Version classiqueVersion mobile

Le financement des infrastructures de transport XVIIe-début XIXe siècle

 | 
Anne Conchon
, 
David Plouviez
, 
Éric Szulman

Les modalités de financement à l’échelle régionale : l’autonomie politique en question

Financer la navigation fluviale : l’exemple picard au siècle des Lumières

Anne-Sophie Condette-Marcant

Texte intégral

  • 1  Pays de Somme, Pays de l’eau, xvie-xviiie siècles, Amiens, Archives départementales, 1990 ; De Som (...)
  • 2  Archives municipales dAmiens (Arch. mun. Amiens), Hi 3586, Instruction générale pour les intéress (...)

1La Picardie est riche de cours d’eau, les plus importants étant la Somme, l’Aisne et l’Oise, chacun d’entre eux ayant donné leurs noms, à la Révolution, aux départements qui la composent. Les voies navigables modèlent ainsi le paysage géographique et administratif de cette région et rythment, par leurs méandres, le développement de ce territoire naguère compris dans les généralités d’Amiens et de Soissons. Le « Nil » picard, ce fleuve tranquille qu’est la Somme, prend sa source à Fontsomme puis parcourt 245 kilomètres avant de se jeter dans la Manche, à Saint-Valery-sur-Somme1. La rivière Aisne, quant à elle, trouve son origine aux confins de la Meuse et de la Marne actuelle. Longue de 355 kilomètres, elle sillonne la Champagne et la Picardie avant de rejoindre l’Oise dont elle est un affluent. Cette dernière, troisième grand axe fluvial, a son berceau niché en Belgique. Partant du Nord, cet affluent impétueux de la Seine fait dès lors l’objet de toutes les attentions2.

  • 3  Éric Szulman, La navigation intérieure sous l’Ancien Régime. Naissance d’une politique publique, R (...)
  • 4  Arch. mun. Amiens, Hi 3586, Instruction générale pour les intéressés au canal de Picardie, 1728. I (...)
  • 5  Il existe des transports de personnes par voie fluviale. À Abbeville, des barques, appelées picoti (...)

2En raison de la localisation des sources de ces voies d’eau et de leur conjonction naturelle, les projets de navigation dépassent bien vite le seul cadre picard. Certes, la province est au cœur de la réflexion mais, au xviiie siècle, les intentions sont beaucoup plus ambitieuses : les liaisons fluviales sont envisagées en réseau dans l’ensemble du royaume3. Concrètement, il s’agit de faire communiquer la Somme et l’Oise, puis l’Oise et l’Escaut, de manière à ce que la confluence avec l’Aisne et la Seine permettent au Nord, à la Picardie, à la Champagne et à l’Île-de-France d’être connectées. Ensuite, il est proposé de relier le Nord avec la partie méridionale, la Manche avec la Méditerranée, toutes les provinces de France pouvant ainsi, grâce aux aménagements en Picardie, via Paris, transporter leurs productions aux quatre coins de l’Hexagone4. L’enjeu est naturellement marchand : il faut que le commerce trouve dans la navigation intérieure les conditions de son épanouissement5.

  • 6  Arch. dép. Somme, C 1412 doc. 15, Seconde instruction pour les intéressés au canal de Picardie, 17 (...)
  • 7  Arch. mun. Amiens, Hi 3586, Instruction générale pour les intéressés au canal de Picardie, 1728.
  • 8Ibid.
  • 9Ibid.

3Les arguments présentés au roi pour obtenir l’autorisation d’ouvrir des canaux ne manquent pas. Rapidité, sûreté et abaissement des coûts sont présentés comme autant d’avantages attachés aux infrastructures fluviales en comparaison de l’acheminement par voies terrestres6. L’approvisionnement de Paris est également un thème majeur. Il faut que les échanges se développent et que le transport fluvial draine toutes les denrées vers la capitale. Une instruction de 1728 vante, en ce sens, les avantages commerciaux pour Paris, affirmant que grâce aux canaux, les grains arriveront en abondance, les provinces de Picardie, d’Artois et de Cambrésis, riches en blés, pouvant fournir au moins un tiers de la consommation aux Parisiens7. La dimension économique européenne est aussi évoquée. Par le port de Saint-Valery sont attendues des denrées de Hollande et d’Irlande tels que les saumons et les fromages, de même que l’on espère des minerais et des teintures d’Angleterre et d’Écosse8. La liaison avec l’Escaut est également valorisée eu égard aux relations avec Amsterdam9. Les canaux constituent dans l’argumentaire un premier jalon dans l’édification d’un marché commun.

4Le pouvoir royal, à la lecture des nombreux mémoires soulignant les avantages des infrastructures de transport fluvial en Picardie, est convaincu de l’intérêt public de tels aménagements. Le problème ne réside pas tant dans la mise en œuvre des travaux, que dans l’épineux problème du financement. L’État n’a pas toujours les moyens de sa politique. Les devis et détails estimatifs annoncent des frais de plusieurs millions de livres et le Trésor royal, dépourvu de fonds disponibles dédiés aux canaux, est bien en peine de supporter à lui seul l’effort financier. Le pouvoir central est tiraillé entre la nécessaire intervention étatique, pour des réalisations d’utilité publique, et les contraintes budgétaires.

5Devant ce dilemme, une première phase, au début du xviiisiècle, s’ouvre sur la concession. Des particuliers et des compagnies se chargent des travaux moyennant une rémunération sur leur réalisation. Le financement est privé. Mais l’échec est avéré. Aussi, une seconde phase, dans la seconde moitié du siècle, atteste de l’engagement étatique dans la politique de travaux publics : il ne faut plus concéder les ouvrages publics, l’État doit être le principal acteur en charge de la politique économique, un financement public s’impose alors.

I. Le financement privé des infrastructures de transport : des concessions à vau-l’eau

  • 10  Anne Conchon, « Financer la construction d’infrastructures de transport : la concession aux xviie (...)
  • 11  « Colbert eût préféré que tous les travaux concernant la navigation intérieure fussent exécutés pa (...)
  • 12  Arch. mun. Amiens, Pic 511, tarifs des droits que « le roi en son Conseil veut et ordonne être pay (...)

6La concession de travaux publics10 est le mode de réalisation des ouvrages publics le plus prisé pour les canaux depuis le xviisiècle11. Ce contrat permet de faire supporter financièrement l’entreprise à une tierce personne, à charge pour l’État de la dédommager des efforts consentis. En substance, pour compenser les importantes dépenses engagées pour la réalisation de l’ouvrage public, le concessionnaire bénéficie du privilège de navigation et de bon nombre de droits, le plus important étant celui d’exploiter l’ouvrage. Les droits de péage, déterminés par le pouvoir royal12, sont ainsi constitutifs de la rémunération du concessionnaire.

  • 13  Arch. nat., F 14 609, lettres patentes de juillet 1662 accordant au duc de Guise la concession du (...)
  • 14  Anne-Sophie Condette-Marcant, Bâtir une généralité. Le droit des travaux publics dans la généralit (...)

7Trois concessions13 intéressent les voies fluviales en Picardie aux xviie et xviiie siècles14, mais seules celles de Caignart de Marcy et de Crozat permettent d’évoquer le financement privé des infrastructures de transport.

A. Les ambitieux projets de navigation de Caignart de Marcy

  • 15  Arch. mun. Amiens, Hi 3586, Instruction générale pour les intéressés au canal de Picardie, 1728. L (...)

8Paul-Henry Caignart, sieur de Marcy est doyen des conseillers du bailliage de Saint-Quentin. Simple particulier, il propose de rendre l’Oise et la Somme navigables et de joindre les deux cours d’eau par un canal dit de Picardie15.

  • 16  Arch. dép. Somme, 1 C 1412, lettre adressée à l’intendant afin d’obtenir son avis sur les proposit (...)
  • 17  Le roi a nommé des commissaires pour l’exécution du canal concédé à Caignart de Marcy. Il s’agit d (...)
  • 18  Joseph Dutens, Histoire de la navigation intérieure de la France, Paris, A. Sautelet, 1829, p. 412
  • 19  Arch. nat., F 14 609, traité devant notaire entre la veuve du duc de Brunswick et de Lunebourg et (...)

