Version classiqueVersion mobile

Gouverner le commerce au XVIIIe siècle

 | 
Sébastien Vosgien

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens tout d’abord à remercier mon directeur de thèse et maître, le recteur Maurice Quénet, pour sa patience et sa bienveillance, deux qualités parmi d’autres. En ce jour de septembre 2002, lorsque, à l’issue de ma soutenance de mémoire de DEA, il m’a proposé de préparer une thèse, il a de fait ouvert un monde de perspectives, de rebondissements et de dénouements inconnus pour moi.

2J’adresse également mes sincères remerciements au professeur Philippe Cocatre-Zilgien pour son soutien et son aide depuis déjà plus d’une décennie. Il me faut également remercier les professeurs Bernard d’Alteroche et Alexandre Deroche pour leurs patientes et méticuleuses lectures de ma thèse et de mes projets d’articles.

3Une place particulière dans ces remerciements est réservée à la doyenne Catherine Lecomte, qui depuis plus de dix ans m’a soutenu sans réserve, même dans des situations parfois difficiles. C’est grâce à elle et à l’université de Versailles–Saint-Quentin-en-Yvelines que j’ai pu terminer et soutenir ma thèse, en détachement du corps des attachés d’administration de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur. Cette université m’a aussi permis de travailler pour des enseignants-chercheurs remarquables : les professeurs Laurent Pfister et Sophie Petit-Renaud, ainsi que Claire Bouglé-Le Roux.

4L’accueil cordial du professeur Philippe Minard dans son séminaire demeure dans ma mémoire.

5Le professeur Gilduin Davy et Pascal Gourgues, pour qui j’ai eu l’honneur de travailler comme ATER, font également figure d’exemple à mes yeux. Le professeur Olivier Descamps m’a aussi apporté une aide précieuse.

6Je suis reconnaissant à l’Institut de la gestion publique et du développement économique et au Comité pour l’histoire économique et financière de la France d’avoir accueilli mon manuscrit. Je remercie, en particulier, le secrétariat éditorial du Bureau de la Recherche pour le travail accompli.

7J’ai une pensée particulière pour mes compagnons et collègues de travail dans le monde universitaire : Patricia Ducret, Julien Lacaze, Axel Degoy, Damien Salles, Delphine Connes, Isabelle Baron, Marie Bassano, Anne Pelcran, Marie de Saint-Victor, Rachel Guillas, Élise Frêlon, Aude Laquerrière-Lacroix, Frantz Mynard et tant d’autres.

8Mes amis de toujours m’ont accompagné dans cette aventure : Mathieu Gaudin, Maximilien Roche, Elsa Mazières, Kévin Le Bon, Jean-Brice Rougé.

9Ma famille a joué un rôle évidemment fondamental dans l’achèvement de ce travail doctoral, parfois si épuisant, et cette publication. Ma mère, toujours présente, Catherine Vosgien, mon père et fidèle lecteur, Philippe Vosgien, ma sœur Camille Vosgien, qui a contribué à cette publication, ainsi que Clémence et Simone Vosgien.

10Enfin, je ne serais qu’un homme incomplet sans la mère de mes enfants, Émilie Lecomte, et mes enfants eux-mêmes, l’inépuisable Enguerran Vosgien-Lecomte et la douce Maëlann Vosgien-Lecomte.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search