Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Combattre

L’industrie de l’aluminium dans la Première Guerre

Philippe Mioche

Texte intégral

  • 1  Commission de l’Armée du Sénat, 69 S 125, rapport sur les matières premières, les poudres, explosi (...)

« La guerre nous a surpris avec nos routines dangereuses que nous cherchons aujourd’hui à secouer. Notre réveil quoique tardif portera ses fruits ; il en porte déjà. Dans l’après-guerre, nous en profiterons1. »

1Beaucoup de dirigeants de l’aluminium disparaissent pendant la guerre. Le 9 mai 1914, Paul Héroult meurt de la typhoïde et d’intempérance sur son yacht à Antibes. Adolphe Minet meurt en avril 1914. Le 18 janvier 1916, Alfred Rangod Pechiney s’éteint à Hyères. Adrien Badin décède de tuberculose le 24 janvier 1917. Le 12 octobre 1918, l’étonnant Émile Guimet disparaît à son tour. Cette chronologie fortuite atteste que la génération des pionniers de l’aluminium industriel est remplacée par celle des consolidateurs pendant la guerre. La guerre est un tournant dans l’histoire de l’aluminium.

  • 2  Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’électro-chimi (...)
  • 3  Jacques Bocquentin, « L’impact des deux guerres sur l’industrie française de l’aluminium », Cahier (...)
  • 4  Jean Bouvier in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la F (...)

2S’agit-il d’un tournant bénéfique ? Une entreprise du secteur, la Société d’électro-chimie, multiplie les communiqués de victoire2. En 1915, le conseil d’administration affirme : « Tout ce que nous fabriquons est vendu d’avance. » En 1917, il proclame : « Toutes les usines en France marchent à plein. » Pourtant, Jacques Bocquentin, homme de l’entreprise et historien, dressera un bilan différent. Pour lui, dès avant-guerre, l’industrie de l’aluminium était fragile du fait de sa faible consolidation et de ses managers, plus ingénieurs que gestionnaires, qui négligeaient le commercial. « Aussi la guerre fut-elle un coup sévère porté à un organisme déjà fragile3 ». Nous savons qu’en règle générale « la guerre n’a pas créé de miracle industriel4 », mais est-ce vrai dans le cas de l’aluminium, dont on pourrait croire qu’il est une exception ?

  • 5  Paul Toussaint, PCAC, 1950, p. 173.

3La géographie de l’aluminium permet à cette industrie de ne pas souffrir directement des combats, à la différence du charbon ou de l’acier. Les réquisitions de main-d’œuvre ont pour conséquence des pertes limitées pour les salariés de l’aluminium. Sur les près de 4 000 ouvriers de la compagnie des Produits chimiques d’Alais et Camargue (PCAC) en 1919, l’entreprise compte 160 salariés morts à la guerre, soit 4 %5.

  • 6Ibid., p. 135.
  • 7  Voir un exemple de bilan unilatéral et caricatural du genre, le chapitre « Grande Guerre et gros p (...)

4L’industrie de l’aluminium a bien servi et elle a été bien servie. Lors des funérailles d’Adrien Badin, le 28 janvier 1917 à Salindres, Albert Thomas déclare : « Les services considérables qu’il a rendus à la Défense nationale en créant de toutes pièces la fabrication des explosifs, en développant la production de nombreuses usines qu’il avait créées, me font un devoir de saluer sa mémoire6 ». Pour autant, la guerre est-elle un « âge d’or » pour l’aluminium en France comme le voudraient ceux qui soulignent les profits réalisés par les entreprises7 ?

  • 8  Pap Ndiaye, « La chimie en guerre 1914-1945 », in Dominique Barjot (dir.), Deux guerres totales, 1 (...)

5Nous nous plaçons dans le court terme de la guerre, sans omettre d’observer les mutations qui précèdent8. Il s’agit de proposer un paysage de l’aluminium, de mesurer l’effort de guerre et de dresser un bilan contradictoire du conflit.

  • 9  Fondé en 1986, l’Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA) met son savoir-faire et ses collect (...)

6La bibliographie sur l’industrie de l’aluminium est abondante. L’évolution des entreprises du secteur et les biographies des entrepreneurs sont bien documentées. Aussi cette contribution propose-t-elle une lecture de la guerre qui repose autant que faire se peut sur « l’aluminium d’en bas », celui des établissements, par opposition à « l’aluminium d’en haut », celui des stratégies d’entreprise et de leurs états-majors. Cette contribution bénéficie des ressources comme celles proposées par l’Institut pour l’histoire de l’aluminium9.

Paysages de l’industrie de l’aluminium en France

Les fondamentaux de l’industrie de l’aluminium

  • 10  Ivan Grinberg, L’aluminium. Un si léger métal, Paris, Gallimard, 2003.
  • 11  Claude Arnaud et Jean-Marie Guillon, Les gueules rouges. Un siècle de bauxite dans le Var, Toulon, (...)
  • 12  Pendant la guerre, une petite activité de transformation est maintenue à Froges, où la production (...)
  • 13  Emmanuel Chadeau, « Produire pour les électriciens : les Tréfileries et Laminoirs du Havre de 1897 (...)

7La fabrication de l’aluminium comporte quatre segments : l’extraction du minerai, sa transformation en alumine, l’électrolyse de l’alumine, la transformation du métal10. Dans les limites de ce colloque ne sont abordés que les segments alumine et aluminium. Le minerai, dont la France est alors le premier producteur mondial, provient exclusivement des gisements du Var et il fait l’objet d’une compétition spécifique11. La transformation du métal est marginale chez les producteurs d’aluminium12. Elle relève d’autres entreprises, comme les Tréfileries et Laminoirs du Havre (TLH)13 et les constructeurs d’équipements électriques.

  • 14  Soupçonnés d’accointances étrangères, les industriels manifestent d’autant plus leur patriotisme a (...)
  • 15  Marco Bertilorenzi, « The Italian Aluminium Industry: Cartels, Multinationals and the Autarkic Pha (...)
  • 16Idem, The International Aluminium Cartel. The Business and Politics of a Cooperative Industrial In (...)
  • 17  Florence Hachez-Leroy, L’Aluminium français. L’invention d’un marché, 1911-1983, Paris, CNRS Éditi (...)
  • 18  Cité in Ludovic Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechine (...)
  • 19  Voir Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe sièc (...)
  • 20  L’absorption de la PYR par PCAC a lieu le 28 mars 1914.

8L’industrie de l’aluminium est génétiquement internationalisée14 et précocement cartellisée. Évoquons l’imbrication franco-suisse des origines, les relations commerciales avec l’Allemagne qui exporte avant-guerre en France de l’aluminium ou encore la contribution de l’industrie française à l’essor de l’industrie italienne15. Les quatre pays producteurs d’aluminium constituent un cartel international en 190116. L’aluminium industriel qui succède à l’aluminium chimique à la fin des années 1880 est en France en voie de consolidation à la veille de la guerre. La création du cartel de l’Aluminium français en 1911 est une étape importante, sinon décisive, analysée par Florence Hachez-Leroy17. La guerre s’inscrit plus dans une continuité de l’organisation que dans un tournant : « la Première Guerre marque simplement un pas dans la formation et la fixation de nombreuses pratiques jusque-là restées floues18 ». Pendant la guerre, l’État, d’Albert Thomas à Étienne Clémentel, encourage les regroupements d’entreprises, en particulier dans la chimie19. Mais l’industrie de l’aluminium n’a pas attendu ces consignes20. Pendant le conflit, les tractations de consolidation se poursuivent activement. Les rapprochements entre les deux « grands », SEMF et PCAC, s’opèrent en 1917 et 1918. Ils aboutissent en 1921 à la naissance du futur Pechiney.

  • 21  F. Hachez-Leroy, L’Aluminium français, op. cit., p. 52.

9La répartition des quotas de vente lors de la création de L’Aluminium français permet de mesurer le poids des différents acteurs industriels : la Société électro-métallurgique française (SEMF par la suite) : 44,25 %, la compagnie des Produits chimiques d’Alais et Camargue (PCAC par la suite) : 33 %, la PYR et la SAVR : 14,75 %. En 1916, la PYR et la SAVR sont intégrées dans PCAC, c’est pourquoi dans le cadre de cette approche sur le moyen terme de la guerre, nous regroupons les activités de PCAC à la fin de la guerre. Reste la Société d’électro-chimie (EC par la suite) : 8 %21. Les lignes vont bouger pendant le conflit car la répartition de la production à l’issue des quatre années de combats est la suivante : SEMF : 45 %, PCAC : 49 % et Électro-chimie : 6 % (voir plus loin).

  • 22  L. Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney, op. cit.
  • 23  Raoul Blanchard, « L’électro-métallurgie et l’électro-chimie dans les Alpes françaises », Revue de (...)

