Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Flux : blocus, transports, énergies

L’industrie ferroviaire en territoire occupé

Anne Callite

Texte intégral

Tableau de l’industrie ferroviaire nordiste avant la Grande Guerre

  • 1  Les territoires occupés comprendront tout ou partie de dix départements : les Ardennes, l’Aisne, l (...)

1En 1914, seize usines de construction de matériel ferroviaire sont situées dans ce qu’on appellera bientôt le « territoire occupé1 ». Elles représentent un capital de 130 millions de francs et emploient plus de 27 000 ouvriers. Quinze d’entre elles sont implantées dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais.

  • 2L’industrie en France occupée. Ouvrage établi par le Grand Quartier général allemand en 1916, Pari (...)

2La part de ces constructeurs dans la production française de matériel ferroviaire est estimée à 41 %2. Dans ce chiffre sont compris les ateliers de fabrication de signaux pour chemins de fer, qui sont toutefois peu importants.

3Presque tous ces établissements sont de grandes entreprises, mais une importante diversité règne : certains sont présents dans l’ensemble des fabrications destinées au chemin de fer, d’autres sont spécialisés sur une seule production. Tous cependant se livrent à une diversification quasi obligatoire : matériel de sucrerie, charpentes, ponts, etc.

4La capacité de production des établissements de matériel ferroviaire installés dans le seul département du Nord est au total d’environ 500 locomotives et 9 000 wagons par an, soit approximativement 95 et 70 % des besoins moyens de la France.

5Quatre grands constructeurs de matériel ferroviaire sont présents dans le Valenciennois. En tête, on trouve la Société française de constructions mécaniques (SFCM) – Anciens Établissements Cail –, qui représente à elle seule 22 à 27 % de la production française de locomotives : en 1907, elle porte sa production annuelle à une centaine de machines. Fin 1911, elle estime que celle-ci dépassera bientôt les 150 machines (environ 10 000 tonnes). Le président de la SFCM, Louis Le Chatelier, note même qu’« en donnant de l’air au montage par la construction d’un nouveau hall affecté aux montages encombrants et en renforçant certaines parties de l’outillage », la production atteindra facilement 200 machines par an.

6Les autres constructeurs ont une capacité moindre en matière de matériel de traction, mais leur production de matériel ferroviaire inclut des voitures ou des wagons. La Société franco-belge de matériel de chemin de fer à Raismes est alors le constructeur ferroviaire le plus complet du secteur. Elle fournit en moyenne par an 50 à 60 locomotives, 1 500 à 2 000 voitures et wagons. À Marly-lez-Valenciennes, la Compagnie générale de construction (CGC) produit 3 000 wagons annuels.

7Quant aux Ateliers de construction du Nord de la France (ANF, à Crespin-Blanc-Misseron), ils présentent la particularité d’avoir spécialisé deux de leurs filiales pour le wagonnage et les grosses locomotives (Société de Blanc-Misseron).

8En 1914, les ANF en plein essor emploient plus de 3 500 ouvriers, logés dans les cités de Crespin, de Quiévrechain et de Quiévrain, les deux premières étant sur le sol français, la troisième en Belgique. Les installations couvrent 120 000 mètres carrés, la capacité annuelle de production est de 2 000 wagons et fourgons, 100 tenders et 700 voitures de chemin de fer et de tramways.

  • 3  Archives des Ateliers de construction du Nord (ANF), Société de Blanc-Misseron, assemblée générale (...)

9La production des locomotives, assurée par la Société de Blanc-Misseron, est en juillet 1914 de dix locomotives et « d’août 1914 à fin juin 1915 nos prévisions basées sur des données absolument certaines, mais réduites au strict minimum, nous assuraient une production de 80 locomotives. Nous pouvions donc compter sur l’exercice 1914-1915 pour nous assurer une production de 90 locomotives représentant un poids total de 5 700 tonnes et sur un bénéfice d’environ 1 300 000 francs3 ». En 1911, le carnet de commandes des ANF s’élève à 45 millions de francs pour ses deux usines de Blanc-Misseron et de La Louvière (Belgique).

  • 4  Ces entreprises forment avant la guerre un cartel, dénommé « Groupement des constructeurs de locom (...)

10Rappelons par ailleurs que sur les six constructeurs qui forment en France l’industrie de la locomotive avant 19144, trois d’entre eux sont nordistes : la SFCM à Denain, la Compagnie de Fives-Lille (à Lille) et la Société franco-belge de matériel de chemin de fer.

Les préparatifs de guerre

11À la veille de la guerre, la plupart des usines sont neuves. La CGC a investi essentiellement dans sa division de Marly, jusqu’alors en sommeil, les bénéfices de son usine principale de Saint-Denis. En 1913, les usines de Marly sont totalement rééquipées. De son côté, la SFCM fait appel en 1912 à du capital extérieur pour investir dans la Société des hauts-fourneaux et aciéries de Caen, société sidérurgique dont elle attend des fournitures de fonte et d’acier.

