Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Chapitre VIII. Chute et relèvement

Texte intégral

La crise d’octobre 1895

  • 1 AN, 207 AQ, 172 - Rapport sur le 1er semestre 1895.

1L’année 1895 débuta sous des auspices favorables. L’amélioration de la situation économique internationale se concrétisa par la reprise des transactions commerciales et la hausse des prix des produits agricoles. Ceux du blé et des raisins, les deux principaux articles d’exportation de la Turquie, augmentèrent respectivement de 27 % et de 100 % entre le 30 juin 1894 et le 30 juin 1895. Les résultats de la banque en Orient pour le 1er semestre faisaient ressortir un bénéfice de 340 000 LT dont 240 000 à Constantinople et 100 000 dans les agences1.

  • 2 AN, 207 AQ, 172 - Rapport sur le 1er semestre 1895.
  • 3 AN, 207 AQ, 171 - Rapport sur l’exercice 1894 et 207 AQ 189, rapport G. Auboyneau à Ch. Mallet, 9 n (...)
  • 4 AN, 207 AQ, 189 - Paris à Constantinople, 25 avril 1895 et Constantinople à Paris, 9 mai 1895.

2La reprise des affaires n’avait cependant pas fait disparaître tout motif d’inquiétude. Le marché de Constantinople commençait à éprouver un certain manque de liquidités, dû en partie aux exportations de capitaux qu’entraînait l’engouement du public pour les placements en valeurs étrangères et cet engouement, se portant aussi sur les valeurs locales, avait provoqué une flambée des cours de bourse2. Il est certain que la banque favorisa la spéculation par un développement excessif de ses avances sur titres qui passèrent de 2 265 000 LT au 31 décembre 1894 à 3 400 000 LT au 30 septembre 1895, à quoi on doit ajouter à cette dernière date 643 000 LT de reports sur titres. Malgré les efforts de la direction générale pour freiner l’expansion des placements, financés en partie par des emprunts à Paris et à Londres et par une diminution des encaisses, les directions des succursales tenaient peu de compte de ces recommandations3. D’ailleurs la direction générale elle-même, entraînée par l’euphorie universelle, privilégiait les avances sur titres, les considérant comme très bien garanties. Le Comité cependant s’était inquiété dès le mois d’avril du niveau atteint par cette catégorie de risques. À la direction générale qui se fiait à l’importance des marges (de 15 à 50 %), il avait objecté : « En temps de crise, tout repose sur la valeur et le crédit du débiteur »4. Maxime souvent oubliée. L’avenir n’allait pas tarder à en montrer la pertinence.

  • 5 AN, 207 AQ, 49 P1 - Vincent à Berger, 10 octobre 1895.

3En octobre, une crise boursière éclata à Londres, provoquant la baisse, non seulement des actions des mines d’or, sur lesquelles s’était surtout portée la spéculation, mais de l’ensemble de la cote. De nombreux titres s’effondrèrent. L’action BIO tomba de 21 £ à 10 £ entre septembre et décembre. Faisant montre tout à coup d’une prudence peut-être excessive, les banques anglaises cessèrent d’accepter à l’escompte les tirages des banques étrangères, exceptant toutefois la BIO de cette mesure, en tant qu’établissement anglais5.

  • 6 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 2 novembre 1895.
  • 7 AN, 207 AQ, 278 D116.
  • 8 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 13 novembre 1895.
  • 9 AN, 207 AQ, 189 - BIO Damas à DG, 8 novembre 1895.

4Ces événements ne pouvaient manquer d’avoir des répercussions à Constantinople et d’y provoquer une crise analogue. Tout d’ailleurs y contribuait : le resserrement monétaire, patent depuis plusieurs mois ; les engagements excessifs de la place en valeurs locales et étrangères ; la situation financière du Trésor ; la situation politique générale. Comme la banque l’avait redouté, le Trésor était aux abois, incapable d’honorer les factures des fournisseurs d’armes6. Le gouvernement avait finalement donné son accord pour porter à 10 500 000 LT l’emprunt à l’étude depuis plusieurs années, destiné à la conversion des obligations douanes, ce qui lui eût procuré des ressources appréciables7. Mais, cette émission, la baisse des fonds turcs la rendait maintenant impossible. Quant à la situation politique, les troubles provoqués par les revendications des Arméniens s’étendaient dans les provinces orientales et même dans la capitale. Des soulèvements étaient signalés à Sivas, à Erzeroum, des incidents entre chrétiens et musulmans éclataient à Constantinople8. Enfin en Syrie les Druses s’insurgeaient et le gouvernement était obligé d’envoyer des renforts dans la région9.

  • 10 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau à Ch. Mallet, 9 novembre 1895.

5Dans ces conditions, la liquidation d’octobre à la bourse de Galata s’annonçait des plus difficiles. S’il était possible de contraindre les spéculateurs à liquider, même à perte, leurs positions en valeurs étrangères, il n’en était pas de même pour les valeurs locales, les acheteurs se dérobant. Pour éviter l’effondrement du marché, la BIO accepta de reporter environ 30 000 titres de diverses sociétés turques à trois maisons de courtage, soit environ la moitié de leurs engagements et de leur consentir des avances pour le solde. Ces reports étaient faits à des cours théoriques, fixés de façon à ne pas ébranler la confiance en faisant apparaître de fortes baisses10.

  • 11 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau à Ch. Mallet, 9 novembre 1895.
  • 12 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 2 novembre 1895.
  • 13 AN, 207 AQ, 189 - Situation du siège central au 30 septembre 1895.
  • 14 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau, 9 novembre 1895.

6Malgré l’effort consenti par la banque pour soutenir les cours, la liquidation de fin octobre « se présentait comme un véritable désastre »11. L’inquiétude du marché fut accrue par des rumeurs défavorables au sujet de la situation de la BIO elle-même, rumeurs auxquelles la baisse de ses actions donnait une apparence de fondement. Son portefeuille contenait, disait-on, un grand nombre de valeurs minières du Transvaal, très affectées par le krach. (On a vu plus haut qu’elle était leur importance réelle dans l’ensemble de l’actif.) Elle avait consenti des avances importantes sur des actions de sociétés locales auxquelles l’effondrement de la bourse de Galata avait enlevé une grande partie de leur valeur. Enfin, son encaisse était dangereusement réduite et insuffisante pour couvrir ses engagements12. Il est vrai que l’imprévoyance de la direction pendant le congé de sir Edgar Vincent avait laissé l’encaisse-or tomber à un faible niveau. De 1 023 000 LT le 11 septembre, elle était descendue à 565 000 le 18 octobre, face à une circulation de billets qui dépassait 1 100 000 LT et des comptes courants à vue de plus de 500 000 LT13. C’est de ces derniers que devait venir le véritable danger14.

  • 15 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 2 novembre 1895.

7Toutes ces rumeurs auraient été répandues par les milieux arméniens, qui dans leur lutte contre les autorités cherchaient à créer des difficultés au gouvernement à travers la banque d’émission. En tout cas, telle demeura la conviction de la direction de la banque15.

  • 16 AN, 207 AQ, 189 - Vincent à Berger, 31 octobre 1895.
  • 17 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau, 9 novembre 1895.
  • 18 AN, 207 AQ, 189 - Vincent à Berger, 2 novembre 1895.

8Les retraits de fonds commencèrent le 25 octobre et prirent tout de suite une grande ampleur. Au soir du samedi 26 octobre, l’encaisse-or était tombée à 424 000 LT 16. Le mouvement se poursuivit durant toute la semaine et dans la nuit du16 au 2 novembre Vincent obtint du conseil des ministres l’établissement d’un moratoire ajournant à six mois le règlement des dettes. Si cette mesure apportait au marché un réel soulagement en retardant la liquidation boursière, elle allait accroître les difficultés de la banque dont les créances se trouvaient moratoriées alors que son passif demeurait immédiatement exigible17. Quant à l’or envoyé de l’étranger, dès que la situation critique de l’encaisse eut été connue, seules 50 000 LT en provenance d’Égypte étaient arrivées à Constantinople le 3 novembre18.

