Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’industrie dans la Grande Guerre

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Introduction

Ruth Oldenziel

Texte intégral

1L’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE) a organisé un colloque intitulé « L’industrie française dans la Grande Guerre » dans le cadre d’une série de manifestations axées sur l’histoire économique et financière de la France pendant la Première Guerre mondiale. Ces manifestations s’étendent de 2014 à 2018 afin de commémorer le centenaire de cette tragédie. L’ouvrage que je vous présente ici complète ceux sur l’histoire des banques et des finances publiques françaises.

  • 1  Les livres suivants, qui mettent l’accent sur les processus transnationaux de développement techno (...)

2La plupart des études qui retracent l’histoire des secteurs industriels en temps de guerre – que ce soit d’un point de vue militaire, politique, social ou économique – se concentrent sur un pays. Il pourrait être utile d’étudier l’ampleur du conflit et ses répercussions durables sur le monde actuel dans une perspective historique mondiale, pour mieux comprendre comment analyser le développement industriel français pendant la Grande Guerre. Un tel angle incite à tenir compte, par exemple, des dimensions mondiales de la guerre et à considérer la circulation transnationale des idées. C’est aussi un moyen d’enrichir la discussion d’une analyse comparative entre nations. Je souhaiterais vous présenter quelques grands traits d’un projet européen d’histoire des technologies, fondé sur la collection « Making Europe : Technology and Transformation1 », étant entendu que ce qui suit vise à ouvrir et non à clore la discussion.

3Les guerres détruisent et provoquent des ruptures. Le souvenir de la Première Guerre mondiale a laissé certaines nations profondément meurtries pour au moins un siècle, en particulier la France. Le nombre total de victimes civiles et militaires s’élève à plus de 28 millions – 17 millions de morts et 20 millions de blessés –, la plupart durant les combats, ce qui fait de la Grande Guerre l’un des conflits les plus meurtriers de l’histoire de l’humanité. De surcroît, ces chiffres n’incluent pas les victimes de la grippe espagnole de 1918 (entre 50 et 100 millions) ou de la guerre civile russe (7 millions), qui s’inscrivent dans le sillage de ce conflit mondial. La guerre a traumatisé des générations et des nations entières. Du côté des Alliés, c’est la France qui a payé le plus lourd tribut, si l’on considère le nombre de morts rapporté au nombre d’habitants. Il ne faut pas non plus oublier les millions de chevaux et de mules utilisés par la cavalerie et par l’artillerie comme animaux de trait, ainsi que par les unités logistiques comme moyens de transport, qui périrent de malnutrition, furent victimes de l’obusite, finirent estropiés ou tués.

  • 2Merritt Roe Smith, Military Enterprise and Technological Change: Perspectives on the American Expe (...)
  • 3Patrick Fridenson, Histoire des Usines Renault, tome I : Naissance de la grande entreprise 1898-19 (...)

4Compte tenu de l’ampleur de la catastrophe, il est difficile de concevoir que quelque chose de positif ait pu en émerger. Les guerres exigent des investissements considérables de la part de l’État2. La lutte armée exige des largesses matérielles de la part de l’État-nation pour alimenter la machine de guerre, ce qui conduit à des politiques de centralisation de l’activité économique. Ces économies d’échelle offrent aux secteurs industriels des occasions de se réorganiser et de monter en gamme selon des orientations souvent inconcevables en temps de paix. Certains entrepreneurs sont parvenus à tirer profit des investissements et des directives des gouvernements, amassant ainsi des fortunes colossales, tels Citroën et Renault en France ou encore Krupp en Allemagne3. Dans d’autres cas, la guerre a dynamisé les secteurs traditionnels. En termes d’avancée technologique, les États belligérants ont permis aux innovations de dépasser le stade du prototype. C’est ainsi que les téléphones de campagne, dont le premier modèle français a été introduit en 1909, n’ont été généralisés qu’après octobre 1914, une fois le front stabilisé. En bref, même si cela semble paradoxal, la guerre ne se résume pas uniquement à des drames, mais offre aussi des opportunités économiques considérables ; le premier conflit mondial ne fait pas exception.

