Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Combattre

Mobilisation des facteurs de production et coordination de l’activité industrielle aux usines Schneider du Creusot de 1914 à 1918

Jean-Philippe Passaqui

Texte intégral

Introduction

  • 1  Caroline Mathieu, « Les Établissements Schneider et les Expositions universelles », in Les Schneid (...)
  • 2  Jean-Philippe Passaqui, « Schneider et Cie, de la sidérurgie aux constructions navales », in Actes (...)
  • 3  Académie François Bourdon (AFB), 01 MDL 0139-06, historique chronologique. Le champ de tir d’Harfl (...)
  • 4  Pour une étude détaillée de l’activité artillerie de l’entreprise Schneider et Cie avant la Premiè (...)

1L’Exposition universelle de 1900 offre au public la possibilité de découvrir un pavillon original, celui d’une entreprise, les établissements Schneider et Cie. Sa forme, une imposante tourelle hérissée de canons, ne laisse aucun doute sur certaines des activités industrielles phare de l’entreprise1. Depuis quelques années, les Schneider sont devenus des constructeurs et des marchands de canons. Ils offrent même la particularité de proposer à leurs clients une gamme complète de matériels comprenant cuirasses/blindages, canons/obusiers/mortiers et projectiles/fusées/torpilles. En outre, par leurs usines secondaires, notamment celle de Chalon-sur-Saône, et leur filiale des Chantiers de la Gironde, ils sont en mesure d’assembler des navires de guerre de différents tonnages, allant des petits sous-marins et des torpilleurs aux bâtiments de ligne2. Afin de conforter la présence dans les matériels militaires engagée par son père, Henri Schneider, Eugène II décide de compléter leur édifice industriel. Pour ce faire, il reprend une usine au Havre, en 1897, auparavant propriété des Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM), tout en construisant à proximité de nouveaux ateliers et champs de tir3. Dans le prolongement de la fabrication de bateaux de faible tonnage et de submersibles, l’entreprise s’engage dans la construction de torpilles4.

2Elle possède donc un panel de compétences multiples, qui semblent l’éloigner de ses activités traditionnelles liées à la sidérurgie et aux constructions de matériels de chemins de fer. En fait, ces productions nouvelles ou en croissance constituent un débouché pour les produits sidérurgiques de l’entreprise et lui permettent – tout en préservant ses intérêts sur le marché métallurgique – de maintenir un niveau d’activité élevé et même ascendant sur son site historique du Creusot. Signe des succès que l’entreprise remporte depuis quelques années, par la validation de ses équipements sur le terrain lors de confrontations internationales, mais aussi par des contrats importants signés notamment avec des pays d’Europe centrale, elle se retrouve à l’étroit et peine à répondre à la demande. C’est pourquoi un rapprochement capitalistique est engagé avec un autre acteur majeur, l’entreprise SOMUA (Société d’Outillage Mécanique et d’Usinage d’Artillerie), quelques mois seulement avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Dans ce contexte industriel, les tensions politiques des derniers jours de juillet 1914 suscitent déjà une réaction de l’entreprise. Le 29, un obusier de gros calibre fait l’objet d’une campagne d’essais. Le 31, Eugène II réorganise le sommet de son entreprise et crée un comité de direction temporaire dans le but d’accélérer le processus de prise de décision et de circulation de l’information.

  • 5  Une partie des archives consultées a fait l’objet d’un programme de numérisation. Ivan Kharaba, «  (...)
  • 6  Ainsi, en 1919, Louis Bassal, directeur de l’usine du Creusot, adresse la demande suivante à ses c (...)
  • 7  AFB, répertoire général des livres de marchés nº 3, Le Creusot, 1909-1917. Ces contrats ne concern (...)
  • 8  Voire annuel en tenant compte des rapports du gérant présentés aux actionnaires au moment des asse (...)

3Pour rédiger cette communication, nous nous sommes essentiellement appuyé sur les archives de l’académie François Bourdon, au Creusot5. Trois types de sources émergent de cette documentation. La direction de l’entreprise a fait rédiger pendant et au lendemain du conflit, en fonction de demandes spécifiques émanant des pouvoirs publics, pour préparer des visites et des conférences notamment, différents rapports décrivant avec précision l’effort de guerre réalisé par Schneider et Cie6. Mais il s’agit dans ce cas de documents présentant d’abord l’efficacité, la réussite de l’entreprise, tout en visant à répondre à d’éventuelles attaques. Plus importants sont donc les rapports et autres sources à usage interne. Ils peuvent être classés en trois catégories : les rapports de mission, de voyage des ingénieurs de l’entreprise auprès des services et des filiales de l’entreprise, mais aussi des fournisseurs extérieurs, les contrats passés au profit de la défense nationale, qui confortent d’ailleurs l’idée que la quasi-totalité de la production de l’entreprise a été consacrée à la fabrication de matériels militaires, enfin des rapports périodiques7, journaliers et mensuels notamment8.

Mobilisation générale, désorganisation, réorganisation d’une usine de matériels militaires

4Pour autant, au cours des premières semaines de guerre, les différents ateliers du Creusot ne sont pas en mesure de répondre sur-le-champ aux besoins de la défense nationale, et ceci même en faisant abstraction des effets de la désorganisation provoquée par la mobilisation générale. C’est ce que rappelle le directeur du service forgeage au lendemain de la guerre :

  • 9  AFB, salon Schneider, forgeage, effort industriel pendant la période 1914-1918, Le Creusot, 2 sept (...)

« La Guerre a profondément modifié la nature de nos industries. Alors qu’en temps de paix la part principale de nos fabrications revenait aux blindages et que l’industrie des projectiles n’était que moyennement développée (puisque les Arsenaux assuraient la presque totalité des obus nécessaires à l’époque), cette proportion a été complètement renversée pendant la guerre9 ».

  • 10  Jusqu’à la fin de l’année 1914, l’usine du Creusot ne produit presque que des obus explosifs de 75 (...)

5Mais derrière ce constat se cache une autre réalité. L’outillage nécessaire à la fabrication des obus de 75 qui constitue l’essentiel de l’activité du site du Creusot dans les mois qui suivent l’entrée en guerre n’est pas adapté. Il faut donc recourir à des presses et plus généralement à un gros outillage dont l’emploi aurait pu être destiné à des fabrications plus en rapport avec d’autres besoins immédiats. C’est dans des conditions difficiles et avec des premiers résultats assez médiocres que l’usine du Creusot aborde les premiers mois du conflit. En décembre 1914, alors qu’elle y consacre la majeure partie de ses moyens de production, elle n’est encore en mesure de produire que 10 000 obus de 75 par jour. Cela représente cinq fois la capacité de production à l’époque de la mobilisation, mais reste un chiffre faible au regard de l’orientation de ce vaste ensemble industriel vers cette seule fabrication10.

  • 11  Tristan de la Broise et Félix Torres, Schneider l’histoire en force, Paris, J.-P. de Monza, 1996, (...)

6Pourtant, en 1918-1919, au moment de dresser le bilan de l’implication de ces mêmes établissements Schneider et Cie dans la réponse aux demandes de la défense nationale, l’œuvre réalisée semble immense et fait de l’usine du Creusot ainsi que de ses partenaires industriels, internes ou externes à l’entreprise Schneider, un acteur majeur, voire décisif. Pour parvenir à ce résultat, l’utilisation tardive mais intensive des acquis enregistrés avant la guerre mérite d’être rappelée. Si les établissements Schneider et en particulier leur usine du Creusot ont pu jouer un rôle aussi important dans la production de matériels à destination des armées françaises, mais aussi de celles de certains de leurs alliés, ils le doivent à leur maîtrise technique dans la production militaire. S’y ajoute une organisation de l’entreprise qui n’a pas d’équivalents en France. En effet, le défi à relever ne se limite pas à la production de canons et de projectiles. Il s’agit aussi de disposer des matières premières, du combustible, de demi-produits nécessaires à la réalisation des marchés passés avec le ministère de la Guerre. Pour la houille, cela représente une consommation de 800 000 tonnes pour la seule année 1918, soit près de 300 000 tonnes de plus qu’en temps de paix. Dans le même temps, l’entreprise est capable de modifier, voire de créer des équipements innovants pour tenir compte des retours d’expérience des différentes batailles, et en particulier de celles de 1915 et 1916. Elle est d’ailleurs, avec son usine du Creusot, un lieu de passage fréquent pour les représentants les plus éminents de l’État. Raymond Poincaré, Alexandre Millerand et Albert Thomas ont visité en détail le site et ont assisté à des démonstrations de matériels, notamment d’artillerie lourde. L’usine a longtemps retenti d’un discours d’Albert Thomas prononcé le 23 août 1915 : « La victoire est là qui plane au-dessus de nous, dans la fumée qui emplit cette vallée. C’est sur vous, camarades, que nous comptons pour la vouloir, pour la saisir11 ».

