Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Chapitre XIII. La Banque impériale ottomane et la Jeune‑Turquie

Texte intégral

La révolution jeune-turque et l’emprunt de 1908

  • 1 AN, 207 AQ, 23 - G. Auboyneau à R. Hottinguer, 26 août 1908.

1Au cours des premières années du siècle, le mouvement d’opposition au régime absolutiste d’Abd-ul-Hamid n’avait cessé de se renforcer, particulièrement au sein de l’armée. C’est en Macédoine que ce mouvement était le plus actif et c’est à Salonique que se constitua en 1907 l’organisme connu sous le nom de « comité Union et Progrès » qui prit la tête de l’opposition. La même année, la crise économique et les mauvaises récoltes éprouvent durement la population, provoquant des troubles. Les impôts rentrent mal ; la solde des troupes est payée avec retard, d’où des mutineries dans les garnisons. La situation ne s’améliore pas, bien au contraire, pendant l’hiver 1907-1908 et les premiers mois de 1908. Le mécontentement grandit. Au début de juillet les mutineries se multiplient dans les garnisons de Macédoine. Les efforts du sultan pour ressaisir le contrôle des événements échouent. Plusieurs de ses agents sont assassinés et les troupes acheminées d’Anatolie pour rétablir l’ordre se joignent aux rebelles. Ne pouvant compter sur la fidélité de l’armée ni sur l’appui des plus hautes autorités religieuses de l’Islam, le sultan renonce à écraser le mouvement par la force et, prenant de vitesse le comité Union et Progrès, décide le rétablissement de la constitution de 1876 et la tenue d’élections pour la convocation du Parlement (23 juillet 1908). Dès le 4 août un nouveau gouvernement est constitué, présidé par le grand vizir Kâmil Pacha. Un certain nombre de membres de l’entourage immédiat d’Abd-ul-Hamid sont chassés ou arrêtés, mais l’ensemble du personnel politique demeure en place, sous la surveillance du comité Union et Progrès1.

  • 2 AN, 207 AQ, 23 - Note de la DG, 27 août 1908.

2Le rétablissement de la constitution fut en général accueilli avec enthousiasme par les diverses communautés de l’empire, à l’exception de certaines villes arabes. Mais des tensions ne tardèrent pas à se manifester en Anatolie entre l’élément turc et l’élément arménien ; les Turcs considéraient en effet que la constitution favorisait les chrétiens. L’excitation était particulièrement vive à Angora et surtout à Adana, signe annonciateur des graves événements à venir2.

  • 3 AN, 207 AQ, 23 - Constantinople à Paris, 27 juillet 1908.

3La banque ne fut pas affectée par les événements. Le prestige de la Révolution française était assez fort parmi les étudiants et entraînait un mouvement général de sympathie pour tout ce qui était français. Une manifestation d’étudiants de l’École de Médecine, drapeau en tête portant les mots (en français) « Liberté, Égalité, Fraternité » venant à passer devant le siège de la banque à Galata, le directeur général, Deffès, se montra sur le seuil et fut chaleureusement accueilli par la foule3.

  • 4 AN, 207 AQ, 23 - J. Deffès à G. Auboyneau, 31 juillet 1908 p. s.

4De son côté, le sultan, recevant le 31 juillet le même Deffès avec d’autres membres de la colonie étrangère, s’étendit longuement sur la situation politique. Il tint à souligner qu’il était l’auteur de la constitution de 1876 ; qu’il avait été contraint de la suspendre, mais qu’aujourd’hui, grâce au progrès de l’instruction parmi le peuple, il avait décidé volontairement de la rétablir et qu’il était résolu à l’appliquer sincèrement. Il exprima avec force son désir que ses interlocuteurs fissent connaître le plus largement possible « ses véritables sentiments ». Il parut à Deffès « dominé par la crainte de voir suspecter ses sentiments à l’égard de la constitution et la sincérité de ses convictions »4.

  • 5 AN, 207 AQ, 23 - Comité de Paris à DG Constantinople, 7 août 1908.

5Les dirigeants de la banque manifestèrent aussitôt leur détermination de venir en aide au nouveau régime. Il fallait « éviter, dans la mesure du possible, que le manque de ressource ne soit pour le gouvernement une cause d’affaiblissement en face des éléments de désordre »5. La banque nourrissait aussi des espérances pour elle-même.

  • 6 AN, 207 AQ, 23 - J. Deffès à Ch. de Cerjat, 12 août 1908.

« Notre politique, écrivait Deffès le 12 août, doit tendre à retirer du nouveau régime les avantages légitimes auxquels nous avons droit et à assurer à notre établissement son rôle de banque d’État, qui lui est du reste attribué par son firman de concession »6.

  • 7 AN, 207 AQ, 23 - Comité de Paris à DG Constantinople, 7 août 1908.
  • 8 AN, 207 AQ, 23 - Paris à Londres (Barry), 1er août 1908 et compte rendu de l’entrevue à Paris avec (...)
  • 9 AN, 207 AQ, 23 - J. Deffès à Pangiris bey, 16 octobre 1908 et à G. Auboyneau, 23 octobre 1908.
  • 10 A. Mey. PV du comité vol. 9-25 septembre et 27 novembre 1908 et J. Thobie, op. cit. p. 264.

6Le gouvernement de Kâmil Pacha avait, en arrivant au pouvoir, trouvé une situation financière fort embarrassée. Le déficit du budget de la Macédoine avait absorbé la plus grande partie du produit des dernières opérations financières et, lors du changement de ministère, des négociations étaient en cours avec la BIO pour la conclusion d’un nouvel emprunt. Mais du rétablissement de la constitution découlait une importante conséquence juridique : le contrat d’emprunt devrait être soumis à la ratification du parlement, dont l’élection n’interviendrait que vers la fin de l’année. Redoutant les difficultés qui pourraient surgir, la banque décida de tenir les gouvernements français et anglais informés des opérations qu’elle traitait avec le Trésor turc, afin de pouvoir, le cas échéant, compter sur un appui diplomatique de leur part7. L’Allemagne de son côté ne restait pas inactive ; la Deutsche Bank s’empressa de manifester à la BIO sa volonté d’alliance pour la défense des intérêts communs. Gwinner, son porte-parole, parla même « d’entente cordiale »8. Or, compte tenu de la situation politique, la banque ne souhaitait pas assumer seule la charge de l’émission du futur emprunt qui devrait à ses yeux être une opération conjointe franco-anglo-allemande, opération à laquelle le public n’était pas pour le moment, jugeait-elle, disposé à souscrire9. Aussi conclut-elle à peu près simultanément (octobre-novembre 1908) : un contrat d’emprunt portant sur 107 071 000 F à 4 % en 214 142 obligations dont 50 000 destinées à gager le compte statutaire et 164 142 objet d’une option à 85 % ; une avance de 1 365 000 £, répartie par tiers entre la BIO, la Deutsche Bank et un groupe anglais dirigé par sir Ernest Cassel10.

  • 11 J. Thobie op. cit. p. 265.

7Ce ne fut qu’en juin 1909, après l’abdication d’Abd-ul-Hamid, que la banque leva l’option pour mettre aussitôt l’emprunt garanti par les revenus des douanes et les dîmes gérées par l’Administration de la DPO en syndicat au prix de 432,50 F. Trois groupes furent constitués prenant chacun 54 714 obligations : un groupe français dirigé par la BIO qui ne demeurait elle-même intéressée que pour 2 000 titres, un groupe anglais dirigé par Stern Brothers, un groupe allemand autour de la Deutsche Bank. L’émission, à Paris, Londres et Berlin à des prix légèrement différents selon les places, le prix moyen ressortant à 455 F, fut largement couverte11. Le changement de régime en Turquie était favorablement accueilli en Occident.

La chute d’Abd-ul-Hamid et les évènements d’Adana

8L’euphorie suscitée par le retour au régime constitutionnel fut de courte durée et le gouvernement de Kâmil Pacha dut très vite faire face à de vives tensions dans tous les domaines. Sur le plan social, une vague de grèves – une nouveauté en Turquie – secoua à l’automne les principales entreprises du pays (Régie des tabacs, charbonnages d’Héraclée, chemins de fer) arrachant aux employeurs d’importantes augmentations de salaires. Dans ses relations extérieures, la Turquie subit simultanément en octobre 1908 trois échecs très graves : l’Autriche-Hongrie décida l’annexion de la Bosnie-Herzégovine qu’elle occupait depuis le traité de Berlin, la Bulgarie proclama son indépendance et la Grèce annexa la Crète.

  • 12 AN, 207 AQ, 23 - Comité de Paris à Deffès, 9 octobre 1908.
  • 13 AN, 207 AQ, 76 C65 - G. Auboyneau à A. Nias, 9 octobre 1908 et à G. Louis, directeur des affaires p (...)

9Ces revers humiliants exaspèrent l’amour-propre national et un boycott sévère des produits autrichiens s’organisa spontanément dans la population. Mais les autres puissances demeurèrent passives devant ces violations caractérisées du droit international et l’Empire ottoman était hors d’état de réagir militairement. La BIO s’employa d’ailleurs à en dissuader le gouvernement en insistant sur les dangers d’un conflit armé « auquel il n’a rien à gagner au point de vue politique et tout à perdre au point de vue de son crédit et du relèvement de ses finances »12. En même temps, la banque tentait de faire accorder à la Turquie des compensations financières et présentait au Quai d’Orsay des suggestions en ce sens : prise en charge par l’Autriche et par la Bulgarie d’une partie de la dette turque ; majoration des droits de douanes (une augmentation de 3 % sera effectivement accordée en 1911) ou, encore mieux, liberté accordée à la Turquie de conclure des traités de commerce et d’établir des monopoles, droits qui lui étaient refusés en vertu d’une interprétation quelque peu excessive des capitulations13.

10La situation politique enfin demeurait lourde de menaces. L’entente entre les communautés ne dura pas, et les problèmes qu’affrontait l’Empire ottoman depuis un demi-siècle ne tardèrent pas à revenir à la surface. Le 1er janvier 1909, quinze jours à peine après l’ouverture du parlement, Deffès faisait part à Gaston Auboyeau de ses inquiétudes :

  • 14 AN, 207 AQ, 23.

« Je considère la situation comme grave, écrivait-il. Nous sommes à la merci du moindre incident. Le gouvernement est sans autorité et sans force, le comité (Union et Progrès) divisé, mais encore puissant sur l’opinion et sur l’armée, la Chambre inexpérimentée, mais arrogante »14.

11Les craintes du directeur général allaient bientôt se révéler justifiées. En février, Kâmil Pacha, mis en minorité, fut contraint de se retirer. L’agitation ne fit que croître dans la capitale, amenant d’abord le renversement du régime parlementaire et le rétablissement du pouvoir absolu du sultan (13 avril). L’armée de Salonique intervint aussitôt et occupa Constantinople. Finalement le 27 avril Abd-ul-Hamid fut déposé et son frère, Mehmet V Rechat, élevé sur le trône. L’ère de la monarchie autoritaire était terminée.

  • 15 AN, 207 AQ, 121 C127 - Agence à DG, 28 avril 1909.
  • 16 AN, 207 AQ, 121 C127 - Agence à DG, 3 mai 1909
  • 17 AN, 207 AQ, 121 C127 - Agence à DG, 4 mai 1909.
  • 18 AN, 207 AQ, 121 C127 - Agence à DG, 22 avril 1909 et télégramme, 2 mai 1909.
  • 19 AN, 207 AQ, 121 C127 - BIO Bassorah à DG, 22 avril 1909.

