Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Chapitre XIV. La Banque impériale ottomane pendant la Grande Guerre

Texte intégral

La crise de 1914 et l’entrée en guerre de la Turquie

  • 1 AN, 207 AQ, 28 G7 - DG à Comité 31 juillet, 1er et 6 août 1914.
  • 2 AN, 207 AQ, 28 G7 - DG à Comité 22 août et 15 septembre 1914.
  • 3 AN, 207 AQ, 28 G7 - DG à Comité, 13 octobre 1914 et note, 28 septembre 1914.

1Première manifestation de l’inquiétude du public devant la tension grandissante en Europe centrale, un « run » débuta le samedi 25 juillet à la succursale de Constantinople du Wiener Bankverein. En cinq jours cette banque dut rembourser 20 % de ses dépôts, soit 400 000 LT ; son encaisse tomba à 12 000 LT. Elle se résigna le 1er août à fermer ses guichets. Les autres banques se sentaient menacées du même sort, incapables qu’elles étaient maintenant de s’approvisionner en or en provenance des pays impliqués dans le conflit. À leur demande le gouvernement décida, dans la soirée du 1er août, un moratoire général et la plupart des établissements tinrent le lundi suivant 3 août leurs portes closes. La BIO demeura ouverte, payant sans discontinuer. Les sorties d’or s’élevèrent à 350 000 LT dans la journée, essentiellement par échange de billets. La banque, dont l’encaisse était tombée à 800 000 LT, demanda alors au ministre des Finances l’établissement du cours forcé de ses billets, ce qui lui fut aussitôt accordé1. Cette mesure entraîna rapidement la thésaurisation de l’or par les particuliers et sa quasi-disparition à Constantinople. Pour remédier à la pénurie de numéraire, la banque sollicita et obtint du gouvernement l’autorisation de porter le plafond d’émission, jusque-là fixé à 2 millions LT, d’abord à 2 750 000 par émission de billets d’une livre2 – les coupures étaient auparavant de 5, 50 et 100 livres – puis en octobre à 4 millions3.

  • 4 AN, 207 AQ, 28 G7.
  • 5 AN, 207 AQ, 28 G7 - Note.

2La neutralité d’abord observée par le gouvernement turc dans le conflit qui divisait l’Europe parut bien vite sujette à caution. Quoique ignorant encore l’accord secret conclu dès le 2 août entre l’Allemagne et l’Empire ottoman, de Cerjat, administrateur délégué de la BIO, après avoir rappelé à Nias le 18 août que, conformément à la politique constante de la banque en temps de crise, « nous devons tout notre concours au gouvernement turc », ajoute qu’il ne pourrait continuer à en être ainsi « si le rôle de la Turquie cessait d’être amical »4. Les jours qui suivent ne font qu’accroître les craintes et le Comité de Paris décide le 31 août de contacter le Quai d’Orsay et de solliciter son avis sur l’attitude à adopter5.

  • 6 AN, 207 AQ, 28 G7 - De Klapka à de Cerjat, 7 octobre 1914.

3La réponse du gouvernement français se fit attendre. Elle ne sera donnée qu’au début d’octobre à Bordeaux où il s’est replié. Au cours d’un entretien entre de Klapka, secrétaire du Comité et de Margerie, directeur des affaires politiques au Ministère des Affaires étrangères, celui-ci recommande à la banque de s’en tenir à l’exécution des engagements qui la lient au gouvernement turc, et de ne lui consentir aucune nouvelle facilité. Elle devra toutefois s’abstenir de toute attitude qui pourrait fournir aux Turcs prétexte à rupture des relations ou à des représailles. De Klapka retire de cet entretien « l’impression bien nette que l’on désire à tout prix éviter des complications en Orient »6.

4Ces précautions furent inutiles ; le 1er novembre la Turquie entrait en guerre aux côtés des empires centraux.

5La Banque ottomane se trouvait dès lors dans une situation des plus inconfortables. Ayant de par sa convention le statut de société turque, elle était ipso facto considérée comme ennemie en France et en Angleterre. Dans le même temps l’État turc, eu égard à son actionnariat – français (à 75 %) et anglais – et à sa direction générale anglo-française, ne pourrait manquer de la voir avec suspicion.

  • 7 AN, 207 AQ, 26 G6A et A. Mey. - PV du comité, vol. 11 - 20 novembre 1914.
  • 8 A. Lon. I.O.B. Committee Minutes, 11 novembre 1914 et 13 janvier 1915.

6En France et en Angleterre, si les mesures de séquestre imposées par les législations du temps de guerre ne purent être évitées, elles furent appliquées avec grande souplesse, à cause précisément de la nationalité des actionnaires et des dirigeants. À Paris les séquestres désignés par les autorités furent choisis au sein du Comité : Heine, Arsène Henry et le baron de Neuflize7. À Londres, c’est un membre de la firme de « chartered accountants » Deloitte, Plender, Griffith qui fut désigné par la Trésorerie. Les seules restrictions imposées aux sièges furent l’interdiction de toute relation d’affaires avec les agences situées en pays ennemi8.

  • 9 AN, 207 AQ, 28G7 - Note A. Nias, 24 novembre 1914.
  • 10 A. Mey. PV du comité, vol. 11-9 décembre 1914..
  • 11 A. Ist. - PV du Conseil d’administration, 6 janvier 1915 et lettre au ministre des Finances, 5 janv (...)

7À Constantinople, la banque dut faire face à la fois aux pressions gouvernementales et aux intrigues allemandes. Le Trésor turc, après avoir retiré la totalité de l’avance statutaire de 1 500 000 LT, insista pour obtenir une avance supplémentaire de 2 millions. Pour en assurer le financement, le plafond de l’émission de billets serait augmenté de 7 millions avec en couverture, outre cette avance, un dépôt d’or de 5 millions provenant d’un prêt que l’Allemagne venait de consentir à sa nouvelle alliée9. Le Comité finit par refuser l’opération, invoquant à la fois la situation financière générale et les charges résultant pour la BIO de l’échec du récent emprunt. La véritable raison de ce refus était bien évidemment que la banque ne voulait pas financer l’effort de guerre de la Turquie10. En même temps, elle déclarait renoncer à son privilège d’émission, laissant l’État turc libre d’émettre des billets sous sa seule responsabilité, comme il l’avait déjà fait pendant la guerre de 187811. Cette renonciation, consentie pour la durée de la guerre, s’avéra en fait définitive.

  • 12 AN, 207 AQ, 28G7 - Steeg à de Cerjat, 10 octobre 1915.

8Quant aux Allemands, leur ambassade profita des circonstances pour tenter d’évincer la BIO au profit de la Deutsche Bank ou plus précisément d’une nouvelle banque d’État qui s’appuierait sur elle. Le gouvernement turc toutefois ne retint pas ce projet. Les manœuvres allemandes « avaient éveillé les susceptibilités turques »12. Les Turcs avaient pendant deux mois admis cette situation étrange que la première banque de l’Empire, la banque d’émission qui assurait les opérations du Trésor, fut dirigée par des ressortissants de pays ennemis. Cette patience ne peut s’expliquer que par l’espoir d’obtenir les avances sollicitées. Mais lorsque Steeg rentra à Paris fin décembre sans avoir rien obtenu et que la réponse négative du Comité eut été communiquée à Talaat Bey, ministre des Finances par intérim – il remplaçait Djavid Bey, démissionnaire car il était opposé à l’entrée en guerre de la Turquie –, l’attitude du pouvoir changea.

  • 13 AN, 207 AQ, 28G7 - Steeg à de Cerjat, 3 janvier 1915.
  • 14 AN, 207 AQ, 28G7 - Steeg à de Cerjat, 10 janvier 1915 et A. Ist PV du Conseil d’administration 4 et (...)
  • 15 A. Ist. PV du Conseil de direction, 12 janvier 1915 (règlement intérieur pour la direction intérima (...)

