Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Combattre

Les organisations patronales de la métallurgie et la Grande Guerre

Danièle Fraboulet

Texte intégral

  • 1  Appelée depuis 2001 l’Union des industries et métiers de la métallurgie. Danièle Fraboulet, Quand (...)
  • 2  Elle regroupe la grosse métallurgie autour du CFF, la petite métallurgie autour du Syndicat généra (...)

1Les dirigeants de la métallurgie, secteur économique au cœur du conflit, vont devenir les interlocuteurs privilégiés du ministère de la Guerre et du sous-secrétariat chargé de l’Artillerie et de l’Équipement militaire devenu en décembre 1916, durant le cabinet Briand, le ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre attribué à Albert Thomas. Dès 1914, il apparaît que la France n’a plus de ressources suffisantes en armes et en munitions, ce qui ne manque pas d’inquiéter les dirigeants politiques, la guerre s’annonçant industrielle. Pour y faire face, il leur semble indispensable de s’appuyer sur les industriels et sur leurs organisations. La métallurgie est alors une des professions les mieux organisées sur le plan patronal. Au Comité des forges de France (CFF) fondé en 1864 se sont ajoutées de nombreuses chambres syndicales, dont la création à la fin du xixe siècle est liée à l’importance et à la diversification de la branche. Afin d’améliorer la coordination et de mieux défendre les intérêts des différentes chambres syndicales face à l’organisation du mouvement ouvrier et à l’interventionnisme croissant des gouvernements de la IIIe République, est créée en 1901 l’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM)1, fédération de chambres syndicales professionnelles2 et de groupements régionaux.

2Les contacts deviennent ainsi étroits et constants entre membres des gouvernements, permanents patronaux, particulièrement Robert Pinot, secrétaire général de l’UIMM et du Comité des forges, Henri de Peyerimhoff, secrétaire général du Comité central des houilles de France, et certains industriels (Louis Renault, François de Wendel, etc.).

3Les archives de l’UIMM et de quelques syndicats régionaux de la métallurgie complétées par des archives publiques permettent d’éclairer sur le plan économique et social la nature de la coopération entre les métallurgistes et les services ministériels concernés, la variété de l’implication des différents secteurs professionnels et des régions, les incidences de la guerre sur l’organisation de la production et des syndicats patronaux.

Les métallurgistes et l’économie de guerre

4Les dirigeants syndicaux sont saisis par leurs adhérents de multiples problèmes concernant l’organisation de la production de l’après-guerre, et ce dès 1915, ainsi que celle du travail et de la paix sociale dans les usines.

  • 3  Robert Pinot, « L’effort de la métallurgie française », Revue de l’artillerie, avril 1921, p. 241. (...)
  • 4  Voir la communication d’Alex Bostrom dans le présent ouvrage, « 1916 : année charnière ? ».

5En temps de paix, les établissements militaires dépendant de la direction de l’Artillerie assurent seuls la fabrication de l’armement, les entreprises privées se contentant de fournir les matières premières ou les produits semi-finis3. Cette situation change lorsque les tensions internationales augmentent, surtout à partir de l’été 1914, la France ne disposant pas de ressources suffisantes en armes et en munitions4. Les entreprises privées, devant répondre aux demandes croissantes d’armement, sont confrontées à la réorientation de leurs productions, à la nécessité de trouver des matières premières et des produits semi-finis et à la mise en place de méthodes nouvelles de fabrication. Les difficultés s’accentuent rapidement.

6La collaboration des syndicats de la métallurgie est sollicitée par le gouvernement :

    • 5  R. Pinot, « L’effort de la métallurgie française », art. cité, p. 237-251.

    pour organiser le ravitaillement en produits semi-finis des usines métallurgiques privées de leurs producteurs du Nord et de l’Est5. En effet, dès les premières semaines de la guerre, l’industrie métallurgique et minière française est amputée d’une grande partie de sa production : 70 % pour la houille, 80 % pour le coke et le minerai de fer, 64 % pour la fonte et 62 % pour l’acier. Les Allemands s’emparent également de 85 hauts-fourneaux sur 170 ;

  • pour tenter de trouver des solutions à la suspension des marchés en cours, notamment ceux contractés par les industriels avec les ressortissants des États belligérants, certains ne pouvant être rompus, notamment ceux concernant des « matières qu’il est impossible de se procurer ailleurs » ;

  • pour augmenter et répartir la production.

  • 6  Il occupe cette fonction à la Chambre syndicale des constructeurs et fabricants de matériel pour c (...)
  • 7  Voir la déposition de R. Pinot devant la commission d’enquête parlementaire sur la métallurgie, 17 (...)
  • 8  La société L’Aluminium français (été 1915), la société anonyme Minerais et métaux en septembre 191 (...)
  • 9  Voir Fabienne Bock, « L’exubérance de l’État en France de 1914 à 1918 », Vingtième Siècle, nº 3, 1 (...)
  • 10  Lucien Klotz, De la guerre à la paix : souvenirs et documents, Paris, Payot, 1924, p. 49 et suiv.

7L’UIMM et certaines chambres syndicales adhérentes ont choisi le même secrétaire général, Robert Pinot6, qui conduit donc la plupart des discussions avec les pouvoirs publics. Le 20 septembre 1914, le ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, réunit à Bordeaux les représentants de la métallurgie et réorganise la production d’armement en créant des groupements industriels régionaux chargés d’être les intermédiaires entre l’État et les industriels. La coordination devient plus efficace au cours de l’année 1915. En novembre, le CFF et Albert Thomas se concertent pour mettre sur pied un service de centralisation des commandes et un bureau à Londres afin de les répartir entre les différents fournisseurs, le ministère se chargeant d’obtenir du gouvernement britannique les autorisations nécessaires, car l’Angleterre avait institué le régime des licences d’importation. Le CFF a le monopole des importations des fontes, des fers-blancs d’Angleterre, puis en août 1917 celui des aciers ordinaires via le Comptoir d’exportation des produits métallurgiques7. Un certain nombre d’organismes sont ainsi créés en accord avec le gouvernement français pour faciliter l’approvisionnement, organismes gérés soit par l’intermédiaire des organisations patronales, soit directement par les industriels8. Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Étienne Clémentel, encourageait leur constitution car il y voyait « l’amorce d’une restructuration de l’industrie française9 » qui pourrait se poursuivre la paix revenue, d’où des divergences avec les dirigeants patronaux. La crise de production de l’armement commence à être partiellement surmontée durant l’été 191610, l’effort se poursuivant l’année suivante.

