Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Combattre

Les arsenaux de la grande guerre ou la raison dans l’État

Patrick Mortal

Texte intégral

  • 1  Les relations entre le château des Krupp et Berlin ou entre la maison Schneider et Paris sont peut (...)

1L’inconcevable folie meurtrière qui précipite le déclin relatif de l’Europe est déclenchée comme le point d’orgue d’un mouvement de rationalisation de la production et… de la vie. Les États-nations du continent, hétéroclites, n’en sont pas moins en marche vers l’efficience, une sorte d’emballement de la volonté où l’État joue le premier rôle1. Le monde ouvrier n’échappe pas à cette illusion d’une pensée triomphante, comme le révèle l’organisation de la production et du travail dans les deux sortes d’établissements qui dépendent en France du sous-secrétariat d’État à l’Artillerie puis du ministère de l’Armement : les usines d’État – ateliers de construction, manufactures et autres poudreries ou pyrotechnies – et les ateliers privés placés sous l’autorité du Contrôle de la main-d’œuvre et dans une certaine mesure de l’inspection des Forges. Faut-il alors considérer l’immense effort d’organisation de la guerre comme le début d’un cauchemar perpétué après guerre par l’enfer industriel ou comme le surgissement dans des circonstances exceptionnelles d’utopies certes fondatrices de concepts, de pratiques, de programmes même, mais abandonnées dès la paix dans leur prétention globalisante ? La guerre totale ne serait alors pas la source d’un État total, sauf peut-être là où la défaite entretiendra l’illusion de sa supériorité. En France, l’utopie qui anime l’industrie de guerre, républicaine et de gauche, serait alors effacée par le retour à la normale.

De l’expansion des industries d’État aux initiatives de la période de guerre

  • 2  Albert Thomas, Le Second Empire (1852-1870), in Jean Jaurès (dir.), Histoire socialiste, tome X, P (...)
  • 3  Maurice Dommanget, Édouard Vaillant, un grand socialiste, 1840-1915, Paris, La Table ronde, 1956, (...)
  • 4  Jean Maitron, « Léon Gervaise », in Jean Maitron (ss dir.), Dictionnaire biographique du mouvement (...)
  • 5  Service historique de la Défense (SHD), 4 W 208, rapport signé par Berlier, secrétaire général de (...)
  • 6  Bertus Willem Schaper, Albert Thomas, trente ans de réformisme social, Assen, Van Gorcum, 1959, Pa (...)

2Avant-guerre déjà, un nouvel état d’esprit est porté par la course aux armements et par la croissance. Dans ses travaux, Albert Thomas décrit le Second Empire d’une manière bien originale2 : la critique démocratique est certes féroce, mais la description du saut qualitatif de l’industrie nationale n’en est pas moins convaincante, surtout qu’elle porte un foisonnement d’idées à travers lequel les militants ouvriers gagnent leur indépendance de pensée, d’organisation et d’action. L’on est bien proche de Saint-Simon, l’industrie permettant le socialisme. L’État est un Janus aux portes des virtualités. C’est Édouard Vaillant au congrès SFIO de Nancy en 1907, tandis que Clemenceau réprime les instituteurs : « L’État […] a compris qu’il était menacé de dissolution sociale. Les syndicats de fonctionnaires devenant autonomes, socialisant ainsi les services de l’État, gérant les services dans l’intérêt de la société et non plus de l’État, l’État perd ses assises économiques, ses assises politiques, il est une forteresse démantelée dans laquelle la classe ouvrière pénétrera3 ». C’est Léon Gervaise, secrétaire de l’Union fédérative des travailleurs de l’État, signataire en 1909 de l’appel du Comité d’union syndicaliste4, regroupement des réformistes de la CGT autour de L’Action ouvrière, soutenu par Albert Thomas : les citoyens sont les « actionnaires » des industries d’État. Ce sont les syndicalistes des personnels civils du ministère de la Guerre répondant au sénateur Richard Waddington en juin 1904 : « Enfin la tendance actuelle est de confier à l’État un certain nombre de monopoles ; l’État est déjà marchand de poudres, de tabacs, d’allumettes ; il sera demain marchand d’alcool et chargé, seul, des transports en chemin de fer, comme le demande la majorité de la nation ; il semble que la logique veut que, à plus forte raison, l’État reste son propre fournisseur pour une marchandise qui intéresse sa sécurité même5 ». Position à rapprocher de celle du député SFIO Albert Thomas, rapporteur du Budget des chemins de fer en 1912-1913, proposant « une audacieuse politique de nationalisations » jugée « indispensable pour résoudre tous les problèmes que l’évolution industrielle ou sociale a posés et qui sont d’ores et déjà reconnus insolubles sous le régime des conventions6 ».

