Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Combattre

Une multinationale sur tous les fronts : le groupe chimique Solvay

Kenneth Bertrams

Texte intégral

  • 1  Cette contribution s’appuie largement sur les recherches issues d’une publication collective et à (...)

1L’une des caractéristiques les plus révélatrices de la Première Guerre mondiale est qu’elle fait figure de « guerre totale », incarnant la première guerre véritablement mondiale, s’étendant bien au-delà du territoire impérial européen. Bien que souvent décrit, non sans fondement, comme une guerre civile européenne, le conflit implique toutes les grandes puissances. Pour le groupe multinational Solvay, le déclenchement de la guerre a des conséquences dramatiques évidentes1. Le siège social de l’entreprise se trouve en Belgique, dont la neutralité est rendue caduque du fait de l’invasion des troupes allemandes et dont la plupart du territoire tombe sous le coup de l’occupation. La société possède ses propres usines dans l’un des pays fondateurs de l’Entente (la France), dans un pays adhérent initialement à la Triplice (l’Italie), ainsi que dans un pays neutre (l’Espagne). Mais il y a pire : ses filiales étrangères sont directement aux prises les unes avec les autres. Deutsche Solvay Werke (DSW, Allemagne) et Solvay-Werke en Autriche-Hongrie sont engagés d’un côté ; Brunner, Mond and Co (Grande-Bretagne) et Lubimoff, Solvay & Cie (Russie) leur font face, rejoints à partir de 1917 par la filiale américaine, la Solvay Process Company. Le groupe Solvay est littéralement pris en étau.

  • 2  Sur les origines de la soudière, voir Philippe Mioche, « Solvay à Dombasle (1870-1914) », in Nicol (...)

2Le poids de cet ancrage international a des répercussions évidentes et rapides sur les plans stratégique et organisationnel de l’entreprise. Depuis le dernier tiers du xixe siècle, les gérants de Solvay & Cie, à l’instigation du fondateur Ernest Solvay lui-même, étaient parvenus à insuffler une double dynamique à leur modèle de gouvernance : à la relative décentralisation des systèmes d’innovation, des régimes techniques de production et du registre opérationnel faisait pendant une forte centralisation des modes de décision stratégiques. Inutile de dire que ce modèle de gouvernance en chiasme a subi de plein front l’isolement de la Belgique durant toute la guerre. Les sites de production prioritaires – comme l’usine de Dombasle en Lorraine, dont il sera beaucoup question ici2 – sont venus compenser l’éclipse de leadership de Bruxelles. Dombasle assure une liaison étroite avec la représentation commerciale située en territoire neutre, à Rotterdam, elle-même transformée en centre de communication peu après le déclenchement des hostilités. Le blocus allié a quant à lui généré un déplacement du centre de gravité en termes de production vers les usines françaises (Dombasle et Salin-de-Giraud) et vers le site espagnol de Torrelavega. L’usine italienne de Solvay, située à Rosignano, près de Livourne, était en passe d’être achevée quand la guerre débuta ; elle n’en joua pas moins un rôle important dans l’activité du bassin méditerranéen. Ces modifications sont intrinsèquement liées au déplacement du personnel de direction de l’entreprise. Alors que le fils aîné d’Ernest, Armand Solvay, s’installe durablement dans son lieu de villégiature à Biarritz afin de prendre en charge une partie de l’organisation mondiale du groupe, les autres gérants font le choix de rester à Bruxelles, non sans se rendre à intervalles réguliers aux Pays-Bas. Comme pour les sites de production, la guerre modifie le rôle des chefs d’usine, tous ingénieurs, en leur confiant des tâches et des responsabilités nouvelles.

La Belgique à l’heure allemande

  • 3  Archives centrales Solvay (ACS), procès-verbal de la réunion de gérance, 5 décembre 1918.
  • 4  ACS-O, 1001-49, correspondance Couillet, note de Ferdinand Bouriez, 24 août 1920.
  • 5  En témoigne ce compte rendu apologétique rédigé par le secrétaire général du groupe : « Le fonctio (...)