12Une extension analogue, ou presque, est visible chez Baume et Marpent qui installe en 1914 une nouvelle aciérie.

  • 5Lille et la région du Nord en 1909, IIe congrès de l’Association française pour l’avancement des s (...)

13Pour l’industrie ferroviaire, l’intégration de l’activité « acier » doit assurer au rythme et au volume voulus des matières premières livrées désormais au prix de revient. D’autres firmes se sont précédemment équipées pour la fabrication de l’acier : les aciéries d’Hautmont de la Société des aciéries de l’Union (futures Aciéries du Nord) disposent de quatre petits convertisseurs Bessemer et d’un four Martin, la société des établissements Arbel à Douai possède deux fours Martin et la Compagnie de Fives-Lille a installé une fonderie d’acier équipée d’un four Martin5.

  • 6L’industrie en France occupée, op cit., p. 53.
  • 7Ibid., p. 61.

14Cependant, cette réussite favorise les animosités avec les firmes allemandes. Ainsi, l’enquête du Grand Quartier général allemand annonce en 1916 qu’Arbel est techniquement supérieure aux usines allemandes : « pour la fabrication de grandes tôles pressées, il peut presser des cadres de tôles allant jusqu’à 24 mètres de long. C’est pourquoi il avait, avant la guerre, enlevé à ses concurrents allemands une commande de 400 grands wagons pour la Roumanie6 ». Le même constat est établi pour la SFCM et la Compagnie de Fives-Lille : « la visite des établissements Cail à Denain et de ceux de Fives-Lille a eu pour résultat de faire découvrir que ces établissements avaient entrepris un effort énergique pour faire obstacle à l’importation de machines allemandes en améliorant leurs propres produits7 ». La guerre va bientôt, à sa manière, résoudre et annihiler tous les problèmes de concurrence.

  • 8  AN, 70 AQ 5, établissements Arbel, conseil d’administration, 7 décembre 1911.

15Les industriels français sont conscients des risques de conflit sur le continent européen. En 1911, arguant de l’importance de ses usines pour les fabrications militaires, l’établissement Arbel tente d’obtenir une « mise en sursis d’appel8 » pour son personnel, ou tout simplement le classement en « non-affectation », mais la demande n’aboutit pas, le ministère de la Guerre refusant de reconnaître un caractère d’absolue nécessité aux fabrications de la firme douaisienne.

16Les événements s’accélèrent en juillet 1914. Le 29 juillet, le directeur général d’Arbel, Brochard, convoque d’urgence le conseil d’administration et annonce qu’il a loué un coffre-fort près de la Société générale pour y sauvegarder les fonds disponibles, les livres de comptabilité, les contrats, les registres de procès-verbaux… La guerre devant être courte, le coffre n’est loué que pour trois mois.

  • 9  Archives départementales (AD) Nord, 10 R 4565, Dommages de guerre, établissements Arbel à Douai, r (...)
  • 10  AN, 70 AQ 5, établissements Arbel, conseils d’administration, 29 juillet et 28 novembre 1914.

17Très vite, la mobilisation fait chuter les effectifs et désorganise les usines en les privant brusquement de la plupart de leurs administrateurs, ingénieurs, employés et ouvriers. Au siège d’Arbel, il reste 21 hommes sur 52, 305 sur 505 à Couzon, 487 sur 1 010 à Douai-usine 1 et 212 sur 403 à Douai-usine 3. « Le dimanche 2 août 1914, jour de la déclaration de guerre, fut marqué par le départ des trois quarts du personnel ouvrier et employé des Forges de Douai ; chacun faisant son devoir répondait à l’ordre de mobilisation qu’il avait reçu. Toutes les dispositions avaient, du reste, été prises, par nos services, pour faciliter l’accomplissement de cet élan patriotique9. » Mais les administrateurs d’Arbel sont surtout admiratifs du « beau geste » des fils de Pierre Arbel, Antoine et Luc, engagés volontaires dès le début des hostilités10.

Le choc de la guerre et l’occupation des usines

  • 11  Odette Hardy-Hémery, De la croissance à la désindustrialisation. Un siècle dans le Valenciennois, (...)

18Dans un premier temps, les usines s’appliquent à remanier les divers services et ateliers pour les équilibrer, dans la mesure du possible, avec les hommes non appelés sous les drapeaux. Mais ce premier effort est vain. Le choc de l’invasion puis de l’occupation est brutal pour toute l’industrie. Certaines usines arrêtent leur production dès la déclaration de guerre11 (Escaut-et-Meuse à Anzin), mais la majorité des entreprises ne cessent leurs activités que lors de l’arrivée des troupes allemandes : le 25 août 1914 à Denain, les usines Cail stoppent tout travail. Quelques jours plus tard, c’est au tour de Denain-Anzin de s’arrêter, après avoir d’abord fonctionné au ralenti.

