Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Combattre

1916 : année charnière ?

Alex Bostrom

Texte intégral

  • 1  Rémy Porte, « Mobilisation industrielle et guerre totale : 1916, année charnière », Revue historiq (...)

1Rémy Porte considère, dans un article paru dans la Revue historique des armées en 2006, que l’année 1916 est pour la France « l’année charnière » de la Première Guerre mondiale. Cela se traduit par une rationalisation progressive des structures organisationnelles de l’économie de guerre et l’application du principe militaire selon lequel la « concentration des efforts s’impose au secteur productif ». L’improvisation qui a dominé pendant les premiers mois de la guerre fait place à une approche empirique plus structurée de la mobilisation industrielle qui aboutit à la création du ministère de l’Armement en décembre 1916. Ces évolutions permettent à la France de développer ses capacités nationales de production. En 1918, elle est en mesure de produire plus de munitions et d’artillerie que la Grande-Bretagne et l’Allemagne et d’équiper l’armée américaine à son arrivée1.

2Cependant, il convient de s’interroger sur l’ampleur des changements qui ont eu lieu dans la relation entre le front, le ministère de la Guerre et les industriels. En ce qui concerne la production d’artillerie et d’obus, je dirais que les structures stratégiques pour la gestion de la production industrielle étaient déjà en place avant 1916. Le nouveau ministère de l’Armement n’était pas si différent du sous-secrétariat d’État à l’Artillerie et aux Munitions qui existait auparavant et était une réponse logique à l’amplification du conflit. Par ailleurs, la production de munitions avait déjà accéléré avant même la mise en place du principe de la « concentration des efforts » décrit par Rémy Porte. En fin de compte, s’il devait y avoir un élément décisif en 1916, ce serait le fait que la mobilisation industrielle a permis à la France de lancer des offensives de grande envergure dont les seules limites n’étaient plus le manque de munitions ou de matériel mais plutôt les décisions tactiques du haut commandement. Parallèlement à cette évolution, le ministère de la Guerre renforce la production d’artillerie lourde pour répondre plus directement aux besoins de l’armée. Le secteur industriel assouplit ses modes opératoires pour être mieux en mesure de suivre les rythmes de production, qui ont connu une accélération pendant les deux premières années du conflit.

Les structures indispensables déjà en place

3Bien qu’il ait fallu attendre 1916 pour que la guerre industrielle apparaisse dans toute son ampleur, le haut commandement français et le ministère de la Guerre ont dès le début des hostilités su identifier les moyens requis pour une guerre moderne. Le plan XVII avait laissé l’armée bien démunie, mais elle a su réagir rapidement. Les structures mises en place lors de la conférence de Bordeaux en septembre 1914 ainsi que la création du sous-secrétariat d’État à l’Artillerie et aux Munitions ont permis de rapidement augmenter la production d’obus pour répondre aux besoins des troupes.

4Le secteur industriel français, pensant que les arsenaux de l’État seraient suffisants pour équiper les lignes de front, a été totalement pris au dépourvu.

La conférence de Bordeaux

  • 2  Service historique de la Défense (SHD), Les armées françaises dans la Grande Guerre (AFGG), Paris, (...)
  • 3Gerd Hardach, « Industrial Mobilization in 1914-1918: Production, Planning and Ideology », in Patr (...)

5Il a donc fallu improviser aussi rapidement que possible l’organisation de la production de guerre afin d’éviter que l’artillerie ne soit à court d’obus et que l’armée ne se retrouve hors d’état de combattre2. Pour répondre aux demandes croissantes en munitions du commandant en chef Joseph Joffre, Alexandre Millerand, ministre de la Guerre, s’est tourné vers le secteur privé pour compléter la production nationale. Le 20 septembre, il rassemble les plus grands acteurs du secteur industriel ainsi que les banques et les représentants du ferroviaire lors d’une conférence à Bordeaux afin de planifier la réorganisation de la production d’armement avec un objectif de production journalière de 100 000 obus de 75 mm. Toutes les entreprises du secteur métallurgique sont mises à contribution, avec à la clé la perspective d’importants marchés publics3.