5Les historiens en sont bien conscients : les périodes agitées – que ce soit en raison de catastrophes naturelles ou de conflits armés – peuvent provoquer des ruptures dans une société, en mettant au premier plan la question de la continuité et de la rupture. La Première Guerre mondiale n’échappe pas à la règle : le conflit a empêché certaines évolutions, en a accentué d’autres déjà en marche et a offert des niches pour de nouvelles possibilités d’innovation. Cette période a été un temps de perte, de rupture et de réflexion, qui a aussi été à l’origine d’opportunités économiques et d’une continuité marquée.

  • 4Alain Dewerpe, « The Lost Paradigm: an Italian Metalworking Empire between Competing Models of Pro (...)
  • 5Kate C. Epstein, Torpedo: Inventing the Military-Industrial Complex in the United States and Great (...)

6Néanmoins, les conflits militaires ne provoquent pas toujours une révolution dans les procédés de production. La Première Guerre mondiale n’a fait qu’accélérer l’adoption de méthodes de production qui existaient déjà avant le début des hostilités. Il s’est aussi avéré que la guerre n’a parfois représenté qu’une urgence à satisfaire, sans laisser d’effet durable. Ainsi, certaines entreprises ont produit en masse pour répondre aux exigences du moment mais sont revenues à une production spécialisée et en petites quantités une fois le conflit terminé, telle Ansaldo, une entreprise génoise d’ingénierie et de construction navale4. Si la guerre encourageait les économies d’échelle, la production de masse et une coopération plus étroite entre l’armée et les entreprises pour arriver à créer ce que l’on nomme le complexe militaro-industriel, l’alliance systémique entre l’État et les grandes entreprises avait déjà pris forme au cours des décennies ayant précédé la Première Guerre mondiale5.

  • 6Thomas Parke Hughes, American Genesis: a Century of Invention and Technological Enthusiasm, 1870-1 (...)

7La Grande Guerre a également renforcé l’alliance entre l’État et les secteurs étroitement liés aux sciences. Les secteurs de l’électricité et de la chimie en France, en Allemagne, aux États-Unis et aux Pays-Bas par exemple avaient déjà choisi, avant-guerre, d’investir dans les compétences scientifiques plutôt que dans les métiers manuels. De nombreux scientifiques et ingénieurs travaillaient dans les laboratoires dans des conditions similaires à celles de l’usine, dans le cadre d’une stratégie d’entreprise essentielle : améliorer le processus de production des savoirs. La guerre a renforcé les travaux de recherche et de développement industriel (R & D), qui ont été orientés vers les innovations au service de la guerre. Dans des pays tels que la Grande-Bretagne, la Russie, l’Allemagne et le Japon, les militaires ont fait en sorte que les usines de produits chimiques se détournent de la fabrication des colorants de synthèse et des engrais pour se consacrer à la production de munitions et d’explosifs6. Alors que le principe de la science appliquée s’inscrivait dans la continuité des anciennes pratiques industrielles, les questions d’éthique soulevées par la science ont placé celle-ci sous le feu des critiques, qui ont visé plus particulièrement l’ingénierie chimique pendant la guerre.

  • 7Alexander G. Christie, « A proposed code of ethics for all engineers », The Annals of the American (...)
  • 8Magda Dunikowska et Ludwik Turko, « Fritz Haber: The Damned Scientist », Angewandte Chemie: Intern (...)
  • 9Hugh R. Slotten, « Humane Chemistry or Scientific Barbarism? American Responses to World War I Poi (...)

8L’invention de la guerre chimique, autrement dit l’application de procédures de laboratoires industriels au domaine de la guerre, est sans doute l’évolution la plus tristement célèbre du conflit. Elle fit naître le besoin d’un code de déontologie pour les ingénieurs régissant la responsabilité morale de ces derniers7. La Grande Guerre a fait appel à de nombreux chimistes et physiciens de talent, dont plusieurs lauréats du prix Nobel tels que Victor Grignard (prix Nobel de chimie 1913), qui mena des expériences scientifiques du côté français en vue de produire des obus à gaz, ou encore le chimiste Fritz Haber, qui dirigea pour l’armée allemande des recherches sur les gaz toxiques. Celui-ci se distingua particulièrement, car l’application industrielle de ses travaux en temps de paix contribua à la fabrication d’engrais de synthèse destinés à éviter des pénuries alimentaires mondiales. Toutefois, pendant la guerre, l’équipe de R & D de Fritz Haber, qui comprenait trois autres futurs prix Nobel, mit au point des gaz de combat, le gaz chloré, le phosgène et le gaz moutarde, produits à grande échelle, testés et utilisés dans les tranchées8. Haber déclara à la Société américaine de chimie que les gaz de combat étaient une bénédiction, non une malédiction, au sens où ils pourraient garantir à l’avenir la sécurité, la paix et le bonheur dans le monde9.

