Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Chapitre IX. Les années prospères (1900‑1907)

Texte intégral

La banque et les emprunts turcs

1La foudroyante victoire de la Turquie dans son conflit avec la Grèce, suivie de l’encaissement d’une substantielle indemnité de guerre, avait à la fois renfloué les finances de l’empire et rétabli la confiance des marchés dans l’avenir de ce pays. Aussi les titres de la dette turque se trouvèrent-ils nettement orientés à la hausse ; l’emprunt de 1896 dont le placement avait été si difficile dépassa le pair à compter du second semestre 1900.

  • 1 A. Mey.
  • 2 A. Mey. PV du comité vol. 6 - 11 janvier 1901.

2Toutefois, l’aisance du Trésor devait être de courte durée, et les déficits ne tardèrent pas à gonfler à nouveau la dette flottante. Les soldes débiteurs des comptes de l’État auprès de la BIO s’élèvent au 31 décembre 1900 à 2 196 695 £, soit près de 45 % du capital versé de la banque, les demandes d’avances provisoires se multiplient et le Trésor éprouve des difficultés à régler à leur échéance les coupons des emprunts à sa charge1. En janvier 1901, le comité de Paris exprime son inquiétude, critiquant la politique d’expédients suivie par le gouvernement2.

3Quelques mois plus tard, un conflit éclata entre la France et la Turquie au sujet de diverses réclamations de ressortissants français lésés par les incidents de 1895, auxquels vinrent s’ajouter des différends plus proprement politiques concernant le statut des écoles françaises et la protection traditionnellement exercée par la France sur les chrétiens d’Orient. Devant le refus d’Abd-ul-Hamid de donner satisfaction aux demandes françaises, le conflit ne cessa de s’aggraver, conduisant d’abord au rappel de l’ambassadeur Constans (26 août) puis à l’occupation de l’île de Metellin par les troupes françaises (7 novembre).

  • 3 A. Mey. PV du comité vol. 6, 9 et 16 août 1901.
  • 4 AN, 207 AQ, 117 C120 - DG à comité, 3 octobre 1901.

4Dans de telles circonstances, il n’est pas surprenant que, lorsque le ministre des Finances demanda à la BIO de se charger de l’émission d’un emprunt de 2 millions LT, le Comité ait refusé, arguant de l’impossibilité de placer actuellement cette émission sur le marché de Paris3. Le ministre revint à la charge le 3 octobre. Le sultan, décidé maintenant à donner satisfaction aux réclamations françaises, demanda à la banque « comme un très grand service » de lui fournir les sommes nécessaires au règlement des réclamations des ressortissants français (500 000 LT)4.

  • 5 A. Mey. PV du comité vol. 6, 11 octobre 1901.
  • 6 A. Mey. PV du comité vol. 6, 16 mai 1902 et vol. 7 - 24 octobre 1902.

5Sollicité dans le même sens par Delcassé, ministre des Affaires étrangères, le Comité jugea politique de céder5. Un emprunt fut créé le 4 décembre 1901 (emprunt 5 % 1901) de 28 500 000 F garanti par diverses dîmes. 21 000 obligations furent prises par la banque à 440 F et conservées par elle en portefeuille, mais le produit lui permit de se rembourser de diverses avances, et 36 000 affectées à la garantie du compte statutaire en remplacement des titres de l’emprunt de 1896. Ces derniers, souscrits à 450 F par un syndicat où se retrouvaient les partenaires habituels de la BIO, ce qui permit à la Porte de régler les créances françaises, furent écoulés en bourse au cours de l’année 1902, laissant au syndicat un profit substantiel (1 681 000 F)6.

  • 7 AN, 207 AQ, 117 C120 - Lang à comité, 6 janvier 1902.

6Cette opération n’avait finalement procuré que peu d’argent au Trésor ottoman. Aussi, dès le 5 janvier 1902, le grand vizir Sait Pacha convoque Hamilton Lang. Le gouvernement a besoin de 2 millions et demi LT pour la prochaine année financière et, pour les obtenir, le sultan vient de l’autoriser à négocier avec la banque la conversion de l’emprunt « douanes »7. Les nécessités de l’heure avaient donc prévalu sur la résistance du souverain qui avait pendant longtemps caressé l’espoir de retrouver la libre disposition des revenus douaniers.

  • 8 AN, 207 AQ, 117 C120 - DG à grand vizir Sait Pacha, 6 janvier 1902.

7La banque avait à plusieurs reprises proposé cette opération mais, échaudée par ses échecs et peu désireuse de faire à nouveau « mauvaise figure » auprès des banques contactées dans le passé pour faire partie du syndicat d’émission, elle se montra tout d’abord réticente à rouvrir le dossier8.

  • 9 J. Thobie, op. cit. p. 233.

8Le gouvernement insista ; il fallait combler le déficit courant et régler de nombreuses factures dues à des fournisseurs étrangers de navires, matériels de guerre, etc. La banque à nouveau céda. L’emprunt 5 % 1886 « douanes » fut appelé au remboursement ou à l’échange contre des obligations 4 %, en même temps que, par création de titres supplémentaires mis en souscription publique à 430 F, l’État se procurait environ 2 millions de ressources nouvelles. Dans le syndicat de garantie, on voit figurer, outre les banques françaises associées à la BIO, la Deutsche Bank (24,7 %) et la Banque française pour le Commerce et l’Industrie (banque Rouvier) avec laquelle se traitait alors l’unification de la dette turque9.

  • 10 A. Mey. PV du comité vol. 7-21 et 28 novembre 1902.

9L’opération fut un complet succès. La quasi-totalité des titres de l’ancien emprunt fut présentée à l’échange et les demandes sur les titres disponibles portèrent sur près de 12 millions d’obligations. Lors de sa liquidation le syndicat put répartir à ses membres un profit net de 20 F par obligation. Le bénéfice global pour la banque s’éleva à 2 millions et demi F10.

10Un autre moyen de procurer à l’État de nouvelles ressources pouvait être dégagé par l’unification de la dette, telle qu’elle avait été réaménagée par le décret de Mouharrem. Ce décret avait donné naissance à quatre séries de titres auxquels était alloué un intérêt minimum de 1 % plus 1/4 % pour l’amortissement pratiqué dans l’ordre des séries. Si l’augmentation des revenus affectés le permettait, l’intérêt et l’amortissement seraient majorés jusqu’à atteindre un plafond de 4 % et 1 % respectivement, le surplus des revenus devant alors revenir au Trésor. Cette clause était demeurée purement théorique, les revenus administrés par le Conseil de la Dette n’ayant jamais permis de dépasser l’intérêt minimum de 1 %. Dans ces conditions le gouvernement n’avait aucun intérêt à l’augmentation des revenus concédés qui n’aurait profité qu’à ses créanciers. Or une unification des séries encore existantes, combinée avec une nouvelle et substantielle réduction du capital et une majoration de 4 % de l’intérêt servi sur le nouveau capital, permettrait l’émission d’un emprunt gagé sur les excédents futurs de revenus dont le gouvernement retrouverait la libre disposition. Il s’ensuivrait en même temps une nette plus-value pour les porteurs, l’abandon d’une partie du capital étant plus que compensé par le quadruplement de l’intérêt servi.