10Les usines ne sont pas, en règle générale, clairement dédiées à l’aluminium. Ce sont des entreprises de la chimie qui produisent par ailleurs plus ou moins d’aluminium. « La production chimique est difficile à cerner dans le détail car elle varie […]. La relative souplesse d’adaptation du matériel aux productions connexes permit souvent de changer de produits sans réinvestir dans du matériel nouveau22 ». Cette polyvalence repose aussi sur l’hydrologie et ses conséquences sur la production d’électricité, alors uniquement hydraulique. « Le seul procédé qui s’impose ici pour atténuer les inconvénients de l’irrégularité [des cours d’eau], c’est de se livrer dans l’usine à une autre fabrication susceptible d’absorber les excédents brusques ou de se restreindre lorsque l’énergie vient à baisser23 ». Cette polyvalence perdure pendant la guerre et même se renforce.

Les entreprises

  • 24  Henri Morsel, La Société d’électrochimie, d’électrométallurgie et des aciéries d’Ugine, 1889-1922, (...)
  • 25  Voir la biographie de H. Gall et la fondation de l’entreprise par des anciens collaborateurs de l’ (...)
  • 26Ibid., p. 46.

11La plus importante entreprise de L’Aluminium français et la plus spécialisée dans l’aluminium au début du conflit est la SEMF. Fondée en 1888, elle a bénéficié de la gestion de Gustave Munerel (1846-1911) et d’Émile Vielhomme (1843-1928) ainsi que de l’inventivité de Paul Héroult (1863-1914). La seconde est PCAC, fondée en 1855. C’est la pionnière de l’aluminium chimique avec son usine de Salindres. Conduite successivement par Henri Merle (1825-1877), Alfred Rangod Pechiney (1833-1916) et Adrien Badin (1873-1917), elle est moins spécialisée dans l’aluminium que la SEMF, ce qui lui permet d’ailleurs de s’adapter avec plus de souplesse aux demandes du ministère de l’Armement. L’autre acteur de l’aluminium est la Société d’électro-chimie24, fondée en 1889 par Henry Gall (1862-1930) afin de produire du chlorate de potasse avec son usine de Vallorbe (Suisse)25. La maîtrise des techniques de l’électrolyse et les contraintes de l’utilisation de son potentiel électrique conduisent cette entreprise à une diversification de ses produits. Mais c’est la production de l’aluminium qui « va constituer la plus grande expansion de l’Électro-chimie26 ».

Les établissements d’alumine

  • 27Wolfram Bayer, « “So geht es!” L’alumine pure de Karl Bayer et son intégration dans l’industrie de (...)
  • 28  Philippe Mioche, « Contribution à l’histoire du procédé Bayer. Le procédé à Gardanne, 1893-2012 », (...)
  • 29  La production des deux usines d’alumine de L’Aluminium français à Menessis et à Selzaëte en Belgiq (...)

12La transformation de la bauxite en alumine s’opère selon différents procédés car le procédé inventé par l’Austro-Hongrois Karl Bayer (1847-1904)27 n’a pas encore conquis l’hégémonie qui sera la sienne28. La fabrication d’alumine repose sur le ratio général suivant : 4 tonnes de bauxite pour 2 tonnes d’alumine et une tonne d’aluminium. C’est ainsi que la localisation des usines d’alumine en France a reposé sur la proximité des gisements de bauxite et de charbon : elles sont dans le Sud de la France29. L’industrie de l’alumine compte cinq établissements.

  • 30  Philippe Mioche, L’alumine à Gardanne de 1893 à nos jours. Une traversée industrielle en Provence,(...)

13SEMF Gardanne — La Société française de l’alumine pure (SFAP), fondée en 1893, construit l’usine d’alumine de Gardanne. En dépit de la collaboration de Karl Bayer, elle fonctionne mal et dès 1895 elle est acquise par la SEMF30. Cette usine est pendant la Grande Guerre l’unique fournisseur d’alumine de la SEMF. Les incertitudes sur le procédé Bayer conduisent à lui adjoindre une seconde usine qui utilise le procédé à l’aluminate de chaux. Cette « nouvelle usine » à côté du Bayer démarre en 1913. La production d’alumine passe de 16 tonnes/jour en 1915 à 30 tonnes/jour en 1916. Quand Gardanne perd espoir dans le procédé à l’aluminate, il est envisagé de construire un Bayer à Trets en 1916. Mais ce projet est abandonné grâce à la possibilité obtenue d’agrandir le Bayer de Gardanne. La production atteint son maximum en 1917 avec plus de 9 000 tonnes.

  • 31  Thierry Renaux, « Une mission patrimoniale à Salindres et à Salin-de-Giraud », Cahiers d’histoire (...)

14PCAC Salindres — L’usine de Salindres, construite en 1855, est le berceau historique de l’aluminium chimique de 1860 à 189031. Elle reprend la production d’alumine dès 1901 en réactivant le procédé Deville. Elle installe aussi un Bayer, et la production dépasse les 11 000 tonnes en 1913. Consacrée au début du conflit à d’autres produits chimiques à la demande de l’Armement, elle ne dépasse ce niveau de production qu’en 1917 (12 000 tonnes). Elle est polyvalente et devient un des centres névralgiques de la chimie de guerre. Elle ne produit pas d’aluminium.

  • 32  Et, en 1963, Alusuisse.
  • 33  Frédéric Lo-Faro, Histoire de l’usine d’alumine de Saint-Louis-des-Aygalades, 1906-1939. Une usine (...)
  • 34  Xavier Daumalin, Jean Domenichino, Philippe Mioche et Olivier Raveux, Gueules noires de Provence. (...)
  • 35  Philippe Mioche, « Images de la plus grande usine d’alumine d’Europe en 1913 : Alusuisse à Saint-L (...)

15PCAC Saint-Louis-des-Aygalades — De façon inattendue, PCAC se retrouve en charge de l’usine d’alumine de Saint-Louis-des-Aygalades à Marseille. Cette usine a été réalisée par les Germano-Suisses lorsque le brevet Bayer tombe dans le domaine public en 1907. L’entreprise mère est le premier producteur d’Europe. La Société métallurgique suisse (SMS), créée en 1887, devient Aluminium Industrie Aktien Gesellschaft (AIAG) en 188832. Elle crée une entreprise de droit français, la Société française pour l’industrie de l’aluminium (SFIA), en 1906 et celle-ci acquiert des mines de bauxite puis construit Saint-Louis dans le but d’alimenter en alumine sa nouvelle électrolyse de Chippis (1905-1908) dans le Valais. L’usine de Saint-Louis-des-Aygalades est à environ 5 kilomètres au nord-ouest du centre-ville33. Elle accède au lignite par la galerie à la mer34 et elle est reliée au réseau PLM. Dès 1911, la production dépasse celles des établissements provençaux. Mieux encore, AIAG entreprend d’importants travaux d’agrandissement et de modernisation en 191335. C’est ainsi qu’elle devient la plus puissante usine d’alumine d’Europe à la veille de la guerre.

  • 36  L’importance des marchands allemands pour AIAG est nettement confirmée par l’historienne Anne Von (...)

16Dès le début du conflit, l’usine de Saint-Louis est mise en cause. Outre la revendication de compensation formulée par L’Aluminium français à propos des deux usines perdues dans le Nord de la France et en Belgique, la question principale est bien celle de la destination finale de l’alumine marseillaise qui produit de l’aluminium en Suisse pour la vendre en Allemagne36. L’entreprise est mise sous séquestre le 30 octobre 1914 et elle est confiée par les pouvoirs publics en location à PCAC. L’Armement demande initialement du nitrate d’ammoniac et de l’acide nitrique que PCAC fabrique à partir du nitrate de soude du Chili. Face à la demande d’aluminium, PCAC propose aussi de reprendre la fabrication interrompue d’alumine, ce qu’elle fait à partir de septembre 1915. Dès 1916 et jusqu’en 1918, elle permet la plus importante production d’alumine en France. De facto, elle est essentielle à la production d’aluminium de PCAC.

  • 37  Voir Jean-Lucien Bonillo et René Borruey (dir.), Marseille, ville et port, Marseille, Parenthèses, (...)
  • 38  Jean-Pierre Daviet, Un destin international. La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Paris, É (...)

17PCAC Saint-Auban — L’usine PCAC de Saint-Auban est l’une des usines champignons de la guerre, comme celles de Kuhlmann et de Saint-Gobain à Port-de-Bouc ou encore celle de Gillet à Pont-de-Claix37. En 1915, l’Armement souligne les besoins en chlore et Adrien Badin, dont l’entreprise dispose de droits sur la chute de la Durance à Château-Arnoux, entreprend la construction d’une usine à chlore à Saint-Auban. A. Badin a proposé à Saint-Gobain d’en faire un projet commun, mais le grand chimiste, préoccupé par le renouvellement des ententes pour les acides et les soudes en 1915-1916, ne souhaite pas s’engager dans l’électrolyse38.

  • 39  F. Hachez-Leroy, L’Aluminium français, op. cit.