  • 7John F. Godfrey, Capitalism at War: Industrial Policy and Bureaucracy in France, 1914-1918, Leamin (...)
  • 8  AN, 94 AP 348, discours du 3 mai 1919.
  • 9Jean-Louis Robert, « Cooperatives and the labor movement in Paris during the Great War », in Patri (...)

3La part de l’utopie dans l’action du pragmatique ministre de l’Armement éclate bien évidemment dans la construction de l’arsenal de Roanne : usine, habitations, services, un phalanstère de guerre7 ! Dans un discours écrit le 3 mai 1919, prononcé au Musée social et repris lors d’un déplacement justement à Roanne, A. Thomas considère le rôle dans la guerre des coopératives de consommation comme la preuve de leur efficience. De toute façon, le commerce ordinaire n’était pas « outillé » pour faire face. Durant le premier trimestre 1918, les ordinaires militaires auraient ainsi réalisé un chiffre d’affaires de 4 millions de francs, les institutions patronales de 16 millions et les coopératives de 91 millions dont 7 pour les restaurants et 83 pour les magasins8. La multiplication par trois des effectifs des coopérateurs entre 1914 et 1930 est peut-être la plus durable des incidences des utopies de guerre9.

4L’utopie proprement industrielle n’aura guère de suite sinon dans des projets modestes puisque préservant la part de l’industrie privée. Dès 1917, la loi Mistral-Voilin sur les ateliers privés au service de la guerre prévoit, plutôt que la nationalisation suggérée d’abord par les députés socialistes, une régie intéressée, qui pourrait être un mode de fonctionnement pour l’industrie d’après-guerre selon Thomas, dont le projet de 1919 pour les arsenaux ne prévoit que des offices nationaux échappant aux contraintes budgétaires des établissements d’État et aux interdits de la loi d’Allarde de 1791 protégeant la libre concurrence.

5Faut-il alors penser qu’il en est de même pour la rationalisation du travail ? Y aurait-il eu une poussée pendant la guerre, ensuite abandonnée, avant que l’industrie privée ne reprenne le flambeau de mains américaines ?

L’organisation du travail et les systèmes de rémunération à l’épreuve de la guerre

  • 10  SHD, 4 W 209, contrôleur général de 1re classe Enjalbert, étude sur l’organisation et le fonctionn (...)

6Depuis la fin de la décennie 1890, les arsenaux d’État sont en régie directe : c’était la demande des inspecteurs qui les dirigeaient depuis longtemps, autrement dit des ingénieurs de l’Armement. Le but était déjà de mettre en cohérence l’ensemble du système de production des armes, comme avec le statut accordé au personnel des établissements de l’armée de terre en 1897 et la décision des ingénieurs, malgré les réticences parlementaires, de coopérer avec les syndicats pour organiser le travail. Le personnel permanent bénéficie ainsi de divers avantages (une retraite et un ordre de priorité des licenciements protégeant l’ancienneté dans la profession…). L’on peut alors embaucher massivement lors des grandes séries de production et ensuite licencier, tout en préservant un cadre permanent, constitué d’officiers ingénieurs et d’ouvriers d’élite formés dans les écoles de formation technique des établissements, ceux qui maîtrisent les machines-outils dites « spéciales », les « spécialistes » donc, « ajusteurs et mécaniciens surtout », capables de monter et de régler les machines assurant de grandes séries d’opérations identiques… « Autour de ce personnel restreint viennent se ranger, quand les fabrications se développent, les ouvriers sans spécialité ». De ce point de vue, dans le rapport qu’il rédige en 1903, le contrôleur général Jules Enjalbert se satisfait de ses dix ans d’efforts10 : tous les établissements sont en passe d’être équipés de machines-outils de base, les manufactures d’armes légères et les ateliers de construction d’artillerie tendant à s’uniformiser et à se compléter. Évidemment l’on pensait faire lors de la mobilisation comme lors des grandes séries…

  • 11  De manière générale, voir Bernard Mottez, Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur (...)

