Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Flux : blocus, transports, énergies

L’approvisionnement en charbon de l’industrie française pendant la Première Guerre mondiale

Pierre Chancerel

Texte intégral

  • 1  AN, C 7761, commission des Mines de la Chambre des députés, 23 janvier 1917.

1En janvier 1917, Édouard Herriot, le ministre des Travaux publics, affirme que « la question du charbon supporte toute la guerre, car celle-ci est une guerre industrielle […]. La mine est la première des usines de guerre1 ». En France, la Première Guerre mondiale est en effet caractérisée par une crise du charbon qui met en péril le fonctionnement des industries nécessaires à l’effort de guerre. Très vite se met en place une économie de pénurie dans laquelle doivent se conjuguer des ressources raréfiées, la forte hausse des prix de vente du charbon et des besoins industriels croissants. Pour arbitrer entre les différents consommateurs, les pouvoirs publics sont amenés à intervenir dès la fin de l’année 1914 en prenant des mesures d’exception.

2L’objectif de cette communication est de montrer comment l’approvisionnement de l’industrie en charbon a été une composante à part entière de la mobilisation de l’appareil industriel français et de sa reconfiguration au service de la production d’armement. Cette hypothèse se vérifie d’une part dans les formes de coopération entre l’État et les industries consommatrices de charbon et d’autre part dans les choix d’allocation de charbon qui sont faits par le gouvernement et dont rend compte la structure de la consommation charbonnière de la France à la fin de la guerre.

3Pour la période précédant la Première Guerre mondiale, le chercheur bénéficie de séries statistiques très complètes sur la production et la consommation de charbon en France. Publiées chaque année par le ministère des Travaux publics dans la Statistique de l’Industrie minérale, elles s’arrêtent malheureusement en 1914. Cependant la lacune est en partie comblée par le fait que l’interventionnisme de l’État a laissé des sources spécifiques, à la fois statistiques et réglementaires, qui permettent d’analyser et de quantifier les conditions d’approvisionnement de l’industrie française pendant la guerre.

4On examinera d’abord les mécanismes par lesquels les pouvoirs publics distribuent le charbon destiné à l’industrie au cours de la guerre. Cette première approche permettra ensuite d’analyser l’évolution de la structure de la consommation industrielle de charbon pendant la guerre.

Une répartition du charbon industriel contrôlée par l’État

5Pendant la guerre, la pénurie de charbon perturbe fortement l’activité économique du pays. C’est ce qui pousse l’État à prendre en charge la répartition du charbon consommé par l’industrie. Cette action se développe en deux temps : d’abord par l’intermédiaire des Chemins de fer de l’État dès 1914, puis de manière plus systématique en 1917. La première partie de cette communication vise à montrer comment l’association des industriels et de l’Administration permet au système de fonctionner.

Les Chemins de fer de l’État et la commission de Répartition des combustibles

6Dès décembre 1914, à l’initiative du directeur des Routes et de la Navigation au ministère des Travaux publics, André Charguéraud, est ouvert un compte spécial destiné à l’achat de charbon en Angleterre dont la gestion est confiée aux Chemins de fer de l’État. Destiné originellement à approvisionner uniquement les services publics, ce compte spécial voit sa clientèle s’élargir rapidement.

  • 2  ANMT (Archives nationales du monde du travail), 76 AQ 41, compte d’exploitation des Chemins de fer (...)

7À la fin de l’année 1915 sont alimentés non seulement les services publics de l’État, des communes et des hôpitaux mais aussi des industries travaillant pour la défense nationale, notamment des groupes métallurgiques comme Le Creusot, Saint-Étienne, la Marine, Firminy ou Holtzer2. De même, les charbons importés par le compte spécial ne sont plus expédiés seulement dans les ports desservis par le réseau de l’État mais aussi dans les ports méridionaux (notamment Bayonne, Sète et Marseille).

Tableau 1. Quantités de charbon et de coke vendues au commerce et à l’industrie par le compte spécial des Chemins de fer de l’État pendant la guerre

Année

Charbon livré au commerce et à l’industrie (en tonnes)

Coke livré au commerce et à l’industrie (en tonnes)

Total au 31 juillet 1915

266 238

Total au 31 juillet 1916

1 924 900

Année 1916

1 900 000

Année 1917

1 720 000

520 000

Année 1918

1 317 000

576 000

Année 1919

538 000

270 000

Année 1920

93 000

1 200

Source : ANMT, 76 AQ 40-44, compte d’exploitation des Chemins de fer de l’État, exercices 1914, 1915, 1916, 1917, 1918, 1919 et 1920.

  • 3  AN, F23 91, note de l’état-major de l’armée sur la commission de Répartition des combustibles, sep (...)
  • 4  Maurice Viollette, Journal de guerre, 1913-1919, Paris, Office d’édition du livre d’histoire, 1994 (...)
  • 5  AN, 637 AP 95, séance de la commission de Répartition des combustibles, 4 mars 1915.
  • 6  AN, 637 AP 95, rapport du président de la commission de Répartition des combustibles au ministre d (...)

