Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Combattre

Les entreprises chimiques françaises et la Première Guerre mondiale

Erik Langlinay

Texte intégral

  • 1  « Liste de personnes dont la belle conduite est portée à la connaissance du pays », Journal offici (...)
  • 2  Sans pour autant être une arme décisive. Voir Olivier Lepick, La Grande Guerre chimique, 1914-1918(...)

1Le 4 août 1918, par une citation à l’ordre du jour, le président du Conseil, Georges Clemenceau, et le ministre des Fabrications de guerre, Louis Loucheur, distinguent plusieurs usines de fabrication de produits chimiques : l’usine de Péage-du-Roussillon de la Société chimique des usines du Rhône (SCUR), l’usine de Pont-de-Claix de l’entreprise Le Chlore liquide ainsi que les usines de la Société de stéarinerie et savonnerie de Lyon1. « Le personnel de ces usines a, depuis plusieurs mois, contribué avec un esprit de dévouement et de sacrifice au-dessus de tout éloge à la mise au point d’une fabrication dangereuse, extrêmement utile pour la défense nationale ». Ils portent également à la connaissance de la population l’action de certains de ces personnels : M. Grillet, directeur scientifique de la SCUR, et J. Koetschet, directeur scientifique de la première usine, F. Motte de la seconde et M. Berthon de la troisième. Cette distinction met en avant les trois entreprises qui ont largement participé à la mise au point des gaz de combat français, notamment l’ypérite2. Enfin, elle rend un hommage indirect à l’un des deux fondateurs du Chlore liquide, Louis Loucheur.

  • 3  Pierre Cayez, Rhône-Poulenc, 1895-1975, Paris, A. Colin/Masson, 1988, p. 38.
  • 4  Alain Jemain, Les conquérants de l’invisible. Air Liquide, 100 ans d’histoire, Paris, Fayard, 2002 (...)
  • 5  Voir Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, « Le carbure de calcium et l’acétylène, de nouveaux produ (...)
  • 6  Jean-Pierre Daviet, Un destin international. La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Paris, É (...)
  • 7Ibid., p. 339.
  • 8Exposition universelle internationale de 1900 à Paris : rapports du jury international, groupe XIV (...)

2La réussite technologique de la Société chimique des usines du Rhône ne manque pas de surprendre. C’est une entreprise en assez grande difficulté durant les années 1900-19143. Elle occupe des marchés de niche : vanilline, rhodos (c’est-à-dire lance-parfum) et médicaments. Son évolution est un peu à l’image de la chimie organique française, qui n’occupe plus que 1 ou 2 % du marché des colorants à l’échelle mondiale. Celui-ci est dominé à 85 % par les grandes entreprises allemandes. En revanche, la France compte quelques atouts en chimie minérale : L’Air liquide fait partie des trois leaders mondiaux en matière de liquéfaction des gaz rares4, tandis que l’électrochimie française, représentée par la Société d’électro-chimie et la Société des forces motrices et usines de l’Arve, occupe une belle place dans le marché européen de fabrication des carbures de calcium et des chlorates5. Enfin, dans le domaine plus classique des acides et des superphosphates, Saint-Gobain occupe une place prééminente en France, loin devant des compagnies d’ampleur régionale comme Kuhlmann ou Dior, sans toutefois arriver à la maîtrise technique de ses concurrents allemands. Elle leur achète au début du siècle le procédé de fabrication d’acide par contact6 et cherche à acquérir – sans succès – en 1913 le procédé Haber-Bosch de fabrication d’ammoniaque synthétique7. Dans le large spectre de la « grande industrie chimique » dont Albin Haller cernait les contours en 19028, la France occupe une position secondaire en Europe, loin derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni. Ainsi, on peut s’étonner que l’industrie chimique française ait pu s’élever – avec celle des Alliés – au niveau de l’industrie chimique allemande et supporter quatre ans de guerre. Comment les entreprises françaises ont-elles pu réussir à produire des quantités considérables de produits chimiques pour l’industrie de guerre ? Quelles ont été les modalités de la coopération entre les entreprises et l’État français ? Enfin, peut-on distinguer des entreprises au sein de cette industrie qui auraient particulièrement réussi à relever ce défi ?

  • 9  Nous ferons référence principalement aux grandes entreprises suivantes : la Compagnie de Saint-Gob (...)

3Nous nous concentrerons principalement sur les grandes entreprises de la chimie minérale et de la chimie organique françaises9 et nous nous intéresserons à trois moments de ces rapports entre les entreprises et l’État : la première mobilisation dans les derniers mois de 1914 jusqu’au printemps 1915, marquée par l’improvisation ; la construction d’une industrie chimique de guerre impulsée par l’État en 1915-1917 ; puis la démobilisation précipitée de cette industrie à partir du printemps 1917 et ses conséquences.

L’improvisation (août 1914-été 1915)

De la pénurie à la construction d’un nouveau système technique10

  • 10  Voir Bertrand Gille, « La notion de “système technique” (essai d’épistémologie technique) », Cultu (...)
  • 11  Archives du ministère des Affaires étrangères, série Guerre 1914-1918, microfilm P. 1349, carton 1 (...)

4« On demande instamment que la livraison d’acide picrique ait lieu immédiatement et sans attendre la fourniture de coton-poudre [française] qui sera continuée, avec toute la diligence possible, mais exige cependant un certain délai », écrit Joffre, le général en chef, dans une lettre personnelle à Lord Kitchener le 15 février 191511. Cette demande, déjà formulée le 11 février 1915, montre l’état d’urgence que connaît l’armée française à ce moment de la guerre. La production d’obus chargés d’explosifs retombe en février 1915 à un niveau proche de celui de novembre-décembre 1914.

Graphique 1. Livraison d’obus de 75, par décade du 30 novembre 1914 au 20 octobre 1915

Graphique 1. Livraison d’obus de 75, par décade du 30 novembre 1914 au 20 octobre 1915

Source : AN, Fonds A. Millerand, 470 AP 21.

5C’est l’une des nombreuses crises d’approvisionnement en produits intermédiaires et en matières premières que connut le service des Poudres – le service chargé de la fabrication et de la fourniture des poudres et des explosifs – tout au long de la Première Guerre mondiale.

  • 12  AD Bouches-du-Rhône, 23 J 654, fonds Solvay, usine Salin-de-Giraud, lettre du 15 janvier 1915 au p (...)
  • 13  Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA), procès-verbal du conseil d’administration de PCAC, (...)
  • 14  Centre des archives économiques et financières (CAEF), B 29679, Malétra, contrat entre M. Mauclère (...)

6Cette situation de pénurie touche toutes les ressources. En janvier 1915, il ne reste plus à l’usine Solvay de Salin-de-Giraud près de Marseille qu’un contremaître sur cinq pour la fabrication de la soude carbonatée12. Tout porte la marque de l’improvisation. Certaines compagnies signent des contrats et promettent de mettre en œuvre des fabrications dont parfois elles ne maîtrisent pas la technologie. C’est le cas de PCAC qui s’engage à monter la production du phénol avant d’avoir le procédé13. On trouve jusqu’en 1916 des contrats passés oralement14.

  • 15  AN, 94 AP 03, fonds Albert Thomas, note du sous-lieutenant Spinetta sur la fabrication de mélinite (...)
  • 16  AN, 470 AP 31, fonds Alexandre Millerand, lettre du député André Lefebvre à A. Millerand sur l’uti (...)
  • 17  L. Tissier, « Les poudres et explosifs », in Jean Gerard (éd.) Dix ans d’efforts scientifiques et (...)

