Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Vivre

Révéler pour mieux cacher : le faux Paris de Fernand Jacopozzi

Stéphanie Le Gallic

Texte intégral

1Les premiers bombardements allemands lors de la Première Guerre mondiale provoquèrent davantage d’étonnement et de curiosité chez les Parisiens que de terreur ou de panique collective.

  • 1  « Un Zeppelin sur Paris », L’Écho de Paris, 30 janvier 1916.

« Le bruit de l’alerte se répandit comme une traînée de poudre et, bien loin de songer à rentrer chez soi, chaque promeneur, s’attardant aux carrefours, sur les places et dans tous les espaces découverts, n’eut plus qu’un désir : assister à la chasse au Zeppelin1. »

2Mais cette attitude insouciante ne dura guère. L’ampleur des bombardements, les progrès techniques et tactiques en matière de guerre aérienne renforcèrent chaque jour le danger, tandis que la défense antiaérienne tentait de s’organiser. À partir de 1917, les bombardements diurnes cédèrent la place aux bombardements nocturnes, tant pour entamer le moral des civils que pour échapper aux systèmes de défense antiaérienne qui s’étaient sophistiqués depuis les débuts de la guerre.

  • 2  Défense contre aéronefs. Le service de la DCA est créé le 23 novembre 1914.
  • 3  Xavier Boissel, Paris est un leurre. La véritable histoire du faux Paris, Paris, Éditions Inculte, (...)

3C’est dans ce contexte que sous l’impulsion de J.-L. Dumesnil, sous-secrétaire d’État à l’Aéronautique, et sous la direction du général Renaux et du commandant Ducros de la DCA2 fut mis sur pied un projet destiné à tromper l’ennemi sur la position exacte de Paris grâce à la mise en place de leurres lumineux. Ceux-ci devaient en effet reproduire des sites stratégiques de la capitale tels que la gare de l’Est ou l’aérodrome du Bourget. Mais les services de la DCA, ne possédant aucun moyen de réalisation, s’adressèrent à l’industrie privée. C’est Fernand Jacopozzi, un peintre en publicité possédant une brève expérience en électricité, qui parvint à convaincre le général Baquet de lui confier la réalisation de ce leurre3. Des expériences réussies de camouflage furent réalisées de nuit au Champ de Mars et observées depuis la troisième plateforme de la tour Eiffel avant d’être déployées en région parisienne. La défaite allemande et l’armistice rendirent superflu ce projet de camouflage à grande échelle. Celui-ci pourrait donc ne relever que de l’anecdote s’il n’avait pas fait partie du vaste système de défense développé par l’armée et s’il n’avait pas posé les bases techniques des illuminations parisiennes des années 1920 et 1930.

  • 4  Pierre-Marie Gallois, Le Sablier du siècle. Mémoires, Lausanne, L’Âge d’homme, 1999.
  • 5  Jacques Fonsèque, Au fil du néon, manuscrit non publié, 1966, archives J.-C. Decaux.
  • 6  Cette société fut la principale entreprise de publicité lumineuse en France de sa création au débu (...)
  • 7  « Un faux Paris imaginé par la DCA », L’Illustration, 2 octobre 1920, p. 245-246.
  • 8  Lieutenant-colonel Vauthier, Le Danger aérien et l’avenir du pays, Paris, Berger-Levrault, 1930.

4Si les archives du service historique de la Défense conservent de nombreux dossiers dans la série des archives de la guerre (série N) concernant les raids aériens contre Paris, en revanche, nous n’y avons pas retrouvé la trace de ce projet. Celui-ci nous est connu par des sources indirectes, en particulier les mémoires du général Pierre-Marie Gallois4, qui travailla dans les années 1920 avec son beau-père pour Fernand Jacopozzi, et celles, non publiées, de Jacques Fonsèque5, qui fut pendant près de cinquante ans l’un des principaux dirigeants des Établissements Claude, Paz et Silva6, que fréquenta un temps Ferdinand Jacopozzi. De nombreux détails nous ont été aussi fournis par un article paru dans L’Illustration7 en 1920 et largement repris dans l’ouvrage du lieutenant-colonel Vauthier consacré au « danger aérien8 ».

5Avant de nous pencher sur le projet de faux Paris à proprement parler, nous étudierons la situation dans laquelle se trouvait la capitale, soumise aux extinctions d’électricité – tant pour des raisons d’économie que de sécurité –, mais aussi aux bombardements, de plus en plus soutenus, en particulier à partir de 1917. Nous verrons ensuite comment le projet s’est inséré dans le vaste système de défense antiaérienne mis en place par l’état-major. Pour finir, nous nous intéresserons au projet tel qu’il fut élaboré pour tromper l’ennemi.

La ville lumière dans le noir

  • 9  Serge Paquier et Jean-Pierre Williot (dir.), L’industrie du gaz en Europe aux xixe et xxe siècles. (...)
  • 10  Alain Beltran, La Ville-Lumière et la Fée Électricité. L’Énergie électrique dans la région parisie (...)
  • 11  Patrice A. Carré, « Téléphone et lumière électrique, signes de la “modernité” ? (vers 1880-vers 19 (...)
  • 12  Alain Beltran et Patrice A. Carré, « Une fin de siècle électrique », Les Cahiers de médiologie, nº (...)