8La commission de Répartition des combustibles, créée le 15 février 1915, est chargée de répartir le charbon réquisitionné et celui des Chemins de fer de l’État entre les services publics et les industries d’armement3. Elle est composée de fonctionnaires des ministères des Travaux publics et de la Guerre, des Chemins de fer de l’État et de la préfecture de la Seine. Jules Elby, président de la Compagnie des mines de Bruay, et Henri de Peyerimhoff, secrétaire général du Comité central des houillères de France, Louis Brichaux et Paul-Émile Aicard, président et vice-président du Comité central des importateurs de charbon, siègent à titre consultatif. La commission est dirigée par Fernand Chapsal, le directeur du Ravitaillement au ministère du Commerce, que Maurice Viollette décrit comme « un homme très administratif, consciencieux, mais un peu lourd, […] manifestement pas à la page4 ». La commission de Répartition des combustibles se réunit chaque jeudi pour examiner les commandes des grandes administrations, des compagnies de chemins de fer, des grosses usines métallurgiques et de l’Intendance. Elle en juge l’importance et fixe un ordre de priorité équitable. Lorsque ces consommateurs risquent de manquer de charbon, elle donne des ordres de livraison tout en s’efforçant de limiter les réquisitions et de les remplacer par des livraisons de priorité. Entre sa création et le 1er juillet 1915, elle a examiné 836 demandes, à raison de 17 à 55 par séance. Elle doit également vérifier que les marchands de charbon ne fixent pas de marges abusives5. En plus de ce travail de répartition, la commission tient également le relevé hebdomadaire des importations, de la production des mines et des principales livraisons6.

9La commission de Répartition des combustibles intervient surtout pour résoudre des situations d’urgence et n’a pas vocation à réguler l’ensemble du marché du charbon. Elle n’en constitue pas moins la première institution dans le domaine du charbon au sein de laquelle se rencontrent des représentants de l’État et de l’industrie. Les choix de répartition en faveur de l’industrie lourde et des chemins de fer – et au détriment des autres industries, qui ne sont pas approvisionnées – confirme l’importance stratégique de ces secteurs et annonce la politique charbonnière qui sera suivie par le gouvernement à partir de 1917.

Le système Loucheur

10À partir de l’été 1917, Louis Loucheur, le sous-secrétaire d’État aux Fabrications de guerre, qui est désormais en charge de l’approvisionnement de la France en charbon, met en place un système de répartition systématique qui prend en compte l’ensemble du charbon consommé en France.

  • 7  Dominique Barjot, « Entreprises et entrepreneurs face à l’effort de guerre : électricité et travau (...)
  • 8  AN, AJ26 45, Instructions générales sur la répartition et la distribution des charbons, 12 juillet (...)
  • 9Annales de la Chambre des députés, session ordinaire, séance du 20 juillet 1917, p. 1910.

11Le sous-secrétaire d’État aux Fabrications de guerre, partisan d’un « volontarisme déclaré7 » et convaincu que « l’État devait jouer un rôle de catalyseur de l’activité économique », annonce son plan de répartition à la Chambre des députés lors de la séance du 20 juillet 1917. L’organisation instituée par Loucheur fait l’objet de deux « Instructions générales8 » et reste en vigueur jusqu’à la fin des hostilités. Elle repose d’abord sur « la mainmise complète par l’État sur la production de toutes les mines françaises et la mainmise également sur tout le charbon importé d’Angleterre9 ». Mais elle implique aussi une collaboration avec les acteurs privés : l’État leur demande de lui rendre compte de leurs besoins. Il met ensuite en relation les consommateurs avec les producteurs et les importateurs de charbon.

  • 10  Alain Hennebicque, « Albert Thomas et le régime des usines de guerre (1915-1917) », in Patrick Fri (...)
  • 11Ibid. La citation est extraite d’un projet de loi sur le régime des fabrications de guerre.

12En ce sens, l’action gouvernementale de Louis Loucheur prolonge celle de son ministre de tutelle, Albert Thomas, qui poursuit une « politique contractuelle10 » dans l’organisation de l’industrie d’armement. Pour Thomas, il faut organiser l’économie de guerre en « faisant appel à toutes les initiatives privées, en demandant à ces initiatives privées de faire un effort plus grand, mais de même nature que celui qu’elles donnent dans la vie industrielle courante11 ». En contrepartie, il revient à l’État de surveiller l’action des industriels. Loucheur, comme Thomas, pense ainsi que l’État gagne à travailler avec les industriels et à capitaliser sur leur expérience.

