Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Conclusion

Texte intégral

1La vie de la société ne s’arrête pas avec la convention de 1924 ; elle continue jusqu’à nos jours. Mais c’est une entreprise bien différente qui émerge des bouleversements de la carte de l’Orient et de l’éclatement de l’Empire ottoman.

2C’était autour de l’Empire et grâce aux liens statutaires qui l’unissaient à lui que la Banque impériale ottomane avait pendant soixante ans maintenu son unité. L’Empire disparu, elle va devenir une banque internationale implantée dans le Proche-et le Moyen-Orient, dont l’activité à la veille du second conflit mondial s’étendra directement ou par l’intermédiaire de filiales dans quatorze pays différents. La répartition du contrôle des zones d’implantation entre Paris et Londres aboutira progressivement à la formation de deux groupes bancaires distincts coexistant au sein d’une même entité juridique.

3D’autre part, le triple rôle de banque d’émission, de banque d’affaires et de banque commerciale qu’elle avait eu depuis l’origine l’ambition d’assumer est bien terminé. Seule la banque commerciale subsiste.

4C’est pourquoi nous n’irons pas plus loin. L’environnement, l’organisation, les buts de la Banque ottomane sont si profondément modifiés que c’est une nouvelle histoire qui commence dans la troisième décennie du vingtième siècle.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search