  • 19 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 5 novembre 1895.
  • 20 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau, 9 novembre 1895.
  • 21 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 6 novembre 1895.
  • 22 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à F. Auboyneau, 7 novembre 1895.
  • 23 AN, 207 AQ, 189 - Vincent à Berger, 2 novembre 1895.
  • 24 AN, 207 AQ, 189 - Ministère des Finances à BIO, 30 octobre/12 novembre 1895.

9À l’ouverture des guichets le lundi 4 novembre, la foule se pressa à nouveau aux caisses de la banque. On dut faire appel à d’importantes forces de police pour la canaliser, tandis que le personnel recourait à toutes sortes de manœuvres pour ralentir les sorties d’espèces19. L’or reçu d’Égypte fut presque entièrement absorbé par le Crédit lyonnais, dont l’attitude pendant cette crise fut fort peu coopérative, en échange de son encaisse de bank-notes20. Le 5 au soir l’encaisse était tombée à 60 000 livres, dont 45 000 en napoléons que le public refusait21. Sauf à risquer la fermeture des caisses, on ne pouvait plus éviter le cours forcé. Aussi, malgré l’opposition du Comité mal informé de la situation réelle, le directeur général se résigna le lendemain à solliciter du gouvernement cette mesure22. Celui-ci était résolu à aider la banque à surmonter ses difficultés. Le conseil des ministres décréta le cours forcé pour une durée d’un mois, suffisante pour la réception de l’or expédié de Londres et de Paris (300 000 LT étaient en route ou en cours de déchargement)23. Ordre était en même temps donné aux caisses publiques de continuer à accepter au pair les billets de la banque. Enfin, afin de témoigner publiquement sa confiance dans la BIO, le gouvernement prorogea de douze ans la durée de sa concession, dont l’expiration était maintenant reportée en 192524.

  • 25 AN, 207 AQ, 189.

10Ces mesures eurent sur l’esprit du public l’effet le plus heureux. Rassurés sur la solvabilité de l’institut d’émission, les déposants cessèrent presque immédiatement de retirer leurs fonds. La banque put donc ne pas se prévaloir du cours forcé et continua à assurer l’échange de ses billets. Le 13 novembre sir Edgar Vincent informa le comité que « the run appears to be practically at the end »25.

  • 26 AN, 207 AQ, 189 - Vincent à Hottinguer, 16 novembre 1895.
  • 27 AN, 207 AQ, 189 - Contrat du 22 novembre 1895 et Robertson, directeur de la BIO Londres à Vincent, (...)

11Pendant toute la durée de cette crise, la province était restée calme. Ce n’est qu’à Beyrouth que la banque eut à faire face à des retraits de quelque importance26. Il incombait aux sièges de Paris et de Londres de financer les envois d’or et d’honorer à leurs échéances les tirages sur leur caisse des agences d’Orient. La couverture en était normalement fournie par les achats de change de ces mêmes agences. Mais la crise et le moratoire qui s’ensuivit ayant amené l’interruption des transactions, cette couverture ne put être assurée. À Paris un crédit de 22 millions F (880 000 £) fut accordé à la banque par les membres du Comité. À Londres, on emprunta 777 000 £27. En mars ces avances avaient été entièrement remboursées.

  • 28 A. Mey. Assemblées générales des 26 juin 1895 et 30 juin 1896 et AN, 207 AQ, 171 - Rapport sur l’ex (...)

12Les comptes de l’exercice reflétèrent les conséquences de la crise. Le total du bilan diminua de près d’un million £ (18 759 000 £ contre 19 604 000). Les comptes de trésorerie (caisse, placements à court terme, effets à recevoir) se contractent à eux seuls de 800 000 £. Au passif, la circulation de billets recule de plus de 200 000 livres et les dépôts à échéance de près de 400 000. Sur des profits de 656 954 £ (contre 741 932 £ en 1894) près de la moitié fut affectée aux provisions et aux réserves et le dividende fut réduit à 6 % (contre 8 %)28.

  • 29 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger 2 et 9 novembre 1895.
  • 30 Gaston Auboyneau (1865-1911) fils de Frank Auboyneau entré à la BIO Paris en 1886. Secrétaire du co (...)
  • 31 A. Mey. PV du comité vol. 3. 1 et 7 février 1896.

13La crise avait mis en lumière de graves insuffisances dans l’administration de la banque en Orient ; l’autorité y était toute concentrée entre les mains de sir Edgar, et il n’y avait pas de réelle unité entre ses collaborateurs les plus proches, aux attributions d’ailleurs mal définies. Une fois la situation stabilisée, une réorganisation de la direction générale fut décidée par le Comité. On maintint Sir Edgar dans ses fonctions jusqu’à l’expiration de son mandat en octobre 1897. On ne voulut pas lui infliger l’humiliation d’un congédiement brutal, mais sa position était bien affaiblie. Il avait d’abord paru à l’envoyé du comité, Gaston Auboyneau, « parfaitement calme et maître de lui. C’est par un “morituri te salutant” qu’il m’a souhaité la bienvenue. » Mais quelques jours plus tard, ébranlé par les attaques dont il était l’objet à Constantinople et conscient de ses responsabilités dans la crise, il n’avait pu retenir ses larmes en évoquant ses ambitions déçues, sa réputation ruinée29. Il s’était repris par la suite, faisant face avec courage à la situation. Son rôle fut désormais limité aux relations avec le gouvernement, tandis que les agences d’Orient étaient placées sous la responsabilité de Gaston Auboyneau, nommé directeur général adjoint30. Les deux directeurs généraux, avec les deux directeurs dont les attributions étaient clairement définies (opérations du siège – comptabilité et administration) constituaient ensemble un conseil de direction collectivement responsable devant le comité à qui seraient transmis les procès-verbaux de ses délibérations31.

  • 32 A. Mey. PV du comité vol. 3. 7 et 28 février 1896.

14La banque venait de souffrir de l’insuffisance de sa liquidité. Il importait donc de rééquilibrer sans tarder la trésorerie par une réduction à la fois du portefeuille-titres et des placements commerciaux. Afin d’alléger son portefeuille sans avoir à procéder immédiatement à des ventes massives sur des marchés convalescents, la banque céda en février 1896 la plus grande partie de ses obligations Smyrne-Cassaba et Salonique-Constantinople pour une valeur totale de 19 372 500 L à une société constituée à Bruxelles à cet effet : la Société financière d’Orient au capital de 10 000 000 L. La banque figurait elle-même pour 20 % dans le capital de cette société aux côtés de 34 autres actionnaires recrutés parmi ses associés habituels et dont les principaux étaient : la banque Bardac (16 %), la Société générale, Bleichröder, le comte Vitali de la Régie générale des Chemins de fer, Bethmann frères de Lrancfort. La financière d’Orient continua par la suite à jouer un rôle aux côtés de la BIO dans diverses opérations financières32.

  • 33 AN, 207 AQ, 189 - Constantinople à Paris, 11 décembre 1895.
  • 34 AN, 207 AQ, 172 - Rapports sur l’exercice 1895 et le 1er semestre 1896.

15Simultanément la réduction des placements, amorcée dès la fin de 1895, fut poursuivie avec vigueur, en particulier dans les agences de Turquie, malgré les réticences au début des directions locales33. Au 30 juin 1896, le total des en-cours de crédit dans l’ensemble des agences ne s’élevait plus qu’à 2 500 000 LT contre 4 795 000 un an plus tôt, soit une baisse de 47 % (il avait atteint 6 457 000 LT au 31 octobre 1895). Dans certaines localités la réduction avait été beaucoup plus forte : 95 % à Konia, 82 % à Aïdin, 75 % à Damas, 72 % à Trébizonde, 70 % à Bagdad. Par contre l’Égypte, moins touchée par la crise, avait été relativement épargnée : 31 % de baisse seulement à Alexandrie. Quant aux retraits du public, ils atteignaient 56 % à Chypre, 44 % en Bulgarie, 42 % en Turquie34.

  • 35 AN, 207 AQ, 172 - Rapport sur le 1er semestre 1896.