  • 11 AN, 207 AQ, 109 C109 b - correspondance Siemens - Berger.

11Déjà en 1892, la BIO, en accord avec la Deutsche Bank, s’était préoccupée d’une éventuelle conversion de la dette issue du décret de Mouharrem qui eût rendu au gouvernement turc la disposition d’une partie des recettes gérées par la dette publique. Dans l’esprit des banquiers, il fallait en procédant à cette conversion éviter la formation dans l’opinion publique d’un mouvement hostile à l’Administration de la Dette. Mais ce projet n’avait pas eu de suite11.

  • 12 J. Thobie, op. cit. p. 236.
  • 13 A. Mey. PV du comité vol. 6-31 janvier 1902.

12L’idée fut reprise en août 1901 par la Sublime Porte qui chargea un banquier et homme politique français, Rouvier, président de la Banque française pour le Commerce et l’Industrie de lui soumettre un projet en ce sens12. Après le règlement du contentieux franco-turc et l’évacuation de Metellin, Rouvier prit en janvier 1902 contact avec Frank Auboyneau, administrateur de la BIO à Paris faisant fonction d’administrateur délégué13. En sa qualité de président du syndicat des porteurs français et membre de droit du Conseil de la Dette, la banque ne pouvait en effet être ignorée dans une telle négociation.

  • 14 A. Mey. PV du comité vol. 7-19 décembre 1902, 2 et 31 janvier 1903.

13Les choses n’avancèrent guère tout au long de l’année 1902. Comme une douzaine d’années plus tôt, la difficulté résidait dans l’équilibre à sauvegarder entre les porteurs des différentes séries. Finalement Rouvier, nommé en juin ministre des Finances dans le cabinet Combes, se retira en décembre 1902. La poursuite des négociations incomba alors à un comité formé de la BIO, du Comptoir d’Escompte et de la Banque française sous la présidence du Baron Hottinguer, président du comité de Paris de la Banque ottomane14.

  • 15 Détail des négociations complexes dans J. Thobie, op. cit. p. 236-252.
  • 16 A. Mey. PV du comité - vol. 7-31 décembre 1903 et vol. 8 - 24 juin et 23 décembre 1904 - 26 mai 190 (...)

14Nous n’entrerons pas dans le détail des négociations malgré le rôle important qu’y tinrent les représentants de la banque15. Ce fut un rôle de conciliateur, travaillant à mettre au point un schéma qui donnât satisfaction à toutes les parties en présence. Ses efforts aboutirent au décret du 14 septembre 1903 créant la dette convertie unifiée 4 % à échanger contre les titres de l’ancienne dette. Le capital était ramené de 75 918 019 LT à 31 051 565 LT, soit une réduction de 59,2 %. L’annuité nécessaire au service de l’emprunt unifié, ainsi que des obligations de Priorité et des Lots Turcs demeurés en dehors de l’unification, s’élevait à 2 157 375 LT et tout excédent de recettes de l’Administration de la Dette publique au-delà de ce chiffre serait partagé à raison de 75 % pour l’État et 25 % pour l’amortissement supplémentaire des titres de l’emprunt. Le syndicat chargé des opérations dans lequel la BIO participait pour 40 % aux côtés du Comptoir d’Escompte et de la Banque française termina ses opérations en mai 190516.

  • 17 J. Thobie, op. cit. p. 252.

15Comme corollaire à l’unification de la dette, fut créé un emprunt (4 % 1904) de 62 500 000 F garanti par la part du gouvernement dans les excédents à venir des revenus concédés. Sur cet emprunt le syndicat avança 1 100 000 LT et prit une option au prix de 412,50 F. Le placement dans le public en fut différé jusqu’à ce que les excédents de revenus en couvrissent le service, ce qui ne se produira que trois ans plus tard17.

  • 18 A. Mey. PV du comité vol. 7 - 26 octobre, 6, 20 et 27 novembre 1903.

16Le gouvernement à nouveau était à la recherche de ressources supplémentaires. La BIO de son côté souhaitait consolider les avances à court terme qu’elle lui avait consenties. Elle suggéra de convertir l’emprunt 5 % 1901 qu’elle avait conservé en totalité en portefeuille en un 4 % dont le capital serait en même temps accru. Les dîmes affectées en gage à cet emprunt s’étaient avérées une excellente garantie et leur produit, en constant accroissement, excédait de beaucoup l’annuité nécessaire. Le capital nominal se trouva porté à 60 606 000 F, ce qui permit la consolidation de 662 000 LT de créances de la banque, le Trésor encaissant de son côté plus de 300 000 LT18. La BIO substituait ainsi à des avances théoriquement à court terme mais dont le remboursement était aléatoire, des titres négociables, immobilisés pour l’instant dans son portefeuille, mais susceptibles d’être plus tard cédés sur le marché.

  • 19 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 14 décembre 1906.

17Les avatars de l’emprunt 5 % 1901, devenu maintenant 4 % 1903, n’étaient pas terminés pour autant. Après avoir été à nouveau augmenté, il allait être enfin émis dans le public sous le nom de 4 % 1905. Sur les instances pressantes du gouvernement français, la banque obtint qu’une somme de 700 000 LT prélevée sur l’augmentation de cet emprunt soit consacrée à des achats en France de matériel de guerre19. Pour la première fois, l’émission d’un emprunt turc sur le marché de Paris se trouvait liée à l’octroi de commandes à des exportateurs français, à l’instar de ce qu’avait déjà pratiqué la Deutsche Bank en faveur des firmes allemandes. La concurrence entre les industriels à la recherche de débouchés s’exacerbe sur les marchés internationaux, les gouvernements se mobilisent en leur faveur et les banques se trouvent volens nolens entraînées dans la compétition.

  • 20 AN, 207 AQ, 286 D135 - Contrat du 8 mai 1905 et D136 actes syndicaux.
  • 21 AN, 207 AQ, 286 D136 - Compte de liquidation et A. Mey. PV du comité vol. 8 - 23 juin 1905.
  • 22 AN, 207 AQ, 288 D139 - DG à comité, 30 octobre 1905.
  • 23 AN, 207 AQ, 50P3 - Notes des 14, 15 et 21 mars 1904.

