Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Chapitre XV. Fin de la Banque impériale

Texte intégral

Projets d’avenir

1Lorsque les hostilités prirent fin, on savait que la carte du Proche-Orient allait subir de profonds remaniements. En ce qui concerne particulièrement l’Empire ottoman, les accords conclus entre les vainqueurs prévoyaient son démembrement si la fixation des nouvelles frontières prêtait encore à discussion. Mais, sans attendre que le traité de paix en préparation ait réglé le sort de la Turquie, un certain nombre d’établissements de crédit, jusque-là peu ou pas intéressés par l’économie de la région, profitèrent de cette situation mouvante et de la disparition inévitable des influences allemande et autrichienne pour tenter d’y prendre pied. On peut citer notamment la Bank of British West Africa, la Société Marseillaise de Crédit, le Banco di Roma.

  • 1 AN, 207 AQ, 27 G (6) F.

2Cette situation obligeait la Banque ottomane à définir sans tarder son programme d’action. On a vu au chapitre précédent que les réflexions à ce sujet avaient commencé au sein du Comité dès 1916. Elles furent reprises sur de nouvelles bases aussitôt l’armistice signé. Les résultats en furent consignés dans un long mémorandum à l’adresse du Comité en date du 13 mai 19191.

3Tout au long de son histoire la BIO avait tenu à affirmer son triple caractère de banque d’État, de banque commerciale et de banque d’affaires, avec pendant longtemps une prédominance pour les activités de banque d’État. Toutefois, dans les années précédant la guerre et en particulier depuis l’abdication d’Abd-ul-Hamid et l’arrivée au pouvoir des Jeunes-Turcs, le rôle commercial de la banque avait pris de plus en plus d’importance. La BIO tenait à conserver dans l’avenir ce triple caractère, tout en reconnaissant que son rôle de banque d’État serait appelé à décliner. Les privilèges attachés à cette qualité ne pourraient être maintenus dans tous les territoires qui allaient cesser de faire partie de l’Empire ottoman. D’ailleurs cette activité serait certainement bien moins profitable que par le passé. Les émissions d’emprunts d’État sur le marché international des capitaux seraient maintenant difficiles. Quant aux profits qui découlaient des opérations du Trésor public, ils provenaient pour l’essentiel des transferts de fonds entre les provinces et Constantinople et des ressources ainsi procurées à la banque, mais l’éclatement de l’Empire et l’apparition de frontières allaient mettre un terme à ces opérations. « On devait donc se borner, recommandaient les auteurs de la note, à maintenir le privilège de banque d’État seulement en Turquie ». On verra plus loin que ce privilège ne sera maintenu que dans les nouveaux États de Syrie et du Grand Liban au bénéfice d’une filiale.

4Les activités de banque commerciale et de banque d’affaires continueront donc d’être plus que jamais les axes privilégiés du développement de la B10. La branche commerciale, qui sera prédominante, participera bien sûr au financement des échanges extérieurs de la Turquie, échanges dont on considère l’expansion comme certaine « grâce à la stabilité future de son régime politique, au contrôle et aux conseils des différentes puissances protectrices mandatées par la Ligue des Nations ». Mais le champ d’activité de la banque ne devra pas se borner aux territoires ayant fait partie jusqu’à présent de l’Empire ottoman, ainsi qu’à la Macédoine grecque et à l’Égypte où la BIO est actuellement implantée. Un vaste programme d’expansion est en effet prévu en direction : de la Perse et des Indes, contrées avec lesquelles la Mésopotamie entretient d’étroites relations d’affaires ; de l’Arabie, où la banque possède des agences en sommeil qu’il s’agira de réanimer ; de l’Afrique du Nord française, à Alger pour bénéficier du courant d’affaires qui existe entre Manchester et l’Algérie, en Tunisie et au Maroc où le commerce anglais est important et qui sont liés avec les commerçants musulmans de Syrie ; de l’Afrique occidentale, où il existe de très importantes colonies syriennes influentes et riches ; des États-Unis enfin où l’ouverture d’une agence à New York, déjà envisagée en 1913, pourrait s’avérer profitable. En bref il s’agit de s’établir « partout où cela sera nécessaire pour lui (à la banque) permettre de canaliser par son intermédiaire toutes les relations d’affaires que l’Orient sera appelé à entretenir avec les pays étrangers ».

5Enfin la banque estimait nécessaire l’extension de son activité de banque d’affaires, justifiée tout d’abord par les intérêts français considérables engagés dans diverses entreprises en Orient, mais aussi par le besoin « pour les pays nouveaux de se constituer une armature industrielle pour assurer leur développement... économique ». Profitant des circonstances pour se libérer des liens trop exclusifs qui l’unissaient à certains groupes, tels que la Régie générale des Chemins de fer et des Travaux publics, elle pourrait elle-même jouer le rôle de promoteur, ce qui lui assurerait des profits plus importants. Bien entendu en aucun cas elle ne se chargerait de la mise sur pied matérielle d’une entreprise industrielle, mais, libre de toute attache avec des groupes particuliers, elle pourrait, pour la réalisation de ses projets, choisir celui qui lui paraîtrait le meilleur.

  • 2 A. Mey. PV du sous-comité vol. 1 - 15 juillet 1919.

6On le voit, il s’agissait là d’un programme extrêmement ambitieux. Si on le rapproche des premières réflexions engagées pendant la guerre par la direction de la banque, il apparaît que celle-ci maintenant non seulement visait le maintien de sa position d’avant guerre, mais encore ambitionnait de l’étendre bien au-delà de sa zone géographique traditionnelle. En fait, il s’agit de rien de moins que de devenir la grande banque commerciale du monde musulman, comme l’exprimera un membre du Comité, sir John Hewett2.

  • 3 A. Mey. - Note accompagnant le bilan de 1921.

7Dans cette perspective la nationalité turque de la banque présente de grands avantages. L’idée de transformer la banque en société française, un moment caressée pendant la guerre, mais bien difficile à mettre juridiquement en œuvre, est donc abandonnée et l’on choisit le maintien du statu quo. Il apparaît d’ailleurs opportun de mettre en avant plus qu’on ne l’avait fait ces dernières années le caractère franco-anglais de la BIO et ce bien que la proportion de l’actionnariat anglais soit maintenant au plus bas : 10 % pensera-t-on en 19233. On veut donc renforcer les liens entre les deux fractions du Comité et entre les sièges de Paris et de Londres. Grâce à ce caractère franco-anglais, la banque pourra bénéficier en Orient à la fois de l’influence anglaise liée à la prépondérance commerciale du Royaume-Uni et à l’aide donnée pendant la guerre aux partisans de l’indépendance arabe et de l’influence française s’appuyant sur les importants intérêts dans la dette ottomane et dans les affaires industrielles. En Occident ce double caractère lui permettra d’avoir accès aux marchés là où la législation sur l’exportation des capitaux, héritage de l’économie de guerre, sera la plus libérale. Enfin tant à Londres qu’à Paris il conviendrait de s’associer à de nouveaux groupes susceptibles d’apporter des éléments d’activité et de renforcer l’influence de la banque. N’y aurait-il pas en particulier intérêt à se rapprocher de groupes américains « surtout au cas – très probable – où les États-Unis recevraient un mandat dans l’Asie ottomane » ? (Un mandat américain en Arménie était en effet envisagé à cette date à la Conférence de la Paix.) S’il ne paraissait pas possible de les introduire au même niveau que les Français et les Anglais, « on pourrait admettre dans le Comité un ou deux membres américains appartenant à des banques américaines et résidant à Londres ou à Paris ».

8Les nouvelles conditions politiques nées de l’après-guerre et la poursuite du programme envisagé entraîneraient des changements importants dans l’organisation de la banque. Avec l’éclatement de l’Empire ottoman, la centralisation autour de la direction générale de Constantinople ne serait plus possible. Il n’était toutefois nullement envisagé de filialiser les agences situées dans les nouveaux États indépendants qui allaient naître des traités de paix, sauf si cette filialisation devait être pour la banque « le seul moyen de continuer à vivre ». Il fallait au contraire insister sur le maintien de l’unité de la BIO conformément au « mouvement général de concentration bancaire qui se manifeste partout aujourd’hui et qui résulte de la nécessité de gros capitaux, d’un gros crédit, d’un gros chiffre d’affaires pour couvrir des frais généraux en hausse constante ». Cette unité irait de pair avec une large décentralisation par la création de directions régionales. Dans la nouvelle organisation les sièges de Paris et Londres gagneraient des compétences nouvelles : la supervision des directions régionales échapperait désormais à Constantinople et se trouverait confiée à Londres ou à Paris suivant que, dans la région considérée, l’influence anglaise ou française serait prépondérante. Ainsi Londres contrôlerait Chypre, la Palestine, la Mésopotamie, l’Arabie (elle supervisait déjà les agences d’Égypte), Paris se chargeant des autres régions. Imposée par la carte politique, et mise en place progressivement au cours des années qui vont suivre, cette organisation allait durer un demi-siècle.

