Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Vivre

Délocalisations de guerre et multinationales textiles dans la mobilisation économique : industriels et négociants du Nord occupé et bombardé (1914‑1920)

Jean-Luc Mastin

Texte intégral

  • 1  Fabrication de fil à coudre.

1En 1914, la région lilloise est un territoire marqué par une très forte spécialisation textile, dans le cadre d’un capitalisme familial organisé par les « grandes familles » : filature de lin et de coton et filterie1 à Lille ; laine peignée (filière complète) et filature de coton à Roubaix et Tourcoing ; fabrication des toiles (lin, lin-coton) et filature de lin à Armentières et dans la vallée de la Lys ; sans oublier les diverses industries de traitement (teinturerie, blanchiment, apprêts, impressions). Elle concentre une part importante de l’industrie textile nationale : 80 % de la filière de la laine peignée (mais 90 % du peignage) ; 90 % de la filature de lin et de la filterie ; un tiers de la filature de coton. Or, quatre années durant, elle est coupée par le front : Lille, Roubaix et Tourcoing sont occupées par les Allemands (octobre 1914-octobre 1918), tandis que la vallée de la Lys, dans la zone des combats, subit surtout les bombardements, qui s’intensifient à l’été 1916.

  • 2  Philippe Nivet, La France occupée, 1914-1918, Paris, A. Colin, 2011 ; idem, Les réfugiés français (...)

2Centrée sur la vie matérielle des populations occupées (réquisitions, ravitaillement, désordres monétaires) et sur la masse des réfugiés privés de ressources, l’historiographie économique et sociale des territoires occupés2 s’est, jusqu’à présent, essentiellement intéressée aux conséquences de l’occupation et de la guerre pour la mobilisation économique nationale et pour le territoire : d’une part, l’occupation prive le pays d’une grande partie de son industrie, les bombardements rendent difficiles la production de toiles (indispensables à l’aéronautique) ; d’autre part, le territoire sort de la guerre ruiné, car l’occupation a paralysé l’industrie durant quatre ans et les communes de la ligne de front sont rasées. Mais cette analyse fait l’impasse sur deux réalités fondamentales qui imposent de dépasser le cadre du territoire. D’une part, les marchés textiles ont une dimension mondiale : les principales sources d’approvisionnement en matières premières étant étrangères (lins de Russie et de Belgique, coton des États-Unis, laines d’Argentine et d’Uruguay, d’Australie, d’Afrique du Sud), de puissantes maisons de négoce de la région lilloise participent à l’organisation des marchés des lins et des laines, le coton échappant en revanche à la place au profit de Liverpool et du Havre ; en outre, dès la fin du xixe siècle, les grands groupes textiles sont des multinationales, implantées dans l’Empire russe et en Allemagne (groupe Motte), dans le Rhode Island (peignages et filatures de laine), en Argentine et en Uruguay (comptoirs lainiers et estancias). D’autre part, l’irréductible mobilité des capitaux impose de centrer l’analyse non pas sur le territoire mais sur la place (capitaux, entreprises, institutions).

3En effet, beaucoup (la plupart ?) d’entreprises du Nord occupé ou bombardé ont délocalisé leurs activités en « France libre » – précédées par les banques, qui ont « évacué » très tôt. Elles ont ainsi participé à la reformation d’une partie de la capacité de production perdue (ce qui montre la puissance financière du capitalisme familial du Nord), à la mobilisation économique et aux profits de guerre. À partir de sources diverses, dispersées (dossiers fiscaux des bénéfices de guerre, marchés de guerre, archives bancaires, archives du ministère du Commerce, actes de sociétés...), et lacunaires (le négoce et les multinationales sont peu visibles), on tente donc d’analyser ici, selon un ordre pour ainsi dire chronologique, les modalités et les conséquences de ces délocalisations de guerre : comment s’opèrent-elles ? Comment les firmes du Nord repliées en « France libre » participent-elles à la mobilisation économique ? Quelles conséquences ont ces délocalisations sur le territoire régional au lendemain de la libération puis de l’armistice ?

Le repli

4À la libération d’octobre 1918, de nombreuses firmes du Nord sont présentes à Paris et en « France libre ». On peut reconstituer en partie la chronologie, la géographie, les motivations et les conditions financières de ce repli.

Un repli en ordre dispersé ?

5Le plus gros de l’exode a lieu entre le 2 août et le 13 octobre 1914, en deux grandes vagues correspondant aux moments où la menace d’invasion se fait plus forte (au moment de la bataille de Charleroi du 21 au 23 août, puis début octobre). Mais certains arrivent en « France libre » au cours de la guerre, « rapatriés » par l’ennemi (pour cause de maladie ou de vieillesse) ou ayant fui (ainsi l’industriel roubaisien Eugène Motte, otage déporté en Allemagne en 1915, fuit par la Belgique et les Pays-Bas et arrive à Paris en février 1918).

6Les liniers de la vallée de la Lys, située sur la ligne de front, ont des stratégies différentes : certains partent très tôt (C. & A. Rogeau, fabricant de toiles d’Armentières), les autres restent malgré les bombardements ; les uns se replient en une seule fois lorsque les bombardements s’intensifient à l’été 1916 (Hurtrel & Faure), les autres progressivement (la firme A. Salmon continue à produire en partie sur place jusqu’en mars 1918, tout en délocalisant).

  • 3  Centre des archives économiques et financières (CAEF), B 29251/720 et AD 59, état signalétique des (...)

7Il faut distinguer ceux qui partent (les hommes non mobilisables, âgés de 48 ans ou plus) et les mobilisés. Parmi ces derniers, les uns exercent dans un corps d’armée mais obtiennent un classement précoce dans la réserve de la territoriale ou sont renvoyés dans leurs foyers comme chefs de famille nombreuse ou bien obtiennent un sursis (tel l’industriel lainier Jean Prouvost). Les autres sont affectés comme experts dans les services de l’Intendance ou dans des sections de COA (commis et ouvriers d’administration) et obtiennent des sursis, tel Georges Heyndrickx-Prouvost (fabricant de tissus à Roubaix) : expert au ministère de la Guerre pour la vérification des draps, il obtient un sursis en octobre 1915 car l’Intendance lui demande de remettre en route une usine destinée à produire des couvertures militaires3.