12Les réactions des provinces à ces événements furent contrastées. Si l’on en croit les rapports des directions locales de la banque, les populations dans la plus grande partie de l’Empire demeurèrent calmes, accueillant bien souvent le changement de souverain avec plus d’indifférence que d’enthousiame, surtout de la part de l’élément musulman. Dans certaines localités toutefois, les partisans de l’ancien régime étaient puissants et les tensions furent vives entre musulmans et chrétiens, ces derniers très attachés au régime constitutionnel. Il en était ainsi à Kutahia15, Afioum Karahissar16, Castambol17, Erzeroum18 ; dans cette dernière la ville la troupe était dans l’ensemble favorable à l’ancien sultan et l’ordre ne fut maintenu qu’à grand-peine. L’agitation des tribus arabes du sud de la Mésopotamie interrompit pour un temps toute communication entre Bagdad et Bassorah provoquant une intervention militaire anglaise dans le golfe persique19. Mais c’est en Cilicie, et en particulier à Adana, que se produisirent les événements les plus graves.

  • 20 AN, 207 AQ, 121 C127.

13D’après le rapport adressé le 4 mai à la direction générale par le directeur de l’agence20, l’origine des violences doit être recherchée dans une rixe ayant opposé au début d’avril Arméniens et musulmans et au cours de laquelle deux de ces derniers furent mortellement blessés. Le 14 avril, à la nouvelle que l’autorité d’Abd-ul-Hamid venait d’être rétablie, la populace se déchaîna dans la ville, tuant et pillant. Retranchés dans leur quartier, les Arméniens opposèrent pendant trois jours une résistance acharnée. La banque où s’étaient réfugiés, outre les membres du personnel et leur famille, un certain nombre de clients et d’employés étrangers de la Régie des tabacs – car la foule s’en prenait aussi aux étrangers – se trouva à plusieurs reprises sérieusement menacée. Ne pouvant obtenir des autorités débordées un renforcement de sa garde, la direction organisa elle-même la surveillance de son immeuble, et parvint, grâce au sang-froid dont chacun fit preuve, à éviter le pire. L’inspecteur Edwards alors en mission à Mersin, alerté dès le début des troubles, put gagner Adana par le dernier train en compagnie du consul d’Angleterre. Témoin horrifié des scènes de violences et des massacres qui se déroulèrent dans la gare même à l’arrivée du train devant un corps de garde impassible, il parvint, grâce à la protection du consul d’Angleterre et à la garde armée que celui-ci réussit à obtenir des autorités, à gagner sans encombre l’agence assiégée.

  • 21 AN, 207 AQ, 121 C127 - Rapport R. Edwards, inspecteur de la BIO, 1 mai 1909.

14Le 17 avril, un armistice fut conclu entre les autorités et les dirigeants de la communauté arménienne, et le calme revint dans la ville. Mais le 25 avril, à l’arrivée de trois bataillons du corps d’armée d’Andrinople, des troubles éclatèrent à nouveau. Cette fois-ci l’intervention vigoureuse des troupes y mit rapidement fin, non sans toutefois que des incendies aient ravagé une partie de la cité21.

  • 22 AN, 207 AQ, 121 C127 - Rapport R. Edwards, inspecteur de la BIO, 10 mai 1909.

15Les campagnes environnantes n’avaient pas été épargnées, de nombreuses fermes appartenant à des chrétiens avaient été pillées et brûlées, les paysans massacrés, le bétail abattu ou volé. Les troubles s’étaient étendus jusqu’à Tarsous, à une quarantaine de kilomètres d’Adana, où le quartier arménien fut détruit par l’incendie22.

  • 23 AN, 207 AQ, 121 C127 - Constantinople à Paris, 2 juin 1909.
  • 24 AN, 207 AQ, 121 C127 - Constantinople à Paris 26 août et 1er septembre 1909. et A. Mey. PV du comit (...)

16Pour soulager les populations éprouvées, le gouvernement, à la demande de la banque, décida un moratoire de cinq mois dans le vilayet d’Adana23 ; d’autre part des avances pour un total de 100 000 LT furent ouvertes par la banque en faveur des sinistrés avec la garantie de l’État24.

L’emprunt 4 % 1909

17Les événements de 1909 favorisèrent le développement en Turquie d’un courant hostile aux influences étrangères, dont la BIO et l’Administration de la Dette publique furent inévitablement la cible, courant qui allait trouver son expression tant au Parlement que dans une partie de la presse. Ces sentiments n’étaient point partagés par les milieux gouvernementaux ; parlant de la Banque ottomane, le ministre des Finances Djavid Bey affirmera en 1910 à un journaliste français, René Moulin :

  • 25 R. Moulin, « Force et faiblesse de la jeune Turquie », Revue hebdomadaire, 7 mai 1910, p. 60.

« je me suis toujours efforcé de la défendre contre les accusations que j’estimais exagérées ou injustes »25.

  • 26 AN, 207 AQ, 21G 1 bis - G. Auboyneau à J. Deffès, 16 mars 1909.
  • 27 Poulgy. Les emprunts ottomans, p. 175-178.
  • 28 J. Thobie, op. cit. p. 267.

18La Banque ottomane de son côté saisissait toute occasion d’apporter son concours aux nouvelles autorités. C’est ainsi qu’au début de 1909, Gaston Auboyneau, administrateur délégué de la banque, joua à Saint-Pétersbourg le rôle d’un intermédiaire officieux entre l’envoyé turc, Rifaat Pacha, et le gouvernement russe lors de négociations financières entre les deux pays26. Il s’agissait de régler le contentieux né entre la Bulgarie et la Turquie à la suite de la proclamation l’année précédente de l’indépendance bulgare. La Turquie exigeait une compensation pour le tribut dont elle se trouvait maintenant privée, mais l’État bulgare était incapable de satisfaire à ces renvendications. La Russie venant en aide à la Bulgarie accepta de renoncer à quarante annuités (de 350 000 LT chacune) de l’indemnité de guerre qui lui était due en vertu de la convention de 188227. Les montants ainsi dégagés allaient pouvoir gager un emprunt dont le lancement devenait inévitable, le budget de l’exercice 1909-1910 en cours de préparation faisant présager un déficit important (il sera finalement arrêté à 5 500 000 LT)28.

  • 29 J. Thobie, op. cit. p. 267.

19Depuis 1881 les emprunts avaient été négociés dans le secret. Tenant compte de l’état de l’opinion, Djavid Bey jugea nécessaire de procéder cette fois à une adjudication publique. Tout en n’ignorant pas que c’était à Paris seulement que se trouvait le marché des fonds turcs et que la Banque ottomane occupait sur ce marché une place prépondérante, il espérait en faisant jouer la concurrence obtenir des conditions plus favorables et désarmer d’avance les critiques29. C’est d’ailleurs dans de semblables conditions que s’étaient placés les emprunts ottomans dans les années 1860-1874 ; certains avaient donné lieu à une vive concurrence entre la BIO, la Société générale, le Comptoir d’Escompte de Paris.

20La situation depuis lors a bien changé ; les anciens rivaux sont maintenant alliés de longue date, la Banque de Paris et des Pays-Bas s’est jointe à ce groupe, et la Deutsche Bank est depuis vingt ans associée à la BIO. Deux banques paraissent encore susceptibles d’une action indépendante : la Banque de Salonique et la Banque Nationale de Turquie. Mais la Banque de Salonique, jadis sous contrôle autrichien, vient de passer sous celui de la Société générale ; quant à la Banque Nationale de Turquie, qu’est en train de fonder un financier anglais, sir Ernert Cassel, elle est handicapée dès le départ par le désintérêt persistant de Londres à l’égard des valeurs turques.

  • 30 A. Mey. PV du comité vol. 9-10 septembre 1909.
  • 31 J. Thobie, op. cit. p. 269-271.
  • 32 A. Mey. PV du comité vol. 9 - 1er octobre 1909.

21Le 7 septembre 1909, le gouvernement turc lança un appel d’offres pour le placement d’un emprunt de 7 millions LT à 4 % d’intérêt garanti par les dîmes des provinces auparavant affectées au service de l’indemnité de guerre russe. Le 10 septembre, le comité de la BIO, considérant que la banque ne doit pas rester à l’écart de l’opération, décide de réunir ses associés habituels30. La réunion du 15 septembre consacre la solidarité des banques françaises autour de leur chef de file, ainsi que l’admission dans le club de la Banque de Salonique31. Un peu plus tard Deffès reçoit mission de traiter pour compte commun pour la totalité de l’emprunt32. L’accord se fit rapidement sur le prix de 417,50 F net. Entre-temps la Banque Nationale de Turquie aura été écartée, ses offres étant jugées insuffisantes, et la BIO repousse sa demande de participer pour un tiers à l’opération.

  • 33 J. Thobie, op. cit. p. 274-275.

22La prise ferme de l’emprunt fut assurée par deux syndicats : l’un à Paris pour 227 273 titres où, autour de la BIO et de ses partenaires habituels, figurent la Deutsche Bank, la Banque de Salonique, etc., l’autre à Londres formé essentiellement de la BIO Londres et de la banque Morgan. L’émission eut lieu par le canal de syndicats différemment composés où les établissements de crédit occupaient les premières places, comme il était de règle depuis que la pratique des syndicats d’émission, distincts des syndicats de garantie ou de prise ferme, s’était instaurée. 218 182 obligations furent offertes à Paris à 450 F et 100 000 à Londres à 445 F. La part française fut souscrite aisément, mais le placement à Londres fut un échec. La demande ne porta que sur 18 000 titres, confirmant une fois de plus la méfiance du public anglais envers les titres turcs. Le reliquat put être écoulé sur le marché de Paris33.

Le contrôle des finances de l’empire et la convention de 1911

  • 34 AN, 207 AQ, 121 C126 - Constantinople à Paris, 18 septembre 1908.
  • 35 A.N. 207 206 T4 ter - G. Auboyneau à J. Deffès, 25 février 1905.
  • 36 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Barozzi, Directeur de la BIO Salonique à J. Deffès, 13 août 1808.

23Le rétablissement de l’ordre constitutionnel s’accompagna d’une relance du mouvement réformateur. Malgré la xénophobie d’une partie de l’opinion, c’est une fois encore vers l’Occident que se tournèrent les hommes au pouvoir pour y chercher des modèles et des conseillers. En ce qui concerne l’administration financière dont, en dépit de diverses tentatives, les défauts et les abus n’avaient jamais pu être vraiment supprimés, un expert français, Charles Laurent, ancien président de la Cour des Comptes, fut chargé en septembre 1908 par le gouvernement turc de procéder à sa réorganisation. Sa candidature, avancée par le Quai d’Orsay, avait été vivement appuyée par la Banque ottomane34. Celle-ci d’ailleurs espérait bien avoir un rôle à jouer dans les nouvelles institutions. Elle n’avait jamais renoncé aux missions de contrôle budgétaire qui lui avaient été confiées par la convention inappliquée de 1874, et ç’avait été la politique constante de Gaston Auboyneau de lui faire recouvrir la plénitude de ses attributions35. En l’état actuel de l’opinion il était hors de question de revendiquer quoi que ce soit. Mais tous les milieux dirigeants étaient bien loin de partager l’hostilité d’une certaine partie de la presse. Ils étaient conscients des services que la BIO pourrait rendre à l’instar de ce qui se passait déjà dans les vilayets de Macédoine36. Hilmi Pacha, inspecteur général des ces vilayets, partageait ce point de vue. Nommé grand vizir en février 1909, il n’allait pas tarder à le manifester de la façon la plus ouverte.

24Le 2 mars 1909, Laurent vint l’entretenir de ses craintes quant à l’exécution du budget dont il achevait l’établissement. Il insista tout particulièrement sur la nécessité « d’établir un contrôle indépendant chargé de faire respecter les limites budgétaires et de veiller à la centralisation exacte des recettes et des dépenses ». Le grand vizir avança alors l’idée de confier ce soin à la Banque ottomane « qui prêtait déjà à la trésorerie de Roumélie un concours dont il avait pu apprécier l’efficacité » et qui était « obligée de par ses statuts à faire le service de trésorerie de l’État ». Le ministre des Finances, Zia Pacha, et le très influent rapporteur du budget à la Chambre, Djavid Bey, se rallièrent à ce projet.

