Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une fiscalité de guerre ?

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

Contrôler les prix en temps de guerre

La taxation du pain. L’État et l’organisation du ravitaillement durant la Première Guerre mondiale en France

Alain Chatriot

Texte intégral

  • 1À l’exception de la question du ravitaillement de Berlin et de Paris : Belinda J. Davis, Home Fire (...)
  • 2  L’ouvrage de référence reste : Michel Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, Paris, New Hav (...)
  • 3  Dominique Margairaz, Philippe Minard, « Marché des subsistances et économie morale : ce que “taxer (...)

1Les importants renouvellements historiographiques qui ont eu lieu ces vingt dernières années sur l’histoire de la Première Guerre mondiale ont laissé un peu à la marge les questions économiques et sociales1. Ainsi, on se réfère toujours à des travaux forts anciens pour parler de l’agriculture2. Sur la question des blés, la période est cependant importante et pour plusieurs raisons : les crises de « vie chère » et la question du ravitaillement se posent en de nouveaux termes et obligent l’État à intervenir directement sur les marchés. Il le fait suivant des procédures qui se renouvellent par rapport aux expériences antérieures de « taxation » des farines et/ou du pain3. Le spécialiste des finances publiques Gaston Jèze note ainsi clairement, dans les années vingt :

  • 4  Gaston Jèze, Les dépenses de guerre de la France, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, Pu (...)

« le bouleversement économique causé par la guerre a entraîné fatalement la constitution de services publics nouveaux : en particulier, les services du ravitaillement de la population civile (blé, sucre, viande, etc.) ; l’État est devenu un acheteur unique sur tous les marchés du monde, pour revendre à la population civile4 ».

  • 5  Jean-Marie Flonneau, « Crise de vie chère et mouvement syndical 1910-1914 », Le Mouvement social, (...)

2La question du blé à partir des années dix est principalement liée à la question du prix du pain et à la thématique de la vie chère5 ; c’est le cas en 1911, 1912 et 1913, et encore davantage avec le conflit mondial et les questions du ravitaillement qu’il pose, amenant l’État à intervenir nettement dans le contrôle du marché. Comme le rappelle Michel Augé-Laribé :

  • 6  M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 117-118. Sur ce point, tout le chap. (...)

« parmi les inquiétudes qui viennent assaillir l’esprit d’un peuple brusquement jeté dans une grande guerre, menacé d’être envahi et d’être isolé, celles que lui impose le problème de sa nourriture doivent être immédiatement calmées. Que les vivres paraissent pour un moment en quantité insuffisante dans les boutiques, aussitôt les prix s’élèvent, la panique gagne et les violences sont près d’éclater. Un gouvernement soucieux de maintenir l’ordre et de ne pas laisser la résistance nationale s’affaiblir s’organise pour ne pas courir de tels dangers. La politique suivie en France pendant toute la durée de la guerre, si elle n’a pas épargné à l’administration des critiques et des grognements venant, d’ailleurs, tantôt des consommateurs et tantôt des producteurs, a eu du moins pour résultat de faire taire les inquiétudes. On est arrivé à rationner strictement la population. […] On a éprouvé des privations ; on n’a pas connu la famine6 ».

3L’histoire des dispositifs mis en place pour assurer le ravitaillement et contrôler à la fois la production et la distribution des céréales, de la farine et du pain est complexe et accumule de nombreux dispositifs juridiques. Pour tenter de l’appréhender, on présentera d’abord les grandes lignes de l’organisation du ravitaillement. On insistera ensuite sur le renforcement progressif de cet encadrement, avant de souligner les difficultés nombreuses pour s’extraire d’un tel système avec le retour à la paix.

I. L’organisation du ravitaillement

4D’un point de vue administratif, l’organisation du ravitaillement est diverse pendant la guerre. Elle est précisée par l’historien Pierre Renouvin de la manière suivante :

  • 7  Pierre Renouvin, Les formes du gouvernement de guerre, Paris, New Haven, PUF, Yale University Pres (...)

« Les services, d’abord rattachés au sous-secrétariat de l’Intendance et du Ravitaillement (1er juillet 1915-12 décembre 1916), puis au ministère des Travaux publics (12 décembre 1916-20 mars 1917), sont constitués en ministère du Ravitaillement du 20 mars 1917 au 16 novembre 1917 ; ils forment ensuite un sous-secrétariat du ministère de l’Agriculture (16 novembre 1917-20 janvier 1920). […] rattaché au Commerce le 20 janvier 1920 et supprimé le 16 janvier 19217. »

  • 8  Maurice Viollette, Six mois au ministère du Ravitaillement général (mars à septembre 1917), Paris, (...)
  • 9  Vilgrain (1880-1942) n’était pas parlementaire, se rapprochant en cela d’autres ministres et secré (...)

5Ces postes sont tenus respectivement par Joseph Thierry, Édouard Herriot, Maurice Viollette8, Maurice Long, Victor Boret, Joseph Noulens, Ernest Vilgrain9 et Robert Thoumyre. Mais, au-delà de ces figures politiques, l’administration du Ravitaillement connaît des continuités dans ses responsables. En novembre 1917, quand les socialistes attaquent le gouvernement, l’un d’entre eux, Lucien Voilin, déclare à la Chambre :

  • 10Journal officiel de la République française, Débats parlementaires, Chambre des députés, séance du (...)

« M. Le ministre nous répond à chaque instant que tel ou tel fait ne s’est pas passé, que telle ou telle mesure n’a pas été prise sous son ministère. Quant à nous, il nous importe peu de savoir quel est le ministre en fonctions : nous savons très bien que ce qui reste en fonctions, c’est l’administration et les chefs de ces services. Nous pouvons bien dire publiquement qu’à la tête de l’administration du ravitaillement, depuis trois ans, il y a toujours M. Chapsal ; que c’est lui qui depuis trois ans est le véritable ministre du Ravitaillement. Ces directeurs et chefs de service des grandes administrations sont les véritables responsables de l’anarchie où nous sommes10. »

6L’économiste libéral Henri Truchy résume bien la nécessité de la politique suivie :

  • 11  Henri Truchy, Les finances de guerre de la France, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, P (...)

« En temps normal, quand le mécanisme du commerce et des transports fonctionne aisément, il n’y a qu’à laisser la consommation et la production se déterminer réciproquement par le jeu des prix. Dans un pays en guerre, où la production est insuffisante, il est raisonnable et nécessaire d’instituer une politique de rationnement. Cette politique a été réalisée en France pour plusieurs denrées, par le système des cartes ou carnets. Le consommateur ne pouvait obtenir qu’une quantité limitée des denrées soumises à ce régime, sur la présentation de la carte ou du carnet, ou de tickets détachés de la carte ou du carnet. Dans le courant de l’année 1917 furent institués le carnet de pain, le carnet de sucre, le carnet d’essence ; en 1918, la consommation du pétrole fut également réglementée. Diverses interdictions complétaient ce système : interdiction de fabriquer de la pâtisserie ou biscuiterie avec de la farine de froment […] réglementation du blutage des céréales11. »

7Truchy ajoute aussi un commentaire intéressant :

  • 12  H. Truchy, Les finances de guerre…, op. cit., p. 99. Truchy insiste sur les résultats limités d’un (...)