6Depuis le xixe siècle, l’électricité avait effectué une percée à Paris, même si le gaz continuait d’être un rival tenace9. Elle était notamment utilisée pour les illuminations et les éclairages de prestige, raison pour laquelle elle fut précocement adoptée par les grands magasins : l’abondance de lumière attirait les clients, sécurisait les chalands et incarnait la modernité du lieu. De même, pour les théâtres, le danger des incendies dus au gaz fut déterminant pour le passage à l’électricité. Suite au désastre de l’Opéra comique le 25 mai 1887, durant lequel la chute d’un rideau de décor sur une rampe de gaz déclencha un incendie, la Ville de Paris imposa l’éclairage électrique à tous les théâtres10. Par son prix prohibitif, elle pénétra assez tardivement les foyers11 et il fallut attendre le développement des stations centrales dans les années 1890 pour que l’éclairage privé devienne une réalité, même si le nombre d’abonnés à l’électricité avant 1914 resta faible. On comptait ainsi 32 000 abonnés à l’électricité à Paris en 1900 contre 454 600 abonnés au gaz, soit 14 fois moins12. Malgré ces faiblesses, un nouvel ordre vespéral s’était installé dans la capitale parisienne, nouvel ordre qui allait être bouleversé par le déclenchement de la Première Guerre mondiale du fait des difficultés de production électrique et des mesures de défense passive face aux bombardements.

  • 13  A. Beltran, La Ville-Lumière et la Fée Électricité, op. cit., p. 361.
  • 14  François Caron et Fabienne Cardot (dir.), Histoire de l’électricité en France, tome I : 1881-1918, (...)
  • 15Ibid., p. 364.

7En effet, la distribution d’électricité connut des difficultés car la loi commune de la mobilisation affecta le personnel des secteurs électriques au même titre que les autres secteurs industriels : contrairement aux chemins de fer, aucun statut particulier n’avait été prévu. Bien que les sociétés d’électricité se soient plaintes de leur embarras à trouver une main-d’œuvre compétente13, il semble que dans les premiers temps elles aient réussi à assurer, avec le personnel restant, la continuité de l’exploitation, en arrêtant les travaux neufs, en réduisant au minimum les opérations d’entretien et en vivant sur les stocks14. Malgré tout, le gouvernement fut contraint de prendre des mesures permettant d’économiser la consommation d’électricité – et par la même occasion celle du charbon, qui pesait de plus en plus lourdement sur les coûts de production électrique – afin de réserver celle-ci aux utilisations liées à l’effort de guerre. Le décret du 21 novembre 1915 inaugura cette phase réglementaire en interdisant à tous les réseaux de puissance supérieure à 500 kilowatts d’accepter de nouveaux clients sans autorisation du ministre de la Guerre et donnant la priorité à la desserte des établissements travaillant pour la défense nationale. Un mois plus tard, un nouveau décret du 20 décembre 1915 prescrivait une réduction des deux tiers de l’éclairage public et diverses restrictions d’éclairage dans les magasins, cafés, etc. L’hiver suivant renforça ces mesures. Ainsi, à Paris, les magasins durent fermer à partir de 18 heures dès novembre 1916 afin d’alléger la demande15. Les coupures ne purent être évitées.

  • 16  Bruno Cabanes et Édouard Husson (dir.), Les sociétés en guerre, 1911-1946, Paris, A. Colin, 2003.
  • 17  J. Vichniak, « Éclairage efficace des rues », La Nature, 2e semestre 1915, p. 399.
  • 18  Service historique de la Défense (SHD), 5 N 136, Sénat, rapport à la commission de l’Armée par la (...)

8L’extinction des lumières devint également une nécessité dans le cadre de la défense passive. En effet, dès 1915, au moment où l’Europe bascula dans la « guerre totale », l’état-major allemand décida de frapper les villes anglaises et françaises afin d’entamer le moral des civils16. Un article paru dans la revue de vulgarisation La Nature constatait ainsi que « par la suite de la visite possible des Zeppelins, on y réduit l’éclairage au strict minimum » puisque les attaques avaient lieu en général à la nuit tombée. « Éclairer les carrefours ainsi que les endroits à mouvement intense sans laisser filtrer la lumière vers le ciel, voilà le but qu’on y poursuit17 ». D’après un rapport remis au Sénat début 1916, la réduction de l’éclairage dans toute l’étendue de la capitale pouvait s’opérer en moins de 15 minutes lors d’une alerte18.

Paris, cible des bombardements

  • 19  Gérard Hartmann, Terreur sur la Ville. 9 octobre 2006, 28 p., disponible en ligne, http://www.hydr (...)
  • 20Ibid., p. 4.