  • 12En train, nº 7 (revue interne de la firme Alsthom), s. d.

19La plupart des usines sont mises en sommeil, tandis que d’autres connaissent une grande activité. Ainsi, à Raismes, la Franco-Belge se spécialise dans la réparation du matériel de chemin de fer et voit son effectif passer de 1 500 à 3 000 ouvriers pendant l’occupation allemande, mais il semble que les dirigeants de l’usine refusent rapidement, « malgré la menace et la promesse de représailles12 » de continuer ce travail. L’usine est transformée, jusqu’à la fin de la guerre, en une gigantesque scierie où l’on débite le bois de la forêt voisine. D’autres petits ateliers sont exploités sous administration allemande pour les besoins exclusifs de l’armée d’occupation : c’est notamment le cas des ateliers Malissard-Taza à Anzin.

20Cependant, une nouvelle activité se développe très vite dans les usines : le pillage.

21Chez Cail, la mobilisation générale a également désorganisé les ateliers. Thomas, directeur général, et Rebourg, directeur des ateliers, s’appliquent dans un premier temps à remanier les divers services pour les équilibrer dans la mesure du possible avec les hommes non appelés sous les drapeaux. Mais cette tentative est vaine. Dans les premiers temps de l’occupation allemande, le personnel de Cail reste à son poste. L’unique souci des ouvriers est alors de protéger les installations contre les déprédations allemandes.

  • 13  Il s’agit d’une délégation du ministère de la Guerre.

22Dans un premier temps, on assiste à des réquisitions sauvages, les soldats allemands saisissant tout ce qui leur est plus ou moins nécessaire au hasard de leurs déplacements. Dès la fin de 1914, le système de réquisition est cependant organisé. Les Allemands recensent toutes les matières premières et les produits manufacturés existant dans les territoires occupés. Les agents du Beauftragter des Kriegsministeriums13 ne tardent pas à dresser une liste des machines-outils susceptibles d’être réutilisées en Allemagne. Le 24 décembre 1914, chez Cail, un officier allemand exige la livraison immédiate d’une presse à forger de 2 000 tonnes. Au même moment, il consigne dans l’usine la totalité des métaux qui s’y trouvent. Douze jours plus tard, la consigne s’étend à l’ensemble des bâtiments. Ces faits se reproduisent ailleurs, dans d’autres usines…

23À Lille, les ateliers de Fives-Lille, qui emploient encore au début des hostilités 1 800 à 2 000 ouvriers, fonctionnent d’une façon à peu près continue jusqu’au 9 octobre, date à laquelle ils reçoivent l’ordre des autorités françaises d’évacuer tous les hommes de 18 à 48 ans : l’usine cesse alors toute activité. Le 13 octobre débute l’occupation de la ville par la 6ème armée allemande. Très vite, les Allemands procèdent à d’importantes réquisitions et enlèvent les matières premières, les approvisionnements de toutes sortes, ainsi qu’une partie de l’outillage et des matériels achevés ou en cours de fabrication.

24À Crespin aussi, aux ANF, les Allemands commencent dès le mois de décembre 1914 à enlever les matières approvisionnées et les machines-outils. En quelques semaines, une organisation très méthodique de pillage est mise au point. Les Allemands enlèvent tout le matériel terminé ou en cours de finition, notamment des locomotives et des moulins à canne. Puis ils procèdent au transfert de l’outillage.

  • 14  AD Nord, 10 R 4563. Un petit groupe de territoriaux français combat dans l’usine : « Ces braves fu (...)

25À Douai, quelques combats ont lieu dans l’usine Arbel14, mais globalement les installations industrielles sont intactes. Il ne reste sur place que quelques employés. Très rapidement, là aussi, les usines sont occupées par des soldats allemands, qui ont besoin de pain, d’eau et d’espace pour leur logement et celui de leurs chevaux.

26L’occupation commence le 10 octobre 1914 à l’usine nº 1 par la 1re compagnie bavaroise de boulangers militaires, à laquelle se joint le 14 octobre la compagnie badoise de réserve du 14e corps d’armée. L’usine nº 3 est occupée le 27 novembre 1914 par une troupe du corps de chemins de fer et 50 chevaux sont logés dans les bureaux administratifs. Les meubles servent alors de râteliers et de mangeoires. Le résultat en est « un amas informe de bois rongé ».

  • 15  AD Nord, 10 R 4563, Dommages de guerre, Société Arbel, rapport sur les événements survenus aux éta (...)

