Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Sciences et inventions

Les rôles du savant en guerre : l’exemple de l’astrophysicien Nordmann

David Aubin

Texte intégral

  • 1  David Aubin et Catherine Goldstein (dir.), The War of Guns and Mathematics: Mathematical Practices (...)

1Dans un ouvrage récent dans lequel nous avons voulu étudier la perspective d’une communauté disciplinaire scientifique, les mathématiciens, sur le plan international, en particulier en France et chez certains de ses alliés en Europe de l’Ouest et aux États-Unis, nous avons voulu identifier les différents rôles qu’ont joués les mathématiciens dans la Première Guerre mondiale1. Cette approche, qui consiste à essayer de nous placer du point de vue des savants – comme on les appelait à l’époque – dans ce conflit, à examiner avec attention la manière dont ils jouent ces différents rôles et comment ils peuvent s’y sentir plus ou moins à l’aise, est riche d’enseignements.

2D’une manière générale, on peut identifier, parmi les modes d’action des savants dans la Grande Guerre, quatre rôles types. D’abord, il faut le rappeler, les savants, jeunes ou moins jeunes, sont des combattants : ils servent dans l’armée, se battent et souffrent comme la majorité de leurs compatriotes. Mais les mathématiciens, comme tous les autres savants, ont aussi et surtout été appelés à jouer d’autres rôles dans la guerre. Certains, en effet, ont pu servir d’experts techniques mobilisant leurs compétences scientifiques de diverses manières : en effectuant des calculs, en inventant de nouvelles armes ou de nouvelles méthodes, ou encore en enseignant leur savoir aux mobilisés ou en utilisant leurs compétences linguistiques. D’autres encore, se rendant compte de la place particulière des sciences et des techniques dans ce conflit moderne, ont voulu jouer un rôle d’organisateurs de la mobilisation scientifique. Dans ce rôle, à l’Académie des sciences, dans l’armée ou dans les nouveaux services gouvernementaux, comme la direction des Inventions intéressant la défense nationale créée en 1915, les savants ont jeté les bases institutionnelles de véritables politiques du développement scientifique et technique. Enfin, les savants ont aussi pleinement participé en tant qu’intellectuels aux croisades culturelles d’une Grande Guerre souvent pensée comme un conflit de civilisation dans lequel la place même des sciences pouvait être en jeu.

  • 2  Je traite la trajectoire de Nordmann plus en détail dans l’article suivant : David Aubin, « Le cou (...)
  • 3  À ce propos, voir David Aubin, « Bourbaki et la guerre », Image des mathématiques, consultable en (...)

3Pour illustrer ces différents rôles du savant dans la guerre, je voudrais utiliser l’exemple particulier d’un savant qui les a joués les uns après les autres. Il s’agit du cas de Charles Nordmann2. Au début de la guerre, il a 33 ans et est astrophysicien à l’Observatoire de Paris. Né en Suisse, de parents français, il est mobilisé dans un régiment du génie et il va se battre dans les Vosges dès l’automne 1914. Dans ce premier rôle de combattant, le cas de Nordmann illustre, je pense – et c’est une thèse assez fréquemment retenue –, le fait que beaucoup de jeunes scientifiques, comme la plupart de leur classe d’âge, ont été mobilisés. Un certain nombre n’en est pas revenu ou en est revenu blessé, prisonnier, etc. Cet aspect de l’engagement scientifique, à mon sens, vaut la peine d’être souligné. Même si l’expérience du savant dans les tranchées n’est peut-être pas très différente de celle de beaucoup de leurs compatriotes, elle sera très présente dans les discours véhiculés par les savants pendant la Première Guerre mondiale. L’engagement des scientifiques aux côtés de leurs compatriotes est un symbole majeur dans les conflits de civilisation contre ce qu’on appelle bientôt « la barbarie savante » des armées allemandes. Par la suite, on insistera beaucoup, et parfois trop, sur l’importante mortalité des jeunes mathématiciens normaliens, qui aurait eu un effet délétère sur l’évolution de la discipline après guerre3. Dans un livre publié en 1917, ayant pour titre À coups de canon, paru chez Perrin, Nordmann livre ses « notes d’un combattant ». Bien que ce récit soit assez peu explicite sur les opérations militaires en tant que telles, il participe pleinement à la diffusion de l’image des scientifiques engagés dans les combats. En ce sens, on peut voir comment l’expérience de combat de Nordmann est fondatrice de ses autres engagements ultérieurs.