  • 11  La fonte, l’acier et le cuivre manquent et donc subissent des hausses de prix. Cela occasionne éga (...)
  • 12  AUIMM, comité de l’Union, 3 mai 1915.
  • 13  AUIMM, réunion du comité de l’Union du 3 mai 1915.

8Divers autres problèmes économiques sont abordés dans les réunions du comité de l’UIMM : la révision des marchés de guerre, notamment avec la répercussion de la hausse des matières premières sur les prix prévus par les contrats11, le montant des indemnités aux sinistrés et l’évaluation des dommages, le problème de la reprise de l’activité dans les régions envahies, très difficile après le pillage et le déménagement de l’outillage industriel entrepris par les Allemands. En effet, les représentants des grandes entreprises allemandes ont formé une société pour faire l’inventaire de toutes les machines des usines des régions envahies. Les plus importantes sont expédiées à Cologne puis distribuées aux usines qui en ont le plus besoin12. Leur objectif était à la fois de compenser les effets du blocus maritime et de mettre les industries du pays ennemi hors d’état de produire pendant un certain nombre d’années après la fin des hostilités. Les dirigeants de l’UIMM se battent pour une réparation maximale des dommages étroitement liée à la reprise de l’activité dans les régions envahies13. Ils envisagent la création d’une société anonyme formée sous le patronage de l’UIMM qui agirait lors des futures campagnes alliées en Allemagne à l’image de la société allemande lors de l’invasion. Le président de l’UIMM n’y est pas favorable, craignant que l’État ne se débarrasse ainsi d’une partie importante de la réparation. Or, le but est de trouver des moyens pour que les usines françaises ne soient pas dans l’impossibilité à la fin de la guerre de reprendre leurs fabrications et de contrer la concurrence allemande. Le bureau de l’Union transmet les revendications des métallurgistes et demande notamment une indemnité à l’Allemagne afin de compenser les destructions et l’immobilisation due à la réfection de l’outillage. Les négociations durent de nombreux mois.

  • 14  AUIMM, procès-verbal de la réunion du comité de l’UIMM, 22 décembre 1915.
  • 15  AUIMM, comité de l’Union, 22 décembre 1915, réunion constitutive à la Chambre de commerce de Paris (...)
  • 16  Le problème de la marque nationale sera évoqué régulièrement durant le xxe siècle.

9L’après-guerre préoccupe donc les dirigeants dès le début du conflit, qu’ils pensent court, avec toujours cette crainte de la concurrence allemande. Afin d’empêcher la vente d’un produit allemand sous une marque commerciale française est constituée le 9 décembre 1915 une Union nationale intersyndicale (UNIS) pour l’unification des marques collectives sous l’égide de la Chambre de commerce de Paris et de son président Arthur David-Mennet. Il s’agit de défendre « une marque destinée à authentifier les produits de l’industrie française14 ». Son créateur, Raynald Legouez, vice-président de la Chambre de commerce de Paris et membre de l’UIMM, présente le projet devant le comité de l’Union le 22 décembre 1915. Si la difficulté de mettre au point des règles fixes « pour déterminer la nationalité réelle d’une industrie » et l’origine des matières et des produits qui entrent dans la composition du produit fini15 est soulignée, l’UNIS espérait réformer le statut des marques collectives reconnu par la conférence de Washington. L’UIMM demande à tous les syndicats de prêter leur concours à la nouvelle organisation16.

  • 17  Voir Guillaume Kérourédan, Un aspect de l’organisation patronale au xxe siècle : l’Association nat (...)
  • 18  AUIMM, procès-verbal de la séance du comité de l’UIMM, 11 avril 1916.
  • 19  Léopold Pralon et Camille Cavallier pour le CFF, le vice-président Alphonse Pinard (fonderie), Eug (...)
  • 20  AUIMM, conseil de direction, 19 septembre 1916.
  • 21  Propos de R. Pinot tenu le 16 mars 1921 au comité directeur de l’Association de l’industrie et de (...)

10Autre mesure, initiée à la fois par Étienne Clémentel et l’industriel lyonnais du textile Étienne Fougère : la mise sur pied avec l’appui du CFF de l’Association nationale pour l’expansion économique (ANEE) sur les marchés mondiaux17. Elle doit assurer une meilleure coordination entre l’État et les agents de l’économie en plein conflit mondial. Ils veulent réunir la majorité des Chambres de commerce et des exportateurs les plus importants sous le patronage de la chambre de commerce de Paris. L’industrie française souhaite ainsi prendre « la large part de la place que les Allemands occupaient18 ». Présidé par Arthur David-Mennet, son comité exécutif de 15 membres comprend 60 % de membres de l’Union19. Après avoir collaboré à des études sur la politique économique à mettre en place lors du rétablissement de la paix et sur les besoins de l’industrie française20, les liens se distendent les années suivantes. Le CFF et l’UIMM, par la voix de Robert Pinot, estimant que « le problème de l’exportation comporte des questions trop spéciales pour être traitées par des tiers », « [c]es groupements se réservent d’examiner par eux-mêmes un problème aussi complexe21 ».

  • 22  AUIMM, assemblée générale, 11 avril 1916.

