Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Chapitre VII. Années d’expansion (1890‑1894)

Texte intégral

Nomination de sir Edgar Vincent

  • 1 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Paris à Londres, 2 août 1889.

1On vient de voir qu’en 1889 la situation de la banque en Orient apparaissait à maints égards bien dégradée. Affaibli depuis plusieurs années par la maladie, Foster n’était plus en mesure d’exercer pleinement ses responsabilités. Aussi invita-t-il lui-même le Comité à pourvoir à son remplacement, indiquant en même temps qu’une réforme intérieure de la banque lui semblait nécessaire. Il y avait urgence à agir, car « chaque semaine qui s’écoule accroît la désorganisation de notre établissement ». Deveaux, son adjoint, était maintenant persona non grata auprès des Turcs et après 23 ans de présence à Constantinople aspirait à regagner la France1.

  • 2 Sir Edgar Vincent (1857-1941), président du conseil de la dette publique ottomane de 1882 à 1884, C (...)
  • 3 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Vincent à Mallet, 31 juillet 1889.
  • 4 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Lettre d’engagement.

2Pour le poste de directeur général, le choix du Comité se porta sur sir Edgar Vincent2. Âgé d’environ 32 ans, il occupait alors les fonctions de conseiller financier auprès du gouvernement égyptien après avoir représenté les porteurs anglais au Conseil de la Dette et en avoir à ce titre exercé pendant deux ans la présidence. Ces différents postes lui avaient donné une grande expérience des affaires d’Orient. Actif et ambitieux, ses compétences financières étaient reconnues et son caractère unanimement respecté. Il était bien informé des faiblesses de la banque. Frappé du « contraste entre ce qu’est la BIO en Turquie et ce qu’elle pourrait être », il accepta avec enthousiasme la mission de lui donner « un nouveau départ et (de) la porter à la position qu’elle devait occuper ». Il posait en même temps ses conditions : complète latitude d’initiative et d’action, contrôle absolu sur le personnel, support sans défaillance du Comité ; en bref les pleins pouvoirs, et ce pour une durée de trois à cinq ans3. Le Comité accepta ses exigences et le nomma le 2 octobre 1889 directeur général pour une période de cinq ans4.

  • 5 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Jaroszinski à Mallet, 23 août 1889.
  • 6 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Berger à Lander, 2 septembre 1889 et Waterfield à Mallet, 4 septembre 1889.

3Cette nomination, dont la nouvelle avait filtré bien avant qu’elle devînt effective, fut tout d’abord fraîchement accueillie par le gouvernement turc. On redoutait le rôle qu’il pourrait chercher à jouer, on le soupçonnait de vouloir établir un contrôle sur les finances de l’Empire. Agop Pacha aurait même évoqué, selon l’ambassadeur de France « la méfiance invincible du Palais » à son égard5. Au début de septembre, des demandes furent effectuées par les ambassadeurs de Turquie à Paris et Londres auprès du Comité pour demander le maintien de Foster dans ses fonctions6. Vincent saura rapidement, par son habilité et ses talents diplomatiques, lever ces préventions.

  • 7 cf. note 5.
  • 8 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - note du 21 octobre 1888.

4Le gouvernement français de son côté manifesta son inquiétude. L’ambassade était mécontente : « un Anglais de grande marque de plus ici, c’est toujours (hélas !) un adversaire à combattre »7. Mais l’entretien que sir Edgar eut à Paris avec Spuller, ministre des Affaires étrangères, dissipa ces nuages. Vincent « protesta de son dévouement aux intérêts français dont il aurait la défense » et le ministre lui déclara à la fin de l’entretien « je me félicite de vous savoir à Constantinople »8.

  • 9 A. Mey. PV du Comité vol. 3, 11 septembre 1889.
  • 10 AN, 207 AQ, 113 C115 - DG à Comité, 11 septembre 1889.

5Pour remplacer Deveaux, le Comité nomma un autre Français, La Fuente, chef du service des dépôts à la Banque de France9. Le troisième poste de la direction générale, en charge des affaires administratives, demeura provisoirement vacant à la suite du suicide de son titulaire, von Haas, au cours d’une crise de dépression10.

6Pour sir Edgar Vincent, l’avenir de la banque reposait en premier lieu sur le développement des opérations commerciales, ce qui impliquait que l’on insufflât un dynamisme nouveau au réseau des succursales. « Frappé des inconvénients qui ont résulté... de la permanence indéfinie des mêmes agents aux mêmes postes », le plan de réorganisation qu’il fit adopter lors de réunions tenues avec Th. Berger et M. Robertson, directeur de Londres, reposait sur une sélection rigoureuse de cadres et sur des mutations amenant à la tête des grandes agences « des hommes nouveaux qui puissent rompre avec les traditions du passé ». Salonique était destinée à subir de plus en plus l’influence autrichienne ; il y faudrait donc un Autrichien. Un Anglais irait à Smyrne. Enfin à Beyrouth « qui est devenu le siège d’un grand nombre d’entreprises dans lesquelles les capitaux français sont intéressés », la direction devait de toute évidence être confiée à un Français.

  • 11 AN, 207 AQ, 187 SI 2 - dossier PV du 3 décembre 1889.

7En rendant compte de ce programme au président Mallet, Berger soulignait « le relief très accentué » que la nomination de sir Edgard Vincent donnait au sein de la banque à l’élément anglais. Il mettait en parallèle « la satisfaction que nous donnerons en Syrie à l’élément français et au désir de notre gouvernement »11.

  • 12 J. Thobie, op. cit. p. 212.

8Des considérations de nature politique vont désormais intervenir dans les choix et les décisions du Comité. Il faudra tenir compte, plus que par le passé, des intérêts des grandes puissances, de leurs visées sur l’Empire ottoman, dans le climat de concurrence internationale qu’attise le sultan, jouant les États occidentaux les uns contre les autres afin de préserver l’indépendance de son pays. Du côté du gouvernement français, on aura remarqué, après son intervention dans la création du port de Beyrouth, l’inquiétude suscitée par la nomination de sir Edgar Vincent et les apaisements qu’il avait paru nécessaire de lui donner. Quant à la Banque ottomane, elle s’efforcera de sauvegarder son indépendance et les alliances internationales qu’elle considère essentielles à sa prospérité. On verra se poursuivre, sous des formes nouvelles, la politique inaugurée en 1881 lors de la création du Consortium. C’est ainsi qu’en 1892, le Comité, malgré l’irritation du gouvernement français, nommera un Allemand, Wülfing, depuis de longues années au service de la banque, au poste autrefois détenu par von Haas, décision justifiée à ses yeux par les liens noués avec la Deutsche Bank12.