9Le 31 décembre, Talaat notifie à la direction de la banque que la présence de sujets ennemis à la tête de cet établissement ne saurait être tolérée et ordonne la désignation de responsables sujets ottomans. Mais deux jours plus tard, lorsque Nias et Steeg viennent solliciter un délai pour pouvoir communiquer avec Paris et Londres, sa position s’est durcie : il exige que les pouvoirs dévolus au Comité par les statuts soient, pour la durée de la guerre, transférés à un organisme nommé par lui. Conscient de l’illégalité de cette mesure, il en assume la responsabilité13. La date du 9 janvier 1915 fut finalement arrêtée pour la passation des pouvoirs et la prise en main par le gouvernement de l’administration de la banque. À la date fixée nouveau revirement ; Talaat renonce à son coup de force, et se contente d’exiger que les trois dirigeants ennemis Nias, Steeg et Dupuis, directeur du siège central, abandonnent leurs fonctions. La direction de la banque va donc échoir aux trois agents sujets ottomans les plus élevés en grade après eux : Cartali, directeur, Hanemoglu, inspecteur général, Kerestedjian, chef des opérations. S’interrogeant sur les raisons du revirement de Talaat, Steeg y vit surtout l’effet des manœuvres allemandes pour se glisser dans la place et des compétitions féroces entre les « candidats » à la direction de la banque. Nias, Steeg et Dupuis furent autorisés à rester à Constantinople, mais il leur était interdit de s’immiscer dans la gestion de la banque. Ils n’acceptèrent pas cette position fausse et quittèrent rapidement la Turquie14. Avant son départ Nias réglementa l’organisation de la direction intérimaire – elle serait collégiale sous la présidence de Cartali – et fixa ses pouvoirs : aucune avance nouvelle, aucun changement dans la composition du personnel, sauf en cas d’urgence. C’est à un fonctionnaire allemand de la banque, Koehler, que furent dévolues les fonctions de contrôleur général, mais il ne fit pas partie de la direction collégiale15.

  • 16 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 29 août 1917.
  • 17 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 1er décembre 1915 et AN, 207 AQ, 29 - note Catafago remise (...)
  • 18 AN, 207 AQ, 29 - Simmons à de Cerjat, 12 septembre 1915.
  • 19 AN, 207 AQ, 29 - Simmons à de Cerjat, 12 septembre 1915.
  • 20 A. Lon. dossier 23 P - Lettre Naville, Directeur de BIO Beyrouth, 20 janvier 1915.
  • 21 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 13 octobre 1915.
  • 22 AN, 207 AQ, 29 - Note Papageorges, 1er août 1915.

10Nias, Steeg et Dupuis furent les seuls dirigeants dont le gouvernement imposa le retrait. Les autres agents de nationalité française ou britannique furent en général maintenus à leur poste, sauf ceux qui rejoignirent les forces armées de leur pays, ce à quoi les Turcs ne s’opposèrent pas. C’est ainsi que l’on verra l’agence de Trébizonde, située pourtant près du front russe, dirigée par un Français tout au long de la guerre. À Ordou, à l’occasion du bombardement de la ville par la flotte russe, le 24 août 1917, un employé russe de l’agence profitera du désordre général pour rejoindre ses compatriotes16. Lors de l’entrée en guerre de l’Italie en 1915, la banque obtiendra sans peine l’annulation de l’ordre qui lui avait d’abord été donné de licencier le personnel italien. Elle mit en avant les difficultés de fonctionner sans eux, alors que beaucoup d’agents étaient sous les drapeaux ou déportés (les Arméniens)17. Mais un témoignage en date du 12 septembre 1915 montre que la bienveillance générale des Turcs envers les ressortissants ennemis n’était pas réservée au personnel de la BIO. « Il reste encore à Constantinople bon nombre de sujets anglais, français et russes. Ceux-ci ne peuvent plus quitter le pays à moins d’une faveur spéciale... Ils sont bien traités, jouissent de toute leur liberté, et la population ne leur témoigne aucune animosité »18. Mais en ce domaine beaucoup dépendait des autorités locales. En Syrie, les ressortissants ennemis, au nombre de 350 environ dont 16 employés de la BIO, furent arrêtés et internés à Ourfa. Après de longues démarches la banque obtint la libération de ses agents et leur transfert à Constantinople.19 De son côté le directeur de l’agence de Beyrouth avait pu obtenir le maintien à leur poste de six agents (sur 11)20. Autre exemple de cette mansuétude, ce n’est qu’en octobre 1915 que le gouvernement ordonna la saisie des biens ennemis, en représailles aux bombardements des villes du littoral par la flotte alliée21. Il est vrai que lors du déclenchement de l’opération des Dardanelles 50 otages choisis dans les colonies anglaise et française furent envoyés à Gallipoli pour y être exposés aux tirs des navires. Accompagnés par le conseiller de l’ambassade des États-Unis qui, en tant que chargé des intérêts français, éleva une vigoureuse protestation contre ce manquement aux lois de la guerre, ils furent ramenés à Constantinople au bout de 48 heures. Cartali avait obtenu qu’aucun agent de la banque ne fasse partie de ces otages22.

  • 23 AN, 207 AQ, 29 - Note Papageorges, 1er août 1915 et A. Ist. PV du Conseil d’administration, 10 mars (...)
  • 24 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 3 mars 1915.
  • 25 AN, 207 AQ, 29 - Cartali à Nias, 13 mars 1915.

11La bataille des Dardanelles amena la BIO à prendre certaines précautions. L’agence des Dardanelles, installée à Tchanakkalé, fut évacuée et transférée à Balikesir. Les agences de Rodosto et de Smyrne mirent leurs valeurs en sûreté à l’intérieur23. Sur des instructions du ministère des Finances la plus grande partie de l’encaisse-or (1 550 000 LT) fut expédiée à Eskichéhir et à Konia24. Enfin à Trébizonde, menacée par la flotte russe, presque toute la population, y compris le personnel de l’agence, quitta pour un temps la ville pour se réfugier dans les villages environnants25.

  • 26 A. Lon. IOB Committee Minutes, 10 février 1915.

12Une autre région où la banque se trouva dès le mois de novembre 1914 exposée aux conséquences de la guerre fut le golfe Persique. Venant des Indes, les troupes anglaises y débarquèrent à Fao ; Bassorah tomba le 21 novembre. Fermée lorsque les combats se rapprochèrent de la ville, l’agence ne fut, après quelques difficultés, autorisée à rouvrir qu’en février 1915 sous le contrôle d’un « supervisor » désigné par l’Indian Office26.

Le drame arménien

A. La révolte de Van

  • 27 J. Lepsius - Archives du génocide arménien et AN, 207 AQ, 29 - Note Papageorges, 1er juillet 1915.

13Dans le Caucase les Turcs, aussitôt la guerre déclarée, prirent l’offensive à la demande des Allemands qui souhaitaient voir fixer le plus grand nombre de divisions russes sur ce front éloigné. Cette offensive, dirigée par Enver Pacha, se termina par un désastre. Les opérations militaires et leur issue malheureuse pour les Turcs excitèrent dans cette région le vieil antagonisme entre les populations arménienne, en majorité favorable à la Russie, et musulmane. Un premier incident survint à Erzeroum le 10 février 1915 ; le sous-directeur de l’agence de la BIO, Pastermadjian, frère du député arménien qui avait autrefois dirigé l’attaque de la banque à Galata en 1896, fut assassiné en pleine rue par des Turcs à coup de fusil. Signe d’une volonté de dédramatisation de la part des responsables locaux de la banque, cette mort fut d’abord attribuée au typhus (!) dans les premières informations qui parvinrent à la direction générale, et la vérité ne fut connue que plus tard.27.

  • 28 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, juin 1915.

14C’est à Van, ancienne capitale de l’Arménie historique et proche de la frontière, que se déroulèrent les événements les plus graves. L’élément arménien s’y trouvait en majorité et avait, depuis le début du conflit, manifesté une certaine nervosité. Aussi la direction de l’agence redoutant une crise, avait-elle pris quelques précautions (réduction des placements et de l’encaisse). Elle fut néanmoins surprise par la violence des combats qui éclatèrent soudain à l’aube du 20 avril 191528.

  • 29 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, juin 1915.
  • 30 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, juillet 1915.
  • 31 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, juin 1915.