  • 4 A. Mey. PV du comité, vol. 12 - 25 janvier et 8 mars 1918.
  • 5 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1-10 décembre 1918 et vol 2. 21 et 28 février 1921.
  • 6 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 2-21 et 28 juin, 13 octobre 1920.

9Avant même l’élaboration d’un plan aussi détaillé, des jalons avaient été posés pour l’ouverture de nouvelles implantations hors de la zone d’action traditionnelle de la banque. La création d’un établissement à Athènes, déjà envisagée en 1918, avait été à nouveau mise à l’étude en février 1919 sur une base plus large puisqu’il s’agissait cette fois de regrouper l’ensemble des intérêts de la BIO en Grèce. On se contenta finalement de maintenir ouvertes les agences de Macédoine groupées autour de Salonique4. Le projet d’une agence à New York, avancé par Londres dès le mois de décembre 1918, fut plus tard abandonné, l’expérience ayant montré qu’une telle implantation n’était pas nécessaire pour obtenir des banques américaines des crédits importants5. Une ouverture à Trieste envisagée en 1920 fut ajournée sine die malgré un premier rapport positif, les circonstances politiques n’ayant pas semblé favorables6.

  • 7 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 6 octobre 1919.
  • 8 A. Mey. PV du comité, vol. 13 et du sous-comité vol. 2-3 mai 1920.
  • 9 A. Mey PV du sous-comité, vol. 3 - 4 janvier 1922.
  • 10 A. Mey. PV du comité, vol. 14-10 mars 1922.
  • 11 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 3 - 4 septembre 1922 et 18 juin 1923.

10Un autre projet d’implantation, non prévu initialement, dans le Caucase, donna pendant quatre ans lieu à de longues études. Sir John Hewett, membre du Comité, au retour d’une mission dans la région en 1919 avait suggéré l’ouverture d’agences à Bakou, Batoum et Tiflis. En octobre de la même année, le colonel Chardiguy, chef de la mission militaire française, conseilla la création avec des capitaux français d’une banque en Géorgie, devenue indépendante à la suite de la révolution russe et où les intérêts italiens cherchaient à prendre position7. À la suite d’une nouvelle étude sur place, le Comité décida le 30 avril 1920 la création des trois agences envisagées par sir John Hewett. Toutefois, quelques jours plus tard, on résolut de surseoir à ces créations8, et en février 1921 l’Armée rouge envahit la Géorgie qui passa sous l’autorité du parti bolchevik. Malgré ces événements qui, semble-t-il, condamnent le projet, la BIO décide d’envoyer à Batoum une mission9. Elle aurait à examiner la possibilité de traiter dans la région des affaire immobilières et de participer à des transactions sur le pétrole. Un peu plus tard, des agents sont nommés à Tiflis et à Batoum10. En septembre 1922 la banque entretient encore un bureau de représentation à Tiflis. En juin 1923 ce bureau existe toujours en principe et le Comité recherche pour lui un agent qualifié11. La libéralisation partielle de l’économie soviétique, la « Nouvelle Politique Économique (NEP) » instaurée par Lénine en 1921 autorisait ces espoirs. Ils devaient être déçus et après 1923 on n’entend plus parler du bureau de Tiflis.

  • 12 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 2 - 5 mai 1920, et du comité vol. 13-7 mai 1920.

11Dans cette même région du Caucase la BIO se vit proposer en mai 1920 de participer à la création de la banque d’État de l’Arménie indépendante prévue par le traité de Sèvres alors en cours de préparation. Gulbenkian, qui avait en 1914 été déjà en relation avec la banque au sujet d’affaires de pétrole, vint de la part des représentants officiels de l’Arménie proposer à la Banque ottomane de prendre une participation de 50 % dans la future banque d’émission (au capital prévu de 1 million £), l’autre moitié devant être souscrite localement. Il était en outre demandé à la banque d’apporter au nouvel établissement ses agences dans le pays. Le Comité déclina la proposition12.

  • 13 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 7 juillet et 18 août 1919 et vol. 2 - 2 mars 1921.
  • 14 A. Mey. PV du comité, vol. 14 -1er décembre 1922.

12De l’ambitieux programme de 1919 seules deux réalisations virent le jour, en Perse et en Tunisie. Au sujet de la Perse se conjuguèrent l’opinion favorable rapportée de son voyage par sir John Hewett et l’intervention du Quai d’Orsay qui, dès l’été 1919, pressa la banque de s’établir à Téhéran. Malgré l’insistance de Berthelot soulignant « l’urgence de la question » la BIO prit le temps de la réflexion. Au début de 1921 une pétition des principaux commerçants de Téhéran, transmise par la légation de France, réclame l’ouverture d’une agence13. Ce furent finalement trois agences qui furent créées à Téhéran, Hamadan et Kermanshah14.

  • 15 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 30 juillet 1919 et vol. 2-31 mai 1920.

13En Afrique du Nord, Alger fut rapidement abandonnée ; Tunis par contre aboutit. Les démarches de la banque auprès des autorités françaises furent favorablement accueillies. Son installation dans la Régence faciliterait les relations avec le Proche-Orient que les commerçants souhaitaient établir et que la Résidence se montrait disposée à favoriser. L’ouverture de l’agence en 1920 fut un succès. Le nom même de la BIO attirait à ses guichets l’élément musulman15.

  • 16 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 24 et 29 décembre 1919.

14Au Maroc, la banque se borna à participer pour un chiffre modeste (4,5 %) à un consortium fondé par la Banque de Paris et des Pays-Bas pour le placement en France d’emprunts émis par le Protectorat et la prise d’intérêts dans des entreprises à fonder dans le pays, qui commençait à attirer les capitaux français16.

15Dans les régions où la BIO était traditionnellement implantée, on enregistra au cours des années d’après guerre un certain nombre de fermetures mais aussi de créations. Ainsi disparurent les agences d’Arabie (Djeddah et Hodeidah), d’Albanie (Scutari et Janina), Drama, Serrés, Gumuldjina, Rhodes, Metellin. On ouvrit par contre deux bureaux dans l’île de Chypre et des agences en Mésopotamie, devenue maintenant l’Irak : Aschar et Kirkouk, et en Palestine : Naplouse, Bethléem, Ramallah.

  • 17 A. Mey. PV du comité, vol. 13-13 décembre 1918.
  • 18 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - et 28 juillet 1919.
  • 19 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 26 novembre 1919.
  • 20 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 24 septembre 1919.
  • 21 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 2-13 décembre 1920.
  • 22 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 2 - 29 septembre 1920.
  • 23 PV du sous-comité, vol. 1 - 20 octobre 1919.
  • 24 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1-17 décembre 1919.
  • 25 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 20 août 1919
  • 26 A. Mey. PV du comité, vol. 13-28 février 1919.
  • 27 A. Mey. PV du comité, vol. 13-21 mars 1919.
  • 28 A. Mey. PV du comité, vol. 13-24 janvier 1919.

16Dans le domaine industriel les efforts de la banque pour mettre sur pied diverses entreprises ou pour y prendre des participations n’aboutirent à rien. Cependant, dès le mois de janvier 1919 le Comité s’était doté d’un conseiller technique chargé d’étudier ce genre d’affaires en la personne du directeur de la Régie des tabacs à Constantinople, Weyl17. Parmi les nombreux projets qui furent présentés, on peut citer notamment : une société de construction immobilière à Constantinople qui entreprendrait la reconstruction des quartiers détruits par les incendies18 ; un projet d’hôtel19 ; une affaire de brasserie20 ; la construction d’entrepôts sur des terrains à acquérir de la Société des quais21 ; la reprise des lignes de la Société de navigation Mahsoussé22 ; à Smyrne une affaire d’huilerie23 ; un vaste projet d’irrigation dans la région de Panderma24 ; dans les Balkans un projet de société de radiotélégraphie25. La BIO participa en outre à divers syndicats : un syndicat d’entreprises industrielles en Grèce26 ; un autre projet dit « d’Orient » en vue de recherches minières en Turquie27 ; le syndicat des mines de cuivre d’Arghana (Turquie)28.

