Version classiqueVersion mobile

François Bloch-Lainé, fonctionnaire, financier, citoyen

 | 
Michel Margairaz

François Bloch-Lainé, un fonctionnaire résistant

Alya Aglan

Texte intégral

  • 1 Cf. François Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, Le Seuil, Paris, 1976, p. 65.

1« Je ne me range pas parmi les résistants de choc. Bien qu’inscrit d’office, en 1944, à l’Amicale-Action et médaillé, je n’ai jamais été actif dans une association d’anciens résistants », écrit dans les années 1970, avec lucidité, François Bloch-Lainé dans Profession fonctionnaire1. À aucun moment il n’évoque la période de l’Occupation ou de la Résistance d’une manière exaltée ou nostalgique, contrairement à beaucoup de résistants pour lesquels l’aventure du combat clandestin demeure une expérience clé de leur vie. Lorsqu’il fait état de ses souvenirs de résistance, François Bloch-Lainé conserve toujours un ton mesuré, presque distant, comme s’il voulait signifier que cela n’a jamais été la grande affaire de son existence, même s’il apparaît a posteriori évident qu’il s’agit d’un point de rupture biographique, qu’il souligne, de manière laconique, dans Ce que je crois : « Mon histoire n’est significative qu’après 1944. » Cette assertion se trouve immédiatement suivie d’un bref récit de la période antérieure où il présente sa participation à la Résistance comme étant le résultat d’un simple enchaînement d’événements dont il ne maîtrise pas le cours et où la volonté n’intervient pas :

  • 2 Cf. François Bloch-Lainé, Ce que je crois, Grasset, Paris, 1995, p. 17-18.

« Durant les huit années précédentes, j’ai fait d’abord joyeusement “tournée” à l’Inspection des finances. Puis j’ai subi dans l’infanterie l’épreuve de la défaite, avant d’échapper à une courte captivité. Ensuite, sous l’Occupation, demi-juif non exclu, j’ai accompli à la direction du Trésor, en milieu protégé, des travaux pour le progrès de la Comptabilité publique, jusqu’à devenir clandestin, pour cause d’activités subversives. Dans la Résistance – était-ce un signe de ma constante destinée ? – c’est, en quelque sorte, une tâche de fonctionnaire qui m’a été confiée par Alexandre Parodi, délégué général de la France libre en France asservie : le financement de l’ensemble de l’action souterraine, suivant des règles aussi proches que possible de celles du plein jour. Après quoi, ayant rendu compte et fait liquider les opérations Rue de Rivoli, dès la libération de Paris, je n’ai pris aucune part aux activités politiques des combattants de la veille2. »

2Cette extrême retenue manifestée à l’endroit de la geste résistante indique déjà que, pour François Bloch-Lainé, le terme d’« engagement », habituellement utilisé pour exprimer le choix d’entrer en opposition avec les pouvoirs en place ou de s’élever contre un état de fait (l’Occupation), doit être manié avec précaution, tant il a du mal à situer lui-même la ligne de fracture où interviennent l’indignation, la révolte, puis la décision de transgresser l’ordre établi, pour s’impliquer dans une lutte illégale pour des valeurs dont la portée se veut universelle. La résistance de François Bloch-Lainé ne se revendique pas en termes d’engagement, mais en termes de devoir ou de service rendu à l’État clandestin, sans rupture majeure, semble-t-il, avec le travail accompli antérieurement ou ultérieurement à la période considérée.

  • 3 Cf. Pierre Laborie, « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnemen (...)
  • 4 Jean Moulin est le premier délégué général nommé par les instructions du 24 décembre 1941. La Délé (...)

3Être résistant signifie, au sens premier, s’engager dans la lutte offensive contre l’occupant3. S’il est désormais acquis qu’une forme de résistance en vaut une autre, dans la mesure où ce phénomène multiforme embrasse, dans le temps comme dans ses modalités d’expression, une grande diversité de comportements dont les effets se cumulent en se complétant, elle ne saurait être, à aucun moment, appréhendée en termes d’évaluation individuelle pour ceux qui y participèrent d’une manière ou d’une autre. Il s’agit plutôt ici de s’interroger sur les contours objectifs de l’activité résistante de François Bloch-Lainé, pour tenter de qualifier cette résistance par rapport aux parcours antérieurs et ultérieurs du fonctionnaire qu’il dit être en priorité, afin de dégager le profil particulier du fonctionnaire résistant, catégorie qui semble se distinguer des autres formes d’action empruntées par les mouvements clandestins. De toute manière, les sources disponibles sont trop rares pour permettre un examen plus approfondi de la résistance de François Bloch-Lainé avant le début de ses activités auprès de la Délégation générale4, qu’il date lui-même du 15 mai 1944.

I. AU SERVICE DE LA DÉLÉGATION GÉNÉRALE OU LA RÉSISTANCE GOUVERNEMENTALE

  • 5 Cf. Témoignage de René Courtin, dit « Bérard », vu par Mlle Patrimonio, 27 mai 1946, Arch. nat., 7 (...)
  • 6 Cf. Diane de Bellescize, Le Comité général d’études de la Résistance, thèse de doctorat, universit (...)
  • 7 « Pendant les derniers mois de la guerre, la Délégation générale va revêtir un aspect vraiment gou (...)
  • 8 Cf. Emmanuel Mönick, Pour mémoire, Paris, Mesnil, 1970.
  • 9 Cf. F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, op. cit., p. 60.