3Le climat politique très instable incite les industriels belges à œuvrer avec une extrême prudence au vu des pressions exercées par les autorités occupantes, d’une part, et du fait des accusations d’antipatriotisme qui risquaient de surgir une fois la guerre terminée, d’autre part. Autrement dit, toute tentative de reprise de production doit composer avec deux régimes de sanction potentiels : la menace de séquestre durant la guerre et les accusations de collaboration économique après guerre. Cette « politique de production », qui caractérisera l’économie d’occupation durant la Seconde Guerre mondiale en Belgique, est donc déjà esquissée lors du premier conflit mondial, sans toutefois qu’on puisse déterminer une attitude collective du patronat belge en 1914. Ainsi, l’usine historique Solvay & Cie, située à Couillet, à proximité de Charleroi, reprit sa production de soude en mai 1915 « au nom de l’hygiène publique » après avoir épuisé ses réserves3. L’intervention des autorités occupantes fut essentielle pour assurer cette reprise, en autorisant notamment l’importation de sel gemme de la mine de Borth en Allemagne, propriété des DSW. La production à Couillet, plafonnée à 25 000 tonnes par an, n’était destinée qu’à couvrir le marché national. Pourtant, en juin 1916, les autorités allemandes exigèrent un prélèvement mensuel de 1 200 tonnes à destination de l’Allemagne. La gérance tenta d’opposer à cette mesure tous les recours juridiques possibles mais les circonstances d’occupation rendirent ces démarches peu efficaces. Au demeurant, les archives disponibles ne permettent pas d’évaluer le volume de ces prélèvements4. Il n’en demeure pas moins que la gérance a pris un soin particulier à ménager son image d’après-guerre en justifiant par anticipation son attitude avec l’occupant5.

4Contrairement à l’usine de Couillet, la production de l’autre site belge de Solvay & Cie, l’usine électrolytique de Jemeppe-sur-Sambre, fut interrompue durant le conflit. Pendant les premières journées d’août 1914, les gérants Édouard Hannon et Émile Tournay avaient ordonné de cacher les cellules de mercure. La production de soude caustique fut donc quasi nulle en Belgique et il fallut miser sur l’importation à partir d’Allemagne de cette ressource stratégique sur le plan militaire. Cette situation ne fut pas exempte de tensions. Après la guerre, Paul Missonne, président du conseil de surveillance, rapporta à ses collègues qu’il avait fallu être quotidiennement « inventif » avec l’occupant pour éviter des réquisitions de mercure, de platine ou de cuivre. On procéda ainsi à différentes phases de rénovation de l’usine de Jemeppe et à l’installation d’expériences pilotes comme autant d’expédients à des fins de diversion. Ces tactiques n’avaient évidemment pas d’autre objectif que de gagner du temps afin de ne pas donner l’impression que le dialogue fût rompu, voire inexistant. Quel que soit le subterfuge, les conditions d’occupation ne permettaient pas à Solvay & Cie de jouer son rôle d’industriel dans son pays d’origine ni d’orchestrer la production de soude dans son « rayon ».

L’expansion des usines françaises

  • 6Jeffrey Allan Johnson, « The Power of Synthesis (1900-1925) », in Werner Abelshauser et alii, Germ (...)
  • 7  David Edgerton, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale, Paris, Le Seuil, 20 (...)

5Dans les pays belligérants non occupés, la production générale de Solvay & Cie est globalement stimulée par l’impulsion de l’économie de guerre. Rappelons que si le carbonate de soude n’est pas à proprement parler un produit stratégique, il n’en reste pas moins un produit de « consommation de masse », surtout si l’on tient compte de ses propriétés dans la saponification ou de son rôle d’agent de neutralisation pour la préparation d’eau potable. Quant à l’autre produit phare de Solvay, la soude caustique, il entre dans le processus de fabrication d’armes chimiques, dont on sait que leur utilisation durant la guerre a suscité de vastes débats6. Sans doute par effet de contraste avec la « guerre des physiciens » telle qu’a été qualifiée la Seconde Guerre mondiale, on représente volontiers la Grande Guerre comme étant la « guerre des chimistes ». Pourtant, les armes conventionnelles l’emportent largement sur les nouvelles technologies. La plupart des combattants tués le sont par des tirs d’artillerie lourde ou par des armes de combat de petit calibre et non par des armes chimiques7.

