Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Flux : blocus, transports, énergies

La contribution du Bureau d’études économiques à la préparation des conférences interalliées (1916-1919)

Jean-Philippe Dumas

Texte intégral

1Toutes les nations ne souffrent pas dans la même proportion de la Première Guerre mondiale. La France, principal théâtre des combats, se préoccupe dès les premières années du conflit de sa situation au lendemain de la paix, persuadée que, plus frappée que les autres, elle doit mieux anticiper la fin des opérations en préparant les mesures nécessaires à sa reconstruction.

  • 1  Ministère des Affaires étrangères (désormais MAE), Blocus [5743 TOPO] 31. Sous cette cote est cons (...)

2C’est la raison de la création, à la fin de l’année 1915, d’un Bureau d’études économiques chargé de préparer les conditions économiques de la paix. Le Bureau rassemble des hommes politiques et des fonctionnaires des principaux ministères, notamment le Commerce et l’Industrie, les Finances, les Affaires étrangères et l’Armement. Il se réunit chaque semaine, depuis sa création jusqu’à la conférence de la paix1.

3Dans le cadre du Bureau d’études économiques, hommes politiques et hauts fonctionnaires débattent en toute confidentialité des propositions économiques faites par le gouvernement et le Parlement. Ils examinent sans compromis les principaux enjeux auxquels la France est confrontée pendant la guerre, notamment l’ascendant pris par l’Angleterre sur les transports et les matières premières, et le besoin, en raison de l’importance croissante des destructions, de recenser les demandes de l’industrie pour mieux les faire valoir à la fin du conflit. L’intérêt du travail du Bureau réside dans les compétences techniques qu’il mobilise et dans la confidentialité de ses débats, qui lui permettent d’échapper tant aux pressions de l’opinion qu’aux affrontements de la Chambre des députés et de forger sa propre doctrine sur les conditions économiques de la paix.

Le Bureau d’études économiques

  • 2  MAE, Blocus 31, séance du 31 mai 1917. « Le BEE a été créé pour s’occuper “des questions économiqu (...)

4Le Bureau d’études économiques est placé auprès de la présidence du Conseil. Il a une compétence interministérielle et une mission prospective, bien rappelée dans ses procès-verbaux2. Il est doté d’un président et de vice-présidents, comme les commissions extraparlementaires. Il est présidé par Jean Morel, sénateur de la Loire, ancien ministre des Colonies, ancien rapporteur général de la commission des douanes, spécialiste des questions économiques. De nombreux hauts fonctionnaires du ministère du Commerce y siègent, notamment Fernand Chapsal, figure dominante de cette administration pendant la décennie qui précède la guerre, Roger Fighiéra, qui représente ce ministère à compter du 15 juin 1917, ou encore Daniel Serruys, qui, comme directeur de l’Information économique, participe activement aux séances à compter du 24 mai 1918. Le ministère du Travail y est représenté par Arthur Fontaine ; le ministère de l’Armement, qui a compétence sur les usines de guerre, par Jules Exbrayat, ancien directeur de la Banque de l’Union parisienne ; les Affaires étrangères, par Fernand Pila, consul général, chargé de mission, puis chef du bureau des services économiques à la direction politique et commerciale. Le Bureau accueille aussi des experts étrangers aux administrations centrales, comme Albert Tissier, professeur de droit à la faculté de Dijon, ou André Lichtenberger, historien et journaliste, ancien collaborateur de Paul Doumer à la Chambre des députés.

  • 3  Étienne Clémentel, La France et la politique économique interalliée, Paris, Presses universitaires (...)
  • 4  Georges-Henri Soutou, « Henri Hauser et la Première Guerre mondiale », in Séverine-Antigone Marin (...)