16En juillet le Comité estimait qu’il convenait d’arrêter le mouvement. Mais les dégâts étaient considérables. La direction générale évaluait le total des pertes probables à 245 000 livres, concentrées principalement à Beyrouth, Smyrne, Alep, Samsoun. Passant en revue l’ensemble du réseau, elle prévoyait que les agences de l’intérieur dégageraient désormais peu de bénéfices et qu’il faudrait « centraliser notre action dans celles qui sont établies dans un port de mer », principalement à Alexandrie, Smyrne, Salonique, Beyrouth, ainsi qu’au Caire. Elle préconisait enfin de réduire l’activité de certaines autres agences aux opérations du Trésor public et de fermer quelques implantations parmi les plus modestes35. Après l’expansion, peut-être trop rapide, des années précédentes, venait le temps de la reconcentration sur les principales places commerciales.

  • 36 AN, 207 AQ, 114 - Constantinople à Paris, 14 octobre 1897.
  • 37 A. Lon. IOB committee minutes, 25 mai 1898.

17La liquidation de l’agence de Bagdad fut aussi un moment envisagée. La surveillance, du fait de son éloignement, en était difficile et le service de trésorerie de l’État, qui impliquait d’importantes remises de fonds à Constantinople, onéreux. Sa fermeture aurait permis d’employer ailleurs – par exemple à Alexandrie – les capitaux (une centaine de milliers LT) investis à Bagdad36. Mais le gouvernement ne pouvait manquer de s’opposer à la disparition de ce lien essentiel entre la Mésopotamie et le reste de l’empire37.

  • 38 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau à Ch. Mallet, 9 novembre 1895.

18À Constantinople, la majeure partie des crédits consentis par la banque avait servi à financer directement la spéculation boursière. Une proportion notable du capital de diverses entreprises locales se trouvait de ce fait entre les mains de la BIO, soit dans son portefeuille, soit surtout à titre de gage. La banque détenait ainsi 57 % du capital de la société des Assurances, 75 % de celui de la société des Cigarettes, plus de 50 % de la Commercial Co. of Salonica (affaire de négoce du tabac). Dans l’état actuel du marché, ces titres étaient invendables. La banque n’eut donc la plupart du temps d’autre ressource que de les prendre pour elle-même en apurement de ses créances38. Toutefois, elle n’avait nullement l’intention de jouer un rôle actif dans les entreprises dont elle se trouvait provisoirement et de manière fortuite détenir le contrôle. Son action jusqu’ici s’était toujours bornée en matière industrielle au lancement d’entreprises et au placement de leurs titres. Aussi son seul objectif fut-il de se débarrasser de ses participations le plus rapidement possible. Au bout de quelques années, tout ce portefeuille se trouva liquidé, la BIO ne conservant d’intérêts significatifs que dans la société d’Assurances ottomanes.

19Les comptes de 1896 et plus encore ceux de 1897 accusèrent durement les séquelles de la crise. Les résultats avant réserves et provisions tombent à 430 509 £, puis à 307 279 £, le dividende étant ramené à l’intérêt statutaire de 5 %. Encore ces résultats sont-ils obtenus d’une part grâce aux profits exceptionnels de l’émission de l’emprunt 1896 (42 000 £) d’autre part parce que la plus grande partie des pertes enregistrées sur les placements et le portefeuille-titres avaient été prélevées sur les réserves, diminuées de 1 937 900 £ pour ces deux exercices. Fin 1897, ces réserves ne s’élèvent plus qu’à 1 254 000 £. Les effets de la gestion de Sir Edgar Vincent sont effacés et on se trouve ramené huit ans en arrière.

  • 39 AN, 207 AQ, 172 - Rapports sur les exercices 1895 et 1896 et AQ 174 - Rapport sur l’exercice 1901.

20Quant au bilan, il se dégonfle brutalement de 18 759 000 £ en 1895 à 13 497 000 £ deux ans plus tard. Les comptes courants créditeurs – qui comprennent aussi les réserves internes – tombent de 9 814 000 £ à 5 044 000, perdant donc, compte tenu des prélèvements sur les réserves, plus de 2 800 000 £ de dépôts du public, tandis que les dépôts à échéance fixe reculent de 40 % à 649 000 £ contre 1 073 000 £. Par contre la direction générale enregistre avec une légitime satisfaction que « la circulation de nos billets n’a subi que de légères variations, marquant ainsi le maintien de la confiance publique »39. Le chiffre de 1897 (691 000 £) dépasse d’ailleurs celui de 1895 (625 000 £). On peut en déduire que la chute des dépôts était surtout la conséquence du dégonflement de la bulle financière et des pertes subies par les spéculateurs.

  • 40 AN, 207 AQ, 189.

21La chute encore plus forte des placements, évoquée plus haut, témoigne des sacrifices imposés par la banque à ses débiteurs. À ce prix, il fut possible de faire face à tous les remboursements et de rétablir une liquidité satisfaisante (23,5 % du total du bilan en 1897 contre 14,5 % en 1895). Mais la clientèle ainsi pressée en conserva un profond ressentiment. Dès le 7 novembre 1895, Gaston Auboyneau avait écrit à Berger : « Vous ne sauriez imaginer ce qu’il y a de haines accumulées contre les personnes qui vous représentent ici »40. Beaucoup accusaient les dirigeants de la banque d’avoir par leurs conseils encouragé la spéculation et d’être responsables des pertes subies lors du krach.

  • 41 A. Mey. Assemblée générale du 30 juin 1896.

22La BIO avait tout de même réussi à surmonter cette crise, la plus grave qu’elle avait jusqu’à présent subie, ainsi que devait le souligner son président avec satisfaction41. Mais un coup d’arrêt avait été donné à son expansion, et il faudrait encore plusieurs années avant que les conséquences des événements de 1895 soient entièrement effacées.

23Un effet secondaire, mais non sans portée, de la crise de 1895 fut pour la Banque ottomane la quasi-disparition de toute concurrence. Déjà, en 1880, la formation du Consortium avait associé durablement à ses entreprises la plupart des banques françaises intéressées par les affaires orientales, et on a vu plus tard naître la collaboration avec la Deutsche Bank. Quant aux banquiers de Galata, la plupart d’entre eux ne survécurent pas à la crise d’octobre. Face à la BIO et à son groupe, un unique rival pour le moment demeure : le Crédit lyonnais.

L’emprunt de 1896

  • 42 A. Mey. PV du comité vol. 3, 7 février 1896.
  • 43 A. Mey. PV du comité vol. 3, 21 février 1896.

24On prévoyait qu’en 1895 le Trésor aurait beaucoup de difficultés à équilibrer ses comptes, car les ressources que lui avaient procurées les émissions d’emprunt des années précédentes étaient maintenant épuisées. En outre, vers la fin de l’année, les troubles dans les provinces avaient entraîné un surcroît de charges : mobilisation de réservistes, etc. tandis que les rentrées d’impôts avaient fléchi au-dessous de leur chiffre habituel. Aussi ne fut-ce point une surprise lorsqu’au début de 1896 le gouvernement demanda à la banque de se charger de toute urgence du placement d’un emprunt de 3 millions LT au taux de 5 %. Il proposait en même temps d’utiliser une partie de cet emprunt pour rembourser certaines avances de la banque. Le Comité se montra tout d’abord très réticent. Cet emprunt n’aurait, pensait-il, aucune chance d’être bien accueilli par les marchés, encore sous le coup de la crise boursière qui les avait secoués quelques mois auparavant42. Toutefois, devant l’insistance du gouvernement et conscient des pressants besoins d’argent du Trésor, il finit par donner son accord tout en regrettant le taux de 5 % qui pourrait porter préjudice aux emprunts existants43. En vue d’améliorer les garanties de l’emprunt, la banque obtint que la gestion et non simplement l’encaissement des revenus affectés – diverses taxes et dîmes – fût confiée à l’Administration de la Dette publique.

25Le contrat, signé le 12 mars 1896, fixait le montant de l’emprunt à 2 975 200 £ en 148 760 obligations de 20 £. La banque prit la totalité de l’emprunt à 84 % net, produisant pour le Trésor 2 749 086 LT. 43 260 obligations furent réservées pour servir de gage à l’avance statutaire. Le solde fut mis en syndicat à 88 %. Outre la BIO, le syndicat comprenait ses associés habituels : Société générale et Comptoir d’Escompte, ainsi qu’une participation non négligeable (340 000 £) de la place de Londres.

  • 44 AN, 207 AQ, 281 D121.