7L’étude des systèmes de rémunération montre jusqu’où va alors la réflexion scientifique des ingénieurs et permet de mieux comprendre la guerre11. Le travail est rémunéré au devis, pour les spécialistes et pour ceux qui assurent les séries de fabrication. Ce devis est un temps – et donc un prix – de chaque opération à réaliser, estimé de façon à permettre à un ouvrier de force moyenne de gagner son salaire normal, en sorte qu’avec le temps et l’expérience, il parvienne toujours à augmenter son gain journalier. Des commissions des devis associant des syndicalistes proposent le devis, ensuite mis à l’essai avant d’être définitivement adopté. Durant l’essai, l’ouvrier qui ne ferait pas sa journée est indemnisé. Ensuite il augmente son gain en faisant plus de pièces. Nul harcèlement par le chronométreur donc… Nous avions bien perçu cette option de responsabilisation de l’ouvrier et la différence qu’elle présente avec une optique franchement taylorienne de résistance à la flânerie par le contrôle des gestes : ici, le contrôle porte sur la pièce à réaliser, puis sur le résultat quotidien et en fin de série, et bien sûr cela facilite le calcul – et le contrôle – des rebuts, plus rares au demeurant.

  • 12  Centre des archives de l’Armement et du personnel civil (CAAPC), SHDA AA 232 2H2 1226 0001. Merci (...)
  • 13  Capitaine Gustave Ply, « Étude sur l’organisation du service technique dans les Manufactures d’Arm (...)
  • 14  Voir par exemple les échanges entre la hiérarchie et la direction de la Manufacture d’armes de Châ (...)
  • 15Ken Alder, Engineering the Revolution. Arms and Enlightenment in France, 1763-1815, Chicago, Unive (...)

8Les dossiers conservés au Centre des archives de l’Armement et du personnel civil (CAAPC) de Châtellerault sur l’élaboration des devis tracent une vision plus achevée. Ce sont une série de notes de service adressées en 1901-1902 aux directeurs d’établissement, dont une note marginale manuscrite indique qu’ils sont à nouveau consultés en 191812. L’on avait pu croire, en suivant un article du capitaine Gustave Ply dans la Revue d’artillerie en 188813, que l’arrivée des machines avait convergé avec l’effort vers l’interchangeabilité des pièces d’armes consenti depuis le xviiie siècle pour produire une démarche originale. En fait, le raisonnement des ingénieurs est bel et bien d’abord un calcul des coûts. Le devis n’est pas seulement la référence ou, comme disent les textes, la « cote » de l’ouvrier. C’est un document global qui précède la mise en fabrication et qui prend en compte tous les frais – main-d’œuvre et matières premières –, puis les frais généraux attribués par répartition à chaque opération. Les documents élaborent une série de graphiques permettant d’évaluer les coûts d’ensemble. Si le devis de main-d’œuvre de fabrication est fixe, par hypothèse en quelque sorte, l’augmentation de l’intensité de production au cours d’une série abaisse le devis réel et augmente donc la rémunération de l’ouvrier, sauf si l’analyse conduit à revoir sa cote. En revanche, les frais généraux diminuent avec l’intensité de la production, donnant une courbe en asymptote. Ainsi les coûts unitaires régressent-ils avec le nombre des pièces fabriquées. Ces calculs ont deux fonctions : contrôler le rendement et répondre aux députés, aux sénateurs et aux ministres, dont on sent les injonctions derrière la diligence de la hiérarchie14. Pouvoir évaluer ainsi les coûts globaux permet d’affecter les dépenses en année budgétaire. L’on est donc bien, déjà, dans une forme d’organisation scientifique du travail (OST), mais avec des objectifs politiques et une philosophie différents de ceux de Taylor en matière de responsabilité ouvrière, laissant penser, selon la formule de Ken Alder pour une autre époque, que « les choses auraient pu être différentes15 » !

  • 16  Rapport au Sénat d’Émile Sari, sénateur de la Corse, 1933, cité in Le Travailleur de l’État, nº 37 (...)

