Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Combattre

Albert Thomas et Louis Loucheur : organiser et rallier les producteurs

Patrick Fridenson

Volltext

Introduction

  • 1Daniel R. Beaver, « Industrial Mobilization and Military Technology », in Robin D. S. Higham et De (...)
  • 2D. R. Beaver, « Industrial Mobilization and Military Technology », op. cit., ici p. 392-395.

1C’est d’une guerre mondiale qu’il s’agit. Par conséquent, il faut d’emblée situer le cas français par rapport à ses homologues étrangers, en particulier ceux d’Europe occidentale. On peut aujourd’hui distinguer trois modèles différents de pilotage par l’État de la production de guerre en 1914-19181. En Allemagne, le haut commandement militaire travaille en coopération étroite avec les industriels, et l’État en tant que tel se trouve contourné. En Grande-Bretagne, au contraire, c’est le gouvernement qui est le principal acteur des négociations avec les entreprises, et les militaires sont isolés. En France, le ministère chargé de la guerre (puis seulement de l’armement) doit à la fois coordonner et équilibrer les désirs et exigences de l’État, des entreprises et de l’état-major. En outre, dans chacun des trois pays, les relations avec les producteurs de base que sont les salariés des usines de guerre sont différentes, même si chaque pays regarde ce que font les deux autres. Le social ne se réduisant pas aux syndicats mais incluant les coopératives, les mutuelles et la masse des femmes et des hommes qui sont inorganisés, le modèle français est ainsi le plus complexe. Il nous faut donc expliquer sa construction et ses ajustements. Comment Albert Thomas, par exemple, peut-il gérer à la fois le maréchal Joffre (puis son successeur Pétain), Robert Pinot, secrétaire général du Comité des forges, et, pour la chimie, Georges Pascalis et Adrien Badin, les présidents des commissions des Armées des deux chambres, et enfin Léon Jouhaux, secrétaire général de la CGT, et Alphonse Merrheim, secrétaire général de la Fédération des métaux de la même CGT, qui de surcroît ne partage pas les positions de son « général » ? Mais traiter d’une guerre mondiale a une autre implication forte pour qui cherche une compréhension nouvelle du cas français. On ne peut pas séparer l’intérieur et l’extérieur. Comme l’avait souligné l’historien américain Daniel R. Beaver dans un état des questions qui reste inégalé quinze ans plus tard2, la coopération industrielle et technologique internationale, blocus compris, est partie intégrante de la mobilisation productive mais ne devient complète et intégrée qu’à partir de 1917.

  • 3  Gaston Jèze, Les dépenses de guerre de la France, Paris, PUF, 1926. Je remercie Laure Quennouëlle- (...)
  • 4  AN, fonds Ribot, 563 AP 16. Voir en particulier dossier 1 : lettre au ministre de l’Armement sur l (...)
  • 5  Fabien Cardoni, « La perte de contrôle des finances militaires. L’action des contrôleurs de l’admi (...)

2L’ampleur du défi tient aussi à l’ampleur des sommes que l’État doit trouver pour le relever. On peut considérer que les dépenses pour l’armée et l’armement deviennent en France le premier poste du budget de l’État. Elles s’élèvent de 5,2 milliards de francs courants en 1914 à 7,9 en 19183. Les trois ministres des Finances successifs, et d’abord Alexandre Ribot (août 1914-mars 1917), recourent aux emprunts et à l’émission monétaire, ainsi qu’à de rares impôts nouveaux. Vis-à-vis des ministres chargés de l’armement ils alternent entre des périodes récurrentes de vives tensions, où ils tentent de freiner la dépense, et des périodes où la situation militaire fait qu’ils ne peuvent pas dire non4. Ils leur demandent bien sûr, comme aux militaires, d’être regardants dans les marchés qu’ils passent et d’exercer un contrôle sur les dépenses engagées en installant des contrôleurs, mais l’expérience montre la difficulté de la tâche5.

  • 6  Clotilde Druelle, Un laboratoire réformateur : le Département du Commerce en France et aux États-U (...)
  • 7  Archives du service historique de la Défense (SHD), cartons 10 N 1 à 129.
  • 8  Bibliothèque de l’Institut de France, fonds Mario Roques, Ms 7737/7-17/7-17/14-17/14, éléments sur (...)
  • 9  Témoignage accessible en ligne : http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---europe/---ro-geneva/-- (...)
  • 10  AN, 102 Mi 1, dossiers 1 et 2.
  • 11  Archives municipales de Champigny-sur-Marne, 6 Z, fonds Paul Mantoux, correspondance sur les circo (...)

3Pour caractériser dans le modèle français la part qui revient aux ministres de l’Armement (à côté de leurs homologues du Commerce et de l’Industrie, des Travaux publics et des Transports et du Travail)6, j’ai choisi d’examiner à la fois l’action d’Albert Thomas et de Louis Loucheur. Les sources mobilisées sont les archives Thomas aux Archives nationales, les archives Loucheur à l’université Stanford, les dossiers de Légion d’honneur de Thomas, Loucheur, Bossut, Claveille, Mercier, Sévin, les archives du ministère de l’Armement au service historique de la Défense à Vincennes7, le fonds Mario Roques à l’Institut de France8 et le témoignage d’Aimée-Louise Morel recueilli par les archives du Bureau international du travail9. En ce qui concerne la place du seul Thomas dans les relations entre Alliés, ces fonds doivent être complétés, outre les archives du Quai d’Orsay et les Documents diplomatiques français, notamment la correspondance de Thomas avec David Lloyd George10 et les deux fonds Paul Mantoux entre 1915 et 191711.

4Compte tenu du cours spasmodique de la guerre, un ordre chronolo­gique s’impose : on étudiera donc d’abord Albert Thomas seul, puis le tandem Albert Thomas-Louis Loucheur et enfin Loucheur seul (mais l’est-il totalement ?). Cet ordre chronologique conduit à une question d’ensemble : par-delà la multiplicité des événements, y a-t-il un socle commun, et, si oui, lequel ?

Albert Thomas seul aux commandes

  • 12Bertus Willem Schaper, Albert Thomas. Trente ans de réformisme social, Paris, Presses universitair (...)
  • 13  Louis Klée, « Alban Daumas (1924-1996) », Bulletin d’information de l’Association des bibliothécai (...)
  • 14  Christophe Prochasson, Les intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, Le Seuil, (...)
  • 15Adeline Blaskiewicz-Maison, Albert Thomas. Le socialisme en guerre 1914-1918, Rennes, Presses univ (...)
  • 16Martin Fine, Toward corporatism: the movement for capital-labor collaboration in France, 1914-1936(...)
  • 17John F. Godfrey, Capitalism at War. Industrial Policy and Bureaucracy in France, 1914-1918, Leamin (...)
  • 18Alex Bostrom, The Establishment of the French War Machine in the First World War, PhD thesis, Linc (...)

5L’action de Thomas en matière d’armement attend paradoxalement toujours un examen d’ensemble. Si l’histoire de sa vie dans une perspective de réformisme social a fait très tôt l’objet de la thèse hollandaise de Bertus Willem Schaper (1953, traduite en français en 1959, publiée en France en 1960)12, au moins cinq projets français de thèse de doctorat à son sujet ont été commencés en France depuis le milieu des années 1970 puis abandonnés, de Marie-Noëlle Thibault à Florent Lazarovici. Parmi eux, je salue la mémoire d’un de mes doctorants, Alban Daumas13, qui s’était consacré uniquement à Thomas comme responsable ministériel de l’Armement, mort en 1996 après un colloque sur la Grande Guerre. Le contraste est donc grand entre l’ampleur des travaux consacrés à la réflexion politique de Thomas et à ses réseaux, dans la lignée de la thèse de Christophe Prochasson14, ou à sa participation à un « socialisme en guerre », le dernier en date étant le master 2 d’Adeline Blaskiewicz-Maison15, et le caractère pointu des recherches où il est spécifiquement question de Thomas au service de la guerre. Dans ce domaine, les travaux les plus novateurs sont venus de thèses d’historiens anglo-saxons, l’Américain Martin Fine mettant en évidence en 1971 la place de Thomas dans un mouvement long cherchant une collaboration entre le patronat et le syndicalisme ouvrier, voire une partie de la gauche16 ; le Canadien John F. Godfrey soulignant dans sa thèse de 1975 (publiée à l’identique en 1987) les faiblesses et les limites de l’action ministérielle du socialiste Thomas, notamment par rapport à la créativité et à la pertinence de son collègue radical Étienne Clémentel, ministre du Commerce et de l’Industrie à partir d’octobre 191517 ; le Britannique Alex Bostrom mettant en valeur en 2015 au contraire la capacité de Thomas à adapter l’appareil industriel français aux besoins des armées en matière d’artillerie18. Peut-on dépasser l’opposition entre ces deux derniers points de vue ?

  • 19  Guy Rousseau, « Le Conseil des ministres en 1916, d’après les notes d’Étienne Clémentel », Guerres (...)

6Pour en avoir le cœur net, il convient d’interroger les modalités d’acquisition de responsabilités par Thomas, la construction de son ministère, l’émergence de sa politique industrielle et les caractères de sa politique sociale, sans que l’on ait encore une vue précise des échanges en Conseil des ministres sur l’ensemble de la guerre19.

L’obtention de responsabilités croissantes

  • 20Marjorie M. Farrar, « Politics versus Patriotism: Alexandre Millerand as French minister of War », (...)
  • 21  Service historique de l’armée, Les armées françaises dans la Grande Guerre, tome II, annexes, vol. (...)
  • 22  Emmanuelle Cohen, Albert Thomas. Jeunesse, amitiés et formation politique (1897-1906), mémoire de (...)
  • 23  Général Louis Baquet, Souvenirs d’un directeur de l’Artillerie. Les canons, les munitions. Novembr (...)
  • 24  Général Edmond Buat, Journal 1914-1923, présenté et annoté par Frédéric Guelton, Paris, Perrin, 20 (...)
  • 25  Une telle appréciation est purement polémique.
  • 26  Jean-Marc Valentin, René Viviani 1863-1925. Un orateur, du silence à l’oubli, Limoges, Presses uni (...)
  • 27  Abel Ferry, Carnets secrets (1914-1918), Paris, Grasset, 1957, p. 81 ; Général E. Buat, Journal…, (...)
  • 28  Rapport du ministre de la Guerre Alexandre Millerand au président de la République, Journal offici (...)
  • 29  Raymond Poincaré, Au service de la France. Neuf années de souvenirs, tome VI : Les tranchées 1915, (...)
  • 30  « Albert Thomas nommé sous-secrétaire d’État à la Guerre », Le Petit Journal, 20 mai 1915.
  • 31  Thomas, Loucheur et Renault sont parmi les participants de la grande réunion ministère-industriels (...)

7Il vaut assurément la peine de retracer précisément les étapes de l’ascension d’Albert Thomas. Elle n’aurait pas été possible sans l’entrée des socialistes au gouvernement de l’Union sacrée. Elle a surtout la valeur d’un processus d’apprentissage, d’une acquisition d’expérience. Fin août 1914, l’un des deux ministres socialistes, Marcel Sembat, aux Travaux publics, fait entrer Thomas à son cabinet. Il y est chargé des chemins de fer et de l’organisation urbaine, les deux poumons de la nouvelle économie de guerre. Le 12 octobre, le ministre de la Guerre, Alexandre Millerand, ancien socialiste que Thomas apprécie20, lui confie, par lettre de son chef de cabinet, le lieutenant-colonel Edmond Buat, une mission d’appui en matière de fabrications de guerre (obus, canons, artillerie lourde, fusils, explosifs) : trouver des usines, recruter des ouvriers, nouer des contacts avec des industriels21. Dans cet exercice, Thomas manifeste les mêmes qualités que dans sa jeunesse militante vis-à-vis des syndicalistes : la multiplication des déplacements à travers toute la France, la capacité à établir des liens22. Le général Louis Baquet, nommé adjoint au directeur de l’Artillerie en novembre 1914 puis directeur le 4 décembre, reçoit et convoque fréquemment des industriels ou des directeurs d’usine dans ses bureaux23. Cependant, face à la crise des munitions, il doit reconnaître qu’il est mal armé « pour résister aux assauts politiques » et s’attire les foudres des parlementaires et d’une partie des militaires. Au printemps 1915, le lieutenant-colonel Edmond Buat note : « la direction de l’Artillerie est devenue, à elle seule, un véritable ministère24 ». Le sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Abel Ferry, dresse dans ses carnets le 29 juin un bilan acide : « Le général B…, directeur de l’Artillerie, par son insuffisance jointe à sa suffisance, s’est acquis une juste impopularité. Il n’a pas fabriqué de munitions25. Les canons éclatent. C’est un polytechnicien à système. Les commissions de la Chambre et du Sénat soulevées, le président de la République irrité demandaient sa tête. Millerand le couvait de son mutisme. Viviani26, et ce sera l’un des services de sa carrière, le remplaça par le diligent Albert Thomas27. » Après huit mois du « contrôle officieux le plus minutieux et le plus utile28 », le président de la République, Raymond Poincaré, sur rapport de Millerand, le nomme en effet le 18 mai sous-secrétaire d’État à l’Artillerie et aux Équipages militaires auprès du ministre de la Guerre. Cette nomination ne prend effet que le 20 mai, une fois obtenu l’accord du groupe socialiste de la Chambre29. Il a 37 ans, comme le souligne Le Petit Journal30, soit un an de moins que l’un de ses principaux interlocuteurs industriels, Louis Renault31.

  • 32  Yves Cohen, Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919(...)
  • 33  Anne-Laure Anizan, « 1914-1918, le gouvernement de guerre », Histoire@Politique, nº 22, janvier-av (...)

8Cette chronologie est donc différente de ce qu’ont écrit deux excellents historiens. Il n’est pas exact que Thomas ait été nommé en septembre 1914 à la tête de la direction de l’Artillerie, comme l’a affirmé Yves Cohen32 ; il n’est pas non plus exact que Thomas soit arrivé « dans le gouvernement Briand formé en octobre 1915 », comme l’a indiqué Anne-Laure Anizan33.

La construction du ministère

  • 34  Thierry Bourcy, L’arme secrète de Louis Renault. Une enquête de Célestin Louise, flic et soldat da (...)

9Encore faut-il à cet Albert Thomas, qu’un roman policier récent dépeint « enfoncé dans son siège, la tête un peu penchée comme s’il pesait chaque avis34 », composer son équipe et son administration, ainsi que trouver des locaux.

Document 1. Albert Thomas. Croquis exécuté par Clémentel pendant le conseil des ministres du 21 mars 1916

Document 1. Albert Thomas. Croquis exécuté par Clémentel pendant le conseil des ministres du 21 mars 1916

Archives départementales du Puy-de-Dôme, 5 J 26.

  • 35Inge Saatmann, Parlament, Rüstung und Armee in Frankreich 1914/18, Düsseldorf, Droste Verlag, 1978 (...)
  • 36  Général L. Baquet, Souvenirs d’un directeur de l’Artillerie…, op. cit., p. 15.
  • 37  Lettres de Léon Eyrolles des 23 juillet et 4 août 1915 découvertes par Hélène Vacher dans les arch (...)
  • 38  À mon sens, Henri Hubert est en fait adjoint au général Mourret. Eyrolles est nommé à la mi-août 1 (...)
  • 39  Nicolas Mariot, Histoire d’un sacrifice. Robert, Alice et la guerre, Paris, Le Seuil, 2017.
  • 40  Lettre à Marcel Guérin, 23 juin 1915, publiée in Daniel Halévy, L’Europe brisée. Journal et lettre (...)