9Le roi, saisi du projet en 172116, commet un ingénieur pour envisager les contraintes techniques avant de débattre dans son Conseil de la faisabilité juridique et financière du projet. La concession n’exclut aucunement, en effet, l’intervention du pouvoir royal17. L’État en tant que partie contractante se préoccupe des relevés, des plans et du tracé de l’ouvrage, ainsi que des devis et des détails estimatifs, ces pièces étant indispensables à l’appréhension de l’effort financier. Le devis chiffre la dépense comme suit : travaux à exécuter du côté de l’Oise : 1 200 000 livres tournois (Lt) ; travaux du côté de la Somme : 2 200 000 Lt ; canal de jonction : 2 281 800 Lt ; soit au total : 5 681 800 Lt18. À ces sommes, il faut encore ajouter le dédommagement des héritiers du duc de Guise afin d’obtenir le privilège de navigation sur l’Oise19.

  • 20  Arch. dép. Somme, C 1412 doc. 14, édit du roi portant permission de faire une navigation en Picard (...)
  • 21  Arch nat., F 14 9786, arrêt du Conseil concernant les actionnaires du canal de Picardie, 14 avril (...)
  • 22  Arch. mun. Amiens, Hi 3586, traité devant Besnier, notaire à Paris, 12 décembre 1727.
  • 23Ibid.
  • 24  Malheureusement, la comptabilité des travaux au canal de Picardie de 1727 à 1733 est inconnue. Il (...)

10Malgré l’importance des montants allégués, Caignart de Marcy s’engage à mener à bien les projets et obtient la permission de faire un canal en Picardie par un édit de septembre 172420. Si la loi du roi évoque « Marcy et ses associés », ceux-ci ne sont pas précisément individualisés. Aucun acte notarié ne prouve la constitution d’une société au moment de la délivrance du privilège de navigation par le roi. Seule une assertion, dans un arrêt du Conseil de 1733, évoque une prétendue compagnie qui serait restée dans l’inaction pendant quatre années21. Il faut attendre décembre 1727 pour appréhender l’existence d’un acte de société formel entre onze financiers et Caignart de Marcy22. En échange de la cession du bénéfice des dispositions royales de 1724, les intéressés s’engagent chacun à délivrer 100 000 Lt. Cette somme correspond à un droit d’entrée et leur confère une prééminence dans la société : ils ont le titre de directeur. Outre ces premiers associés, il s’agit d’obtenir, dans un délai de cinq ans, les six millions requis pour mener à bien les ouvrages. À cette fin, il est question d’émettre des actions à concurrence de 1 000 Lt chacune. Pour susciter l’adhésion, il est indiqué dans la convention qu’il sera fait aux intéressés une répartition du produit prélevé sur le transport des marchandises transitant sur l’Oise, puis sur la Somme23. Cette fois, les dépenses et recettes sont clairement définies, la finance semble maîtrisée24, les infrastructures de transport peuvent recevoir un début d’exécution. Mais c’est un échec. La plupart des directeurs quittent la compagnie, laissant seuls Caignart de Marcy et Antoine Crozat.

B. Un succès relatif : l’ouverture du canal Crozat

  • 25É. Szulman, op. cit., p. 54.
  • 26  Arch. nat., F 14 9786, arrêt du Conseil du roi concernant les actionnaires du canal de Picardie, 1 (...)
  • 27Ibid. Le privilège de Caignart de Marcy a été révoqué par des lettres patentes du 4 juin 1732, reg (...)
  • 28Ibid.
  • 29  Arch. nat., F 14 609, mémoire relatif au canal de Picardie, 1767.
  • 30J. Dutens, op. cit., p. 414. Il ne s’agit que d’assertions, les archives nationales et département (...)

11Antoine Crozat, protégé du régent, est à la tête de la compagnie mise sur pied pour construire le canal de Provence en 171825. Son intérêt pour la navigation fluviale en général, et la finance autour du transport par voie d’eau en particulier, explique qu’en 1727 il s’engage auprès de Caignart de Marcy en tant que directeur. Son investissement est essentiel et, de son propre aveu, « l’entreprise eut été totalement abandonnée sans les grandes sommes26 » qu’il a investies. Aussi, en 1732, il entend tirer bénéfice de son engagement. Il désire que lui soit attribué le privilège de navigation afin de lever des fonds et de continuer les opérations de navigation. Le 14 avril 1733, le roi lui donne satisfaction, il est le seul maître des fonds et très-fonds de la Somme et de l’Oise, il lui incombe désormais la réalisation, puis l’exploitation et l’entretien du canal de Picardie27. Ce faisant, Crozat n’est pas le seul à supporter l’effort de financement des infrastructures de transport fluvial. Il obtient la permission d’inviter le public à concourir au bien de l’entreprise. Le roi lui accorde le droit de distribuer 10 000 actions au porteur de 500 Lt chacune, un échéancier étant établi pour favoriser la délivrance des fonds et séduire toujours davantage de financiers28. Il faut par ailleurs préciser que les actionnaires du canal de Provence sont invités à investir dans le canal de Picardie, l’État fixant un délai pour permettre la conversion des actions29. Un mémoire sur l’entreprise de Crozat atteste qu’il obtient 1 354 000 Lt de mise de départ. C’est loin des cinq à six millions requis, mais sa réputation et sa détermination constituent autant d’atouts pour le succès de l’entreprise. En quatre années, Crozat réussit l’exploit d’opérer la jonction entre la Somme et l’Oise. Au total, quatre millions auraient été dépensés30, les sommes provenant majoritairement de sa fortune personnelle. En effet, la conversion des actions du canal de Provence n’a finalement pas tenu ses promesses et bon nombre d’associés se sont détournés du projet. C’est à Crozat, seul, qu’il faut attribuer la réussite financière des travaux de navigation.

  • 31  Sans nul doute, « la disparition de Crozat en 1738 a effectivement interrompu les travaux et a com (...)
  • 32  Arch. nat., F 14 609, mémoire relatif au canal de Picardie, 1767.

12Son décès, en 1738, à l’âge de 83 ans, a une incidence directe sur l’entreprise projetée. Les travaux sur la Somme sont interrompus31, ceux conduits sur l’Oise ne sont pas plus achevés. Seul le canal de liaison est la preuve tangible de la réussite du financier. Celle-ci semble toutefois très relative eu égard aux premières ambitions. Ceci étant, l’exploitation du canal paraît viable. Un mémoire évoque des frais d’entretien de 11 200 Lt pour un produit brut de 70 000 Lt, soit un bénéfice de 58 800 Lt annuel32. Le temps a pourtant raison de la gestion privée. Un concessionnaire ne doit pas se contenter de financer les infrastructures puis de les exploiter en se rémunérant sur celles-ci : il doit les entretenir. Trente ans après la disparition de Crozat, des dégradations sont dénoncées, les ayants droit allèguent qu’ils subissent des pertes financières, ils sont déficitaires d’au moins 3 000 Lt par an.

  • 33  Arch. nat., F 14 609, mémoire au Conseil du roi présenté par Parent, principal commis de Bertin, 2 (...)
  • 34  Le duc de Choiseul est partie prenante dans ce dossier. Il a épousé Louise Honorine Crozat du Chât (...)
  • 35  Arch. nat., F 14 609, mémoire au Conseil du roi présenté par Parent, principal commis de Bertin, 2 (...)

13En 1766, le Conseil du roi est saisi d’une requête singulière : soit les héritiers obtiennent du roi de détruire le canal et de vendre les matériaux et terrains pour se dédommager des fonds engagés, soit le roi rachète le privilège de navigation et les indemnise à concurrence de quatre millions de livres33. Indépendamment des intrigues et des enjeux particuliers34, le débat sur la proposition atteste l’hostilité au recours à la concession. Désormais, il n’est plus question d’attendre les sollicitations, le pouvoir royal doit devenir l’acteur d’une politique économique ambitieuse et financer les infrastructures de transport fluvial35.

