Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Sciences et inventions

La politique des inventions intéressant la défense nationale au cœur des reconfigurations de l’État en guerre

Anne-Laure Anizan

Texte intégral

  • 1  Pour une mise en perspective internationale, dossier « Le sabre et l’éprouvette. L’invention d’une (...)

1La « politique des inventions intéressant la défense nationale » occupa une place de choix en France dans le fonctionnement de l’État en guerre entre 1914 et 1918. Politique publique chargée initialement de sélectionner les inventions à usage militaire proposées par des inventeurs, elle répondit rapidement aux besoins d’innovation formulés par l’armée ou la marine de guerre, puis se chargea de leur suggérer des applications de la recherche. L’équilibre des forces et l’enlisement du conflit contribuèrent à cette transformation. La science de guerre fut vite perçue comme une clé de la victoire1.

  • 2  Pour les enjeux politiques du dossier des inventions, voir nos articles « Décider en guerre, entre (...)
  • 3  Gabriel Galvez-Behar, La République des inventeurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008 (...)

2Elle fut à la fois l’une des causes et l’une des conséquences du nouveau rôle joué par l’État dans la conduite de la guerre2. Certes, avant 1914, les collaborations entre savants et militaires s’étaient intensifiées, notamment autour de l’industrie aéronautique. Cette fois, il s’agissait de changer d’échelle et de globalement reconsidérer les relations entre l’administration, l’armée et la marine de guerre, les inventeurs, les scientifiques et l’industrie, et ce d’autant que les entreprises ne semblaient pas pouvoir, en raison notamment de la mobilisation de la main-d’œuvre, développer en interne des structures consacrées à l’invention3.

3La transformation de la politique des inventions ne se fit pas sans tension entre les scientifiques qui en étaient chargés et les militaires avec lesquels ils devaient collaborer. De fait, non seulement elle remit en cause une conception traditionnelle des conflits armés, mais encore elle impliqua de donner une nouvelle place aux civils dans l’élaboration de la défense. Au-delà de ses enjeux proprement militaires, la politique des inventions conduisit à une forme d’aggiornamento scientifique. Longtemps conçue comme une source intarissable de progrès, la science fut subitement chargée de créer des armes toujours plus létales et destructrices. Les recherches fondamentale et appliquée, qui avaient longtemps cheminé séparées, furent dans ce contexte appelées à travailler étroitement ensemble. Enfin, peu engagé jusqu’alors dans la recherche publique, et moins encore dans la recherche appliquée, l’État porta la responsabilité de l’innovation intéressant la défense nationale.

  • 4  Michel Letté, Henry Le Chatelier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, 260 p. ; Anne-La (...)
  • 5  Pour une approche de la mobilisation en faveur d’une recherche publique entre les années 1890 et l (...)

4Déjà avant la guerre, des scientifiques avaient tenté de faire évoluer la place de la science et des scientifiques en France. Leur engagement avait été médiatisé et salué, y compris par le Parlement4. Des hommes politiques qui pensaient la modernisation du pays – notamment la réforme de l’action et des institutions publiques, de ses liens avec le monde économique – avaient aussi défendu la nécessité que l’État s’engageât à soutenir le développement de la science5. En 1901, la création de la Caisse des recherches scientifiques avait constitué une étape encourageante ; privée d’un véritable budget, elle s’avéra pourtant bien limitée au regard des enjeux que l’organisation de la science et de son apport au développement économique sous-tendait. Aux yeux des scientifiques, la guerre constitua donc une opportunité d’obtenir, pour le temps de paix, la pérennisation du soutien public à la recherche ainsi que le maintien des structures ayant permis de faire collaborer sciences pure et appliquée.

5On montrera ici en quoi la politique des inventions intéressant la défense nationale menée entre 1914 et 1918 a constitué non seulement l’une des formes de l’adaptation institutionnelle et humaine de l’État en guerre, mais encore une étape dans l’élaboration d’une recherche publique et la définition de nouveaux rapports entre sciences pure et appliquée, armée et industrie.

Un nouveau domaine de compétences pour l’État : définition et périmètre

  • 6  Yves Roussel, « L’histoire d’une politique des inventions (1887-1918) », Cahiers pour l’histoire d (...)

6Jusqu’à la Première Guerre mondiale, deux commissions avaient été successivement chargées des inventions intéressant la défense nationale6. La commission d’examen des Inventions intéressant l’armée, créée en 1887 et composée de 20 militaires, avait été transformée, en 1894, en une commission d’examen des Inventions intéressant les armées de terre et de mer, comportant dix militaires et six civils, tous élus à l’Académie des sciences. Toutes deux devaient s’en tenir à la sélection des dossiers adressés par des inventeurs ; les services techniques de l’armée réalisaient les expériences.

  • 7Journal officiel de la République française, Lois et décrets (J.O., L.D.), 13 août 1914, p. 7 404. (...)