  • 37 AN, 207 AQ, 205 T4 bis.
  • 38 A. Mey. PV du comité vol. 9 - 12 mars 1909.
  • 39 A. Mey. PV du comité vol. 9 - 9 juillet 1909.

25Deffès, en informant le 4 mars le comité de Paris des intentions gouvernementales, ne dissimula pas que le coût pour la banque en serait élevé : ouverture d’agences dans tous les chef-lieux de province où elle n’est pas établie ; augmentation de l’effectif ; accroissement de l’aide financière apportée au Trésor par le canal du compte statutaire. Mais « les avantages l’emportant tellement sur les inconvénients » il recommanda de s’engager dans la voie tracée par Hilmi Pacha, qui lui paraissait offrir l’occasion d’assurer l’avenir de la banque et de marquer la prééminence de sa position vis-à-vis de ses concurrents37. Le Comité ayant aussitôt donné son approbation38, les détails du contrat à intervenir furent rapidement mis au point entre la direction générale de la BIO et le Ministère des Finances et au début de juillet on parvenait à un accord de principe39.

  • 40 AN, 207 AQ, 205 T4 bis - J. Deffès à G. Auboyneau 22 et 28 décembre 1909.
  • 41 AN, 207 AQ, 205 T4 bis - J. Deffès à G. Auboyneau 1er février et 11 avril 1909.
  • 42 R. Moulin, op. cit. p. 60.
  • 43 J. Thobie, op. cit. p. 620.

26Pour lui donner force de loi, la ratification par le Parlement était nécessaire. Mais les choses vont soudain traîner en longueur, le texte définitif du projet ne sera arrêté qu’en décembre 1909. Djavid, devenu ministre des Finances, semble bien réticent et donne à ses interlocuteurs et notamment à Deffès l’impression de ne soutenir le projet que du bout des lèvres40. On finit tout de même par décider en janvier 1910 de soumettre à la Chambre le texte de l’accord. Un peu plus tard, Djavid se déclare fermement en faveur du projet41, allant même jusqu’à s’en attribuer, dans une interview, la paternité42. Laurent, dont la mission se termine, presse son adoption, et le gouvernement français, intervenant motu proprio dans cette négociation, fait du contrôle des finances turques par la BIO un préalable au lancement en France de l’emprunt projeté. Tous ces efforts, irritant l’amour-propre des Turcs et leur volonté d’indépendance, auront un effet directement contraire au but recherché. Le gouvernement n’osera pas affronter un débat parlementaire et laissera ce projet tomber dans l’oubli43.

  • 44 AN, 207 AQ, 204 T2 - Texte de la convention.

27La majeure partie des dispositions de l’accord de juillet 1909 seront toutefois reprises dans la convention quinquennale signée le 14 février 1911. Le contrôle de l’exécution du budget par la BIO, politiquement trop sensible, ne sera pas retenu – il sera même abandonné en Macédoine – mais la banque se verra chargée des encaissements et des paiements pour compte du Trésor, s’engageant, pour assurer ce service à l’ensemble de l’empire, à ouvrir douze nouvelles agences : Diarbekir, Ourfa, Bitlis, Van, Kharpout, Bolou, Dardanelles, Rhodes, Scutari d’Albanie, Benghazi, Djeddah, Hodeidah. Elle accepta néanmoins de réduire à 40 000 LT la commission pour le service de trésorerie et à 20 000 l’allocation pour les succursales. L’avance statutaire sera portée à 1 500 000 LT rémunérées au taux de 5,5 %, tandis que le Trésor recevra un intérêt de 2 % sur ses soldes créditeurs. Il est enfin décidé de remettre en activité à Constantinople le Conseil d’Administration prévu par les statuts, et Djavid impose que les trois administrateurs soient choisis par la banque parmi les Turcs musulmans. Cette exigence marque l’abandon du principe d’égalité de tous les sujets ottomans, sans considération de religion, qu’avaient depuis plus d’un demi-siècle cherché à faire prévaloir les hommes du Tanzimat, mais qui n’avait jamais été vraiment admis par les masses musulmanes44.

28Conclue pour une durée de six ans, la convention de 1911 allait, du fait des événements, rester en vigueur jusqu’à la fin de l’empire.

  • 45 J. Thobie, op. cit.
  • 46 AN, 207 AQ, 50 P4 - Notes des 8 et 19 juillet 1910.
  • 47 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note du 24 octobre 1910.

29Quant à l’emprunt que la Turquie souhaitait émettre en 1910, le gouvernement français persistant à exiger l’institution du contrôle financier suggéré par Laurent, en refusa l’admission à la cote45. Les négociations relatives à cet emprunt provoquèrent entre la BIO et Djavid Bey une tension extrêmement vive. Au cours d’un voyage à Paris en juillet 1910 le ministre se répandit en critiques violentes contre la Banque ottomane, l’accusant de ne vouloir obtenir le service de trésorerie que pour exercer un contrôle sur les finances publiques46. Mais, ce qui explique peut-être cette irritation, le gouvernement turc était loin d’être unanime dans son soutien à Djavid. Hamilton Lang, l’ancien directeur général, maintenant membre du comité à Londres, fut au cours d’un voyage en Turquie, contacté par un émissaire du puissant ministre de la Guerre, Mahmoud Chevket Pacha. Cet émissaire voulait savoir si la banque estimait que la mise à l’écart de Djavid était nécessaire à la conclusion de l’emprunt et si elle renoncerait à imposer des conditions sévères de contrôle. Hamilton Lang refusa de se prononcer sur le maintien ou l’écart du ministre des Finances, « c’est l’affaire du gouvernement turc ». Quant à la question du contrôle des finances, c’était depuis le début une exigence non de la banque mais du gouvernement français47.

  • 48 AN, 207 AQ, 293 D158 - Texte du contrat.
  • 49 A. Mey. AG du 24 juin 1914 - Bilan et rapport.

30Jusqu’en 1914 le Trésor turc sera constamment à la recherche de capitaux pour équilibrer son budget, car au déficit permanent de celui-ci s’ajoutent les dépenses entraînées par les opérations militaires en Albanie et au Yémen, la guerre avec l’Italie, les guerres balkaniques. Ces conflits continuels rendent impossible le lancement d’un emprunt. Un contrat sera bien signé le 3 mai 1912 entre la BIO et le Ministère des Finances pour la création d’un emprunt de 10 millions LT, dénommé « 4 % 1912 et de Travaux Publics »48 mais cet emprunt ne sera jamais émis. Pour parer à ses besoins d’argent, le gouvernement aura recours aux avances de la banque. Le compte statutaire, soldé en 1910, sera rouvert en 1912 et accusera au 31 décembre 1913 un solde débiteur de 1 394 814 £, tandis que les autres avances passeront de 246 877 £ à 336 276 £49. Une autre source de financement sera constituée par des bons du Trésor escomptés auprès des banques.

  • 50 J. Thobie, op. cit. p. 282.
  • 51 AN, 207 AQ, 288 D142 - Contrat du 2 mai 1912.
  • 52 AN, 207 AQ, 289 D144 - Contrat du 25 juin 1912.
  • 53 AN, 207 AQ, 289 D145 - Contrat du 27 août 1912.
  • 54 AN, 207 AQ, 288 D142 - Cerjat à Revoil, 20 mai 1912 et réponse Revoil, 30 mai 1912 - Aussi Paris à (...)
  • 55 A. Mey. PV du Comité vol. 10-8 novembre 1912.

31Sept émissions auront lieu entre février 1912 et février 1913 pour un total de 10 230 000 LT, avec des échéances variant de six mois à cinq ans et à des taux s’échelonnant entre 5 et 7 %50. La première tranche sera enlevée par la Banque Nationale de Turquie associée à la Banque de Salonique, mais la BIO se verra confier le soin de placer les trois émissions suivantes : mai 1912 (25 millions F et 400 000 £)51, juin 1912 (22 millions F et 272 000 £)52. août 1912 (28 750 000 F)53. La banque n’agira d’ailleurs qu’à titre d’intermédiaire sans en souscrire elle-même. La situation de sa trésorerie et les besoins croissants de ses opérations commerciales ne lui permettent pas, estiment ses dirigeants, de s’engager financièrement54 Elle placera sans grande difficulté les émissions de mai et juin 1912. Par contre celle d’août ne pourra être entièrement absorbée par le marché et elle sera obligée d’en conserver le solde non placé (3 050 000 F)55.

  • 56 A. Mey. PV du comité vol. 11-2 mai 1913.
  • 57 AN, 207 AQ, 27 G 6F - Paris à Londres, 2 juillet 1913.

32La BIO ne participera plus aux émissions suivantes, renonçant à se prévaloir du droit de préférence que lui confère la dernière convention56. Dans l’été 1913, les membres du Comité tombent d’accord pour ne prêter au gouvernement turc que dans la mesure permise par les ressources disponibles après réalisation du programme d’affaires des agences57.

33On voit clairement où se situent maintenant pour la banque les priorités.

Les guerres balkaniques

34L’arrivée au pouvoir des Jeunes-Turcs et leurs essais de réforme ne purent empêcher le recul de l’empire qui, au cours des années précédant immédiatement le premier conflit mondial, perdit successivement : la Libye et les îles du Dodécanèse conquises par les Italiens en 1911-1912, l’Albanie, dont l’indépendance fut internationalement reconnue en 1912, la Macédoine enfin à la suite d’une guerre déclenchée par la coalition des États balkaniques, Bulgarie, Grèce, Serbie et Monténégro. Leurs visées sur cette province étaient anciennes. En 1912, après une brève période de tension, la guerre fut déclarée le 17 octobre. Elle tourna rapidement au désastre pour l’armée turque, alors en pleine réorganisation, d’autant que les forces alliées furent appuyées par des bandes irrégulières levées dans la population chrétienne de Macédoine. À la mi-novembre, les Turcs avaient été refoulés jusqu’à Tchataldja, dernière ligne de défense avant Constantinople. Tout le reste de la Turquie d’Europe était aux mains de l’ennemi, sauf Andrinople qui, assiégée par les Bulgares, résistait encore.

  • 58 AN, 207 AQ, 24 - A. Nias à R. Hottinguer, 7 octobre 1912.
  • 59 AN, 207 AQ, 24 - Circulaire DG du 12 octobre 1912.

35Au début d’octobre, devant les menaces qui se précisaient, la direction générale de la banque avait recommandé à toutes les agences la plus grande prudence58, ajoutant, à l’intention de celles situées sur le futur théâtre des combats, des instructions spécifiques : consolider les placements et renforcer les encaisses afin de pouvoir satisfaire aux besoins des autorités civiles et militaires59.

  • 60 AN, 207 AQ, 24 - Agence à DG 24 octobre et 6 novembre 1912 - 10 janvier 1913.
  • 61 AN, 207 AQ, 24 - Agence à DG 20 novembre, 10 et 17 décembre 1912.
  • 62 AN, 207 AQ, 24 - BIO Cavalla à DG 5. et 6 novembre 1912 et BIO Drama à DG 4 et 15 novembre 1912.
  • 63 AN, 207 AQ, 24 - Agence à DG 21 novembre et 31 décembre 1912.
  • 64 AN, 207 AQ, 24 - BIO Xanthie à DG, 31 décembre 1912.
  • 65 AN, 207 AQ, 24 - BIO Xanthie à DG, 21 novembre 1912.
  • 66 AN, 207 AQ, 24 - BIO Eskichehir à DG, 16 novembre 1912.
  • 67 AN, 207 AQ, 24 - BIO Salonique à DG 8 et 30 novembre 1912.
  • 68 AN, 207 AQ, 24 - BIO Andrinople à DG, 4 décembre 1912.
  • 69 AN, 207 AQ, 24 - BIO Cavalla, 19 novembre 1912, Dédéagatch, 26 novembre 1912, Monastir, 5 décembre (...)
  • 70 AN, 207 AQ, 24 - Le gérant de Souffli à DG, 18 novembre 1912.