II. Le financement public des infrastructures de transport

  • 36  Au xixe siècle, ce canal est nommé canal de Saint-Quentin ; J. Dutens, Histoire de la navigation…,(...)
  • 37  Arch. nat., F 14 609, mémoire sur le canal de Picardie qui rapporte les dispositions de l’arrêt du (...)
  • 38  Arch. nat., F 14 609, mémoire sur le canal de Picardie, 1767.
  • 39  Arch. dép. Somme, 1 C 1437 doc. 1, projet d’arrêt du Conseil pour rendre navigable la rivière de S (...)
  • 40  Au xixe siècle, ce canal a été nommé canal de la Somme puis canal du duc d’Angoulême ; J. Dutens, (...)

14Les travaux entrepris dans les années 1770 se placent dans la continuité des réalisations du début du siècle. Il s’agit de poursuivre les travaux engagés par les précédentes compagnies et de prolonger les canaux jusqu’à l’Escaut. En ce sens, le roi en son Conseil, dans un arrêt du 24 février 1769, ordonne les travaux de Saint-Quentin36 à Valenciennes afin de relier l’Oise à la Flandre37. Deux ans plus tard, il réunit, sous une même administration, l’ancien canal Crozat et le nouveau canal de Picardie vers l’Escaut pour ne former qu’un seul et même ouvrage sous le nom générique de canal de Picardie38. Outre ce premier engagement, il est question de rendre la Somme et l’Oise navigables pour favoriser les exportations et les importations des objets de consommation. Aussi, le 1er juillet 177039, un arrêt du Conseil du roi commande des travaux pour relier Amiens au précédent canal40 afin de créer un vaste réseau de communication fluviale. Ce canal est dénommé, généralement, canal de la Somme.

  • 41  Louis Thibault, « Contribution à une typologie de l’entrepreneur industriel au xviiie siècle : le (...)
  • 42Discours prononcé à la séance publique de l’académie des sciences, belles lettres et arts d’Amiens(...)
  • 43  Arch. dép. Somme, 1 C 1417 doc. 3, mémoire de Laurent de Lionne concernant les avantages et les in (...)
  • 44  Arch. dép. Somme, 1 C 1445 doc. 7 et 8, correspondance entre l’intendant Bruno d’Agay et Laurent d (...)

15Puisque désormais le roi a la pleine maîtrise des ouvrages, il confie la réalisation des infrastructures aux ingénieurs de son choix. D’abord, il accorde sa confiance à Pierre-Joseph Laurent41, fils d’éclusier, ingénieur hydraulique autodidacte. Il est nommé directeur général des canaux de Picardie et de la navigation de l’Escaut. Puis, à la mort de celui-ci, en 1773, le titre échoit à son neveu, Laurent de Lionne42. Ces deux hommes, qui ont toute latitude pour diriger les travaux, décident de recourir à la régie. Ce mode d’exécution suppose de commettre des ouvriers en nombre et de les rémunérer à la journée ou à la tâche. Même si le roi préfère l’adjudication, véritable marché de travaux publics, la régie présente ici l’intérêt de faire des économies43 et de maîtriser l’avancement des travaux sur les différents ateliers44.

16Malgré les unités de temps, de personne et de réalisation, les financements des canaux de Picardie et de Somme ne sont pas strictement identiques, le premier bénéficie de fonds royaux tandis que le second est soutenu par des revenus provinciaux. Par conséquent, les comptabilités des deux infrastructures doivent être envisagées de manière distincte.

A. Réaliser le canal de Picardie grâce aux fonds royaux

  • 45  J. Dutens, op. cit., p. 414 et suiv. Il est question du tracé de l’ingénieur de Vicq, puis de la r (...)
  • 46  Arch. dép. Somme, 1 C 1422. En 1780, le tracé de Laurent est encore dénoncé. Une lettre adressée a (...)
  • 47Discours prononcé…, op. cit.
  • 48  Arch. nat., F 14 609, mémoire sur le canal de Picardie, 1767.
  • 49Discours prononcé…, op. cit.
  • 50  Arch. nat., F 14 609, mémoire sur le canal de Picardie, 1767.
  • 51Ibid.
  • 52Ibid.
  • 53Arch. nat., F 14 609. Pour le compte de 1768, la recette s’élève à 12 722 livres 14 sols 2 deniers (...)

17La jonction de la vallée de la Somme à l’Escaut a toujours suscité l’intérêt, mais les difficultés techniques ont longtemps freiné la réalisation de l’entreprise45. Il ne s’agit pas seulement d’excaver le terrain et de creuser le lit des fleuves et des rivières, il faut percer le plateau picard et y construire un canal souterrain alimenté par la nappe phréatique46. Le duc de Choiseul, protecteur de Pierre-Joseph Laurent, obtient du roi qu’il approuve les plans de ce dernier et délivre des fonds pour sa faisabilité. En substance, 300 000 Lt par an, affectées sur le trésor royal, sont affectées à la réalisation de cette infrastructure47. Considérant que les sommes pourraient être insuffisantes, il est prévu en outre de combler les déficits existants grâce à la caisse des domaines et des bois de Picardie48. Cette précaution n’est pas superflue : a priori Choiseul n’aurait tenu ses engagements que les seuls six premiers mois et, ensuite, les retards se seraient accumulés et les sommes se seraient amenuisées49. Par ailleurs tout semble indiquer que Forceville de Méricourt, receveur et contrôleur général en charge de la comptabilité du canal n’ait pas assuré une gestion très rigoureuse. Il est question « d’états de caisse informes50 », « d’une comptabilité peu en règle51 », « même la correspondance ne donne aucun aperçu de la dépense52 ». Très vite, les déficits se creusent et le service des domaines doit y remédier53.

  • 54  Les travaux ont été interrompus en 1775 et Trudaine a le souhait de redresser la gestion du canal (...)
  • 55  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 4, lettre de De Cotte à d’Agay : « je viens Monsieur et cher confr (...)

18En 1774, Turgot et Trudaine décident de ramener l’ordre dans l’entreprise du canal de Picardie, les travaux sont interrompus et une vaste réflexion est menée. Lorsque, finalement, il est décidé de reprendre les opérations, un contrôle financier par le service des Ponts et Chaussées est institué54. Un trésorier est commis en Picardie pour faire le relais entre Paris et les bureaux de perception des droits sur le canal, afin de présenter les états de dépenses effectuées au niveau local et de requérir des recettes auprès du pouvoir central55. Cette fois, les comptes semblent tenus plus sérieusement.

  • 56  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 58, mémoire de M. Leleu, 1er avril 1788. M. Leleu « a été chargé d (...)
  • 57  Arch. dép. Somme, 1 C 1418 et 1 C 1435 doc. 15. En 1776, le bail de la pêche, des digues et arbres (...)
  • 58  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 69, lettre de Chaumont de la Millière à d’Agay, 2 janvier 1789 : « (...)

19Ainsi, indépendamment des fonds particuliers délivrés par le roi56, les recettes se décomposent en droits de navigation, en ferme des digues et eaux du canal57, en adjudications de terrains et en rentes. Quant aux dépenses, si elles sont connues depuis 1777, aucun détail n’est fourni avant 1786. À cette date, elles se divisent principalement en frais de journées d’ouvriers, en salaires d’employés, en fournitures de matériaux et en indemnités d’expropriation. Là réside finalement la difficulté : le travail en régie suppose de présenter au caissier des dizaines, voire des centaines de feuillets mobiles avec l’indication de toisés, d’appointements, de fournitures et d’ordonnances visant à verser les dédommagements pour cause d’éviction forcée. En raison de la diversité des documents et de leur présentation éparse, il est extrêmement délicat d’avoir une vue d’ensemble des recettes et des dépenses58.