18L’usine est bâtie en 300 jours. Elle démarre fin 1916. La difficulté majeure est de trouver la main-d’œuvre. On compte « des coloniaux » venus d’Indochine, des Espagnols, des prisonniers allemands. 600 personnes y travaillent en 1916, près de 1 000 en 1918. PCAC souhaite aussi renforcer sa production d’alumine ; l’usine est proche des gisements de lignite de Manosque. La voie ferrée peut acheminer la bauxite du Var, puis l’alumine, vers les Alpes. Or, au même moment, la Southern Aluminium Company est abandonnée par L’Aluminium français39. C’est ainsi que l’équipement pour Saint-Auban, récupéré dans l’usine américaine, arrive à Bordeaux en 1917. Dès 1918, la nouvelle usine provençale produit 148 tonnes d’alumine, et plus de 3 000 l’année suivante.

  • 40  Philippe Mioche, « Pourquoi l’alumine a-t-elle été effacée de Marseille ? », Rives nord-méditerran (...)
  • 41  Sandrine Assie, L’usine d’alumine de La Barasse de 1906 à 1945, mémoire de maîtrise d’histoire con (...)

19EC La Barasse — La Barasse est de taille plus modeste à l’origine. Elle est construite par la Société d’électro-chimie en 190740. Elle démarre en 1908 à Saint-Marcel à Marseille, sur la route d’Aubagne, le long de la voie ferrée Marseille-Nice41. C’est une petite usine dont la production atteint son maximum en 1917 avec 4 200 tonnes.

  • 42  Mauve Carbonell, Olivier Lambert et Philippe Mioche, De la mine à la puce. Le pôle industriel de l (...)

20Avant d’achever ce tableau des usines d’alumine, nous évoquerons le cas d’une dernière usine, prête pendant la guerre, mais qui n’a jamais produit. Les Norvégiens – étroitement liés aux Britanniques – de la Norsk Aluminium Company ont constitué en 1915 une société de droit français, la SABAP, Société anonyme des Bauxites et alumines de Provence, laquelle achète les terrains en 1916 et construit une nouvelle usine à Rousset en 1917, mais elle n’est pas en fonctionnement en 191842.

  • 43  Fermetures alumine : Saint-Auban 1961, Saint-Louis 1969, Salindres 1971, La Barasse 1988. Gardanne (...)

21Ainsi, le paysage français de l’alumine est stabilisé en 1918 avec cinq établissements : Gardanne, Saint-Auban et les deux Marseillais, Saint-Louis et La Barasse, plus l’usine de Salindres dans le Gard. Il ne bougera qu’avec les fermetures successives des fabrications d’alumine43.

Tableau 1. La production d’alumine en France pendant la Grande Guerre, en tonnes

Gardanne

Salindres

La Barasse

Saint-Louis

Saint-Auban

Total production française

1913

8 369

10 887

3 800

8 995

32 051

1914

5 560

8 280

2 600

7 140

23 580

1915

6 555

6 565

2 250

0

15 370

1916

9 577

8 480

2 250

12 000

32 307

1917

9 078

11 505

4 200

13 400

38 183

1918

8 385

8 290

3 600

14 000

148

34 423

Total 1914-1918

39 155

43 120

14 900

46 540

148

143 863

Source : Paul Soudan, Historique technique et économique de la fabrication de l’alumine, note dactylographiée, mai 1970, 200 p.

22Ventilée par entreprise, la production d’alumine sur les quatre années de guerre est apportée pour 28 % par la SEMF, 62 % par PCAC et 10 % par EC. La vraie bonne affaire de la guerre est le séquestre de Saint-Louis au profit de PCAC.

Les établissements d’aluminium

  • 44  René Lesclous, Histoire des sites producteurs d’aluminium. Les choix stratégiques de Pechiney, 189 (...)
  • 45  André Fischer, « L’industrie de l’aluminium en France », L’information géographique, vol. 26, nº 4 (...)
  • 46  R. Lesclous, Histoire des sites producteurs d’aluminium…, op. cit., p. 100 et suiv. N.B. Plan de l (...)
  • 47  Ivan Grinberg et Florence Hachez-Leroy (dir.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale (...)

23L’électrolyse de l’alumine consomme 30 000 kilowatt-heure par tonne au début du siècle44. Les huit usines d’électrolyse en fonctionnement pendant la guerre sont dans les Alpes45 ou dans les Pyrénées. La vallée de l’Arc en Maurienne regroupe cinq usines, soit d’amont en aval : La Praz, Prémont, La Saussaz, Saint-Michel et Saint-Jean46. Depuis les difficultés d’écoulement du carbure et la baisse du prix des chlorates, les entreprises de l’électrochimie se sont réorientées vers l’aluminium à partir de 190847.

  • 48  R. Lesclous, Histoire des sites producteurs d’aluminium…, op. cit., p. 100 et suiv. N.B. Plan de l (...)
  • 49  P. Toussaint, Titre 1 : PCAC, 1950.

24SEMF — La Praz (1893-1897) est le premier site de production de l’aluminium industriel en France. Elle est à 6 kilomètres de Modane48. Le développement de l’usine est conduit par Paul Héroult jusqu’en 1905. Il gère simultanément l’usine d’alumine de Gardanne. La production d’aluminium augmente régulièrement pendant la guerre après le ralentissement de 1915. La Saussaz démarre l’aluminium en 1905. La production atteint son maximum en 1916 avec plus de 20 000 tonnes. La construction de l’usine de L’Argentière a commencé en mars 191049. La production de chlorate commence le 30 août 1915 suite à un accord avec la SARV pour l’électricité. Celle d’aluminium augmente régulièrement jusqu’à dépasser les 20 000 tonnes en 1918, mais elle demeure inférieure de moitié à celle de 1913.

  • 50  Ludovic Cailluet, Chedde : un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, Grenoble, Presses universi (...)
  • 51  Michel Millet, « Auzat, des “hommes de l’alu”… aux “dieux du stade” », Cahiers d’histoire de l’alu (...)
  • 52  Daniel Dequier, Maurienne, la vallée de l’aluminium, Les Marches, La Fontaine de Siloé, 1992, p. 1 (...)

25PCAC — L’usine de Calypso produit dès 1892 avec le procédé Hall. Elle est achetée en 1907 par PCAC, qui installe le procédé Héroult en 1914. La production est plus stable pendant la guerre que dans de nombreux établissements, elle oscille entre 14 000 et 20 000 tonnes. L’usine de Chedde est reprise par SARV en 1895. Elle commence la production d’aluminium en 1906 avec de l’alumine de Giulini avant-guerre, puis elle produit avec l’alumine de Salindres après l’acquisition par PCAC en 191650. Les travaux de construction de l’usine d’Auzat ont commencé en août 1908 et le démarrage de l’usine a lieu en avril 1909 sous la conduite de A. Bergès51. La production d’aluminium commence en 1909 avec de l’alumine Giulini. Elle atteint 786 tonnes en moyenne en 1911. La première coulée d’aluminium à Saint-Jean a lieu en juillet 1907 avec le procédé Hall, remplacé ensuite par le procédé Héroult. En août 1914, la production chute du fait du manque de personnel et des demandes de l’Armement. On fabrique du chlorate (109 tonnes en 1915) et du perchlorate de soude (263 tonnes en 1915). L’électrolyse redémarre en mai 191652 et elle retrouve presque son niveau de 1913 en 1918.

  • 53  Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’électro-chimi (...)

26EC — L’usine de Prémont est construite en 1891 par H. Gall pour la production de chlorates. Elle produit de l’aluminium en 1907, avec de l’alumine de son établissement de La Barasse53.

  • 54  Extrapolation pour l’année 1918 à Prémont sur la base de la production nationale.

Tableau 2. La production d’aluminium par établissement durant la guerre, en tonnes54

La Praz

La Saussaz

L’Argentière

Calypso

Saint-Jean

Auzat

Chedde

Prémont

Total année

1913

1 156

2 080

4 505

1 975

2 539

1 130

1 137

994

1914

754

1 175

2 432

1 644

1 977

864

1 014

687

10 547

1915

629

1 589

1 149

1 440

995

0

0

224

6 026

1916

830

2 122

1 164

2 118

1 836

950

0

602

9 622

1917

976

1 869

2 588

1 892

2 013

971

268

824

11 401

1918

930

1 590

2 163

1 916

2 357

1 111

1 250

1 23354

12 550

Total

4 119

8 345

9 496

9 010

9 178

3 896

2 532

4 564

51 140

Source : Paul Morel, Histoire technique de la production d’aluminium, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1991, p. 76.

27Les huit usines françaises ont produit environ 51 000 tonnes d’aluminium pendant le conflit. Sur la base 100 en 1914, l’indice s’établit à 57 en 1915, 91 en 1916, 106 en 1917 et 109 en 1918. La France passe de la deuxième place dans la production mondiale d’aluminium à la troisième place. Le pays des pionniers du métal léger commence son long déclassement.

