Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Combattre

Mobilisation industrielle et territoire : l’industrie de Savoie dans la Première Guerre mondiale

Yves Bouvier

Texte intégral

  • 1  Pour une présentation globale, voir Esther Deloche, « La Savoie et la Haute-Savoie en 1914 : prése (...)
  • 2  Pierre Judet, « La “Savoie industrielle”. Des territoires industriels en mouvement », in Denis Var (...)
  • 3  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, Évaluation de la production (...)

1À la veille de la Première Guerre mondiale, l’activité économique de la Savoie – dénomination qui recouvre les deux départements créés en 1860 de la Savoie et de la Haute-Savoie – était largement dominée par l’agriculture. Ni l’élevage pour la fabrication de fromages ni la viticulture pour le vin ne parvenaient à endiguer un exode régulier touchant d’abord les régions montagneuses1. Depuis les années 1890 toutefois, deux dynamiques permettaient d’envisager un inversement de ce déclin : le tourisme, dont les flux croissants ne se polarisaient plus seulement l’été sur les stations thermales ou les centres d’alpinisme, mais commençaient à s’étendre à des territoires plus larges et à lentement conquérir l’hiver, et l’industrialisation des vallées par l’emploi de la « houille blanche » pour les industries électro-intensives de la métallurgie et de la chimie. Ainsi, en 1914, l’industrie n’était en rien négligeable et s’était profondément renouvelée depuis le déclin de la proto-industrialisation au milieu du xixe siècle2. Selon la publication officielle fondée sur le recensement de la Statistique générale de la France de 19063, l’industrie employait 24 612 personnes en Savoie (soit 17,2 % de la population active) et 26 290 personnes en Haute-Savoie (19,3 % de la population active). Mais ces chiffres surestiment nettement la part de l’industrie en y incluant l’ensemble des artisans et commerçants. Selon Lucien Devaud, inspecteur départemental du travail installé à Chambéry mais dont les attributions couvraient les deux départements, 13 000 ouvriers étaient recensés en Savoie et 7 250 en Haute-Savoie en juillet 1914. Les principales activités étaient la métallurgie, le textile et le bâtiment. Si l’on y ajoute la chimie, l’horlogerie et les industries agroalimentaires, une réelle diversité des activités industrielles caractérisait la région.

  • 4  Le volumineux mais incomplet fonds des marchés de guerre (Centre des archives économiques et finan (...)

2Dans ce cadre, étudier la mobilisation industrielle à partir d’une combinaison des sources locales et des archives nationales pourrait n’être qu’une interrogation de la façon dont les schémas nationaux ont été appliqués dans un territoire particulier. Mais adopter cette perspective descendante ne permet pas de rendre compte de la diversité des acteurs locaux et de leurs stratégies spécifiques. Non seulement la « mobilisation industrielle » ne se limite pas à des commandes pour les besoins militaires4 mais l’ampleur même de cette mobilisation mérite d’être interrogée à la lumière des sources locales.

L’intensité de l’effort industriel et le renforcement des structures entrepreneuriales

Deux complexes industriels : Ugine et Chedde

  • 5  Patrick Fridenson (dir.), 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977.
  • 6  Franck Gavard-Perret, « Paul Girod et la participation de son industrie uginoise à l’effort de gue (...)
  • 7  Marie-Françoise Bal, Ugine au xxe siècle. Itinéraire d’une ville industrielle, Grenoble, Presses u (...)

3En Savoie, comme dans les autres régions françaises, la Première Guerre mondiale modifia en profondeur l’activité des industries, contribuant notamment à renforcer les grands groupes industriels5. Le phénomène est observable à travers deux sites majeurs : Ugine et Chedde. Le premier, dédié à l’électrométallurgie, avait été bâti par Paul Girod, citoyen helvétique devenu français en 1910 en partie pour bénéficier de commandes publiques6. Avec un millier d’ouvriers en juillet 1914, les usines de la Compagnie des forges et aciéries électriques Paul Girod produisaient différents types d’aciers et d’alliages métalliques. Le nombre des ouvriers employés, après la baisse liée à la mobilisation, passa à 2 500 en novembre 1915 pour atteindre environ 3 600 à l’arrêt des hostilités. Dans un premier temps, les usines fournirent différents aciers pour les manufactures d’armes, la première commande intervenant dès le 4 août 1914, ainsi que des alliages : ferro-tungstène, ferro-chrome, ferro-vanadium. Les livraisons étaient destinées soit directement aux manufactures d’armes, soit à certains industriels et notamment aux usines Schneider du Creusot, chef de file du groupe régional de production. La mise en place des groupements industriels plaçait Ugine dans la dépendance du groupe Schneider. Or, dans les mois précédant le conflit, un rapprochement des deux entreprises avait été esquissé en prévoyant une prise de contrôle des aciéries d’Ugine par le groupe du Creusot, rapprochement auquel se résignait Paul Girod. Les aciéries d’Ugine produisirent des obus (obus vides en acier forgé de 105 et de 155, puis, avec la croissance des calibres, des obus de 270 à partir du printemps 1916), des vilebrequins, des tubes à canon de 75 mm, des tourelles pour les tanks Renault et des blindages de protection – au point d’assurer 55 % de la fabrication française d’alliages spéciaux au cours du conflit7.