  • 59  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 57, mémoire de Leleu, trésorier des Ponts et Chaussées, 27 décembr (...)
  • 60  Nous ne disposons pas du détail des fonds des Ponts et Chaussées. Tout au plus, il est question de (...)
  • 61  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 57, lettre de Leleu, trésorier des Ponts et Chaussées, 27 décembre (...)
  • 62  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 16, lettre de l’intendant Bruno d’Agay, 4 juillet 1781. Il informe (...)
  • 63  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 22, remerciements de Leleu pour la somme allouée « pour donner des (...)
  • 64  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 37, lettre de Laurent de Lionne, 21 septembre 1785 : « Les fournis (...)
  • 65  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 77, lettre de Laurent de Lionne, 8 mai 1790, adressée à l’intendan (...)

20Un mémoire donne cependant des éléments très intéressants. Adressé à l’intendant, il présente le compte de la gestion du canal de Picardie du mois d’octobre 1774, époque à laquelle la comptabilité fut confiée au département des Ponts et Chaussées, et ce, jusqu’au 31 décembre 178559. Dans ce manuscrit, deux montants sont évoqués, à savoir 620 386 Lt 8 sols 6 deniers de recette pour les douze années de travaux ou, pour la même durée, 198 192 Lt 7 sols 3 deniers. La première estimation émane de Bournouville, caissier du canal de Picardie à Saint-Quentin. Celui-ci a intégré dans sa présentation tant la recette du produit du canal que les fonds fournis par le roi. Le second montant, allégué par Leleu, ne prend en considération que le seul produit des droits et du loyer du canal. Cet agent considère, en effet, que l’emploi des fonds du roi doit être présenté de manière distincte au trésorier général des Ponts et Chaussées. Partant de ces deux estimations, il est évident que sans l’aide du pouvoir royal, il serait difficile de financer les travaux du canal de Picardie, l’exploitation de l’ouvrage existant étant encore insuffisante à satisfaire les besoins en main-d’œuvre et matériaux pour la part restant à réaliser60. L’intervention étatique est d’autant plus essentielle que les différents bilans et correspondances attestent des difficultés à pourvoir aux besoins financiers61. Le constat est généralement sans appel : il est impossible de faire face aux dépenses. Deux expédients s’offrent donc régulièrement au trésorier : solliciter une aide royale62 et introduire des priorités dans la délivrance des fonds disponibles. En l’espèce, les salaires des ouvriers et employés au canal sont privilégiés63, comme le sont ensuite la rémunération des fournisseurs de matériaux et le paiement des entrepreneurs qui n’hésitent pas à se montrer pressants64, voire menaçants65.

  • 66  Arch. nat., F 14 609, mémoire sur le canal de Picardie, 1767. L’auteur s’insurge sur les dispositi (...)
  • 67  Arch. dép. Somme, 1 C 1435, lettre de M. de Cotte à d’Agay, 18 décembre 1779.
  • 68Ibid.
  • 69  Arch. dép. Somme, 1 C 1435, doc. 79, lettre de Chaumont de la Millière à d’Agay, 12 juin 1790.
  • 70Selon É. Szulman, op. cit., p. 175. Condorcet considère Laurent de Lionne comme un « ingénieur ama (...)
  • 71  Arch. nat., F 14 610, Laurent de Lionne aspire à obtenir la concession du canal de Picardie. Un pr (...)

21Il reste à souligner qu’indépendamment des problèmes budgétaires, la liberté de Laurent de Lionne de mener les travaux et son incapacité à fournir une comptabilité en règle indisposent les instances parisiennes66. Les intendants en charge du détail des Ponts et Chaussées sont très mécontents des justificatifs qu’ils reçoivent. De Cotte, s’adressant à l’intendant Bruno d’Agay, le prie de lui dire de ne pas « se contenter de donner des notes aussi succinctes67 ». Il ajoute : « il est impossible de voir clair à une pareille comptabilité68 ». Chaumont de la Millière exige quant à lui que le directeur du canal de Picardie passe dans ses bureaux afin de prendre connaissance de la forme dans laquelle doivent être rédigés les états de situation69. Il est vrai que Laurent de Lionne n’a pas la formation académique requise, et ses protections et relations lui attirent des inimitiés70. Le canal de Picardie tend à ressembler à une affaire de famille71, ce qui est loin de satisfaire les tenants de la politique du financement public des infrastructures de transport fluvial. Quoi qu’il en soit, malgré les désaccords, les Laurent, oncle puis neveu, conservent non seulement la maîtrise du canal de l’Oise vers le Nord, mais ils commandent également les travaux au canal de la Somme.

B. Financer le canal de la Somme avec des fonds provinciaux

  • 72  Arch. dép. Somme, 1 C 1437 doc. 11, arrêt du Conseil du 1er juillet 1770 qui ordonne qu’il sera ou (...)

22Les travaux entrepris sur le lit de la Somme se portent dans deux directions. La première s’intéresse à la Haute Somme et suppose de rendre le fleuve navigable depuis l’ancien canal de Picardie jusqu’à Amiens en passant par Ham, Péronne, Bray et Corbie. La seconde concerne la Basse Somme. Elle envisage de curer et de redresser la Somme d’Amiens à Abbeville afin, ensuite, de faciliter le transport vers la Manche, par le port de Saint-Valery. L’arrêt du 1er juillet 1770 qui ordonne les opérations évoque une étendue de cinquante lieues favorisant le commerce jusqu’alors pénalisé par les « frais énormes de transport de terre72 ».

  • 73Ibid.
  • 74  Arch. dép. Somme, 1 C 1437, lettre de Bertin à l’intendant d’Amiens, 15 avril 1770. Les plans et l (...)
  • 75  Arch. dép. Somme, 1 C 1437 doc. 11, arrêt du Conseil du 1er juillet 1770.
  • 76  Arch. dép. Somme, 1 C 1454 doc. 9, lettre de De Cotte à l’intendant Bruno d’Agay, 1777.
  • 77  Arch. dép. Somme, 1 C 1454 doc. 10, lettre de Bruno d’Agay à Laurent de Lionne, 1777. Il lui fait (...)
  • 78  Arch. dép. Somme, 1 C 1454 doc. 18, lettre de Bruno d’Agay à de Cotte, 18 mars 1780. Il lui soumet (...)

23Les dépenses, qualifiées par le roi de « pas considérables par proportion avec les avantages qu’elles procurent73 », sont évaluées à 1 200 000 Lt pour la navigation de Saint-Quentin à Amiens, auxquelles il faut ajouter 150 000 Lt, voire 200 000 Lt pour nettoyer la Somme et favoriser la navigation d’Amiens à Abbeville74. Pour y faire face, le roi affecte une partie des deux octrois de dix sols par velte d’eau-de-vie qui se perçoivent dans les six élections de la généralité d’Amiens, et proroge ceux-ci jusqu’en 178275. L’utilisation de l’octroi est un sujet sensible. Les Amiénois ont la fâcheuse habitude de le considérer comme une ressource municipale, méconnaissant sa portée régionale. Aussi, quand l’intendant en revendique le contrôle et propose son usage pour financer le canal de la Somme, quelques mécontentements s’élèvent à l’échelon local, puis au niveau central. En 1777, l’intendant en charge des Ponts et Chaussées s’émeut en effet que la navigation de la Somme échappe à son administration. Il réalise qu’on n’a jamais rendu compte à son département « ni de la recette de ces droits, ni de leur emploi, ni des travaux de la Somme76 ». Pour Bruno d’Agay, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un projet pour prendre le contrôle du canal et de sa comptabilité77. Afin de désamorcer toutes velléités d’intervention, il s’emploie à exposer les revenus de l’octroi de manière détaillée et à maîtriser la délivrance des fonds nécessaires à l’entreprise dont il s’agit78.

  • 79  Arch. dép. Somme, 1 C 1445 doc. 6, le canal de la Somme subit les mêmes vicissitudes que le canal (...)
  • 80  Arch. dép. Somme, 1 C 628 doc. 1, comptabilité de mai 1777 à avril 1778 : 80 738 livres 1 sol 7 de (...)