18L’emprunt s’élevait maintenant à un nominal de 120 606 000 F. La banque syndiqua la totalité de l’émission à 412,50 F par obligation. Le syndicat comprend de nombreux participants. La BIO y Figure elle-même pour 50 000 titres (sur 241 212), le comité de Paris pour 32 000, celui de Londres pour 15 000. On y trouve comme à l’ordinaire, la Société générale, le Comptoir d’Escompte, la Banque de Paris et des Pays Bas, la Banque française, etc. La Deutsche Bank qui place en même temps un emprunt parallèle sur le marché allemand se contente d’une participation des plus modestes : 11 587 titres seulement20. L’émission, le 17 juin 1905 à Paris à 435 F, est très largement couverte ; les demandes portèrent sur plus de 5 millions de titres. Le bénéfice du syndicat atteignit 16,10 F par obligation21. L’emprunt allemand dénommé « Tedjizat Askerié » du nom de l’impôt qui lui servait de garantie, avait été émis un mois plus tôt en Allemagne. Il se plaça difficilement. Venant au secours de la Deutsche Bank, la BIO prit la tête d’un syndicat de banques françaises qui se porta acheteur de 21 000 titres soit 18,5 % du total de l’emprunt22. Le but avoué de ces emprunts était, pour une large part, le réarmement de la Turquie décidé par Abd-ul-Hamid en réponse aux armements des États balkaniques. En janvier 1904, Deffès, lors de sa prise de fonction comme directeur général, s’était vu demander par le sultan de proposer un plan de réformes financières. À l’instar de Sir Edgar Vincent quelques années plus tôt, il avait suggéré, outre des améliorations dans la procédure budgétaire, la réduction des dépenses militaires23. Vieille obsession des dirigeants de la BIO depuis l’origine, tout à fait irréaliste cependant dans l’environnement international de l’Empire.

  • 24 AN, 207 AQ, 285 D132 - Contrat du 21 juin 1906 et D133 acte syndical.
  • 25 AN, 207 AQ, 50 P3 - Note du 23 juillet 1905.
  • 26 AN, 207 AQ, 285 D133 - Comptes.

19En juin 1906 on procéda à l’échange des obligations de priorité 4 % 1890 en titres de la dette unifiée. 125 038 titres supplémentaires furent créés à cette occasion, pris ferme par la BIO à 435 F et syndiqués à 442,75. La Deutsche Bank se vit attribuer dans le syndicat un intérêt de 25 %24, conformément à l’accord passé l’année précédente entre les deux établissements par lequel ils étaient convenus de se faire réciproquement participer à ce niveau aux affaires initiées par l’autre25. Le goût du public pour les titres turcs ne se démentant pas, l’opération de conversion fut un succès et le bénéfice syndical atteignit 19 F par obligation. Le profit total pour la BIO y compris toutes marges et commissions s’éleva à la somme confortable de 3 612 544 F26.

  • 27 A. Mey. PV du comité vol. 9-5, 12 et 26 juillet 1907.
  • 28 A. Mey. PV du comité vol. 9 - 25 septembre 1908 et J. Thobie, op. cit. p. 264.
  • 29 AN, 207 AQ, 23 - G. Auboyneau à Deffes, 23 octobre 1908.

20Enfin l’année suivante la banque émit sur le marché, à 447,50 F, une première tranche de 75 000 titres de l’emprunt 4 % 1904 qu’elle avait jusque-là conservé en dépôt. Les titres se placèrent aisément, laissant au syndicat un profit de 18 F par obligation27. Les 50 000 titres restants furent pris ferme en septembre 1908 à 417,50 F, procurant au Trésor une rentrée de 918 500 LT. La situation politique du moment ne permit pas d’émettre tout de suite ces titres dans le public. Ils donnèrent lieu finalement à un placement privé au prix de 435 F28. La banque aurait souhaité faire participer la Deutsche Bank à cette opération. Malgré l’accord du Quai d’Orsay, elle dut y renoncer devant le veto de Caillaux, alors ministre des Finances29.

  • 30 Texte in AN, 207 AQ, 204 T1.

21La convention quinquennale qui liait l’État et la banque avait été renouvelée le 7 avril 1906. La BIO se voyait confirmer l’exercice du service de Trésorerie dans tous les vilayets dans le chef-lieu desquels elle possédait une succursale. Elle s’engageait à en ouvrir deux autres : à Erzeroum et à Tripoli de Barbarie30.

Affaires de Macédoine

A. L’attentat de Salonique

22La Macédoine, l’une des plus riches régions de l’empire, était, depuis le congrès de Berlin, qui l’avait refusée à la Bulgarie, l’objet de la convoitise des États voisins. Les trois vilayets qui la composaient, ceux de Salonique, de Monastir et de Kossovo (chef lieu Üsküb, aujourd’hui Skopje) comptaient environ 2 millions et demi d’habitants, dont une légère majorité de chrétiens qui se répartissaient au point de vue linguistique entre les Bulgares (les plus nombreux), les Grecs et les Serbes ; quant aux musulmans, ils formaient une puissance minorité regroupant 45 % de la population. À partir de 1900, une vive agitation, qui fut d’abord le fait de la communauté bulgare, commença à se faire sentir dans toute la région, encouragée par le gouvernement de Sofia et provoquant massacres et attentats. Malgré les essais de réforme, les troubles allaient se poursuivre jusqu’à la fin du règne d’Abd-ul-Flamid, tandis que les rivalités qui les avaient engendrés seraient à l’origine des deux guerres balkaniques de 1912-1913.

  • 31 AN, 207 AQ, 117 C121 - Rapport Cartali, inspecteur général, 3 mai 1903.

23L’un des attentats les plus spectaculaires eut pour effet la destruction de l’immeuble de la Banque ottomane à Salonique dans la nuit du 29 avril 190331. Vers huit heures du soir, un groupe de terroristes bulgares fit sauter la principale conduite de gaz, plongeant toute la ville dans l’obscurité. Au même moment, à ce signal, d’autres terroristes lancent deux bombes sur l’immeuble de la banque, que secoue quelques instants plus tard une forte explosion. Une partie du bâtiment s’écroule, tandis qu’éclate un incendie. D’autres bombes sont aussi jetées en différents endroits de la cité.

24Cet attentat, qui ne fit qu’une seule victime – un soldat en faction devant la banque, le directeur et sa famille ayant pu s’échapper de l’immeuble en flammes – avait été minutieusement préparé depuis plusieurs mois. Un officier bulgare camouflé en épicier avait loué un petit magasin situé juste en face de la banque, de l’autre côté de la rue, et comportant une cave. Un tunnel d’environ 5 mètres de long avait été creusé pendant la nuit, sans éveiller l’attention du voisinage ; il aboutissait aux fondations de l’immeuble de la banque. L’explosion de la charge de dynamite placée à cet endroit avait été, le moment venu, télécommandée à l’aide d’un fil électrique.

  • 32 AN, 207 AQ, 117 C121 - DG à comité, 30 avril 1903 et Cartali à DG, 5 mai 1903.

25L’agence rouvrit ses guichets dès le 1er mai dans le jardin attenant à son ancien local pour se transférer quelques jours plus tard dans un immeuble mis à sa disposition par un de ses clients. Cette réouverture rapide contribua à faire renaître la confiance dans le monde des affaires. La banque s’était déclarée prête à rembourser à première demande tous les dépôts de ses clients, même non échus (il y en avait pour 120 000 LT, dont 71 000 à vue seulement). Personne ne se présenta32.