Relations avec le Trésor

  • 13 AN, 207 AQ, 187 SI 2 - dossier PV du 3 décembre 1889.
  • 14 AN, 207 AQ, 212 T11 bis.

9La tâche la plus urgente qui incombait à la nouvelle direction était l’apurement des comptes du Trésor. Pour la troisième fois depuis dix ans, la banque allait tenter de ramener sa créance sur l’État dans les limites du compte statutaire. Dans les discussions amorcées par Foster avant son départ et poursuivies activement par Vincent dès sa prise de fonction, Agop Pacha se montra un négociateur très difficile. « Il faut ou rompre ou en passer par les exigences injustes du ministre, écrivait Berger à son collègue de Londres, Lander le 16 décembre 1889. Il nous a lui-même posé ses conditions sous la forme d’un ultimatum. Si nous ne pouvons le renverser (et il paraît fort solide) il faut, c’est du moins mon avis, capituler »13. De ce fait, le contrat signé le 20 mars 1890 imposait à la banque de lourds sacrifices. Sa créance totale avait été arrêtée à 2 405 589 LT ; elle fut réduite à 2 191 887 LT, et l’excédent au-delà des 750 000 LT du compte statutaire fut remboursé en partie par cession de 50 465 obligations Douanes à 82 % du nominal, partie (531 608 LT) en plusieurs annuités successives à prélever sur diverses dîmes14.

10Aussitôt cette affaire réglée, la banque se lança dans une autre opération : la conversion des obligations de priorité. Ces obligations créées en 1881 pour mobiliser la dette flottante à laquelle une priorité avait été consentie par rapport à la dette consolidée n’avaient d’abord pu être négociées qu’avec une importante décote sur le pair. Mais l’amélioration du crédit de la Turquie et le mouvement général de baisse des taux d’intérêt à long terme que l’on pouvait constater sur tous les marchés financiers en avaient porté le cours bien au-dessus du pair, jusqu’à 530 F. Leur conversion était donc techniquement envisageable. Elle permettrait de réduire l’annuité qui leur était consacrée et qui était prélevée sur les revenus administrés par le Conseil de la Dette ; les autres porteurs de fonds ottomans en retireraient donc tout le bénéfice. Par contre la conversion ne présentait aucun intérêt immédiat pour l’État mais elle consacrerait aux yeux de tous le redressement du crédit de la Turquie.

  • 15 AN, 207 AQ, 279 D118. Note sur la conversion, 22 novembre 1889.
  • 16 AN, 207 AQ, 113 C115 - DG à Comité, avril 1890.

11Aux propositions qui lui furent soumises par le Conseil de la Dette et la BIO15, Agop Pacha répliqua par un contre-projet qui augmentait sensiblement le montant de l’emprunt à émettre pour inclure dans l’opération, outre la conversion des priorités, le remboursement de divers titres de la dette intérieure et un montant supplémentaire destiné à pourvoir aux besoins du Trésor. L’État trouvait maintenant dans l’affaire un avantage certain16.

  • 17 AN, 207 AQ, 279 D118 - contrats des 6 et 30 avril 1890 et 280 D119 - répartition.

12Les porteurs des anciennes obligations se virent offrir le remboursement au pair ou l’échange contre de nouvelles obligations 4 %. La conversion fut un plein succcès, la quasi-totalité des porteurs accepta l’échange17.

  • 18 AN, 207 AQ, 281 D120.

13L’emprunt complémentaire exigé par Agop et dénommé « Osmanié 1890 » ne rencontra pas un accueil aussi enthousiaste et son placement se prolongea jusqu’à la fin de l’année. I1 s’agissait d’un emprunt de 4 545 000 £ libellé à la fois en livre sterling, en livre turque, en franc français et en reichmark. Pour la première fois, la monnaie allemande figure sur un emprunt ottoman. Un syndicat dans lequel la BIO participait pour 50 % en prit ferme 1 372 500 £ nominal à 76 % et mit les titres en souscriptions à 79 %. A 4 % d’intérêt avec une période d’amortissement de 41 ans, le rendement en était de 5,73 % ; il y avait bien longtemps qu’un emprunt turc n’avait été émis à de telles conditions. Ces conditions parurent d’ailleurs au marché quelque peu insuffisantes, eu égard à la qualité de la garantie (diverses dîmes pour l’essentiel), bien inférieures à celles qu’offraient les obligations de priorité, les emprunts gagés sur le tribut d’Égypte, ou encore les obligations des douanes18.

  • 19 A. du Velay, op. cit. p. 638.

14Le succès de la conversion des « Priorités » ouvrit la voie à celle des emprunts émis avec la garantie du tribut d’Égypte. Ce tribut toujours ponctuellement acquitté était versé à la Banque d’Angleterre pour compte des porteurs ; de ce fait le service de ces emprunts paraissait particulièrement bien assuré et leurs titres faisaient prime sur le marché par rapport aux autres titres turcs. En 1891, le ministre des Finances traita avec la banque Rothschild de Londres et la BIO pour la conversion de l’emprunt « Defence Loan » 1877 dont le taux de 5 % se trouva ainsi réduit à 4 %19.

  • 20 A. Mey. PV du Comité, vol. 3-15 juin 1894.

15Les deux mêmes banques réalisèrent aussi en 1894 la conversion des deux autres emprunts gagés sur le tribut d’Égypte, 5 % 1854 et 4 1/2 % 1871, désormais regroupés en un emprunt unique au taux de 3 1/2 %. Jamais encore la Turquie n’avait bénéficié d’un taux d’intérêt aussi bas et le fait ne devait d’ailleurs pas se reproduire20.

  • 21 AN, 207 AQ, 204 T1.

16La BIO continua pendant cette période à accorder au Trésor des avances provisoires à court terme, généralement remboursées à l’échéance avec grande régularité. Le sultan ne voulait à aucun prix retomber dans les errements anciens et, par une gestion prudente des deniers de l’État, il réussit, tout en poursuivant les achats de matériel nécessaire à la modernisation des forces armées, à éviter l’accumulation d’une dette flottante importante. La convention du 20 mai 1893 avait porté à 1 million £ le montant de l’avance statutaire21 ; en fait le total des avances de la banque fluctua entre 1 200 000 £ et 1 500 000 £, ce qui ne représentait qu’une part de plus en plus faible d’un bilan en constant accroissement (11 % en 1890, 7 % en 1894). On était bien loin des chiffres du passé.