Document 1. Essai d’obusier Schneider de 340 au Creusot, en présence d’Albert Thomas, le 23 août 1915

Document 1. Essai d’obusier Schneider de 340 au Creusot, en présence d’Albert Thomas, le 23 août 1915

Fonds Académie François Bourdon.

  • 12  Nous avons décidé de ne pas développer cet aspect, objet de certaines de nos recherches antérieure (...)
  • 13  Jusqu’à la création du Bureau national des Charbons (voir, à ce sujet, les travaux de Pierre Chanc (...)
  • 14  Entre 1913 et 1918, le tonnage transporté par le service ferroviaire du Creusot passe de 2 507 000 (...)
  • 15  AFB, 187 AQ 020-01, rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, Paris, 30 (...)
  • 16  Une première mission est envoyée aux États-Unis en 1915 pour se procurer des aciers. Dans ce domai (...)

7Dans des travaux antérieurs, nous avons présenté les particularités qu’offraient les conditions de production au sein des établissements Schneider12. L’entreprise dispose de ses propres exploitations de houille et de minerai de fer. Elle est aussi proche des mines de Blanzy et du bassin de la Loire pour compléter ses approvisionnements13. Mais cela s’avère insuffisant dès lors que, comme pour le charbon, les besoins augmentent vite, pour atteindre des niveaux de consommation inédits, et ceci dans un marché particulièrement perturbé. Dans ces conditions, l’entreprise étend sa capacité à maîtriser tout son environnement productif. Elle s’appuie sur un service auxiliaire capable d’assurer la circulation de convois ferrés, y compris sur des réseaux extérieurs, comme celui du PLM. Elle possède son propre port à Montchanin, au bord du canal du Centre. En augmentant les capacités de transport sur rail, de stockage sur son port et à la gare mixte du Creusot, elle se dote des moyens nécessaires pour disposer d’approvisionnements réguliers14. Ainsi, le service auxiliaire est chargé, au cours de la guerre, d’augmenter la capacité des aires de stockage, de construire une nouvelle gare, les voies des nouvelles usines et celles permettant l’essai des canons de l’artillerie lourde sur voie ferrée. Mais les entraves sont nombreuses dès lors que, pour des raisons d’efficacité globale de l’effort de guerre, certains de ses fournisseurs doivent orienter leur production vers l’allié italien pendant que le charbon britannique, et même américain au lendemain de la guerre, occupe une place sans cesse plus importante dans l’approvisionnement du Creusot. Aux moyens locaux doit s’ajouter l’acquisition, en commun avec Marine-Homécourt, d’une petite flotte de cargos15. Mais entre l’activité des sous-marins allemands et les réquisitions pendant le trajet, les écarts sont importants entre les ressources attendues et celles livrées. Pourtant, le manque de combustibles ne pèse pas réellement sur la production de l’entreprise. De même, elle répond et s’adapte aux besoins manifestés par le ministère de la Guerre. En effet, outre son service auxiliaire, l’entreprise, sur son site du Creusot, est à même d’ériger avec son service architecture de nouveaux ateliers, avec son laboratoire de trouver de nouvelles nuances d’acier, avec son propre outillage de fabriquer une grande partie des machines nécessaires à l’augmentation de ses capacités de production, et, enfin, avec son vivier d’ingénieurs de débusquer, aux États-Unis notamment, les producteurs d’acier capables de répondre à des spécifications très strictes pour éviter les rebuts et les incidents de tirs16.

8C’est donc une entreprise qui s’est entièrement mobilisée pour parvenir à bonne fin. En définitive, elle était dès le début de la guerre prête à répondre à certains besoins mal évalués de l’armée française, notamment par sa capacité à contrôler toute la chaîne logistique et productive. L’existence d’un atelier d’artillerie, dont les productions sont reconnues mais occupent dans les faits une place moins importante que celle célébrée par l’entreprise, apparaît comme un facteur de second plan.

9L’entreprise a su se doter des moyens d’information lui permettant de connaître précisément et régulièrement l’état de ses fournitures présentes et à venir, les besoins des armées et ainsi d’adapter, de concert avec les exigences du sous-secrétariat d’État à l’Armement, ses productions.

  • 17  AFB, 187 AQ 018-02, rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires et rapport (...)

10Quelques semaines après la mobilisation générale et le miracle de la Marne, Schneider et Cie réunissent leurs actionnaires pour l’assemblée générale annuelle. Le discours est convenu et rassurant. Il met déjà en exergue l’importance particulière de l’entreprise au service de la défense nationale. Aux propos d’Eugène II Schneider signalant que, depuis la mobilisation générale, « [t]ous nos efforts […] ont exclusivement porté sur le large concours que nous nous sommes attachés à donner à la Défense nationale, et que les importantes extensions apportées, en particulier à nos ateliers d’artillerie, au cours des dernières années nous ont permis d’assurer », répondent ceux de Neuflize, le président du conseil de surveillance, rappelant que « [d]ans les dangers et les espoirs de l’heure présente, tous les efforts de notre société tendent à apporter à la défense nationale le plus large concours et à aider au succès de nos armées17 ».

11La réalité est pourtant moins flatteuse, pour l’entreprise elle-même et pour ceux qui ont eu, au sein du ministère de la Guerre, à préparer un éventuel conflit.

12La guerre saisit les établissements Schneider et Cie au moment où leur gérant vient de clore la réflexion chaotique qu’il mène depuis le début du xxe siècle quant à l’évolution de la localisation de son entreprise et des productions qui doivent être conservées au Creusot, site dont la rentabilité est affectée par la concurrence grandissante des établissements sidérurgiques du Nord et de l’Est, mais aussi par la dégradation de son environnement minier qui renchérit certains approvisionnements, en houille cokéfiable en particulier.

Document 2. Vue d’ensemble de la ville du Creusot (plaine des Riaux) depuis la grande cheminée de la plate‑forme des hauts-fourneaux, le 19 juillet 1916

Document 2. Vue d’ensemble de la ville du Creusot (plaine des Riaux) depuis la grande cheminée de la plate‑forme des hauts-fourneaux, le 19 juillet 1916

Fonds Académie François Bourdon.

  • 18  AFB, 01 G 0155, hauts-fourneaux et aciéries, étude sur la transformation des industries métallurgi (...)
  • 19  Preuve de l’étroitesse de l’atelier de projectiles du Creusot avant-guerre, la production de l’usi (...)
  • 20  La fabrication des tôles pour les chars Renault a débuté en janvier 1918. Elle correspond aux blin (...)
  • 21  AFB, salon Schneider, 1130-05, Schneider et Cie, forgeage, effort industriel pendant la période 19 (...)

13C’est pourquoi, l’année qui précède le conflit, dans le but de réduire des charges financières liées à un découvert bancaire considérable et pour se donner les moyens d’engager un vaste programme d’investissements, l’entreprise annonce une augmentation considérable de son capital social. Si les moyens financiers sont désormais réunis, il faut encore définir le lieu et l’ampleur des investissements. Depuis quelques années, Le Creusot est directement présent en Meurthe-et-Moselle. En effet, à sa participation dans les établissements Wendel et Cie s’est ajoutée la mise en exploitation de la concession de minerai de fer de Droitaumont, une des plus intéressantes du bassin de Briey. C’est là que l’entreprise compte inaugurer, en 1921, un vaste complexe sidérurgique comprenant, outre les deux puits de mine, des hauts-fourneaux, une aciérie et des laminoirs18. Il ne s’agit pas de réduire l’activité du Creusot, mais de la concentrer et de l’orienter vers des productions à haute valeur ajoutée, pour tenir compte de la qualité de la main-d’œuvre locale et des coûts de production plus élevés que dans l’Est. C’est donc une entreprise qui, contrairement à ses concurrents du Centre de la France, sort à peine du stade de la réflexion quant à ses implantations industrielles au moment où elle est surprise par la guerre. Elle conserve des capacités de production intactes mais qui, du fait des conditions de la mobilisation, restent faiblement utilisées. Alors que son personnel propose un champ de compétences étendu, elle est contrainte de circonscrire la quasi-totalité de sa production à l’obtention d’acier à projectiles et d’obus19. Le fait que, pendant la guerre, la fabrication des blindages et des cuirasses a été abandonnée ou limitée à la réalisation des tôles des masques de protection des canons et des plaques de blindage des chars Schneider et Renault FT1720 n’a rien d’étonnant21, mais la sous-utilisation des autres compétences de l’entreprise est révélatrice certes de la croyance en une guerre courte, mais aussi d’un état d’impréparation inouï.

