Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Chapitre XII. Les affaires de Serbie

Texte intégral

1La banque depuis ses origines avait porté un certain intérêt aux pays balkaniques voisins de l’Empire ottoman et qui, jusqu’à une date récente, en avaient fait partie. Présente en Roumanie dès l’époque de l’Ottoman Bank par l’intermédiaire maintenant de la Banque de Roumanie dont elle continuait à être actionnaire, elle avait tenté de se maintenir dans les territoires cédés à la Bulgarie après la guerre de 1877, et venait en 1890 d’ouvrir une agence à Sofia. Il était dans l’ordre des choses qu’elle vînt à s’intéresser à la Serbie.

  • 1 AN, 207 AQ, 404 S 2 - Convention entre la Banque de Fonds d’État et la BIO
  • 2 Pyrame Naville (1848 - 1921), directeur de la BIO à Paris 1882 - 1891, membre du comité à Paris 189 (...)

2C’est en octobre 1890 que la BIO racheta à la Banque des Fonds d’État de Genève en liquidation, représentée par Albert Turretini, un paquet d’obligations serbes pour une valeur totale de 24 286 400 F. Elle en replacera par la suite une grande partie dans le portefeuille de sa filiale, la Société Financière Franco-Suisse1. Pyrame Naville2, directeur de la BIO Paris, avait été à l’origine de cette transaction ; il demeurera tout au long de sa carrière le principal responsable à la banque des affaires de Serbie et s’emploiera avec persévérance à l’assainissement des finances de ce pays, qu’il représentera plus tard à Paris en qualité de consul général. Quant à Turretini, il venait de l’Union Financière de Genève. Devenu administrateur de la Financière Franco-Suisse, il sera de 1908 à 1918 directeur général de la Banque de Paris et des Pays-Bas.

  • 3 AN, 207 AQ, 417 S 35 - Correspondance C. Fuerstenberg, directeur de la Berliner Handels Gesellschaf (...)
  • 4 AN, 207 AQ, 404 S 2 - Historique de l’Administration des monopoles.
  • 5 AN, 207 AQ, 417 S 35 - Correspondance Fuerstenberg - Naville.
  • 6 AN, 207 AQ, 417 S 35 - Correspondance C. Fuerstenberg 1891.

3Dès la conclusion de cet achat, Naville prit contact avec la Berliner Handels Gesellschaft, qui avait joué jusqu’alors le rôle principal sur le marché des fonds serbes3. Ces fonds sont de type varié : cinq sont cotés à Berlin, un seul à Paris, d’autres nulle part, et leur échéance est en général courte, ce qui pose au gouvernement serbe de continuels problèmes de trésorerie4. Naville voudrait en réaliser l’unification, ce qui améliorerait leur négociabilité et permettrait à la fois la réduction de l’intérêt à 4 % (contre 5 en général) et l’allongement de la durée d’amortissement5. Présenté par les deux banques, ce projet fut rejeté par la Skouptchina (parlement serbe)6.

  • 7 AN, 207 AQ, 417 S 35 - Fuerstenberg à Naville, 1er août 1892.

4Malgré cet échec, la BIO continua de suivre les affaires de Serbie. Les relations de la Berliner avec le gouvernement de Belgrade traversaient une passe difficile et le marché allemand était moins réceptif qu’auparavant aux titres serbes, l’opinion publique d’outre-Rhin étant irritée par la russophilie de la Serbie7.

  • 8 AN, 207 AQ, 49 P1 - 27 septembre 1892 (conférence de Karlsruhe) et 20 mai 1893 (PV d’une réunion à (...)
  • 9 AN, 207 AQ, 49 P1 - Notes des 4, 5 et 20 décembre 1893.