B. Le service de trésorerie des trois provinces

26Le 21 janvier 1903, l’Autriche et la Russie avaient adressé à la Porte une note demandant, dans l’espoir de calmer l’agitation des populations, un certain nombre de réformes dans l’administration des trois provinces de Macédoine. Au premier rang de celles-ci figurait la création d’un corps de gendarmerie propre à ces provinces ; des officiers étrangers en fourniraient pour l’essentiel l’encadrement supérieur. Encore convenait-il d’assurer aux membres de ce corps le paiement régulier de leur solde, ce qui n’était pas toujours le cas – pour dire le moins – dans l’armée turque. Aussi, après avoir accepté le plan de réforme qui lui était proposé, le gouvernement turc demanda-t-il à la BIO de se charger de ce service. La banque assumerait le paiement de la solde en faisant pour cela les avances nécessaires qui lui seraient remboursées par certaines recettes fiscales des provinces concernées. Dès le mois d’avril 1903 des agences furent ouvertes à Monastir et à Üsküb, provinces dont la banque était jusque-là absente ; leur activité était strictement limitée au rôle que leur avait assigné le gouvernement. L’insécurité de la région ne permettait pas pour l’instant d’étendre cette activité aux opérations commerciales.

  • 33 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Note historique du 19 août 1910.

27Ces premières mesures parurent bientôt insuffisantes. Les puissances – à l’Autriche et à la Russie s’étaient jointes l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne – insistèrent pour étendre à toutes les branches de l’administration les réformes et les principes de régularité d’abord mis en œuvre dans la gendarmerie. L’amélioration de la gestion des finances publiques en était le fondement. On chercha à imposer au gouvernement turc l’institution d’une commission financière internationale, composée de délégués étrangers nommés par les puissances, qui auraient pris en main ce département. Mais le sultan comme il l’avait toujours fait dans le passé s’opposait de toutes ses forces à une telle ingérence étrangère dans l’administration de son empire. Aussi l’idée de confier à la BIO ce service essentiel allait-elle s’imposer33.

  • 34 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Deffès à G. Auboyneau, 26 février 1905.
  • 35 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - G. Auboyneau à Barry, directeur de BIO Londres, 30 mars 1905.
  • 36 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Deffès à G. Auboyneau, 27 mars 1905 et note de l’ambassade d’Allemagne.

28Au début de 1905, « les ambassadeurs de Russie et d’Autriche nous demandèrent de leur donner notre avis pour leur permettre de présenter un projet d’organisation du service financier des trois vilayets, comportant la direction et le contrôle de ce service par la Banque ottomane »34. Il fut convenu que les diplomates présenteraient ce projet comme leur œuvre personnelle, en évitant de laisser soupçonner une entente préalable avec la banque ; celle-ci en effet ne voulait pas se créer des difficultés avec le gouvernement turc en prenant, en accord avec les représentants de puissances étrangères, une initiative dans un domaine politiquement aussi sensible. Les propositions des ambassadeurs furent agréées par la Porte, et le ministre des Finances pria la banque de se charger du service financier de la Macédoine, dans le cadre défini par la convention de 1874. On se souvient que cet acte avait confié à la banque les fonctions de Trésorier-Payeur général de l’Empire. Si par suite des circonstances, cette fonction n’avait en fait jamais pu être exercée, la convention de 1874 n’avait pas été abrogée et la banque n’avait pas renoncé à s’en prévaloir. Aussi répondit-elle favorablement à cette demande. Parmi les autres États concernés par la question macédonienne, la France, par la voix du consul général à Salonique, Louis Steeg, avait de son côté préconisé l’intervention de la Banque ottomane. La réaction de la Grande-Bretagne fut mitigée ; son gouvernement insistait sur le contrôle international exercé par une commission financière35. Quant à l’Allemagne, qui avait approuvé la mission confiée à la banque en 1903, elle protesta officiellement auprès de la Sublime Porte contre « l’immixtion de cette institution dans l’administration des finances de l’Empire »36. Une telle attitude pleine de méfiance de la part du gouvernement allemand envers un établissement considéré comme étant contrôlé par des Français ne saurait surprendre. Les relations entre la France et l’Allemagne étaient alors des plus tendues.

  • 37 AN, 207 AQ, 206 T4 ter.

29La convention pour le service de trésorerie des provinces de Macédoine n’en fut pas moins signée le 7 mars 1905. La banque recevrait communication des budgets et en assurerait l’exécution ; toute dépense serait soumise au visa préalable du directeur de la succursale chargée du paiement, qui aurait à s’assurer qu’elle était conforme aux autorisations budgétaires ; toutes les recettes seraient versées aux succursales de la banque, qui tiendraient la comptabilité publique37.

  • 38 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Note historique du 19 août 1910.

30Les puissances étrangères n’avaient toutefois pas renoncé à leur plan de contrôle international et, par une démonstration navale au large de Metellin à la fin de 1905, elles contraignirent le sultan à céder. Leurs représentants furent nommés conseillers financiers du gouvernement ottoman pour la Macédoine. Ils participeraient à l’établissement du budget annuel et auraient le droit d’inspecter le service de trésorerie confié à la BIO38.

  • 39 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Etat des recettes et dépenses des trois vilayets de Roumélie.

31La nouvelle organisation amena une hausse assez sensible des recettes, qui passèrent en cinq ans de 1 724 000 LT à 2 152 000 LT, ainsi qu une plus grande régularité dans les opérations du Trésor39.

  • 40 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Note du 19 août 1910.

32À la suite de la prise du pouvoir par les Jeunes-Turcs, la Commission internationale cessa d’exister (mars 1909) et le budget spécial des trois provinces fut supprimé. Malgré la satisfaction tout d’abord exprimée par les nouveaux dirigeants pour l’action de la banque, son rôle se trouva peu à peu diminué40. Trois ans plus tard, la Turquie, vaincue dans la première guerre balkanique, serait contrainte d’abandonner toute la Macédoine.

Les quais de Constantinople

33C’est à la demande du gouvernement français et pour des raisons essentiellement politiques que la BIO vint à prendre une participation substantielle dans le capital de la société des quais, docks et entrepôts de Constantinople.

  • 41 J. Thobie, op. cit. p. 161 - 4 et 385 - 6.

34Cette société avait été fondée en 1891 par un Français, Marius Michel – alias Michel Pacha – pour construire et exploiter des installations portuaires à l’embouchure de la Corne d’Or dont la concession lui avait été accordée. La BIO s’était elle-même intéressée en 1890 à un projet similaire, dans lequel elle voyait avant tout le moyen d’améliorer la perception des recettes douanières, mais elle y avait finalement renoncé, faute de pouvoir le financer. Elle ne joua aucun rôle dans la constitution de la société. Celle-ci ne fit que végéter, incapable de distribuer le moindre dividende41.

  • 42 A. Mey. PV du comité vol. 7 - 24 octobre 1902.

35À partir de 1899, le sultan, malgré les réticences de plusieurs de ses ministres, chercha à obtenir le rachat de la concession. Sollicitée pour consentir une avance à cette fin, la Banque ottomane s’y refusa ; le projet n’aboutit pas42.