24Les comptes présentent toutefois quelques difficultés de traitement. Comme pour le canal de Picardie, l’entreprise se fait en régie et les dépenses sont consignées au fur et à mesure de l’avancement des travaux d’excavation. Laurent de Lionne produit certes scrupuleusement des pièces justificatives : les archives regorgent de centaines de feuilles de toisés, de frais extraordinaires, de relevés de journaliers et d’appointements. Le problème réside cependant dans leur absence d’uniformité. Même si parfois des manuscrits indiquent les totaux, ceux-ci sont soit établis mensuellement, soit annuellement de mai à avril de l’année suivante, soit par postes d’activité. Il est impossible, sinon malaisé, de mettre en rapport les éléments chiffrés. Deux indications permettent tout au plus d’estimer les dépenses effectuées. Un premier document mentionne la somme de 420 964 Lt 2 sols 3 deniers de dépenses pour l’exercice 1770-1774, soit une moyenne annuelle d’environ 80 000 Lt. Après un arrêt des travaux79, elles se situent entre 82 000 et 62 000 Lt par an80 de 1777 à 1781.

  • 81  Arch. dép. Somme, 1 C 1445 doc. 6, lettre de Bruno d’Agay à Laurent de Lionne, 12 mai 1777.
  • 82  Arch. dép. Somme, 1 C 1453 doc. 9, état des dépenses faites pour le canal de la Somme, 1779.
  • 83  Arch. dép. Somme, 1 C 1445 doc. 8, lettre de Laurent de Lionne à d’Agay, le 27 mai 1777. Il lui pr (...)
  • 84  Arch. dép. Somme, 1 C 1453 doc. 9 et 10, lettre de Laurent de Lionne, 1779. La dépense excède 2 82 (...)

25Il est intéressant de noter que ces montants correspondent au budget que l’intendant est disposé à consacrer aux travaux du canal de la Somme. Contrairement au canal de Picardie, où les dépenses sont effectuées sans compter, pour le canal de la Somme, le budget provincial est contraint. En ce sens, en 1777, Bruno d’Agay informe Laurent de Lionne qu’il ne peut lui accorder sur la caisse de l’octroi que 80 000 Lt par an, soit, en travaillant sept mois de l’année, une dépense mensuelle de 10 000 Lt et une réserve de 10 000 autres Lt pour les appointements81. Puis, en 1779, le commissaire du roi le prévient qu’en raison des difficultés conjoncturelles, il ne peut affecter que 60 000 Lt au canal de la Somme82. À chaque fois, le directeur de l’ouvrage lui garantit qu’il se conformera exactement aux ordres sans pour autant lui dissimuler les difficultés que pose une telle politique de rigueur83. Le cas échéant, il use par ailleurs d’expédients, faisant la remise de ses appointements sur l’exercice comptable suivant ou différant le paiement des indemnités d’expropriation84.

26L’entreprise est d’autant plus délicate qu’il faut aussi se soucier de la navigation à Abbeville et à Saint-Valery. A priori, ce n’est pas la priorité pour ­Laurent de Lionne, s’il commet généralement 200 à 300 ouvriers pour les travaux d’Amiens à Saint-Simon, il évoque plus rarement l’embouchure de la Somme. Il est vrai qu’indépendamment des restrictions budgétaires qui supposent d’introduire des priorités dans l’ordre des travaux, il existe des contraintes techniques : la baie s’ensable. Plusieurs projets contradictoires sont donc proposés : tantôt il est question d’aménager le port du Crotoy, tantôt l’accent est porté sur l’estuaire de Saint-Valery. De la même façon, l’amélioration du lit du fleuve est proposée par les uns, tandis que d’autres sont partisans de creuser un canal marchand latéral à Abbeville.

  • 85  Arch. dép. Somme, 1 C 1505 doc. 32, lettres patentes qui autorisent la chambre de commerce de Pica (...)
  • 86  Arch. dép. Somme, 1 C 1484 doc. 1, mémoire du 5 mars 1782 en l’assemblée générale de la chambre de (...)
  • 87  Arch. dép. Somme, 1 C 1483 doc. 6, la chambre de commerce demande la permission d’établir 1 sol pa (...)
  • 88  Arch. dép. Somme, 1 C 1483 doc. 3, mémoire présenté à d’Agay, 1780. Le comte d’Artois a intérêt au (...)

27Attentive à ces débats et alarmée par des retards préjudiciables au commerce, dans les années 1780, la chambre de commerce d’Amiens se saisit de l’affaire et réfléchit à plusieurs modes de financement pour améliorer la navigation en Basse Somme. Après réflexion, elle obtient l’autorisation du pouvoir royal de lever un emprunt à concurrence de 934 000 Lt85. À cette fin, et pour rassurer les créanciers, le roi accorde une contribution sur les fonds des Ponts et Chaussées86. Il est également prévu la levée d’une taxe sur le port de Saint-Valery87 et une participation financière du comte d’Artois88. Malgré toutes les bonnes volontés, l’emprunt n’est pas levé et les travaux ne commencent pas. Il faut attendre le siècle suivant pour que les réalisations soient portées à leur perfection.

Conclusion

28Le xixe siècle voit la poursuite et l’achèvement de chacun des ouvrages évoqués précédemment. Le fait est que, grâce au service des Ponts et Chaussées, une vue cohérente du transport par voies d’eau a été dégagée au siècle des Lumières. Aussi, indépendamment des vicissitudes politiques, après la Révolution, nul ne méconnaît plus l’importance de créer un vaste réseau fluvial. Le xixe siècle recueille ainsi naturellement l’héritage de la politique éclairée mise en œuvre par Turgot et Trudaine.

29Certes, l’édifice des Lumières est resté imparfait, l’exemple de la Picardie le prouve. L’ombre des Laurent, accusés d’incompétence et de coterie, a terni la portée des réalisations. Les résistances particulières, comme celles des propriétaires de moulins, ont freiné les projets. En outre, indépendamment du poids des réalités locales, le pouvoir royal a peiné à soutenir l’effort financier. Tout au long du xviiie siècle, il ne parvient pas à arrêter de manière décisive les moyens de mener à bien la politique d’aménagement du territoire, hésitant entre concession et interventionnisme étatique, puis entre fonds nationaux et octrois provinciaux. Quelles que soient les vicissitudes pécuniaires, il reste l’essentiel : l’État convient que pour créer les conditions de la richesse économique du pays, il faut développer les infrastructures de transport.

30En ce sens, le projet d’un canal Seine-Nord Europe, traversant la Picardie, constitue un véritable défi pour le xxie siècle. Cette autoroute fluviale, estimée à 4,5 milliards d’euros, est loin d’être anachronique à l’heure du foisonnement des axes routiers, ferroviaires et aériens. Ce canal illustre au contraire la modernité des préoccupations générales autour des voies de communication et ouvre de nouvelles perspectives : après le réseau national, vient le temps de l’Europe fluviale.

Notes

1  Pays de Somme, Pays de l’eau, xvie-xviiie siècles, Amiens, Archives départementales, 1990 ; De Somme et d’eau. Vivre avec l’eau en pays de Somme (xvie-xixsiècles), Amiens, Archives départementales, 1996.

2  Archives municipales dAmiens (Arch. mun. Amiens), Hi 3586, Instruction générale pour les intéressés au canal de Picardie, 1728. Le manuscrit détaille le cours des rivières et des canaux, précisant les distances et les provinces parcourues.

3  Éric Szulman, La navigation intérieure sous l’Ancien Régime. Naissance d’une politique publique, Rennes, PUR, 2014.

4  Arch. mun. Amiens, Hi 3586, Instruction générale pour les intéressés au canal de Picardie, 1728. Il est question de bénéficier du « passe-debout » de Paris. Le « passe-debout » permet aux marchands et aux voituriers qui ne déchargent pas leurs marchandises dans la capitale, et qui ne font que traverser le territoire, de ne pas supporter la taxation de leurs marchandises.

5  Il existe des transports de personnes par voie fluviale. À Abbeville, des barques, appelées picotins, permettent d’acheminer des voyageurs jusqu’à Amiens. Ceci étant, les débats relatifs aux infrastructures fluviales s’articulent tous autour du transport de marchandises. Sur les picotins et picotiniers d’Abbeville : Arch. dép. Somme, 1 C 1400, 1767.