  • 8  Ludovic Cailluet, Chedde : un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, Grenoble, Presses universi (...)
  • 9  Archives départementales (AD) Haute-Savoie, 9 M 14. À cette date, 108 militaires étaient chargés d (...)

4La plus connue des sociétés d’explosifs de Savoie, installée à Chedde, produisait depuis 1898 un explosif dénommé « cheddite » afin de concurrencer la dynamite. La poudrerie de Chedde, filiale de la Société centrale de dynamite mais exploitée par la Société des forces motrices de l’Arve, passa sous le contrôle de l’État. Les productions de chlorate de potasse et d’aluminium furent stoppées de façon à concentrer l’activité sur les explosifs (chlorate et perchlorate de soude)8. Le chlorate de soude était produit par électrolyse de sel marin, dont de grandes quantités furent acheminées par chemin de fer. Militaires et fonctionnaires de l’Armement étaient présents dans l’usine pour s’assurer du bon déroulement de la production dans ce qui était devenu la « poudrerie militaire de Chedde ». Comme à Ugine, les effectifs connurent une croissance importante puisque le nombre d’ouvriers, estimé aux alentours de 250 personnes à la veille du conflit, atteignit 1 150 personnes en juillet 19169. De nouvelles productions y furent développées, notamment un explosif perchloraté, le 86/14 (pour 86 % de perchlorate d’ammoniaque et 14 % de paraffine pour le stabiliser). Face au manque de nitrates, indispensables pour produire la plupart des explosifs nitrés alors en vigueur dans l’armée, les explosifs chloratés furent massivement employés au cours des années 1915 et 1916, avant de connaître un usage moins fréquent les deux dernières années du conflit. Lors de sa visite de la poudrerie de Chedde, en avril 1916, Maurice Halbwachs notait certes que « cette usine travaille intensément », mais il précisait également que « tout porte la marque de l’improvisation » et que l’on « ne nettoie pas la toiture qui se charge de poussières de perchlorates inflammables ». Avec l’entrée en guerre de l’Italie, des coopérations industrielles s’établirent, puisque la poudrerie de Chedde reçut des chlorates de l’usine de Nera Montoro, près de Terni, afin de les transformer en explosif S pour les bombes de gros calibre. Au plan des structures entrepreneuriales, la guerre fut l’occasion de multiples fusions, dont, concernant la poudrerie de Chedde, celle des Forces motrices de l’Arve avec la compagnie des Produits chimiques et électrométallurgiques d’Alais et de la Camargue en 1916.

La diversité des productions de guerre

  • 10  Sur les vifs débats autour de cette production, voir Robert O. Paxton, « L’affaire des carbures et (...)
  • 11  Louis Chabert, Les grandes Alpes industrielles de Savoie. Évolution économique et humaine, Saint-A (...)
  • 12  Ivan Grinberg, Pomblière. Fabrique de métaux depuis 1898. Un village-usine de Savoie dans la grand (...)
  • 13  Denis Varaschin, La fée et la marmite. Électricité et électrométallurgie dans les Alpes du Nord, L (...)

5L’électrochimie et l’électrométallurgie, fondées sur de nombreuses usines de taille moyenne à l’entrée des vallées alpines, comprenaient des productions variées. Les usines de carbure de calcium, dont la production permettait d’obtenir l’acétylène utilisé pour les soudures des cartouches et des obus, étaient principalement concentrées dans les Alpes avec la Société des usines du Giffre à Saint-Jeoire-en-Faucigny, la Société des carbures métalliques à Notre-Dame-de-Briançon, Saint-Avre-La Chambre et Villarodin-Bourget et la Société d’électrochimie de Bozel au Villard-du-Planay. La production nationale de carbure de calcium, réalisée à 84 % dans les Alpes du Nord avant la guerre, passa de 40 000 à 69 000 tonnes entre 1913 et 191710. Pour la chimie, l’usine de Notre-Dame-de-Briançon produisait 10 000 tonnes de cyanamide, tandis que les produits chlorés étaient préparés à Épierre, Prémont, Saint-Michel-de-Maurienne et Bozel. Pour les explosifs, outre la poudrerie de Chedde, les usines de Prémont et de Notre-Dame-de-Briançon fournirent des quantités importantes de chlorates et perchlorates. La Société des produits chimiques Coignet, quant à elle, installa des usines de production de poudre à Pomblière et Brassilly11. L’usine de La Volta, également à Pomblière, produisait de la soude et du chlore par électrolyse, dont la production augmenta considérablement après l’été 1915 pour fournir des gaz de combat12. Par ailleurs, environ les trois quarts de la production nationale d’aluminium provenaient des usines de la vallée de la Maurienne (Calypso, La Praz, La Saussaz, Prémont et Les Plans)13. À l’inverse de ces usines de taille moyenne, la marche vers la mobilisation industrielle des ateliers et des petites usines de ces secteurs de l’électrométallurgie et de l’électrochimie s’avéra chaotique.