36Toute la région eut beaucoup à souffrir, moins du fait des opérations militaires elles-mêmes que des réquisitions des diverses armées et de l’anarchie provoquée par les irréguliers. Les rapports de plusieurs agences signalent pillages et massacres, particulièrement à Serrés60, Dédéagatch61, Drama62, Xanthie63, Gumuldjina64. Les musulmans furent les plus éprouvés. « La haine des Bulgares contre les Turcs est indescriptible »65. Fuyant les villes de l’intérieur, des milliers de réfugiés gagnèrent le littoral et même l’Anatolie66. Plus de quarante mille d’entre eux s’entassèrent à Salonique dans le plus grand dénuement67. La ville tomba sans combat le 9 novembre aux mains de l’armée grecque. Andrinople subit un siège des plus rudes. Le bombardement systématique de la ville commença le 21 novembre et se poursuivit pendant treize jours, provoquant de nombreux incendies, détruisant plus de 300 maisons et semant la panique dans la population. Le marché fut fermé, la BIO seule demeurant ouverte comme à l’ordinaire68. D’ailleurs les agences parvinrent la plupart du temps à continuer leurs opérations, s’abritant parfois sous les pavillons anglais et français et obtenant des autorités d’occupation une garde militaire69. Seul le bureau de Souffli (dépendant de Dédéagatch) dut fermer, la ville ayant été évacuée dans la nuit du 30 au 31 octobre. Après une marche de huit heures, le personnel parvint à gagner le territoire bulgare70.

  • 71 AN, 207 AQ, 24 - Nias à Barry, 19 novembre 1912.
  • 72 AN, 207 AQ, 24 - Critchley, Directeur des agences d’Égypte en mission à Constantinople à Barry, 31  (...)

37À Constantinople la ville demeurait calme et les transactions suivaient leur cours normal71. Soucieuses de ne pas provoquer une crise dont elles seraient jugées responsables, les banques ménageaient leurs débiteurs en renouvelant à leurs échéances les effets qui ne pouvaient être acquittés72.

  • 73 AN, 207 AQ, 24 - Agence à DG 20 et 29 mars 1913.

38Voyant la partie perdue, le gouvernement turc demanda l’armistice le 3 décembre. Les pourparlers de paix s’engagèrent aussitôt à Londres. Ce fut très vite l’impasse : les Turcs refusaient de céder Andrinople. Les partisans de l’intransigeance se saisirent du pouvoir et les hostilités reprirent le 3 février 1913. Andrinople, soumise à un bombardement continu qui fit de nombreuses victimes, capitula le 26 mars. Pendant le second siège la banque encore resta ouverte, effectuant les paiements de l’administration et de l’armée73.

39Les Turcs maintenant ne pouvaient que céder aux exigences de leurs vainqueurs. Le traité de Londres (30 mai 1913) consacra la perte de la quasi-totalité des territoires européens de l’empire, qui ne conservait que Constantinople et ses environs immédiats.

40Restait à partager entre les alliés les territoires conquis. La discorde aussitôt se mit dans leurs rangs et à la fin du mois de juin les Bulgares, mécontents de leur lot, attaquèrent par surprise les Grecs et les Serbes.

  • 74 AN, 207 AQ, 24 - BIO Serrès, 27 juin 1913, Souffli, 9 août 1913, Xanthie, 2 septembre 1913 à DG.

41La guerre dura peu ; les Bulgares avaient présumé de leurs forces et leur armée fut écrasée. Les Turcs en profitèrent pour reprendre les hostilités et, par un coup de main hardi, leur enlever Andrinople. A nouveau, massacres dans les villages, exode des populations (Xanthie ne compte plus qu’un millier d’habitants, contre 15 000 avant la guerre)74. La paix de Bucarest permit à la Turquie de recouvrer Andrinople et la Thrace orientale.

  • 75 AN, 207 AQ, 25 - PV de la réunion tenue à la BIO Paris le, 19 décembre 1912 et note Deutsche Bank d (...)

42D’un point vue financier, les pertes pour l’empire étaient lourdes. Les revenus des territoires perdus s’élevaient à 6 millions LT, dont 1 600 000 perçus par l’Administration de la Dette. Aussi la BIO et la Deutsche Bank insistèrent-elles pour que les traités de paix ne mettent aucune contribution de guerre à la charge de la Turquie et que les vainqueurs assument une part de la dette proportionnelle aux revenus des provinces qu’ils venaient d’annexer. Elles obtinrent satisfaction sur le premier point, mais échouèrent sur le second75.

  • 76 A. Mey. PV du comité vol. 11-23 janvier 1914.
  • 77 AN, 207 AQ, 28b 7 - Constantinople à Comité, 29 octobre 1914.
  • 78 AN, 207 AQ, 24 - Rapport Constantinople, 21 avril 1913 in fine.
  • 79 A. Mey. PV du Comité - vol. 11 - 26 juin 1914.

43La banque avait maintenant à régler le sort de ses agences se trouvant dans les territoires cédés. Celles d’Üsküb et de Monastir seront en avril 1914 transférées à la Banque Franco-Serbe. Celle de Scutari d’Albanie fut à la demande du Quai d’Orsay maintenue en activité dans l’attente d’une décision au sujet de la création de la banque d’État d’Albanie76. Mais en octobre 1914 le soulèvement des montagnards jeta la panique dans la ville. Le personnel abandonna les lieux et l’agence fut fermée77. En Bulgarie, la banque espéra d’abord pouvoir continuer à exploiter ses agences de Dédéagatch, Xanthie, Gumuldjina, directement ou par la voie d’une association avec une banque bulgare78. Mais devant l’attitude hostile des autorités de Sofia, décision fut prise en juillet 1914 de procéder à leur liquidation79. Ainsi pour la seconde fois la banque était contrainte de quitter la Bulgarie. Seules demeurèrent finalement les agences de Grèce : Salonique, Cavalla, Drama, Serrés.

Affaires diverses

44À la suite de la révolution de 1908 on s’était remis en Occident à espérer dans le rétablissement de la situation de l’Empire ottoman. Aussi à nouveau, comme dans les années 1860 et 1880, un certain engouement se manifesta à l’égard des entreprises en Turquie, auxquelles un bel avenir paraissait promis. La rivalité des grandes puissances européennes à la recherche de débouchés pour leur industrie et cherchant aussi à se constituer des zones d’influence valait aux groupes industriels et financiers l’appui officiel de leurs gouvernements nationaux. Le marché français demeurait toujours le grand pourvoyeur de capitaux, mais l’Allemagne poursuivait ses efforts de pénétration. La Grande-Bretagne enfin, sortant d’une longue léthargie, prenait à nouveau quelque intérêt à des investissements en Orient.

  • 80 AN, 207 AQ, 6 B019 - Note du 9 mai 1912 sur la trésorerie de la BIO.

45La Banque ottomane ne pouvait demeurer à l’écart de ce mouvement général. La période qui nous occupe la voit donc s’intéresser à des projets de grands travaux ou à la création d’entreprises diverses sur le territoire de l’Empire. Les résultats de ces efforts furent dans l’ensemble médiocres et la guerre vint y mettre un terme. Les capitaux que la banque y engagea étaient d’ailleurs modestes. Dans le passé, se comportant en promoteur et non en investisseur, elle avait poursuivi un triple objectif : s’assurer dans l’immédiat un profit lors du placement des titres destinés au financement de l’entreprise ; acquérir pour l’avenir une clientèle qui lui confierait ses opérations bancaires courantes ; participer au développement général de l’économie turque, développement qui lui serait nécessairement bénéfique. Mais les circonstances étaient en train de changer. Le nouveau gouvernement ne semblait pas disposé à consentir, comme auparavant, des garanties permettant de faire un appel immédiat à l’épargne publique. L’immobilisation des capitaux investis par les promoteurs ne pourrait donc être évitée, pesant sur leur trésorerie et restreignant pour la banque ses moyens d’actions80.

46Il convient de passer en revue, sans s’y attarder longuement, les diverses affaires auxquelles la banque se trouva alors intéressée.

A. La Société franco-ottomane d’études industrielles et commerciales

  • 81 A. Mey. PV du comité vol. 8-19 octobre 1906. et AN, 207 AQ, 75 C62 - G. Auboyneau à Pangiris bey 6, (...)

47Cette société trouve son origine dans le syndicat dénommé « Participation d’études industrielles dans l’Empire ottoman » constitué en octobre 1906 entre la BIO, la banque Mirabaud, la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Banque de l’Union Parisienne et la Société Financière d’Orient, avec l’objet social suivant : obtention et mise en valeur de concessions industrielles dans l’Empire ottoman. La BIO avec une participation de 200 000 F (sur un capital de 700 000) était l’actionnaire le plus important, mais la gestion du syndicat avait été confiée à une société du groupe Mirabaud promoteur, avec la BIO, de l’entreprise81.

48La « Participation » ne tarda pas à être saisie d’un projet d’envergure. Il s’agissait de créer un groupe franco-anglais d’études et de recherches d’entreprises industrielles dans l’Empire ottoman dont le représentant en Turquie des chantiers Armstrong, A. Vere, avait pris l’initiative. La BIO qui, de part son caractère franco-anglais, serait amenée à jouer un rôle important, manifesta son intérêt. Les gouvernements de Paris et de Londres dont l’appui serait sans doute indispensable, ayant accueilli favorablement le projet, la « Participation » accepta en mai 1907 le rôle de partenaire français dans l’association.

  • 82 J. Thobie op. cit. p. 634-637.
  • 83 AN, 207 AQ, 50 P3 - Note du 29 décembre 1906.

49Mais l’intervention des gouvernements, si elle était devenue nécessaire compte tenu des rivalités entre puissances, présentait l’inconvénient majeur de mêler les considérations diplomatiques et même de politique intérieure à la rationalité économique. Sans entrer dans les détails des discussions qui se déroulèrent au sein du gouvernement français, signalons qu’il faudra un arbitrage du président du Conseil, Clemenceau, pour fixer la composition du groupe français (19 juillet 1907). À Londres des difficultés surgissent : le gouvernement anglais semble divisé quant au rôle à attribuer à la BIO jugée trop dominée par les Français, certains lui préférant le groupe rival de sir Ernest Cassel. Toutefois, au début de 1908, la Banque ottomane crée à Londres l’Ottoman Society, au capital de 30 000 £, destinée à former le pôle anglais de l’association. Un accord est conclu le 20 juillet 1908 avec la Participation, chaque partenaire s’engageant à offrir à son associé 50 % des affaires qu’il initiera82. La Participation se transforme ensuite en société anonyme sous le nom de « Société franco-ottomane d’études industrielles et commerciales », au capital de 2 500 000 F. De nouveaux actionnaires font leur entrée : le Comptoir d’Escompte, la Banque française, MM. Bardac, MM. de Camondo et Cie, la Régie générale des chemins de fer, la Société de construction des Batignolles. La part de la BIO est de 600 000 F, elle est représentée par deux administrateurs (sur huit) et Gaston Auboyneau occupe la présidence. Par ailleurs la banque fait mettre en dehors du champ d’action de la société les affaires qu’elle considère comme siennes et qu’elle tient à se réserver : la Régie des tabacs, les chemins de fer Smyrne-Cassaba, Salonique-Constantinople, DHP, Bagdad, Danube-Adriatique, le port de Beyrouth, les quais de Constantinople, les charbonnages d’Heraclée83. C’est précisément à ce moment que se rompt le projet d’association franco-britannique, le gouvernement de Londres optant définitivement pour le groupe de sir Ernest Cassel, et pour sa « National Bank of Turkey ». Cette institution se posant en rival de la BIO, le choix anglais condamne le projet.