Tableau 3. Les productions d’aluminium dans le monde pendant la guerre, en milliers de tonnes

France

Royaume-Uni

Suisse

Allemagne

Autriche Hongrie

États-Unis

Canada

Norvège

Italie

1914

10,55

7,5

8

1,25

1,85

40,8

6,6

2,5

0,9

1915

6,25

7,1

11

1,4

1,65

44,9

8,35

2,3

0,9

1916

10,05

7,7

14

6,4

2,8

63,1

9,6

4,3

1,1

1917

11,4

7,1

13

11,75

2,75

90,7

10,05

7,6

1,7

1918

12,55

8,3

15

14,65

2,85

102

10,7

6,9

1,7

Total pays

50,8

37,7

61

35,45

11,9

341,5

45,3

23,6

6,3

Source : Marco Bertilorenzi, The International Aluminium Cartel, 1886-1978: The Business and Politics of a Cooperative Industrial Institution, New York/Londres, Routledge, 2016. p. 104.

  • 55  La bauxite française perd sa primauté au profit d’autres gisements.

28Les Alliés ont produit pendant la guerre 15 % de l’aluminium mondial, dont 8 % pour la France. Les empires centraux ont produit 17 % de l’aluminium. Évidemment, tout change quand on additionne les États-Unis (ensemble : 73 % de la production mondiale). D’un point de vue global, la guerre est le moment du décollage de l’aluminium, qui devient un produit de base. Mais la production française n’augmente que de 2000 tonnes pendant le conflit pendant que celle de l’Allemagne, qui amorce une croissance durable, est multipliée par douze. Les États-Unis dominent le monde de l’aluminium, l’industrie canadienne se déploie et de nouveaux acteurs émergent comme la Norvège et l’Italie55.

  • 56  Hubert Bonin, « Pechiney, le géant aux pieds d’“alu” », Le Monde, 19 octobre 2013.

29Le succès de l’aluminium en France pendant la Première Guerre est un mythe durable. Le Monde en 2013 publie une chronologie où l’on peut lire : « La première Guerre mondiale favorise l’essor de l’aluminium dont la consommation mondiale passe de 65 000 tonnes en 1913 à 189 000 tonnes en 191856 ». Ceci est exact, mais la production française est passée de 14 500 tonnes en 1913 à 12 500 tonnes en 1918.

L’effort de guerre

30La guerre provoque l’interruption des exportations d’aluminium vers l’Allemagne. Or celles-ci représentaient 25 % de la production française en 1913. Cependant, la consommation chute fortement en 1915. C’est en 1917 et surtout en 1918 qu’arrivent les importations nord-américaines.

Tableau 4. Production, consommation et importation d’aluminium en France pendant la guerre, en milliers de tonnes

    Production     

    Consommation    

     Solde     

  1914  

10,55

7,7

2,85

  1915  

6,25

4,3

1,95

  1916  

10,05

8,3

1,75

  1917  

11,4

11,7

– 0,3

  1918  

12,55

19,2

– 6,65

Source : Ivan Grinberg et Florence Hachez-Leroy (dir.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale de la fin du xixe siècle à nos jours. L’âge de l’aluminium, Paris, A. Colin, 1997.

  • 57  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 786.
  • 58  Jean Garrigues, « Robert Pinot, le premier des lobbyistes », in Olivier Dard et Gilles Richard (di (...)

31Le contrôle des pouvoirs publics sur l’industrie de l’aluminium commence de fait dès le 2 août 1914 et se prolonge jusqu’au 27 novembre 191857. F. Hachez-Leroy a montré le rôle d’interlocuteur officiel de L’Aluminium français, le cartel est reconnu par les pouvoirs publics et nous n’y revenons pas. Adrien Badin est à l’aluminium ce que Robert Pinot est à l’acier58.

  • 59  Robert Pitaval, Histoire de l’aluminium. Métal de la victoire, Paris, Publications minières et mét (...)

32On évoque souvent la Première Guerre comme le début de l’âge d’or de l’aluminium et l’on cite le duralumin et le prototype de Breguet en 191659. L’essor de l’aluminium dans l’aviation est évidemment considérable, mais pendant la guerre il est encore virtuel. L’aluminium a contribué principalement à l’effort de guerre pour les obus, les câbles et divers matériels électriques qui ont été livrés aux transformateurs. Mais les refroidisseurs de mitraillettes ou les casques ne font pas un marché important ni durable. La priorité est donnée aux produits les plus urgents et l’aluminium ne compte pas parmi eux au début du conflit.

  • 60  Jean-Baptiste Duroselle, La Grande Guerre des Français, Paris, Perrin, 1994, chap. ix.
  • 61  Commission de l’Armée du Sénat, 69 S 113, rapport sur les poudres et explosifs par M. Henry Béreng (...)
  • 62  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 786.
  • 63  L. Cailluet, Chedde : un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, op. cit.
  • 64  Commission de l’Armée, 69 S 115, rapport sur les matières premières nécessaires à la fabrication d (...)
  • 65  Commission de l’Armée du Sénat, 6e rapport sur les poudres, explosifs et produits chimiques de gue (...)
  • 66  Du point de vue des productions chimiques et non électrométallurgiques, les sites de Salindres et (...)

33C’est ainsi que les entreprises du secteur ont fourni des produits très variés aux Poudreries nationales. Dès septembre 1914, les pouvoirs publics demandent la fabrication de produits qui venaient d’Allemagne comme le phénol ou le créosol. La production des Poudreries passe de 43 tonnes par jour en janvier 1915 à 351 un an plus tard60. Celles-ci sont au nombre de dix et emploient 18 147 personnes en 1915. Les principaux besoins portent sur la mélinite et la crésylithe, la tolite, la schneiderite, les explosifs au perchlorate d’ammoniac et au chlorate de potasse, etc.61. Elles recherchent aussi des emballages pour les produits exposés à l’acide azotique62. Le premier effort de guerre de l’industrie nationale de l’aluminium a été de répondre aux demandes diverses des Poudreries nationales. L’adaptation de la production à l’effort de guerre se pose en termes différents d’un établissement ou d’une entreprise à l’autre. Chedde, producteur d’aluminium, étant un fournisseur d’explosifs dès avant-guerre63, la réponse est plus facile pour cet établissement. Concernant l’acide sulfurique à 66°, la production en octobre 1915 est de 24 885 tonnes, dont 14 000 par Saint-Gobain et 1 500 par PCAC (6 %)64. Pour le phénol, autre exemple, PCAC obtient en 1916 un net satisfecit de la représentation nationale : la production est passée en un an de 11 tonnes/jour à 150. « Ce résultat, tout simplement “colossal”, puisqu’il roule sur plus de cinquante millions de kilogrammes, a été réalisé presque exclusivement par deux grandes sociétés industrielles françaises, la Société des Usines du Rhône et la Compagnie d’Alais et de Camargue65. » Mais, bien entendu, tous ces produits ne relèvent pas de la production de l’aluminium66.

  • 67  Conseil d’administration du 22 février 1915, in Association amicale des anciens élèves de l’Électr (...)
  • 68  Paul Toussaint, Titre 1 : PCAC, 1950, p. 848 ; F. Lo-Faro, Histoire de l’usine d’alumine de Saint- (...)
  • 69  Manfred Knauer, « “Le roi de l’alumine”. Georges Giulini et l’industrie de l’aluminium (1858-1954) (...)

34Les injonctions des pouvoirs publics portent aussi sur la mise en cause d’entreprises du secteur du fait de leurs liens, réels ou supposés, avec l’ennemi. Pour la Société d’électro-chimie, « M. Gall a dû écrire à M. Pascalis, Président de la Chambre syndicale des produits chimiques, pour défendre l’Électro-chimie contre l’accusation dont elle a été l’objet d’être une société allemande. Les explications ont été facilement admises67. » Pour autant, le Strasbourgeois Henry Gall comparaît en février 1918, mais les accusations tournent court. La situation est plus inconfortable encore pour la SFIA, société de droit français et émanation d’AIAG, on l’a vu plus haut68. Quant aux affaires de G. Giulini et à sa Société de l’aluminium et des produits chimiques, l’usine de Pierre-Bénite est confisquée et ses propriétaires condamnés69.

  • 70  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 252.
  • 71Ibid., p. 820.
  • 72Ibid., p. 92.
  • 73Ibid., p. 252.
  • 74Ibid., p. 91.

35Si les entreprises acceptent généralement sans coup férir les demandes publiques de guerre, cela ne se fait pas toujours sans tensions car les événements vont vite. Ainsi, à La Praz, l’Armement demande l’arrêt de l’aluminium dans le site au profit d’une commande de 640 tonnes de ferrosilicium à 75 % livrable en décembre 1918. Mais cette commande est annulée par l’armistice70. C’est probablement avec la SEMF que les relations avec les pouvoirs publics sont les moins bonnes. Ainsi, la SEMF est supposée vendre des lingots à l’armée russe, mais ce marché est fermé lors des révolutions71. La SEMF indique ses limites à l’Armement : « Nous ne pouvons livrer que 3 000 tonnes d’aluminium par an », soit, avec les trois usines de La Praz, La Saussaz et L’Argentière, 7 140 kilogrammes par jour72. Elle entreprend en 1917 de construire une deuxième usine à Froges, mais elle n’est pas achevée en 1918 et ne sera jamais en marche. En juin 1917, la SEMF est qualifiée d’« indécrottable » par le commandant Cuvelette73. Selon P. Toussaint, qui est de parti pris, le ministère envisage un moment d’envoyer un officier à Froges comme « adjoint » à la direction74. Le bilan des relations entreprises/pouvoirs publics dans l’aluminium est différencié selon les entreprises. Si PCAC est clairement l’interlocuteur principal et la SEMF un peu le mouton noir, EC est hors-jeu du fait de sa contribution limitée en métal léger.

