pour les Britanniques, qui occupaient le Sud et étaient intéressés à un taux de change avantageux, « la piastre valait six fois moins en 1945 qu’en 1939 »30. La Banque de l’Indochine, tout de même banque d’émission, n’était guère plus précise : le directeur de la succursale de Saigon, Paul Gannay, considère que la piastre ne valait alors que le tiers de sa valeur de 193931. « En vérité, conclut-il, la piastre n’avait pas de valeur à cette époque […]. La piastre, techniquement, ne vaut rien32. » Il y a, bien sûr, une part de volontarisme dans cette affaire. La couverture de la monnaie indochinoise posait en effet de sérieux problèmes à la France. La loi de 1931, qui avait reconduit pour vingt-cinq ans le privilège de la Banque de l’Indochine, stipulait que, dans sa zone d’action, la circulation fiduciaire devait être couverte pour un tiers au moins par une encaisse en or ou en devises convertibles33 : on est très loin du compte à la Libération. Les données fournies à la direction du Trésor par la Banque de l’Indochine en août 1946 indiquent que « la couverture de la circulation indochinoise ne comporte plus d’avoirs disponibles qu’à concurrence de 9,14 % et est constituée par des créances sur les autorités françaises indochinoises ou métropolitaines à concurrence de 89,81 % »34.

  • 35 F. Bloch-Lainé, « Note pour M. René Pleven », op. cit.

31François Bloch-Lainé indique que, à la fin de décembre 1945, alors qu’il séjourne brièvement à Paris, le gouvernement est en train de fixer les parités coloniales et que, d’une certaine façon, la piastre se trouve ainsi alignée sur les autres. Aux termes de ces décisions, le franc CFA vaut en effet 1,7 franc et la piastre 17 francs… Il est cependant permis de se demander si la fixation du taux de la piastre indochinoise – à 17 francs donc, au lieu de 10 précédemment – n’est pas à mettre également en relation avec la démonétisation du plus gros billet en circulation en 1945, celui de 500 piastres. Sa démonétisation date du 17 novembre et l’établissement de la nouvelle parité de la piastre ne suit que de cinq semaines. Peut-être la piastre à 17 francs a-t-elle ainsi été conçue pour offrir une compensation à certaines victimes de la démonétisation du billet de 500 piastres, ou comme une prime à ceux qui en disposaient officiellement – on pense bien sûr à la Banque de l’Indochine. Bloch-Lainé y fera allusion dans une note postérieure à René Pleven : « La réduction de la circulation qui vient d’être opérée par voie d’autorité en Indochine justifie une semblable faveur ; elle fera mieux comprendre à ceux qui l’ont subie les avantages de l’assainissement qu’elle a permis de réaliser35. »

  • 36 Ibid.

32Il paraît donc s’agir au départ d’une mesure de circonstance. À son retour en France, en mars 1946, Bloch-Lainé suggère d’ailleurs d’y revenir assez vite : « Dans trois ou quatre mois, précise-t-il, il faudra estimer la piastre par rapport à la roupie et au dollar US, puis en tirer les conséquences par rapport au franc. » L’ennui est que l’évolution de la situation en décidera autrement et que le provisoire va durer sept ans, jusqu’à la dévaluation du 11 mai 1953, ramenant la piastre à 10 francs. Comme il l’écrira au président du Conseil en 1950 : « Il est évident que si j’avais pu prévoir que l’inflation locale, provoquée par la poursuite de la guerre sur le territoire indochinois, annulerait en peu de temps et effacerait jusqu’au souvenir de la réduction de la masse monétaire effectuée sur ma proposition par le haut-commissaire, je n’aurais même pas songé à préconiser pour la piastre un sort différent de celui du franc métropolitain36. »

  • 37 Idem, note pour le ministre « sur la valeur de la piastre indochinoise », 8 juillet 1947, SAEF, fo (...)

33Devenu directeur du Trésor, François Bloch-Lainé aura souvent l’occasion d’y revenir, en particulier en 1949 et 1950, alors que le débat est aigu à Paris sur la question. À chaque fois, les mêmes arguments se trouvent énoncés en faveur ou défaveur de la mesure. L’intérêt financier d’une dévaluation – réduire les dépenses militaires de la France en Indochine, bon an, mal an une moitié des crédits militaires – serait gommé par ses effets pervers, inflationnistes en particulier. D’une certaine façon, Bloch-Lainé avait lui-même fixé la doctrine en 1947. Dans une note au ministre des Finances, il jugeait une telle dévaluation « dangereuse et inopportune » : elle entraînerait mécaniquement une hausse des prix, notamment sur les produits importés, qui rendrait elle-même caduc l’effort de stabilisation réalisé en Indochine, sans pour autant favoriser les exportations, compte tenu du caractère indigent de ces dernières37. Si, par la suite, il jugera la dévaluation souhaitable, ce ne pourrait toujours être qu’accompagnée de conditions telles qu’elle apparaîtrait quasiment impossible.