27En décembre 1914, la situation change brusquement à Douai15, les usines sont consignées :

« Ce jour-là, un militaire, du nom de Geiger, appartenant à l’inspection civile de la 6e armée se présentait chez nous, porteur d’un acte de consignation ainsi libellé :
“Acte de consignation :
“J’ai consigné aujourd’hui le 19 décembre 1914, aux établissements Arbel, toutes les usines et matériaux se trouvant dans ces établissements, qu’ils lui appartiennent en propre ou à des tiers.
“Le droit de disposer de ces marchandises est réservé dès aujourd’hui à l’administration de l’Armée allemande ; même les personnes faisant partie de cette armée ne pourront en prendre sans la permission de l’autorité soussignée.
“Le propriétaire et ses employés sont chargés de la surveillance des marchandises consignées ; ils sont avertis des conséquences d’un détournement survenu.” »

28À partir de ce moment-là et jusqu’en 1916, l’armée allemande occupe les usines Arbel en permanence et transforme les ateliers tantôt en fabrique d’eau gazeuse, tantôt en hôpital ou en boulangerie.

Le comportement des administrateurs pendant la Grande Guerre

29Au début de la guerre, les administrateurs se réunissent régulièrement, échangeant des informations sur les combats, le sort des employés et des ouvriers mobilisés, le sort des ateliers nordistes et la marche des usines du Centre de la France (Givors pour Fives-Lille, Rive-de-Gier pour Arbel). La société Arbel se préoccupe aussi du sort de Luc Arbel, dont l’absence de nouvelles fait « frémir » tout le conseil d’administration.

  • 16La Normandie méditerranéenne, libres propos d’un Normand (avec préface de M. E. Lavisse) en 1915 e (...)

30Rien de comparable cependant pour la Société française de constructions mécaniques, qui ne possède que son usine de Denain : réunis en séance régulièrement, les administrateurs de Cail n’ont rien à se dire, rien à échanger, pas de nouvelles, pas d’activités de repli. Ils finissent par espacer leurs rencontres, chaque réunion se terminant par le même constat : « rien de nouveau ». Quant à Louis Le Chatelier, président de la SFCM, il occupe ses loisirs forcés à la rédaction de divers livres de souvenirs et de réflexion16.

  • 17  AN, 198 AQ 43, SFCM, conseil d’administration, 6 mars 1916.

31Le siège parisien de la SFCM reste ainsi sans nouvelles directes des usines denaisiennes jusqu’au début de 1916. Puis quelques informations arrivent, des « indications verbales que nous avons lieu de considérer comme dignes de foi17 » : les usines sont pillées, démantelées au profit de sociétés allemandes. Pour la SFCM, les coupables s’appellent Krupp et Thyssen.

  • 18Ibid., 14 avril 1916.

32Cependant, bien qu’impuissants face à la destruction de leurs ateliers, les administrateurs de Cail commencent à se préoccuper des mesures nécessaires à la reprise des activités industrielles après la guerre. Des groupements de sinistrés se créent. Le Chatelier favorise la naissance de l’Association centrale de reprise dont le but est de coordonner et de résoudre, de concert avec le gouvernement, les questions industrielles à la fin de l’occupation18.

  • 19  AN, 70 AQ 5, établissements Arbel, conseil d’administration, 11 janvier 1915 ; AN, 70 AQ 6, établi (...)

33La société Arbel s’intéresse également à la constitution de groupements et participe à la création de la Société pour la reprise ou la reconstitution de l’outillage et des stocks des usines pillées par l’ennemi. Arbel adhère également en octobre 1916 à la Ligue anti-allemande, comme membre fondateur19.

  • 20  AN, 198 AQ 10, Fives-Lille, conseil d’administration, 27 août 1914.
  • 21  AN, 198 AQ 11, Fives-Lille, conseil d’administration, 27 février 1915.

34La Compagnie de Fives-Lille souffre également de la guerre. Si 3 000 ouvriers sont dénombrés à Fives et 1 000 à Givors en 1914, la mobilisation a fait perdre 40 % des effectifs20. À partir du 9 octobre 1914, aucune communication n’est possible entre le siège social à Paris et Lille. Dès février 1915, la réception d’une simple carte postale envoyée au conseil d’administration par un ouvrier de Fives, prisonnier de guerre en Allemagne, fait craindre le pire : il travaille dans l’usine Jucho à Dortmund sur une machine à percer radiale enlevée des ateliers de Fives par les Allemands21, « sa » machine. Bientôt cependant, les informations successives fournies par des rapatriés de la région lilloise confirment les faits (et peut-être les amplifient) : enlèvement des approvisionnements, du matériel achevé, des machines, des appareils, de l’outillage, destruction des bâtiments…

Un pillage ordonné et méthodique

  • 22L’industrie en France occupée, op cit.

35Les conventions de La Haye de 1907 prévoyaient que des prestations en nature ne pouvaient être exigées que pour les besoins de l’armée d’occupation, le paiement devant être fait au comptant ou constaté par des reçus. À quelques détails près, l’armée allemande respecte ce texte jusqu’en mars 1916. Au cours des deux premières années de la guerre, les réquisitions allemandes portent sur les matières premières ou les produits finis en cours de livraison, l’ensemble des prélèvements étant constaté par des bons. Puis, en 1916, le Grand Quartier général allemand publie son rapport sur l’industrie en France occupée22, qui dresse un état de toutes les branches industrielles : mines, métallurgie, textile, chimie, stocks, matériel. Son but est de faire connaître aux industriels et aux commerçants allemands la situation de l’industrie française dans les régions envahies afin de tirer parti de son immobilisation. Il s’agit là d’une tendance spontanée de toute grande puissance, surtout si elle est occupante.

