Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Vivre

L’industrie lainière dans la guerre (1914-1918) : anatomie d’une mobilisation

Jean-Claude Daumas

Texte intégral

Introduction

  • 1  Sur la situation de l’industrie lainière avant 1914, Jean-Claude Daumas, Les territoires de la lai (...)
  • 2  Sur la situation des centres lainiers dans les départements occupés, Jean-Claude Daumas, « Guerre (...)

1La guerre a marqué pour l’industrie lainière1, comme pour toute l’industrie française, une rupture brutale. L’invasion du Nord et de l’Est du pays a dépouillé la France de ses principales régions lainières, le Nord, la Champagne et les Ardennes, où les usines ont été rapidement réduites à l’inactivité, avant de subir réquisitions, pillages et destructions2. En revanche, l’industrie nationale a conservé les centres lainiers de Normandie, du Midi et de Vienne, qui, en raison des besoins en drap d’uniforme, ont connu une activité intense, alors même qu’ils étaient handicapés par la rupture des approvisionnements et la pénurie de main-d’œuvre, et ont développé et rajeuni leur outil de production.

2Après avoir pris la mesure de l’amputation du potentiel productif due à l’occupation d’une partie du territoire, on cherchera à rendre compte de la mobilisation de l’industrie lainière au service de la défense et donc de la marche des centres lainiers demeurés français. Pour cela, on a étudié l’organisation industrielle mise en place pour faire face aux besoins des armées, les conditions d’activité des entreprises, les transformations de l’outil de production, l’évolution de la production de tissu, ainsi que de la profitabilité des entreprises dynamisées par la fabrication massive de drap militaire.

Les conséquences de l’invasion

  • 3  Albert Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, Paris, Presses universitaires de (...)
  • 4  Lucien Romier, « L’industrie lainière », in Henri Hauser et Henri Hitier (dir.), Enquête sur la pr (...)

3Du fait de l’occupation totale ou partielle des départements du Nord et de l’Est (Nord, Pas-de-Calais, Aisne, Somme, Ardennes, Marne), l’industrie lainière a été privée des deux tiers de sa main-d’œuvre et de sa force motrice (105 000 chevaux sur 160 000), de la quasi-totalité de ses 2 000 peigneuses, de 2,4 millions de broches à filer ou à retordre sur 3 millions (80 %) et de 37 000 métiers à tisser sur 55 000 (67 %)3. Cependant, les cycles de travail de la laine ont été très inégalement touchés : le peigné a été amputé de 95 % de son potentiel productif, quand le cycle cardé n’en a perdu que 45 %4.

  • 5  Raphaël Milliès-Lacroix, rapport au Sénat sur les acquisitions de draps nécessaires à l’habillemen (...)
  • 6  Rémy Cazals, Cinq siècles de travail de la laine. Mazamet, 1500-2000, Portet-sur-Garonne, Éditions (...)

4Dans la France non envahie, l’industrie de la laine cardée était située dans trois centres principaux : la Normandie avec Elbeuf et Louviers, le Tarn avec Castres et Mazamet, et Vienne. Au recensement de 1906, ils faisaient travailler 27 400 personnes, soit seulement 16 % des effectifs de l’industrie lainière. Ce sont ces trois centres qui contribuèrent le plus à la fabrication de drap de troupe en fournissant 75,8 % des tissus destinés à l’armée5. La France a également conservé son industrie du délainage, concentrée à Mazamet, mais son activité a presque cessé du fait de la rupture des relations avec les pays fournisseurs de peaux de l’hémisphère sud6.

La mobilisation de l’industrie lainière

  • 7  Paul Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf pendant la Grande Guerre, 1914- (...)

5Le plan français de mobilisation de 1912 ne prévoyait pas de mobilisation industrielle. Cependant, l’Intendance avait recensé les moyens de production disponibles dans chaque centre, identifié les spécialistes devant bénéficier d’un sursis d’incorporation et dressé la liste des entreprises qui devraient dès la déclaration de guerre travailler pour la défense nationale7. Mais, en août 1914, tout restait à organiser.

  • 8Ibid.

6Si l’organisation de la production a partout été bouleversée par l’intervention de l’État, on est cependant en présence de configurations locales différentes, seule l’organisation de la fabrication mise sur pied à Elbeuf par les industriels en collaboration avec l’État étant au demeurant bien documentée8.

  • 9Ibid., p. 25. Au total, sur ces 23 fabricants, 20 étaient Elbeuviens et trois de Louviers.

7Le 3 août, la chambre de commerce d’Elbeuf décida la concentration de tous les achats entre les mains de son bureau. Dès le 5 août, les industriels titulaires de marchés militaires reçurent le carnet dit de mobilisation qui prévoyait que toutes les commandes commerciales soient suspendues, les usines devant travailler exclusivement à la fabrication de drap de troupe. À ces dix premières usines s’en ajoutèrent treize autres, qui adhérèrent le 19 septembre aux conditions prescrites9.