8Où s’installent-ils ? Il est impossible de faire un recensement complet et de cartographier leurs destinations, mais on distingue au moins trois principales régions d’accueil : les zones proches du front (Nord, Pas-de-Calais, Somme, qui doivent être évacués au printemps 1918) ; Paris (où s’installent de préférence les bureaux et les maisons de commerce des firmes industrielles, ainsi que les firmes de négoce) et la région parisienne, ce qui montre que la guerre renforce la centralisation économique ; trois départements normands, la Seine-Inférieure (Rouen pour le coton et le lin, Elbeuf pour la laine), l’Eure (filatures de lin et tissages de toiles dans la vallée de la Risle) et le Calvados (tissages de toiles à Condé-sur-Noireau). En dehors de ces régions, les firmes se dispersent dans un Grand Ouest (Bretagne, Sarthe, Haute-Vienne…), dans les petits centres lainiers du Loir-et-Cher (Romorantin) et du Tarn (Mazamet), à Lyon, en Isère… À l’échelle locale, on observe néanmoins un phénomène de concentration : Condé-sur-Noireau devient une colonie armentiéroise (au moins trois fabricants de toiles d’Armentières y font travailler leurs propres ouvriers réfugiés). Enfin, il s’agit souvent d’anciens bassins industriels en déclin, que les Nordistes revitalisent en rachetant des usines installées sur des rivières et équipées de minicentrales hydroélectriques, ce qui est un atout non négligeable dans le contexte de pénurie de charbon.

Quelles motivations ?

9La motivation la plus fréquemment invoquée est la volonté de sauver « la partie commerciale », c’est-à-dire la clientèle (que l’occupation risque de faire perdre) et l’organisation commerciale (l’approvisionnement en matières), mais aussi le chiffre d’affaires et les bénéfices nécessaires pour redémarrer l’activité dans le Nord après la libération, d’autant que les usines à l’arrêt (ou presque, car certaines continuent de tourner un moment, ne serait-ce que pour entretenir les machines et payer des salaires aux familles ouvrières) sont sources de pertes d’exploitation. Pour atteindre ce but, certains se contentent d’acheter de la matière et de recourir à des sous-traitants ou bien installent quelques machines dans une cave parisienne pour filer eux-mêmes de la laine et externaliser le reste : ils sont davantage négociants qu’industriels – mais prennent le risque d’être taxés de « champignons de guerre » (intermédiaires qui profitent de la hausse des prix pour spéculer sur les marchandises).

  • 4  D’abord détaché et envoyé en mission à Londres comme expert au service de la Commission internatio (...)

10En revanche, jamais n’est avouée la volonté de profiter des marchés de guerre (si ce n’est celle de terminer l’exécution de ceux passés en août 1914). Mais pour cela, certains lainiers sont prêts à renoncer à la qualité : Georges Heyndrickx passe des draps de laine peignée aux couvertures militaires de mauvaise qualité fabriquées avec des effilochés, des déchets et peu de laine mère, et à l’effilochage mécanique de draps. D’autres renoncent même à leur métier : le fabricant tourquennois Charles Tiberghien-Breuvart se lance dans la production de gaines d’obus à Neuilly-sur-Seine4.

11Enfin, il importe d’être présent à Paris pour défendre les intérêts des « envahis » et « sinistrés » dans les comités techniques puis les comités interministériels mis en place en 1917-1918, où est débattue la répartition des importations de matières premières, de produits finis et de machines.

Investir en guerre… dans quelles conditions ?

12Beaucoup rachètent ou louent des usines arrêtées depuis plusieurs années, souvent vétustes, dont ils doivent réparer, compléter, adapter les machines. Sur ce marché de l’immobilier industriel, l’offre est rassemblée dans les petites annonces du Journal des réfugiés du Nord, publié à Paris, mais aussi, sur place, par les maires et les chambres de commerce. Beaucoup rachètent, avec les immeubles, maisons de vente et fonds de commerce, lorsque les vendeurs, veufs ou veuves, tiennent à se défaire de l’entreprise. Ainsi, à Dinan (Côtes-du-Nord, Bretagne), la société en nom collectif (SNC) Lemaire, Trentesaux & Cie (association d’un Lillois et de deux Tourquennois) acquiert en juin 1916, avec une fabrique et un commerce de bonneterie, le droit de se dire « successeurs de Benedict Bayle » ; à Condé-sur-Noireau (Calvados), la SNC C. & A. Rogeau (d’Armentières) reprend le fonds de commerce de la société Veuve Baron, Langlois & Cie.

  • 5  AN, F12 7685, note du Service technique du ministère du Commerce, 2e section, s. d. [été ou octobr (...)

13Mais les immeubles comptent moins que la puissance et la qualité des assortiments de machines. Or, de ce point de vue, les investissements sont très inégaux : certains rachètent de vieilles petites usines aux machines vétustes ou obsolètes tombant souvent en panne quand d’autres commandent en Angleterre des machines neuves « des plus perfectionnées » (peignage Masurel à Boulogne-sur-Mer, 1916) ou rachètent des usines entières ; en juin 1916 les Prouvost rachètent le peignage Holden à Reims, près du front, pour le remonter à Saint-Aubin-les-Elbeuf ; le négociant Émile Segard rachète un peignage de laine en Suisse, qu’il remonte à Saint-Denis5.

14Il faut aussi (re)trouver de la main-d’œuvre. Si les liniers de la ligne de front évacuent avec leur personnel, les autres industriels essaient de retrouver leurs ouvriers et leurs cadres dispersés en « France libre » grâce à des petites annonces passées dans le Journal des réfugiés du Nord. Au-delà de leurs intentions paternalistes revendiquées (fournir un emploi à leurs ouvriers réfugiés), ils veulent éviter le coût de formation d’une main-d’œuvre locale qui n’est pas habituée au patronat du Nord.

  • 6  CAEF, B 15417, dossier Hassebroucq Frères.