5Le Bureau est composé principalement de fonctionnaires qui doivent appliquer les décisions du gouvernement, mais il entend aussi influencer sur des points précis l’action politique et laisser sa marque. Il imprime ses comptes rendus pour qu’ils soient diffusés dans les ministères et adopte des résolutions qui résument ses conceptions. Ses travaux prennent une importance particulière après la conférence économique interalliée de Paris de juin 1916, organisée à la demande du ministre français du Commerce, Clémentel. Le premier objectif de la conférence est de trouver des solutions concrètes aux problèmes d’approvisionnement causés par l’allongement du conflit3. Mais la conférence s’intéresse aussi à la position des Alliés après la paix. Les Français craignent une évolution de l’Angleterre vers le protectionnisme, qui laisserait leur pays affaibli et isolé de ses principaux partenaires européens4. Le gouvernement anglais veut, quant à lui, maintenir la pression sur l’Allemagne et les autres puissances ennemies, en réfléchissant à un programme destiné à renforcer la coopération économique entre les Alliés.

6Le programme élaboré lors de la conférence de Paris prend la forme d’une série de résolutions publiées dans ses actes. Il s’agit d’un catalogue de mesures, au nombre desquelles figurent l’adoption d’une politique douanière discriminatoire à l’égard de l’Allemagne, des relations renforcées entre Alliés, un contrôle des matières stratégiques et un renforcement de la législation contre les étrangers. Toutes ces dispositions, alors tout à fait neuves et encore largement exploratoires, constituent ce qu’il est convenu d’appeler l’arme économique, appellation par laquelle est désigné l’ensemble des mesures destinées à prévenir l’engagement de l’Allemagne dans un nouveau conflit.

La remise en cause du libéralisme douanier

7En matière douanière, les actes de la conférence de Paris prévoient l’instauration d’un régime discriminatoire à l’encontre de l’Allemagne. Celle-ci ne pourra plus bénéficier auprès des Alliés de la clause de la nation la plus favorisée. Cette mesure, susceptible de s’étendre à tous les secteurs de l’économie, vise notamment à empêcher l’Allemagne de retrouver après la fin des hostilités la position qu’elle avait acquise avant la guerre.

8Dès le mois de juillet 1916, le Bureau s’intéresse de très près à l’étude de cette résolution. Il note d’emblée que, pour être efficaces, les mesures discriminatoires à l’égard de l’Allemagne ne devraient pas s’appliquer à ce seul pays mais aussi à tous ceux susceptibles d’entretenir des relations commerciales avec lui. Elles devraient ainsi concerner les neutres, susceptibles de réexporter vers l’Allemagne les produits que l’Entente leur aurait vendus. Il faudrait donc, pour être cohérent, créer une sorte de barrière autour de l’Allemagne et de toute la Mitteleuropa sous influence allemande.

  • 5  Sur Fernand Chapsal, voir Jean-Philippe Dumas, L’État, moteur du progrès : le ministère du Commerc (...)
  • 6  MAE, Blocus 31, séance du 7 juillet 1916.

9Le Bureau comprend d’emblée les enjeux considérables de cette décision, qui, si elle était appliquée dans son sens le plus absolu, conduirait à constituer deux blocs autarciques, séparant le monde en deux parties antagonistes. Il met rapidement en garde le gouvernement contre les conséquences de celle-ci. Pour Fernand Chapsal, président de la commission permanente des Valeurs de douanes et principal artisan du tarif douanier de 1910, l’expert le plus autorisé du Bureau en matière douanière, le traité de Francfort de 1871 a créé un régime baissier qui s’est étendu à l’Europe entière. Les Alliés ne peuvent en sortir sans remettre en cause de façon complète les principes libéraux sur lesquels sont fondées les relations commerciales en Europe et par extension dans le monde depuis le milieu du xixe siècle5. « Aujourd’hui, la clause [de la nation la plus favorisée] est presque généralisée dans les rapports internationaux6. » Supprimer celle-ci serait un changement majeur, qui entraînerait, comme en 1892 et 1910, l’ouverture d’un nouveau cycle de négociations douanières.