  • 14  CAEF, B-0030515, dossier fournisseur 07212, marché nº 10.

6Les industriels savoyards furent également engagés dans la production de produits manufacturés qui devaient ensuite être assemblés, comme les fusées d’obus. L’exemple de l’entreprise de décolletage L. C. Souzy Aîné de Marignier illustre ce type de commandes. Chacune des 20 000 séries de fusées, commandées pour 60 000 francs le 14 octobre 1914, était composée de onze éléments : corps de fusée, porte amorce, masselotte sans son agrafe, douille porte-amorce, etc.14. Carpano, autre entreprise de décolletage installée à Cluses, reçut une commande pour 60 000 collections d’éléments de fusée en décembre 1914 et fit réaliser 60 % des fabrications par trois sous-traitants suisses. Cette présence des industriels genevois illustre bien l’urgence du mois de décembre 1914. Deux ans plus tard, les commandes passées à la même société Carpano ne faisaient plus travailler que des sous-traitants français. Précisons que tous les ateliers d’horlogerie ne se convertirent pas à la fabrication des pièces pour obus malgré les difficultés des relations commerciales avec la Suisse.

  • 15  AD Savoie, 253 R 1 et 45 R 1.

7Enfin, certains biens ne concernaient pas directement l’armement mais s’inscrivaient davantage dans le tissu économique et industriel local. Dans ce registre se trouvent aussi bien les transformations du bois (exploitation forestière, scierie) pour les caisses servant au transport des obus que les fournitures à l’Intendance (vêtements par la manufacture Barut-Martin de Cognin ou l’usine Arpin de Séez, bottes, alimentation avec les pâtes Bozon-Verduraz et Fontanet)15. Notons que lors des retards dans la réalisation de ces marchés, les pénalités furent appliquées avec rigueur aux grandes entreprises mais levées presque systématiquement pour les petits ateliers.

8Au final, les commandes liées au conflit ne provoquèrent pas de transformation radicale des structures entrepreneuriales : les grandes entreprises consolidèrent leur activité, parfois par des fusions, tandis que les unités plus petites bénéficièrent également des commandes.

Les mises en œuvre locales de la mobilisation industrielle

Une auto-mobilisation orchestrée par la préfecture

  • 16  Hubert Bonin, « Bordeaux, capitale de la mobilisation industrielle (20 septembre 1914) », Guerres (...)

9Avant même la rencontre fondatrice de Bordeaux du 20 septembre 191416, une attention précise fut portée par les administrations départementales à la situation économique du territoire. D’un côté, la mobilisation de la main-d’œuvre, y compris dans les industries métallurgiques, avait conduit à l’arrêt de bon nombre d’usines, de l’autre, les multiples réquisitions pour l’armée, tant de produits (farine) que de moyens de production (chevaux, wagons) avaient désorganisé les activités restantes. Au sein de l’administration préfectorale, dès le 20 août 1914, ce furent les services du travail qui dressèrent un premier bilan des usines arrêtées en cherchant à identifier les causes de la cessation de l’activité. Il s’agissait là d’appliquer la circulaire de Maurice Couyba, ministre du Travail, intitulée « Maintien de l’activité nationale ». Aux arguments classiques liés à la mobilisation des hommes s’ajoutaient des raisons logistiques avec la paralysie des transports et des raisons financières. En cherchant à régler au mieux les différentes situations, l’administration préfectorale entendit favoriser un retour rapide à une activité aussi normale que possible, non pour subvenir aux besoins de l’armée mais bien à ceux de la population. Globalement, 66 % des établissements étaient ouverts au milieu du mois d’août 1914 en Savoie et 55 % en Haute-Savoie. Pour tous, l’activité n’était que partielle puisqu’un tiers des effectifs (32,1 % en Savoie, 37,1 % en Haute-Savoie) était effectivement employé une dizaine de jours après la mobilisation.

  • 17  AD Savoie, 253 R 1, lettre de Joseph Revel, 10 septembre 1914.

10Très rapidement, les principales usines (Ugine, Chedde, Prémont, Bozel, Notre-Dame-de-Briançon) travaillèrent directement avec le ministère de la Guerre ou par l’intermédiaire des groupes de fabrication. Il en allait différemment des petits ateliers pour lesquels ce fut bien l’administration préfectorale qui devint, à l’automne 1914, l’interlocuteur unique pour organiser la production de guerre. Pour répondre aux problèmes de main-d’œuvre, dans une circulaire adressée aux industriels le 26 août 1914, le préfet s’engageait à faciliter l’embauche d’ouvriers italiens, à demander des sursis pour les ouvriers qualifiés, mais également à réquisitionner les wagons nécessaires. Début septembre, dans une lettre au ministre du Commerce et de l’Industrie, Joseph Revel, président de la chambre de commerce de Chambéry, se félicitait des initiatives du préfet et dressait la liste des établissements industriels ouverts dans le département17.