« On peut agir sur la consommation par voie d’autorité ; on peut agir par voie de persuasion. Divers groupements privés ont essayé de le faire, dont le plus actif a été la Ligue nationale des économies, fondée en 1916 par quelques hommes de bonne volonté12. »

8Augé-Laribé conclut quant à lui, sur l’ensemble de la période :

  • 13  M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 118.

« parce que le régime auquel la France a été soumise s’est rapproché de celui qui nous a été annoncé par les partisans du socialisme d’État, certains ennemis passionnés de l’étatisme insistent avec application sur les fautes qui ont été commises, sur les dommages causés aux producteurs, sur les ruines subies par les commerçants (ils évitent de parler de certaines fortunes trop rapides), sur les gênes et les privations imposées aux consommateurs. Ils nous montrent que la réglementation n’est jamais complète, que du jour où l’on commence à immobiliser une des pièces de la mécanique économique tout le système est à réviser et que cela ne se fait qu’à tâtons, avec des maladresses qui coûtent très cher13. »

9Il donne aussi la logique générale de la politique menée pour le blé :

  • 14Ibid., p. 119.

« Une considération a dominé notre politique agricole pendant toute la première partie de la guerre, celle d’épargner aux consommateurs une sensible élévation des cours. En particulier on a voulu avec ténacité maintenir immuable le prix du pain. Sa qualité a été modifiée, on y a introduit toutes sortes de succédanés, on en a limité la consommation, on a interdit la vente du pain de fantaisie et imposé celle du pain rassis, on l’a vendu à perte aux frais de l’État, mais son prix n’a presque pas bougé. Le ministre de l’Intérieur a été délivré des soucis que lui aurait donnés le spectre effrayant du pain cher. Cependant les difficultés dont il se débarrassait ainsi, il les a passées aux ministres de l’Agriculture, du Ravitaillement et des Finances. Il est vrai que lorsque le gouvernement s’est engagé dans cette voie, il ne pouvait prévoir jusqu’où elle le conduirait14. »

  • 15  Erik Langlinay, « Consommation et ravitaillement en France durant la Première Guerre mondiale (191 (...)
  • 16  E. Langlinay, « Consommation et ravitaillement… », art. cit., p. 35.
  • 17  La réquisition était possible par l’Intendance pour les troupes en marche au nom de la loi du 3 ju (...)

10L’historien Erik Langlinay a bien souligné combien, au début de la guerre, celle-ci étant envisagée comme courte, la « première politique du ravitaillement se doit de gérer une crise de subsistance15 ». Il insiste sur le fait que « la priorité absolue accordée au pain, la multiplicité des institutions intervenant sur le marché du blé, la volonté de ravitailler les villes en priorité dénotent la persistance de pratiques d’Ancien Régime16 ». Les premières mesures concernent la suspension des droits de douane, mais, au départ, ni taxation ni réquisition17 ne sont envisagées.

II. Un encadrement progressivement plus affirmé

  • 18  On n’a pas mené d’enquête sur ce point, même si des premiers repérages ont montré l’implication de (...)
  • 19  Michel Augé-Laribé précise à son propos que le vote eut lieu « après des travaux préparatoires qui (...)
  • 20  Marcel Nigay, La taxation française du blé 1914-1919, ses conséquences, Roanne, imprimerie Maurice (...)
  • 21  Charles Gide, « La guerre et l’organisation nationale de l’alimentation », Revue d’économie politi (...)

11Préfets et maires sont les organisateurs du ravitaillement, aidés par les chambres de commerce18. Mais, en 1915, la situation est plus difficile ; la loi du 16 octobre autorise la réquisition du blé et de la farine et le service du ravitaillement peut importer directement des blés19. La circulaire aux préfets du 17 octobre déclare que le droit de réquisition est général et englobe les blés indigènes et les blés exotiques au prix maximum de 30 francs le quintal20. L’économiste Charles Gide, dans une conférence prononcée au début de 1916, insistait sur le fait que « la taxe est donc un instrument d’un maniement difficile et qui demande un fin doigté. Elle ne peut s’appliquer qu’à un petit nombre de denrées de première nécessité et dont la production est simple. Et même pour celles-ci elle comporte parfois d’étranges répercussions, tant les rapports économiques sont complexes ! C’est ainsi qu’en France on a constaté que certains agriculteurs nourrissaient leur bétail avec du blé ! Pourquoi ? Parce que l’avoine n’étant pas taxée, tandis que le blé l’est, l’agriculteur trouvait plus de profit à garder pour la vente son avoine que son blé21. » En avril et en mai de la même année, le prix des céréales secondaires est aussi réglementé et sanctionne explicitement cette pratique de nourrir le bétail avec du blé.

12Concernant le montant de la taxe, les choses se compliquent vite, comme le note Augé-Laribé :

  • 22  M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 135-136.

« La loi du 29 juillet 1916 avait cru s’en tenir au prix de 33 francs ; 36 francs, avait dit le décret du 8 avril ; 50 francs ! proclame celui du 13 juillet 1917. On croirait assister à des enchères au cours d’une adjudication. […] Malheureusement, ce prix de 50 francs lui-même ne tarde pas à devenir insuffisant et on aurait pu le prévoir, puisque rien, d’autre part, n’empêche les conditions de la production d’empirer. […] Ces prix eux-mêmes devaient être encore dépassés. La hausse des prix s’étant encore aggravée après la fin de la guerre, la taxe du blé a été portée à 100 francs22. »

  • 23  M. Nigay, La taxation française du blé…, op. cit., p. 66. Le décret du 3 mai 1917 porte même le ta (...)
  • 24  Julien Ledan, La détermination des prix par l’autorité publique pendant la guerre de 1914-1918, Co (...)
  • 25Ibid., p. 40.
  • 26  Jean Langlois, La politique du blé en France de 1914 à 1925, Paris, Librairie moderne de droit et (...)

13Par ailleurs, la loi du 25 avril 1916 fait passer le taux d’extraction de la farine de 74 à 77 %, dépréciant ainsi nettement la qualité du pain. La loi du 29 juillet 1916 soumet les meuniers à un service d’inspection et cette même loi amène le taux de blutage de 77 à 80 %23. La loi du 20 avril 1916 permet de taxer des denrées autres que le blé, en particulier le sucre, le café, les huiles et les essences de pétrole24. La loi du 7 avril 1917 relative à la taxation du blé permet d’assouplir le système avec une taxation par décret qui dispense de la procédure législative25. Un décret du 3 août institue un carnet familial mentionnant les rations allouées à chaque personne et, à partir du 1er avril 1918, des cartes individuelles sont établies, tandis que des décrets réglementent les diverses sortes de pain26. Augé-Laribé souligne la difficulté des contrôles et ajoute ce commentaire :

  • 27  M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 147.

« Que les déclarations et même les visites domiciliaires imposées aux agriculteurs pendant la guerre n’aient provoqué de leur part que des grognements et pas de rébellion ouverte, cela doit être porté au compte de leur patriotisme. Ils ont accepté de fonctionnaires en uniforme militaire ce qu’ils n’auraient pas toléré de fonctionnaires civils27. »

  • 28  Alfred Beaucourt, La politique du pain pendant la guerre (1914-1919), Paris, Librairie Arthur Rous (...)