11Les métallurgistes sont impliqués dans d’autres associations. Ainsi, l’Association centrale pour la reprise de l’activité industrielle dans les régions envahies, fondée en 1916, est présidée par Charles Laurent, en instance de devenir président de l’UIMM22. Son but est de réunir les industriels qui ont des établissements dans les régions envahies et ceux qui sont « de l’autre côté du front », afin de provoquer par tous les moyens la restauration des capacités de production. Au travers de ces associations, l’une des questions essentielles pour les industriels est la régulation de la concurrence à leur profit en anticipant sur l’issue du conflit.

  • 23  AUIMM, réunion du 19 janvier 1917. Le ministère adresse ses remerciements à Charles Laurent en jan (...)
  • 24  Voir Michel Margairaz, « Deux figures du troisième front financier : Alexandre Ribot et Louis-Luci (...)
  • 25  AUIMM, réunion du comité, 22 décembre 1915. Voir les projets de loi ayant été déposés à la Chambre (...)
  • 26  AUIMM, réunion du comité, 13 juin 1917.
  • 27Ibid.
  • 28  Il ne devient réalité qu’en 1920.
  • 29  L’impôt sur les bénéfices de guerre aura comme conséquence la réticence d’un certain nombre d’indu (...)

12La coopération de l’UIMM se fait également sur le plan financier. Elle joue un rôle efficace et couronné de succès dans les négociations entre le ministre des Finances et un syndicat de banques américaines afin d’obtenir un prêt de 50 millions de dollars pour une première tranche23. L’augmentation des dépenses militaires oblige les gouvernements successifs à diversifier leurs sources de financement : recours aux avances de la Banque de France, aux emprunts et surtout à l’émission de bons de la « Défense nationale ». Les divergences apparaissent avec les patrons quand les ministres des Finances souhaitent réformer l’imposition. L’UIMM exprime ses réticences sur la limitation des « bénéfices exagérés » liés aux marchés d’État et aux salaires trop élevés des ouvriers de l’Armement24 voulue par Louis-Lucien Klotz en novembre 1917 ainsi que sur l’impôt sur les bénéfices exceptionnels de guerre, en débat depuis l’automne 191525. Ce dernier est voté le 1er septembre 1916 avec, disposition tout à fait inhabituelle, un effet rétroactif au 1er août 1914. L’impôt prévu devait être de 50 % sur les bénéfices exceptionnels. Il lui est ajouté une tranche supplémentaire de 60 % en 1916 ; d’autres, 70 %, 80 %, à partir de 191726. Une commission parlementaire d’examen des conditions de certains marchés de guerre, instituée en décembre 1915, admet cependant la possibilité de larges amortissements sur les capitaux d’industries devant disparaître à la fin des hostilités. L’UIMM y souscrit car « l’État, à raison même des efforts qu’aura faits l’industrie pendant la guerre, se préoccupe de ne pas alourdir sa situation pour l’après-guerre27 ». Mais elle souligne que, dans le même temps, l’État prend du retard dans ses paiements, annule ses commandes en cours et refuse de payer les stocks d’obus encore à livrer au moment de l’armistice. En 1917, l’État souhaite parallèlement mettre en place l’impôt sur les bénéfices industriels et celui sur le chiffre d’affaires28. Toutes ces questions alimentent des débats animés dans les réunions de l’Union, l’unanimité se faisant sur la plus grande limitation possible desdits impôts29.

L’organisation du travail et la paix sociale, permanences et nouvelles questions

13La politique sociale s’efface devant les questions conjoncturelles, le travail législatif étant en veilleuse. Cependant, les discussions entamées avant la guerre se poursuivent, les décisions étant souvent reportées au lendemain du conflit, comme dans le cas de l’apprentissage, de la durée du travail ou des conventions collectives.

  • 30  AUIMM, réunion du comité, 19 septembre 1916.

14Le conflit aggrave certains problèmes, telle la pénurie de main-d’œuvre, notamment qualifiée, fortement accentuée par la mobilisation et la demande très forte de produits métallurgiques. Des mesures sont mises en place en collaboration avec les pouvoirs publics : rappel d’ouvriers et d’ingénieurs mobilisés, recours aux réfugiés et à la main-d’œuvre féminine, allégement des règlements de protection du travail. L’arrêt des hostilités ne résout rien puisque l’apprentissage, désorganisé par le conflit, a des difficultés à faire face à une demande accrue de main-d’œuvre consécutive à la reconstruction et à la reprise de l’essor économique. Unifier l’enseignement technique paraît plus nécessaire que jamais aux dirigeants politiques. Les syndicats de la métallurgie participent à la gestation et à la mise en place de la loi Astier, le sénateur Eugène Touron défendant au Parlement la position des industriels30.

  • 31  Voir Danièle Fraboulet, « Le patronat de la métallurgie et l’(in)aptitude durant la première parti (...)
  • 32  AUIMM, conseils de direction, 16 novembre 1920, 14 décembre 1920, 18 janvier 1921, 14 novembre 192 (...)

15La réinsertion des mutilés de guerre, du travail ou des handicapés pourrait être une autre solution à la pénurie de main-d’œuvre. Mais elle est vécue comme une contrainte, d’une part parce qu’elle apparaît obligatoire, d’autre part car cela implique des charges supplémentaires31. Sur la question des mutilés, l’Union commence la lutte dès 1915, lors de la présentation à la Chambre des députés du projet de loi du député socialiste de Haute-Vienne, Adrien Pressemane, qui estime que l’industrie privée doit absorber le gros des blessés. Le CFF et l’UIMM jugent, quant à eux, que les mobilisés, venant majoritairement du monde rural, doivent retrouver des emplois dans l’agriculture. Le combat s’intensifie de 1920 à 1924 lors de la gestation de la loi sur leur réinsertion professionnelle32.