15La ville de Van était formée de deux quartiers bien distincts, séparés par une distance d’environ 5 kilomètres : le marché, où se trouvait le centre des affaires et naturellement le local de la banque, et les jardins, quartier résidentiel arménien où vivait le personnel29. Dans l’immeuble de la banque se trouvaient aussi la Poste, l’Administration de la Dette publique et la Régie des tabacs, ce qui lui donnait une certaine importance stratégique. Les autorités turques le firent donc occuper dès le début de l’insurrection par une centaine de gendarmes et de soldats qui y furent aussitôt attaqués par les Arméniens. Ceux-ci le soir même parvinrent à y mettre le feu ; l’incendie prit rapidement d’énormes proportions, le stock de tabac entreposé à la Régie étant très inflammable, et en peu de temps l’immeuble fut complètement détruit30. Les combats se poursuivirent pendant 27 jours, et finalement les Turcs, menacés par l’avance des troupes russes qui avaient pris l’offensive dans ce secteur, durent se retirer dans la nuit du 16 mai. La population musulmane se réfugia dans la région de Bitlis. La ville se trouva ainsi aux mains des insurgés. Les volontaires arméniens venant du Caucase y firent leur entrée le 19 mai, suivis 24 heures plus tard par l’armée russe31.

  • 32 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, juillet 1915.
  • 33 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, 10 août 1915 et A. Ist PV du conseil de directio (...)

16Pendant les quatre jours qui précédèrent l’arrivée des troupes régulières, la ville de Van se trouva livrée à l’anarchie, les Arméniens pillant et incendiant les biens des musulmans. C’est au cours de cette période que les coffres de la banque, renfermant l’encaisse et les autres valeurs pour un total d’environ 13 000 livres, qui avaient résisté à l’incendie, furent éventrés à l’explosif et leur contenu dérobé. Les responsables de l’agence, qui semblent avoir eu une idée assez précise quant à l’identité des coupables, se plaignirent auprès du commandement russe, malgré les menaces dont ils furent l’objet pour les en dissuader. Ils ne purent obtenir satisfaction32. Quelque temps plus tard, une contre-offensive de l’armée turque contraignit les Russes à la retraite. Ils emmenèrent avec eux le directeur et le sous-directeur de l’agence – sujets autrichiens, donc ennemis et considérés comme prisonniers de guerre – qui finirent par atteindre Tiflis après une marche de plus de huit jours à pied dans les montagnes, dans des conditions déplorables, et ayant perdu tout ce qu’ils possédaient33.

  • 34 AN, 207 AQ, 29 - BIO Paris à Ministère des Affaires étrangères, 29 avril 1916.

17Van fut réoccupée en 1916 par les Russes, mais ceux-ci, malgré les demandes françaises34, n’autorisèrent pas la réouverture de l’agence qui demeura fermée jusqu’à la fin des hostilités.

B. La déportation des Arméniens

18Le 27 mai 1915, une loi donna au commandement militaire le pouvoir de déporter, individuellement ou collectivement, les habitants des régions placées sous leur autorité, pour des raisons d’ordre militaire. Bien que générale dans sa formulation, cette mesure visait en fait la population arménienne, comme il ne tarda pas à apparaître. Il est permis d’y voir une conséquence directe du soulèvement de Van le mois précédent.

  • 35 A. Ist. PV du Conseil de direction, 17 juin 1915 et AN, 207 AQ, 192 SI 12 - Mémoire sur le déplacem (...)

19Dans le courant du mois de juin, l’agence d’Erzeroum signalait la première à la direction générale de Constantinople la déportation de la majeure partie de sa clientèle. Des informations identiques ne tardaient pas à parvenir des agences situées dans les provinces orientales de l’Anatolie : Mamouret-el-Aziz, Césarée, Samsoun, Sivas, Kerassunde, Trébizonde, Ordou, Aïntab, etc. Puis en août le mouvement s’étendit vers l’ouest et le sud et finit par toucher presque toute l’Asie Mineure, à l’exception des régions de Smyrne, Aïdin, Adalia, qui furent épargnées. En tout 36 agences de la banque furent concernées, y compris celles de Stamboul, Andrinople, Rodosto en Europe, Alep et Alexandrette en Syrie du Nord35.

  • 36 AN, 207 AQ, 29 - Note Catafago et A. Ist. PV du Conseil d’administration, 18 août 1915.
  • 37 A. Ist. PV du Conseil de direction, 8 septembre 1915.
  • 38 A. Ist. PV du Conseil de direction 19.7. et 15 septembre 1915.
  • 39 A. Ist. PV du Conseil de direction, 27 septembre 1915.
  • 40 AN, 207 AQ, 29 - BIO Salonique à BIO Paris, 26 novembre 1915.
  • 41 A. Ist. PV du Conseil de direction, 6 novembre 1915.
  • 42 A. Ist. PV du Conseil de direction, 1er avril 1916.

20Le personnel de la BIO de confession arménienne, naturellement nombreux dans toutes les villes où les Arméniens représentaient une fraction importante de la population, fut également compris dans les mesures de déportation. Les efforts de Cartali, ses nombreuses interventions auprès de Talaat bey, ministre de l’Intérieur, ne purent obtenir pour les agents de la banque une exemption générale. Arguant que leur départ précipité désorganiserait le service de certaines agences, il réussit à obtenir d’abord un sursis de 15 jours36, puis, le 8 septembre, le ministre accordait un sursis d’un mois pour les employés des agences d’Adana, Bitlis, Césarée, Diyarbekir, Erzeroum, Trébizonde, Kerassunde, Mersin, Mamouret-el-Aziz, Samsoun, Sivas, Tarsous. Ceux des autres agences étaient autorisés à demeurer définitivement à leur poste. Il ordonnait en même temps le retour de certains employés déjà déportés, notamment de Brousse, Eskichehir, etc.37. Pour plusieurs d’entre eux, c’était trop tard ; ils ne reparurent jamais. Pour mettre, autant que faire se pouvait, son personnel en sécurité, la direction générale procéda à de nombreux transferts, notamment vers les agences de Syrie du Sud et de Palestine38. L’application de toutes ces mesures arrêtées dans la capitale était entre les mains des autorités locales qui semblent avoir agi avec beaucoup d’indépendance. Ainsi dans certains cas des ordres d’expulsion furent annulés, comme à Mamouret-el-Aziz où trois employés arméniens furent, fin septembre, autorisés à rester définitivement39. Dans d’autres cas, au contraire, les mesures de sauvegarde ne furent pas respectées. Le directeur d’Angora fut emmené et mis à mort40, quatre employés transférés d’Adana et de Tarsous à l’agence d’Alep en furent déportés au commencement de novembre41. Dans le vilayet de Castambol ce n’est qu’en février 1916 que la population arménienne fut contrainte de partir. Le personnel des deux agences de la banque, Castambol et Inebolou, fut toutefois autorisé à rester par le gouverneur42.

  • 43 AN, 207 AQ, 29 - Note Catafago.
  • 44 AN, 207 AQ, 31 G10 - DG Constantinople à Paris, 14 septembre 1920.

21Dans cette tragédie qui fit tant de victimes, les efforts de Cartali se révélèrent efficaces. Sur les 124 employés arméniens au service de la banque, 99 avaient pu être mis à l’abri, d’après une information communiquée à Paris en décembre 191543. On était alors sans nouvelles des 25 autres. Finalement le nombre des victimes s’éleva à 2344.

  • 45 A. Ist. PV du Conseil de direction 1er et 8 juillet, 16 août 1915.

22La banque prit également des mesures pour venir en aide financièrement à ses clients déportés. Des avances leur furent consenties par les agences au moment de leur départ (entre autres, 25 LT par personne à Kerassunde, 50 à Erzeroum). Toutefois leurs bénéficiaires furent, semble-t-il, peu nombreux ; à Erzeroum, l’en-cours de ces avances ne s’élève à la mi-août qu’à 1 500 LT45. Sans doute, la décision de les accorder avait-elle été prise tardivement.

  • 46 AN, 207 AQ, 192 SI 12. Mémoire sur le déplacement des Arméniens et A. Ist. PV du Conseil d’administ (...)