14Le décret du 31 juillet 1917 constitue l’Office central des céréales et un comité central de la meunerie. Son article 1er précise que « l’achat et la répartition de la production totale de ces céréales [celles visées par un décret du 13 juillet 1917] sont placées sous le contrôle de l’État ». Le décret du 30 novembre 1917 institue un régime de monopole d’achat et de répartition et une réglementation complète pour le pain en précisant en son article 2 qu’« il est interdit à tout producteur de vendre sa récolte à d’autres qu’à l’État, de la donner en nantissement et d’en disposer d’une manière quelconque en faveur de personnes autres que l’État ». Des offices départementaux des céréales sont aussi créés, dans lesquels siègent, outre le préfet, un ou plusieurs négociants en grains, un meunier, des membres du conseil général, un officier du service de l’intendance, un médecin hygiéniste, un boulanger et un représentant d’une société coopérative. Dans chaque office, un bureau permanent est la cheville ouvrière de l’administration. Par ailleurs, avec le décret du 3 août 1917 réglementant le régime de la boulangerie et la consommation du pain, Maurice Viollette se donne un instrument pour le rationnement28. Une autre étape est franchie avec la loi du 10 février 1918, qui donne de larges pouvoirs à Clemenceau : des décrets peuvent, pendant la durée de la guerre et pendant les six mois suivant la fin des hostilités, « réglementer ou suspendre, en vue d’assurer le ravitaillement national, la production, la fabrication, la circulation, la vente, la mise en vente, la détention ou la consommation des denrées servant à l’alimentation de l’homme et des animaux. »

15Analysant la politique poursuivie en matière de contrôle du blé, un fonctionnaire de province écrit :

  • 29  Maxime Miane, Le bureau permanent des céréales, Annecy, Imp. Dépollier, 1919, p. 7-8. L’ouvrage co (...)

« L’ensemble de ces mesures représente, si l’on peut dire, le type le plus parfait de l’étatisme. C’est la mainmise complète de l’État sur la production, la fabrication et la consommation. […] C’est une révolution économique, c’est – disons le mot – du socialisme. Les mots ont-ils d’ailleurs aujourd’hui le même sens qu’avant la guerre ? Cette expérience très nette d’étatisme a été pleinement justifiée par les circonstances exceptionnelles nées de la guerre29. »

16En écho, on peut entendre le propos strictement libéral d’Henri et Joseph Hitier, qui enseignent tous deux à l’Institut agronomique et déclarent en avril 1918 :

  • 30  Henri Hitier, Joseph Hitier, « L’intervention de l’État dans le domaine agricole », Expansion écon (...)

« D’autres, et ils sont nombreux, voient dans la guerre une occasion unique qu’il faut saisir de faire dans le domaine économique l’essai pratique de conceptions doctrinales qui leur tiennent à cœur. Croyant à l’efficacité des ingérences de l’État dans le domaine de la production et de la répartition des produits, ils poussent de toutes leurs forces à la multiplication des expériences étatistes. La liste n’est pas close des tentatives auxquelles l’État sera convié, comme aussi la liste des mécomptes qui l’attendent au bout de ses entreprises. Nous sommes, pour notre part, convaincus qu’il y a un véritable péril dans la politique que nous signalons30. »

  • 31  Pierre Chancerel, « Le financement du ravitaillement en charbon pendant la Première Guerre mondial (...)

17La gestion de ces mesures, tout comme celles concernant le ravitaillement en charbon31, est passée par l’utilisation de « comptes spéciaux », comme l’explique bien le spécialiste des finances publiques Gaston Jèze :

  • 32  G. Jèze, Les dépenses de guerre…, op. cit., p. 35.

« Les comptes spéciaux se sont multipliés pendant la guerre, donnant lieu à des gaspillages tels, que, depuis 1921, on s’est attaché à les supprimer le plus possible. Ces comptes spéciaux contiennent une masse de dépenses qui doivent figurer, comme on va le voir, dans le coût de la guerre. L’idée générale qui est à la base de beaucoup de ces comptes spéciaux est la suivante : en France, pour assurer le ravitaillement de la population civile aussi bien que celui des armées, on a, pendant la guerre, institué une foule d’organismes, sous des noms divers, dont les opérations financières (dépenses et recettes) n’ont pas été comprises dans les dépenses générales. Au point de vue de la comptabilité, on a inscrit – à part du budget – ces dépenses et ces recettes dans des comptes spéciaux, constitués en grand nombre. Les plus célèbres et les plus importants, au point de vue financier, sont ceux du ravitaillement (blé, sucre, essences, pétroles, charbons, etc.) et de la marine marchande. Pour le compte du ravitaillement, les dépenses, c’étaient les achats du gouvernement ou de l’organisme spécial ; les recettes, c’étaient les ventes effectuées. Par exemple, le service du ravitaillement en blé achetait du blé, mais aussi il en vendait32. »

  • 33  Article 6 du décret du 3 septembre 1900 relatif au ravitaillement de l’armée et de la population c (...)
  • 34  Cité par P. Pinot, Le contrôle du ravitaillement, op. cit., p. 15.

18On doit signaler que l’idée de comptes spéciaux pour ces questions de ravitaillement était prévue avant la guerre par un décret de 1900 dont un article indiquait que « Les dépenses du service du ravitaillement sont imputées provisoirement, sauf restitution ultérieure, à un compte général hors budget, classé parmi les services spéciaux du Trésor sous le titre “Dépenses du service du ravitaillement33”. » C’est l’article 3 de la loi du 16 octobre 1915 qui précise l’organisation du compte spécial du ravitaillement en indiquant que celui-ci « est justifié à la Cour des comptes par un agent comptable responsable desdites opérations » et qu’« une situation du compte est établie à la fin de chaque trimestre et communiquée au ministre des Finances. Elle fait ressortir les bénéfices ou pertes résultant des opérations34 ». L’article 7 de la loi du 20 avril 1916 complète le compte spécial d’une nouvelle section pour les produits autres que les blés et farines, mais, dans ce cas, l’équilibre recettes/dépenses devait s’établir.

19Jèze signale le « gaspillage inévitable » et essaye d’en analyser les causes :

  • 35  G. Jèze, Les dépenses de guerre…, op. cit., p. 107-108. Jèze cite en source Stanislas de Castellan (...)

« Les éléments de l’extérieur qui vinrent renforcer le personnel des cadres ordinaires des bureaux ajoutèrent, le plus souvent, à la négligence et au laisser-aller habituels bureaucratiques, la camaraderie avec les fournisseurs de la guerre et, disons-le nettement, quelquefois aussi la corruption. Il n’y a pas lieu de s’en étonner. Il est difficile aux industriels, aux ingénieurs, aux commerçants mobilisés et placés dans les services de guerre, d’oublier, du jour au lendemain, leurs relations d’affaires d’avant-guerre et de n’y point songer pour l’après-guerre. Il faut se féliciter si, pendant la guerre, ils ne continuent pas de “faire des affaires“. Cela est arrivé. Certains scandales, mettant en jeu les chefs suprêmes du ravitaillement, ont vivement ému l’opinion publique. Les intérêts financiers de l’État, dans ces conditions, ne furent pas toujours très bien défendus par le personnel occasionnel qui préparait ou passait les marchés. […] Le public a exagéré, d’ailleurs, la réalité déjà très triste : il a vu des gaspillages là où il n’y en avait pas. […] Malgré tout, les fautes de l’administration sont innombrables et inexcusables35. »

  • 36  Joseph Carret, Le régime des céréales et de la meunerie, Paris, Imprimerie générale Lahure, 1919.
  • 37Lauren Janes, « Selling rice to wheat eaters: the colonial lobby and the promotion of Pain de riz (...)
  • 38Will D. Swearingen, « In Pursuit of the Granary of Rome: France’s Wheat Policy in Morocco, 1915-19 (...)