36Avec le dirigisme de guerre, il s’agit pour les entreprises de participer à la mobilisation patriotique. Mais elles attendent des contreparties, en particulier le soutien de l’Administration pour résoudre les questions d’approvisionnements en charbon, qui restent très tendus pendant le conflit. Il en va de même pour la logistique des transports et plus encore pour la main-d’œuvre. C’est ainsi que l’usine d’alumine de Gardanne fait exception. C’est la seule usine qui ne s’interrompt pas en 1914-1915 grâce à une intervention rapide qui précède les dispositions générales sur la main-d’œuvre réquisitionnée.

  • 75  IHA, conseil d’administration de la Société d’électro-chimie, 29 juin 1915.
  • 76  Sur l’après-guerre de l’aluminium vu par l’État de Léon Guillet à Étienne Clémentel, voir Michel L (...)
  • 77  F. Hachez-Leroy, L’Aluminium français, op. cit., p. 93.
  • 78  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 93. Ce propos pourrait dater de fin 1914.

37Pendant le conflit, les accusations de retard ou de frilosité contre la chimie sont nombreuses tant au Parlement que dans l’opinion. Dans cette situation, certaines entreprises entendent tirer l’épingle de l’électrochimie du jeu et même participer à la réhabilitation du capitalisme français ! « La nature de notre industrie ne devrait pas tarder à appeler l’attention du ministère de la Guerre qui a fait appel à notre concours après les premières semaines de la Guerre. […] Vous le savez Messieurs, le faible développement de l’industrie chimique française a provoqué bien des regrets, suscité de sévères et justes réflexions. Les industries électrochimiques et électrométallurgiques font une exception remarquée et justifient plus que jamais la confiance que leur ont témoignée les capitalistes français, lesquels ne méritent pas toujours les reproches qu’on leur adresse75. » Ce texte de 1915 introduit la question des visions de l’avenir pour les entreprises, ce qui – toutes proportions gardées – est leur « but de guerre76 ». L’avenir présente des silhouettes différentes chez les trois producteurs d’aluminium. Pour PCAC, qui privilégie l’intégration horizontale du secteur et qui y parvient en 1921, on lira la citation d’Émile Boyoud, directeur de Calypso, puis directeur général de PCAC, en mai 1918 à l’assemblée générale de L’Aluminium français, cité par F. Hachez-Leroy77. Il s’agit de dénoncer les dangers d’une intervention de l’État qui se prolongerait, ce qui est un point de vue partagé par une majorité du patronat. Mais il s’agit aussi d’espérer que la guerre aura provoqué des accoutumances aux usages du métal léger, ce qui lui permettra d’ouvrir de nouveaux marchés de consommation intérieure. La SEMF, qui est engagée dans une stratégie d’intégration verticale vers la transformation, pense aussi à l’avenir. « Déjà des préoccupations prenaient naissance au sujet des affaires de “l’après-guerre”. Elles étaient motivées par la presque certitude que le marché allemand, gros consommateur d’aluminium, serait fermé aux fabrications françaises, et des accords, avec des apprêteurs actifs, semblaient nécessaires au conseil de Froges78. » L’idée est ici de viser le contrôle du marché allemand de l’aluminium.

  • 79  Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’Électro-chimi (...)
  • 80Ibid., p. 53.

38EC dispose d’une formulation stratégique fondée sur la caractéristique de cette entreprise largement tournée vers l’exportation dès avant la guerre. En juin 1917, le conseil d’administration de la Société d’électro-chimie évoque les « luttes de l’avenir79 ». Comme cette entreprise exportait les fabrications de chlorate et de sodium, le conseil considère que la situation de l’entreprise est particulière : « Aussi aurons-nous un programme un peu différent de celui qui préoccupe d’autres producteurs soucieux d’organiser l’exportation qu’ils n’avaient pas pu aborder dans le passé ; nous devons au contraire nous attacher à stimuler la consommation intérieure, à créer des débouchés aux produits nouveaux que nous avons ajoutés à nos fabrications. » À l’instar des instances diplomatiques, le 26 mars 1918, Henry Gall présente un « programme industriel » pour l’après-guerre, mais la consistance de ce programme n’est pas précisée80. La frontière est le marché intérieur pour une entreprise qui, rappelons-le, est bien loin d’être spécialisée dans l’aluminium.

Un bilan contradictoire

  • 81  Nous nous inspirons de l’ouvrage de référence de Patrick Fridenson (dir.), 1914-1918, l’autre fron (...)

39La période de la guerre, parfois présentée comme celle du grand élan de l’aluminium, ne mérite-t-elle pas un bilan plus contradictoire ? Une victoire, mais peut-être une victoire à la Pyrrhus ? Ce sont des questions et non des résultats que nous entendons poser à propos du bilan économique général, du bilan social81 et du bilan environnemental.

Bonne ou mauvaise gestion, bons ou mauvais profits ?

  • 82  L. Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney, op. cit.

40Dans l’historiographie de l’aluminium, la considération, en partie inspirée par P. Toussaint, est que, « [g]lobalement très profitable à PCAC, le conflit est à la source de difficultés industrielles pour la SEMF82 ». Là où C.-J. Gignoux entend évoquer le caractère capricieux, sinon erratique, de la gestion de la branche par l’État, d’autres soulignent les aspects novateurs de l’action d’A. Thomas et de L. Loucheur. En vérité, les résultats sont là et la mobilisation des industries de l’aluminium et de la chimie est un succès, comme l’est par ailleurs la mobilisation industrielle d’autres branches. À la fin de la guerre, c’est PCAC qui gagne. On peut toujours se demander si la propension de PCAC à répondre à toutes les demandes de produits ne conduit pas à une culture de la dispersion, à la différence de la SEMF qui est restée plus campée sur son métier d’aluminium. Mais qu’importe, car les deux entreprises partageront le même destin à partir de 1921.

  • 83  R. Lesclous, Histoire des sites producteurs d’aluminium…, op. cit., p. 101.
  • 84  Paul Toussaint, Titre 1 : PCAC, 1950, p. 173.

41Ceci étant, la production française ne retrouve son niveau d’aluminium de 1913 qu’en 192183. Et il n’y a plus alors que deux producteurs, Pechiney et EC. Le tassement dans la production d’aluminium est la conséquence des injonctions des Poudreries et de l’Armement dans un contexte où il n’y a plus de marché de l’aluminium. Pour PCAC, « [l]es productions de l’alumine et de l’aluminium, bien qu’importantes, avaient dû être réduites, en faveur des la production d’explosifs84 ».

  • 85  Claude Boisselot, « L’enquête parlementaire sur l’aluminium, en 1919 », Cahiers d’histoire de l’al (...)
  • 86  M. Bertilorenzi, The International Aluminium Cartel, 1886-1978, op. cit., p. 112.
  • 87  IHA, conseil d’administration de la Société d’électro-chimie, 29 juin 1915.
  • 88  Jean Bouvier, Initiation au vocabulaire et aux mécanismes économiques contemporains (xixe-xxe sièc (...)
  • 89  IHA, conseil d’administration de la Société d’électro-chimie, 29 juin 1915.

42Les entreprises ont fait d’importants profits avec l’économie de guerre85. Les prix nominaux de l’aluminium passent de 2,10 francs le kilogramme en 1914 à 7,50 en 191886, soit de 703,50 euros 2015 en pouvoir d’achat à 1 216,60, moins du double. La SEMF exprime à de nombreuses reprises sa satisfaction sur ce point. En vérité, dans le contexte, les comptes ne comptent plus guère : « Tous ceux qui connaissent les difficultés au milieu desquelles se débat une exploitation voudront bien nous accorder leur indulgence si la présentation de nos résultats comporte quelques modifications et si l’imperfection des moyens dont nous disposons nous oblige dans l’avenir à quelque changement87. » Plus qu’à d’autres occasions dans l’histoire du capitalisme, les bilans s’affranchissent de la transparence88. Le contexte incite à ne pas rendre des comptes, y compris aux actionnaires : « La situation actuelle nous interdit d’entrer dans les détails des fabrications qui nous sont confiées89. »

Une gestion sociale d’exception ?