  • 22 AN, 207 AQ, 421 S42.

17En 1892, pour se donner la possibilité d’intervenir sur les fonds turcs sans charger son propre bilan, la banque constitua, de concert avec l’Union Financière de Genève, une société de droit suisse, la Société Financière Franco-Suisse, au capital de 20 millions F dont 4 versés. Les actionnaires garantissaient en outre le placement d’un emprunt obligatoire de 16 millions au taux de 4 1/2 %. La banque souscrivit 37,5 % du capital de la société. Celle-ci investit ses fonds en titres turcs et serbes, d’un rendement supérieur au taux de ses propres obligations, ce qui devait assurer aux actions un rendement de 8 à 10 %22.

  • 23 AN, 207 AQ, 21 G1 - contrat du 29 décembre 1882.

18Les traités ayant mis fin à la guerre russo-turque avaient prévu que la Turquie s’acquitterait de l’indemnité mise à sa charge en cent une annuités de 350 000 LT. Le gouvernement assigna à ces règlements les revenus des quatre vilayets et la Banque ottomane reçut de la Banque impériale de Russie mission d’encaisser ces revenus23.

  • 24 AN, 207 AQ, 21 G1 - Berger à Vincent, 3 novembre 1890.
  • 25 AN, 207 AQ, 21 G1 - Compte rendu Berger à Hottinguer, 12 décembre 1896.
  • 26 AN, 207 AQ, 21 G1.

19L’existence de cette créance donnait à la Russie une possibilité constante de pression sur les Turcs. La Banque ottomane forma en 1890 le projet de capitaliser le montant de cette indemnité au moyen d’un emprunt. En se libérant d’un seul coup, la Turquie eût ainsi retrouvé son indépendance financière. Approché par la banque, le ministre des Finances russe, Wischarigravski, parut favorable à ce projet qui aurait constitué un témoignage des intentions pacifiques de son pays et permis au gouvernement de Saint-Pétersbourg de se constituer hors budget un trésor de guerre. C’est ainsi qu’avait agi l’Allemagne, avec l’indemnité versée par la France24. Encore convenait-il de se mettre d’accord sur le montant. Par suite tant des divergences sur ce point que des réticences d’une grande partie de l’administration russe, les démarches de la BIO n’aboutirent à aucun résultat. Elle ne se découragea pas, et reprit ses efforts à diverses reprises : en 1892, 1894, 1896 (avec l’appui officiel du ministre français des Affaires étrangères, Gabriel Hanotaux)25 et encore en 1898, en 1905. Une note du 22 février 1906 conclut de façon désabusée « la diplomatie russe a toujours été l’adversaire intransigeante de toute opération pour racheter cette dette et libérer la Porte. Elle s’est figurée qu’il fallait laisser place à des réclamations »26.

20Cette créance ne sera définitivement réglée que lors de la conclusion de l’emprunt ottoman 1908.

Le chemin de fer « jonction Salonique‑Constantinople »

  • 27 AN, 207 AQ, 329 F14 - Vincent à Lander, 29 septembre 1892.

21L’absence de voies ferrées desservant la Macédoine avait été en 1876 un handicap sérieux pour l’armée turque lors du conflit avec les Serbes. Aussi le général von der Goltz, chef de la mission militaire allemande, insistait-il pour l’établissement de liaisons ferroviaires, sans lesquelles il jugeait que la Macédoine ne pouvait être défendue. En 1890, la concession d’un chemin de fer entre Salonique et Monastir fut accordée à la Deutsche Bank. Restait à relier Salonique à Constantinople. Convaincu de l’intérêt stratégique de cette jonction, le sultan Abd-ul-Hamid prenait à sa réalisation un vif intérêt27.

  • 28 AN, 207 AQ, 329 F14 - Note sur la concession - résumé de la conversation du 31 octobre 1892 avec Ra (...)
  • 29 AN, 207 AQ, 329 F14 - Vincent à Lander, 10 mai 1892.
  • 30 AN, 207 AQ, 329 F14 - Télégramme Paris à Constantinople, 6 mars 1893.
  • 31 AN, 207 AQ, 329 F14 - F. Auboyneau à Lander, 28 février 1893.

22En 1892, un banquier français établi à Constantinople, René Baudouy, s’étant associé à quelques capitalistes anglais, demanda la concession de cette ligne et son groupe vint solliciter l’appui de la BIO28. Sir Edgar Vincent se montra très réservé. L’intérêt de la ligne projetée était avant tout militaire et la contrée traversée, quoique riche, semblait au directeur général peu susceptible d’un grand développement économique29. La banque, pressée à la fois par les promoteurs et par le gouvernement, accepta cependant de prendre l’entreprise sous son patronage, malgré l’opinion négative qu’elle s’était formée sur sa rentabilité. Elle tenait à donner satisfaction aux désirs du sultan, et à ne pas laisser le capital allemand seul maître des chemins de fer en Turquie d’Europe30. L’intérêt qu’elle y prit fut d’ailleurs purement financier. Elle espérait que le placement des obligations à émettre serait la source de bénéfices substantiels, grâce auxquels les actions qu’elle aurait à souscrire seraient immédiatement amorties31.

  • 32 AN, 207 AQ, 329 F14 - PV du 19 décembre 1892.

23La concession fut signée le 8 octobre 1892. Le gouvernement garantissait à l’exploitant une recette brute de 15 500 F par kilomètre, assise sur les dîmes des sandjaks traversés. La construction de la voie, d’une longueur totale de 511 kilomètres, fut confiée à une société française fondée et animée par le comte Vitali, la Régie générale des Chemins de fer et des Travaux publics que l’on retouvera désormais associée à la BIO dans toutes les affaires similaires. Le budget global y compris matériel, approvisionnements, frais généraux, charges financières s’élevait à 86 787 500 F. Le financement devait en être assuré par l’émission de 24 000 actions de 500 F et de 310 000 obligations 3 % de 500 F également32.

  • 33 AN, 207 AQ, 329 F15 - Actes et comptes syndicaux - détail des profits réalisés.