  • 8  Voir la contribution de Patrick Fridenson dans ce volume. Je renvoie aussi aux études d’Adeline Bl (...)

6En France, très clairement, les nouvelles administrations de guerre – l’Office des produits chimiques et pharmaceutiques et le service des Poudres du ministère de l’Armement, dont les attributions ont été étendues – donnent une impulsion considérable à l’industrie chimique dans son ensemble. Le rôle crucial dans ce développement de personnalités politiques comme Albert Thomas et, dans son sillage, Louis Loucheur, a déjà été souligné8. Solvay, à l’instar des autres grands acteurs de l’industrie chimique, met rapidement ses usines au service de l’État en guerre. Les commandes de l’Armement font rapidement oublier l’interruption de la communication avec Bruxelles et les difficultés de trésorerie qui se sont manifestées durant les premiers jours. Il faut dire que les deux sites de production de Solvay en France ne sont pas logés à la même enseigne. La production à Dombasle s’interrompt au début du mois d’août 1914 mais reprend progressivement trois mois plus tard. L’instabilité y est quotidienne : la ligne de front n’est située qu’à dix-neuf kilomètres et l’usine subira à plusieurs reprises des frappes aériennes (dont cinq bombardements pour le seul mois de juillet 1917).

  • 9  Xavier Daumalin, Olivier Lambert et Philippe Mioche, Une aventure industrielle en Camargue. Histoi (...)

7Bien plus éloignée du théâtre des opérations, l’usine de Salin-de-Giraud encaisse plus facilement les soubresauts de la guerre. Une fois la phase de mobilisation achevée, la direction commerciale française du groupe, basée à Paris, saisit toute l’importance stratégique de Giraud et de sa proximité avec les usines espagnoles et italiennes. Par l’entremise d’Auguste Fade, directeur de l’usine de Giraud, une demande est faite pour accorder un sursis d’appel au directeur général technique du groupe, le centralien Georges Chardin, ancien lieutenant d’artillerie. Résident à Bruxelles, Chardin a toute la confiance de la gérance9. Déchargé de ses obligations militaires, il remplit une triple mission : direction générale technique depuis Paris, liaison entre la direction commerciale française et la gérance, coordination – enfin – de l’espace méditerranéen, notamment pour l’optimalisation de l’approvisionnement en matières premières. Cet organigramme exceptionnel est mis en œuvre à partir d’août 1915 – et il restera effectif jusqu’à la fin du conflit.

  • 10Leo Gattini et Giampiero Celati, Sale e Pietra (Quaderni de Rosignano), Pise, Giardini Editori, 19 (...)

8À partir de ce moment, sur un plan strictement statistique, les niveaux de production de carbonate de soude des usines de Dombasle et de Giraud sont proches de leurs niveaux d’avant-guerre. Pour la soude caustique, en revanche, l’augmentation est considérable : la production double à Dombasle et quadruple à Giraud. Certains pics mensuels illustrent une capacité industrielle portée de 40 à 250 tonnes. La caustification tourne à plein pour assouvir les besoins de l’Armement en mélinite et en phénol. On estime à 75 % la contribution des usines Solvay dans les réserves en soude caustique du service des Poudres. Ce chiffre, qui devrait être confirmé, signale s’il le fallait la présence d’une situation de monopsone public, assez caractéristique d’une économie de guerre. Dans le cas de Solvay, les usines périphériques sont également mises à contribution. Grâce à l’action de Georges Chardin, les surplus des productions sodiques de Torrelavega ont pu être acheminés en France en dépit des contingentements stricts pratiqués par l’Espagne neutre. Peu après que l’Italie eut rejoint l’Entente (décembre 1915), Chardin poussera le zèle plus loin en mettant sur pied une station pilote de caustification à l’usine toute récente de Rosignano, qui n’était pas encore équipée du matériel nécessaire pour la fabrication de carbonate de soude. À la fin de 1916, grâce aux importations américaines, la production de soude caustique atteignait 531 tonnes, dont l’essentiel alimentait les réserves du ministère italien de l’Armement. Précisons toutefois que, contrairement à son homologue français, le gouvernement italien s’était empressé de nationaliser les entreprises étrangères stratégiques situées sur son territoire – et la dernière-née des usines Solvay n’échappa à la règle10.