  • 23  AD Nord, 10 R 4563, Dommages de guerre, Société Arbel, rapport sur les événements survenus aux éta (...)

36Les dossiers de dommages de guerre de la firme Arbel relatifs aux usines de Douai permettent de suivre pas à pas les événements. Après une occupation d’environ deux ans, les autorités allemandes choisissent donc de procéder au démontage de l’outil industriel. À partir de 1917, les Allemands accélèrent leurs dévastations. Ils brisent tout « avec une sauvagerie inouïe » selon un employé d’Arbel resté sur place, pour, disent-ils « ne rien laisser debout aux Anglais23. »

  • 24  Archives ANF, Société de Blanc-Misseron, assemblée générale ordinaire pour les exercices 1914-1915 (...)

37Pour la Société de Blanc-Misseron, à Crespin, les prélèvements se font « avec une recrudescence marquée dès le commencement de 1917 après l’échec des propositions de paix de l’Allemagne24 ».

38Cela commence par la réquisition des matières premières, les produits semi-finis, tout ce qui est facilement et rapidement transportable. Puis, dans un second temps, les troupes allemandes « aidées » de prisonniers de guerre russes procèdent au démontage des machines. Le but n’est pas seulement de détruire mais de faire bénéficier l’industrie allemande de cette manne. De nombreux ingénieurs allemands se déplacent à Douai pour faire leur choix : ainsi, le 25 juillet 1917, une équipe allemande, appartenant à l’entreprise Gutehoffnungshütte d’Oberhausen, arrive à l’usine nº 1 et procède au démontage des cinq halls du wagonnage-montage. Il est d’ailleurs à remarquer qu’à Douai des visites de civils ou de militaires précèdent presque toujours les enlèvements importants.

39En août 1917, des équipes allemandes continuent de détruire presque toutes les machines ou appareillages restants tels que marteaux-pilons, machines à vapeur, fours à réchauffer et à recuire, machines-outils diverses, ponts roulants électriques, générateurs, chaudières, gazogènes, appareillages d’épuration et du service d’eau, machines à meuler. Les bâtiments de la forge et de l’usine nº 2 sont également en voie de démontage. En septembre 1917, le démontage des bâtiments du wagonnage-montage et de l’usine nº 2 est terminé tandis que se poursuit la démolition du bâtiment de la forge. À l’usine nº 3, les deux grands fours Martin de 30 tonnes et leurs annexes, le laminoir à grosses tôles, un générateur de secours et tous les fours sont complètement détruits. En octobre 1917, la démolition du bâtiment de la forge (usine nº 1) est terminée. De nouveaux ponts roulants et des chabottes de pilons sont détruits. Le 18 octobre 1917 a lieu le départ d’une partie des prisonniers russes, le 22 celui de l’équipe Naugebauer et le 30 celui de la colonne de boulangers. Il reste toutefois à l’usine un four pour la cuisson du pain blanc et sept militaires pour la garde des matériaux laissés par le service de subsistance. À l’usine nº 3, le démontage du bâtiment des gazogènes est achevé. Le parc à lingots, le bâtiment des tôleries et le bâtiment des fours Martin sont démontés. En novembre 1917, le bureau de montage et le magasin (usine nº 1) longeant la route d’Aniche sont démolis, le bâtiment des roues et bandages, le hall de coulée et le parc à mitrailles démontés (usine nº 3). En décembre 1917, les machines-outils de l’usine subissent le même sort : raboteuses, mortaiseuses, aléseuses, tours à essieux montés, ponts roulants, etc. Le démontage des bâtiments de l’usine nº 3 se poursuit : cette fois, c’est au tour des bâtiments des tôleries, des roues et bandages, des fours Martin, des bureaux d’ateliers, des grands bureaux de la direction, des magasins et de la station centrale électrique.

40Il en est de même chez Baume-Marpent, où un commentaire des ouvriers traduit l’amertume des prélèvements :

  • 25  AD Nord, 10 R 4664, Dommages de guerre, Société anonyme de construction de Baume et Marpent, à Mar (...)

« L’enlèvement de ces appareils et bâtiments entraîne pour nous la perte des fondations, terrassements et canalisations qui ne sauraient plus nous être d’aucune utilité. En outre, la façon dont ce travail a été conduit a laissé exposer à toutes les intempéries de l’air, pendant plusieurs mois, les appareils et machines des laminoirs, fait que nous avons signalé à la Kommandantür de Boussois […]. Il en est résulté des dégâts sérieux à cette installation, pour lesquels les maisons allemandes à qui ils ont été adjugés par l’administration militaire nous ont déjà adressé des réclamations. Nous tenons à bien faire remarquer ici ce fait, pour couvrir notre responsabilité et éviter des réclamations et inconvénients ultérieurs25. »

  • 26  O. Hardy-Hémery, De la croissance à la désindustrialisation…, op cit., p. 93. À Denain, la volonté (...)