  • 33  AUIMM, annexe au procès-verbal du comité de l’Union, 12 mars 1917, rapport de R. Legouez présenté (...)
  • 34  AUIMM, lettre du 3 avril 1917.

16Sensibilisés au problème de la pénurie de main-d’œuvre, Albert Métin, ministre du Travail, et Étienne Clémentel proposent le 16 novembre 1916 un projet de loi prévoyant un recensement industriel afin de connaître précisément l’ensemble des moyens de travail, installations et machines, en vue de l’utiliser après la guerre pour le réemploi immédiat du personnel mobilisé. L’UIMM s’en émeut. Le recensement de tout le matériel lui paraît coûteux et inutile, une grande partie de celui-ci pouvant être immédiatement réutilisé sur place. Elle soutient la proposition de Raynald Legouez de créer des bureaux, analogues aux offices de placement de la main-d’œuvre, gérés par les organisations patronales, qui recenseraient le matériel non utilisé pouvant être mis à la disposition de ceux qui en auraient besoin33. En aucun cas il ne faut établir d’obligation. Elle intervient dans ce sens auprès du ministre du Commerce34 et du président de la commission du Travail de la Chambre. Sa position est constante : éviter toute intrusion de l’État dans les affaires patronales, et dans ce cas précis garder le monopole de l’établissement des statistiques.

  • 35  AUIMM, rapport du bureau de l’Union, 16 février 1914. Le député de la Seine Paul Beauregard (inscr (...)

17Autre sujet de désaccord avec le pouvoir politique, l’extension du risque professionnel applicable à l’accident du travail à certaines maladies dites professionnelles et de la réparation. En juillet 1914, la Chambre des députés adopte un projet de loi sur ce sujet. L’accroissement très sensible des charges préoccupe le patronat, qui demande de prouver le diagnostic : « la présomption très grave que telle maladie constatée chez un ouvrier […] a [-t-elle] été engendrée par l’exercice de la profession35 » ? La réparation des accidents du travail prend une nouvelle orientation en avril 1916 avec ceux causés aux ouvriers par faits de guerre. Pour l’UIMM, il ne s’agit pas d’accidents du travail, la réparation devant être à la charge de la nation.

  • 36  AUIMM, conseils de direction, 14 novembre 1916 et 16 janvier 1917. La commission d’études se compo (...)
  • 37  AUIMM, conseil de direction, 16 janvier 1917.

18À l’inverse, l’UIMM décide d’aider, en novembre 1916, le ministre d’État Léon Bourgeois, qui a créé un Comité central d’assistance aux anciens militaires tuberculeux. Les patrons sont sensibles aux maladies, « fléaux sociaux », tuberculose et alcoolisme, qui sévissent à l’état endémique et entravent la production. Et la guerre, du fait des privations, a provoqué une poussée aiguë de tuberculose. L’UIMM nomme un Comité de patronage de lutte contre la tuberculose et une commission d’études présidée par Charles Laurent lui-même36. Ce comité lance une souscription destinée à l’organisation de sanatoriums. Parallèlement, l’Union alerte les parlementaires et les membres du gouvernement sur les dangers de l’alcoolisme, qui perturbe les productions de guerre, et demande l’interdiction – « imposée en tous lieux et à tous les citoyens par les pouvoirs publics » – de la consommation d’alcool, « qui est la cause la plus efficiente de la tuberculose sous toutes ses formes37 ».

  • 38  Un autre décret du 17 janvier 1917 organise la conciliation et l’arbitrage obligatoire dans les us (...)
  • 39  AUIMM, comité de l’Union, 1er février 1917. En fait, dès septembre 1914, Renault a déjà été chargé (...)
  • 40  Leurs relations sont tout de suite très étroites. Le deuxième président du groupe, Pierre Richemon (...)

19Les rapports professionnels sont transformés par la guerre. Les industriels requièrent la coopération avec le gouvernement pour les aider à régler le problème des salaires et à gérer les conflits. Après avoir consulté la Chambre syndicale des constructeurs automobiles, le ministre de l’Armement, Albert Thomas, a décidé de réglementer « en partie les salaires pour les fabrications de guerre de la région parisienne ». Un salaire minimum horaire d’embauchage et de travail aux pièces est fixé pour les ouvriers non professionnels et « une catégorie restreinte de professionnels de capacité moyenne38 ». Cela engendre un débat entre Louis Renault, pour qui chaque ouvrier devrait passer un examen permettant le classement, et Charles Laurent, qui préfère la fixation de taux minima de salaire par des comités régionaux. La contestation ouvrière s’amplifie en 1917. Ces problèmes incitent à la création du Groupement régional des industriels de la région parisienne (GIRP), dont Louis Renault accepte momentanément la présidence39. Rassemblant les industries de l’automobile, des métaux, des constructions mécaniques et électriques, de la fonderie, etc., il fait partie de l’UIMM dès sa création40. Il s’attelle immédiatement à la réglementation des salaires et entame des discussions avec Albert Thomas.

20À la fin du conflit, le social revient en force, les discussions du comité de l’Union portent de nouveau sur les salaires, l’apprentissage avec le projet de loi Astier, la lutte contre la tuberculose, l’alcoolisme, la gestion des conflits…

21Sur toutes ces questions, le conflit a accentué la collaboration avec l’État. Nous pouvons noter certaines constantes dans l’attitude des syndicats patronaux : éviter l’augmentation des charges, juguler l’intrusion de l’État, mais accepter et même rechercher la coopération avec les pouvoirs publics pour améliorer la production, endiguer les conflits, aider à la formation, etc. Bref servir au mieux les intérêts des adhérents.

22Les bouleversements liés à la guerre sont importants dans l’organisation même du patronat.

L’impact du conflit sur l’organisation interne de l’UIMM et sur celle du patronat41

  • 41  Danièle Fraboulet et Clotilde Druelle-Korn, « L’impact de la Première Guerre mondiale sur les synd (...)
  • 42  André François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, Paris, A. Colin, 1927, p. 228.