  • 18Ibid. La lettre, datée du 20 novembre 1914, était signée par les deux épouses.
  • 19  AD Haute-Savoie, 4 M 314. Ces industriels sont mentionnés pour l’année 1917.

11Dans un second temps, la grande enquête décidée par la circulaire ministérielle du 14 novembre pour identifier les entreprises en capacité de produire des obus pour régler la crise des munitions ouvrit une autre phase de la mobilisation industrielle, consistant à répondre aux besoins exprimés par l’état-major. Et une fois encore, ce furent les services du travail de l’administration préfectorale qui dressèrent les listes, contactèrent les ateliers, accordèrent des facilités de transport des marchandises, etc. Si certaines entreprises refusèrent car elles étaient déjà largement engagées dans les fabrications militaires, la plupart des ateliers de mécanique répondirent positivement sur la disponibilité du matériel mais soulignèrent le manque de main-d’œuvre qualifiée, à l’instar des Ateliers de constructions métalliques Badarelly d’Albertville qui pouvaient ainsi employer 40 à 50 ouvriers mais dont les deux dirigeants étaient mobilisés18. Certaines usines importantes n’avaient pas reçu de commandes d’obus, comme la Société électro-chimique du Giffre, qui disposait de trois tours. Nombreuses étaient les usines encore fermées, comme Les Fils d’Isard et Favre à Annecy, dont le matériel disponible pouvait donner du travail à 80 ouvriers, l’atelier Dhélens à Albens ou l’atelier de constructions mécaniques Claudius Chapuis à Aix-les-Bains. La fabrication des obus tournés se multiplia alors, au détriment de la qualité par rapport aux obus forgés. Des munitions de 90, en fonte ordinaire, furent par exemple commandées à la société Les Fils d’Isard et Favre à Annecy en mai 1915. On trouve également la mention de petits producteurs d’obus : Louis Bertholio à Doussard ou l’atelier de Laurent Ramus à Chambéry produisaient des obus de 90 ; Marie Martin, avec 94 employés à Alby-sur-Chéran, fabriquait 100 obus de 155 par jour19. Ces commandes enclenchèrent véritablement le passage des ateliers à l’industrie de guerre.

  • 20  AD Savoie, 45 R 1, lettre du 27 mai 1915. Dans son projet de lettre à Robert Pinot, il écrit égale (...)
  • 21  AD Savoie, 52 R 1, note du général Brieu, commandant des dépôts de la 56e brigade d’infanterie et (...)
  • 22  AD Haute-Savoie, 9 M 14.

12Le printemps 1915 marqua une inflexion dans l’organisation locale de l’économie de guerre, puisque la mobilisation italienne mit en péril le fonctionnement d’usines qui reposaient largement sur cette main-d’œuvre. « La mobilisation italienne nous enlève le personnel que nous avons dressé à grand-peine et grâce auquel nous avons pu assurer la marche de l’Usine20 » protestait ainsi Aubié, le directeur de L’Aluminium français à Chambéry. Le préfet de Savoie demanda ainsi au ministre de la Guerre d’intervenir auprès du gouvernement italien pour obtenir des sursis d’appel afin de préserver la main-d’œuvre employée dans les industries travaillant pour l’armée (l’usine de La Volta fabriquant du chlore était citée dans la lettre du 27 mai 1915). Sans détailler l’application de la loi Dalbiez qui favorisa le retour dans les usines d’ouvriers spécialisés, remarquons que plusieurs dizaines de militaires étaient déjà présentes en janvier 1915 dans au moins neuf usines de Savoie, à la demande des industriels21. Le mouvement s’amplifia au printemps et, en novembre 1915, 5 385 ouvriers civils et 3 510 ouvriers militaires étaient recensés dans les 92 usines des deux départements travaillant pour la défense nationale22. Sans surprise, les usines travaillant directement pour l’armée concentraient les effectifs les plus importants d’ouvriers militaires, puisqu’ils étaient 1 050 à Ugine et 782 à Chedde.

Le rôle décroissant des comités départementaux

  • 23  AD Savoie, 254 R 1.