6Alexandre Millerand crée des groupes régionaux d’industriels à qui les commandes d’armement sont adressées. Neuf groupes sont formés, dirigés par un directeur chargé de la répartition de l’acier, des contrats militaires et de la coordination de la production.

7Dès juin 1915, 869 entreprises privées travaillent pour le service des Forges, bien que cela ne comprenne que celles ayant signé des contrats directs avec le gouvernement. Les industriels ont fait appel à un grand nombre de sous-traitants qui n’ont pas nécessairement été comptabilisés. 500 autres entreprises produisent de la machinerie lourde et 75 constructeurs automobiles ont également participé à l’effort de guerre, soit un total de 1 434 entreprises privées.

La création du sous-secrétariat d’État

8Ce n’est pas en décembre 1916 mais dès le printemps 1915 que le besoin d’une approche plus structurée et plus rationnelle de la mobilisation de la production de guerre se fait sentir. Dès cette époque, il apparaît clairement que la guerre ne va pas cesser de sitôt et que les solutions improvisées mises en œuvre jusqu’alors pour répondre aux pénuries de munitions et de matériel ne sont pas viables sur le long terme. Le gouvernement se devait de coordonner de manière plus efficace la production industrielle. En mai 1915 est créé le sous-secrétariat à l’Artillerie et aux Équipements militaires. Ce dernier est en charge de la mobilisation et de la gestion industrielle et deviendra par la suite, en 1916, le ministère de l’Armement.

  • 4Leonard V. Smith, Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, France and the Great War, 1914-1918, (...)

9Le sous-secrétariat d’État coordonne et concilie les demandes et les exigences de l’État, du secteur industriel et du commandement militaire. La France fut le seul pays impliqué dans la guerre à adopter cette approche. En Grande-Bretagne, le gouvernement seul négociait avec le secteur privé, laissant de côté l’armée, tandis qu’en Allemagne, le haut commandement militaire travaillait directement avec le secteur privé, sans que l’État soit beaucoup consulté4.

10Le sous-secrétariat n’ayant été créé que neuf mois après le début du conflit, il a fallu un certain temps avant qu’il soit pleinement opérationnel. Sa restructuration, sa réorganisation et la création de plusieurs sous-comités en son sein au cours de l’année 1915 ont rendu sa structure encore plus confuse, et ce n’est qu’après quelques mois de fonctionnement qu’une certaine cohérence a émergé.

  • 5John F. Godfrey, Capitalism at War: Industrial Policy and Bureaucracy in France, 1914-1918, Leamin (...)

11Le personnel du sous-secrétariat n’avait pas un profil administratif. Jusqu’à fin 1916, le sous-secrétariat est dirigé par Albert Thomas, qui sera ensuite remplacé par Louis Loucheur. Ces deux hommes ont eu une grande influence sur la mobilisation des efforts et la production industrielle en France pendant la Première Guerre mondiale. Le sous-secrétariat était composé de trois bureaux et de dix-sept sections. Les conseillers, plus diversifiés qu’on ne l’a dit, étaient choisis parmi des personnes qu’Albert Thomas avait connues soit avant même son entrée à l’École normale supérieure (l’ingénieur et haut fonctionnaire Arthur Fontaine) soit pendant ses études à l’École (Mario Roques, François Simiand, etc.) soit dans ses réseaux d’avant-guerre (le juriste et économiste William Oualid) soit parmi des hommes nouveaux suggérés par ses proches.5

  • 6  SHD, 10 N 2, Bulletin des usines de guerre, questions économiques, consultable en ligne, https://r (...)