9Dans la nuit du 20 au 21 mars 1915 vers 23 heures, les employés de la gare de Compiègne signalèrent le passage de quatre zeppelins qui filaient vers le sud. Leur objectif était Paris. L’un dut faire demi-tour à Écouen (Val-d’Oise), un second à Mantes-la-Jolie (Yvelines). Quant aux deux derniers, repérés par l’artillerie de la défense de Paris, ils furent canonnés. N’osant survoler la ville, ils lâchèrent une cinquantaine de bombes sur les usines de la région nord-ouest de la capitale, puis, sur le trajet du retour, ils bombardèrent Compiègne, Ribécourt et Dreslincourt19. Des incursions stratégiques de cet ordre avaient eu lieu dès août 1914 à Anvers, tuant douze enfants. Les côtes anglaises et Londres étaient également devenues des cibles privilégiées au fil des mois, si bien que l’Allemagne et ses zeppelins géants avaient réussi « à terroriser les populations civiles et à déstabiliser les militaires par les alertes multiples avec des bombardements nocturnes meurtriers20 ».

  • 21  SHD, 5 N 136, Sénat, rapport à la commission de l’Armée par la sous-commission de l’aéronautique c (...)
  • 22Ibid.
  • 23  G. Houard, « L’échec des Zeppelins dans la guerre et leur avenir possible dans la paix », La Natur (...)
  • 24  Rémy Bethmont, Histoire de Londres, Paris, Tallandier, 2011, p. 192.

10Au début du conflit, le commandement allemand entretenait de grands espoirs pour les Zeppelins du fait de ses multiples avantages en comparaison des avions de l’époque. Ils étaient presque aussi rapides, transportaient plus d’armement, avaient une plus grande charge utile de bombes, un rayon d’action et une résistance supérieurs. L’Empire possédait alors la première flotte au monde de grands dirigeables avec, au 1er août 1914, 12 dirigeables militaires, sans compter la flotte civile, en cours de militarisation, contre seulement cinq dirigeables militaires opérationnels côté français et quatre côté britannique. Jusqu’en 1917, les bombardements allemands étaient effectués essentiellement à l’aide de ces Zeppelins. Ainsi, dans la soirée du 29 janvier 1916, Paris fut visitée par un Zeppelin faisant 26 morts et 27 blessés dans le quartier populaire de Ménilmontant, passage des Tourelles, et éventrant le boulevard de Belleville21. Une nouvelle attaque survint le lendemain en banlieue parisienne depuis un dirigeable repéré pour la première fois à Beaurieux dans l’Aisne. Celui-ci largua 22 bombes incendiaires et 27 bombes explosives, mais « nulle part, il n’y eut de dégât. Les bombes explosives ont simplement fait des trous dans la terre. Les bombes incendiaires ont brûlé quelques arbres. Quelques carreaux ont été brûlés à Montmorency22 ». Mais ces Zeppelins étaient vulnérables23 et furent remplacés à partir de mai 1917 par des bombardiers allemands Gotha G, plus maniables et plus destructeurs24.

  • 25  « Paris bombardé. Un mois de bombardement », La Liberté, 24 avril 1918. « Il y a hier un mois que (...)
  • 26  SHD, 6 N, carton 1, obus de 75 tombés sur Paris et sa banlieue (raid des 15-16 septembre 1918).
  • 27  X. Boissel, Paris est un leurre…, op. cit., p. 48.
  • 28  SHD, 5 N 136, note au sujet de l’organisation actuelle du service de Défense contre aéronefs.

11Au début de 1918, les Allemands décidèrent d’intensifier leurs frappes et s’efforcèrent de bombarder Paris par avion ou à l’aide de pièces d’artillerie à longue portée comme la « grosse Bertha » afin d’affaiblir le moral de l’arrière et de créer un climat de psychose dans la capitale. Dans la nuit du 30 au 31 janvier 1918, les Gothas bombardèrent Paris. En une demi-heure, ils firent 61 victimes et 198 blessés. Les raids se multiplièrent à partir de mars 191825. Dans la nuit du 11 au 12, le ministère de la Guerre fut touché, une bombe creva la voûte de la station de métro Bolivar servant d’abris. Lors de l’attaque du 15 au 16 septembre 1918, de nouveaux obus plurent sur Paris et sa banlieue26. Au cours de l’année, les 33 raids lancés sur l’agglomération parisienne firent 787 victimes. Ce furent 11 680 kilogrammes de bombes largués depuis les Gothas27. Dans ce contexte, les Alliés mirent en place un système de défense antiaérienne comprenant, entre autres, des pièces d’artillerie et des projecteurs, des ballons de barrage, des dispositifs de surveillance à distance (postes de guet et d’écoute), une défense au moyen d’avions et même le bombardement des villes allemandes28.

Un vaste système de défense antiaérienne

12Pour se défendre des bombardements, les autorités développèrent tout un système de défense antiaérienne. Des postes d’observation et de guet furent mis en place, des abris ou des structures déjà existantes furent aménagés, des sirènes d’alerte furent installées. Un article paru dans L’Écho de Paris relate une de ces alertes dans ses colonnes :

  • 29  « Un Zeppelin sur Paris », op. cit.