7Cette série de pénuries ou de ruptures d’approvisionnement a au moins trois causes. La première et la plus importante réside dans le changement de système technique imposé par le conflit. Passé les dix premiers jours du conflit, le service des Poudres comprend qu’il va devoir demander des quantités énormes de produits chimiques pour la fabrication des explosifs. Sans doute peut-on mieux comprendre l’opération à effectuer en reprenant l’objet responsable de 80 % des victimes de la Première Guerre mondiale : l’obus. Une munition de 75 mm est constituée de plusieurs parties : la douille, la charge de poudre, la charge explosive ou de shrapnels et la fusée explosive. Pour fabriquer la mélinite ou acide picrique, l’explosif le plus couramment chargé dans les obus de 75 mm, il faut obtenir du benzol que l’on transforme en phénol. L’opération nécessite de l’acide sulfurique, du nitrate de soude et de l’acide nitrique15. Pour résumer, la fabrication d’un obus implique toutes les branches de l’industrie chimique ou presque : les acides (nitrique, sulfurique, oléum), la soude et les produits issus de la chimie organique. Ainsi et faute de mieux, les explosifs civils – les explosifs chloratés produits majoritairement dans les Alpes –, jugés peu sûrs car instables, sont mobilisés pour les grenades à main et les explosifs de tranchée16. Le plan de mobilisation prévoyait une guerre courte et des stocks faibles17. Le plan de production au début du conflit était de 24 tonnes par jour pour les poudres. Il était nul pour les explosifs.

  • 18  Archives ESCPI-Paris Tech, fonds Albin Haller, carton 40, H40/39, lettre d’Argant à Haller, 20 jui (...)

8La compréhension des implications de ce nouveau système technique, qui mobilise des dizaines de produits chimiques et une foule d’entreprise, est d’une grande complexité. Elle dépasse le service des Poudres. C’est Albin Haller qui, par sa connaissance de l’industrie chimique avant la guerre, va contribuer à bâtir ce premier système technique. Il fait profiter le service des Poudres de son expérience de président de jury de l’Exposition universelle de 1900, où il a examiné les productions des entreprises. Il connaît les hommes, les entreprises et les procédés. Il fait rappeler un à un les chimistes engagés sous les drapeaux, il visite les usines18.

  • 19L’industrie en France occupée. Ouvrage établi par le Grand Quartier général allemand en 1916, Pari (...)
  • 20Ibid., p. 286-287.
  • 21  Albin Haller, « La houille considérée comme source de matières premières sur la fabrication de mat (...)

9Ce système technique est en évolution perpétuelle. Il se modifie au gré des pénuries et des accidents. Il doit tenir compte de la perte d’une partie du potentiel industriel de la France. La prise par les Allemands dans les premières semaines de la guerre d’une douzaine de départements du Nord-Est a des conséquences importantes : la grande majorité des usines des Établissements Kuhlmann est occupée. Saint-Gobain perd son fleuron de Chauny et l’usine Solvay de Dombasle est sous le feu des canons allemands. Dès 1916, l’occupant a chiffré le produit de cette perte dans l’ouvrage L’industrie en France occupée19. Le rapport allemand estime la perte en fabrication d’aniline et de couleurs d’aniline à 50 %, celle de soude artificielle à 57 %20 et la baisse de la production d’acide sulfurique à sans doute 20 %. Mais c’est la perte des Mines de Lens qui est sans doute le facteur le plus crucial. Cette entreprise possédait le quasi-monopole de la fabrication de benzol nécessaire à la fabrication des explosifs21. Il faut improviser de nouvelles solutions quand un produit ou des procédés de fabrication manquent.

Réponse et adaptation des entreprises et de l’État

  • 22  Archives de la Compagnie de Saint-Gobain (archives CSG), Hist. 13/72, marchés de guerre, réunion d (...)

10La réunion des producteurs d’acide sulfurique organisée par le ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, à Bordeaux le 19 novembre 1914 est significative d’un début de coordination des entreprises sous la direction de l’État. Elle réunit une dizaine de producteurs, mais seule Saint-Gobain – avec deux ou trois autres entreprises – a une réelle maîtrise de la technologie de l’oléum, l’acide sulfurique concentré. La solution adoptée par l’État pour organiser les approvisionnements d’acide sulfurique provenant de dizaines d’entreprises s’insère dans le tissu des ententes commerciales existantes avant la guerre : M. Guilluy, de Saint-Gobain, est chargé de coordonner la répartition des commandes et est assisté de deux personnes : Trévoux, des Établissements Malétra, qui représente le groupe de Rouen et Gardair pour le groupe de Marseille22.

  • 23  IHA, boîte manquante ici, procès-verbal du conseil d’administration de PCAC, 19 décembre 1914 ; An (...)
  • 24  Journal d’Albin Haller, source privée, 11 janvier 1915. Archives ESPCI-Paris Tech, fonds Albin Hal (...)
  • 25  AD Rhône, fonds P. Cayez, 146 J 13, résumé de l’histoire de Rhône-Poulenc depuis ses origines, p.  (...)
  • 26  Albin Haller, « L’industrie chimique française pendant la guerre », Bulletin de la Société d’encou (...)

11Pour la fourniture de phénol synthétique, les choses sont plus compliquées. Il s’agit de fabriquer un produit plus complexe. PCAC s’engage à faire le produit mais n’a ni l’équipement ni le procédé. Pour cela, elle engage un ingénieur alsacien réputé qui s’est replié dans le Sud, Georges Freyss23. Il essaie pendant plusieurs mois un procédé, sans toutefois réussir pleinement. La société anonyme des Matières colorantes et produits chimiques de Saint-Denis s’inquiète de la substitution en cours entre produits pour le marché civil et produits pour le marché militaire et refuse de faire cette production. La compagnie indique qu’elle manque d’équipements et que réaliser ce programme lui semble coûteux24. Les résultats de la SCUR sont surprenants : de 1 tonne produite par mois en 191425, elle passe à plus de 8 000 tonnes pour l’année 1915, soit 80 % de la production nationale26. Encore doit-elle importer la matière première, le benzol, d’Angleterre.

Le recours aux importations anglo-saxonnes

  • 27  AN, 470 AP 19, fonds Alexandre Millerand, accord franco-anglais du 15 août 1914, signé Messimy, mi (...)
  • 28The Hagley Museum and Library (Wilmington, Delaware, USA), The Du Pont Archives, Minutes of the Ex (...)

12L’accord du 15 août 1914 passé entre le gouvernement français et le gouvernement britannique indique qu’« il est institué temporairement, à Londres, une commission franco-anglaise, qui assurera dans la pratique l’entente dont il s’agit. Cette entente aurait principalement pour effet d’empêcher que les deux gouvernements se fassent concurrence pour leurs achats sur les marchés extérieurs, concurrence qui n’aurait pas manqué de procurer la hausse des prix27 ». La France commence alors à importer de très fortes quantités de benzol d’Angleterre. À la mi-1916, son taux de dépendance envers le Royaume-Uni pour ce produit est de 70 à 80 %. L’autre puissance vers laquelle se tourne la France est les États-Unis. En août 1914, les envoyés français du service des Poudres sont à Wilmington dans le Delaware au siège de la compagnie Du Pont de Nemours. Le premier accord entre le service des Poudres et Du Pont de Nemours est signé le 12 octobre 1914 pour une commande de 8 millions de livres (soit 4 000 tonnes) de poudres sans fumée28.

  • 29  Jean-Louis Rizzo, Alexandre Millerand, socialiste discuté, ministre contesté et président déchu (1 (...)
  • 30  Fabienne Bock, Un parlementarisme de guerre, 1914-1919, Paris, Belin, 2002, p. 119 et suiv.
  • 31  Sur Albert Thomas, voir l’ouvrage récent d’Adeline Blaszkiewicz-Maison, Albert Thomas. Le socialis (...)
  • 32  J.-L. Rizzo, Alexandre Millerand…, op. cit., p. 264 et suiv.