Un poids croissant et décisif dans l’équipement des armées alliées

  • 22  AFB, 187 AQ 019-01, rapport du gérant à l’assemblée générale des actionnaires, Paris, 3 novembre 1 (...)
  • 23  L pour long et C pour court.
  • 24  Ces obusiers sont notamment utilisés lors des préparations d’artillerie qui précèdent les offensiv (...)
  • 25  L’entrée en ligne du 155 L Schneider, qui sert encore aujourd’hui de référence, a été plus tardive (...)
  • 26  Surtout des 155 modèle 1877, type Bange, sur affûts Schneider et seulement 12 canons du célèbre 75 (...)
  • 27  Le paragraphe suivant est particulièrement intéressant : « Nous ne pouvons, dans ces conditions, q (...)

14Après de premiers atermoiements liés à l’état de désorganisation de l’entreprise, à la difficulté de se doter des matières premières nécessaires, mais aussi à répondre aux demandes changeantes et contradictoires des armées, l’entreprise se met, à son tour, en ordre de bataille. Elle est aussi en mesure de faire profiter de son expérience et de ses compétences dans les domaines sidérurgiques et militaires un certain nombre de partenaires industriels, depuis le cadre régional jusqu’à des entreprises de pays alliés, comme l’Italie22. Cette réaction ne découle pas de la bataille de Verdun, mais commence à produire ses effets dès l’année 1915. Jusque-là, l’entreprise enregistre bien quelques commandes de son propre canon de 75, mais elles sont annulées et la fabrication des canons reste presque interrompue. Elle se limite à quelques matériels conçus par Schneider et Cie, déjà éprouvés, notamment des grosses pièces de marine en cours de fabrication et, entre mars et décembre 1915, quelques pièces de type Schneider, notamment des 105 L23 et des obusiers de 28024. À partir de janvier 1916, la livraison d’éléments d’obusiers de gros calibre reprend à un rythme soutenu, des 155 tout d’abord, puis des 220, ces pièces finissant par être décisives au cœur des batailles25. En fait, l’entreprise présente la particularité d’avoir produit pendant la guerre presque exclusivement des canons de sa propre conception, car sur les quelque 8 000 canons expédiés, seuls 375 correspondent à des modèles de la Guerre26 et 46 de la Marine. Elle s’apparente à une sorte de chaînon manquant entre les productions massives mais peu diversifiées des arsenaux et des grandes entreprises qui, comme Renault, Citroën ou Berliet, doivent s’engager dans la production de matériels militaires et les autres établissements sidérurgiques du Centre de la France. Schneider et Cie se distinguent par la variété et par le fait qu’il s’agit surtout de matériels conçus par l’entreprise. En outre, il n’est pas possible d’affecter, au Creusot, chaque machine à une tâche précise, contrairement à l’organisation du travail qui prévaut dans les arsenaux. Cela implique une adaptation des machines et du personnel, tout comme une grande souplesse dans la conduite de la production. La productivité du travail, même si elle est difficile à mesurer, est sans doute plus faible que dans les autres usines de guerre mais le site du Creusot peut industrialiser rapidement les matériels commandés. Ainsi, les premiers obusiers de 155 sont livrés en mars 1916, soit sept mois après la commande, alors que l’outillage définitif n’est achevé qu’en mai27.

  • 28  Pour la production de son coke, bien qu’elle dispose d’une batterie de fours reconstruite quelques (...)
  • 29  Le début des terrassements a commencé en novembre 1915. L’aciérie du Breuil est progressivement mi (...)

15Dans une certaine mesure, l’entreprise est déjà capable de contribuer, par ses fournitures, à la préparation des grandes offensives de Joffre en 1915. Cette réaction rapide, après des débuts hésitants, trouve son origine dans plusieurs facteurs. Si l’entreprise est restée, avant-guerre, un producteur secondaire de canons et de projectiles par rapport aux arsenaux, elle a su proposer à ses clients une gamme étendue de produits dont elle maîtrise déjà la fabrication. Elle adapte rapidement certaines pièces, de gros calibre notamment, destinés à des batteries côtières ou à des croiseurs, dont la production avait déjà commencé avant-guerre avant d’être interrompue faute de personnels et surtout en l’absence d’un besoin urgent. En proposant des affûts dits de circonstance, capables de circuler sur rail ou sur route, elle se contente de trouver d’autres usages à des tubes déjà conçus. En définitive, les nouveaux matériels de guerre que l’entreprise industrialise pendant le conflit interviennent tardivement sur le champ de bataille ou sont encore en phase d’essais au moment de la cessation des hostilités. En revanche, les capacités de production augmentent considérablement et les commandes de la Guerre finissent par tenir compte de l’outillage particulier du site du Creusot et des autres usines du groupe. Au cours de l’année 1916, dans le prolongement des ateliers déjà en activité au Creusot, sont érigés très rapidement un nouvel atelier de récupération des sous-produits de la cokéfaction28 et surtout un atelier de projectiles, au Breuil cette fois. C’est ensuite et à proximité une nouvelle aciérie Martin qui sort de terre à un rythme accéléré. Alors que, sur le site du Creusot, l’aciérie Thomas, éteinte à la mobilisation, est convertie avant rallumage en aciérie Bessemer, la nécessité de disposer d’un nouveau site s’impose par les contraintes liées au manque de place des ateliers historiques. Elle entre en activité en moins d’un an, puisque, après les premières études engagées en août 1915, la première coulée est obtenue le 1er août 191629.

Document 3. Usine du Breuil, aciérie Martin, mise en service d’une grue de 5 tonnes, Le Creusot, le 26 juin 1917

Document 3. Usine du Breuil, aciérie Martin, mise en service d’une grue de 5 tonnes, Le Creusot, le 26 juin 1917

Fonds Académie François Bourdon.

Document 4. Ateliers de construction du Creusot, montage d’une presse à forger Schneider et Cie, le 28 août 1917

Document 4. Ateliers de construction du Creusot, montage d’une presse à forger Schneider et Cie, le 28 août 1917

Fonds Académie François Bourdon.

16Là encore, la réponse rapide de l’entreprise n’est pas spontanée, car les terrains sur lesquels ces nouvelles installations sortent de terre avaient déjà été retenus avant-guerre pour accueillir les prochains développements de l’usine du Creusot. Surtout, l’entreprise peut compter sur ses propres forces pour construire et équiper ses nouveaux ateliers. Les services d’architecture et auxiliaire conçoivent les plans, élèvent les murs et réalisent les voies qui assurent la mise en relation avec les installations existantes pendant que d’autres services, aciéries, forges et constructions mécaniques, fabriquent l’outillage indispensable.

  • 30  Atelier destiné à l’origine à produire 7 500 obus de calibres 120 à 155 mm par jour, avant de pass (...)
  • 31  Le nombre de presses passe de onze à 91 entre le début et la fin de la guerre.
  • 32  AFB, 187 AQ 020-01, rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, Paris, no (...)
  • 33  Cela ne signifie pas que la production d’obus de gros calibre débute à la fin de 1916. Ils ont été (...)
  • 34  Il faut y ajouter les obus de plus gros calibre (450 000 allant du 220 au 520) et plus de 500 000  (...)

17Ainsi, au Breuil, la plupart des presses et des tours de l’atelier des projectiles30 proviennent de l’usine du Creusot31 pendant que les bâtiments sont tracés puis érigés par le service auxiliaire. Le site est en définitive outillé pour une production nettement supérieure à celle effectivement réalisée, faute de pouvoir disposer des quantités d’acier à projectiles nécessaires32. Cette réactivité permet de transformer en quelques semaines la production d’obus au sein de l’usine. Alors qu’il est difficile, au milieu de 1916, de disposer des quantités d’acier nécessaires à la production des 18 000 obus explosifs de 75 qui lui sont demandés quotidienne­ment, l’usine profite de la multiplication des fournisseurs pour cette fabrication pour accompagner la forte croissance des programmes en termes d’artillerie lourde. À la fin de l’année 1916, la production d’obus de 75, progressivement réduite, est même arrêtée. Les grosses presses sont donc réaffectées à des productions pour lesquelles Le Creusot constitue un des seuls interlocuteurs possibles33. Au total, pendant le conflit, les usines du Creusot et du Breuil produisent l’équivalent de 5 713 600 obus explosifs de 75, 4 055 440 shrapnels du même calibre, 1 175 571 obus de 155 et 4 806 000 obus de 12034.