4Le deuxième rôle des scientifiques est celui de l’expert technique. Ce qui se passe avec Nordmann est assez intéressant, puisqu’il est sous les ordres du colonel Robert Nivelle, qui va devenir général, commandant à Verdun, un militaire important et controversé pendant la Première Guerre mondiale. Ce dernier écoute avec intérêt les recommandations de Nordmann qui, un jour de brouillard, lui suggère qu’on pourrait peut-être réussir à repérer les batteries ennemies qui sont derrière les montagnes à l’aide d’une triangulation par le son. Il faut bien se rendre compte que pendant la Première Guerre mondiale les conditions de combat changent et que le rôle de l’artillerie se transforme de manière assez importante. On doit de plus en plus combattre des batteries que l’on ne voit pas, utiliser du tir indirect en particulier, bientôt du tir contre des avions. Contrairement aux anciennes techniques de balistique qui ne permettaient de connaître que la portée d’un obus en tir tendu, on aura bientôt besoin de pouvoir calculer à l’avance l’ensemble d’une trajectoire courbe. Le problème est d’une tout autre difficulté mathématique. Même s’il n’y a pas de rupture technologique, l’utilisation du canon est donc très différente pendant la Première Guerre mondiale de ce qu’elle a pu être auparavant et entraîne le développement de tout un ensemble de techniques interconnectées de repérage, de cartographie et de calcul.

5Nordmann a donc cette idée de repérer les batteries ennemies par le son et Nivelle se montre intéressé par cette perspective. S’il est assez facile d’un point de vue mathématique d’imaginer un procédé de repérage par le son qui permettrait de localiser les batteries ennemies que l’on ne voit plus, la mise en œuvre d’un tel système est plus compliquée. Dès le mois d’octobre, Nivelle envoie donc Nordmann à Paris pour développer cette technique qui lui paraît innovante. Bien sûr, Nordmann n’est pas le premier à avoir cette idée. D’autres y ont pensé aussi, de manière un peu éparpillée. Mais, grâce au soutien de Nivelle, il sera parmi les premiers à pouvoir l’approfondir de manière systématique. Il va donc aller au bois de Boulogne, dans l’Institut Marey, dirigé à ce moment-là par Lucien Bull, et il va procéder à des essais grandeur nature avec des chronomètres. Le 17 novembre 1914, un premier essai a lieu devant les membres de la commission supérieure des Inventions intéressant la défense nationale. L’essai est jugé assez concluant et, un mois plus tard, on va faire l’essai sur le front. Une première batterie allemande est repérée et on commence à penser pouvoir mettre en œuvre ce genre de technique de repérage par le son. Il y aura tout de suite des sections de repérage par le son qui vont être organisées. Dès décembre 1914, des officiers sont formés aux nouvelles méthodes de Nordmann.

6Les scientifiques parisiens, astronomes et physiciens, se saisissent, chacun à sa manière, de la question du repérage par le son. Plusieurs systèmes sont développés en même temps par des laboratoires, de manière concurrente. Ils utilisent divers types de technique : cela peut être par la lumière, par des dispositifs électriques, etc. Mais il n’en reste pas moins qu’en 1918 tous ces procédés auront été développés et appliqués sur le front. Ils vont être adaptés par les Anglais, puis par les Américains, qui eux aussi vont être souvent formés par les Français. En 1918, l’armée française compte 45 sections de repérage par le son, avec un effectif total d’environ 6 000 hommes.