7En août 1914, un décret transforma le dispositif en instituant une commission supérieure des Inventions intéressant la défense nationale7. Il fixa sommairement ses buts – « étudier et éventuellement expérimenter les inventions intéressant la défense nationale » – et précisa son organisation. Rattachée au ministère de la Guerre, la nouvelle commission comportait trois sections : « électricité, télégraphie sans fil, optique », « explosifs, industries chimiques », « arts mécaniques, aéronautique, moteurs, balistique ». Sa direction fut confiée à quatre membres de l’Académie des sciences : le président Paul Appell était assisté de trois vice-présidents responsables chacun de l’une des sections. Constituée à partir de l’embryon de la commission de 1894, elle comprenait cinq autres académiciens et dix représentants de la Guerre ou de la Marine. 43 personnalités – des « savants et des spécialistes d’une compétence et d’une autorité indiscutables » – s’ajoutaient à cet effectif. Les membres permanents de la commission supérieure étaient donc plus nombreux (58), leur origine professionnelle et leur statut plus diversifiés.

8La commission supérieure des inventions fut créée dans un contexte de réorganisation précipitée de l’État. Le déclenchement du conflit empêcha les militaires de la commission de 1894 de participer à ses travaux, alors même que l’État dut faire face à un surcroît de propositions d’inventions. La transformation de la structure chargée des inventions s’avéra aussi une réponse à l’attente de l’Académie des sciences, dont les membres s’étaient mis à la disposition de l’État. De même, elle offrit des responsabilités à des parlementaires en mal de marocain : certes connaissant le monde de la science, de la technique ou de l’industrie, une partie des personnalités nommées par le décret du 11 août 1914 fut aussi choisie en raison de son statut de député ou de sénateur. L’incertitude quant à la durée du conflit, l’impossibilité de penser encore les formes nouvelles que prendrait la guerre conduisirent à créer une structure légère, capable de se développer. Outre le fait que le terme « éventuellement » rendait possibles les expérimentations, le décret autorisa, sans fixer de limite, le recrutement de « membres consultants », « techniciens, industriels ou spécialistes ».

  • 8  AN, 313 AP 57, 58, 59 et 61, archives Painlevé, correspondance ; AN, 313 AP 61, historique de la p (...)

9Dès l’été 1914, la commission supérieure connut, sans publicité, des transformations d’envergure. Absorbé par d’autres tâches, Appell laissait sa direction à l’un des vice-présidents, Paul Painlevé. Mathématicien de renommée internationale, il s’était de longue date investi pour que l’État soutînt la science appliquée, tout particulièrement l’aviation. Membre de deux des plus prestigieuses commissions parlementaires – la guerre et la marine de guerre qu’il présidait –, il poursuivit son activité politique tout en s’efforçant de faire de la politique des inventions l’outil qui permettrait à la France de gagner la guerre. Conforté par les demandes des militaires, mais aussi par l’intérêt suscité dans la communauté scientifique, Painlevé et son entourage savant se mobilisèrent pour utiliser toutes les possibilités offertes par le décret d’août 19148.

10Dès lors, le champ d’action de la commission fut étendu : non seulement des scientifiques réalisèrent des expériences sur des propositions d’inventions, mais encore ils se mirent à mener pour elle de véritables programmes de recherche appliquée. Toujours plus nombreux, les consultants, tout comme les aides ou les laborantins – dont la présence s’avérait indispensable au bon déroulement des expériences et des recherches –, obtinrent des ministères de la Guerre ou de la Marine une affectation spéciale. Les laboratoires des institutions d’enseignement furent largement mis à leur disposition, de même que des laboratoires privés, tels ceux de l’entreprise Eiffel ou de l’Institut Pasteur. Les enseignants-chercheurs qui y travaillaient avant la guerre changèrent d’objets de recherche ou envisagèrent les applications militaires qui pourraient découler de leur domaine de compétences. De nouvelles circulations scientifiques s’établirent dès lors que s’instituèrent des collaborations inédites entre savants, inventeurs, ingénieurs, représentants de l’industrie. Enfin, scientifiques et militaires apprirent à travailler ensemble, autant lorsqu’il fallut à l’armée exprimer ses besoins que quand il devint nécessaire de tester les innovations au front ou en mer et ce en recourant à du personnel et à des moyens militaires. Le cadre du travail scientifique fut donc fondamentalement bouleversé, les frontières académiques et institutionnelles semblèrent oubliées, les préjugés et les hiérarchies perdirent de leur vigueur, les recherches fondamentale et appliquée se rapprochèrent.

11À toutes les échelles – entre individus, entre civils et militaires, entre ministères et administrations – des conflits découlèrent de ces nouvelles collaborations. Afin de limiter ce qui fut ressenti comme des freins au travail des chercheurs, Painlevé obtint les moyens de rationaliser son fonctionne­ment.

La « guerre scientifique » : entre propagande et institutionnalisation

12Devenu ministrable en raison de son activité au sein des commissions parlementaires, Painlevé obtint, en octobre 1915, un ministère sur mesure : l’Instruction publique, les Beaux-Arts et les Inventions intéressant la défense nationale.