26Offerts le 18 mai à 96 %, ces titres ne rencontrèrent pas la faveur du public. Malgré l’importance de l’élément anglais dans le syndicat, toutes les souscriptions vinrent de Paris mais ne portèrent en tout que sur 47 676 titres. Les 57 824 obligations restantes durent être réparties entre les membres du syndicat44. Cet échec va fermer pendant plusieurs années aux emprunts de la Turquie l’accès aux marchés financiers.

  • 45 AN, 207 AQ, 172 - Rapport sur le 1er semestre 1896.

27Le soulagement apporté par cette opération à la situation du Trésor était d’ailleurs des plus limités. Après règlement d’un certain nombre de dettes antérieures, l’Etat ne put disposer que de 707 682 LT d’argent frais. Aussi devra-t-il bientôt recourir à des avances à court terme auprès de prêteurs divers, et la dette flottante se gonflera à nouveau. L’agitation arménienne persistante obligeait à maintenir à un niveau élevé les effectifs de l’armée. Conscient que le maintien de son crédit dépendait du respect des engagements contractés envers ses créanciers, le gouvernement les honora avec ponctualité, au prix d’une réduction des dépenses civiles au détriment des fournisseurs et des agents de l’État. Le mécontentement montait et l’autorité se dégradait. La direction générale de la BIO signale le 20 août 1896 un sentiment général de malaise dû, selon elle, « à l’annihilation chaque jour plus sensible du pouvoir gouvernemental »45.

  • 46 AN, 207 AQ, 114 - Vincent à comité 19 et 21 septembre 1896.

28Dans ces conditions, sir Edgar Vincent se crut autorisé à prendre des initiatives d’ordre politique et à formuler, officieusement puis officiellement, certaines recommandations. Le marquis de Ploeuc n’avait-il pas agi de même en son temps et, à une date plus récente, Morgan Foster ? Dans un premier temps, au cours d’entretiens avec Izzet Bey, secrétaire du sultan, il insista sur la nécessité de changements au plus haut niveau de l’administration, préalable à toute tentative de rétablir les finances de l’Empire. Le ministère devait inspirer confiance à l’Europe ; or le grand vizir Halil Rifat Pacha était, à son avis, tout à fait incompétent. La question arménienne était à l’origine de toutes les difficultés de l’heure, tant par les troubles qu’elle engendrait que par les interventions des puissances étrangères en faveur de réformes politiques. Il conseillait de faire à ces interventions la réponse suivante : « Nous sommes prêts à réaliser ces réformes, mais nous n’en avons pas les moyens financiers. Donnez-les nous, ou dites-nous comment les obtenir, et les réformes seront accomplies »46. Mais ces ressources nouvelles, par le canal par exemple d’un emprunt garanti internationalement dont il fut un moment question, risquaient d’entraîner un contrôle étranger sur les finances, ce que le sultan était plus que jamais résolu à ne pas accepter. Il ne croyait d’ailleurs pas à la détermination des puissances dans leurs demandes de réformes (en quoi il ne se trompait pas). Aussi les recommandations de Sir Edgar Vincent furent-elles ignorées.

  • 47 AN, 207 AQ, 243.

29Ce dernier tenta en décembre 1896 un nouvel effort, en adressant à Abdul-Hamid, de la manière la plus officielle, un « rapport sur la situation financière de la Turquie »47. Il s’y livre tout d’abord à une longue critique des méthodes suivies dans la gestion des finances publiques. Budgets confus et trompeurs, qui mentionnent des recettes qui ne seront jamais perçues et des dépenses qui ne seront jamais payées. Absence d’annualité budgétaire, les revenus et les charges étant rattachés aux exercices dans lesquels ils ont été prévus, et non à ceux d’encaissement ou de paiement effectif. Absence de contrôle sérieux sur les dépassements de dépenses, le ministre des Finances n’ayant à peu près aucune autorité sur ses collègues dépensiers. Il est bien difficile dans ces conditions de connaître le montant exact des recettes et des dépenses et par conséquent le chiffre du déficit. Par rapprochement avec les fluctuations du montant de la dette, sir Edgar estime à une moyenne annuelle de 1 million LT le déficit des années 1890-1895. Il tente ensuite de calculer ce que pourrait être un budget normal (abstraction faite des revenus et des charges gérés par l’Administration de la Dette). Face à des recettes qu’il évalue à 13 961 700 LT, les dépenses s’élèveraient à 15 354 000 LT dont :

Dépenses civiles

         4 250 000

Dépenses militaires            

7 864 000

Liste civile

900 000

Dette publique

2 340 000

soit un déficit de 1 392 300 LT, qu’il arrête en définitive à 1 million et demi en chiffre rond.

30L’examen de ces chiffres appelle deux observations de la part de sir Edgar :

  • il y à déséquilibre entre les dépenses militaires et les dépenses civiles : 65 % contre 35 %, alors que les pourcentages correspondants sont de 47 contre 53 en Allemagne et en Russie ;

  • le prélèvement fiscal est très faible dans l’Empire ottoman. Rapportées à une population d’environ 20 millions d’habitants, les recettes totales (y compris celles perçues par l’Administration de la Dette) s’élèvent à 16 500 000 LT et ne représentent que 82 piastres et demie par personne contre 157 en Roumanie, 170 en Egypte, 181 en Grèce.

31Pour conclure, afin de combler le déficit, le directeur général, après avoir proposé diverses mesures d’ordre administratif tendant à améliorer la comptabilité publique, insiste tout particulièrement sur la réduction des dépenses militaires et l’augmentation des recettes douanières par une lutte déterminée contre la contrebande.

  • 48 Poulgy, op. cit. p. 124 nº 1.

32Ces conseils étaient peu réalistes. La réduction des dépenses militaires, obsession depuis longtemps des dirigeants de la BIO, eût été une imprudence pour un empire constamment menacé par tous ses voisins. Le déséquilibre du budget tenait à la modicité de la charge fiscale, due à un système archaïque où l’impôt reposait essentiellement sur l’agriculture et où, par l’effet entre autres des capitulations, de larges secteurs de l’activité économique se trouvaient soustraits à tout prélèvement. Aucune suite ne fut d’ailleurs donnée au rapport de sir Edgar Vincent48.

L’incident du 26 août 1896

33Depuis les troubles de 1895, l’agitation n’avait pas cessé parmi la population arménienne de l’empire. Les dirigeants des deux principaux mouvements révolutionnaires, Hentchak et Dachnak, cherchaient, par la multiplication d’incidents violents, à attirer l’attention de l’opinion internationale sur les revendications arméniennes et à provoquer l’intervention en leur faveur des États étrangers.

  • 49 K. Gürün, « Le dossier arménien », Sté Turque d’histoire, 1983 p. 196-199.

34Au printemps 1896, la Dachnak décida d’entreprendre à Constantinople une action terroriste d’envergure. Il s’agissait d’attaquer simultanément la Sublime Porte, divers commissariats de police et enfin le siège de la Banque ottomane à Galata. En s’en prenant à cet établissement, institut d’émission de l’Empire et chef de file des intérêts financiers étrangers en Turquie, les Arméniens espéraient susciter en Occident une émotion favorable à leurs objectifs. Après environ trois mois de préparation, on décida d’agir le 26 août 189649.

  • 50 A. Lon. dossier « Attack at Bank at Constantinople August 1896 » - Constantinople à comité, 27 août (...)

35Ce jour-là, vers une heure de l’après-midi, vingt-cinq Arméniens, certains d’entre eux déguisés en portefaix et dissimulant dans des sacs des armes, des bombes et de la dynamite donnèrent l’assaut à la porte de la banque, tuant deux gardes et blessant grièvement les deux autres50. Une fois à l’intérieur, ils barricadèrent l’entrée et se répandirent dans l’immeuble, occupant les fenêtres et les toits, d’où ils tirèrent des coups de feu et lancèrent des bombes dans la rue. Environ 140 personnes se trouvaient alors à la banque ; elles furent, sous la menace, regroupées dans plusieurs pièces et étroitement surveillées. En même temps les agresseurs ne manquèrent pas de proclamer que le mobile de leur action était purement politique et ne concernait en rien la banque elle-même ; ils s’empressèrent d’aider les membres du personnel à mettre en sûreté les espèces et les autres valeurs. Peu après, la police prit position autour du bâtiment et ouvrit le feu. Les Arméniens ripostèrent et dans la fusillade tombèrent encore des morts et des blessés.