Ruptures et continuités

  • 11  « Discours de M. Armand Solvay », in Société Solvay & Cie, usines de Dombasle-sur-Meurthe, inaugur (...)
  • 12  X. Daumalin, O. Lambert et P. Mioche, Une aventure industrielle en Camargue…, op. cit., p. 47.

9L’expansion de la production de Solvay en France s’est réalisée au prix fort des souffrances et de la vie des personnels des usines. Les mobilisations successives ont privé l’usine de Dombasle de 1 673 ouvriers et employés (30 % des effectifs). Seuls 529 d’entre eux reviennent à leur poste11. À la mobilisation du personnel, il faut ajouter, en particulier à Giraud, la poursuite de la saisonnalité des travaux et les départs réguliers des travailleurs étrangers (Italiens, Espagnols et réfugiés belges). La situation est telle qu’on recrute à tous vents ou qu’on met au travail des prisonniers de guerre dans une « atmosphère d’esclavage moderne12 ». Le 14 juillet 1919, le président de la République, Raymond Poincaré, cita l’usine de Dombasle à l’ordre du jour :

  • 13  ACS-O, 1001, « Le rôle de la société Solvay et Cie en France pendant la guerre », s. d. [début ann (...)

« Le personnel des usines Solvay de Dombasle durant les hostilités a rendu les plus grands services au pays, poursuivant sa tâche patriotique sans défaillance et en dépit des bombardements les plus violents. Les usines Solvay ont fourni en quantité considérable la soude caustique et le carbonate de soude qui étaient indispensables pour la fabrication des explosifs13. »

  • 14  X. Daumalin, O. Lambert et P. Mioche, Une aventure industrielle en Camargue…, op. cit., p. 41.
  • 15  ACS, 1106, Paris, relations avec les administrations publiques et les particuliers, extrait de L’H (...)

10L’« effort patriotique » déployé par Solvay en France n’empêcha pas le déferlement de critiques à son encontre du fait du « monopole » qu’elle exerçait dans le domaine de la soude14. Dans d’autres cas, ce fut la responsabilité du groupe Solvay dans l’augmentation du prix du sel qui était incriminé15. Certes, les mises en cause ne dataient pas de la guerre, bien au contraire, mais la conjoncture de l’économie de guerre a considérablement renforcé les pressions politiques pour tenter d’inverser les positions en présence. La dynamique est d’autant plus intéressante à analyser que la gestion publique de l’effort de guerre ne remet pas du tout en question le système des ententes qui prévalait dans l’industrie chimique avant le conflit. Dans le cas du marché de la soude (et des alcalis en général), Solvay pouvait s’appuyer sur un contrat d’entente daté de 1905 qui déterminait ses quotas de production et les fixait au regard de ceux de Saint-Gobain et de Marchéville-Daguin dans le domaine des acides et des nitrates. Le renouvellement de cette convention devait être acté pour la fin de l’année 1916. Le responsable de la division commerciale de Saint-Gobain, Félix Mayoussier, saisit l’occasion de l’isolement de Bruxelles pour y inclure une clause d’option d’achat de la licence Castner-Kellner, le procédé d’électrolyse à cellule de mercure dont Solvay avait acquis les droits en 1895.

  • 16Robert O. Paxton, « The Calcium Carbide Case and the Decriminalization of Industrial Ententes in F (...)

11Sans surprise, la préparation de la nouvelle convention fut particulièrement laborieuse et tendue. Elle s’inscrivait dans le contexte particulier de la dénonciation du cartel de carbure de calcium par le gouvernement16. Au final, Armand Solvay, seul membre de la gérance présent en France, s’inclina devant ce rapport de forces inédit à ses yeux. Prolongée de dix années supplémentaires, l’entente éclatera en 1921. En dépit de plusieurs tentatives immédiatement après la guerre, Saint-Gobain n’exécuta pas son option d’achat. En clair, l’épisode affecta durablement les relations entre les deux entreprises, notamment lors des négociations en vue de la construction de la soudière d’État de Bayonne au début des années 1920.