24Comme la banque ottomane ne croyait pas à la rentabilité de l’affaire, sa participation dans le capital social fut modeste : 2 786 actions. Quant au placement des obligations, il donna lieu à une série d’opérations. Un premier syndicat, composé des établissements financiers actionnaires (la BIO y figurait pour 87 150 titres), souscrivit les obligations à 48,25 % (241,25 F) et les céda aussitôt à un second syndicat chargé d’en assurer le placement auprès du public à Paris et à Francfort. La part de la BIO s’y trouva réduite à 53 250 titres. Pris par ce second syndicat à 260 F, ils furent mis en vente au prix moyen de 290,12 F. Le bénéfice pour la banque s’éleva au total à 3 531 795 F, bien supérieur au coût des actions qu’elle avait dû souscrire33.

  • 34 AN, 207 AQ, 330 - Rapports du conseil d’administration.

25La construction fut achevée le 1er avril 1896 et la ligne ouverte à l’exploitation. Les prévisions pessimistes de sir Edgar Vincent se trouvèrent confirmées ; la compagnie ne put équilibrer ses comptes que grâce aux garanties kilométriques. Les versements de l’État à ce titre représentèrent parfois, pour la période 1896-1901, jusqu’aux trois quarts des recettes brutes34. Par contre l’importance stratégique de ce chemin de fer apparut dès 1897, où il permit la rapide victoire de l’armée turque sur les troupes grecques.

Le chemin de fer Smyrne‑Cassaba

  • 35 A. du Velay, op. cit. p. 578-579.

26Le chemin de fer de Smyrne à Cassaba, concédé en 1863 à une société anglaise, était une des plus anciennes voies ferrées de la Turquie. La ligne, qui traversait des plaines fertiles, fut prolongée en 1878 jusqu’à Alachehir35.

  • 36 AN, 207 AQ, 334 F25 - Londres à Constantinople, 13 août 1881.

27En 1881, l’agence de Londres de la Banque ottomane et plusieurs membres anglais du Comité acquirent la plus grande partie des 25 937 actions de la société36. À partir de 1885, la présidence fut occupée par un administrateur de la banque (J. Stewart, puis O.C. Waterfïeld). La compagnie apparaissait aux yeux de tous comme étant dans l’étroite dépendance de la BIO. Elle correspondait bien à la politique de celle-ci, qui privilégiait les chemins de fer de pénétration, reliant les principaux ports à l’arrière-pays. Elle était en outre appréciée par les autorités turques pour le sérieux de sa gestion et son avenir apparaissait brillant.

  • 37 AN, 207 AQ, 334 F25 - Note historique sur laCie, septembre 1892.
  • 38 AN, 207 AQ, 131 C50 - Vincent à Berger, 20 février 1893 et Histoire de l’Empire ottoman (sous la di (...)

28En 1890, la situation de l’entreprise s’était dégradée. La ligne de Smyrne à Aïdin, exploitée par une autre compagnie anglaise sans lien avec la BIO, avait su détourner à son profit la plus grande partie du trafic de la région. Le 1er mars 1891 le gouvernement turc fit connaître son intention d’user de la faculté de rachat qu’il s’était réservée37. Derrière cette décision se trouvait la volonté bien arrêtée du sultan de soustraire cette voie ferrée à l’influence anglaise dont il redoutait l’extension en Asie mineure et dont il voulait limiter la prépondérance dans la région de Smyrne38.

  • 39 AN, 207 AQ, 334 F25 et J. Thobie, op. cit. p. 193-194.

29Mais l’État ne disposait pas des fonds nécessaires au rachat de la ligne et n’avait pas la possibilité de l’exploiter lui-même. En janvier 1893, il traita avec Nagelmackers, l’homme d’affaires belge, président de la Compagnie des Wagons-Lits, aux conditions suivantes : exploitation du chemin de fer existant (266 kilomètres) moyennant une recette garantie au concessionnaire de 2 310 000 F ; concession de la continuation jusqu’à Afioum-Karahissar (250 kilomètres) avec une garantie kilométrique de 18 900 F. En contrepartie Nagelmackers s’engageait à indemniser l’ancienne compagnie39.

  • 40 AN, 207 AQ, 334 F26 - Acte de consortium, 6 février 1894.
  • 41 A. Mey - PV du comité, vol. 3-7 avril 1893 et AN, 207 AQ, 334 F26 - Note 2 avril 1894.
  • 42 AN, 207 AQ, 334 F26 - Contrat du 12 juin 1894.
  • 43 AN, 207 AQ, 334 F26 - Acte syndical du 18 juillet 1894 et PV de l’assemblée générale du même jour.

30Ce n’est qu’un an plus tard que le concessionnaire put constituer un consortium de financiers prêts à apporter les capitaux nécessaires. Les principaux membres en sont la banque N. et S. Bardac de Paris et la Régie générale des Chemins de fer40. La BIO n’y figure pas encore, bien qu’elle ait très vite manifesté son intérêt, mais le 2 avril elle est invitée à « prendre le patronage et la direction de l’affaire »41. Elle était en effet l’intermédiaire obligée dans toute négociation avec l’ancienne société. Celle-ci accepta la somme de 1 426 000 £ pour solde de tout compte42 et le 18 juillet 1894 la nouvelle société fut constituée sous le nom de « Société anonyme ottomane du chemin de fer de Smyrne-Cassaba et prolongements », au capital de 16 millions F. La part de la BIO n’était que de 500 000 F, mais malgré la modicité de son investissement, la majorité des postes d’administrateur (7 sur 12) lui fut attribuée, dont la présidence dévolue à Th. Berger. Elle allait donc jouer un rôle determinant dans la vie de l’entreprise. Deux administrateurs anglais venaient de la Banque ottomane ; l’élément anglais n’était pas aussi totalement éliminé que le sultan l’aurait souhaité43.

  • 44 AN, 207 AQ, 339 et A. Mey. - PV du comité, vol. 3-19 octobre 1894.

31Pour financer l’indemnisation de l’ancienne société, la nouvelle compagnie émit 113 120 obligations 4 % de 500 F nominal. Leur émission donna lieu à une série complexe de transactions dont le résultat fut un écart tout à fait considérable entre les montants versés par le public (46 944 800 F) et ceux reçus par la compagnie (35 101 136 F). Les membres du consortium d’origine furent de loin les principaux bénéficiaires. Quant à la BIO sa part de profit s’éleva à plus de 900 000 F44.