4La résistance de François Bloch-Lainé est attestée par quelques témoignages, réunis après la guerre, comme ceux de René Courtin devant le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale5. Chargé des questions économiques, celui-ci participe aux travaux du Comité général d’études6 (CGE) à partir du mois de décembre 1942. Après la nomination d’Alexandre Parodi comme délégué général7, Courtin, nommé secrétaire général à l’Économie, entre en relation avec Emmanuel Mönick8 par l’intermédiaire de Michel Debré et d’Alexandre Parodi. Désireux de séparer les questions économiques des problèmes financiers, René Courtin crée, pendant l’hiver 1943, une commission officieuse d’études financières où figurent de nombreux hauts fonctionnaires de l’Inspection des finances, tels Emmanuel Mönick, inspecteur général des Finances, Pierre Calvet, sous-directeur au Trésor, Henry Bizot, directeur du Comptoir national d’escompte, Jacques Berthoud, directeur du Crédit commercial, Claude Gruson, Jean Maxime-Robert, de la Banque de l’Indochine, Roger Belin, contrôleur général de la Banque de France, et François Bloch-Lainé. Les filières de recrutement sont corporatistes, professionnelles et amicales. « On m’a demandé, en 1943, de faire, pour la subversion, des choses très semblables à celles de mon métier régulier9 », dit François Bloch-Lainé, avant d’ajouter :

  • 10 Ibid.

« On n’échappe pas à sa spécialité, non plus qu’à sa glèbe. Ma glèbe à moi, c’est toujours le macadam. Pas de maquis campagnards dans mon aventure, que d’autres ont connus, même dans les environs de Paris. Ma fonction m’attachait à l’asphalte, à pied ou à bicyclette, de rendez-vous en rendez-vous, portant des colis scabreux, discutant dans la rue avec des "dépensiers", comme de derrière un guichet, prenant des notes, tenant les comptes dans la marge de pages de romans10. »

  • 11 Création du CFLN le 3 juin 1943 à Alger, sous la coprésidence des généraux Giraud et de Gaulle.

5Soulignant la continuité entre ses fonctions des temps de paix (inspecteur des Finances) et celles qu’il exerce en temps de guerre, François Bloch-Lainé ne conçoit pas ses activités résistantes dans une rupture avec le service de l’État auquel il s’était voué avant la guerre. Cette continuité technique garantit ainsi, à ses propres yeux, la qualité du service rendu au Comité français de la Libération nationale11.

  • 12 « Il s’agit d’une des opérations les plus originales et les moins connues de la Résistance. Pour e (...)
  • 13 Rapport au ministre, 1er août 1946, François Bloch-Lainé, archives du Comité pour l’histoire écono (...)
  • 14 « Au début de l’année 1944, témoigne Michel Debré, Bingen mit sur pied un comité dont je laissai l (...)
  • 15 Un câble confidentiel du 8 janvier à la Délégation (XCX à Jacquier (Michel Debré), reçu le 19), re (...)
  • 16 Rapport au ministre, 1er août 1946, François Bloch-Lainé, archives du Comité pour l’histoire écono (...)

6François Bloch-Lainé se trouve chargé par Alexandre Parodi, nommé délégué général du Comité français de la Libération nationale en France le 10 mars 1944, de tenir les comptes de la Délégation générale de zone nord. « Sous l’autorité de M. Parodi, précise le rapport que François Bloch-Lainé remet au ministre le 1er août 1946, j’avais la charge, dans la clandestinité, des comptes du service financier de la Résistance12. » « Je ne tenais personnellement que ceux de la Délégation générale de zone nord depuis le 15 mai 1944. Après la Libération, j’ai continué de gérer les fonds qui me restaient sous l’autorité des ministres des Finances MM. Lepercq et Pleven13. » L’activité de François Bloch-Lainé, dont le pseudonyme est « Bally », se situe dans le cadre du COFI14, créé au début de l’année 1944 et dont la tâche essentielle est de soutenir les efforts financiers du BCRA15. L’objectif clairement désigné consiste à « parer à l’insuffisance du financement de la Résistance par parachutage »16. Nerf de la guerre, l’argent liquide fait cruellement défaut aux organisations de résistance intérieure.

  • 17 Loc. cit.

« Sa mission fut de rechercher les ressources financières en vue de constituer un "Trésor de guerre" devant être réparti sur le territoire […]. À cet effet, le COFI négocia auprès de certaines banques, d’établissements ou de particuliers des chèques tirés sur la Banque de l’Algérie et émis sous la signature de "Bossuet" (M. Debray). Par la suite, il disposa de nouveaux moyens de financement : bons du Trésor à un an et chèques signés par le trésorier général de l’Algérie17. »

7Les sommes collectées sont redistribuées de la manière suivante :

  • 18 Loc. cit.

« a) Délégué général, délégué zone nord et secrétariat à la Délégation générale (Cerat [Alexandre Parodi], Oronte [Roland Pré] et Deman [Chevrier]). b) Délégué militaire national (Chaban). c) Mouvements et partis par l’intermédiaire d’un distributeur central (Pierlot [Morandat]) […]. d) COSOR [Comité des œuvres sociales de la Résistance] et CMR [Comité médical de la Résistance]. e) Services politiques : secrétaires généraux, commissaires de la République, noyautage des administrations publiques, etc., dont les opérations financières étaient pour la plupart centralisées par Hervé [Michel de Boissieu]18. »

8Début 1944, René Courtin se trouve donc chargé par Alexandre Parodi, après approbation de Georges Bidault, de constituer ce Comité financier qui collecte et centralise les fonds, placé sous la direction d’André Debray.