13Dernière étape vers la structuration locale d’une industrie de guerre, la création des commissions mixtes chargées d’étudier les questions relatives au maintien du travail national par la circulaire du 5 février 1915 se concrétisa en Savoie en avril. Sous la présidence du préfet étaient réunis les principaux représentants des corps intermédiaires du domaine économique et les principaux industriels du département23. Initialement conçus comme des structures de coordination de l’emploi de la main-d’œuvre au niveau départemental, ces comités fusionnèrent à la fin de l’année 1915 avec les sous-comités départementaux d’action économique créés par le décret du 25 octobre 1915 et installés dans les deux départements en décembre. Ce décret semblait franchir une étape en créant, dans chaque région, un comité consultatif d’action économique qui devait ensuite être décliné au niveau départemental. Toutefois, ces comités ne remplirent pas véritablement leur rôle. Signe qu’il ne s’agissait pas d’en faire des organes décisionnaires, il était explicitement mentionné que ces sous-comités « ne perdront pas de vue qu’ils doivent rester uniquement sur le terrain économique et qu’ils n’ont pas à faire une œuvre de critique pour laquelle, du reste, les éléments d’appréciation leur manqueraient le plus souvent ». À Lyon, le comité consultatif d’action économique de la XIVe région fut officiellement installé par Joseph Thierry, sous-secrétaire d’État à l’Intendance et au Ravitaillement du ministère de la Guerre, le 8 janvier 1916. Les représentants savoyards étaient Chiron (ciments), Cochon (Société centrale d’agriculture) et Gall (aluminium) pour la Savoie ; Desjacques (Crédit agricole), Fallion (négociant en denrées coloniales), Frey (transports), D’Orlyé (société agricole) et Verjus (tanneur) pour la Haute-Savoie. Avec cette décision, la dimension sociale de l’action publique locale s’insérait dans une économie de guerre plus structurée.

  • 24  Vincent Viet, « Le droit du travail s’en va-t-en guerre (1914-1918) », Revue française des affaire (...)
  • 25  Jean-Jacques Becker, L’année 1914, Paris, A. Colin, 2004, p. 230.
  • 26John Horne (éd.), State, Society and Mobilization in Europe during the First World War, Cambridge, (...)

14L’étude du cas des départements savoyards permet également de dresser quelques conclusions de portée plus générale. La première est que l’inspection départementale du travail adopta avec facilité le nouveau rôle de son ministère de référence, qui passa de « dépositaire majeur de la protection légale » à un véritable ministère des questions ouvrières et des questions d’emploi24. La seconde est que ce sont bien les autorités civiles qui engagèrent, dès le milieu du mois d’août 1914, une politique de proximité pour favoriser le retour rapide à une activité économique minimale qui n’était pas entièrement tournée vers les impératifs du conflit. Comme l’écrit Jean-Jacques Becker, « assez paradoxalement, ce sont plutôt les civils que les militaires qui se sont rendu compte les premiers des besoins que cette guerre exigeait et de l’urgente nécessité de la reprise des activités économiques, ce qui posait à la fois des problèmes de matières premières, de main-d’œuvre et de production25 ». Force est de constater que les autorités départementales, en liaison constante avec les chambres de commerce, opérèrent une véritable « self-mobilization26 » (auto-mobilisation) durant toute la première phase de la guerre. Les autorités civiles locales permirent d’éviter une paralysie complète de l’activité en réintroduisant de la souplesse (par la circulation des informations) et de l’autorité (par les réquisitions). Les succès de la « mobilisation industrielle » nationale, si régulièrement loués à partir du printemps 1915, trouvent leurs racines dans l’auto-mobilisation des autorités civiles locales dès les premières semaines du conflit.

  • 27  AN, 94 AP 73.

15Au niveau régional, les demandes de l’état-major s’exercèrent par une pression forte pour augmenter les productions d’obus, mais l’armée devait composer avec le rythme des industriels. Plusieurs réunions témoignent de la coordination des fabrications, comme celle tenue à Lyon le 7 novembre 1915 entre Édouard Herriot, maire de Lyon, le capitaine Bozzi, délégué du ministre de la Guerre, et quelques industriels lyonnais, au cours de laquelle la répartition des puissances électriques disponibles, notamment pour approvisionner Ugine, fut organisée27. Il s’agissait également de définir des priorités dans les usages de l’énergie, en permettant ainsi d’augmenter la production mensuelle de phosphore à l’usine de Saint-Marcel et de lancer quelques projets d’aménagements hydroélectriques.

16Mais la coordination des fabrications n’était pas suffisante pour satisfaire les besoins militaires. Il fallait assurer un contrôle des fabrications, à la réception des livraisons mais aussi parfois directement dans les usines de Savoie. Le contrôle des produits fabriqués était assuré soit par un inspecteur détaché à l’usine, ce qui était évidemment le cas pour les usines les plus importantes comme Ugine ou Chedde, soit par un contrôle aux points de livraison, dans les poudreries, les manufactures d’armes, les ateliers de construction. Les officiers chargés du suivi des usines savoyardes dépendaient ainsi de l’inspection des Forges de Lyon. Un contrôle de la main-d’œuvre était également en place, la Savoie dépendant de l’inspection de Grenoble et la Haute-Savoie de celle de Bourg-en-Bresse.

17Au cours du conflit, et principalement à partir de la fin de l’année 1915, les dispositifs nationaux prirent le pas sur les initiatives locales. Celles-ci ne disparurent pas mais se concentrèrent sur les questions d’approvisionnement et de contrôle des prix, laissant l’organisation industrielle dans les mains des chambres de commerce et des services du ministère de l’Armement.