12Le sous-secrétariat a été d’une grande efficacité. En juillet 1916, Albert Thomas résume ainsi son action : « Il a rallié les industriels dispersés, il les a groupés, il les a soutenus de ses avances, il a réparti entre eux les commandes, les matières premières, la main-d’œuvre : en un mot il a été la pensée directrice qui fait converger les efforts vers un but unique6. » Albert Thomas a œuvré sans relâche avec les industriels pour coordonner leurs efforts, partager leurs méthodes et leur expertise technique et répondre aux nombreuses questions qui se posaient. Pendant le conflit, si la production venait à être limitée, ce n’était que très rarement à cause d’une mauvaise gestion du secteur industriel par le sous-secrétariat. En effet, le système fonctionnait sans heurts et les industriels ont d’ailleurs souvent loué l’action d’A. Thomas. Les éventuels problèmes avaient pour origine des décisions concernant la direction de la production prises à la hâte ou des difficultés pratiques d’approvisionnement par exemple, notamment en main-d’œuvre et en matières premières. Ces dernières étaient les plus délicates à surmonter et la structure administrative a parfois eu du mal à maîtriser la situation.

Le ministère de l’Armement n’apporte rien de nouveau

13Le sous-secrétariat d’État à l’Artillerie et aux Munitions devient le ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre le 13 décembre 1916. Albert Thomas est alors nommé ministre. Le décret qui instaure le ministère précise qu’il devra coordonner toutes les administrations et les acteurs privés concernés par la production de l’armement. Le ministère obtient également plus de contrôle sur l’achat des matières premières et la gestion de la main-d’œuvre.

14Le nouveau ministère est une réplique du sous-secrétariat sous un intitulé différent. Le personnel et la structure administrative sont quasiment inchangés. En théorie, le ministère devait avoir plus d’autorité lui permettant de prendre des décisions sans avoir à en référer au ministre de la Guerre. Les lourdeurs bureaucratiques qui caractérisaient le sous-secrétariat n’en ont pas disparu pour autant et Louis Loucheur, qui a succédé à Albert Thomas en décembre 1916, a souvent rencontré les mêmes difficultés par la suite (conflit avec les ministères du Commerce et des Travaux publics, chevauchement de responsabilités et demandes concurrentes entre les différents comités et commissions du ministère).

  • 7SHD, 6 N 52, note relative aux sous-secrétariats d’État, 4 mars 1916 ; R. Porte, « Mobilisation in (...)

15Le moment où intervient le remplacement du sous-secrétariat d’État par le ministère de l’Armement est à cet égard très intéressant. En décembre, le ministère de la Guerre ainsi que l’ensemble du gouvernement font le point sur l’effort de guerre, l’issue des batailles de la Somme et de Verdun et l’offensive de Broussilov à l’Est, et doivent bien reconnaître que la victoire n’est toujours pas à portée de main. Par ailleurs, l’hiver paraissait un bon moment pour introduire des changements : leur éventuel impact sur les champs de bataille pouvait être atténué car les armées françaises et allemandes profitaient de cette saison pour souffler et se préparer pour le printemps. Il était donc intéressant de réfléchir aux domaines méritant d’être améliorés et à la manière de gagner en efficacité aussi bien au sein de la nation qu’au sein de l’armée. Robert Nivelle remplace ainsi Joseph Joffre et devient à son tour commandant en chef. Bien qu’ait déjà été envisagée la possibilité de créer un ministère de l’Armement, ce n’est pas avant la fin de l’année qu’elle est sérieusement examinée7.

16La thèse de Rémy Porte peut être appréhendée à trois niveaux différents. Premièrement, le ministère de l’Armement ne différait que très peu du sous-secrétariat d’État à l’Artillerie et aux Munitions et l’effort principal d’organisation et de mobilisation du secteur industriel pour la production de guerre avait déjà été fourni. Deuxièmement, Rémy Porte suggère que de meilleurs rendements de production ont pu être atteints malgré la structure organisationnelle complexe et contraignante du sous-secrétariat d’État. Il est vrai que ce dernier présentait certains défauts et était sujet à des luttes intestines, mais la création du ministère de l’Armement n’a pas réellement amélioré la situation. Par ailleurs, au cours des premiers mois de mise en route, la production était, comme on pouvait s’y attendre, lente, mais a augmenté de manière significative bien avant le remplacement du sous-secrétariat d’État par le ministère de l’Armement et elle ne s’est pas significativement améliorée après sa création. Troisièmement, Porte pose comme postulat que la création du ministère de l’Armement est l’aboutissement d’une nouvelle stratégie, empirique et rationnelle, de résolution des problèmes d’approvisionnement apparus au cours de l’année 1916. Pourtant, la réalité est que la création du ministère de l’Armement est le résultat d’un processus d’évaluation et de planification qui a débuté en décembre 1916 dans le but de tirer les leçons des douze mois précédents et de mettre en place les modifications nécessaires pour l’année à venir. Bien que cela ait correspondu à une volonté de reprendre le contrôle sur la gestion de la situation industrielle nationale, il convient sans doute, plus que d’une année charnière, de parler d’un mois charnière, ce dernier étant décembre 1916.