« En quelques minutes, les rues furent successivement plongées dans une obscurité quasi complète. Seuls restèrent allumés les becs pourvus de l’abat-jour métallique destiné à abattre la lumière sur le sol. En même temps, de divers côtés, les faisceaux lumineux des projecteurs commencèrent à balayer l’horizon dans toutes les directions, éclairant vivement sur leur passage les nuages essaimés dans le ciel noir où apparaissaient par endroits de rares étoiles29 ».

  • 30  Marius Grosjean, « Les projecteurs électriques de gros calibre pendant la guerre », Revue générale (...)
  • 31  « Les projecteurs dans la guerre sur terre », La Nature, nº 2170, 1er mai 1915.
  • 32Ibid.
  • 33  F. Caron et F. Cardot (dir.), Histoire de l’électricité en France, op. cit., p. 898.

13Et parce que les attaques nocturnes étaient nombreuses, les projecteurs30 lumineux jouèrent un rôle important dans la guerre. Un article paru dans La Nature constatait ainsi qu’« on avait, certes, dès le temps de paix, prévu que les combats ne cesseraient pas avec la clarté du jour, mais on n’avait pas pensé, très certainement, que les attaques de nuit seraient si nombreuses31 ». Dès lors, les projecteurs devaient tenir un rôle stratégique de premier ordre puisque leurs rayons lumineux devaient contrecarrer les attaques ennemies : « Si haut qu’ils soient dans le ciel, nos ennemis y seront toujours repérés grâce à la puissance des projecteurs » notait un observateur anonyme en 191532. Leur nombre et leur perfectionnement progressèrent en même temps que la place prise par l’aviation dans les opérations. En effet, à la mobilisation, l’aviation militaire était presque inexistante (200 appareils en France) et les projecteurs créés avant 1900 devaient servir non à localiser des avions, mais à observer de nuit des troupes, à les éblouir ou à rechercher des blessés. C’est surtout à partir de la fin 1917 qu’un programme de matériels nouveaux à usage exclusif contre les aéronefs fut lancé par la section technique de l’Artillerie. Les projecteurs gagnèrent en puissance et des progrès furent réalisés sur l’équipement électrique de manœuvre des projecteurs, comme les châssis automobiles sur lesquels ils étaient fixés33.

14L’extinction des lumières urbaines faisait également partie du dispositif de défense : il s’agissait de faire disparaître la ville dans l’obscurité nocturne en limitant au maximum les sources lumineuses. En effet, le vol se faisant « à vue », tout repère lumineux devenait une cible potentielle à la tombée de la nuit, ce que confirmait une brochure confidentielle française consacrée aux bombardements aériens et publiée en 1918 qui indiquait que les aviateurs pouvaient observer depuis leur cockpit et selon la visibilité les bois, les routes, les cours d’eau. On pouvait donc aisément concevoir que les pilotes de bombardier s’orientaient vers Paris de nuit en suivant les voies ferrées grâce aux lueurs des trains ou à la réverbération de la lumière sur les rivières.

  • 34  Cécile Coutin, Tromper l’ennemi. L’invention du camouflage moderne en 1914-1918, Paris, P. de Tail (...)
  • 35  Danielle Delouche, « Cubisme et Camouflage », Guerres mondiales et conflits contemporains, nº 171, (...)
  • 36  André Dunoyer de Segonzac, « L’art au service de la guerre : souvenirs d’un camoufleur (1915-1918) (...)
  • 37  SHD, 5 N 136, rapport au sujet des alertes des 29 et 30 janvier 1916.

15Un autre élément du système de défense comprenait le recours aux artifices et à la dissimulation. Celui-ci connut une accélération quand, en 1915, l’armée française créa la section de camouflage. L’invention du camouflage est à mettre au crédit de deux peintres français mobilisés au 6e régiment d’artillerie : le peintre académique Lucien Victor Guirand de Scévola (1871-1950) et le décorateur nancéen Louis Guingot (1864-1948), qui dès août 1914 eurent l’idée de dissimuler les canons de leur batterie sous des toiles peintes aux couleurs de la nature environnante, pour éviter leur repérage par l’ennemi. Grâce à Eugène Corbin (1867-1952), directeur des Magasins réunis de Nancy qui fournissait la toile nécessaire, ils dotèrent les artilleurs de blouses parsemées de taches aux teintes terreuses qui fondaient leurs silhouettes dans le paysage et dissimulaient leur uniforme, trop repérable34. Six mois plus tard, le 12 février 1915, le ministère de la Guerre ratifiait l’existence officielle de la première équipe de camouflage. Cette première équipe, composée de volontaires, vit son effectif passer en trois ans de 30 à 3 000 hommes. Le camouflage ne servit pas qu’à la défense antiaérienne – loin s’en faut –, et très vite, des équipes de camoufleurs furent réclamées sur tous les points du front. Chaque élément naturel, accident de terrain, obstacle divers pouvait à l’occasion se transformer en observatoire ou en poste de tirs dérobés, de même que les bâtiments en ruine, les cheminées des maisons bombardées, les bornes kilométriques, les meules de paille et aussi les cadavres de chevaux ou de soldats. « Passés maîtres dans l’art du faux, les camoufleurs, en truquant le paysage, avaient inventé un décor à la guerre et ajouté l’illusion à la confusion35 ». Mais, à partir de 1917, la photographie aérienne se perfectionnant, le camouflage perdit en efficacité. Méticuleusement scruté par des appareils photographiques extrêmement précis, le terrain livrait ses secrets et il devint très difficile de dissimuler complètement une batterie36. Ce camouflage visait surtout à se protéger des attaques – terrestres ou aériennes – en journée, l’extinction des lumières à la nuit tombée faisant office de camouflage. Un rapport au sujet des alertes émis en février 1916 indique en effet : « une des mesures les plus efficaces consiste dans l’extinction des lumières suivant un plan étudié à l’avance. En fait, le dimanche 30 janvier, l’ennemi n’a pas pu trouver la Ville, plongée dans l’obscurité et dans la brume37 ». Le projet de faux Paris qui s’élabora à cette époque consista à la fois à dissimuler la ville réelle dans la nuit et à donner l’illusion qu’elle se trouvait dans un espace plus reculé par la création d’un décor artificiel. En cela, ce projet se situait à la confluence des divers systèmes de défense mis en place au cours de la guerre.