  • 9L’Excelsior, 6 novembre 1915.
  • 10Ibid. Le même mois, également Le Matin les 12 et 15, Le Journal de Paris le 15, Le Petit Parisien (...)

13Alors que l’équilibre des forces avait d’abord semblé éloigner la perspective d’une action militaire décisive, l’année 1915 avait révélé la capacité allemande à modifier le visage et peut-être l’issue de la guerre par l’usage de nouvelles armes, notamment les gaz de combat et les sous-marins. Dans ce contexte, la politique des inventions française fut, à l’automne 1915, instrumentalisée à des fins de propagande. L’Excelsior consacra sa une à « La guerre scientifique » et y fit paraître, en pleine page, une photo du nouveau ministre9. Le Bonnet rouge10 salua sa nomination sur un ton lyrique : « La France lui dit : va, crée, organise, innove. […] La France remet entre ses mains expertes le problème tragique qui s’impose : de préparation et de population moindre il lui faut cependant vaincre l’adversaire. L’intelligence française triomphera du nombre et de la force allemande. » Il ne fut pas question de divulguer les recherches, pas même en commission parlementaire. En faisant simplement savoir qu’il avait initié une mobilisation scientifique d’envergure pensée pour donner la victoire à la France, le gouvernement montrait qu’il assumait ses responsabilités et espérait convaincre qu’il fallait « tenir ».

  • 11  Rapport préliminaire justifiant la création de la direction des Inventions et décret de création, (...)
  • 12  Pierre Guiraldenq, Émile Borel (1871-1956), Saint-Affrique, P. Guiraldenq, 1999, p. 95-99 ; Michel (...)
  • 13  Sociétés Westinghouse (appareil de démarrage de moteur d’avion), Thomson-Houston (projectile fusée (...)

14Au sein du grand ministère confié à Painlevé fut instituée une direction des Inventions11. Le mathématicien Émile Borel12 – très proche du ministre et investi depuis 1914 dans la politique des inventions – fut placé à sa tête. Au sein de la nouvelle structure, Painlevé confia la plupart des postes à responsabilité à d’autres savants de son entourage, souvent normaliens. Plus généralement, la politique des inventions continuait de reposer surtout sur des diplômés, savants et ingénieurs, bien insérés dans des réseaux scientifiques. Dans son organisation, la politique des inventions s’avérait encore paradoxale. Alors qu’elle appelait à faire collaborer sciences pure et appliquée, sa conception et sa mise en œuvre reposaient en grande partie sur des universitaires, certes parmi les plus brillants de leur génération. Depuis le début de la guerre, certains scientifiques avaient eu l’occasion de travailler avec l’industrie, quand il s’était agi de tester des propositions d’invention ou de fabriquer des prototypes13. Mais le monde de l’usine demeurait globalement assez éloigné de leurs pratiques. Enfin, si la propagande fut juste lorsqu’elle parla de mobilisation scientifique d’envergure, et ce en raison de l’augmentation des effectifs travaillant pour le compte de la direction, son discours s’avéra moins objectif quand elle laissa penser que toutes les bonnes volontés scientifiques étaient également mises à contribution. Les industriels comme les simples « inventeurs » ne furent sollicités que très occasionnellement et jamais comme permanents de la politique des inventions. En laissant penser qu’elle les incluait, la communication gouvernementale répondit à une nécessité politique : satisfaire à la fois l’opinion publique et les parlementaires soucieux qu’aucune bonne volonté, qu’aucun projet, ne soient négligés.

15Dans le cadre de la direction des Inventions, la politique des inventions fut quoi qu’il en soit confortée. Les textes officiels, cette fois, ne furent plus timides : ils demandèrent d’« étudier par tous les moyens appropriés » les inventions proposées, et ce même si elles n’étaient pas complètement abouties, mais pour peu qu’elles recelassent un potentiel. Par ailleurs, si désormais la politique des inventions releva de l’Instruction publique, il ne fut évidemment pas question de limiter la collaboration avec les ministères de la Guerre et de la Marine ; bien au contraire, les liens étaient censés devenir plus étroits.

  • 14  Loi d’avril 1916. G. Galvez-Béhar, La République des inventeurs, op. cit., p. 264-269.

16L’organigramme de la direction des Inventions refléta en outre l’étendue du champ désormais couvert par la politique des inventions. Une commission des Brevets fut chargée d’examiner ceux qui intéressaient la défense nationale et de faire fonctionner le droit de préemption de l’État14. Par ce biais, la politique des inventions se donna le moyen de ne pas négliger l’innovation produite hors de ses structures. Les domaines de compétences des huit sections techniques spécialisées de la direction symbolisèrent en outre l’adaptation institutionnelle de la politique des inventions à la nature nouvelle du conflit. La section « physique, électricité » avait compétence notamment pour tout ce qui avait trait aux communications – au sol, entre le sol et l’air, au-dessus des eaux ou sous la mer. La section « balistique, armement » était chargée du perfectionnement des armes traditionnelles (fusils, artillerie). Celle intitulée « chimie » se justifiait par l’emploi massif de fumigènes sur terre ou sur mer et par l’irruption des gaz de combat. La section « guerre des tranchées » portait la marque de la guerre de position. Ce contexte, comme la perspective de probables offensives stratégiques conduisant à une reprise de la guerre de mouvement, justifiait l’introduction d’une section « mécanique ». Celle consacrée à l’« aéronautique » montrait la nouvelle importance de l’aviation. La section « marine » était rendue nécessaire par le développement d’un conflit qui n’était plus uniquement continental et terrestre, mais aussi maritime, avec comme préoccupation première la lutte anti-sous-marine. Enfin, l’enlisement dans la guerre justifiait la création d’un pôle « hygiène et physiologie ».