  • 51 K. Gürün, op. cit., p. 196.

36Au moment de l’attaque, sir Edgar Vincent avait pu de son bureau gagner par les toits l’immeuble adjacent de la Régie des tabacs, d’où il parvint un peu plus tard à rejoindre les forces de police. Son adjoint Gaston Auboyneau demeuré sur place ne tarda pas à entrer en contact avec les chefs arméniens, dont le principal se présenta à lui sous le nom de Garabet Arsen Garoyan (on apprit plus tard qu’il se nommait en réalité Karekin Pastermadjian ; il sera élu en 1908 député d’Erzeroum et combattra ensuite contre l’armée turque dans le Caucase pendant la première guerre mondiale)51. Les Arméniens exigeaient de rencontrer les ambassadeurs étrangers pour leur présenter leurs revendications : réformes dans les provinces où leur peuple se trouvait concentré, réformes aboutissant à une assez large autonomie, mais sans qu’il fût question d’indépendance. Ils se disaient prêts, passé le délai de deux jours, à faire sauter l’immeuble de la banque si l’entrevue demandée était refusée. À cette fin, des charges de dynamite avaient été disposées en divers points du bâtiment.

37Commencèrent alors de longues négociations entre Auboyneau et le chef de la police afin d’obtenir d’abord le cessez-le-feu, puis l’autorisation de venir lui-même au palais du Yildiz exposer les requêtes des Arméniens. Le sultan ayant donné son accord, Auboyneau put quitter la banque vers les cinq heures du soir et gagner le palais, bientôt rejoint par sir Edgar Vincent. Abd-ul-Hamid et ses ministres se montrèrent d’abord intraitables. Les troupes devaient donner l’assaut et rétablir l’ordre coûte que coûte. Les dirigeants de la banque, affolés à la pensée du grand nombre de victimes qu’une telle opération ne manquerait pas de faire, insistèrent avec force pendant de longues heures pour que les demandes des Arméniens soient acceptées et qu’il leur soit permis ensuite de quitter le pays sans être inquiétés, finalement, dans la nuit, le sultan céda. Encore fallait-il que cette décision soit communiquée aux intéressés par une personne en qui ils puissent avoir une totale confiance. Fort heureusement, le premier drogman de l’ambassade de Russie, M. Maximoff, venu aux nouvelles, accepta de se charger de cette mission. Il dut déployer des trésors d’éloquence pour persuader les Arméniens de rendre leurs armes. Mais ceux-ci pouvaient-ils s’opposer au représentant de l’État qui était dans le monde leur principal appui ?

38À une heure et demie du matin le 27 août, les dix-sept survivants évacuèrent les locaux de la banque et, escortés de Vincent, d’Auboyneau et de Maximoff qui assurèrent leur protection pendant le trajet, se rendirent à bord du Gulnare, le yacht de sir Edgar. Ils devaient y rencontrer le lendemain les diplomates étrangers et y séjourneraient jusqu’à leur départ définitif par le paquebot des Messageries Maritimes à destination de Marseille. Ils laissèrent derrière eux trois morts et sept blessés graves. Ils avaient été autorisés à conserver leurs revolvers, mais abandonnèrent leurs explosifs. On récupéra après leur départ plus de 11 kilos et 25 cartouches de dynamite, 45 bombes explosives et une grande quantité de munitions, ce qui montrait bien le soin avec lequel le coup avait été préparé et le sérieux de leurs menaces.

39Ainsi se termina ce dramatique incident. Le bilan était lourd : huit morts et quatorze blessés. Mais grâce à l’obstination de la direction de la banque et à la compréhension montrée finalement par Abd-ul-Hamid, le pire avait pu être évité.

  • 52 AN, 207 AQ, 113 - Constantinople à Paris, 4 septembre 1896.
  • 53 AN, 207 AQ, 114 - Constantinople à Paris, 19 août 1897.

40D’autres attentats avaient eu lieu le même jour en divers points de la ville, suscitant aussitôt des représailles contre la population arménienne. La banque prit la précaution d’envoyer en province ou à l’étranger les membres de son personnel appartenant à cette communauté. Elle prit également, en coopération avec les autorités, diverses mesures pour renforcer sa propre sécurité ; les effectifs de la garde furent augmentés52. On put ainsi, un an plus tard, déjouer une autre tentative d’attentat : le 18 août 1897 un jeune Arménien fut appréhendé dans les locaux de la banque par les gardes albanais et croates au moment où il s’apprêtait à mettre le feu à la mèche de la bombe qu’il transportait. On trouva sur lui plus de 7 kilos de nitroglycérine. Là encore cette tentative s’insérait dans un plan d’ensemble, puisque au même moment une bombe explosait à la Sublime Porte et une autre était lancée sur la poste de Galatasaray. L’auteur de ce dernier forfait fut arrêté par un garde de l’agence voisine de la BIO, qui fut lui-même blessé53.

La guerre gréco-turque

41Au commencement de 1897 le soulèvement de la Crète provoqua l’intervention de la Grèce et conduisit à une guerre ouverte. L’armée turque, réorganisée et réarmée par les Allemands, affirma très vite sa supériorité. La voie ferrée de Constantinople à Salonique répondit pleinement aux nécessités stratégiques qui avaient motivé sa construction. Poursuivant l’armée grecque en déroute, les Turcs occupèrent la Thessalie. Mais la pression diplomatique des puissances amena un armistice le 5 juin 1897.

  • 54 A. Mey. PV du comité vol. 4, 23 avril et 18 juin 1897, AN, 207 AQ, 49 P1 - note du 15 mai 1897 et 2 (...)

42Dès le début des hostilités, la banque, à l’initiative de sir Edgar Vincent, avait recruté à Paris 6 médecins et 6 infirmiers, constituant ainsi un petit hôpital de campagne qu’elle mit à la disposition du commandement de l’armée turque pour la durée de la guerre. Sa mission fut de courte durée. Néanmoins il accueillit et soigna des centaines de blessés. Suivant les troupes dans leur avance, il parvint jusqu’à Pharsale où le trouva l’arrêt des combats54.

  • 55 A. Mey. PV du comité vol. 4 - 7 janvier 1898 et AN, 207 AQ, 115. Rambert administrateur de la BIO à (...)
  • 56 AN, 207 AQ, 115.

43L’armistice du 5 juin avait imposé à la Grèce le paiement d’une indemnité de guerre de 4 100 000 LT ; en contrepartie la Turquie devait évacuer la Thessalie. En attendant la signature du traité de paix, le sultan demanda à la banque une avance sur cette indemnité, avance soumise à l’approbation préalable des puissances européennes, garantes des engagements de la Grèce. Leurs dissensions firent traîner l’affaire en longueur. Le gouvernement de Berlin joua un rôle capital, bloquant toute solution jusqu’à ce qu’il ait obtenu satisfaction au sujet des créances allemandes sur la Grèce. Le groupe Deutsche Bank-Chemins de fer d’Anatolie, auquel la banque, en vertu de leurs accords anciens, offrit de participer à cette avance, profita des circonstances pour essayer d’arracher à la Porte l’amélioration des garanties précédemment accordées et la concession du port d’Haïdar Pacha, tête de ligne du réseau d’Anatolie. Le gouvernement français paraît surtout tenir à avoir voix au chapitre, la France étant signataire des accords ayant mis fin à la guerre. Quant à la Banque ottomane, elle est animée par un double souci : donner satisfaction à la requête du sultan en venant en aide au Trésor ottoman dont elle connaît la situation critique ; maintenir les liens noués quelques années plus tôt avec la Deutsche Bank55. C’est ainsi que le 4 janvier 1898 R.H. Lang, qui a remplacé Vincent comme directeur général, intervint directement auprès d’Abd-ul-Hamid pour appuyer les demandes allemandes56.

  • 57 A. Mey. PV du comité vol. 4 - 12 janvier 1898.
  • 58 A. Mey. PV du comité vol. 4 - 14 et 21 janvier 1898 et AN, 207 AQ, 213 T12.