6  Arch. dép. Somme, C 1412 doc. 15, Seconde instruction pour les intéressés au canal de Picardie, 1728 : « On y a vu que le commerce qui se fait à présent par des voitures de terre à très grands frais, avec beaucoup de difficultés dans l’hiver et les mauvaises saisons, se fera désormais dans une beaucoup plus grande étendue par cette navigation. »

7  Arch. mun. Amiens, Hi 3586, Instruction générale pour les intéressés au canal de Picardie, 1728.

8Ibid.

9Ibid.

10  Anne Conchon, « Financer la construction d’infrastructures de transport : la concession aux xviie et xviiie siècles », Entreprises et Histoire. Le modèle français de la concession, 2005/1, n38, p. 55-70 ; Bernard Lutun, « Concession de service public », dans Marie-Laure Legay (dir.), Dictionnaire historique de la comptabilité publique 1500-1850, Rennes, PUR, 2010, p. 142-143.

11  « Colbert eût préféré que tous les travaux concernant la navigation intérieure fussent exécutés par des compagnies », É. Szulman, op. cit., p. 37 ; Pierre Pinon, « De Sully à Colbert », Un canal… des canaux, exposition présentée à Paris du 7 mars au 8 juin 1986 dans le cadre de la conciergerie, Paris, Picard, 1986, p. 4-32 ; P. Pinon, « Des projets des Lumières aux réalisations de la Restauration », Un canal…, op. cit., p. 33-60 ; P. Pinon, « Entreprise et financement », Un canal…, op. cit., p. 379-391 ; André Maistre, Le canal des Deux-Mers, canal royal du Languedoc 1666-1810, Toulouse, Privat, 1968 ; Hubert Pinsseau, Un aspect du développement économique de la France. Histoire de la construction, de l’administration et de l’exploitation du canal d’Orléans de 1676 à 1954, Paris, R. Clavreuil librairie, 1963.

12  Arch. mun. Amiens, Pic 511, tarifs des droits que « le roi en son Conseil veut et ordonne être payés en exécution de l’édit du mois de septembre 1724 pour les marchandises et denrées qui seront voiturées par eau depuis Saint-Valery jusqu’à La Fère », fait et arrêté au Conseil des finances, Fontainebleau, 19 septembre 1724.

13  Arch. nat., F 14 609, lettres patentes de juillet 1662 accordant au duc de Guise la concession du fonds et du très-fonds de l’Oise afin de la rendre navigable. En l’espèce, aucun détail estimatif ne chiffre la dépense et aucune compagnie ne semble constituée. La question financière n’étant pas clairement posée, l’échec est rapidement avéré, aucune entreprise n’a réellement eu lieu et les auteurs n’hésitent pas à dénoncer les intentions privées et lucratives du duc de Guise.

14  Anne-Sophie Condette-Marcant, Bâtir une généralité. Le droit des travaux publics dans la généralité d’Amiens au xviiisiècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, consultable en accès libre, http://books.openedition.org/igpde/3402 ; Jean-Louis Boscardin, « Les canaux de Picardie au xviiisiècle, 1715-1791 », mémoire de maîtrise, histoire, université d’Amiens, 2 vol., 1972.

15  Arch. mun. Amiens, Hi 3586, Instruction générale pour les intéressés au canal de Picardie, 1728. La première opération qui concerne la navigation de l’Oise doit débuter en mars 1728. La deuxième étape porte sur le canal de jonction de l’Oise à la Somme. Les travaux doivent durer un an et demi. La troisième phase, enfin, suppose d’assurer la navigation de la Somme.

16  Arch. dép. Somme, 1 C 1412, lettre adressée à l’intendant afin d’obtenir son avis sur les propositions de Caignart de Marcy, 19 mars 1721.

17  Le roi a nommé des commissaires pour l’exécution du canal concédé à Caignart de Marcy. Il s’agit des intendants de Picardie et de Soissons ainsi que du dénommé de Valles, ancien grand maître des canaux et forêt du Hainaut : Arch. mun. Amiens, Hi 3586, arrêt du Conseil du Roi, 11 septembre 1725.

18  Joseph Dutens, Histoire de la navigation intérieure de la France, Paris, A. Sautelet, 1829, p. 412.

19  Arch. nat., F 14 609, traité devant notaire entre la veuve du duc de Brunswick et de Lunebourg et les associés du canal de Picardie. Ces derniers s’engagent à payer 50 000 Lt « à laquelle a été liquidée par ladite sentence, l’indemnité de SAS pour les droits à elle appartenant pour la moitié » en conséquence du privilège accordé au duc de Guise, 13 août 1725. La duchesse est héritière pour moitié de Marie de Lorraine, duchesse de Guise, qui était seule et unique héritière par bénéfice d’inventaire d’Henry de Lorraine, duc de Guise.

20  Arch. dép. Somme, C 1412 doc. 14, édit du roi portant permission de faire une navigation en Picardie sur les rivières de Somme et d’Oise et un canal de navigation desdites deux rivières, Fontainebleau, septembre 1724. Enregistré au Parlement le 7 septembre 1725. Texte en annexe dans A.-S. Condette-Marcant, op. cit., p. 557.

21  Arch nat., F 14 9786, arrêt du Conseil concernant les actionnaires du canal de Picardie, 14 avril 1733.

22  Arch. mun. Amiens, Hi 3586, traité devant Besnier, notaire à Paris, 12 décembre 1727.

23Ibid.

24  Malheureusement, la comptabilité des travaux au canal de Picardie de 1727 à 1733 est inconnue. Il est impossible de savoir combien d’actions ont été émises et quel est le montant des dépenses effectuées.

25É. Szulman, op. cit., p. 54.

26  Arch. nat., F 14 9786, arrêt du Conseil du roi concernant les actionnaires du canal de Picardie, 14 avril 1733.

27Ibid. Le privilège de Caignart de Marcy a été révoqué par des lettres patentes du 4 juin 1732, registrées au Parlement le 30 janvier 1733.

28Ibid.

29  Arch. nat., F 14 609, mémoire relatif au canal de Picardie, 1767.

30J. Dutens, op. cit., p. 414. Il ne s’agit que d’assertions, les archives nationales et départementales ne conservent pas l’exacte comptabilité des travaux au canal Crozat.

31  Sans nul doute, « la disparition de Crozat en 1738 a effectivement interrompu les travaux et a compromis l’achèvement de la jonction avec la Somme ». É. Szulman, op. cit., p. 60.

32  Arch. nat., F 14 609, mémoire relatif au canal de Picardie, 1767.

33  Arch. nat., F 14 609, mémoire au Conseil du roi présenté par Parent, principal commis de Bertin, 2 avril 1766.

34  Le duc de Choiseul est partie prenante dans ce dossier. Il a épousé Louise Honorine Crozat du Châtel, petite-fille du financier Antoine Crozat ; A.-S. Condette-Marcant, op. cit., p. 324, n. 24 ; É. Szulman, op. cit., p. 118.

35  Arch. nat., F 14 609, mémoire au Conseil du roi présenté par Parent, principal commis de Bertin, 2 avril 1766. Liasse extrêmement intéressante sur le débat relatif à la concession et à la responsabilité du pouvoir royal dans la gestion du service public de navigation.

36  Au xixe siècle, ce canal est nommé canal de Saint-Quentin ; J. Dutens, Histoire de la navigation…, op. cit., p. 451 et suiv.

37  Arch. nat., F 14 609, mémoire sur le canal de Picardie qui rapporte les dispositions de l’arrêt du Conseil, 24 février 1769.

38  Arch. nat., F 14 609, mémoire sur le canal de Picardie, 1767.

39  Arch. dép. Somme, 1 C 1437 doc. 1, projet d’arrêt du Conseil pour rendre navigable la rivière de Somme ; Arch. nat., E 2661 A, arrêt du 1er juillet 1770 sur l’ouverture du canal de Picardie.

40  Au xixe siècle, ce canal a été nommé canal de la Somme puis canal du duc d’Angoulême ; J. Dutens, op. cit., p. 417 et suiv.