13La répartition du charbon est organisée sur deux niveaux. Au premier niveau, les consommateurs sont répartis en sept grandes collectivités servant d’intermédiaires entre eux et le Bureau national des charbons (BNC). La première d’entre elles est dirigée par les préfets, chargés d’alimenter les foyers domestiques, les administrations publiques et tous les petits consommateurs qui consomment moins d’une tonne par mois. Les industries sont réparties dans les autres collectivités. Deux collectivités rassemblent, d’une part, les usines à gaz et d’électricité et, d’autre part, les chemins de fer. Les usines dépendant du ministère de l’Armement constituent la quatrième collectivité. Il s’agit des établissements d’Artillerie et des Poudres, ainsi que des groupements des industriels de l’Armement (GIA), créés par Loucheur en mars 1917. Les GIA approvisionnent les industriels de la métallurgie, de l’automobile, de l’aéronautique, des poudres, de la marine, de la chimie et du génie travaillant pour les services des Fabrications de guerre. La cinquième collectivité est formée des services de l’Intendance. Elle regroupe les besoins des armées combattantes et des dépôts, du service de Santé et des établissements qui les fournissent, réunis eux-mêmes au sein de groupements des industriels de l’Intendance et du service de Santé (GII). La sixième collectivité, intitulée « Services de navigation », comprend les besoins en charbon de soute des services de navigation maritime et les besoins de consommateurs contrôlés par le ministère des Travaux publics (grues des ports maritimes, remorqueurs…). Enfin, les chambres de commerce répartissent le charbon destiné aux autres industries.

14Au deuxième niveau, chacune des sept collectivités est divisée en groupements, qui rassemblent les consommateurs de chacune d’entre elle au sein de circonscriptions territoriales dont le nombre et les contours varient. Le département constitue ainsi la circonscription au sein de laquelle est distribué le charbon destiné aux consommateurs de la première collectivité. Le ressort des 20 groupements des industriels de l’Armement correspond à une région économique de taille variable dont les contours ont été dessinés en tenant compte des ressources et des besoins des industriels. Il en est de même des 54 groupements des industriels de l’Intendance et du service de Santé (GII) et des 13 groupements chargés d’alimenter les services du ministère des Travaux publics qui fonctionnent sur les mêmes bases que les GIA mais avec des ressorts géographiques différents. Ces groupements, chargés de l’approvisionnement en combustibles de leurs membres, permettent de décentraliser la répartition.

Carte 1. Groupements des industriels de l’Armement (GIA)

Carte 1. Groupements des industriels de l’Armement (GIA)

15Le Bureau national des charbons, organisme chargé de mettre en œuvre la politique charbonnière du ministre de l’Armement, attribue un contingent à chacun de ces groupements, de sorte que la somme des contingents reste égale au montant total des disponibilités en charbon. Il appartient ensuite à chaque collectivité de répartir entre ses membres le tonnage attribué, sous contrôle ministériel.

  • 12  AN, C 7489, note résumant les explications fournies à la commission de l’Administration générale p (...)
  • 13  À ce titre, voir Jean-Pierre Williot, « Des groupes gaziers privés à la société nationalisée : ori (...)

16L’organisation des collectivités prend des formes diverses. La troisième collectivité, qui regroupe les compagnies de chemins de fer, n’a pas nécessité d’organisation particulière : les six compagnies sont desservies directement par le BNC, à charge ensuite pour elles d’approvisionner les réseaux secondaires et les tramways interurbains. Les usines à gaz (collectivité nº 2) sont desservies par l’Office des charbons créé au sein d’une structure patronale qui existait dès avant la guerre, le Syndicat professionnel des industries du gaz (SPIG), qui regroupe 90 % des entreprises gazières de France12 et dont les opérations sont suivies par le BNC. Ce régime spécifique est rendu possible par la concentration de l’industrie gazière du début du xxe siècle et par l’existence d’organisations professionnelles, comme la Société technique du gaz ou le SPIG. Grâce à ces structures se nouent « des liens et des habitudes qui ont favorisé l’homogénéisation de cette corporation13 ». Jean-Pierre Williot affirme qu’il devient « l’interlocuteur privilégié auprès des pouvoirs publics dont l’intervention s’est précisée à partir de la Première Guerre mondiale », en intervenant sur les questions liées aux concessions. En comparaison, l’organisation des usines électriques est moins élaborée. Dans certaines régions, elles sont desservies par le GIA, alors que les secteurs de la région parisienne ont constitué un groupement autonome, l’Office des charbons du Syndicat professionnel des usines d’électricité.

  • 14  Service historique de la Défense (SHD), GR 10 N 29, réunion des industriels, séances des 7 juillet (...)

17En revanche, l’affiliation à un groupement charbonnier spécifique semble ne pas aller de soi pour des industriels habitués à gérer eux-mêmes leur approvisionnement. Louis Loucheur doit presser des industriels de l’Armement hésitants à intégrer l’un des vingt groupements de consommateurs : le 7 juillet 1917, il leur demande d’adhérer « sans délai14 » ; le 1er septembre, il se fait plus insistant et leur « conseille fortement d’adhérer aux groupements charbonniers ». La présidence des groupements est confiée à de grands patrons, qui travaillent avec l’État à la production d’armement. Ainsi, la présidence du GIA nº 6, regroupant la Seine et la Seine-et-Oise, échoit à André Citroën dont l’usine du quai de Javel a été édifiée au début de la guerre pour construire des obus. Le GIA nº 3, regroupant huit départements de l’Est de la France, est présidé par Charles Fould, administrateur délégué des Aciéries de Pompey. Ces difficultés confirment que la constitution de ces groupements d’approvisionnement en commun initie des relations d’un type nouveau entre les industriels.