7L’histoire du repérage par le son illustre bien la manière dont une idée scientifique, même si elle est assez simple, a pu être transformée en un dispositif technique efficace sur le champ de bataille. Le scientifique fournit son expertise technique à plusieurs niveaux : innovation conceptuelle et technique, évaluation de la valeur des innovations, test des méthodes et développement des procédés pratiques, diffusion et enseignement des nouvelles méthodes, coordination des personnes chargées de la mise en œuvre, etc. En tant qu’expert technique, il s’insère dans des dispositifs d’innovation qui existent déjà.

8En revanche, Nordmann fait aussi l’expérience de la désorganisation et de l’anarchie de cette première mobilisation. Il en témoigne aussi de manière assez intéressante, par exemple en faisant l’éloge de la création du ministère des Inventions sous l’égide de Paul Painlevé en 1915. Nordmann écrit beaucoup dans la presse. Sa voix porte. S’il ne joue pas lui-même ce rôle d’organisateur de la recherche scientifique pour la défense nationale comme Painlevé, Émile Borel ou d’autres, il fait partie de la commission supérieure des Inventions intéressant la défense nationale. Pendant toute la durée du conflit, il ne retourne pas au front et continue à examiner les inventions qui lui sont soumises.

9Si Nordmann ne prend pas tellement ce virage d’organisateur, il retrouve plutôt l’activité de chroniqueur scientifique qu’il avait avant la guerre. À la Revue des deux mondes depuis 1912, il avait repris une tradition ancienne, dans cette revue pourtant conservatrice fondée en 1833, de s’intéresser d’assez près au progrès scientifique et technique. Dès 1915, Nordmann va donc réinvestir ce rôle avec une grande passion et un grand intérêt. Dans ses chroniques de guerre, l’astrophysicien devient propagandiste, non pas tant de la France, mais de la science. Mois après mois, il pose les jalons d’une démonstration d’une rigueur presque mathématiques du fait que la guerre est maintenant essentiellement une affaire scientifique. Dans un article du Matin, il va jusqu’à écrire que la guerre est une vaste expérience scientifique. Mais contrairement à d’autres chantres de la guerre scientifique – il y en a quelques-uns à cette époque-là –, il ne veut pas dénoncer cet avènement, il le montre comme une réalité du champ de bataille. Il ne s’agit pas simplement d’affirmer que les sciences jouent désormais un rôle de premier plan tant dans le développement d’armes nouvelles que dans la mise au point de nouvelles techniques thérapeutiques, mais qu’elles sont au cœur même de l’action militaire. D’après la conception que Nordmann se fait de la science, on comprend que les scientifiques soient par conséquent appelés à y prendre une place centrale. Cette première leçon qu’il tire de la guerre est très explicite : « Il faut que les prêtres de la science quittent eux aussi leur tour d’ivoire pour voler au tocsin. »

10Les ressources qui permettent d’organiser l’invention existent : ce sont les laboratoires, les universités, les académies, mais aussi les services techniques de l’armée et les ateliers industriels. Il faut donc pour lui que les scientifiques jouent ce rôle de premier plan dans la guerre. Il insiste sur la meilleure utilisation des compétences, car « les supérieurs ne sont pas toujours des gens supérieurs ». Il ajoute, non sans ironie, qu’il faut faire en sorte que le gallon, qui est une mesure de capacité chez les Anglais, en soit une aussi de l’autre côté de la Manche. Les scientifiques vont rendre les militaires compétents !

11Ainsi, dès 1915, Nordmann produit cette analyse de l’évolution des rapports entre science et État. On peut effectivement y voir une forme de propagande, mais il s’agit avant tout de souligner un nouvel état de fait : « C’est la première fois à ma connaissance que dans un document gouvernemental, on admet officiellement la science à jouer un rôle dans les affaires de l’État, l’institution d’un organisme national destiné exclusivement à faire participer la science aux nécessités de l’heure n’est donc pas moins qu’une sorte de révolution. » Il y a bien sûr un paradoxe à vouloir organiser les inventions, écrit Nordmann. Le seul but auquel ce ministère peut prétendre, c’est seulement « à les utiliser, à les ordonner, à les adapter aux circonstances, à les dégager du réseau de barbelé de formalités administratives où se déchirent parfois leurs ailes délicates, les défendre contre la routine, la bêtise, l’envie, le plagiat. En un mot, à les traduire de concept en fait. Bref, il faut libérer les scientifiques des contraintes qui les empêchent d’agir aussi efficacement que possible ».

