Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le financement des infrastructures de transport XVIIe-début XIXe siècle

 | 
Anne Conchon
, 
David Plouviez
, 
Éric Szulman

Les modalités de financement à l’échelle régionale : l’autonomie politique en question

Le financement des travaux portuaires civils en pays d’états (xviiexviiie siècle)

Stéphane Durand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le développement des trafics maritimes aux xviie et xviiie siècles, dans l’Atlantique comme en Méditerranée, justifia la construction d’importantes infrastructures portuaires dans l’espace littoral du royaume1. Si certains ports restèrent peu équipés, tel celui de Bordeaux, d’autres furent l’objet d’investissements coûteux, comme celui de Sète. Peu d’organismes portuaires de quelque importance, dans la complexité de leur hiérarchie, échappèrent à ce vaste mouvement d’équipement, qui connut un essor général au cours du xviiie siècle.

Or, une part significative des ports du royaume se situait en pays d’états : la Bretagne, la Provence – principalement – ou encore le Languedoc représentaient une partie considérable du potentiel portuaire de la France. Dans ces provinces, l’administration royale cohabitait et collaborait avec des assemblées d’états qui, au fil du temps, s’engagèrent dans la mise en œuvre de politiques publiques de plus en plus diverses, voire se dotèrent de véritables te...

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540