10La remise en cause des relations douanières est soumise à un formalisme précis. Pour le mettre en œuvre, il faudrait que les pays de l’Entente dénoncent de façon concertée toutes les conventions commerciales qui contiennent la clause de la nation la plus favorisée. La France ne peut se lancer seule dans cette politique nouvelle. Elle doit rallier l’Angleterre mais aussi la Russie, l’Italie et le Japon. Or l’Angleterre tarde à arrêter une position, tandis que les autres pays rechignent à ratifier les actes de la conférence. L’Italie veut maintenir des liens avec l’Europe centrale et l’Autriche. La Russie fait défection en 1917.

  • 7Voir Daniel Stevenson, The First World War and International Politics, Oxford, Oxford University P (...)

11En France, quelques groupes de pression soutiennent le principe de la suppression de la clause de la nation la plus favorisée, notamment l’Association de l’industrie et de l’agriculture françaises. Finalement, le 23 avril 1918, le gouvernement Clemenceau se décide à mettre en œuvre la première étape du processus proposé par le Bureau. Il dénonce toutes les conventions commerciales7. Mais il n’est pas suivi par ses Alliés. Le 18 octobre 1918, le Bureau constate son isolement sur ce sujet.

« M. Pila expose qu’il y a des divergences entre les décisions de notre bureau sur la clause de la nation la plus favorisée, les doctrines de l’Amérique, les incertitudes de l’Angleterre. Le gouvernement français doit être mis au courant de ces divergences, afin de faire le cas échéant des propositions aux gouverne­ments alliés. »

  • 8  Voir Isabelle Davion (éd.), Les Experts français et les frontières d’après-guerre. Les procès-verb (...)
  • 9  G.-H. Soutou, L’or et le sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Pari (...)

12En fait, l’idée d’une barrière entre la France et l’Allemagne est contestée aussi en France. De nombreux experts font remarquer que la « frontière économique » française s’étend jusqu’à la Sarre et la Rhénanie. C’est le cas des géographes réunis dans le comité d’études constitué en janvier 1917 par le gouvernement français, mais aussi de la Fédération des industriels et des commerçants français, dirigée par André Lebon, ancien ministre du Commerce et influente personnalité économique, ainsi que du Comité des forges8. Tous font valoir qu’une fois regagnée la Lorraine, la France aura besoin d’importer du coke de l’Allemagne pour produire de l’acier mais aussi d’exporter son acier en Allemagne car le marché intérieur ne suffira pas à absorber toute la production de la France dans ses nouvelles frontières9. Finalement, la France sera seule à dénoncer la clause de la nation la plus favorisée, ce qui la conduira à l’appliquer officieusement dans les faits.

Le régionalisme économique

13À défaut d’isoler l’Allemagne, il est possible de renforcer la coopération au sein de l’Entente. Les actes de la conférence de Paris évoquent la possibilité d’établir entre les pays qui en font partie « des arrangements spéciaux qui faciliteraient l’échange [des] ressources ». La France pourrait nouer des relations plus étroites avec certains de ses voisins, en premier lieu la Belgique.

  • 10  Éric Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935, Paris, (...)

14Puissance neutre lors de sa création en 1830, la Belgique a rejoint le camp des Alliés après la violation de sa neutralité par l’Allemagne. Le 1er juillet 1916, Landry évoque la possibilité de « combiner entre France et Belgique un régime tout spécial qu’il serait inopportun d’accorder même pour peu de temps à la Hollande ». Mais ce projet est mal reçu en Belgique, où le gouvernement veut garder des relations égales avec chacun de ses voisins, France, Allemagne et Angleterre10.

15La préférence de la Belgique pour une politique résolument libérale, conforme à ses intérêts, oblige le Bureau à chercher des solutions originales susceptibles de profiter aux deux pays. Les discussions portent en premier lieu sur les transports, notamment la possibilité d’assurer une meilleure liaison entre les réseaux ferrés et fluviaux français et les ports de Belgique. « Anvers faisait en 1912 64 % du tonnage belge maritime. » Les Anversois craignent la concurrence après guerre des ports français du Havre, de Dunkerque et même de Marseille, mais aussi que les Allemands, par mesure de rétorsion contre la France, ne fassent pas « les travaux prévus avant la guerre (jonction du Rhin à la Meuse par canal pour bateaux de 1 200 tonnes) » et décident de « détourner le mouvement commercial sur Rotterdam et sur l’Ems ».