  • 84 J. Thobie, op. cit. p. 360.

50La Société franco-ottomane, demeurée seule, déploie une grande activité. Elle étudie différentes affaires minières (plomb, cuivre, phosphate), tramways et éclairage électrique à Constantinople, Brousse, Alep, irrigation en Mésopotamie. Rien de tout cela n’aboutit. Après avoir participé à l’élaboration du projet de chemin de fer Samsoun-Sivas, la Société Franco-ottomane entre en liquidation en décembre 191384.

B. Le chemin de fer Samsoun-Sivas et le réseau de la Mer Noire

  • 85 J. Thobie, op. cit. p. 365-368.

51Le projet de construire un réseau de chemins de fer desservant l’Anatolie orientale et aboutissant à la mer Noire naquit en 1909 dans l’administration ottomane. Il donna lieu à une intense compétition entre quatre groupes français : ceux de la Société franco-ottomane, de la Régie générale des chemins de fer, de la Banque française, et un groupe appuyé par le Crédit lyonnais. Une collaboration russe était en outre indispensable, des accords datant de 1900 ayant reconnu à la Russie un rôle privilégié dans la construction et l’exploitation de chemins de fer dans toute la région. La Banque internationale de commerce à Saint-Pétersbourg, sollicitée par les concurrents, choisit de s’allier avec la Régie. Une alliance se forme entre ces deux établissements, et la BIO, la Société franco-ottomane, N. et S. Bardac et la Banque russo-asiatique. Les négociations conduites par la Régie, avec les gouvernements turc, russe et français, n’aboutiront qu’en 1913 à la concession de la ligne Samsoun-Sivas, où elle se raccordera avec le chemin de fer de Bagdad. Le contrat de concessions sera confirmé en avril 1914 en annexe à l’accord général franco-turc. Le financement en est maintenant assuré sur le produit de l’emprunt prévu par cet accord et une première somme de 14 millions F permet le démarrage des travaux de construction. En juillet 1914, les 35 premiers kilomètres de rails sont posés au départ de Sivas85.

C. Le chemin de fer Danube‑Adriatique

  • 86 R. Pinon, L’Europe et l’Empire ottoman, 1908, p. 282-289.

52Cette voie ferrée devait relier le réseau roumain à l’Adriatique à travers la Serbie, la Macédoine et l’Albanie. Les Serbes souhaitaient ardemment cette ligne, qui aurait assuré à leurs produits d’exportation un débouché sur la mer. Les Italiens qui cherchaient alors à étendre leur influence dans les Balkans espéraient établir par là des relations commerciales actives avec les pays du Danube et, au-delà, la Russie du Sud. L’Albanie surtout leur serait ouverte, où ils ambitionnaient de pénétrer86.

  • 87 R. Pinon, L’Europe et l’Empire ottoman, 1908 p. 282-289 et AN, 207 AQ, 50 P3 - Note, 9 mars 1908.

53Contactée par la Régie générale des chemins de fer, son partenaire de longue date, la BIO fut prompte à faire introduire, par le canal de la compagnie du chemin de fer Salonique-Constantinople, une demande de concession. L’ambassadeur de France, Constans, informé, fut d’abord peu enthousiaste. Le gouvernement français devait par la suite réviser son attitude, le développement des chemins de fer en Macédoine lui paraissant de nature à favoriser l’économie de cette province et l’apaisement des conflits qui l’agitaient87.

  • 88 AN, 207 AQ, 50 P3 – Notes 1er et 5 juin 1908.

54Le 1er juin 1908, la banque mit sur pied un syndicat d’études pour la partie turque du tracé. Le groupe français dont les membres, en dehors de la BIO, restaient à déterminer participerait pour 45 %, un groupe italien conduit par la Banca d’Italia 35 %, les Russes 15 % et les Serbes 5 %. Les Français se réservaient la construction de la ligne, celle du port qui devait en être le terminus revenant aux Italiens88.

  • 89 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note, 25 avril 1910.

55Une question se posait d’emblée : compte tenu de l’état des finances turques, sur quelles ressources asseoir les garanties nécessaires au financement de la construction, dont le coût était en première approximation estimé à 50 millions F entre la frontière turco-serbe et la mer ? Or le gouvernement turc ne marquait aucun empressement à s’occuper de ce dossier. Ce n’est qu’en avril 1910 que, pressé par la banque, il se décida à définir sa position. L’affaire devait conserver un caractère purement ottoman. La concession ne serait donnée qu’à une société constituée sous l’empire de la loi ottomane, qui construirait avec des capitaux fournis par émission d’obligations (titres d’État ou garantis par l’État) et exploiterait ensuite à ses risques et périls89.

  • 90 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note, 11 juillet 1911.

56Mais l’état-major turc était pour des raisons stratégiques opposé à l’entreprise. En juillet 1911, la Porte confia l’étude du tracé à une commission dont les membres étaient notoirement hostiles90.

57Les bouleversements politiques intervenus dans la région à la suite des guerres balkaniques mirent un terme à ce projet.

  • 91 A. Mey. PV du comité vol. 10 - 24 mars 1911 (chemin de fer de l’Albanie du Sud) et 5 janvier 1912 ( (...)

58La Banque ottomane avait aussi participé, à l’instigation de la Régie générale, à deux syndicats d’étude de voies ferrées en Albanie91. La guerre amena leur abandon.

D. Le Consortium de Constantinople

59Dans cette affaire, fruit d’une initiative allemande, et qui visait au regroupement des services publics de la capitale, la Banque ottomane ne joua qu’un rôle des plus modestes.

  • 92 J. Thobie, op. cit. p. 441-444.

60La société des Tramways de Constantinople, jadis fondée par la BIO, était depuis lors passée sous le contrôle de la Deutsche Bank. C’est autour d’elle que se constitua en 1909 l’Union ottomane (société d’entreprises électriques en Orient), transformée en 1911 en Consortium de Constantinople. Ce consortium, placé sous la direction de la société belge Sofina, holding de sociétés d’électricité, se donnait pour objectif la fusion, au sein d’une société à constituer à Bruxelles, des Tramways, de la société d’électricité et de celle du gaz. Il associait un groupe français, un groupe allemand, un groupe belge, un groupe suisse. Au sein du groupe français (35 % du capital), la BIO détient 4 % du capital. Le premier projet auquel le Consortium s’intéressa fut celui d’un métro. Mais tout cela était peu avancé lorsque la guerre éclata92.

E. La Société nationale pour le commerce, l’industrie et l’agriculture dans l’Empire ottoman

  • 93 J. Thobie, op. cit. p. 468-472.

61Cette société vit le jour en juin 1909 sous l’impulsion de la Banque de Paris et des Pays-Bas. Elle comptait s’occuper en priorité d’opérations immobilières et de la création d’un établissement de crédit hypothécaire, que la réforme du droit foncier en cours allait rendre enfin possible. La BIO participait pour 5 150 actions au capital de 200 000 LT (en 20 000 actions). Par suite de retard dans la mise au point de la loi foncière, ce n’est qu’en mai 1914 que décision fut prise de constituer la société de Crédit Foncier ottoman dans le capital de laquelle la banque se voyait réserver une participation de 9 %93.

  • 94 A. Mey. PV du comité vol. 11-21 février 1913.

62C’est une part aussi de 9 % qui avait été attribuée en 1913 à la banque dans le capital de la Société Immobilière ottomane créée par la Société Nationale pour racheter à l’État de vastes terrains dans le quartier de Taksim à Constantinople94.

F. Le Consortium des ports

  • 95 A. Mey. PV du comité vol. 10-2 février 1912.
  • 96 J. Thobie, op. cit. p. 392-400.

63Le Consortium des ports ottomans fut formé en juin 1911 par quatre entreprises françaises de travaux publics : Schneider et Cie, Hersent, la Société de construction des Batignolles et la Régie générale des chemins de fer, dans le but de rechercher des concessions de construction et d’exploitation de ports dans l’Empire ottoman. La BIO fut choisie pour être le banquier du groupe et adhéra au consortium en février 191295. Chaque adhérent participait également pour un cinquième au capital de 200 000 F. Les deux premières affaires étudiées et demandées (les ports de Samsoun et de Trébizonde), les plus intéressantes par l’importance de leur trafic, échappèrent au consortium malgré les demandes de Revoil, directeur général de la banque, le gouvernement turc les ayant alloués au groupe anglais de la Banque Nationale de Turquie. Par contre Revoil obtint le 13 décembre 1913 la concession des ports d’Héraclée et Inebolou sur la mer Noire, Jaffa, Caiffa et Tripoli sur la côte de Syrie-Palestine. Les travaux, dont le coût était évalué à environ 40 millions F, furent inclus dans l’accord général franco-turc du 8 avril 1914 comme devant être financés par le grand emprunt sur le point d’être lancé96.

G. Le pétrole

  • 97 AN, 207 AQ, 399 V1 - Mémorandum du 25 juin 1914.

64Depuis 1895 la Banque ottomane avait à plusieurs reprises proposé à la Porte, toujours à la recherche de nouvelles ressources fiscales, l’institution d’un monopole de la vente du pétrole dans l’Empire. Malgré les promesses de maintenir les quotas d’importation pour sauvegarder les intérêts des pays producteurs, ceux-ci et surtout le principal d’entre eux, la Russie, s’étaient toujours opposés avec succès à ce monopole97.

  • 98 AN, 207 AQ, 399 V1 - Note Gulbenkian, 23 février 1914.

65En février 1914, un homme d’affaires d’origine arménienne, Gulbenkian, celui-là même qui après la guerre sera le « Monsieur 5 % » de l’Irak Petroleum Co, tenta de relancer le projet. Le monopole de la vente du pétrole procurerait, selon lui, à l’État turc un revenu annuel de 10 à 12 millions F. La France, en tant que principal créancier de la Turquie, lui semblait devoir être particulièrement intéressée. Élargissant la question aux recherches pétrolières en Mésopotamie, il s’étonnait de l’absence de la France aux négociations alors en cours entre l’Allemagne et l’Angleterre à ce sujet. Les deux puissances visaient, disait-il, à obtenir la concession exclusive de la production du pétrole dans l’Empire ottoman. Même si la région en cause, la Mésopotamie, est en dehors de la zone d’influence française, la concession de la production du pétrole était une affaire commerciale et devait de son point de vue être internationale98.

  • 99 AN, 207 AQ, 399 VI - Gulbenkian à de Cerjat, 23 juillet 1914.

66Gulbenkian revint à la charge en juin et en juillet auprès de la Banque ottomane à Paris, soulignant l’existence déjà prouvée de gisements de pétrole entre le Tigre et la frontière persane dans les régions de Bagdad et de Mossoul. Il offrit à la banque de participer à la constitution d’un syndicat pour la recherche du pétrole en Syrie, contrée qui se situait dans la zone d’influence française et où l’appui du gouvernement français, du moins l’espérait-il, ne ferait pas défaut. La BIO souscrirait 48 % du capital du syndicat, 52 % allant à la Turkish Petroleum Co., composée de la Royal Dutch-Shell, de l’Anglo-Persian Oil Co., de la Deutsche Bank et du même Gulbenkian. Les concessions déjà obtenues par cette société en Mésopotamie seraient laissées en dehors de l’association : « ce serait compliqué de les y inclure »99.