10Le sénateur Raphaël Milliès-Lacroix déclare : « Il y a eu récemment une sorte de révolution au ministère de la Guerre, on a constitué un sous-secrétariat d’État au-dessus de la direction de l’Artillerie, mais on a maintenu les directeurs incriminés. Le président du Conseil, voyant l’effet déplorable produit, s’est décidé à les changer35. » Baquet, qui « devait rester chargé d’une partie importante des services de l’artillerie, ce qui fut fait dans la première organisation du sous-secrétariat », est ainsi évincé le 20 mai36. Toutefois, pendant l’été, un ami de Thomas, Léon Eyrolles, directeur de l’École spéciale des travaux publics, estime qu’« on ne sait pas travailler là-dedans, […] il n’y a pas de coordination entre les différents éléments, […] pas un grand chef technique37 ». Il met trois mois à convaincre Thomas, hésitant malgré l’urgence, de recruter Albert Claveille, ingénieur civil des Ponts, le directeur des Chemins de fer de l’État. Il faut souligner que c’est un cas rare de conducteur promu dans le corps des ingénieurs des Ponts. Thomas obtient pour lui le 3 novembre un poste de directeur général des Fabrications d’artillerie. Le même Léon Eyrolles loue pour Thomas et son administration les locaux de l’hôtel Claridge au 74, avenue des Champs-Élysées. Un an plus tard, au 31 mai 1916, « son seul personnel militaire rassemble 1 144 » personnes réparties « sur six étages ». Mais les civils, anciens membres du Groupe d’études socialistes, tiennent « la minorité stratégique au cabinet – Simiand, Roques – et dans les directions non directement militaires : Service industriel pour Eyrolles, automobile pour Hubert38, propagande pour Bourgin ». Cette forte présence d’intellectuels de gauche dans les allées du pouvoir n’est pas forcément du goût de leurs amis. Les critiques de Sylvain Lévi, professeur de sanscrit au Collège de France, et du sociologue Émile Durkheim sont sévères39. Il en va de même dans le camp opposé. Les commentaires de Daniel Halévy sont acerbes : « eux que j’ai toujours connus d’âpres arrivistes, totalement dénués de sentiment français et militaire40 ».

  • 41  Gabriel Galvez-Behar, « Le savant, l’inventeur et le politique. Le rôle du sous-secrétariat d’État (...)
  • 42A. Bostrom, The Establishment…, op. cit., p. 275-276.
  • 43  Jean-Michel Chevrier, Le rôle de Loucheur dans l’économie de guerre, mémoire de maîtrise d’histoir (...)
  • 44  Rémy Porte, La Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françai (...)
  • 45Journal officiel, 12 septembre 1915 ; Alain Hennebicque, « Albert Thomas and the War Industries », (...)

11Le sous-secrétariat d’État est renommé Artillerie et Munitions le 29 octobre 1915 à l’occasion d’un changement de gouvernement. Il comprend à l’origine trois bureaux et dix-sept sections. Il s’élargit en fonction des besoins de la guerre exprimés par le GQG, des demandes des parlementaires et de la vision que Thomas, son cabinet et Claveille ont du rôle de leur ministère comme du potentiel de la France. Ainsi, Thomas s’intéresse dès le début à la collaboration de scientifiques puis institue en avril 1916 trois sections où savants et officiers œuvrent à la résolution de problèmes d’armement41. En novembre 1915, il établit dans chaque département un comité d’évaluation des ressources industrielles pour mieux connaître de façon décentralisée le potentiel industriel et humain disponible et pour promouvoir l’optimisation de la main-d’œuvre comme des méthodes de production et le choix des meilleures machines42. Voici quatre décisions significatives sur le plan industriel. Thomas crée la direction du Matériel chimique de guerre en juin 1915. Il crée le service des Forces motrices le 25 novembre43. Il obtient en octobre le rattachement du bureau du Service automobile de l’état-major, chargé notamment de toutes les études sur l’automobile et confié au général Léon Mourret44. Il institue le 3 septembre une commission des Contrats, chargée de contrôler l’attribution des marchés d’armement, qui est une première pour les ministères et dont il confie la présidence à Albert Claveille45. Les autres membres sont Gabriel Cordier, président de la Chambre syndicale des forces hydrauliques, de l’électrométallurgie et de l’électrochimie, le général Léon Mourret et Henry Résal, ingénieur en chef honoraire du matériel et de la traction à la Compagnie des chemins de fer de l’Est.

  • 46  A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 469-470 ; Florent Lazarovici, « L’organisati (...)

12Une création importante intervient également sur le plan social. Face à la pénurie de personnel, Thomas crée le 10 juin le Service ouvrier pour fournir et réguler la main-d’œuvre des usines de guerre. Son chef est Édouard Sévin, qui n’a pas de formation supérieure, ayant débuté dans l’administration de la Marine à 21 ans. Ceci est en partie imputable à ses origines modestes : père charron, mère couturière. Il a manifesté des « qualités remarquables », puisqu’il a été nommé chevalier de la Légion d’honneur en janvier 1909. La fonction qu’il occupait jusque-là était celle de chef du bureau à la direction des Troupes coloniales au ministère de la Guerre. On ignore encore les raisons et réseaux qui ont motivé sa nomination. Puis, prévoyant le vote de la loi Dalbiez, qui est promulguée le 17 août 1915, Thomas centralise les demandes des industriels grâce au service du Contrôle de la main-d’œuvre militaire créé début juillet et composé aux deux tiers d’inspecteurs du travail mobilisés46. En août, répondant à une suggestion de la Chambre, il y ouvre un service d’embauche féminin, puis en avril 1916 une section salaires et protection de la main-d’œuvre féminine.

13De manière surprenante, la composition du cabinet de Thomas n’est fixée que le 28 novembre 1915. Elle se limite à trois personnes : Édouard Sévin, chef de cabinet, François Simiand, chef adjoint de cabinet, Mario Roques, sous-chef de cabinet (JO du 29 novembre, p. 8 674). Par conséquent, contrairement à ce qui a été écrit jusqu’ici, le premier responsable, Sévin, n’est ni normalien ni socialiste. Cette petite taille du cabinet est sans doute liée au titre de sous-secrétaire d’État. Elle implique autour de ce trio la présence d’officieux.

  • 47  Archives du BIT en ligne, Souvenirs d’Aimée-Louise Morel née Rommel, op. cit., p. 2.

14« Après chaque voyage, chaque conversation importante, chaque réunion de comités, chaque visite au Grand Quartier Général, le Ministre dicte immédiatement ses instructions aux directeurs, mais surtout ses réflexions, impressions, explications pour ses deux amis François Simiand et Mario Roques », témoigne une des secrétaires de Roques47.

Vers une politique en matière industrielle

  • 48  François Crouzet, « Recherches sur la production d’armements en France (1815-1913) », Revue histor (...)
  • 49  Pour un exemple encore peu connu, voir AN, Archives de l’Institut français d’histoire sociale, B 2 (...)
  • 50  Fabienne Bock, « L’impossible gestion des finances publiques pendant la Grande Guerre », in Philip (...)

15Pour fournir les armées en types de produits demandés dans les quantités et les qualités voulues, Thomas se situe dans le cadre de la répartition entre public et privé en évolution avant la guerre puis renégociée par Millerand avec les industriels et leurs syndicats à partir de septembre 191448. Si Thomas et ses services ont autorité sur les établissements de l’État, en revanche ils doivent convaincre les entreprises privées et leurs organisations professionnelles49. Le sous-secrétariat d’État est en asymétrie d’information par rapport aux entreprises, d’où l’abondance de réunions régulières avec les industriels. Au début, Albert Thomas est inquiet : « l’administration de la Guerre, seul consommateur et consommateur obligatoire, [est] obligée de se plier à leurs exigences50 ». Mais il n’est pas totalement dépourvu de moyens à leur égard. Il a en effet deux atouts : il dispose de crédits considérables à cet effet si les Finances en sont d’accord (20 milliards de francs-or de 1915 à 1918) ; il fournit la main-d’œuvre. Le ministère du Commerce a, lui, la distribution des matières premières.

  • 51  Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, P (...)

16Les tâches que Thomas se fixe pour les établissements d’État et auxquelles il va tenter avec son administration de rallier les patrons privés consistent donc à résoudre les difficultés d’approvisionnement, à augmenter la production (en faisant fabriquer le même produit par un nombre plus grand d’entreprises, en accroissant les effectifs et leur productivité, en accroissant le parc machines, en ouvrant de nouvelles usines), à améliorer sa qualité (on a vu combien Abel Ferry, lieutenant aux armées, y était sensible), à diversifier les produits (par la créativité des ingénieurs et le recours à la science) et à gérer les risques spécifiques de guerre par la délocalisation d’usines et par le recours à des importations lorsque des matériaux, des outils ou des pièces font défaut. Cette liste montre que l’interprétation de mon vieil ami Richard F. Kuisel, selon qui le ministère Thomas « se souciait beaucoup de protéger les travailleurs51 », est quelque peu réductrice. Thomas est d’abord au service de l’intensification productive. Pour autant, il n’est pas à l’abri des difficultés : à qui attribuer les contrats ? à quel prix les payer ? quelles quantités d’un modèle ou d’un matériau commander ? quels délais de livraison fixer ? quel doit être le degré de prescription par les militaires et donc quelle autonomie ou initiative des entreprises ? quelle qualité accepter ? quel doit être le contrôle de l’État ? Ces points sont de surcroît sensibles à l’opinion publique, telle qu’exprimée par les parlementaires, la presse, les réunions, la correspondance et tout ce que les préfets, la police, la censure ramènent dans leurs filets.

  • 52  A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 243-244.
  • 53Ibid., p. 351-352.
  • 54AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 53 et 72.
  • 55Ibid., 94 AP 73 et 80.
  • 56A. Bostrom, The Establishment…, op. cit., p. 126.
  • 57J. F. Godfrey, Capitalism at War…, op. cit., p. 187.
  • 58A. Hennebicque, « Albert Thomas and the War Industries », op. cit.
  • 59  Jean-Louis Peaucelle, « Henri Fayol et la guerre de 1914 », in idem et alii, Henri Fayol inventeur (...)
  • 60  A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 356. Pour une vue juridique générale, Frédér (...)

17Voici quelques réponses à ces questions. Les avances aux industriels sont autorisées par l’État depuis août 1914 pour acquérir les matières premières importées et pour payer les salaires. Thomas obtient le décret du 15 juillet 1915 pour financer les achats d’outillage. La commission des Contrats alerte cependant Thomas en septembre. Celui-ci recommande à ses services de réclamer des intérêts sur les sommes versées et de prendre des hypothèques. S’agissant des prix, les services de Thomas sont généreux au début. Puis ils inventent un barème forfaitaire pour chaque type de pièce, ce qui favorise de fait les industriels les mieux équipés et les plus dynamiques52. À partir de l’automne 1915, des critiques aboutissent à l’abandon des prix forfaitaires pour l’adoption de prix majorés début 191653. Le 26 juin 1915, les services demandent des pénalités pour mauvaise exécution des contrats sur les obus. Elles sont très supérieures à ce que les industriels veulent accepter54. Thomas à plusieurs reprises ne soutient pas ses pointilleux inspecteurs en conflit avec des industriels55. En juin 1915, Thomas hésite sur le volume et l’urgence des contrats d’artillerie lourde car il est encore incertain sur la longueur de la guerre56. Inversement, en septembre 1916, le Conseil supérieur de la défense nationale l’appelle à ne pas promettre aux militaires davantage qu’il n’est réalisable en ce qui concerne les grands obus, d’autant plus que les industriels promettent plus qu’ils ne tiennent57. De même, lorsque des députés socialistes préoccupés par les prix accordés et les perspectives de profit sont, comme dans d’autres pays, à l’origine d’une loi créant un impôt sur les bénéfices de guerre, Thomas hésite. Il semble avoir voulu « éviter la sanction fiscale, plus brutale58 ». Ces diverses pressions ont des effets. Les prix baissent. En 1915, le célèbre industriel de la métallurgie Henri Fayol baisse de 8 % le prix de ses obus. Il est personnellement remercié par Thomas59. Les contrats signés à partir de 1916 donnent plus de garanties à l’État60.

  • 61  Archives de la BDIC, fonds Paul Mantoux, F delta res 0858, par exemple une lettre de Paul Mantoux (...)
  • 62Journal officiel, 12 mai 1916.

18Les approvisionnements à l’étranger, ainsi que la recherche de main-d’œuvre étrangère (Italiens, Serbes, Russes, prisonniers de guerre des Alliés) sont un problème primordial. À partir de juillet 1915, Thomas participe à des « conférences des munitions » bilatérales ou multilatérales entre Alliés, notamment à Londres, en vue d’alléger les pénuries par des accords temporaires durement négociés. Ces conférences et les conférences interalliées générales, qui l’amènent à déclarer hardiment le 27 mars 1916 : « Il ne suffit pas de n’avoir qu’une armée et qu’un seul front, il faut encore n’avoir qu’un atelier », élargissent son expérience internationale et accroissent son information sur les politiques menées dans les autres pays61. Thomas obtient un décret du 11 mai 1916 créant, au ministère de la Guerre, une commission interministérielle des Métaux et des Bois, chargée de « centraliser les achats de métaux et bois au mieux des intérêts de la défense nationale » et placée au sous-secrétariat d’État62.

  • 63  Archives du BIT en ligne, Souvenirs d’Aimée-Louise Morel née Rommel, op. cit., p. 3.

19Pour les fabrications, les directions de son administration traitent surtout avec les grandes entreprises. Cependant Thomas, suite à sa période de parlementaire en mission, veut aussi impliquer les PME. À sa demande, l’ingénieur civil Émile Hugoniot, collaborateur de Léon Eyrolles au Service industriel, se rend dans une série de PME. Il conseille et oriente leurs responsables63.

20Prenons quelques exemples, soit positifs soit négatifs, d’initiatives de Thomas concernant la production.

  • 64  AN, 94 AP 84, note d’Henry Le Chatelier à Albert Thomas, 5 juillet 1915 ; Aimée Moutet, « La Premi (...)
  • 65  Voir le bilan nuancé de Toshikatsu Nakajima, « L’impact de la guerre de 1914-1918 sur l’industrie (...)

21Thomas soutient la rationalisation. Dès l’été 1915, il demande au professeur à la Sorbonne Henry Le Chatelier d’enquêter sur la mauvaise qualité des fabrications métallurgiques et mécaniques, puis il envoie des ingénieurs tayloriens dans les établissements de l’État (ils iront ensuite travailler à la demande de Clémentel) et il fait des circulaires aux industriels pour recommander les méthodes tayloriennes64. Il obtient l’accord de la majorité des syndicalistes CGT, mais une difficulté apparaît, qu’il va devoir traiter : les ouvriers veulent un salaire minimum indépendant du rendement. En 1916, il pousse les industriels à acheter davantage de machines automatiques65, d’où une production accrue et l’emploi plus large de femmes et d’ouvriers non qualifiés.

  • 66  Claude Boisselot, « L’enquête parlementaire sur l’aluminium en 1919 », Cahiers d’histoire de l’alu (...)
  • 67Ibid. ; Ludovic Cailluet, Chedde, un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, Grenoble, Presses u (...)

22En matière d’aluminium, il comble le retard de perception de l’État66. Il établit le décret du 21 août 1915 organisant le contrôle de l’aluminium et interdisant les exportations. Jusque-là, les ministères ignorent l’aluminium et l’artillerie croyait qu’elle n’en avait pas besoin. Thomas est sensibilisé à l’importance stratégique de ce métal pour l’aviation. Thomas centralise les besoins et fait établir des prix identiques pour les différents services de l’armée. Le sociologue Maurice Halbwachs, membre de son équipe, effectue une mission d’information dans les usines des Alpes en février 1916, où il se préoccupe aussi de l’amélioration de la condition ouvrière67. Thomas intervient auprès du leader des producteurs Adrien Badin pour augmenter la production d’aluminium (mais aussi les importations).

  • 68Antony S. Travis, Harm G. Schröter, Ernst Homburg et Peter J. T. Morris (éd.), Determinants in the (...)
  • 69  J. F. Godfrey, Capitalism at War…, op. cit. ; Jun Sakudo, Les entreprises de la chimie en France d (...)

23Face à un autre retard, cette fois industriel, celui d’une partie de l’industrie chimique française68, à laquelle ses services consacrent beaucoup d’énergie, Thomas se joint au projet initié par Clémentel de créer à la mi-1916 la Compagnie nationale des matières colorantes69.

  • 70  Yannick Lemarchand et Mathieu Detchessahar, « La naissance du char d’assaut français, 1915-1918 », (...)
  • 71  G. Galvez-Behar, « Le savant, l’inventeur et le politique… », op. cit., p. 107.