  • 11  MAE, Blocus 31, séance du 25 janvier 1918.

16Le problème est donc de trouver pour Anvers une compensation aussi large que possible, d’accord entre tous les Alliés, soit en donnant au port belge un hinterland nouveau, soit pour la France en réformant son régime de surtaxes d’origine et d’entrepôt [destinées à avantager les ports français]. On peut penser à substituer au trafic allemand celui de notre région Nord-Est, de l’Alsace-Lorraine, de la Suisse, voire du Nord de l’Italie11.

  • 12  É. Bussière, La France, la Belgique…, op. cit., p. 20. Avec la Belgique, le plus opportun semble ê (...)

17Le Bureau présente ses propositions le 8 février 1918. Il suggère d’étudier « l’éventualité de l’installation à Anvers d’un service de douanes françaises » et « la révision des surtaxes d’entrepôt ou d’origine, en vue de préciser en quelle mesure des exemptions ou réductions, au profit spécial d’Anvers, pourraient être conciliées avec les intérêts de nos ports et de nos marchés ». « Au point de vue des transports, [il est nécessaire de renforcer] la collaboration des services français et belges de chemins de fer et de navigation. » Ces dispositions d’ampleur somme toute assez limitée sont accueillies avec prudence par les industriels français, notamment le Comité des forges, qui ne fait pas une priorité du renforcement des liens avec la Belgique12.

Les matières premières

18Une autre piste évoquée par la conférence de Paris est l’établissement entre Alliés de mesures permanentes pour « s’affranchir de toute dépendance des pays ennemis relativement aux matières premières et objets fabriqués essentiels pour le développement normal de leur activité économique ». À partir de l’été 1917, cette question est largement débattue par le Bureau.

  • 13  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 484-487.
  • 14Peter Jackson, Beyond the Balance of Power: France and the Politics of National Security in the Er (...)

19Les services du ministère du Commerce s’efforcent d’établir des listes de produits d’intérêt stratégique dont le commerce pourrait être contrôlé13. Le 6 juillet 1917, « M. Fighiéra observe que le ministère du Commerce a fait commencer par des ingénieurs spécialistes des études sur les fournitures de marchandises et de matières premières à la cessation des hostilités ». Le 5 octobre, Fighiéra met en avant un certain nombre de produits, « la potasse, le fer, le charbon et peut-être le nitrate », dont la production est dominée par l’Allemagne. Dans sa séance du 30 novembre 1917, le Bureau fixe « la position commune du gouvernement et des commissions parlementaires concernées à ce sujet et définit le rôle de l’arme économique sous la forme d’un contrôle interallié des matières premières ». Pour sensibiliser le président Wilson à ce projet, présenté comme le meilleur moyen de maintenir la paix à la fin de la guerre, Clémentel lui adresse une lettre particulière le 6 décembre 191714.

20Le 8 février 1918, « M. Fighiéra remarque que les stocks de matières premières étant insuffisants pour tous les besoins, l’Entente dès maintenant est obligée de les réserver pour elle au moins pendant trois ans ». Fernand Pila, le représentant des Affaires étrangères, est optimiste sur la possibilité d’arriver à un accord interallié sur les matières premières. Il indique que « le président Wilson a insisté dans son dernier message sur l’arme économique en parlant des matières premières ».