La difficile gestion de l’après-guerre

12Les transactions pénibles avec Saint-Gobain présentent une analogie intéressante avec la situation vécue par Solvay & Cie avec son partenaire américain, la Solvay Process Company (SPC). Pendant la guerre, la direction générale de SPC met au point une série d’augmentations du capital qui, peu ou prou, lèsent son actionnaire majoritaire européen. Avec un cynisme affligeant, les frères Hazard justifient l’opération par le fait que la guerre a détourné SPC de ses priorités commerciales, à savoir son marché intérieur. Armand Solvay est outré par cette manœuvre qui a lieu au pire moment de la guerre. Il parviendra finalement à dénouer l’opération mais n’arrivera pas à effacer la perte de confiance qu’elle a engendrée entre partenaires. « Il ne fait aucun doute, écrit-il, que le Conseil d’Administration de SPC tente de se libérer de toute influence européenne ». Ses collègues peuvent alors penser qu’il pèche par exagération. En fait, il vient de dresser un compte rendu prémonitoire des tensions qui allaient exacerber les relations transatlantiques de Solvay.

  • 17  L’usine de soude était située dans le village de Matwy (Montwy en allemand), situé à huit kilomètr (...)
  • 18  Les villages de Torda et d’Ocna-Muresului étaient auparavant situés en Transylvanie et appelés Tur (...)
  • 19  Le « Verein Aussig » est la dénomination allemande de ce qui est devenu l’association tchèque « Sp (...)

13Il en va de même pour la gestion des usines Solvay en Allemagne, les Deutsche Solvay Werke (DSW), dont Solvay & Cie est, de très loin, l’actionnaire majoritaire. En fait, les membres du Vorstand, Emil Gielen et Ernst Eilsberger, réagissent comme s’ils étaient en train de vivre personnellement le Diktat de Versailles. Lorsque les soudières de Sarralbe et de Château-Salins subissent le même sort que l’Alsace-Lorraine et sont transférées en France, l’épisode éveille en eux un sentiment d’amertume qu’ils ne parviennent pas à occulter. Alors que les deux usines deviennent des filiales directes de Solvay & Cie, les gérants de DSW ont l’impression d’avoir « perdu » ces deux sites. Malheureusement pour eux, le démantèlement de l’Empire allemand ne s’est pas limité aux frontières françaises. Une logique géopolitique comparable s’applique à l’Est, notamment dans la province prussienne de Posen, où se situe l’usine DSW de Hohensalza. Selon les dispositions du traité de Versailles, la zone appartient désormais à la République de Pologne. Depuis, le village de Hohensalza est officiellement appelé Inowrocław (sauf durant l’occupation nazie de 1939-1945)17. Avec l’usine de Podgórze en Galicie anciennement détenue par le groupe Solvay-Werke d’Autriche-Hongrie, l’usine fait partie d’un ensemble polonais constitué spécifiquement, la « Zakłady Solvay w Polsce », créé le 19 mai 1921. Si le découpage de l’Empire des Habsbourg en frontières nationales a pu donner de sérieuses migraines aux négociateurs, il en a été de même pour Solvay & Cie. Les six usines contrôlées par l’entreprise Solvay-Werke avant 1914 sont redistribuées en pas moins de cinq États-nations : Ebensee en Autriche, Nestomitz en Tchécoslovaquie, Podgórze en Pologne, Lukavac dans le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes (qui deviendra le Royaume de Yougoslavie en 1929), ainsi que Torda et Ocna-Muresului en Roumanie18. Dans ces nouveaux pays, les gérants et leurs partenaires autrichiens doivent négocier avec la plus grande prudence afin d’éviter la nationalisation des usines. L’objectif est finalement atteint après un effort diplomatique intense mené conjointement avec des industriels et des financiers locaux et, surtout, avec les autorités publiques. En revanche, les négociations font une victime collatérale : le partenariat Solvay-Werke a fait son temps et se voit rapidement remplacé par un assemblage complexe d’accords qui constituent la base d’une communauté d’intérêts avec le Verein Aussig19.

Conclusion

  • 20  ACS, Édouard Hannon, politique de Solvay & Cie, p. 3.
  • 21  ACS, Emmanuel Janssen, voyage aux États-Unis (septembre-octobre 1926), 28 octobre 1926, p. 24.