18Les GIA deviennent de véritables « administrations privées ». En effet, chaque GIA, une fois agréé par le ministère de l’Armement, crée ensuite un bureau de répartition au centre de sa région et un bureau de représentation à Paris, en relations quotidiennes avec le ministère. Il entretient un réseau d’agents de liaison dans les mines et dans les ports, où il dispose de parcs ou d’entrepôts de stockage. Enfin, les GIA doivent centraliser les renseignements statistiques relatifs à la consommation de tous les industriels de l’Armement, de l’Intendance et des chambres de commerce, grâce à un registre nominatif des industriels.

19En plus de la répartition du charbon entre leurs membres, les groupements de consommateurs sont chargés d’établir les prix de vente qu’ils pratiquent. Les prix du charbon à la mine et au port constituent la base à partir de laquelle sont calculés les prix de détail des charbons répartis par les groupements de consommateurs entre leurs membres. Chaque groupement établit un prix de vente unique, égal à la moyenne du prix d’achat des différents types de charbon et des différentes provenances. Cette péréquation des prix contribue ainsi à renforcer le rôle de ces organisations. Les pratiques des groupements des industriels de l’Armement et l’Office des charbons créé par les industries gazières illustrent les mécanismes créés pour réaliser cette opération.

20Le système de péréquation le plus abouti et le plus encadré par l’Administration est celui des groupements des industriels de l’Armement :

  • 15  AN, AJ26 45, instructions générales sur la répartition et la distribution des charbons, 12 novembr (...)

« Chaque groupement établit un prix moyen qui correspond à la proportion de charbons anglais et français de son contingent […]. Ceci fait, les différentes qualités de charbons sont dotées de prix majorés ou réduits par rapport à ce prix moyen.
En outre, entre les 20 groupements s’opèrent les compensations financières sous le contrôle du ministre de l’Armement.
Les prix moyens et les compensations sont fixés de façon forfaitaire pour le mois suivant, en se basant sur les prévisions de réceptions, de manière à permettre la facturation de prix prévisionnels au moment de la livraison du charbon. Les forfaits des mois écoulés sont ensuite corrigés dès que les réceptions réalisées sont connues, et ces corrections sont incorporées dans les forfaits du mois à venir15. »

21Le système fonctionne à deux niveaux : la péréquation est d’abord réalisée à l’échelle régionale, par chaque GIA, puis à l’échelle nationale, entre tous les GIA. Cette disposition contribue à unifier les coûts d’approvisionnement de tous les industriels travaillant pour la défense nationale et permet de les placer sur un pied d’égalité. De cette manière, l’État, qui est leur seul client, peut leur proposer d’acheter leur production au même prix, sans être accusé de favoriser une entreprise particulière.

  • 16  Lettre du ministre de l’Armement au président du Syndicat professionnel des industries du gaz, 6 o (...)
  • 17  « Chronique du Syndicat professionnel de l’industrie du gaz – Chambre syndicale, séance du 4 octob (...)

22Loucheur s’appuie sur l’Office des charbons pour établir un mécanisme de péréquation des prix propre aux industries du gaz, afin de diminuer le prix du gaz payé par les populations civiles16. Dès le mois de septembre 1917, le syndicat professionnel propose en effet au ministre la création d’« une caisse de compensation » interne à l’industrie du gaz17. Après négociation entre le ministère et le SPIG, il est décidé que la caisse de compensation sera gérée par l’Office des charbons et fonctionnera à partir du 1er octobre. Elle est alimentée par une redevance de 15 francs par tonne perçue sur les quantités de charbon français bon marché expédié à chaque usine de gaz. Elle reçoit en outre du Bureau national des charbons une ristourne de 15 francs par tonne de coke livrée aux industries d’armement. L’ensemble de ces sommes est ensuite réparti sous forme de primes de compensation attribuées chaque trimestre aux diverses usines ayant reçu des charbons anglais, payés au prix fort. Le dispositif dépasse sa mission première et permet d’apporter une aide spéciale aux petites usines consommant du charbon anglais.

  • 18  « Chronique du Syndicat professionnel de l’industrie du gaz – Chambre syndicale, séance du 7 mars (...)

