Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Combattre

De la visite des arsenaux au bilan de 1919 : Étienne Clémentel et l’industrie pendant la Grande Guerre

Clotilde Druelle-Korn

Texte intégral

  • 1  Une biographie collective est en préparation : Étienne Clémentel, politique et action publique sou (...)

1Le nom d’Étienne Clémentel (1864-1936) a été prononcé par la presque totalité des orateurs de l’important colloque sur l’industrie française dans la Grande Guerre. L’élu du Puy-de-Dôme, notaire de son état, n’était pas prédisposé, a priori, à s’investir à corps perdu dans le domaine industriel pendant quatre années (novembre 1915-novembre 1919). À ce poste, il a profondément transformé un ministère considéré jusqu’à cette date comme technique. Il en a fait un département de politique économique en l’engageant résolument dans la modernisation de la France de l’après-guerre. La place et le rôle de ce grand ministre de l’Industrie et du Commerce, en charge de bien d’autres missions dans la période qui nous concerne (marine marchande, agriculture, postes-télégraphes-téléphone notamment) sont désormais mieux connus et reconnus1. La réunion de Bercy y contribue.

2Le but de cette communication est de mettre en perspective l’engagement de Clémentel au service de l’industrie pendant le premier conflit mondial. Il commence dès les premiers jours de la guerre, plusieurs mois avant que le parlementaire ne rejoigne le gouvernement d’Aristide Briand le 31 octobre 1915. Il se poursuit pendant les trois années mettant à rude épreuve les corps des hommes et femmes, les infrastructures et l’outil de production ; il s’achève un an après l’armistice, en novembre 1919, par la démission de Clémentel en raison de son échec aux législatives de l’automne.

3Août 1914 marque le basculement d’un intérêt déjà avéré de l’homme pour les questions économiques à une passion pour le monde de la production en général et de l’industrie en particulier. Elle ne le quittera pas jusqu’à la fin de sa vie. La politique industrielle que le ministre dessine à compter d’octobre 1915 repose sur le diagnostic élaboré pendant la première année de conflit. Elle se fonde sur trois piliers à construire parallèlement : l’organisation des secteurs de production, l’intensification, l’essor des marchés nationaux et internationaux dans la perspective de l’après-guerre.

4De manière inévitablement synthétique, nous aborderons plusieurs facettes de sa réflexion et de son action, plus spécifiquement comment Clémentel a conçu la poursuite de la production de guerre, comment il a organisé des services industriels « civils » de guerre, comment il a compris les nouveaux impératifs de la production tels qu’ils se dessinaient dans un contexte international qui ne manquerait pas d’être profondément transformé au lendemain du conflit. Pour ce faire, il a enquêté auprès des producteurs, mobilisé les savants en les associant à ses desseins, enfin il s’est assuré avec habileté de la mise en œuvre du programme tracé en organisant dans la durée les industriels, les commerçants, les financiers.

« Il n’a parlé qu’obus, je parle guerre. »

  • 2  Archives départementales (AD) Puy-de-Dôme, 5 J, fonds Clémentel.

5Telle est la formule lapidaire portée par Clémentel dans son carnet à la date du 25 novembre 19142. Elle résume son entrevue avec Albert Thomas et leurs positions respectives. Le député socialiste de la Seine est depuis quelques semaines sous-secrétaire d’État à l’Artillerie et à l’Équipement militaire dans le gouvernement Viviani. L’élu du Puy-de-Dôme est quant à lui rapporteur du budget de la guerre depuis 1910. À l’été 1914, il prend de plus en charge le rapport général du Budget après le décès de Georges Cochery. Si l’on se fie au témoignage de Clémentel, la crise de Tanger de 1905 lui aurait fait prendre conscience de l’imminence d’une guerre pour laquelle, si les hommes étaient prêts, il n’en était pas de même de l’armement. Entre cette date et 1914, il est devenu un connaisseur reconnu de la chose militaire, en contact avec les militaires et les industriels, menant plusieurs tournées d’inspection, au fait des faiblesses, des forces et des innovations.

  • 3  G. Rousseau, Étienne Clémentel, op. cit., p. 43-44 résumant les apports des rapports officiels sur (...)
  • 4  Cité par Guy Rousseau, « Impressions dans la tourmente. Le journal d’Étienne Clémentel dans l’été (...)
  • 5  Louis Renault affirme quant à lui être à l’origine de la proposition d’introduire ces changements (...)