  • 29 A. Mey. PV du comité, vol. 13-7 mai et 9 juillet 1920 et du sous-comité vol. 3-27 juin et 6 décembr (...)
  • 30 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 29 décembre 1919 et du comité vol. 14-16 mars 1923.
  • 31 A. Mey. PV du comité, vol. 14-30 décembre 1921 et du sous-comité vol. 3 -1er mai et 28 juin 1922.

17Aucun de ces projets n’aboutit, ils semblent d’ailleurs avoir été rapidement abandonnés. D’autres, qui n’aboutirent pas davantage, firent l’objet d’études et de négociations plus poussées. La banque tenta ainsi de constituer un groupe franco-anglais qui aurait pris le contrôle de la société de navigation Chirket-i-Haïrié29. On vit surtout naître un vaste projet de réorganisation des chemins de fer de la Turquie d’Asie où des perspectives nouvelles semblaient s’ouvrir du fait de la liquidation attendue des intérêts allemands. Un syndicat tripartite (anglo-franco-italien) constitué à cet effet disparut en 1923 par suite du retrait des Anglais30. Mais une société française ayant vocation à reprendre les lignes de chemins de fer de Cilicie vit le jour en 1922 sous le nom de « Société d’Exploitation des Chemins de fer de Cilicie-Nord Syrie » au capital de 1 million F, la BIO y participant à hauteur de 17 %31.

  • 32 A. Mey. PV du comité, vol. 12-25 octobre 1918 et vol. 13-28 février 1919.

18Par ailleurs, le syndicat de ravitaillement franco-serbe constitué pendant la guerre par la Banque franco-serbe en association avec la Banque ottomane (pour 25 %) fut en 1919 transformé en société anonyme sous le nom de « Société Commerciale d’Orient » au capital de 2 millions F, dont 13 % détenus par la BIO32.

19On voit que de l’ambitieux programme conçu dans l’euphorie de la victoire bien peu fut réalisé et la Banque ottomane dut renoncer à devenir la grande banque du monde musulman. Cet échec tient à plusieurs causes. Tout d’abord le retour de la paix, qui semblait imminent dans l’été de 1919, fit place à un rebondissement du conflit lorsque Mustafa Kemal rejeta le traité de Sèvres et lança en Turquie le mouvement nationaliste. Il faudra attendre le traité de Lausanne en 1923 pour que la paix s’instaure en Méditerranée orientale. Sur le plan proprement économique une grave crise paralysa les affaires à partir de 1920. Enfin la Banque ottomane dut réaliser rapidement qu’elle n’avait pas les moyens de ses ambitions. Déjà dans les années qui précédèrent immédiatement le déclenchement du conflit les ressources de la banque s’étaient montrées à peine suffisantes pour assurer le financement de ses opérations. Aujourd’hui les profits sont si faibles que l’auto-financement est impossible.

  • 33 A. Mey. PV du comité, vol. 13-10 septembre 1920.
  • 34 A. Mey. Assemblée générale du 3 novembre 1921.
  • 35 A. Mey. Assemblée générale du 26 juillet 1922.
  • 36 A. Mey. Assemblée générale des, 25 juillet 1923, 16 juillet 1924 et 29 juillet 1925.

20En effet les années de guerre dont les comptes ne purent être clôturés qu’au 31 décembre 1919 firent apparaître un bénéfice total de 206 405 £ seulement, pour six années d’exploitation33. On assista ensuite à de violentes fluctuations dans les changes, en particulier à une forte dépréciation de la livre turque et du franc français par rapport à la livre sterling. Celle-ci au 31 décembre 1920 cotait 540 piastres et 60 F, contre respectivement 110 piastres et 25 F en 1914. Les pertes subies par la banque de ce fait (702 569 £ au bilan de 1920) absorbèrent entièrement les résultats d’exploitation des années 1914 à 192034. Une légère remontée du franc en 1921 (à 52 pour 1 £) permit de dégager un profit de 268 533 £ et de mettre en paiement un dividende de 10 shillings35. Mais les pertes de change reparurent les années suivantes – la livre sterling s’élève à 87,50 F et 872 piastres au bilan du 31 décembre 1924 –, les bénéfices pour les exercices 1922, 1923 et 1924 ne totalisèrent que 308 848 £ et aucun dividende ne fut distribué36.

Création de la Banque de Syrie

21En 1916 un accord franco-anglais, connu sous le nom d’accord Sykes-Picot du nom des diplomates qui le négocièrent, avait délimité les zones qui seraient placées sous l’autorité ou l’influence des deux pays après l’effondrement attendu de l’Empire ottoman. Avaient été ainsi dessinées une zone « Ouest » comprenant le Liban et le littoral syrien, où l’autorité de la France s’exercerait sans partage, et une zone « Est », formée de la Syrie intérieure (région de Damas et d’Alep) destinée à faire partie du futur royaume arabe prévu par les arrangements conclus entre la Grande-Bretagne et le chérif de La Mecque, mais qui serait néanmoins placée sous l’influence française.

  • 37 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 3 et 12 décembre 1918.
  • 38 A. Mey. PV du comité, vol. 13-27 décembre 1918 et 3 janvier 1919.
  • 39 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 2 et 9 avril 1919.

22En décembre 1918 le Quai d’Orsay pressa le comité de Paris de la Banque ottomane de créer en Syrie une banque française à qui pourrait par la suite être confiée l’émission des billets de banque dans la zone française37. La Banque de Syrie fut définitivement constituée le 2 janvier 1919 sous forme d’une société anonyme française au capital de 10 millions F dont un quart versé. La BIO avait souscrit 94,45 % du capital et fournissait sept administrateurs sur les neuf qui composaient le premier conseil38. En avril 1919 la Banque de Syrie s’installe à Beyrouth et à Marseille, tandis que le gouvernement français lui confie formellement le privilège d’émission pour toute la Syrie39.

  • 40 AN, 207 AQ, 14 - BSL 13 - BS Beyrouth à BS Paris, 7 juillet 1919.
  • 41 AN, 207 AQ, 14 - BSL 13 - Note de visite à M. Georges-Picot, 26 août 1919.

23*Cependant le statut politique de la région demeurait en suspens. Elle se trouvait, depuis la défaite turque, occupée par l’armée Allenby et placée de ce fait sous administration militaire anglaise. Or cette administration était peu pressée de voir entrer en application les accords Sykes-Picot et paraît avoir cherché à créer, dans le domaine financier qui nous intéresse, un état de fait défavorable aux intérêts français. La direction de la Banque de Syrie à Beyrouth, interprétant dans une lettre du 7 juillet 1919 l’attitude de l’état-major de l’armée Allenby, y aperçoit une manœuvre pour introduire la livre égyptienne comme monnaie libératoire dans tout le territoire occupé par les troupes anglaises et pour établir la suprématie de l’Anglo-Egyptian Bank sur les autres banques présentes dans la région. La Banque de Syrie recommande en conclusion de ne pas heurter de front les autorités britanniques, tout en les contrecarrant afin de parvenir à la constitution de l’État syrien sous influence française en Syrie40. Cette position sera approuvée par le haut-commissaire français en Syrie, François Georges-Picot, et c’est avec son plein accord qu’il est décidé de surseoir à l’émission de bank-notes tant que le gouvernement français ne sera pas en mesure de leur assurer le pouvoir libératoire41.

  • 42 AN, 207 AQ, 14 - BSL 13 - Note de visite à M. Georges-Picot, 26 août 1919.
  • 43 A. Mey. PV du comité, vol. 13-30 mai 1919, et 10 décembre 1920.
  • 44 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 2-12 mai 1920, et AN, 207 AQ, 14 - BSL 13 - Note du 19 décembre 192 (...)

24La création de la Banque de Syrie n’avait pas mis fin à l’activité des agences de la BIO dans la région qui continuaient leurs opérations même à Beyrouth. Le Quai d’Orsay insistait pour la fusion des deux établissements42, mais le comité de la banque préférait maintenir l’existence du réseau de la Banque ottomane, aussi longtemps du moins que la situation politique ne serait pas éclaircie43. Or elle était encore loin de l’être au début de 1920. Si la zone Ouest était maintenant occupée par les Français, l’émir Fayçal, le Fds aîné du chérif de La Mecque, régnait à Damas – il s’y fit proclamer roi le 8 mars 1920 – et ne paraissait pas disposé à accepter l’influence française. Son ministre des Finances interdit aux agences de la BIO à Damas, Alep, Homs et Hamah toute relation avec la Banque de Syrie lorsque celle-ci décida le 1er mai 1920 de mettre en circulation ses billets libellés en livres syriennes, devise rattachée au franc français44. Ce conflit d’autorité prit fin en juillet après qu’une colonne française eut occupé Damas et chassé Fayçal (juillet 1920).