20L’ampleur des dispositifs législatifs et réglementaires conduit même un auteur à publier un guide pratique de cette législation pour s’y repérer, inauguration d’une pratique qui est une constante par la suite pour se désenchevêtrer de dispositifs législatifs et réglementaires toujours plus touffus36. Les difficultés d’approvisionnement en blé conduisent par ailleurs le lobby colonial, en particulier indochinois, à essayer d’acclimater en France le « pain de riz » durant le conflit37. C’est aussi dans ce contexte et durant le conflit que la France encourage le Maroc, son protectorat, à produire du blé, ce qui n’est pas sans conséquences durant l’entre-deux-guerres38.

  • 39  Fabienne Bock, Un parlementarisme de guerre 1914-1919, Paris, Belin, 2002, p. 222-223.
  • 40Marjorie Milbank Farrar, Conflict and compromise: the strategy, politics and diplomacy of the Fren (...)
  • 41  Étienne Clementel, La France et la politique économique interalliée, Publications de la Dotation C (...)
  • 42  Yann Decorzant, La Société des Nations et la naissance d’une conception de la régulation économiqu (...)
  • 43  Camille Meillac, L’effort du ravitaillement français, Paris, Librairie Félix Alcan, 1921 ; Frank M (...)

21La période de la guerre est aussi celle des importations de blés de pays extra-européens et celle de quelques scandales sur ce point39. Ce commerce international des céréales durant le conflit se fait dans un contexte marqué par la guerre économique et le blocus40 et de négociations interalliées pour les approvisionnements. C’est le ministre du Commerce Étienne Clémentel qui est actif sur ce dossier et qui s’en fait par la suite l’historien41. Une conférence se tient en juin 1916, les négociations reprennent et aboutissent en fin d’année avant de nouvelles négociations à l’automne 1917. Un Wheat executive est créé le 29 novembre 1916 après un accord signé par Clémentel, Walter Runciman, le président du Board of Trade britannique, et Raineri, le ministre italien de l’Agriculture42. On doit enfin aussi signaler l’intervention américaine pour la Belgique et le nord de la France avec le « comité d’alimentation du nord de la France43 ».

III. La difficile démobilisation

22Le conseiller d’État Henri Chardon, dans sa réflexion sur l’administration française durant le conflit, souligne la création de ces « services nouveaux », parmi lesquels il classe le ravitaillement aux côtés des usines de guerre ou de la flotte marchande. Il conclut à leur propos :

  • 44  Henri Chardon, L’organisation de la République pour la paix, Paris, New Haven, PUF, Yale Universit (...)

« cet effort des civils, en dehors des limites ordinaires de leur activité et de l’organisation normale des services publics, a peut-être contribué au salut de la France. Mais aussi, dans ces improvisations, combien de confusion, de gaspillages, de doubles emplois, de mesures imprudentes qui pèsent encore sur nous ! Ceux qui ont vu de près ces années redoutables savent que, malgré l’état squelettique des vieilles administrations, c’est encore là qu’on a trouvé les meilleures garanties de compétence et de sécurité. La liquidation pénible de la plupart de ces entreprises a confirmé la nécessité d’une organisation rationnelle, permanente des services publics44. »

  • 45  Stéphane Rials, Administration et organisation. De l’organisation de la bataille à la bataille de (...)
  • 46  John Barzman, « Entre l’émeute, la manifestation et la concertation : la “crise de la vie chère” d (...)
  • 47  Georges Renard, La vie chère, Paris, G. Doin, 1921.
  • 48  C. Gide, La lutte contre la cherté et la coopération, cours sur la coopération au Collège de Franc (...)
  • 49  Auguste Arnauné, Colson, Delatour, d’Eichtal, d’Haussonville, Raphaël-Georges Lévy, Ribot, G. Sche (...)

23La question est plus large que celle des seuls services du ravitaillement, et l’après Première Guerre mondiale est un moment où se mêlent réflexions sur l’administration et fort anti-étatisme45. Le débat sur la vie chère reprend d’ailleurs en mobilisant à nouveau le monde ouvrier à Paris comme en province46. De tels mouvements se déroulent d’ailleurs alors à l’échelle européenne. La question est aussi un objet de réflexion pour les économistes, comme Georges Renard47, Charles Gide48 ou les membres de l’Institut49.

24Augé-Laribé décrit bien ce lent démantèlement des dispositifs de la guerre et ces conséquences et constate :

  • 50  M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 211.

« parmi les trop belles illusions que firent naître les cloches de la victoire chantant dans tous les clochers, bien des consommateurs et des producteurs accueillirent ingénument l’espoir que les restrictions, les réglementations, toutes les tracasseries administratives du ravitaillement allaient cesser d’un jour à l’autre50 ».

  • 51Ibid., p. 213.

25Il souligne qu’avec l’arrivée au ministère de Noulens, en juillet 1919, « les difficultés du ravitaillement alimentaire se présentent sous un nouvel aspect. Si l’on ne craint plus la disette depuis que l’on peut de nouveau faire appel à l’étranger, les consommateurs considèrent avec effroi la crue quotidienne des prix. La concurrence ne s’établit pas, tous les commerçants abusent de l’affolement qu’ils entretiennent dans leur clientèle et annoncent de nouvelles hausses. La réouverture du marché international a pour conséquence de faire constater la dépréciation de la monnaie dont on ne s’était presque pas aperçu au cours de la guerre. Désormais les journaux vont ouvrir une rubrique de la vie chère à laquelle la matière ne manquera pas51 ».

26Augé-Laribé précise encore que la loi du 9 août 1920 relative à l’alimentation nationale en pain maintient le principe des achats amiables ou, à leur défaut, des réquisitions par les préfets pour le blé. Le décret du 12 août fixe le prix du quintal à 100 francs :

  • 52Ibid., p. 214-215.

« Cent francs le quintal de blé ! Ce prix, qui n’avait jamais été enregistré depuis que l’on établit des statistiques agricoles, a naturellement provoqué de furieuses protestations dans les milieux où l’on défend l’intérêt des consommateurs sans se préoccuper de rendre justice aux producteurs. On l’a trouvé exagéré. On a cru qu’il s’expliquait surtout par le désir du ministre de l’Agriculture de poursuivre enfin une politique d’encouragement à la production. En réalité, il correspondait à peine à l’accroissement énorme des prix de revient52. »

  • 53  Cité par H. Sellier, A. Bruggeman, M. Poëte, Paris pendant la guerre, op. cit., p. 39.