  • 10  AD Seine-Maritime, 77 J 438.
  • 11  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 28.

8Le premier marché fut signé par les dix premières maisons le 10 septembre10. Elles s’engageaient à fabriquer la plus grande quantité possible de drap de soldat. Une fois épuisées toutes les matières en leur possession, les fabricants utiliseraient la laine, le charbon et les produits chimiques que leur fournirait l’Administration, qui s’engageait à les leur facturer au cours moyen de juillet 1914. En contrepartie, les fabricants livreraient leurs étoffes au prix moyen accordé aux fabricants d’Elbeuf à l’adjudication du 11 juillet 1914. Lors de l’adjudication des nouveaux marchés en septembre 1915, l’Administration renonça à fournir d’autres produits que la laine et l’indigo, les fabricants étant désormais tenus de s’approvisionner individuellement ou collectivement en charbon, oléine, soude, etc.11. Les conditions des marchés ont été révisées à plusieurs reprises jusqu’à la fin des hostilités pour tenir compte à la fois des besoins de l’armée et de la variation des prix des matières premières.

  • 12Ibid., p. 29-30.
  • 13Ibid., p. 38.

9Enfin, en décembre 1915, le ministre de la Guerre décidait d’organiser dans chaque région de production importante un centre de fabrication dirigé par un sous-intendant militaire. Il y en eut quatre pour la fabrication du drap de troupe : Elbeuf, Lodève, Millau et Vienne. Le centre de fabrication devait remplir les fonctions que, à Elbeuf, la chambre de commerce avait jusqu’alors assurées spontanément : répartition des laines, surveillance de la fabrication, vérification de la qualité des étoffes, paiement, etc. En conséquence, les industriels s’associèrent pour former la Collectivité des fabricants d’Elbeuf, dont les objectifs étaient la défense des intérêts communs et l’achat de tous les produits qui n’étaient plus fournis par l’Intendance12. En juin 1917, ce groupement se transforma en société anonyme afin de pouvoir faire l’acquisition de navires pour aller chercher outre-Manche le charbon qui manquait cruellement aux fabricants13.

10La guerre a transformé les rapports des industriels avec l’État et entre eux. À Elbeuf, les industriels ont été pratiquement réquisitionnés et des éléments d’organisation ont complété les mécanismes du marché puisque commandes, paiement et répartition des matières premières dépendaient de l’Intendance. Collaborant étroitement avec l’État, la draperie elbeuvienne a agi à travers ses propres organisations, la chambre de commerce, en particulier son bureau, et la Collectivité des fabricants, qui ont assumé les tâches qui auparavant incombaient individuellement aux industriels. En particulier, elles ont centralisé les demandes, acheté à l’étranger les matières premières, les revendant sous le contrôle de l’État à leurs membres, et surveillé la production. Face à l’État, ces organisations ont également assuré la défense des intérêts des fabricants. Elles étaient dominées par les industriels les plus puissants de la place, Paul Fraenckel et Ernest Blin, les chefs des deux plus grosses entreprises de la ville, qui en assurèrent la direction pendant toute la durée de la guerre, le premier comme président et le second au poste clé de secrétaire. Étroitement liée à la situation de guerre, cette organisation de la production ne lui survécut pas.

  • 14Ibid., p. 28.
  • 15  François Frenay, Maison Frenay frères (1889-1936), Vienne, dactylographié, 1972, 12 p.

11La situation fut différente dans les autres centres. À Limoges et Lavelanet, les industriels ont travaillé à façon pour la défense14. À Vienne, les entreprises les plus importantes de la place – Pascal-Valluit, Vaganay, Frenay, Seguin Fils aîné et Bouvier – ont passé directement des marchés avec l’Intendance, quand les petits fabricants se regroupaient sous l’impulsion de l’un d’entre eux, Joseph Bonnier, pour former l’Union de la fabrique viennoise, qui a fourni à l’armée une production importante de drap de troupe15.

Des conditions de production profondément transformées

12Les conditions de production ont été profondément modifiées par l’invasion, la mobilisation et la durée du conflit.

L’approvisionnement en laine

  • 16  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 48-50.