41À Douai, l’année 1918 voit la poursuite des enlèvements : tours à essieux, coudes, mortaiseuses, ponts roulants, enlèvement des charpentes métalliques de tous les bâtiments déjà démontés, démontage des ponts roulants… Les dernières parties métalliques des bâtiments des tôleries, des roues et bandages, des bureaux, du magasin et de la station électrique sont chargées sur des wagons en vue de leur transfert en Allemagne. En avril 1918, les Allemands procèdent à l’enlèvement des archives du sous-sol, à la destruction des meubles classeurs et d’une partie des archives26.

42Le 1er mai 1918, les bâtiments et les locaux de l’usine nº 1 sont transformés en morgue pour des corps en provenance du front. L’occupation et le pillage cessent le 17 octobre 1918, date de l’évacuation de la ville de Douai par les troupes allemandes.

Les bons de réquisition

  • 27  AD Nord, 10 R 4563, Dommages de guerre, Société Arbel, rapport sur les événements survenus aux éta (...)

43Il est à noter que pendant l’occupation allemande, il ne reste dans les usines et les ateliers que peu de personnel : quatre ou cinq personnes à Douai, un peu plus à Denain, où nous trouvons le directeur général, Auguste Thomas, et le directeur des ateliers, Rebourg ; guère plus sans doute à Fives, à Crespin ou à Marpent. Ce personnel demeure à son poste avec l’unique souci de protéger les installations et veille à ce que des bons réguliers de réquisition soient établis pour chaque prélèvement. La tâche n’est pas aisée car les enlèvements se font en vrac et les soldats et les fonctionnaires allemands chargés des opérations n’admettent guère les contrôles. Cependant, l’acte de consignation des usines Arbel en date du 19 décembre 191427 précise :

« À l’enlèvement de ces marchandises, on remettra à l’autorité allemande 3 factures portant l’indication exacte de la quantité et de la qualité des marchandises et de leurs prix ; la fixation définitive des prix sera faite ultérieurement en Allemagne.
L’indication des quantités doit correspondre aux poids bruts ou quantités constatés au moment de l’enlèvement. La partie prenante signera l’une des factures en ajoutant la formule dont voici la traduction française : poids bruts ou quantités vérifiés, nom, grade, formation de troupe du preneur, lieu, date.
Cet exemplaire restera entre les mains du propriétaire ou de son remplaçant comme quittance provisoire.
Il sera échangé plus tard par l’autorité soussignée contre exemplaire, signé et cacheté par elle, qui tiendra lieu de bon de réquisition. »

44Les Allemands scindent par ailleurs les réquisitions en deux grandes catégories : la première comprenant les matériaux utilisés sur le front (non remboursables), la seconde comprenant les matériaux expédiés en Allemagne (remboursables).

45Impuissants face à la ruine progressive des usines, les employés conservent une attitude énergique, surveillent les prélèvements et réclament des bons de réquisition. C’est d’ailleurs la seule tâche que leur laissent les Allemands. Les agents de Cail obtiennent ainsi plus de 2 000 bons de réquisition et récupèrent une partie du matériel volé en montant sur les wagons chargés aux heures des repas pour en retirer tout ce qui a été accumulé sans réquisition.

  • 28  AN, 70 AQ 6, établissements Arbel, conseil d’administration, 8 février 1919.

46Cependant, les bons remis par l’autorité d’occupation attestent simplement le fait de la réquisition mais ne constituent pas des obligations de payer et portent très souvent sur des valeurs sous-évaluées. À l’origine, ces bordereaux et ces bons, établis juste avant le départ des matériaux ou des machines lorsque la réquisition devenait « effective », devaient être ensuite adressés aux autorités militaires allemandes pour paiement du préjudice. Ils serviront finalement à l’établissement des dossiers de dommages de guerre à l’issue du conflit. L’importance de ces bons pour les industriels est telle que la firme Arbel s’empressa, après les avoir récupérés, de les placer dans un coffre-fort à Paris28.

  • 29  AD Nord, 10 R 4563, Dommages de guerre, Société Arbel, rapport sur les événements survenus aux éta (...)
  • 30  AD Nord, 10 R 4563, ibid.

47Le personnel note donc soigneusement tout ce qui sort des usines. À Douai, on note les noms des civils et des entreprises allemandes29 venus faire leur choix dans les ateliers. Il est à noter qu’une confusion s’opère entre les industriels allemands et les juifs : « Pendant quatre années d’occupation les gros industriels et les juifs allemands ne cessèrent de défiler dans nos établissements30. » À Marpent, on prend soin de consigner la destination des wagons : Halle, Baden, Essen, Breslau, Hanovre, Cologne, Nuremberg, Augsbourg…

  • 31  AD Nord, 10 R 4564, Dommages de guerre, Société Arbel, lettre des établissements Arbel au présiden (...)