21Le 10 mai 1918, Tardieu annonce la réunion prochaine d’une conférence interalliée dans le but de faire approuver par les Américains les décisions de la conférence de Paris. Elle se réunirait « de préférence à Paris, [et viserait] l’entraide économique et le contrôle interallié des matières premières ». Le Bureau s’attend à des oppositions des Anglais, qui « gardent des idées un peu particularistes, préoccupés d’abord d’organiser le contrôle pour ce dont ils ont la maîtrise », et des Américains, « puisque le système supprime la concurrence », menaçant de faire baisser le prix auquel ils vendent leur production aux Alliés. Mais le projet de conférence interalliée est d’abord retardé à la demande des Anglais, qui veulent attendre les résultats de la conférence impériale réunissant l’Angleterre et ses dominions, puis annulé après l’échec de celle-ci.

  • 15Sur les consortiums, voir John F. Godfrey, Capitalism at War: Industrial Policy and Bureaucracy in (...)

22Malgré les difficultés interalliées, le travail se poursuit au niveau français. Le Bureau consacre de longs débats aux modalités de contrôle des matières premières. Le 24 mai 1918, Serruys signale que « des initiatives privées sont en jeu déjà ». Les industriels s’organisent par eux-mêmes, formant des « consortiums d’intérêts préétablis15 ». Pour plusieurs membres du Bureau, notamment Lichtenberger, Pila et Exbrayat, il s’agit d’un préalable « nécessaire, notamment pour traiter avec nos alliés d’Angleterre et des États-Unis ; il faut à cet effet réaliser un accord entre les industriels réunis en groupes et l’État ». Il n’y a pas opposition mais complémentarité entre initiatives privées et publiques. Pour les membres du Bureau, les industriels comprennent d’ailleurs bien que leur intérêt est de s’entendre avec l’État dans la période de pénurie de matières premières qui suivra l’achèvement du conflit.

  • 16D. Stevenson, The First World War…, op. cit., p. 255.

23À mesure que le conflit approche de sa fin, d’autres possibilités apparaissent, notamment celles d’un retour à la liberté commerciale. À la veille de l’armistice, les débats du Bureau reflètent cette incertitude. Le 8 novembre 1918, « M. Colson exprime le désir que les organes de contrôle créés en raison de la guerre survivent le moins longtemps possible afin que des activités productrices soient libérées sans retard. » Cette position l’emportera au lendemain de la guerre, sous la pression des Américains, notamment Herbert Hoover, et des Anglais, qui se prononceront aussi pour une libéralisation aussi rapide que possible des échanges, mettant fin à toute idée de perpétuation des contrôles interalliés16.

La législation intérieure

24Le dernier point évoqué lors de la conférence de Paris est le renforcement de la législation intérieure contre les étrangers. Le 16 et le 23 février 1917, le Bureau examine les modifications à apporter sur ce sujet. Le 21 décembre 1917, il adopte un avis « contre le retour de certaines méthodes déloyales de concurrence pratiquées par des sujets ennemis » et pour empêcher « nos ressources et certaines opérations de commerce de tomber sous la dépendance d’étrangers ». Le Bureau préconise notamment de revoir « le régime des voyageurs de commerce », préoccupation récurrente de Clémentel. Il s’intéresse aussi à la protection des inventions et à l’espionnage industriel. Le premier sujet fait débat. Le 12 octobre 1917, Fighiéra note qu’il « y eut en décembre 1916 une conférence sur la propriété industrielle » mais que la possibilité d’expropriation des « sujets ennemis » rencontre des résistances à la Chambre des députés. « Il y a des oppositions à ce principe qui a été arrêté surtout entre professionnels intéressés ». Le sujet est à nouveau débattu le 26 janvier 1918.

25D’une façon générale, le maintien de restrictions à la fin du conflit rencontre un certain nombre d’oppositions au sein du Bureau. Le 17 janvier 1918, le ministère de la Justice fait ainsi valoir que la dénonciation générale des conventions de commerce, d’établissement et de navigation pose de graves inconvénients, ce dont convient Chapsal, qui note que les conventions antérieures à 1870 ne distinguent pas le droit civil et les droits commerciaux. « M. Colson proteste contre les restrictions du droit civil, qui marqueraient, croit-il, un pas en arrière. »

  • 17  Le recrutement doit se faire « sans porter préjudice aux travailleurs français » et sans « consent (...)