67Les choses ne furent pas poussées plus loin. La France alors ne s’intéressait pas aux affaires pétrolières. Le sort des pétroles d’Irak sera réglé à la fin de la guerre sans que la BIO y joue le moindre rôle.

Alliances avortées

A. La Banque de Salonique

  • 100 AN, 207 AQ, 18 B S2 - G. Auboyneau à Barry 17 février et 27 avril 1910.

68Créée en 1888 avec des capitaux essentiellement austro-hongrois, la Banque de Salonique était depuis 1908 passée sous le contrôle d’un groupe dirigé par la Société générale. Elle s’était affirmée comme un concurrent dangereux pour la BIO en Macédoine même si, en ce qui concerne les emprunts d’État, un accord était finalement intervenu lors de l’émission de l’emprunt 1909. Or en février 1910 il apparut que la Société générale s’apprêtait à céder une partie notable de son intérêt dans l’affaire à la toute récente Banque Nationale de Turquie. Pour écarter le danger que représenterait l’union de ces deux concurrents, le comité de la BIO décida aussitôt de se porter acquéreur des titres en question100.

  • 101 AN, 207 AQ, 18 B S2 - PV des réunions du 27 avril 1910 et 15 juin 1911.

69Les négociations furent rondement menées et deux mois plus tard la Société générale s’engageait à céder le 1er janvier 1911 à la BIO 25 000 actions de la Banque de Salonique au prix de 125 F par action. Un pacte est en même temps conclu, destiné à éviter à l’avenir la concurrence entre les deux établissements. Il institue une collaboration entre les directions locales, collaboration qui portera non seulement sur les affaires bancaires proprement dites, mais aussi sur les affaires financières, industrielles et de travaux publics. Quant aux emprunts de l’État turc ils demeureront du ressort exclusif de la BIO, la Banque de Salonique se voyant toutefois promettre une participation dans les syndicats pouvant atteindre 10 % de la part dévolue au groupe parisien101.

70Cette collaboration n’entra jamais dans les faits.

  • 102 AN, 207 AQ, 18 B S2 - Note du 26 novembre 1918.
  • 103 AN, 207 AQ, 18 B S2 - Londres à Paris, 4 décembre 1918.

71En novembre 1918 la Société générale souhaite se désengager de la Turquie et est prête à vendre les 40 000 actions de la Banque de Salonique qu’elle détient encore. Paris, désireux d’éliminer ce concurrent une fois pour toutes, envisage de se porter à nouveau acquéreurl102. Londres s’y opposa. La banque, estiment les Anglais, ne peut acheter systématiquement toute autre banque qui se proposera de s’établir en Orient. D’ailleurs les capitaux disponibles doivent être réservés en priorité aux affaires courantes de banque et les immobilisations doivent être réduites et non augmentées103.

  • 104 AN, 207 AQ, 18 B S2 - CFAT à BIO Paris, 17 octobre 1919 et de Cerjat à Nias, 20 octobre 1919.

72L’opération fut donc abandonnée. Le Crédit Foncier d’Algérie-Tunisie acheta un an plus tard les actions détenues tant par la Société générale que par la BIO, au prix de 92 F104.

B. La Banque Nationale de Turquie

  • 105 J. Thobie, op. cit. p. 268-269.

73La Banque Nationale de Turquie, fondée en 1909 par sir Ernest Cassel et dirigée à Constantinople par sir H. Babington Smith, ancien représentant des porteurs anglais au Conseil de la Dette, avait dès le début prétendu se poser en rivale de la BIO et championne des intérêts anglais face à un établissement désormais entièrement dominé par les Français. Ses ambitions n’avaient pas tardé à être déçues. Elle avait été évincée de l’émission de l’emprunt 1909, le capital de 1 000 000 £ avait été souscrit avec peine105 et le manque d’intérêt des épargnants britanniques pour les affaires turques lui laissait peu d’espoir de réaliser dans l’avenir des opérations importantes.

  • 106 J. Thobie op. cit. p. 642-644.
  • 107 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note du 18 octobre 1910.
  • 108 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note du 16 novembre 1910.
  • 109 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note du 11 novembre 1910.
  • 110 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note du 25 janvier 1911.
  • 111 A. Mey. PV du comité vol. 11 - 26 septembre 1913.

74Aussi, jetant l’éponge, les dirigeants de la Banque de Turquie cherchèrent-ils dès octobre 1910, un rapprochement avec la Banque ottomane106. Au cours d’un entretien avec Revoil, directeur général de la BIO, Babington Smith proposa la fusion des deux établissements. La BIO aurait augmenté son capital de 1 million £ nominal par création de 50 000 actions de 20 £, libérées de moitié, qui seraient échangées, titre pour titre, avec les actions de la Banque Nationale de Turquie. Le comité de Londres de la BIO serait, grâce à une modification des statuts, désormais élu par les seuls actionnaires anglais107. Ainsi, si dans le capital augmenté de la Banque ottomane, les actionnaires de la Banque Nationale de Turquie demeuraient fortement minoritaires, ils ressaisissaient dans le Comité une parité de pouvoirs. Ce projet était pour cette raison seule inacceptable pour la BIO et spécialement pour le comité de Londres dont on recherchait l’élimination et le remplacement par une équipe nouvelle. Aussi Lord Bessborough et l’Hon. Herbert Lawrence s’empressèrent-ils de sonder le sous-secrétaire d’État au Foreign Office, sir Arthur Nicholson, sur les vues du gouvernement britannique. Il apparut que contrairement à ce que pensait le public, la Banque Nationale de Turquie ne bénéficiait pas de l’appui du Foreign Office108. Les dirigeants de la BIO repliquèrent aux ouvertures de sir H. Babington Smith par une proposition d’acheter contre espèces la totalité des actions de la Banque Nationale de Turquie, offre aussitôt refusée109. Pour un coût somme toute modeste – 500 000 £ – on supprimait une concurrence qui pouvait être gênante pour l’avenir. C’était l’élimination pure et simple de sir Ernest Cassel et de son groupe. Aussi, même améliorée un peu plus tard par une prime sur le nominal de 10 shillings par action, cette offre fut encore rejetée, ce qui mit fin aux pourparlers110. Une tentative par sir H. Babington Smith de les rouvrir en 1913 fut accueillie froidement et tourna court aussitôt111.

Nouvelles agences - résultats

  • 112 AN, 207 AQ, 121 et 122 - DG à comité, 12 février 1909 et 22 janvier 1910.

75L’arrivée au pouvoir des Jeunes-Turcs faisait présager aux dirigeants de la banque une réduction des concours qu’elle avait jusque-là apportés au Trésor, réduction qui, ainsi qu’on l’a vu, se produisit en effet. I1 importait donc plus que jamais, poursuivant l’action entreprise depuis plusieurs années, de réorienter la banque vers les affaires commerciales, où les ressources libérées pourraient être remployées avec profit. La création de nouvelles implantations apparaissait pour cela nécessaire. Il en résulterait d’ailleurs deux autres avantages : devancer les banques concurrentes, de plus en plus actives ; se préparer à tenir un jour le rôle de trésorier-payeur général dévolu à la banque par son acte de concession112. On se souvient que cette éventualité faillit en effet se produire.

76Au cours des années 1908-1914, la banque ne fonda pas moins de 31 agences dans l’Empire ottoman, ainsi qu’une en Égypte et une en Angleterre, dans le grand centre de l’industrie cotonnière qu’était Manchester. Elle était maintenant installée dans tous les chefs-lieux de vilayet, tous les ports d’une certaine importance et d’autres centres commerciaux à l’intérieur. Dans de nombreux cas le gouvernement avait lui-même insisté pour que la banque procédât à ces créations auxquelles il tenait pour des raisons politiques ou militaires. Ainsi douze agences furent-elles ouvertes en vertu des dispositions de la convention de 1911. Parmi elles les deux agences d’Arabie (Djeddah - Hodeidah) étaient destinées à effectuer les paiements de l’armée turque opérant dans la région, et celle de Benghazi à contrer l’influence italienne dans ce port de la côte africaine. Elle sera d’ailleurs fermée, ainsi que celle de Tripoli d’Afrique, à la suite de la guerre italo-turque.

  • 113 A. Mey. - Note sur la BO novembre 1971.

77À la veille de la guerre la BIO possédait en Orient 80 agences, sous-agences ou bureaux : 16 en Europe (dont 3 à Constantinople, 2 en Albanie, 5 en Thrace, 6 en Macédoine), 37 en Asie Mineure, 2 dans l’Archipel, 11 en Syrie-Palestine, 3 en Mésopotamie, 4 à Chypre, 5 en Egypte, 2 en Arabie113.

  • 114 A. Mey. - Bilans.
  • 115 AN, 207 AQ, 194 D G5 - Trésorerie du siège central.
  • 116 A. Mey. - Bilans et PV du comité vol. 10 - 15 mai 1912.
  • 117 AN, 207 AQ, 194 - DG 5 - Trésorerie du siège central.
  • 118 A. Mey - Bilans

78La nouvelle orientation donnée aux activités de la banque se refléta dans la très forte progression des crédits consentis à la clientèle sous forme de comptes débiteurs et d’avances dont le total passa de 7 112 000 £ au bilan de 1907 à 10 169 000 £ à celui de 1911114. Les ressources stables (capitaux, réserves, dépôts à échéance fixe) stagnant, la liquidité de la banque se dégrada115. Une pause était nécessaire. Le Comité résolut d’abord, pour réduire les immobilisations financées en priorité par les mêmes ressources stables, de vendre une partie des titres en portefeuille (environ 1 000 000 £, soit 25 % du total en 1912-1913)116. On décida en outre de procéder désormais à une sélection plus rigoureuse des risques, privilégiant les financements ponctuels directement liés aux transactions commerciales, afin d’éviter que les découverts ne se transforment en commandite117. Les événements politiques des années 1912 et 1913 et les mesures de précaution qui furent prises alors occasionnèrent une baisse importante des placements commerciaux, ramenés à 8 662 000 £ au 31 décembre 1913118.

  • 119 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

79On a vu que les premières années du vingtième siècle avaient été dans l’ensemble prospères. Il n’en fut pas de même pour celles qui s’écoulèrent entre la révolution de 1908 et le premier conflit mondial. On assiste durant ces années à une dégradation certaine de la position de la banque et à un fléchissement de ses résultats. Les profits bruts qui en 1906 et 1907 atteignaient 1 140 000 £, tombent à partir de 1908 au-dessous du million £. En conséquence, si la part provenant des opérations bancaires proprement dites – à l’exclusion des opérations avec le Trésor et des bénéfices exceptionnels – passe de 64 % du total en 1908 à 70 % en 1913, son montant en valeur absolue régresse : 743 600 £ en 1908, 680 000 £ en 1913. Les nombreuses créations d’agences occasionnent un accroissement des charges, qui représentent en 1913 50 % des profits bruts contre 30 % six années auparavant119.

  • 120 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) et A. Mey. - Bilans.

80Les profits publiés se maintiennent encore en 1905 à 515 000 £, contre 520 000 l’année précédente, mais fléchissent ensuite à 483 800 £ en 1909 pour tomber à 362 000 £ en 1913. Le dividende sera cependant maintenu pendant plusieurs années au taux de 9 % pour être réduit à 7 % à partir de l’exercice 1911. Mais cette politique généreuse de distribution se fait au détriment des réserves qui ne reçoivent au cours de ces six années que 195 000 £120.

81Ces résultats décevants s’expliquent d’abord par la concurrence qui réduit les marges, ensuite par les événements de ces années troublées. Mais les dirigeants de la banque en étaient aussi en partie responsables. Ils devaient le reconnaître eux-mêmes en juin 1917, époque où la BIO s’interroge anxieusement sur son avenir.

  • 121 AN, 207 AQ, 27 G6 (F).