  • 45 AN, 207 AQ, 340.

32Les travaux de construction de la ligne Alachehir-Afioum-Karahissar, confiés à la Régie générale des Chemins de fer, commencèrent dès la fin de 1884. Pour se procurer les fonds nécessaires, la compagnie émit une nouvelle tranche de 140 000 obligations 4 %. Comme on le verra désormais couramment pratiqué dans les émissions d’obligations, deux syndicats intervinrent : un premier syndicat pour la prise ferme, un second pour l’émission dans le public. Les membres du premier syndicat dont la BIO faisaient aussi partie du second, mais avec des pourcentages réduits de moitié, pour faire place à des établissements plus en mesure d’assurer le placement des titres ; Société générale, Comptoir national d’Escompte, Banque de Paris et des Pays-Bas45.

  • 46 AN, 207 AQ, 172 - Rapport sur l’exercice 1895.

33Contrairement à la précédente, cette opération ne fut pas un succès. Introduits en Bourse, les titres ne cessèrent de baisser ; la BIO intervint massivement pour soutenir les cours. Au 31 décembre 1895 elle avait en portefeuille 33 892 obligations 1re série (30 % de l’émission) et 14 164 obligations 2e série. Quant aux cours, ils étaient tombés à 345 et 302,5046.

  • 47 AN, 207 AQ, 178 - Rapport sur l’exercice 1908.

34Le tronçon Alachehir-Afioum-Karahissar fut achevé en décembre 1897. L’exploitation de l’ensemble du réseau fut confiée à la Régie générale des Chemins de fer. Ce n’est qu’en 1908 que fut réalisée la jonction à Afioum avec les chemins de fer d’Anatolie. La BIO joua un rôle essentiel dans la conclusion des accords entre les deux compagnies. Elle avait, au fil des ans, accru sa participation : 7 833 actions (sur 32 000) figurent dans son portefeuille au 31 décembre 190847.

Les mines de Selenitza

  • 48 AN, 207 AQ, 398 Z1.

35Ces mines de bitume, situées à l’intérieur de l’Albanie à une vingtaine de kilomètres du port de Valona sur l’Adriatique, avaient été concédées par l’administration des domaines impériaux, propriétaires du sol, à deux entrepreneurs. Le financement de l’exploitation fut assuré grâce à des crédits ouverts par la BIO Constantinople qui prévoyait de prendre par la suite une participation dans l’affaire. Mais les résultats ne répondirent pas aux espoirs des promoteurs, et les crédits ne purent être remboursés. En 1885, la BIO acquit la concession en contrepartie de ses créances48.

  • 49 AN, 207 AQ, 398 Z1 et A. Mey. - PV du comité, vol. 3 - 24 janvier 1891.
  • 50 AN, 207 AQ, 398 Z3.

36Dans un premier temps, l’exploitation de la mine fut poursuivie en régie, avec des résultats plus que médiocres. En 1891, la banque en fit apport à une société française constituée pour l’occasion sous le nom de « Société des mines de Selenitza » au capital de 2 500 000 F dont elle detenait 4 100 actions (sur 5 000)49. Les pertes s’accumulant, le capital dut être réduit en 1898 à 800 000 F50.

37Bien qu’exploitée à ciel ouvert et donc dans de bonnes conditions économiques, la mine souffrait de son éloignement du port de Valona. L’évacuation de la production ne pouvait se faire qu’à dos de mulet par une route mal entretenue.

38La banque essaya de valoriser le bitume en recherchant en France des débouchés, tant dans les travaux publics (revêtement de route) que dans l’agriculture (insecticides). Des campagnes de prospection furent organisées auprès des utilisateurs éventuels et une petite usine de raffinage fut installée dans la banlieue de Marseille.

  • 51 AN, 207 AQ, 398 Z3 et Z2.

39L’extraction demeura à un niveau modeste, mais on put à partir de 1900 distribuer avec régularité un dividende de 5 %51.

  • 52 AN, 207 AQ, 398 Z1 et A. Mey. - PV du comité, vol. 13, 9 janvier 1920.

40Pendant la guerre de 1914-1918, la région de Valona fut occupée par l’armée italienne et les travaux durent être interrompus. En 1918, la mine fut cédée à un groupe italien, ce qui entraîna la liquidation de la société52.

Les agences : bilans et résultats

  • 53 A. Mey. - Rapport sur l’exercice 1890.
  • 54 AN, 207 AQ, 187 SI 2 - 28 novembre 1889.
  • 55 AN, 207 AQ, 113 C115 - DG à Paris, 16 mars 1890 et 19 janvier 1891.

41Les faiblesses de la banque en Orient étaient en 1890 connues de tous ; elles avaient motivé le changement de direction. Le jugement que portèrent les nouveaux responsables sur la situation qu’ils découvrirent fut cependant particulièrement sévère : désorganisation, manque complet de discipline, absence de tout dynamisme dans les agences, c’est en ces termes qu’ils dressèrent l’état des lieux lors de leur prise de fonctions53. Les risques assumés sur la clientèle commerciale si peu importante étaient, de l’avis de Vincent, de médiocre qualité. Écrivant au président Mallet, il souligna « the enormous proportion of bad business to total business »54. Les transactions sur les changes, grevées de commissions payées à des intermédiaires inutiles et où les agences se concurrençaient l’une l’autre, ne procuraient pas les bénéfices que l’on était en droit d’attendre. On enregistrera même en 1889 une perte de 13 700 £ sur ces opérations55.

  • 56 AN, 207 AQ, 130 C149 - Vincent à Berger, 31 octobre 1891.
  • 57 AN, 207 AQ, 113 C115 - DG à Paris, 28 avril 1890.

42Une profonde réorganisation était donc indispensable, d’autant que suivant le programme établi par sir Edgar Vincent et approuvé par le Comité, il s’agisssait de convertir en banque commerciale un établissement tourné jusqu’à présent en priorité vers les opérations avec l’État. La plus grande difficulté fut de trouver le personnel adéquat. Les employés furent désormais recrutés après une rigoureuse sélection en substituant un système d’examen à la pratique de la recommandation et on entreprit d’en assurer la formation56. Mais en ce qui concerne les agents appelés à exercer des fonctions de direction et donc à décider de l’octroi des crédits et à assurer leur gestion, on ne peut dire que malgré les efforts déployés un niveau élevé de compétence ait été atteint comme il apparaîtra lors de la crise de 1895. L’expérience est en effet déterminante en ces matières. Pour exercer sur l’activité des succursales une surveillance nécessaire, mais jusque-là bien déficiente, un corps d’inspection fut créé et un programme régulier de vérifications établi57.