14« Ce que la guerre a mis en évidence, écrit le gérant Édouard Hannon en 1925, c’est que les pays ne doivent plus être tributaires des usines des pays étrangers pour des produits indispensables en temps de guerre, et qu’ils doivent faciliter l’établissement de ces usines […] dans leur pays par des nationaux20. » En d’autres mots, la Première Guerre mondiale a achevé la transformation du substrat idéologique nationaliste en une politique élaborée. Solvay & Cie, en tant que multinationale, doit apprendre à apprivoiser la généralisation et les conséquences de nationalismes multiples. Cela implique une réévaluation complète de l’interaction entre les échelles globales et locales ainsi qu’un réajustement des relations entre politique et affaires. Un autre impact primordial de la guerre concerne la perception changeante du produit principal de Solvay & Cie : le carbonate de soude. Comme l’indique le gérant Emmanuel Janssen, la guerre a eu « comme résultat de faire disparaître le mystère qui entourait l’industrie de la soude21 ». Ce « mystère » a été entretenu pendant quarante ans grâce à la politique commerciale mise en place par l’entreprise. L’économie de guerre a levé le voile sur les produits alcalis. Désormais, ils ne sont, pour ainsi dire, plus invisibles. Aussi bien le carbonate de soude que la soude caustique sont à présent perçus comme quelque chose de plus que des produits de consommation de masse ; ils deviennent des produits d’intérêt public ou général. Le degré élevé d’interventionnisme après la guerre doit être interprété à travers ce prisme. Au final, ces manifestations de l’héritage de la Première Guerre mondiale ne représentent que deux des nombreux défis auxquels l’entreprise devra faire face durant l’entre-deux-guerres.

  • 22John F. Godfrey, Capitalism at War: Industrial Policy and Bureaucracy in France, 1914-1918, Leamin (...)

15En ce qui concerne plus précisément le cas français qui nous occupe au premier chef, l’organisation de l’économie de guerre, stimulée par les pouvoirs publics tout en préservant l’indépendance des usines privées, a été largement bénéfique aux grands acteurs de l’industrie chimique22. La question de l’investissement du « dividende de guerre », et plus précisément de l’investissement dans l’innovation et la modernisation des infrastructures, est, en revanche, bien plus difficile à évaluer.

Notes

1  Cette contribution s’appuie largement sur les recherches issues d’une publication collective et à laquelle je renvoie pour plus d’informations : Kenneth Bertrams, Nicolas Coupain et Ernst Homburg, Solvay: History of a Multinational Family Firm, New York, Cambridge University Press, 2013, chap. vii en particulier.

2  Sur les origines de la soudière, voir Philippe Mioche, « Solvay à Dombasle (1870-1914) », in Nicolas Stoskopf et Pierre Lamard (dir.), L’industrie chimique en question, Paris, Picard, 2010, p. 195-212.

3  Archives centrales Solvay (ACS), procès-verbal de la réunion de gérance, 5 décembre 1918.

4  ACS-O, 1001-49, correspondance Couillet, note de Ferdinand Bouriez, 24 août 1920.

5  En témoigne ce compte rendu apologétique rédigé par le secrétaire général du groupe : « Le fonctionnement de l’usine de Couillet sous-entendait un approvisionnement de sel de provenance allemande – le seul possible. Il était à prévoir que l’autorité occupante exigerait à un moment donné un prélèvement sur la production de l’usine. C’est ce qui arriva en 1917. […] Des représentants officieux du gouvernement du Havre furent pris et tous furent d’avis de subir un prélèvement d’ailleurs modique et de laisser l’usine en marche, ce qui avait pour autre conséquence d’écarter l’inévitable et redoutable mise sous séquestre des usines Solvay belges et de l’administration centrale. Après l’armistice ce problème fut, ainsi qu’il était souhaitable, soumis à l’appréciation de la Justice belge et l’instruction aboutit naturellement au non-lieu équitable et logique », Ernest Sougnez, Ernest Solvay, industriel pendant la guerre 1914-1918, s. l., [octobre 1936], p. 9.

6Jeffrey Allan Johnson, « The Power of Synthesis (1900-1925) », in Werner Abelshauser et alii, German Industry and Global Enterprise. BASF: The History of a Company, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 165 ; Roy MacLeod, « The Chemists go to War: The Mobilization of Civilian Chemists and the British War Effort, 1914-1918 », Annals of Science, vol. 50/5, 1993, p. 455-481.