41  Louis Thibault, « Contribution à une typologie de l’entrepreneur industriel au xviiie siècle : le mécanicien Pierre-Joseph Laurent (1713-1773), cofondateur et promoteur du canal souterrain de Saint-Quentin », thèse dactylographiée, université de Lille III, 1974 ; Louis Thibault, « Les voies navigables et l’industrialisation du Nord de la France », Revue du Nord, 1979/61, n240, p. 149-163.

42Discours prononcé à la séance publique de l’académie des sciences, belles lettres et arts d’Amiens, 25 août 1776, par M. Laurent de Lionne, directeur des canaux de Picardie et de la Somme. Laurent de Lionne précise que Pierre-Joseph Laurent était écuyer, chevalier de l’Ordre du Roi, directeur général des canaux de Picardie et de Bourgogne et des navigations de l’Escaut et de la Sensée. On lui doit, entre autres, « la navigation de la Scarpe, les machines propres à l’exploitation des mines de charbon de terre du Hainaut français, l’invention et la construction de plusieurs écluses ». Il est décédé, à Paris, le 12 octobre 1773 à l’âge de 59 ans.

43  Arch. dép. Somme, 1 C 1417 doc. 3, mémoire de Laurent de Lionne concernant les avantages et les inconvénients de l’adjudication et du marché par économie, 20 août 1779. Selon lui, le marché par économie permet d’avoir d’honnêtes travailleurs à bas prix.

44  Arch. dép. Somme, 1 C 1445 doc. 7 et 8, correspondance entre l’intendant Bruno d’Agay et Laurent de Lionne, mai 1777. L’intendant envisage les travaux seulement sept mois l’année, d’avril à fin octobre. Laurent de Lionne en convient, il prévoit de commettre 200 à 300 ouvriers au mois de mai jusqu’à la moisson puis de ne garder qu’une vingtaine d’ouvriers pendant l’hiver.

45  J. Dutens, op. cit., p. 414 et suiv. Il est question du tracé de l’ingénieur de Vicq, puis de la reprise du projet en 1746 par Caignart de Marcy.

46  Arch. dép. Somme, 1 C 1422. En 1780, le tracé de Laurent est encore dénoncé. Une lettre adressée au directeur général affirme que l’eau est insuffisante pour alimenter le canal. Le subdélégué de Saint-Quentin doit instruire l’affaire. Accompagné de physiciens et d’entrepreneurs, il prouve qu’il ne s’agit que de manœuvres pour suspendre les travaux.

47Discours prononcé…, op. cit.

48  Arch. nat., F 14 609, mémoire sur le canal de Picardie, 1767.

49Discours prononcé…, op. cit.

50  Arch. nat., F 14 609, mémoire sur le canal de Picardie, 1767.

51Ibid.

52Ibid.

53Arch. nat., F 14 609. Pour le compte de 1768, la recette s’élève à 12 722 livres 14 sols 2 deniers et la dépense à 15 588 livres 2 sols 7 deniers. Il a été rendu un arrêt du Conseil pour ordonner que l’excédent des dépenses soit employé dans l’état des domaines et bois de Picardie. Le compte de 1769 était composé d’une recette de 11 711 livres 19 sols et d’une dépense de 16 341 livres 10 sols 10 deniers dont M. de Beaumont l’a pareillement fait rembourser sur les fonds des domaines et bois par arrêt du 16 janvier 1771. Sur celui de 1770, il résulte encore un excédent de dépenses de 6 219 livres 6 sols 4 deniers dont l’emploi a été pareillement fait dans l’état des domaines et bois par arrêt du Conseil du 11 janvier 1772.

54  Les travaux ont été interrompus en 1775 et Trudaine a le souhait de redresser la gestion du canal de Picardie ainsi que de vérifier les prescriptions techniques ; É. Szulman, op. cit., p. 167 et suiv.

55  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 4, lettre de De Cotte à d’Agay : « je viens Monsieur et cher confrère, de donner ordre au trésorier général des Ponts et Chaussées de remettre au trésorier d’Amiens une somme de 23 082 livres 17 sols 11 deniers pour acquitter les dépenses faites pendant les derniers mois 1778 pour l’exécution de l’ancien et du nouveau canal de Picardie, appointements et gages d’employés », Paris, 27 juin 1779.

56  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 58, mémoire de M. Leleu, 1er avril 1788. M. Leleu « a été chargé de cette comptabilité en 1774 parce que M. Trudaine a pensé que ce détail, à cause des fonds fournis par le roi, devait être remis aux Ponts et Chaussées ».

57  Arch. dép. Somme, 1 C 1418 et 1 C 1435 doc. 15. En 1776, le bail de la pêche, des digues et arbres fruitiers du canal a été passé au dénommé Neukhome pour un montant de 8 400 livres par an.

58  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 69, lettre de Chaumont de la Millière à d’Agay, 2 janvier 1789 : « Ces états ne m’ont point paru rédigés dans la forme ordinaire. Ils ne présentent qu’un tableau très succinct des fonds, c’est-à-dire qu’ils se réduisent à faire connaître tels payements faits et ceux qui restent à faire sans aucun détail sur les ouvrages dont les adjudications qui ne consistent les unes qu’en achat et fourniture de matériaux et d’autres en journées d’ouvriers, annoncent que ces ouvrages s’exécutent par régie, forme toujours très vicieuse et contraire à l’économie et au bon ordre » ; 1 C 1435 doc. 77, Laurent de Lionne en convient : « je n’ai pu me conformer aux instructions portées par la lettre de M. de la Millière relativement aux pièces qui doivent accompagner les états, attendu que d’après les dispositions de l’arrêt du Conseil du 24 février 1769 presque tous les travaux ont été exécutés jusques à présent par économie, et que ce n’est point à des entrepreneurs généraux qu’il est du mais à des journaliers, charpentiers et fournisseurs d’après des feuilles détaillées », 8 mai 1790.

59  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 57, mémoire de Leleu, trésorier des Ponts et Chaussées, 27 décembre 1787.

60  Nous ne disposons pas du détail des fonds des Ponts et Chaussées. Tout au plus, il est question de 23 082 livres 17 sols 11 deniers pour 1779, 24 590 livres 1 sol 3 deniers pour 1780, Arch. dép. Somme, 1 C 1435.

61  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 57, lettre de Leleu, trésorier des Ponts et Chaussées, 27 décembre 1787. Selon la comptabilité de Leleu, la recette du compte du canal s’élève à 198 192 livres 7 sols 3 deniers et la dépense est de 202 670 livres 6 sols 3 deniers. Il a toutefois oublié de compter sa rémunération qui est fixée, en 1785, à 4 200 livres. Aussi, en intégrant son salaire, la caisse est déficitaire de 8 677 livres 19 sols.

62  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 16, lettre de l’intendant Bruno d’Agay, 4 juillet 1781. Il informe le trésorier des Ponts et Chaussées en Picardie qu’il a instruit le ministre de l’état de sa caisse et du supplément de fonds dont il a besoin.

63  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 22, remerciements de Leleu pour la somme allouée « pour donner des acomptes sur les gages et appointements des employés des canaux » ; arch. dép. Somme, 1 C 1418, le directeur général ordonne que le produit des objets et droits utiles du canal de Picardie servirait au paiement des appointements et gages des employés du canal, 1779.

64  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 37, lettre de Laurent de Lionne, 21 septembre 1785 : « Les fournisseurs et adjudicataires ne cessent de m’importuner pour obtenir leur payement, jusques à présent, je leur ai fait espérer que les fonds arriveraient incessamment à Saint-Quentin, mais aujourd’hui ne sais plus que leur répondre. »

65  Arch. dép. Somme, 1 C 1435 doc. 77, lettre de Laurent de Lionne, 8 mai 1790, adressée à l’intendant : « Oserais-je vous prier d’engager le ministre à faire passer le plus tôt possible des fonds nécessaires […] les entrepreneurs du faucardement, réparation menacent de refuser le service s’ils ne reçoivent pas bientôt ce qui leur est dû de l’année dernière et je crains que d’un moment à l’autre, ils n’effectuent leurs menaces. »

66  Arch. nat., F 14 609, mémoire sur le canal de Picardie, 1767. L’auteur s’insurge sur les dispositions de l’arrêt de 1769, selon lui, « on s’est écarté des formes ordinaires et de l’art de la comptabilité. On y verra quant à l’art, les plans n’ont point été visés par l’arrêt et que quant à la comptabilité, il n’y a eu aucun devis ni détail estimatif conséquemment point d’adjudication. Quelque chose de plus fort encore, c’est que la correspondance n’annonce aucun examen des plans ni aucun aperçu de la dépense. »

67  Arch. dép. Somme, 1 C 1435, lettre de M. de Cotte à d’Agay, 18 décembre 1779.

68Ibid.