  • 19 Cf. D. de Bellescize, Le Comité général…, op. cit., t. I, p. 392.

« Parallèlement à la collecte des fonds, explique Diane de Bellescize, il paraît nécessaire de mettre de l’ordre dans l’ensemble des opérations financières, de coordonner les envois de fonds et de les répartir : il s’agit essentiellement pour la Délégation d’avoir une vue d’ensemble – sinon une politique suivie – des besoins de la Résistance et des procédés de financement nécessaires à leur satisfaction. Les trois tâches principales poursuivies en ce sens ("contrôle du financement décentralisé, financement complémentaire, attributions de fonds aux organismes centraux") seront dévolues à un service financier dirigé et assumé par Bloch-Lainé seul, qui jouera, en quelque sorte, le rôle d’un ministre des Finances du délégué général19. »

  • 20 F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, op. cit., p. 63.
  • 21 Cf. René Courtin, De la clandestinité au pouvoir. Journal de la libération de Paris, Éd. de Paris, (...)

9L’intéressé se montre beaucoup plus modeste dans l’appréciation de son rôle : « On a pu voir, après coup, dit-il, que les fonds passés par mes mains ne constituaient qu’une faible partie de ceux venus par la voie des airs ou captés dans les caisses publiques20. » À la Libération, François Bloch-Lainé, René Courtin et Emmanuel Mönick prennent possession du ministère des Finances21. François Bloch-Lainé fait partie du Comité de libération du ministère, sous la présidence de Robert Lacoste, chargé de l’épuration administrative.

  • 22 Le 2 juin 1944 à Alger est décidé le changement d’appellation du CFLN, qui devient GPRF. Cf. J.-L. (...)
  • 23 Cf. François Bloch-Lainé et Claude Gruson, Hauts Fonctionnaires sous l’Occupation, Odile Jacob, Pa (...)

10La qualité des services rendus est en effet grandement appréciée par le gouvernement provisoire de la République22, puisque François Bloch-Lainé, inspecteur de deuxième classe le 6 février 1942, est promu le 19 août 1944 chef adjoint du cabinet du secrétaire général provisoire aux Finances (Emmanuel Mönick), puis le 13 octobre 1944 sous-directeur au ministère des Finances (direction du Trésor). La valeur du travail accompli est d’autant plus évidente que les capacités dans ce domaine sont précieuses à la Résistance, en raison de la défection massive des élites à l’endroit de la France libre depuis le début de la guerre. D’une certaine manière François Bloch-Lainé, en se mettant au service de la Résistance organisée – il semble en avoir lui-même conscience –, rachète la trop grande prudence d’une bonne partie de sa corporation qui, dans le meilleur des cas, prétend « assurer la continuité du service public, tout en étant en rupture de sentiment avec le gouvernement », selon la formule de Claude Gruson23.

II. DÉBUT 1941, UN REFUS SANS RUPTURE

  • 24 F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, op. cit., p. 55.

11Si dater les services effectifs rendus à la Résistance par François Bloch-Lainé ne présente pas de difficulté majeure, il se révèle beaucoup plus ardu de cerner le moment de la rupture transgressive ou du moins de la prise de distance par rapport à la légitimité incarnée par le gouvernement de Vichy. Il n’est aucunement question de travailler, de près ou de loin, pour les Allemands. Rentré de captivité à Paris le 15 août 1940, François Bloch-Lainé fait état, a posteriori, de ses sentiments ambivalents vis-à-vis du gouvernement en place : « La première impression était déconcertante : mes meilleures relations étaient au pouvoir. Jacques Barnaud, assisté de Charles Célier, m’accueillait à la Production industrielle, d’autant plus gentil avec moi qu’il devait oublier mon père, son ami […]. Au ministère de la rue de Grenelle, on m’a retenu comme si je n’avais rien à voir avec ceux qu’on allait exclure et livrer aux persécutions24. » Il raconte alors une anecdote qui préfigure son refus et son engagement futur :

« Bichelonne m’a fait préparer un grand recensement de l’industrie française, du type de ceux que je souhaitais réaliser, un an plus tôt, en constatant la carence de notre appareil statistique. Ce "pont à construire sur la rivière Kwaï" m’a d’abord séduit ; au point que je me suis passionné pour la rédaction du questionnaire, délicieuse évasion technicienne après le grand coup reçu sur la tête. Heureusement, j’ai posé à Bichelonne la question dont la réponse me semblait aller de soi : "L’enquête que nous faisons est officieuse. Le fichier que nous allons constituer, où le cacherons-nous ? – Que voulez-vous dire ? Ce recensement nous est demandé par les autorités d’Occupation. »

12La réaction de François Bloch-Lainé est sans appel :

  • 25 C’est nous qui soulignons. ibid., p. 55-56.

« Adieu, les amis ! À Jacques Barnaud j’ai expliqué poliment, de connivence avec le service de l’Inspection, que le ministère des Finances me réclamait et j’ai été offrir mes services à la Comptabilité publique pour des tâches sans lien avec l’événement25. »

13Il se réfugie dans les services de Jacques Brunet, alors directeur du Trésor, lieux qu’il qualifie de « havre administratif ».