13L’industrie lainière a dû faire face à une importante réduction de ses approvisionnements en laine brute. Du fait de la diminution du troupeau de moutons, tombé de 17,1 millions de têtes en 1912 à 9 millions en 1918, la tonte nationale a été réduite de moitié au cours de la guerre. La pénurie de laines a d’abord amené à interdire l’exportation dès 1914, puis à décréter la réquisition régionale en 1916, mesure qui a été ultérieurement étendue à l’Algérie sans pourtant parvenir à enrayer la baisse des arrivages. Mais c’est pour les laines étrangères que la diminution a été la plus forte. De 268 800 tonnes en 1913, les importations de laine se sont effondrées dès 1915 (65 100 tonnes), avant de remonter un peu (77 800 tonnes en 1916), puis se réduire à nouveau (60 400 tonnes en 1917) pour ne plus représenter en 1918 (40 400 tonnes) que 15 % du chiffre de 1913. Cet effondrement a des causes multiples : la réduction de la production mondiale de laine, l’augmentation des achats de laine du Royaume-Uni et des États-Unis, la prohibition de l’exportation des laines dans de nombreux pays producteurs, l’achat par l’Angleterre de la totalité des laines d’Australie à partir de 1916, les difficultés de transport et l’insuffisance des crédits en pesos disponibles pour les achats en Argentine16. Il est à peine besoin de souligner que la chute des importations a réduit d’autant l’activité du négoce de laine dont les principales maisons, installées à Roubaix et Tourcoing, durent en outre déplacer leur centre de gravité.

  • 17Revue commerciale et industrielle de Mazamet, tous les numéros de 1911 à 1918.

14La contribution de Mazamet à l’approvisionnement en laine fut des plus limitées car l’activité du délainage s’est très fortement réduite jusqu’à devenir insignifiante en raison de l’effondrement des arrivages de peaux qui, par rapport à la moyenne 1911-1913 (55 459,5 tonnes), avaient diminué de 92,1 % (4 375,5 tonnes) en 191817. C’était le résultat de la conjugaison de l’arrêt total des exportations australiennes de peaux à partir de 1916, de la concurrence très vive des États-Unis sur les marchés des pays producteurs, du développement du délainage dans les pays d’élevage et des difficultés du transport maritime. Devant l’effondrement des arrivages lointains, la collecte de peaux a été intensifiée en Afrique du Nord, en Espagne et en France même, mais en 1917, elle ne dépassait pas 4 500 tonnes. En conséquence, les ventes de laines de peaux à l’industrie ont diminué de 89,1 %. En 1918, la chambre de commerce estimait qu’un « record de chômage et d’inactivité » avait été atteint et que, en se prolongeant, la guerre aurait provoqué la disparition du délainage.

  • 18  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 48-50.
  • 19  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 70-74.

15La pénurie de laines a entraîné une hausse des cours pendant toute la durée de la guerre, d’ailleurs plus accentuée pendant les deux dernières années du conflit. Au Havre, de janvier 1914 à décembre 1918, le cours de la laine en suint provenant d’Argentine a augmenté de 376,8 %18. Cependant, la hausse des prix des tissus a permis aux fabricants d’absorber les effets de cette augmentation impressionnante19.

La pénurie de main-d’œuvre

  • 20  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 8 et 16.

16L’industrie lainière a vu les effectifs de son personnel amputés de 67,8 % en raison de la perte des établissements situés en territoire occupé. Dans les régions non envahies, les usines ont dû tourner, du fait de la mobilisation, avec un personnel réduit : en août 1914, elles disposaient seulement de 29 % des effectifs d’avant-guerre. Cependant, les effectifs sont remontés rapidement pour atteindre 78 % dès juillet 191620. Pour combler les vides, les industriels eurent recours aux solutions les plus diverses : ils embauchèrent tous les ouvriers qui chômaient, de nombreux réfugiés du Nord, dont une partie connaissait le métier, ainsi que des étrangers ; parallèlement, ils ont largement fait appel aux femmes, auxquelles ils n’ont pas hésité à confier des machines jusque-là réservées aux hommes (continus en filature, grands métiers à tisser).

  • 21  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 17.
  • 22  AD Seine-Maritime, 77 J 325 et 522 et AN, B 15 522 (ministère des Finances), impôts sur les bénéfi (...)

17À Elbeuf, la principale difficulté fut la pénurie de personnel qualifié. Alors que l’Intendance avait prévu le maintien à leur poste de travail de 1 400 spécialistes, les besoins des armées amenèrent à en réduire graduellement le nombre : vers le milieu de 1915, il n’en restait plus que la moitié et seulement 200 en 191821. D’après les fabricants, la pénurie de spécialistes, notamment les contremaîtres et les régleurs de machines, et la nécessité d’employer une main-d’œuvre non qualifiée ont entraîné « des malfaçons et du gaspillage de matières premières, ainsi qu’une usure exceptionnelle du matériel utilisé ». C’est d’ailleurs un des arguments qu’Ernest Blin utilisa dans la guérilla juridique et comptable qu’il mena jusqu’en 1936 contre l’Administration pour obtenir la révision des bases de calcul de l’impôt sur les bénéfices de guerre22.

  • 23Ibid., 77 J 621.

18Par ailleurs, pour parer au manque de main-d’œuvre, les industriels elbeuviens allongèrent la durée du travail. La législation du travail d’avant-guerre (journée de dix heures, repos hebdomadaire, interdiction du travail de nuit pour les femmes) ayant été suspendue dès août 1914 – elle ne sera rétablie qu’en juillet 1917 –, la durée quotidienne du travail fut portée à 11 heures 30, les usines ne cessant de travailler que les seuls jours fériés, et le travail de nuit fut même introduit dans quelques ateliers23.