  • 35  En termes de moyens humains, c’est surtout sur la forge que pèse l’essentiel de l’effort de guerre (...)
  • 36  Voir à ce sujet les échanges entre Joffre et Millerand évoqués dans Rémy Porte, La mobilisation in (...)
  • 37  Nicole Chezeau, De la forge au laboratoire, naissance de la métallurgie physique (1860-1914), Renn (...)
  • 38  François Duffaut, « Du tandem Henri Fayol-Pierre Chevenard au duo Pierre-Marie Fourt et Jean Morle (...)
  • 39  Pour autant, dès que le laboratoire du Creusot dispose, au printemps 1915, des moyens humains suff (...)
  • 40  Char appelé 75 S dans l’entreprise et dont la vulnérabilité aux balles S, malgré l’utilisation de (...)
  • 41  Sur la création de l’arme blindée en France, voir Arlette Estienne Mondet, Le général J. B. E. Est (...)

18Les aciéries deviennent, avec la forge35, les centres de gravité de l’entreprise. L’évolution de leur production renseigne sur les attentes du ministère de la Guerre, puis de celui de l’Armement vis-à-vis des usines du Creusot. Comme nous l’avons constaté, les premiers besoins ne concernent que le métal à projectiles, pour lequel l’entreprise dispose d’années d’expérience. À cette production s’ajoute, en juillet 1915, l’obtention d’aciers à canon, pour remettre à niveau le matériel usé par les premiers mois de conflit et, surtout, commencer à créer l’artillerie lourde dont la quasi-absence sur le champ de bataille lors des offensives de Joffre a pesé sur l’équilibre des forces36. Limitée jusqu’à la mise en activité de l’aciérie du Breuil, cette production connaît une croissance remarquable à partir d’août 1916, pour ensuite se maintenir dès lors que l’acier américain arrive en masse. Au cours des derniers mois de guerre, puisque les aciers courants sont d’un approvisionnement correct, l’effort supplémentaire porte non plus sur les quantités, mais sur des qualités particulières. S’il s’agit souvent de nouvelles nuances d’acier, les avancées scientifiques et techniques enregistrées par le laboratoire sidérurgique du Creusot à la fin du xixe siècle s’avèrent précieuses. L’œuvre de Floris Osmond et de Jean Werth n’a pas été oubliée37. Avec le site d’Imphy38, Le Creusot reste une usine de référence dans le domaine des aciers spéciaux et de la métallurgie de précision39. Pendant que ses ingénieurs des mines cherchent à prendre le contrôle de gisements de minerais stratégiques pour l’effort de guerre, au Canada notamment, Le Creusot accroît sa production d’acier à haute teneur en nickel, en associant nickel-chrome et nickel-molybdène, pour répondre à des besoins particuliers, ceux de l’aviation (pièces de moteur : pistons) et de l’artillerie d’assaut, dans la mesure où les premiers engagements du char Schneider40, à Berry-au-Bac, ont montré la vulnérabilité des tôles utilisées face aux balles perforantes type S allemandes41.

Document 5. Construction des caisses de chars Schneider 75 S CA1, Le Creusot, le 2 décembre 1916

Document 5. Construction des caisses de chars Schneider 75 S CA1, Le Creusot, le 2 décembre 1916

Fonds Académie François Bourdon.

  • 42  AFB, 187 AQ 020-01, Rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, Paris, no (...)
  • 43  Cette production diversifiée a fait l’objet, de la part de l’entreprise, de la publication d’un ca (...)
  • 44  AFB, salon Schneider, 1130-05, Établissements Schneider pendant la guerre, 1914-1918, matériel et (...)

19Dans le même temps, l’usine SOMUA de Saint-Ouen est réaménagée pour pouvoir suppléer Le Creusot sur certaines fabrications. Ainsi, si les caisses des premiers chars Schneider sont effectivement réalisées au Creusot, de même que la majorité des blindages des 400 exemplaires commandés, les tracteurs Caterpillar sur lesquels ils reposent sont construits par la SOMUA42. De ce fait, les livraisons réalisées par l’entreprise pendant la guerre, essentiellement effectives à partir de la seconde moitié de 1915, sont considérables. Elles s’élèvent, pour ce qui concerne le matériel d’artillerie, à 1 470 canons de 105 L, 3 482 de 155 C, 674 de 155 L, et une quantité variable de canons allant des 75 aux monstrueux obusiers de 52043. Cela représente, au total, près de 7 000 pièces, auxquelles s’ajoutent 1 600 canons dont l’entreprise assure la réfection ou le retubage44. Au moment de l’armistice, 3 000 canons et obusiers Schneider d’un calibre 155 sont en service au sein des armées françaises et américaines. Dans les mois qui précèdent la fin de la guerre, l’entreprise ajoute à ses différents modèles un nouveau canon de 220.

Document 6. Montage de la vis de culasse d’un obusier de 520, Le Creusot, le 8 mars 1917

Document 6. Montage de la vis de culasse d’un obusier de 520, Le Creusot, le 8 mars 1917

Fonds Académie François Bourdon.

  • 45  Sur cette question particulière, voir Pierre Chancerel, « Le marché du coke métallurgique en Franc (...)
  • 46  En 1918, la production retrouve son niveau d’avant-guerre. La batterie de hauts-fourneaux produit (...)

20Pour parvenir à ce résultat, toute la chaîne productive doit être repensée, car si une partie de l’acier consommé au Creusot provient d’autres usines françaises et surtout des États-Unis, l’entreprise entend conserver, dans la mesure de ses approvisionnements et de l’espace dont elle dispose, sa capacité à maintenir les principes d’intégration sur lesquels a toujours reposé l’efficacité de son organisation productive. En amont de la production de canons et de projectiles, l’effort industriel concerne aussi les hauts-fourneaux, les aciéries, les forges et, à des degrés moindres, les autres services. La croissance de l’activité n’est pas linéaire, mais correspond à une suite d’à-coups marquée parfois par des reflux. Ainsi, au cours des premiers mois de la guerre, seuls deux hauts-fourneaux sur les trois que conserve l’usine restent en feu, un troisième est rallumé en septembre 1915 et un quatrième reconstruit et mis en feu en août 1916, ce qui permet à l’usine de battre, en 1917, son record de production de fonte. Mais, dès l’année suivante, devant les difficultés à se procurer des houilles cokéfiables et du coke45 dans de bonnes conditions, l’entreprise éteint un de ses hauts-fourneaux, réduit sa production et l’oriente plutôt vers des nuances de fonte complexes, introuvables à l’extérieur, que son laboratoire, couplé à son expérience, lui permet de mettre au point assez rapidement46. Si le service auxiliaire est en charge des travaux de génie civil, un service, le matériel et grand outillage métallurgique (MOM), réalise les équipements et la transformation des ateliers du Creusot, mais aussi des autres sites, filiales ou partenaires industriels de l’entreprise. Il prend en charge certaines des grosses réalisations en faveur de l’usine sidérurgique de Caen, de la douillerie de Bordeaux, mais aussi des sociétés russes partenaires comme Poutiloff.

Renouvellement du personnel et adaptation des méthodes de production

  • 47  Ce chiffre ne tient pas compte des employés, qui regroupent 1 460 unités au 1er août 1914. 610 son (...)

21En ce qui concerne son personnel, l’usine du Creusot ne bénéficie pas de conditions particulières visant à protéger ses ouvriers. À la mobilisation générale, elle subit une diminution de 41 % de ses effectifs47.

Tableau 1. Évolution des effectifs des usines du Creusot, pour chaque service, avant et après la mobilisation générale

Services

Ouvriers

Au 25 juillet 1914

Au 10 septembre 1914

Réduction en %

Houillères

247

230

7

Hauts-fourneaux et aciéries

1 634

1 020

37

Presses et pilons

902

475

47

Forges

2 273

1 180

48

Ateliers de construction

2 665

1 510

43

Ateliers d’artillerie

1 826

1 150

37

Service auxiliaire

792

370

53

Chemin de fer

293

225

23

Régie du domaine

86

65

25

Total

11 495

6 810

41

Tableau 2. Situation numérique de l’effectif ouvrier du Creusot entre août 1914 et août 1919

Date

   Civils   

 Mobilisés 

 Étrangers 

 Prisonniers 

 Femmes 

   Total   

1er août 1914

11 742

3

125

11 870

1er août 1915

4 544

6 196

6

327

11 073

1er août 1916

4 751

10 292

593

294

1 419

17 349

1er août 1917

4 393

10 497

1 924

827

1 573

19 214

1er août 1918

4 567

9 102

2 849

927

1 822

19 267

1er août 1919

10 818

441

3 232

1 130

15 621

  • 48  Sur les raisons de cette incapacité de la Guerre à comprendre l’intérêt de s’appuyer sur Le Creuso (...)
  • 49  « À la mobilisation, la Guerre avait pensé pouvoir assurer seule l’alimentation des armées en obus (...)
  • 50  AFB, 1150-05, usine du Creusot, artillerie, documentation pour la commission sénatoriale des March (...)
  • 51  Elle perd près de 500 ouvriers à la suite de l’appel des classes 14 à 17. AFB, salon Schneider, 11 (...)