  • 58 « Bank - i - Osmani - i - Sahane » ve « Tütün Rejisi » Ikiz binasi (les immeubles jumeaux de la BIO (...)

43Les locaux hérités de l’Ottoman Bank dans le quartier de Galata étaient depuis longtemps devenus insuffisants. Dans les années 1880, la banque avait entrepris de concert avec la Régie des tabacs la construction d’un ensemble immobilier destiné à abriter les services centraux des deux établissements. Les plans en furent établis par un architecte français, Alexandre Vallauri, fort actif à Constantinople à cette époque et responsable de la construction d’un grand nombre d’édifices publics. La partie réservée à la banque fut inaugurée le 27 mai 1892 ; elle abrite encore aujourd’hui la direction générale et l’agence centrale58.

44La nouvelle orientation prise par la banque la conduisait à ouvrir des agences dans toutes les localités importantes de l’Empire, reprenant la politique déjà esquissée une première fois en 1865, une seconde fois en 1874 et que les circonstances n’avaient pas permis alors de poursuivre. Il s’agissait de recueillir dans ces agences les capitaux inemployés et de les redistribuer sous forme de crédits aux entreprises, activité classique de toute banque commerciale. En fait, les choses devaient se passer en Turquie dans l’ordre inverse, ainsi que l’explique le rapport de la direction générale pour 1893 :

  • 59 AN, 207 AQ, 171 - Rapport sur l’exercice 1893.

« nous avons premièrement à satisfaire les légitimes besoins du commerce local en avançant les sommes qui, aux diverses saisons, sont demandées pour les transactions ; dans la suite, quand on commence à apprécier les facilités que peut accorder une banque... alors l’autre classe de la population, celle des capitalistes locaux, apporte à la banque les fonds qu’auparavant elle thésaurisait »59.

45Douze agences nouvelles furent ouvertes durant cette période :

  • en 1889 Adana et Konia ;

  • en 1890 Sofia, en Bulgarie ;

  • en 1891 Ouchak, Samsoun, qui était en train de devenir un centre important d’exportation pour le nord de l’Anatolie, Trébizonde, grand port de transit pour le commerce avec la Perse, Pera enfin dans le quartier de ce nom à Constantinople, où se concentrait la colonie étrangère ;

    • 60 AN, 207 AQ, 171 - Rapport sur l’exercice 1894.

    en 1892, Mersin, Roustchouk en Bulgarie où la banque avait déjà avant la guerre russo-turque possédé une agence, Bagdad enfin. En s’établissant dans la plus grande ville de Mésopotamie, la banque poursuivait un triple objectif : participer à l’important mouvement commercial dont Bagdad était le centre ; faciliter les opérations du Trésor avec cette vaste province ; établir la monnaie turque, y compris les billets de la banque elle-même dans une région où, par suite de ses étroites relations d’affaires avec l’Inde et la Perse, la roupie indienne et le khan persan constituaient la base de la circulation monétaire, aux côtés, plus étrangement, du thaler de Marie-Thérèse d’Autriche et du dollar mexicain. Toutefois l’Inde et la Perse étant des pays à étalon-argent, le change y subissait des fluctuations importantes. Aussi, après des débuts prometteurs, l’agence dès 1894 enregistrait de ce fait une perte très lourde de près de 12 000 LT60 ;

  • en 1893, Alep et Angora, qui du fait de l’ouverture toute récente du chemin de fer venant d’Haïdar Pacha, acquérait une importance nouvelle.

  • 61 cf. chapitre XII.
  • 62 AN, 207 AQ, 130 C148 - Vincent à Berger, 20 mars 1890.
  • 63 AN, 207 AQ, 131 C150. - Vincent à Berger, 23 août 1893.
  • 64 AN, 207 AQ, 120 C125 - DG à comité, 17 juin 1907.

46D’autres créations furent aussi envisagées, hors des limites de l’Empire ottoman : Belgrade61, Athènes62, Bombay même, celle-ci à la requête d’Abd-ul-Hamid qui aurait aimé voir par là s’établir des liens entre la Turquie et l’Inde63. Sa politique à cette époque, cherchant pour son Empire un principe d’unité et s’appuyant sur sa qualité de calife, tendait à prendre un caractère religieux ; ce que l’on a désigné sous le nom de « panislamisme ». Tous ces projets furent rapidement abandonnés. Il en fut de même de celui, un instant caressé, d’implantation en Perse. Un accord passé en 1893 avec l’Impérial Bank of Persia marqua le renoncement de la BIO à un établissement en ce pays en échange de l’abandon par l’Imperial Bank of Persia de tout projet d’installation dans les provinces de Bagdad et de Bassorah64.

  • 65 AN, 207 AQ, 170 - 171 - Rapports sur les exercices 1890-1894.

47Parallèlement à ces nouvelles créations, l’ancien réseau dont les équipes dirigeantes avaient été en grande partie renouvelées voyait ses activités s’accroître dans de fortes proportions. Les chiffres des bilans et des comptes de résultats témoignent du succès de la politique suivie. En 1889, l’ensemble des agences d’Orient (Égypte exclue) accusait une perte de 14 000 LT. En 1894, ces pertes faisaient place à un bénéfice de 112 550 LT dont 102 300 pour les anciennes agences et 10 250 pour les nouvelles. Le redressement était spectaculaire. Même les agences de nouvelle création devenaient rapidement bénéficiaires (en 1894, trois d’entre elles seulement étaient encore en perte – les plus récentes –). Quant aux bilans cumulés de ces mêmes agences d’Orient, ils faisaient plus que doubler entre 1890 et 1894, passant de 1 682 966 LT à 4 419 715 LT. Leur part au bilan général passait aussi de 12 % à 20 %. Enfin les dépôts d’origine locale occupaient maintenant une place non négligeable dans l’ensemble de leurs ressources, alors qu’auparavant les avances du Siège et les fonds du Trésor public en constituaient l’essentiel65.