9L’ampleur et la durée de la guerre sont sans proportion avec ce beau système. D’une part les spécialistes sont loin d’être tous épargnés par les premiers appels. D’autre part les arsenaux d’État de l’armée de terre dotés d’écoles de formation rassemblent moins de 20 000 ouvriers avant-guerre, et ce sont 150 000 personnes qu’ils voient affluer, parmi le 1,6 million d’ouvriers travaillant directement pour la guerre, dans les établissements d’État de la terre ou de la marine et en majorité écrasante dans des ateliers privés16.

  • 17  AN, 94 AP 76.
  • 18  AN, 94 AP 128, compte rendu des travaux des trois groupes de contrôle détachés au sous-secrétariat (...)

10On passera sur la diversité aujourd’hui bien connue de ces personnels : les femmes, les étrangers sous contrat et les coloniaux s’ajoutent aux affectés spéciaux, surtout après la loi Dalbiez du 17 août 1915 qui permet de rappeler à l’usine 500 000 mobilisés. Dans cet appel même, comme les spécialistes sont la pièce maîtresse de la grande machine, tous les autres sont plus ou moins des manœuvres. On ne reconnaît pas de qualification aux ouvriers des poudreries, ateliers de chargement d’obus ou autres pyrotechnies. Là, les femmes et les étrangers seront massivement recrutés. Ce n’est qu’avec réticence que l’on rappelle, sous la pression de la fédération CGT, quelques poudriers mobilisés17, et un rapport du 2 avril 1916 du contrôleur Garnier signale qu’à l’inverse il a fait renvoyer à leur corps de jeunes poudriers que l’on avait primitivement conservés à la poudrerie de Saint-Chamas au seul motif qu’ils y travaillaient avant-guerre18. Ces hommes et ces femmes en sabots, souvent jaunis par la mélinite, ne donnent pas, dans leur localité souvent marginale, une image de modernité, et ne parviennent pas à la dignité des métallos… La relative rareté des accidents laisse cependant penser qu’il y a là, à tout le moins, un savoir-faire !

  • 19  Sur cette question, il y a eu hésitation : est-il possible de ramener directement des spécialistes (...)
  • 20  Tandis que les ouvriers d’État restent évidemment adhérents à leur syndicat, alors appelé « des Ét (...)
  • 21  AN, 94 AP 129, circulaire d’Albert Thomas du 15 octobre 1915 en application de la loi Dalbiez.

11Dans les ateliers mécaniques, la distinction entre spécialistes et manœuvres est évidemment insuffisante : nombre d’ouvriers et d’ouvrières sans spécialité, « usineurs » et « usineuses », travaillent aux pièces, au devis ou à l’heure avec – et de plus en plus sans – l’aide des fameux spécialistes que l’on recherche dans les régiments jusque sur le front19. Ceux-ci n’ont d’ailleurs pas tous la même expérience, ni la même culture syndicale20. Et s’il est précocement admis qu’ils ont l’ensemble des droits des travailleurs (protection sociale, règlement d’atelier…), ils n’en restent pas moins militaires et affectés par le ministère de la Guerre21. Au demeurant, on cherche à former de nouveaux spécialistes, on envisage même un temps de former des femmes dès l’âge de l’apprentissage.

12Mais la pierre d’achoppement en ces temps de « vie chère », c’est la question salariale : clé du rendement, elle sera la base économique des révoltes qui briseront « l’Union sacrée » en 1917 et 1918. Certes on adapte… Ainsi le principe « à travail égal salaire égal » est-il affirmé par le ministère de l’Armement, mais… déduction faite des frais occasionnés par l’aide d’un homme ou d’une machine nécessaire à une femme. On comprend bien ici le souci de préserver le devis global d’une fabrication. Mais enfin la diversité des situations est immense à l’échelle de toute l’industrie de guerre.

  • 22  CAAPC, archives de la FNTE (Fédération nationale des Travailleurs de l’État) en cours de classemen (...)

13Le Travailleur de l’État, organe de l’Union fédérative des travailleurs de l’État22, révèle le 1er juin 1916 la diversité du travail au devis. Dans certains travaux unitaires, on utilise le devis dit « Rowan ». Une circulaire de 1913 indiquait que, comme pour les devis de série, l’ouvrier de capacité moyenne devait pouvoir augmenter son salaire de 25 %. Or il semble que, dans certains établissements, comme Tarbes, la maîtrise n’apprécie pas l’obligation de calculer ; le bulletin syndical dénonce une volonté de pousser les ouvriers à revendiquer la fin de ce type de devis en le calculant toujours défavorablement.