12En conclusion, l’exemple de Nordmann montre bien comment les différents rôles du savant (le combattant, l’expert technique, l’organisateur et l’intellectuel) se complètent, se renforcent les uns les autres, et font en sorte que les scientifiques sortent de la guerre avec l’impression qu’ils y ont contribué de manière significative. S’ils sentent qu’ils ont, d’une part, payé un lourd tribut à ce conflit, ils peuvent avec raison penser avoir œuvré à préparer les conditions qui permettent la victoire. Pour beaucoup, l’impression qui se dégage est aussi que leurs compétences n’ont peut-être pas été utilisées assez vite et de manière trop contrainte et que, finalement, les évolutions institutionnelles n’ont pas toujours été dans le sens de ce qu’ils auraient voulu. Je pense par exemple au fait que Nordmann va être assez critique du nouvel Office de recherches scientifiques et industrielles mis sur pied par Jules-Louis Breton, dans lequel le rôle des scientifiques est beaucoup moins important. Même si on peut voir dans cet office l’ancêtre du CNRS, on s’aperçoit que la recherche fondamentale reste assez peu présente dans les années 1920. Les scientifiques vont en général essayer de faire d’autres types d’innovations institutionnelles – à Paris, l’Institut de mécanique des fluides, l’institut statistique de l’université de Paris, l’Institut Henri Poincaré, qui insiste sur la relation entre mathématique et physique, etc. Après avoir montré que la guerre est l’affaire des savants, les scientifiques peuvent ainsi encaisser les dividendes de leur investissement dans le conflit, avant d’être au cœur des prochaines mobilisations.

Notes

1  David Aubin et Catherine Goldstein (dir.), The War of Guns and Mathematics: Mathematical Practices and Communities through World War I in France and its Western Allies, Providence, American Mathematical Society, 2014, 391 p. Voir aussi David Aubin, Hélène Gispert et Catherine Goldstein, « Les mathématiciens français dans la Grande Guerre », in François Bouloc, Rémy Cazals et André Loez (dir.), 1914-1918. Identités troublées. Les appartenances sociales et nationales à l’épreuve de la Grande Guerre, Toulouse, Privat, 2011, p. 183-197.

2  Je traite la trajectoire de Nordmann plus en détail dans l’article suivant : David Aubin, « Le coup d’œil du scarabée : Charles Nordmann, ou pourquoi la guerre est l’affaire des savants », in Catherine Goldstein et David Aubin (dir.), La Grande Guerre des mathématiciens français, à paraître.

3  À ce propos, voir David Aubin, « Bourbaki et la guerre », Image des mathématiques, consultable en ligne, http://images.math.cnrs.fr/Bourbaki-et-la-guerre.html. Voir aussi idem, « L’Élite sous la mitraille : les mathématiciens normaliens “morts pour la France”, 1914-1918 », in Suzanne Féry (dir.), Aventures de l’analyse de Fermat à Borel. Mélanges en l’honneur de Christian Gilain, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2012, p. 681-706.

Auteur

David Aubin est professeur d’histoire des sciences à l’Université Pierre-et-Marie-Curie, Sorbonne-Université et membre de l’Institut de mathématiques de Jussieu-Paris-rive-gauche. Il a codirigé, avec Catherine Goldstein, l’ouvrage collectif : The War of Guns and Mathematics : Mathematical Practices and Communities in France and Its Western Allies around World War I, Providence, RI : American Mathematical Society, 2014 et, avec Patrice Bret, Le Sabre et l’éprouvette : invention d’une science de guerre, 1914-1939, Paris, Éditions Noésis/Agnès Viénot/revue 14-18 aujourd’hui, nº 6, 2003.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540