43La géographie si particulière des usines d’aluminium conduit à interroger les relations sociales et environnementales pendant le moment de la guerre. Il faut ici répéter que nous sommes loin de la région parisienne, dans des vallées isolées où les ouvriers paysans mobilisés ont été remplacés par des étrangers, des immigrés, des prisonniers allemands. La production industrielle s’opère dans l’extrême urgence, sa légitimité patriotique est une évidence pour le personnel d’encadrement. On peut imaginer qu’elle s’exerce avec une certaine brutalité à l’égard tant des salariés que de l’environnement. Les conditions exceptionnelles de l’industrie de guerre ont rendu les entreprises et les entrepreneurs moins attentifs aux questions sociales et aux questions environnementales.

  • 90  Cité in L. Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney, op (...)
  • 91  L. Cailluet, Chedde : un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, op. cit., p. 47-48.
  • 92  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 50.
  • 93  Paul Toussaint, Titre 1 : PCAC, 1950, p. 474.
  • 94  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 928.
  • 95  Corinne Espariat, Les relations sociales à l’usine de Saint-Auban de 1917 à 1940, mémoire de maîtr (...)

44Selon Maurice Halbwachs, la guerre « a augmenté l’intensité du travail ». À l’usine de Saint-Jean, 290 ouvriers produisaient 2 517 tonnes d’aluminium en 1913, et on produit 2 000 tonnes en 1916 avec 176 ouvriers90. En dépit des préoccupations et des mesures mises en œuvre par Albert Thomas, « l’état d’urgence » de la guerre n’a-t-il pas provoqué une régression sociale dans l’aluminium ? Cette question porte plus précisément sur le personnel d’encadrement, directeurs d’usines, ingénieurs, « surveillants » et contremaîtres. On peut pointer quelques traits de cette situation d’exception91. Les usines de guerre, comme La Saussaz, sont dotées d’une garde militaire92. Sous réserve d’inventaire, les grèves sont rares. À Saint-Louis, qui compte environ 400 ouvriers, dont de nombreux prisonniers de guerre, les Espagnols font une grève de 48 heures le 9 juin 191793. D’une façon générale, il semble que l’encadrement n’ait pas une bonne opinion de la main-d’œuvre proposée aux entreprises. Paul Toussaint, qui a commencé sa carrière à la SEMF, émet une appréciation très réservée à l’égard des différentes mesures de substitution de la main-d’œuvre : « Mais le rendement du travail d’hommes, dont beaucoup étaient débiles ou peu intelligents, et de femmes […] était en somme peu élevé. De plus, certains travailleurs étrangers, engagés par des racoleurs, qui leur avaient promis plus qu’il ne pouvait leur être donné, faisaient preuve de mauvaise volonté94. » À Saint-Auban, les témoignages recueillis par Corinne Espariat décrivent des relations sociales très tendues95.

  • 96  Nicolas Bourguinat, « Le développement de l’électrométallurgie en Maurienne : recomposition et nou (...)

45Le bilan social de la guerre est selon nous celui d’une forte régression : « les affectés spéciaux et les travailleurs italiens mis à disposition par leur gouvernement ne peuvent que se plier sans discussion96 ».

De mauvaises habitudes environnementales

  • 97  Tait Keller, « Aux marges écologiques de la belligérance. Vers une histoire environnementale globa (...)

46Pour Tait Keller, « [l]es transformations écologiques profondes constatées pendant la guerre ont davantage été le produit de la production industrielle à grande échelle que des combats97 ». La suggestion est certainement forte pour l’industrie de l’aluminium.

  • 98  Paul Morel, Histoire technique de la production d’aluminium, Grenoble, Presses universitaires de G (...)

47Les dégâts environnementaux provoqués par la fabrication de l’aluminium sont inhérents à cette industrie. Les nuisances principales sont le fluor dans le cas de l’électrolyse et les résidus ou boues rouges pour la fabrication de l’alumine. On lira avec profit le rapport du pharmacien Hollande de 191098. Comment ne pas penser que les conditions de la production patriotique renforcent chez les industriels la sensation d’impunité environnementale ? Ce n’est pas la création – qui témoigne du problème – en 1917 du Comité consultatif des établissements classés qui modifie les choses. Ceci est vrai bien plus encore à l’échelle opérationnelle des directeurs d’usine qu’au niveau stratégique des dirigeants d’entreprise.

  • 99  Claude-Joseph Gignoux, Histoire d’une entreprise française, Paris, Hachette, 1955, p. 122. L’auteu (...)
  • 100  Geneviève Massard-Guilbaud, « Environnement : une bien lente prise de conscience », in Jean-Claude (...)
  • 101  Les travaux anticipent l’arrêté préfectoral, c’est le cas à Gardanne et aussi, par exemple, à Pont (...)

48C.-J. Gignoux écrit à propos de la poudrerie de Giraud : « Ici se place un détail plaisant : l’autorisation préfectorale de construire une poudrerie à Salin-de-Giraud fut donnée le 31 mars 1917 alors que la poudrerie fonctionnait depuis plus de deux ans99 ». Ce n’est pas un détail plaisant, mais une « transgression systématique100 » de la loi de 1810 lors des implantations industrielles101.

Carte 1. Les établissements d’aluminium dans les Alpes pendant la guerre

Carte 1. Les établissements d’aluminium dans les Alpes pendant la guerre

Source : Raoul Blanchard, « L’électro-métallurgie et l’électro-chimie dans les Alpes françaises », Revue de géographie alpine, vol. 12, nº 3, 1924, p. 374.

  • 102  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 905.
  • 103  Paul Toussaint, Titre 1 : PCAC, 1950, p. 102.
  • 104  G. Massard-Guilbaud, « Environnement : une bien lente prise de conscience », op. cit.
  • 105  C. Espariat, Les relations sociales à l’usine de Saint Auban de 1917 à 1940, op. cit. ; Philippe M (...)
  • 106  Corinne Espariat et Patrick Lamic, « L’usine de Saint-Auban », in Gérard Chastagnaret et Philippe (...)
  • 107  Laurent Seigneurin, Histoire industrielle de Salindres. Compagnie des Produits Chimiques d’Alais e (...)
  • 108  Sur le débat local emploi versus environnement, on lira l’exemple de la commune de Hautecour en Sa (...)

49L’usine d’alumine de Gardanne a été confrontée dès ses premiers jours aux protestations du voisinage. Citons l’affaire Montmaney. Ce propriétaire d’une maison se plaint en 1899 de la « contamination de son puits », il « accabla de plaintes le directeur ». Il est indemnisé et il accepte de vendre son bien en 1921102. À Salindres, H. Merle fait acheter les terrains des plaignants. « Moyennant le sacrifice qu’elle avait ainsi consenti, la compagnie PCAC devait jouir d’une tranquillité relative à Salindres durant de nombreuses années103 ». Il a pratiqué « l’arbitrage immobilier104 ». En août 1915, l’Armement réclame du brome et du chlore liquéfié. Le brome est fabriqué à Giraud et PCAC utilise le site de Saint-Auban, 272 hectares, pour réaliser une usine à liquéfier le chlore105. Le site a été choisi du fait de son isolement et parce que le mistral fréquent permet l’évacuation des gaz toxiques en cas de fuite. L’insalubrité et la dangerosité de cet établissement sont considérables106. À Salindres, les boues rouges attendent la crue de l’Avesne107. L’usine Alusuisse de Saint-Louis est en difficulté, dès avant-guerre, pour gérer les boues et les scories qu’elle produit en grande quantité et qu’elle entasse de l’autre côté de la rue. On peut formuler l’hypothèse que l’attention portée au voisinage est inversement proportionnelle à la densité de la population. S’ajoute le rôle des collectivités, en l’occurrence les communes108. Sur ce point, les situations sont différentes. À Salindres, les gens de PCAC ont longtemps contrôlé la mairie. À Salin-de-Giraud, en Camargue, la mairie est à Arles, à 40 kilomètres, et les usiniers vivent en autarcie. À Saint-Auban, tout naît de l’usine. Dans ces deux derniers cas, il n’y a pas de voisins. Juste des salariés dont on imagine mal les protestations environnementales.

50En moyenne durée, l’amplification et la structuration de l’industrie de l’aluminium sont antérieures à la guerre. Pendant la guerre, les industriels de l’aluminium ont répondu aux besoins notamment en explosifs et en ont tiré des profits substantiels. Mais ceci a été obtenu au niveau des établissements par des diversifications hâtives et parfois hasardeuses, au prix de rapports sociaux assez brutaux et d’une gestion environnementale désinvolte. La Première Guerre mondiale n’a pas été une victoire de l’aluminium en France, elle a fait perdre du temps à cette industrie.

Notes

1  Commission de l’Armée du Sénat, 69 S 125, rapport sur les matières premières, les poudres, explosifs et produits chimiques de guerre au 1er janvier 1918 par M. Cazeneuve, 27 février 1918, https://www.senat.fr/histoire/1914_1918/commission_de_larmee/rapports/69_s_125.html

2  Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’électro-chimie, 1889-1966, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1991.

3  Jacques Bocquentin, « L’impact des deux guerres sur l’industrie française de l’aluminium », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 9, 1991-1992, p. 9.