L’approvisionnement en charbon

  • 24  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 40 ; AD Seine-Marit (...)
  • 25  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 41.

19L’approvisionnement en charbon fut très difficile. L’exemple d’Elbeuf est tout à fait représentatif de la pénurie qui sévit pendant toute la guerre comme des expédients auxquels les fabricants eurent recours pour faire tourner leurs usines. En 1917, par exemple, alors que les besoins trimestriels de charbon s’élevaient à 24 000 tonnes, Elbeuf n’en recevait que 15 000 à 17 000 tonnes et, en conséquence, utilisait du coke et du bois de chauffage. Après la destruction en novembre 1917 du navire charbonnier La Ville de Thann affrété par les fabricants elbeuviens, la situation devint très tendue, si bien que les usines s’arrêtèrent de travailler un jour par semaine et que la journée de travail fut ramenée à huit heures24. Ce n’est qu’à partir de fin janvier 1918 que, grâce à la mise en service de deux nouveaux navires charbonniers, les fabricants purent surmonter la crise. Cependant, il leur fallut continuer à recourir sur une large échelle au bois de chauffage. La crise du combustible ne prit vraiment fin qu’en février 191925.

L’extension et la modernisation de l’outil de production

20L’amputation du potentiel de production de l’industrie lainière, l’afflux de commandes et la hausse des prix et des bénéfices ont incité les industriels à accroître et à moderniser leur outil de production.

  • 26  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 45.
  • 27  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 28.
  • 28  J.-M. Minovez, L’industrie invisible…, op. cit., p. 311. Sur le Midi dans son ensemble, voir p. 30 (...)
  • 29  Auguste Pawlowski, L’industrie textile française, Paris, J. Charles et A. Brunet, 1925, p. 144-146
  • 30Ibid., p. 59-62 et 118-119 ; Jean-Claude Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin, 1827-1975. Histoire (...)

21Partout, on a agrandi les usines et acheté des matériels neufs26. À Vienne, le nombre de broches de filature est passé de 53 990 en 1913 à 72 680 en 1922 (+ 34,6 %) et celui des métiers à tisser de 1 538 à 1 940 (+ 26,1 %), alors que les entreprises se concentraient27. À Lavelanet, le nombre de broches est monté de 18 500 à 30 000 et celui des métiers à tisser de 400 à plus de 1 00028. Dans le Tarn, on a installé 33 000 broches nouvelles. À Mazamet, l’intégration verticale s’est renforcée et le peignage s’est développé, alors que la bonneterie progressait29. À Elbeuf, beaucoup d’usines ont augmenté leur matériel, le nombre de broches de cardé s’élevant de 87 567 à 123 000 (+ 41,4 %) et celui des métiers à tisser de 2 273 à 2 893 (+ 27,3 %) ; de plus, la concentration a progressé, Blin et Blin et Fraenckel-Blin devenant de véritables groupes aux nombreuses ramifications hors de l’agglomération elbeuvienne. Enfin, des fabrications nouvelles (carbonisage de laine, feutre, confection…) se sont développées30.

  • 31  L’installation d’industriels de Roubaix-Tourcoing dans l’agglomération elbeuvienne n’est pas un fa (...)
  • 32  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 48-49.
  • 33Ibid., p. 45 ; J. Bonte, Patrons textiles…, op. cit., p. 117.

22Dans le cas d’Elbeuf, il faut faire une place particulière aux établissements fondés en 1916 et 1917 avec le soutien de la chambre de commerce par des industriels du Nord (Tiberghien, Masurel, Prouvost) et équipés de matériels évacués des régions occupées ou de vieilles machines remises en état31. Aux trois filatures de laine peignée qui comptaient au total 25 400 broches et 900 ouvriers32, il faut ajouter le peignage Holden de Reims, exposé aux tirs des canons allemands, dont Jean Prouvost transplanta le matériel (36 peigneuses) à Elbeuf à la demande du gouvernement33. Ces établissements que leur spécialisation dans le peigné empêchait de participer à la fabrication de drap de troupe poursuivirent leur activité après la guerre, mais, sans être négligeable, leur apport était trop limité pour infléchir sérieusement la spécialisation de la cité normande du drap.

  • 34  AD Seine-Maritime, 77 J 309 et 500.
  • 35Ibid., 77 J 308.
  • 36  Jean-Claude Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière fa (...)
  • 37  AD Seine-Maritime, 77 J 500.