23Les comptes sont réglés tous les trimestres, après des opérations comptables complexes. Ceux du dernier trimestre 1917 ne sont ainsi arrêtés par l’Office des charbons qu’en mars 191818. Une commission de compensation surveille l’établissement et le décompte de la répartition aux usines, tandis que le service de la comptabilité du BNC contrôle officiellement les opérations de la caisse de compensation. Cette organisation commerciale inédite, qui s’appuie sur la concentration de l’approvisionnement de toutes les usines du secteur gazier, impose donc la création de services et de personnels spécifiques pour mener à bien les opérations de comptabilité et de contrôle. Celles-ci sont financées par une taxe supplémentaire de 5 centimes perçue sur chaque tonne expédiée aux usines.

L’évolution de la structure de la consommation industrielle de charbon pendant la guerre

24Le système mis en place par Loucheur lui permet ainsi de contrôler l’ensemble du marché du charbon en France. Il est également utile pour l’historien parce qu’il lui permet de connaître l’évolution de la structure de la consommation de charbon au cours du conflit.

La consommation de charbon par l’industrie avant la guerre

  • 19  Tihomir J. Markovitch, « L’industrie française de 1789 à 1964 : analyse des faits (suite) », Cahie (...)
  • 20  Henri de Peyerimhoff, « Les Charbonnages français », Le Musée social. Mémoires et documents, nº 6, (...)

25En 1913, le charbon couvre alors 88 % des besoins énergétiques du pays, contre 9,5 % pour le bois, 0,7 % pour l’énergie hydraulique et 1,4 % pour le gaz19. Il est utilisé par l’industrie lourde, les usines métallurgiques et électriques, les compagnies de chemins de fer, mais aussi par la population, essentiellement pour le chauffage. Il s’agit d’un produit de première nécessité, au point qu’Henri de Peyerimhoff, le secrétaire général du Comité central des houillères de France, peut écrire à la veille de la guerre : « la houille chauffe, éclaire, transporte, colore, médicamente le monde moderne. C’est l’appétit de charbon qui classe aujourd’hui et qui, pendant tout l’âge économique en vue, mesurera l’activité industrielle des nations20 ». Le tableau suivant montre comment se répartit la consommation.

  • 21  Ce chiffre se décompose en 4 268 000 tonnes de houille et 5 840 000 tonnes de coke (3 tonnes de co (...)

Tableau 2. Répartition de la consommation en combustibles en 191321

Consommateurs

Consommation   (en milliers de tonnes)  

Part dans la consommation totale (%)

Industries diverses

19 811

30,5

Métallurgie de gros œuvre dont sidérurgie

12 545

12 03521

19,4

Consommation domestique

11 979

18,5

Chemins de fer (y compris les tramways à vapeur)

9 069

14,0

Industrie des mines

5 054

7,8

Usines à gaz

4 656

7,2

Marine marchande

1 720

2,6

Total

64 834

100

Source : Statistique de l’industrie minérale, 1913, p. 21.

26La consommation totale de houille en France est de 65 millions de tonnes. Les plus gros consommateurs de charbon sont les grandes concentrations industrielles du pays. Ils appartiennent à la sidérurgie, aux chemins de fer et aux compagnies d’électricité et de gaz. Les premiers consommateurs individuels de charbon à la veille de la guerre sont ainsi Le Creusot, la compagnie PLM et la Société du gaz de Paris.

27La répartition géographique de la consommation de charbon confirme la place prédominante de l’industrie lourde dans la consommation totale de charbon. En effet, jusqu’en 1911, la Statistique de l’Industrie minérale indique chaque année l’origine du charbon consommé dans chaque département français. Les principaux lieux de consommation sont situés dans les départements les plus peuplés et les plus industrialisés ainsi que dans ceux qui possèdent également des mines. En 1911, les quatre départements du Nord, de la Meurthe-et-Moselle, de la Seine et du Pas-de-Calais consomment à eux seuls près de la moitié du charbon en France, avec respectivement 17,56 %, 12,47 %, 10,51 % et 8,40 % de la consommation française totale. Les départements qui les suivent sont dotés d’un port important ou d’industries lourdes : la Loire (3,44 %), la Seine Inférieure (2,90 %), la Saône-et-Loire (2,61 %), la Seine-et-Oise (2,51 %), les Bouches-du-Rhône (2,35 %), le Rhône (2,35 %).

L’évolution de la structure de la répartition de charbon pendant la guerre

  • 22  AN, AJ26 48, 9e note pour les présidents des groupements régionaux des industriels de l’Armement, (...)

28Le fait que la politique charbonnière de la France soit devenue de la responsabilité du ministère de l’Armement à partir de juillet 1917 constitue un premier indice du caractère stratégique qu’occupe désormais l’approvisionnement de charbon dans la réussite de la mobilisation industrielle. D’ailleurs, les GIA relèvent directement du cabinet du sous-secrétaire d’État aux Fabrications de guerre, ce qui révèle la volonté de celui-ci de les associer pleinement à sa politique. Louis Loucheur contrôle même la sous-répartition en établissant des ordres de priorité au sein des GIA : en novembre 1917, la « super-priorité » est donnée aux fabrications de l’aviation et à l’acide nitrique synthétique22. Sont ensuite définis cinq ordres d’urgence.