  • 15  Aucun document de synthèse ne permet de chiffrer la mobilisation humaine, à quelque stade que ce s (...)

17À la quarantaine d’individus travaillant dans les sections techniques s’ajouta le personnel permanent inscrit dans d’autres branches de l’organigramme de la direction, et à nouveau des dizaines de « collaborateurs » de l’extérieur15 travaillant dans les laboratoires publics (institutions d’enseignement et de recherche) ou privés. Enfin, la création d’un comité interallié permit de penser la collaboration scientifique avec l’Italie, la Russie et le Royaume-Uni.

  • 16J.O., L.D., 15 novembre 1916, p. 10 800.
  • 17  Christine Moissinac et Yves Roussel, Jules-Louis Breton (1878-1940). Un savant parlementaire, Renn (...)

18Lorsqu’un nouveau gouvernement fut constitué en décembre 1916, la direction des Inventions fut transformée en un sous-secrétariat d’État aux Inventions16 rattaché au ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre tenu par Albert Thomas. Alors que Painlevé choisit de ne pas faire partie de la combinaison ministérielle, le sous-secrétariat fut confié à un proche, le chimiste, inventeur et député Jules-Louis Breton17. Déjà très engagé avant-guerre en faveur du développement d’une politique publique de recherche, également pour le rapprochement entre sciences pure et appliquée, il avait été, depuis 1914, particulièrement actif au sein des différentes structures chargées de la politique des inventions, notamment sur le dossier des engins blindés motorisés. La transformation de la direction en sous-secrétariat s’inscrivit dans la continuité : l’armature et le personnel de la direction furent globalement conservés, l’extension de son champ de compétences confirmée. En même temps, les procédures furent précisées afin de gagner encore en efficacité. La collaboration renforcée avec les autres services du ministère de l’Armement et des Fabrications de guerre devait faciliter la réalisation d’expérimentations et lui permettre d’assurer la veille technologique.

  • 18  Décret du 20 mars 1917, J.O., L.D., 21 mars 1917, p. 2 256.
  • 19  Décret du 14 avril 1917, J.O., L.D., 21 avril 1917, p. 3 163.
  • 20  Décrets des 12 et 14 septembre 1917, J.O., L.D., 13 et 16 septembre 1917, p. 7 229 et 7 331.
  • 21  Décret du 7 octobre 1917, J.O., L.D., 14 octobre 1917, p. 8 128.
  • 22  Ch. Moissinac et Y. Roussel, Jules-Louis Breton…, op. cit., p. 130.

19Au cours de l’année 1917, si la politique des inventions resta dirigée par Breton, le nom et la place de la structure dans l’organigramme gouvernemental furent modifiés à trois reprises. Lorsqu’il constitua son gouvernement au printemps 1917, Alexandre Ribot renomma le sous-secrétariat « Inventions, études et expériences techniques »18. Un décret19, plus disert que les précédents en termes de présentation de la structure, renforça encore ses pouvoirs, notamment en lui donnant autorité sur les services techniques du ministère de l’Armement. Par ailleurs, Breton fut autorisé à correspondre directement avec le commandant en chef afin notamment d’envoyer dans la zone des armées des représentants de son cabinet technique ou des délégués des services des « expériences techniques ». Ces derniers, chargés de l’artillerie, des armes portatives, des poudres et des explosifs et des automobiles étaient désormais distincts des « expériences scientifiques » se consacrant aux travaux en aérodynamique, mathématiques, physique, chimie et biologie. En septembre 1917, quand Painlevé devint président du Conseil, le sous-secrétariat revint au ministère de la Guerre dont il avait la charge20. Signe de la volonté de renforcer encore la position de la structure chargée des inventions, la section technique du génie fut placée sous son autorité21. En novembre 1917, l’arrivée de Georges Clemenceau à la tête du gouvernement entraîna une ultime transformation : toujours dirigée par Breton, elle redevint une simple direction du ministère de l’Armement, et ce bien qu’elle conservât la majeure partie de ses fonctions et qu’elle vît son budget augmenter22.

Un temps de maturation : la préparation de l’après-guerre

  • 23  Anne Rasmussen, « Mobiliser, remobiliser, démobiliser : enjeux et mythes de la démobilisation scie (...)
  • 24  Henry Le Chatelier, Institut de France, Académie des sciences, rapport de la commission d’action e (...)
  • 25  AN, 313 AP 62, 8 novembre 1916.