27La liquidation des initiatives locales nées des contraintes de la guerre n’est pas toujours simple. Ainsi le conseil municipal de Paris débat longuement des « baraques Vilgrain », mais la tonalité des discussions est bien résumée par Lalou, rapporteur général du budget, qui explique, le 17 décembre 1920 : « J’ai la conviction que ce compte se traduira par une perte, mais je le dis très franchement, j’inscrirai au budget, en face de la somme par laquelle elle se traduira : Assurance contre le désordre public53. »

  • 54  Pinot précise : « les délais impartis par l’article 7 de la loi du 9 août 1920 ne purent être obse (...)

28Le compte spécial concernant les cessions de blé à perte est clos par la loi du 9 août 1920 avec un terme fixé initialement au 31 mars 1921, puis repoussé au 31 décembre 192154. Le membre du Conseil d’État Pierre Pinot chiffre le déficit du compte spécial du ravitaillement à 5,6 milliards, auquel il retranche un peu plus de 1 milliard lié à des droits de douane encaissés par le Trésor sur les céréales, les farines et les sucres importés. Pinot, pour sa part, n’incrimine pas le service du ravitaillement, mais insiste sur la logique de la situation :

  • 55Ibid., p. 292. En complément, il faudrait étudier en détail les différents rapports parlementaires (...)

« La vérité, c’est que le déficit du compte spécial du ravitaillement a été exclusivement provoqué par la politique du maintien du prix du pain qui, pendant trois années, a obligé les services du ravitaillement à céder les céréales aux minotiers à un prix très inférieur à leur prix de revient. Mais cette politique, nous l’avons dit, a été expressément voulue par le Gouvernement et elle a été, d’ailleurs, autorisée par le législateur55. »

  • 56  Commission centrale d’études relatives au coût de la vie, Compte rendu des travaux au cours de l’a (...)

29Après délibération du Conseil des ministres, est créée par décret du 19 février 1920 une commission centrale d’études relatives au coût de la vie qui dépend du ministère du Travail (statistique générale de la France et service d’observation des prix)56. Daniel-Vincent, le ministre, explique, dans son rapport au Président de la République du 25 février 1921, l’un des objectifs du travail de cette commission :

  • 57Ibid., p. III.

« En dehors des éléments généraux de renchérissement (rareté des marchandises, difficultés financières, difficultés des transports, etc.) l’une des causes de la persistance du déséquilibre dont souffrent tous ceux qui ont pris part à la guerre réside en effet dans l’ignorance où chacun se trouve de la valeur réelle des choses et dans l’exploitation de cette ignorance par des intermédiaires trop nombreux, habitués à des bénéfices trop faciles57. »

  • 58Ibid., p. 63.

30Les recommandations de la commission vont dans le sens d’oublier la guerre, ainsi sa première est-elle de « rétablir aussi promptement que possible – sauf les transitions indispensables et les précautions relatives aux denrées de première nécessité – la liberté du commerce des denrées et marchandises ; supprimer les mesures d’exception de nature à entraver la production58 ».

31Le rapport se conclut sur un inventaire des « causes de cherté qui ont été signalées dans l’ordre du commerce intérieur » :

  • 59Ibid., p. 536.

« Accroissement des prix d’achat des produits fabriqués ; accroissement des frais généraux, des appointements des employés, du taux d’intérêt de l’argent ; surveillance insuffisante de l’affichage des prix, insuffisance de cet affichage ; abus de la spéculation favorisés par l’imprécision et l’insuffisance des textes législatifs ; maintien du taux habituel du bénéfice, quelle que soit l’élévation des prix ; accroissement excessif du nombre des intermédiaires ; majoration des prix des objets achetés au début d’une période de hausse en vue de la reconstitution des approvisionnements ; exagération des stocks facilitée par les crédits courants sur marchandises ou warrants ; majorations successives et aléatoires des prix par suite de la suppression des ventes fermes ; mauvaise organisation des achats de l’État ; entraves au fonctionnement des bourses et marchés dont le contrôle est insuffisant ; excès et déséquilibre des demandes des consommateurs ; rémunérations occultes, concurrence déloyale ; restriction de la concurrence par l’effet des ententes et des syndicats ; insuffisance de la documentation relative aux prix et aux quantités vendues, à la production, aux stocks, à la consommation59. »

32La liste révèle tout à la fois les mutations des pratiques de consommation, du commerce, de la distribution et les formes d’intervention de l’État.

  • 60  Charles Eber, Alfred Hot, Le blé en France, Paris, Dunod, 1938, p. 142-143.
  • 61  J. Langlois, La politique du blé…, op. cit., p. 67, et pour les autres dispositions législatives e (...)
  • 62  Point rapporté dans sa notice de sénateur. Par ailleurs, le propos « l’épi sauvera le franc » qui (...)
  • 63  Stéphane Lembré, « L’apprentissage de la régulation. L’État, les professionnels et les marchés du (...)

33D’un point de vue législatif, les dispositifs se succèdent dans la première moitié des années vingt60. Les lois du 9 août 1920, partiellement, et du 5 mai 1921 rétablissent la liberté commerciale et la libre circulation des céréales et des farines à l’intérieur du territoire, non sans de très nombreux débats publics61. Le Président du Conseil Raymond Poincaré nomme Henry Chéron comme ministre de l’Agriculture en janvier 1922, et, si celui-ci défend les agriculteurs et l’augmentation des prix, il est vite surnommé « Chéron vie chère62 ». Les difficultés politiques sont cependant importantes et le projet de loi de février 1922 n’aboutit qu’en 1924 avec le vote d’une loi du 31 août qui fixe le prix limite des produits de la mouture du blé en donnant ce rôle au préfet et à une commission consultative63.

  • 64  ADP, CCIP, 2ETP/1/A 100 Rapport présenté au nom de la commission des douanes et questions économiq (...)

34La chambre de commerce de Paris se saisit du dossier à l’automne 1924 et, sous la plume de son spécialiste de ces questions, fait entendre une voix nettement libérale64. Le rapport de Pierre Fournier pose clairement les enjeux qui sont ceux des années vingt pour le blé et le pain :

« La préoccupation constante des pouvoirs publics pendant et depuis la guerre a été de ne pas laisser la question du pain quotidien prendre, au regard de la masse des consommateurs, une tournure que certains, par trop intéressés parfois, prétendent devoir devenir tragique. Nous sommes persuadés que si on dégageait la question du pain des conceptions parasites qui l’encombrent ou la déforment, la solution en serait, sinon aisée, tout au moins plus facile. Mais, à l’heure actuelle, la position du débat est la suivante : d’une part, le gouvernement tient à avoir, pour les consommateurs, le pain à bon marché ; mais, d’autre part, il tient tout autant à avoir, pour contenter les cultivateurs, le blé cher. »

35Rappelant les mesures prises entre 1920 et 1924, il note sévère :

« Malgré, et peut-être à cause de cette réglementation touffue, aucun succès ne couronna les efforts des pouvoirs publics, et le blé et le pain subirent la loi inéluctable : les prix ont marqué une constante ascension. […] Jamais, dans le passé, les contraintes imposées au commerce n’ont fait baisser le prix du pain ; nous sommes persuadés qu’il en sera de même à l’heure actuelle et les “partisans du pain cher” ne sont pas ceux qui critiquent les mesures inefficaces du législateur, mais bien au contraire ceux qui les lui imposent. »

36Deux points complémentaires méritent d’être signalés pour conclure. Le premier est que l’encadrement de l’État des marchés des céréales et du pain pendant le conflit est clairement reconnu au milieu des années vingt par le Conseil d’État. Statuant en 1925 sur des affaires touchant la fin de la guerre, les termes d’un arrêt du contentieux sont tout à fait explicites et méritent d’être précisément cités :

  • 65  Arrêt Société des moulins brestois, affaire 71904, 29 mai 1925, Conseil d’État, Recueil Lebon, 192 (...)