Une mobilisation d’opportunités

Des stratégies d’entreprise en temps de guerre

18Pour autant, la mobilisation industrielle des industries savoyardes fut bien loin de n’être que la simple réponse aux commandes des différentes composantes étatiques. Pour bien des entreprises, la guerre fut une opportunité, parfois en raison des bénéfices espérés et réalisés, parfois en raison des restructurations sectorielles qu’elle permit. Dans tous les cas, et sans nier le patriotisme des dirigeants industriels, le conflit obligeait les acteurs à recomposer leurs stratégies, leurs marchés, leurs modes de financement. On le sait, la « mobilisation industrielle » marqua l’émergence d’une gestion concertée de l’appareil industriel par trois acteurs principaux : les services ministériels, l’état-major militaire et les industriels. Plutôt qu’une politique industrielle décidée par les pouvoirs publics, cette « mobilisation » prit la forme d’une cogestion tripartite respectant les intérêts privés tout en intégrant les objectifs militaires aux calendriers des contrats de fabrication. En fixant des bénéfices acceptables dans les contrats, en assurant une partie des investissements productifs et en adoptant un rythme de commande correspondant sensiblement aux capacités installées, l’État entendait bien respecter le statut privé des entreprises.

  • 28  Mino Faïta et Jean-François Vérove, La mobilisation des champs et des usines durant la Grande Guer (...)
  • 29  Pierre Judet, Horlogeries et horlogers du Faucigny (1849-1934). Les métamorphoses d’une identité s (...)
  • 30  AD Dordogne, 144 J 7, fonds Albert Claveille, rapport de Maurice Halbwachs, notes sur les usines é (...)
  • 31  Raphaël Vaudaux, Haute-Savoie. De la frontière au carrefour. Travailler, communiquer, découvrir (1 (...)

19Grandes entreprises comme petits ateliers adoptèrent donc des comportements voire des stratégies en phase avec le nouveau contexte. Pour le cas des aciéries Paul Girod d’Ugine, la guerre permit sans nul doute le maintien de l’indépendance de l’entreprise. Sur le point d’accepter de céder une part du capital à Schneider, Paul Girod bénéficia des marchés de guerre pour renflouer ses caisses et conserver son autonomie dans un secteur marqué par de nombreux regroupements. Pour le dense tissu industriel de la vallée de l’Arve, la guerre marqua le basculement de l’horlogerie vers le décolletage. Concentrée en Haute-Savoie, la fabrication des fusées d’obus bénéficiait des outillages et du savoir-faire de l’industrie du décolletage28 et le passage à l’industrie de guerre fut d’autant plus aisé que nombre d’ateliers étaient déjà engagés dans une « période de transformations et de reclassements29 ». Lors de sa visite des usines de Savoie et du Dauphiné au printemps 1916, Maurice Halbwachs nota ainsi que, entre Sallanches et Bonneville, et en particulier à Cluses, Marignier et Scionzier, « des ateliers où se faisaient avant la guerre des pièces détachées d’horlogerie sont devenus des fabriques de fusées30 ». La conversion des ateliers d’horlogerie vers des productions de mécanique de précision ou dans le tournage de pièces en grande série s’effectua en douceur. Habitués aux relations de sous-traitance, les horlogers avaient acquis une certaine souplesse dans la gestion des commandes et n’hésitèrent pas à modifier l’outillage pour obtenir des contrats militaires. Bien que les relations avec la Suisse fussent alors soumises à de nombreux contrôles, la Haute-Savoie fut loin d’être coupée du pays voisin et des entreprises suisses participèrent également au développement, en France, de fabrications pour la défense nationale31. Contrairement à d’autres industries qui eurent des difficultés à retrouver leurs marchés d’avant-guerre, les ateliers de décolletage se tournèrent après guerre vers les marchés de l’industrie automobile.

Le maintien d’une politique touristique

20Au-delà de l’évidence permettant de considérer que la mobilisation industrielle locale s’est faite par l’intégration des commandes militaires dans des stratégies d’entreprise variées, un dernier point mérite l’attention. Les archives locales conduisent au constat du maintien des activités traditionnelles, voire de dynamiques économiques apparemment bien éloignées du conflit. Pour le cas de la Savoie, non seulement certains industriels se détournèrent des commandes militaires, en particulier dans l’industrie textile, en raison des profits trop faibles par rapport à leurs marchés habituels de l’habillement, mais les autorités publiques tout comme les chambres de commerce des deux départements continuèrent d’encourager le tourisme. Tout en répondant officiellement aux autorités militaires de Lyon qu’il instaurait un rationnement de l’essence dans le département de la Savoie, le préfet Pierre Génébrier tenait un tout autre discours aux élus locaux et aux représentants de la chambre de commerce à l’automne 1915 : l’essence devait rester disponible pour les touristes circulant dans le département et il n’était pas question de pratiquer un rationnement en la matière. De même, les villes thermales, au premier rang desquelles figuraient Aix-les-Bains, Évian-les-Bains et Brides-les-Bains, n’interrompirent pas les divertissements durant la saison estivale. Environ 15 000 curistes furent ainsi recensés chaque été à Aix-les-Bains durant le conflit, membres de l’élite sociale européenne voire mondiale auxquels il convenait d’assurer une gastronomie de qualité, le confort habituel des hôtels de luxe et des spectacles de théâtre ou de musique réguliers. Malgré les difficultés d’approvisionnement en produits et tout en réduisant les dépenses d’animation, à aucun moment il ne fut question d’interrompre ces activités au nom du conflit. Au contraire même, la Suisse profitant de la guerre pour attirer davantage de touristes sur ses terres, les chambres de commerce de Chambéry et d’Annecy lancèrent en 1916 une brochure promotionnelle en anglais destinée aux touristes américains pour que ceux-ci choisissent la destination des Alpes françaises. En d’autres termes, l’intensité de la mobilisation industrielle ne fit pas disparaître les autres dynamiques économiques, les acteurs locaux cherchant à éviter que la mobilisation industrielle ne se transformât en « guerre totale ».