44Les relations entre la banque et le Quai d’Orsay seront parfois tendues, le ministère cherchant à exercer un contrôle sur l’action de la banque, alors que celle-ci revendique sa liberté de manœuvre dans ses rapports avec l’État turc. Hanotaux, ministre des Affaires étrangères s’irrite parce que la banque ne le tient pas informé de toutes ses démarches. Apprenant qu’elle vient de se mettre d’accord avec la Deutsche Bank et le gouvernement turc, il réagit avec vivacité. Convoquant Th. Berger, il lui fait part de son mécontentement et met la BIO en demeure de retarder la signature du contrat jusqu’au retour de l’ambassadeur Cambon. La réponse de Berger est ferme sur les principes, mais conciliante dans la pratique : « La banque ne peut pas subordonner son action et l’exécution des conventions passées avec le gouvernement ottoman aux convenances du Quai d’Orsay ». Il accepte toutefois de prendre le jour même contact avec Cambon, mettant par là un point final à l’incident57. Par contrat du 19 janvier 1898, la Turquie se vit accorder une avance de 1 200 000 LT : 680 000 pour le groupe français (210 000 pour la BIO), 520 000 pour le groupe allemand58.

  • 59 AN, 207 AQ, 173 - Rapport sur l’exercice 1898.

45Encaissées en mai de la même année, les 4 100 000 LT de l’indemnité grecque permirent d’épurer les dépenses de la guerre, de régler diverses dettes en suspens et de faire face aux besoins courants, donnant au Trésor une aisance très provisoire59.

Le départ de sir Edgar Vincent

  • 60 AN, 207 AQ, 188 - Berger à Mallet, 1er juillet 1897.
  • 61 AN, 207 AQ, 61 C26 - Berger à G. Auboyneau, 2 septembre 1897.

46Après huit ans de présence à Constantinople, sir Edgar Vincent ne souhaitait pas voir se prolonger sa mission et le Comité, surtout dans sa partie anglaise, ne le souhaitait pas davantage. Si sous sa direction la BIO avait, les premières années, connu un brillant développement, la crise de 1895 était venue interrompre cette expansion et compromettre les résultats acquis. De cette crise, sir Edgar Vincent pouvait être tenu pour largement responsable par une gestion imprudente, un goût marqué pour les opérations spéculatives, une surveillance insuffisante. On lui reprochait de consacrer une trop grande partie de son temps à s’occuper de ses propres affaires, notamment d’investissements spéculatifs en Afrique du Sud. Enfin ses relations personnelles avec plusieurs des administrateurs anglais étaient devenues déplorables. Seul ou presque, lord Hillingdon, président à Londres, souhaitait encore le maintenir à son poste60. Par un curieux retournement des choses, si l’on se souvient des réticences françaises lors de sa nomination, Hanotaux, en septembre 1897 avait exprimé le même désir61. Il est permis de voir là un témoignage des talents diplomatiques de sir Edgar.

  • 62 A. Mey. PV du comité vol. 4, 15 et 22 octobre 1897.
  • 63 AN, 207 AQ, 188 - G. Auboyneau à Berger, 12 août 1897.

47Le Comité se rallia à une solution provisoire : il nomma, pour assurer la transition, R. Hamilton Lang, qui avait fait à la banque toute sa carrière62. Mais celui-ci était maintenant âgé et valétudinaire. Il n’accepta qu’après beaucoup d’hésitation et sa nomination fut accueillie à Constantinople avec peu d’enthousiasme63.

48Pour la quatrième fois depuis l’origine, le directeur général était anglais. Cependant la prépondérance française au sein du Comité était maintenant admise pour tout ce qui concernait la politique générale de la banque. Plus que jamais le marché de Londres demeurait fermé aux valeurs turques et ce pour des raisons essentiellement politiques :

  • 64 AN, 207 AQ, 188 - Berger à Mallet, 1er juillet 1897.

« L’esprit public, depuis les victoires turques (contre la Grèce), est peut-être plus hostile à la Turquie qu’il ne l’était lorsqu’elle était menacée de disparaître64 ».

  • 65 AN, 207 AQ, 188 - Vincent à Comité, 25 septembre 1897.
  • 66 AN, 207 AQ, 114 - R.H. Lang à comité, 27 novembre 1897.

49En prenant congé d’Abd-ul-Hamid, sir Edgar Vincent put se flatter de l’accueil chaleureux que lui réserva le souverain et des compliments qu’il lui prodigua pour les services rendus à la Turquie et l’excellence des conseils qu’il avait reçus de lui65 (on se souvient qu’ils n’avaient pourtant guère été suivis). Il ne faut voir là que de l’eau bénite de cour, car lorsque Lang se présenta à son tour au palais impérial, il entendit prononcer longuement l’éloge du lointain Foster, sans que le nom de son prédécesseur immédiat fût même mentionné66.

  • 67 A. Mey. PV du comité vol. 5 - 3 mars 1899.
  • 68 AN, 207 AQ, 49, p. 2 - Notes des 6 et 7 février 1902.

50L’économie turque se redressait lentement ; la situation de la banque aussi. L’augmentation du total des bilans de 1898 et 1899 (en 1899 on frôle les 16 millions £) traduit la hausse sensible des dépôts du public et de la circulation fiduciaire, sans qu’on retrouve cependant les chiffres d’avant la crise. Le portefeuille-titres continue à se réduire avec la liquidation des actions acquises de divers débiteurs et des valeurs minières, liquidation à laquelle la banque procède avec prudence67. En 1902, profitant d’une hausse des cours, on cédera encore des actions sud-africaines68.

  • 69 AN, 207 AQ, 173 - Rapport sur l’exercice 1899.

51Par contre les restrictions mises sur les prêts à la clientèle sont peu à peu levées. Les en-cours recommencent à augmenter, accompagnant l’amélioration générale de la situation économique, plus sensible encore dans les provinces et en Égypte qu’à Constantinople. Enfin la BIO continue à se désengager de son « risque turc » (avances à l’État et portefeuille de fonds ottomans, d’actions, d’obligations de sociétés locales), investissements de longue durée financés sur fonds propres, et dont le total régresse à 3 885 000 LT en 1899, soit 22 % seulement de l’ensemble de l’actif69. On se souvient que vingt ans auparavant les avances à l’État en représentaient près des trois quarts.

  • 70 AN, 207 AQ, 173 - Rapport sur l’exercice 1899.

52L’augmentation des profits bruts qui, à partir de 1898, dépassent 750 000 LT, ne se reflète nullement dans les bénéfices publiés, pratiquement limités au montant nécessaire au paiement du dividende statutaire. On put ainsi, par la constitution de larges provisions, effacer complètement les conséquences de la crise et commencer bien timidement à reconstituer les réserves qui n’atteignaient encore que 1 328 460 £ au 31 décembre 189970.

  • 71 AN, 207 AQ, 173 - Rapport sur l’exercice 1899.
  • 72 AN, 207 AQ, 115 - DG à comité, 20 décembre 1898.

53Deux nouvelles agences furent ouvertes en 1899, à Castambol et à Sivas, à la demande du gouvernement, pour assurer la perception des dîmes de ces provinces affectées à l’indemnité de guerre russe, et bien qu’on ne puisse en attendre qu’une activité commerciale réduite. Par contre ce fut pour des raisons purement commerciales que la banque se réinstalla à Afioum Karahissar, où elle avait déjà été présente de 1864 à 188071. Ce centre important de culture de l’opium, au cœur d’une riche région agricole, était maintenant desservi par le chemin de fer. Enfin un bureau temporaire fut ouvert à Jérusalem en 1898 à l’occasion de la visite en cette ville de l’empereur d’Allemagne Guillaume II, prélude à l’établissement, quelques années plus tard, d’une implantation permanente en Palestine72.

  • 73 A. Mey. PV du comité, vol. 5 - 13 octobre 1899.

54L’optimisme renaissait au sein du Comité quant aux possibilités de la Turquie. En octobre 1899, il pouvait constater que la banque avait regagné entièrement son prestige ébranlé par la crise, si les profits n’avaient pas encore retrouvé leur niveau antérieur73.

  • 74 AN, 207 AQ, 173 - Rapport sur l’exercice 1898.
  • 75 AN, 207 AQ, 116 Cl 18 - DG à comité 30 janvier et 9 février 1899.

