Version classiqueVersion mobile

François Bloch-Lainé, fonctionnaire, financier, citoyen

 | 
Michel Margairaz

Avant-propos

Jean-Michel Bloch-Lainé

Texte intégral

1C’est avec gratitude que j’ai accepté l’honneur de rédiger un préambule à ce magnifique travail de recherche. Pareille faveur était imméritée car je n’aurais jamais eu la prétention de m’estimer capable de porter un jugement cursif sur une tâche accomplie par des historiens de cette qualité. Au surplus, la piété filiale et la transfiguration des souvenirs peuvent parfois conduire à formuler, en toute sincérité, des assertions subjectives et invérifiables. Mais, je me suis dit, aussi, qu’un avant-propos n’engageait que la responsabilité de son signataire ; que j’avais eu le privilège d’avoir été élevé tendrement par un être fort, généreux et singulier ; qu’à la condition de ne pas empiler des anecdotes, ayant eu la chance d’avoir vécu en étroite connivence avec lui, je pouvais peut-être coopérer, de façon marginale, à l’unité du présent ouvrage.

2Unité : ce mot banal est utilisé à dessein. J’estime, en effet, qu’il peut utilement servir ici, car il désigne une cohérence d’ambivalences ; c’est-à-dire des traces différentes certes, mais au cas considéré, non opposées dans leur synthèse.

3Afin d’ordonner cette contribution bien mineure à la description d’une alchimie complexe, j’ai choisi de souligner trois termes, en forme de jalons : l’État, la Liberté, le qui-vive.

L’État

4Il ne fait nul doute que François Bloch-Lainé y était passionnément attaché. Soit ! Mais encore ? Qu’est-ce à dire ? Certainement un « credo envers l’action publique ». Cet homme, il nous l’a dit souvent, n’était guère intéressé par la métaphysique. Mais il aimait la transcendance, ce qui est différent. Il a cru, de bout en bout de sa vie, que lorsqu’une collectivité (une nation ; une patrie) était encline à dépasser ses particularités, à surmonter ses divisions, à faire arbitrer ses conflits, à sauvegarder sa continuité, elle pouvait et devait reconnaître le rôle assez mystérieux d’une instance rassemblante susceptible de préserver et de développer tant en période calme qu’en cas d’orages, le lien social et le Bien commun. À défaut de ce garant – l’État investi par eux en Démocratie –, les êtres humains risquaient selon lui, à tout moment, de sombrer dans l’exotisme, voire de revenir au règne animal, à la loi de la jungle.

  • 1 À cet égard, nous estimons que l’analyse, par ailleurs très pénétrante, de Madame Alya Aglan du se (...)

5Mais l’armature, l’armure de cette conviction ne l’ont jamais porté à croire au catéchisme du dirigisme économique, ni à célébrer le culte d’un « État en soi »1 dominant les vies des personnes, des groupements spontanés, des entreprises, et qui serait habilité à tout faire lui-même. C’est ce que signifiait le titre d’un ouvrage collectif, Pour nationaliser l’État, établi sous sa coordination.

La Liberté

6Aux indications qui précédent, on peut rattacher trois constantes de la vie de François Bloch-Lainé.

  • 2 Expression tirée de l’ouvrage Pour une politique évangélique de Jean-Marie Paupert, éd. Seuil, col (...)

7D’abord, son attachement à « servir en liberté ». Précisons les choses comme suit : François Bloch-Lainé, à partir de sa foi chrétienne, a toujours établi une différence entre la royauté et le royaume. Dans cette ligne, il n’a jamais été empressé, servile, féal vis-à-vis des princes et des appareils politiques. Il n’a jamais été non plus, à leur égard méprisant, arrogant ou déloyal. Il leur a toujours manifesté, dans l’observation du « devoir de réserve » des fonctionnaires, une « déférente indifférence »2. Cela ne l’a pas empêché, c’est le moins qu’on puisse dire, d’être davantage qu’un « spectateur engagé ».