23À Elbeuf, l’exemple de Blin et Blin montre l’ampleur des transformations réalisées pendant la guerre : la surface de l’établissement a été portée de 26 650 mètres carrés (1908) à 90 550 (1919), le nombre d’assortiments de cardes de 22 à 38 (+ 72,7 %) et celui des métiers à tisser de 458 à 532 (+ 16,1 %)34. Par ailleurs, afin d’économiser le combustible, l’usine a été électrifiée grâce à l’installation dans les ateliers de 65 moteurs électriques35. Cet effort de construction et d’équipement a exigé un investissement total de 5 267 173 francs, qui, en cinq ans, a pratiquement doublé les immobilisations brutes36. L’énormité de l’investissement réalisé ne s’explique pas seulement par l’ampleur du programme d’agrandissement et de modernisation mais aussi par le coût élevé de la construction et des machines dans la conjoncture particulière de la guerre37.

  • 38  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 14.

24La plus grande partie du matériel nouveau fut importée d’Angleterre, le reste venant des quelques usines implantées en zone non envahie et dans la partie reconquise de l’Alsace. Si les importations de matériel destiné à la fabrication d’articles de luxe ou de fantaisie, notamment les métiers à tulle ou à dentelle, se sont littéralement effondrées (de 1 010 à 48), en revanche, après avoir beaucoup diminué en 1915, les achats d’assortiments de cardes (de 1 690 à 343), de peigneuses (de 5 379 à 758), de métiers à filer (de 2 071 à 339) et à tisser (de 6 393 à 1 228), se sont redressés jusqu’à représenter en 1918 un quart voire un tiers de ce qu’ils étaient en 191338.

  • 39  AN, F12 7793, situation des industries de la laine en France, années 1917-1918.
  • 40  AD Seine-Maritime, 77 J 308.

25Il est difficile de se faire une idée précise de l’état de l’appareil de production de l’industrie lainière, hors territoires occupés, à la fin de la guerre. D’après un tableau qui recense les matériels en activité en 1917-1918, le cycle peigné alignait 94 peigneuses circulaires et 233 à fractionnement, 239 386 broches et 7 300 métiers à tisser, alors qu’on comptait 992 assortiments de cardes, 446 375 broches et 12 375 métiers en cardé39. La comparaison avec les chiffres du recensement de 1906 fait apparaître un accroissement réel mais limité de l’outil de production ; surtout, la statistique ne nous dit rien ni de l’âge des machines en activité ni de leur rendement. La question se pose en particulier de savoir si l’accroissement du parc de machines est allé de pair avec sa modernisation. On ne connaît les modalités du processus que chez Blin, où il y a bien eu rajeunissement du matériel, l’accroissement du parc de métiers à tisser de 74 unités par rapport à 1914 résultant d’un double mouvement : l’acquisition de 180 métiers neufs et, dans le même temps, la mise au rebut de 106 métiers techniquement dépassés et usés40.

La production de tissus

  • 41  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 69-70.

26D’après Aftalion, la production de tissus de laine s’est effondrée en 1915, avant de remonter en 1916, année où elle aurait été égale à 76 % de la production de 1913, avant de chuter à nouveau jusqu’en 1918 où elle n’en représentait plus que 55 %41.

Tableau 1. Production de drap de troupe, 1914-1918 (en milliers de mètres)

1914

1915

1916

1917

1918

Total

Elbeuf‑Louviers   

1 404

6 900

4 682

5 434

6 031

   24 511   

Vienne

1 117

5 307

4 262

3 074

4 212

17 972

Mazamet‑Castres   

1 207

6 223

5 742

6 470

5 724

25 366

Autres régions

3 305

5 392

6 162

8 830

4 969

21 628

Total

  4 709  

  23 882  

  19 634  

  20 316  

  20 936  

  89 477  

Source : Raphaël Milliès-Lacroix, rapport au Sénat sur les acquisitions de draps nécessaires..., J.O., op. cit., p. 13.

  • 42  R. Milliès-Lacroix, rapport au Sénat sur les acquisitions de draps…, J.O., op. cit., p. 13.

27Même si les ventes au commerce, qui s’étaient complètement arrêtées pendant les premiers mois de la guerre, repartirent par la suite, les tissus pour l’armée ont représenté la plus grande partie de la production pendant toute la guerre. Alors que, avant 1914, la production de drap de troupe ne dépassait pas 2 millions de mètres par an, elle est montée à près de 24 millions de mètres en 1915, avant de se tasser un peu pour se maintenir autour de 20 millions de mètres jusqu’à la fin du conflit. Au total, ce qui restait de l’industrie lainière française fournit 89,5 millions de mètres de tissus aux armées. À elles seules, les trois régions d’Elbeuf-Louviers, de Mazamet-Castres et de Vienne en ont tissé 75,8 %, le reste venant de Lavelanet, Châteauroux, Limoges, Romorantin et de l’Oise42.

  • 43  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 74-75.
  • 44  AN, F12 8803.