  • 45 AN, 207 AQ, 14 - BSL 13 - Note du 19 décembre 1929.

25En 1921 la Banque ottomane apporta à la Banque de Syrie l’ensemble de ses agences établies dans les États du Levant sous mandat français. Furent ainsi apportées les agences d’Alep, Alexandrette, Beyrouth, Damas, Hamah, Homs, Saïda, Tripoli et Zahlé pour une valeur totale de 5 500 000 F rémunérée par 11 000 actions d’apport entièrement libérées. Doublé auparavant à 20 millions F le capital de la Banque de Syrie fut aussi définitivement fixé à 25 500 000 F45.

  • 46 AN, 207 AQ, 12 - BSL 4 - Répartition du capital (1924).

26En 1924 lors du renouvellement de son privilège d’émission la Banque de Syrie prit le nom de Banque de Syrie et du Grand Liban, tandis que la Banque ottomane cédait une partie de ses actions d’apport (5 217 sur 11 000) à des personnalités syriennes et libanaises46.

Accord avec la Banque de Paris et des Pays‑Bas

27Pendant la guerre les actions de la banque avaient fortement baissé, tombant entre 1915 et 1917 à des niveaux sans précédent depuis les années noires 1876-1878 (cf. annexe V). Cet état de choses, si, dans les circonstances de l’époque, il n’avait rien de surprenant, était évidemment favorable à un ramassage spéculatif, qui en effet ne manqua pas de se produire.

  • 47 AN, 207 AQ, 7 - BO 22 - Notes des 20 et 23 septembre 1920.

28À la demande du ministre des Finances François-Marsal, le baron de Neuflize, président du comité à Paris, reçut en septembre 1920 la visite d’un journaliste italien, Naldi, propriétaire du journal Tempo. Celui-ci se présenta comme le représentant d’un groupe financier de la péninsule détenteur d’un paquet de 40 000 actions de la Banque ottomane. Ce groupe financier s’était formé depuis un certain temps et avait procédé à des achats systématiques en bourse avec l’encouragement du gouvernement italien, alors dirigé par Nitti. Ce dernier voyait dans ces achats un moyen de favoriser l’expansion italienne en Asie Mineure. Giolitti, ayant remplacé Nitti à la tête du gouvernement, avait confié à Naldi la mission de coordonner l’action de ce groupe en évitant tout conflit avec le gouvernement français. L’Italien venait donc proposer à la banque, dont l’assemblée devait se tenir prochainement, une entente assortie de la désignation de représentants de son groupe au comité47.

  • 48 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - Notes de Cerjat à Barry, 23 septembre 1920 et Paris à Londres, 20 octobre 192 (...)

29Donner satisfaction à ces demandes impliquait la perte du caractère franco-anglais qui depuis l’origine était celui de la banque et que les projets d’expansion développés l’année précédente avaient prévu de renforcer. Les rejeter, c’était entrer en conflit avec un groupe porteur d’un paquet considérable d’actions (plus de 8 % du capital) qui allait faire sentir tout son poids à la prochaine assemblée. Le nombre d’actions représentées à ces assemblées évoluait en effet autour de 50 000 (70 000 l’année précédente)48.

  • 49 AN, 207 AQ, 7 B.O. 22 - Audience de G. Leygues au baron de Neuflize, 4 octobre 1920.

30Londres et Paris tombèrent tout de suite d’accord pour écarter les Italiens, qui en furent informés le 1er octobre. De grands efforts furent déployés de part et d’autre de la Manche pour s’assurer du maximum de pouvoirs. Mis au courant Georges Leygues, président du Conseil, approuva l’attitude de la banque. Le gouvernement français souhaitait qu’elle demeure « sous le contrôle prépondérant des intérêts français ». Il n’avait d’ailleurs été saisi d’aucune requête du gouvernement italien et les accords de San Remo qui prévoyaient l’association d’intérêts anglo-franco-italiens en Asie Mineure dans des affaires en projet, en particulier dans les chemins de fer, ne concernaient nullement les entreprises existantes49.

  • 50 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - Mémento de l’audience accordée à MM. de Neuflize et Vernes - 19 octobre 1920.
  • 51 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - PV de la réunion tenue à la BPPB, le 20 octobre 1920.
  • 52 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - Mémento de la réunion tenue à la BIO, 20 octobre 1920.

31Repoussés, les Italiens allèrent offrir leurs titres à la Banque de Paris et des Pays-Bas. Celle-ci le 19 octobre prit sur ce paquet de 42 500 actions une option expirant le lendemain soir et en informa le comité de Paris de la BIO. Le même jour les dirigeants de ce dernier sont convoqués par Georges Leygues qui leur exprime le très grand intérêt que porte le gouvernement à une entente entre les deux établissements de manière à éviter l’intervention italienne50. Devant une prise de position aussi ferme, la banque ne pouvait que s’incliner. Réunis en toute hâte à la Banque de Paris et des Pays-Bas, les représentants de la Banque ottomane prennent connaissance des exigences de leur nouvel actionnaire. Elles sont grandes. La Banque de Paris revendique immédiatement deux sièges d’administrateur à Paris et deux autres à Londres, plus quatre à Paris et quatre à Londres à pourvoir au fur et à mesure des vacances. Elle revendique également pour l’un de ses représentants la présidence du sous-comité51. Tout en donnant son accord, « étant donné l’intervention du gouvernement français et la nécessité d’écarter le grave péril italien », le comité ne peut se retenir d’exprimer « ses craintes que la Banque de Paris ne contrôle effectivement, dans un délai plus ou moins lointain, la Banque ottomane, alors qu’il eût été souhaitable d’obtenir seulement sa collaboration »52. Les deux établissements ne collaboraient-ils pas déjà dans les affaires turques depuis plus de quarante ans ?

  • 53 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - Note Fisher (BIO Londres).
  • 54 AN, 207 AQ, 7 BO 22.

32La réaction de Londres qui, compte tenu de la nécessité de conclure le jour même avant l’échéance de l’option, ne put être informée qu’après coup des termes de l’accord, fut d’abord un vif mécontentement d’être ainsi mise devant le fait accompli53. Mais que pouvait-on faire puisqu’on avait choisi d’entrée de jeu d’écarter les Italiens ? Malgré les efforts déployés pour mobiliser les actionnaires autour du Comité, une victoire à l’assemblée n’était nullement assurée. Et la pression du gouvernement français en faveur de la Banque de Paris et des Pays-Bas ne pouvait être ignorée. Enfin les membres du Comité, tant anglais que français, n’avaient ni le désir ni sans doute les moyens de racheter eux-mêmes la participation italienne. En tout cas il n’en fut jamais question. Aussi après une première manifestation de mauvaise humeur, et grâce à l’attitude conciliante adoptée par lord Bessborough, président du comité à Londres, celui-ci ratifia finalement les arrangements conclus à Paris. « We welcome the entrance of an Establishment of such high standing as the BPPB and their friends amongst the shareholders in the Bank », écrivit le 29 octobre, pour clore l’incident, lord Bessborough au baron de Neuflize54.

  • 55 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - Répartition des actions d’après les chiffres donnés pour l’Assemblée générale

33La Banque de Paris et des Pays-Bas ne s’était pas engagée seule en cette affaire ; elle avait à ses côtés la Banque industrielle de Chine (11 950 actions), la Banque commerciale de la Méditerranée (7 800 actions) et le Crédit Foncier d’Algérie-Tunisie (9 400 actions), elle-même ne détenant que 13 350 actions55.

  • 56 A. Mey. - Rapport à l’Assemblée générale et PV du comité vol. 13-3 décembre 1920.
  • 57 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - PV et mémento du 20 octobre 1920.

34À l’assemblée du 17 novembre, Horace Finaly, directeur général de la BPPB, André Berthelot, président de la Banque industrielle de Chine, sir Albert Stern et sir Guy Granet furent élus membres du Comité, et Finaly porté à la présidence du sous-comité56. Un accord de collaboration fut en outre conclu entre les deux établissements pour le développement des affaires en Orient, donnant un cadre juridique à des relations anciennes57. La Banque de Paris et des Pays-Bas jouera désormais un rôle prépondérant dans la définition de la politique de la Banque ottomane.