13La sanction de cette première politique conduite par le ministère de la Guerre est à la fois administrative et politique et se déroule entre février et mai 1915. Jean-Louis Barral, qui a été nommé en août 1914 directeur du service des Poudres, est remplacé le 9 février 1915 par le contrôleur général Mauclère. La signification est double : le service des Poudres a été remanié par une succession de directeurs dans les premiers mois de la guerre : trois en l’espace de huit mois. En second lieu, ce service passe sous la tutelle d’un contrôleur général qui garde les fonctions de directeur du Ravitaillement, ce qui indique bien que la question essentielle est celle de la chaîne d’approvisionnement. Au niveau politique, les commissions du Parlement et la commission de l’Armée du Sénat commencent à demander des comptes à Alexandre Millerand, ce qu’il doit accepter début janvier 191529. Elles pratiquent des auditions des membres du service des Poudres à partir du 16 février 191530. La conséquence politique est la nomination d’Albert Thomas31 en tant que sous-secrétaire d’État le 18 mai 1915 pour épauler Alexandre Millerand, jugé trop faible32.

Les entreprises, l’État et la construction d’une industrie chimique de guerre (été 1915-début 1917)

  • 33  AN, 94 AP 103, fonds Albert Thomas, rapport fait à la commission de l’Armée sur les poudres, explo (...)

14Au printemps 1915, de nouvelles difficultés s’accumulent. Le début de la guerre des gaz lancée par les Allemands en avril 1915 pousse les militaires français à répliquer sur le même mode, ce qui implique la mise au point de nouvelles technologies industrielles. Devant l’ampleur des pertes dans les premiers mois de la guerre, l’opinion et le Parlement demandent des gages. Le 4 août 1915, la commission de l’Armée du Sénat adopte le rapport du sénateur Henry Bérenger « sur les poudres, explosifs et produits chimiques de guerre et le programme industriel nécessaire ». Ce rapport se plonge au cœur des modalités des contrats signés avec les entreprises : « l’administration de Saint-Gobain, outre qu’elle distrait beaucoup trop d’acide sulfurique pour son industrie privée des superphosphates, procède avec la lenteur inhérente à des maisons aussi puissantes. L’État doit presser énergiquement Saint-Gobain d’aboutir en trois mois et non en six et huit mois33 ». Ce sont désormais des usines et non plus des ateliers qu’il s’agit de construire.

Poudreries et usines chimiques : géographie et logiques des nouvelles implantations

  • 34  AN, 94 AP 345, fonds Albert Thomas, Blancpignon, rapport du directeur, 16 décembre 1918. La constr (...)
  • 35  SHD, 10 N 185, commission d’enquête sur les Marchés de l’État, produits chimiques, dossier marchés (...)

15Le ministère de la Guerre lance entre juin 1915 et janvier 1916 la construction d’une vingtaine d’usines nouvelles. Il s’agit de poudreries mais aussi d’usines de produits chimiques, acide sulfurique, oléum et chlore. Dans cette œuvre, l’État utilise toutes les ressources possibles : commandes auprès de groupes étrangers (britanniques et norvégiens), édification de poudreries par des entreprises privées (les usines de Blancpignon34 près de Bayonne et de La Pallice près de La Rochelle sont construites par le groupe Giros et Loucheur). Puisque Saint-Gobain ne veut pas passer de marchés d’oléum aux conditions de l’État, Albert Thomas décide d’agir autrement. Le service des Poudres signe un contrat avec les Établissements Kuhlmann pour la construction d’une usine d’État35 chargé de la fabrication d’oléum.

  • 36  Jean Domenichino, Rhône-Poulenc Pont de Claix, de la chimie et des hommes, histoire d’une entrepri (...)
  • 37  AN, 94 AP 345, fonds Albert Thomas, poudreries de Toulouse et d’Angoulême.

16La construction des usines chimiques s’intègre à la carte des nouvelles poudreries et tient compte des nécessités de production et de logistique. La nouvelle usine de phénol synthétique de la SCUR de Péage-du-Roussillon est installée à 80 kilomètres au sud de Lyon pour des raisons de sécurité. Elle est reliée à la métropole lyonnaise par le PLM. Elle vient renforcer un pôle de la chimie française. Il est en de même pour la raffinerie de Port-Saint-Louis, qui est rénovée, et pour l’usine d’oléum de Port-de-Bouc, localisées à proximité de la poudrerie de Saint-Chamas. Elles donnent une plus grande cohérence à la région marseillaise en matière de fabrications chimiques. Plus globalement, ce sont les périphéries qui sont valorisées : localisations maritimes, quart sud-ouest loin du front et massifs montagneux. Norsk Hydro s’installe à Soulom dans les Pyrénées et Le Chlore liquide à Pont-de-Claix près de Grenoble36, La Pallice près de La Rochelle, Blancpignon à proximité de Bayonne, Bassens dans l’estuaire de la Gironde, Bergerac dans le Sud-Ouest, Oissel à proximité de Rouen et Sorgues près d’Avignon. D’autres poudreries sont considérablement agrandies : Toulouse et Angoulême prennent une nouvelle dimension. La première regroupe 20 000 hommes en 1917, la seconde 14 500 la même année37. Les productions augmentent rapidement.

Graphique 2. Production journalière d’explosifs nitrés et nitratés, août 1914-novembre 1918

Graphique 2. Production journalière d’explosifs nitrés et nitratés, août 1914-novembre 1918

Source : Albin Haller, « L’industrie chimique pendant la guerre », Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, novembre-décembre 1920, p. 817.

17L’organisation de ces nouveaux établissements, souvent faite de façon précipitée, va cependant révéler des problèmes importants.

Recherche et développement : le vieux et le neuf

  • 38  P. Cayez, Rhône-Poulenc, op. cit., p. 35-36.
  • 39  Une note interne à la SCUR à propos de la fabrication du phénol indique : « l’expérience acquise p (...)
  • 40  Thomas P. Hughes, « L’histoire comme systèmes en évolution », Annales. Histoire, sciences sociales(...)

18Le succès de la SCUR dans la production de phénol est une source d’interrogation. Comment une entreprise qui apparaît autant en difficulté avant la guerre peut-elle réussir à devenir leader en matière de produits intermédiaires organique pour le service des Poudres ? L’usine de Péage-de Roussillon dont la construction avait commencé en novembre 1915 est en marche six mois plus tard. Elle est l’usine la plus productive de phénol et lance en avril 1918 une unité de production d’ypérite. Il faut revenir sur l’histoire de la SCUR pour comprendre cette mise au point. Suite à un procès avec la BASF (Badische Anilin und Soda Fabrik), elle doit arrêter la production de colorants en 1901 et payer de lourdes indemnités à l’entreprise allemande38. Son repli industriel et commercial se fait sur le secteur des médicaments – qui ne sont pas brevetés en France – et sur d’autres produits, notamment la vanilline. Dans la production des colorants azoïques comme dans celle de vanilline, la maîtrise de la fabrication du phénol est indispensable39. Ce repli, que l’on pourrait qualifier de saillant-rentrant pour suivre T. P. Hughes40, permet à la SCUR de survivre. Les ingénieurs de cette compagnie en ont gardé la connaissance et une pratique résiduelle. L’industrie chimique française donne l’impression de tâtonner. Ainsi, Alfred Guyot, qui tente la fabrication du phénol à PCAC à Salindres en octobre 1915, livre à Haller une relation édifiante sur son matériel de laboratoire :

  • 41  Archives de l’ESPCI-Paris Tech, fonds Albin Haller, H19/39, lettre d’Alexandre Guyot à Albin Halle (...)