34Curieusement, le changement de parité de la piastre indochinoise n’interviendra qu’après son départ de la direction du Trésor. René Mayer, président du Conseil à un moment décisif de la conduite et du financement de la guerre d’Indochine, et qui a lui-même été ministre des Finances, l’imposera le 11 mai 1953. Le contexte est alors celui d’une demande d’aide financière aux États-Unis à un niveau jamais imaginé jusqu’alors et d’une refonte quasi complète de l’outil décisionnel en Indochine. Pour cette dévaluation décidée secrètement, avec le lointain successeur de François Bloch-Lainé comme conseiller financier à Saigon, André Valls, et contre l’avis du ministre d’État chargé des relations avec les États associés, Jean Letourneau, également haut-commissaire de France en Indochine – donc « patron » de la guerre –, Mayer préconisait une dévaluation de 50 %. Celle-ci ne sera, si l’on peut dire, que de 40 %…

35Durant cette période essentielle pour l’Indochine, François Bloch-Lainé a donc mené sur place, en quelques mois, une action décisive et relativement durable, parfois à son corps défendant. Mais la souveraineté française n’aura pas été rétablie pour longtemps sur place : le socle des services rétablis par Bloch-Lainé sera constamment renégocié par la suite.

36Accessoirement, ce dernier aura inauguré une tradition d’indépendance des représentants du ministère des Finances auprès du haut-commissaire français à Saigon. Les conseillers financiers, François Bloch-Lainé d’abord, puis André Valls dans les années 1950, sont souvent apparus comme apportant une certaine modernité dans des structures marquées par les pesanteurs coloniales. S’ils ne sont pas nécessairement favorables à la décolonisation, telle du moins qu’elle se produira, ils manifestent une vraie volonté de transfert de pouvoirs aux responsables nationaux – vietnamiens en l’espèce – et une vraie méfiance envers les lobbies coloniaux, en particulier celui de la Banque de l’Indochine. Les hauts-commissaires leur reprochent ainsi souvent – sans doute à juste titre – leurs correspondances directes avec la Rue de Rivoli, sans passer toujours par la « voie hiérarchique ». L’autonomie de ces agents, officiellement rattachés au haut-commissaire, dérange parfois. Leur pouvoir reste cependant limité, lié à des décisions politiques sur lesquelles ils n’ont pas forcément prise.

37Après un bref séjour à Washington et dans le cabinet de Robert Schuman, François Bloch-Lainé retourne aux Finances, où, comme on vient de l’évoquer, dans les fonctions de directeur du Trésor, exercées jusqu’en 1953, il aura à assurer – ou du moins à suivre – le financement de la guerre coloniale. On lui doit à ce titre quelques notes particulièrement pertinentes sur les relations financières entre la France et l’Indochine. Sur la question de la valeur de la piastre, on le sait, même s’il ne récusait pas l’idée que ce « serpent de mer » empoisonnait l’atmosphère, il répond invariablement – dans ses notes de 1947 ou 1950 – qu’il y avait désormais autant d’inconvénients (inflation locale) que d’avantages (coût des dépenses militaires) à dévaluer. En fait, la question lui échappe partiellement.

38Il est vrai que les transferts financiers d’Indochine vers la France, rendus juteux par la piastre à 17 francs, arrangeaient beaucoup de monde et faisaient partie du quotidien de la gestion du conflit. Ceux-ci facilitaient en particulier les dépenses militaires françaises réalisées sur le théâtre, mais il s’agit bien sûr d’une autre question. La guerre d’Indochine n’était pas formellement commencée quand François Bloch-Lainé regagna la France.

Notes

1 François Bloch-Lainé nous avait personnellement accordé un entretien sur cette période, au cours duquel il nous avait transmis son rapport de fin de mission (1er mars 1946, 30 p.). Trois rapports au ministre des Finances et des correspondances diverses sont également présents dans les fonds des Archives économiques et financières (SAEF), ainsi qu’au Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Ce dernier conserve également un long entretien oral et sa retranscription, dont quelques pages concernent l’Indochine.