23Cette période difficile engendre une augmentation de 10 % des adhésions à l’UIMM entre 1914 et 1919, ce qui n’est pas le cas au CFF ni à la Chambre syndicale du matériel de guerre. Selon André François-Poncet, ces chambres ont refusé durant la guerre toute adhésion nouvelle pour montrer qu’elles servaient gratuitement la nation et qu’aucune obligation ne devait résulter de leurs services42.

  • 43  AUIMM, Charles Laurent, réunion du comité et assemblée générale du 11 avril 1916, p. 10.
  • 44  Jean Plichon, député du Nord à partir de 1889 (Action libérale), est le rapporteur de la commissio (...)
  • 45  AUIMM, réunion du comité du 22 décembre 1915, p. 6.
  • 46  AUIMM, lettres des 7 et 17 décembre 1915.

24La guerre a des effets moins positifs : les dissensions économiques ont failli provoquer l’éclatement de l’Union. Les désaccords existant avant la guerre, particulièrement sur les questions douanières, s’accentuent avec l’opposition des transformateurs des métaux aux producteurs. Les premiers ont l’impression d’être sacrifiés aux seconds43. Le CFF et l’UIMM, représentés par Robert Pinot, négocient avec le gouvernement au nom de la métallurgie tout entière sans en référer aux autres syndicats, ce qui provoque des protestations contre le rapport Plichon44, qui approuvait les majorations des droits de douane proposées par le CFF. Jules Niclausse, président du Syndicat des mécaniciens, chaudronniers et fondeurs de France et vice-président de l’UIMM, demande aux pouvoirs publics la suppression des droits sur tous les produits métallurgiques jusqu’à la fin de la guerre. Léopold Pralon, vice-président du CFF et de l’UIMM, défend la majoration afin de « sauvegarder autant que possible notre maîtrise douanière » et pour ne pas « priver les pouvoirs publics de la perception de droits de douane sans contrepartie ». Pralon rappelle que l’invasion et les difficultés de transport ont restreint la quantité de matières disponibles. Leur suppression « ne changerait rien à cette situation » et pourrait s’étendre à d’autres produits, y compris ceux des constructeurs. De plus, elle avantagerait les États-Unis, qui profitaient déjà suffisamment de la situation. Et enfin, « nous ne serions pas assez sots pour vouloir le mal des constructeurs, qui sont nos clients […], dont la prospérité importe absolument à la prospérité de notre industrie45 ». La polémique est violente. Niclausse et le secrétariat du syndicat ne sont pas convaincus et envoient leur démission en décembre 191546.

  • 47  Parmi elles se trouvent l’Association métallurgique du Rhône, le GIM à sa création, un certain nom (...)
  • 48  AUIMM, assemblée générale, 11 avril 1916, p. 3.
  • 49  Article 12, puis 15.

25Dans cette affaire, Pinot agit au nom du CFF. Si le fait d’avoir les mêmes hommes à la tête de plusieurs syndicats peut être synonyme de cohésion, le jeu d’équilibriste est parfois une position difficile à tenir. Le débat, porté à la connaissance de tous les adhérents, vise à blanchir le CFF. Pralon montre la bonne conduite des Forges qui, lors de la mise en marche de la fabrication d’obus entre septembre et décembre 1914, ont fait appel au concours de tous, même des non-adhérents. 16 chambres syndicales47, dont onze régionales, continuent d’appartenir à l’Union, Niclausse n’entraînant avec lui qu’une minorité des constructeurs48. L’UIMM tire les leçons : nécessité de la discipline syndicale et respect des statuts49, qui auraient pu empêcher la démission. Laurent remplace Niclausse à la tête de la section de construction mécanique de l’Union et en devient donc vice-président, puis immédiatement président en 1916. Le choix de faire accéder à la présidence un représentant de la construction mécanique peut signifier un effacement relatif du CFF, qui a dominé sans conteste l’Union de 1904 à 1918, mais surtout la montée en puissance des transformateurs.

  • 50  Cependant elle peut s’intéresser encore aux questions économiques si elle est saisie par les chamb (...)
  • 51  AUIMM, assemblée générale, 18 février 1919, p. 4.

26Cette polémique a pour conséquence la réorganisation de l’UIMM, qui doit redéfinir ses objectifs pour ne pas imploser. Alors que les premiers statuts mentionnaient, tout en les distinguant, ses compétences économiques et sociales, ceux de 1919 les limitent aux questions sociales, ouvrières et fiscales50. En effet, l’économique divise alors qu’il est plus facile d’obtenir un consensus sur la politique sociale. Laissant aux chambres syndicales professionnelles le champ économique, l’Union accentue son rôle fédérateur sur le terrain social51, son pouvoir se renforçant avec l’afflux des adhésions. L’objectif est également de contrer les initiatives de la Confédération générale de la production française (CGPF), née en juillet 1919, qui, avec la création de ses groupements par spécialités, risque de concurrencer l’organisation des métallurgistes.

  • 52  Officiellement en avril 1918 conformément à la loi du 21 mars 1884. Il devient le GIM en 1920, syn (...)
  • 53  Le Groupement des industriels métallurgistes de l’arrondissement de Valenciennes, réunis pour la p (...)

27Ces nouvelles orientations sont convaincantes, puisque les chambres régionales adhèrent plus massivement dans les années 1920, que ce soient des chambres régionales de création ancienne ou de nouveaux groupes apparus à la fin et au lendemain de la guerre. C’est le cas de la région parisienne (GIRP constitué officieusement en 1917)52 ou de certains groupes du Nord de la France53. Les groupements régionaux et locaux permettent d’unir de plus en plus d’industriels et augmentent le nombre des transformateurs.

  • 54  En 1917, l’Union s’inquiète du renforcement de « l’élément ouvrier [], les concessions qu’il aura (...)