  • 23  Louis-Joseph Gras, Histoire économique générale des mines de la Loire, Saint-Étienne, Société anon (...)

29Le Bureau national des charbons est en mesure de modifier les contingents attribués à chaque catégorie de consommateurs en fonction du contexte économique. La répartition constitue le moyen pour le ministre de l’Armement de mener une véritable politique du charbon, en en choisissant les bénéficiaires. Elle est déterminée avant tout en fonction des besoins les plus pressants et sans tenir compte de la géographie des échanges commerciaux d’avant-guerre. Ainsi, après la guerre, le secrétaire général de la chambre de commerce de Saint-Étienne écrit que la répartition naturelle de la production du bassin de Saint-Étienne était donc notablement modifiée par l’intervention du Bureau national des charbons. Les charbons convenant particulièrement à la métallurgie lui étaient réservés et expédiés plus loin que d’ordinaire. Ils étaient remplacés pour le chauffage domestique dans la zone naturelle de vente du bassin de la Loire, sinon dans la région houillère de la Loire, par des charbons particulièrement désignés pour cet usage, mais venant de bassins éloignés23.

  • 24  AN, AJ26 50, répartition pour novembre et décembre 1917 ; SHD, 10 N 37, répartition mensuelle du c (...)
  • 25  Ce chiffre est majoré puisqu’il comprend la part de la petite industrie en août 1918, qui représen (...)

30La Statistique de l’Industrie minérale a été interrompue en 1914. Mais les tableaux indiquant la répartition du charbon entre les différentes collectivités permettent de mesurer comment évolue la structure de la consommation annuelle de charbon, trois ans après le début du conflit24. Les catégories de consommateurs définies en 1913 et en 1917-1918 ne sont pas tout à fait les mêmes et la consommation réelle ne correspond pas exactement aux contingentements du BNC. Mais ces tableaux permettent au moins de connaître les grandes tendances de cette évolution. Entre le 1er septembre 1917 et le 31 août 1918, c’est-à-dire la première année d’exercice du « système Loucheur », la consommation domestique a été de 6 975 605 tonnes25, soit à peine plus de la moitié du chiffre de 1913. La part de la consommation domestique dans la consommation totale a perdu deux points et demi et est passée de 18,5 à 16 %. Certes, la consommation de l’année 1913 a été exceptionnellement haute et les besoins domestiques ont diminué pendant la guerre du fait du départ de nombreux hommes mobilisés. Mais cette indication témoigne des privations que les populations de l’arrière ont endurées, d’autant que la période septembre 1917-août 1918 a été vécue plus favorablement par les populations par rapport au terrible hiver 1916-1917.

  • 26  Mais quelques usines électriques sont rattachées au contingent attribué aux usines à gaz.

31Les chemins de fer, quant à eux, ont consommé 9 196 000 tonnes de charbon, soit à peu près la même quantité qu’en 1913, malgré l’intensification des transports. Surtout, leur poids dans la consommation totale est passé de 14 à 21 %. Pendant le mois d’avril 1918, marqué par les grandes offensives allemandes, la consommation de charbon par les chemins de fer dépasse même 28 % du total. Il ressort de ces indications que les chemins de fer ont bien constitué une priorité pour le BNC, en raison de leur importance stratégique. Si, en valeur absolue, la consommation des usines à gaz reste globalement stable26, leur part progresse également pour passer de 7,1 à 9 %. Il apparaît donc qu’il s’agit, pour l’administration des charbons, de ne pas sacrifier ce secteur qui constitue une source d’énergie d’appoint aussi bien à l’industrie qu’à la population civile.

  • 27  On a considéré que la consommation industrielle représentait la somme des contingents attribués au (...)

32Mais c’est la structure de la consommation industrielle qui semble avoir été la plus affectée par la guerre, même si la division des consommateurs en plusieurs collectivités rend le calcul nécessairement approximatif27. En 1913, l’ensemble de l’industrie – à l’exception des mines de charbon – consommait plus de 32 millions de tonnes, soit la moitié des ressources de la France. Entre le 1er septembre 1917 et le 31 août 1918, l’industrie française a consommé 15,6 millions de tonnes, soit 36 % de la consommation totale. La priorité accordée par le gouvernement à l’industrie d’armement est attestée par la prépondérance de sa consommation de charbon, puisque, à elle seule, celle-ci représente 24 % de la consommation totale, avec plus de 10,5 millions de tonnes.

33La répartition des contingents mensuels évolue également dans le temps. Grâce à ces tableaux, on peut mesurer l’évolution des attributions mensuelles de charbon aux différentes catégories de consommateurs entre l’été 1917 et l’automne 1918. Les variations s’expliquent à la fois par les changements de saison et par les événements militaires. En étant à même de modifier son programme d’ensemble, le Bureau national des charbons apparaît ainsi comme un instrument permettant d’orienter l’effort industriel en vue de la défense nationale, mais aussi d’agir sur l’ensemble de la vie économique du pays.