« Considérant que, sous l’empire des nécessités du ravitaillement, le commerce des céréales et des farines et les industries qui s’y rattachent ont fait l’objet, au cours de la guerre, de mesures législatives et réglementaires prises dans l’intérêt de l’alimentation de l’armée et de la population civile et destinées à éviter, d’une part, le gaspillage et, d’autre part, la spéculation ; que, notamment, les lois des 16 oct. 1915, 17 avr. 1916, 7 avr. 1917 ont prévu la taxation par l’administration de la farine, puis d’un certain nombre de céréales parmi lesquelles l’avoine, des sons et issues, et du blé ; qu’enfin le décret du 31 juill. 1917 a placé sous le contrôle de l’État la production totale des céréales visées au décret du 13 juill. 1917 parmi lesquelles le blé et l’avoine, l’achat des céréales, les livraisons de farines et les stocks existant chez les minotiers ; que du fait de ces dispositions et de l’ensemble des textes de loi et de règlement qui les ont complétées, le commerce des céréales et des farines et les industries qui s’y rattachent ont été transformés, en tant que fonctionnant sous le contrôle et sous l’autorité de l’État, en un service d’intérêt général et de défense nationale présentant au plus haut degré le caractère de service public, et dirigé par l’État dans des conditions entièrement différentes de celles où se seraient trouvés un commerçant ou un industriel ordinaires65. »

  • 66  Plusieurs thèses de droit écrites durant la Seconde Guerre mondiale reviennent d’ailleurs sur l’ex (...)
  • 67  Roland Maspétiol, L’ordre éternel des champs. Essai sur l’histoire, l’économie et les valeurs de l (...)

37Enfin, la crise du ravitaillement durant la Première Guerre mondiale et les types d’intervention de l’État sont déterminants pour comprendre certains débats des années trente et, bien sûr, de la Seconde Guerre mondiale66. Le membre du Conseil d’État Roland Maspétiol note, dans sa synthèse sur la France rurale, que « la Première Guerre mondiale donne naissance à un ordre nouveau, précipite des évolutions qui se dessinaient, modifie les équilibres internes de la nation et le rapport des productions agricoles entre les continents67 ».

Notes

1À l’exception de la question du ravitaillement de Berlin et de Paris : Belinda J. Davis, Home Fires Burning: Food, Politics and Everyday Life in World War I Berlin, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2000 ; Thierry Bonzon, B.J. Davis, « Feeding the cities », in Jean-Louis Robert, Jay Winter (dir.), Capital cities at war, London, Paris, Berlin, 1914-1919, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 305-341, et T. Bonzon, « Consumption and Total Warfare in Paris (1914-1918) », in Frank Trentmann, Flemming Just (dir.), Food and conflict in Europe in the age of the two world wars, Basingstoke, New York, Palgrave Macmillan, 2006, p. 49-64 ; Matthew Hilton, Consumerism in 20th-Century Britain, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 53-66, et Avner Offer, The First World War, an agrarian interpretation, Oxford, Clarendon press, 1989.

2  L’ouvrage de référence reste : Michel Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, Publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, 1925. Alain Chatriot, « “Une véritable encyclopédie économique et sociale de la guerre”. Les séries de la Dotation Carnegie pour la paix internationale (1910-1940) », L’Atelier du CRH, 2, http://acrh.revues.org/index413.html. Camille Bloch, Bibliographie méthodique de l’histoire économique et sociale de la France pendant la guerre, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, 1925, p. 29‑37, 52-58, 59-76, 77-79.

3  Dominique Margairaz, Philippe Minard, « Marché des subsistances et économie morale : ce que “taxer” veut dire », Annales historiques de la Révolution française, 2008, 2, p. 53-99.

4  Gaston Jèze, Les dépenses de guerre de la France, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, Publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, 1926, p. 102.

5  Jean-Marie Flonneau, « Crise de vie chère et mouvement syndical 1910-1914 », Le Mouvement social, 72, juillet-septembre 1970, p. 49-81 ; Paul R. Hanson, « The ‘Vie chère’ Riots of 1911 : Traditional Protests in Modern Garb », Journal of social history, printemps 1998, p. 463-481 ; Alain Chatriot, Marion Fontaine, « Contre la vie chère », Cahiers Jaurès, 187-188, janvier-juin 2008, p. 97-116.

6  M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 117-118. Sur ce point, tout le chap. V « Les réquisitions, les taxations et les prix », p. 117-156. Voir également la précieuse liste des lois, décrets, arrêtés et circulaires sur le commerce des produits agricoles entre 1914 et 1921, p. 271-297.

7  Pierre Renouvin, Les formes du gouvernement de guerre, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, Publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, 1925, p. 149 et 151. Un premier service du Ravitaillement, sans rang de secrétariat d’État, a été créé par décret et rattaché au ministère du Commerce le 8 septembre 1914.

8  Maurice Viollette, Six mois au ministère du Ravitaillement général (mars à septembre 1917), Paris, L’Émancipatrice (imprimerie coopérative), 1917.

9  Vilgrain (1880-1942) n’était pas parlementaire, se rapprochant en cela d’autres ministres et secrétaires d’État nommés durant le conflit. Il est issu d’une famille de minotiers lorrains et participe à Londres, en 1916, à la création de l’organisme interallié d’achat du blé le Wheat Executive. Il est sous-secrétaire à l’Agriculture (Ravitaillement) du 17 novembre 1917 au 20 janvier 1920. Il est célèbre pour avoir créé, au début de 1919, les « baraques Vilgrain », des magasins installés dans des baraques militaires pour donner accès aux Parisiens à des produits alimentaires bon marché – sur ce point, Henri Sellier, A. Bruggeman, Marcel Poëte, Paris pendant la guerre, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, Publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, 1926, p. 24-29. Après son départ du gouvernement, il participe à la fondation des Grands Moulins de Paris. On lui reproche, dans ce cadre, quelques spéculations.

10Journal officiel de la République française, Débats parlementaires, Chambre des députés, séance du 12 novembre 1917, p. 2930. Fernand Chapsal (1862-1939) est un docteur en droit. Reçu au concours de l’auditorat du Conseil d’État en décembre 1887, maître des requêtes en 1901, il est nommé directeur des Affaires commerciales et industrielles et démissionne du Palais-Royal en 1904. Il a la charge du ravitaillement civil pendant la guerre.