14Devant ce refus de la logique de l’événement se pose clairement le problème de sa signification dans une perspective résistante : pourquoi ne pas sauter le pas plutôt que de chercher un abri administratif, comme si les tâches techniciennes pouvaient se trouver, en ces temps de guerre, coupées de l’événement, comme si l’administration dans son ensemble ne se retrouvait pas, à son corps défendant, indissolublement liée au régime de Vichy et à ses choix de juin-juillet 1940, régime qui, pour être légal, n’en était pas moins jugé illégitime par nombre de dissidents ? L’artifice qui consiste à séparer ainsi le technique du politique apparaît aujourd’hui peu convaincant. La résistance ne saurait en aucun cas être assimilée au seul sentiment de réprobation du régime en place, sauf si ce sentiment devient le préalable de l’action. En effet, la résistance, les historiens comme les témoins le soulignent avec force, aujourd’hui comme hier, est une action, si modeste soit-elle, un agir. La réaction de François Bloch-Lainé tarde à venir. Son refus de collusion avec l’occupant aurait dû, en toute logique, déboucher immédiatement sur une forme d’action plus positivement tournée contre l’occupant et/ou contre le régime de Vichy.

III. UN ENGAGEMENT TARDIF

15Pour François Bloch Lainé lui-même, la question se pose plusieurs décennies plus tard : pourquoi un engagement si long à venir ? En effet, à quelques semaines du débarquement allié en Normandie, l’issue du conflit devenant de moins en moins incertaine, l’entrée active en résistance peut paraître problématique. Seule sa participation aux services financiers de la Délégation générale est attestée par la documentation disponible. Cela signifie, en termes prosaïques, que seule cette partie de son activité résistante a été homologuée après la guerre, c’est-à-dire reconnue par l’administration française. Son dossier militaire, conservé au service historique de l’Armée de terre, porte mention d’une affiliation au « réseau » Délégation générale, à partir du 1er mars 1944. À partir de cette date jusqu’au 30 septembre 1944, il est considéré comme agent P2, c’est-à-dire agent permanent, à temps plein (clandestin), de la Résistance, assimilé, d’un point de vue administratif, à un engagement dans l’Armée. Antérieurement au 1er mars 1944, François Bloch-Lainé n’a pas fait valoir d’activité résistante, de quelque nature que ce soit, même à temps partiel, comme les agents P1, ou occasionnelle, comme les agents P0.

16François Bloch-Lainé résume d’ailleurs en 1976 avec modestie son activité concernant la période de la manière suivante :

  • 26 François Bloch-Lainé dit avoir, par l’intermédiaire de René Courtin, « quelques échos des travaux (...)
  • 27 F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, op. cit., p. 59.

« Je m’étais affilié, en second, en troisième rang, à des réseaux de renseignements. Puis j’ai bénéficié des invites de clandestins de qualité, de hauts fonctionnaires et de professeurs ayant de très bonnes références. Pour finir, via René Courtin, je me suis mis aux ordres d’Alexandre Parodi. Avant cela, je participais à un groupe de travail branché sur le Comité général d’études26 et je rencontrais, dans la chasse aux fonds, Michel Debré, Jacques Delmas (pas encore Chaban), Félix Gaillard, d’autres encore. Du beau monde, vous voyez. J’ai donc été gâté27. »

17Cette affiliation à des réseaux, dont il ne précise pas les noms, demeure invérifiable dans la mesure où lui-même n’en réclame pas l’homologation après la guerre. François Bloch-Lainé a-t-il lui-même estimé dérisoire cette participation ? Ou bien ne s’agissait-il que de contacts préalables, qu’il n’a pas jugé utile de revendiquer par la suite ? La question reste posée. La manière très allusive dont il la traite lui-même incite à penser qu’il n’est point utile de s’y appesantir.

  • 28 Idem et Claude Gruson, Hauts Fonctionnaires…, op. cit., p. 171.

18Dans ses entretiens avec Claude Gruson, publiés en 1996, François Bloch-Lainé précise les conditions de son entrée dans la Résistance. « C’est grâce à toi que j’ai eu des contacts avec des résistants importants qui m’ont fait faire des choses intéressantes pendant le premier semestre 1944. Tu connaissais René Courtin28. » C’est bien à cette date que, du point de vue de François Bloch-Lainé, les choses sérieuses commencent, même s’il y eut des contacts et des renseignements, donnés à l’aveugle, antérieurement à cette date. Avait-il enfin trouvé les contacts utiles à une action efficace et coordonnée après les premiers tâtonnements inhérents à toute forme d’action clandestine débutante ? Ou bien – cela paraît plus vraisemblable – ses fonctions auprès des services financiers de la Délégation générale lui ont-elles enfin apporté la satisfaction de tâches à accomplir, à la mesure de ses compétences et de ses aspirations, à servir l’administration d’un État à reconstruire ?

IV. LES JUSTIFICATIONS POSTÉRIEURES

  • 29 Op. cit., p. 14.
  • 30 « Nous n’avons pas renoncé, au début du régime, à mener une vie professionnelle relativement activ (...)
  • 31 Op. cit., p. 22.
  • 32 Op. cit.
  • 33 Op. cit., p. 26.
  • 34 « Membre de la fonction publique, dit Claude Gruson, j’avais une place dans le monde que je ne pou (...)