28Cette réorganisation prend également en compte deux contraintes : faire face aux organisations ouvrières54 et participer à divers organismes administratifs, tout en gardant le foisonnement des niveaux de regroupement.

  • 55  Toujours ministre du Commerce et de l’Industrie dans le cabinet Clemenceau.
  • 56  Partie XIII du traité de Versailles.
  • 57  Par exemple l’union du Conseil supérieur de l’industrie et du commerce et du Comité consultatif de (...)
  • 58  La Chambre de commerce de Paris et l’assemblée des présidents y sont également opposées, C. Druell (...)
  • 59  D. Fraboulet, Quand les patrons s’organisent…, op. cit., p. 162-164.
  • 60  H. Darcy a été le premier président de la CGPF (1919-1925).
  • 61  Georges Lefranc, Les organisations patronales en France, Paris, Payot, 1976, p. 63.
  • 62  AUIMM, 27 11 11, structure patronale générale, 12 mai 1939, p. 6.

29La mise en place de la CGPF voulue par Clémentel55 nécessite également un renforcement de l’Union. Menant à l’issue de la guerre toute une réflexion sur le rôle économique et social de l’État – d’autant que sont créés des organismes internationaux telle l’Organisation internationale du travail56 –, le ministre préfère créer un nouvel organisme plutôt que de transformer ceux qui existent57. L’UIMM, si elle ressent la nécessité de grouper les organisations patronales pour discuter des problèmes ouvriers et sociaux, est réticente face à ce projet58, car l’initiative revient au ministre du Commerce. Même si celui-ci souhaite s’appuyer sur les organisations patronales les plus puissantes, elle craint un asservissement du patronat aux pouvoirs publics. Elle entame une série d’études sur le sujet, en espérant influer sur l’organisation de la CGPF59. Robert Pinot propose un bureau d’études réunissant les représentants des différentes fédérations patronales qui suffirait pour examiner les problèmes d’ordre général et déterminer une ligne de conduite commune. Mais la CGPF se constitue. S’y ralliant finalement, l’UIMM entend alors y jouer un rôle de premier plan, notamment par l’intermédiaire d’Henry Darcy60, de François de Wendel ou du baron Petiet, et du fait que les neuf dixièmes des fonds de la CGPF proviennent du Comité des houillères, de l’UIMM et de l’Union des industries chimiques61. L’UIMM estime que l’essentiel est en fait fourni par elle et qu’« elle a permis en tout cas à la CGPF de se consacrer davantage à l’étude des questions économiques et financières62 ». Les cadres dirigeants, les infrastructures et les ressources financières de la jeune Confédération sont ceux de l’Union. Par son intermédiaire, le grand patronat la domine donc.

  • 63  A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 159-160.

30La Première Guerre mondiale a joué un rôle fort important dans l’évolution des syndicats de la métallurgie en amplifiant à la fois la coopération avec l’État et les dissensions internes. Certes, dès l’origine, les dirigeants de l’UIMM mettent sur pied des stratégies afin de peser sur les décisions politiques. « Être où il faut, quand il faut, en sachant parfaitement de quoi il s’agit et ce qu’il y a lieu de dire63 ». Cela signifie l’établissement de relations personnelles et organisationnelles entre le monde des affaires et le monde politique qui ne sont pas sans provoquer des difficultés entre les adhérents. La détermination des problèmes sur lesquels doit porter l’action du syndicalisme patronal est bien sûr calquée sur la vie législative et sociale. Mais l’interaction inévitable des problèmes entre eux, les priorités souvent différentes des chambres syndicales, la sensibilité politique du moment et la rivalité éventuelle entre les divers éléments institutionnels doivent être prises en compte avec un impératif : ne pas affecter la cohésion du groupe. Avec le conflit, les interventions directes auprès des pouvoirs publics, indirectes par l’intermédiaire des institutions économiques ou des associations constituées pour résoudre un problème précis se sont multipliées. La reconstruction après la Première Guerre mondiale mettant en jeu des intérêts importants, une présence accrue sur le plan international s’impose. Ainsi les dirigeants de l’UIMM sont très actifs au sein de deux organismes internationaux nés après la guerre : l’OIT et le BIT. Robert Pinot y retrouve Albert Thomas.

31Quel bilan tirer de cette période ? S’il est difficile de mesurer précisément en quoi l’augmentation de la production et l’organisation du travail sont imputables à l’action des organisations patronales, il est plus aisé d’étudier l’impact de la guerre sur les organisations elles-mêmes : l’UIMM sort renforcée du conflit. Elle a réussi à juguler les conflits internes et à se positionner comme l’une des plus puissantes, sinon la plus puissante des organisations patronales de l’entre-deux-guerres. Elle est désormais un partenaire incontournable dans toutes les négociations.

Notes

1  Appelée depuis 2001 l’Union des industries et métiers de la métallurgie. Danièle Fraboulet, Quand les patrons s’organisent. Stratégies et pratiques de l’Union des industries métallurgiques et minières, 1901-1950, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007.

2  Elle regroupe la grosse métallurgie autour du CFF, la petite métallurgie autour du Syndicat général des fondeurs de France et la construction qui rassemble des syndicats de constructeurs de chacune des branches principales. Les chambres syndicales professionnelles se préoccupent des questions d’ordre général, plus spécialement économiques. L’UIMM se charge d’harmoniser les différents points de vue tant sur le plan économique, tout au moins jusqu’en 1919, que sur le plan social, et ses relations avec les pouvoirs publics deviennent fréquentes.

3  Robert Pinot, « L’effort de la métallurgie française », Revue de l’artillerie, avril 1921, p. 241. Au lendemain du conflit, Pinot multiplie les conférences et les articles et écrit un livre sur la participation très active des métallurgistes à la défense du pays. Il s’agit aussi de défendre la métallurgie contre les accusations visant les maîtres de forges dont les intérêts sont des deux côtés du front (affaire du bassin de Briey).