6L’examen des rapports officiels sur le budget de la guerre dont il est l’auteur souligne la nécessité de poursuivre les efforts financiers engagés en la matière et l’attention portée aux situations matérielles et humaines, des soldats comme des officiers. Clémentel réfléchit à l’efficacité et à la place à accorder aux manufactures de l’État et aux entreprises privées dans la fabrication des armements. De longue date intéressé par l’industrie automobile et les inventions, il défend la future arme aérienne3. Dès le 18 août 1914, en parlementaire bien informé du potentiel militaire du pays, il envoie ses premiers rapports au ministre de la Guerre. Il s’inquiète déjà de la pénurie des munitions et de l’insuffisance des arsenaux nationaux. Il suggère une mobilisation des usines, notamment des usines automobiles, « pour produire des obus en employant les outils à forer et à tourner l’acier des constructeurs automobiles4 ». La rencontre, suggérée par Clémentel, entre Adolphe Messimy et Louis Renault aboutit à l’adoption de la nouvelle méthode de fabrication des obus. Elle est mise en œuvre sur une vaste échelle à partir de l’automne 1914, à l’issue de la célèbre conférence des industriels appelés à Bordeaux par Alexandre Millerand, nouveau ministre de la Guerre5.

  • 6  AD Puy-de-Dôme, 5 J, fonds Clémentel, carnets privés, octobre 1914-janvier 1915 ; G. Rousseau, Éti (...)

7Dans le sillage des administrations, les élus de la nation rejoignaient Bordeaux où le gouvernement s’était replié. En sa qualité de président de la commission du Budget, Clémentel pensait être en mesure de présenter des propositions tendant à la réorganisation de la production militaire. Dans ses carnets, il se dit mal reçu par Millerand, renvoyé d’un service à l’autre, entre civils et militaires6. La place alors accordée dans le gouvernement à Albert Thomas, issu d’un parti qui n’avait jamais voté les crédits de guerre en temps de paix, permet de comprendre l’amertume de Clémentel.

8Faute d’être entendu, il ne restait pas inactif. Entre octobre et décembre 1914, moment où il rejoint la capitale, l’élu voyage beaucoup. Il multiplie ses contacts avec les dirigeants de l’industrie et entame une mission de tournée dans les différents arsenaux publics et privés, dont il rend compte dans ses carnets. Il se rend à Clermont-Ferrand chez Bergougnan, qu’il connaît bien, au Creusot dans l’entreprise Schneider. Il parcourt le Midi de la région toulousaine à Marseille ; il inspecte les arsenaux de Bretagne, visite Bourges et Vierzon. Au cours de ces semaines, Clémentel note les pénuries de matières et de main-d’œuvre, les multiples dérèglements monétaires et financiers entraînés par le conflit, la désorganisation générale des productions. De retour dans la capitale provisoire, il s’entretient avec les responsables militaires et les dirigeants du pays, il relance des projets industriels. Pendant ces mois, le parlementaire forge un projet économique global. C’est aussi en ce sens qu’il faut comprendre la référence à Albert Thomas. Le champ de réflexion et d’action du futur ministre de l’Industrie était plus ambitieux, il englobait toute l’économie militaire et civile et l’organisation économique d’une nation en guerre. Au début de 1915, Clémentel, vice-président d’une Chambre des députés siégeant à nouveau, mobilisait « l’aiguillon » de la commission du Budget, selon le mot de Guy Rousseau. Les auditions au palais Bourbon des ministres du Commerce et de l’Agriculture achevaient de le conforter dans l’élaboration d’un projet économique global.

  • 7  AD Puy-de-Dôme, 5 J, fonds Clémentel, extrait d’un discours devant la Fédération de la métallurgie

« Le ministère du Commerce n’est plus cette Tour d’Ivoire que l’on interrogeait théoriquement de loin. Il est devenu une maison accueil­lante où l’Industrie et le Commerce commencent à se sentir chez eux7 »

  • 8  AD Puy-de-Dôme, 5 J 17, lettre du capitaine Henry Blazeix à Clémentel, 20 janvier 1915, 4 p. Pour (...)
  • 9  AN, F12 7657. Voir la note de synthèse établie sans doute en 1917 sur les services constitués pour (...)