L’artifice par la lumière

  • 38  « Un faux Paris imaginé par la DCA », op. cit., p. 245-246.

16Les premières expérimentations de camouflage lumineux débutèrent en août 1917 au nord-est de Paris38 quand les bombardiers allemands se révélèrent être des armes très destructrices. Les installations étaient assez rudimentaires, avec quelques lampes à acétylène disposées en bordure de chemin destinées à simuler la présence d’avenues non éteintes. Mais rapidement, sous l’impulsion du sous-secrétaire d’État à l’Aéronautique et de la DCA, le projet d’un faux Paris destiné à tromper l’ennemi sur la position exacte de la capitale fut envisagé. C’est Fernand Jacopozzi qui parvint à convaincre l’état-major de lui confier la responsabilité de la conception et de la réalisation de ce leurre.

  • 39Ibid.

17Son plan comprenait l’organisation de trois zones correspondant à trois objectifs factices39.

  • 40  Lieutenant-colonel Vauthier, Le Danger aérien et l’avenir du pays, op. cit., p. 141.
  • 41P. A., « Fernand Jacopozzi », op. cit., p. 63.
  • 42  « Un faux Paris imaginé par la DCA », op. cit.
  • 43  J. Fonsèque, Au fil du néon, op. cit., p. 27.

18Une zone au nord-est de Paris devait reproduire l’agglomération de Saint-Denis, les usines d’Aubervilliers et les gares de l’Est et du Nord, des sites stratégiques. « La fausse gare de l’Est comportait une série de hangars de toile éclairés à l’électricité ; l’éclairage pouvait être normal, il pouvait être réduit au moment de l’alerte […]. Dans la fausse usine, il y avait aussi l’éclairage normal et l’éclairage réduit d’alerte, et en plus des fours en action et des dégagements artificiels de fumées et de vapeurs40 ». Une autre source évoque également la gare d’Aulnay-sous-Bois, où Fernand Jacopozzi aurait construit une ville imaginaire avec un réalisme d’exécution remarquable41. Des lumières mouvantes figuraient le mouvement des trains et donnaient l’impression aux avions ennemis qu’ils survolaient réellement une gare de triage. « Pour imiter les lueurs des foyers de machines en marche, on utilisait des lampes de différentes couleurs (blanches, jaunes et rouges) éclairant alternativement des vapeurs produites artificiellement. Les voies ferrées simulées étaient obtenues simplement par des toiles posées sur le sol, et les signaux par des lampes de différentes couleurs, posées à 2 mètres du sol42 ». De plus, selon Jacques Fonsèque, « Jacopozzi imagina de créer en pleine campagne sur une superficie comparable à celle de l’aérodrome, à proximité du Bourget, de grands ensembles lumineux d’une disposition semblable à celle des hangars et des pistes. Au moment des alertes, on éclairait ces ensembles lumineux et on éteignait toutes les lumières du camp. Les Allemands, trompés par ce stratagème, bombardaient la zone lumineuse, et le camp d’aviation était ainsi épargné43 ».

19Une zone à l’est, dans la région de Gournay et de Vaires-sur-Marne, devait figurer une agglomération importante d’usines fictives. L’article paru dans L’Illustration décrit les détails d’exécution :

  • 44  « Un faux Paris imaginé par la DCA », op. cit.