La banque pendant la guerre de l’indépendance

  • 58 AN, 207 AQ, 31 G10 - Lettre Didelot, inspecteur, 21 juin 1921.

35La signature de l’armistice de Moudros et les espoirs qu’elle fit naître dans la population de l’Empire d’un prompt retour à la paix amenèrent une certaine reprise de l’activité économique58. Sur le plan politique, tandis que les forces alliées, déjà maîtresses de la Palestine, de la Syrie, de la Mésopotamie, occupaient la région de Constantinople, celle d’Adalia (Italiens), la Cilicie (Français), la Conférence de la Paix, ouverte en janvier 1919, était saisie de nombreux projets tendant tous au démembrement de l’Empire ottoman. Si à Constantinople le sultan Mehmet VI Vahideddin et le gouvernement qui avait succédé aux dirigeants d’Union et Progrès, chassés par la défaite, se montrèrent disposés, tout au moins en apparence, à la collaboration avec les vainqueurs, une résistance commençait à s’organiser au sein de l’armée et de la population. Mustafa Kemal, le héros des Dardanelles, nommé inspecteur général de la neuvième armée à Samsoun où il arriva le 19 mai 1919, se servit de ses fonctions officielles pour unifier ces mouvements de résistance à travers l’Anatolie. L’occupation de Smyrne et de sa région par l’armée grecque, autorisée par les alliés, malgré la très tardive participation de la Grèce au conflit à leur côté, dans le but de combattre l’opposition de la population turque, eut pour effet de l’exaspérer. Les élections de fin 1919 envoyèrent à Constantinople un parlement largement dominé par les nationalistes. Sous la pression des autorités britanniques d’occupation, le gouvernement impérial prononça la dissolution de ce parlement et résolut d’intervenir par la force contre le mouvement nationaliste en Anatolie, mettant hors-la-loi Mustafa Kemal et ses partisans. Simultanément les alliés arrêtaient le 16 mars 1920 un certain nombre de dirigeants de l’opposition se trouvant à Constantinople et procédaient à l’occupation militaire de la capitale.

  • 59 AN, 207 AQ, 31 G10.

36Ces mesures suscitèrent à la direction générale de la BIO de vives inquiétudes. Louis Steeg y avait remplaçé en qualité de directeur général A. Nias, démissionnaire pour raison de santé en juin 1919. Le soir même du 16 mars, Steeg écrivait au Comité : « Il est à craindre que ces mesures ne soient interprétées par la population turque... comme le prélude à l’expulsion de la Turquie de Constantinople. Dans ce cas de graves conséquences sont à prévoir dans l’intérieur de l’Anatolie. » Déjà le 8 mars la direction de l’agence de Konia avait averti « qu’il se passerait ici des événements très déplorables... si la Conférence de la Paix ne donne pas satisfaction aux desiderata du mouvement nationaliste »59. Or il était évident que l’on s’orientait vers une paix extrêmement dure. Le traité signé à Sèvres le 10 août 1920 décidait le démembrement de la Turquie. Ce n’était pas seulement les provinces arabes qui cessaient de faire partie de l’Empire ottoman. L’Anatolie elle-même était dépecée.

  • 60 AN, 207 AQ, 31 G10 - DG à comité de Paris, 18 mars 1920.
  • 61 AN, 207 AQ, 31 G10 - DG à comité de Paris, 3 avril 1920.

37L’intervention alliée du 16 mars provoqua l’interruption des relations ferroviaires et télégraphiques avec l’Anatolie, désormais livrée à la guerre civile. Par mesure de précaution, les troupes alliées se trouvant sur la ligne de chemin de fer entre Eskichehir et Konia furent retirées60. La banque décida de maintenir sur place son personnel. Il était maintenant impossible de procéder à son évacuation. On recommanda aux agences de continuer leurs opérations et de se placer sous la protection des autorités locales, quelles qu’elles soient61. La banque évitait ainsi de prendre parti dans le conflit ouvert maintenant entre les Alliés et les Kemalistes. Ceux-ci contrôlaient la plus grande partie de l’Anatolie, en dehors des zones occupées par les troupes grecques et françaises.

  • 62 AN, 207 AQ, 31 G10 - Lettres BIO Bolou, 21 mai 1920 et BIO Adabazar, 11 mai 1920.
  • 63 AN, 207 AQ, 31 G10 - Lettres BIO Adabazar 2, 3, 4 et 8 septembre 1920 et DG à Comité de Paris, 20 s (...)
  • 64 AN, 207 AQ, 31 G10 - DG à Comité de Paris, 14 septembre 1920.

38L’attitude prudente adoptée par la BIO ne put toutefois la mettre complètement à l’abri des troubles provoqués par la lutte entre les nationalistes et les partisans du gouvernement de Constantinople ou encore par l’état d’anarchie qui tendait à se répandre. C’est dans la région d’Adabazar et de Bolou, au nord-ouest de l’Anatolie, qu’elle eut le plus à souffrir. Les Tcherkesses y étaient nombreux et demeuraient fidèles à l’autorité du sultan. L’un des leurs, décoré par la Porte du titre de pacha, recruta une « armée du Califat » et se lança dans la lutte contre les nationalistes. Il réussit à s’emparer d’Adabazar et de Bolou. Dans cette dernière ville, la population, se jetant sur les nationalistes qui battaient en retraite, les massacra sauvagement (5 mai 1920). Des scènes de pillage suivirent et l’agence fut le 7 mai attaquée de vive force par une bande de Tcherkesses qui se saisirent d’une partie de l’encaisse62. Les deux villes changèrent de mains plusieurs fois ; en septembre l’agence d’Adabazar fut repliée sur Ismidt63. À Bolou le même mois, deux agents de la banque furent massacrés par des bandes kurdes envoyés par les autorités d’Angora pour reconquérir la ville sur les Tcherkesses64.

  • 65 AN, 207 AQ, 31G10 -.

39Au milieu de ces désordres, la direction générale de Constantinople envisageait l’avenir avec pessimisme ; « Il est difficile... de voir une issue à la situation actuelle dans une action militaire, écrivait-elle au comité de Paris le 16 avril 1920, à moins que cette action ne soit effectuée par une forte armée alliée envoyée d’Europe. Il semble, il est vrai, que la Grèce se montre disposée à s’avancer de Smyrne aussi loin qu’il sera nécessaire pour obtenir la soumission de Mustapha Kemal. Une telle entreprise entraînerait la dévastation des régions les plus riches de l’Anatolie, mettrait en grand danger la vie et les biens des populations chrétiennes de l’intérieur et relèverait le moral des forces nationales »65. Les événements n’allaient pas tarder à confirmer la justesse de ce pronostic.

  • 66 AN, 207 AQ, 31G10 - BIO Nazli, 31 juillet 1920 et DG à Comité de Paris, 30 août 1920.

40En juin l’armée grecque, jusque-là cantonnée dans la région de Smyrne, passa à l’offensive avec l’assentiment des gouvernements alliés. Les forces nationalistes, encore mal organisées et dans lesquelles, pour pallier l’insuffisance d’effectifs, le gouvernement d’Angora employait des bandes indisciplinées et de faible valeur militaire, furent rapidement contraintes à la retraite sur l’ensemble du front. Nazli tomba le 3 juillet, suivi peu après de Denizli. À Nazli des centaines d’immeubles, dont celui de la banque, furent incendiés. Dans leur retraite, les irréguliers qui occupaient la région emmenèrent la population chrétienne, y compris le personnel de la BIO66. À l’autre extrémité du front, Brousse fut occupée par les Grecs le 8 juillet, tandis qu’en Thrace ils pénétraient dans Andrinople évacuée par sa garnison.

  • 67 AN, 207 AQ, 31G10 - BIO Trébizonde, 24 août 1920, DG à Comité de Paris, 6 septembre 1920 et rapport (...)

41On assistait simultanément à une tentative rapidement étouffée de créer sur la mer Noire une république grecque du Pont. À Kerassunde un ancien batelier, Osman Agha, exerçait par la terreur la réalité du pouvoir, persécutant et dépouillant la classe aisée de la ville, chrétienne comme musulmane. L’agence de la BIO réussit néanmoins, à force de diplomatie, à entretenir avec ce personnage des relations « plutôt bonnes »67.

  • 68 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 14 septembre 1920.
  • 69 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 15 octobre 1920.
  • 70 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 13 décembre 1920.