9À l’automne 1915, Viviani fragilisé laissait place à Aristide Briand. Il formait le 30 octobre 1915 son gouvernement. Parmi les cinq nouveaux ministres, Étienne Clémentel succédait à Gaston Thomson au Commerce et à l’Industrie. Il paraît plausible qu’il se soit agi d’un geste en direction des commissions parlementaires. En tout état de cause, Clémentel était prêt à assumer la tâche. Le ministre pouvait s’entourer de collaborateurs partageant ses vues en matière d’organisation. Le décret du 28 octobre 1915 disposait que les cabinets et secrétariats des ministères s’organisaient par arrêtés ministériels, ils pouvaient désormais être constitués de personnes étrangères à l’administration centrale. On songe en particulier au choix du capitaine Henry Blazeix. Ingénieur centralien, diplômé en 1893, entrepreneur de travaux publics au Tonkin, revenu en métropole en 1908, il se trouvait en poste à la Manufacture d’armes de Châtellerault visitée à l’automne 1914 par Clémentel. Au travers de sa correspondance avec ce dernier, on lit leurs intérêts partagés pour la mise en œuvre d’innovations (la mise au point de nouveaux boucliers pour les pièces d’artillerie par exemple), le temps consacré à convaincre l’état-major, le soin mis à l’amélioration des rendements8. Au début de 1916, Blazeix rejoignait le Commerce. Il devenait directeur des Services techniques en temps de guerre. Ce poste s’avéra fondamental. Ces services vont jouer un rôle considérable et permettre une perméabilité jamais connue entre industriels, savants et ingénieurs. Dans l’architecture de son département, le ministre s’est inspiré de l’organisation des sections des commissions du Budget et de l’Armée. Elle ne sera pas fixe, évoluant au gré des besoins et du périmètre du Commerce et de l’Industrie, elle sera modifiée à plusieurs reprises9.

  • 10  Ils sont conduits à travailler avec le ministère de l’Armement, celui de l’Agriculture et du Ravit (...)

10À côté des services interalliés, en partie basés à Londres et appelés à connaître un important essor, les services nationaux, eux-mêmes divers, se composaient principalement de ces Services techniques. Ces derniers, organisés au cabinet du ministre, étaient sanctionnés par la loi de finances du 30 mars10. Ils se composaient des sections suivantes :

  • Métallurgie et forces motrices ;

  • Textiles ;

  • Industries chimiques, verrerie, céramique ;

  • Cuirs et peaux ;

  • Matériel automobile et agricole et industries diverses ;

  • Pétroles, huiles lourdes, combustibles liquides ;

  • Matières grasses ;

  • Papiers ;

  • Récupération et collecte des matières inutilisées ;

  • Transports commerciaux.

11En raison de la prolongation de la guerre, les attributions de ces Services techniques se sont progressivement accrues. Elles s’étendirent :

  • à la répartition des produits ;

  • aux avis techniques à donner sur les autorisations d’importation et à ceux à donner sur les autorisations d’exportation ;

  • au fonctionnement des comités interministériels ;

  • aux études sur l’après-guerre, en jonction spécialement avec le Comité consultatif des arts et manufactures ;

  • aux diverses fabrications et spécialement aux fabrications n’existant pas en France à l’avant-guerre ;

  • à l’utilisation de renseignements communiqués par le service de l’Information économique présentant de l’intérêt pour l’industrie et le commerce français ;

    • 11  AN, F12 7657, ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et Télégraphes, des Transports mar (...)

    à l’instruction des demandes de transports commerciaux terrestres et maritimes11.

  • 12  AN, F12 7657, s. d. [1918], arrêté du ministère du Commerce, 4 p.
  • 13  Chambre des députés, session de 1919, rapport nº 6531 de Louis Puech au nom de la commission du Co (...)

12Les Services techniques, rebaptisés en 1918 services de Guerre et placés sous la direction de Léon Guillet, professeur au Conservatoire national des arts et métiers et à l’École centrale des arts et manufactures12, ont occupé jusqu’à 400 personnes. On en comptait encore une centaine en 191913. Leurs attributions les conduisaient à travailler en étroite collaboration avec les producteurs, les consortiums d’achat et de répartition mis progressivement en place en 1917 et avec des groupements industriels variés, comme nous le verrons.

13Les liens étroits entre administration du Commerce et producteurs se renforçaient par le rattachement par décret d’un conseil technique placé auprès des services de Guerre du ministère. Sur proposition de Clémentel y étaient nommés : MM. David-Mennet, président de la Réunion des présidents des chambres de commerce de France, Laurent, président de l’Union minière et métallurgique, Laederich, président du Consortium du coton français, Pages, président de la Chambre syndicale des produits chimiques, Prevet, président du Syndicat de l’alimentation en gros de France, Pelouze, président du conseil d’administration des Chargeurs réunis, vice-président du conseil d’administration du PLM, Blazeix, ancien directeur des Services techniques, Briat, secrétaire général de la Chambre consultative des associations ouvrières de production, Keufer, secrétaire général de la Fédération des travailleurs du livre, vice-président du Conseil supérieur du travail, Enselme, secrétaire général des services de Guerre du ministère du Commerce.

  • 14  Dans le sillage de la Conférence économique interalliée organisée à Paris au printemps 1916 sous l (...)

14Les dix sections des services ci-dessus listés participaient de manière active aux travaux du Comité consultatif des arts et manufactures et au congrès du Génie civil ouvert en mars 191814. La plupart des chefs de section étaient rapporteurs dans l’une des sections du comité consultatif. Blazeix cumulait plusieurs charges. Il était rapporteur de section et président d’une sous-commission du congrès du Génie civil.