« Pour les bâtiments, afin de faciliter la fabrication rapide, un type unique fut adopté. L’ensemble était obtenu par des travées formées de fermes de 10 mètres de largeur. Les fermes étaient en bois léger, clouées et non assemblées, pour permettre une réalisation ultérieure. Elles étaient recouvertes de toiles peintes, tendues et translucides, de manière à imiter les toits de verre sale des usines. L’éclairage se faisait en dessous. Il comprenait une double ligne, donnant d’une part, l’éclairage normal et, d’autre part, l’éclairage réduit d’alerte. Car c’est la discrétion des moyens qui seule pouvait donner l’illusion. Un éclairage intensif fût vite apparu comme une ruse grossière. Il fallait attirer l’attention des aviateurs ennemis par une lumière suffisante, mais ne pas éveiller les soupçons. En d’autres termes, rendre visible des feux qui auraient l’air de se dissimuler44 ».

20Enfin, une zone au nord-ouest de Paris devait constituer un double lumineux de la capitale, en tirant avantage du méandre de la Seine joignant Maisons-Laffitte à Conflans-Sainte-Honorine. En effet, la courbe est semblable à celle que dessine le fleuve dans la capitale et la forêt de Saint-Germain-en-Laye pouvait évoquer, en la survolant de nuit, le bois de Boulogne. Ce plan devait reproduire le chemin de fer de la petite ceinture, certains points remarquables comme les Champs-Élysées, le Champ de Mars, le Trocadéro, les grands boulevards et certaines gares.

Conclusion

  • 45  P.-M. Gallois, Le Sablier du siècle, op. cit., p. 24.
  • 46  AN, LH 1339/79. Dans son dossier figurent les services extraordinaires rendus par le candidat : «  (...)
  • 47  Jean Marchand, « La lumière au service de la publicité », La Science et la Vie, nº 128, février 19 (...)

21Finalement, Fernand Jacopozzi n’eut pas le temps de mener à bien son projet. En mars et en octobre 1918, les Allemands bombardèrent la capitale. Près de 800 bombes furent lâchées sur Paris, faisant 800 victimes, dont 200 morts45. La signature de l’armistice en novembre condamna définitivement le projet du Florentin, dont le talent lui permit néanmoins d’être décoré de l’ordre de la Légion d’honneur46. D’autres projets lumineux furent envisagés au cours du conflit. On imagina par exemple de créer des nuages artificiels entre les lignes de tranchées grâce à des bombes fumigènes. Ces nuages devaient servir d’écran pour des projections lumineuses constituées de nouvelles destinées à saper le moral de l’ennemi47. Là encore, l’armistice fut signé avant l’utilisation effective de ce procédé dont des tests avaient déjà été réalisés pour la publicité dès le xixe siècle en Europe et aux États-Unis.

22Même si le projet ne fut jamais déployé, il demeure intéressant à la fois du point de vue militaire et de celui de l’animation lumineuse urbaine. Pour commencer, du point de vue militaire, l’efficacité du projet est loin d’être avérée. L’article consacré au « Faux-Paris » paru dans L’Illustration en 1920 indique en effet qu’il existe

  • 48  « Un faux Paris imaginé par la DCA », op. cit.

« une brochure allemande éditée par les ordres du général commandant les forces aériennes et rédigée par ses services en vue de la protection contre les attaques par avions. Cette brochure contient un chapitre intitulé “Installations factices” qui reproduit à peu près textuellement la technique employée par notre propre DCA. Or, la brochure en question est datée du 1er mai 1918, et le projet français de camouflage, dont on a lu plus haut les détails, a été présenté au ministre de la Guerre par M. Jacopozzi le 9 février précédent. Faut-il en conclure que les espions allemands avaient été bien renseignés48 ? »

23En dépit de ces incertitudes, le lieutenant-colonel Vauthier, qui écrivit en 1930 un ouvrage consacré au « danger aérien », soutient de son côté l’utilisation de telles pratiques :

  • 49  Lieutenant-Colonel Vauthier, Le Danger aérien et l’avenir du pays, op. cit., p. 142.

« Même en supposant les aviateurs ennemis prévenus de l’existence de faux objectifs, il est difficile de prétendre que des organisations seront inutiles. La navigation aérienne et l’identification du terrain ne sont pas si faciles la nuit. Le pilote, aveuglé par les projecteurs, anxieux de voir à tout instant un chasseur adverse le mitrailler dans l’ombre à bout portant, ou de voir un obus éclater tout près de lui, hésite à reconnaître le sol dans les déchirures des fumées. Quand apparaîtra à ses yeux un objectif dont il reconnaîtra la forme, il n’aura pas toujours une liberté d’esprit suffisante ni même les éléments du jugement indispensables pour démêler le vrai du faux49 ».

  • 50David Fisher, The War Magician: The Man who conjured victory in the desert, New York, Coward-McCan (...)

24D’autres projets similaires au cours de la Seconde Guerre mondiale furent réalisés. L’exemple le plus emblématique est sans nul doute celui de l’illusionniste Jasper Maskelyne50 qui perfectionna l’art du leurre de guerre. Spécialiste de la dissimulation et de l’illusion, il créa au sein de la A Force le Magic Gang, un groupe de quatorze personnes constitué d’artisans et d’ingénieurs avec lesquels il construisit des chars factices. Son exploit le plus célèbre reste la dissimulation du port d’Alexandrie et du canal de Suez par l’édification et l’éclairage de faux bâtiments et la mise au point d’un ingénieux dispositif de miroirs. Il aménagea aussi de fausses voies ferrées et diffusa de fausses conversations radio afin de désorienter les pilotes de la Luftwaffe.