22La situation est plus étonnante en focalisant l’attention sur les seuls ateliers d’artillerie du Creusot. En effet, au moment de la mobilisation, ils employaient 980 ouvriers. Sur les 850 affectés à la fabrication des matériels d’artillerie, il n’en reste plus que 330 après la mobilisation ; le chiffre baisse encore en septembre, pour être réduit à 200 pendant que le ministère de la Guerre exige, en parallèle, la fourniture de 23 batteries de 75, type Schneider cavalerie48. Il faut attendre le printemps 1915 pour retrouver les niveaux d’avant-guerre. Bien que certains ouvriers de l’atelier de projectiles aient été mobilisés, notamment ceux qui avaient été privés de mise en sursis au cours des mois précédents, l’atelier des projectiles est épargné, voire logiquement favorisé49. Son personnel passe de 130 ouvriers à la mobilisation à 400 en septembre, mais il est totalement désorganisé par le départ de certains de ses contremaîtres et ingénieurs vers d’autres sites du groupe, Le Havre et SOMUA en particulier, mais aussi à l’inspection des Fabrications50. Le redressement de la situation s’opère d’abord lentement, avec une nette amélioration à partir de septembre 1915. Mais pendant que l’usine parvient à recruter des ouvriers, notamment dans les environs et parfois au détriment d’autres industries, en mettant en place des trains spéciaux, elle subit les effets des appels successifs sous les drapeaux51. Cette période correspond au retour des effectifs au niveau d’avant-guerre. Aux ouvriers mobilisés mis à disposition par l’autorité militaire se sont ajoutées plus ou moins rapidement d’autres catégories de personnel. La main-d’œuvre féminine ne découvre pas le travail aux usines du Creusot avec la guerre. Elle est présente, mais cantonnée à des tâches spécifiques, la préparation mécanique de la houille, des briquettes de minerai de fer, le chargement des hauts-fourneaux, et plus généralement à des tâches répétitives. Dans l’esprit des dirigeants de l’entreprise, elle correspond mal à ses besoins spécifiques, qui doivent lui permettre de restaurer sa capacité à produire des matériels militaires variés et complets. Mais tant que l’usine du Creusot reste surtout orientée vers la production d’obus de petit et de moyen calibres, dont la fabrication ne requiert pas une main-d’œuvre spécifiquement formée au travail du métal, le personnel féminin constitue un appoint significatif qui finit par devenir vital.

Document 7. Traçage et confection de gabarits, Le Creusot, le 25 mai 1916

Document 7. Traçage et confection de gabarits, Le Creusot, le 25 mai 1916

Fonds Académie François Bourdon.

Document 8. Emboutissage, tréfilage et vérification de la trempe des obus de 75, Le Creusot, le 25 mai 1916

Document 8. Emboutissage, tréfilage et vérification de la trempe des obus de 75, Le Creusot, le 25 mai 1916

Fonds Académie François Bourdon.

  • 52  Au moment de la cessation des hostilités, elles sont 1 830 à travailler dans les différents atelie (...)
  • 53  Au 1er janvier 1919, 1 348 prisonniers de guerre sont encore affectés à l’usine du Creusot.

23Actives dans la plupart des ateliers, affectées notamment à la fabrication des modèles, des gabarits, au maniement des presses, à l’assemblage comme à la vérification des obus, elles sont plus particulièrement présentes dans l’atelier de construction dédié aux obus inauguré au Breuil pendant la guerre52. L’entreprise demande ensuite et obtient des contingents de prisonniers de guerre qui arrivent successivement, d’abord des Autrichiens, puis des Allemands. Affectés aux tâches de manutention, de préparation du métal, leur contribution à l’effort de guerre n’est pas négligeable, et l’usine, devant les bons résultats obtenus avec le premier contingent de 300 prisonniers autrichiens, se montre plutôt satisfaite et demandeuse de nouveaux envois53.

Document 9. Ébauchage d’obus explosifs de 105, dans un atelier réunissant des ouvriers, des mobilisés, des ouvrières et des prisonniers autrichiens, Le Creusot, le 8 mars 1917

Document 9. Ébauchage d’obus explosifs de 105, dans un atelier réunissant des ouvriers, des mobilisés, des ouvrières et des prisonniers autrichiens, Le Creusot, le 8 mars 1917

Fonds Académie François Bourdon.

  • 54  Pour ce qui concerne les militaires, 913 avaient été placés en sursis d’appel au moment de la mobi (...)
  • 55  Jean-Philippe Passaqui, Intégration vers l’amont, politique d’approvisionnement en matières premiè (...)

24En août 1916, l’usine du Creusot regroupe 17 349 ouvriers, dont 6 763 civils, 10 292 militaires et 294 prisonniers de guerre54. Malgré la concentration d’ouvriers aux origines et aux parcours multiples, l’usine du Creusot ne connaît pas de troubles majeurs au cours des années de guerre. Certaines informations laissent supposer que pendant l’année 1917 une partie du personnel cherche à restreindre sa production en quittant son chantier avant la fin du poste. Le cas est avéré à la houillère du Creusot, mais avec des conséquences limitées55. En effet, quand, comme dans le cas des ouvriers espagnols, considérés comme productifs mais instables, des refus de travail, des absences voire des tentatives de soulèvement se manifestent, l’éloignement est rapide, y compris s’il doit concerner un groupe entier.

  • 56  AFB, 187 AQ 020-01, rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, Paris, 30 (...)

25En définitive, ce sont près de 60 000 ouvriers et employés que les établissements Schneider réunissent pour participer à l’effort de guerre, en ajoutant les filiales à leurs propres usines56. Au sein de cet ensemble, Le Creusot occupe une place prépondérante qui ne doit pas occulter le fait que les autres sites de l’entreprise ont joué un rôle complémentaire, en fonction de leur outillage initial et additionnel, en se désengageant aussi des fabrications militaires courantes absorbées par des entreprises à la main-d’œuvre moins qualifiée, dans le cadre d’une parcellisation poussée du travail.

Conclusion

  • 57  AFB, salon Schneider, 1130-05, développement de nos usines pendant la guerre, notes pour une confé (...)
  • 58  L. Bergeron, « La maison Schneider dans l’avant-guerre et dans la Première Guerre mondiale », op.  (...)

26L’entreprise est passée d’une logique d’utilisation d’abord restreinte puis intensive de ses moyens de production, avant d’envisager la création de nouvelles installations qui lui permettaient de profiter pleinement de ses multiples champs de compétence dans la production de matériels militaires57. Elle est parvenue à ce résultat par ses productions passées de matériels militaires, surtout d’ailleurs par leur diversité, mais aussi et sans doute davantage par sa capacité à faire reposer son activité presque exclusivement sur ses propres compétences et un ensemble industriel complet. Dans ses mémoires publiées par Louis Bergeron, Bernard de Courville, qui occupe à partir de 1914 la fonction de directeur délégué à l’exploitation chez Schneider et Cie, note à propos du site de La Londe-les-Maures : « C’est une création récente. Je ne sais trop quel motif sérieux avait entraîné Le Creusot à fabriquer des torpilles : peut-être le plan de devenir un grand constructeur de submersibles, ou plutôt un plan mégalomane de toucher à tout58 ». La fin de la remarque n’est pas infondée et a conduit l’entreprise à subir d’importants désastres industriels, dans la mesure où cette logique a eu tendance à s’amplifier après la guerre. Mais le temps du conflit, et malgré les mots très durs qu’il utilise à l’encontre des autres ingénieurs et responsables creusotins, cette myriade d’activités industrielles et cette capacité à fonctionner, dans une certaine mesure, en vase clos, presque en autarcie, sont à l’origine de l’efficacité productive de l’entreprise. Schneider et Cie répondent à un grand nombre des sollicitations des autorités politiques et militaires, mais – situation paradoxale – en échappant en grande partie à la prise de contrôle de l’économie que celles-ci exercent et accentuent.

Document 10. Canon de 274 sur affût truck pour voie normale en position de déplacement. Vue prise le 26 juin 1917 dans la plaine des Riaux, au Creusot avec en arrière-plan un puits de la houillère

Document 10. Canon de 274 sur affût truck pour voie normale en position de déplacement. Vue prise le 26 juin 1917 dans la plaine des Riaux, au Creusot avec en arrière-plan un puits de la houillère

Fonds Académie François Bourdon.

27À la fin de 1917, Eugène II envisage pour la première fois ouvertement les orientations qu’il compte donner à son entreprise au terme du conflit et signale à l’attention de ses actionnaires :

  • 59  AFB, 187 AQ 020-02, projet de rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, (...)