55En Bulgarie, la banque disposait, à cette époque, de trois agences : Philippopoli, ouverte au lendemain de la guerre russo-turque, Sofia, créée en 1890 et Roustchouk, réouverte en 1892. Leurs résultats, handicapés par l’instabilité politique de la Bulgarie et par la méfiance des autorités à l’égard des intérêts étrangers, s’avéraient plutôt décevants après quelques années d’exploitation. En 1897, les bénéfices du groupe ne s’élevèrent qu’à 2 843 LT74. De surcroît en 1898 de nouvelles dispositions légales vinrent imposer à la BIO une réforme profonde du mode d’administration de ses agences. Elles devaient en effet être gérées par un directeur général indépendant de Constantinople, assisté d’un comité dont les membres résideraient en Bulgarie75.

  • 76 A. Mey. PV du comité, vol. 5 - 1er juillet, 12 août 1898 et 20 janvier 1899.

56La banque envisagea d’abord la filialisation de ce groupe. Il serait créé une « Banque commerciale et industrielle de Bulgarie » (ultérieurement dénommée Banque de Sofia) en association avec des intérêts locaux, la BIO conservant 50 % du capital. Bleichröder et la Berliner Disconto Bank acceptèrent de prendre une modeste participation76.

  • 77 AN, 207 AQ, 49 P2 - Note du 31 janvier 1899.
  • 78 A. Mey. PV du comité, vol. 5 - 3 février et 27 octobre 1899.

57Soudain au début de 1899 les banques allemandes se retirèrent du projet77. Or la BIO, accusée en Bulgarie de vouloir transférer, dans les conditions les plus avantageuses pour elle, son portefeuille de mauvaises créances à sa future filiale, avait besoin de la caution de ses partenaires de Berlin ; leur retrait entraîna l’abandon du projet de la Banque de Sofia et la liquidation des trois agences78.

Les charbonnages d’Héraclée

58Les premiers projets de la BIO concernant la mise en valeur du bassin houiller d’Héraclée n’avaient pas abouti après plusieurs années d’études et de négociations. Les raisons de cet échec se laissent aisément percevoir : projet trop ambitieux, ne tenant pas suffisamment compte des droits acquis des nombreux titulaires de concessions temporaires ; projet présenté directement par des étrangers, sans appui réel au sein du palais, où se concentrait sous l’autorité du sultan le pouvoir effectif. L’affaire ne tarda pas à être reprise sur de nouvelles bases.

  • 79 AN, 207 AQ, 383 H11 - Note (non datée, non signée).

59Par firman du 25 novembre 1892, l’État avait accordé à un proche du palais, Yanko Bey Joannidès, l’autorisation de construire et d’exploiter un port à Zougouldak et un chemin de fer reliant les mines à ce port. Yanko Bey s’associa tout d’abord avec un groupe de titulaires de permis d’exploitation du gisement houiller79. Ensemble ils recherchèrent ensuite en France les capitaux et les compétences techniques nécessaires à la mise en valeur de leurs concessions. On retrouve ici le processus qui avait été à l’origine du port de Beyrouth : octroi de la concession à une personnalité sans moyens financiers, mais bien introduite dans le monde politique ; cession de cette concession à un groupe de financiers étrangers.

60Les promoteurs réussirent à intéresser à leur entreprise le baron de Nervo, président des Aciéries de Denain-Anzin, autour de qui vinrent se grouper diverses personnalités du monde des charbonnages du Nord et de la Loire. On fit procéder à des études techniques dont les résultats parurent encourageants. Les réserves du bassin étaient évaluées à 200 millions de tonnes. L’extraction, actuellement de 75 000 tonnes, pourrait être portée à 400 000-500 000 tonnes, moyennant des investissements de l’ordre de 2 500 000 F. Des sommes équivalentes étaient prévues pour le port, les chemins de fer, le rachat des concessions. Un capital de 10 millions F suffirait donc aux besoins. Sur la base d’une extraction de 250 000 tonnes et d’un bénéfice de 3,50 F par tonne, que viendraient majorer les revenus du port et du chemin de fer, on pouvait espérer un profit net de 11,60 % du capital investi.

  • 80 AN, 207 AQ, 383 H11 - Note (non datée, non signée) et note G. Auboyneau.

61À ce point, les intéressés, qui se faisaient fort de réunir environ 7 000 000-7 500 000 F, approchèrent la Banque ottomane et lui demandèrent de prendre la tête d’un consortium bancaire qui viendrait fournir le complément80.

  • 81 AN, 207 AQ, 380 H3 - Procès verbal constitutif du 18 mai 1896.

62La société des charbonnages d’Héraclée fut constituée en mai 1896. Le capital était fixé à 10 millions F en 20 000 actions de 500 F, dont 3 436 actions d’apport attribués aux concessionnaires primitifs, à la BIO (440 actions) et aux groupes fondateurs, et 16 564 actions à souscrire en espèces, réparties à égalité entre : BIO, la Société générale, le Comptoir d’Escompte, le groupe du Nord, le groupe de Lyon, le groupe Zarifi de Constantinople. Après déduction des frais d’émission et des sommes importantes à régler aux apporteurs, la société ne put disposer pour ses investissements que de 6 274 540 F, montant jugé alors suffisant pour financer le développement des mines et la construction du port, celle du chemin de fer étant reportée à plus tard81.

  • 82 AN, 207 AQ, 383 H11 - Rambert, administrateur de la BIO à Constantinople à F. Auboyneau, 24 novembr (...)

63Ainsi qu’il arrive fréquemment encore de nos jours pour des entreprises de ce genre, où des investissements nécessitant des travaux importants doivent s’étaler sur plusieurs années, le capital de départ avait été fixé à un niveau trop bas82. On espère par là faire apparaître des bénéfices substantiels par rapport aux fonds propres, mais on néglige de prendre en compte les aléas inévitables. Or la tempête de février 1898, amenant la destruction des travaux déjà réalisés sur le port, fit perdre à la société l’équivalent d’une année au moins d’exploitation et retarda jusqu’en 1902 l’achèvement de cet élément essentiel du dispositif. Ce n’est qu’alors que l’extraction put atteindre un rythme normal.

64Pendant ce temps les cours de l’action étaient tombés de 550 F en 1897 lors de leur introduction en bourse à 313 F deux ans plus tard, rendant impossible toute augmentation de capital. La société avait donc dû s’endetter, d’abord à court terme, puis par une émission d’obligations. Sur un total de 37 500 obligations 5 % de 500 F émises en deux tranches à 400 F en 1899 et 1901, 28 407 seulement furent placées. Le coût final de l’investissement s’éleva à plus de 17 600 000 F, mais la dette à long terme atteignait 15 millions F.

  • 83 AN, 207 AQ, 383 H11 - Rambert, administrateur de la BIO à Constantinople à F. Auboyneau, 24 novembr (...)

65Pendant toute cette période, les pertes s’étaient accumulées. Le ministre de la Marine, qui espérait que la part des bénéfices revenant à l’État lui permettrait d’approvisionner gratuitement en charbon la flotte turque, était profondément déçu83.

  • 84 A. Mey. PV du comité vol. 5 - 12 mai 1899.

66La banque jouait alors un rôle assez effacé au sein de la société. Elle en était le banquier, consentant les avances nécessaires et participant au placement des obligations. Sa participation dans le capital se maintenait légèrement inférieure à 10 % (1 693 actions) et elle ne comptait qu’un seul représentant au conseil d’administration. Elle envisageait d’ailleurs en 1899 de se dégager partiellement (avec une perte éventuelle de 50 %) au profit d’un groupe disposé à investir dans l’affaire les fonds jugés nécessaires84.

  • 85 J. Thobie, op. cit., p. 414-415.

67En 1909, la société croule sous les dettes. Le passif s’élève à près de 23 millions. Le capital de 10 millions F est réduit à 4 millions par abaissement à 200 F du nominal des actions, ce qui permet d’effacer les déficits reportés. Il est ensuite élevé à 12 750 000 F par émission d’actions nouvelles remises aux créanciers en compensation partielle de leurs droits. La BIO détient maintenant 17 000 actions, soit 26 % du capital. Ces opérations assainissent la situation financière de la société, qui à partir de 1912 entre dans l’ère des bénéfices85.