42C’est tout particulièrement dans la région située au sud de la ligne de chemin de fer Eskichehir-Konia que l’insécurité et l’anarchie régnaient après son évacuation par l’armée turque. Les troupes grecques s’y affrontaient à des bandes irrégulières. Aussi longtemps que cela fut possible la banque maintint en activité les agences qu’elle possédait dans ce secteur, malgré les risques considérables qu’y courait le personnel. Comme l’écrivait le directeur général, « depuis longtemps nos agences d’Anatolie ne sont pas des postes de tout repos »68 ; il y fallait en effet des caractères bien trempés. Devant l’aggravation de la situation on se résigna à en autoriser ou même à en ordonner l’évacuation dans certains cas, notamment lorsque l’enlèvement de leurs encaisses par les combattants interdisait toute activité, comme cela s’était produit à Afioum Karahissar, à Balikesir, à Panderma et dans la plupart des agences situées dans la zone des combats69. Malgré ces incidents, la direction estimait en décembre 1920 que « les dommages subis sont restés bien au-dessous de ce que nous aurions pu craindre70 ».

  • 71 AN, 207 AQ, 31G10 - Rapport de BIO Biledjik, 19 avril 1921.

43Interrompue, puis reprise, l’avance de l’armée grecque fut finalement stoppée en janvier 1921 par les forces nationalistes enfin réorganisées (première bataille d’Inönü) ; les Grecs durent battre en retraite vers Brousse. Dès le 23 mars, ils reprirent l’offensive pour être à nouveau arrêtés et contraints à reculer à la deuxième bataille d’Inönü (27 mars-1er avril 1921). Située au cœur de la bataille, la ville de Biledjik fut très éprouvée. Lors de sa prise par l’armée grecque, les éléments douteux qui l’accompagnaient, réfugiés grecs originaires de la région, cherchèrent à se venger des musulmans. Au cours des scènes de pillage et de violence qui suivirent, l’incendie se déclara, détruisant 80 % des immeubles de la ville. Le personnel de la BIO lutta courageusement contre les flammes et parvint, après deux jours d’effort, à sauver le bâtiment sans pouvoir cependant en empêcher le pillage. Les familles des agents avaient trouvé refuge dans la montagne voisine. Lorsque commença la retraite des Grecs, ces mêmes agents, redoutant l’exaspération des musulmans que les événements des derniers jours avaient portée à son comble, s’enfuirent vers Brousse distante de près de 100 kilomètres, à pied, et dans le dénuement le plus complet71.

  • 72 AN, 207 AQ, 31G10 - Lettre BIO Angora à DG, 11 février 1921 et annexe nº 4.
  • 73 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 13 décembre 1920.

44Malgré les difficultés de la tâche le gouvernement d’Angora parvint à rétablir l’ordre dans les territoires sous son contrôle. En février 1921 il réussit à supprimer les bandes d’irréguliers et à les intégrer à ses forces armées. La BIO se vit remboursée des prélèvements opérés dans les caisses de ses agences et celles-ci furent autorisées à effectuer des transferts de fonds à destination de Constantinople, à l’exception de l’or72. D’une manière générale les autorités nationalistes semblaient animées d’intentions bienveillantes à l’égard de la banque, conscientes des services déjà rendus à la Turquie par cette institution et de ceux qu’elle était susceptible de rendre à l’avenir73.

  • 74 AN, 207 AQ, 31G10 - Lettre Didelot, 21 juin 1921 et rapport sur la situation économique et financiè (...)
  • 75 AN, 207 AQ, 34G17 - DG à Comité de Paris, 19 juin 1923 et note annexe.

45L’économie se trouvait paralysée non seulement dans la zone des combats, mais dans presque toute l’Anatolie. L’insécurité, la mobilisation des hommes en âge de porter les armes, les déplacements de population, les difficultés de transport provoquaient baisse de la production et stagnation des affaires. Toutes les ressources du pays étaient presque exclusivement consacrées aux besoins de l’armée74. Une aide importante fut toutefois fournie aux nationalistes par la Russie soviétique, sous forme de livraisons de matériel de guerre et d’or. L’agence de la banque à Trébizonde reçut près de 3 millions et demi de roubles-or dont 2 200 000 provenaient du trésor de l’amiral Koltchak, saisi par l’Armée rouge en Sibérie. Ils furent versés à la caisse de l’agence par Frounze lui-même, alors chargé de mission auprès du gouvernement d’Angora75.

  • 76 AN, 207 AQ, 31G10 - Note Steeg janvier 1921 s/situation actuelle et rapport X. de Goyon, 10 avril 1 (...)
  • 77 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 12 mai 1920.
  • 78 AN, 207 AQ, 31G10 - Rapport X. de Goyon, inspecteur, 10 avril 1920.

46En Cilicie, l’occupation française avait d’abord été bien accueillie par la population. Mais l’appui donné par les représentants de la France à l’élément arménien aboutit à un soulèvement général des musulmans. Malgré les tentatives des autorités d’occupation de revenir à une attitude plus neutre, le mouvement nationaliste trouva dans la région de nombreux partisans76. Dès le1er avril 1920 l’agence d’Aïntab fut fermée et le personnel évacué, évitant ainsi les souffrances du siège et les massacres qui allaient suivre77. À Alexandrette l’insécurité dans la région était si grande que la ville se trouvait privée de toute communication terrestre et que l’on dut distribuer des armes au personnel de l’agence pour assurer sa protection78.

  • 79 AN, 207 AQ, 31G10 - Lettre Didelot, 21 juin 1921.

47Dans de telles conditions les agences d’Anatolie, qui voyaient d’ailleurs disparaître l’élément chrétien prépondérant dans leur clientèle, ne pouvaient avoir qu’une activité des plus limitées, bornant dans la plupart des cas leurs opérations aux transferts de fonds79.

  • 80 AN, 207 AQ, 31G10 - Note Boggetti, Directeur de la BIO Angora (sans date).
  • 81 AN, 207 AQ, 31G10 - Lettre BIO Brousse, 12 septembre 1922.

48En juillet 1921 l’armée grecque reprend l’offensive : Afioum Karahissar, Kutahia, Eskichehir sont enlevées. La bataille de la Sakarya (21 août) brise cet élan, pour la troisième fois les Grecs sont contraints de reculer. Au cours des mois qui suivirent, la France, se désolidarisant de l’Angleterre et de la Grèce, conclut avec le gouvernement d’Angora les accords dits « Franklin-Bouillon » ; l’armée française se retire de la lutte et évacue la Cilicie. Mais les tentatives pour parvenir à une paix générale sur la base d’un abandon du traité de Sèvres échouent. Le 26 août 1922 l’armée grecque tente un suprême effort pour percer les lignes turques. Les deux adversaires sont proches de l’épuisement. Mais l’armée turque, maintenant reconstituée, combat avec l’énergie du désespoir, car ce qui est en jeu pour elle, c’est l’avenir de tout un peuple, son existence en tant que nation. Le 30 août les Grecs sont vaincus (bataille de Dumlupinar), Eskichehir est reprise le 2 septembre, Balikesir le 6, Aïdin le 7, Brousse le 10, Smyrne est atteinte le 9. Dans sa débâcle l’armée vaincue entraîne avec elle les populations chrétiennes qui redoutent les représailles. Résolus à ne rien laisser de leurs biens entre les mains des vainqueurs, les Grecs, lorsqu’ils en ont le temps, saccagent les villes et les villages qu’ils évacuent. La moitié de la ville d’Eskichehir est détruite à la dynamite après avoir été pillée. L’immeuble de la BIO se dresse seul au milieu des décombres, sauvé par l’action courageuse de l’employé à la garde duquel il avait été confié ; à Afioum Karahissar, ville en très grande majorité musulmane, un millier de maisons au moins furent détruites80. À Brousse, c’est l’arrivée rapide de l’armée turque qui sauva la ville de la destruction préparée par les sapeurs grecs. La direction locale de la Banque ottomane, avec l’aide d’un officier français présent sur place, avait organisé la protection de ses locaux. Un officier grec lança cependant dans le jardin deux bombes incendiaires, vite étouffées par les employés. Il fut lui-même abattu quelques mètres plus loin81.