  • 51  Entretien avec Pierre-Marie Gallois le 19 janvier 2010, Paris.

25Ensuite, du point de vue de l’animation lumineuse urbaine, cet épisode, qui pourra paraître anecdotique au premier abord, semble au contraire avoir été fondateur. En effet, Fernand Jacopozzi est surtout resté célèbre pour ses réalisations dans le domaine de l’éclairage et des illuminations durant l’entre-deux-guerres. Il composa des tableaux lumineux complexes et anima les façades des bâtiments qui lui valurent le surnom de « magicien de la lumière ». Pourtant, avant de s’installer rue de Bondy à Paris en tant que décorateur électricien et de connaître la renommée avec sa publicité Citroën sur la tour Eiffel en 1925, Fernand Jacopozzi avait modestement débuté sa carrière dans le domaine publicitaire. Avant la guerre, il proposait ainsi aux boutiquiers des quartiers commerçants d’inscrire quelques slogans publicitaires sur leurs vitrines. Son passage du pinceau à l’ampoule est difficilement datable, probablement peu de temps avant la Première Guerre mondiale. Jacques Fonsèque, pionnier de la publicité lumineuse, nous révèle que ce furent les Établissements Paz et Silva qui l’initièrent à la publicité lumineuse, d’abord indirectement en lui confiant l’exécution des faces peintes des enseignes, puis en l’employant au sein de l’entreprise, où il fit un court séjour en tant que décorateur artistique51. C’est donc dans ce cadre qu’eut lieu sa conversion à l’électricité puisque, commandité par une commerçante du quartier, il monta ensuite une affaire concurrente.

  • 52  D. Delouche, « Cubisme et Camouflage », op. cit., p. 123-137.

26Ce changement d’orientation technique a de quoi surprendre. Il est probablement plus facile à appréhender si l’on considère que pendant la guerre le camouflage mobilisa des artistes qui n’étaient absolument pas destinés, de par leur spécialité, à occuper une place stratégique dans le combat52. C’est ainsi que des artistes cubistes comme André Dunoyer de Segonzac ou Jacques Villon furent employés pour dissimuler sous de grandes toiles les postes stratégiques ou pour créer des observatoires invisibles. Le leurre et le camouflage furent donc l’élément de transition qui permit à Fernand Jacopozzi de passer de la peinture à l’électricité. En quelque sorte, la construction du faux Paris en 1917-1918 fut le terrain d’expérimentation de la féerie lumineuse qui s’empara de Paris durant l’entre-deux-guerres.

Notes

1  « Un Zeppelin sur Paris », L’Écho de Paris, 30 janvier 1916.

2  Défense contre aéronefs. Le service de la DCA est créé le 23 novembre 1914.

3  Xavier Boissel, Paris est un leurre. La véritable histoire du faux Paris, Paris, Éditions Inculte, 2012.

4  Pierre-Marie Gallois, Le Sablier du siècle. Mémoires, Lausanne, L’Âge d’homme, 1999.

5  Jacques Fonsèque, Au fil du néon, manuscrit non publié, 1966, archives J.-C. Decaux.

6  Cette société fut la principale entreprise de publicité lumineuse en France de sa création au début du xxe siècle à son rachat par ITT en 1966.

7  « Un faux Paris imaginé par la DCA », L’Illustration, 2 octobre 1920, p. 245-246.

8  Lieutenant-colonel Vauthier, Le Danger aérien et l’avenir du pays, Paris, Berger-Levrault, 1930.

9  Serge Paquier et Jean-Pierre Williot (dir.), L’industrie du gaz en Europe aux xixe et xxe siècles. L’innovation entre marchés privés et collectivités publiques, Bruxelles, Peter Lang, 2005.

10  Alain Beltran, La Ville-Lumière et la Fée Électricité. L’Énergie électrique dans la région parisienne : service public et entreprises privées, Paris, Éditions Rive droite, 2002, p. 87.

11  Patrice A. Carré, « Téléphone et lumière électrique, signes de la “modernité” ? (vers 1880-vers 1930) », Bulletin d’histoire de l’électricité, juin 1986, p. 119.

12  Alain Beltran et Patrice A. Carré, « Une fin de siècle électrique », Les Cahiers de médiologie, nº 10, 2000, p. 99.

13  A. Beltran, La Ville-Lumière et la Fée Électricité, op. cit., p. 361.

14  François Caron et Fabienne Cardot (dir.), Histoire de l’électricité en France, tome I : 1881-1918, Paris, Fayard, 1991, p. 901.

15Ibid., p. 364.

16  Bruno Cabanes et Édouard Husson (dir.), Les sociétés en guerre, 1911-1946, Paris, A. Colin, 2003.

17  J. Vichniak, « Éclairage efficace des rues », La Nature, 2e semestre 1915, p. 399.

18  Service historique de la Défense (SHD), 5 N 136, Sénat, rapport à la commission de l’Armée par la sous-commission de l’aéronautique chargée d’une enquête sur les attaques de Zeppelins à Paris et dans la banlieue (29 et 30 janvier 1916).