5Cependant ce pays avait besoin d’argent. À une réunion tenue à Karlsruhe en septembre 1892, la BIO accepta de se joindre à la Berliner et à la Banque impériale et royale des pays autrichiens (Landerbank) pour répondre à ces besoins par des avances à court terme. Elle se chargea de représenter à Belgrade les intérêts des créanciers français en accord avec le Crédit lyonnais et la banque Hoskier8. L’ouverture d’une agence à Belgrade fut même envisagée, mais demeura sans suite, une telle agence ayant été, après étude, jugée non rentable9.

  • 10 AN, 207 AQ, 404 S 1 - Contrat août 1893.

6Le premier emprunt émis avec le concours de la Banque ottomane, associée à la Berliner et à la Landerbank, fut celui de 1893, destiné à la consolidation de la dette flottante. Le montant en était de 44 millions F nominal, portant intérêt à 5 %. Les revenus qui lui étaient affectés (centimes additionnels sur l’impôt direct et monopole du sel) centralisés dans une caisse spéciale seraient transférés ensuite à la BIO Paris, chargée d’en assurer le service10.

  • 11 AN, 207 AQ, 404 S 2 - Historique de l’administration des monopoles.
  • 12 AN, 207 AQ, 404 S 1.
  • 13 AN, 207 AQ, 113 - Constantinople à Paris, 22 août 1894.

7D’une manière générale, les revenus affectés aux divers emprunts suffisaient largement à en couvrir la charge. Ces revenus devaient en théorie être versés à des caisses spéciales (une caisse par emprunt). Mais ces caisses ne jouissaient d’aucune autonomie et n’avaient pas la maîtrise des encaissements. Ceux-ci étaient effectués par le Trésor qui avait ensuite à les alimenter, ce qu’il ne faisait pas régulièrement, par suite du déficit chronique du budget. À la suite d’un voyage de Naville à Belgrade, les établissements intéressés aux fonds serbes suggérèrent au ministre des Finances la fusion des diverses caisses en un organisme unique doté de l’autonomie11. En attendant la réalisation de ces réformes, le groupe des trois banques (BIO, Berliner, Landerbank) prit ferme à 70 %, le 26 décembre 1894, un emprunt de 98 millions F à 4 % garanti par les recettes de divers monopoles. Il permit de rembourser les emprunts de 1882, 1886 et 1893, diverses avances à court terme et les bons du Trésor, le solde étant mis à la disposition du gouvernement12. Le grand vizir Ahmet Djevat Pacha était intervenu auprès de la Banque ottomane afin qu’elle apporte son concours au redressement des finances serbes13. Le sultan, dont la politique consistait à jouer les États balkaniques les uns contre les autres afin de les empêcher de s’unir contre lui, s’attachait alors à favoriser la Serbie et souhaitait voir ce pays sortir de ses embarras financiers.

  • 14 AN, 207 AQ. 404 S 1.

8Les élections d’avril 1895 ayant été un grand succès pour le pouvoir, celui-ci reprit à son compte les suggestions avancées par les banques l’année précédente. La loi du 20 juillet 1895 consacra la création de l’Administration autonome des monopoles chargée de la gestion des monopoles du sel, du pétrole, des allumettes, du papier à cigarette, du timbre, et à qui seraient versés aussi les revenus des douanes. Cette administration serait dirigée par un conseil de six membres nommés par le roi, dont quatre Serbes et deux étrangers représentant les porteurs de fonds serbes et proposés par eux. La même loi décida l’unification de l’ensemble de la dette serbe pour un montant total de 355 290 000 F portant intérêt à 4 % et amortissable en 72 ans. Le gouvernement obtenait donc un sensible abaissement de la charge de la dette publique, compensée pour les porteurs par une amélioration des garanties et de la négociabilité de leurs titres. C’était la consécration des vues de Naville, qu’avait sans doute inspiré l’exemple de la dette publique ottomane14.

  • 15 AN, 207 AQ, 406 S 7 - Bilans de l’administration des monopoles.
  • 16 A. Mey. PV du comité vol. 5-2 février 1900 (rapport Naville).