28À cette fabrication de draps réalisée sur commande il faut encore ajouter les achats de tissus effectués dans le commerce pour les besoins de l’armée (7,4 millions de mètres en 1914 et 1915), ainsi que la fabrication de grandes quantités de flanelles pour les ceintures, les bandes molletières et les couvertures. Au total, on peut estimer que les livraisons à l’armée ont dépassé les 100 000 tonnes43. Cependant, cela n’a pas suffi, de sorte que d’importants achats ont été opérés à l’étranger : 27 millions de mètres de 1914 à 1919, dont les trois quarts en Angleterre44.

  • 45Ibid.

29Les besoins de l’armée étant prioritaires, les pouvoirs publics ont cherché à réduire la demande civile mais, conscients des inconvénients de cette politique, ils ont également effectué d’importants achats de tissus de laine à l’étranger45. Malgré tout, la population dut restreindre sa consommation. Néanmoins, à partir de fin 1915, la demande civile s’est élargie, la clientèle acceptant de payer des prix élevés. Aussi travailler pour le commerce était-il plus rémunérateur que pour l’Intendance, ce qu’Ernest Blin reconnaissait sans ambages :

  • 46  AD Seine-Maritime, 77 J 325, Lettre d’Ernest Blin au Crédit national, 6 mai 1936.

« En ce qui concerne les profits des draps civils, il est incontestable que les circonstances de guerre, en raréfiant les productions, nous ont permis de réaliser […] un bénéfice bien plus considérable qu’en temps normal.46 »

  • 47  F. Frenay, Maison Frenay frères, op. cit., p. 7-8.
  • 48  AD Seine-Maritime, 77 J 115, 125, 126, 261, 325, 438, 500 et 1087.
  • 49  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 47.
  • 50Revue commerciale et industrielle de Mazamet, 1916 et 1917.

30La fabrication de tissus pour le commerce étant plus rémunératrice, nombre de fabricants recommencèrent dès qu’ils le purent à fabriquer des tissus pour habiller la population. Néanmoins, la répartition de la production entre les commandes militaires et les ventes au commerce variait beaucoup d’un centre et d’une entreprise à l’autre. À Vienne, la maison Frenay produisait 35 à 40 pièces par jour, dont seulement 27 étaient livrées à l’Intendance47. Chez Blin, la part des ventes civiles s’est accrue tout au long de la guerre : de 34 % du chiffre d’affaires en 1915, elle s’est élevée à 46,1 % en 1916, puis à 59,6 % en 1917, avant d’atteindre le chiffre étonnant de 67,9 % en 191848. Mais, à Elbeuf, la situation de Blin était exceptionnelle puisque, au moment de l’armistice, la fabrication de drap militaire représentait encore la moitié de la production49. À l’inverse, à Mazamet, le drap civil a été sacrifié au drap militaire : en 1916, les fabricants ont dû refuser des ordres car ou bien ils manquaient de laine, ou bien ils devaient réserver leurs machines à la fabrication de drap de troupe. Après une courte reprise au début de 1917, la fabrication de drap civil s’y est presque complètement arrêtée, les filateurs ne produisant pas de fils adaptés50.

  • 51  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 45.

31Enfin, profitant de l’aubaine, Lyon se substitua à Roubaix pour la production de tissus légers en laine peignée. D’après la chambre de commerce de Lyon, 7 000 à 8 000 métiers habituellement utilisés pour le travail de la soie furent convertis à celui de la laine. Ils utilisaient des fils achetés en Suisse et en Alsace. Cette production se serait élevée de 10 millions de francs en 1915 à 80 en 191851.

Les bénéfices de guerre

  • 52Ibid., p. 76.

32L’activité des tissages a été exceptionnellement intense pendant la guerre, mais l’insuffisance de l’offre par rapport à la demande a contribué à la hausse des prix et à l’accroissement des bénéfices des industriels. Les données que l’on possède sur le mouvement des prix font apparaître une multiplication des prix par 5,5 sur le marché intérieur52.

  • 53  R. Milliès-Lacroix, rapport au Sénat sur les acquisitions de draps…, J.O., op. cit., p. 25.
  • 54  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 32, 51 et 66-69.

33La hausse des prix a été, dans l’ensemble, supérieure à l’augmentation des dépenses des fabricants. D’après les évaluations de Milliès-Lacroix dans son rapport sur les marchés militaires, le coût de production d’un mètre de drap de troupe augmenté d’un bénéfice honorable pour le fabricant (non compris le coût de la laine vendue par l’Intendance au fabricant et remboursée ensuite par elle au prix de 5,57 francs, demeuré inchangé pendant toute la guerre), aurait monté de 3,08 francs en 1915 à 5,34 francs à la fin de 1918. La hausse de l’ensemble des coûts des intrants autres que la laine aurait donc seulement été de 80 %53. C’est cependant une autre image qui ressort des données dont on dispose pour Elbeuf, où tous les éléments constitutifs du prix de production ont très fortement augmenté : les salaires de 250 %, la laine en suint de 361 % et le charbon de 233 %54 – ce qui, au demeurant, est cohérent avec la dégradation de la rentabilité que l’on constate chez Blin.