  • 23  AN, 94 AP 120.
  • 24  AN, 94 AP 128.
  • 25  AN, 94 AP 76. Jean-Maurice Lahy est un personnage aux frontières de tout : franc-maçon de toujours (...)

14La religion du ministère de l’Armement n’est pas faite : comment classer et organiser les ouvriers pour assurer le rendement d’exception attendu, sachant qu’on ne peut augmenter indéfiniment le temps de travail ? Une note manuscrite du 24 janvier 1915 distingue les spécialistes, ceux qui occupent indûment un poste sans l’être et ceux qui ont acquis une certaine compétence, pour qui l’on décidera cas par cas23. Plus énergiquement, la circulaire d’Albert Thomas du 24 mars 1916 veut guider l’action des contrôleurs, étendue pour l’occasion à l’ensemble du système de guerre : les spécialistes doivent être au poste où ils sont les plus utiles ; les industriels doivent être avertis qu’ils devront bientôt augmenter la production sans en recevoir de nouveaux : il n’y en a plus. En revanche, de forts contingents de femmes, de coloniaux et d’étrangers sont sur le point d’arriver : il faudra les former, et on signale qu’il y a déjà eu de bons résultats. Un chapitre « technique » porte une parenthèse qui révèle à quoi l’on pense : « système Taylor ». Et pourtant le même carton contient le carbone d’un long document de travail intitulé « Rapport sur le contrôle de la main-d’œuvre militaire », non daté explicitement, qui décrit ce que serait le meilleur système de rémunération en signalant qu’il ne s’agit ni du système Taylor ni du devis Rowan mais du « boni » : la rémunération se compose d’une base garantie permettant à l’ouvrier de vivre et d’un boni, pourcentage d’augmentation de son salaire égal au pourcentage de temps que sa célérité a fait gagner à la série de fabrication24. En fait, le « système Taylor » fait partie des références mal connues, inquiétantes pour des syndicalistes mieux au courant que le ministre de par leurs relations étroites avec les syndicats américains et peu conformes au cadre politique du conflit. Albert Thomas reçoit d’ailleurs des avis mitigés : une lettre de la Fédération des personnels civils du ministère de la Guerre ne veut pas croire qu’il se range à ce système, et Jean-Maurice Lahy, auteur d’ouvrages et d’articles scientifiques sur le système Taylor, dont il loue l’efficience en matière de rendement et critique les inconvénients pour les ouvriers, propose ses services. Il aurait réalisé des études jugées positivement avant-guerre par des entrepreneurs et des syndicalistes, argument insistant pour se rendre utile25.

  • 26  Sur les rapports du Contrôle, voir Patrick Mortal, « Entre rationalisation et concertation : le co (...)
  • 27  Aimée Moutet, « Introduction de la production à la chaîne », op. cit., semble expliquer ces limite (...)

15Pour finir, les rapports des contrôleurs montrent qu’ils cherchent surtout à pousser les directions à faciliter la tâche des ouvriers et à leur permettre de gagner leur vie. Ce sera d’ailleurs l’effort des commissions mixtes qui établiront des bordereaux de salaire en 1917, montants garantis et bases du calcul des devis. Les contrôleurs agiront par exemple systématiquement pour transformer les démarches fondées sur des sanctions en démarches fondées sur la récompense de l’effort26. En fait, les deux hiérarchies administratives, ingénieurs d’armement et contrôleurs souvent issus du ministère du Travail, même s’ils ont un statut militaire durant le conflit, convergent dans la défense d’un même principe de responsabilité ouvrière qui paraît politiquement le seul susceptible d’assurer la continuité du rendement. La guerre n’inventera donc pas l’OS, le mot cadence, rarement prononcé, n’aura pas alors la même charge que plus tard, la parcellisation des tâches restera limitée même si décolletage et emboutissage en série se développent et l’arrivée des transferts automatisés ne débouchera pas sur la généralisation de véritables chaînes de production. L’introduction de l’organisation scientifique du travail sera loin d’être généralisée en 1918, et même l’on verra dans un premier temps un retour aux vieilles habitudes27.