15Quant au financement, il s’appuie d’abord sur les réserves accumulées avant-guerre et transférées avant « l’invasion » sur des comptes bancaires dans les agences parisiennes du Crédit du Nord ou des établissements de crédit (Crédit lyonnais, Société générale, CCF…). Mais l’association entre réfugiés s’impose pour réunir des capitaux importants : les réseaux familiaux du Nord sont actifs en « France libre » (l’expression est utilisée par les contemporains) et font jouer les solidarités de place. Certaines associations sont atypiques, comme la SNC André Huet & P. et P. Claeyssens, qui associe, pour la fabrication des toiles, un fabricant négociant de toiles lillois à deux frères distillateurs de genièvre de Wambrechies (banlieue de Lille). On ne voit pas d’association avec des industriels locaux, mais avec des négociants : ainsi, à Lyon les frères Ernest et Georges Hassebroucq (filetiers de Comines) s’associent en 1916 au négociant Joseph Pachod dans la SNC E. et G. Hassebroucq & Cie ; ils obtiennent de la firme Pachod Frères & Cie (négoce de mercerie) une commandite officieuse, en échange de laquelle ils promettent de la faire entrer au capital de la firme Hassebroucq Frères (à Comines) au lendemain de la guerre6.

  • 7  AN, F12 7691 (Comité interministériel du lin).
  • 8  Paul Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf pendant la Grande Guerre, 1914- (...)
  • 9  Jean-Luc Mastin, « Jean Prouvost, 1885-1978 », in Jean-Claude Daumas et alii (dir.), Dictionnaire (...)

16Enfin, les soutiens de l’État aux grands industriels lainiers de Roubaix-Tourcoing et aux liniers d’Armentières sont décisifs. En 1917 et 1918, la direction de l’Aéronautique incite et aide les fabricants de toiles et les filateurs de lin de la ligne de front à déménager leurs stocks de lins et leurs installations loin du front7. L’installation du peignage de laine Amédée Prouvost à Saint-Aubin-les-Elbeuf à l’été 1916, facilitée par la chambre de commerce d’Elbeuf (présidée par Paul Fraenckel), est favorisée par le ministre du commerce, Clémentel, qui accorde à Jean Prouvost « toutes les facilités » nécessaires (sursis, permis de circuler en automobile…)8. La concertation entre l’exécutif et les industriels va plus loin : le ministre de l’Armement, Louis Loucheur, roubaisien comme Jean Prouvost, pousse ce dernier à reprendre un quotidien (Le pays) jugé défaitiste par Clemenceau : c’est le début de la carrière d’un grand patron de presse9.

17Il faut dire que les lainiers et les liniers du Nord représentent 90 % des capacités nationales de production dans ces deux branches textiles : leur contribution à la mobilisation économique est cruciale. Dans quelles conditions se réalise-t-elle ?

Croissance et financement des affaires de guerre

Produire plus, vendre plus

  • 10  CAEF, B 15467, dossier A. Salmon, Steimer & Hamelin, bilans.

18Les dossiers des bénéfices de guerre et des marchés de guerre conservés au Centre des archives économiques et financières constituent la source principale permettant d’analyser l’effort de guerre des entrepreneurs réfugiés. Cependant, le négoce nous échappe en grande partie, de même que le commerce intragroupe des multinationales lainières (importations de laine brute d’Argentine et d’Uruguay, exportation de peignés et de filés fabriqués aux États-Unis). Ces dossiers donnent à voir la montée en puissance des productions, accomplie surtout par une croissance extensive : achats de machines, agrandissements, créations d’usines et de firmes. Ainsi, à l’été 1917, la SNC A. Salmon (filature et tissage de toiles d’Armentières) crée une SNC sœur, A. Salmon, Steimer & Hamelin (avec deux capitalistes parisiens), qui produit pour le service des Fabrications de l’aviation des toiles pour avion et pour toiture de hangar ; elle rachète l’usine Vétillard de Bessé-en-Braye (Sarthe) en août 1917 puis quatre mois plus tard (décembre 1917) une papeterie qu’elle transforme en tissage. En deux ans et demi, les effectifs ouvriers sont multipliés par 2,7 (114 ouvriers en août 1917, 305 en décembre 1919) et la valeur de l’usine Vétillard quadruple, passant de 270 000 francs (prix d’achat) à 1,08 million de francs en décembre 191910.

  • 11  CAEF, B 15260.
  • 12  L’activité de filature et de filterie « a été aménagée dans divers locaux de la rue Philibert Delo (...)

19Cette croissance rapide n’est pas sans poser des problèmes d’organisation de la production, en raison de la dispersion des établissements à l’échelle nationale (les usines Salmon sont situées à Armentières, à Bac-Saint-Maur, Pas-de-Calais, et à Bessé-en-Braye, Sarthe), à l’échelle régionale (la firme Lemaire Trentesaux & Cie exploite des usines de bonneterie à Dinan et à Rennes et une filature à Saint-Hilaire-du-Harcouët11), comme à l’échelle locale (à Lyon, la firme E. & G. Hassebroucq loue plusieurs locaux dans le même quartier)12.

20Mais il importe surtout de vendre plus. De ce point de vue, la croissance très forte des chiffres d’affaires jusqu’en 1918-1919 est éloquente, particulièrement pour les fabricants de toile :

Tableau 1. Chiffre d’affaires annuel de trois fabricants de toiles (en millions de francs courants)

    1915    

    1916    

    1917    

    1918    

    1919    

C. & A. Rogeau

2,86

3,94

4,99

10,12

8,82

A. Salmon

6,92

9,46

12,04

13,65

16,5

A. Huet & P. et P. Claeyssens      

6,12

13,36

22,66

24,11

Source : CAEF, B 15417 et B 15419, dossiers des bénéfices de guerre.

21Elle ne résulte pas seulement de l’augmentation des productions et de l’inflation, mais aussi de stratégies commerciales tendant à étendre la surface de vente de l’industriel et à lui faciliter l’accès aux marchés de guerre : multiplication des maisons de vente (C. & A. Rogeau en adjoint une à son usine de Condé-sur-Noireau en 1916 et en établit une autre à Paris, puis une troisième à Bordeaux, avec atelier de confections, en juin 1918) ; multiplication des firmes sœurs (André Huet vend sous son nom personnel et fabrique sous la raison sociale A. Huet & P. et P. Claeyssens) ; ententes entre soumissionnaires de marchés de guerre (fabricants de toiles). En outre, les industriels combinent marchés de guerre et production pour les civils : l’État est rarement un client exclusif.