  • 43 AN, 207 AQ, 373 - AE à BIO, 6 janvier 1907.
  • 44 AN, 207 AQ, 373 - Contrat du 8 janvier 1907.

36En 1906, la fin prochaine de Michel Pacha laissait présager la mise en vente de ses titres et leur rachat par les Allemands qui exploitaient déjà le port d’Haïdar Pacha sur la rive asiatique. Premier effet en Orient de la toute récente entente cordiale, les gouvernements de Paris et de Londres se mirent d’accord pour y faire obstacle et la Banque ottomane fut priée d’intervenir de concert avec la Banque d’Angleterre43. Aux termes d’un contrat signé en janvier 1907, les deux établissements convinrent de reprendre à égalité 37 500 actions de la société sur les 47 750 constituant le capital total, s’engageant, pour une durée de dix ans, à ne les céder que d’un commun accord. Le caractère français de la société serait préservé. Enfin les deux parties s’inspireraient des vues de leurs gouvernements respectifs dans le règlement de toutes les questions qui concernaient les intérêts des deux pays. Par l’intermédiaire des banques actionnaires, la société était placée de fait sous le contrôle conjoint de la France et de l’Angleterre44.

  • 45 AN, 207 AQ, 373 - Duparchy à BIO, 24 décembre 1906 et 10 janvier 1907.

37La banque n’acquit finalement que 8 750 actions au pair de 500 F, les héritiers de Michel Pacha en conservant eux-mêmes 10 000 tout en se liant par un pacte avec la BIO45.

  • 46 A. Mey. PV du comité vol. 10 - 23 décembre 1910.

38En décembre 1910, la BIO et la Banque d’Angleterre acquirent encore en commun 2 466 actions des quais de Constantinople. Le prix en était maintenant tombé à 255 F46. Sur le plan financier, cet investissement, heureusement modeste, n’avait pas été, pour la Banque ottomane, une brillante affaire.

La gestion de la banque (1900‑1907)

39Les premières années du vingtième siècle furent marquées par un complet renouvellement du personnel dirigeant de la banque tant à Paris qu’à Constantinople. Déjà à Londres en 1898, Charles Mills, lord Hillingdon, associé de la maison de banque Glyn, Mills et Cie, fondatrice en 1856 de l’Ottoman Bank, avait succédé à son père comme co-président anglais du Comité.

40À Paris en mars 1900 disparut Théodore Berger qui, en qualité de directeur puis d’administrateur délégué, avait joué un rôle capital dans le développement de la banque à partir de 1881 ; il avait été à l’origine du Consortium, de la Régie des tabacs, et n’avait pas ménagé ses efforts pour tenter de faire aboutir ses projets ferroviaires. Frank Auboyneau, à la banque depuis l’origine, le remplaça.

41Deux ans plus tard, en avril 1902, mourut Charles Mallet, qui depuis la création de la banque avait exercé la présidence du comité de Paris. Le Baron Hottinguer, l’un des négociateurs de la convention de 1863, lui succéda dans cette charge.

42En septembre de la même année, Hamilton Lang, âgé et fatigué, démissionna de son poste de directeur général à Constantinople. Il fut remplacé par son adjoint Gaston Auboyneau, succession prévue de longue date. Un Anglais, Arthur Nias, fut choisi comme directeur général adjoint.

43Gaston Auboyneau ne fit que passer à la direction générale. Il fut, un an plus tard, appelé à remplacer au sein du comité de Paris et avec les mêmes attributions d’administrateur délégué, son père Frank décédé.

44Pour le poste de directeur général le Comité fit appel à une personnalité extérieure, Jules Deffès, trésorier-payeur général de la Haute-Garonne et régent de la Banque de France.

  • 47 AN, 207 AQ, 50 P3 - A. Nias à G. Auboyneau, 5 novembre 1906.
  • 48 A.Ist PV des comités de direction 3 - 9 mars 1906.
  • 49 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 8 juin 1906.
  • 50 A. Mey. PV du comité - vol. 7, 8 janvier 1904 - Rapport Deffès.

45Ces années furent pour l’Empire ottoman des années de prospérité. La paix règne aux frontières. La plupart des provinces sont calmes. Seules font exception la Macédoine agitée par des conflits ethniques et l’Arabie, où des troubles subsistent. Les récoltes sont dans l’ensemble bonnes ; l’extension progressive du réseau de chemins de fer, l’installation de nombreux réfugiés en provenance des Balkans et du Caucase dans des districts autrefois peu peuplés d’Anatolie, le perfectionnement des méthodes de culture, ont stimulé l’agriculture. Les villes aussi se développent, tandis que croît le mouvement commercial. L’expansion de l’économie mondiale entraîne l’économie turque. Malgré la persistance d’un déficit structurel dans les échanges commerciaux avec l’étranger, la balance des paiements est en excédent, grâce aux importantes entrées de capitaux provenant du placement des emprunts de l’Etat et des investissements privés. Il en résulte un flux continu d’importation d’or (6 906 000 LT de 1902 à 1906, dont 6 652 000 par l’intermédiaire de la BIO)47. Cette prospérité suscita la création de nouvelles banques et l’installation de succursales de banques étrangères. Il s’ensuivit une concurrence des plus vives surtout à Constantinople. Pour maintenir sa position la banque fut contrainte dans un premier temps d’abaisser les taux d’intérêt appliqués à ses avances, qui tombèrent jusqu’à 4 % à Constantinople pour les avances sur titres. Allant plus loin, elle décida en 1906 d’allouer des intérêts aux comptes à vue (2 % au maximum), y compris à ceux des commerçants malgré leur grande volatilité, et ce dans le dessein avoué de réduire pour ses concurrents la possibilité de se procurer des ressources sur place48. Ces sacrifices, comme on le verra plus loin, n’eurent pas pour conséquence une chute du niveau global des bénéfices. Ils furent en effet plus que compensés par l’extension du réseau de succursales en province, où la concurrence était le plus souvent inexistante et où des conditions plus rémunératrices (avec des taux débiteurs allant jusqu’à 8-9 %) pouvaient être maintenues49. Reprenant la politique définie quinze ans auparavant par sir Edgar Vincent, Deffès, lors de sa prise de fonction en janvier 1904, avait affirmé dans un rapport au Comité la nécessité de développer largement l’activité de banque commerciale, ce qui impliquait que soient multipliées les implantations à travers l’Empire50. La même année, six agences furent ouvertes :

    • 51 AN, 207 AQ, 117 C121 - DG à comité, 2 décembre 1903.

    Dédéagatch, en Thrace, pour gérer essentiellement des avances sur marchandises sous la supervision d’Andrinople51 ;

    • 52 AN, 207 AQ, 117 C121 - DG à comité, 4 novembre 1903.

    Eskichehir, située au cœur d’une plaine fertile, et en pleine expansion grâce au chemin de fer52 ;

    • 53 AN, 207 AQ, 118 C122 - DG à comité, 4 mars 1904.