9La création de l’Administration autonome des monopoles aboutit très vite à une nette amélioration dans la gestion des revenus concédés, qui, de 18 614 000 F la première année, atteignirent 24 millions F dès 1899, chiffre bien supérieur à ce que nécessitait le service de la dette unifiée15. Les excédents étaient chaque année versés au Trésor dont la situation cependant ne s’améliora pas pour autant. Le budget était constamment en déficit et on vit réapparaître et grossir la dette flottante. La BIO de concert avec ses associés, Berliner Handels Gesellschaft et Landerbank de Vienne, consentit au gouvernement serbe des avances à court terme. Les risques de la banque sur la Serbie se tinrent continuellement aux environs de 7 millions F au cours de ces années16.

  • 17 AN, 207 AQ, 404 S 1.
  • 18 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Note de J. Simon, délégué des porteurs auprès de l’administration des monopo (...)

10En 1902, la dette flottante avoisinait 50 millions F, et le Trésor se trouvait dans une situation des plus critiques. Il s’en dégagea par l’émission d’un emprunt de 60 millions F à 5 %, dont l’Administration des monopoles assura le service. Cet emprunt fut pris à 78 % net par un groupe de banques dirigé par la BIO, la Berliner et la Landerbank17. Les finances de la Serbie ainsi assainies, les budgets se soldèrent par des excédents à partir de 190418.

  • 19 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Note de J. Simon, (16 mars 1909).
  • 20 AN, 207 AQ, 404 S 2 - Question d’un nouvel emprunt.
  • 21 AN, 207 AQ, 50 P3 - Note du 9 février 1907.

11Son crédit maintenant bien rétabli, le gouvernement de Belgrade décida en 1905 d’émettre un nouvel emprunt dont les fonds seraient destinés au développement du réseau ferroviaire et à la modernisation de l’équipement des forces armées. La France, devançant l’Allemagne, était maintenant devenue le premier marché des titres serbes ; c’est donc naturellement vers la BIO et les banques françaises que l’on se tourna19. Mais ainsi qu’on le verra à propos de l’emprunt turc émis la même année par la banque, des liens étroits s’établissaient maintenant entre les opérations financières et les intérêts industriels. Aussi les établissements sollicités lièrent-ils leur concours à l’octroi à l’industrie française de la majorité des commandes à venir. D’ailleurs, le ministre des Finances, informé par la BIO, ne consentirait à accorder l’inscription à la cote de la bourse de Paris – indispensable à la bonne réception des titres par le public – qu’à la condition que les commandes passées en France soient proportionnelles à la part de l’emprunt souscrite sur le marché parisien. Lorsqu’elle eut vent de l’orientation que prenaient les pourparlers entre Belgrade et Paris, l’Autriche, qui détenait un quasi-monopole sur le commerce extérieur de la Serbie et considérait que ce pays faisait partie de sa zone d’influence économique, réagit avec brutalité et exigea que les commandes soient réservées à son industrie20. Le gouvernement serbe hésitait à mécontenter son puissant voisin, mais ne pouvait se passer de la finance française (aucun emprunt serbe n’avait jamais été émis à Vienne). Ce n’est que le 12 novembre 1906 qu’il se résolut à signer le contrat d’un emprunt de 95 millions F au taux de 4,5 %, qui sera mis en souscription au prix de 470 F. Ces conditions comparées avec celles de l’emprunt 1902 réflètent la nette amélioration du crédit du royaume. Ouverte au début de 1907, la souscription fut largement couverte, avec 465 000 obligations demandées pour 190 000 offertes. Les usines françaises avaient obtenu la totalité des commandes de matériel d’artillerie21.

  • 22 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Note Simon, 16 mars 1909.

12La riposte du gouvernement austro-hongrois ne se fit pas attendre : ce fut la dénonciation du traité de commerce et le déclenchement d’une guerre commerciale. La situation de la Serbie était difficile, car l’Autriche absorbait près de 90 % de ses exportations : 55 350 000 F sur un total de 62 156 000 en 1904. Le gouvernement de Belgrade releva le défi et sut trouver dans d’autres pays, notamment en Allemagne, des débouchés pour les produits de son agriculture. Une grande partie des marchandises achetées par l’Autriche était d’ailleurs réexportée vers les pays tiers. Dès 1907, sur des exportations en augmentation à 81 491 000 F, la part de l’Autriche était tombée à moins de 16 %, et l’Allemagne occupait maintenant la première place parmi les clients de la Serbie22.