  • 15  AN, F12 7657, s. d. [1918 ?], 7 p.

15Dans un document d’étape de l’activité des Services techniques, le ministre expliquait que la 1re section poursuivait ses travaux en vue de la création d’industries nouvelles ; la 2e portait son attention sur la récupération de la potasse de suint et la fabrication en France des aiguilles de bonneterie tout en s’occupant de façon active de la fabrication de drap national ; la 3e section portait ses efforts sur la création d’industries chimiques n’existant pas avant la guerre, notamment des produits synthétiques. La fabrication de la chaussure nationale faisait l’objet d’études et de surveillances de la 4e section, etc.15.

Le rapport de 1919, vade-mecum pour l’après-guerre

  • 16  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, des Transports maritimes et (...)

16La guerre était un révélateur des faiblesses industrielles du pays ; elle devint un levier de modernisation de la production française. Le dessein de Clémentel rencontrait celui des milieux scientifiques : savants, universitaires et ingénieurs. Le décret constituant les Services techniques en mars 1916 faisait référence au travail à conduire en liaison avec le Comité consultatif des arts et manufactures. On peut brièvement rappeler l’origine de cette institution. Fondée en 1791, elle perdura tout au long du xixe siècle sous une dénomination qui changea peu. Par la loi de 1840, le comité devint plus spécifiquement en charge de l’exécution du texte régissant les établissements incommodes, insalubres et dangereux. Étoffant sa mission, le décret du 18 octobre 1880 le charge, en substance, de l’étude et de l’examen de toutes les questions intéressant le commerce et l’industrie qui lui sont renvoyées par le ministre en vertu des lois et règlements ou sur lesquelles le ministre juge utile de le consulter. Cela dit, le comité fut jusqu’au début des années 1910 davantage un agent d’exécution qu’un conseil préalable. À cette date, quelques avis sont sollicités en vue de l’adoption de la loi douanière et l’apport de rapporteurs techniques est envisagé pour l’avenir. Son réveil par Clémentel à partir de 1916 était pour l’institution une très heureuse initiative pouvant préfigurer, selon les termes du rapporteur Fleurent, chimiste, professeur au Conservatoire des arts et métiers, « une grande institution officielle chargée du soin, non seulement d’examiner les problèmes industriels et commerciaux, mais encore de procéder à des enquêtes et travaux de toute nature touchant les diverses branches de l’industrie française et étrangère16 ». Le vœu de Fleurent était entendu puisque Clémentel fondait et rattachait au comité par les décrets des 2 janvier, 23 avril et 10 juin 1918 la commission pour l’Unification des cahiers des charges des produits métallurgiques, la commission pour l’Unification des cahiers des charges des autres matériaux de construction et enfin la commission permanente de Standardisation.

17Composé en temps ordinaire de 16 personnalités (savants, universitaires et hauts fonctionnaires), le comité passait à 24 membres par décret du 24 avril 1917. Le ministre lui confiait alors une mission jugée prioritaire consistant en la

  • 17  Clémentel, « Préface », in Rapport général sur l’industrie française…, op. cit. L’enquête correspo (...)

« recherche statistique et technique [qui] n’a d’autre objet que d’étayer, sur un vaste ensemble de données précises et scrupuleusement vérifiées, le programme d’action et d’expansion économique auquel la France se conformera si elle ne veut courir le risque de compromettre, par des efforts mal étudiés ou mal concertés, les résultats auxquels la victoire lui permet désormais de prétendre17 ».

18À l’occasion du discours d’inauguration des travaux, Clémentel définissait l’orientation des études qu’il lui confiait. Les commissions devaient avant tout établir un relevé de la production et de la consommation des principaux produits industriels avant-guerre et examiner ce qu’elles pourraient devenir dans l’après-guerre en s’inspirant des principes suivants :

« La France doit avoir, dans toute la mesure compatible avec ses ressources et ses moyens industriels, une indépendance économique absolue. Le relèvement de sa situation financière ne peut être assuré que par un accroissement de production qui aura pour effet de satisfaire à ses propres besoins, et si possible d’augmenter nos exportations, par conséquent notre crédit.
Du rapprochement des chiffres probables : production et consommation à l’avant-guerre, production et consommation probables à l’après-guerre, il sera aisé de déduire les efforts qui doivent être faits par l’industrie française et de préciser les approvisionnements et les fabrications pour lesquelles nous devrons, au moins pour un temps, rester importateurs.
Le programme ainsi fixé, il faudra étudier les méthodes à utiliser, les mesures à demander soit aux pouvoirs publics, soit aux groupements industriels pour atteindre le but visé. »

19Le ministre concluait en ces termes :

  • 18Rapport général sur l’industrie française…, op. cit., tome I, Séance d’inauguration des travaux.