« J’ai pu faire en laboratoire des sulfonations en une demi-heure ! Mais j’avoue qu’avec l’appareil dont je me sers pour mes essais, l’opération a été longue, et il ne pouvait en être autrement, en effet cet appareil a été construit avec des débris d’appareils, débris ramassés à la vieille ferraille et les propositions entre les différentes pièces de l’appareil ne sont pas convenables. Le serpentin de chauffage est insuffisant, le réfrigérant est au contraire trop puissant, etc., etc. Nous savions tout cela à l’avance, mais il était préférable d’opérer ainsi que de perdre du temps à construire un appareil neuf41. »

  • 42  AN, 94 AP 345, fonds Albert Thomas, notes sur les usines électro-métallurgiques et chimiques de la (...)

19Les indications données sur la marche des usines chimiques ne sont guère meilleures. Le sociologue Maurice Halbwachs, qui fait partie du cabinet Albert Thomas, est envoyé visiter nombre d’usines des Alpes et du Sud de la France. Il livre en avril 1916 un témoignage saisissant sur les usines alpines, notamment celle de Chedde, mobilisées pour fournir des explosifs42 : « Tout porte la marque de l’improvisation. Les conducteurs électriques sont placés trop bas. Les rails sont rongés par les liquides qu’on n’a pas le temps d’enlever et qui séjournent », note-t-il. Il remarque la saleté de l’usine et les dépôts de chlorates susceptibles de s’enflammer.

  • 43  David Edgerton, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale, Paris, Le Seuil, 20 (...)
  • 44Journal d’Albin Haller, op. cit., 11 juillet 1916.
  • 45  Eugène Nusbaumer, « Essai d’application de la méthode de Taylor dans un grand établissement d’État (...)

20David Edgerton a montré combien le Blitzkrieg allemand était loin d’être la guerre mécanisée qui a été proclamée. « Le choc du vieux » donne tout son sens à ce monde qui s’ébroue, loin de la modernité proclamée et de la guerre des chimistes43. Toutes les usines ne sont pas dans l’état de celle de Chedde. Sans doute les nouvelles usines sont-elles plus modernes. À l’occasion de ses visites, Albin Haller note la qualité de l’aménagement de l’usine de la SCUR à Péage-du-Roussillon : « Les Anglais ont été émerveillés de l’excellent aménagement de l’usine, du grand espace dont on dispose et de l’ingéniosité déployée dans le montage des appareils44 ». À la poudrerie du Ripault, une expérience de taylorisme est lancée par un élève de Le Chatelier, Eugène Nusbaumer, pour le triage des brins de poudre par les ouvrières45. Est-elle unique ?

Nouvelles compagnies et transformations capitalistiques

  • 46  Archives CSG, 3 B 21, procès-verbal du conseil d’administration du 27 août 1914.
  • 47  Au début de 1916 les Établissements Kuhlmann acquièrent l’usine de la société de Peñarroya, située (...)

21L’utilisation des compétences anciennement maîtrisées et d’un réseau de relations d’affaires bâti de longue date est au cœur du rétablissement des Établissements Kuhlmann durant les années 1915-1918. Entreprise ruinée dont les fondés de pouvoir se sont enfuis en France non occupée avec les fonds de caisse46 et dont les usines sont occupées, les Établissements Kuhlmann vont se relever en s’adossant à l’État. Le rachat de différentes usines d’acide sulfurique et de production d’engrais dans différentes régions de France est un élément de sa nouvelle stratégique territoriale47. Il s’agit de profiter de la guerre pour se restructurer et dépasser le simple cadre du département du Nord. Mais la grande affaire est ailleurs, dans la création de la Société nationale des matières colorantes (SNMC).

  • 48  Nous nous permettons de renvoyer à notre article « Kuhlmann at War, 1914-1924 », in Roy MacLeod et (...)
  • 49Revue des produits chimiques, création d’un Office national des produits chimiques et pharmaceutiq (...)
  • 50  Voir http://www.annales.org/archives/x/cuvelette.html, consulté le 25 août 2016 et Vincent Bellang (...)
  • 51  Service historique de la Défense (SHD), 16 N 904, rapport de Cuvelette au colonel Lenfant, directi (...)

22La création de la SNMC à la mi-1916 est une opération de grande ampleur. Le capital de la compagnie est de 40 millions de francs, ce qui place l’entreprise parmi les plus grandes entreprises chimiques françaises. Le but est de fédérer et de rénover l’industrie des colorants français48. La Revue des produits chimiques se fait début 1915 l’avocate d’une reconquête du marché chimique international : « jamais une occasion aussi favorable ne s’est offerte et ne s’offrira à la France industrielle de reprendre la place qu’elle occupait autrefois49 ». Ernest Cuvelette, directeur des puissantes Mines de Lens50 et à titre militaire à la tête du programme industriel de la direction du Matériel chimique de guerre en juillet 1915, voit rapidement les implications de la guerre en liant développement du chlore liquide et relance de la production de colorants51.

  • 52  Jean-Luc Mastin, « Concentration dans l’industrie minière et construction de l’espace régional : l (...)
  • 53  Il est marié à une héritière Kuhlmann depuis 1909. Ernest Cuvelette devient vice-président de la C (...)
  • 54  Le capital de l’entreprise avait été réduit à 7 millions de francs en 1901 puis à 4,75 millions en (...)

23L’opération est pilotée par la Banque de Paris et des Pays-Bas. Kuhlmann est rejoint par un groupe hétéroclite qui comprend les Mines de Lens, dont Jean-Luc Mastin a montré la proximité et la consanguinité52 avec les Établissements Kuhlmann, et les sociétés gazières, qui s’assurent le débouché de leurs sous-produits. Ernest Cuvelette est vice-président de la compagnie53. La Compagnie de Peñarroya et la Compagnie asturienne, qui fournissent des pyrites nécessaires à la production d’acide sulfurique, sont aussi souscripteurs. C’est une intégration verticale qui profite du soutien de l’État, puisqu’une poudrerie, celle d’Oissel, devrait par contrat lui être transférée, tandis que Georges Patart, directeur du service des Poudres, est mis en congé en 1918 pour prendre la direction de la compagnie. Mais les résistances sont nombreuses. La société anonyme des Matières colorantes de Saint-Denis refuse de se laisser absorber par une compagnie qu’elle juge trop proche de l’État. Elle préfère réaliser une augmentation de capital54.

  • 55  La production de poudre B est de 370 tonnes par mois en décembre 1916, celle d’explosifs de 700 to (...)
  • 56  Archives du ministère des Affaires étrangères, série Guerre 1914-1918, microfilm P. 1226, lettre d (...)
  • 57Ibid., lettre du ministre de l’Armement au président du Conseil et au ministre des Affaires étrang (...)

24Si les productions tant des usines privées que des Poudreries d’État atteignent des niveaux toujours plus forts durant l’année 191655, une lettre du président du Conseil et ministre des Affaires étrangères, Aristide Briand, à Albert Thomas, ministre de l’Armement, en date du 5 janvier 1917 montre des signes d’inquiétude au plus haut niveau de l’État. Il accuse réception des tableaux chiffrés des commandes françaises aux États-Unis et lui demande si les importations pourraient être réduites56. Certaines compagnies américaines craignent la banqueroute de la France57. Les services d’Albert Thomas ont élaboré un tableau prévisionnel pour l’année 1917. La dépendance aux USA – sans compter celle au Royaume-Uni – reste énorme, surtout pour les produits intermédiaires : elle est de 33 % pour le benzol, de 50 % pour l’alcool, de 70 à 75 % pour le coton. Elle est moindre pour les produits finis : 10 % pour la mélinite, de 10 à 12 % pour les cotons-poudres et 20 % pour les poudres. La guerre sous-marine à outrance lancée par l’Allemagne au début de 1917 va changer profondément le cours du conflit. Elle prend de court les entreprises chimiques et l’État français, qui vont devoir élaborer une nouvelle stratégie.