  • 28  AN, C 7560, audition de Maurice Viollette à la commission du Budget de la Chambre des députés, 26  (...)
  • 29  AN, AJ26 48, 9e note pour les présidents des groupements régionaux des industriels de l’Armement, (...)

34La priorité est d’abord donnée à la consommation domestique afin de constituer des stocks et d’assurer le ravitaillement de la population pendant l’hiver. Dès le mois de mai 1917, Viollette déclare ainsi que « les besoins les plus essentiels [du] pays, même avant ceux de l’armée, sont ceux des usines à gaz28 », qui approvisionnent en partie la population civile. De même, le 1er novembre, Loucheur explique aux responsables des groupements de l’Armement que « les nécessités du ravitaillement des différentes collectivités et les besoins, particulièrement urgents à cette époque, du foyer domestique [l]’ont amené à réduire sensiblement le contingent de tous les GIA29 ».

  • 30Annales de la Chambre des députés, session ordinaire, séance du 20 juillet 1917, p. 1910.

35Il réserve du charbon d’abord aux usines à gaz et électriques, puis aux chemins de fer, aux usines de guerre, à l’Intendance et à la Navigation et, en dernier lieu, aux grandes industries qui ne travaillent pas pour la guerre30. La priorité accordée à la consommation domestique peut s’expliquer par le désir de ménager une population qui a exprimé son mécontentement au cours de l’année 1917 ainsi que par le souci d’éviter une nouvelle crise lors de l’hiver. C’est à partir de mars 1918 que les contingents réservés aux préfets diminuent. Alors qu’ils recevaient au moins 600 000 tonnes par mois, leurs attributions descendent à moins de 500 000 tonnes avec le retour des beaux jours.

  • 31  AN, AJ26 48, circulaire du ministre de l’Armement aux préfets, 3 avril 1918.

36Mais c’est surtout l’offensive ennemie de la fin mars 1918 qui entraîne des modifications importantes. Par une circulaire du 3 avril 1918, le ministre de l’Armement explique aux préfets avoir dû, « en raison des nécessités militaires », « prendre diverses mesures pour augmenter le contingent de charbon alloué aux compagnies de chemins de fer et pour parer aux insuffisances des expéditions faites par les mines du Pas-de-Calais31 ». Le contingent attribué aux préfets est ainsi fortement diminué. L’attaque allemande a donc des répercussions sur l’ensemble de la consommation domestique française, au profit des chemins de fer et de l’industrie.

Conclusion

37Cette communication permet d’interroger ce que révélait l’analyse de la consommation de charbon par l’industrie sur l’économie de guerre.

38Premièrement, la répartition du charbon est peu à peu prise en main par l’État, qui arbitre entre les besoins grâce à des politiques publiques innovantes appuyées par des institutions et des procédures nouvelles qui lui permettent finalement de contrôler l’ensemble de la consommation de charbon en France.

39Deuxièmement, à travers l’analyse de la consommation française de charbon transparaît la puissance de l’industrie d’armement et, dans une moindre mesure, celle des chemins de fer, qui bénéficient des priorités de livraison attribuées par le gouvernement.

40Enfin, l’ensemble du système contribue à fédérer et à organiser les industriels d’une même branche, via des procédures communes ou au sein de nouvelles structures mises en place.

Notes

1  AN, C 7761, commission des Mines de la Chambre des députés, 23 janvier 1917.

2  ANMT (Archives nationales du monde du travail), 76 AQ 41, compte d’exploitation des Chemins de fer de l’État, exercice 1915, p. 28.

3  AN, F23 91, note de l’état-major de l’armée sur la commission de Répartition des combustibles, septembre 1915.

4  Maurice Viollette, Journal de guerre, 1913-1919, Paris, Office d’édition du livre d’histoire, 1994, p. 139.

5  AN, 637 AP 95, séance de la commission de Répartition des combustibles, 4 mars 1915.

6  AN, 637 AP 95, rapport du président de la commission de Répartition des combustibles au ministre des Travaux publics sur les travaux de la commission, 1er juillet 1915.

7  Dominique Barjot, « Entreprises et entrepreneurs face à l’effort de guerre : électricité et travaux publics (1914-1918) », in idem (dir.), Deux guerres totales, 1914-1918, 1939-1945 : la mobilisation de la nation, Paris, Economica, 2012, p. 202.

8  AN, AJ26 45, Instructions générales sur la répartition et la distribution des charbons, 12 juillet 1917, complétées et remplacées par les Instructions générales sur la répartition et la distribution des charbons, 12 novembre 1917. Ces dernières sont reproduites intégralement in Georges Sardier, Le Ravitaillement en charbon pendant la guerre, Paris, E. Larose, 1920, p. 124-149.

9Annales de la Chambre des députés, session ordinaire, séance du 20 juillet 1917, p. 1910.