« Ce travail de synthèse vous permettra, dans une vision élevée de l’avenir, de prévoir les mesures à prendre et les initiatives à provoquer.
Aucun des problèmes économiques qui se posent à l’heure actuelle ne doit vous laisser indifférents car il est permis d’affirmer que, quoi qu’il arrive, la situation intérieure et extérieure de notre pays sera après la conclusion de la paix profondément différente de ce qu’elle était avant la guerre.
Les questions relatives à la production sont fondamentales, elles doivent avant tout retenir votre attention, et vous serez logiquement conduits à leur subordonner les questions d’ordre complémentaire comme les questions de transport, de régime douanier, de crédit, etc.18 »

20Les membres du comité et les rapporteurs furent divisés en quatre sections ayant à examiner les questions se rapportant :

  • à la métallurgie et à la construction mécanique ;

  • aux textiles ;

  • aux industries chimiques et connexes ;

  • aux industries diverses.

21L’ensemble des secteurs industriels et des biens manufacturés fut étudié soigneusement. Le secteur des services n’était pas délaissé en dépit du titre des sections. L’organisation commerciale, tous les types de transport, l’organisation bancaire et le crédit furent inclus dans la dernière section. De même, la seconde partie du rapport envisageait l’organisation rationnelle des usines, les rapports de la science et de l’industrie, la formation technique et professionnelle, la standardisation et le développement du machinisme, les brevets, les appellations d’origine contrôlée.

  • 19  Voir l’important article de Michel Letté, « Le rapport d’Étienne Clémentel (1919). L’avènement adm (...)

22Le travail était achevé début novembre 191819. Aux dires des auteurs, il fut intense, suscitant de longues discussions. En dehors des rapporteurs, on fit appel à de nombreux représentants jugés les plus autorisés dans les différentes chambres syndicales ou dans les groupements intéressés.

23Au total, près de 3 000 pages furent publiées sous la forme de trois volumes, le premier rendu disponible dès le 15 novembre 1918, et les deux autres au printemps 1919. Ce rapport comportait trois parties distinctes. La première consiste en l’étude de la situation des principales industries avant la guerre et leur expansion possible. Elle ne comportait pas moins de 87 rapports techniques rédigés à cet effet et occupait les deux premiers tomes. Le troisième tome concerne à la fois l’étude des méthodes et des moyens permettant l’expansion économique de la France, avant de laisser place aux vœux exprimés par le Comité consultatif des arts et manufactures.

Grouper les producteurs dans l’intérêt général

  • 20  AD Puy-de-Dôme, 5 J 27 et 28, contenant plusieurs discours prononcés par Clémentel en ces occasion (...)

24On peut avancer que tout ce que le pays comptait comme ingénieurs civils et militaires d’expérience, de savants, de dirigeants de grandes entreprises, de responsables de syndicats professionnels et de chambres syndicales, soit les élites, au sens large, scientifiques et économiques de la France, se sont retrouvées à un moment ou à un autre associées aux services et aux comités installés par le Commerce et l’Industrie pendant la Grande Guerre. Clémentel facilitait la création de nouveaux instituts scientifiques, profitant des inaugurations pour marteler son message auprès de l’Institut d’optique appliquée créé en 1917, de l’Institut national de la céramique (août 1918), à l’occasion de la création de la Société de chimie industrielle et du lancement de sa revue (1918)20. Ces compagnies étaient appelées à durer.

25Offrir les cadres d’une modernisation économique pour l’après-guerre impliquait aussi pour le ministre de susciter des structures d’organisation et de représentation de tous les producteurs, des plus modestes au plus puissants, des secteurs traditionnels à ceux qui s’annonçaient de pointe. Les exigences d’une économie de guerre et le vaste brainstorming auquel il conviait les industriels, les commerçants et le monde des services multipliaient les occasions de rencontre et lui donnaient l’occasion de bâtir, voire d’imposer, ces cadres.

  • 21L’Économiste parlementaire, le 28 juin 1918, reprenant presque dans son intégralité l’intervention (...)