Conclusion

  • 28  Georges Friedmann, Le travail en miettes, Paris, Gallimard, 1956 ; Céline Pessis, Sezin Topçu et C (...)

16Ainsi peut-on considérer que les utopies organisatrices portées par les administrations d’État parviennent à s’imposer dans la guerre dans leur principe et mutatis mutandis et cahin-caha conservent un consensus politique que l’on n’avait pas si mal conçu que cela avant-guerre. Néanmoins, les idées comme les réalisations s’estompent dès la fin du conflit, avant de vivre d’autres aventures dans le réel et les idées. Les entrepreneurs notamment ne pouvaient conserver les systèmes d’organisation scientifique qu’on leur imposait : ils ne répondaient pas à ce qu’ils cherchaient, et c’est bien autre chose qu’ils croiront trouver au retour des délégations parties étudier le taylorisme outre-Atlantique, au principe de ce que pendant les Trente qui ne furent pas si glorieuses Georges Friedmann appelait l’émiettement du travail28. Or la guerre montre que les choses auraient pu être autres.

17Il ne s’agit pas pour autant d’idéaliser des conditions de travail qui restent dures pendant tout le conflit, avec des horaires infernaux, souvent sept jours sur sept et des séries épuisantes, de production d’obus notamment. La mécanisation plus qu’ébauchée des tâches de manutention, la séparation entre ceux qui règlent les machines et celles ou ceux qui les conduisent, l’émergence d’un groupe spécifique d’usineuses et d’usineurs, l’exclusion du consensus des étrangers dont le contrat fixe un salaire très bas, et même les systèmes de travail aux pièces ou de boni ouvrent la voie à de nouvelles conceptions en contribuant à délimiter un champ de recherche de l’OST où viendront s’ébattre tous les fantasmes manipulateurs des corps et destructeurs des esprits. Si la guerre, moment d’exception, exige la responsabilité partagée, la paix se satisfera bientôt de l’aliénation quotidienne. Écrire cela, c’est aussi affirmer l’importance des capacités de résistance des travailleurs et des travailleuses, qu’elles soient sourdes ou éclatantes.

Notes

1  Les relations entre le château des Krupp et Berlin ou entre la maison Schneider et Paris sont peut-être en sens inverse de celles des ministères de la Guerre aux arsenaux, mais l’ensemble fait système autour de l’État.

2  Albert Thomas, Le Second Empire (1852-1870), in Jean Jaurès (dir.), Histoire socialiste, tome X, Paris, J. Rouff, 1901.

3  Maurice Dommanget, Édouard Vaillant, un grand socialiste, 1840-1915, Paris, La Table ronde, 1956, 530 p.

4  Jean Maitron, « Léon Gervaise », in Jean Maitron (ss dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, tome XII, Paris, Éditions ouvrières, 1974.

5  Service historique de la Défense (SHD), 4 W 208, rapport signé par Berlier, secrétaire général de la Fédération des personnels civils du ministère de la Guerre, et Chabany, secrétaire du Syndicat de la Manufacture d’armes de Saint-Étienne (MAS), 29 juin 1909.

6  Bertus Willem Schaper, Albert Thomas, trente ans de réformisme social, Assen, Van Gorcum, 1959, Paris, Presses universitaires de France, 1960 (première publication de cette thèse en néerlandais à Leyde, 1953). L’auteur cite notamment un article d’Albert Thomas dans le Times qui montre comment les lois récentes reprennent en fait le projet socialiste en de nombreux points. J. Maitron, « Léon Gervaise », op. cit. Sur cette ambiance et pour les références, on se reportera à nos travaux précédents, notamment Les Armuriers de l’État du Grand Siècle à la globalisation, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2007.

7John F. Godfrey, Capitalism at War: Industrial Policy and Bureaucracy in France, 1914-1918, Leamington Spa, Berg, 1987, 313 p., chap. x ; Michel Barras, Histoire de l’Arsenal de Roanne, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1998.