Une production de munitions en pleine expansion et une concentration des efforts déjà visible

17Les mesures prises au début du conflit et la création du sous-secrétariat d’État à l’Artillerie et aux Munitions sont une réussite, comme en témoigne l’accélération de la production de munitions pendant les trois premières années de guerre, qui permet à la France de mener des offensives de grande ampleur sur le front de l’Ouest dans la Somme et à Verdun. Bien que Rémy Porte considère que 1916 marque la mise en place d’une nouvelle approche, celle de la concentration des efforts, les industriels ont dès le début de la guerre été incités à faire tout leur possible pour augmenter leur production. Ainsi, c’est le travail de préparation réalisé au cours des premiers mois du conflit qui a véritablement porté ses fruits et joué un rôle crucial.

  • 8  AFGG, 21, 69.
  • 9Ibid., 3, 614.

18Suite à la conférence de Bordeaux, la production de munitions a augmenté à un rythme considérable. Fin novembre 1914, 22 000 obus de 75 mm étaient produits chaque jour avant de passer à 33 000 en décembre 1914 et à 42 000 en janvier 19158 et même à 96 000 en novembre 1915 pour attendre 100 000 en février 19169.

  • 10Ibid., note de M. Brongesse, 31 janvier 1916.

19Tandis que l’accélération de la production de l’artillerie se faisait attendre et prenait du retard par rapport aux prévisions, la fabrication de munitions était suivie de près dès le début du conflit et se déroulait sans accroc au commencement de l’année 1916. Et pourtant les besoins des lignes de front étaient tels que les industriels peinaient à atteindre leurs objectifs. Le 31 janvier 1916, le général Gallieni, à l’époque ministre de la Guerre, considère que le stock de munitions d’artillerie de campagne (75 mm et 105 mm) était globalement suffisant mais tout de même bien en deçà du niveau qui permettrait de mener tout type d’action sur le champ de bataille. Il estime alors nécessaire de multiplier par deux les niveaux de production et, dans certains cas, notamment pour l’artillerie lourde, de bien davantage. Le but était d’être capable de réaliser une avancée considérable sur le front français. L’armée française était encore plus loin d’atteindre les niveaux nécessaires pour continuer à mener des actions sur tous les fronts. Le général Gallieni a donc estimé qu’au moins six mois étaient nécessaires pour faire coïncider les niveaux de production et les besoins10.

  • 11Ibid., 42, 413.

20Le rythme de production a donc considérablement et constamment augmenté pour ensuite se stabiliser vers la fin de 1917, une fois les stocks considérés comme amplement suffisants. Bien que le secteur industriel ait toujours eu du mal à atteindre les objectifs fixés par Joseph Joffre, en plaçant la barre haut, le haut commandement français a su convaincre à la fois le ministre de la Guerre et les industriels de l’armement de faire tout leur possible pour accélérer la production. Dès l’été 1916, la production dépasse la demande, marquant ainsi « la fin d’une période d’anxiété, les temps difficiles sont maintenant derrière nous11 ».

  • 12  Philippe Pétain, La bataille de Verdun, avec 8 cartes, 18 gravures et 1 annexe, Paris, Payot, 1929 (...)

21Grâce à ce redémarrage spectaculaire de la production de munitions, la France est à nouveau en capacité d’équiper son armée pendant les grandes batailles de 1916, qui mobilisaient beaucoup d’équipements. Le 1er janvier 1916, les Français disposent de 9 millions d’obus de 75 mm et de 2,8 millions d’obus d’artillerie lourde. Pendant la bataille de Verdun, le général Janin déclare que 20,1 millions d’obus ont été envoyés sur le front12. Ce véritable exploit montre à lui seul comment le secteur industriel a su se reprendre, notamment si l’on prend en compte les autres batailles dans la Somme et le long de la ligne de front.