9Le principe d’une science industrialisée est en contradiction avec l’idéal transnational d’une science pratiquée dans un but désintéressé, hérité du siècle des Lumières et toujours prédominant avant-guerre. Désormais, l’utilisation d’une science industrialisée dans un contexte de guerre devenait difficilement conciliable avec la responsabilité morale individuelle. D’ailleurs, en raison de son envergure, de sa portée et de la controverse qu’elle suscitait, la collaboration étroite entre science et armée au cours de la Première Guerre mondiale marqua les débuts d’un mouvement contestataire international, qui s’est intensifié pendant et après la Deuxième Guerre mondiale avec l’invention de la bombe atomique. La question est : en temps de guerre, les scientifiques contribuent-ils à protéger la population ou à la plonger dans le cauchemar ambiant ?

  • 10Jay M. Winter (éd.), The Cambridge History of World War I, Cambridge, Cambridge University Press, (...)

10La Grande Guerre a d’abord été étudiée sur le plan militaire et diplomatique. Au fil des années, les travaux de recherche se sont peu à peu intéressés aux dimensions culturelles, sociales et économiques du conflit10. De nouvelles approches ont consisté à examiner les évolutions selon des approches descendantes et ascendantes (généraux/soldats, champ de bataille/front intérieur, production d’armements/activités quotidiennes). Cette tendance historiographique générale fournit de nombreuses occasions de mieux comprendre l’économie de la Première Guerre mondiale.

11Pendant le conflit, le général allemand Erich Ludendorff inventa la notion de « guerre totale » pour évoquer la mobilisation et la subordination de l’ensemble des ressources, y compris la politique et les systèmes sociaux. Grâce aux capacités de production à grande échelle du capitalisme industriel, la guerre pouvait être conduite de manière industrielle : les États-nations étaient capables de constituer des armées par un processus d’industrialisation. Ainsi, la guerre s’est avancée bien au-delà des lignes de front classiques, où les armées se font face, et devint une expérience globale. À l’inverse des conflits précédents comme la guerre franco-prussienne de 1870, la Première Guerre mondiale se traduisit en outre par l’exploitation économique des régions occupées. Les autorités et l’armée allemandes occupèrent le Nord et l’Est de la France, à l’instar d’autres régions en Europe, notamment en Pologne. L’exploitation qui en résultait mettait à mal l’unité économique de la nation concernée. De par son caractère total, la Grande Guerre était d’autant plus brutale, bouleversant le quotidien des populations à la fois à la campagne et dans les villes, créant ainsi une sorte d’occupation mentale.

  • 11Ruth Oldenziel et Heike Weber, « Recycling Reconsidered », Contemporary European History, vol. 22, (...)

12Les exigences militaires, notamment en termes d’investissements financiers, ont mobilisé des ressources et des capacités industrielles d’une ampleur sans précédent. Mais la guerre totale s’est également accompagnée d’une logique de pénurie pour les civils. Les États pouvaient développer leurs capacités bureaucratiques et industrielles pour organiser avec méthode à la fois la production d’armements et l’économie de la pénurie. Dans toute l’Europe, les États belligérants se mirent à expérimenter des mesures d’économie collective visant la population, afin de soutenir l’économie de guerre. Les autorités tant de l’Axe que des Alliés multiplièrent leurs efforts pour collecter des matières premières à des fins de récupération. L’Empire allemand montra l’exemple en développant la culture de l’« ersatz » (produit de substitution) pour surmonter le blocus maritime qui le coupait du marché mondial des matières premières et en organisant la récupération des déchets à grande échelle en 1916. Cette incitation du régime allemand à tendre vers l’autarcie par la mobilisation du front intérieur inspira d’autres pays. Un critique écrivit que les mesures prises avaient fait des femmes des chiffonnières, des revendeuses de déchets et des comptables. Tout déchet devait être récupéré, collecté et recyclé pour la patrie : les cheveux, les ongles, la ficelle, le papier, le métal, les boîtes de conserve, les os et les déchets de cuisine. La « mentalité de recyclage » du monde préindustriel était certes déjà là, mais l’État mobilisa les femmes et les enfants de manière plus systématique11.