11  Henri Truchy, Les finances de guerre de la France, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, Publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, 1924, p. 99. Truchy cite en source Louis Marin et son Rapport fait au nom de la commission du budget chargée d’examiner le projet de loi relatif au compte spécial du ravitaillement créé par la loi du 16 octobre 1915, nº 4082, annexe au procès-verbal de la séance du 28 juin 1918.

12  H. Truchy, Les finances de guerre…, op. cit., p. 99. Truchy insiste sur les résultats limités d’une telle démarche.

13  M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 118.

14Ibid., p. 119.

15  Erik Langlinay, « Consommation et ravitaillement en France durant la Première Guerre mondiale (1914-1920) », in Alain Chatriot, Marie-Emmanuelle Chessel, Matthew Hilton (dir.), Au nom du consommateur. Consommation et politique en Europe et aux États-Unis au xxe siècle, Paris, La Découverte, 2004, p. 29-44, p. 32. L’historien cite Pierre Pinot, Le contrôle du ravitaillement de la population civile, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, Publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, 1925. Ce livre, dont l’auteur est membre du Conseil d’État, est très bien renseigné. Il consacre un long chapitre aux céréales panifiables, farine et pain, p. 35-95. L’autre source principale est constituée par les recueils de textes officiels : Ministère du Ravitaillement général, Recueil des lois, décrets, arrêtés, circulaires, rapports, documents intéressant le ravitaillement, Paris, Imprimerie nationale, 1917-1921, 7 vol.

16  E. Langlinay, « Consommation et ravitaillement… », art. cit., p. 35.

17  La réquisition était possible par l’Intendance pour les troupes en marche au nom de la loi du 3 juillet et du décret du 2 août 1877. La cour de cassation, dans un arrêt de la chambre civile du 6 mars 1917, reconnaît que ces réquisitions sont « des actes de puissance publique », Recueil Dalloz, jurisprudence générale, 1917, p. 33-35, avec les conclusions du procureur général Sarrut.

18  On n’a pas mené d’enquête sur ce point, même si des premiers repérages ont montré l’implication des chambres sur ce point, Archives de Paris, Chambre de commerce et d’industrie de Paris (ADP, CCIP), 2ETP/5/4/50 2 Cherté de la vie, lutte contre la hausse des prix, indemnités 1918-1934 (dont le débat parlementaire sur les offices publics d’approvisionnement porté par Albert Thomas en 1919), et 2ETP/5/4/50 3 Prix, taxation 1899-1934.

19  Michel Augé-Laribé précise à son propos que le vote eut lieu « après des travaux préparatoires qui retiennent longuement l’attention de la Chambre et du Sénat », et il ajoute à propos de cette loi : « c’est ainsi qu’on est entré par un chemin détourné sur le terrain des taxations. », M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 133.

20  Marcel Nigay, La taxation française du blé 1914-1919, ses conséquences, Roanne, imprimerie Maurice Souchier, 1921, p. 25.

21  Charles Gide, « La guerre et l’organisation nationale de l’alimentation », Revue d’économie politique, janvier-février 1916, p. 1-17, p. 10.

22  M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 135-136.

23  M. Nigay, La taxation française du blé…, op. cit., p. 66. Le décret du 3 mai 1917 porte même le taux de blutage à 85 %.

24  Julien Ledan, La détermination des prix par l’autorité publique pendant la guerre de 1914-1918, Coulommiers, Imprimerie Paul Brodard, 1919, p. 32.

25Ibid., p. 40.

26  Jean Langlois, La politique du blé en France de 1914 à 1925, Paris, Librairie moderne de droit et de jurisprudence, 1926, p. 24.

27  M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 147.

28  Alfred Beaucourt, La politique du pain pendant la guerre (1914-1919), Paris, Librairie Arthur Rousseau, 1919, p. 138‑139.

29  Maxime Miane, Le bureau permanent des céréales, Annecy, Imp. Dépollier, 1919, p. 7-8. L’ouvrage comporte dans sa 2e partie une étude de l’organisation appliquée à la Haute-Savoie ; l’auteur, conseiller de préfecture, y dirige alors le bureau permanent des céréales.

30  Henri Hitier, Joseph Hitier, « L’intervention de l’État dans le domaine agricole », Expansion économique, avril 1918, p. 1.

31  Pierre Chancerel, « Le financement du ravitaillement en charbon pendant la Première Guerre mondiale : entre innovation administrative et bricolage comptable », in Florence Descamps et Laure Quennouëlle-Corre (dir.), Finances publiques en temps de guerre 1914-1918. Déstabilisation et recomposition des pouvoirs, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016, p. 233-248, [en ligne : https://books.openedition.org/igpde/4343].

32  G. Jèze, Les dépenses de guerre…, op. cit., p. 35.

33  Article 6 du décret du 3 septembre 1900 relatif au ravitaillement de l’armée et de la population civile des places fortes.

34  Cité par P. Pinot, Le contrôle du ravitaillement, op. cit., p. 15.

35  G. Jèze, Les dépenses de guerre…, op. cit., p. 107-108. Jèze cite en source Stanislas de Castellane et son Rapport au nom de la commission des marchés de la guerre, et la discussion de la Chambre sur ce rapport le 16 février 1921.

36  Joseph Carret, Le régime des céréales et de la meunerie, Paris, Imprimerie générale Lahure, 1919.

37Lauren Janes, « Selling rice to wheat eaters: the colonial lobby and the promotion of Pain de riz during and after the First World War », Contemporary French Civilization, 38, 2, 2013, p. 179-200.

38Will D. Swearingen, « In Pursuit of the Granary of Rome: France’s Wheat Policy in Morocco, 1915-1931 », International Journal of Middle East Studies, 17, 3, août 1985, p. 347-363.

39  Fabienne Bock, Un parlementarisme de guerre 1914-1919, Paris, Belin, 2002, p. 222-223.

40Marjorie Milbank Farrar, Conflict and compromise: the strategy, politics and diplomacy of the French blockade, 1914-1918, La Haye, M. Nijhoff, 1974. Il s’agit d’une approche d’histoire diplomatique, mais qui repose sur le dépouillement des archives privées de Denys Cochin et des papiers de Fernand Chapsal – aux Archives nationales, F23 Services extraordinaires des temps de guerre, service du ravitaillement civil 1914-1920.

41  Étienne Clementel, La France et la politique économique interalliée, Publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, 1931.

42  Yann Decorzant, La Société des Nations et la naissance d’une conception de la régulation économique internationale, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2011.

43  Camille Meillac, L’effort du ravitaillement français, Paris, Librairie Félix Alcan, 1921 ; Frank M. Surface, Raymond L. Bland, American Food in the World War and Reconstruction Period. Operations of the Organizations Under the Direction of Herbert Hoover 1914 to 1924, Stanford, Stanford University Press, 1931, p. 186-188 et 608-609. Voir, sur cette action, Paul Collinet, Paul Stahl, Le ravitaillement de la France occupée, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, Publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, 1928, et, plus récemment, Sébastien Farré, Colis de guerre. Secours alimentaire et organisations humanitaires (1914-1947), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014 ; Clotilde-Druelle-Korn, « From an Alice in Wonderland idea? Financer le ravitaillement de la France occupée », in. F. Descamps et L. Quennouëlle-Corre (dir.), Finances publiques en temps de guerre 1914-1918…, op. cit., p. 207-232.