« Notre pensée reste orientée vers les mêmes buts : après avoir consacré à l’œuvre de Défense nationale toute notre activité et toutes nos ressources, nous chercherons à grouper dans nos divers centres des moyens de production puissants appliqués à des fabrications spécialisées qui nous permettent à la fois de coopérer aux efforts de réorganisation intérieure et de tenir notre place dans la concurrence internationale59 ».

  • 60  Pour davantage de détails à ce sujet, Charles Barthel, « Les marchés de l’acier et le “projet sidé (...)
  • 61  Il exprime cette crainte et réticence sous cette forme : « Que serait-il advenu, lorsque les Allem (...)

28Même si l’entreprise entend profiter de la reconstruction des zones de guerre et occupées, de la reconstitution des moyens de transport, dans les mois qui suivent l’arrêt des combats, l’essentiel des productions reste destiné aux armées. En définitive, l’entreprise a été un acteur majeur et même décisif dans la fourniture d’équipements militaires, notamment dans le domaine de l’artillerie, mais elle sort du conflit profondément désorganisée. L’outillage construit l’a été dans l’urgence. Il est souvent rudimentaire. Ayant dû supporter une activité incessante, il est déjà frappé d’usure à l’arrêt des combats. Surtout, le programme de transformation et de réorganisation de l’activité industrielle, péniblement élaboré en 1913-1914, est devenu caduc. La reprise et l’achèvement de l’usine de Caen-Mondeville, l’état de la mine de fer Droitaumont et surtout les prises de participation de l’entreprise dans de grands établissements sidérurgiques de l’Est de la France, Knutange et les Terres-Rouges notamment, provoquent l’abandon du projet de création d’une nouvelle usine et une reprise des négociations avec la famille de Wendel afin de liquider la participation de Schneider et Cie dans l’usine de Jœuf 60. Le site du Creusot paraît marginalisé dans ce vaste ensemble aux multiples participations et ramifications quand il devait rester l’âme de l’entreprise en 1914. Celle-ci est en outre particulièrement affectée, dans ses approvisionnements et ses productions, par l’état de délabrement des réseaux de transport français et par les mouvements sociaux qui achèvent de les paralyser. Se dessine alors le sentiment que cette nouvelle géographie industrielle des établissements Schneider a été subie plus qu’encouragée, tant Eugène II semble encore marqué par le fait que si son entreprise, plus que d’autres, a pu participer à l’effort de guerre, elle le devait au fait qu’elle avait gardé massée l’intégralité de ses capacités productives dans le Centre de la France61.

Notes

1  Caroline Mathieu, « Les Établissements Schneider et les Expositions universelles », in Les Schneider, Le Creusot, une famille, une entreprise, une ville (1836-1960), Paris, Fayard/Réunion des musées nationaux, 1995, p. 254-258.

2  Jean-Philippe Passaqui, « Schneider et Cie, de la sidérurgie aux constructions navales », in Actes du colloque Marines et entreprises, xviie-xixe siècle, 7e rencontres d’histoire de la métallurgie, 2007, p. 235-256.

3  Académie François Bourdon (AFB), 01 MDL 0139-06, historique chronologique. Le champ de tir d’Harfleur est installé en 1900. Deux ans plus tôt, de nouveaux ateliers d’artillerie avaient vu le jour au Creusot. En 1909, cet ensemble est complété par les ateliers et les champs de tir de torpilles de la Londe-les-Maures et, en 1910, de la station d’essais du Creux Saint-Georges.

4  Pour une étude détaillée de l’activité artillerie de l’entreprise Schneider et Cie avant la Première Guerre mondiale, nous renvoyons notamment à l’article suivant : Claude Beaud, « Les Schneider marchands de canons, 1870-1914 », Histoire, économie et société, vol. 14, no 1, 1995, p. 107-131. L’activité de l’entreprise pendant la guerre a fait l’objet de plusieurs articles publiés dans le Bulletin de l’académie François Bourdon, à partir d’une documentation qui n’a pas été consultée par d’autres chercheurs. Antoine de Badereau, « Le rôle des établissements Schneider dans la victoire de 1918 », Bulletin de l’académie François Bourdon, nº 9, 2008, p. 18-25 ; idem, « Le Creusot et l’artillerie de la guerre de 1914 », Bulletin de l’académie François Bourdon, nº 15, 2014, p. 31-34 ; et idem, « Les débuts de Schneider dans la guerre (juillet-décembre 1914) », Bulletin de l’académie François Bourdon, nº 15, 2014, p. 40-42. Nous renvoyons le lecteur à ces articles très détaillés, mine d’informations sur la participation de Schneider et Cie à l’effort de guerre.

5  Une partie des archives consultées a fait l’objet d’un programme de numérisation. Ivan Kharaba, « Programme de numérisation des archives de la Première Guerre mondiale de la société Schneider et Cie », Bulletin de l’académie François Bourdon, nº 14, 2013, p. 3-5.

6  Ainsi, en 1919, Louis Bassal, directeur de l’usine du Creusot, adresse la demande suivante à ses chefs de service : « Direction générale demande d’urgence toute documentation mise à jour relative à l’Usine, à ses transformations pendant la guerre, à sa production et au rôle qu’elle a joué pendant la période 1914-1918. Ces renseignements sont destinés à l’édition d’une brochure [qui n’a pas été réalisée] qui doit faire connaître la place que nous avons prise dans toutes les branches de l’art militaire ainsi que l’effort industriel provoqué par les besoins de la Défense nationale », AFB, salon Schneider, 1130-05, Établissements Schneider pendant la guerre 1914-1918, effort industriel, Le Creusot, 20 août 1919.

7  AFB, répertoire général des livres de marchés nº 3, Le Creusot, 1909-1917. Ces contrats ne concernent pas que des matériels militaires stricto sensu, mais aussi, par exemple, des commandes d’acier de différentes nuances à destination de la direction des Forges de Bourges.

8  Voire annuel en tenant compte des rapports du gérant présentés aux actionnaires au moment des assemblées générales des établissements Schneider.

9  AFB, salon Schneider, forgeage, effort industriel pendant la période 1914-1918, Le Creusot, 2 septembre 1919.

10  Jusqu’à la fin de l’année 1914, l’usine du Creusot ne produit presque que des obus explosifs de 75, qui sont d’ailleurs différents de ceux fournis par les arsenaux. Elle est alors sollicitée pour produire des 75 shrapnels, qu’elle avait l’habitude de fabriquer, des obus explosifs de 105, tout en modifiant ses obus explosifs de 75 pour adopter le modèle en usage dans l’armée française, au détriment de celui conçu pour l’exportation. Il en découle un creux dans la production, à l’origine de critiques fortes de la part de l’entreprise à l’encontre du ministère de la Guerre, mais, en définitive, cette réorganisation correspond bien aux besoins de la défense nationale : fabriquer les obus nécessaires aux offensives de 1915 en profitant de l’accalmie de l’hiver 1914-1915.

11  Tristan de la Broise et Félix Torres, Schneider l’histoire en force, Paris, J.-P. de Monza, 1996, p. 122.

12  Nous avons décidé de ne pas développer cet aspect, objet de certaines de nos recherches antérieures, et notamment Jean-Philippe Passaqui, La stratégie des Schneider, du marché à la firme intégrée, 1836-1914, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 405 p. ; idem, Le Creusot, lumières sur la mine, Le Creusot, Académie François Bourdon, 2009, 102 p. ; idem, « Les derniers feux des hauts-fourneaux creusotins », La Physiophile, nº 150, juin 2009, p. 7-13 ; et idem, « Faire face à la rupture des circuits d’approvisionnement pendant la Première Guerre mondiale : Le Creusot et les mines de fer des Pyrénées », Bulletin de l’académie François Bourdon, nº 17, mars 2016, p. 6-12.

13  Jusqu’à la création du Bureau national des Charbons (voir, à ce sujet, les travaux de Pierre Chancerel), l’entreprise prolonge ou renouvelle les contrats existants, tout en tenant compte des demandes pour réorienter une partie de ses fournitures au profit des compagnies de chemins de fer. Dans les mois qui suivent, aux grands contrats annuels s’ajoute une multitude de contrats d’une périodicité inédite, à la semaine parfois, pour répondre à des besoins immédiats.

14  Entre 1913 et 1918, le tonnage transporté par le service ferroviaire du Creusot passe de 2 507 000 à 3 560 000 tonnes. Les déchargements en faveur de l’usine s’élèvent, pour ce qui concerne le port Schneider de Bois-Bretoux, de 200 000 à 300 000 tonnes.

15  AFB, 187 AQ 020-01, rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, Paris, 30 novembre 1916. Ces prises de participations couvrent en fait l’ensemble des besoins puisque l’entreprise, pour pallier le manque de moyens de transports terrestres, participe à la création de l’entreprise nivernaise Le Matériel roulant.