23En route vers les régions de Syrie et de Mésopotamie où il avait été décidé de les déporter, certains déposants purent se présenter aux agences de la banque et demander à retirer des fonds sur leurs comptes auprès de la succursale de leur lieu de résidence, comptes qui devaient en principe être bloqués. Intervenant avec insistance auprès du ministre des Finances, la BIO se fit autoriser, le 20 novembre, à régler à chacun d’eux un montant de 25 LT. Cette autorisation fut révoquée en février 1916, mais, profitant d’une lacune de la loi, la banque put continuer à faire certains paiements46.

  • 47 A. Ist. PV du Conseil de direction, 31 août 1915.
  • 48 AN, 207 AQ, 29 - Note Catafago et AQ 192 SI 12 - mémoire sur le déplacement des Arméniens.

24Tout en venant en aide aux déportés, la Banque ottomane ne perdait pas de vue le souci de ses propres intérêts. Avant même le départ des Arméniens, les agences avaient essayé d’obtenir de leurs débiteurs certaines garanties. Ce ne fut pas toujours possible, car dans beaucoup de localités les expulsions furent quasi immédiates. Dans d’autres au contraire, un délai plus ou moins long fut accordé aux déportés pour mettre en ordre leurs affaires ; à Balikésir le gouverneur les autorisa à vendre leurs immeubles47. Après leur départ, les biens des Arméniens avaient été pris en charge par les autorités locales, mais dans des conditions qui n’avaient pas été définies. Or ces biens étaient considérables : à Erzeroum, plus de 400 000 livres de marchandises. La BIO demanda au ministre des Finances que ses intérêts soient protégés par une réglementation de portée générale qui assurerait le remboursement de ses risques. Ils étaient importants : 600 000 livres environ sur un volume global de placements d’environ 3 millions. Le gouvernement ayant pris un ensemble de mesures permettant de sauvegarder les intérêts des créanciers, la banque put, d’ici la fin de la guerre, récupérer une partie notable de ses avances48.

Menaces sur la banque

25On pouvait espérer qu’après le départ des directeurs généraux, le gouvernement ne remettrait pas en cause le statut de la banque. Cependant il fit en juillet 1915 une nouvelle tentative pour s’en saisir et la transformer en établissement à sa dévotion.

26Pour financer la guerre, la Turquie avait en mars 1915 contracté auprès de l’Allemagne et de l’Autriche un emprunt de 150 millions de francs-or. Il apparut bientôt que les fonds ainsi obtenus seraient épuisés au commencement de septembre. L’Allemagne, pressentie pour un nouvel emprunt, se déclara pour le moment hors d’état de mettre à la disposition de son allié des ressources supplémentaires et conseilla au gouvernement de se procurer sur place les fonds dont il avait besoin.

27Le 11 juillet le conseil des ministres décida de prendre en main l’administration de la Banque ottomane et d’en obtenir des avances par le moyen d’une émission supplémentaire de billets. D’après la situation la plus récente en possession du Ministère des Finances, l’encaisse-or de la banque s’élevait à 3 800 000 LT dont 1 100 000 seulement étaient bloquées en contrepartie de la circulation fiduciaire (3 300 000 LT dans le rapport de 3 pour 1). L’or excédentaire pouvait servir de base à une émission supplémentaire de 8 100 000 LT, alimentant un prêt au gouvernement d’égal montant.

28Talaat Bey, ministre des Finances par intérim, convoqua Cartali le 17 juillet pour lui donner connaissance officielle du plan gouvernemental. Mais curieusement, après l’avoir présenté comme une « décision déjà arrêtée » il invita son interlocuteur à donner son avis. Cartali, selon le rapport sur l’incident qu’il établit par la suite, déploya toute son éloquence pour dissuader le ministre de mettre ce projet à exécution. Le crédit dont jouissait la banque après plus de cinquante ans d’existence et qui faisait accepter ses billets à parité avec l’or malgré le cours forcé n’y résisterait pas. Il s’ensuivrait des retraits de la part des déposants et une dépréciation des billets de la banque, y compris ceux d’ancienne émission, tout de suite assimilés dans l’esprit du public au papier-monnaie de sinistre mémoire. En conséquence les effets pervers de la mesure annuleraient les avantages qu’en espérait le gouvernement.

  • 49 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Projet de main mise sur la banque par le gouvernement ottoman (juillet - ao (...)

29Le manque de conviction de Talaat venait probablement de ce que, quelle que fût son opinion personnelle, sans doute en faveur de la mesure, les dirigeants étaient loin d’être unanimes sur son efficacité. Les plus hauts fonctionnaires du Ministère des Finances y étaient ouvertement hostiles ; deux anciens ministres des Finances, dont le toujours influent Djavid Bey, la déconseillaient. Enfin, ce qui fut sans doute décisif, les Allemands, informés, s’y opposèrent, tant le ministre des Finances, Helfferich, que le président du conseil d’administration de la Deutsche Bank, von Gwinner. Djavid obtint d’ailleurs du gouvernement allemand un nouveau prêt de 6 millions LT. Pour éviter à Berlin toute sortie d’or, ce prêt fut matérialisé par des bons du Trésor allemand, payables en or un an après la conclusion de la paix, et qui seraient déposés à la DPO (entièrement entre les mains des Allemands et des Autrichiens depuis le départ des délégués français et anglais). Le gouvernement turc pourrait donc émettre en contrepartie de ces bons du papier-monnaie qui serait garanti par la Dette49.

  • 50 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Steeg à de Cerjat, 3 décembre 1918.

30Dans ces conditions, la nationalisation de la Banque ottomane perdait tout son intérêt, et la décision du conseil des ministres du 11 juillet demeura lettre morte. Néanmoins, de vives campagnes seront menées contre la banque dans l’opinion publique tout au long de la guerre – ce qui, vu son caractère franco-anglais, n’était pas surprenant – et à diverses reprises des velléités allaient encore se manifester au sein du gouvernement de mettre la main sur elle pour la transformer en institution d’Etat. Mais chaque fois la banque fut de nouveau protégée par Djavid Bey, désireux, si l’on en croit les dirigeants de la BIO « d’éviter un accident qui eût fait disparaître un grand établissement susceptible d’absorber dans des conditions sans doute avantageuses pour lui le Crédit national ottoman qu’il a créé et fait vivre comme ministre des Finances et dont il a pris la haute direction en quittant (le gouvernement) »50.

L’économie turque, la Banque impériale ottomane et la guerre

  • 51 A. Ist. PV du Conseil d’administration 2 et 16 septembre, 1er et 14 octobre, 11 novembre 1914 et AN (...)
  • 52 AN, 207 AQ, 29 - Lettre Simmons, 12 septembre 1915.

31Les préparatifs militaires décidés par le gouvernement dès le mois d’août 1914 – mobilisation des hommes de 21 à 45 ans, réquisition des bêtes de somme – avaient pris le pays à l’improviste en pleine période de récoltes ; l’économie en souffrit. Dans beaucoup d’endroits les céréales, abondantes cette année-là, ne purent être moissonnées, et la cueillette du coton s’effectua difficilement en Cilicie faute de main-d’œuvre. Les exportations furent souvent paralysées par manque de moyens de transport ou par l’absence d’acheteurs. Enfin, devant la réticence des opérateurs habituels, l’affermage des dîmes s’avéra souvent impossible et dans bien des villages leur perception dut être assurée directement par l’Administration de la Dette publique51. Par la suite, après l’entrée en guerre de la Turquie, les réquisitions des autorités militaires et le blocus imposé par la flotte de l’Entente aggravèrent la situation ; les transactions commerciales furent presque complètement arrêtées52.

  • 53 A. Ist. PV du Conseil d’administration 31 mars et 5 septembre 1917.
  • 54 A. Ist. PV du Conseil de direction, 29 juin 1918.