« La Banque ottomane, qui jusqu’alors avait joui d’un privilège pour ainsi dire absolu, ne sut et ne voulut pas prendre les mesures nécessaires pour maintenir intégralement la situation prépondérante dont elle bénéficiait depuis sa fondation. Des dissensions s’introduisent au sein du Comité, où Français et Anglais s’accusent mutuellement. Paris déclare que Londres est sans autorité, sans activité, sans initiative ; Londres énonce les mêmes appréciations en ce qui concerne Paris. Les critiques ont malheureusement été formulées publiquement... Dans les milieux officiels et financiers, on déplore l’inactivité des directions de Paris et de Londres, on leur en fait reproche et on en profite pour déclarer qu’il n’y a rien à faire avec la banque »121.

  • 122 AN, 207 AQ, 6 B019 - Note du 9 mai 1912 sur la trésorerie.
  • 123 AN, 207 AQ, 6 B019 - Note du 31 juillet 1912 sur l’augmentation de capital.

82La diminution de l’influence de la Banque ottomane est malheureusement un fait certain qu’illustre le rôle somme toute secondaire qu’elle joue dans les différentes affaires qui se créent ou s’étudient dans l’Empire ottoman, où elle apparaît rarement comme chef de file et doit le plus souvent se contenter d’un strapontin dans des syndicats créés par d’autres. Toutefois cette timidité dont s’accusaient rétrospectivement les dirigeants de la banque ne trouvait-elle pas une justification au moins partielle dans l’insuffisance des fonds propres ? Tenir le premier rang à la fois comme banque d’État, comme banque commerciale et comme banque d’affaires dépassait les possibilités actuelles de la BIO, ce que souligne une étude entreprise en 1912, qui évalue à 4 millions LT les ressources complémentaires nécessaires à la poursuite du développement de la banque. Ces fonds ne pourraient provenir que de trois sources : augmentation des dépôts du public, nécessairement lente ; vente de titres en portefeuille ; augmentation du capital122. Pour la réaliser, après annulation de la part non appelée du capital et regroupement des actions en 250 000 titres de 500 F (20 £) entièrement libérés, on émettrait 250 000 actions nouvelles à 600 F, ce qui procurerait 150 millions F (6 600 000 LT) de ressources supplémentaires123. Mais aucune décision n’avait été prise lorsque la guerre éclata. Dans ces conditions, on était amené par nécessité à restreindre ses ambitions.

  • 124 A. Mey. PV du comité vol. 11 - 6 mars 1914.

83Des changements importants intervinrent entre 1911 et 1914 dans le personnel dirigeant de la BIO. Ce fut d’abord le décès prématuré, à l’âge de 46 ans, de Gaston Auboyneau qui, en tant qu’administrateur-délégué, jouait un rôle prépondérant dans la direction de la banque. Ce n’est qu’en mars 1914 qu’il lui fut donné un successeur dans cette fonction en la personne de Charles de Cerjat, directeur du siège de Paris124.

  • 125 A. Mey. PV du comité vol. 10-29 juillet 1910.
  • 126 A. Mey. PV du comité vol. 11-23 mai et 12 décembre 1913.

84À Constantinople, Jules Deffès demanda en juillet 1910 à être déchargé de la direction générale. Il est probable que les rapports difficiles et parfois conflictuels qu’il entretenait avec la nouvelle équipe au pouvoir, tout particulièrement avec le puissant ministre des Finances, Djavid Bey, ne furent pas étrangers à sa décision. Pour le remplacer, le choix du Comité se porta sur Paul Revoil, ambassadeur de France à Madrid125. Sa santé déficiente le contraignit à se retirer en décembre 1913. Le directeur général adjoint, Arthur Nias lui succéda ; le poste de directeur général adjoint fut attribué en décembre 1913 à Louis Steeg, ancien consul général de France à Salonique et membre de la commission de réformes financières instituée par Hilmi Pacha au ministère des Finances126.

L’emprunt 5 % de 1914

  • 127 J. Thobie, op. cit. p ; 284 - 7.

85Après le demi-échec de l’émission de bons du Trésor d’août 1912, la Banque ottomane s’était retirée de ce marché laissant ses concurrents prendre en charge les émissions suivantes et renonçant à se prévaloir du droit de préférence qu’elle tenait de sa convention. C’est ainsi qu’en décembre 1913 une importante émission (100 millions F nominal) fut confiée par le gouvernement turc à la banque Périer. Malgré l’opposition du gouvernement français – un contentieux subsistait entre les deux États – cette émission fut placée aisément127.

  • 128 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.
  • 129 A. Mey. PV du comité vol. 11 - 23 décembre 1913 et 30 janvier 1914.
  • 130 AN, 207 AQ, 50 P5 - 23 mars 1914.
  • 131 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

86Le succès de la banque Périer ne pouvait pas ne pas apparaître aux yeux de l’opinion comme une défaite de la Banque ottomane. Aussi celle-ci décida-t-elle « de faire un gros effort pour rétablir son ancien prestige et regagner les bonnes grâces du gouvernement turc »128. On la voit, à partir précisément de décembre 1913, multiplier les démarches auprès des ministères français des Finances et des Affaires étrangères « pour attirer la très sérieuse attention du gouvernement français sur la situation précaire du Trésor ottoman et demander l’admission à la cote d’un emprunt ottoman de 350 millions F129. À ces demandes pressantes, Caillaux, ministre des Finances, oppose d’abord une fin de non-recevoir. L’opinion publique, selon lui, ne serait pas favorable à une telle opération. En réalité, on attend que la Turquie ait donné satisfaction aux réclamations françaises. Celles-ci portent à la fois sur des questions politiques (statut des établissements scolaires et hospitaliers français, statut des Marocains et Tunisiens), financiers (indemnisation des dommages causés par les troubles d’Adana en 1909) et économiques (octroi de concessions et de marchés de travaux publics à des entreprises françaises dans les chemins de fer, les routes, les ports). Si certaines de ces réclamations sont acceptées dès le 18 décembre 1913, ce n’est que le 9 avril 1914 que sera enfin signé l’accord général franco-turc et que la voie sera ouverte au lancement de l’emprunt. Mais au cours des négociations, le gouvernement français avait dû donner satisfaction aux exigences financières des Turcs. Le montant de l’emprunt était fixé par l’accord du 8 avril à 800 millions F – chiffre le plus élevé jamais atteint par un emprunt turc – dont 500 millions à émettre immédiatement. On n’avait tenu aucun compte des recommandations de la BIO. Celle-ci, le 23 mars, avait informé officiellement le Quai d’Orsay que les établissements de crédit estimaient impossible de placer un emprunt de plus de 300 millions130. La suite des événements montrera qu’elle avait vu juste. Mais désireuse d’enlever l’affaire à tout prix et craignant de se voir écartée au profit d’un concurrent, la banque ne semble pas avoir beaucoup insisté131. D’ailleurs il était bien trop tard ; les dés étaient jetés et des promesses échangées.

  • 132 AN, 207 AQ, 290 D 146 - contrat.
  • 133 Poulgy, op. cit., p. 208.

87Négocié entre Djavid Bey, ministre des Finances, et A. Nias, directeur général de la BIO, le contrat d’emprunt est signé le 15 avril 1914, six jours seulement après la convention diplomatique. Le montant total est fixé en principe à 800 millions, au taux de 5 %, mais 300 millions sont réservés pour un placement ultérieur. Les 500 millions réclamés par Djavid et objet du contrat sont eux-mêmes scindés en trois tranches : 350 millions pris ferme à 86 1/4 % net à mettre en souscription publique le 25 avril ; 50 millions (100 000 obligations) au même prix répartis entre la BIO (47 998 titres), la Dette publique ottomane et la Régie des tabacs en compensation de leurs créances sur le Trésor turc, titres qu’elles s’engagent à conserver jusqu’en octobre 1914 ; 100 millions à option au même prix sur lesquels 80 millions sont avancés immédiatement à l’État, la banque s’engageant à lever l’option, mais demeurant libre de fixer elle même la date de cette levée132. En définitive, le Trésor encaissa 355 millions de francs (16 millions LT), après déduction des frais et de la première semestrialité d’intérêts. Cette somme représentait un peu moins de la moitié de la dette flottante, estimée par Djavid à 33 500 000 LT133.

  • 134 AN, 207 AQ, 290 D147.

88La BIO mit en syndicat au prix de 442,50 F les 700 000 obligations de la prise ferme et les 200 000 objet de l’option. Elle détenait avec son groupe 14,194 % du syndicat, mais ne participait elle-même directement que pour un chiffre dérisoire (1 493 titres). On trouve à ses côtés les membres du comité à Paris et à Londres, ses filiales (Financière Franco-Suisse, Financière d’Orient, Banque Franco-Serbe) la maison Bardac, diverses banques étrangères suisses, allemandes (Bethmann de Francfort) russes, etc. Les autres groupes sont formés de trois établissements partenaires habituels de la BIO : Société générale, Comptoir d’Escompte, Banque de Paris et des Pays-Bas, de la Banque française, la Banque de Salonique, enfin le groupement des porteurs de bons du Trésor turc134.

  • 135 AN, 207 AQ, 290 D148.
  • 136 A. Mey. PV du comité vol. 11 - 26 février 1915.

89La souscription publique s’ouvrit le 25 avril au prix de 466,25 F. Les demandes portèrent sur 531 672 titres seulement et le syndicat, afin de dissimuler l’échec, décida aussitôt de retirer de l’émission 200 000 obligations placés dans un second syndicat et décomptés à 440 F135. On put donc liquider le premier syndicat et la Banque ottomane engrangea dans les comptes de l’agence de Paris un bénéfice exceptionnel de 1 274 000 F136.

  • 137 AN, 207 AQ, 290 D147.
  • 138 AN, 207 AQ, 290 D149.
  • 139 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

90Dans le deuxième syndicat, les participations sont modifiées. La part de la BIO et de son groupe augmente (52 750 titres pour le groupe, 9 403 pour la banque). Nouvelle venue, la Banque de France figure pour 27 000 obligations137. En avril 1915, le syndicat n’a réussi à vendre en bourse que 18 667 titres au prix moyen de 445,95 F. Les circonstances expliquent bien sûr ce piètre résultat. Les titres invendus sont alors répartis entre les membres du syndicat138. L’opération est donc un échec, échec qui, dans les années à venir, va peser lourdement sur les comptes de la banque. À la fin de 1916, la BIO détient en portefeuille 56 799 obligations auxquelles s’ajoutent 18 814 autres, objet de l’option, et sur lesquelles 7 525 600 F ont été avancés. Elle est donc engagée dans cet emprunt pour un total de 32 200 000 F environ (15 % de ses fonds propres)139.

  • 140 AN, 207 AQ, 290 D153.

91L’option ne sera levée, en trois fois, qu’entre novembre 1922 et mai 1923. Les ventes sur le marché s’effectuèrent au prix moyen de 267,55 F, faisant ressortir une perte de près de 180 F par titre140 !

  • 141 J. Thobie, op. cit., p. 295.

92Il faudra attendre encore jusqu’en 1933 pour que cette malheureuse affaire soit enfin complètement liquidée, avec l’encaissement du solde des intérêts de l’avance sur option141.

Notes

1 AN, 207 AQ, 23 - G. Auboyneau à R. Hottinguer, 26 août 1908.

2 AN, 207 AQ, 23 - Note de la DG, 27 août 1908.

3 AN, 207 AQ, 23 - Constantinople à Paris, 27 juillet 1908.

4 AN, 207 AQ, 23 - J. Deffès à G. Auboyneau, 31 juillet 1908 p. s.

5 AN, 207 AQ, 23 - Comité de Paris à DG Constantinople, 7 août 1908.

6 AN, 207 AQ, 23 - J. Deffès à Ch. de Cerjat, 12 août 1908.

7 AN, 207 AQ, 23 - Comité de Paris à DG Constantinople, 7 août 1908.

8 AN, 207 AQ, 23 - Paris à Londres (Barry), 1er août 1908 et compte rendu de l’entrevue à Paris avec Gwinner de la Deutsche Bank, 31 juillet 1908.