8  AN, 94 AP 348, discours du 3 mai 1919.

9Jean-Louis Robert, « Cooperatives and the labor movement in Paris during the Great War », in Patrick Fridenson (dir.), The French Home Front, 1914-1918, Oxford, Berg, 1992 ; Patricia Toucas, Les coopérateurs. Deux siècles de pratiques coopératives, Paris, Éditions de l’Atelier, 2005 ; Michel Dreyfus (dir.), Les assurances sociales en Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009. Le mouvement coopérateur, moins développé en France que dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest, trouve dans la guerre une occasion de faire vivre des modèles compatibles avec les conditions de production et de distribution des denrées alimentaires de l’époque.

10  SHD, 4 W 209, contrôleur général de 1re classe Enjalbert, étude sur l’organisation et le fonctionnement des établissements de l’Artillerie, 10 janvier 1903.

11  De manière générale, voir Bernard Mottez, Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur l’évolution des pratiques et des idéologies patronales, Paris, CNRS Éditions, 1966.

12  Centre des archives de l’Armement et du personnel civil (CAAPC), SHDA AA 232 2H2 1226 0001. Merci à Martine Destouches de nous avoir transmis ce dossier.

13  Capitaine Gustave Ply, « Étude sur l’organisation du service technique dans les Manufactures d’Armes », Revue d’artillerie, 1888. Voir à ce sujet l’article d’Aimée Moutet : « Introduction de la production à la chaîne en France du début du xxe siècle à la grande crise en 1930 », Histoire, économie et société, vol. 2/1, 1983, p. 63-82 et Frédérique Barnier, « Aux origines du “taylorisme” à la française : Gustave Ply », Entreprises et Histoire, nº 18, juin 1998, p. 95-105.

14  Voir par exemple les échanges entre la hiérarchie et la direction de la Manufacture d’armes de Châtellerault (MAC) à propos de l’affectation budgétaire des commandes en cours en fin d’année, ainsi que les consignes réitérées de rigueur dans les dates d’affectation et les procès-verbaux d’exécution que les directions ne parviennent pas à rendre au 1er mars comme demandé ! (CAAPC, 232 2H2 1226 000).

15Ken Alder, Engineering the Revolution. Arms and Enlightenment in France, 1763-1815, Chicago, University of Chicago Press, 1997.

16  Rapport au Sénat d’Émile Sari, sénateur de la Corse, 1933, cité in Le Travailleur de l’État, nº 370, juin 1933. Les nombres cités par une majorité d’auteurs confirment. Cf. B. W. Schaper, Albert Thomas…, op. cit. Les données pour 1914 sont compatibles avec celles fournies par les documents des congrès syndicaux. En revanche, Gerd Hardach donne des chiffres un peu différents : 1 675 000 ouvriers de la guerre en 1918, mais avec 295 000 dans les établissements de l’État ; en 1914, ces derniers auraient occupé 38 000 personnes sur 50 000 ouvriers de l’armement et, en 1915, 71 000 sur 313 000 ; sans doute compte-t-il les arsenaux de Marine dans le même ensemble. Gerd Hardach, « La mobilisation industrielle en France, 1914-1918 : production, planification et idéologie », in Patrick Fridenson (dir.), 1914-1918. L’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977, p. 81-109.

17  AN, 94 AP 76.

18  AN, 94 AP 128, compte rendu des travaux des trois groupes de contrôle détachés au sous-secrétariat d’État.

19  Sur cette question, il y a eu hésitation : est-il possible de ramener directement des spécialistes du front ? La circulaire d’Albert Thomas citée plus bas révèle qu’on l’a finalement fait.

20  Tandis que les ouvriers d’État restent évidemment adhérents à leur syndicat, alors appelé « des Établissements militaires », les affectés spéciaux, métallurgistes de métier, forment parfois un syndicat « des Métaux », rattaché à la Fédération de la métallurgie que dirige Alphonse Merrheim. L’un et l’autre sont bien sûr à la CGT.

21  AN, 94 AP 129, circulaire d’Albert Thomas du 15 octobre 1915 en application de la loi Dalbiez.

22  CAAPC, archives de la FNTE (Fédération nationale des Travailleurs de l’État) en cours de classement, collection du Travailleur de l’État.