24Le char est emblématique des difficultés d’une innovation radicale. L’initiative vient d’un officier, le colonel Jean-Baptiste Estienne, en 1915. Mais le processus d’innovation est long. « Mis au point au cours du conflit, dans l’agitation des combats, les chars d’assaut sont le produit d’une véritable fièvre innovatrice qui s’empare, dès le début de la guerre, de quelques officiers et ingénieurs français préoccupés par l’obligation de domestiquer rapidement un champ de bataille aux caractéristiques nouvelles et inattendues : bosselé, troué, tissé de réseaux de tranchées et de barbelés… ». Louis Renault dit non à Estienne le 20 décembre 1915. Albert Thomas n’est pas moteur, car il épouse les réserves de son collaborateur, le général Mourret, en conflit avec Estienne et le GQG. Estienne part ensuite sur l’option d’un char léger et convainc cette fois Louis Renault, en juillet 1916. Malgré l’appui du maréchal Joffre à Estienne, Thomas ne commande qu’un prototype70. Cependant, Thomas va être la clé de la suite, car c’est lui qui charge en novembre 1916 le député républicain socialiste Jules-Louis Breton d’une mission dans « les usines de fabrication de matériel d’artillerie d’assaut71 ».

  • 72  Archives de l’Institut de France, fonds Mario Roques, projet de livre sur Hugoniot, 1929 et 1951 ; (...)
  • 73  J. F. Godfrey, Capitalism at War…, op. cit., tout le chapitre x, p. 258-284 ; Michel Barras, Histo (...)

25La construction à partir de 1916 d’un arsenal géant à Roanne est, elle, emblématique d’un volontarisme d’État démesuré. L’initiative vient surtout de l’ingénieur civil Émile Hugoniot72. Celui-ci est rendu audacieux par ses réussites auprès d’entreprises importantes dans le conseil à l’agrandissement d’usines et à l’acquisition d’outillage, ainsi que par le succès dans la production de masse d’Henry Ford. Thomas voit les avantages politiques d’une telle fabrication d’obus de 75 et 155. L’État sera ainsi un très grand producteur et réalisera un établissement pilote. Cela permettra « une union des différentes classes de la nation ». La construction simultanée d’une cité ouvrière moderne illustrera sa politique sociale73.

L’émergence d’une politique sociale

  • 74Bulletin de l’inspection du travail et de l’hygiène industrielle, 1915, p. 90.

26Le socialiste Albert Thomas obtient, aux dépens du ministère du Travail, que l’ensemble des conditions de travail des salariés des usines de guerre soit de son ressort, étant entendu que son administration bénéficiera du concours des inspecteurs du travail74. La continuité et l’accroissement de la production sont ici aussi ses objectifs. Sa circulaire du 23 juillet 1915 aux industriels stipule que les ouvriers mobilisés n’ont pas le droit de grève. Ils peuvent continuer à faire partie de syndicats mais les préfets peuvent interdire les réunions. En outre, Thomas accroît les incitations au travail des femmes et le recours à la main-d’œuvre coloniale ou étrangère.

  • 75  Pour un exemple des objectifs visés et des réalisations effectives, voir Xavier Vigna, « La restau (...)
  • 76Idem, L’espoir et l’effroi…, op. cit., p. 21-46.
  • 77  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 343, note sur l’effort de guerre de 1914 à 1917.
  • 78  AN, F22 530 ; T. Nakajima, « L’impact de la guerre… », op. cit., p. 539.
  • 79  AN, F22 567 ; T. Nakajima, « L’impact de la guerre… », op. cit., p. 548.
  • 80  A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 512.

27Ici aussi il lui faut rallier les producteurs. Tout comme à l’égard des industriels, Thomas est un grand émetteur d’idéologie productiviste, à coup d’interventions au Parlement ou dans la presse, de visites d’usines accompagnées de discours aux ouvriers et de textes dans le Bulletin des usines de guerre créé en mai 1916. Mais lui et son équipe ont conscience que cela ne suffit pas par rapport aux difficultés de la vie ouvrière. Ils cherchent donc des moyens de réduire celles-ci et les puisent dans les répertoires syndical, coopérateur et socialiste. Ils instaurent une surveillance de l’évolution des salaires et des conditions de travail. Ils préconisent la mise en place de cantines coopératives et de coopératives de ravitaillement, la prise en charge des accidents du travail dans les usines de guerre, la mise en place de caisses autonomes de retraite75. Si ce début de politique est amené à aller plus loin, c’est sous l’effet conjoint des réalités et de la pression d’une partie croissante de la société. Des réalités l’équipe Thomas a le souci. Sans doute inspiré par le sociologue Maurice Halbwachs qui travaille aux côtés de Thomas, le Service ouvrier multiplie les enquêtes à dominante statistique. Elles concernent en priorité les nouvelles mains-d’œuvre des usines de guerre : les femmes, les étrangers et les coloniaux76. Il s’agit d’évaluer la productivité des différentes catégories définies. Il s’agit de mesurer les conséquences du double processus de déqualification et de surqualification. Il s’agit aussi d’améliorer la condition ouvrière en vue d’une intensification de l’effort de guerre. En revanche, c’est le ministère du Travail qui mène des enquêtes industrielles, dans la tradition de l’Office du travail : c’est soit la poursuite de ses enquêtes périodiques sur l’activité économique, telle l’enquête de janvier 1915 sur 32 000 établissements77, soit des enquêtes thématiques : en septembre-octobre 1915, le Travail fait une enquête « pour répertorier les établissements travaillant ou susceptibles de travailler pour la défense nationale78 » ; vers la fin de 1917, il enquête sur l’emploi des machines étrangères dans l’industrie française, avec réponses rédigées par circonscription79. Mais il arrive que les réalités se rappellent avec force à l’attention. Ainsi, début 1916, les services de Thomas « commencent à s’alarmer de l’augmentation des accidents du travail », mais se heurtent à la mauvaise volonté de certains industriels80. Quant à la société, elle s’exprime par le canal des organisations de la CGT, qui réclament un droit de regard sur les salaires, les primes et les conditions de travail (en 1915, la Fédération des métaux reprend sa revendication de délégués d’atelier), et par celui des femmes au travail, des milieux de la réforme sociale et de la presse, qui déplorent les salaires, les conditions de travail et la santé des femmes.

  • 81  Mathilde Dubesset, Françoise Thébaud et Catherine Vincent, Quand les femmes entrent à l’usine Les (...)

28Thomas fait mouvement en ce qui concerne les femmes, les « munitionnettes » (elles seront 430 000 à la fin de la guerre), mais ce mouvement est modéré. Il institue le 21 avril 1916 un Comité du travail féminin, présidé par le sénateur radical Paul Strauss et composé de 40 hommes et quatre femmes, d’où émaneront non seulement des enquêtes mais de multiples recommandations de mesures. Il envoie notamment des circulaires recommandant de respecter le principe « à travail égal salaire égal ». Mais Thomas écoute ensuite les doléances des industriels, et, lors d’une réunion du Comité, il admet que soient déduits du salaire des ouvrières « le coût de revient de toutes les nouvelles modifications à l’outillage, à l’organisation du travail, à la surveillance et, de façon générale, la part des frais supplémentaires entraînés par la substitution de la main-d’œuvre féminine à la main-d’œuvre masculine », donc que l’égalité ne soit pas respectée. Cependant, le résultat de son action – et de celle des ouvrières elles-mêmes – est une première réduction de l’écart entre les salaires féminins et masculins81.

  • 82  Patrick Mortal, Les armuriers de l’État du Grand Siècle à la globalisation, 1665-1989, Villeneuve- (...)

29Au même moment, il continue des petits pas en direction des syndicats ouvriers. Le 22 avril 1916, souhaitant « le retour de l’observation des lois du travail », il crée une commission consultative du Travail, présidée par un réformateur, le directeur du Travail, Arthur Fontaine, ce qui toutefois pour les établissements d’État ne rétablit pas complètement les droits conquis avant guerre82, puis il institue des commissions mixtes sur les conditions de travail, le travail féminin et l’hygiène.

  • 83  Voir la thèse défendue par Rémy Porte, La mobilisation industrielle, « premier front » de la Grand (...)
  • 84A. Bostrom, The Establishment…, op. cit., p. 276-277.

30En novembre 1916, lorsque surgit une nouvelle crise de production pour l’artillerie lourde et que se tend la situation sociale, on peut affirmer que dans l’ensemble les objectifs d’une augmentation des fabrications destinées à l’armement et d’un accroissement des importations étrangères ont été atteints par le sous-secrétariat d’État et que le tournant a été pris en 1915 et non en 191683. En revanche, il subsiste un écart entre discours et réalité concernant la politique sociale. C’est alors, comme l’avait proposé le 4 mars 1916 une note des services du ministère de la Guerre84, mais selon d’autres modalités, que le sous-secrétariat devient un ministère plein et qu’y entre un industriel, Louis Loucheur.

Thomas avec Loucheur

  • 85  William Oualid et Charles Picquenard, Salaires et tarifs, conventions collectives et grèves, la po (...)

31Dans ce qui est maintenant un grand ministère85, s’agit-il d’une cohabitation ? L’hypothèse que je propose est qu’au-delà de la méfiance initiale, il n’y a pas de domaine réservé. Aussi bien la politique sociale que la politique industrielle portent la marque des deux hommes. D’où leur solidarité dans la crise ministérielle qui emporte Albert Thomas.

Une méfiance initiale ?

  • 86  Et non pas à l’Artillerie, comme l’écrivent à tort Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementai (...)
  • 87Journal officiel, 27 novembre 1916, p. 10 300. Michel Cointepas, Arthur Fontaine, 1860-1931. Un ré (...)
  • 88  Anne-Marie Sohn, « Julien Rouland », in Jean-Pierre Chaline et Anne-Marie Sohn (dir.), Dictionnair (...)
  • 89  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 39.
  • 90  Christophe Bellon, Aristide Briand. Parler pour agir, Paris, CNRS Éditions, 2016.
  • 91  Louis Loucheur, Carnets secrets 1908-1932, Bruxelles, Brepols, 1962, p. 22.

32À la crise de l’artillerie lourde, qui secoue le monde politique et militaire, s’ajoute le départ d’Albert Claveille le 14 novembre, appelé à devenir directeur général des Transports et des Importations au ministère des Travaux publics86. Albert Thomas pense d’abord le remplacer par Loucheur, mais, craignant de froisser le Parlement « en nommant un industriel », le 25 novembre 1916 il impose Arthur Fontaine, qui reste directeur du Travail, comme « délégué dans les fonctions de directeur général des Fabrications d’artillerie87 » et le fait, comme son prédécesseur, président de la commission des Contrats. Mais Julien Rouland, sénateur de Seine-Inférieure, républicain conservateur, avocat et membre de conseils d’administration88, entre en campagne pour que Loucheur devienne membre du gouvernement89. Le 6 décembre, le président du Conseil, Aristide Briand90 entre en contact avec Loucheur et le reçoit le 7, à l’orée d’un remaniement gouvernemental. Loucheur critique avec vigueur les rapports de Thomas avec son directeur Claveille et le choix de Fontaine : « Claveille a échoué complètement avec lui parce que jamais il n’a voulu lui donner d’autorité. Il en était jaloux presque. Évidemment ce directeur théoricien qu’il vient de nommer n’est pas une trouvaille. » Briand propose à Loucheur « une direction technique, bien entendu en partant du principe qu’A. Thomas resterait » car il veut le garder « par amitié, par crainte des grèves etc. ». Loucheur refuse car il veut plus91. Il demande le 8 décembre un poste de sous-secrétaire d’État, une autonomie presque totale et un siège au Comité de guerre.

  • 92  Ce point n’a pas été vu par S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit. Sur le cabinet Thomas : arrêtés (...)

33Le 12 décembre, Albert Thomas, seul socialiste restant au gouvernement, est finalement promu ministre de l’Armement et des Fabrications de guerre. Il est assisté de deux sous-secrétaires d’État, l’un aux Fabrications de guerre (Loucheur, qui siège aussi au comité de guerre), l’autre aux Inventions (Jules-Louis Breton). Loucheur obtient la tutelle directe du service des Forces motrices, ainsi que le maintien du Service automobile, contre la demande du ministère de la Guerre. Le 20 décembre, Thomas obtient un cabinet étoffé, celui d’un ministre. Sévin perd la fonction de chef de cabinet, qui passe à François Simiand, avec Mario Roques chef adjoint, William Oualid sous-chef, Hubert Bourgin, Maurice Halbwachs et Marius Viple attachés, Adolphe-Louis Quellet chargé du secrétariat particulier, le lieutenant-colonel Georges Potier chargé du service technique et le chef d’escadron d’artillerie coloniale Louis Teissier chargé du service des relations et informations interalliées. De son côté, le même jour, Loucheur supprime le poste de directeur général des Fabrications, qu’Arthur Fontaine n’aura exercé que trois semaines. Mais un compromis est passé : Fontaine reste président de la commission des Contrats92.

  • 93Ibid., p. 29.
  • 94J. F. Godfrey, Capitalism at War…, op. cit., p. 194-199.
  • 95  Dominique Barjot, « Entreprises et entrepreneurs face à l’effort de guerre : électricité et travau (...)
  • 96  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 36-37.

34Depuis la réunion de Bordeaux du 20 septembre 1914, Loucheur et Thomas ne sont assurément pas des inconnus l’un pour l’autre. Thomas visite une usine d’obus de Loucheur à Paris en janvier 1915 et une autre en mars à Lyon93. Il est enthousiaste. Leurs relations sont ensuite strictement celles d’un vendeur et d’un acheteur (Thomas veut limiter les profits de L’Éclairage électrique en août 1915 et refuse à Loucheur d’être traité sur un pied d’égalité avec les arsenaux de l’État)94. Puis Thomas en fait un expert officieux auprès du service des Forces motrices de son administration en novembre 1915. Au printemps 1916, le gouvernement lui donne la fonction de conseiller de la Russie pour intensifier sa mobilisation industrielle, il y accompagne Thomas et Viviani du 27 avril au 17 mai, date à laquelle il remet un rapport inquiet à Briand95. Le 19 juin 1916, Loucheur rencontre Thomas pour lui proposer un plan d’expansion de la production d’artillerie lourde à l’initiative de son entreprise, ce qui amène Thomas après modifications à lancer le programme du 23 juillet, dont cependant Loucheur et les deux groupes associés ne parviennent pas à tenir les délais96.

  • 97  Sur la promotion de Sévin : Journal officiel, 8 mars 1917, p. 1 877. Sur la Russie : Ioannis Sinan (...)
  • 98  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 49-53.

35Lors du déjeuner avec Briand du 7 décembre 1916, Loucheur présente Thomas comme incapable de déléguer et comme un « faible autoritaire ». La différence bien connue des deux équipes ministérielles, Loucheur s’entourant surtout de polytechniciens et d’hommes du secteur privé, n’arrange pas les choses. Dès lors, Loucheur s’affronte à ses débuts à l’équipe de Thomas et à l’administration en ce qui concerne la gestion de la main-d’œuvre. Pour celle-ci, Édouard Sévin, chef du Service de la main-d’œuvre, est promu, à la demande de Thomas, directeur de la Main-d’œuvre par arrêté du 16 février 1917. Lorsque Thomas retourne seul en Russie du 22 avril au 22 juin 191797, ce n’est pas Loucheur qui assure l’intérim pendant cette absence de 61 jours. C’est un autre ministre de plein exercice, Paul Painlevé, ministre de la Guerre. Loucheur lui écrit le 11 juin pour se plaindre de ne pas pouvoir exercer les attributions du ministre en matière de placement et de transfert de la main-d’œuvre98. De son côté, le cabinet de Thomas écrit à son ministre pour regretter ces invasions de territoire. Il subsiste donc quelques frottements.

  • 99  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 63, lettre du vice-président du Comité des forges, 21 janvier 1917 (...)