20En 1915, la création d’un grand ministère incluant les inventions avait aussi été saluée par de nombreuses voix émanant de la communauté scientifique. Souhaitant profiter de l’élan donné, aussi de la présence de Painlevé au gouvernement, donc de l’appui politique qu’il pouvait apporter au dossier, des personnalités influentes manifestèrent l’espoir que fût pérennisé, au-delà de la guerre, le nouvel engagement de l’État vis-à-vis de la recherche. Par le biais de revues, ils firent savoir que le long déclin de la science française pourrait dès lors être interrompu23. L’Académie des sciences – qui avait au début de la guerre créé des commissions pour concourir à la défense nationale – continua de se montrer particulièrement préoccupée des relations entre sciences et développement économique. Henry Le Chatelier impulsa logiquement la constitution d’une commission chargée de réfléchir au développement des méthodes scientifiques dans l’industrie. Son rapport sur les « Laboratoires nationaux des recherches scientifiques24 » présenté en séance de l’Académie des sciences fut communiqué par Gaston Darboux – secrétaire perpétuel – au ministre Painlevé à l’automne 191625.

  • 26  AN, 313 AP 67, projet analysé dans A.-L. Anizan, Paul Painlevé, op. cit., p. 170-174.
  • 27  AN, 313 AP 67, exposé des motifs précédant le projet de loi portant création d’un Office national (...)

21Au même moment, Painlevé avait préparé un projet d’Office national des sciences appliquées26 visant également à favoriser l’organisation de la recherche après guerre. Le rapprochement entre science pure, science appliquée et industrie – le monde savant et l’industrie étaient présentés comme « deux collaborateurs nécessaires mais qui s’ignorent27 » – devait servir le développement économique national. Le projet Painlevé s’avérait plus ambitieux que celui de l’Académie des sciences. L’Académie évoquait seulement un « laboratoire de physique et de mécanique » rappelant le National Physical Laboratory de Londres. Dans l’Office national des sciences appliquées de Painlevé, toutes les disciples et les domaines de la science devaient être représentés. Par ailleurs, alors que l’Académie des sciences pensait contrôler la direction du dispositif, Painlevé souhaitait qu’il ne soit pas dirigé uniquement par des académiciens, mais aussi par des représentants des ministères et des grands syndicats industriels. Malgré cette ouverture aux mondes politico-administratif et de l’usine, les savants y demeuraient importants : non seulement les permanents nommés à l’Office devaient être des « maîtres de l’université », mais encore la spécification de l’origine disciplinaire des membres de son comité scientifique reproduisait le cloisonnement des disciplines tel qu’il existait à l’Université.

  • 28  Richard Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Pari (...)
  • 29  G. Galvez-Behar, La République des inventeurs, op. cit., p. 263.

22À la fin de l’année 1916, Painlevé quitta le gouvernement sans avoir eu le temps de déposer son projet de loi ; lorsqu’il devint ministre de la Guerre en 1917, il n’avait plus à se mêler de ce dossier qui dépendait désormais de l’Armement. La question de la pérennisation d’une recherche publique fut poursuivie par d’autres, d’autant qu’elle mobilisa toujours autant d’acteurs et qu’elle fit partie d’un ensemble de réflexions visant à élargir le champ de compétence de l’État et à réorganiser le capitalisme français28. Le ministre du Commerce et de l’Industrie, Étienne Clémentel, très investi dans ce processus, soutenait l’idée de doter la France de laboratoires jugés dignes d’elle. Après avoir rencontré Le Chatelier, Clémentel proposa de réorganiser le laboratoire du CNAM et de le regrouper avec le laboratoire projeté par l’Académie et celui de la Société centrale des électriciens29.

  • 30J.O., L.D., 16 avril 1919, p. 3 994-3 995.
  • 31  Sur cette mobilisation multiforme, Michel Pinault, Maurice Barrès et la « grande pitié des laborat (...)

23Aucun projet pensé pour l’après-guerre ne vit le jour avant la fin du conflit. Il fut pourtant une période de maturation qui permit ensuite de rapidement aboutir. Les scientifiques et les parlementaires réussirent d’abord à « sauver » la direction des Inventions qui passa, en avril 1919, du provisoire ministère de la Reconstitution industrielle à celui de l’Instruction publique30. Renommée direction des Recherches scientifiques et industrielles et des Inventions, elle vit son champ d’action étendue à la recherche civile ; elle put dès lors s’ancrer en temps de paix. Ce « sauvetage » de la direction n’était pourtant qu’un pis-aller. Dès décembre 1918, le gouvernement avait créé une commission d’études – Painlevé en était vice-président – chargée d’élaborer un projet d’organisme de centralisation des recherches scientifiques. Très inspiré par le travail de cette commission, le gouvernement déposa en mai 1919 un projet de loi visant à créer un Office national des recherches scientifiques, industrielles et agricoles. Si la Chambre l’adopta dans ses grandes lignes dès juillet 1919, le Sénat ne se prononça que trois ans plus tard, et la loi ne fut votée qu’en décembre 1922. Pendant toute cette période, le monde de la recherche académique, les sociétés scientifiques comme l’industrie, certains médias étaient restés mobilisés pour que soit pérennisé et étendu le soutien public à la recherche scientifique et technique31.