13À l’issue de cette période, la France s’est imposée comme le principal bailleur de fonds du royaume et s’est assurée en tant que fournisseur de produits industriels une position importante. Les efforts de Naville et de la Banque ottomane pour consolider le crédit de la Serbie et assainir sa situation financière ont été couronnés de succès et ont tissé entre Paris et Belgrade des liens qui vont se révéler durables.

  • 23 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Note Simon, 16 mars 1909.

14L’annexion de la Bosnie par l’Autriche-Hongrie en 1908 provoqua entre la double monarchie et la Serbie, dont les relations étaient comme on vient de le voir déjà tendues, une crise très grave qui fit par instants planer sur l’Europe la menace d’un conflit général. Dans le domaine financier qui nous concerne seul ici le système bancaire serbe eut à faire face aux plus grandes difficultés. Les banques, qui depuis quelques années s’étaient multipliées (37 banques en 1888, 133... en 1907), mais étaient très sous-capitalisées (le capital social de ces 133 banques n’atteignait au total que 29 millions F) se refinançaient depuis toujours à Vienne et à Budapest. Ces sources de financement leur furent brutalement coupées, et une crise de liquidités se développa dans le pays, provoquant un certain nombre de faillites23.

  • 24 AN, 207 AQ, 404 SI.,

15Lorsque la situation politique et financière fut redevenue à peu près normale, le gouvernement serbe put en novembre 1909 conclure un grand emprunt de 150 millions F destiné à la construction de voies ferrées et à l’équipement de l’armée. Le syndicat qui se chargea de prendre l’emprunt à 425 F par obligation au taux de 4 1/2 % comprenait un groupe français composé de la BIO (pour 20 %), de ses deux sociétés affiliées, la Financière Franco-Suisse et la Financière d’Orient (Pyrame Naville était vice-président de la première et président de la seconde) et de ses partenaires habituels (Société générale, Comptoir d’Escompte, Banque de Paris et des Pays-Bas, maison N. et S. Bardac) et un groupe allemand formé par la Berliner Handels Gesellschaft et la maison Bethmann de Francfort). Sur le produit de l’emprunt, 56 millions étaient destinés aux chemins de fer et 50 500 000 aux commandes militaires (dont 27 millions réservés à l’industrie française). La souscription publique, pour les trois quarts à Paris et un quart à Berlin, eut lieu en février 1910 à 452,50 F par obligation. Elle fut aisément couverte24.

16Le rôle directement joué par la Banque ottomane dans les affaires de Serbie prit fin la même année avec la création de la Banque Franco-Serbe.

  • 25 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Naville à Durrenberger, Directeur de la Berliner Handels Gesellschaft, 21 no (...)
  • 26 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Milanovitch, ministre des Affaires Étrangères de Serbie, a Naville, 22 avril (...)

17Déjà en 1907 le gouvernement de Belgrade avait demandé à Naville de prêter son concours à l’établissement d’une banque où s’associeraient des capitaux français et serbes25. On pensa d’abord reprendre une société existante, la Banque d’Exportation, créée en 1901, entreprise privée mais dotée par la loi de privilèges importants. Après réflexion il apparut que de nouveaux actionnaires seraient peu disposés à entrer dans le capital d’un établissement constitué depuis plusieurs années, avec des habitudes de fonctionnement bien enracinées et qu’il serait difficile de modifier26.

  • 27 AN, 207 AQ, 424 S 55 - PV de la réunion tenue à la BIO le 24 mars 1910 et AQ 50 P 4 - note du 27 ma (...)