  • 66 AN, 207 AQ, 170 - 171 - Rapports sur les exercices 1890-1894.
  • 67 AN, 207 AQ, 67 C40 - Rapport sur l’agence de Beyrouth.

48Parmi les agences celle d’Alexandrie occupait toujours la première place. Dégagée de ses risques sur le Trésor égyptien, elle avait développé ses avances sur coton et sur titres qui, avec le concours au commerce local, formaient maintenant la totalité de ses placements (1 464 000 £ en 1894). Ses bénéfices rejoignaient le niveau d’autrefois (43 442 £). L’agence du Caire s’était la même année hissée au cinquième rang, derrière Alexandrie, Smyrne, Beyrouth et Salonique. En Syrie Damas réalisait aussi des progrès considérables grâce à l’ouverture du chemin de fer qui la reliait à Beyrouth, cessant d’être simplement le banquier des autorités provinciales66. À Beyrouth, Th. Berger, lors de sa visite dans la région en 1894, constate que l’activité de la succursale a été multipliée par huit depuis 1889, bénéficiant de l’abondance des capitaux et de l’enrichissement général qu’engendrent les importants envois de fonds des Libanais émigrés. Les profits, quant à eux, se sont, à 14 000 LT, accrus de 1 140 %67.

  • 68 AN, 207 AQ, 171 - Rapport sur l’exercice 1894.

49Les nouvelles orientations de la banque trouvent naturellement leur expression dans les chiffres des bilans annuels dont le total marque, de décembre 1889 à décembre 1894, une progression de 58 % (de 11 406 262 £ à 19 603 918 £). Aussi les avances à l’État, presque stables en valeur absolue autour de 1 200 000-1 500 000 £ se trouvent ramenées de 10 % à moins de 7 % du total de l’actif. Le portefeuille-titres qui passe de 4 à 5 millions £ ne comprend plus, à la suite de ventes systématiquement poursuivies, que 16 % de fonds ottomans en 1894 contre près de trois fois plus quatre ans auparavant. Les lignes les plus importantes sont constituées de fonds d’État anglais, français et allemands (1 510 000 £, soit plus de 30 %). À 1 311 000 £ les valeurs de sociétés ottomanes (chemins de fer, Régie des tabacs, industries diverses) représentent plus de 26 % du portefeuille. Dans le solde, à côté d’emprunts serbes, bulgares et de titres nord- et sud-américains, on remarque un groupe de valeurs sud-africaines (New South African, Goldmines of South Africa, Roode-port, Buffelsdoorn, De Beers) dont le total s’élève à 219 052 £ (4,4 % du portefeuille de la banque de 5 022 855 £)68. Sur l’origine de ces investissements qui furent par la suite l’objet de nombreuses critiques, quelques explications sont nécessaires.

  • 69 AN, 207 AQ, 131 C150.

50C’est à l’initiative de sir Edgar Vincent que la banque s’intéressa aux mines d’or du Transvaal, alors en grande faveur et objet d’une vive spéculation. Dans une lettre du 2 novembre 1893 adressée à Th. Berger, il recommanda la mise à l’étude par le Comité de placements de cette nature à titre de remplois des capitaux que les ventes de fonds d’État turcs rendaient disponibles. La banque, rappelait-il, avait, par suite du long mouvement de hausse de ces titres, déjà réalisé ces dernières années près de 10 millions F de profits. Il convenait de poursuivre la réalisation de ce portefeuille, dont la hausse ne pouvait continuer indéfiniment. Il jugeait par ailleurs avec sévérité les placements en valeurs autres que turques qui lui semblaient avoir été « uniformely unfortunate ». N’avait-on pas perdu depuis 1890 30 000 £ sur les titres nord-américains et 120 000 sur les affaires d’Amérique du Sud ? Alors que sur les mines d’or sud-africaines on pouvait espérer un rendement de 10 % par an69.

  • 70 AN, 207 AQ, 131 C150 - Vincent à Berger, 5 décembre 1893.
  • 71 Ch. Clay - (Banks as multinationals) - The I.O.B. in the late nineteenth century, p. 152-153.
  • 72 A. Mey. - PV du comité, vol. 3 - 16 février 1894.

51Vincent était porté aux spéculations financières hardies. Il s’engagea lui-même à fond dans les placements qu’il recommandait, et effectua pour voir les choses sur place deux voyages au Transvaal en 1894 et 1895. Il trouvait en Berger un interlocuteur qui partageait son enthousiasme pour l’or d’Afrique du Sud et étudiait au même moment pour son compte une petite concession minière dans cette région70. Londres se montra plus réservée71 ; les Anglais étaient traditionnellement dans la BIO l’élément prudent et jouaient souvent le rôle de frein face au moteur français. Mais dès février 1894 les premiers achats commencèrent72. Il ne s’agissait pour la banque que d’investissements purement financiers, analogues à ceux réalisés dans le passé et encore en grande partie subsistants, dans les valeurs américaines de chemins de fer.

52Parmi les emplois, c’est dans les diverses « Avances » (sur marchandise, sur immeubles, sur effets de commerce, sur titres) que l’on constate l’augmentation la plus forte, à 4 920 000 £ contre 954 000. Cette augmentation de près de 4 millions, dont 1 300 000 imputables à la seule année 1894, est toutefois loin d’être entièrement satisfaisante. Elle résulte pour une bonne part, en ce qui concerne les avances sur titres, de l’intense spéculation boursière à laquelle se livre la clientèle, surtout à Constantinople, mais aussi dans certaines grandes agences. Quant aux avances sur marchandises, leur gonflement tient d’une part aux recommandations faites aux agences de rechercher des garanties matérielles en couverture de leurs prêts, mais aussi à un facteur préoccupant : la mévente des produits agricoles due à la crise qui sévit sur les marchés mondiaux depuis 1891. Il s’ensuit baisse des prix (le blé passe de l’indice 100 en 1890 à 81 en 1893, le coton de 100 à 73), chute des exportations et accumulation des stocks.

  • 73 A. Mey. - Assemblées générales et AN, 207 AQ, 170 et 171.-Rapports sur les exercices 1890 à 1894.