7  David Edgerton, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale, Paris, Le Seuil, 2013, p. 34-35 et 143.

8  Voir la contribution de Patrick Fridenson dans ce volume. Je renvoie aussi aux études d’Adeline Blaszkiewicz-Maison, Albert Thomas. Le socialisme en guerre, 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, 190 p. et d’Alain Hennebicque, « Albert Thomas and the War Industries », in Patrick Fridenson (dir.), The French Home Front, 1914-1918, Oxford, Berg, 1992, p. 90-134.

9  Xavier Daumalin, Olivier Lambert et Philippe Mioche, Une aventure industrielle en Camargue. Histoire de l’établissement Solvay de Salin-de-Giraud (1895-1967), Aix-en-Provence, REF.2C éditions, 2012, p. 39-40.

10Leo Gattini et Giampiero Celati, Sale e Pietra (Quaderni de Rosignano), Pise, Giardini Editori, 1995, p. 40-43.

11  « Discours de M. Armand Solvay », in Société Solvay & Cie, usines de Dombasle-sur-Meurthe, inauguration du monument aux morts et du tableau d’honneur du personnel (14 juillet 1922), Nancy, s. l. n. d. [1922], p. 4 ; « L’usine de Dombasle », La revue Solvay, n° 2, 1983, p. 3.

12  X. Daumalin, O. Lambert et P. Mioche, Une aventure industrielle en Camargue…, op. cit., p. 47.

13  ACS-O, 1001, « Le rôle de la société Solvay et Cie en France pendant la guerre », s. d. [début années 1920].

14  X. Daumalin, O. Lambert et P. Mioche, Une aventure industrielle en Camargue…, op. cit., p. 41.

15  ACS, 1106, Paris, relations avec les administrations publiques et les particuliers, extrait de L’Humanité du 12 août 1917, 24 août 1917.

16Robert O. Paxton, « The Calcium Carbide Case and the Decriminalization of Industrial Ententes in France, 1915-1926 », in P. Fridenson (dir.), The French Home Front…, op. cit., p. 153-180.

17  L’usine de soude était située dans le village de Matwy (Montwy en allemand), situé à huit kilomètres au sud d’Inowrocław.

18  Les villages de Torda et d’Ocna-Muresului étaient auparavant situés en Transylvanie et appelés Turda et Maros-Ujvar en hongrois. Cependant, avec l’avènement de la « Grande Roumanie », et grâce au rôle joué par la Roumanie à l’égard des Alliés, qui s’est converti dans des clauses favorables lors du traité de Trianon, la Transylvanie est restituée à la Roumanie. Par conséquent, les usines qui faisaient partie du réseau de la « Ungarische Solvay-Werke » ont été transformées en une seule entreprise nationale roumaine, « Uzinele Solvay din Transylvania ».

19  Le « Verein Aussig » est la dénomination allemande de ce qui est devenu l’association tchèque « Spolek pro chemickou a hutní vẏrobu », basée à Ústí Nad Labem (Aussig en allemand).

20  ACS, Édouard Hannon, politique de Solvay & Cie, p. 3.

21  ACS, Emmanuel Janssen, voyage aux États-Unis (septembre-octobre 1926), 28 octobre 1926, p. 24.

22John F. Godfrey, Capitalism at War: Industrial Policy and Bureaucracy in France, 1914-1918, Leamington Spa, Berg, 1987, 313 p., p. 157-180 (citation p. 180).

Auteur

Kenneth Bertrams est professeur à l’Université libre de Bruxelles où il enseigne l’histoire économique et l’histoire des sciences et des techniques. Ses recherches portent sur les interactions entre la science, l’industrie et l’État. Il a participé à un projet de recherche sur l’histoire du groupe chimique Solvay (1863-2013) qui a donné lieu à la publication de deux livres chez Cambridge University Press. Parmi ses projets de recherche actuels : une étude comparée des modèles philanthropiques, une histoire des relations scientifiques internationales durant et après la Première Guerre mondiale, enfin une histoire du groupe brassicole multinational AB‑InBev.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540