10  Alain Hennebicque, « Albert Thomas et le régime des usines de guerre (1915-1917) », in Patrick Fridenson (dir.), 1914-1918. L’autre front, Paris, Éditions ouvrières, 1977, p. 115.

11Ibid. La citation est extraite d’un projet de loi sur le régime des fabrications de guerre.

12  AN, C 7489, note résumant les explications fournies à la commission de l’Administration générale par la délégation du SPIG, 30 mai 1917.

13  À ce titre, voir Jean-Pierre Williot, « Des groupes gaziers privés à la société nationalisée : origines et formation de l’entreprise Gaz de France (des années 1870 aux années 1950) », in Christophe Bouneau et Alexandre Fernandez (dir.), L’entreprise publique en France et en Espagne de la fin du xviiie siècle au milieu du xxe siècle : environnement, formes et stratégies, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2004, p. 119-137.

14  Service historique de la Défense (SHD), GR 10 N 29, réunion des industriels, séances des 7 juillet et 1er septembre 1917.

15  AN, AJ26 45, instructions générales sur la répartition et la distribution des charbons, 12 novembre 1917, p. 13-14. Les mots en italiques apparaissent ainsi dans le texte.

16  Lettre du ministre de l’Armement au président du Syndicat professionnel des industries du gaz, 6 octobre 1917 (AN, AJ26 48) ; Office des charbons de l’industrie du gaz, Caisse de compensation des charbons pour les usines à gaz et les usines d’électricité rattachées, 6 décembre 1917 et note complémentaire au règlement de la caisse de compensation, 20 décembre 1917 (AN, AJ26 47).

17  « Chronique du Syndicat professionnel de l’industrie du gaz – Chambre syndicale, séance du 4 octobre 1917 », Journal des usines à gaz, 5 novembre 1917, 41e année, nº 21, p. 327.

18  « Chronique du Syndicat professionnel de l’industrie du gaz – Chambre syndicale, séance du 7 mars 1918 », Journal des usines à gaz, 5 avril 1918, 42e année, nº 7, p. 107.

19  Tihomir J. Markovitch, « L’industrie française de 1789 à 1964 : analyse des faits (suite) », Cahiers de l’ISEA, nº 6, 1966, p. 132-133.

20  Henri de Peyerimhoff, « Les Charbonnages français », Le Musée social. Mémoires et documents, nº 6, juin 1913, p. 139.

21  Ce chiffre se décompose en 4 268 000 tonnes de houille et 5 840 000 tonnes de coke (3 tonnes de coke sont équivalentes à 4 tonnes de houille).

22  AN, AJ26 48, 9e note pour les présidents des groupements régionaux des industriels de l’Armement, 1er novembre 1917.

23  Louis-Joseph Gras, Histoire économique générale des mines de la Loire, Saint-Étienne, Société anonyme de l’imprimerie Théolier, 1922, p. 879.

24  AN, AJ26 50, répartition pour novembre et décembre 1917 ; SHD, 10 N 37, répartition mensuelle du charbon par catégories de consommateurs, août 1917 à octobre 1918. Les totaux sont les chiffres qui apparaissent sur les tableaux du ministère de l’Armement et ne correspondant pas toujours à la somme des tonnages de chaque catégorie, sans qu’on puisse expliquer les différences. Ce sont ces chiffres qui ont été retenus pour le calcul des pourcentages.

25  Ce chiffre est majoré puisqu’il comprend la part de la petite industrie en août 1918, qui représente environ 30 000 tonnes.

26  Mais quelques usines électriques sont rattachées au contingent attribué aux usines à gaz.

27  On a considéré que la consommation industrielle représentait la somme des contingents attribués aux industries de l’Armement (sauf les usines électriques), aux industriels travaillant pour l’Intendance, aux grandes, moyennes et petites industries, ainsi qu’aux sucreries et distilleries et à l’industrie de la presse. Le chiffre est donc exagéré puisqu’il comprend une partie de la consommation du commerce. En revanche, faute de données, la consommation du mois d’août de la petite industrie (environ 30 000 tonnes) n’a pas été prise en compte.

28  AN, C 7560, audition de Maurice Viollette à la commission du Budget de la Chambre des députés, 26 mai 1917.

29  AN, AJ26 48, 9e note pour les présidents des groupements régionaux des industriels de l’Armement, 1er novembre 1917.

30Annales de la Chambre des députés, session ordinaire, séance du 20 juillet 1917, p. 1910.

31  AN, AJ26 48, circulaire du ministre de l’Armement aux préfets, 3 avril 1918.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Groupements des industriels de l’Armement (GIA)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteur

Archiviste-paléographe, Pierre Chancerel est conservateur du patrimoine. Après avoir dirigé la division Sud-Ouest du Service historique de la Défense, à Rochefort, il est en charge des archives historiques au Service historique de la Défense à Vincennes. Docteur en histoire, il a consacré sa thèse de doctorat au marché du charbon en France pendant la Première Guerre mondiale (1914‑1921).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540