24Nommée Office national des recherches scientifiques, industrielles et des inventions (ONRSII), la nouvelle structure raisonna à partir de l’expérience du temps de guerre. Rattaché au ministère de l’Instruction publique, l’ONRSII fut chargé, sous la direction de Breton, de soutenir les recherches menées par les universitaires, de développer et de coordonner les recherches appliquées au progrès de l’industrie, d’assurer les études demandées par les services publics et d’aider les inventeurs.

  • 32  Pour les chercheurs travaillant en physique du globe, voir Sylvain di Manno, « “Hier sur tous les (...)

25Une fois la paix revenue, comment l’expérience de la politique des inventions fut-elle réinvestie par les universitaires, qu’ils l’aient ou non dirigée ? La plupart retrouvèrent leur laboratoire et prodiguèrent à nouveau un enseignement théorique et de science pure. Certains se soucièrent néanmoins que l’université développât des programmes de recherche appliquée, notamment dans le secteur aéronautique. Quelques-uns choisirent même de se réorienter vers la science appliquée, voire prolongèrent au cours des années 1920 des collaborations avec les militaires et l’industrie32.

  • 33  Bernadette Bensaude-Vincent, Langevin. Science et vigilance, Paris, Belin, 1987, p. 83-94. Parmi l (...)

26Le cas du physicien Paul Langevin est à cet égard particulièrement éclairant33. Pendant la guerre, Langevin, qui s’était spécialisé sur l’écoute des bruits sous-marins, avait produit un système permettant, en utilisant les ultrasons, à la fois d’émettre et de recevoir un signal (hydrophone, à l’origine du sonar) dont s’était équipée la Marine. Après guerre, à la demande de la Marine, il poursuivit sa collaboration avec des marins, d’autres physiciens et des ingénieurs dans le but de créer un appareil destiné aussi à des usages civils car permettant d’effectuer des relevés hydrographiques. Le sondeur Langevin-Florisson-Marti fut, à partir de 1924, produit en série et commercialisé à l’international par la Société de condensation et d’applications mécaniques.

27Pendant la guerre, Langevin avait mené ses recherches à Toulon, au laboratoire de la guerre sous-marine, dépendant de la politique des inventions. Quand les combats cessèrent, il les poursuivit au sein de ce qui était devenu le Centre d’études maritimes, non rattaché à l’ONRSII, mais fonctionnant dans le même esprit. Destiné à lier civils et militaires, il devait permettre d’étudier pour les services de l’État et pour l’industrie les applications des dernières découvertes et construire des prototypes. Il était aussi un organisme de recherche bibliographique et de documentation ouvert à un large public. En outre, il faisait collaborer un personnel permanent civil et militaire et entretenait des liens avec des « collaborateurs de l’extérieur » (comme Langevin, seize physiciens avaient à la fin des années 1920 collaboré avec ce centre).

28Entre 1914 et 1918, la temporalité guerrière justifia pour bien des scientifiques la réaffectation dans des laboratoires, le passage à la science appliquée, voire des collaborations inédites avec des ingénieurs et/ou le monde de l’industrie. Certains, plus proches du pouvoir, devinrent des conseillers directs de ceux qui décidaient de l’évolution de la politique des inventions. Painlevé d’abord, puis Breton, s’appuyèrent tout particulièrement sur des normaliens, comme Thomas au ministère de l’Armement, tandis qu’Étienne Clémentel s’entourait de polytechniciens au Commerce et à l’Industrie. La politique des inventions fut donc de celles qui favorisèrent l’ascension dans les ministères d’un personnel recruté en dehors des filières politiques et administratives.

29Aux yeux des savants, les objectifs militaires de la politique des inventions ne devaient pas entraver des perspectives qui n’étaient pas celles de la commande initiale et il leur sembla parfois difficile de renoncer à des études au motif qu’elles ne permettaient pas d’obtenir rapidement un objet technique directement utilisable par l’armée. L’histoire de la politique des inventions fut donc aussi celle de nombreux conflits avec des militaires ou certains parlementaires. À partir de 1917, la politique des inventions ne fut pas seulement louée et des voix s’élevèrent pour demander des comptes quant aux sommes investies.

  • 34  Claudine Fontanon, « L’obus Chilowski et la soufflerie balistique de Paul Langevin, une recherche (...)

30Quoi qu’il en soit de ces critiques et des échecs (par exemple le projet d’obus Chilowski qui conduisit à une impasse34), l’élan donné par la guerre en faveur d’un soutien public à la recherche et au rapprochement entre science pure et science appliquée constitua aux yeux de bien des scientifiques une occasion inespérée de rattraper ce qui était perçu comme un double retard français.