19Plusieurs éléments viennent expliquer la prudence avec laquelle semble s’effectuer l’engagement de François Bloch-Lainé dans la Résistance active. De ses entretiens avec Claude Gruson émergent des séries d’arguments dont aucun, à lui seul, ne parvient à apporter une compréhension complète. Mais ils permettent d’appréhender globalement l’état d’esprit dans lequel évoluent les protagonistes. Le premier argument, avancé par François Bloch-Lainé et son ami Claude Gruson, tient à des préoccupations d’ordre familial : « Tout jeunes mariés, au début de la guerre, nous ne souhaitions pas quitter nos familles29. » S’y mêle, pour ces deux jeunes inspecteurs des Finances de la promotion de 1936, la volonté de « mener une vie professionnelle relativement active »30. Quitter la fonction publique métropolitaine leur paraît alors difficilement envisageable : « Ni l’un ni l’autre, à ce moment-là, nous ne nous sommes posé la question de savoir si nous quitterions la fonction publique métropolitaine31. » Les autres arguments relèvent d’un manque de discernement avoué, concernant les implications d’une présence au sein de l’administration d’un gouvernement bafouant ostensiblement l’État de droit. Pour François Bloch-Lainé, la situation se complique de la question de ses origines : « Je savais, dit-il, qu’avec le nom que je portais j’avais à prendre des précautions particulières et devais m’attendre à des épreuves32. » Il pose alors la question primordiale : « Avec les idées fondamentales que nous avions, que nous n’aurions pas dû cesser d’avoir, pouvions-nous, devions-nous être plus immédiatement allergiques à l’enterrement de la démocratie, à la restauration de l’ordre moral, à la revanche du cléricalisme, etc.33 ? », avant d’avouer, avec une grande honnêteté intellectuelle : « Nous ne nous posions pas de questions parce que nous étions de jeunes fonctionnaires, attachés à un corps34. »

  • 35 Il s’agit de la direction du Mouvement général des fonds, devenue direction du Trésor en 1940. Op. (...)
  • 36 Op. cit., p. 45.

20Cet esprit de corps auquel se mêle une fierté certaine (liée à l’assurance de disposer de compétences déterminées), cet attachement à la « maison mère »35 – sorte de petite patrie – constituent sans doute un élément de compréhension déterminant pour expliquer la relative inertie, en termes de résistance, des débuts de l’Occupation. « Je restais, comme nous tous, à mon poste, dit François Bloch-Lainé. La France était occupée. Il fallait l’administrer pour lui faire traverser cette passe très dure le moins mal possible36. » Ce choix de la présence ou de la politique du moindre mal, partagé par une majorité de fonctionnaires, s’accompagne, dans certains cas, du souci de peser sur le cours des choses au lieu de le subir. Mais il n’entre pas nécessairement dans ce choix, ou dans ce non-choix, des options politiques ou idéologiques précises. En 1940, François Bloch-Lainé et Claude Gruson, l’un comme l’autre, avouent n’avoir pas eu la culture politique nécessaire au décryptage de la situation et insistent sur l’indétermination de leur conscience :

  • 37 Op. cit., p. 49.

« À la veille de la guerre, dit François Bloch-Lainé, je n’affichais pas de parti pris déclaré. Pas plus sur la non-intervention en Espagne et sur le lâchage de Munich que sur les tendances exerçant le pouvoir. Je n’avais donc pas cultivé des convictions propres à me mettre en éveil, dès l’institution de l’État maréchaliste, au point de faire de moi un irrédentiste total37. »

  • 38 Op. cit., p. 24.
  • 39 Op. cit., p. 50.

21Ne pas prendre parti sur le fond et se replier sur des tâches techniques – « grâce à cette chance [chargé de mission auprès de Brunet], j’étais ainsi dans une tâche qui ne me posait pas de question »38, explique François Bloch-Lainé –, telle est la première réaction d’un jeune inspecteur des Finances qui perçoit peu à peu « le fait qu’il [l’État] ait changé de nature dès le lendemain du vote du Parlement [10 juillet 1940], que sa légalité n’ait plus suffi à sa légitimité »39. Le lien solidaire envers l’administration, qu’il s’agit de continuer à servir, comme si elle évoluait dans une sorte d’autonomie absolue, à la fois par rapport au pouvoir politique et par rapport à la société civile, constitue sans doute le point fort de l’ensemble des motivations qui poussèrent la majorité des fonctionnaires à rester en place.

  • 40 Op. cit., p. 61.
  • 41 Op. cit.
  • 42 Op. cit., p. 73.

22François Bloch-Lainé, de son propre aveu, constate néanmoins une certaine séduction exercée par les méthodes nouvelles du régime de Vichy sur les élites techniciennes : « Nous avons trouvé normal que les techniciens aient un rôle plus important par rapport aux élus. Nous avons trouvé normal que l’on ait, comme on aurait dû l’avoir avant [sic], une action positive dans la conduite de l’économie40. » La complaisance envers le caractère technocratique du régime est sans ambiguïté, du moins pour ses débuts ou pour certains aspects de ce nouveau pouvoir, en particulier la politique de la jeunesse, le redressement moral : « Il paraissait aussi normal, dit-il en 1996, après ce désastre, ce grand coup sur la tête, de se soucier de la jeunesse et d’un certain redressement moral41. » L’adhésion à certaines valeurs vichyssoises permet de comprendre le long aveuglement dans lequel s’installe une grande partie des fonctionnaires, fiers de leurs compétences techniques. Cela constitue sans aucun doute un puissant frein à l’entrée immédiate en résistance, puisque la frontière de l’insupportable, du « rédhibitoire », pour reprendre le terme utilisé par François Bloch-Lainé, ne semble pas encore atteinte. « Si, d’une manière générale, le corps administratif français a été aussi insensible à l’arrêt de la démocratie, c’est que, antérieurement, sa préoccupation dominante était celle de l’efficacité », affirme François Bloch-Lainé, avant d’ajouter : « […] un homme comme Parodi avait une religion de la démocratie »42.