4  Jean Bouvier in Fernand Braudel et Ernest Labrousse (dir.), Histoire économique et sociale de la France, Paris, Presses universitaires de France, tome IV, 1980, p. 636.

5  Paul Toussaint, PCAC, 1950, p. 173.

6Ibid., p. 135.

7  Voir un exemple de bilan unilatéral et caricatural du genre, le chapitre « Grande Guerre et gros profits », in Michel Beaud, Pierre Danjou et Jean David, Une multinationale française, Pechiney Ugine Kuhlmann, Paris, Le Seuil, 1975, p. 24 et suiv.

8  Pap Ndiaye, « La chimie en guerre 1914-1945 », in Dominique Barjot (dir.), Deux guerres totales, 1914-1918, 1939-1945, Paris, Economica, 2012, chap. x.

9  Fondé en 1986, l’Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA) met son savoir-faire et ses collections au service de l’histoire de l’aluminium et de la préservation de son patrimoine, http://www.histalu.org/. L’institut est aussi la cheville ouvrière de l’iconothèque et de la bibliothèque de l’aluminium, http://www.culturalu.org/fr/accueil.php. Nous exprimons notre reconnaissance à l’égard de cet institut et de ses personnels.

10  Ivan Grinberg, L’aluminium. Un si léger métal, Paris, Gallimard, 2003.

11  Claude Arnaud et Jean-Marie Guillon, Les gueules rouges. Un siècle de bauxite dans le Var, Toulon, CDDP Var/Association des gueules rouges, 1989 ; René Lesclous, « What bauxite strategy? An overview of the different players and their behaviour from 1890 to the present », Cahiers d’histoire de l’aluminium/Journal for the History of Aluminium, nº 40, 2008, p. 11-30 ; Ivan Grinberg, Maurice Laparra et Philippe Mioche, « What bauxite strategy did French aluminium producers adopt? From the pretence of a monopoly to lost opportunities (1890-2000) », Cahiers d’histoire de l’aluminium/Journal for the History of Aluminium, nº 55, décembre 2015.

12  Pendant la guerre, une petite activité de transformation est maintenue à Froges, où la production d’aluminium est arrêtée en 1893.

13  Emmanuel Chadeau, « Produire pour les électriciens : les Tréfileries et Laminoirs du Havre de 1897 à 1930 », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 4, 1989. Les TLH entrent dans le capital de la SEMF en 1917.

14  Soupçonnés d’accointances étrangères, les industriels manifestent d’autant plus leur patriotisme autour du « métal national ».

15  Marco Bertilorenzi, « The Italian Aluminium Industry: Cartels, Multinationals and the Autarkic Phase, 1917-1943 », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 41, décembre 2008, p. 42-71.

16Idem, The International Aluminium Cartel. The Business and Politics of a Cooperative Industrial Institution, 1886-1978, New York/Londres, Routledge, 2016.

17  Florence Hachez-Leroy, L’Aluminium français. L’invention d’un marché, 1911-1983, Paris, CNRS Éditions, 1999.

18  Cité in Ludovic Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney des années 1880 à 1971, thèse de doctorat, sous la direction de Henri Morsel, université Lyon 2, 1995, 893 p.

19  Voir Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, Gallimard, 1984 ; Denis Woronoff, Histoire de l’industrie en France. Du xvie siècle à nos jours, Paris, Le Seuil, 1994, p. 371.

20  L’absorption de la PYR par PCAC a lieu le 28 mars 1914.

21  F. Hachez-Leroy, L’Aluminium français, op. cit., p. 52.

22  L. Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney, op. cit.

23  Raoul Blanchard, « L’électro-métallurgie et l’électro-chimie dans les Alpes françaises », Revue de géographie alpine, vol. 12, nº 3, 1924, p. 63-421.

24  Henri Morsel, La Société d’électrochimie, d’électrométallurgie et des aciéries d’Ugine, 1889-1922, Paris, Imprimerie La Ruche, 1973.

25  Voir la biographie de H. Gall et la fondation de l’entreprise par des anciens collaborateurs de l’entreprise in Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’électro-chimie, op. cit., p. 321 et suiv.

26Ibid., p. 46.

27Wolfram Bayer, « “So geht es!” L’alumine pure de Karl Bayer et son intégration dans l’industrie de l’aluminium », in Philippe Mioche et Florence Hachez-Leroy (dir.), L’aluminium, matériau d’innovation et de création, Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 49, 2013.

28  Philippe Mioche, « Contribution à l’histoire du procédé Bayer. Le procédé à Gardanne, 1893-2012 », in Dominique Barjot et Marco Bertilorenzi (dir.), Aluminium. Du métal de luxe au métal de masse (xixe-xxie siècle), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2014.

29  La production des deux usines d’alumine de L’Aluminium français à Menessis et à Selzaëte en Belgique est empêchée par la guerre. F. Hachez-Leroy, L’Aluminium français, op. cit., p. 72. P. Soudan indique quelques milliers de tonnes produites en 1913 et précise que les deux usines sont ensuite démontées.

30  Philippe Mioche, L’alumine à Gardanne de 1893 à nos jours. Une traversée industrielle en Provence, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994.

31  Thierry Renaux, « Une mission patrimoniale à Salindres et à Salin-de-Giraud », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 30, 2002.

32  Et, en 1963, Alusuisse.

33  Frédéric Lo-Faro, Histoire de l’usine d’alumine de Saint-Louis-des-Aygalades, 1906-1939. Une usine ennemie à Marseille, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, université de Provence, 1999, 2 vol. ; idem, « Une usine sous équestre : Saint-Louis-des-Aygalades », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 30, 2002, p. 35-52.

34  Xavier Daumalin, Jean Domenichino, Philippe Mioche et Olivier Raveux, Gueules noires de Provence. Le bassin minier des Bouches-du-Rhône (1744-2003), Marseille, J. Laffitte, 2005.

35  Philippe Mioche, « Images de la plus grande usine d’alumine d’Europe en 1913 : Alusuisse à Saint-Louis-des-Aygalades », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 44/45, 2011, p. 35-50.

36  L’importance des marchands allemands pour AIAG est nettement confirmée par l’historienne Anne Von Steiger, « Neutre ou partisane : la nationalité d’une entreprise. Enjeux stratégiques en temps de guerre », in Pensée et pratiques du management en France. Inventaire et perspectives 19e-21e siècles, 2011.

37  Voir Jean-Lucien Bonillo et René Borruey (dir.), Marseille, ville et port, Marseille, Parenthèses, 1992 ; Jean Domenichino, De la chimie et des hommes. Histoire d’une entreprise : Rhône-Poulenc Pont-de-Claix, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994.

38  Jean-Pierre Daviet, Un destin international. La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1988, p. 556 et suiv.

39  F. Hachez-Leroy, L’Aluminium français, op. cit.

40  Philippe Mioche, « Pourquoi l’alumine a-t-elle été effacée de Marseille ? », Rives nord-méditerranéennes, 2e série, nº 4, 2000, p. 11-24.

41  Sandrine Assie, L’usine d’alumine de La Barasse de 1906 à 1945, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, université de Provence, 2000.

42  Mauve Carbonell, Olivier Lambert et Philippe Mioche, De la mine à la puce. Le pôle industriel de la Haute Vallée de l’Arc des origines à nos jours, Mirabeau, RF2C, 2011.

43  Fermetures alumine : Saint-Auban 1961, Saint-Louis 1969, Salindres 1971, La Barasse 1988. Gardanne, toujours en production en 2018, s’est recentrée dans les alumines de spécialités.

44  René Lesclous, Histoire des sites producteurs d’aluminium. Les choix stratégiques de Pechiney, 1892-1972, Paris, Presses de l’École des mines de Paris, 1999, carte p. 127.

45  André Fischer, « L’industrie de l’aluminium en France », L’information géographique, vol. 26, nº 4, 1962, p. 139-151.

46  R. Lesclous, Histoire des sites producteurs d’aluminium…, op. cit., p. 100 et suiv. N.B. Plan de l’usine, p. 108.

47  Ivan Grinberg et Florence Hachez-Leroy (dir.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale de la fin du xixe siècle à nos jours. L’âge de l’aluminium, Paris, A. Colin, 1997, p. 50.

48  R. Lesclous, Histoire des sites producteurs d’aluminium…, op. cit., p. 100 et suiv. N.B. Plan de l’usine, p. 108.

49  P. Toussaint, Titre 1 : PCAC, 1950.

50  Ludovic Cailluet, Chedde : un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1997.

51  Michel Millet, « Auzat, des “hommes de l’alu”… aux “dieux du stade” », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 55, 2015, p. 104 et suiv.

52  Daniel Dequier, Maurienne, la vallée de l’aluminium, Les Marches, La Fontaine de Siloé, 1992, p. 124 et suiv.

53  Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’électro-chimie, op. cit.

54  Extrapolation pour l’année 1918 à Prémont sur la base de la production nationale.

55  La bauxite française perd sa primauté au profit d’autres gisements.

56  Hubert Bonin, « Pechiney, le géant aux pieds d’“alu” », Le Monde, 19 octobre 2013.

57  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 786.