26Les consortiums de la période de guerre, tout en répondant de façon pragmatique à une situation d’urgence et de pénurie, ont ainsi été des bancs d’essai de la coopération et des regroupements à venir. Lors de l’important débat à la Chambre de juin 1918, faisant suite à l’interpellation d’Emmanuel Brousse sur la question des consortiums et sur la politique économique du gouvernement, Clémentel et Tardieu, Commissaire du gouvernement, montaient à la tribune pour les défendre. Tardieu rappelait le pragmatisme américain en la matière. Quant au ministre du Commerce, dans une longue intervention reprise par L’Économiste parlementaire, il retraçait la situation de l’avant-guerre et la multitude de syndicats qui se créaient autour de l’intérêt individuel, voilant l’intérêt général : « demain, il en ira autrement. Nous aurons obligé ces hommes à se grouper, à se connaître, certes non sans difficulté, non sans effort, parfois même avec une légère contrainte, nous leur avons dit : vous ne pouvez pas refuser de coopérer dans une organisation commune, c’est uniquement pour le bien du pays et de l’intérêt général. » ; à l’issue de la guerre, « il restera au cœur de chacun d’eux cette haute compréhension de l’intérêt général, qui dans l’avenir, plus que jamais doit être notre guide » ; et de conclure : « j’ai déployé autant de persuasion que d’énergie pour faire comprendre aux industriels la nécessité de se grouper afin que leurs groupements, qui sont actuellement un instrument de guerre, puissent devenir un instrument de paix et de conquête économique21 ».

  • 22  AN, F12 7657, ministère du Commerce à ministre de l’Armement, 3 novembre 1918. Hugues Citroën avai (...)
  • 23  Sur l’UIMM et Robert Pinot, voir les travaux de Danièle Fraboulet, en particulier Quand les patron (...)

27Le conseil technique des consortiums, installé par le ministre dans les locaux du Commerce, était en contact étroit et fréquent avec ces grands industriels et commerçants auxquels Clémentel demandait de se grouper. Pour conduire à bien les négociations visant à l’organisation des groupements professionnels, le ministre avait demandé auprès de lui le détachement d’Hugues Citroën, alors mobilisé aux usines Citroën22. Si le ministre sollicitait d’abord les grandes unions, le cadeau n’était qu’apparent. Sur elles, l’UIMM23 en particulier, reposaient les succès ou l’échec de la Confédération à venir ; à elles de convaincre les secteurs plus méfiants. En cas d’échec, elles ne manqueraient pas d’en porter une large part de responsabilité.

28Robert Pinot fut tout à fait conscient du cadeau quelque peu empoisonné qui lui était ainsi offert. N’était-il pas imprudent, se demandait-il, d’avoir appelé dans une même organisation des industries d’importance trop inégale, de nature, de culture et d’âge trop différents ? Comment seraient prises les décisions ? Un conseil central devait se prononcer à la majorité des voix et le scrutin se faisant per capita ramènerait à une stricte égalité de représentation chacun des secteurs. Une branche d’industrie occupant plusieurs centaines de milliers d’ouvriers et contrôlant des capitaux considérables compterait autant qu’une autre employant peu de main-d’œuvre et de capitaux. La métallurgie, les houillères et la construction mécanique devraient-elles s’incliner devant une coalition des carrières, des cuirs et peaux, des instruments de précision, de l’art et de l’hôtellerie ?, s’inquiétait-t-il. Le représentant de l’UIMM redoutait en effet par-dessus tout un parlement professionnel qui offrirait le spectacle d’un déchaînement brutal d’intérêts contradictoires. Une autre inquiétude manifestée par Robert Pinot résidait dans la crainte que la paternité ministérielle n’enlève à la toute jeune Confédération son indépendance et que le ministre soit surtout soucieux de forger un instrument docile.

  • 24  Clotilde Druelle-Korn, « Entre concurrence et structuration du champ syndical patronal, genèse et (...)

29Ainsi que nous l’avons démontré dans une précédente étude24, en dépit de ces réticences, la Confédération générale de la production française (CGPF) se constitua officiellement début juillet 1919, avec à sa tête Henry Darcy, représentant de l’industrie minière. Son objet essentiel était d’« étudier et défendre les intérêts du travail national, contribuer au développement de la puissance de production et d’exportation de la France, coordonner les efforts des syndicats et associations professionnels ». On note avec intérêt que les mots patron/patronat ont été écartés ; le terme de travail, fédérateur, masque la hantise de « la lutte des classes », comme si les mots étaient plus dangereux que des situations de fait, vécues et entretenues par les dirigeants économiques. La lutte peut être menée, mais pas nommée.

  • 25  Pour une présentation exhaustive des structures de la CGPF, voir René Duchemin, Organisation syndi (...)

30On peut estimer qu’il a été tenu compte des inquiétudes du secrétaire général de l’UIMM dans la définition des 21 groupements composant in fine la Confédération25. Les secteurs de la production y étaient largement représentés, laissant cependant une place aux services, voyages et tourisme, à la finance et au commerce. La crédibilité de l’organisation patronale avait imposé aux patrons des compromis. Au cours des années 1920, sept nouveaux groupements, dont un réservé aux associations régionales, furent constitués. Ces créations soulignaient la capacité d’adaptation de la Confédération aux transformations économiques et sa reconnaissance par l’ensemble des associations de producteurs. Clémentel ne s’était pas trompé dans son dessein.