Des marchés de guerre ultra-flexibles

22On ne peut certes pas évaluer le montant exact des marchés de guerre : les dossiers constitués suite à la loi du 31 juin 1933 sur la révision des marchés de guerre et conservés au CAEF sont incomplets, quand ils existent ; il faut en outre distinguer les montants initiaux prévus et les montants effectivement payés, en tenant compte des pénalités de retard et des résiliations partielles intervenues après l’armistice. Mais dans la liste des industriels textiles du Nord titulaires de marchés de guerre telle qu’on peut l’établir à partir de ces dossiers, les fabricants de toiles sont surreprésentés. Et trois d’entre eux figurent parmi les quatre plus gros fournisseurs : André Huet (sous ses deux raisons sociales) totalise plus de 6,5 millions de francs ; Charles Jeanson, 5 millions de francs ; Louis Colombier, 3,1 millions de francs. Mais le deuxième fournisseur le plus important est Georges Heyndrickx-Prouvost (fabrication de couvertures militaires et effilochage de draps à Saint-Junien, Haute-Vienne, et Mussidan, Dordogne) : 5,8 millions de francs.

  • 13  CAEF, B 29251/720.

23Or le dossier de ce dernier, exceptionnel par le volume de la correspondance conservée entre l’industriel et l’Intendance militaire, à laquelle s’ajoutent des notes internes et les contrats des marchés, montre comment la dépendance réciproque entre l’Intendance et l’industriel tourne au profit de ce dernier13. Aucun appel d’offres n’est passé : l’industriel n’est jamais mis en concurrence. La marge de manœuvre de l’Intendance est étroite : la production nationale étant insuffisante par rapport aux besoins, les marchés sont passés dans l’urgence ; dans le but de maîtriser les prix, l’Intendance croit pouvoir imposer à l’industriel de produire à façon en lui fournissant la matière première, mais les retards de livraison, la qualité médiocre des matières, le non-respect des quantités poussent l’industriel à acheter de la laine pour se constituer son propre stock et à imposer des livraisons à forfait à l’Intendance. En outre, une collaboration très étroite se met en place entre l’industriel et le sous-intendant militaire (SIM) : échange de services rendus, visites quasi quotidiennes, correspondance régulière et appels téléphoniques fréquents valent à l’industriel le « bienveillant appui » du SIM, qui facilite l’activité et les déplacements de Georges Heyndrickx (fourniture de charbon, « bons de transport par priorité », autorisation de circuler, sursis accordés à des ouvriers…). Il en résulte que l’administration militaire cesse d’être prescriptrice : l’industriel « fait connaître ses conditions », qui finissent toujours par prévaloir ; les clauses élastiques des marchés (les quantités sont toujours minimales) et les multiples avenants passés sur les quantités, les prix et les délais permettent d’adapter constamment les marchés à la production réelle de l’industriel. Au total, ce dernier parvient à imposer à l’Intendance une flexibilité unilatérale qui lui permet d’écouler en un flux continu des quantités croissantes, à des prix croissants, en évitant toute pénalité de retard.

24Ce Roubaisien est officieusement commandité par deux firmes roubaisiennes de fabrication de tissus (Louis Glorieux & Fils ; Ternynck Frères) : ce type de crédit, qui repose ici sur des solidarités de place, n’est que l’une des formes de crédit sur lesquelles repose le financement des affaires de guerre.

Le financement : le rôle crucial du crédit

  • 14  CAEF, B 5417 et B 15419, fonds des bénéfices de guerre, bilans des firmes.

25La croissance des productions et l’inflation qui augmente le coût de l’achat de machines et de l’approvisionnement expliquent la croissance des besoins financiers. Mais le principal problème est le financement de l’actif circulant. Les immobilisations (bâtiments, machines, matériel) pèsent peu et de moins en moins : de 6 % en 1917 à 4,3 % chez E. & G. Hassebroucq & Cie ; 13 % chez Salmon, Steimer & Hamelin en 1918 ; 36 % en 1916 puis 24 % en 1919 chez A. Huet & P. et P. Claeyssens14. Le recul est certes en partie lié au fait que l’inflation ne touche qu’une fois les immobilisations, comptabilisées d’abord à leur prix d’achat puis amorties, tandis que les approvisionnements (en matières premières, en charbons, etc.) ne cessent de renchérir. Mais les volumes de ces derniers augmentent aussi, de même que le crédit aux clients, qui s’allonge.

  • 15  Concept comptable introduit par la loi du 1er juillet 1916 sur la contribution extraordinaire sur (...)
  • 16  CAEF, B 5417, évaluation faite dans le mémoire présenté à la commission du premier degré de Lille (...)
  • 17  Jean-Luc Mastin, « Une place bancaire à l’épreuve de la guerre et de l’occupation : la région lill (...)

26L’autofinancement reste la première ressource : réserves, bénéfices laissés en compte courant, suramortissements alimentent la croissance des « capitaux engagés15 ». Ceux d’E. et G. Hassebroucq & Cie quadruplent en trois ans, passant de 383 815 francs en 1917 à 1 534 600 francs en 191916. Mais c’est l’endettement qui joue le rôle le plus important. Les débuts de l’exploitation sont financés par des crédits à moyen ou à long terme : commandites, crédits liés à l’achat d’usines et de fonds de commerce, comptes courants de parents et d’amis. Puis le crédit fournisseur et le crédit bancaire prennent le relais, et ont un poids très important. On sait que le Crédit du Nord (banque régionale) accompagne les industriels du Nord partout où ils se sont repliés : son siège parisien développe rapidement le réseau d’agences en « France libre », notamment en Normandie, et il s’engage résolument dans une politique « hardie » de crédit (escompte et larges découverts), qui est payante (forte croissance du chiffre d’affaires, des bénéfices et des dépôts). En revanche, les établissements de crédit parisiens comme le CCF sont très prudents : méfiants à l’égard de la petite clientèle du Nord repliée, ils font de gros « crédits de campagne » au grand négoce de laine17.

  • 18  « Non, les absents n’auront pas tort », dit Eugène Motte invité à plaider la cause des filateurs d (...)

27Mais le crédit n’est pas le seul soutien des affaires de guerre des Nordistes repliés. Elles s’appuient aussi sur l’action collective menée sans relâche à Paris auprès du pouvoir politique : pour ne pas « avoir tort », les « absents » du Nord sont omniprésents dans la capitale18.

À Paris : l’omniprésence des absents

  • 19  AN, F12 7691, Comité interministériel du lin.
  • 20  AN, F12 7735 et 7687.