48Au final, les bons de réquisition portent le montant des prélèvements chez Arbel à 31,8 millions de francs, dont 13,7 millions pour la seule année 1918. Pour Arbel, « tout a été systématiquement enlevé, pillé, transporté, en dehors de toute raison de guerre31 ». Ces destructions ne sont pas seulement le fruit de la vengeance d’une armée en déroute. Pour tous, l’impression qui ressort de ces pillages est la volonté de détruire systématiquement et froidement des industries concurrentes.

  • 32  Archives ANF, Société de Blanc-Misseron, assemblée générale ordinaire, 4 juillet 1919.

49Avant de partir, l’armée allemande décide de pratiquer la politique de la terre brûlée. Chez Blanc-Misseron32, les soldats allemands font exploser les installations et incendient ce qui reste dans les quelques jours qui précédent leur départ en octobre 1918. Seul le bâtiment des bureaux est à peu près épargné.

50Le 19 octobre 1918, Denain est délivrée par les soldats canadiens. Là aussi, quelques jours avant leur départ, les Allemands finissent leur travail de destruction et scient les piliers supportant les bâtiments restés debout. On abat aussi les derniers ponts roulants demeurés en place.

51En quatre ans, un mois et vingt-cinq jours, les Allemands ont enlevé des ateliers Cail 24 000 mètres carrés de surface couverte et 50 000 tonnes de matériel ; 3 000 wagons chargés et un nombre incalculable de camions avaient servi à la besogne. Sur les bâtiments subsistants, 10 000 mètres carrés sont absolument hors d’usage, les 24 000 autres gravement abîmés : leur solidité est ébranlée, les explosions de mines et de munitions ont pulvérisé tous les vitrages, les parquets ont été incendiés.

  • 33  AD Nord, 10 R 4564, Dommages de guerre, Société Arbel, lettre des établissements Arbel au présiden (...)

52À Douai, aux usines Arbel, de rares ateliers sont encore debout et en très mauvais état. Quant à l’outillage, il a totalement disparu. « Après quatre années de guerre, nous trouvons nos terrains dans l’état où nous les avons achetés il y a 25 ans33. »

  • 34  AD Nord, 10 R 4564, Dommages de guerre, Société franco-belge, matériel de chemins de fer.

53À Raismes34, le directeur des ateliers de la Société franco-belge, Léonce Davy, constate les dégâts : bâtiments avariés par explosion, destruction des toitures et des vitreries, dégâts divers (peinture, carrelage, cimentage, etc.), voies et appareils de voie sautés ou endommagés, bâtiments complètement détruits par incendie ou explosion.

54La fin de la Grande Guerre s’achève donc tragiquement pour les constructeurs ferroviaires du Nord de la France.

55Les établissements sont bientôt réduits à néant, ne laissant derrière eux que des ruines, des machines disséminées, des ouvriers dispersés ou morts sur les champs de bataille. Là où il a fallu cinq décennies pour bâtir une industrie capable de produire locomotives, voitures et wagons, quatre années ont suffi pour tout détruire.

56Tombés aux mains de l’envahisseur, les établissements de construction de matériel ferroviaire sont d’abord devenus une source d’approvisionnement industriel. Puis, profitant des circonstances de l’occupation qui s’offrent à eux, les Allemands ont choisi d’affaiblir durablement le potentiel industriel français. Pour les Allemands, la guerre est aussi économique.

57Au sortir de la Grande Guerre, la région ex-occupée ressemble à un no man’s land industriel.

Notes

1  Les territoires occupés comprendront tout ou partie de dix départements : les Ardennes, l’Aisne, le Nord, la Meuse, la Meurthe-et-Moselle, le Pas-de-Calais, la Somme, la Marne, l’Oise, les Vosges. Seules les Ardennes seront occupées en totalité. Le Nord et le Pas-de-Calais seront occupés dans une proportion respectivement de 70 et de 25 % de leur territoire.

2L’industrie en France occupée. Ouvrage établi par le Grand Quartier général allemand en 1916, Paris, Imprimerie nationale, 1923, p. 490.

3  Archives des Ateliers de construction du Nord (ANF), Société de Blanc-Misseron, assemblée générale ordinaire du 17 décembre 1919 pour les exercices 1914-1915 à 1918-1919.

4  Ces entreprises forment avant la guerre un cartel, dénommé « Groupement des constructeurs de locomotives », avec trois autres firmes : Schneider et Cie, la Société des Batignolles et la Société alsacienne de constructions mécaniques. La Société de Blanc-Misseron, créée en 1911, n’appartient pas à ce cartel de constructeurs.

5Lille et la région du Nord en 1909, IIe congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences tenu à Lille en 1909, tome II, Lille, Imprimerie Danel, 1909, p. 315-316.