26Le Bureau doit aussi prendre en compte le besoin de main-d’œuvre étrangère à la fin des hostilités. Le 17 mai 1918, Arthur Fontaine évoque la nécessité, étant donné les pertes humaines considérables subies pendant le conflit, d’offrir après guerre de bonnes conditions pour stabiliser « la main-d’œuvre immigrée ». Son but est d’ouvrir largement le marché du travail pour faire face au besoin de main-d’œuvre en mettant l’accent sur les populations facilement assimilables. Un vœu du Bureau du 8 juin 1918 parle de « développer une politique d’immigration systématique et active […] en vue de faciliter l’immigration d’étrangers de race blanche en nombre suffisant17 ».

La conférence de la paix

  • 18  Henri Hauser, qui établit la position du ministère du Commerce à la conférence de la paix, insiste (...)
  • 19  La réparation intégrale par les Allemands des dommages fait l’objet de deux vœux du Comité républi (...)

27Lors de la conférence de la paix, les Alliés traitent de leurs relations futures avec l’Allemagne et notamment de la question des réparations, c’est-à-dire de l’étendue des versements que celle-ci devra honorer pour réparer les dommages qu’elle a causés18. Il s’agit pour la France d’une question essentielle, déjà longuement évoquée par le Bureau d’études économiques19. Le 23 mars 1917, celui-ci presse la France de commencer le recensement des destructions qu’elle a subies car il considère les réparations préférables à une indemnité de guerre :

« Il faut préciser nos titres de créanciers ; nous aurons ainsi des motifs sérieux à présenter lors des négociations, les neutres en seront plus frappés, voyant que nous ne visons pas à une opération de lucre ; vis-à-vis de nos alliés, la répartition des réparations sera ainsi éclairée ; c’est un compte à établir avec eux, les petits alliés se grouperont plus étroitement autour de nous, si nous avons pris cette attitude. »

  • 20  G.-H. Soutou, La Grande Illusion. Quand la France perdait la paix, 1914-1920, Paris, Tallandier, 2 (...)

28Les réparations paraissent une idée profondément juste dans son essence, puisqu’il ne s’agit pas d’une sanction, mais d’une compensation des destructions, d’autant plus fructueuse qu’elle permettra à l’industrie française de se relever grâce à l’appui matériel de l’Allemagne20.

29Le Bureau insiste particulièrement sur le fait que les réparations doivent se faire en nature, notamment le 12 juillet 1918, par la voix de Colson :

« M. Colson ne compte pas sur les mesures à longue échéance ; le régime du contrôle exercé à plusieurs sur des intérêts divergents ne peut durer. Attachons-nous donc aux réalisations immédiates, remise de bateaux, de matières premières, etc. Nous prolongerons ainsi pour nos ennemis la période de restauration, et nous assurerons du même coup des réparations. »

  • 21  Idem, « Les buts de guerre économique des États-Unis », in Claude Carlier et Guy Pédroncini (dir.) (...)
  • 22  Annexe III de la partie VIII du traité de Versailles, in Pierre Renouvin, Le traité de Versailles,(...)
  • 23  Articles 306 à 311 du Traité, ibid. Cette disposition figurait aussi dans les vœux du comité Mascu (...)

30Le principe des réparations, déjà mentionné dans les clauses de l’armistice, est repris dans le traité de Versailles. Celui-ci prévoit toutes sortes d’éléments en nature : flotte marchande, batellerie, fourniture pour la reconstruction des régions dévastées, charbon, produits chimiques, câbles sous-marins, avoirs allemands à l’étranger, brevets, etc.21. La « réparation tonne pour tonne » pour la marine marchande, évoquée par le Bureau le 19 juillet 1918, aboutit à la cession de tous les navires marchands de plus de 1 600 tonneaux et de la moitié de ceux dont la jauge est de 1 000 à 1 600 tonneaux, en compensation des navires coulés par les sous-marins allemands22. Dans le domaine des brevets, les Allemands reconnaissent la validité des mesures prises par les Alliés au cours de la guerre et renoncent à toute indemnité, avantage important, dans le domaine de l’industrie chimique notamment23.