  • 12Sur ce point, voir par exemple : Margaret R. Higonnet, Behind the Lines: Gender and the Two World (...)

13Les gouvernements demandèrent à des spécialistes de l’économie domestique d’enseigner aux ouvrières et aux fermières à préparer des repas sains avec peu de moyens, en exploitant à la fois des expédients éprouvés pour économiser et « faire durer » et de nouvelles techniques de propagande et de mobilisation. L’État indiqua aux civils comment conserver les récoltes de l’été et la viande des bêtes abattues en hiver ; les agences gouvernementales apprirent aux citadins comment utiliser de vieux vêtements pour en créer de nouveaux ; les autorités comptaient sur les soldats et les civils pour se rationner. La population civile imaginait ses propres solutions de réparation et de recyclage pour faire face aux pénuries, tandis que le complexe militaro-industriel prospérait. L’État attendait des citoyens ordinaires qu’ils fassent davantage avec beaucoup moins, dans un contexte où les répercussions du conflit étaient ressenties à tous les niveaux, comme jamais auparavant. Néanmoins, plutôt que de traiter l’abondance militaire d’un côté et la pénurie subie par les civils de l’autre, il convient d’étudier ces deux types d’économie dans une même analyse12.

  • 13  Concernant le rôle des utilisateurs dans les innovations, voir Nelly Oudshoorn et Trevor J. Pinch  (...)

14L’évolution des travaux sur la Première Guerre mondiale, qui se sont penchés d’abord sur le point de vue des généraux puis sur l’expérience des soldats et la vie quotidienne derrière les lignes, offre un champ de recherche foisonnant, qui conduit à considérer l’histoire des innovations sous un angle plus terre à terre mettant en avant le rôle des utilisateurs13. Les recherches sur la vie quotidienne ou Alltagsgeschichte permettent de comprendre comment les civils se logeaient, s’habillaient, se déplaçaient, mangeaient et travaillaient. Au cours des dernières décennies, l’histoire des techniques, qui s’est intéressée au quotidien de la population, s’est attachée à comprendre les innovations mises au point par des inventeurs et des fabricants mais aussi par des utilisateurs. Les recherches que cela implique élargissent notre compréhension de la notion d’innovation. Les gens ordinaires sont vus comme des innovateurs en raison de leur participation à l’élaboration de nouvelles techniques et de leur talent de bricoleurs, et non plus comme des utilisateurs.

  • 14  Jean-Louis Robert (dir.), Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Pres (...)

15Une histoire exhaustive de l’industrie de guerre ne saurait se contenter d’analyser les échanges de biens et de matières premières destinés à la poursuite du conflit. Les ouvriers au cœur de cette industrie sont à prendre en compte. Pendant la Première Guerre mondiale, en effet, les industriels comme le gouvernement ont dû prendre au sérieux le poids politique toujours plus important des travailleurs, imputable à la forte demande de main-d’œuvre. Ainsi, la guerre a offert des débouchés jusqu’alors inconcevables et traditionnellement réservés aux hommes du pays à des groupes marginalisés tels que les femmes ou encore la main-d’œuvre en provenance des colonies et de l’étranger. La Grande Guerre et les menaces grandissantes de révolution de la classe ouvrière un peu partout ont donné un moyen de pression politique aux ouvriers pour faire avancer leurs revendications : obtenir un meilleur salaire, de meilleures conditions de travail et le droit de se syndiquer. La montée du syndicalisme (qui est le sujet de deux autres études, l’une déjà publiée, l’autre en cours) fait partie des conséquences de la Première Guerre mondiale14.