36Loucheur intervient également dans les débats qui opposent Thomas et Clémentel depuis octobre 1916 sur la répartition des matières premières entre marchés civils et armements. Il estime être à même de faire progresser les approvisionnements en acier et en charbon. Il tente de rallier les sidérurgistes à une augmentation de la production grâce à de nouvelles installations, en partie financées par des crédits publics. Il propose ainsi de créer une aciérie Martin dans la grande banlieue parisienne. Mais le vice-président du Comité des forges, Léopold Pralon, refuse tant qu’il n’a pas l’accord de la Rue de Rivoli, qui se dérobe, et François de Wendel voit cette présence nouvelle d’un mauvais œil99. Loucheur doit renoncer en avril. Loucheur s’efforce aussi d’augmenter les importations britanniques et américaines. Ses résultats sont inégaux, en partie à cause des réticences de la Rue de Rivoli. Un progrès durable est atteint, à la demande des Britanniques, avec la centralisation des importations d’acier anglais par le Comptoir d’exportation des produits métallurgiques que Loucheur crée en août 1917 avec la coopération de Thomas et de Clémentel.

  • 100  L. Loucheur, Carnets secrets, op. cit., p. 34-35.
  • 101Ibid., p. 36.
  • 102Ibid., p. 38.

37Si l’entente se réalise progressivement entre Thomas et Loucheur, c’est en partie parce qu’ils discutent sans détour l’avenir de la politique française. Le 20 février 1917, écrit Loucheur, « nous parlons de son parti socialiste, de la désorganisation dans laquelle il est ; je lui conseillerai toujours d’envisager la scission et de se mettre à la tête d’un parti nouveau socialiste réformiste qui devra être le grand parti après la paix100 ». Le 7 mars, Loucheur partage son analyse avec Briand : « Thomas devrait maintenant répudier le parti socialiste dans lequel il n’a plus pour lui qu’une majorité fragile ». Briand opine : Thomas doit « devenir maintenant un renégat comme je le suis devenu moi-même. S’il veut être quelqu’un, il faut absolument qu’il les envoie promener101 ». Le 11 mars, Loucheur refuse de prendre le ministère à la place de Thomas. Il suggère toutefois de faire glisser Thomas sur un poste de ministre sans portefeuille, responsable des relations internationales, allant négocier avec les Anglais, les Russes, les Américains102. Trois autres raisons jouent : Thomas finit par accorder à Loucheur une partie des attributions que celui-ci lui réclame, tandis que Loucheur apprécie davantage le rôle de Thomas ; Loucheur fait progressivement la preuve de son efficacité industrielle ; en matière sociale les deux hommes se font des concessions.

Une politique sociale influencée par Loucheur

  • 103  X. Vigna, L’espoir et l’effroi…, op. cit., p. 28-29.
  • 104  Catherine Omnes, « Qualifications et classifications professionnelles dans la métallurgie parisien (...)
  • 105  L. Loucheur, Carnets secrets, op. cit., p. 30-32.
  • 106  Henry D. Peiter, Men of Good Will: French Businessmen and the First World War, PhD thesis, Univers (...)
  • 107  Aimée Moutet, texte inédit.
  • 108  Les deux discours d’Albert Thomas aux ouvriers de Renault que j’ai publiés dans Madeleine Rebériou (...)

38Les innovations sociales que l’on attribue en général à Thomas sont en partie influencées par Loucheur. Thomas est certes à l’initiative. Le 7 décembre 1916, il propose aux contrôleurs de la main-d’œuvre qu’il réunit de généraliser l’expérience des délégués d’atelier en cours depuis trois mois aux chantiers navals de Penhoët. Il veut orienter une telle institution représentative « surtout dans le sens de la collaboration au point de vue de l’organisation du travail », et « les délégués pourraient être en dehors de toutes luttes sociales103 ». Après les grèves de fin 1916 et début 1917 Thomas veut empêcher de nouveaux conflits. Il propose donc de fixer des bordereaux de salaire établis après négociation patronat-syndicats et un salaire minimum. À cette occasion, Thomas crée la catégorie d’ouvrière professionnelle104, ce qui corrige en partie l’affirmation de Laura Lee Downs sur un État « organisateur de la ségrégation professionnelle ». Mais les industriels et au ministère Loucheur infléchissent son programme. Ses discussions avec les syndicats le 10 janvier 1917 le convainquent de généraliser l’expérience des délégués d’atelier (car le patronat refuse de reconnaître les syndicats). Le même 10 janvier, Loucheur, qui a obtenu la veille le soutien de Viviani, reproche à Thomas « d’avoir discuté hors de [sa] présence avec les industriels ». Le 11 janvier, Thomas et Loucheur sont convoqués par Briand, « inquiet des grèves » et soucieux des « mesures que Thomas compte prendre ». Loucheur note : « On s’explique, et finalement on est d’accord pour imposer l’arbitrage obligatoire, la fixation de salaire minimum et l’obligation des ouvriers de travailler. C’est en réalité la réquisition de la main-d’œuvre. […] Dans l’après-midi en effet Thomas me fait venir pour discuter avec les patrons de toutes les questions de grèves et en somme il admet mon intervention ». Le 15 janvier, après une réunion Thomas-Loucheur-Louis Renault, il ajoute : « Je trouve Thomas dans de meilleures idées, nous sommes près des mesures énergiques ». D’où le décret du 17 janvier qui ajoute au recours obligatoire à l’arbitrage l’interdiction des grèves sous peine de réquisition105. Mais le 29 janvier Thomas déclare aux contrôleurs de la main-d’œuvre réunis qu’il compte bien plus sur leur intervention que sur l’arbitrage obligatoire et la réquisition pour éviter les grèves. Comme l’écrit Aimée Moutet : « Entre les vœux du patronat, qui se dit ravi de l’interdiction des grèves, et ceux des dirigeants syndicaux, Thomas n’a tout bonnement pas choisi, il a adopté les deux politiques ». Qui plus est, sur les délégués d’atelier il se trouve aussi confronté à deux positions différentes : celles de la CGT et de sa Fédération des métaux. Pour les Métaux, les délégués doivent défendre les conditions de salaire et de travail. Pour Jouhaux, que Thomas rencontre seul le 11 janvier, ils doivent éviter les grèves et permettre la participation syndicale à la définition et à l’application de la politique du ministère et non imposer un contrôle à la base. Suivons encore A. Moutet : « C’est l’avis de Jouhaux qu’a suivi le ministre après avoir consulté la Fédération des industriels et des commerçants français » d’André Lebon, créée en 1903106. Il obtient son accord le 2 mars107. Mais chez les ouvriers, les femmes et les jeunes de la région parisienne bafouent l’interdiction de déclencher des grèves. Thomas publie alors sa circulaire du 11 juin sur les délégués d’atelier puis mène des discussions avec les patrons sur les modalités de leur élection, qu’un compromis négocié chez Renault va permettre de faire aboutir108.

39Que Loucheur prenne sa part de la politique industrielle du ministère va en revanche de soi.

Une politique industrielle à deux voix

40Le ministre et le sous-secrétaire d’État se partagent les rôles, même s’il leur arrive de témoigner en commun devant les commissions parlementaires ou de venir en commun dans certaines usines.

41Thomas continue ses efforts pour demander à l’armée de céder des ouvriers militaires.

  • 109A. Bostrom, The Establishment…, op. cit., p. 330-333.

42Confiant dans les capacités des entreprises françaises d’armement, Thomas propose aux Américains qui entrent dans la guerre en avril 1917 un engagement de type nouveau : fabriquer en France les canons et les obus dont leurs troupes ont besoin. Cette offre est formulée le 22 mai et, acceptée, se révèle très fructueuse109.

  • 110  Yannick Lemarchand, « À propos des origines militaires de la méthode des sections homogènes, retou (...)

43Thomas s’intéresse à la mutation de la comptabilité industrielle. Il archive pour sa réflexion une note pionnière de la maison Renault sur l’« établissement des prix de revient » rédigée le 15 septembre 1917 qui vise le calcul des coûts réels et complets dans le cadre d’une division en groupes importants de machines semblables110.

44Il poursuit son action sur les dossiers qu’il a traités antérieurement.

  • 111  AN, 10 N 191-192, marchés relatifs à l’arsenal de Roanne, 1917-1918 ; Bibliothèque de l’Institut d (...)

45L’un se révèle un semi-échec pour Thomas : c’est l’arsenal de Roanne111. Retards considérables, coûts dépassés, abandon de deux des quatre usines prévues, entorses juridiques, l’établissement d’État qui devait être modèle est pilonné par une partie du patronat, des parlementaires et de la presse.

  • 112  Général E. Buat, Journal 1914-1923, op. cit., p. 380.
  • 113  Alain P. Michel, Travail à la chaîne : Renault 1898-1947, Boulogne-Billancourt, ETAI, 2007, p. 41.
  • 114T. Gale, French Tanks in the Great War…, op. cit.

46L’autre avance de manière considérable, mais Thomas n’est toujours pas aux avant-postes : c’est celui des chars. La création du Comité consultatif de l’artillerie d’assaut (présidé par Breton) en décembre 1916 débloque la situation : elle entraîne la défaite de Léon Mourret et d’Henri Hubert, les collaborateurs de Thomas, hostiles au char léger d’Estienne mis en œuvre par Louis Renault. Thomas soutient la Réserve générale d’artillerie organisée par le colonel Edmond Buat qui associe toute l’artillerie la plus lourde et la plus puissante avec les moyens de transport et de déplacement adéquats sur la base du programme de fabrication de février 1917112. Ce dernier exprime le 11 avril 1917 son admiration pour le « petit tank » Renault. Mais suite à un rapport défavorable sur la tourelle du char Renault, le même Thomas en ajourne la commande. Si finalement le comité décide la poursuite de la fabrication le 10 mai 1917, c’est parce qu’Estienne a su construire un réseau d’hommes du front et de militaires de carrière orientés combat et efficacité opérationnelle et non technologie et performance technique. La production est cependant « loin des chiffres des commandes », mais à l’automne la mise en place d’une chaîne manuelle d’assemblage est une des sources des progrès réalisés113. Encore faudra-t-il, au vu des problèmes rencontrés par les premiers chars Renault, que le ministère commande en Grande-Bretagne l’acier et les plaques de blindage nécessaires114.

  • 115A. Bostrom, The Establishment…, op. cit., p. 314-315 et 323.
  • 116AN, 94 AP 63.
  • 117  L. Loucheur, Carnets secrets, op. cit., p. 37.
  • 118  D. Barjot, « Entreprises et entrepreneurs… », op. cit., p. 204-205.
  • 119  Voir en dernier lieu Pierre Chancerel, « L’approvisionnement en charbon de l’industrie française p (...)
  • 120  Hubert Bonin, La France en guerre économique (1914-1919), Genève, Droz, 2018.

47De son côté, Loucheur, qui à ses débuts pèche par optimisme (ce que Thomas, instruit par l’expérience, lui fait remarquer), est à son meilleur lorsqu’il peut tirer parti de son expérience industrielle. Il réduit le nombre de modèles de canons commandés aux entreprises, ce qui favorise l’expansion de leur fabrication. Il incite à de nouvelles réductions de prix. Il pousse à l’augmentation du parc machines. Il crée un service d’information pour les industriels115. De même, il entend diminuer la dépendance énergétique. Le 8 janvier 1917, il adresse une lettre à Thomas pour développer la production de houille blanche en offrant des subventions non remboursables116. Thomas, qui est d’accord, emmène Loucheur au Conseil des ministres le 8 mars pour discuter avec Ribot « des subventions aux aciéries et aux chutes d’eau117 ». Ce projet rencontre l’opposition du ministère des Travaux publics. Loucheur contourne l’obstacle en prêtant du matériel aux compagnies, en accordant des avances remboursables au bout de dix ans, en poussant à la standardisation des fréquences, en commandant à l’étranger des turboalternateurs. Il achète de l’électricité aux usines suisses118. Dans la même perspective, en juin 1917, il obtient un arbitrage gouvernemental grâce auquel à partir de juillet l’État – en l’espèce son sous-secrétariat d’État – devient responsable de la répartition de la totalité du charbon produit ou importé en France, donne la priorité aux chemins de fer et aux usines de guerre et garantit l’égalité territoriale et un contingent minimum pour la consommation domestique, le tout grâce à un organisme public, le Bureau national des charbons, et à des groupements de consommateurs industriels119. Ce sens des pénuries et des ressources disponibles amène Loucheur les 29-31 juillet 1917 à s’opposer au maréchal Pétain lors de deux réunions chez le ministre de la Guerre, Paul Painlevé : il défend le primat des ressources en matériel sur la stratégie120.

La crise de septembre 1917

  • 121Bulletin des usines de guerre, 27 août 1917.

48Le 19 août 1917, Thomas et Loucheur inaugurent le premier haut-fourneau de l’usine Schneider de Caen. Thomas déclare : « la création du sous-secrétariat d’État des Fabrications de guerre permit à mon ami M. Loucheur de nous apporter, avec ses admirables qualités personnelles d’intelligence, d’initiative, de décision et de netteté administratives, la collaboration de nouveaux contingents d’hommes d’action, d’ingénieurs de l’industrie privée, et de groupements d’industriels déjà réunis autour de lui121 ».

  • 122  A. Blaskiewicz-Maison, Albert Thomas…, op. cit., p. 93 et 136-140.

49Mais la démission du président du Conseil Ribot le 7 septembre 1917 ouvre une crise ministérielle. Dans l’immédiat, Thomas et Loucheur choisissent de faire bloc. Adélaïde Blaskiewicz-Maison a récemment actualisé nos connaissances sur les péripéties ébouriffantes de la crise ministérielle au sein du microcosme politique122. Le jour même, Loucheur s’oppose à Poincaré qui s’accommoderait de l’absence des socialistes et « se demande si le départ de Thomas ne va pas provoquer des grèves dans les usines ». Le 9 septembre, une démarche conjointe Thomas-Loucheur est menée pour avoir un gouvernement Painlevé. Thomas prendrait bien le ministère de la Guerre à défaut du Quai d’Orsay auquel il a posé sa candidature, et y voit un tremplin pour devenir président du Conseil. Thomas se voit proposer par Painlevé « un grand ministère » appuyé d’un sous-secrétariat d’État destiné à Loucheur « pour avoir leur collaboration dans les usines et dans l’armée ». Thomas indique ensuite que Loucheur ne veut pas du Ravitaillement et que lui-même ne souhaite pas la présence de certains au gouvernement.

  • 123Journal officiel, 13 septembre 1917, p. 7229. Le décret ne date donc pas du « 13 septembre » comme (...)

50Au lieu d’avoir les deux socialistes qui étaient prévus, le ministère Painlevé n’en compte plus aucun. L’Union sacrée est morte mais, promu ministre de l’Armement le 12 septembre123 et maintenu à ce poste sous Clemenceau, Loucheur reste, sans Thomas.

Loucheur, sans ou avec Thomas ?

  • 124  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 44, note 3.

51On trouve cependant une grande continuité dans la composition de l’adminis­tration du ministère. Loucheur, qui augmente graduellement la taille de son cabinet124 et choisit de garder Édouard Séverin au poste de directeur de la Main-d’œuvre, obtient en outre le rattachement du service des Mines en septembre 1917.

Document 2. Organigramme du ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre en novembre 1917

Direction du Matériel d’artillerie

Direction du Service automobile

Direction des Services chimiques de guerre

Direction de l’Organisation générale de la production

Direction du Contrôle, de la Comptabilité générale et du Contentieux

Direction des Mines

Inspection de la Production et de la Fabrication d’artillerie

Service des Produits métallurgiques

Direction des Forges

Service des Forces motrices

Direction des Fabrications du Service automobile

Direction du Matériel chimique de guerre

Bureau national des charbons

Bureau des combustibles végétaux

Inspection des Études et des Expériences techniques de l’artillerie

Service des Fabrications de l’aviation

Service des Transports et Combustibles

Service de Garde et de Protection des usines

Service des Autorisations pour les établissements dangereux et insalubres

Direction de la Main-d’œuvre

Commission des Contrats

11 commissions interministérielles (dont une créée par Loucheur en décembre 1916)

Résumé de l’arrêté du 16 février 1917, Journal officiel, 8 mars 1917, p. 1 877-1 880, et des quelques modifications ultérieures.

  • 125  SHD, 10 N 1, note de Louis Loucheur à Paul Bénazet, rapporteur du Budget de la Guerre et de l’Arme (...)
  • 126  C’est ce que montre une comparaison avec l’organigramme non daté publié par R. Porte, La mobilisat (...)

52Il renforce le rôle de la commission interministérielle des métaux, dont la sous-commission des constructions nouvelles. À la date du 26 novembre 1917, le ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre dont Loucheur a hérité comprend 21 services ou directions125. Cet organigramme ne connaîtra ensuite que peu de variations126.