23  AN, 94 AP 120.

24  AN, 94 AP 128.

25  AN, 94 AP 76. Jean-Maurice Lahy est un personnage aux frontières de tout : franc-maçon de toujours, communiste quand le parti l’accepte, certainement conseiller de plusieurs ministres qui ne le sont pas et probablement résistant… Même sa mort en 1943 est difficile à éclaircir ! Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont Le système Taylor et la physiologie du travail professionnel, Paris, Masson, 1916. Chef de travaux puis directeur d’études à l’École pratique des hautes études, professeur à la Sorbonne, il se veut lui-même créateur d’une discipline, la psychotechnique, et anime la revue Le Travail humain. La Société de transports en commun de la région parisienne, Renault et Citroën sont influencés par ses recherches dans les années 1920, au moment où les questions d’organisation du travail prennent une dimension nouvelle. Nous ignorons quelle suite précise Thomas donne à ses offres de service, J.-M. Lahy étant à l’époque repéré dans d’autres couloirs ministériels. Voir Jacques Girault et Michel Trebitsch, « Jean-Maurice Lahy », in J. Maitron (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, op. cit., vol. 33, 1988. Pour situer cette réflexion dans l’après-guerre, voir Jackie Clarke, France in the Age of Organization. Factory, Home and Nation from the 1920s to Vichy, Oxford, Berghahn Books, 2011. Sur les aventures intellectuelles de J.-M. Lahy dans sa quête de la « supériorité professionnelle » (innée, cela va de soi !) et de l’orientation professionnelle par les analystes psychotechniciens, on consultera avec intérêt Marcel Turbiaux, « J.-M. Lahy (1872-1943) et l’orientation professionnelle », Bulletin de psychologie, nº 482, mars-avril 2006, p. 217-235.

26  Sur les rapports du Contrôle, voir Patrick Mortal, « Entre rationalisation et concertation : le contrôle de la main-d’œuvre et des entrepreneurs au temps de l’Union sacrée », in Isabelle Lespinet-Moret, Laure Machu et Vincent Viet (dir.), Les mains-d’œuvre en guerre, 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître.

27  Aimée Moutet, « Introduction de la production à la chaîne », op. cit., semble expliquer ces limites et le retour en arrière de l’après-guerre par un contretemps du marché, la consommation de masse n’appelant pas encore une production à l’avenant en temps de paix ; la guerre aurait pourtant été le cadre de l’apprentissage de l’avenir. Elle nous paraît plutôt avoir été un moment où le consentement ouvrier était au cœur du rendement alors même que le salaire peinait à suivre l’inflation et que le mécontentement montant avait d’évidence une dimension politique, alors que l’introduction du taylorisme à la française visera plus tard à contenir l’inévitable croissance du pouvoir d’achat ouvrier en minorant les coûts pour gagner et conserver des parts de marché en croissance ainsi modérée. D’un côté une démarche de relative confiance qui suppose des objectifs partagés, de l’autre une pratique manipulatoire justifiée par un discours plus ou moins fondé sur des concepts de psychologie comportementale, et contrôlé avec les outils du chronométrage et de la sanction. Sauf à mettre à égalité la responsabilité et l’aliénation, l’écart est considérable : encore une fois, les choses pouvaient être différentes. Au demeurant, la chaîne de production s’impose un peu plus tard en France sur la base d’un consensus politique pour le moins dégradé entre classes dominantes et ouvrières.

28  Georges Friedmann, Le travail en miettes, Paris, Gallimard, 1956 ; Céline Pessis, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil (dir.), Une autre histoire des « Trente Glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, Paris, La Découverte, 2013.

Auteur

Patrick Mortal est secrétaire de l’Institut fédéral d’histoire sociale des travailleurs de l’État de la CGT (IFHS-TE-CGT), enseignant depuis 1992, spécialiste d’histoire sociale et industrielle, auteur d’un ouvrage tiré de sa thèse : Les armuriers de l’État du Grand siècle à la globalisation, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, 2007, et de divers articles. Il est aussi co-auteur d’ouvrages dont une histoire sociale de la manufacture de Châtellerault. L’IFHS-TE-CGT a réalisé plusieurs brochures sur l’histoire des travailleurs de l’État, et diverses expositions, dont la dernière sur les femmes dans les arsenaux de la Grande Guerre. Il prépare actuellement en collaboration avec des universitaires et les services du SHD un ouvrage sur Les arsenaux français en 1914-1918 : un creuset du xxe siècle aux sources d’une conscience ouvrière éclatée.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540