Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une fiscalité de guerre ?

 | 
Florence Descamps
, 
Laure Quennouëlle-Corre

L’impôt ou l’emprunt ? Les choix des trois belligérants, Grande-Bretagne, Russie, Allemagne

Les limites à l’endurance humaine : le consentement et la résistance à la fiscalité de guerre en Grande‑Bretagne

Martin Daunton

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le choix crucial entre le recours à l’emprunt et le recours à l’impôt […] doit être envisagé en tenant compte de la situation actuelle tout en considérant l’avenir. Une guerre qui se prolonge peut faire basculer le pays dans le chaos social, la ruine, voire la révolution […]. Il y a des limites à l’endurance humaine et à la misère économique qu’un État peut infliger à sa population1 ».

Lorsque la Grande-Bretagne s’engage dans la Première Guerre mondiale, son système d’imposition est plus solide et plus souple que celui de la plupart des autres nations belligérantes. L’impôt sur le revenu adopté pendant les guerres de la Révolution française et de l’Empire napoléonien a certes été abandonné en 1816, mais, réintroduit en 1842, il devient un pilier du système fiscal. À l’issue du vote du « budget du peuple » de 1909, la fiscalité revêt un caractère progressif avec l’instauration d’un « superimpôt » et, dans le même temps, l’introduction d’abattements en faveur des hommes mariés et pèr...

Auteur

Enseignant à l’université de Durham et à l’University College de Londres, professeur d’histoire britannique à l’université de Cambridge avant de devenir professeur d’histoire économique de 1997 à 2015, Martin Daunton a également dirigé Trinity Hall, l’un des départements de l’université de Cambridge, de 2004 à 2014 et été directeur de l’École des sciences humaines et sociales de 2013 à 2015. Il a été président de la Royal Historical Society de 2004 à 2008 et est actuellement commissaire pour English Heritage. Il a beaucoup écrit sur l’histoire économique britannique, en particulier sur la politique économique et sociale et les limites du marché. Il a publié deux livres sur l’histoire de la fiscalité en Grande-Bretagne : Trusting Leviathan: The Politics of Taxation in Britain, 1799-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 2001 et Just taxes: The Politics of Taxation in Britain, 1914-1979, Cambridge, Cambridge University Press, 2002. En 2017 : The Political Economy of Public Finance: Taxation, State Spending and Debt since the 1970s, Cambridge UP 2017, co-redigé avec Marc Buggeln and Alexander Nutzenadel.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540