Conclusion

21Au final, pour les industries de Savoie, des changements notables furent bien évidemment à l’œuvre au cours du conflit mais ceux-ci constituèrent davantage une intensification et une accélération de processus déjà en cours à la veille de la guerre qu’une véritable rupture. Par ailleurs, considérer que ces changements furent « pilotés par l’État » serait faire trop peu de cas des industriels, qui ne furent pas passifs dans la mobilisation industrielle et conservèrent même une autonomie stratégique. S’il y eut bien un renforcement du rôle des grandes entreprises, il y eut également une réelle croissance et une reconfiguration des activités des ateliers et des petites entreprises. D’une façon générale, la structure entrepreneuriale ne fut pas modifiée par le conflit : la prééminence des entreprises de grande taille fut confirmée en Savoie tandis que les entreprises plus modestes restèrent dominantes en Haute-Savoie. Bien entendu, la guerre eut pour effet une croissance du rôle de l’État dans l’économie mais plus encore un renforcement de l’échelon local par l’intermédiaire des préfectures associées aux chambres de commerce. Dans tous les domaines de l’activité économique, l’échelon départemental avait gagné en cohérence par l’établissement d’une gestion concertée d’urgence puis par la multiplication des comités et sous-comités. D’une certaine façon, les régions économiques voulues par Étienne Clémentel ne parvinrent pas à supplanter cette organisation départementale, tant les cartes étaient désormais dans les mains des préfets et des présidents de conseil général, ce que confirme, pour la Savoie, le règne d’Antoine Borrel dans l’entre-deux-guerres.

22Surtout, cette mobilisation ne saurait être qualifiée de totale et, tant au niveau des industriels que des représentants locaux de l’État, les dynamiques économiques alternatives (tourisme, satisfaction de l’approvisionnement local) ne furent pas interrompues, mais même entretenues. En ne considérant que les archives liées aux commandes de guerre, les historiens ont bien entendu mis en évidence des phénomènes observables en Savoie, à savoir des restructurations, un effort industriel réel et intense, de nouvelles relations entre acteurs publics et privés, au point que certains ont cru pouvoir aller jusqu’à transférer le concept de « guerre totale » au champ de l’histoire industrielle. De toute évidence, tant pour le champ de l’histoire industrielle que pour celui des structures de l’État, la guerre locale n’est pas une guerre totale.

Notes

1  Pour une présentation globale, voir Esther Deloche, « La Savoie et la Haute-Savoie en 1914 : présentation des départements à la veille de la guerre », in Frédéric Turpin (dir.), Les Pays de Savoie entrent en Grande Guerre, Chambéry, Éditions de l’université de Savoie, 2015, p. 25-48. On pourra se référer également aux autres volumes dans la même collection : Yves Kinossian, Jean Luquet, Hélène Maurin et alii, Les Pays de Savoie et la Grande Guerre : quelles sources ?, nº 27, 2014 ; Claude Barbier et Frédéric Turpin (dir.), Les Pays de Savoie en 1915 : au cœur des engagements internationaux, nº 34, 2016 ; Claude Barbier, Anne-Sophie Nardelli-Malgrand et Frédéric Turpin (dir.), Les pays de Savoie en Grande Guerre. 1916 : face à la guerre d’usure, nº 39, 2017.

2  Pierre Judet, « La “Savoie industrielle”. Des territoires industriels en mouvement », in Denis Varaschin, Hubert Bonin et Yves Bouvier (dir.), Histoire économique et sociale de la Savoie de 1860 à nos jours, Genève, Droz, 2014, p. 245-297.

3  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, Évaluation de la production d’après les renseignements fournis par les chambres de commerce (1910) et les statistiques administratives (1912), Paris, Imprimerie nationale, 1917.