58  Jean Garrigues, « Robert Pinot, le premier des lobbyistes », in Olivier Dard et Gilles Richard (dir.), Les permanents patronaux : éléments pour l’histoire de l’organisation du patronat en France dans la première moitié du xxe siècle, Metz, Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire, 2005, p. 27- 43.

59  Robert Pitaval, Histoire de l’aluminium. Métal de la victoire, Paris, Publications minières et métallurgiques, 1946.

60  Jean-Baptiste Duroselle, La Grande Guerre des Français, Paris, Perrin, 1994, chap. ix.

61  Commission de l’Armée du Sénat, 69 S 113, rapport sur les poudres et explosifs par M. Henry Bérenger, 9 avril 1915, https://www.senat.fr/histoire/1914_1918/commission_de_larmee/rapports.html

62  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 786.

63  L. Cailluet, Chedde : un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, op. cit.

64  Commission de l’Armée, 69 S 115, rapport sur les matières premières nécessaires à la fabrication des poudres, explosifs et produits chimiques de guerre par M. Cazeneuve, 22 octobre 1915, https://www.senat.fr/histoire/1914_1918/commission_de_larmee/rapports/69_s_115.html, https://www.senat.fr/histoire/1914_1918/pdf/69%20S%20Commissions%20generales/Armee/Rapports/FR_SENAT_069S_115/3_22-10-1915_CAZENEUVE.pdf

65  Commission de l’Armée du Sénat, 6e rapport sur les poudres, explosifs et produits chimiques de guerre par M. Henry Bérenger, 8 novembre 1916, https://www.senat.fr/histoire/1914_1918/commission_de_larmee/rapports/69_s_119.html

66  Du point de vue des productions chimiques et non électrométallurgiques, les sites de Salindres et de Salin-de-Giraud (PCAC, Solvay et la poudrerie) ou encore d’Éguilles connaissent des situations particulièrement mouvementées.

67  Conseil d’administration du 22 février 1915, in Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’Électro-chimie, op. cit., p. 48.

68  Paul Toussaint, Titre 1 : PCAC, 1950, p. 848 ; F. Lo-Faro, Histoire de l’usine d’alumine de Saint-Louis-des-Aygalades, 1906-1939…, op. cit.

69  Manfred Knauer, « “Le roi de l’alumine”. Georges Giulini et l’industrie de l’aluminium (1858-1954) », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 24, 1999, p. 33-39. Cet article ne mentionne pas l’usine de Pierre-Bénite. Cette dernière information est dans F. Hachez-Leroy, L’Aluminium français, op. cit., p. 106.

70  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 252.

71Ibid., p. 820.

72Ibid., p. 92.

73Ibid., p. 252.

74Ibid., p. 91.

75  IHA, conseil d’administration de la Société d’électro-chimie, 29 juin 1915.

76  Sur l’après-guerre de l’aluminium vu par l’État de Léon Guillet à Étienne Clémentel, voir Michel Letté, « Le rapport d’Étienne Clémentel (1919). L’avènement administratif des technocrates et de la rationalisation », Documents pour l’histoire des techniques, nº 20, 2e semestre 2011, p. 167-195, http://journals.openedition.org/dht/1815 ; voir aussi Louis Marlio, Rapport sur les chutes hydrauliques et l’électrométallurgie, 1918 ; Henri Morsel, « Louis Marlio. Position idéologique et comportement politique d’un dirigeant d’une grande entreprise dans la première moitié du xxe siècle », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 2, 1987-1988, p. 53-59.

77  F. Hachez-Leroy, L’Aluminium français, op. cit., p. 93.

78  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 93. Ce propos pourrait dater de fin 1914.

79  Association amicale des anciens élèves de l’Électro-chimie, Mémorial de la Société d’Électro-chimie, op. cit.

80Ibid., p. 53.

81  Nous nous inspirons de l’ouvrage de référence de Patrick Fridenson (dir.), 1914-1918, l’autre front, op. cit.

82  L. Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney, op. cit.

83  R. Lesclous, Histoire des sites producteurs d’aluminium…, op. cit., p. 101.

84  Paul Toussaint, Titre 1 : PCAC, 1950, p. 173.

85  Claude Boisselot, « L’enquête parlementaire sur l’aluminium, en 1919 », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 30, 2002, p. 35-52.

86  M. Bertilorenzi, The International Aluminium Cartel, 1886-1978, op. cit., p. 112.

87  IHA, conseil d’administration de la Société d’électro-chimie, 29 juin 1915.

88  Jean Bouvier, Initiation au vocabulaire et aux mécanismes économiques contemporains (xixe-xxe siècles), Paris, SEDES, 1982, p. 205.

89  IHA, conseil d’administration de la Société d’électro-chimie, 29 juin 1915.

90  Cité in L. Cailluet, Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney, op. cit.

91  L. Cailluet, Chedde : un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, op. cit., p. 47-48.

92  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 50.

93  Paul Toussaint, Titre 1 : PCAC, 1950, p. 474.

94  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 928.

95  Corinne Espariat, Les relations sociales à l’usine de Saint-Auban de 1917 à 1940, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, université de Provence, 1995.

96  Nicolas Bourguinat, « Le développement de l’électrométallurgie en Maurienne : recomposition et nouvelles régulations d’un milieu rural en crise (1897-1921) », Le Mouvement social, nº 165, 1993, p. 54.

97  Tait Keller, « Aux marges écologiques de la belligérance. Vers une histoire environnementale globale de la Première Guerre mondiale », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 71, nº 1, 2016, p. 67. L’aluminium en Europe n’est pas abordé.

98  Paul Morel, Histoire technique de la production d’aluminium, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1991, p. 166 et suiv.

99  Claude-Joseph Gignoux, Histoire d’une entreprise française, Paris, Hachette, 1955, p. 122. L’auteur se démarque peu de P. Toussaint dans les deux tiers de l’ouvrage et il le remercie dans son avant-propos. C’est bien le moins car de nombreux passages sont recopiés mot à mot.

100  Geneviève Massard-Guilbaud, « Environnement : une bien lente prise de conscience », in Jean-Claude Daumas et alii (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010, p. 995-1000.

101  Les travaux anticipent l’arrêté préfectoral, c’est le cas à Gardanne et aussi, par exemple, à Pont-de-Claix en 1915, voir J. Domenichino, De la chimie et des hommes…, op. cit., p. 21.

102  Paul Toussaint, Titre 4 : SEMF, 1950, p. 905.

103  Paul Toussaint, Titre 1 : PCAC, 1950, p. 102.

104  G. Massard-Guilbaud, « Environnement : une bien lente prise de conscience », op. cit.

105  C. Espariat, Les relations sociales à l’usine de Saint Auban de 1917 à 1940, op. cit. ; Philippe Mioche, « La longue santé du chlore à Saint-Auban (1916-2002) », in Hervé Joly, Alexandre Giandou, Muriel Le Roux, Anne Dalmasso et Ludovic Cailluet (dir.), Des barrages, des usines et des hommes. L’industrialisation des Alpes du Nord entre ressources locales et apports extérieurs, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002, p. 279-290.

106  Corinne Espariat et Patrick Lamic, « L’usine de Saint-Auban », in Gérard Chastagnaret et Philippe Mioche (dir.), Histoire industrielle de la Provence, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1998, p. 217-224.

107  Laurent Seigneurin, Histoire industrielle de Salindres. Compagnie des Produits Chimiques d’Alais et de la Camargue, 1855-1921, Nîmes, C. Lacour, 2004, p. 235.

108  Sur le débat local emploi versus environnement, on lira l’exemple de la commune de Hautecour en Savoie in Ivan Grinberg, Pomblière, fabrique de métaux depuis 1898. Un village-usine de Savoie dans la grande industrie, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble/IHA, 1998, p. 44 et suiv.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Les établissements d’aluminium dans les Alpes pendant la guerre
Crédits Source : Raoul Blanchard, « L’électro-métallurgie et l’électro-chimie dans les Alpes françaises », Revue de géographie alpine, vol. 12, nº 3, 1924, p. 374.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

Auteur

Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université d’Aix-Marseille, laboratoire TELEMME 7303, spécialiste d’histoire industrielle en Europe (sidérurgie, aluminium, chimie, mines), Philippe Mioche a notamment publié, avec Ivan Grinberg et Maurice Laparra, « What bauxite strategy did French aluminium producers adopt ? From the pretence of a monopoly to lost opportunities (1890-2000) », Cahiers d’Histoire de l’Aluminium, Journal for the History of Aluminium, nº 55, décembre 2015 ; « Contribution à l’histoire du procédé Bayer. Le procédé à Gardanne 1893-2012 », in Dominique Barjot et Marco Bertilorenzi (dir.), Aluminium du métal de luxe au métal de masse (xixe-xxie siècle). From precious metal to mass commodity (19th-21st century), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2014 ; L’alumine à Gardanne de 1893 à nos jours. Une traversée industrielle en Provence, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1994.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540