32Cependant le pays s’adapta peu à peu. Le gouvernement prit un certain nombre de décisions propres à organiser l’économie de guerre. On pallia les effets de la mobilisation, comme dans tous les pays belligérants, par un large recours à la main-d’œuvre féminine, malgré les obstacles qui s’y opposaient dans les milieux musulmans. Toutes sortes de pénuries continuèrent néanmoins à se faire sentir, aussi bien dans les produits alimentaires que dans les articles manufacturés. Afin de stimuler la production agricole, l’État instaura, par une loi du 5 septembre 1916, un service obligatoire d’agriculture ; les contribuables devaient entreprendre à leurs frais la culture des superficies qui leur étaient assignées. La banque se vit ainsi taxée pour 1 600 donums (160 hectares) en 1917, 4 000 donums (400 hectares) en 191853. Mais les achats de l’Allemagne et de l’Autriche réduisaient les quantités disponibles et provoquaient de fortes hausses de prix. Les choses ne cessèrent d’empirer, bien que la production agricole, malgré les entraves dont elle souffrait, se fût maintenue dans l’ensemble à un niveau satisfaisant, les conditions climatiques ayant été bonnes pendant cette période. Ainsi en 1918 alors que grâce à l’abondance des récoltes, on espérait qu’une baisse des prix allait se produire, les achats pour compte autrichien provoquèrent au contraire une hausse très sensible54. Parmi les causes de la pénurie et du renchérissement des denrées, il faut encore citer le manque de moyens de transports et le refus des cultivateurs d’accepter le paiement de leurs produits en billets émis par le Trésor.

  • 55 Histoire de l’empire ottoman (sous la direction de R. Mantran), p. 632-633.

33Les produits manufacturés manquaient aussi, par suite de l’arrêt des importations. Mais en ce domaine la guerre eut, à terme, un effet bénéfique, en stimulant le développement de l’industrie locale, et, d’une manière générale, de l’économie nationale55.

  • 56 AN, 207 AQ, 29 - Extrait d’une lettre d’un voyageur, 14 août 1915.
  • 57 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à comité de Paris.
  • 58 A. Ist. PV du conseil de direction, 21 février 1918.
  • 59 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Steeg à de Cerjat, 3 décembre 1918.

34Comme dans tous les pays belligérants, les circonstances permirent la constitution de fortunes rapides, tandis que la masse de la population souffrait durement de la raréfaction des objets de première nécessité. Malgré les efforts du gouvernement pour en contrôler la distribution par l’intermédiaire de comités locaux d’approvisionnement, les prix de ces objets ne cessèrent de monter pour atteindre vers la fin de la guerre des prix exorbitants. Déjà en août 1915, les prix des vivres et autres produits indispensables avaient fortement augmenté56. La hausse va s’accélérer avec le temps ; un rapport du 23 octobre 1917 évalue le coût de la vie à 15 fois le niveau d’avant guerre57. L’augmentation sera de 22/25 fois en février 191858. et Steeg, à son retour à Constantinople après l’armistice, l’estimera à 25/30 fois59.

  • 60 AN, 207 AQ, 29 - Note Catafago.
  • 61 A. Ist. PV du Conseil d’administration 10 et 24 novembre 1915.
  • 62 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 15 décembre 1915.
  • 63 A. Ist. PV du Conseil de direction 27 mars, 1er avril, 13 juin, 6 juillet, 7 août 1916.
  • 64 A. Ist. PV du Conseil d’administration 29 novembre et 13 décembre 1916.

35La hausse des prix était due principalement à la raréfaction de l’offre, mais la création de papier-monnaie par l’Etat pour financer le coût de la guerre n’y était pas non plus tout à fait étrangère. Si l’Allemagne, pendant toute la durée du conflit, consentit des avances à son allié, ce fut, à partir de 1915, sous forme de bons du Trésor payables en or après le retour de la paix, bons qui servaient de garantie au papier-monnaie émis par la Turquie. Dix millions LT furent ainsi émises en 1915 et il était prévu que ces émissions se poursuivraient à la cadence de 2 500 000 livres par mois. Les billets du Trésor turc furent tout d’abord bien accueillis et la prime de l’or (ou des billets de la BIO, assimilés à l’or) sur eux demeura un certain temps tout à fait négligeable autour de 1 %60. La situation était toutefois variable suivant les provinces. Dès novembre 1915 la prime atteignait 5 % à Bagdad et à Angora61. Les efforts du gouvernement pour imposer partout la parité de l’or et du papier-monnaie étaient souvent contrecarrés par l’attitude des autorités locales qui refusaient d’accepter les billets du Trésor au pair, ou en demandaient l’échange contre l’or, notamment dans les provinces arabes62. La dépréciation des billets du Trésor s’accéléra tout au long de 1916. Elle atteignit 30 % en mars à Samsoun et à Jaffa, 35 % à Kerassunde et 40 % à Sivas en juin, mais déjà 50 % en mars et 60 % en juillet à Mamouret-el-Aziz63. L’année se termine avec un cours de 200 piastres-papier pour une livre-or. C’est alors que le gouvernement interdit toute transaction sur les monnaies d’or et que certaines autorités locales s’efforcèrent d’en imposer le retrait64.

  • 65 A. Ist. PV du Conseil d’administration 17 janvier 1917.

36Paradoxalement, cette situation ne se reflète absolument pas à cette date dans les cours du change où, sur le marché de Constantinople, la livre turque fait une prime de 10 % sur le mark, et de 45 % sur la couronne autrichienne. Le déséquilibre est en effet profond entre l’offre et la demande, et les empires centraux ont interdit les exportations d’or qui stabiliseraient les cours65.

  • 66 A. Ist. PV du Conseil d’administration 17 janvier 1917.
  • 67 A. Ist. PV du Conseil d’administration 31 janvier 1917.
  • 68 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917.

37Les cessions de marks et de couronnes par les commissions d’achat allemandes et autrichiennes représentent à la fin de 1916 1 million et demi à 2 millions LT par mois, alors que les besoins des importateurs et les transferts pour paiement de coupons de la dette ne dépassent pas 4 à 500 000 LT, les coupons n’étant plus réglés dans les pays ennemis. Quant aux livraisons de matériel de guerre par les empires centraux à l’armée turque, elles sont faites à crédit. Seuls les transferts des particuliers et des banques vers l’étranger (Allemagne et pays neutres, Suisse principalement) pour placer leur trésorerie excédentaire permettent d’équilibrer le marché. Aussi lorsqu’en janvier 1917 le Ministère des Finances tente d’établir un certain contrôle sur les transactions en devises, se heurte-t-il à la résistance de toutes les banques qui jugent inutile ce contrôle66. Une centrale des changes verra cependant le jour le 30 janvier, mais ne traitera que les devises des pays neutres. Siégeant à la BIO, elle groupe autour de celle-ci la Deutsche Bank, la Deutsche Orient Bank, la Wiener Bankverein, la Banque Hongroise, la Banque de Salonique et le Crédit national ottoman67. Son entrée en fonction mettra un certain frein aux exportations de capitaux vers les neutres68.

  • 69 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917.
  • 70 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Dépêche du Siège central, 27 novembre 1918.
  • 71 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917.
  • 72 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Steeg à de Cerjat, 3 décembre 1918.
  • 73 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917.

381917 et davantage 1918 voient s’accentuer la dépréciation du papier-monnaie, entraîné dans sa chute par les revers de l’armée turque, les inquiétudes quant à l’issue de la guerre et l’accroissement de l’émission bien supérieure aux normes fixées en 1915. En septembre 1917, les billets du Trésor en circulation s’élèvent à 92 millions LT69 ; il y en aura 160 millions lorsque cesseront les hostilités70. Parallèlement, le cours de la livre-or ne cesse de monter : 450 piastres-papier en septembre 191771. 600 à la veille de l’armistice. Mais la fin des combats le fera retomber en décembre à 380/400 piastres. Le public s’attend à ce que les alliés vainqueurs contraignent l’Allemagne, garante de ces émissions, à tenir ses engagements vis-à-vis de la Turquie72. Étrange illusion, bientôt dissipée. Sur le marché des changes aussi la livre turque recule en ces derniers mois de guerre. Les cours cotés en septembre 1917 font encore état d’une prime de 10 % contre le mark (1 LT = 19,90 marks au lieu d’une parité de 18,20 marks), mais enregistrent une dépréciation de 45 % vis-à-vis du franc suisse (1 LT = 12,20 francs suisses au lieu de 23)73.