4  Voir la communication d’Alex Bostrom dans le présent ouvrage, « 1916 : année charnière ? ».

5  R. Pinot, « L’effort de la métallurgie française », art. cité, p. 237-251.

6  Il occupe cette fonction à la Chambre syndicale des constructeurs et fabricants de matériel pour chemin de fer et tramways, à la Chambre syndicale des fabricants et constructeurs de matériel de guerre à la Chambre syndicale de navires et de machines marines, au CFF, au comité des forges et des mines de Meurthe-et-Moselle, à la Chambre syndicale des forces hydrauliques, de l’électro-métallurgie et l’électro-chimie, à la Chambre syndicale des mines de fer de France.

7  Voir la déposition de R. Pinot devant la commission d’enquête parlementaire sur la métallurgie, 17 septembre 1919 (AN, C 7724). Voir également Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, Gallimard, 1984.

8  La société L’Aluminium français (été 1915), la société anonyme Minerais et métaux en septembre 1917. Les bénéfices faits par ces consortiums pour le compte et avec l’aide de l’État devaient être nuls ou très faibles, ce qui ne semble pas toujours avoir été le cas (AN, C 7722, 7723 et 7724, commission d’enquête sur la métallurgie).

9  Voir Fabienne Bock, « L’exubérance de l’État en France de 1914 à 1918 », Vingtième Siècle, nº 3, 1984, p. 47.

10  Lucien Klotz, De la guerre à la paix : souvenirs et documents, Paris, Payot, 1924, p. 49 et suiv.

11  La fonte, l’acier et le cuivre manquent et donc subissent des hausses de prix. Cela occasionne également des retards dans les livraisons d’armement et les industriels encourent des pénalités. L’UIMM a obtenu des dérogations sous certaines conditions de la direction de l’Artillerie. Elle est prête à intervenir auprès de la direction des Poudres : archives de l’UIMM (désormais AUIMM), comité de l’Union, 22 décembre 1915.

12  AUIMM, comité de l’Union, 3 mai 1915.

13  AUIMM, réunion du comité de l’Union du 3 mai 1915.

14  AUIMM, procès-verbal de la réunion du comité de l’UIMM, 22 décembre 1915.

15  AUIMM, comité de l’Union, 22 décembre 1915, réunion constitutive à la Chambre de commerce de Paris. 42 syndicats y étaient représentés.

16  Le problème de la marque nationale sera évoqué régulièrement durant le xxe siècle.

17  Voir Guillaume Kérourédan, Un aspect de l’organisation patronale au xxe siècle : l’Association nationale d’expansion économique (décembre 1915-mars 1951), thèse de 3e cycle, sous la direction de Jean Bouvier, université Panthéon-Sorbonne, 1980, p. 481.

18  AUIMM, procès-verbal de la séance du comité de l’UIMM, 11 avril 1916.

19  Léopold Pralon et Camille Cavallier pour le CFF, le vice-président Alphonse Pinard (fonderie), Eugène Schneider du Creusot et Charles Laurent (construction mécanique), Louis Renault et Paul Panhard (Chambre syndicale des constructeurs automobiles), Robert Pinot, en tant que secrétaire général de la Chambre syndicale des constructeurs de matériel de chemin de fer, et Jules Charles-Roux (constructions de navires et machines marines).

20  AUIMM, conseil de direction, 19 septembre 1916.

21  Propos de R. Pinot tenu le 16 mars 1921 au comité directeur de l’Association de l’industrie et de l’agriculture françaises (AIAF) à propos d’une lettre de l’ANEE invitant l’AIAF à la semaine du commerce extérieur. Cité in G. Kérourédan, Un aspect de l’organisation patronale au xxe siècle, op. cit., p. 483.

22  AUIMM, assemblée générale, 11 avril 1916.

23  AUIMM, réunion du 19 janvier 1917. Le ministère adresse ses remerciements à Charles Laurent en janvier 1917.

24  Voir Michel Margairaz, « Deux figures du troisième front financier : Alexandre Ribot et Louis-Lucien Klotz », in Florence Descamps et Laure Quennouëlle-Corre (dir.), Finances publiques en temps de guerre. Déstabilisation et recomposition des pouvoirs, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016, p. 9-20.

25  AUIMM, réunion du comité, 22 décembre 1915. Voir les projets de loi ayant été déposés à la Chambre par Ribot, Landry et Renard.

26  AUIMM, réunion du comité, 13 juin 1917.

27Ibid.

28  Il ne devient réalité qu’en 1920.

29  L’impôt sur les bénéfices de guerre aura comme conséquence la réticence d’un certain nombre d’industries à se lancer dans la fabrication d’armements lors des tensions de la fin des années 1930.

30  AUIMM, réunion du comité, 19 septembre 1916.

31  Voir Danièle Fraboulet, « Le patronat de la métallurgie et l’(in)aptitude durant la première partie du xxe siècle » in Catherine Omnès (dir.), Les mains inutiles. L’inaptitude au travail en Europe, Paris, Belin, 2004, p. 287-305.

32  AUIMM, conseils de direction, 16 novembre 1920, 14 décembre 1920, 18 janvier 1921, 14 novembre 1922 et 13 mai 1924.

33  AUIMM, annexe au procès-verbal du comité de l’Union, 12 mars 1917, rapport de R. Legouez présenté au nom de la commission des Douanes et questions économiques de la Chambre de commerce de Paris sur le projet de loi relatif au recensement industriel.

34  AUIMM, lettre du 3 avril 1917.

35  AUIMM, rapport du bureau de l’Union, 16 février 1914. Le député de la Seine Paul Beauregard (inscrit au groupe progressiste) a « amélioré » le projet de Louis Breton (siégeant à l’extrême gauche du groupe socialiste), ce qui, pour l’Union, le rend acceptable. L’allongement de la liste des maladies professionnelles ne pourrait être fait que par voie législative.