44  Henri Chardon, L’organisation de la République pour la paix, Paris, New Haven, PUF, Yale University Press, Publications de la Dotation Carnegie pour la paix internationale, 1927, p. 20.

45  Stéphane Rials, Administration et organisation. De l’organisation de la bataille à la bataille de l’organisation dans l’administration française, Paris, Beauchesne, 1977 ; F. Bock, « L’exubérance de l’État en France de 1914 à 1918 », Vingtième Siècle, nº 3, juillet 1984, p. 41-51 ; A. Chatriot, « Fayol, les fayoliens et l’impossible réforme de l’Administration durant l’entre-deux-guerres », Entreprises et Histoire, nº 34, décembre 2003, p. 84-97 ; A. Chatriot, « Discours et pratiques de réformes de l’administration française (1910-1939) », in Silvia Marton, Anca Oroveanu, Florin Turcanu (dir.), L’État en France et en Roumanie aux xixe et xxe siècles, actes du colloque tenu les 26 et 27 février 2010, Bucarest, New Europe College, 2011, p. 21-52.

46  John Barzman, « Entre l’émeute, la manifestation et la concertation : la “crise de la vie chère” de l’été 1919 au Havre », Le Mouvement social, 170, janvier-mars 1995, p. 61-84 ; Tyler Stovall, « Du vieux et du neuf : économie morale et militantisme ouvrier dans les luttes contre la vie chère à Paris en 1919 », Le Mouvement social, 170, janvier-mars 1995, p. 85-113, et, du même auteur, Paris and the Spirit of 1919: Consumer Struggles, Transnationalism, and Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, p. 182-237.

47  Georges Renard, La vie chère, Paris, G. Doin, 1921.

48  C. Gide, La lutte contre la cherté et la coopération, cours sur la coopération au Collège de France décembre 1924-mars 1925, Paris, Association pour l’enseignement de la coopération, 1925.

49  Auguste Arnauné, Colson, Delatour, d’Eichtal, d’Haussonville, Raphaël-Georges Lévy, Ribot, G. Schelle, Souchon et Welschinger, Des causes de la cherté actuelle de la vie, Rapports et observations présentés à l’Académie des sciences morales et politiques, Paris, Félix Alcan, 1920, débats lors des séances entre mars et novembre 1919.

50  M. Augé-Laribé, L’agriculture pendant la guerre, op. cit., p. 211.

51Ibid., p. 213.

52Ibid., p. 214-215.

53  Cité par H. Sellier, A. Bruggeman, M. Poëte, Paris pendant la guerre, op. cit., p. 39.

54  Pinot précise : « les délais impartis par l’article 7 de la loi du 9 août 1920 ne purent être observés, en raison de l’ampleur et de la complexité des opérations à liquider. », P. Pinot, Le contrôle du ravitaillement, op. cit., p. 18.

55Ibid., p. 292. En complément, il faudrait étudier en détail les différents rapports parlementaires sur cette question, entre autres celui de Louis Marin du 28 juin 1918 (nº 4802), ou le projet de budget pour 1923 (nº 4220 en 1922). Sur l’ensemble des comptes spéciaux, le rapporteur général de la commission des finances à la Chambre des députés estime en 1922 que le total des dépenses n’est pas inférieur à 35 milliards, cité par G. Jèze, Les dépenses de guerre…, op. cit., p. 37. Jèze se montre prudent sur ce chiffre (p. 42).

56  Commission centrale d’études relatives au coût de la vie, Compte rendu des travaux au cours de l’année 1920, Paris, Imprimerie nationale, 1921.

57Ibid., p. III.

58Ibid., p. 63.

59Ibid., p. 536.

60  Charles Eber, Alfred Hot, Le blé en France, Paris, Dunod, 1938, p. 142-143.

61  J. Langlois, La politique du blé…, op. cit., p. 67, et pour les autres dispositions législatives et réglementaires entre 1920 et 1924, p. 68-70. La Revue politique et parlementaire ouvre en particulier ses pages à des articles polémiques sur le sujet en 1921.

62  Point rapporté dans sa notice de sénateur. Par ailleurs, le propos « l’épi sauvera le franc » qui lui est prêté et souvent répété reste cependant difficile à « sourcer » et donc à « contextualiser ».

63  Stéphane Lembré, « L’apprentissage de la régulation. L’État, les professionnels et les marchés du blé, de la farine et du pain dans le nord de la France (années 1920 et 1930) », in A. Chatriot, Edgar Leblanc, Édouard Lynch (dir.), Organiser les marchés agricoles. Le temps des fondateurs, des années 1930 aux années 1950, Paris, Armand Colin, 2012, p. 147-164, p. 149-150, et A. Chatriot, La politique du blé. Crises et régulations d’un marché dans la France de l’entre-deux-guerres, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016, [en ligne : https://books.openedition.org/igpde/4171].

64  ADP, CCIP, 2ETP/1/A 100 Rapport présenté au nom de la commission des douanes et questions économiques par Pierre Fournier et dont les conclusions ont été adoptées par la Chambre de commerce de Paris dans sa séance du 17 décembre 1924.

65  Arrêt Société des moulins brestois, affaire 71904, 29 mai 1925, Conseil d’État, Recueil Lebon, 1925, p. 534-535.

66  Plusieurs thèses de droit écrites durant la Seconde Guerre mondiale reviennent d’ailleurs sur l’expérience de ravitaillement du premier conflit mondial, Pierre Esquilat, Le ravitaillement de la France en temps de guerre, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1941, et Philippe Choumert, L’organisation administrative et professionnelle du ravitaillement de l’État français, Paris, Librairie Arthur Rousseau, 1942.

67  Roland Maspétiol, L’ordre éternel des champs. Essai sur l’histoire, l’économie et les valeurs de la paysannerie, Paris, Librairie de Médicis, 1946, p. 398.

Auteur

Professeur des universités à Sciences Po depuis septembre 2015, Alain Chatriot a été pendant dix ans chargé de recherche au CNRS. Il travaille sur l’histoire de l’État, des institutions et de l’action publique. Ses publications récentes en relation avec le sujet sont : La politique du blé. Crises et régulation d’un marché dans la France de l’entre-deux-guerres, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016, [en ligne : http://books.openedition.org/igpde/4171] ; Pierre Mendès France. Pour une République moderne, Paris, Armand Colin, 2015 ; « Organisation des marchés et administration des politiques agricoles dans la France de l’entre-deux-guerres », in Serge Wolikow Florian Humbert (dir.), Une histoire des vins et des produits d’AOC. L’INAO, de 1935 à nos jours, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2015, pp. 19-28 ; « The Laws of the markets: historical perspective on political economic regulation. The example of twentieth-century French agricultural policy », Economic Sociology European Electronic Newsletter, 15, 3, June 2014, pp. 12-18, [en ligne : http://econsoc.mpifg.de/downloads/15_3/chatriot_15_3.pdf] ; « Les paysans au cœur de la République », in Marion Fontaine, Frédéric Monier, Christophe Prochasson (dir.), Une contre-histoire de la IIIe République, Paris, La Découverte, 2013, pp. 353-363.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site