    Bassorah, terminus de la navigation sur le Chat-el-Arab. Siège de plusieurs importantes maisons de commerce anglaises et américaines, régulièrement desservie par cinq lignes de bateaux à vapeur qui la mettaient en relation avec les ports de la Méditerranée, Londres, Odessa, l’Inde, l’activité commerciale y était intense. La culture du palmier s’était beaucoup étendue dans l’arrière-pays et l’exportation des céréales tendait à se concentrer dans ce port, particulièrement de celles provenant des immenses fermes des domaines impériaux, qui fournissaient plus de la moitié de la production de la Mésopotamie. Les taux d’intérêt très élevés (20-25 %) pratiqués localement par suite de la rareté des capitaux permettraient aisément à l’agence d’escompter à 12 % du papier commercial d’excellente qualité53 ;

    • 54 AN, 207 AQ, 118 C122 - Rapport Letayf, directeur de la BIO Salonique, 4 avril 1904.

    Cavalla aussi était en pleine expansion. Ce port de Macédoine était le débouché d’une région de 175 000 habitants principalement adonnés à la culture du tabac54 ;

    • 55 AN, 207 AQ, 119 C123 - DG à comité, 7 décembre 1905.

    Jérusalem avait peu d’importance au point de vue commercial mais, par la présence de nombreuses communautés religieuses et l’affluence des pèlerins, les relations avec l’étranger étaient étroites. L’année suivante, une agence fut créée à Jaffa, dont le port centralisait le commerce des produits de l’intérieur (céréales, oranges, huiles) et Jérusalem, réduite au rang de sous-agence, lui fut rattachée55 ;

    • 56 AN, 207 AQ, 118 C122 - DG à comité, 30 juin 1904.
    • 57 AN, 207 AQ, 119 C123 - Rapport Hanemoglou, directeur de la BIO Beyrouth, 2 août 1905.

    Tripoli de Syrie était, après Beyrouth, le principal port de Syrie. Cependant l’agence ne put trouver de placements intéressants, son activité se borna à l’achat de tirages sur l’étranger et elle fut en 1906 placée sous la dépendance de Beyrouth56. Ces deux implantations furent jugées pour le moment suffisantes pour desservir le territoire qui forme aujourd’hui la République libanaise. Aussi la banque opposa-t-elle une fin de non-recevoir aux demandes du gouverneur général du Mont-Liban appuyé par le consul général de France à Beyrouth pour la création d’un établissement bancaire au Mont-Liban. Cette région autonome peuplée d’environ 300 000 habitants et dont le centre était Zahlé avait comme principale activité la production et la filature de la soie ; elle était l’un des fournisseurs de l’industrie lyonnaise. Mais toutes ses opérations commerciales passaient par Beyrouth et Tripoli. Quant au financement des filatures, la banque y était opposée, ces entreprises n’offrant pas une surface suffisante57.

  • 58 AN, 207 AQ, 119 C123 - DG à comité, 11 mars 1905.

46En 1905, la BIO s’installa à Biledjik (bureau dépendant d’Eskichehir), à Nazli, où elle avait déjà été présente de 1883 à 1898, à Sokia, sur la côte égéenne, enfin à Panderma. Ce port situé sur la mer de Marmara était le débouché d’une région agricole en plein développement. Comme cela avait été fréquemment le cas dans le passé, la création de cette agence fut réalisée par la reprise d’une petite maison locale, depuis longtemps correspondante de la Banque ottomane, dont le propriétaire devint le premier directeur58.

  • 59 A. Mey. - Etude sur le rôle de banque d’Etat de la BIO décembre 1905, IIe partie - ch. 9.

47Le mouvement s’accéléra en 1906 ; la banque n’ouvrit pas moins de neuf agences. Face à la concurrence des nouvelles banques qui s’étendent maintenant à travers le pays, principalement dans les ports, la BIO cherche systématiquement à les contrer en s’installant partout où la situation économique semble le justifier. Elle vise en premier lieu les ports et les localités de l’intérieur desservies par le chemin de fer ou sur le point de l’être59. Enfin elle est souvent sollicitée par les autorités ou par les commerçants de la place qui espèrent – à juste titre – de l’établissement d’une agence de la banque une baisse du coût du crédit et des transferts de fonds, jusque-là aux mains des usuriers et des changeurs.

  • 60 AN, 207 AQ, C123-DG à comité, 21 décembre 1905.
  • 61 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 4 avril 1906.
  • 62 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 4 mars 1906.
  • 63 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 12 janvier 1906.

48Ainsi c’est à la demande de l’administration du chemin de fer du Hedjaz que la BIO ouvre à Caiffa, en Palestine60. De même l’insistance des autorités britanniques de Chypre est à l’origine de la création de Famagouste61. À Kérassunde, port de la mer Noire et centre principal d’exportation des noisettes, les négociants avaient réclamé l’ouverture d’une agence62. Il en fut de même à Xanthie, en Macédoine, au cœur d’une riche région productrice de tabac. Aucune banque n’y était encore établie, mais il importait surtout d’affirmer la position de la banque vis-à-vis de son principal concurrent en Macédoine, la Banque de Salonique qui, « victorieuse à Salonique, maîtresse à Cavalla » selon un rapport de la BIO, s’était taillée, au détriment de celle-ci, une place prépondérante dans la contrée63. Cinq autres agences furent créées la même année :

    • 64 AN, 207 AQ, 119 C123 - DG à comité, 17 juillet 1905.

    Kutahia, au sud d’Eskichehir, sur un embranchement du chemin de fer d’Anatolie, centre important de production de céréales et proche de mines de chrome. Les avances sur marchandises y seraient possibles car, contrairement à bien d’autres villes d’Asie Mineure, les négociants seraient disposés à donner en gage leurs marchandises64 ;

    • 65 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 17 mars 1906.

    Aïntab, au nord d’Alep, importante cité de 60 000 habitants et centre de la production de pistaches. La ville possédait également un grand nombre de petites entreprises industrielles. 3 000 métiers à tisser approvisionnaient en tissus de coton toute la Turquie d’Asie, à partir de fils importés d’Angleterre. Les fabriques de chaussures exportaient leur production jusqu’en Egypte et en Algérie65 ;

    • 66 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 26 juin 1906.

    Tripoli de Barbarie (actuelle capitale de la Libye). Mais cette agence se heurta tout de suite à une très forte hostilité de la part des petits banquiers et changeurs de la place, ainsi qu’à la concurrence du Banco di Roma66 ;

    • 67 AN, 207 AQ, 119 C123 - DG à comité, 3 juillet 1905.
    • 68 AN, 207 AQ, 121 C126 - DG à comité, 21 mars 1908.

    Enfin Erzeroum, dans le Caucase67 et Selifke, sur la côte méridionale d’Asie Mineure. Cette dernière implantation ne donna pas les résultats espérés et fut l’année suivante transférée à Tarsous en Cilicie68.

  • 69 AN, 207 AQ, 120 C125 - DG à comité, 26 juillet 1907.
  • 70 AN, 207 AQ, 50 P3 - Note, 7 mai 1907.