  • 74 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Dépêche du 27 novembre 1918.
  • 75 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Steeg à de Cerjat, 3 décembre 1918.

39Compte tenu de la forte décote des billets du Trésor et de la thésaurisation des autres espèces, la monnaie circulant effectivement représentait une valeur à peu près équivalente à celle de la circulation d’avant guerre. Ceci montre bien que la hausse des prix, quatre à cinq fois supérieure à la dépréciation du papier-monnaie, était pour l’essentiel due à la raréfaction de l’offre de marchandises beaucoup plus qu’à la multiplication des moyens de paiement. L’ensemble de ceux-ci était ainsi évalué par la Banque ottomane le 27 novembre 1918 en dehors des billets du Trésor : Banknotes BIO : 2 750 000 LT. Or : 40-45 millions. Argent : 5 millions. Nickel : 5 millions. Les chiffres concernant les espèces métalliques excluaient les pièces détenues en Mésopotamie, Syrie et Arabie74. La situation monétaire était loin d’être désespérée, et le stock d’or existant en Turquie n’avait certainement pas diminué depuis 1914, mais au contraire sans doute augmenté : 16 millions LT-or avaient été frappées par l’hôtel des monnaies durant les années de guerre, provenant pour une faible part de versements officiels de l’Allemagne et pour la plus grande partie d’envois faits en fraude par des particuliers des empires centraux spéculant sur les changes. Les expéditions officielles à destination de la Perse, de la Mésopotamie et des pays arabes n’avaient porté que sur 6 millions75.

  • 76 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 18 juillet 1917.

40La création de papier-monnaie, les fournitures de matériel militaire faites à crédit par l’Allemagne et l’augmentation de la pression fiscale avaient permis au Trésor de faire face avec aisance aux dépenses de la guerre. Le compte du Trésor à la Banque ottomane, encore débiteur de 1 600 000 LT au début de 1917, fut soldé en juin de cette année et demeura par la suite légèrement créditeur76.

  • 77 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 3 octobre 1917.
  • 78 A. Ist. PV du Conseil d’administration 1er et 8 mai, 5 juin et 7 août 1918.

41L’État eut par ailleurs à deux reprises recours à l’emprunt. Le premier, de 50 millions LT, contracté en 1917 en Allemagne, donna lieu à l’émission en Turquie, par l’Administration de la Dette publique, de bons du Trésor allemand libellés en LT, qui furent placés auprès des banques et du public77. En mai 1918, un emprunt intérieur fut lancé au taux de 5 % ; les souscriptions, closes en août, portèrent sur un total de 10 581 340 LT78.

  • 79 A. Ist. PV du Conseil d’administration 8 septembre et 1er décembre 1915.
  • 80 A. Ist. PV du Conseil d’administration 27 mars et 20 novembre 1918.
  • 81 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 8 mai 1918.

42En quittant la Turquie, Nias avait prescrit aux directeurs intérimaires qui lui succédaient aux commandes de ne consentir aucune nouvelle avance. Une attitude aussi négative était cependant difficile à maintenir face aux exigences du Trésor et la banque dut accepter d’avancer 200 000 LT en septembre 1915 et 150 000 en décembre de la même année79. Ces deux avances furent rapidement remboursées et l’État n’eut plus par la suite recours au crédit de la BIO. Si celle-ci acquit, dans l’hiver 1917-1918, pour environ 4 millions LT de bons du Trésor allemand - qu’elle liquida fort opportunément en novembre 1918 — ce fut afin de placer dans des conditions avantageuses ses excédents de trésorerie80. Il en fut différemment lors de l’émission de l’emprunt 1918. Incluse, sur l’insistance de Djavid Bey, redevenu ministre des Finances, dans le groupe des banques chargées du placement de cet emprunt, elle fut l’objet de pressions pour acquérir elle-même un nombre substantiel de titres, et en souscrivit finalement pour 400 000 livres81.

43La banque continua par ailleurs pendant toute la durée de la guerre à assurer à travers son réseau de succursales les opérations du Trésor public et des différentes administrations. Nul n’était en mesure de se substituer à elle dans ce domaine, et cette activité lui permit de protéger dans une large mesure, comme on l’a vu, son personnel contre les diverses menaces qui pesaient sur lui.

  • 82 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 24 février 1915, 29 février 1916, 21 février 1917 et 20 fév (...)
  • 83 A. Ist. PV du Conseil de direction septembre 1917, 4 octobre et 26 décembre 1917.
  • 84 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 17 décembre 1918.

44Pendant plusieurs années, la BIO se conformant aux instructions de Nias s’abstint de toute nouvelle avance au secteur commercial. Le moratoire décidé en juillet 1914 prévoyant le remboursement chaque mois d’un pourcentage déterminé des avances en cours, on vit le volume des placements se réduire continuellement. Ils s’élevaient à 4 621 000 LT au début d’août 1914. Ils tombent à 2 907 000 au 31 décembre 1915, 2 101 000 à la fin de 1916, 1 808 000 à la fin de 191782. Toutefois la direction constatant une certaine reprise dans le mouvement des affaires, décida, à partir de septembre 1917, d’accorder à nouveau des avances à la clientèle contre garanties matérielles (titres, marchandises non susceptible de réquisition).83. Leur volume fut des plus modestes, puisque les placements au 28 octobre 1918, jour de l’armistice de Moudros, n’atteignaient que 1 847 000 LT84, en baisse de 60 % par rapport à l’avant-guerre. Si l’on tient compte de la hausse générale des prix survenus depuis lors et de l’augmentation considérable – en valeur nominale – de la masse monétaire, on mesure le recul des positions de la banque dans l’économie de la Turquie.

  • 85 A. Ist. PV du Conseil de direction 29 juillet et 7 août 1916 et PV du Conseil d’administration, 29  (...)
  • 86 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917 et A. Mey. PV du Comité, vol. 12 - 16 n (...)
  • 87 A. Ist. PV du Conseil de direction, 6 décembre 1917.
  • 88 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Steeg à de Cerjat, 3 décembre 1918.

45La Banque ottomane souffrit pendant ces années d’une pénurie aiguë de personnel, un nombre non négligeable d’agents de diverses nationalités ayant été rappelés sous les drapeaux de leurs nations respectives. Ceux qui étaient demeurés à leurs postes eurent à affronter mille difficultés : surchargés de besogne, vivant souvent au milieu des dangers, ils virent s’effondrer leur niveau de vie. La banque tenta bien d’y pallier en réglant en or une partie des salaires (mais les autorités y firent souvent obstacle)85, en allouant des augmentations sous forme d’indemnité de vie chère qui eurent finalement pour effet de doubler les traitements86, et en achetant elle-même des denrées de première nécessité revendues ensuite au personnel à des prix bien inférieurs à ceux du marché libre87. Toutes ces mesures, onéreuses pour la banque, étaient cependant bien insuffisantes pour assurer à ses agents des conditions d’existence tolérables, dans la pénurie générale et devant la hausse exorbitante des prix. Aussi Steeg, revenu à Constantinople le 2 décembre 1918, sera-t-il frappé par leur physionomie, leur maigreur qui « confirmait tout ce qu’ils ont pu nous raconter sur les souffrances physiques et morales qu’ils ont endurés »88. Ils les supportèrent courageusement, accomplissant leur devoir avec conscience et dévouement.

  • 89 AN, 207 AQ, 29 - Situation or au 23 mars 1918.
  • 90 A. Ist. PV du Conseil de direction 13 septembre et 24 novembre 1917.
  • 91 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917.

46Les résultats de la banque allaient se ressentir de la baisse des placements et de la hausse des prix, même si l’investissement des excédents de trésorerie à l’extérieur (12,3 millions de francs suisses et 13,8 millions de marks en mars 1918)89 compensait en partie la contraction des emplois locaux. Aucun bilan d’ensemble ne put être établi pendant les années de guerre, mais les chiffres communiqués par les agences en relation avec Constantinople permettent de constater qu’elles furent encore bénéficiaires pour des montants modestes en 1915 (13 678 LT), 1916 (12 605 LT) et le premier semestre de 1917 (1 774 LT seulement)90. Au siège central, le remboursement par le Trésor de son compte d’avance se traduisit par un manque à gagner important, et le profit de 1916 (138 000 LT) se transforma dès le premier semestre 1917 en une perte de 3 900 livres91.