  • 127  G. Galvez-Behar, « Le savant, l’inventeur et le politique… », op. cit., p. 111-112.

53Loucheur obtient également le rattachement du sous-secrétariat d’État aux Inventions au ministère de l’Armement puis « sa transformation en une simple direction du ministère », ayant avec Jules-Louis Breton, rétrogradé directeur, « des relations correctes » tout en exerçant « un contrôle attentif, voire méfiant127 ».

54On peut interpréter l’action de Loucheur devenu ministre de deux manières différentes, qui ne sont pas pourtant pas contradictoires. Sans Thomas, il innove ou se différencie de son prédécesseur. Mais n’est-il pas quand même un peu ou aussi avec Thomas ?

Sans Thomas

  • 128  W. Oualid et Ch. Picquenard, Salaires et tarifs…, op. cit., p. 54 et 82.
  • 129  Vincent Viet, « L’évolution du droit du travail et le cheminement des ministères du Travail et de (...)

55Dans ce nouveau gouvernement, qui est une nouvelle fois l’occasion d’une modification des périmètres ministériels, Loucheur accepte ce qu’un ancien membre de l’équipe Thomas, le professeur de droit William Oualid, a plus tard appelé « une sorte de régression et de dépossession au profit du ministère du Travail128 ». La supervision du recrutement de la main-d’œuvre civile dans les usines de guerre incombe désormais au ministère du Travail. Le 18 octobre 1917, un décret confie à ce dernier « le monopole du contrôle et de la répartition de la main-d’œuvre, à deux exceptions près : la main-d’œuvre étrangère d’origine européenne destinée à l’agriculture relève toujours du ministère de l’Agriculture et les mains-d’œuvre chinoise et coloniale du ministère de la Guerre ». Le ministère du Travail devient, et pour longtemps, « le principal organe des politiques de la main-d’œuvre et de l’immigration129 ».

  • 130  J.-M. Chevrier, Le rôle de Loucheur dans l’économie de guerre, op. cit., p. 91.

56Seul aux commandes du ministère, Loucheur est probablement un peu plus autoritaire que Thomas envers les industriels. Il critique à la Chambre le 23 octobre 1917 une fraction des industriels, ceux qu’il juge « timides et rétrogrades130 ».

57Loucheur développe un domaine nouveau pour lui et des domaines encore une fois issus de son expérience d’entrepreneur.

  • 131  Emmanuel Chadeau, L’industrie aéronautique en France 1900-1950. De Blériot à Dassault, Paris, Faya (...)
  • 132  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 80-85.
  • 133  AN, 130 AP 8, papiers Dumesnil, cités par A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 30 (...)
  • 134Ibid., p. 294-295.
  • 135  Jean-Marc Olivier, Latécoère. Cent ans de technologies aéronautiques, Toulouse, Privat, 2017, p. 2 (...)

58Le domaine nouveau est la production aéronautique, pour laquelle les militaires veulent encore plus131. Combinant résolution et sens du compromis, Loucheur obtient les 19-21 novembre 1917 d’être chargé de la supervision des fabrications, le sous-secrétaire d’État Jacques-Louis Dumesnil devenant sur ce point son adjoint132. Loucheur élabore un programme de rationalisation et de simplification pour accélérer la production. Il institue en outre à partir de fin 1917 une réunion des avionneurs tous les quinze jours qui leur permet de faire valoir leurs besoins prioritaires et d’obtenir les livraisons de matières premières correspondantes133. Il intervient dans l’attribution de contrats disputés. On relève en particulier trois bénéficiaires. Il se montre très favorable au Breguet XIV Michelin134. À la fin de 1917, il octroie à Pierre-Georges Latécoère une commande de 1 000 avions de reconnaissance biplaces Salmson qui marque le début de la spécialisation aéronautique toulousaine135. Fin 1917 également, Loucheur commande 1 000 appareils SEA IV : Marcel Bloch (le futur Dassault) remporte ici sa première commande d’avions. Mais son premier exemplaire produit en série sort le 11 novembre 1918 et le marché de 1 000 avions est annulé.

  • 136  J. Sakudo, Les entreprises de la chimie en France de 1860 à 1932, op. cit., p. 152-153 et 174 ; Vé (...)

59Dans la chimie, Loucheur, qui dès 1915 s’intéressait en tant qu’industriel aux gaz asphyxiants, soutient très activement les scientifiques et les industriels qui mettent au point et fabriquent l’ypérite136.

  • 137  J.-M. Chevrier, Le rôle de Loucheur dans l’économie de guerre, op. cit., p. 52-57. Loucheur aura l (...)

60Dans l’énergie, son attention reste fixée sur le charbon et l’hydroélectricité, mais elle s’étend au pétrole, question mise au premier plan par le sénateur Henry Bérenger. En septembre 1918, il prend une décision stratégique en la matière. Il refuse au groupe anglo-hollandais Shell une concession pour exploration de pétrole au Sahara et propose une société française dont les deux tiers du capital seraient attribués à des intérêts français137.

  • 138Ibid., p. 57-61.
  • 139  J.-N. Jeanneney, François de Wendel…, op. cit.

61La préoccupation des ressources en charbon, en hydroélectricité et en matériaux pour la chimie amène Loucheur entre octobre 1917 et septembre 1918 à faire un pas de plus vers l’économie mixte en adoptant la solution de la régie intéressée138. Aux députés socialistes, qui proposent des mesures s’inspirant de solutions allemandes, Loucheur répond avec des exemples pris en Suisse : l’État y a une part du capital dans toutes les chutes d’eau. Un compromis est alors passé : pour les mines, des concessions nouvelles ne seront plus accordées pour une durée illimitée, l’État recevra une part des bénéfices, sera représenté au conseil d’administration et pourra être actionnaire. Il se heurte à la Chambre aux critiques de François de Wendel qui oppose les mines à l’électricité et réclame la sécurité du lendemain139. Dans la chimie, Loucheur envisage même l’attribution d’une concession de sel à l’État et à côté la construction par l’État d’une soudière modèle pour vendre à des prix plus bas et lutter contre un monopole.

  • 140  Romain Gustiaux, « Les grands travaux de Louis Loucheur : une activité ministérielle au service de (...)
  • 141  SHD, 10 N 8, dossier 2.

62Il contribue à l’édification de nouveaux organismes interalliés. Il pousse à la fin de 1917, en accord avec Clémentel, à la création d’un Conseil allié des transports maritimes pour coordonner la répartition du fret maritime. Ce conseil, entré en activité en mars 1918, permet d’augmenter le volume des importations de matières premières et leur régularité140. Grâce à un accord avec son homologue britannique Winston Churchill sur une politique commune d’armement, un Comité interallié de l’armement et des munitions est installé en juin 1918, dont la présidence est confiée à Loucheur141. Doté de comités spécialisés, il a la charge d’« établir les programmes d’achats à effectuer, des crédits à demander, ainsi que des transports à effectuer ; d’assurer l’organisation et la coordination de la production dans les divers pays alliés ; d’organiser une collaboration technique entre pays alliés ». Cette création contemporaine de celle du commandement unique des armées alliées fonctionne surtout comme un organe d’informations et de statistiques interallié.

  • 142  Centre d’archives de Terre Blanche, fonds Panhard, résumé de la réunion du 5 mars 1918 au ministèr (...)

63Enfin, Loucheur prend quelques initiatives concernant la préparation de l’après-guerre. Ainsi, le 5 mars 1918142, il souligne les « très grosses difficultés à résoudre » dans « la période de transition ». Il met l’accent sur la préparation des chemins de fer et des travaux publics. Il envoie un questionnaire aux industriels. Mais son apport n’est pas à la hauteur de celui de Clémentel.

64Ces actions spécifiques de Loucheur ne nous empêchent pas de relever certains éléments de continuité par rapport à Thomas, même s’il faut en discuter l’importance et en préciser les inflexions.

Quand même un peu avec Thomas

  • 143  Béatrice Touchelay, L’État et les entreprises. Une histoire de la normalisation comptable et fisca (...)

65L’explication principale n’est évidemment pas le fait que Loucheur ait été neuf mois durant l’adjoint de Thomas. Elle tient sans doute à trois éléments : l’importance des programmes et des méthodes lancés sous ou par Thomas, la pression des Alliés, les contraintes de la situation française. Après avoir noté qu’en matière de fiscalité Loucheur contribue à faire échouer la proposition de loi déposée par le sénateur Justin Perchot, lui-même industriel, visant à réduire la taxation frappant les marchés de guerre143, prenons quelques autres exemples.

  • 144  AN, F22 534 contient ainsi une enquête du Comité du travail féminin du ministère de l’Armement, «  (...)

66Les enquêtes continuent144.

  • 145  Odile Henry, Les guérisseurs de l’économie. Sociogenèse du métier de consultant (1900-1944), Paris (...)

67En ce qui concerne la poursuite de la rationalisation de la production, Loucheur fait appel à des consultants américains145. Il se joint sans hésitation à la Commission permanente de standardisation qui va au-delà des efforts de Thomas en la matière et est créée en commun par le Commerce, la Guerre et l’Armement et présidée par Clémentel à partir du 10 juin 1918.

  • 146  Y. Lemarchand, « À propos des origines militaires de la méthode des sections homogènes », op. cit.(...)
  • 147  Déclaration à la Chambre à la séance des 25-26 septembre 1917, citée par J.-M. Chevrier, Le rôle d (...)

68En matière de comptabilité, Loucheur intervient à la fois dans la chimie et dans la métallurgie146. À la fin de 1917, il applique au service des Poudres un nouveau mode de comptabilité « permettant de déterminer, au moins approximativement, les prix de revient des divers produits manufacturés ». Au même moment, c’est lui aussi qui, après avoir prescrit aux arsenaux d’État « l’établissement d’un budget industriel avec bilan, actif et passif147 », fait mettre en place « une véritable comptabilité industrielle » à l’arsenal de Roanne.

  • 148  Gilles Richard, « Comment devient-on permanent patronal dans les années 1920 ? L’exemple de Claude (...)

69Sur l’arsenal de Roanne, précisément, Loucheur pratique une continuité partielle. Il « joue un rôle non négligeable dans le ralentissement des investissements […] entre l’automne 1917 et le printemps 1918148 » ; puis, en juin 1918, après l’annonce d’une production qui est le cinquantième des prévisions, nomme à la tête d’un atelier l’industriel André Citroën, en collaboration avec un directeur militaire choisi par l’État (mais ne l’empêche pas de surfacturer les machines-outils qu’il lui cède).

  • 149  Raymond Poincaré, Au service de la France. Neuf années de souvenirs, tome X : Victoire et armistic (...)

70Loucheur reprend bien sûr le dossier du char d’assaut. Lui aussi hésite un temps sur le niveau de priorité dans l’utilisation des ressources à donner au char par rapport aux obus et aux canons. Mais le mouvement s’amplifie. Le 8 janvier 1918, Loucheur accepte que la sous-direction de l’Artillerie d’assaut soit dirigée en cotutelle avec la Guerre. Le 1er avril, Loucheur informe Poincaré que les chars légers type Renault sont prêts et le 2 avril tous deux rendent visite à l’atelier des chars des usines Renault puis à un terrain d’essais. Le char FT17 va jouer, on le sait, un rôle fort dans la victoire des Alliés149.

  • 150A. Blaskiewicz-Maison, Albert Thomas…, op. cit., p. 104.
  • 151  Je suis sur ce point le texte inédit d’Aimée Moutet déjà cité.
  • 152  Hoover Institution, Louis Loucheur Papers, Box 12, File 25 ; L. Loucheur, Carnets secrets, op. cit (...)
  • 153  Danièle Fraboulet, Quand les patrons s’organisent. Stratégies et pratiques de l’UIMM, 1901-1950, V (...)

71Sur le social, Loucheur maintient globalement le cap que Thomas et lui avaient établi. L’affirmation récente à propos des délégués d’atelier selon laquelle « le dispositif […], dans la plupart des cas, ne survit pas au départ d’Albert Thomas » ne tient pas150. Regardons de près les paroles et les actes de Loucheur. Lorsque les ouvriers de l’aviation de la région parisienne se mettent en grève fin septembre 1917, Loucheur, après avoir rencontré Thomas, recourt comme lui au volet répressif du décret du 27 janvier 1917 sur la conciliation et l’arbitrage et il réquisitionne les ouvriers mobilisés. Le 26 septembre 1917, il reçoit les secrétaires syndicaux parisiens, met en place un dispositif militaire autour des usines et donne l’ordre de réquisition. Puis il convoque Merrheim et quatre autres dirigeants de la Fédération des métaux pour leur présenter un nouveau tarif salarial pour l’aviation, plus favorable151. Loucheur fait de même appel à la réquisition durant « une grève assez importante dans le Midi ». Il expose ensuite de façon détaillée sa politique aux patrons lors de la conférence des industriels au ministère de l’Armement le 6 octobre 1917152. Il leur explique que l’action de Thomas a dépassé les objectifs des patrons. Outre « l’aide qu’il vous a apportée pour vous amener le personnel et les matières premières qui vous manquaient, vous n’avez pas oublié non plus que grâce à sa cordialité il a réussi à nous entraîner, souvent peut-être plus loin que nous le voulions, dans certaines voies ». Mais pour autant la réquisition des mobilisés grévistes fait partie de l’héritage. « J’ai eu l’occasion de m’en entretenir avec mon prédécesseur pour qu’on ne voie pas dans les décisions que je prendrai une opposition quelconque avec sa politique. J’entends, là où les circonstances que je n’ai pas cherchées m’ont placé, […] continuer avec les ouvriers une politique de conciliation, mais [considère] que c’est le minimum de mon devoir vis-à-vis de ceux qui sont dans la tranchée que d’exiger que les ouvriers mobilisés fassent leur devoir dans les usines ». Par conséquent, il s’oppose au désir de certains industriels qui voudraient profiter de la loi sur la relève initiée par Louis Mourier pour renvoyer au front les ouvriers syndiqués. Il n’hésite pas à faire l’éloge de la force des syndicats ouvriers, avec lesquels il y a lieu de discuter des questions salariales, et souligne en revanche la désunion patronale, rejoignant sur ce point l’évolution de l’UIMM ou les préoccupations d’un autre ministre, Clémentel153 :

« J’ai été frappé aussi, dans l’examen que je n’ai pas encore terminé des conflits ouvriers, de voir que si j’avais devant moi des syndicats ouvriers forts, se tenant bien, je n’avais aussi, devant moi, que des “poussières” de syndicats patronaux. […] [U]n certain nombre de patrons, sans s’en rendre compte, ont déchaîné le mouvement. Je suis surpris de voir cela, quand je veux discuter avec les syndicats patronaux, je trouve autant d’avis que d’individus […] mais je demande devant moi des syndicats patronaux avec lesquels je puisse causer, des gens à l’esprit libéral, qui comprennent que si nous demandons à la classe ouvrière de faire tout son devoir il est nécessaire qu’on le fasse également du côté de la classe patronale, mais il y a malheureusement des exceptions… Excusez ma franchise. »

  • 154  J.-M. Chevrier, Le rôle de Loucheur dans l’économie de guerre, op. cit., p. 84. Michelle Zancarini (...)
  • 155  J. Perret, Une étude des usines de guerre lyonnaises au prisme du genre, op. cit., p. 147-148.
  • 156  A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 368.
  • 157  Y. Cohen, Organiser à l’aube du taylorisme, op. cit., p. 425.