4  Le volumineux mais incomplet fonds des marchés de guerre (Centre des archives économiques et financières [CAEF] à Savigny-le-Temple) comprend 320 dossiers de marchés pour 33 entreprises pour la Haute-Savoie contre 584 marchés pour 18 entreprises pour la Savoie. Notons que la Compagnie des forges et aciéries électriques Paul Girod d’Ugine représente à elle seule 364 marchés. En novembre 1915, une liste exhaustive élaborée par la préfecture recense 52 entreprises travaillant pour la guerre en Savoie et 48 en Haute-Savoie.

5  Patrick Fridenson (dir.), 1914-1918, l’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977.

6  Franck Gavard-Perret, « Paul Girod et la participation de son industrie uginoise à l’effort de guerre (1915) : un devoir, une chance, une opportunité ? », in C. Barbier et F. Turpin (dir.), Les Pays de Savoie en 1915…, op. cit., p. 197-221.

7  Marie-Françoise Bal, Ugine au xxe siècle. Itinéraire d’une ville industrielle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1993, p. 27.

8  Ludovic Cailluet, Chedde : un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1997, p. 39-40. Notons que la production d’aluminium en France passa de 14 500 tonnes en 1913 à 6 000 en 1915 du fait de la priorité donnée aux autres fabrications.

9  Archives départementales (AD) Haute-Savoie, 9 M 14. À cette date, 108 militaires étaient chargés de la surveillance.

10  Sur les vifs débats autour de cette production, voir Robert O. Paxton, « L’affaire des carbures et l’abolition du délit de coalition, 1915-1926 », in P. Fridenson (dir.), 1914-1918, l’autre front, op. cit., p. 145-169.

11  Louis Chabert, Les grandes Alpes industrielles de Savoie. Évolution économique et humaine, Saint-Alban-Leysse, Imprimerie Gaillard, 1978, p. 212.

12  Ivan Grinberg, Pomblière. Fabrique de métaux depuis 1898. Un village-usine de Savoie dans la grande industrie, Grenoble, Presses universitaire de Grenoble, 1998, p. 67-71.

13  Denis Varaschin, La fée et la marmite. Électricité et électrométallurgie dans les Alpes du Nord, Le Parnant, La Luiraz, 1996, p. 87.

14  CAEF, B-0030515, dossier fournisseur 07212, marché nº 10.

15  AD Savoie, 253 R 1 et 45 R 1.

16  Hubert Bonin, « Bordeaux, capitale de la mobilisation industrielle (20 septembre 1914) », Guerres mondiales et conflits contemporains, nº 255, 2014, p. 81-98.

17  AD Savoie, 253 R 1, lettre de Joseph Revel, 10 septembre 1914.

18Ibid. La lettre, datée du 20 novembre 1914, était signée par les deux épouses.

19  AD Haute-Savoie, 4 M 314. Ces industriels sont mentionnés pour l’année 1917.

20  AD Savoie, 45 R 1, lettre du 27 mai 1915. Dans son projet de lettre à Robert Pinot, il écrit également : « je suis accueilli de cris de détresse de nos Directeurs d’usines accentués par le fait que la mobilisation italienne va retirer le peu d’hommes qui nous restaient ».

21  AD Savoie, 52 R 1, note du général Brieu, commandant des dépôts de la 56e brigade d’infanterie et des subdivisions d’Annecy et Chambéry, 6 janvier 1915.

22  AD Haute-Savoie, 9 M 14.

23  AD Savoie, 254 R 1.

24  Vincent Viet, « Le droit du travail s’en va-t-en guerre (1914-1918) », Revue française des affaires sociales, nº 1, 2002, p. 155-167.

25  Jean-Jacques Becker, L’année 1914, Paris, A. Colin, 2004, p. 230.

26John Horne (éd.), State, Society and Mobilization in Europe during the First World War, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 7.

27  AN, 94 AP 73.

28  Mino Faïta et Jean-François Vérove, La mobilisation des champs et des usines durant la Grande Guerre, Thonon-les-Bains, Éditions de l’Astronome, 2014, 151 p.

29  Pierre Judet, Horlogeries et horlogers du Faucigny (1849-1934). Les métamorphoses d’une identité sociale et politique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2004, p. 356-358.

30  AD Dordogne, 144 J 7, fonds Albert Claveille, rapport de Maurice Halbwachs, notes sur les usines électrométallurgiques et chimiques de la Savoie et du Dauphiné, 28 avril 1916.

31  Raphaël Vaudaux, Haute-Savoie. De la frontière au carrefour. Travailler, communiquer, découvrir (1810-2010), Milan, Silvana Editoriale, 2010, p. 52-58.

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne/UMR SIRICE depuis 2013, après quatre années passées à l’université Savoie-Mont Blanc, Yves Bouvier est spécialisé dans l’histoire industrielle des secteurs de l’énergie et des télécommunications. Après une thèse consacrée à l’histoire des relations entre le groupe de la Compagnie générale d’électricité et l’État, il mène des recherches en histoire de l’énergie. Il a notamment co-dirigé, avec Denis Varaschin et Hubert Bonin, une Histoire économique et sociale de la Savoie de 1860 à nos jours (Droz, 2014).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540