  • 55  Gaston Jèze, Les dépenses de guerre de la France, Paris, Presses universitaire de France, 1926, p. (...)
  • 56  AD Seine-Maritime, 77 J 1087 et 2325.

34Dans les premiers mois de la guerre, les bénéfices des fabricants étaient plus élevés sur les commandes de l’Intendance que sur les ventes au commerce, avant que l’on assiste ensuite à un complet renversement. Comment expliquer cette évolution ? Les conditions de passation des marchés de guerre fournissent un premier élément d’explication. L’urgence qui a présidé pendant les premiers mois à la passation des marchés, l’administration devant se fournir à tout prix, sans mise en concurrence des fournisseurs, a conduit l’Intendance à consentir des prix excessifs55. Les bénéfices élevés des premières années s’expliquent aussi par le fait que, jusqu’en 1915, les industriels ont profité des circonstances pour vendre à des prix très avantageux les marchandises qu’ils avaient en stock56.

  • 57Ibid., 77 J 325.

35À partir de 1916, l’État révisa les prix à la baisse. Dès lors, le mode de passation des marchés fut moins favorable aux industriels. C’est, précisément, ce que montre le cas de Blin, où les coefficients de bénéfices nets réalisés sur les livraisons de drap militaire s’abaissèrent d’une année sur l’autre : 12,07 % entre octobre 1914 et avril 1916, 8,66 % en 1916, 4,33 % en 1917 et enfin 3,02 % en 191857. Cette dégradation de la rentabilité des marchés militaires à partir de 1916 explique d’ailleurs pourquoi les fabricants se sont tournés de plus en plus vers la fabrication d’étoffes civiles.

  • 58  J.-C. Daumas, L’amour du drap…, op. cit., p. 327.

36Dans l’ensemble, et même si comparé à d’autres industries (métallurgie, automobile, aéronautique, etc.) leur niveau de profit n’a rien d’exceptionnel, les années de guerre ont été très profitables pour les lainiers, dont les bénéfices dépassaient les résultats d’avant-guerre. Cependant, après un exercice 1914-1915 qui a vu s’accroître de manière impressionnante le chiffre d’affaires et le bénéfice, leur rentabilité a régulièrement diminué sous la double influence de la réduction des prix accordés par l’Intendance et de l’alourdissement des coûts de production. C’est ce qu’illustre bien l’exemple de Blin, où le ratio profit/chiffre d’affaires s’est continûment affaissé d’une année sur l’autre : 17,07 % en 1914-1915, 14,86 % en 1915-1916, 10,15 % en 1916-1917, 7,9 % en 1917-1918 et 8,42 % en 1918-191958.

Conclusion

  • 59Idem, Les territoires de la laine…, op. cit., p. 385-389.

37La guerre n’a pas été une simple parenthèse pour l’industrie lainière. Libérés de la concurrence des centres lainiers du Nord et de l’Est occupés par les armées allemandes, tous les centres cardés situés en zone non occupée ont connu une activité intense grâce à la fabrication massive de drap militaire. Celle-ci a généré des profits substantiels qu’ils ont réinvestis dans l’extension et la modernisation de leur appareil de production. En somme, renforcés et rajeunis grâce à la guerre, les centres de cardé semblaient bien placés pour tirer parti du retour à la paix. Toutefois, ils allaient devoir s’adapter, dans un environnement redevenu normal, à une concurrence profondément transformée par la reconstruction, qui, en amplifiant les évolutions antérieures59, a accentué l’avance de Roubaix-Tourcoing.

Notes

1  Sur la situation de l’industrie lainière avant 1914, Jean-Claude Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004 ; pour les centres lainiers du Midi, Jean-Michel Minovez, L’industrie invisible. Les draperies du Midi, xviie-xxe siècles. Essai sur l’originalité d’une trajectoire, Paris, CNRS Éditions, 2012.

2  Sur la situation des centres lainiers dans les départements occupés, Jean-Claude Daumas, « Guerre et reconstruction dans l’industrie lainière française (1914-1926) », in René Favier, Gérard Gayot, Jean-François Klein, Didier Terrier et Denis Woronoff (éd.), Tisser l’histoire. L’industrie et ses patrons, xvie-xxe siècle. Mélanges offerts à Serge Chassagne, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2009, p. 97-109.

3  Albert Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, Paris, Presses universitaires de France, 1920, p. 7 et 40-42.

4  Lucien Romier, « L’industrie lainière », in Henri Hauser et Henri Hitier (dir.), Enquête sur la production française et la concurrence étrangère, tome II : Industries textiles, industries du vêtement, Paris, Association nationale d’expansion économique, 1917, p. 15.

5  Raphaël Milliès-Lacroix, rapport au Sénat sur les acquisitions de draps nécessaires à l’habillement des troupes pendant la guerre, Journal officiel (J.O.), nº 60, 1921, p. 13.