8Ensuite, sa constance à œuvrer pour la vitalité de la « société civile », principalement dans le champ associatif, dès lors que ses acteurs manifestaient des « spécificités méritoires ».

  • 3 L’examen de plusieurs de ses bulletins scolaires en atteste.

9Enfin, sa détermination à respecter les autres, les choix différents des siens. L’une des indications revenant avec une régularité horlogère en réponse à des questions plus ou moins sommaires que nous lui posions était : « C’est un peu plus compliqué que ça. » Il ajoutait : « Mais voyez-vous, je ne connais guère la science économique. D’ailleurs, je ne suis pas sûr que ce soit une vraie science ; je n’ai confiance qu’en l’Histoire, parce qu’elle est établie, surtout aujourd’hui en France, par des gens très fiables. Pourtant, là aussi je n’y connais pas grand-chose ; alors je lis, je lis, je lis. Je rencontre. Je dialogue. Je rattrape du temps perdu car, durant mes études secondaires, j’ai souvent été un demi-cancre3. »

Le qui-vive

10Cette expression signifiait principalement chez lui :

  • un fort attachement à ce qu’on peut appeler « la prospective », c’est-à-dire l’attitude qui « consiste à poser les questions assez longtemps à l’avance et à se comporter aujourd’hui plus en fonction de demain qu’en fonction d’hier »4. François Bloch-Lainé a travaillé avec Gaston Berger. Élève à l’ENA, j’avais essayé en 1962 de convaincre mes camarades de promotion de baptiser celle-ci de ce nom. Je n’y parvins pas. Le vote désigna Saint-Just. François Bloch-Lainé en fut, un instant, sidéré.
  • une inquiétude envers ce qu’il a appelé « la carence de l’imagination sociale » que manifestent les élites publiques et privées de tous bords. Cette infirmité l’inquiétait au regard d’un devoir : celui qui nous lie aux générations à venir.
  • un regret d’être par l’âge condamné à l’inaction : trois ans avant sa mort, François Bloch-Lainé a tenté, sans succès, de rassembler autour de lui un groupe de responsables et témoins brillants pour un travail dont l’objectif était de déterminer quelles impuissances propres à notre pays le conduisaient à faire, de temps en temps, des « paris stupides », voire, pire, à hésiter à anticiper pour orienter judicieusement l’avenir. Il avait rédigé à cet effet un document de quatre pages intitulé : « Comment tuer le temps avant que le temps me tue ».

11J’exprime à nouveau ma reconnaissance envers le Comité pour l’histoire économique et financière de la France et les historiens qui ont établi ensemble le présent ouvrage.

Notes

1 À cet égard, nous estimons que l’analyse, par ailleurs très pénétrante, de Madame Alya Aglan du sens, des modalités et du calendrier de l’engagement de François Bloch-Lainé dans la Résistance appelle une précision : les lois ignobles de l’antisémitisme vichyste le situaient, a priori, lui et ses enfants, hors champs de la persécution (à la différence de son père exilé et de sa tante morte en déportation). Mais il y avait fort à craindre qu’en cas d’arrestation de François Bloch-Lainé par la Gestapo en 1941, ses enfants vivant à Paris fussent menacés. C’est pour cela qu’il les a mis à l’abri dans un canton de Bretagne en 1942 et nous ne l’avons plus guère revu pendant près de trois ans. Ajoutons que si, en effet, (p. 10) les archives n’homologuent que sa participation aux « Services financiers de la Délégation générale », c’est peut-être parce que cet homme-là n’avait pas l’obsession de l’homologation de ses « états de services ».

2 Expression tirée de l’ouvrage Pour une politique évangélique de Jean-Marie Paupert, éd. Seuil, coll. Livre de vie, 4e trim. 1966.

3 L’examen de plusieurs de ses bulletins scolaires en atteste.

4 In Prospective I, PUF, 1957, p. 46.

Auteur

Inspecteur général des finances honoraire

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search