49Après une expansion aussi rapide la direction de la banque éprouva le besoin de marquer un temps d’arrêt et décida en 1907 de s’attacher en priorité à la consolidation des positions acquises69. Cette prudence s’avéra d’autant plus justifiée que la Turquie connut à la fois de mauvaises récoltes et les premières manifestations d’agitation politique qui allaient conduire à la révolution jeune-turque. En outre la crise monétaire mondiale qui débuta en automne aux États-Unis entraîna un ralentissement général des affaires. Néanmoins trois agences furent encore ouvertes en 1907 : Ada-Bazar en Asie Mineure, Mossoul au nord de la Mésopotamie et Minieh en Haute-Égypte. Une proposition de s’installer à Khartoum, capitale du Soudan anglo-égyptien, fut écartée par le Comité70.

  • 71 A. Mey. PV du comité vol. 8 - 24 mars 1905.
  • 72 AN, 207 AQ, 175 - Rapport sur l’exercice 1903.

50Le réseau de la banque en Egypte avait en 1905 été placé sous la dépendance de Londres, conséquence tout à la fois de la domination anglaise sur ce pays et de la place prééminente occupée par la City dans le financement du commerce du coton71. La BIO s’était de plus en plus engagée dans ces affaires, dont dépendait toute l’économie égyptienne. En s’installant à Minieh au cœur de la région de production, elle était maintenant pleinement en mesure d’assurer le financement du coton tout au long de son cycle, mettant d’abord par des prêts à court terme les sommes nécessaires à la disposition des agriculteurs pour la mise en culture, puis pour la cueillette. L’intervention de la banque se poursuivait par des avances nanties sur la marchandise elle-même tout au long des opérations d’égrenage, de transport vers Alexandrie et de mise en condition pour l’exportation. Quant à l’exportation, depuis l’ouverture de l’agence d’Alexandrie, elle avait toujours été financée par la banque sous forme d’achat de traites sur l’étranger ou par des interventions directes dans les transactions commerciales en jouant le rôle de commissionnaire72.

  • 73 A. Mey. - Assemblées générales et bilans.

51Les bilans de cette période donnent la mesure des progrès de la banque et en reflètent le rythme. Les totaux - 15 744 773 £ en 1900 - dépassent 17 millions à partir de 1902, se maintiennent les trois années suivantes légèrement au-dessus de 20 millions, culminent à 22 397 000 £ en 1906 et fléchissent à 21 millions en 1907, conséquence de la crise. Dans ces bilans, le risque sur l’État turc (avances et titres de la dette en portefeuille) n’occupe plus maintenant qu’une place modeste : 19 % en moyenne pendant ces sept années73.

52Ce sont les crédits consentis à la clientèle dans les agences de Turquie qui enregistrèrent la progression la plus spectaculaire puisque c’est dans ce secteur que la BIO avait décidé d’orienter désormais en priorité son activité. Ils passent en effet de 1 548 850 LT en 1901 à 3 527 344 LT en 1907, avec un plafond à 4 125 000 LT en septembre 1907.

53Les sommes recueillies dans ces agences sous forme de dépôts sont en constante augmentation, sans pouvoir à partir de 1905 suivre la progression des emplois. Elles représentent 87 % de ceux-ci en 1901, 100 % de 1902 à 1904 et 72 % seulement en 1906 pour remonter à 82 % en 1907.

54En Égypte aussi la hausse fut très forte jusqu’en 1904 ; les placements s’élèvent alors à 4 980 000 LT contre 2 136 000 en 1901. Inquiet de cette expansion trop rapide, le comité imposa des restrictions de crédit draconiennes, encore renforcées les années suivantes face à une intense spéculation qui poussait les cours du coton à des niveaux inconnus depuis longtemps. Au 31 décembre 1907, les placements du groupe avaient été ramenés à 2 555 000 LT. Les ressources locales étaient loin de pouvoir financer de tels emplois. En 1904 elles n’en représentaient que 36 % et 45 % en 1907, la différence étant fournie par la trésorerie du siège et par des emprunts à Londres, d’où la vigilance du Comité, soucieux de préserver la liquidité de son bilan.

  • 74 A. Mey. - Assemblées générales et bilans et AN, 207 AQ, 174-177. - Rapports sur les exercices 1901- (...)

55Pour la BIO prise dans son ensemble, les comptes courants, qui constituaient le principal des ressources provenant du public, après avoir fortement progressé de 1901 (4 945 000 £) à 1903 (7 240 000 £), tombèrent en 1904 à 6 281 000 £ sous l’effet de la concurrence des nouveaux établissements bancaires. Les hausses de taux d’intérêt décidées par la banque provoquèrent une remontée, mais le niveau de 1903 ne put être retrouvé. Il s’en suivit, à partir de 1906, une certaine tension sur la trésorerie de la banque ; les liquidités, (encaisse, placements temporaires) ne représentent plus que 18 % du bilan au 31 décembre 1906 contre 23 % un an plus tôt74.

56La prospérité générale et l’expansion de la banque se reflètent dans les résultats qui enregistrent au cours de ces années une remarquable progression. Les profits bruts passent de 649 000 £ en 1901 à 1 146 000 £ en 1907, soit une progression de plus de 76 %. On remarque dans ces chiffres la stagnation de la part provenant des opérations avec le Trésor ottoman (entre 150 000 et 200 000 £). Même en y ajoutant une part des bénéfices extraordinaires provenant des émissions ou conversion d’emprunts, bénéfices extraordinaires dont le total fluctue entre 200 000 et 300 000 £, il est clair que la banque dépend de moins en moins de ses relations avec l’État.

  • 75 AN, 207 AQ, 27 G 6 (F) - Note juin 1917.

57Par contre la part provenant de l’activité de banque commerciale ne cesse de croître et devient maintenant prépondérante. Dès 1903 elle représente, à 403 000 £, plus de la moitié des profits bruts pour atteindre, à 744 000 £, les deux tiers de ceux-ci en 1907. La nouvelle orientation donnée à la banque n’a donc pas tardé à porter ses fruits75.

  • 76 AN, 207 AQ, 177 - Rapport sur l’exercice 1907.

58Les agences ouvertes à partir de 1904 deviennent très vite bénéficiaires. Elles présentent 27 000 LT de profits nets en 190776. Les résultats des agences d’Egypte accusent des variations de grande amplitude. Ils témoignent des conditions difficiles d’exploitation en ce pays, où les placements sont concentrés sur un seul produit, le coton, sujet à de vives spéculations et où l’âpreté de la concurrence oblige à prendre des risques élevés. Certaines années (1902-1904) la banque est obligée de constituer de très importantes provisions. Les profits atteignent un sommet en 1905 à 86 780 LT (près de 13 % des bénéfices nets de la banque avant affectation aux réserves internes). Mais les restrictions imposées par le Comité se traduisent par une baisse sensible des résultats pour les exercices suivants (65 140 LT en 1907).

  • 77 AN, 207 AQ, 174-177 - Rapports sur les exercices 1901-1907.