  • 24  Le traité de Versailles ne prévoit pas, comme il avait été convenu à la conférence de Paris, d’exc (...)

31En matière douanière, les Alliés reviennent au principe adopté dans le traité de Francfort, c’est-à-dire à une ouverture par le vaincu de son marché aux produits des vainqueurs24. Cette mesure devrait bénéficier grandement à l’industrie française, à la recherche de débouchés.

32Les historiens se sont longuement interrogés sur l’évolution des positions alliées en matière économique tout au long du conflit. Y a-t-il eu continuité ou rupture entre les résolutions de la conférence économique de Paris et les décisions de 1919, quand les Alliés décident de rétablir entre eux la liberté commerciale, tout en imposant à l’Allemagne l’ouverture de son marché et le paiement des réparations ?

33L’étude des procès-verbaux du Bureau d’études économiques permet de mieux connaître la position française. Elle montre la profonde continuité de celle-ci tout au long du conflit. Dès 1916, le travail du Bureau contribue à atténuer certaines des propositions les plus neuves et les plus audacieuses de la conférence de Paris. Mais il ne s’écarte pas de l’objectif de celle-ci, qui est de faire de l’économie un des enjeux majeurs de la paix. Pour la France, le retour à la liberté commerciale en 1919 ne s’accompagne pas d’un renoncement au principe du contrôle de l’économie, qu’il est prévu d’appliquer aux vaincus plutôt qu’aux vainqueurs, suivant des modalités à définir par la commission des Réparations.

  • 25P. Jackson, Beyond the Balance of Power…, op. cit., p. 179-185.

34La continuité de la position française apparaît à l’examen des fonctions occupées par les membres du Bureau : plusieurs d’entre eux sont chargés d’importantes responsabilités après la paix, notamment Fernand Chapsal à la commission des Réparations et Arthur Fontaine au Bureau international du travail. À plus long terme, on ne peut que noter l’étonnante fortune de la notion d’arme économique chère à Clémentel. L’idée d’adopter des mesures permanentes en temps de paix pour éviter la guerre connaît au xxe siècle un succès considérable, dont témoignent les innombrables mesures de contrôle des exportations sensibles ou de sanctions économiques, décidées à chaque crise internationale25.

Notes

1  Ministère des Affaires étrangères (désormais MAE), Blocus [5743 TOPO] 31. Sous cette cote est conservée une série de procès-verbaux du Bureau d’études économiques entre le 22 juin 1916 et le 4 avril 1919.

2  MAE, Blocus 31, séance du 31 mai 1917. « Le BEE a été créé pour s’occuper “des questions économiques qui devront être réglées, tant avec nos ennemis qu’avec les autres puissances, soit par le traité de paix, soit à l’occasion de la paix” ».

3  Étienne Clémentel, La France et la politique économique interalliée, Paris, Presses universitaires de France, 1931, p. 66-74.

4  Georges-Henri Soutou, « Henri Hauser et la Première Guerre mondiale », in Séverine-Antigone Marin et Georges-Henri Soutou (dir.), Henri Hauser (1866-1946), humaniste, historien, républicain, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2006, p. 155.

5  Sur Fernand Chapsal, voir Jean-Philippe Dumas, L’État, moteur du progrès : le ministère du Commerce et de l’Industrie, 1870-1914, Paris, IGPDE/Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2016, p. 28, 32, 82, 89, 97, 142, 218, 219, 253, 263.

6  MAE, Blocus 31, séance du 7 juillet 1916.

7Voir Daniel Stevenson, The First World War and International Politics, Oxford, Oxford University Press, 1988, p. 194-195. Le troisième des quatorze points de Wilson prévoit non le libre-échange mais une baisse des tarifs entre les pays favorables à la paix et intéressés à son maintien. Il peut donc paraître compatible avec les théories de Clémentel.