  • 43 Op. cit., p. 83.
  • 44 Op. cit., p. 94-95. Brunet « avait pour fonction de payer les frais d’Occupation, témoigne Françoi (...)
  • 45 Op. cit., p. 109.

23De manière plus générale, la résistance de François Bloch-Lainé fait apparaître une grande différence de critères de choix et de motifs de détermination entre les élites, en particulier les financiers publics, et les autres catégories de résistants. L’attitude de référence, honorable, à laquelle tout fonctionnaire aurait dû, selon eux, se conformer, déclarent Claude Gruson et François Bloch-Lainé cinquante ans plus tard, aurait consisté à se tenir à égale distance de Vichy et de la dissidence gaulliste, afin de « préserver dans la tourmente »43 l’appareil administratif en état de fonctionnement. C’est ainsi qu’ils reconnaissent en Jacques Brunet le modèle de comportement du haut fonctionnaire financier sous Vichy. « Brunet donne la preuve qu’il a été possible d’assurer la continuité du service public sans se déshonorer », soutient François Bloch-Lainé, avant d’ajouter, un peu plus loin : « Brunet peut être considéré comme un exemple de bonne conduite », sa fonction étant « purement technique »44. Ce modèle – compris comme norme effective ou idéale – ne se situe donc pas du côté de la dissidence, mettant pour le coup réellement hors norme les comportements d’Alphand ou de Diethelm, de Pineau ou de Lacoste, également fonctionnaires. Continuer sa tâche en évitant le déshonneur, tel semble être, pour François Bloch-Lainé et Claude Gruson, l’attitude conforme des hauts fonctionnaires sous Vichy. « Certes, pour tenir en place, concède François Bloch-Lainé, il fallait ne pas s’indigner de ce qui se faisait d’odieux à côté de soi45. » La limite entre responsabilités politiques et responsabilités administratives, lorsqu’il s’agit de fonctionnaires de haut niveau, apparaît aujourd’hui bien ténue, si bien que la distinction opérée par François Bloch-Lainé entre ces deux types d’emplois demeure difficile à accréditer.

  • 46 Op. cit., p. 130.
  • 47 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée…, op. cit., p. 71.

24Enfin, force est de constater que l’esprit que l’on retrouve dans la Résistance active est totalement absent des pages que François Bloch-Lainé consacre à cette expérience. Les raisons habituellement mises en avant pour justifier l’engagement des résistants – défense de la patrie, lutte antifasciste – font ici totalement défaut. La sienne se développe apparemment sans révolte, ni indignation, de sorte que ses motifs d’y entrer ne sont jamais clairement énoncés. Lui-même peine à discerner, après coup, les mobiles qui furent les siens, quand il se détache de la masse des « indifférents » : réprobation envers le régime ou évolution générale du conflit. « Quand elle est intervenue, la rupture avec Vichy a-t-elle été dictée principalement par une désapprobation du pouvoir ou par l’évolution de la conjoncture extérieure46 ? » s’interroge-t-il dans Hauts Fonctionnaires sous l’Occupation. Aussi passe-t-il à la Résistance avec la même distance technicienne, la même rigueur d’exécution que requiert le service de l’État. Une véritable cohérence apparaît alors dans le parcours de ce fonctionnaire résistant : la continuité du service de l’État prime sur les circonstances pouvant ébranler la loyauté des hauts fonctionnaires ; elle ne saurait en aucun cas être interrompue. C’est avec une grande lucidité et une solide honnêteté intellectuelle que François Bloch-Lainé affirme, dans La France restaurée, avoir été plus témoin qu’acteur de la période, ajoutant qu’à la Libération « des commis de l’État ont devancé aux affaires et primé dans leur conduite d’autres catégories de résistants47 ». À la Libération, la Résistance d’État l’emporte, concernant l’accès aux postes de responsabilité, sur les autres forces résistantes qui ont pu, un moment, considérer qu’elles tiraient de leurs épreuves une légitimité supérieure à conduire le pays. Michel Debré témoigne dans ses Mémoires de cette dualité des forces :

  • 48 Cf. M. Debré, Trois Républiques…, op. cit., p. 198-199, cité par P.-H. Teitgen, Faites entrer…, op (...)

« Vers la fin de l’année 1943 apparaît une sorte de rivalité institutionnelle entre le CNR et le CGE. D’un côté c’est la Résistance politique qui se veut révolutionnaire, de l’autre la Résistance gouvernementale qui se veut l’État. D’un côté les grands et vastes projets de réorganisation politique et sociale, de l’autre des textes précis et des nominations48. »

  • 49 Cf. Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Co (...)
  • 50 Cf. Marc-Olivier Baruch, Une poignée de misérables. L’épuration de la société française après la S (...)
  • 51 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 71.