72Le 13 novembre 1917, après trois jours de grève dans les usines de guerre parisiennes, Loucheur élabore un nouveau tarif général qui est accepté par les délégués. On peut sur cette période souligner à la fois la cohérence et l’habileté de Loucheur dans sa pratique du modèle français : il montre sa force aux salariés comme aux patrons en maniant l’arme de la réquisition ; il appelle au renforcement du syndicalisme patronal ; il « utilise le désir des dirigeants syndicaux de retrouver leur rôle d’intermédiaire et de rétablir leur autorité sur les délégués » (Aimée Moutet) ; il prouve aux ouvriers et ouvrières que sa volonté d’« obtenir pour eux des salaires raisonnables et fonction du prix de la vie » (discours aux industriels du 6 octobre) peut entrer dans les faits. Ailleurs, il lui arrive de recourir à la médiation. Devant la flambée de grèves qui frappe le bassin de la Loire à partir de fin novembre 1917, le gouvernement envoie Albert Thomas comme médiateur pour régler le conflit. Il conclut à la réintégration du leader des grévistes, Clovis Andrieu. Mais cette mission n’aboutit pas immédiatement. Finalement le préfet intérimaire de la Haute-Loire parvient à un compromis154. Dans d’autres cas, Loucheur recule devant le rapport de force. Ainsi, s’il refuse initialement de prendre en compte la protestation des métallurgistes lyonnais contre le nouveau bordereau de salaire entré en vigueur le 1er janvier 1918, la grève qui s’ensuit le persuade de l’abandonner, et un autre bordereau paraît le 19 janvier, « accepté les 28 et 29 janvier par les différentes corporations concernées155 ». L’état de la recherche historique amène cependant à signaler deux exemples en sens contraire. Après le 11 décembre 1917, le ministère refuse l’agrément donné par le préfet du Puy-de-Dôme au bordereau de salaire du bois, de la chimie et des métaux proposé par les syndicats modérés de Clermont-Ferrand156. Dans la région de Montbéliard, la révision du tarif Thomas demandée en octobre 1917 par des syndicats eux aussi modérés est finalement refusée par les employeurs, l’atmosphère étant jugée « bien moins conciliatrice » depuis l’arrivée de Loucheur. Ici le bras de fer débouche seulement sur une prime de cherté de vie en juin 1918157.

  • 158Bulletin des usines de guerre, 21 février 1918.
  • 159Nicholas Papayanis, Alphonse Merrheim. The Emergence of Reformism in Revolutionary Syndicalism, 18 (...)

73Dans les quatre mois qui suivent, Loucheur ajuste sa politique sociale. Tout en les mettant en garde, il jette un peu de lest vis-à-vis des délégués. Alors que Thomas prohibait les commissions exécutives de délégués, Loucheur doit reconnaître par circulaire en février 1918 qu’elles persistent même si les ouvriers mobilisés n’ont pas le droit d’en faire partie158. Mais il cherche des contrepoids face aux délégués. Sur les salaires dans les usines de guerre, il les trouve dans les syndicats. À l’émergence d’abord chez ces mêmes délégués de revendications pacifistes, il oppose la fermeté et joue du changement de position de la direction de la Fédération des métaux. Il se rapproche d’une partie des dirigeants syndicaux. Au congrès de la Fédération des métaux à Paris du 10 au 13 juillet 1918, le secrétaire général, Alphonse Merrheim, reconnaît avoir eu des conversations avec Loucheur concernant « le rôle de la CGT dans la reconstruction de l’État159 ».

74Cependant le 13 avril 1918 (par décision parue au Journal officiel du 16 avril p. 3 280) Loucheur se sépare du directeur de la Main-d’œuvre d’Albert Thomas, Édouard Sévin, et le remplace par un profil plus classique : Jean René Bossut, X-Artillerie, contrôleur général de l’administration de l’Armée.

  • 160  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 111.
  • 161  J. Perret, Une étude des usines de guerre lyonnaises au prisme du genre, op. cit., p. 149-151.
  • 162  Ernest Mattern, Création, organisation et direction des usines, 2e éd., Paris, Dunod, 1926, p. 291

75Dans ce contexte, les délégués parisiens n’arrivent pas à élaborer une plate-forme revendicative générale sur les salaires. Si ceux de Renault enclenchent le 11 mai les préparatifs d’une grève en faveur de la paix, qui, du 13 au 18 mai, connaît en région parisienne une ampleur sans précédent depuis 1914, elle est bientôt cadrée par le groupe parlementaire SFIO, qui le 14 mai envoie une délégation comprenant Thomas auprès de Loucheur et de Clemenceau, laquelle fait part aux grévistes des informations de Loucheur et les appelle à reprendre le travail160. De même, le comité de grève qui est reçu le 16 et le 17 au matin par Clemenceau en présence de Loucheur est mené par Merrheim. Aimée Moutet en conclut : « L’incapacité des délégués à rendre opératoire leur revendication de paix les a replacés sous la tutelle des organisations syndicales. Il semble que les délégués ont accepté d’arrêter une action à laquelle ils étaient incapables de donner un but ». Clemenceau et Loucheur ont aussi brandi l’imminence de l’offensive allemande. Au moment où la grève s’arrête à Paris, elle se déclenche dans la Loire, ainsi qu’à Lyon, où cette fois elle rencontre « assez peu de succès161 ». Le patronat obtient alors sans peine de Loucheur la révocation des assurances données par Thomas. À Lyon comme à Paris, les délégués hommes mobilisés les plus actifs sont renvoyés à l’armée et certains au front. Pour autant, d’autres délégués sont élus à leur place. L’État renonce à l’institution elle-même quand il décide la suppression des délégués en décembre 1919. Ernest Mattern, l’ancien directeur technique de Peugeot, est représentatif des dirigeants d’entreprise lorsqu’il écrit en 1925 dans son livre : « Cette institution généralisée pendant la guerre n’a pas donné les résultats escomptés. […] En réalité jamais les délégués n’ont tenu leur rôle et leur institution a surtout déterminé des conflits. J’ai essayé loyalement d’en tirer parti et ma conviction est qu’une usine ne doit pas avoir de délégués162 ».

  • 163  Jean-Charles Jauffret, « Rémy Porte, La mobilisation industrielle, “premier front” de la Grande Gu (...)

76Ce retour en arrière ne se limite pas aux délégués. Deux spécialistes d’histoire militaire ont pu écrire que « dès le lendemain de l’armistice, fut rapidement oubliée la rationalisation de la mobilisation industrielle, entraînant un retour du libéralisme et l’éclatement d’une partie de la production que les lois sur la nation en guerre de 1928 et de 1938 ne purent corriger163 ».

Conclusion

77Quand la guerre mondiale éclate, la brutalisation de la société qui va en résulter est prévisible. Le constructeur automobile Louis Renault déclare le 3 août 1914 à son secrétaire particulier, Ernest Fuchs :

  • 164  Archives Renault, Ernest Fuchs, Louis Renault, 1935, p. 18.

« Quelle stupidité la guerre, […] quel contresens, quelle négation des buts de la vie, la disparition de vies jeunes et actives, toutes les forces humaines tendues dans un effort improductif, les hommes, l’argent et la matière jetés à la destruction en pure perte, l’ordre naturel renversé, voué au gaspillage et au chaos, détourné de ses buts vrais, l’économie et la production seuls facteurs rationnels d’amélioration morale et matérielle164 ».

  • 165  Georges Clemenceau, « Rapport au président de la République », Journal officiel, 27 novembre 1918, (...)
  • 166  Laurent Cuchet, Reconstruire et réformer : Louis Loucheur et la question de l’État dans les années (...)

78Quand la guerre se termine, la disparition du ministère nouveau qui en France avait été au cœur de l’économie de guerre est non moins prévisible. « L’organisation qui a assuré, pendant les hostilités, la construction d’un important matériel, en même temps que le contrôle des mines, de la répartition des combustibles et des fabrications métallurgiques de toute espèce165 » est caduque. Le 26 novembre 1918, l’Armement cède la place à la Reconstitution industrielle. Son titulaire, toujours Loucheur, congratule à deux reprises son prédécesseur lors de débats à la Chambre des députés. Le 11 décembre 1918, il évoque « une collaboration qui m’a été spécialement chère » et le 22 juillet 1919 il déclare : « Mon prédécesseur, M. Albert Thomas, avait fort bien agi en commençant à faire la concentration indispensable et à assurer le contrôle complet de l’industrie française pendant la guerre166 ». Au-delà de ces affirmations, qui relèvent en partie du jeu politique de l’après-guerre, peut-on parler aujourd’hui d’un socle commun entre eux ?

79Trois éléments plaident en ce sens.

80Ces deux hommes qui n’avaient jamais été ministres auparavant se sont attelés à la construction d’un ministère nouveau dont dépendait le sort du pays. Cette construction a été rapide, mais difficile et parfois fragile, du fait de la caractéristique même du modèle français de guerre mondiale donnant à l’État un rôle d’articulation entre parlementaires, militaires et industriels.

81Ces deux hommes n’ont certes pas la même idée de la place et du rôle de l’État dans l’économie et la société. Pourtant chacun contribue à les accroître pendant la guerre, tous deux laissant un héritage qui ne peut être facilement dispersé une fois disparus les contrôles caractéristiques du conflit. On peut expliquer cet héritage de deux manières. L’un et l’autre ont été directement confrontés à la profonde dépendance française à l’égard de l’étranger dans des domaines essentiels, pour ne pas dire stratégiques, de l’économie et ont cherché dans l’État une impulsion correctrice des faiblesses françaises. L’un et l’autre ont eu à faire face aux mutations et tensions au sein des usines de guerre : mouvements sociaux des femmes, place accrue des scientifiques et des ingénieurs, volonté de reconnaissance des ouvriers, et ils ont conclu à la nécessité de trouver des réponses, organisées sans être autoritaires.

  • 167  Adam Tooze, Le déluge, 1916-1931. Un nouvel ordre mondial, Paris, Les Belles Lettres, 2015. Voir a (...)

82Ces deux hommes ont fait dans leurs fonctions ministérielles l’expérience de la coopération interalliée. Ils n’y ont pas vu seulement les contraintes classiques d’une coalition militaire. Ils en ont mesuré le potentiel, d’une manière qui n’est pas vraiment identique à celle de Clémentel ou de Briand. Face au « nouvel ordre mondial façonné par le pouvoir économique et militaire américain » qui s’installe à partir de 1916 et qu’a dépeint récemment l’historien britannique Adam Tooze167, ils sont désormais partisans de l’Europe. Un grand marché organisé de façon contractuelle par les acteurs économiques privés selon Loucheur, et selon Thomas une Europe sociale où la négociation tripartite et les conventions de l’Organisation internationale du travail rendent la croissance mais aussi les fluctuations économiques plus vivables pour les salariés.

  • 168  Emmanuel Jousse, Les hommes révoltés. Les origines intellectuelles du réformisme en France (1871-1 (...)

83Dès lors, il me semble qu’aucune des deux formules usuelles qui ont été imaginées pour définir un tel socle commun – ou technocratie ou réformisme de guerre – et qui pour la France ont été appliquées à Thomas comme à Loucheur ne convient tout à fait. L’expression de « réformisme des techniciens » qui vient d’être lancée168 me paraît plus heureuse.

  • 169  SHD, cartons 10 N 162-201.
  • 170  AN, C 7722.
  • 171  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 362, titre d’un dossier : « Attaques de droite, attaques de gauche  (...)
  • 172  Mauricius (pseudonyme de Maurice Vandamme), Les profiteurs de la guerre, Paris, Ce qu’il faut dire (...)
  • 173  Alfred Sauvy, Aux sources de l’humour, Paris, O. Jacob, 1988, p. 110 ; S. D. Carls, Louis Loucheur (...)
  • 174  Hénavent (pseudonyme d’Émile Bougère), « L’histoire d’un bagne. V : Comment le socialiste Albert T (...)
  • 175  L. Cuchet, Reconstruire et réformer, op. cit., p. 78-84.
  • 176  Hénavent, « L’histoire d’un bagne. V », op. cit.
  • 177J. F. Godfrey, Capitalism at War…, op. cit.

84À très court terme, l’action de ces deux hommes est très contestée. L’heure est aux commissions d’enquête. Le corps de contrôle de l’armée fait fonctionner la commission d’enquête des Marchés de l’État169. La Chambre des députés crée à l’instigation des gauches une commission d’enquête sur le rôle et la situation de la métallurgie en France du 14 mars au 17 septembre 1919, qui inclut l’aluminium170. Dans l’opinion, les deux ministres de l’Armement successifs font l’objet d’« attaques de droite et de gauche171 ». Les profits de Loucheur en tant qu’industriel sont ciblés dès 1917 par l’anarchiste Maurice Vandamme172. Puis il est surnommé « tout en or » par le royaliste Léon Daudet en 1919173, formule reprise sans vergogne par un journaliste du PC en 1930174. Dans une partie de la gauche, on l’appelle « le plus gros profiteur de guerre175 ». Albert Thomas, lui, a droit à des critiques de gauche sur sa politique à l’égard des mouvements sociaux, sur ses rapports avec les industriels, sur son attitude envers la Russie en révolution. En 1930, le PC revient encore sur sa venue chez Renault en septembre 1917 : « Mouvement de social-trahison. Appel aux ouvriers pour l’œuvre de mort, appel à la collaboration des classes, c’est-à-dire, en réalité, à la soumission totale au patronat exploiteur et bénéficiaire de la guerre176 ». Une partie de la droite diffuse des calomnies sur les salaires qu’il aurait fait verser aux ouvriers et sur l’arsenal de Roanne177. On sera d’accord avec John Godfrey pour y voir « un niveau d’attaques comme Clémentel n’en a jamais subies ». Mais qu’en conclure d’autre que le double fait qu’après le long choc de la guerre, le réformisme des techniciens dans ses différentes variantes est sans doute en discordance avec les sensibilités politiques les plus vives, mais qu’il est devenu une composante durable des choix collectifs qui sont à faire sur l’économie et sur la nation ?

Anmerkungen

1Daniel R. Beaver, « Industrial Mobilization and Military Technology », in Robin D. S. Higham et Dennis E. Showalter (éd.), Researching World War I: A Handbook, Westport, Greenwood Press, 2003, p. 378-385. « The British, operating within a parliamentary cabinet system, established an independent civilian ministry of Munitions in 1915, but it was 1916 before it was integrated with existing ministries of transportation, commerce, and agriculture, and the military » (p. 378). Leonard V. Smith, Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, France and the Great War, 1914-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 64 ; Jay Winter (dir.), La Première Guerre mondiale, tome II : États, Paris, Fayard, 2014.

Je remercie Yves Bouvier, Gilles Candar, Hervé Joly, Claire Mouradian, Aimée Moutet et Robert J. Young pour les précieuses réponses qu’ils ont fournies à mes questions.

2D. R. Beaver, « Industrial Mobilization and Military Technology », op. cit., ici p. 392-395.

3  Gaston Jèze, Les dépenses de guerre de la France, Paris, PUF, 1926. Je remercie Laure Quennouëlle-Corre pour cette référence. Voir aussi Hew Strachan, Financing the First World War, Oxford, Oxford University Press, 2004.

4  AN, fonds Ribot, 563 AP 16. Voir en particulier dossier 1 : lettre au ministre de l’Armement sur les programmes du service des Poudres et de celui de l’Artillerie, janvier 1917 et dossier 2 : achats de guerre à l’étranger, prévisions des dépenses, états, notes, documentation et rapports avec les ministères de la Guerre et de l’Armement (décembre 1914-mars 1917).

5  Fabien Cardoni, « La perte de contrôle des finances militaires. L’action des contrôleurs de l’administration de l’Armée et des contrôleurs des dépenses engagées entre 1914 et 1918 », in Florence Descamps et Laure Quennouëlle-Corre (dir.), Finances publiques en temps de guerre, 1914-1918. Déstabilisation et recomposition des pouvoirs, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016, p. 187-206.

6  Clotilde Druelle, Un laboratoire réformateur : le Département du Commerce en France et aux États-Unis de la Grande Guerre aux années vingt, thèse sous la direction de Serge Berstein, Institut d’études politiques de Paris, 2004 (pour ce qui précède : Jean-Philippe Dumas, L’État, moteur du progrès. Le ministère du Commerce et de l’Industrie 1870-1914, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016) ; Pierre Chancerel, « Les Travaux publics sous Marcel Sembat : affaiblissement et reconfiguration d’un ministère technique », Pour mémoire, hors-série, 2015-2016, p. 19-24.

7  Archives du service historique de la Défense (SHD), cartons 10 N 1 à 129.

8  Bibliothèque de l’Institut de France, fonds Mario Roques, Ms 7737/7-17/7-17/14-17/14, éléments sur Émile Hugoniot, 1929 et 1951.

9  Témoignage accessible en ligne : http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---europe/---ro-geneva/---ilo-paris/documents/publication/wcms_473849.pdf.