16Il reste encore bien des sujets à étudier. La Première Guerre mondiale est généralement reconnue comme l’époque où le transport motorisé et consommateur d’énergie fossile a démontré sa supériorité technique, qu’il s’agisse de chars ou de voitures. Il s’agissait alors du moyen de déplacement du futur, alors que les civils étaient invités à ne pas l’utiliser. Le vélo, les transports en commun et la marche connurent en cette période un grand succès, qui dépassa celui des véhicules motorisés. En dépit de cela, la tendance de l’historiographie à se focaliser sur la progression « inévitable » du transport motorisé fait abstraction de la mobilité des civils pendant la guerre tout en ignorant un autre facteur : pour la logistique des armées, les chevaux restaient un moyen de transport incontournable pour le déplacement du matériel lourd en terrain difficile, où les voitures et les camions ne pouvaient pas rivaliser. De surcroît, l’armée comptait des soldats cyclistes qui étaient envoyés en première ligne et servaient d’agents de liaison entre les points de communication et la ligne de front. Leur travail allait de l’acheminement des lettres et des télégrammes au renseignement, deux tâches essentielles pour la mobilité et la communication de porte-à-porte. Le fait de se pencher sur ces questions importantes nous éloigne de l’histoire simple et unidirectionnelle dictée par un exposé sur les innovations.

17Pour comprendre pleinement les répercussions économiques de la guerre, une étude historique doit aussi tenir compte des années de paix qui ont précédé et suivi cette dernière. Accorder trop d’importance aux dates des batailles peut conduire à sous-estimer à quel point les cadres narratifs changent dans un contexte mondial et une perspective à long terme. Ainsi, l’année 1914 semble présenter moins d’intérêt que l’année 1918 si l’on considère les bouleversements géopolitiques mondiaux qui ont mené à la restructuration du monde arabe et des grands empires (allemand, austro-hongrois ou ottoman pour ne citer que quelques exemples) et dont les répercussions se font encore sentir aujourd’hui. L’histoire économique pourrait donc faire état de 1918 comme un tournant décisif plus pertinent pour comprendre les mutations économiques profondes qui nous ont fait basculer d’un siècle de mondialisation et d’empires à un siècle d’États-nations mettant un terme aux flux marchands et migratoires.

18En conclusion, une histoire économique exhaustive de la Première Guerre mondiale en France gagnerait à être perçue comme une époque de changements ordinaires et extraordinaires de longue durée et s’enrichit de l’analyse de l’État-nation dans un contexte mondial. Une telle étude mérite d’élargir la définition de l’économie pour y inclure une approche à la fois ascendante et descendante de la production. Il s’agit d’analyser les liens d’interdépendance entre le domaine militaire, bien approvisionné, et le domaine civil, où règne la pénurie, sans oublier de s’intéresser à l’histoire des innovations, qui va bien au-delà des fabricants, de l’État ou des entreprises, pour évoquer les ouvriers, les utilisateurs et les bricoleurs. À cet égard, la collection « Making Europe : Technology and Transformation » constitue une première avancée vers une compréhension plus large de l’économie en temps de guerre et une invitation à approfondir les recherches sur ces sujets.

Notes

1  Les livres suivants, qui mettent l’accent sur les processus transnationaux de développement technologique de l’Europe, ont été publiés au sein d’une même collection, intitulée « Making Europe » et éditée par Palgrave à Londres : Ruth Oldenziel et Mikael Hård, Consumers, Users, Rebels: The People Who Shaped Europe, 2013 ; Helmut Trischler et Martin Kohlrausch, Building Europe on Expertise. Innovators, Organizers, Networkers, 2014 ; Wolfram Kaiser et Johan W. Schot, Writing the Rules for Europe: Experts, Cartels, International Organizations, 2014 ; Per Högselius, Arne Kaijser et Erik van der Vleuten, Europe’s Infrastructure Transition: Economy, War, Nature, 2016 ; Maria Paula Diogo et Dirk Van Laak, Europe Globalizing: Mapping, Exploiting, Exchanging, 2016 ; Andreas Fickers et Pascal Griset, Communicating Europe: Technologies, Information, Events, à paraître en 2018.