69  Arch. dép. Somme, 1 C 1435, doc. 79, lettre de Chaumont de la Millière à d’Agay, 12 juin 1790.

70Selon É. Szulman, op. cit., p. 175. Condorcet considère Laurent de Lionne comme un « ingénieur amateur qui ne devait sa place qu’à sa faveur ». Il semble avéré que Pierre-Joseph Laurent ait été protégé par Choiseul ; quant à Laurent de Lionne, l’intendant d’Agay lui est sans aucun doute favorable. Il est vrai que la fille de Bruno d’Agay a épousé Laurent de Villedeuil, fils de Pierre-Joseph Laurent, cousin de Laurent de Lionne. Ceci étant, même si des intérêts privés protègent le directeur du canal de Picardie, il obtient également des soutiens que l’on ne peut présumer être de clientélisme. Antoine Groignard, ingénieur général de la Marine a visité les travaux et lui a « témoigné la plus grande satisfaction ». L’archiduchesse Christine, gouvernante générale des Pays-Bas, et le duc de Saxe Teschen, son époux, ont également été frappés « d’admiration à la vue du morceau fini ». Même sentiment pour le prince de Condé et le duc d’Enghien qui se déplaçaient de Soissons à Cambrai. Pour ces témoignages, arch. dép. Somme, 1 C 1422, 1780-1788.

71  Arch. nat., F 14 610, Laurent de Lionne aspire à obtenir la concession du canal de Picardie. Un projet de lettres patentes est rédigé en ce sens en 1785. Un tableau de répartition d’une somme de 500 000 Lt y est associé. Il est prévu que le roi délivre ces fonds en huit années de sorte à tenir lieu d’intérêts pendant la durée des travaux. Après le refus du Parlement d’enregistrer ces lettres patentes, Laurent de Lionne n’est finalement pas devenu concessionnaire du canal.

72  Arch. dép. Somme, 1 C 1437 doc. 11, arrêt du Conseil du 1er juillet 1770 qui ordonne qu’il sera ouvert un canal de navigation depuis l’ancien canal de Picardie, pris à Saint-Simon, jusqu’à Amiens, et que la rivière de Somme sera redressée et nettoyée depuis Amiens jusqu’à la mer.

73Ibid.

74  Arch. dép. Somme, 1 C 1437, lettre de Bertin à l’intendant d’Amiens, 15 avril 1770. Les plans et les devis ont été établis par Pierre-Joseph Laurent.

75  Arch. dép. Somme, 1 C 1437 doc. 11, arrêt du Conseil du 1er juillet 1770.

76  Arch. dép. Somme, 1 C 1454 doc. 9, lettre de De Cotte à l’intendant Bruno d’Agay, 1777.

77  Arch. dép. Somme, 1 C 1454 doc. 10, lettre de Bruno d’Agay à Laurent de Lionne, 1777. Il lui fait part de ses grandes craintes.

78  Arch. dép. Somme, 1 C 1454 doc. 18, lettre de Bruno d’Agay à de Cotte, 18 mars 1780. Il lui soumet l’arrêt de 1770 qui lui « donne l’attribution sur les ouvrages nécessaires à l’amélioration et à la perfection de la navigation sur la rivière de la Somme, attribution qui m’a été continuée successivement par M. le contrôleur général et que M. Necker me laissera sûrement d’après les comptes très détaillés que je lui ai rendu tout récemment de l’emploi de l’octroi de Picardie dont plus de la moitié du produit a été employée jusqu’à présent aux dépenses de la construction du canal sous mon administration et sous la direction de M. Laurent de Lionne sans que les Ponts et Chaussées ayent jamais été autorisés à s’en mêler de quelque manière que ce soit. »

79  Arch. dép. Somme, 1 C 1445 doc. 6, le canal de la Somme subit les mêmes vicissitudes que le canal de Picardie. Il est décidé de suspendre les travaux, un ingénieur ayant proposé au roi un autre projet, attestant que Pierre-Joseph Laurent, suivi par Laurent de Lionne, a commis des erreurs de nivellement qui rendent impossibles sinon « nuisibles » les travaux de navigation. Finalement, après une conférence chez Taboureau en présence de Laurent de Lionne, de M. de Vaulx, maréchal de camp, et de MM. du Fourcroix et du Vignard, ingénieurs, « la plupart des avis se sont réunis pour faire continuer sur le plan donné par feu M. Laurent les ouvrages de ce canal qui avaient été suspendus par M. Turgot ».

80  Arch. dép. Somme, 1 C 628 doc. 1, comptabilité de mai 1777 à avril 1778 : 80 738 livres 1 sol 7 deniers ; 1 C 633 doc. 1, comptabilité de juin 1778 à avril 1779 : 82 342 livres 16 sols 6 deniers ; 1 C 635 : 73 123 livres 8 sols 8 deniers ; 1 C 638, comptabilité de mai 1781 à décembre 1781 : 62 428 livres 5 sols 5 deniers.

81  Arch. dép. Somme, 1 C 1445 doc. 6, lettre de Bruno d’Agay à Laurent de Lionne, 12 mai 1777.

82  Arch. dép. Somme, 1 C 1453 doc. 9, état des dépenses faites pour le canal de la Somme, 1779.

83  Arch. dép. Somme, 1 C 1445 doc. 8, lettre de Laurent de Lionne à d’Agay, le 27 mai 1777. Il lui précise que les dépenses ne peuvent pas être identiques tous les mois en raison de la mobilisation, ou de la pénurie, de la main-d’œuvre et de l’importance de la tâche engagée.

84  Arch. dép. Somme, 1 C 1453 doc. 9 et 10, lettre de Laurent de Lionne, 1779. La dépense excède 2 828 livres 3 sols 3 deniers.

85  Arch. dép. Somme, 1 C 1505 doc. 32, lettres patentes qui autorisent la chambre de commerce de Picardie à faire un emprunt de 934 000 livres pour le rétablissement du port de Saint-Valery, Versailles, 28 novembre 1782.

86  Arch. dép. Somme, 1 C 1484 doc. 1, mémoire du 5 mars 1782 en l’assemblée générale de la chambre de commerce : « le gouvernement a bien voulu venir au secours du commerce en contribuant à la dépense par une somme annuelle de 40 000 livres, dont 30 000 attribuées sur la caisse des ports maritimes et 10 000 sur celle des canaux navigables et c’est à M. de la Millière que le commerce à cette obligation. »

87  Arch. dép. Somme, 1 C 1483 doc. 6, la chambre de commerce demande la permission d’établir 1 sol par livre du fret de toutes les marchandises qui arriveront à Saint-Valery.

88  Arch. dép. Somme, 1 C 1483 doc. 3, mémoire présenté à d’Agay, 1780. Le comte d’Artois a intérêt au canal de navigation, « le pays fertilisé aurait produit au prince apanagiste des droits seigneuriaux considérables ».

Auteur

Anne-Sophie Condette-Marcant est maître de conférences en histoire du droit et membre du Centre d’histoire du droit et des institutions à l’université Paris 2-Panthéon Assas. Elle y enseigne l’histoire du droit des affaires, l’histoire des institutions publiques et l’histoire du droit administratif des biens. Auteure de Bâtir une généralité. Le droit des travaux publics dans la généralité d’Amiens au xviiie siècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, http://books.openedition.org/igpde/3402, elle poursuit ses recherches sur l’administration des provinces et le développement des voies de communication terrestres et fluviales au siècle des Lumières.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search