28Ils poursuivent ainsi trois buts. Le premier est de s’assurer l’accès aux matières premières en participant aux « consortiums », qui, à partir de 1917, centralisent les importations sous le contrôle de l’État. Cependant, les Nordistes n’ont pas la même position dans ces organisations. Ils sont absents du Consortium cotonnier français créé en novembre-décembre 1917 pour l’importation du coton américain et dominé par les négociants et les banquiers du Havre et par les filateurs normands. En revanche, à l’été 1918, le filateur lillois Julien Le Blan porte un projet de consortium du coton Jumel (Égypte) réservant une place centrale aux filateurs des « régions envahies ». Pour le lin, le Consortium linier français créé en décembre 1917 n’est en fait qu’une entreprise ne regroupant que quelques gros filateurs et négociants du Nord. Il est contesté par les teilleurs de Normandie, qui en sont exclus, et n’est pas reconnu par l’État, qui veut un « vrai » consortium, plus large. Il est en outre concurrencé par le négociant lillois Wemaere, qui a ses propres réseaux en Russie et bénéficie du soutien du Comité interministériel du Lin et de la direction de l’Aéronautique19. Pour la laine, à défaut d’un consortium, un Comité de ravitaillement civil en laines d’Australie (CRCLA) est fondé en mai-juin 1917, dominé par les maisons de Roubaix-Tourcoing (et de Reims). Il doit répartir les quotas de laines importées d’Australie (réquisitionnées par le gouvernement anglais) entre les peigneurs de laine. Mais, à la demande du ministère du Commerce, sa tâche principale devient en 1918 l’organisation du fret des laines achetées par les firmes de Roubaix-Tourcoing en Amérique du Sud et bloquées dans les ports de Buenos Aires et de Montevideo20.

29Le deuxième objectif de la présence des Nordistes dans la capitale est de maintenir une pression constante sur l’État. L’action du groupe parlementaire des départements envahis est relayée par un pullulement d’associations de défense des intérêts économiques des « sinistrés » et des « envahis », portant toutes des revendications redondantes ou convergentes et rendant la question des industriels des « régions envahies » incontournable, omniprésente. Les deux organisations les plus puissantes et les plus visibles sont fondées en 1915 : l’ACRAIRE (Association centrale pour la reprise de l’activité industrielle dans les régions envahies), avec ses multiples comités corporatifs, et l’ASDN (Association des sinistrés du département du Nord), avec ses comités locaux (notamment le comité des intérêts économiques de Roubaix-Tourcoing) – sans oublier les trois sociétés industrielles (celles de Lille, de Roubaix, de Tourcoing), les chambres de commerce et l’ensemble des syndicats patronaux.

  • 21  Associé de la SNC Lorthiois-Leurent & Fils (fabrication de tapis, Tourcoing). C’est le cousin germ (...)

30Enfin, les Nordistes réfugiés veulent participer activement aux comités interministériels (CI) mis en place en 1918 pour y défendre les droits des « sinistrés » dans la répartition des matières premières et des machines importées. Le CI du lin est largement dominé par les liniers de la vallée de la Lys. Au CI de la Laine, les Roubaisiens-Tourquennois dominent et sont très revendicatifs face aux industriels d’Elbeuf et de Vienne. En revanche, les Nordistes sont absents du CI du Coton, mais trois grands industriels (Eugène Motte, Georges Delebart, Joseph Toulemonde) y sont invités en juillet 1918 pour plaider la cause des filateurs du Nord. Enfin dans les CI, les réfugiés retrouvent, parmi les membres de droit représentant les ministères et les administrations, d’autres membres des « grandes familles » du Nord : au CI de la laine, Jules Ternynck (38 ans) ; Jules Lorthiois-Franchomme (43 ans en 1918, fabricant de tapis, Tourcoing)21 et son « délégué technique », le négociant roubaisien Georges Wattinne-Desurmont (47 ans), de la firme Wattinne-Bossut ; Maurice Glorieux-Lefebvre (31 ans, de la maison L. Glorieux & Fils, fabrication de tissus, Roubaix), beau-frère de Jean Prouvost. Tous se retrouvent sous la vice-présidence de James Dantzer (50 ans), chef de la 2e section (textiles) des services techniques du ministère du Commerce, qui a, depuis vingt ans, des liens d’amitié avec les grands patrons du Nord.

31Loin d’être absents, les industriels et les négociants des « régions envahies » participent activement aux instances de concertation mises en place par l’exécutif. Certains font même partie des délégations françaises envoyées à Londres pour défendre les « programmes français » au sein des comités interalliés en août 1918 (Jules Lorthiois, Eugène Motte, Eugène Mathon). À Paris, ils font entendre une rhétorique victimaire, qui porte ses fruits au lendemain de la guerre, lesquels s’ajoutent aux bénéfices des délocalisations de guerre.

Relocalisation et reconstitution

Une relocalisation très partielle

32La sortie de la guerre s’accompagne d’une relocalisation lente et partielle. Le retour des machines, des capitaux et des hommes dans le Nord « libéré » ne peut se faire immédiatement car les conditions du redémarrage économique restent difficiles pendant six à sept mois (pénurie et désorganisation des transports, désordre monétaire, pénurie de main-d’œuvre, dispersion des personnels…) – bien davantage, d’ailleurs, dans les villes détruites (vallée de la Lys) que dans les villes occupées. Dans ces conditions, il est souvent préférable de retarder la liquidation des affaires de guerre, mais il est difficile de maintenir la production, en raison de la résiliation partielle ou totale des marchés de guerre et de la diminution rapide des effectifs ouvriers sous l’action conjointe de la démobilisation et de l’épidémie de grippe.