La Banque impériale ottomane en dehors de la Turquie

  • 92 AN, 207 AQ, 27 G6 (F.) - Note juin 1917.
  • 93 A. Lon. IOB Committee Minutes, 20 juin 1917.
  • 94 A. Mey. PV du Comité, vol. 12-25 janvier et 1er mars 1918.
  • 95 A. Lon. IOB Committee Minutes, 27 mars 1918 et 1er février 1919.
  • 96 A. Mey. PV du Comité, vol. 12 - 29 décembre 1916 et 23 mars 1917 et A. Ist. PV du Conseil de direct (...)
  • 97 A. Mey. PV du Comité, vol. 12-12 janvier et 26 octobre 1917.
  • 98 A. Mey. PV du Comité, vol. 12-22 décembre 1916 et A. Lon. IOB Committee Minutes - 19 décembre 1917.

47Au moment de l’entrée en guerre de la Turquie en novembre 1914 la plus grande partie des fonds propres de la banque se trouvait investie à Londres et à Paris. L’excédent de l’actif sur le passif envers les tiers, représentant le capital, les réserves et provisions, est de 8 900 000 £, dont 8 200 000 (9 000 000 LT) en Angleterre, en France et en Egypte, et 700 000 seulement (780 000 LT) dans l’Empire ottoman. Sur les 8,2 millions d’actif net en dehors de la Turquie, 4,5 millions (5 millions LT) étaient placés à cour terme et le solde investi en titres, participations, immeubles et autres valeurs indisponibles92. L’activité de Paris et de Londres pendant la guerre se borna à une gestion prudente de ces capitaux. En outre le Comité plaça sous son autorité directe non seulement les agences situées en dehors de l’Empire ottoman (Egypte, Chypre, Grèce) mais, peu à peu, celles qui, suivant les vicissitudes de la guerre, se trouvèrent soumises au contrôle des autorités alliés. Ce fut le cas de Bassorah, rouverte en février 1915, Metellin en juin 191793, Jaffa et Jérusalem en janvier 191894. La réouverture de Bagdad, fermée en avril 1917, ne sera autorisée avec beaucoup de réticence par l’administration britannique qu’en mars 1918 et ne pourra devenir effective qu’un an plus tard95. Dans le Caucase, si les autorités russes s’opposèrent à la réouverture des agences d’Arménie, elle permettront le fonctionnement, pratiquement sans interruption, de celle de Trébizonde, dont le directeur français était demeuré sur place lors de l’occupation de la ville96. Les excédents de liquidité de cette agence furent employés en bons du Trésor russe à court terme97. Ainsi la BIO se trouva-t-elle dans la situation paradoxale de financer, à travers ses diverses implantations, les principaux États belligérants dans les deux camps (Grande-Bretagne et France par Paris et Londres, Russie par Trébizonde, Turquie et Allemagne par Constantinople), même s’il s’agit parfois de montants d’assez faible importance. Enfin, après que les Turcs eurent été chassés du Hedjaz par le Cherif de la Mecque avec l’aide de l’Angleterre, celle-ci mettra son veto à toute reprise d’activité de l’agence de Djeddah, arguant des dispositions de la loi musulmane prohibant le prêt à intérêt98.

  • 99 AN, 207 AQ, 29 - R. Naville à P. Naville, 12 juillet 1915.
  • 100 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

48Toute relation était bien entendu impossible avec les différentes agences situées dans l’Empire ottoman. Mais les communications entre le Comité et la direction de Constantinople ne furent jamais totalement interrompues. Des messages purent être transmis soit par le canal des ambassades neutres, Italie d’abord, puis après l’entrée en guerre de ce pays, Espagne, Pays-Bas, États-Unis, soit par des voyageurs. Les agents de la BIO en Orient ressortissants de nations neutres purent aussi jouer un rôle de liaison. Le directeur de l’agence de Beyrouth, sujet suisse, put même accomplir en Egypte une mission humanitaire auprès des prisonniers turcs détenus par les Anglais99. Au jugement même de certains de ses dirigeants, la banque se cantonna dans une attitude passive et quelque peu frileuse. Sans doute les circonstances étaient-elles peu propices à des initiatives hardies. D’ailleurs le régime juridique de la Banque ottomane et les séquestres sous l’autorité desquels elle se trouvait placée constituaient une gêne pour ses activités. Contrastant avec cette passivité, les critiques ne manquèrent pas de souligner le dynamisme dont, après l’atonie des premiers mois, les banques faisaient en général preuve pour compenser le surcroît de charges qu’entraînaient pour elles l’inflation et la hausse des frais généraux100.

  • 101 A. Mey. PV du Comité, vol. 12 - 26 janvier 1916.

49La guerre un jour prendrait fin. À partir de 1916 le Comité se prit à réfléchir sur l’avenir de la banque une fois la paix revenue. Tout commença par un exposé de Félix Vernes dans la séance du 26 janvier 1916 à Paris. Deux politiques étaient possibles pour la BIO : maintenir le prestige qui avait été le sien en regroupant sous son égide les intérêts français en Orient et en affirmant son droit de préférence sur les opérations avec le gouvernement turc, ou estimant que ce rôle ne saurait lui procurer des bénéfices suffisants, chercher à développer les affaires commerciales et les opérations de banque proprement dites. L’idéal serait évidemment de poursuivre ces deux politiques à la fois. Mais la banque aurait-elle les ressources nécessaires ? Sans répondre explicitement à cette question, F. Vernes estimait que l’expansion des affaires commerciales, d’ailleurs entamée depuis longtemps, devait demeurer la principale source de profits101.

  • 102 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

50Ces propos furent accueillis avec intérêt et une étude prospective fut mise en chantier. Mais cette étude souleva d’emblée la question du statut juridique de la banque, son caractère de société de droit ottoman à double direction franco-anglaise, jugé cause de l’inaction dont on ne parvenait pas à se dégager. On proposa donc l’abandon de ce statut et la transformation de la BIO en société française ayant vocation à devenir le chef de file des intérêts français en Orient. Une telle transformation soulevait des problèmes si complexes et se heurtait à tant de difficultés que le Comité n’alla pas plus loin102.

  • 103 A. Mey. PV du comité, vol. 12-21 novembre 1916.

51Seule initiative prise pendant cette période, une agence fut créée en 1916 à Marseille. Elle avait pour objectif de centraliser les opérations avec la France des agences d’Orient (dans l’immédiat Egypte et Grèce) dont la place de Marseille était depuis des siècles le correspondant naturel103.

  • 104 A. Mey. Imperial ottoman Bank (IOB) gazette, p. 807-809
  • 105 A. Mey. PV du Comité, vol. 12-11 février 1916.

52Beaucoup d’agents mobilisés ou volontaires servirent sous les drapeaux de leurs pays respectifs. Les pertes furent lourdes parmi eux. On compta 18 morts parmi le personnel britannique, 10 parmi les Français et 2 parmi les Italiens employés dans les agences d’Orient104. Il y eut aussi des victimes parmi d’anciens agents de la banque. On mentionnera le plus prestigieux d’entre eux, l’aviateur Georges Guynemer, qui avait avant la guerre fait quelque temps partie du personnel de l’agence de Paris105.

Notes

1 AN, 207 AQ, 28 G7 - DG à Comité 31 juillet, 1er et 6 août 1914.

2 AN, 207 AQ, 28 G7 - DG à Comité 22 août et 15 septembre 1914.

3 AN, 207 AQ, 28 G7 - DG à Comité, 13 octobre 1914 et note, 28 septembre 1914.

4 AN, 207 AQ, 28 G7.

5 AN, 207 AQ, 28 G7 - Note.

6 AN, 207 AQ, 28 G7 - De Klapka à de Cerjat, 7 octobre 1914.

7 AN, 207 AQ, 26 G6A et A. Mey. - PV du comité, vol. 11 - 20 novembre 1914.

8 A. Lon. I.O.B. Committee Minutes, 11 novembre 1914 et 13 janvier 1915.

9 AN, 207 AQ, 28G7 - Note A. Nias, 24 novembre 1914.

10 A. Mey. PV du comité, vol. 11-9 décembre 1914..

11 A. Ist. - PV du Conseil d’administration, 6 janvier 1915 et lettre au ministre des Finances, 5 janvier 1915.

12 AN, 207 AQ, 28G7 - Steeg à de Cerjat, 10 octobre 1915.

13 AN, 207 AQ, 28G7 - Steeg à de Cerjat, 3 janvier 1915.

14 AN, 207 AQ, 28G7 - Steeg à de Cerjat, 10 janvier 1915 et A. Ist PV du Conseil d’administration 4 et 13 janvier 1915.

15 A. Ist. PV du Conseil de direction, 12 janvier 1915 (règlement intérieur pour la direction intérimaire).

16 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 29 août 1917.