Un désengagement précipité (mars 1917-novembre 1918)

La guerre sous-marine et ses conséquences

  • 58  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 103, note pour M. le Ministre, benzol anglais, signée Enselme, 28 f (...)
  • 59  Paul Pascal, Explosifs, poudres, gaz de combat, Paris, Hermann, 1925, p. 6. Pour une explication e (...)

25La guerre sous-marine allemande sape assez largement le programme chimique de guerre français élaboré à la mi-1915. Des efforts considérables ont été faits en matière d’équipement avec la construction d’usines d’explosifs et de produits chimiques. Toutefois, le système français reste un système d’assemblage incomplet. Au moins deux produits font défaut, en premier lieu les benzols. Malgré les missions scientifiques envoyées au Royaume-Uni et aux USA pour récupérer les benzols dans les usines à gaz et les mines de charbon françaises, la dépendance aux Alliés pour ce produit reste forte. Fin 1916, la production nationale de benzol ne dépasse guère les 15 à 20 % des besoins, peut-être moins58. L’autre goulet d’étranglement provient des nitrates en provenance du Chili. La question des navires disponibles et des frets transportés devient cruciale. Paul Pascal, qui enseigne la chimie à l’université de Lille avant la guerre et qui est incorporé dans le Service chimique de guerre, en donne les raisons : « il fallut encore se fournir directement à l’étranger, et en particulier aux États-Unis […]. Dans le cas des poudres on réduisait ainsi, dans le rapport de 12 à 1 voire de 13 à 1 dans le cas des explosifs, l’immobilisation du tonnage59 ». En octobre 1917, les stocks de nitrate de soude du Chili sont d’à peine un mois et demi.

Graphique 3. Stocks et consommation mensuelle française de nitrate de soude (en tonnes), juillet 1915-octobre 1918

Graphique 3. Stocks et consommation mensuelle française de nitrate de soude (en tonnes), juillet 1915-octobre 1918

Source : AN, C 7519.

  • 60  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 103, note sur la situation des approvisionnements en nitrate de sou (...)

26C’est l’arrêt de la production d’explosifs qui pointe à l’horizon60. La décision est tranchée par le Haut Commandement allié début 1917. Le choix d’importations massives de poudres et d’explosifs américains est fait.

  • 61  AN, fonds Paul Painlevé, 313 AP 135, Chambre des députés, commission de l’Armée, 2e rapport sur le (...)
  • 62  A. Haller, « L’industrie chimique française pendant la guerre », op. cit., p. 774-775.
  • 63  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 350, programme d’acide nitrique synthétique, note pour le Ministre, (...)

27Le Parlement, outré de l’imprévoyance du ministère de l’Armement et peut-être de la sienne, décide d’un programme d’équipement en acide nitrique synthétique qui ferait l’économie des nitrates chiliens61. Deux projets sont discutés, l’un pour une production de 500 tonnes d’acide nitrique synthétique, l’autre pour une production de 150 tonnes par jour de nitrate d’ammonium. Les deux sont adoptés le 31 mars 191762. Ce plan de production repose sur le lancement d’un nouveau programme de construction d’usines. Cinq usines seront installées pour le programme d’acide nitrique synthétique : Toulouse-Braqueville, Bassens, Saint-Fons, Sorgues et Saint-Chamas. En ce qui concerne la production de cyanamide et de carbure de calcium nécessaires à la production de nitrate d’ammonium, les usines sont majoritairement implantées dans les Alpes et dans les mines du Sud du Massif central63.

  • 64  A. Haller, « L’industrie chimique française pendant la guerre », op. cit., p. 803 et 822.
  • 65  E. Vinet, « La guerre des gaz et les travaux des services chimiques français », Chimie et industri (...)
  • 66  En novembre 1918, la production de l’usine de Toulouse n’est que de 20 tonnes/jour contre 150 tonn (...)

28Durant cette dernière partie de la guerre, les consommations françaises de produits chimiques et d’explosifs diminuent après la mi-1917. Un nouvel équilibre s’établit, basé sur des importations américaines plus fortes – ponctuellement majoritaires pour les poudres durant certains mois de 191864 – et des fabrications françaises à un niveau inférieur. La défaite de la Russie permet de réserver les munitions pour la France et de récupérer un certain nombre de chimistes alsaciens envoyés en Russie, notamment Joseph Frossard65, qui met au point la production industrielle d’ypérite en avril 1918. Le programme français d’acide nitrique synthétique ne donne pas les résultats escomptés. Les usines ne sont pas terminées en novembre 1918, les productions sont médiocres66. Cette baisse des demandes d’explosifs a un effet induit sur les entreprises françaises, celle de leur donner plus d’indépendance et de se réorienter vers des productions civiles.

La réorientation des entreprises chimiques françaises vers les productions civiles

  • 67  AD Rhône, 146 J 8, fonds P. Cayez, SCUR, procès-verbal du conseil d’administration du 28 avril 191 (...)
  • 68  Archives CSG, 3 B 24, procès-verbal du conseil d’administration du 29 novembre 1917, produits chim (...)
  • 69  AN, 94 AP 105, fonds Albert Thomas, note pour M. le sous-secrétaire d’État sur la production d’aci (...)
  • 70  Archives CSG, 3 B 25, conseil du 27 mars 1918, produits chimiques. Saint-Gobain recevrait un quota (...)

29La transition vers les productions civiles se révèle parfois brutale pour les entreprises françaises. L’État résilie les contrats sans préavis en privilégiant les contrats américains directement livrables. Le ministère de l’Armement relâche sa tutelle et facilite la livraison de produits à l’industrie civile, notamment la fourniture par la société anonyme des Matières colorantes et produits chimiques de colorants à l’industrie textile. La SCUR cherche une diversification à travers la production de saccharine, essayant de profiter de la levée des restrictions médicales sur ce produit et du manque de sucre67. La Compagnie de Saint-Gobain de son côté relance à partir de septembre 1917 ses productions de superphosphates pour l’agriculture68, non que celles-ci se soient arrêtées, le ministère de l’Armement n’exigeant que certaines catégories d’acides69. La baisse des demandes étatiques ne signifie pas l’abandon de la volonté d’organisation de l’économie qui avait guidé Étienne Clémentel et Albert Thomas. La création des consortiums, chargés de centraliser les demandes des adhérents et de répartir les commandes en fonction de l’intérêt national, trouve un écho négatif chez les principaux producteurs de superphosphates. C’est à une autre forme d’organisation que vont songer les principaux producteurs, l’entente, qui est généralisée avant la Première Guerre mondiale dans l’industrie chimique française et mondiale. Après plusieurs mois de négociations, Saint-Gobain signe finalement un accord avec les Établissements Kuhlmann et la Compagnie bordelaise en mars 1918 pour les superphosphates. Il abolit la zone d’exclusivité de Saint-Gobain dans la partie orientale de la France – et il tient compte en cela des bouleversements industriels de la guerre –, mais continue d’accorder la prééminence à cette compagnie avec environ 66 % du total des livraisons nationales70. Entre le marché et l’économie semi-administrée de la guerre, l’entente redevient la règle.