33Quelques industriels procèdent à une liquidation pure et simple de leurs affaires de guerre six à sept mois après l’armistice (Georges Heyndrickx en avril 1919 ; Hurtrel & Faure en juillet 1919). Mais la plupart des firmes maintiennent leurs investissements. Certaines se désengagent de l’exploitation mais gardent une participation (en août 1919, la firme Lemaire, Trentesaux & Cie fait apport de ses usines de Dinan et de Rennes à une société en commandite par actions, dont elle acquiert ainsi 57 % du capital). Mais la plupart des établissements et des firmes créées pendant la guerre sont maintenus : le groupe Prouvost développe son peignage à Saint-Aubin-les-Elbeuf et sa firme de négoce Prouvost & Lefebvre ; la SNC A. Salmon, Steimer & Hamelin exploite encore ses usines de la Sarthe dans les années 1930 ; les Rogeau exploitent leur usine de Condé-sur-Noireau jusqu’à la Seconde Guerre mondiale ; André Huet exploite encore le tissage de Saint-Philbert-sur-Risle au début des années 1950…

34Au total, les relocalisations sont très partielles. La guerre a été une occasion d’essaimage. Elle a renforcé l’emprise du capitalisme familial du Nord sur le textile national. Elle révèle et accélère la déterritorialisation des capitaux des « grandes familles » (qui ont toujours prétendu être attachées au territoire). Enfin, dans la région lilloise, elle a renforcé la concentration du textile, au profit de ceux qui ont pu délocaliser et aux dépens de ceux qui ne l’ont pas pu, d’autant que les ressources des premiers sont accrues par les bénéfices de guerre.

Des bénéfices de guerre impossibles à évaluer ?

35Les dossiers de la contribution extraordinaire sur les bénéfices de guerre (CEBG) présentent certes deux limites. D’une part, les lacunes sont importantes : on ne trouve aucun dossier pour certains gros fournisseurs de l’Intendance (comme le fabricant de fil à coudre lillois Thiriez), ni pour les firmes ayant produit exclusivement pour les civils ; la loi du 1er juillet 1916 excluant les établissements étrangers des multinationales, il n’y a rien sur les groupes exploitant aux États-Unis (Lepoutre, Tiberghien, Desurmont) – seulement un maigre dossier sur le négoce de laine Masurel Fils (de Roubaix). D’autre part, ils permettent difficilement de chiffrer les bénéfices des entreprises repliées en « France libre » : quelles évaluations retenir ? (celles du déclarant ? des vérificateurs des Contributions directes ? de la commission du premier degré ?) Les séries sont en outre hétérogènes et incohérentes, résultant d’innombrables bricolages destinés à reconstituer des montants plausibles, à défaut de comptabilités déclarées restées en « pays envahi » pendant la guerre (motif des sursis déclaratifs accordés par l’administration fiscale) puis, après la libération, déclarées détruites ou perdues. Enfin, elles s’appuient toutes sur les déclarations des contribuables, donc intègrent une part plus ou moins grande de dissimulation.

  • 22  Il y a deux extrêmes : le taux de rentabilité de la firme A. Salmon est compris entre 10,5 et 12,7 (...)

36Malgré tout, on peut tenter une mesure des bénéfices. En volume, on constate que les bénéfices les plus élevés sont ceux des fabricants de toiles (Charles Jeanson, 12 millions de francs ; les firmes C. & A. Rogeau, A. Salmon, entre 5 et 8,5 millions de francs ; Huet & Claeyssens, 5 millions de francs sur un temps un peu plus court). Néanmoins, E. & G. Hassebroucq & Cie (fabrication de fil à coudre), totalise, sur cinq périodes fiscales, entre 4,5 et 7,5 millions de francs. En revanche, Georges Heyndrickx aurait à peine réalisé 320 000 francs sur quatre périodes fiscales. Les bénéfices augmentent pour certains jusqu’en 1917, pour d’autres jusqu’en 1918 et 1919 (malgré la résiliation partielle de marchés) voire 1920 (Hassebroucq). Mais plus que le montant des bénéfices en millions, c’est le taux de rentabilité des « capitaux engagés » qui est significatif. Or, sur huit firmes pour lesquelles on a pu le calculer, six ont un taux de rentabilité compris entre 24 et 50 %. Même en déduisant les pertes liées à l’occupation et aux destructions (abattements prévus par l’article 3 §2 de la loi du 1er juillet 1916), la rentabilité est comprise entre 24 et 44 %22. Autre ratio permettant d’apprécier les bénéfices, le rapport bénéfices nets réalisés/chiffre d’affaires est en revanche de 14 % pour A. Salmon (1914-1918), de 18 % pour C. & A. Rogeau (1914-1919), de 29 % pour A. Salmon, Steimer & Hamelin (1917-1919), de 11 % pour Lemaire, Trentesaux & Cie (1916-1920), mais de 44 % pour E. & G. Hassebroucq (1916-1918).

37Or, s’ils se soumettent à l’obligation de déclaration de bénéfices avec sans doute autant demauvaise foi que les autres assujettis à la CEBG, les « sinistrés » du Nord disposent d’armes supplémentaires pour échapper à l’impôt.

Payer peu, recevoir beaucoup

38À la fois créanciers et débiteurs de l’État (en raison de l’indemnisation des dommages de guerre et de la CEBG), victimes ici et profiteurs là-bas, ils déploient une rhétorique victimaire visant à faire oublier la dualité de leur situation et à réclamer des faveurs justifiées comme des mesures d’équité – ce qui leur permet, au final, de payer peu et de recevoir beaucoup.

39Les « envahis » et « sinistrés » bénéficient en effet d’un statut fiscal avantageux (abattements, sursis déclaratif, exonérations de fait puis de droit), construit par à-coups en 1916 puis en 1920-1921. La loi du 1er juillet 1916 leur accorde un abattement de 6 puis de 8 % des capitaux engagés en « pays envahi » (présenté comme une compensation des pertes d’exploitation liées à l’occupation). À l’armistice, il apparaît logique que les populations qui ont été occupées durant quatre ans soient exonérées de tout impôt direct pour les années de guerre, d’autant plus s’ils ont été créés pendant l’occupation. Puis, en 1920, deux lois votées in extremis (fin mars et fin juin) accordent successivement deux sursis pour la déclaration sur les revenus et les bénéfices industriels et commerciaux (BIC) de 1919. En outre, la loi du 25 juin 1920 exonère de la CEBG pour les deux dernières périodes (1919 et premier semestre 1920) « les entreprises situées dans les régions qui ont été envahies ou qui, s’étant trouvées dans la zone des opérations militaires, ont été arrêtées pendant six mois consécutifs au moins […] si elles n’ont pas antérieurement produit des bénéfices donnant lieu à l’application de cette contribution » : celles qui sont soumises à la CEBG pour les années de guerre le sont donc aussi pour 1919 et 1920, mais celles qui n’y ont pas été soumises jusqu’à l’armistice en sont exonérées ; et surtout la loi assimile les « régions envahies » et les régions situées « sur la ligne de feu », pourtant alors en « France libre ». Enfin, la loi du 16 juillet 1921 fixant le « régime fiscal des régions libérées » accorde une exonération d’impôts directs (revenus et BIC) pour 1919 (mais pas 1920) et un délai supplémentaire pour faire la déclaration sur les revenus et les BIC de 1920, mais aussi des majorations d’abattement pour le calcul de l’impôt sur le revenu et les BIC de 1920 à 1923 et des délais supplémentaires pour déclarer les successions ouvertes entre le 1er février 1914 et le 24 octobre 1919…