10  AN, 102 Mi 1, dossiers 1 et 2.

11  Archives municipales de Champigny-sur-Marne, 6 Z, fonds Paul Mantoux, correspondance sur les circonstances de l’organisation de la fourniture d’armement chez les Alliés pendant la Première Guerre mondiale et sur des négociations avec l’Angleterre, la Russie ou l’Italie ; Archives de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), F delta res 0858, fonds Paul Mantoux.

12Bertus Willem Schaper, Albert Thomas. Trente ans de réformisme social, Paris, Presses universitaire de France, 1960.

13  Louis Klée, « Alban Daumas (1924-1996) », Bulletin d’information de l’Association des bibliothécaires français, nº 173, 4e trimestre 1996, p. 114-115.

14  Christophe Prochasson, Les intellectuels, le socialisme et la guerre, 1900-1938, Paris, Le Seuil, 1993, p. 122-128 et 297.

15Adeline Blaskiewicz-Maison, Albert Thomas. Le socialisme en guerre 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

16Martin Fine, Toward corporatism: the movement for capital-labor collaboration in France, 1914-1936, PhD thesis, University of Wisconsin-Madison, 1971.

17John F. Godfrey, Capitalism at War. Industrial Policy and Bureaucracy in France, 1914-1918, Leamington Spa, Berg, 1987.

18Alex Bostrom, The Establishment of the French War Machine in the First World War, PhD thesis, Lincoln College, University of Oxford, 2015. Pour un résumé : Alex Bostrom, « Supplying the Front. French Artillery Production during the First World War », French Historical Studies, avril 2016, p. 261-286.

19  Guy Rousseau, « Le Conseil des ministres en 1916, d’après les notes d’Étienne Clémentel », Guerres mondiales et conflits contemporains, nº 171, juillet 1993, p. 139-160.

20Marjorie M. Farrar, « Politics versus Patriotism: Alexandre Millerand as French minister of War », French Historical Studies, vol. 11, nº 4, automne 1980, p. 577-609 et Principled Pragmatist: The Political Career of Alexandre Millerand, New York, Berg, 1991.

21  Service historique de l’armée, Les armées françaises dans la Grande Guerre, tome II, annexes, vol. 1, Paris, Imprimerie nationale, 1931, p. 44-45 ; Annie Moulin-Bourret, Guerre et industrie. Clermont-Ferrand 1912-1922 : la victoire du pneu, Clermont-Ferrand, Institut d’études du Massif central, 1997, p. 197 présente Clémentel et Thomas en mission à Clermont début décembre 1914 pour accroître la fabrication d’obus.

22  Emmanuelle Cohen, Albert Thomas. Jeunesse, amitiés et formation politique (1897-1906), mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris-Sorbonne, 1993.

23  Général Louis Baquet, Souvenirs d’un directeur de l’Artillerie. Les canons, les munitions. Novembre 1914-mai 1915, Paris, H. Charles-Lavauzelle, 1921, p. 20.

24  Général Edmond Buat, Journal 1914-1923, présenté et annoté par Frédéric Guelton, Paris, Perrin, 2015.

25  Une telle appréciation est purement polémique.

26  Jean-Marc Valentin, René Viviani 1863-1925. Un orateur, du silence à l’oubli, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2013.

27  Abel Ferry, Carnets secrets (1914-1918), Paris, Grasset, 1957, p. 81 ; Général E. Buat, Journal…, op. cit., p. 113-114.

28  Rapport du ministre de la Guerre Alexandre Millerand au président de la République, Journal officiel, 20 mai 1915.

29  Raymond Poincaré, Au service de la France. Neuf années de souvenirs, tome VI : Les tranchées 1915, 2e éd., Paris, Nouveau Monde éditions, 2012, entrées des 19 et 20 mai.

30  « Albert Thomas nommé sous-secrétaire d’État à la Guerre », Le Petit Journal, 20 mai 1915.

31  Thomas, Loucheur et Renault sont parmi les participants de la grande réunion ministère-industriels qui se tient à Bordeaux le 20 septembre 1914. Général E. Buat, Journal…, op. cit., p. 68, qui ajoute : « Renault et Loucheur […] me parurent dominer de haut, par leur audace, leur confiance dans leurs moyens, l’assurance de leur production future, les de Courville [Schneider] et les Laurent [Saint-Chamond]».

32  Yves Cohen, Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2001, p. 203. Wikipédia va plus loin : « Viviani lui confie le sous-secrétaire d’État à l’artillerie et à l’équipement militaire dans son cabinet du 26 août 1914 ». Mais cette erreur est corrigée quelques lignes plus bas. Antoine Vernet, « La gestion de la main-d’œuvre ouvrière durant la Première Guerre mondiale, la pratique d’une entreprise française moyenne en région stéphanoise », Guerres mondiales et conflits contemporains, nº 267, juillet-septembre 2017, p. 111 parle de « sa nomination à la direction de l’Artillerie dans les premiers mois du conflit ».

33  Anne-Laure Anizan, « 1914-1918, le gouvernement de guerre », Histoire@Politique, nº 22, janvier-avril 2014, p. 218. Un répertoire publié en 2009 par le service historique de la Défense écrit froidement : « En effet, dès 1916, la direction de l’Artillerie devient un sous-secrétariat d’État », archives de la Défense, ministère de la Guerre, direction de l’Artillerie, sous-série GR9 NN 3, répertoire numérique détaillé, p. 7.

34  Thierry Bourcy, L’arme secrète de Louis Renault. Une enquête de Célestin Louise, flic et soldat dans la guerre de 14-18, Paris, Gallimard, 2e éd., 2009 (2006), p. 134.

35Inge Saatmann, Parlament, Rüstung und Armee in Frankreich 1914/18, Düsseldorf, Droste Verlag, 1978, p. 183.

36  Général L. Baquet, Souvenirs d’un directeur de l’Artillerie…, op. cit., p. 15.

37  Lettres de Léon Eyrolles des 23 juillet et 4 août 1915 découvertes par Hélène Vacher dans les archives privées de l’éditeur Serge Eyrolles : Hélène Vacher et André Guillerme, L’essor de l’École Eyrolles au xxe siècle. Technologies, professions et territoires, Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 268-280, qui donnent la meilleure description du Service industriel. Le colloque « Albert Claveille (1865-1921). Portrait en actes » tenu à Bergerac les 18-19 septembre 2015 n’a pas évoqué l’activité de Claveille à l’Artillerie. Sa nomination est au Journal officiel du 6 novembre 1915, p. 7 980. Marcel Sembat regrette beacoup ce départ. Marcel Sembat, Les Cahiers noirs 1905-1922, Paris, Viviane Hamy, 2007, p. 575. AN, 94 AP 51, Instruction sur l’organisation de la direction générale des Fabrications d’artillerie, 25 novembre 1915.

38  À mon sens, Henri Hubert est en fait adjoint au général Mourret. Eyrolles est nommé à la mi-août 1915.

39  Nicolas Mariot, Histoire d’un sacrifice. Robert, Alice et la guerre, Paris, Le Seuil, 2017.

40  Lettre à Marcel Guérin, 23 juin 1915, publiée in Daniel Halévy, L’Europe brisée. Journal et lettres, 1914-1918, Paris, Éditions de Fallois, 1998, p. 358. Voir également les lettres du 7 juin et du 5 juillet, p. 122 et 144.

41  Gabriel Galvez-Behar, « Le savant, l’inventeur et le politique. Le rôle du sous-secrétariat d’État aux Inventions durant la Première Guerre mondiale », Vingtième Siècle, nº 85, janvier-mars 2005, p. 109.

42A. Bostrom, The Establishment…, op. cit., p. 275-276.

43  Jean-Michel Chevrier, Le rôle de Loucheur dans l’économie de guerre, mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris X-Nanterre, 1972, p. 66. Ce mémoire, dont j’ai accompagné l’élaboration, a été repris par de nombreux travaux ultérieurs.

44  Rémy Porte, La Direction des Services automobiles des armées et la motorisation des armées françaises (1914-1918), vues à travers l’action du commandant Doumenc, Panazol, Lavauzelle, 2004, p. 95 et 114-115.

45Journal officiel, 12 septembre 1915 ; Alain Hennebicque, « Albert Thomas and the War Industries », in Patrick Fridenson (dir.), The French Home Front, 1914-1918, Oxford, Berg, 1992, p. 89-132.

46  A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 469-470 ; Florent Lazarovici, « L’organisation du ministère de l’Armement sous Albert Thomas : une expérience socialiste ou technocratique ? », in Romain Ducoulombier (dir.), Les socialistes dans l’Europe en guerre. Réseaux, parcours, expériences, 1914-1918, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 59-71. Il ne s’agit donc pas d’« Émile Sevin », comme l’écrit Laurent Dornel, « L’appel à la main-d’oeuvre étrangère et coloniale pendant la Grande Guerre : un tournant dans l’histoire de l’immigration ? », Migrations Société, nº 156, novembre-décembre 2014, p. 62.

47  Archives du BIT en ligne, Souvenirs d’Aimée-Louise Morel née Rommel, op. cit., p. 2.

48  François Crouzet, « Recherches sur la production d’armements en France (1815-1913) », Revue historique, nº 509, janvier-mars 1974, p. 45-84 et nº 510, avril-juin 1974, p. 409-422. Sur une partie des firmes automobiles : Laurens d’Albis (dir.), Usines de guerre, Antony, ETAI, 2015.

49  Pour un exemple encore peu connu, voir AN, Archives de l’Institut français d’histoire sociale, B 2257, René-Paul Duchemin, Quelques souvenirs du Syndicat général des produits chimiques et de l’Union des industries chimiques (1910-1929), 1942.

50  Fabienne Bock, « L’impossible gestion des finances publiques pendant la Grande Guerre », in Philippe Bezes, Florence Descamps, Lucile Tallineau et Sébastien Kott (dir.), L’invention de la gestion des finances publiques, tome II : Du contrôle de la dépense à la gestion des services publics (1914-1967), Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2013, p. 20-21.

51  Richard F. Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, Gallimard, 1984, p. 102. Trente-trois ans plus tard, Hervé Joly, « Les dirigeants des grandes entreprises françaises dans l’économie de guerre. Essai de synthèse », Guerres mondiales et conflits contemporains, nº 267, juillet-septembre 2017, p. 16 souligne inversement que « la période est marquée par de nombreuses opportunités pour les chefs d’entreprise de travailler avec l’État ».

52  A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 243-244.

53Ibid., p. 351-352.

54AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 53 et 72.

55Ibid., 94 AP 73 et 80.

56A. Bostrom, The Establishment…, op. cit., p. 126.

57J. F. Godfrey, Capitalism at War…, op. cit., p. 187.

58A. Hennebicque, « Albert Thomas and the War Industries », op. cit.

59  Jean-Louis Peaucelle, « Henri Fayol et la guerre de 1914 », in idem et alii, Henri Fayol inventeur des outils de gestion, Paris, Economica, 2003, p. 77.

60  A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 356. Pour une vue juridique générale, Frédéric Rolin, « Les contrats de l’administration et la Première Guerre mondiale », Jus Politicum, nº 15, janvier 2016, p. 1-18.

61  Archives de la BDIC, fonds Paul Mantoux, F delta res 0858, par exemple une lettre de Paul Mantoux à Londres à Albert Thomas jointe à un rapport sur le recrutement britannique de la main-d’œuvre industrielle, l’organisation de la production, le travail des femmes, les grèves et diverses questions sociales, s. d. Documents diplomatiques français, 1916, p. 344-345, 540-569, 729-730, 839, 973, 1151-1152, 1169. Général E. Buat, Journal…, op. cit., p. 134-135. Il note p. 245-246 la qualité des liens entre le GQG et Thomas les 26-27 mars 2016 et celle des interventions de Thomas, mais l’impossibilité « de faire adopter un programme de guerre économique ».

62Journal officiel, 12 mai 1916.

63  Archives du BIT en ligne, Souvenirs d’Aimée-Louise Morel née Rommel, op. cit., p. 3.

64  AN, 94 AP 84, note d’Henry Le Chatelier à Albert Thomas, 5 juillet 1915 ; Aimée Moutet, « La Première Guerre mondiale et le taylorisme », in Maurice de Montmollin et Olivier Pastré (dir.), Le taylorisme, Paris, La Découverte, 1984, p. 68 ; surtout idem, La rationalisation industrielle dans l’économie française au xxe siècle. Étude sur les rapports entre changements d’organisation technique et problèmes sociaux (1900-1939), thèse de doctorat d’État, sous la direction de Maurice Lévy-Leboyer, université Paris X-Nanterre, 1992 ; Patrick Fridenson, « Un tournant taylorien de la société française (1904-1918) », Annales. Économies, sociétés, civilisations, septembre-octobre 1987, p. 1031-1060 ; Michel Letté, Henry Le Chatelier (1850-1936) ou la science appliquée à l’industrie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004.

65  Voir le bilan nuancé de Toshikatsu Nakajima, « L’impact de la guerre de 1914-1918 sur l’industrie mécanique de la région parisienne », Histoire, économie et société, octobre-décembre 1993, p. 537-552.

66  Claude Boisselot, « L’enquête parlementaire sur l’aluminium en 1919 », Cahiers d’histoire de l’aluminium, nº 30, été 2002, p. 65 et 75. Voir aussi le texte de Philippe Mioche dans ce volume, qui considère que la guerre a fait perdre du temps aux entreprises d’aluminium.

67Ibid. ; Ludovic Cailluet, Chedde, un siècle d’industrie au pays du Mont-Blanc, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1997 ; Xavier Vigna, L’espoir et l’effroi. Luttes d’écritures et luttes de classe en France au xxe siècle, Paris, La Découverte, 2016, p. 22 et 25-27.

68Antony S. Travis, Harm G. Schröter, Ernst Homburg et Peter J. T. Morris (éd.), Determinants in the Evolution of the European Chemical Industry, 1900-1939. New Technologies, Political Frameworks, Markets and Companies, Dordrecht, Kluwer, 1998, rééd. Springer, 2013.

69  J. F. Godfrey, Capitalism at War…, op. cit. ; Jun Sakudo, Les entreprises de la chimie en France de 1860 à 1932, Bruxelles, Peter Lang, 2011 ; Erik Langlinay, « L’industrie chimique française en guerre (1914-1918) : de la dépendance étrangère à la construction d’une filière nationale », Entreprises et Histoire, nº 85, décembre 2016, p. 54-69.

70  Yannick Lemarchand et Mathieu Detchessahar, « La naissance du char d’assaut français, 1915-1918 », in Robert Belot, Michel Cotte et Pierre Lamard (dir.), La technologie au risque de l’histoire, Paris, Berg International, 2000, p. 388-403 ; Arlette Estienne Mondet, Le général J. B. E. Estienne, « père des chars ». Des chenilles et des ailes, Paris, L’Harmattan, 2010 ; Tim Gale, French Tanks of the Great War: Development, Tactics and Operations, Barnsley, Sword and Pen, 2016. Voir le compte rendu du précédent livre sur les chars de Tim Gale par Robert J. Young dans H-France Review, vol. 15,1, February 2015. https://books.google.fr/books?id=Uz6GDAAAQBAJ&printsec=frontcover&#v=onepage&q&f=false

71  G. Galvez-Behar, « Le savant, l’inventeur et le politique… », op. cit., p. 107.

72  Archives de l’Institut de France, fonds Mario Roques, projet de livre sur Hugoniot, 1929 et 1951 ; Archives du BIT en ligne, Souvenirs d’Aimée-Louise Morel née Rommel, op. cit., p. 3.

73  J. F. Godfrey, Capitalism at War…, op. cit., tout le chapitre x, p. 258-284 ; Michel Barras, Histoire de l’Arsenal de Roanne, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1998.

74Bulletin de l’inspection du travail et de l’hygiène industrielle, 1915, p. 90.

75  Pour un exemple des objectifs visés et des réalisations effectives, voir Xavier Vigna, « La restauration collective des ouvriers en France pendant la Grande Guerre », Le Mouvement social, nº 247, avril-juin 2014, p. 47-63.

76Idem, L’espoir et l’effroi…, op. cit., p. 21-46.

77  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 343, note sur l’effort de guerre de 1914 à 1917.