49L’armée grecque se hâta de se rembarquer, achevant dans la nuit du 8 au 9 septembre l’évacuation de Smyrne, confiée maintenant aux consuls généraux. Dès le 5, les colonies françaises et italiennes avaient organisé des milices de volontaires pour assurer l’ordre dans les quartiers où demeuraient les étrangers, tandis que des détachements alliés, débarqués des navires de guerre stationnés dans le port, occupaient dans la soirée du 8 septembre les consulats, les écoles étrangères et certains établissements de crédit. L’entrée des avant-gardes de la cavalerie turque sur les talons des troupes grecques le 9 septembre, suivie le lendemain de celle de Mustafa Kemal, fut accompagnée d’incidents avec des éléments de la population que le pillage des dépôts abandonnés par les Grecs avaient largement pourvue d’armes et d’explosifs. Des bombes furent jetées sur les troupes turques, des coups de feu échangés, l’évêque grec massacré par la foule. Les incidents les plus violents éclatèrent dans le quartier arménien, entraînant le 11 septembre l’ordre d’arrêter tous les Arméniens de sexe masculin.

  • 82 AN, 207 AQ, 32B13 - Rapport R. Maurel, 23 septembre 1922.
  • 83 AN, 207 AQ, 32B13 - Télégramme Steeg à BIO Paris, 18 septembre 1922.

50Selon un témoin oculaire l’incendie se déclara dans ce quartier le 13 septembre vers midi (les responsabilités de ce drame n’ont jamais pu être établies). Il se propagea en direction des quartiers nord qui furent dévastés au cours des journées suivantes82. L’immeuble de la BIO brûla le 15, ensevelissant sous les décombres les coffres-forts. Pour en assurer la sécurité la direction obtint une garde de marins français, et put ensuite faire transporter les valeurs sur le cuirassé Edgar Quinet83.

  • 84 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 29 novembre 1922 et annexe.
  • 85 AN, 207 AQ, 31G10 - BIO Andrinople à DG, 17 octobre 1922 et DG à Comité de Paris, 23 octobre 1922.

51Après la victoire des nationalistes on assista en divers points du pays à d’importants mouvements de population. À Adalia, plus de 8 000 chrétiens quittèrent la ville, certains d’entre eux furent déportés vers Konia (dont trois agents de la BIO)84. Après la signature de l’armistice de Moudania et en exécution de ses clauses, l’armée grecque évacua la Thrace. Les chrétiens émigrèrent alors en masse, détruisant les biens qu’ils ne pouvaient emporter ; la ville d’Andrinople vit sa population tomber de 150 000 à 30 000 habitants85.

52L’issue de la guerre rendait définitivement caduques les dispositions du traité de Sèvres, traité qui avait d’ailleurs paru inapplicable à peine signé (le gouvernement français n’en demanda jamais la ratification au Parlement). Le traité de Lausanne (24 juillet 1923) donna satisfaction aux exigences des nationalistes en rétablissant l’intégrité territoriale de la Turquie, limitée maintenant à l’Anatolie et à la Thrace orientale. Pour supprimer à l’avenir toute cause de conflit ethnique, les Grecs d’Asie Mineure furent échangés contre les Turcs demeurant encore en Macédoine et en Crète.

  • 86 A. Mey - PV du Comité vol. 15-16 mai 1924.

53La disparition à peu près complète de l’élément chrétien en dehors de Constantinople allait poser à la Banque ottomane des problèmes considérables. C’était en effet parmi les chrétiens que se recrutait jusque-là dans la plupart des villes la majorité de la classe commerçante et donc la clientèle de la banque. Leur disparition allait affecter d’une manière durable les conditions d’exploitation d’un grand nombre d’agences. Entre 1920 et 1923 la clientèle non musulmane des agences turques aura diminué des trois quarts, cependant que la clientèle musulmane augmentera de moitié86. En ce qui concerne le personnel, les communautés grecque et arménienne avaient toujours constitué les principales sources de recrutement. À ce point de vue aussi un changement complet d’orientation s’avérait nécessaire.

  • 87 A. Mey - PV du Comité vol. 15-19 octobre 1923.

54Pour toutes ces raisons, la banque prit son temps pour procéder à la réouverture des agences situées dans les localités touchées par le conflit. Il faudra attendre la fin de 1923 pour que la direction générale se préoccupe de rouvrir Aïdin, Afioum Karahissar, Erzeroum, Kutahia87.

La convention de 1924

55Le 1er novembre 1922, quelques jours après la fin des hostilités, le sultanat avait été aboli. La République turque fut proclamée le 29 octobre 1923. La capitale en fut transférée à Angora, bientôt dénommée Ankara. Mustafa Kemal, qui allait prendre un peu plus tard le patronyme d’Atatürk, en fut le premier président.

  • 88 AN, 207 AQ, 216 T 25 - État du 18 octobre 1922.

56Pendant toute la durée du conflit la Banque ottomane avait agi en tant que banquier aussi bien du gouvernement impérial de Constantinople que des autorités nationalistes d’Angora, avançant à ces dernières un total de 2 177 000 LT entre juillet 1921 et juillet 192288.

  • 89 AN, 207 AQ, 2 BO 6 - Steeg à Comité, 5 avril 1923.
  • 90 AN, 207 AQ, 2 BO 6 - Note sur les moyens de diminuer les exigences du gouvernement.

57En mars 1923 Louis Steeg se rendit à Ankara à l’invitation du ministre des Finances pour procéder à un tour d’horizon des questions en suspens entre la banque et l’État. Lors d’un entretien que lui accorda Ismet Pacha (le futur Ismet Inönü) alors chef d’état-major de l’armée et principal négociateur à la conférence de Lausanne, celui-ci exprima la satisfaction du gouvernement pour les services rendus par la banque et évoqua l’éventualité d’une prorogation de la convention qui expirait le 4 août 192589. Des critiques étaient cependant avancées contre la Banque ottomane dans les milieux dirigeants. On lui reprochait de n’être pas assez liée au développement de la vie turque et d’avoir dans le passé favorisé exagérément les éléments grec et arménien de l’Empire90.

58Le Comité n’était à cette date nullement pressé d’engager des négociations alors que la conférence de Lausanne n’avait pas encore abouti. Le gouvernement turc de son côté n’avait pas arrêté sa position quant au futur statut de la banque. Les contacts furent maintenus entre les deux parties, mais ce n’est qu’en février 1924 que les pourparlers débutèrent à Ankara.

  • 91 A. Mey - PV du Comité vol. 15 - 3 avril 1925.

59Ils furent brefs ; la convention fut signée le 10 mars 1924. Elle portait à 5 millions LT (contre 1 500 000 avant guerre, mais il s’agissait maintenant de livres papier) le compte d’avance statutaire ; venait s’y ajouter une avance de 2 millions à la Banque agricole (Ziraat Bankasi) dont le gouvernement, qui s’en porta garant, souhaitait accroître le rôle dans l’économie. Une autre avance de 750 000 LT fut un peu plus tard consentie à la Banque d’Affaires (Is Bankasi) créée à l’initiative de l’État91. À la demande du gouvernement, des dispositions furent prises afin d’accroître le nombre d’employés musulmans dans le personnel ainsi que leur qualification et leur position hiérarchique ; mesure conforme à la politique de turquification adoptée par la République.

  • 92 AN, 207 AQ, 2 BO 6 - Texte de la convention. Elle ne sera ratifiée par la grande Assemblée national (...)
  • 93 A. Mey - PV du Comité vol. 16-3 avril 1925.

60En attendant la création d’une banque d’émission nationale, la Banque ottomane continuerait à assurer les opérations du Trésor public et maintiendrait à cet effet le réseau d’agences nécessaire. Le cours forcé de ses billets était maintenu, mais elle renonçait définitivement à son privilège d’émission, abandonné en 1914. Enfin l’échéance de la convention était fixée au 1er mars 193592. Elle n’aurait donc qu’un caractère provisoire jusqu’à ce que la Turquie ait créé son propre institut d’émission. Il fallut pour cela quelques années et ce n’est qu’en 1931 que naquit la Banque centrale de la République de Turquie. La Banque ottomane figura parmi les premiers actionnaires. À cette occasion disparurent ses dernières fonctions de banque d’État. Conséquence à la fois du démembrement de l’Empire ottoman et du changement de régime politique en Turquie, la banque supprima dans sa dénomination le terme « impériale »93. La Banque impériale ottomane avait vécu.

  • 94 A. Mey - PV du Comité vol. 32 - 29 avril 1948.

61Dernier vestige du passé, les billets de la banque furent en 1947 appelés au remboursement en or à leur valeur faciale, fait unique dans l’histoire des banques d’émission depuis l’instauration du cours forçé lors de la première guerre mondiale. Par suite de nombreux rachats effectués par la Banque ottomane sur le marché, la circulation ne s’en élevait plus qu’à 188 739 LT dont 130 279 furent remboursées ; le solde représentant les coupures non présentées fut versé au Trésor turc94.