16  Une première mission est envoyée aux États-Unis en 1915 pour se procurer des aciers. Dans ce domaine, signalons le rôle décisif joué par l’ingénieur Édouard Saladin, chef du bureau technique du département des mines et de la métallurgie organisé au sein de Schneider et Cie en 1913. Chef du service des aciers, fontes et voies ferrées de la mission militaire et technique aux États-Unis, il y décède en 1917. http://www.annales.org/archives/x/saladin.html (consulté le 01/03/2018). Sur ce sujet, voir notamment Agnès d’Angio, Schneider et Cie et la naissance de l’ingénierie, Paris, CNRS Éditions, 2000, p. 145-146.

17  AFB, 187 AQ 018-02, rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires et rapport du conseil de surveillance, Paris, 11 novembre 1914.

18  AFB, 01 G 0155, hauts-fourneaux et aciéries, étude sur la transformation des industries métallurgiques, étude générale, Le Creusot, 7 juillet 1914.

19  Preuve de l’étroitesse de l’atelier de projectiles du Creusot avant-guerre, la production de l’usine est multipliée par 75 entre la période de paix et l’été 1916, qui correspond au pic de production d’obus au Creusot, avant que des usines mieux outillées et avec une organisation rationnelle dédiée, ne prennent le relais. Dans le même temps, la production de blindages est divisée par cinq et celle de canons seulement multipliée par deux.

20  La fabrication des tôles pour les chars Renault a débuté en janvier 1918. Elle correspond aux blindages complets de 870 chars et au blindage latéral de 2 040 autres. Cette activité était encore en plein développement au moment de l’Armistice. Notons aussi que SOMUA a reçu la commande de 1 135 chars Renault. Gilbert Hatry, Renault Usine de guerre, 1914-1918, Paris, Lafourcade, 1978, p. 64.

21  AFB, salon Schneider, 1130-05, Schneider et Cie, forgeage, effort industriel pendant la période 1914-1918, Le Creusot, 2 septembre 1919.

22  AFB, 187 AQ 019-01, rapport du gérant à l’assemblée générale des actionnaires, Paris, 3 novembre 1915.

23  L pour long et C pour court.

24  Ces obusiers sont notamment utilisés lors des préparations d’artillerie qui précèdent les offensives d’Artois et de Champagne en 1915.

25  L’entrée en ligne du 155 L Schneider, qui sert encore aujourd’hui de référence, a été plus tardive, en octobre 1917. Même si la production de canons augmente à partir de début 1916, c’est surtout après septembre qu’elle devient considérable.

26  Surtout des 155 modèle 1877, type Bange, sur affûts Schneider et seulement 12 canons du célèbre 75 modèle 1897. Ce qui n’empêche pas l’usine de produire des pièces, à défaut de canons complets.

27  Le paragraphe suivant est particulièrement intéressant : « Nous ne pouvons, dans ces conditions, qu’utiliser au mieux nos machines suivant leur puissance et faire usiner, en général, les pièces qu’après avoir fait tracer sur l’ébauche forgée le contour de la pièce usinée, contour que l’ouvrier devra suivre par l’outil au moyen des volants de commande de la machine. Même lorsque nous avons des séries assez importantes de pièces, les délais de livraison qui nous sont imposés ne permettent pas d’attendre que l’outillage nécessaire pour certaines opérations importantes soit terminé pour lancer la fabrication » (AFB, salon Schneider, 1150-05, production de l’usine du Creusot en matériel de guerre du 1er août 1914 au 1er août 1916).

28  Pour la production de son coke, bien qu’elle dispose d’une batterie de fours reconstruite quelques années plus tôt par l’entreprise Coppée, l’usine du Creusot est confrontée au vieillissement accéléré de ses installations et à des contraintes spatiales, liées à l’exiguïté de la plate-forme des hauts-fourneaux. Elle doit donc se procurer le coke déficitaire auprès de fournisseurs extérieurs. En outre, les conditions d’approvisionnement en houille cokéfiable sont médiocres, voire mauvaises pendant la guerre. Pour être un établissement prioritaire, l’entreprise érige une usine de récupération des benzols afin d’obtenir les matières premières nécessaires à la fabrication d’explosifs. Décidé en mai 1915, cet atelier fonctionne en mars 1916, bien qu’il soit loin d’être achevé.

29  Le début des terrassements a commencé en novembre 1915. L’aciérie du Breuil est progressivement mise en activité. Elle comprend six fours Martin à grande capacité en novembre 1917. Deux derniers fours, d’une capacité unitaire limitée à 30 tonnes, sont mis en service au cours de l’année 1918, ce qui représente une production potentielle correspondant au double de celle de la vieille aciérie Martin du Creusot. AFB, salon Schneider, 1130-05, services métallurgiques, aciéries, transformation et marché des aciéries pendant la guerre, Le Creusot, 3 septembre 1919.

30  Atelier destiné à l’origine à produire 7 500 obus de calibres 120 à 155 mm par jour, avant de passer à une capacité journalière de production de 10 500 obus.

31  Le nombre de presses passe de onze à 91 entre le début et la fin de la guerre.

32  AFB, 187 AQ 020-01, rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, Paris, novembre 1916. Ce même service a aussi construit pendant la guerre l’usine de récupération des sous-produits de la cokerie, l’aciérie du Breuil, déjà signalées, ainsi que l’agrandissement d’un certain nombre d’ateliers et les cantonnements pour les ouvriers étrangers et les prisonniers de guerre.

33  Cela ne signifie pas que la production d’obus de gros calibre débute à la fin de 1916. Ils ont été continuellement produits depuis les débuts de la guerre, notamment ceux de très gros calibre, pour des pièces de marine ou de batteries côtières, de 293 et 370 mm, utilisées sur le front.

34  Il faut y ajouter les obus de plus gros calibre (450 000 allant du 220 au 520) et plus de 500 000 cylindres d’avion. Cela représente au total 50 types d’obus et cinq types de bombes.

35  En termes de moyens humains, c’est surtout sur la forge que pèse l’essentiel de l’effort de guerre. Son outillage avait été modernisé et développé à la fin de la gérance d’Henri Schneider. Au moment de la mobilisation, le service forgeage comprend 510 personnes. Avec le développement de la fabrication d’obus, ses effectifs atteignent 4 500 unités à l’été 1916.

36  Voir à ce sujet les échanges entre Joffre et Millerand évoqués dans Rémy Porte, La mobilisation industrielle, « premier front » de la Grande Guerre ?, Saint-Cloud, 14-18 Éditions, 2006, p. 78.

37  Nicole Chezeau, De la forge au laboratoire, naissance de la métallurgie physique (1860-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 50-51.

38  François Duffaut, « Du tandem Henri Fayol-Pierre Chevenard au duo Pierre-Marie Fourt et Jean Morlet, la recherche au cœur de la stratégie de l’entreprise à Imphy », in Marco Bertilorenzi, Anne-Françoise Garçon et Jean-Philippe Passaqui (dir.), Entre technique et gestion, une histoire des ingénieurs civils des mines, xixe-xxe siècles, Paris, Presses des Mines, 2016, p. 325-347 ; Jean-Philippe Passaqui, « De l’acier aux aciers spéciaux, des aciers spéciaux aux aciers à haute teneur en nickel », Le Marteau Pilon, tome XXIV, juillet 2012, p. 23-34.

39  Pour autant, dès que le laboratoire du Creusot dispose, au printemps 1915, des moyens humains suffisants pour ne plus se limiter aux analyses courantes, il oriente surtout ses recherches vers la fabrication d’explosifs.

40  Char appelé 75 S dans l’entreprise et dont la vulnérabilité aux balles S, malgré l’utilisation de tôles en acier spécial nickel-chrome, est restée une source d’inquiétude et d’échanges après retour d’expérience entre le ministère de la Guerre et l’entreprise, notamment entre le général Bourret et l’ingénieur Sauvageot. Voir à ce sujet les conférences de direction journalières de l’année 1917, AFB, 01 G 0492 et suiv., conférences de direction journalières, 1917.

41  Sur la création de l’arme blindée en France, voir Arlette Estienne Mondet, Le général J. B. E. Estienne, « père des chars ». Des chenilles et des ailes, Paris, L’Harmattan, 2010.

42  AFB, 187 AQ 020-01, Rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, Paris, novembre 1916. La SOMUA produit aussi des canons de 155 et 220 courts. A. d’Angio, Schneider et Cie et la naissance de l’ingénierie, op. cit., p. 142.

43  Cette production diversifiée a fait l’objet, de la part de l’entreprise, de la publication d’un catalogue. AFB, 0064 Z 1104, Catalogue des matériels d’artillerie mis en service sur les fronts alliés de 1914 à 1917, 1918.

44  AFB, salon Schneider, 1130-05, Établissements Schneider pendant la guerre, 1914-1918, matériel et grand outillage métallurgique, étude et travaux effectués pendant la période 1914-1918.