25Les rares hauts fonctionnaires qui prennent le risque de rejoindre les rangs de la Résistance, pour reprendre la formule de Michel Margairaz, « se trouvent récompensés par une promotion accélérée, prime de leur non-représentativité en quelque sorte »49. La Résistance de François Bloch-Lainé appartient assurément à ce que Michel Debré qualifie de « Résistance gouvernementale », au service de l’État. Cela vient clarifier sans doute bien des aspects de son parcours de fonctionnaire résistant, et non pas de résistant fonctionnaire, la différence fondamentale étant celle qui sépare les résistants des autres, des non-résistants. Afin de dissiper un certain brouillard conceptuel, dans lequel on ne distingue plus rien, il faut insister sur le fait que le milieu dans lequel évoluait François Bloch-Lainé se montrait, pendant ces années d’Occupation, ni particulièrement collaborationniste, ni particulièrement résistant. Si bien que la participation à la Résistance d’un haut fonctionnaire n’a pas pour seul effet d’accélérer sa carrière personnelle, mais contribue également à exonérer le milieu dans son ensemble quand se profile l’heure de l’épuration50. « Nous avons réussi, dit François Bloch-Lainé, à empêcher l’exécution d’une décision d’incarcération concernant Henri Deroy, directeur général de la Caisse des dépôts, qui avait été l’adjoint de Bouthillier pour les Finances publiques en 1940-1941, mais dont la conduite ne justifiait nullement cette rigueur51. » Le service de l’État assuré dans le souci de sa continuité, avec la conscience partagée d’appartenir à un corps d’élite, celui de l’Inspection des finances, perçu comme véritable « petite patrie », constitue la référence de base, à la fois politique et morale, d’une majorité de hauts fonctionnaires, parmi lesquels se détachent quelques résistants en rupture de ban. Aussi François Bloch-Lainé incarne-t-il avec sincérité toute l’ambivalence de la norme.

Notes

1 Cf. François Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, Le Seuil, Paris, 1976, p. 65.

2 Cf. François Bloch-Lainé, Ce que je crois, Grasset, Paris, 1995, p. 17-18.

3 Cf. Pierre Laborie, « L’idée de Résistance, entre définition et sens : retour sur un questionnement », in La Résistance et les Français, nouvelles approches, Les Cahiers de l’IHTP, Éd. du CNRS, Paris, no 37, décembre 1997, p. 15-29. Voir également Alya Aglan, « De la Résistance aux résistances : la notion de résistance vue par les historiens français », in Les Courants politiques et la Résistance. Continuités ou ruptures ?, colloque international, Esch-sur-Alzette, avril 2002, Archives nationales du Luxembourg, 2003, p. 225-237.

4 Jean Moulin est le premier délégué général nommé par les instructions du 24 décembre 1941. La Délégation générale a pour vocation de mettre en place, avec l’appui de la Résistance intérieure, les cadres d’un « État clandestin », selon la formule de René Hostache. Sur la création de la Délégation générale, voir le témoignage de Pierre-Henri Teitgen, Faites entrer le témoin suivant, 1940-1958. De la Résistance à la Ve République, Éd. Ouest-France, 1988 ; voir également Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre, Gallimard, Paris, 1996, p. 760-765.

5 Cf. Témoignage de René Courtin, dit « Bérard », vu par Mlle Patrimonio, 27 mai 1946, Arch. nat., 72 AJ/45, dossier Combat. Notons que, dans les mêmes fonds, les témoignages de Michel Debré (13 mai 1946) et de Pierre-Henri Teitgen (13 janvier 1947 et 31 juillet 1956, 72 AJ/46) ne mentionnent pas le nom de François Bloch-Lainé.

6 Cf. Diane de Bellescize, Le Comité général d’études de la Résistance, thèse de doctorat, université de Paris II, 1974, 2 vol.

7 « Pendant les derniers mois de la guerre, la Délégation générale va revêtir un aspect vraiment gouvernemental » (René Hostache, Le Conseil national de la Résistance. Les institutions de la clandestinité, PUF, Paris, 1958, p. 195). Concernant l’organisation de la Délégation générale durant les derniers mois de la clandestinité, voir op. cit., p. 194-201.

8 Cf. Emmanuel Mönick, Pour mémoire, Paris, Mesnil, 1970.

9 Cf. F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, op. cit., p. 60.

10 Ibid.

11 Création du CFLN le 3 juin 1943 à Alger, sous la coprésidence des généraux Giraud et de Gaulle.

12 « Il s’agit d’une des opérations les plus originales et les moins connues de la Résistance. Pour emprunter en France au nom du CFLN, il faut un organisme clandestin d’une rigueur insoupçonnable, inspirant confiance aux bailleurs de fonds et disposant de relations financières : ce sera le COFI ou Comité financier de la Résistance. Émanation de la Délégation clandestine, Jacques Bingen et Georges Bidault, président du CNR, en ont décidé la création en février 1944. Le COFI est présidé par le directeur de la Banque de Paris et des Pays-Bas, André Debray ; il comprend notamment l’économiste agrégé de droit René Courtin, membre du Comité général d’études ; l’auditeur au Conseil d’État Michel Debré ; les inspecteurs des Finances Jacques Chaban-Delmas, bientôt promu délégué militaire national, Félix Gaillard, futur président du Conseil, et François Bloch-Lainé, représentant du délégué général, ainsi qu’un chargé de mission venu de Londres dès 1942, Jacques Soulas ("Lézine"), qui assure le secrétariat » (Jean-Louis Crémieux-Brilhac, La France libre, de l’appel du 18 juin à la Libération, Gallimard, Paris, 1996, p. 793-794). « Au total, six cent quatorze millions de francs auront ainsi été recueillis par le COFI, sans une erreur ni un faux, s’ajoutant aux quelque trois milliards et demi envoyés en billets depuis 1941 tant par les services français que par le SOE » (ibid., p. 795). Sur le financement de la Résistance, voir Daniel Cordier, Jean Moulin. La République des catacombes, Gallimard, Paris, 1999, chap. XIV, « L’argent, nerf de la Résistance », p. 346-363. Voir également François Bloch-Lainé, « Le financement de la Résistance », et Pierre Denis, dit « Rauzan », « Les finances de la France libre (juin 1940 à juin 1943) », Revue d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, no 1, novembre 1950, p. 6-19 et 20-27.