Conclusion

31Entre la fin des hostilités et son départ en novembre 1919, Clémentel se hâta de consolider les éléments de l’édifice pensé et constitué pendant les années de guerre. Il n’ignorait pas que les puissants liens unissant son département ministériel aux milieux économiques se relâcheraient avec la victoire. Les négociations sur les conditions économiques de la paix, celles sur la représentation des producteurs au sein de l’Organisation internationale du travail à venir lui donnèrent quelques arguments pour obtenir in extremis de la représentation nationale quelques moyens financiers destinés à pérenniser les services et les bureaux chargés des nouvelles missions d’un ministère de l’Économie avant l’heure. À l’été 1919, la Confédération générale de la production française et ses groupements de producteurs étaient publiquement présentés, la publication du Rapport général se parachevait par un dernier tome. Aucun domaine de la production et des échanges n’avait échappé à l’action de Clémentel, les procédés de rationalisation, les cadres de la standardisation et de la normalisation étaient posés. Ils seront pleinement mis en œuvre lors des années 1920, décennie marquée par une croissance industrielle soutenue que Clémentel continua à encourager dans ses diverses fonctions, au Sénat, à la direction de la Chambre de commerce internationale ou encore à la direction des Conseillers du commerce de la France.

Notes

1  Une biographie collective est en préparation : Étienne Clémentel, politique et action publique sous la Troisième République, à paraître chez Peter Lang, 2018. L’ouvrage reprendra notamment les communications présentées lors de la journée d’études du 16 octobre 2016 organisée par le Centre d’études et de recherches de sciences administratives et politiques (CERSA) à l’université Panthéon-Assas. Nous renvoyons également à Guy Rousseau, Étienne Clémentel (1864-1936). Entre idéalisme et réalisme, une vie politique, Clermont-Ferrand, conseil général du Puy-de-Dôme, 1998, et à notre thèse, Clotilde Druelle, Un laboratoire réformateur : le Département du Commerce en France et aux États-Unis de la Grande Guerre aux années vingt, sous la direction de Serge Berstein, Institut d’études politiques de Paris, 2004.

2  Archives départementales (AD) Puy-de-Dôme, 5 J, fonds Clémentel.

3  G. Rousseau, Étienne Clémentel, op. cit., p. 43-44 résumant les apports des rapports officiels sur le budget de la guerre. Sur l’aviation, voir Étienne Clémentel, Aérostation et aviation. Extrait du Rapport fait au nom de la commission du Budget chargée d’examiner le projet de loi portant fixation du budget général de l’exercice 1911 du ministère de la Guerre, Paris, Berger-Levrault, 1911 ; Emmanuel Chadeau, Le rêve et la puissance, l’avion en son siècle, Paris, Fayard, 1996.

4  Cité par Guy Rousseau, « Impressions dans la tourmente. Le journal d’Étienne Clémentel dans l’été 1914 », Guerres mondiales et conflits contemporains, nº 156, 1989, p. 100.

5  Louis Renault affirme quant à lui être à l’origine de la proposition d’introduire ces changements dans la production d’obus, voir Patrick Fridenson, Histoire des Usines Renault, tome I : Naissance de la grande entreprise 1898-1939, Paris, Le Seuil, 1972, p. 89-90. Sur la conférence de Bordeaux, voir entre autres Gerd Hardach, « La mobilisation industrielle en France, 1914-1918 : production, planification et idéologie », in Patrick Fridenson (dir.), 1914-1918. L’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977, p. 81-109.

6  AD Puy-de-Dôme, 5 J, fonds Clémentel, carnets privés, octobre 1914-janvier 1915 ; G. Rousseau, Étienne Clémentel, op. cit., p. 49.

7  AD Puy-de-Dôme, 5 J, fonds Clémentel, extrait d’un discours devant la Fédération de la métallurgie.

8  AD Puy-de-Dôme, 5 J 17, lettre du capitaine Henry Blazeix à Clémentel, 20 janvier 1915, 4 p. Pour hâter l’adoption des procédés, Clémentel conseillait Blazeix et relayait les informations et les demandes auprès des décideurs.

9  AN, F12 7657. Voir la note de synthèse établie sans doute en 1917 sur les services constitués pour la durée de la guerre, 16 p. On rappelle que le ministère de la Reconstitution industrielle créé le 26 novembre 1918 échoit à l’industriel Louis Loucheur.

10  Ils sont conduits à travailler avec le ministère de l’Armement, celui de l’Agriculture et du Ravitaillement, la direction de l’Intendance.

11  AN, F12 7657, ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et Télégraphes, des Transports maritimes, services de Guerre, Services techniques, création-organisation, s. d. [sans doute 1917], 10 p.