De la doctrine à la production

22L’élément marquant de 1916 est que le haut commandement français dispose d’une plus grande marge de manœuvre pour lancer des offensives de grande ampleur sur le front de l’Ouest et que les liens entre la doctrine et la production industrielle se sont resserrés. Le développement du secteur industriel au cours des deux premières années du conflit signifiait qu’il était maintenant en situation de se concentrer sur la qualité de sa production en plus de la quantité pour répondre aux besoins spécifiques de l’armée. Bien que les changements aient mis du temps à se faire sentir, l’armée pouvait désormais s’appuyer non plus sur des pièces d’artillerie obsolètes et lentes mais sur des armes plus rapides, modernes, de plus gros calibre, et sur des obusiers qui étaient considérés par le haut commandement français comme étant les plus adaptés pour une guerre de tranchées. Cette évolution a eu un véritable impact sur l’efficacité de l’artillerie et allait permettre à l’armée de lancer des bombardements intenses particulièrement efficaces comme à Malmaison et à Verdun à l’automne 1917 et lors des contre-offensives de l’été 1918.

Coordonner la production pour répondre aux besoins de l’armée

23Si, en 1916, l’armée avait développé une stratégie assez sophistiquée en matière d’artillerie, elle ne disposait toujours pas du matériel nécessaire pour être suffisamment efficace sur la ligne de front et rivaliser avec l’armée allemande. Avant la guerre, l’armée française utilisait essentiellement des canons de campagne de 75 mm et avait négligé l’artillerie lourde, qui pourtant est d’une importance cruciale dans la guerre des tranchées aussi bien pour la destruction des défenses ennemies que pour les tirs de contre-batterie. En 1914, le haut commandement français s’est tourné vers deux sources différentes pour renforcer son artillerie lourde. Il a modifié les modèles existants, dépassés, pour répondre aux besoins de la guerre de tranchées tout en attendant l’arrivée d’équipements modernes sortis des usines. Le 14 mai 1916, l’armée disposait de 700 canons de 155L et de 1 100 canons de 120L le long de la ligne de front.

24Pendant les deux premières années du conflit, l’armée française avait pu fonctionner avec des pièces d’artillerie qui, certes nombreuses, n’en étaient pas moins obsolètes et inadaptées à une guerre moderne, notamment en termes de mobilité, de portée et de rapidité de tir. Seules quelques entreprises possédaient les machines-outils et l’expertise nécessaires pour produire de l’artillerie lourde à grande échelle, telles que Schneider et Saint-Chamond. En 1916, le secteur industriel français se retrouve dans une situation bien plus confortable et le ministère de la Guerre pouvait plus facilement répondre aux demandes du haut commandement français.

Le programme d’artillerie du 30 mai 1916

25En 1916, le haut commandement français et le gouvernement ont continuellement cherché à évaluer l’état de leurs stocks et les ressources qui leur étaient nécessaires pour atteindre leurs objectifs stratégiques et tactiques.

26Au printemps, Joseph Joffre propose de mettre en place deux programmes pour rénover et reconstruire l’artillerie française.

27Le premier programme, en date du 30 mai 1916, vise à produire des pièces d’artillerie lourde modernes. Le programme a identifié les besoins suivants :

  • un canon court à grande cadence de tir ;

  • un canon long de grande portée ;

  • un canon court particulièrement puissant.

28Joffre considère que ce programme ne couvre qu’une partie des besoins de l’armée. Néanmoins, par rapport au nombre de pièces d’artillerie lourde modernes dont disposait l’armée jusqu’alors, les équipements listés ci-dessus représentaient une nette amélioration.

  • 13Stephen D. Carls, Louis Loucheur and the Shaping of Modern France, 1916-1931, Baton Rouge/Londres, (...)