Conclusion

  • 71  Selon Charles Gabel, un total de 1,2 million de tonnes d’explosifs aurait été fabriqué en France p (...)

30La Première Guerre mondiale constitue assurément un tournant capital pour les entreprises chimiques françaises. Elle marque un changement d’échelle important dans le volume des productions pour pratiquement tous les produits. L’acide sulfurique, le phénol synthétique et la production d’explosifs71 atteignent des niveaux jamais atteints. De nouveaux procédés ont été mis au point. D’une certaine façon, cette industrie, qui était peut-être la moins bien préparée des industries lourdes à la guerre, a reçu une cohérence de la part de la guerre et de l’État.

31La Première Guerre mondiale a cependant montré la fragilité de l’industrie chimique française dans les premiers mois de la guerre et en 1917. Les premières années de la guerre révèlent des réalisations industrielles souvent vétustes, souvent poussées à bout. Elles coexistent à partir de 1916 avec des usines et des poudreries plus modernes. La guerre des chimistes n’a pas été marquée par de grandes innovations mais plutôt par un développement de l’outillage usinier sans précédent, un recours au gigantisme dans les poudreries et la mise au point de quelques procédés industriels. Elle a uni universitaires, ingénieurs et militaires plus qu’ils ne l’avaient jamais été. Cependant, il ne faut pas s’y tromper, sans les livraisons de produits intermédiaires britanniques, américains et norvégiens et sans les produits finis américains, l’industrie chimique de guerre française se serait effondrée. D’une certaine façon, la dépendance à l’Allemagne a été remplacée par une dépendance atlantique. La confrontation directe avec les entreprises allemandes montre à la fois aux entreprises françaises leur faiblesse en capital – même si l’État a su largement la pallier pendant la guerre – et leur manque d’innovation, même si ici et là des tentatives ont été faites. L’extrême éparpillement des spécialités chimiques entre les différentes entreprises a été une source de gêne pour le service des Poudres.

  • 72  Elle dépasse de loin les Établissements Poulenc, dont le chiffre d’affaires était de 16 millions e (...)
  • 73  P. Cayez, Rhône-Poulenc, 1895-1975, op. cit., p. 71-72. Il importe d’être prudent sur cette évalua (...)
  • 74  Archives CSG, Hist. 13/72, profits et pertes des années d’imposition, année 1916. La Compagnie de (...)

32La guerre modifie la hiérarchie intermédiaire des entreprises françaises. La SCUR est la compagnie qui profite du paradoxe que représente la guerre, opération de destruction et de création. Entreprise largement affaiblie avant la guerre, elle en ressort profondément renforcée, bénéficiant d’un marché quasi captif avec la production de phénol synthétique pour la fabrication d’explosifs. Il faut noter son intelligence commerciale dans la négociation avec l’État durant l’été 1914 et sa capacité de réaction, laquelle a fait défaut à la société anonyme des Matières colorantes et produits chimiques de Saint-Denis. Son chiffre d’affaires est passé de 8 millions environ en 1913 à 121 en 191672 – son pic durant la Première Guerre mondiale – et elle présente un bénéfice supplémentaire dû à la guerre de 30 millions de francs73. Elle dépasse alors la Compagnie de Saint-Gobain pour les bénéfices74 et est sans doute alors la première entreprise chimique française. Le rebond de PCAC, qui reprend des productions de chimie organique et le phénol synthétique et absorbe les Société des forces motrices de l’Arve en 1917, serait à étudier plus avant.

33D’autres entreprises ont dû se lier profondément à l’État pour ne pas disparaître totalement : c’est le cas des Établissements Kuhlmann et dans une moindre mesure de Dior, deux entreprises familiales assez peu modernes techniquement avant la guerre. La Compagnie de Saint-Gobain reste cependant la première compagnie chimique française. Elle participe largement au programme de fourniture d’acides pour l’État, réalise 90 % de ses bénéfices dans la branche chimique mais adopte une position assez frontale avec l’État. Les raisons en sont multiples. La compagnie nourrit une défiance historique face au dirigisme économique et s’arc-boute sur sa position d’acteur dominant de la chimie depuis sa fusion avec les Perret en 1872. D’une certaine façon, elle comprend précocement que cette course à l’équipement industriel marque l’irruption de nouveaux acteurs et la fin de son hégémonie sans partage. La création le 26 juin 1919, deux jours avant la signature du traité de Versailles, de la compagnie de la Grande Paroisse par Saint-Gobain et L’Air liquide est une première réponse. Celle-ci est chargée de trouver un procédé d’ammoniaque synthétique qui pourrait concurrencer le procédé Haber-Bosch et s’implanter durablement sur le marché des engrais, voire de la soude. Tels sont les défis de la paix auxquels doivent répondre les entreprises françaises et le service des Poudres, qui entend bien mettre à profit l’occupation de la rive gauche du Rhin et les clauses du traité de Versailles pour y remédier.

Notes

1  « Liste de personnes dont la belle conduite est portée à la connaissance du pays », Journal officiel du 6 décembre 1918, Bulletin mensuel du Syndicat général des produits chimiques, novembre 1918, p. 504-505.

2  Sans pour autant être une arme décisive. Voir Olivier Lepick, La Grande Guerre chimique, 1914-1918, Paris, Presses universitaires de France, 1998, 351 p.

3  Pierre Cayez, Rhône-Poulenc, 1895-1975, Paris, A. Colin/Masson, 1988, p. 38.

4  Alain Jemain, Les conquérants de l’invisible. Air Liquide, 100 ans d’histoire, Paris, Fayard, 2002, p. 27.

5  Voir Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, « Le carbure de calcium et l’acétylène, de nouveaux produits pour de nouvelles industries, 1885-1914 » in Hervé Joly, Alexandre Giandou, Muriel Le Roux, Anne Dalmasso et Ludovic Cailluet (dir.), Des barrages, des usines et des hommes. L’industrialisation des Alpes du Nord entre ressources locales et apports extérieurs. Études offertes au professeur Henri Morzel, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002, p. 101-134.

6  Jean-Pierre Daviet, Un destin international. La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1988, p. 333.

7Ibid., p. 339.

8Exposition universelle internationale de 1900 à Paris : rapports du jury international, groupe XIV, Industrie chimique : 1ère partie, classe 87, tome I, Paris, Imprimerie nationale, 1902, p. 1-2.

9  Nous ferons référence principalement aux grandes entreprises suivantes : la Compagnie de Saint-Gobain, les Établissements Kuhlmann, la compagnie des Produits chimiques d’Alais et de Camargue (PCAC) ; les Établissements Poulenc, la SCUR, la société anonyme des Matières colorantes et produits chimiques de Saint-Denis, L’Air liquide, ainsi que la Société des forces motrices et usines de l’Arve.

10  Voir Bertrand Gille, « La notion de “système technique” (essai d’épistémologie technique) », Culture technique, nº 1, 1979, p. 8-18.

11  Archives du ministère des Affaires étrangères, série Guerre 1914-1918, microfilm P. 1349, carton 1363, télégramme de Joffre à l’ambassadeur français à Londres, 15 février 1915.

12  AD Bouches-du-Rhône, 23 J 654, fonds Solvay, usine Salin-de-Giraud, lettre du 15 janvier 1915 au préfet des Bouches-du-Rhône.

13  Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA), procès-verbal du conseil d’administration de PCAC, le 19 décembre 1914.

14  Centre des archives économiques et financières (CAEF), B 29679, Malétra, contrat entre M. Mauclère, représentant le ministère de la Guerre d’une part et M. Trévoux, représentant des Établissements Malétra d’autre part, 5 février 1916.