59Les bénéfices publiés (après affectation aux réserves internes) passent de 333 446 £ en 1901 à 519 927 au 31 décembre 1907, permettant de porter progressivement le dividende de 5 à 9 %. Pour remarquable que soit cette hausse, on ne fait encore que retrouver le niveau de 1883. Pendant la même période, les réserves sont passées de 1 407 000 £ à 3 161 000 £ (dont 946 200 contre 700 400 de réserve statutaire)77. Cette augmentation considérable était jugée nécessaire pour auto-financer le développement de la banque.

60Celle-ci aborde donc l’année 1908, qui apparaît déjà pleine de dangers, dans une situation de grande solidité.

Notes

1 A. Mey.

2 A. Mey. PV du comité vol. 6 - 11 janvier 1901.

3 A. Mey. PV du comité vol. 6, 9 et 16 août 1901.

4 AN, 207 AQ, 117 C120 - DG à comité, 3 octobre 1901.

5 A. Mey. PV du comité vol. 6, 11 octobre 1901.

6 A. Mey. PV du comité vol. 6, 16 mai 1902 et vol. 7 - 24 octobre 1902.

7 AN, 207 AQ, 117 C120 - Lang à comité, 6 janvier 1902.

8 AN, 207 AQ, 117 C120 - DG à grand vizir Sait Pacha, 6 janvier 1902.

9 J. Thobie, op. cit. p. 233.

10 A. Mey. PV du comité vol. 7-21 et 28 novembre 1902.

11 AN, 207 AQ, 109 C109 b - correspondance Siemens - Berger.

12 J. Thobie, op. cit. p. 236.

13 A. Mey. PV du comité vol. 6-31 janvier 1902.

14 A. Mey. PV du comité vol. 7-19 décembre 1902, 2 et 31 janvier 1903.

15 Détail des négociations complexes dans J. Thobie, op. cit. p. 236-252.

16 A. Mey. PV du comité - vol. 7-31 décembre 1903 et vol. 8 - 24 juin et 23 décembre 1904 - 26 mai 1905.

17 J. Thobie, op. cit. p. 252.

18 A. Mey. PV du comité vol. 7 - 26 octobre, 6, 20 et 27 novembre 1903.

19 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 14 décembre 1906.

20 AN, 207 AQ, 286 D135 - Contrat du 8 mai 1905 et D136 actes syndicaux.

21 AN, 207 AQ, 286 D136 - Compte de liquidation et A. Mey. PV du comité vol. 8 - 23 juin 1905.

22 AN, 207 AQ, 288 D139 - DG à comité, 30 octobre 1905.

23 AN, 207 AQ, 50P3 - Notes des 14, 15 et 21 mars 1904.

24 AN, 207 AQ, 285 D132 - Contrat du 21 juin 1906 et D133 acte syndical.

25 AN, 207 AQ, 50 P3 - Note du 23 juillet 1905.

26 AN, 207 AQ, 285 D133 - Comptes.

27 A. Mey. PV du comité vol. 9-5, 12 et 26 juillet 1907.

28 A. Mey. PV du comité vol. 9 - 25 septembre 1908 et J. Thobie, op. cit. p. 264.

29 AN, 207 AQ, 23 - G. Auboyneau à Deffes, 23 octobre 1908.

30 Texte in AN, 207 AQ, 204 T1.

31 AN, 207 AQ, 117 C121 - Rapport Cartali, inspecteur général, 3 mai 1903.

32 AN, 207 AQ, 117 C121 - DG à comité, 30 avril 1903 et Cartali à DG, 5 mai 1903.

33 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Note historique du 19 août 1910.

34 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Deffès à G. Auboyneau, 26 février 1905.

35 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - G. Auboyneau à Barry, directeur de BIO Londres, 30 mars 1905.

36 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Deffès à G. Auboyneau, 27 mars 1905 et note de l’ambassade d’Allemagne.

37 AN, 207 AQ, 206 T4 ter.

38 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Note historique du 19 août 1910.

39 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Etat des recettes et dépenses des trois vilayets de Roumélie.

40 AN, 207 AQ, 206 T4 ter - Note du 19 août 1910.

41 J. Thobie, op. cit. p. 161 - 4 et 385 - 6.

42 A. Mey. PV du comité vol. 7 - 24 octobre 1902.

43 AN, 207 AQ, 373 - AE à BIO, 6 janvier 1907.

44 AN, 207 AQ, 373 - Contrat du 8 janvier 1907.

45 AN, 207 AQ, 373 - Duparchy à BIO, 24 décembre 1906 et 10 janvier 1907.

46 A. Mey. PV du comité vol. 10 - 23 décembre 1910.

47 AN, 207 AQ, 50 P3 - A. Nias à G. Auboyneau, 5 novembre 1906.

48 A.Ist PV des comités de direction 3 - 9 mars 1906.

49 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 8 juin 1906.

50 A. Mey. PV du comité - vol. 7, 8 janvier 1904 - Rapport Deffès.

51 AN, 207 AQ, 117 C121 - DG à comité, 2 décembre 1903.

52 AN, 207 AQ, 117 C121 - DG à comité, 4 novembre 1903.

53 AN, 207 AQ, 118 C122 - DG à comité, 4 mars 1904.

54 AN, 207 AQ, 118 C122 - Rapport Letayf, directeur de la BIO Salonique, 4 avril 1904.

55 AN, 207 AQ, 119 C123 - DG à comité, 7 décembre 1905.

56 AN, 207 AQ, 118 C122 - DG à comité, 30 juin 1904.

57 AN, 207 AQ, 119 C123 - Rapport Hanemoglou, directeur de la BIO Beyrouth, 2 août 1905.

58 AN, 207 AQ, 119 C123 - DG à comité, 11 mars 1905.

59 A. Mey. - Etude sur le rôle de banque d’Etat de la BIO décembre 1905, IIe partie - ch. 9.

60 AN, 207 AQ, C123-DG à comité, 21 décembre 1905.

61 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 4 avril 1906.

62 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 4 mars 1906.

63 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 12 janvier 1906.

64 AN, 207 AQ, 119 C123 - DG à comité, 17 juillet 1905.

65 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 17 mars 1906.

66 AN, 207 AQ, 120 C124 - DG à comité, 26 juin 1906.

67 AN, 207 AQ, 119 C123 - DG à comité, 3 juillet 1905.

68 AN, 207 AQ, 121 C126 - DG à comité, 21 mars 1908.

69 AN, 207 AQ, 120 C125 - DG à comité, 26 juillet 1907.

70 AN, 207 AQ, 50 P3 - Note, 7 mai 1907.

71 A. Mey. PV du comité vol. 8 - 24 mars 1905.

72 AN, 207 AQ, 175 - Rapport sur l’exercice 1903.

73 A. Mey. - Assemblées générales et bilans.

74 A. Mey. - Assemblées générales et bilans et AN, 207 AQ, 174-177. - Rapports sur les exercices 1901-1907.

75 AN, 207 AQ, 27 G 6 (F) - Note juin 1917.

76 AN, 207 AQ, 177 - Rapport sur l’exercice 1907.

77 AN, 207 AQ, 174-177 - Rapports sur les exercices 1901-1907.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search