31L’expérience du temps de guerre fut ainsi mise à profit pour créer de nouvelles structures censées prolonger les collaborations et contribuer au redressement, à la modernisation du pays. De fait, l’ONRSII initia un début de centralisation de la recherche, tandis qu’il devait favoriser les liens entre l’Université, les grandes écoles et l’industrie. Comme le montra l’indépendance du Centre d’études maritimes de Toulon, le processus ne fut que partiel.

32En 1936, la création d’un sous-secrétariat d’État à la Recherche scientifique réaffirma au sommet de l’État la nécessité de définir une politique de la recherche scientifique. Confié à Jean Perrin, qui avait été l’un des acteurs de la politique des inventions pendant la Première Guerre mondiale, il permit la création en 1939 du CNRS, destiné à parfaire la centralisation de la recherche publique.

Notes

1  Pour une mise en perspective internationale, dossier « Le sabre et l’éprouvette. L’invention d’une science de guerre, 1914-1918 », 14-18 aujourd’hui. Today. Heute, nº 6, mars 2003, 253 p. ; Anne Rassmussen, « Science et scientifiques », in Jean-Jacques Becker et Stéphane Audouin-Rouzeau (dir.), Encyclopédie de la Grande Guerre (1914-1918), Paris, Bayard, 2004, p. 677-688 ; David Aubin et Catherine Goldstein (dir.), The War of Guns and Mathematics: Mathematical Practices and Communities through World War I in France and its Western Allies, Providence, American Mathematical Society, 2014, 391 p.

2  Pour les enjeux politiques du dossier des inventions, voir nos articles « Décider en guerre, entre loi et décret. La politique des inventions et de la recherche publique à l’épreuve du premier conflit mondial », Parlement(s), no 25, janvier 2017, p. 199-215 et « 1914-1918. Le gouvernement de guerre », Histoire@Politique, nº 22, janvier-avril 2014, https://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=22&rub=autres-articles&item=82

3  Gabriel Galvez-Behar, La République des inventeurs, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 247. Le Rapport général sur l’industrie française, établi à la demande du ministère du Commerce et de l’Industrie, publié en 1920, se fit discret sur les recherches menées par l’industrie. L’entreprise Eiffel – déjà coutumière avant-guerre de la recherche, notamment en raison de l’intérêt d’Eiffel pour les questions aéronautiques –, Pechiney, quelques grandes entreprises métallurgiques du Centre de la France ou l’usine Citroën constituèrent des exceptions.

4  Michel Letté, Henry Le Chatelier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, 260 p. ; Anne-Laure Anizan, « Mathématiciens et physiciens français promoteurs de l’aviation », in Françoise Lucbert et Stéphane Tison (dir.), L’imaginaire de l’aviation pionnière, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 107-117.

5  Pour une approche de la mobilisation en faveur d’une recherche publique entre les années 1890 et le déclenchement de la guerre, tout particulièrement l’émergence de la question dans les débats parlementaires et l’action décisive de l’avocat Jean-Honoré Audiffred, voir Michel Pinault, La science au Parlement. Les débuts d’une politique des recherches scientifiques en France, Paris, CNRS Éditions, 2006, 160 p.

6  Yves Roussel, « L’histoire d’une politique des inventions (1887-1918) », Cahiers pour l’histoire du CNRS, nº 3, 1989, p. 19-57.

7Journal officiel de la République française, Lois et décrets (J.O., L.D.), 13 août 1914, p. 7 404. Pour le fonctionnement de la politique des inventions entre 1914 et 1916, voir Anne-Laure Anizan, Paul Painlevé. Science et politique de la Belle Époque aux années trente, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 123-178.

8  AN, 313 AP 57, 58, 59 et 61, archives Painlevé, correspondance ; AN, 313 AP 61, historique de la politique des inventions établi en novembre 1916, légèrement modifié en mai 1917 (SHD, 10 N 7).

9L’Excelsior, 6 novembre 1915.

10Ibid. Le même mois, également Le Matin les 12 et 15, Le Journal de Paris le 15, Le Petit Parisien le 16.

11  Rapport préliminaire justifiant la création de la direction des Inventions et décret de création, J.O., L.D., 14 novembre 1915, p. 8 200. Pour cette direction, voir A.-L. Anizan, Paul Painlevé, op. cit., p. 149-178.

12  Pierre Guiraldenq, Émile Borel (1871-1956), Saint-Affrique, P. Guiraldenq, 1999, p. 95-99 ; Michel Pinault, Émile Borel, une carrière intellectuelle sous la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 2017, 636 p.

13  Sociétés Westinghouse (appareil de démarrage de moteur d’avion), Thomson-Houston (projectile fusée), Ducasble (jambières), De Dion (caterpillar), etc.