2Merritt Roe Smith, Military Enterprise and Technological Change: Perspectives on the American Experience, Cambridge MA, MIT Press, 1985.

3Patrick Fridenson, Histoire des Usines Renault, tome I : Naissance de la grande entreprise 1898-1939, Paris, Le Seuil, 1972 ; Jürgen Kocka, Klassengesellschaft im Krieg, 1914-1918: Deutsche Sozialgeschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1973 ; Joerg Baten et Rainer Schulz, « Making Profits in Wartime: Corporate Profits, Inequality, and GDP in Germany during the First World War », The Economic History Review, vol. 58, nº 1, février 2005, p. 34-56.

4Alain Dewerpe, « The Lost Paradigm: an Italian Metalworking Empire between Competing Models of Production, 1900-1920 », in Charles F. Sabel et Jonathan Zeitlin (éd.), World of Possibilities. Flexibility and Mass Production in Western Industrialization, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 273-309.

5Kate C. Epstein, Torpedo: Inventing the Military-Industrial Complex in the United States and Great Britain, Cambridge MA, Harvard University Press, 2014.

6Thomas Parke Hughes, American Genesis: a Century of Invention and Technological Enthusiasm, 1870-1970, New York, Penguin Books, 1990, chap. iii.

7Alexander G. Christie, « A proposed code of ethics for all engineers », The Annals of the American Academy, mai 1922.

8Magda Dunikowska et Ludwik Turko, « Fritz Haber: The Damned Scientist », Angewandte Chemie: International Edition, vol. 50, nº 43, 11 octobre 2011, p. 10050-10062 ; Henry Harris, « To serve mankind in peace and the fatherland in war: The case of Fritz Haber », The Journal of the German History Society, vol. 10, nº 1, 1992, p. 24-38.

9Hugh R. Slotten, « Humane Chemistry or Scientific Barbarism? American Responses to World War I Poison Gas, 1915-1930 », Journal of American History, vol. 77, nº 2, 1990, p. 476-498 ; Michael Freemantle, The Chemists’ War: 1914-1918, Londres, Royal Society of Chemistry, 2015 ; Williamson Murray et Allan R. Millett, Military Innovation in the Interwar Period, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 1996.

10Jay M. Winter (éd.), The Cambridge History of World War I, Cambridge, Cambridge University Press, 2014 ; idem (dir.), La Première Guerre mondiale, 3 vol., Paris, Fayard, 2013-2014 (traduction).

11Ruth Oldenziel et Heike Weber, « Recycling Reconsidered », Contemporary European History, vol. 22, nº 3, 2013, p. 347-370.

12Sur ce point, voir par exemple : Margaret R. Higonnet, Behind the Lines: Gender and the Two World Wars, New Haven, Yale University Press, 1987.

13  Concernant le rôle des utilisateurs dans les innovations, voir Nelly Oudshoorn et Trevor J. Pinch (éd.), How Users Matter. The Co-Construction of Users and Technology, Cambridge MA, MIT Press, 2003.

14  Jean-Louis Robert (dir.), Le syndicalisme à l’épreuve de la Première Guerre mondiale, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017 ; Laure Machu, Isabelle Moret-Lespinet et Vincent Viet (dir.), Les mains-d’œuvre en guerre 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, à paraître.

Auteur

Professeur à l’Université de technologie d’Eindhoven, elle effectue des recherches sur les relations transatlantiques entre les États-Unis et l’Europe, l’étude du genre et l’histoire de la technologie. Actuellement, ses recherches se concentrent sur le monde cycliste « Century of Cycling: Chemins vers la durabilité » et elle dirige un programme « Mobilité urbaine durable » à l’Université de technologie d’Eindhoven. Ses dernières publications : avec Albert de la Bruhèze, “Who Pays, Who Benefits? Bicycle Taxes and as Policy Tool, 1890-2012”, in Helmut Trischler & Ruth Oldenziel (eds.), Cycling and Recycling: Histories of Sustainable Practices (pp. 73-100), Oxford, Berghahn, 2016; avec Heike Weber “Introduction: Recycling Reconsidered”, Contemporary European History, 22(3), 2013, p. 347-370.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540