Version classiqueVersion mobile

Gouverner le commerce au XVIIIe siècle

 | 
Sébastien Vosgien

Deuxième partie. Le « premier » XVIIIe siècle : la poursuite d’une politique économique colbertiste

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1La première moitié du siècle, au Conseil de commerce, est donc marquée par la permanence d’une économie conventionnelle, fondée sur une intégration des intérêts particuliers à l’intérêt général. Le Conseil de commerce s’efforce également de préserver les institutions héritées du passé.

2Cette économie conventionnelle récuse l’autonomie de l’objet du commerce, en imposant une hétéronomie destinée à ériger un marché normé et strictement encadré. Le jeu de l’offre et de la demande n’est donc pas pleinement opératoire et apparaît, toutes choses égales par ailleurs, difficile à mettre en œuvre dans un espace économique atomisé par la variété des droits et par la faiblesse des moyens de transport.

3Par ailleurs, l’administration royale du commerce, de manière générale, satisfait à certaines contraintes, liées soit à la dimension patriarcale de la monarchie, soit à des considérations tenant à l’aménagement du territoire.

4Enfin, le Conseil de commerce joue un rôle relativement important dans les relations avec l’étranger, en menant sur tous les fronts et tous azimuts une « guerre économique », jusqu’à décider de manière très pointilleuse du versement des marchandises de prise dans le commerce du royaume.

5La seconde moitié du siècle, au contraire, permet d’assister à la libération de l’intérêt particulier et au démantèlement de structures considérées comme de plus en plus obsolètes. La césure s’avère brutale et radicale.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search