29Un deuxième programme a été mis en place à la suite d’une rencontre, le 19 juin 1916, entre Louis Loucheur, dirigeant de la société Girolou et futur ministre de l’Armement, et Albert Thomas. Loucheur s’engage alors à produire dans ses usines des canons 155 mm L et 220 mm C13.

  • 14Ibid., 18-9.

30Après plusieurs rencontres avec d’autres industriels, Albert Thomas définit le 23 juillet un programme centré sur l’artillerie lourde pour répondre aux demandes du haut commandement français. Le programme met en place un calendrier de production et de nouveaux groupes d’industriels pour coordonner et faciliter la production, avec Schneider en tête de file. Chaque entreprise ayant fait part de ses réserves sur sa capacité à respecter le calendrier et ayant annoncé que les canons ne seraient pas prêts avant mars 1917, les délais sont repoussés, d’abord à septembre puis à novembre 1916 lorsqu’il devient évident que les objectifs ne pourraient pas être atteints14.

  • 15  Lieutenant-colonel Raoul Reboul, Mobilisation industrielle, Paris, Berger-Levrault, 1925.

31Néanmoins, à partir de 1916, la production d’artillerie lourde suit d’une certaine manière la même courbe que celle des munitions pendant les trois premières années du conflit. La mise en route de la production est assez poussive, car il fallait le temps que le secteur se réorganise pour produire des équipements techniquement plus complexes. Pourtant, même si le rythme de production n’a jamais été suffisant pour atteindre les objectifs fixés par le haut commandement français, les moyens en artillerie ont été considérablement renforcés. Ainsi, la France est passée d’une pièce d’artillerie lourde tous les 40 mètres de ligne de front pendant la bataille de Champagne et tous les 36 mètres dans l’Artois en septembre 1915 à une pièce tous les 25 mètres en juillet 1916 pour la bataille de la Somme et une pièce tous les 11 mètres en octobre 1917 à Malmaison. Pour cette bataille, la rapidité de tir accrue a joué un rôle déterminant et évident dans la réussite de l’offensive. Par ailleurs, ces canons n’étaient plus obsolètes ni lourds, mais au contraire des obusiers modernes à grande cadence de tir pouvant rivaliser avec ceux de l’armée allemande15.

  • 16  Michel Goya, Le processus d’évolution tactique de l’armée française de 1871 à 1918, thèse de docto (...)
  • 17  SHD, 10 N 4, Rapport sur la situation du matériel d’artillerie et des munitions fait à la commissi (...)

32L’armée française termine la guerre avec 1 463 batteries lourdes contre 2 063 pour les Allemands, mais cela représentait une proportion bien plus importante de toute la capacité offensive de l’armée16. L’armée française possédait également beaucoup plus de batteries lourdes que n’importe quel autre allié sur le front de l’Ouest. La commission de l’Armée, d’ordinaire plutôt critique quant à la capacité de mobilisation de l’industrie française, s’est félicitée de ces évolutions : « Peu à peu, nous avons su gagner en puissance, en poids, en portée, en rapidité de tir. Progressivement, nous avons vu le matériel rudimentaire, rassemblé à la hâte au début du conflit, disparaître. Du matériel lent qui ne nous permettait guère de lutter contre l’ennemi17. »

 

33En conclusion, la réussite de l’effort de mobilisation industrielle n’est pas due aux réformes administratives et organisationnelles de 1916 ayant mené à la création du ministère de l’Armement. Sa force d’intervention en 1918 découle des structures initiales mises en place en septembre 1914 et mai 1915 lors de la conférence de Bordeaux puis de la création du sous-secrétariat d’État à l’Artillerie, qui a rapidement su coordonner la production publique et privée d’équipements de guerre. Même si les premiers résultats ont tardé à se faire sentir, la production d’obus a permis de mettre en place des tactiques sophistiquées sur le champ de bataille. La création du ministère de l’Armement n’a pas apporté de véritable changement, mais peut malgré tout être considérée comme un moment « charnière » en soi, plutôt que l’aboutissement d’un processus de rationalisation ayant duré des années. Cependant, 1916 peut toujours être considérée comme une année charnière pour l’artillerie française puisque c’est à ce moment-là que les premières mesures de coordination de la production industrielle avec la doctrine de l’armée ont été mises en place. Ces mesures ont eu un impact significatif sur la qualité du matériel envoyé sur le front et ont participé à la réussite des offensives de l’été 1917 à la fin de 1918.