8  Voir Isabelle Davion (éd.), Les Experts français et les frontières d’après-guerre. Les procès-verbaux du comité d’études 1917-1919, avec une préface de Georges-Henri Soutou, Bulletin de la Société de géographie, hors-série juin 2015, p. 54-55.

9  G.-H. Soutou, L’or et le sang. Les buts de guerre économiques de la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 1989, p. 280-286.

10  Éric Bussière, La France, la Belgique et l’organisation économique de l’Europe, 1918-1935, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1992, p. 17.

11  MAE, Blocus 31, séance du 25 janvier 1918.

12  É. Bussière, La France, la Belgique…, op. cit., p. 20. Avec la Belgique, le plus opportun semble être de développer des « politiques de coopération » au plan industriel, par exemple par la création d’ententes industrielles et de consortiums.

13  G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 484-487.

14Peter Jackson, Beyond the Balance of Power: France and the Politics of National Security in the Era of the First World War, Cambridge, Cambridge University Press, 2013, p. 176.

15Sur les consortiums, voir John F. Godfrey, Capitalism at War: Industrial Policy and Bureaucracy in France, 1914-1918, Leamington Spa, Berg, 1987, 313 p.

16D. Stevenson, The First World War…, op. cit., p. 255.

17  Le recrutement doit se faire « sans porter préjudice aux travailleurs français » et sans « consentir à des mesures qui seraient de nature à favoriser la constitution en France de groupements d’étrangers inassimilables ».

18  Henri Hauser, qui établit la position du ministère du Commerce à la conférence de la paix, insiste particulièrement sur ce point. Voir Marc Trachtenberg, « “A new economic order”: Étienne Clémentel and French Economic Diplomacy during the First World War », French Historical Studies, vol. 10, nº 2, 1977, p. 332-333.

19  La réparation intégrale par les Allemands des dommages fait l’objet de deux vœux du Comité républicain du commerce, de l’industrie et de l’agriculture, dit comité Mascuraud, adoptés en novembre 1916. Voir G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 297.

20  G.-H. Soutou, La Grande Illusion. Quand la France perdait la paix, 1914-1920, Paris, Tallandier, 2015, 376 p.

21  Idem, « Les buts de guerre économique des États-Unis », in Claude Carlier et Guy Pédroncini (dir.), Les États-Unis dans la Première Guerre mondiale, 1917-1918, Paris, Economica, 1992, p. 93.

22  Annexe III de la partie VIII du traité de Versailles, in Pierre Renouvin, Le traité de Versailles, Paris, Flammarion, 1969, p. 73.

23  Articles 306 à 311 du Traité, ibid. Cette disposition figurait aussi dans les vœux du comité Mascuraud de novembre 1916. Voir G.-H. Soutou, L’or et le sang…, op. cit., p. 297.

24  Le traité de Versailles ne prévoit pas, comme il avait été convenu à la conférence de Paris, d’exclure l’Allemagne de la clause de la nation la plus favorisée, mais, à l’inverse, que l’Allemagne applique cette clause aux puissances alliées et associées (articles 264 et 265 du traité).

25P. Jackson, Beyond the Balance of Power…, op. cit., p. 179-185.

Auteur

Ancien élève de l’École nationale des Chartes, docteur en histoire, Jean-Philippe Dumas est conservateur en chef du patrimoine au ministère des Affaires étrangères et chercheur associé à l’École pratique des hautes études (EA 7347). Ses travaux portent sur l’histoire politique et l’histoire de l’État, notamment sur les hauts fonctionnaires. Il a publié récemment L’État, moteur du progrès : le ministère du Commerce et de l’Industrie, 1870-1914, Paris, IGPDE/Comité d’histoire économique et financière, 2016, prix Claude Berthault décerné par l’Académie des sciences morales et politiques ; avec Marc Lambron Trésors du quai d’Orsay : un siècle d’archives photographiques, Paris, Flammarion, 2014 ; Gambetta, le commis-voyageur de la République, Paris, Belin, 2011.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540