68Exploitant le seul gisement houiller d’importance en Asie Mineure, l’entreprise sera nationalisée entre les deux guerres, donnant naissance à l’Établissement des Charbonnages de Turquie.

Notes

1 AN, 207 AQ, 172 - Rapport sur le 1er semestre 1895.

2 AN, 207 AQ, 172 - Rapport sur le 1er semestre 1895.

3 AN, 207 AQ, 171 - Rapport sur l’exercice 1894 et 207 AQ 189, rapport G. Auboyneau à Ch. Mallet, 9 novembre 1895.

4 AN, 207 AQ, 189 - Paris à Constantinople, 25 avril 1895 et Constantinople à Paris, 9 mai 1895.

5 AN, 207 AQ, 49 P1 - Vincent à Berger, 10 octobre 1895.

6 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 2 novembre 1895.

7 AN, 207 AQ, 278 D116.

8 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 13 novembre 1895.

9 AN, 207 AQ, 189 - BIO Damas à DG, 8 novembre 1895.

10 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau à Ch. Mallet, 9 novembre 1895.

11 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau à Ch. Mallet, 9 novembre 1895.

12 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 2 novembre 1895.

13 AN, 207 AQ, 189 - Situation du siège central au 30 septembre 1895.

14 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau, 9 novembre 1895.

15 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 2 novembre 1895.

16 AN, 207 AQ, 189 - Vincent à Berger, 31 octobre 1895.

17 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau, 9 novembre 1895.

18 AN, 207 AQ, 189 - Vincent à Berger, 2 novembre 1895.

19 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 5 novembre 1895.

20 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau, 9 novembre 1895.

21 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger, 6 novembre 1895.

22 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à F. Auboyneau, 7 novembre 1895.

23 AN, 207 AQ, 189 - Vincent à Berger, 2 novembre 1895.

24 AN, 207 AQ, 189 - Ministère des Finances à BIO, 30 octobre/12 novembre 1895.

25 AN, 207 AQ, 189.

26 AN, 207 AQ, 189 - Vincent à Hottinguer, 16 novembre 1895.

27 AN, 207 AQ, 189 - Contrat du 22 novembre 1895 et Robertson, directeur de la BIO Londres à Vincent, 22 novembre 1895.

28 A. Mey. Assemblées générales des 26 juin 1895 et 30 juin 1896 et AN, 207 AQ, 171 - Rapport sur l’exercice 1894 et AQ 172 - Rapport sur l’exercice 1895.

29 AN, 207 AQ, 189 - G. Auboyneau à Berger 2 et 9 novembre 1895.

30 Gaston Auboyneau (1865-1911) fils de Frank Auboyneau entré à la BIO Paris en 1886. Secrétaire du comité 1888-1896 directeur général adjoint à Constantinople 1896-1903. Directeur général 1903-1904, membre du comité 1904-1911. Administrateur de diverses sociétés du groupe : Port de Beyrouth, Régie des Tabacs, chemin de fer D.H.P. et Smyrne-Cassaba. Auteur avec André Favret d’un « essai bibliographique pour servir à l’histoire de l’empire ottoman » (1911).

31 A. Mey. PV du comité vol. 3. 1 et 7 février 1896.

32 A. Mey. PV du comité vol. 3. 7 et 28 février 1896.

33 AN, 207 AQ, 189 - Constantinople à Paris, 11 décembre 1895.

34 AN, 207 AQ, 172 - Rapports sur l’exercice 1895 et le 1er semestre 1896.

35 AN, 207 AQ, 172 - Rapport sur le 1er semestre 1896.

36 AN, 207 AQ, 114 - Constantinople à Paris, 14 octobre 1897.

37 A. Lon. IOB committee minutes, 25 mai 1898.

38 AN, 207 AQ, 189 - Rapport G. Auboyneau à Ch. Mallet, 9 novembre 1895.

39 AN, 207 AQ, 172 - Rapports sur les exercices 1895 et 1896 et AQ 174 - Rapport sur l’exercice 1901.

40 AN, 207 AQ, 189.

41 A. Mey. Assemblée générale du 30 juin 1896.

42 A. Mey. PV du comité vol. 3, 7 février 1896.

43 A. Mey. PV du comité vol. 3, 21 février 1896.

44 AN, 207 AQ, 281 D121.

45 AN, 207 AQ, 172 - Rapport sur le 1er semestre 1896.

46 AN, 207 AQ, 114 - Vincent à comité 19 et 21 septembre 1896.

47 AN, 207 AQ, 243.

48 Poulgy, op. cit. p. 124 nº 1.

49 K. Gürün, « Le dossier arménien », Sté Turque d’histoire, 1983 p. 196-199.

50 A. Lon. dossier « Attack at Bank at Constantinople August 1896 » - Constantinople à comité, 27 août 1896, rapport Wülfing (sans date) et Vincent à comité, 28 août 1896.

51 K. Gürün, op. cit., p. 196.

52 AN, 207 AQ, 113 - Constantinople à Paris, 4 septembre 1896.

53 AN, 207 AQ, 114 - Constantinople à Paris, 19 août 1897.

54 A. Mey. PV du comité vol. 4, 23 avril et 18 juin 1897, AN, 207 AQ, 49 P1 - note du 15 mai 1897 et 207 AQ 187. Dossier ambulance 1897.

55 A. Mey. PV du comité vol. 4 - 7 janvier 1898 et AN, 207 AQ, 115. Rambert administrateur de la BIO à Constantinople à Comité de Paris, 6, 13, 15 et 17 janvier 1898 - mémorandum Pangiris Bey, 11 janvier 1898.

56 AN, 207 AQ, 115.

57 A. Mey. PV du comité vol. 4 - 12 janvier 1898.

58 A. Mey. PV du comité vol. 4 - 14 et 21 janvier 1898 et AN, 207 AQ, 213 T12.

59 AN, 207 AQ, 173 - Rapport sur l’exercice 1898.

60 AN, 207 AQ, 188 - Berger à Mallet, 1er juillet 1897.

61 AN, 207 AQ, 61 C26 - Berger à G. Auboyneau, 2 septembre 1897.

62 A. Mey. PV du comité vol. 4, 15 et 22 octobre 1897.

63 AN, 207 AQ, 188 - G. Auboyneau à Berger, 12 août 1897.

64 AN, 207 AQ, 188 - Berger à Mallet, 1er juillet 1897.

65 AN, 207 AQ, 188 - Vincent à Comité, 25 septembre 1897.

66 AN, 207 AQ, 114 - R.H. Lang à comité, 27 novembre 1897.

67 A. Mey. PV du comité vol. 5 - 3 mars 1899.

68 AN, 207 AQ, 49, p. 2 - Notes des 6 et 7 février 1902.

69 AN, 207 AQ, 173 - Rapport sur l’exercice 1899.

70 AN, 207 AQ, 173 - Rapport sur l’exercice 1899.

71 AN, 207 AQ, 173 - Rapport sur l’exercice 1899.

72 AN, 207 AQ, 115 - DG à comité, 20 décembre 1898.

73 A. Mey. PV du comité, vol. 5 - 13 octobre 1899.

74 AN, 207 AQ, 173 - Rapport sur l’exercice 1898.

75 AN, 207 AQ, 116 Cl 18 - DG à comité 30 janvier et 9 février 1899.

76 A. Mey. PV du comité, vol. 5 - 1er juillet, 12 août 1898 et 20 janvier 1899.

77 AN, 207 AQ, 49 P2 - Note du 31 janvier 1899.

78 A. Mey. PV du comité, vol. 5 - 3 février et 27 octobre 1899.

79 AN, 207 AQ, 383 H11 - Note (non datée, non signée).

80 AN, 207 AQ, 383 H11 - Note (non datée, non signée) et note G. Auboyneau.

81 AN, 207 AQ, 380 H3 - Procès verbal constitutif du 18 mai 1896.

82 AN, 207 AQ, 383 H11 - Rambert, administrateur de la BIO à Constantinople à F. Auboyneau, 24 novembre 1899.

83 AN, 207 AQ, 383 H11 - Rambert, administrateur de la BIO à Constantinople à F. Auboyneau, 24 novembre 1899.

84 A. Mey. PV du comité vol. 5 - 12 mai 1899.

85 J. Thobie, op. cit., p. 414-415.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search