6  Rémy Cazals, Cinq siècles de travail de la laine. Mazamet, 1500-2000, Portet-sur-Garonne, Éditions midi-pyrénéennes, 2010, p. 167-171.

7  Paul Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf pendant la Grande Guerre, 1914-1918, Rouen, Imprimerie L. Wolf, 1920.

8Ibid.

9Ibid., p. 25. Au total, sur ces 23 fabricants, 20 étaient Elbeuviens et trois de Louviers.

10  AD Seine-Maritime, 77 J 438.

11  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 28.

12Ibid., p. 29-30.

13Ibid., p. 38.

14Ibid., p. 28.

15  François Frenay, Maison Frenay frères (1889-1936), Vienne, dactylographié, 1972, 12 p.

16  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 48-50.

17Revue commerciale et industrielle de Mazamet, tous les numéros de 1911 à 1918.

18  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 48-50.

19  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 70-74.

20  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 8 et 16.

21  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 17.

22  AD Seine-Maritime, 77 J 325 et 522 et AN, B 15 522 (ministère des Finances), impôts sur les bénéfices de guerre, dossier Blin, 1916-1926.

23Ibid., 77 J 621.

24  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 40 ; AD Seine-Maritime, 10 M 114, lettre au préfet du 5 janvier 1918.

25  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 41.

26  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 45.

27  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 28.

28  J.-M. Minovez, L’industrie invisible…, op. cit., p. 311. Sur le Midi dans son ensemble, voir p. 307-318.

29  Auguste Pawlowski, L’industrie textile française, Paris, J. Charles et A. Brunet, 1925, p. 144-146.

30Ibid., p. 59-62 et 118-119 ; Jean-Claude Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Chaline, université Paris-Sorbonne, 1995, p. 685-691.

31  L’installation d’industriels de Roubaix-Tourcoing dans l’agglomération elbeuvienne n’est pas un fait isolé. Dans Patrons textiles. Un siècle de conduite des entreprises textiles à Roubaix-Tourcoing, 1900-2000, Lille, La Voix du Nord, 2002, p. 117, Jacques Bonte dresse la liste – très courte – des établissements qu’ils ont créés en territoire non occupé. L’inventaire est vraisemblablement incomplet mais, au total, en termes de matériel comme de production, ces implantations représentaient bien peu de chose par rapport à l’ampleur des pertes subies.

32  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 48-49.

33Ibid., p. 45 ; J. Bonte, Patrons textiles…, op. cit., p. 117.

34  AD Seine-Maritime, 77 J 309 et 500.

35Ibid., 77 J 308.

36  Jean-Claude Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 1999, p. 319-320.

37  AD Seine-Maritime, 77 J 500.

38  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 14.

39  AN, F12 7793, situation des industries de la laine en France, années 1917-1918.

40  AD Seine-Maritime, 77 J 308.

41  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 69-70.

42  R. Milliès-Lacroix, rapport au Sénat sur les acquisitions de draps…, J.O., op. cit., p. 13.

43  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 74-75.

44  AN, F12 8803.

45Ibid.

46  AD Seine-Maritime, 77 J 325, Lettre d’Ernest Blin au Crédit national, 6 mai 1936.

47  F. Frenay, Maison Frenay frères, op. cit., p. 7-8.

48  AD Seine-Maritime, 77 J 115, 125, 126, 261, 325, 438, 500 et 1087.

49  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 47.

50Revue commerciale et industrielle de Mazamet, 1916 et 1917.

51  A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 45.

52Ibid., p. 76.

53  R. Milliès-Lacroix, rapport au Sénat sur les acquisitions de draps…, J.O., op. cit., p. 25.

54  P. Fraenckel, La Chambre de commerce et la collectivité d’Elbeuf, op. cit., p. 32, 51 et 66-69.

55  Gaston Jèze, Les dépenses de guerre de la France, Paris, Presses universitaire de France, 1926, p. 172.

56  AD Seine-Maritime, 77 J 1087 et 2325.

57Ibid., 77 J 325.

58  J.-C. Daumas, L’amour du drap…, op. cit., p. 327.

59Idem, Les territoires de la laine…, op. cit., p. 385-389.

Auteur

Professeur d’histoire économique émérite à l’université de Franche-Comté où il a dirigé la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement C.-N. Ledoux (USR 3124), ancien président de l’Association française d’histoire économique (2007-2010), Jean-Claude Daumas a récemment dirigé ou codirigé le Dictionnaire historique des patrons français, Flammarion, 2010 ; L’histoire économique en mouvement, Presses universitaires du Septentrion, 2012 ; « Patrons et patronat français au xxe siècle », Vingtième siècle, nº 114, 2012 ; Faire de l’histoire économique aujourd’hui, EUD, 2013, et « Entreprises et territoires », Entreprises et Histoire, nº 74, 2014. Il dirige un programme de recherche sur les révolutions du commerce et prépare un livre sur l’histoire de la consommation à paraître chez Flammarion.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540