9 AN, 207 AQ, 23 - J. Deffès à Pangiris bey, 16 octobre 1908 et à G. Auboyneau, 23 octobre 1908.

10 A. Mey. PV du comité vol. 9-25 septembre et 27 novembre 1908 et J. Thobie, op. cit. p. 264.

11 J. Thobie op. cit. p. 265.

12 AN, 207 AQ, 23 - Comité de Paris à Deffès, 9 octobre 1908.

13 AN, 207 AQ, 76 C65 - G. Auboyneau à A. Nias, 9 octobre 1908 et à G. Louis, directeur des affaires politiques au ministère des Affaires étrangères.

14 AN, 207 AQ, 23.

15 AN, 207 AQ, 121 C127 - Agence à DG, 28 avril 1909.

16 AN, 207 AQ, 121 C127 - Agence à DG, 3 mai 1909

17 AN, 207 AQ, 121 C127 - Agence à DG, 4 mai 1909.

18 AN, 207 AQ, 121 C127 - Agence à DG, 22 avril 1909 et télégramme, 2 mai 1909.

19 AN, 207 AQ, 121 C127 - BIO Bassorah à DG, 22 avril 1909.

20 AN, 207 AQ, 121 C127.

21 AN, 207 AQ, 121 C127 - Rapport R. Edwards, inspecteur de la BIO, 1 mai 1909.

22 AN, 207 AQ, 121 C127 - Rapport R. Edwards, inspecteur de la BIO, 10 mai 1909.

23 AN, 207 AQ, 121 C127 - Constantinople à Paris, 2 juin 1909.

24 AN, 207 AQ, 121 C127 - Constantinople à Paris 26 août et 1er septembre 1909. et A. Mey. PV du comité vol. 9-10 septembre 1909.

25 R. Moulin, « Force et faiblesse de la jeune Turquie », Revue hebdomadaire, 7 mai 1910, p. 60.

26 AN, 207 AQ, 21G 1 bis - G. Auboyneau à J. Deffès, 16 mars 1909.

27 Poulgy. Les emprunts ottomans, p. 175-178.

28 J. Thobie, op. cit. p. 267.

29 J. Thobie, op. cit. p. 267.

30 A. Mey. PV du comité vol. 9-10 septembre 1909.

31 J. Thobie, op. cit. p. 269-271.

32 A. Mey. PV du comité vol. 9 - 1er octobre 1909.

33 J. Thobie, op. cit. p. 274-275.

34 AN, 207 AQ, 121 C126 - Constantinople à Paris, 18 septembre 1908.

35 A.N. 207 206 T4 ter - G. Auboyneau à J. Deffès, 25 février 1905.

36 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Barozzi, Directeur de la BIO Salonique à J. Deffès, 13 août 1808.

37 AN, 207 AQ, 205 T4 bis.

38 A. Mey. PV du comité vol. 9 - 12 mars 1909.

39 A. Mey. PV du comité vol. 9 - 9 juillet 1909.

40 AN, 207 AQ, 205 T4 bis - J. Deffès à G. Auboyneau 22 et 28 décembre 1909.

41 AN, 207 AQ, 205 T4 bis - J. Deffès à G. Auboyneau 1er février et 11 avril 1909.

42 R. Moulin, op. cit. p. 60.

43 J. Thobie, op. cit. p. 620.

44 AN, 207 AQ, 204 T2 - Texte de la convention.

45 J. Thobie, op. cit.

46 AN, 207 AQ, 50 P4 - Notes des 8 et 19 juillet 1910.

47 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note du 24 octobre 1910.

48 AN, 207 AQ, 293 D158 - Texte du contrat.

49 A. Mey. AG du 24 juin 1914 - Bilan et rapport.

50 J. Thobie, op. cit. p. 282.

51 AN, 207 AQ, 288 D142 - Contrat du 2 mai 1912.

52 AN, 207 AQ, 289 D144 - Contrat du 25 juin 1912.

53 AN, 207 AQ, 289 D145 - Contrat du 27 août 1912.

54 AN, 207 AQ, 288 D142 - Cerjat à Revoil, 20 mai 1912 et réponse Revoil, 30 mai 1912 - Aussi Paris à Nias, 19 octobre 1912.

55 A. Mey. PV du Comité vol. 10-8 novembre 1912.

56 A. Mey. PV du comité vol. 11-2 mai 1913.

57 AN, 207 AQ, 27 G 6F - Paris à Londres, 2 juillet 1913.

58 AN, 207 AQ, 24 - A. Nias à R. Hottinguer, 7 octobre 1912.

59 AN, 207 AQ, 24 - Circulaire DG du 12 octobre 1912.

60 AN, 207 AQ, 24 - Agence à DG 24 octobre et 6 novembre 1912 - 10 janvier 1913.

61 AN, 207 AQ, 24 - Agence à DG 20 novembre, 10 et 17 décembre 1912.

62 AN, 207 AQ, 24 - BIO Cavalla à DG 5. et 6 novembre 1912 et BIO Drama à DG 4 et 15 novembre 1912.

63 AN, 207 AQ, 24 - Agence à DG 21 novembre et 31 décembre 1912.

64 AN, 207 AQ, 24 - BIO Xanthie à DG, 31 décembre 1912.

65 AN, 207 AQ, 24 - BIO Xanthie à DG, 21 novembre 1912.

66 AN, 207 AQ, 24 - BIO Eskichehir à DG, 16 novembre 1912.

67 AN, 207 AQ, 24 - BIO Salonique à DG 8 et 30 novembre 1912.

68 AN, 207 AQ, 24 - BIO Andrinople à DG, 4 décembre 1912.

69 AN, 207 AQ, 24 - BIO Cavalla, 19 novembre 1912, Dédéagatch, 26 novembre 1912, Monastir, 5 décembre 1912 à DG.

70 AN, 207 AQ, 24 - Le gérant de Souffli à DG, 18 novembre 1912.

71 AN, 207 AQ, 24 - Nias à Barry, 19 novembre 1912.

72 AN, 207 AQ, 24 - Critchley, Directeur des agences d’Égypte en mission à Constantinople à Barry, 31 octobre 1912.

73 AN, 207 AQ, 24 - Agence à DG 20 et 29 mars 1913.

74 AN, 207 AQ, 24 - BIO Serrès, 27 juin 1913, Souffli, 9 août 1913, Xanthie, 2 septembre 1913 à DG.

75 AN, 207 AQ, 25 - PV de la réunion tenue à la BIO Paris le, 19 décembre 1912 et note Deutsche Bank du 12 décembre 1912 (état des revenus perçus en Europe par la DPO en 1327 (1911-12).

76 A. Mey. PV du comité vol. 11-23 janvier 1914.

77 AN, 207 AQ, 28b 7 - Constantinople à Comité, 29 octobre 1914.

78 AN, 207 AQ, 24 - Rapport Constantinople, 21 avril 1913 in fine.

79 A. Mey. PV du Comité - vol. 11 - 26 juin 1914.

80 AN, 207 AQ, 6 B019 - Note du 9 mai 1912 sur la trésorerie de la BIO.

81 A. Mey. PV du comité vol. 8-19 octobre 1906. et AN, 207 AQ, 75 C62 - G. Auboyneau à Pangiris bey 6, 15 et 27 octobre 1906.

82 J. Thobie op. cit. p. 634-637.

83 AN, 207 AQ, 50 P3 - Note du 29 décembre 1906.

84 J. Thobie, op. cit. p. 360.

85 J. Thobie, op. cit. p. 365-368.

86 R. Pinon, L’Europe et l’Empire ottoman, 1908, p. 282-289.

87 R. Pinon, L’Europe et l’Empire ottoman, 1908 p. 282-289 et AN, 207 AQ, 50 P3 - Note, 9 mars 1908.

88 AN, 207 AQ, 50 P3 – Notes 1er et 5 juin 1908.

89 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note, 25 avril 1910.

90 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note, 11 juillet 1911.

91 A. Mey. PV du comité vol. 10 - 24 mars 1911 (chemin de fer de l’Albanie du Sud) et 5 janvier 1912 (chemin de fer Janina-Adriatique).

92 J. Thobie, op. cit. p. 441-444.

93 J. Thobie, op. cit. p. 468-472.

94 A. Mey. PV du comité vol. 11-21 février 1913.

95 A. Mey. PV du comité vol. 10-2 février 1912.

96 J. Thobie, op. cit. p. 392-400.

97 AN, 207 AQ, 399 V1 - Mémorandum du 25 juin 1914.

98 AN, 207 AQ, 399 V1 - Note Gulbenkian, 23 février 1914.

99 AN, 207 AQ, 399 VI - Gulbenkian à de Cerjat, 23 juillet 1914.

100 AN, 207 AQ, 18 B S2 - G. Auboyneau à Barry 17 février et 27 avril 1910.

101 AN, 207 AQ, 18 B S2 - PV des réunions du 27 avril 1910 et 15 juin 1911.

102 AN, 207 AQ, 18 B S2 - Note du 26 novembre 1918.

103 AN, 207 AQ, 18 B S2 - Londres à Paris, 4 décembre 1918.

104 AN, 207 AQ, 18 B S2 - CFAT à BIO Paris, 17 octobre 1919 et de Cerjat à Nias, 20 octobre 1919.

105 J. Thobie, op. cit. p. 268-269.

106 J. Thobie op. cit. p. 642-644.

107 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note du 18 octobre 1910.

108 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note du 16 novembre 1910.

109 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note du 11 novembre 1910.

110 AN, 207 AQ, 50 P4 - Note du 25 janvier 1911.

111 A. Mey. PV du comité vol. 11 - 26 septembre 1913.

112 AN, 207 AQ, 121 et 122 - DG à comité, 12 février 1909 et 22 janvier 1910.

113 A. Mey. - Note sur la BO novembre 1971.

114 A. Mey. - Bilans.

115 AN, 207 AQ, 194 D G5 - Trésorerie du siège central.

116 A. Mey. - Bilans et PV du comité vol. 10 - 15 mai 1912.

117 AN, 207 AQ, 194 - DG 5 - Trésorerie du siège central.

118 A. Mey - Bilans

119 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

120 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) et A. Mey. - Bilans.

121 AN, 207 AQ, 27 G6 (F).

122 AN, 207 AQ, 6 B019 - Note du 9 mai 1912 sur la trésorerie.

123 AN, 207 AQ, 6 B019 - Note du 31 juillet 1912 sur l’augmentation de capital.

124 A. Mey. PV du comité vol. 11 - 6 mars 1914.

125 A. Mey. PV du comité vol. 10-29 juillet 1910.

126 A. Mey. PV du comité vol. 11-23 mai et 12 décembre 1913.

127 J. Thobie, op. cit. p ; 284 - 7.

128 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

129 A. Mey. PV du comité vol. 11 - 23 décembre 1913 et 30 janvier 1914.

130 AN, 207 AQ, 50 P5 - 23 mars 1914.

131 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

132 AN, 207 AQ, 290 D 146 - contrat.

133 Poulgy, op. cit., p. 208.

134 AN, 207 AQ, 290 D147.

135 AN, 207 AQ, 290 D148.

136 A. Mey. PV du comité vol. 11 - 26 février 1915.

137 AN, 207 AQ, 290 D147.

138 AN, 207 AQ, 290 D149.

139 AN, 207 AQ, 27 G6 (F) - Note juin 1917.

140 AN, 207 AQ, 290 D153.

141 J. Thobie, op. cit., p. 295.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search