2 Le Comité de l’Indochine a été constitué par décret du 21 février 1945.

3 Ordonnance du 28 avril 1945, signée par le général de Gaulle, SAEF, fonds Trésor, B 33539.

4 Entretien oral, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

5 Pressé par l’ambassadeur du Japon au Vietnam, l’empereur Bao Dai en a proclamé l’indépendance au lendemain du coup de force du 9 mars.

6 Futur président de la BNP.

7 Monnaie d’argent faisant référence dans l’Europe germanique jusqu’au xixe siècle. Remplacé par le mark, il a continué d’être frappé sous ce nom pour le commerce avec l’Afrique de l’Est et le Levant. Son nom est à l’origine du mot « dollar ».

8 Lettre du général Juin, chef d’état-major de la Défense nationale, au ministre de la Guerre, 13 juillet 1945, SAEF, fonds Trésor, B 33539.

9 Rapport no 2 de François Bloch-Lainé au ministre des Finances, Chandernagor, 24 octobre 1945, CAOM, Indo/NF/1368.

10 Capitale de la province chinoise du Yunnan, frontalière du Vietnam et de la Birmanie.

11 Rapport no 2 cité.

12 Cf. François Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, Le Seuil, Paris, 1976, cité dans Leclerc et l’Indochine 1945-1947, Albin Michel, Paris, 1992, p. 370.

13 Entretien oral, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

14 François Bloch-Lainé, rapport de fin de mission, 1er mars 1946.

15 Ibid.

16 Alfred McCoy, The Politics of Heroin in Southeast Asia, Harper and Row, New York, 1972.

17 F. Bloch-Lainé, rapport de fin de mission, op. cit.

18 Ordonnance fédérale du 12 juin 1946.

19 F. Bloch-Lainé, rapport de fin de mission, op. cit.

20 La Banque de l’Indochine, dont la succursale reste fixée à Saigon, y a été fondée en 1875.

21 L’Institut d’émission des États associés ne verra officiellement le jour qu’en 1952, sous la présidence de Gaston Cusin, commissaire de la République lors de la Libération à Bordeaux, quand la Banque de l’Indochine donne asile à quelques transfuges de la Collaboration.

22 F. Bloch-Lainé, rapport de fin de mission, op. cit.

23 Une piastre équivaut alors à 10 francs.

24 Étant donné le taux de change, à 10 francs la piastre, ces grosses coupures avaient un peu le même statut que les billets de 100 et, surtout, de 500 euros.

25 Marc Meuleau, Des pionniers en Extrême-Orient. Histoire de la Banque d’Indochine, 1875-1975, Fayard, Paris, 1990.

26 Hugues Tertrais, La Piastre et le Fusil. Le coût de la guerre d’Indochine, 1945-1954, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 2002.

27 Photographie des négociateurs – une douzaine – in Jean Sainteny, Histoire d’une paix manquée, Amiot-Dumont, Paris, 1953.

28 F. Bloch-Lainé, rapport de fin de mission, op. cit.

29 Ibid.

30 Indication de François Bloch-Lainé, ibid.

31 Cité par M. Meuleau, Des pionniers…, op. cit.

32 François Bloch-Lainé, « Note pour M. René Pleven », ultérieure mais non datée (sans doute 1950). René Pleven est alors président du Conseil et réfléchit à une décision sur le taux de la piastre ; François Bloch-Lainé est pour sa part directeur du Trésor (SAEF, fonds Trésor, B 43919).

33 Loi du 31 mars 1931.

34 Lettre du 20 août 1946, SAEF, fonds Trésor, B 43918.

35 F. Bloch-Lainé, « Note pour M. René Pleven », op. cit.

36 Ibid.

37 Idem, note pour le ministre « sur la valeur de la piastre indochinoise », 8 juillet 1947, SAEF, fonds Trésor, B 43919.

Auteur

Maître de conférence à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne. Il a publié notamment : La piastre et le fusil. Le coût de la guerre d’Indochine, 1945-1954, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2002 ; en collaboration avec Pierre Journaud, Paroles de Dien Bien Phu. Les survivants témoignent, Tallandier, 2004 ; en collaboration avec Pierre Journaud, 1954-2004 : la bataille de Dien Bien Phu entre histoire et mémoire, Société française d’histoire d’outre-mer, 2004 ; Atlas des guerres d’Indochine 1940-1990, Autrement, 2004.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search