45  Sur cette question particulière, voir Pierre Chancerel, « Le marché du coke métallurgique en France de 1914 à 1921 », in Charles Barthel, Ivan Kharaba et Philippe Mioche (dir.), Les mutations de la sidérurgie mondiale du xxe siècle à nos jours, Bruxelles, Peter Lang, 2014, p. 21-38.

46  En 1918, la production retrouve son niveau d’avant-guerre. La batterie de hauts-fourneaux produit 135 000 tonnes de fonte en 1917, ce qui, bien qu’il s’agisse d’un record, reste modeste par rapport à la capacité de production que l’entreprise est sur le point de mettre en feu avec la Société normande de métallurgie, constituée en 1915 pour reprendre et achever la construction du site de Caen-Mondeville. Jean-Philippe Passaqui, « Prise en mains de l’usine Thyssen de Mondeville », Bulletin de l’académie François Bourdon, nº 15, mars 2014, p. 35-39.

47  Ce chiffre ne tient pas compte des employés, qui regroupent 1 460 unités au 1er août 1914. 610 sont mobilisés dans les jours suivants. Le personnel de l’usine passe de 11 870 unités à 6 610 au 15 août 1914. AFB, salon Schneider, 1130-05, usine du Creusot, personnel ouvrier, situation numérique de l’effectif ouvrier à diverses époques, août 1914 à août 1919.

48  Sur les raisons de cette incapacité de la Guerre à comprendre l’intérêt de s’appuyer sur Le Creusot et ses productions, voir Louis Bergeron, « La maison Schneider dans l’avant-guerre et dans la Première Guerre mondiale : un témoignage inédit », in Serge Benoit, Serge Chassagne et Philippe Mioche (dir.), Autour de l’industrie, histoire et patrimoine. Mélanges offerts à Denis Woronoff, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, p. 414.

49  « À la mobilisation, la Guerre avait pensé pouvoir assurer seule l’alimentation des armées en obus explosifs et schrapnels de tous calibres. C’est ainsi que Schneider et Cie, qui avaient un personnel en sursis pour fournir des shrapnels de 75 et des obus explosifs de 155, furent informés en mars 1913 qu’ils n’auraient pas d’obus explosifs à fournir mais seulement des shrapnels de 75. Les mises en sursis furent réduites en conséquence. Enfin, en février 1914, schneider et Cie furent avisés que leur concours pour shrapnels était également abandonné. Le temps manque pour retirer les sursis accordés. Notre stock d’approvisionnement de mobilisation pour shrapnels étant complet, notre fabrication commença, pour ainsi dire, sans ordre formel avec notre personnel en sursis et quelques vieux ouvriers », AFB, salon Schneider, 1150-05-010, Schneider et Cie, artillerie, ateliers du Creusot, état des fournitures livrées ou exécutées depuis août 1914, Le Creusot, le 1er août 1916.

50  AFB, 1150-05, usine du Creusot, artillerie, documentation pour la commission sénatoriale des Marchés, note du service de l’Artillerie, 29 septembre 1916.

51  Elle perd près de 500 ouvriers à la suite de l’appel des classes 14 à 17. AFB, salon Schneider, 1150-05, production de l’usine du Creusot en matériel de guerre du 1er août 1914 au 1er août 1916, note de direction générale pour usine du Creusot, Paris, 18 août 1916.

52  Au moment de la cessation des hostilités, elles sont 1 830 à travailler dans les différents ateliers.

53  Au 1er janvier 1919, 1 348 prisonniers de guerre sont encore affectés à l’usine du Creusot.

54  Pour ce qui concerne les militaires, 913 avaient été placés en sursis d’appel au moment de la mobilisation et 9 379 depuis la mobilisation, dont plus de 40 % qui ne faisaient pas partie des établissements Schneider au 1er août 1914.

55  Jean-Philippe Passaqui, Intégration vers l’amont, politique d’approvisionnement en matières premières minérales et combustibles fossiles solides, au sein des établissements Schneider et Cie du Creusot, de 1836 à 1946, thèse de doctorat d’histoire, sous la direction de Serge Wolikow, université de Bourgogne, 2001, p. 660.

56  AFB, 187 AQ 020-01, rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, Paris, 30 novembre 1916.

57  AFB, salon Schneider, 1130-05, développement de nos usines pendant la guerre, notes pour une conférence de Léon Guillet, Le Creusot, 27 février 1919.

58  L. Bergeron, « La maison Schneider dans l’avant-guerre et dans la Première Guerre mondiale », op. cit., p. 407.

59  AFB, 187 AQ 020-02, projet de rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, Paris, 30 novembre 1917.

60  Pour davantage de détails à ce sujet, Charles Barthel, « Les marchés de l’acier et le “projet sidérurgique” : l’expansionnisme des maîtres de forges français au Grand-Duché du Luxembourg (1918-1919) », in Philippe Mioche et Denis Woronoff (dir.), L’acier en France : produits et marchés, de la fin du xviiie siècle à nos jours, Dijon, EUD, 2006, p. 87-102 ; Jean-Philippe Passaqui, « Eugène II Schneider et la sidérurgie lorraine, au lendemain de la Première Guerre mondiale », Bulletin de l’académie François Bourdon, nº 16, avril 2015, p. 22-28.

61  Il exprime cette crainte et réticence sous cette forme : « Que serait-il advenu, lorsque les Allemands eurent envahi et occupé nos départements de l’Est et du Nord, si nous n’avions eu sur d’autres points du territoire des usines prêtes à assurer, par un formidable effort, les besoins croissants de nos armées et du pays lui-même ? Qu’adviendrait-il encore, si, demain, la France, après avoir imprudemment concentré toutes ses industries métallurgiques dans l’Est et laissé disparaître celles des autres régions, se trouvait brusquement privée par une nouvelle invasion de toutes ses disponibilités et de toutes ses richesses industrielles ? », AFB, 181 AQ 022-02, Rapport du gérant à l’assemblée générale ordinaire des actionnaires, Paris, 30 novembre 1921.

Table des illustrations

Titre Document 1. Essai d’obusier Schneider de 340 au Creusot, en présence d’Albert Thomas, le 23 août 1915
Crédits Fonds Académie François Bourdon.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Document 2. Vue d’ensemble de la ville du Creusot (plaine des Riaux) depuis la grande cheminée de la plate‑forme des hauts-fourneaux, le 19 juillet 1916
Crédits Fonds Académie François Bourdon.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Document 3. Usine du Breuil, aciérie Martin, mise en service d’une grue de 5 tonnes, Le Creusot, le 26 juin 1917
Crédits Fonds Académie François Bourdon.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Document 4. Ateliers de construction du Creusot, montage d’une presse à forger Schneider et Cie, le 28 août 1917
Crédits Fonds Académie François Bourdon.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4967/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Document 5. Construction des caisses de chars Schneider 75 S CA1, Le Creusot, le 2 décembre 1916
Crédits Fonds Académie François Bourdon.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4967/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Document 6. Montage de la vis de culasse d’un obusier de 520, Le Creusot, le 8 mars 1917
Crédits Fonds Académie François Bourdon.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4967/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Document 7. Traçage et confection de gabarits, Le Creusot, le 25 mai 1916
Crédits Fonds Académie François Bourdon.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4967/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Document 8. Emboutissage, tréfilage et vérification de la trempe des obus de 75, Le Creusot, le 25 mai 1916
Crédits Fonds Académie François Bourdon.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4967/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Document 9. Ébauchage d’obus explosifs de 105, dans un atelier réunissant des ouvriers, des mobilisés, des ouvrières et des prisonniers autrichiens, Le Creusot, le 8 mars 1917
Crédits Fonds Académie François Bourdon.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4967/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Document 10. Canon de 274 sur affût truck pour voie normale en position de déplacement. Vue prise le 26 juin 1917 dans la plaine des Riaux, au Creusot avec en arrière-plan un puits de la houillère
Crédits Fonds Académie François Bourdon.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4967/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Auteur

Chercheur à l’IHMC UMR 8066, Paris I Panthéon-Sorbonne-ENS-Ulm-CNRS, professeur d’ESHMC en CPGE voie ECE option Saint-Cyr au Lycée militaire d’Autun, Jean-Philippe Passaqui a notamment publié La Stratégie des Schneider, du marché à la firme intégrée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, (rééd. 2015) et Les Voyages forment l’ingénieur, les houillères du centre et du midi de la France, 1851-1873, Paris, Classiques Garnier, 2015 ; avec Marco Bertilorenzi et Anne-Françoise Garçon, il vient de diriger Entre technique et gestion, une histoire des ingénieurs civils des mines, xixe-xxe siècles, Paris, Presses des Mines, 2016.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540