13 Rapport au ministre, 1er août 1946, François Bloch-Lainé, archives du Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

14 « Au début de l’année 1944, témoigne Michel Debré, Bingen mit sur pied un comité dont je laissai la présidence à l’autre « Bossuet » [André Debray]. Grâce à de bons et solides amis, notamment Jacques Chaban-Delmas et François Bloch-Lainé, ce comité organisa des tirages sur la Banque d’Algérie, ainsi que le CGE l’avait demandé par la voix de Pierre-Henri Teitgen et la mienne. Il plaça ainsi des bons du Trésor et, un jour, peu après le débarquement, j’eus le plaisir d’apprendre que les bons signés « Bossuet » faisaient prime ! » (Michel Debré, Trois Républiques pour une France. Mémoires, Albin Michel, Paris, 1984, p. 221).

15 Un câble confidentiel du 8 janvier à la Délégation (XCX à Jacquier (Michel Debré), reçu le 19), retrouvé dans les archives personnelles de Michel Debré, permet de dater plus précisément la création et les principes de fonctionnement du COFI : « Alger a donné son accord pour opérations faites par vous et compensation franc pour franc à Alger. Voici les conditions de ces opérations. Primo. Elles serviront uniquement à compenser les sommes non parvenues à destination dans la limite des budgets prévus. Secundo. Les deux secrétariats des zones seront seuls responsables des sommes et de leur distribution (à suivre). Tertio. Secrétariats prendront toutes précautions contre combinaisons douteuses de personnes qui cherchent à faire sortir leurs capitaux […] » (Archives Michel Debré, Comité général d’études, 1933-1943, 1 DE).

16 Rapport au ministre, 1er août 1946, François Bloch-Lainé, archives du Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

17 Loc. cit.

18 Loc. cit.

19 Cf. D. de Bellescize, Le Comité général…, op. cit., t. I, p. 392.

20 F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, op. cit., p. 63.

21 Cf. René Courtin, De la clandestinité au pouvoir. Journal de la libération de Paris, Éd. de Paris, Paris, 1995.

22 Le 2 juin 1944 à Alger est décidé le changement d’appellation du CFLN, qui devient GPRF. Cf. J.-L. Crémieux-Brilhac, La France libre…, op. cit., p. 816.

23 Cf. François Bloch-Lainé et Claude Gruson, Hauts Fonctionnaires sous l’Occupation, Odile Jacob, Paris, 1996, p. 97.

24 F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, op. cit., p. 55.

25 C’est nous qui soulignons. ibid., p. 55-56.

26 François Bloch-Lainé dit avoir, par l’intermédiaire de René Courtin, « quelques échos des travaux du Comité général d’études » (François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée, 1944-1954. Dialogue sur les choix d’une modernisation, Fayard, Paris, 1986, p. 71). Concernant la création du Comité général d’études, voir P.-H. Teitgen, Faites entrer…, op. cit. Celui-ci ne mentionne pas François Bloch-Lainé.

27 F. Bloch-Lainé, Profession : fonctionnaire, op. cit., p. 59.

28 Idem et Claude Gruson, Hauts Fonctionnaires…, op. cit., p. 171.

29 Op. cit., p. 14.

30 « Nous n’avons pas renoncé, au début du régime, à mener une vie professionnelle relativement active » (ibid.).

31 Op. cit., p. 22.

32 Op. cit.

33 Op. cit., p. 26.

34 « Membre de la fonction publique, dit Claude Gruson, j’avais une place dans le monde que je ne pouvais pas quitter sur un coup de tête. Il y avait là – je ne dirais pas une vocation, le mot est trop fort – un métier qui avait sa noblesse, par conséquent qui imposait des obligations » (op. cit., p. 22).

35 Il s’agit de la direction du Mouvement général des fonds, devenue direction du Trésor en 1940. Op. cit., p. 23.

36 Op. cit., p. 45.

37 Op. cit., p. 49.

38 Op. cit., p. 24.

39 Op. cit., p. 50.

40 Op. cit., p. 61.

41 Op. cit.

42 Op. cit., p. 73.

43 Op. cit., p. 83.

44 Op. cit., p. 94-95. Brunet « avait pour fonction de payer les frais d’Occupation, témoigne François Bloch-Lainé ; il faisait – il m’en avait d’ailleurs chargé – une espèce de compte rendu à l’hôtel Majestic sur les événements financiers du mois » (op. cit., p. 96).

45 Op. cit., p. 109.

46 Op. cit., p. 130.

47 F. Bloch-Lainé et J. Bouvier, La France restaurée…, op. cit., p. 71.

48 Cf. M. Debré, Trois Républiques…, op. cit., p. 198-199, cité par P.-H. Teitgen, Faites entrer…, op. cit., p. 85.

49 Cf. Michel Margairaz, L’État, les finances et l’économie. Histoire d’une conversion, 1932-1952, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Paris, 1991, t. II, p. 774.

50 Cf. Marc-Olivier Baruch, Une poignée de misérables. L’épuration de la société française après la Seconde Guerre mondiale, Fayard, Paris, 2003.

51 F. Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, op. cit., p. 71.

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Paris X-Nanterre. Elle a publié notamment : Mémoires résistantes. Histoire du réseau Jade-Fitzroy (1940-1944), Paris, éditions du Cerf, 1993 ; La Résistance sacrifiée. Le mouvement Libération-Nord, Paris, Flammarion, 1999 ; Jean Cavaillès résistant ou la pensée en actes, en co-direction avec Jean-Pierre Azéma, Paris, Flammarion, 2002.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search