36  AUIMM, conseils de direction, 14 novembre 1916 et 16 janvier 1917. La commission d’études se compose d’industriels, de conseillers d’État et de professeurs de médecine ; elle est divisée en sous-commissions : tuberculose, alcoolisme, hygiène de l’enfance, logement ouvrier. Ses membres sont adjoints à ceux du comité de patronage.

37  AUIMM, conseil de direction, 16 janvier 1917.

38  Un autre décret du 17 janvier 1917 organise la conciliation et l’arbitrage obligatoire dans les usines de guerre. Gilbert Hatry, « Les délégués d’atelier aux usines Renault », in Patrick Fridenson (dir.), 1914-1918. L’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977, p. 221-235.

39  AUIMM, comité de l’Union, 1er février 1917. En fait, dès septembre 1914, Renault a déjà été chargé par le CFF d’organiser le groupe de Paris avec mission de répartir la fabrication d’obus, jusque-là détenue par les arsenaux d’État et les firmes du Creusot et de Saint-Chamond, entre un certain nombre d’industriels, voir R. Pinot, « L’effort de la métallurgie française », art. cité, p. 186. Il dirigeait aussi le groupement des constructeurs français d’armes portatives, de chars d’assaut. « L. Renault eut désormais des rapports permanents avec les plus hautes instances de l’État », Patrick Fridenson, Histoire des Usines Renault, tome I : Naissance de la grande entreprise : 1898-1939, Paris, Le Seuil, 1972, p. 90-91.

40  Leurs relations sont tout de suite très étroites. Le deuxième président du groupe, Pierre Richemond, est en même temps vice-président de l’UIMM avant d’en devenir le président en 1925.

41  Danièle Fraboulet et Clotilde Druelle-Korn, « L’impact de la Première Guerre mondiale sur les syndicats patronaux : l’exemple de la métallurgie et de la CGPF », in Jean-Louis Robert (dir.), Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 109-123.

42  André François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, Paris, A. Colin, 1927, p. 228.

43  AUIMM, Charles Laurent, réunion du comité et assemblée générale du 11 avril 1916, p. 10.

44  Jean Plichon, député du Nord à partir de 1889 (Action libérale), est le rapporteur de la commission des Douanes de la Chambre en 1910. La majoration des droits atteint de plein fouet les consommateurs de produits métallurgiques.

45  AUIMM, réunion du comité du 22 décembre 1915, p. 6.

46  AUIMM, lettres des 7 et 17 décembre 1915.

47  Parmi elles se trouvent l’Association métallurgique du Rhône, le GIM à sa création, un certain nombre de groupements de la construction mécanique et de la chaudronnerie, les chambres syndicales des constructeurs de matériel de chemin de fer, de la construction navale, des constructeurs automobiles.

48  AUIMM, assemblée générale, 11 avril 1916, p. 3.

49  Article 12, puis 15.

50  Cependant elle peut s’intéresser encore aux questions économiques si elle est saisie par les chambres syndicales sur une question précise.

51  AUIMM, assemblée générale, 18 février 1919, p. 4.

52  Officiellement en avril 1918 conformément à la loi du 21 mars 1884. Il devient le GIM en 1920, syndicat professionnel régional à compétence sociale. Annuaire du GIM, 1924.

53  Le Groupement des industriels métallurgistes de l’arrondissement de Valenciennes, réunis pour la première fois en août 1919 pour faire face aux revendications ouvrières mais aussi pour « aider à la reprise économique des régions dévastées », n’est pas un syndicat, mais une association conforme à la loi de 1901.

54  En 1917, l’Union s’inquiète du renforcement de « l’élément ouvrier [], les concessions qu’il aura obtenues pendant la guerre, les salaires élevés auxquels il aura été habitué, le manque de main-d’œuvre qui se fera partout sentir, lui auront donné une cohésion nouvelle » (AUIMM, comité de l’Union, 16 octobre 1917).

55  Toujours ministre du Commerce et de l’Industrie dans le cabinet Clemenceau.

56  Partie XIII du traité de Versailles.

57  Par exemple l’union du Conseil supérieur de l’industrie et du commerce et du Comité consultatif des arts et manufactures, proposée dans un premier temps par Robert Pinot, ou la transformation de l’ANEE. Voir Clotilde Druelle-Korn, « Le temps de la guerre, un temps d’expérimentation pour l’État et les producteurs : retour sur la création de la Confédération générale de la production française », in Michèle Saboly et Ludovic Cailluet (dir.), Conflits, Toulouse, Presses de l’université de Toulouse I, 2003, p. 402-405.

58  La Chambre de commerce de Paris et l’assemblée des présidents y sont également opposées, C. Druelle-Korn, ibid., p. 395-407.

59  D. Fraboulet, Quand les patrons s’organisent…, op. cit., p. 162-164.

60  H. Darcy a été le premier président de la CGPF (1919-1925).

61  Georges Lefranc, Les organisations patronales en France, Paris, Payot, 1976, p. 63.

62  AUIMM, 27 11 11, structure patronale générale, 12 mai 1939, p. 6.

63  A. François-Poncet, La vie et l’œuvre de Robert Pinot, op. cit., p. 159-160.

Auteur

Danièle Fraboulet est professeure émérite d’histoire contemporaine (Université de Paris 13). Ses domaines de recherche sont l’histoire économique (histoire des entreprises) et sociale (histoire des métallurgistes et de leurs organisations professionnelles) au xxe siècle. Elle est co-organisatrice du programme de recherche européen sur les organisations patronales en Europe xixe-xxe siècle, CRESC (Paris XIII)-IDHE (Paris VIII-Paris I)-LARHRA (Lyon II), et du programme de recherche sur les élites économiques en France (2016-2020), dont la première journée d’étude a eu lieu le 16 septembre 2016.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540