12  AN, F12 7657, s. d. [1918], arrêté du ministère du Commerce, 4 p.

13  Chambre des députés, session de 1919, rapport nº 6531 de Louis Puech au nom de la commission du Commerce et de l’Industrie chargée d’examiner le projet de loi ayant pour objet la réorganisation des cadres de l’administration centrale du ministère du Commerce et de l’Industrie.

14  Dans le sillage de la Conférence économique interalliée organisée à Paris au printemps 1916 sous les auspices de Clémentel, la Société des ingénieurs civils de France provoqua la constitution d’un congrès général du Génie civil rejoignant (voire inspiré par) les idées du ministre. Il se donnait pour mission en premier lieu l’examen des problèmes de la production nationale après la guerre. Voir Marcel Porte, « Le Congrès général du Génie Civil », Revue d’économie politique, vol. 32, 1918, p. 573-578. Plusieurs tomes des travaux préparatoires sont désormais accessibles sur Gallica. Voir le discours de Clémentel à l’occasion de l’inauguration du congrès du Génie civil (AD Puy-de-Dôme, 5 J 27).

15  AN, F12 7657, s. d. [1918 ?], 7 p.

16  Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, des Transports maritimes et de la Marine marchande, Rapport général sur l’industrie française. Sa situation, son avenir, Paris, Imprimerie nationale, 1919. Voir notamment tome III, chap. ii, p. 68 et suiv., la partie C « Le Comité consultatif des arts et manufactures, son rôle dans l’après-guerre ».

17  Clémentel, « Préface », in Rapport général sur l’industrie française…, op. cit. L’enquête correspond par ailleurs aux vœux figurant dans le rapport déposé au nom de la commission du Travail de la Chambre en date du 5 avril 1917. Son auteur, Lafferre, demandait une triple enquête sur les industries à rétablir, à développer, à créer, ainsi que les mesures propres pour assurer la réadaptation des mobilisés au milieu civil. Lors des réunions interministérielles, les participants se désolaient de la situation d’impréparation du pays, du manque de statistiques générales et de recensements industriels. Voir AN, F12 8001, note sur la tenue de la conférence interministérielle de la main-d’œuvre du 28 juillet 1916, sous la présidence d’Henry Bérenger, 16 p.

18Rapport général sur l’industrie française…, op. cit., tome I, Séance d’inauguration des travaux.

19  Voir l’important article de Michel Letté, « Le rapport d’Étienne Clémentel (1919). L’avènement administratif des technocrates », Document pour l’histoire des techniques, nº 20, 2e série, 2011, p. 167-195. Nous ne souscrivons pas au terme de technocrate du titre. Le rapport est désormais accessible en ligne, http://journals.openedition.org/dht/1815

20  AD Puy-de-Dôme, 5 J 27 et 28, contenant plusieurs discours prononcés par Clémentel en ces occasions. Michel Letté, « Chimie, chimistes et rationalisation sous les auspices du ministre du Commerce et de l’Industrie, Étienne Clémentel (1917-1919) », Revue d’histoire des sciences, vol. 69, janvier-juin 1916, p. 19-40.

21L’Économiste parlementaire, le 28 juin 1918, reprenant presque dans son intégralité l’intervention du ministre.

22  AN, F12 7657, ministère du Commerce à ministre de l’Armement, 3 novembre 1918. Hugues Citroën avait réorganisé avec succès le Syndicat des diamants, perles et pierres précieuses.

23  Sur l’UIMM et Robert Pinot, voir les travaux de Danièle Fraboulet, en particulier Quand les patrons s’organisent. Stratégies et pratiques de l’Union des industries métallurgiques et minières, 1901-1950, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007, 372 p.

24  Clotilde Druelle-Korn, « Entre concurrence et structuration du champ syndical patronal, genèse et affirmation de la Confédération générale de la production française (1919-1925) », in Danièle Fraboulet et Pierre Vernus (dir.), Genèse des organisations patronales en Europe (19e-20e siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 153-163.

25  Pour une présentation exhaustive des structures de la CGPF, voir René Duchemin, Organisation syndicale patronale en France, Paris, Plon, 1940.

Auteur

Clotilde Druelle-Korn est maître de conférences HDR d’histoire contemporaine à l’université de Limoges, membre du CRIHAM EA 4270 et associée à l’IDHES Paris I. Ses travaux portent sur l’histoire des organisations économiques nationales et internationales et sur l’histoire du ministère du Commerce et de l’Industrie dans la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerres. Elle a soutenu sa thèse intitulée Un laboratoire réformateur, le département du Commerce en France et aux États-Unis de la Grande Guerre aux années vingt en 2004 à l’IEP de Paris. Elle a soutenu une HDR sur l’histoire du ravitaillement des territoires français occupés pendant la Grande Guerre, à paraître en 2018 chez Peter Lang.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540