Notes

1  Rémy Porte, « Mobilisation industrielle et guerre totale : 1916, année charnière », Revue historique des armées, nº 242, 15 mars 2006, p. 26-35.

2  Service historique de la Défense (SHD), Les armées françaises dans la Grande Guerre (AFGG), Paris, Imprimerie nationale, 1922, 21-19, 11. Le général commandant en chef à Monsieur le ministre de la Guerre, 20 septembre 1914. J’ai adopté la convention utilisée par d’autres historiens pour identifier les sources relatives à l’histoire officielle de France, Les armées françaises dans la Grande Guerre. La référence AFGG, 612-748, 265, désigne par exemple le tome VI, 1er volume, annexes, 2e volume, annexe nº 748, p. 265. Pour un élément de narration de l’histoire officielle, AFGG, 61, 203 fait référence au tome VI, 1er volume, p. 203. De la même façon, AFGG, 3, 412, renvoie au tome III, p. 412.

3Gerd Hardach, « Industrial Mobilization in 1914-1918: Production, Planning and Ideology », in Patrick Fridenson (dir.), The French Home Front, 1914-1918, Oxford, Berg, 1992, p. 59.

4Leonard V. Smith, Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, France and the Great War, 1914-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 64.

5John F. Godfrey, Capitalism at War: Industrial Policy and Bureaucracy in France, 1914-1918, Leamington Spa, Berg, 1987, 313 p., p. 184 ; Bertus Willem Schaper, Albert Thomas, trente ans de réformisme social, traduit par Louis Dupont, Paris, Presses universitaires de France, 1960, p. 107. Voir aussi l’article de Patrick Fridenson dans le présent volume.

6  SHD, 10 N 2, Bulletin des usines de guerre, questions économiques, consultable en ligne, https://rha.revues.org/4072.

7SHD, 6 N 52, note relative aux sous-secrétariats d’État, 4 mars 1916 ; R. Porte, « Mobilisation industrielle et guerre totale », op.the French War Machine in the First World War, Oxford, Lincoln College, 2015; « The Influence of Industry on the Use and Development of Artillery », in Jonathan Krause (ed.), The Greater War: Other Combatants and Other Fronts, 1914-1918, Londres, Palgrave Macmillan, 2014. op. cit., p. 30.

8  AFGG, 21, 69.

9Ibid., 3, 614.

10Ibid., note de M. Brongesse, 31 janvier 1916.

11Ibid., 42, 413.

12  Philippe Pétain, La bataille de Verdun, avec 8 cartes, 18 gravures et 1 annexe, Paris, Payot, 1929, 189 p. ; Guy Pedroncini, Pétain : 1856-1940, tome I : Le soldat, Paris, Perrin, 1998, 527 p.

13Stephen D. Carls, Louis Loucheur and the Shaping of Modern France, 1916-1931, Baton Rouge/Londres, Louisiana State University Press, 1993, p. 309-319.

14Ibid., 18-9.

15  Lieutenant-colonel Raoul Reboul, Mobilisation industrielle, Paris, Berger-Levrault, 1925.

16  Michel Goya, Le processus d’évolution tactique de l’armée française de 1871 à 1918, thèse de doctorat d’histoire, sous la direction de Georges-Henri Soutou, université Paris-Sorbonne, 2008, p. 477.

17  SHD, 10 N 4, Rapport sur la situation du matériel d’artillerie et des munitions fait à la commission de l’Armée par M. Lucien Humbert, 16 janvier 1918, p. 6.

Auteur

Docteur en histoire, Alex Bostrom a publié : The Establishment of the French War Machine in the First World War, Oxford, Lincoln College, 2015 ; « The Influence of Industry on the Use and Development of Artillery », in Jonathan Krause (ed.), The Greater War: Other Combatants and Other Fronts, 1914-1918, Londres, Palgrave Macmillan, 2014.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540