15  AN, 94 AP 03, fonds Albert Thomas, note du sous-lieutenant Spinetta sur la fabrication de mélinite, 12 janvier 1916, 7 p.

16  AN, 470 AP 31, fonds Alexandre Millerand, lettre du député André Lefebvre à A. Millerand sur l’utilisation des perchlorates dans les obus, Chedde, 18 octobre 1914.

17  L. Tissier, « Les poudres et explosifs », in Jean Gerard (éd.) Dix ans d’efforts scientifiques et industriels, 1914-1924, tome I : Chimie et industrie, Paris, 1926, p. 1327-1328. Le 2 janvier 1915, l’état-major lance un programme de production de 140 tonnes d’explosifs par jour. Il est porté à une quantité maximale de 940 tonnes/jour le 16 juillet 1917.

18  Archives ESCPI-Paris Tech, fonds Albin Haller, carton 40, H40/39, lettre d’Argant à Haller, 20 juin 1916.

19L’industrie en France occupée. Ouvrage établi par le Grand Quartier général allemand en 1916, Paris, Imprimerie nationale, 1923.

20Ibid., p. 286-287.

21  Albin Haller, « La houille considérée comme source de matières premières sur la fabrication de matières colorantes, de parfums, de médicaments, d’explosifs », conférence faite à la Société industrielle du Nord, séance du 28 janvier 1906, Lille, Imprimerie L. Danel, 1906 (archives ESPCI-Paris Tech, fonds Albin Haller, carton 2).

22  Archives de la Compagnie de Saint-Gobain (archives CSG), Hist. 13/72, marchés de guerre, réunion des fabricants d’acide sulfurique à Bordeaux, 19 novembre 1914.

23  IHA, boîte manquante ici, procès-verbal du conseil d’administration de PCAC, 19 décembre 1914 ; André Rohmer, « Georges Freyss, un chimiste de talent au service de la fabrique de produits chimiques de “Thann et Mulhouse” », Les amis de Thann, 2010, p. 12-15.

24  Journal d’Albin Haller, source privée, 11 janvier 1915. Archives ESPCI-Paris Tech, fonds Albin Haller, carton 39, H39/57, lettre de la société anonyme des Matières colorantes de Saint-Denis à Albin Haller, 20 novembre 1914 et ibid., carton 39, H 39/58, lettre de A. Poirrier à Albin Haller, 27 novembre 1914.

25  AD Rhône, fonds P. Cayez, 146 J 13, résumé de l’histoire de Rhône-Poulenc depuis ses origines, p. 4.

26  Albin Haller, « L’industrie chimique française pendant la guerre », Bulletin de la Société d’encouragement, novembre-décembre 1920, p. 792.

27  AN, 470 AP 19, fonds Alexandre Millerand, accord franco-anglais du 15 août 1914, signé Messimy, ministre de la Guerre, 26 août 1914.

28The Hagley Museum and Library (Wilmington, Delaware, USA), The Du Pont Archives, Minutes of the Executive Committee, nº 324, special meeting October 14th, 1914.

29  Jean-Louis Rizzo, Alexandre Millerand, socialiste discuté, ministre contesté et président déchu (1859-1943), Paris, L’Harmattan, 2013, p. 269.

30  Fabienne Bock, Un parlementarisme de guerre, 1914-1919, Paris, Belin, 2002, p. 119 et suiv.

31  Sur Albert Thomas, voir l’ouvrage récent d’Adeline Blaszkiewicz-Maison, Albert Thomas. Le socialisme en guerre, 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016, 190 p.

32  J.-L. Rizzo, Alexandre Millerand…, op. cit., p. 264 et suiv.

33  AN, 94 AP 103, fonds Albert Thomas, rapport fait à la commission de l’Armée sur les poudres, explosifs et produits chimiques de guerre et le programme industriel nécessaire par Henry Bérenger, adopté le 4 août 1915. Pour la Compagnie de Saint-Gobain, il est plus avantageux financièrement de transformer son acide sulfurique à 53° en superphosphates que de le concentrer en acide à 66° pour la défense nationale. Archives CSG, 3 B 22, procès-verbal du conseil d’administration du 9 juillet 1915.

34  AN, 94 AP 345, fonds Albert Thomas, Blancpignon, rapport du directeur, 16 décembre 1918. La construction de la poudrerie de Blancpignon est décidée en mai 1915. Une première mise en service a lieu en juillet 1915.

35  SHD, 10 N 185, commission d’enquête sur les Marchés de l’État, produits chimiques, dossier marchés d’acide sulfurique 65-66°, contrat entre l’État et Kuhlmann, 24 octobre 1915.

36  Jean Domenichino, Rhône-Poulenc Pont de Claix, de la chimie et des hommes, histoire d’une entreprise, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994, 163 p.

37  AN, 94 AP 345, fonds Albert Thomas, poudreries de Toulouse et d’Angoulême.

38  P. Cayez, Rhône-Poulenc, op. cit., p. 35-36.

39  Une note interne à la SCUR à propos de la fabrication du phénol indique : « l’expérience acquise par Monnet et Perrussel dans la fabrication de la résorcine [utilisée pour la fabrication de colorants bleus] devait nécessairement amener la société à s’intéresser à la fabrication du phénol et de ses dérivés. Cette fabrication date probablement de 1894. D’assez grandes quantités furent livrées en 1905 et 1906 (environ 239 tonnes) au Service des Poudres avant que ses livraisons ne soient arrêtées en 1911 ». AD Rhône, 146 J 10, fonds P. Cayez, procédés, notes sur la fabrication du phénol, 6 p.

40  Thomas P. Hughes, « L’histoire comme systèmes en évolution », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 53, nº 4, 1998, p. 839-857.

41  Archives de l’ESPCI-Paris Tech, fonds Albin Haller, H19/39, lettre d’Alexandre Guyot à Albin Haller, Salindres, 24 octobre 1915.

42  AN, 94 AP 345, fonds Albert Thomas, notes sur les usines électro-métallurgiques et chimiques de la Savoie et du Dauphiné, M. Halbwachs, avril 1916.

43  David Edgerton, Quoi de neuf ? Du rôle des techniques dans l’histoire globale, Paris, Le Seuil, 2013, 320 p.

44Journal d’Albin Haller, op. cit., 11 juillet 1916.

45  Eugène Nusbaumer, « Essai d’application de la méthode de Taylor dans un grand établissement d’État, poudrerie du Ripault », Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, mai-juin 1919, p. 495-539.

46  Archives CSG, 3 B 21, procès-verbal du conseil d’administration du 27 août 1914.

47  Au début de 1916 les Établissements Kuhlmann acquièrent l’usine de la société de Peñarroya, située à L’Estaque près de Marseille, qui est spécialisée dans la production d’acide sulfurique et de chlore. Les acquisitions se suivent : achat des établissements Les Fils de Salles qui possèdent deux usines d’acide et de superphosphate à Bordeaux et à Ivry-sur-Seine à la fin de 1916, puis début 1917 acquisition de la Société des colles Tancrède et Collette et de leurs deux usines d’Aubervilliers et de Nevers. Cent ans d’industrie chimique. Les Établissements Kuhlmann, 1825-1925, plaquette du centenaire, p. 28-30.

48  Nous nous permettons de renvoyer à notre article « Kuhlmann at War, 1914-1924 », in Roy MacLeod et Jeffrey Allan Johnson (ed.), Frontline and Factory: Comparative Perspectives on the Chemical Industry at War, 1914-1924, Dordrecht, Springer, 2006, p. 145-166.

49Revue des produits chimiques, création d’un Office national des produits chimiques et pharmaceutiques, nº 1, 15 février 1915, p. 4.