40Les Nordistes soumis à la CEGB cherchent, le plus possible, à se réfugier derrière ce statut dérogatoire. Ils n’y parviennent pas tous, mais usent de trois types de manœuvres pour échapper à cet impôt. Les manœuvres frauduleuses reposent sur un motif banal, irrécusable, quoique invérifiable justifiant la non-présentation de comptabilités ou la présentation de comptabilités incomplètes : la destruction partielle ou totale des comptabilités antérieures à la guerre. Celle-ci permet de rendre inéluctable le calcul forfaitaire du bénéfice normal (sur la base d’une évaluation généreuse des dommages de guerre, en francs courants), plus avantageux que la moyenne des bénéfices des trois années d’avant-guerre (exprimée en francs-or). Quant aux manœuvres dilatoires, elles sont plus faciles pour certaines firmes : durant la guerre, l’obtention d’un sursis déclaratif est quasi automatique quand la continuité juridique entre les « entreprises » établies pendant la guerre en « France libre » et les entreprises exploitées avant-guerre en « pays envahi » est évidente pour l’administration fiscale (même siège social, même raison sociale) ; puis, après l’armistice, ces firmes profitent de la confusion juridique et administrative qui règne dans le Nord libéré pour se faire oublier, et se placent sous la protection du statut fiscal (Masurel Fils). Quant aux autres, elles présentent des demandes de sursis irrégulières et engagent des batailles de procédures avec les commissions du premier degré. Un des buts de ces manœuvres dilatoires est d’obtenir la « compensation », c’est-à-dire l’imputation de l’impôt à payer sur les indemnités pour dommages de guerre à percevoir, de manière à ne rien débourser. Enfin, de longues batailles sur le calcul du bénéfice normal et sur le droit à l’abattement sont engagées par les firmes dont la continuité n’est pas reconnue par l’administration fiscale (par exemple A. Huet & P. et P. Claeyssens) et celles ayant exploité des usines sur la ligne de front (A. Salmon). Elles revendiquent d’être soumises au statut fiscal des « régions envahies » (transfert de sièges sociaux en 1920) et déploient des argumentaires où la rhétorique victimaire s’enrichit de l’accusation d’injustice fiscale.

  • 23  C’est le cas d’Henri Chas, fabricant de toiles, ancien maire d’Armentières, administrateur de la s (...)

41En revanche, les « sinistrés » du Nord obtiennent une indemnisation des dommages de guerre qui passe pour être avantageuse, notamment aux yeux des inspecteurs de la Banque de France. Elle a, il est vrai, un double lien avec la CEBG : des estimations des experts dépend l’évaluation du bénéfice normal et de l’abattement auquel ont droit les « envahis » (et qui viennent réduire l’assiette de l’impôt sur les bénéfices de guerre) ; les industriels sollicitent l’imputation de l’impôt sur les indemnités de dommage de guerre. Et, au-delà des montants eux-mêmes, objets d’une polémique nationale qui éclate en 1924 à propos de la surévaluation d’actifs à l’origine de l’enrichissement de quelques « sinistrés » – polémique à laquelle la chambre de commerce de Roubaix répond, une fois de plus, par une rhétorique victimaire –, les conditions du remploi sont, de fait, avantageuses : la cession des certificats d’indemnité étant autorisée, certains achètent des ruines à bon prix pour les certificats d’indemnités qui y sont attachés ; d’autres empochent les avances, reconstituent tardivement leurs usines et se lancent entre-temps dans des spéculations hasardeuses23.

Conclusion

42En se délocalisant en « France libre », une bonne partie de l’industrie et du négoce textile du Nord occupé et bombardé a contribué activement à l’effort de guerre, participé aux grandes décisions économiques nationales et interalliées et pris part aux bénéfices de guerre. La guerre a en outre été une occasion inédite d’essaimage hors du territoire.

  • 24  Jean-Luc Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, région lilloise, 1850-1914, t (...)

43Or, depuis un siècle, la mémoire collective de la Grande Guerre dans le Nord présente la guerre et l’occupation comme une catastrophe. Dès l’entre-deux-guerres, et plus encore après 1945, les patrons textiles eux-mêmes affirment que les pillages de l’occupant, les destructions, la paralysie de l’industrie durant les quatre années d’occupation (1914-1918), puis les difficultés du redémarrage et de la « reconstitution » ont été la cause d’un retard sur la France « non envahie » et de l’irrésistible déclin de l’industrie textile du Nord. Ils ont ainsi d’emblée évacué leur propre responsabilité dans la spécialisation textile du territoire qu’ils avaient collectivement choisi de maintenir ou de renforcer au début du xxe siècle24 tout en pratiquant individuellement les premières délocalisations.

44Ils sont aussi parvenus à faire oublier que, dans les villes qui ont été occupées, la « reconstitution » a été rapide (à l’été 1920, 85 % des capacités de production sont à nouveau en marche à Roubaix-Tourcoing) parce que la place a tiré profit de la guerre, comme en témoigne la puissance nouvelle du Crédit du Nord. Centrée sur le territoire, cette mémoire régionale de la guerre et de l’occupation fait abstraction de l’irréductible mobilité des capitaux. Depuis un siècle, elle a été imposée au reste de la nation au moyen d’une rhétorique victimaire élaborée à Paris par les riches réfugiés du Nord dès le dernier trimestre 1914, qui visait à faire oublier qu’ils étaient à la fois victimes et profiteurs de guerre.