19  Gérard Hartmann, Terreur sur la Ville. 9 octobre 2006, 28 p., disponible en ligne, http://www.hydroretro.net/etudegh/terreursurlaville.pdf (consulté le 21 juillet 2016).

20Ibid., p. 4.

21  SHD, 5 N 136, Sénat, rapport à la commission de l’Armée par la sous-commission de l’aéronautique chargée d’une enquête sur les attaques de Zeppelins à Paris et dans la banlieue (29 et 30 janvier 1916).

22Ibid.

23  G. Houard, « L’échec des Zeppelins dans la guerre et leur avenir possible dans la paix », La Nature, nº 2284-1309, 1917.

24  Rémy Bethmont, Histoire de Londres, Paris, Tallandier, 2011, p. 192.

25  « Paris bombardé. Un mois de bombardement », La Liberté, 24 avril 1918. « Il y a hier un mois que le canon à longue portée a commencé à tirer sur Paris. C’est en effet le 23 mars que les premiers obus réussirent à atteindre l’agglomération parisienne. Durant ce mois, Paris a subi 20 bombardements par obus de 210. Ces bombardements ont fait 354 victimes, dont 118 tués et 236 blessés ».

26  SHD, 6 N, carton 1, obus de 75 tombés sur Paris et sa banlieue (raid des 15-16 septembre 1918).

27  X. Boissel, Paris est un leurre…, op. cit., p. 48.

28  SHD, 5 N 136, note au sujet de l’organisation actuelle du service de Défense contre aéronefs.

29  « Un Zeppelin sur Paris », op. cit.

30  Marius Grosjean, « Les projecteurs électriques de gros calibre pendant la guerre », Revue générale d’électricité, 4 octobre 1919.

31  « Les projecteurs dans la guerre sur terre », La Nature, nº 2170, 1er mai 1915.

32Ibid.

33  F. Caron et F. Cardot (dir.), Histoire de l’électricité en France, op. cit., p. 898.

34  Cécile Coutin, Tromper l’ennemi. L’invention du camouflage moderne en 1914-1918, Paris, P. de Taillac/Ministère de la Défense, 2012.

35  Danielle Delouche, « Cubisme et Camouflage », Guerres mondiales et conflits contemporains, nº 171, 1993, p. 127.

36  André Dunoyer de Segonzac, « L’art au service de la guerre : souvenirs d’un camoufleur (1915-1918) », Le Figaro, 26 septembre 1939. André Dunoyer de Segonzac, peintre, graveur et illustrateur, a dirigé l’atelier de camouflage d’Amiens, puis celui de Noyon pendant la Première Guerre mondiale. Il s’est spécialisé dans la pose de faux arbres.

37  SHD, 5 N 136, rapport au sujet des alertes des 29 et 30 janvier 1916.

38  « Un faux Paris imaginé par la DCA », op. cit., p. 245-246.

39Ibid.

40  Lieutenant-colonel Vauthier, Le Danger aérien et l’avenir du pays, op. cit., p. 141.

41P. A., « Fernand Jacopozzi », op. cit., p. 63.

42  « Un faux Paris imaginé par la DCA », op. cit.

43  J. Fonsèque, Au fil du néon, op. cit., p. 27.

44  « Un faux Paris imaginé par la DCA », op. cit.

45  P.-M. Gallois, Le Sablier du siècle, op. cit., p. 24.

46  AN, LH 1339/79. Dans son dossier figurent les services extraordinaires rendus par le candidat : « au moment des attaques de Paris par l’aviation allemande, [Fernand Jacopozzi] a présenté un projet de faux objectifs de son invention, consistant en la reproduction de gares, usines, etc., fonctionnant avec le signal d’alerte et donnant par des lumières de couleur l’apparence de la vie et de la réalité ».

47  Jean Marchand, « La lumière au service de la publicité », La Science et la Vie, nº 128, février 1928, p. 121-127.

48  « Un faux Paris imaginé par la DCA », op. cit.

49  Lieutenant-Colonel Vauthier, Le Danger aérien et l’avenir du pays, op. cit., p. 142.

50David Fisher, The War Magician: The Man who conjured victory in the desert, New York, Coward-McCann, 1983.

51  Entretien avec Pierre-Marie Gallois le 19 janvier 2010, Paris.

52  D. Delouche, « Cubisme et Camouflage », op. cit., p. 123-137.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Bordeaux-Montaigne, Stéphanie Le Gallic mène des recherches sur l’histoire du mobilier urbain. Sa thèse, soutenue en 2014 sous la direction de Pascal Griset (Paris-Sorbonne), s’intitulait Les messages de lumière. La publicité lumineuse à Paris, Londres et New York de la fin du xixe siècle à nos jours et portait sur la construction du paysage nocturne par les publicités dans les grandes métropoles.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540