14  Loi d’avril 1916. G. Galvez-Béhar, La République des inventeurs, op. cit., p. 264-269.

15  Aucun document de synthèse ne permet de chiffrer la mobilisation humaine, à quelque stade que ce soit de l’histoire de la politique des inventions. Les archives conservées aux Archives nationales (dont les fonds ministériels F17 17486, Painlevé 313 AP 57, 58, 59, 61, Breton 398 AP 7, 8, 12, 14, 16, 66) ou au SHD (10 N 78, 79), les recherches consacrées aux chercheurs et/ou à des programmes de recherche (voir certaines notes de cet article) confirment néanmoins l’ampleur inédite de cette mobilisation scientifique et sa montée en puissance tout au long de la guerre.

16J.O., L.D., 15 novembre 1916, p. 10 800.

17  Christine Moissinac et Yves Roussel, Jules-Louis Breton (1878-1940). Un savant parlementaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 109-148 ; Gabriel Galvez-Behar, « Le savant, l’inventeur et le politique. Le rôle du sous-secrétariat d’État aux Inventions durant la première guerre mondiale », Vingtième Siècle, nº 85, janvier-mars 2005, p. 103-118.

18  Décret du 20 mars 1917, J.O., L.D., 21 mars 1917, p. 2 256.

19  Décret du 14 avril 1917, J.O., L.D., 21 avril 1917, p. 3 163.

20  Décrets des 12 et 14 septembre 1917, J.O., L.D., 13 et 16 septembre 1917, p. 7 229 et 7 331.

21  Décret du 7 octobre 1917, J.O., L.D., 14 octobre 1917, p. 8 128.

22  Ch. Moissinac et Y. Roussel, Jules-Louis Breton…, op. cit., p. 130.

23  Anne Rasmussen, « Mobiliser, remobiliser, démobiliser : enjeux et mythes de la démobilisation scientifique, 1918-1925 », Sorties de guerre au xxe siècle, Histoire@Politique, 2007, nº 3, p. 53.

24  Henry Le Chatelier, Institut de France, Académie des sciences, rapport de la commission d’action extérieure de l’Académie sur les laboratoires nationaux des recherches scientifiques, présenté dans les séances des 13 et 17 novembre 1916, Paris, Gauthier-Villars, 1916, 8 p.

25  AN, 313 AP 62, 8 novembre 1916.

26  AN, 313 AP 67, projet analysé dans A.-L. Anizan, Paul Painlevé, op. cit., p. 170-174.

27  AN, 313 AP 67, exposé des motifs précédant le projet de loi portant création d’un Office national des sciences appliquées.

28  Richard Kuisel, Le capitalisme et l’État en France. Modernisation et dirigisme au xxe siècle, Paris, Gallimard, 1984, p. 73-116 ; Stephen D. Carls, Louis Loucheur. Ingénieur et homme d’État, modernisateur de la France (1872-1931), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000, p. 25-30 ; Clotilde Druelle-Korn, Le ministère du Commerce et de l’Industrie pendant la Première Guerre mondiale. Étienne Clémentel ou la volonté de moderniser la France, mémoire de DEA, Sciences Po Paris, 1993, 122 p.

29  G. Galvez-Behar, La République des inventeurs, op. cit., p. 263.

30J.O., L.D., 16 avril 1919, p. 3 994-3 995.

31  Sur cette mobilisation multiforme, Michel Pinault, Maurice Barrès et la « grande pitié des laboratoires de France », Paris, L’Harmattan, 2016, p. 168-250.

32  Pour les chercheurs travaillant en physique du globe, voir Sylvain di Manno, « “Hier sur tous les fronts. Demain sur tous les mondes.” Mobilisation météorologique et reconfigurations disciplinaires, militaires et aéronautiques durant la Première Guerre mondiale », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2015, p. 117-133.

33  Bernadette Bensaude-Vincent, Langevin. Science et vigilance, Paris, Belin, 1987, p. 83-94. Parmi les travaux de Benoît Lelong, « Comment coordonner laboratoires et essais en mer ? Détecteurs à ultrasons et formes d’innovation dans les marines françaises et anglaises », Documents pour l’histoire des techniques, nº 20, 2e semestre 2011. Pour une mise en contexte à l’échelle des recherches menées pour la Marine dans le cadre de la politique des inventions, Anne-Laure Anizan, « Science et Marine (1914-années 1920) », à paraître.

34  Claudine Fontanon, « L’obus Chilowski et la soufflerie balistique de Paul Langevin, une recherche oubliée de la mobilisation scientifique (1915-1919) », in Dominique Pestre (dir.), Deux siècles d’histoire de l’armement, Paris, CNRS Éditions, 2005, p. 81-109.

Auteur

Anne-Laure Anizan, diplômée de Sciences Po Paris, agrégée et docteure en histoire, est professeure en classes préparatoires littéraires à Paris. Spécialiste de l’État et du personnel politique sous la Troisième République, elle a notamment fait porter ses recherches sur la Première Guerre mondiale : renouvellement du personnel politique et administratif, adaptation des structures, parlementarisme de guerre, direction de la guerre et des opérations. Elle s’est aussi intéressée à l’implication des scientifiques dans la sphère publique des années 1880 aux années 1930, et tout particulièrement à la politique d’inventions intéressant la défense nationale menée entre 1914 et 1918.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540