Notes

1  Fabrication de fil à coudre.

2  Philippe Nivet, La France occupée, 1914-1918, Paris, A. Colin, 2011 ; idem, Les réfugiés français de la Grande Guerre. Les « Boches du Nord », Paris, Economica, 2004 ; Clotilde Druelle-Korn, L’approvisionnement discret de la France occupée (1914-1919). Herbert Hoover, le blocus, les Neutres et les Alliés, mémoire inédit d’HDR, décembre 2016 ; idem, « “Du papier, de grâce du papier pour l’amour de Dieu.” Le ministère du Commerce au secours de la circulation monétaire pendant la Grande Guerre : monnaies de nécessité consulaires et chèques postaux », in Florence Descamps et Laure Quennouëlle-Corre (dir.), La Mobilisation financière pendant la Grande Guerre. Le front financier, un troisième front, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2015, p. 175-196, consultable, http://books.openedition.org/igpde/4140 ; Jean-Marie Potiez, Lille sous l’occupation allemande, 13 octobre 1914-17 octobre 1918, mémoire de DES, sous la direction de Jean Bouvier, université de Lille, 1965 ; Arnaud Rogeau, Les réfugiés du Nord et la Première Guerre mondiale, mémoire de maîtrise, sous la direction de Bernard Ménager, université Lille 3, 1991 ; Simon Vacheron, « L’industrie textile du Nord dans la tourmente de la guerre, 1914-1918 », colloque Guerres mondiales et bassins industriels en territoire occupé (1900-1950), Maubeuge, 20-21 novembre 2014 ; idem, « Les stratégies des entreprises et des entrepreneurs textiles face à la guerre, 1914-1920 », journée d’études Patrons et industries dans la guerre, Roubaix, 12-13 février 2015 ; Jean-Luc Mastin, « Une place évacuée dans la mobilisation économique de l’arrière. Entreprises et banques de la région lilloise repliées en France libre (1914-1920) », in Laurent Dornel et Stéphane Le Bras (dir.), Les Fronts intérieurs européens (1914-1920). L’arrière en guerre, actes du colloque de Pau, 19-20 novembre 2015, à paraître.

3  Centre des archives économiques et financières (CAEF), B 29251/720 et AD 59, état signalétique des matricules militaires.

4  D’abord détaché et envoyé en mission à Londres comme expert au service de la Commission internationale de ravitaillement (1915), il est réintégré sergent dans la 1re section COA en juin 1916, il est à nouveau détaché le 9 octobre 1916 pour gérer la « Maison Ch. Tiberghien » à Neuilly-sur-Seine, où il vient de reprendre « l’ancienne usine exploitée par M. De Lestang-Parade » sise au 117, avenue du Roule. En mai 1918, il est « renvoyé dans ses foyers » pour situation de famille (AD 59, état signalétique du matricule 4088 classe 1902, et CAEF, B 29344/1279).

5  AN, F12 7685, note du Service technique du ministère du Commerce, 2e section, s. d. [été ou octobre 1916].

6  CAEF, B 15417, dossier Hassebroucq Frères.

7  AN, F12 7691 (Comité interministériel du lin).

8  Paul Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf pendant la Grande Guerre, 1914-1918, Rouen, Imprimerie L. Wolf, 1920, p. 49-50.

9  Jean-Luc Mastin, « Jean Prouvost, 1885-1978 », in Jean-Claude Daumas et alii (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, p. 573-575.

10  CAEF, B 15467, dossier A. Salmon, Steimer & Hamelin, bilans.

11  CAEF, B 15260.

12  L’activité de filature et de filterie « a été aménagée dans divers locaux de la rue Philibert Delorme et de la rue Magneval, faisant l’objet de divers engagements de location ou de locations verbales successivement passés par MM. Hassebroucq, au fur et à mesure qu’un local devenait disponible. Cette manière d’opérer, imposée par les circonstances, a entraîné une certaine dissémination des services, du matériel et par suite des opérations de la fabrication » (CAEF, B 15417, 2e assemblée générale extraordinaire de la SA des Filatures et Filteries de France, 16 mars 1920).

13  CAEF, B 29251/720.

14  CAEF, B 5417 et B 15419, fonds des bénéfices de guerre, bilans des firmes.

15  Concept comptable introduit par la loi du 1er juillet 1916 sur la contribution extraordinaire sur les bénéfices de guerre et souvent défini par les fonctionnaires du fisc comme la somme du capital social et des comptes courants « non libres ».

16  CAEF, B 5417, évaluation faite dans le mémoire présenté à la commission du premier degré de Lille en 1925.

17  Jean-Luc Mastin, « Une place bancaire à l’épreuve de la guerre et de l’occupation : la région lilloise (1914-1923) », in Fabien Cardoni (dir.), Les banques françaises et la Grande Guerre, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016.

18  « Non, les absents n’auront pas tort », dit Eugène Motte invité à plaider la cause des filateurs de coton du Nord au Comité interministériel du coton, le 18 juillet 1918 (AN, F12 7689).

19  AN, F12 7691, Comité interministériel du lin.

20  AN, F12 7735 et 7687.

21  Associé de la SNC Lorthiois-Leurent & Fils (fabrication de tapis, Tourcoing). C’est le cousin germain de Louis Lorthiois-Herbaux (47 ans), qui représente la firme Lorthiois Frères au CRCLA.

22  Il y a deux extrêmes : le taux de rentabilité de la firme A. Salmon est compris entre 10,5 et 12,7 % ; celui de E. & G. Hassebroucq & Cie dépasserait 130 %.

23  C’est le cas d’Henri Chas, fabricant de toiles, ancien maire d’Armentières, administrateur de la succursale de la Banque de France.

24  Jean-Luc Mastin, Capitalisme régional et financement de l’industrie, région lilloise, 1850-1914, thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Hirsch, université Lille 3, 2007.

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université Paris 8, chercheur à l’IDHES (UMR 8533 du CNRS), agrégé d’histoire (1998), docteur de l’Université de Lille 3 (2007), Jean-Luc Mastin a, dans sa thèse de doctorat, analysé un système financier régional contrôlé par les « grandes familles » (région lilloise, 1850‑1914). Il a depuis poursuivi ses recherches sur le capitalisme familial du Nord (groupe Prouvost, financement des charbonnages) et s’intéresse aux places financières périphériques. Il achève actuellement trois années de recherches sur la place lilloise et l’argent des « grandes familles » du Nord à travers la guerre et l’occupation de 1914‑1918.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540