50  Voir http://www.annales.org/archives/x/cuvelette.html, consulté le 25 août 2016 et Vincent Bellanger, « Ernest Cuvelette, un ingénieur des Mines parmi d’autres », in Denis Varaschin (dir.), Travailler à la mine, une veine inépuisée, Arras, Artois presses université, 2003, p. 211-223.

51  Service historique de la Défense (SHD), 16 N 904, rapport de Cuvelette au colonel Lenfant, direction du Matériel chimique de guerre, au sujet des mesures à prendre pour l’évolution du programme de fabrication du chlore, 10 juillet 1915.

52  Jean-Luc Mastin, « Concentration dans l’industrie minière et construction de l’espace régional : le cas du Nord-Pas-de-Calais de 1850 à 1914 », Revue du Nord, octobre-décembre 2010, nº 387.

53  Il est marié à une héritière Kuhlmann depuis 1909. Ernest Cuvelette devient vice-président de la Compagnie nationale des matières colorantes en 1917. Vincent Bellanger, « Directeurs de la Compagnie des Mines de Lens (1852-1844) », in Jean-Claude Daumas et alii (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2011, p. 187-189.

54  Le capital de l’entreprise avait été réduit à 7 millions de francs en 1901 puis à 4,75 millions en 1903. Elle augmente son capital en octobre 1915. Il est d’alors 7 millions de francs, Archives nationales du monde au travail (Roubaix), 65 AQ P 297.

55  La production de poudre B est de 370 tonnes par mois en décembre 1916, celle d’explosifs de 700 tonnes pour le même mois. L. Tissier, « Les poudres et explosifs », op. cit., p. 1326 et 1331.

56  Archives du ministère des Affaires étrangères, série Guerre 1914-1918, microfilm P. 1226, lettre du président du Conseil et du ministre des Affaires étrangères au ministre de l’Armement, 5 janvier 1917.

57Ibid., lettre du ministre de l’Armement au président du Conseil et au ministre des Affaires étrangères, 12 janvier 1917. Certains marchés sont dits « marchés de couverture » pour pallier la défaillance éventuelle de tel ou tel allié, ce qui explique par exemple pour le benzol des taux supérieurs à 100 % si l’on prend en compte les benzols britanniques.

58  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 103, note pour M. le Ministre, benzol anglais, signée Enselme, 28 février 1917.

59  Paul Pascal, Explosifs, poudres, gaz de combat, Paris, Hermann, 1925, p. 6. Pour une explication et un chiffrage plus détaillé, on se reportera à la note rédigée par Grimoux sur les approvisionnements du 8 mai 1917, AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 105.

60  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 103, note sur la situation des approvisionnements en nitrate de soude, situation au 1er août 1917.

61  AN, fonds Paul Painlevé, 313 AP 135, Chambre des députés, commission de l’Armée, 2e rapport sur les matières premières destinées aux fabriques d’explosifs sur le nitrate de soude et l’acide nitrique, présenté à la commission de l’Armée par M. Pierre Renaudel, Paris, 2 février 1917, p. 2.

62  A. Haller, « L’industrie chimique française pendant la guerre », op. cit., p. 774-775.

63  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 350, programme d’acide nitrique synthétique, note pour le Ministre, Paris, 8 septembre 1917.

64  A. Haller, « L’industrie chimique française pendant la guerre », op. cit., p. 803 et 822.

65  E. Vinet, « La guerre des gaz et les travaux des services chimiques français », Chimie et industrie, vol. 2, nº 11-12, novembre-décembre 1919, p. 1413 ; Hervé Joly, « Joseph Frossard » in J.-C. Daumas et alii (dir.), Dictionaire historique des patrons français, op. cit., p. 300.

66  En novembre 1918, la production de l’usine de Toulouse n’est que de 20 tonnes/jour contre 150 tonnes prévues, AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 345, renseignements concernant la poudrerie de Toulouse, 26 novembre 1918.

67  AD Rhône, 146 J 8, fonds P. Cayez, SCUR, procès-verbal du conseil d’administration du 28 avril 1917.

68  Archives CSG, 3 B 24, procès-verbal du conseil d’administration du 29 novembre 1917, produits chimiques.

69  AN, 94 AP 105, fonds Albert Thomas, note pour M. le sous-secrétaire d’État sur la production d’acide sulfurique et des superphosphates, 18 septembre 1915.

70  Archives CSG, 3 B 25, conseil du 27 mars 1918, produits chimiques. Saint-Gobain recevrait un quota de 790 500 tonnes, soit un total de 66,05 % de l’ensemble, les Établissements Kuhlmann de 20,85 % et la Compagnie bordelaise de 13,1 %.

71  Selon Charles Gabel, un total de 1,2 million de tonnes d’explosifs aurait été fabriqué en France pendant la guerre. Charles Gabel, « Les explosifs pendant la guerre 1914-1918 », Bulletin mensuel de l’Association des anciens élèves de l’École centrale de Lyon, nº 151, septembre 1920, p. 12.

72  Elle dépasse de loin les Établissements Poulenc, dont le chiffre d’affaires était de 16 millions environ en 1913 pour un maximum de 42 millions durant l’année fiscale 1918-1919. Jun Sakudo, Les entreprises de la chimie en France de 1860 à 1932, Bruxelles, Peter Lang, 2011, p. 178. P. Cayez évalue à 6 millions de francs en 1913 et 30 millions en 1916 en déflatant le chiffre d’affaires d’après l’indice des produits dérivés du goudron de houille. Il estime à 12 millions de francs le bénéfice après l’imposition de guerre pour l’année 1916.

73  P. Cayez, Rhône-Poulenc, 1895-1975, op. cit., p. 71-72. Il importe d’être prudent sur cette évaluation des bénéfices de guerre. La comptabilité de PCAC révèle des documents émanant de l’administration française portant sur les marchés de guerre datant de 1952 : IHA, fonds PCAC, 00-12-20017, liquidation des impôts de guerre, lettre du secrétariat de section au Conseil d’État, secrétaire national du jury des marchés de guerre à la compagnie des Produits chimiques d’Alais et de Camargue, 24 décembre 1952.

74  Archives CSG, Hist. 13/72, profits et pertes des années d’imposition, année 1916. La Compagnie de Saint-Gobain déclare un bénéfice primaire de 31,5 millions, dont 31,3 millions francs pour la branche chimique. Après déduction des charges diverses et des investissements, le bénéfice net est de 22,76 millions de francs avant l’impôt de guerre.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Livraison d’obus de 75, par décade du 30 novembre 1914 au 20 octobre 1915
Crédits Source : AN, Fonds A. Millerand, 470 AP 21.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Graphique 2. Production journalière d’explosifs nitrés et nitratés, août 1914-novembre 1918
Crédits Source : Albin Haller, « L’industrie chimique pendant la guerre », Bulletin de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, novembre-décembre 1920, p. 817.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4972/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Graphique 3. Stocks et consommation mensuelle française de nitrate de soude (en tonnes), juillet 1915-octobre 1918
Crédits Source : AN, C 7519.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4972/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Professeur agrégé d’histoire, enseignant au lycée Jacques Monod de Clamart, Erik Langlinay a soutenu à l’EHESS en 2017, sous la direction de Patrick Fridenson, un doctorat sur l’industrie chimique en France (1900-1931). Il travaille actuellement sur une édition commentée du Journal personnel d’Albin Haller, professeur de chimie organique à la Sorbonne dans les années 1915-1925. Sa dernières publication est « Albin Haller, chimie et politique (1918-25) » dans Revue d’Histoire des Sciences, nº 1, 2016.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540