18La création de la Banque Franco-Serbe fut décidée le 24 mars 1910 entre quatre actionnaires, chacun pour un quart : la BIO, la Financière d’Orient, la maison Bardac et la Banque de l’Union Parisienne, fondée récemment par les maisons de banques représentées au comité de la BIO. Au capital de 12 millions F, elle aurait son siège à Paris et une agence à Belgrade. Elle s’occuperait plus particulièrement du Financement du commerce d’exportation et de travaux publics dont la construction de chemins de fer. Un membre du Comité de la Banque ottomane, Arsène Henry, en fut le président27.

  • 28 A. Mey. PV du comité vol. 11-17 avril 1914.

19Quatre ans plus tard, en 1914, la Banque Franco-Serbe reprit les agences de la BIO à Monastir et à Üsküb, après la cession à la Serbie de cette partie de la Macédoine28.

20Au cours des années vingt, la Banque ottomane accroîtra considérablement son emprise sur la Banque Franco-Serbe. Les agences de cette dernière seront nationalisées par les autorités yougoslaves après la seconde guerre mondiale.

Notes

1 AN, 207 AQ, 404 S 2 - Convention entre la Banque de Fonds d’État et la BIO

2 Pyrame Naville (1848 - 1921), directeur de la BIO à Paris 1882 - 1891, membre du comité à Paris 1891 - 1920, président de la Société Financière d’Orient et de la Compagnie du chemin de fer Smyrne-Cassaba, consul général de Serbie à Paris.

3 AN, 207 AQ, 417 S 35 - Correspondance C. Fuerstenberg, directeur de la Berliner Handels Gesellschaft à P. Naville octobre 1890.

4 AN, 207 AQ, 404 S 2 - Historique de l’Administration des monopoles.

5 AN, 207 AQ, 417 S 35 - Correspondance Fuerstenberg - Naville.

6 AN, 207 AQ, 417 S 35 - Correspondance C. Fuerstenberg 1891.

7 AN, 207 AQ, 417 S 35 - Fuerstenberg à Naville, 1er août 1892.

8 AN, 207 AQ, 49 P1 - 27 septembre 1892 (conférence de Karlsruhe) et 20 mai 1893 (PV d’une réunion à Paris le 19 mai 1893).

9 AN, 207 AQ, 49 P1 - Notes des 4, 5 et 20 décembre 1893.

10 AN, 207 AQ, 404 S 1 - Contrat août 1893.

11 AN, 207 AQ, 404 S 2 - Historique de l’administration des monopoles.

12 AN, 207 AQ, 404 S 1.

13 AN, 207 AQ, 113 - Constantinople à Paris, 22 août 1894.

14 AN, 207 AQ. 404 S 1.

15 AN, 207 AQ, 406 S 7 - Bilans de l’administration des monopoles.

16 A. Mey. PV du comité vol. 5-2 février 1900 (rapport Naville).

17 AN, 207 AQ, 404 S 1.

18 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Note de J. Simon, délégué des porteurs auprès de l’administration des monopoles sur la situation économique et financière de la Serbie de 1906 à 1908 (16 mars 1909).

19 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Note de J. Simon, (16 mars 1909).

20 AN, 207 AQ, 404 S 2 - Question d’un nouvel emprunt.

21 AN, 207 AQ, 50 P3 - Note du 9 février 1907.

22 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Note Simon, 16 mars 1909.

23 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Note Simon, 16 mars 1909.

24 AN, 207 AQ, 404 SI.,

25 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Naville à Durrenberger, Directeur de la Berliner Handels Gesellschaft, 21 novembre 1907.

26 AN, 207 AQ, 424 S 55 - Milanovitch, ministre des Affaires Étrangères de Serbie, a Naville, 22 avril 1909 et réponse Naville, 30 avril 1909.

27 AN, 207 AQ, 424 S 55 - PV de la réunion tenue à la BIO le 24 mars 1910 et AQ 50 P 4 - note du 27 mai 1910.

28 A. Mey. PV du comité vol. 11-17 avril 1914.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search