6L’industrie en France occupée, op cit., p. 53.

7Ibid., p. 61.

8  AN, 70 AQ 5, établissements Arbel, conseil d’administration, 7 décembre 1911.

9  Archives départementales (AD) Nord, 10 R 4565, Dommages de guerre, établissements Arbel à Douai, rapport sur les événements survenus aux établissements Arbel-Usines de Douai pendant la guerre de 1914-1918, dressé par M. Godon, sous-agent administratif des forges de Douai, 22 avril 1919.

10  AN, 70 AQ 5, établissements Arbel, conseils d’administration, 29 juillet et 28 novembre 1914.

11  Odette Hardy-Hémery, De la croissance à la désindustrialisation. Un siècle dans le Valenciennois, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1984, p. 90.

12En train, nº 7 (revue interne de la firme Alsthom), s. d.

13  Il s’agit d’une délégation du ministère de la Guerre.

14  AD Nord, 10 R 4563. Un petit groupe de territoriaux français combat dans l’usine : « Ces braves furent enterrés à l’endroit où ils étaient tombés ».

15  AD Nord, 10 R 4563, Dommages de guerre, Société Arbel, rapport sur les événements survenus aux établissements Arbel.

16La Normandie méditerranéenne, libres propos d’un Normand (avec préface de M. E. Lavisse) en 1915 et Métallurgie d’hier et de demain en 1917.

17  AN, 198 AQ 43, SFCM, conseil d’administration, 6 mars 1916.

18Ibid., 14 avril 1916.

19  AN, 70 AQ 5, établissements Arbel, conseil d’administration, 11 janvier 1915 ; AN, 70 AQ 6, établissements Arbel, conseil d’administration, 14 octobre 1916.

20  AN, 198 AQ 10, Fives-Lille, conseil d’administration, 27 août 1914.

21  AN, 198 AQ 11, Fives-Lille, conseil d’administration, 27 février 1915.

22L’industrie en France occupée, op cit.

23  AD Nord, 10 R 4563, Dommages de guerre, Société Arbel, rapport sur les événements survenus aux établissements Arbel.

24  Archives ANF, Société de Blanc-Misseron, assemblée générale ordinaire pour les exercices 1914-1915 à 1918-1919, 17 décembre 1919.

25  AD Nord, 10 R 4664, Dommages de guerre, Société anonyme de construction de Baume et Marpent, à Marpent.

26  O. Hardy-Hémery, De la croissance à la désindustrialisation…, op cit., p. 93. À Denain, la volonté de liquidation des usines se traduit, comme chez Arbel, par la destruction des archives. Les Allemands incendient également un magasin des modèles en bois de toutes les machines construites par la firme depuis 1812.

27  AD Nord, 10 R 4563, Dommages de guerre, Société Arbel, rapport sur les événements survenus aux établissements Arbel.

28  AN, 70 AQ 6, établissements Arbel, conseil d’administration, 8 février 1919.

29  AD Nord, 10 R 4563, Dommages de guerre, Société Arbel, rapport sur les événements survenus aux établissements Arbel. Civils et entreprises mentionnés dans le rapport de M. Godon : Mannesmann Frères fabricants de tubes à Remscheid ; Fonderies de Dillingen à Dillingen-Saar (Peters Gross) ; Vulcan Werke à Hambourg (Naugebauer) ; Concordia Hütte à Engers (Funguitz) ; Thyssen et Cie à Hagondange et Mülheim an der Ruhr ; Dinglersche Maschin à Zweibrücken (Wimberg) ; Press und Hammer Werke à Brackwerde ; Adolf Schwinn à Hambourg (Dell) ; Krupp à Essen (Peters Emsters) ; Patrone à Dusseldorf (Rickmann, Kaps, Grosse) ; Henchel à Hattingen (Gotitz), etc.

30  AD Nord, 10 R 4563, ibid.

31  AD Nord, 10 R 4564, Dommages de guerre, Société Arbel, lettre des établissements Arbel au président Wilson, 18 décembre 1918.

32  Archives ANF, Société de Blanc-Misseron, assemblée générale ordinaire, 4 juillet 1919.

33  AD Nord, 10 R 4564, Dommages de guerre, Société Arbel, lettre des établissements Arbel au président Wilson le 18 décembre 1918.

34  AD Nord, 10 R 4564, Dommages de guerre, Société franco-belge, matériel de chemins de fer.

Auteur

Docteur en histoire contemporaine, Anne Callite a consacré sa thèse, soutenue en avril 2006 à Lille 3, à la construction du matériel roulant ferroviaire dans le Nord de la France (1828-1939). Elle a commencé sa carrière professionnelle dans les services déconcentrés de la direction générale de la Comptabilité publique, avant de rejoindre la Chambre régionale des comptes des Hauts-de-France en qualité de vérificatrice. Elle est aujourd’hui fondée de pouvoir dans l’Éducation nationale.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540