17 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 1er décembre 1915 et AN, 207 AQ, 29 - note Catafago remise par lettre Steeg, 6 décembre 1915.

18 AN, 207 AQ, 29 - Simmons à de Cerjat, 12 septembre 1915.

19 AN, 207 AQ, 29 - Simmons à de Cerjat, 12 septembre 1915.

20 A. Lon. dossier 23 P - Lettre Naville, Directeur de BIO Beyrouth, 20 janvier 1915.

21 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 13 octobre 1915.

22 AN, 207 AQ, 29 - Note Papageorges, 1er août 1915.

23 AN, 207 AQ, 29 - Note Papageorges, 1er août 1915 et A. Ist. PV du Conseil d’administration, 10 mars 1915.

24 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 3 mars 1915.

25 AN, 207 AQ, 29 - Cartali à Nias, 13 mars 1915.

26 A. Lon. IOB Committee Minutes, 10 février 1915.

27 J. Lepsius - Archives du génocide arménien et AN, 207 AQ, 29 - Note Papageorges, 1er juillet 1915.

28 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, juin 1915.

29 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, juin 1915.

30 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, juillet 1915.

31 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, juin 1915.

32 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, juillet 1915.

33 AN, 207 AQ, 29 - Direction de BIO Van à BIO Paris, 10 août 1915 et A. Ist PV du conseil de direction, 26 août 1915.

34 AN, 207 AQ, 29 - BIO Paris à Ministère des Affaires étrangères, 29 avril 1916.

35 A. Ist. PV du Conseil de direction, 17 juin 1915 et AN, 207 AQ, 192 SI 12 - Mémoire sur le déplacement des Arméniens.

36 AN, 207 AQ, 29 - Note Catafago et A. Ist. PV du Conseil d’administration, 18 août 1915.

37 A. Ist. PV du Conseil de direction, 8 septembre 1915.

38 A. Ist. PV du Conseil de direction 19.7. et 15 septembre 1915.

39 A. Ist. PV du Conseil de direction, 27 septembre 1915.

40 AN, 207 AQ, 29 - BIO Salonique à BIO Paris, 26 novembre 1915.

41 A. Ist. PV du Conseil de direction, 6 novembre 1915.

42 A. Ist. PV du Conseil de direction, 1er avril 1916.

43 AN, 207 AQ, 29 - Note Catafago.

44 AN, 207 AQ, 31 G10 - DG Constantinople à Paris, 14 septembre 1920.

45 A. Ist. PV du Conseil de direction 1er et 8 juillet, 16 août 1915.

46 AN, 207 AQ, 192 SI 12. Mémoire sur le déplacement des Arméniens et A. Ist. PV du Conseil d’administration, 8 décembre 1915.

47 A. Ist. PV du Conseil de direction, 31 août 1915.

48 AN, 207 AQ, 29 - Note Catafago et AQ 192 SI 12 - mémoire sur le déplacement des Arméniens.

49 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Projet de main mise sur la banque par le gouvernement ottoman (juillet - août 1915).

50 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Steeg à de Cerjat, 3 décembre 1918.

51 A. Ist. PV du Conseil d’administration 2 et 16 septembre, 1er et 14 octobre, 11 novembre 1914 et AN, 207 AQ, 28 G7 - DG à comité, 9 octobre 1914.

52 AN, 207 AQ, 29 - Lettre Simmons, 12 septembre 1915.

53 A. Ist. PV du Conseil d’administration 31 mars et 5 septembre 1917.

54 A. Ist. PV du Conseil de direction, 29 juin 1918.

55 Histoire de l’empire ottoman (sous la direction de R. Mantran), p. 632-633.

56 AN, 207 AQ, 29 - Extrait d’une lettre d’un voyageur, 14 août 1915.

57 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à comité de Paris.

58 A. Ist. PV du conseil de direction, 21 février 1918.

59 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Steeg à de Cerjat, 3 décembre 1918.

60 AN, 207 AQ, 29 - Note Catafago.

61 A. Ist. PV du Conseil d’administration 10 et 24 novembre 1915.

62 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 15 décembre 1915.

63 A. Ist. PV du Conseil de direction 27 mars, 1er avril, 13 juin, 6 juillet, 7 août 1916.

64 A. Ist. PV du Conseil d’administration 29 novembre et 13 décembre 1916.

65 A. Ist. PV du Conseil d’administration 17 janvier 1917.

66 A. Ist. PV du Conseil d’administration 17 janvier 1917.

67 A. Ist. PV du Conseil d’administration 31 janvier 1917.

68 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917.

69 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917.

70 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Dépêche du Siège central, 27 novembre 1918.

71 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917.

72 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Steeg à de Cerjat, 3 décembre 1918.

73 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917.

74 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Dépêche du 27 novembre 1918.

75 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Steeg à de Cerjat, 3 décembre 1918.

76 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 18 juillet 1917.

77 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 3 octobre 1917.

78 A. Ist. PV du Conseil d’administration 1er et 8 mai, 5 juin et 7 août 1918.

79 A. Ist. PV du Conseil d’administration 8 septembre et 1er décembre 1915.

80 A. Ist. PV du Conseil d’administration 27 mars et 20 novembre 1918.

81 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 8 mai 1918.

82 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 24 février 1915, 29 février 1916, 21 février 1917 et 20 février 1918.

83 A. Ist. PV du Conseil de direction septembre 1917, 4 octobre et 26 décembre 1917.

84 A. Ist. PV du Conseil d’administration, 17 décembre 1918.

85 A. Ist. PV du Conseil de direction 29 juillet et 7 août 1916 et PV du Conseil d’administration, 29 novembre 1916.

86 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917 et A. Mey. PV du Comité, vol. 12 - 16 novembre 1917.

87 A. Ist. PV du Conseil de direction, 6 décembre 1917.

88 AN, 207 AQ, 192 SI 9 - Steeg à de Cerjat, 3 décembre 1918.

89 AN, 207 AQ, 29 - Situation or au 23 mars 1918.

90 A. Ist. PV du Conseil de direction 13 septembre et 24 novembre 1917.

91 AN, 207 AQ, 29 - Hodleir à Comité de Paris, 23 octobre 1917.

92 AN, 207 AQ, 27 G6 (F.) - Note juin 1917.

93 A. Lon. IOB Committee Minutes, 20 juin 1917.

94 A. Mey. PV du Comité, vol. 12-25 janvier et 1er mars 1918.

95 A. Lon. IOB Committee Minutes, 27 mars 1918 et 1er février 1919.

96 A. Mey. PV du Comité, vol. 12 - 29 décembre 1916 et 23 mars 1917 et A. Ist. PV du Conseil de direction, 14 mars 1918.

97 A. Mey. PV du Comité, vol. 12-12 janvier et 26 octobre 1917.

98 A. Mey. PV du Comité, vol. 12-22 décembre 1916 et A. Lon. IOB Committee Minutes - 19 décembre 1917.

99 AN, 207 AQ, 29 - R. Naville à P. Naville, 12 juillet 1915.

100 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

101 A. Mey. PV du Comité, vol. 12 - 26 janvier 1916.

102 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

103 A. Mey. PV du comité, vol. 12-21 novembre 1916.

104 A. Mey. Imperial ottoman Bank (IOB) gazette, p. 807-809

105 A. Mey. PV du Comité, vol. 12-11 février 1916.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search