Notes

1 AN, 207 AQ, 27 G (6) F.

2 A. Mey. PV du sous-comité vol. 1 - 15 juillet 1919.

3 A. Mey. - Note accompagnant le bilan de 1921.

4 A. Mey. PV du comité, vol. 12 - 25 janvier et 8 mars 1918.

5 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1-10 décembre 1918 et vol 2. 21 et 28 février 1921.

6 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 2-21 et 28 juin, 13 octobre 1920.

7 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 6 octobre 1919.

8 A. Mey. PV du comité, vol. 13 et du sous-comité vol. 2-3 mai 1920.

9 A. Mey PV du sous-comité, vol. 3 - 4 janvier 1922.

10 A. Mey. PV du comité, vol. 14-10 mars 1922.

11 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 3 - 4 septembre 1922 et 18 juin 1923.

12 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 2 - 5 mai 1920, et du comité vol. 13-7 mai 1920.

13 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 7 juillet et 18 août 1919 et vol. 2 - 2 mars 1921.

14 A. Mey. PV du comité, vol. 14 -1er décembre 1922.

15 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 30 juillet 1919 et vol. 2-31 mai 1920.

16 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 24 et 29 décembre 1919.

17 A. Mey. PV du comité, vol. 13-13 décembre 1918.

18 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - et 28 juillet 1919.

19 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 26 novembre 1919.

20 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 24 septembre 1919.

21 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 2-13 décembre 1920.

22 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 2 - 29 septembre 1920.

23 PV du sous-comité, vol. 1 - 20 octobre 1919.

24 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1-17 décembre 1919.

25 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 20 août 1919

26 A. Mey. PV du comité, vol. 13-28 février 1919.

27 A. Mey. PV du comité, vol. 13-21 mars 1919.

28 A. Mey. PV du comité, vol. 13-24 janvier 1919.

29 A. Mey. PV du comité, vol. 13-7 mai et 9 juillet 1920 et du sous-comité vol. 3-27 juin et 6 décembre 1921.

30 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 29 décembre 1919 et du comité vol. 14-16 mars 1923.

31 A. Mey. PV du comité, vol. 14-30 décembre 1921 et du sous-comité vol. 3 -1er mai et 28 juin 1922.

32 A. Mey. PV du comité, vol. 12-25 octobre 1918 et vol. 13-28 février 1919.

33 A. Mey. PV du comité, vol. 13-10 septembre 1920.

34 A. Mey. Assemblée générale du 3 novembre 1921.

35 A. Mey. Assemblée générale du 26 juillet 1922.

36 A. Mey. Assemblée générale des, 25 juillet 1923, 16 juillet 1924 et 29 juillet 1925.

37 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 3 et 12 décembre 1918.

38 A. Mey. PV du comité, vol. 13-27 décembre 1918 et 3 janvier 1919.

39 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 1 - 2 et 9 avril 1919.

40 AN, 207 AQ, 14 - BSL 13 - BS Beyrouth à BS Paris, 7 juillet 1919.

41 AN, 207 AQ, 14 - BSL 13 - Note de visite à M. Georges-Picot, 26 août 1919.

42 AN, 207 AQ, 14 - BSL 13 - Note de visite à M. Georges-Picot, 26 août 1919.

43 A. Mey. PV du comité, vol. 13-30 mai 1919, et 10 décembre 1920.

44 A. Mey. PV du sous-comité, vol. 2-12 mai 1920, et AN, 207 AQ, 14 - BSL 13 - Note du 19 décembre 1929.

45 AN, 207 AQ, 14 - BSL 13 - Note du 19 décembre 1929.

46 AN, 207 AQ, 12 - BSL 4 - Répartition du capital (1924).

47 AN, 207 AQ, 7 - BO 22 - Notes des 20 et 23 septembre 1920.

48 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - Notes de Cerjat à Barry, 23 septembre 1920 et Paris à Londres, 20 octobre 1920.

49 AN, 207 AQ, 7 B.O. 22 - Audience de G. Leygues au baron de Neuflize, 4 octobre 1920.

50 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - Mémento de l’audience accordée à MM. de Neuflize et Vernes - 19 octobre 1920.

51 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - PV de la réunion tenue à la BPPB, le 20 octobre 1920.

52 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - Mémento de la réunion tenue à la BIO, 20 octobre 1920.

53 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - Note Fisher (BIO Londres).

54 AN, 207 AQ, 7 BO 22.

55 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - Répartition des actions d’après les chiffres donnés pour l’Assemblée générale.

56 A. Mey. - Rapport à l’Assemblée générale et PV du comité vol. 13-3 décembre 1920.

57 AN, 207 AQ, 7 BO 22 - PV et mémento du 20 octobre 1920.

58 AN, 207 AQ, 31 G10 - Lettre Didelot, inspecteur, 21 juin 1921.

59 AN, 207 AQ, 31 G10.

60 AN, 207 AQ, 31 G10 - DG à comité de Paris, 18 mars 1920.

61 AN, 207 AQ, 31 G10 - DG à comité de Paris, 3 avril 1920.

62 AN, 207 AQ, 31 G10 - Lettres BIO Bolou, 21 mai 1920 et BIO Adabazar, 11 mai 1920.

63 AN, 207 AQ, 31 G10 - Lettres BIO Adabazar 2, 3, 4 et 8 septembre 1920 et DG à Comité de Paris, 20 septembre 1920.

64 AN, 207 AQ, 31 G10 - DG à Comité de Paris, 14 septembre 1920.

65 AN, 207 AQ, 31G10 -.

66 AN, 207 AQ, 31G10 - BIO Nazli, 31 juillet 1920 et DG à Comité de Paris, 30 août 1920.

67 AN, 207 AQ, 31G10 - BIO Trébizonde, 24 août 1920, DG à Comité de Paris, 6 septembre 1920 et rapport Bonapace, ex-Directeur BIO Trébizonde, 12 octobre 1920.

68 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 14 septembre 1920.

69 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 15 octobre 1920.

70 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 13 décembre 1920.

71 AN, 207 AQ, 31G10 - Rapport de BIO Biledjik, 19 avril 1921.

72 AN, 207 AQ, 31G10 - Lettre BIO Angora à DG, 11 février 1921 et annexe nº 4.

73 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 13 décembre 1920.

74 AN, 207 AQ, 31G10 - Lettre Didelot, 21 juin 1921 et rapport sur la situation économique et financière de l’Anatolie, 9 juillet 1921.

75 AN, 207 AQ, 34G17 - DG à Comité de Paris, 19 juin 1923 et note annexe.

76 AN, 207 AQ, 31G10 - Note Steeg janvier 1921 s/situation actuelle et rapport X. de Goyon, 10 avril 1920.

77 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 12 mai 1920.

78 AN, 207 AQ, 31G10 - Rapport X. de Goyon, inspecteur, 10 avril 1920.

79 AN, 207 AQ, 31G10 - Lettre Didelot, 21 juin 1921.

80 AN, 207 AQ, 31G10 - Note Boggetti, Directeur de la BIO Angora (sans date).

81 AN, 207 AQ, 31G10 - Lettre BIO Brousse, 12 septembre 1922.

82 AN, 207 AQ, 32B13 - Rapport R. Maurel, 23 septembre 1922.

83 AN, 207 AQ, 32B13 - Télégramme Steeg à BIO Paris, 18 septembre 1922.

84 AN, 207 AQ, 31G10 - DG à Comité de Paris, 29 novembre 1922 et annexe.

85 AN, 207 AQ, 31G10 - BIO Andrinople à DG, 17 octobre 1922 et DG à Comité de Paris, 23 octobre 1922.

86 A. Mey - PV du Comité vol. 15-16 mai 1924.

87 A. Mey - PV du Comité vol. 15-19 octobre 1923.

88 AN, 207 AQ, 216 T 25 - État du 18 octobre 1922.

89 AN, 207 AQ, 2 BO 6 - Steeg à Comité, 5 avril 1923.

90 AN, 207 AQ, 2 BO 6 - Note sur les moyens de diminuer les exigences du gouvernement.

91 A. Mey - PV du Comité vol. 15 - 3 avril 1925.

92 AN, 207 AQ, 2 BO 6 - Texte de la convention. Elle ne sera ratifiée par la grande Assemblée nationale que le 22 avril 1925.

93 A. Mey - PV du Comité vol. 16-3 avril 1925.

94 A. Mey - PV du Comité vol. 32 - 29 avril 1948.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search