78  AN, F22 530 ; T. Nakajima, « L’impact de la guerre… », op. cit., p. 539.

79  AN, F22 567 ; T. Nakajima, « L’impact de la guerre… », op. cit., p. 548.

80  A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 512.

81  Mathilde Dubesset, Françoise Thébaud et Catherine Vincent, Quand les femmes entrent à l’usine Les ouvrières des usines de guerre de la Seine 1914-1918, mémoire de maîtrise d’histoire, université Paris VII, 1974 et « The Female Munition Workers of the Seine », in P. Fridenson (dir.), The French Home Front…, op. cit., p. 183-218 ; Laura Lee Downs, L’inégalité à la chaîne. La division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre, Paris, Albin Michel, 2002 ; Marie Llosa, « Le travail des femmes dans les usines de guerre de la France méridionale (1914-1918) », Annales du Midi, nº 262, octobre-décembre 2008, p. 205-217 ; Françoise Thébaud, Les femmes au temps de la guerre de 14, 3e éd. revue, Paris, Payot, 2013 ; Julie Perret, Une étude des usines de guerre lyonnaises au prisme du genre : 1914-1919, mémoire de master 2 d’histoire, université Lyon 2, 2016.

82  Patrick Mortal, Les armuriers de l’État du Grand Siècle à la globalisation, 1665-1989, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007.

83  Voir la thèse défendue par Rémy Porte, La mobilisation industrielle, « premier front » de la Grande Guerre ?, Saint-Cloud, 14-18 Éditions, 2006, et, en sens inverse, Alex Bostrom, « 1916 : année charnière ? », dans le présent volume, dont je partage l’analyse.

84A. Bostrom, The Establishment…, op. cit., p. 276-277.

85  William Oualid et Charles Picquenard, Salaires et tarifs, conventions collectives et grèves, la politique du ministère de l’Armement et du ministère du Travail, Paris/New Haven, Presses universitaires de France/Yale University Press, 1928, p. 79 et suiv.

86  Et non pas à l’Artillerie, comme l’écrivent à tort Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), tome III, Paris, Presses universitaires de France, 1963, p. 1062-1063 puis Stephen D. Carls, Louis Loucheur, ingénieur, homme d’État, modernisateur de la France, 1872-1931, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000, p. 39. Il ne devient pas davantage « contrôleur général des transports » (dénomination de Pierre Chancerel, « Les Travaux publics », op. cit., p. 23). Sa nomination par décret du 18 novembre est au Journal officiel du 19.

87Journal officiel, 27 novembre 1916, p. 10 300. Michel Cointepas, Arthur Fontaine, 1860-1931. Un réformateur, pacifiste et mécène au sommet de la Troisième République, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 253-254.

88  Anne-Marie Sohn, « Julien Rouland », in Jean-Pierre Chaline et Anne-Marie Sohn (dir.), Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie sous la Troisième République 1871-1940, Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2000, p. 312-314.

89  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 39.

90  Christophe Bellon, Aristide Briand. Parler pour agir, Paris, CNRS Éditions, 2016.

91  Louis Loucheur, Carnets secrets 1908-1932, Bruxelles, Brepols, 1962, p. 22.

92  Ce point n’a pas été vu par S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit. Sur le cabinet Thomas : arrêtés du 20 décembre 1916, Journal officiel, 14 mars 1917, p. 2 045.

93Ibid., p. 29.

94J. F. Godfrey, Capitalism at War…, op. cit., p. 194-199.

95  Dominique Barjot, « Entreprises et entrepreneurs face à l’effort de guerre : électricité et travaux publics (1914-1918) », in idem (dir.), Deux guerres mondiales 1914-1918, 1939-1945. La mobilisation de la nation, Paris, Economica, 2012, p. 197-198.

96  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 36-37.

97  Sur la promotion de Sévin : Journal officiel, 8 mars 1917, p. 1 877. Sur la Russie : Ioannis Sinanoglou, « Journal de Russie d’Albert Thomas, 22 avril-19 juin 1917 », Cahiers du monde russe et soviétique, janvier-juin 1973, p. 86-204. Mais Ribot n’accepte pas la politique russe proposée par Thomas.

98  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 49-53.

99  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 63, lettre du vice-président du Comité des forges, 21 janvier 1917 et réponse de Loucheur, 26 janvier 1917. Voir aussi Jean-Noël Jeanneney, François de Wendel en République, 2e éd., Paris, Perrin, 2004.

100  L. Loucheur, Carnets secrets, op. cit., p. 34-35.

101Ibid., p. 36.

102Ibid., p. 38.

103  X. Vigna, L’espoir et l’effroi…, op. cit., p. 28-29.

104  Catherine Omnes, « Qualifications et classifications professionnelles dans la métallurgie parisienne, 1914-1936 », Revue du Nord, hors-série nº 15, 2001, p. 307-322.

105  L. Loucheur, Carnets secrets, op. cit., p. 30-32.

106  Henry D. Peiter, Men of Good Will: French Businessmen and the First World War, PhD thesis, University of Michigan, 1973, chapitre i ; Joël Dubos, « La filière de l’École libre des sciences politiques et la professionnalisation de la représentation patronale », in Olivier Dard et Gilles Richard (dir.), Les permanents patronaux. Éléments pour une histoire de l’organisation du patronat en France dans le premier xxe siècle, 2e édition revue et augmentée, Metz, Centre régional universitaire lorrain d’histoire, 2013, p. 143-165.

107  Aimée Moutet, texte inédit.

108  Les deux discours d’Albert Thomas aux ouvriers de Renault que j’ai publiés dans Madeleine Rebérioux et Patrick Fridenson, « Albert Thomas pivot du réformisme français », Le Mouvement social, nº 89, avril-juin 1974, p. 85-97 font désormais l’objet en ligne d’une « dissertation gratuite » : http://www.etudier.com/dissertations/La-Mobilisation-Industrielle-Albert-Thomas/47585.html.

109A. Bostrom, The Establishment…, op. cit., p. 330-333.

110  Yannick Lemarchand, « À propos des origines militaires de la méthode des sections homogènes, retour sur les mécanismes de l’innovation comptable », in XXe Congrès de l’Association française de comptabilité, CD-Rom, 1999, p. 7, 24 et 25.

111  AN, 10 N 191-192, marchés relatifs à l’arsenal de Roanne, 1917-1918 ; Bibliothèque de l’Institut de France, fonds Mario Roques, éléments sur Émile Hugoniot, 1929.

112  Général E. Buat, Journal 1914-1923, op. cit., p. 380.

113  Alain P. Michel, Travail à la chaîne : Renault 1898-1947, Boulogne-Billancourt, ETAI, 2007, p. 41.

114T. Gale, French Tanks in the Great War…, op. cit.

115A. Bostrom, The Establishment…, op. cit., p. 314-315 et 323.

116AN, 94 AP 63.

117  L. Loucheur, Carnets secrets, op. cit., p. 37.

118  D. Barjot, « Entreprises et entrepreneurs… », op. cit., p. 204-205.

119  Voir en dernier lieu Pierre Chancerel, « L’approvisionnement en charbon de l’industrie française pendant la Première Guerre mondiale », dans le présent volume.

120  Hubert Bonin, La France en guerre économique (1914-1919), Genève, Droz, 2018.

121Bulletin des usines de guerre, 27 août 1917.

122  A. Blaskiewicz-Maison, Albert Thomas…, op. cit., p. 93 et 136-140.

123Journal officiel, 13 septembre 1917, p. 7229. Le décret ne date donc pas du « 13 septembre » comme indiqué par A. Blaskiewicz-Maison, Albert Thomas…, op. cit., p. 140.

124  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 44, note 3.

125  SHD, 10 N 1, note de Louis Loucheur à Paul Bénazet, rapporteur du Budget de la Guerre et de l’Armement à la Chambre, 26 novembre 1917.

126  C’est ce que montre une comparaison avec l’organigramme non daté publié par R. Porte, La mobilisation industrielle…, op. cit., p. 131-132.

127  G. Galvez-Behar, « Le savant, l’inventeur et le politique… », op. cit., p. 111-112.

128  W. Oualid et Ch. Picquenard, Salaires et tarifs…, op. cit., p. 54 et 82.

129  Vincent Viet, « L’évolution du droit du travail et le cheminement des ministères du Travail et de l’Armement pendant la Grande Guerre », Cahiers du groupe régional Île-de-France du CHATEFP, nº 11, mai 2015, p. 7-15.

130  J.-M. Chevrier, Le rôle de Loucheur dans l’économie de guerre, op. cit., p. 91.

131  Emmanuel Chadeau, L’industrie aéronautique en France 1900-1950. De Blériot à Dassault, Paris, Fayard, 1987.

132  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 80-85.

133  AN, 130 AP 8, papiers Dumesnil, cités par A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 307-308.

134Ibid., p. 294-295.

135  Jean-Marc Olivier, Latécoère. Cent ans de technologies aéronautiques, Toulouse, Privat, 2017, p. 20-27 et 30.

136  J. Sakudo, Les entreprises de la chimie en France de 1860 à 1932, op. cit., p. 152-153 et 174 ; Véronique Goloubinoff, « Modernisations industrielles et fabrications traditionnelles dans la Grande Guerre à travers la photographie et le cinéma militaires », In situ, nº 23, 2014, p. 28.

137  J.-M. Chevrier, Le rôle de Loucheur dans l’économie de guerre, op. cit., p. 52-57. Loucheur aura le plaisir de se retrouver cosignataire en 1924 de la convention qui lie la nouvelle Compagnie française des pétroles à l’État.

138Ibid., p. 57-61.

139  J.-N. Jeanneney, François de Wendel…, op. cit.

140  Romain Gustiaux, « Les grands travaux de Louis Loucheur : une activité ministérielle au service de l’effort de guerre, de la reconstruction et [de] la construction de logements (1916-1930) », Pour mémoire, hors-série, 1915-1916, p. 189.

141  SHD, 10 N 8, dossier 2.

142  Centre d’archives de Terre Blanche, fonds Panhard, résumé de la réunion du 5 mars 1918 au ministère de l’Armement.

143  Béatrice Touchelay, L’État et les entreprises. Une histoire de la normalisation comptable et fiscale à la française, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 38.

144  AN, F22 534 contient ainsi une enquête du Comité du travail féminin du ministère de l’Armement, « Enquête sur l’organisation des crèches », mars-avril 1918 ; L. Lee Downs, L’inégalité à la chaîne, op. cit., p. 250-251 note 87.

145  Odile Henry, Les guérisseurs de l’économie. Sociogenèse du métier de consultant (1900-1944), Paris, CNRS Éditions, 2012, p. 263.

146  Y. Lemarchand, « À propos des origines militaires de la méthode des sections homogènes », op. cit., p. 16.

147  Déclaration à la Chambre à la séance des 25-26 septembre 1917, citée par J.-M. Chevrier, Le rôle de Loucheur dans l’économie de guerre, op. cit., p. 32.

148  Gilles Richard, « Comment devient-on permanent patronal dans les années 1920 ? L’exemple de Claude-Joseph Gignoux », in O. Dard et G. Richard (dir.), Les permanents patronaux…, op. cit., p. 99.

149  Raymond Poincaré, Au service de la France. Neuf années de souvenirs, tome X : Victoire et armistice, 1918, 2e éd., Paris, Nouveau Monde éditions, 2012, chapitre iv ; Général E. Buat, Journal, op. cit., p. 447 et 631 ; T. Gale, French Tanks in the Great War…, op. cit.

150A. Blaskiewicz-Maison, Albert Thomas…, op. cit., p. 104.

151  Je suis sur ce point le texte inédit d’Aimée Moutet déjà cité.

152  Hoover Institution, Louis Loucheur Papers, Box 12, File 25 ; L. Loucheur, Carnets secrets, op. cit., p. 45-46 ne donne qu’un petit extrait de ce discours.

153  Danièle Fraboulet, Quand les patrons s’organisent. Stratégies et pratiques de l’UIMM, 1901-1950, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007.

154  J.-M. Chevrier, Le rôle de Loucheur dans l’économie de guerre, op. cit., p. 84. Michelle Zancarini-Fournel, « Clovis Andrieu (bassin stéphanois, 1915-1919) : syndicalisme pacifiste d’action directe ou collaboration des compétences ? », in Jean-Louis Robert (dir.), Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 89-90.

155  J. Perret, Une étude des usines de guerre lyonnaises au prisme du genre, op. cit., p. 147-148.

156  A. Moulin-Bourret, Guerre et industrie…, op. cit., p. 368.

157  Y. Cohen, Organiser à l’aube du taylorisme, op. cit., p. 425.

158Bulletin des usines de guerre, 21 février 1918.

159Nicholas Papayanis, Alphonse Merrheim. The Emergence of Reformism in Revolutionary Syndicalism, 1871-1925, Dordrecht, Martinus Nijhoff, 1985.

160  S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 111.

161  J. Perret, Une étude des usines de guerre lyonnaises au prisme du genre, op. cit., p. 149-151.

162  Ernest Mattern, Création, organisation et direction des usines, 2e éd., Paris, Dunod, 1926, p. 291.

163  Jean-Charles Jauffret, « Rémy Porte, La mobilisation industrielle, “premier front” de la Grande Guerre ? », Revue historique des armées, nº 245, octobre-décembre 2006, p. 137.

164  Archives Renault, Ernest Fuchs, Louis Renault, 1935, p. 18.

165  Georges Clemenceau, « Rapport au président de la République », Journal officiel, 27 novembre 1918, p. 10232.

166  Laurent Cuchet, Reconstruire et réformer : Louis Loucheur et la question de l’État dans les années 1920, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Caen, 1992, p. 78-84 ; Bruno Cabanes, The Great War and the Origins of Humanitarianism, 1918-1924, Cambridge, Cambridge University Press, 2014, p. 98 note 80 a relevé de son côté l’importance que la production a revêtue pour Thomas.

167  Adam Tooze, Le déluge, 1916-1931. Un nouvel ordre mondial, Paris, Les Belles Lettres, 2015. Voir aussi Andrew Smith, Simon Mollan et Kevin D. Tennent (éd.), The Impact of the First World War on International Business, Londres, Routledge, 2017.

168  Emmanuel Jousse, Les hommes révoltés. Les origines intellectuelles du réformisme en France (1871-1917), Paris, Fayard, 2017, p. 375.

169  SHD, cartons 10 N 162-201.

170  AN, C 7722.

171  AN, fonds Albert Thomas, 94 AP 362, titre d’un dossier : « Attaques de droite, attaques de gauche ».

172  Mauricius (pseudonyme de Maurice Vandamme), Les profiteurs de la guerre, Paris, Ce qu’il faut dire, 1917. La censure y remplace le nom de Loucheur par des points de suspension.

173  Alfred Sauvy, Aux sources de l’humour, Paris, O. Jacob, 1988, p. 110 ; S. D. Carls, Louis Loucheur…, op. cit., p. 202.

174  Hénavent (pseudonyme d’Émile Bougère), « L’histoire d’un bagne. V : Comment le socialiste Albert Thomas vint bourrer le crâne des ouvriers de Renault et célébrer l’union sacrée sur une estrade faite d’obus », L’Humanité, 16 août 1930.

175  L. Cuchet, Reconstruire et réformer, op. cit., p. 78-84.

176  Hénavent, « L’histoire d’un bagne. V », op. cit.

177J. F. Godfrey, Capitalism at War…, op. cit.

Abbildungsverzeichnis

Titel Document 1. Albert Thomas. Croquis exécuté par Clémentel pendant le conseil des ministres du 21 mars 1916
Impressum Archives départementales du Puy-de-Dôme, 5 J 26.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4965/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 212k

Autor

Ancien élève de l’École normale supérieure, Patrick Fridenson est directeur d’études à l’EHESS et rédacteur en chef de la revue Entreprises et Histoire. Depuis son Histoire des usines Renault, t. i, et le volume qu’il a dirigé ensuite 1914-1918 : l’autre front, version revue et augmentée : The French Home Front, 1914-1918 parue en 1992, il s’intéresse à l’histoire de l’industrie de 1914 à 1918. Il est membre du Comité d’histoire économique et financière de la France. Il a récemment publié Reimagining Business History, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2013 (en collaboration avec Philip Scranton) et en codirection avec Florence Hachez-Leroy L’aluminium, matière à création xxe-xxie siècles, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2017.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540