53Les 7 millions £ de ressources supplémentaires qu’enregistrent les comptes proviennent pour la plus grande partie (environ 4 millions) de la clientèle privée, sous forme de comptes courants et de dépôts à échéance. Les Comptes d’Épargne, institués en Turquie en 1891 – un peu plus tôt en Egypte – pour recueillir les fonds des petits déposants et qui fonctionnent à l’instar des Caisses d’Épargne françaises, sous forme de comptes sur livrets, ne représentent encore qu’une ressource bien modeste (76 000 LT en Égypte, 72 000 en Turquie) mais préparent l’avenir. Les éléments non commerçants de la population entrent ainsi en relation avec le système bancaire73.

  • 74 AN, 207 AQ, 113 C115 - DG à comité, 16 juin 1891.

54La circulation des billets de banque, longtemps stagnante, connaît maintenant un développement important (541 000 LT en 1889, 922 000 LT en 1894), non seulement dans la capitale, où elle était jusqu’alors restée confinée, mais aussi dans les provinces. Le volume des billets qui y circulent est évalué en 1894 à 150 000 LT, concentrés principalement à Smyrne, Salonique, Brousse, Bagdad. Le plafond autorisé de l’émission avait été porté à 1 100 000 LT en 189174.

  • 75 AN, 207 AQ, 170 et 171 - Rapports sur les exercices 1890 à 1894.

55Pendant cette période, les fonds propres de la banque se sont accrus de près de 2 millions £ (1 852 700 £) par l’affectation aux réserves d’une partie substantielle des profits et notammment de la quasi-totalité des bénéfices extraordinaires résultant des opérations sur titres. Dans son rapport pour 1893 Vincent soulignait avec fierté que sous sa direction les réserves croissaient de 1 000 LT par jour75.

56Les sommes ainsi mises en réserve représentent à peu près la moitié des profits réels de la banque (3 711 700 £), ce qui n’apparaît que pour une faible part dans les comptes publiés qui totalisent seulement 2 072 000 £. Les profits ordinaires marquèrent une nette progression à partir de 1893 à la fois à Constantinople et dans les agences, suivant l’accroissement des placements et des ressources. Le coût de ces dernières demeurait extrêmement bas (de l’ordre de 1 % en moyenne, le taux maximum sur les dépôts à échéance fixé ne dépassait pas 2,5 %) alors que les intérêts chargés à la clientèle pouvaient s’élever jusqu’à 8 et 9 %. Les frais d’exploitation, malgré l’augmentation du nombre des agences, demeuraient faibles (171 700 £ en 1890, 194 100 £ en 1893). Le dividende, porté à 7 % pour l’exercice 1890, fut majoré à 8 % pour celui de 1894. La politique suivie par le Comité en matière de distribution marquait la volonté de renforcer les fonds propres de la société et de stabiliser le dividende avec une tendance haussière à long terme, en s’appuyant exclusivement sur les profits ordinaires de banque.

  • 76 AN, 207 AQ, 170 et 171 - Rapports sur les exercices 1890 à 1894.

57Les sièges de Londres et de Paris poursuivaient leurs activités traditionnelles. À Londres il s’agissait des opérations de trésorerie pour compte des agences d’Orient et de la gestion du portefeuille de valeurs étrangères (fonds britanniques, valeurs américaines, etc.). À Paris c’était les opérations portant sur la dette turque et les émissions nouvelles qui occupaient de loin la première place76.

Notes

1 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Paris à Londres, 2 août 1889.

2 Sir Edgar Vincent (1857-1941), président du conseil de la dette publique ottomane de 1882 à 1884, Conseiller financier du gouvernement égyptien de 1884 à 1889, directeur général de la BIO de 1889 à 1897, son échec final en ce poste nuisit pendant longtemps à sa carrière. Membre du Parlement de 1899 à 1906, premier ambassadeur britannique auprès de la république allemande après la guerre de 1920 à 1926, prit une part active aux négociations qui aboutirent au pacte de Lacarno (1925), élevé à la pairie en 1914 sous le titre de lord d’Abernon (vicomte en 1926).

3 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Vincent à Mallet, 31 juillet 1889.

4 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Lettre d’engagement.

5 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Jaroszinski à Mallet, 23 août 1889.

6 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Berger à Lander, 2 septembre 1889 et Waterfield à Mallet, 4 septembre 1889.

7 cf. note 5.

8 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - note du 21 octobre 1888.

9 A. Mey. PV du Comité vol. 3, 11 septembre 1889.

10 AN, 207 AQ, 113 C115 - DG à Comité, 11 septembre 1889.

11 AN, 207 AQ, 187 SI 2 - dossier PV du 3 décembre 1889.

12 J. Thobie, op. cit. p. 212.

13 AN, 207 AQ, 187 SI 2 - dossier PV du 3 décembre 1889.

14 AN, 207 AQ, 212 T11 bis.

15 AN, 207 AQ, 279 D118. Note sur la conversion, 22 novembre 1889.

16 AN, 207 AQ, 113 C115 - DG à Comité, avril 1890.

17 AN, 207 AQ, 279 D118 - contrats des 6 et 30 avril 1890 et 280 D119 - répartition.

18 AN, 207 AQ, 281 D120.

19 A. du Velay, op. cit. p. 638.

20 A. Mey. PV du Comité, vol. 3-15 juin 1894.

21 AN, 207 AQ, 204 T1.

22 AN, 207 AQ, 421 S42.

23 AN, 207 AQ, 21 G1 - contrat du 29 décembre 1882.

24 AN, 207 AQ, 21 G1 - Berger à Vincent, 3 novembre 1890.

25 AN, 207 AQ, 21 G1 - Compte rendu Berger à Hottinguer, 12 décembre 1896.

26 AN, 207 AQ, 21 G1.

27 AN, 207 AQ, 329 F14 - Vincent à Lander, 29 septembre 1892.

28 AN, 207 AQ, 329 F14 - Note sur la concession - résumé de la conversation du 31 octobre 1892 avec Rambert, de la Régie générale des chemins de fer.

29 AN, 207 AQ, 329 F14 - Vincent à Lander, 10 mai 1892.

30 AN, 207 AQ, 329 F14 - Télégramme Paris à Constantinople, 6 mars 1893.

31 AN, 207 AQ, 329 F14 - F. Auboyneau à Lander, 28 février 1893.

32 AN, 207 AQ, 329 F14 - PV du 19 décembre 1892.

33 AN, 207 AQ, 329 F15 - Actes et comptes syndicaux - détail des profits réalisés.

34 AN, 207 AQ, 330 - Rapports du conseil d’administration.

35 A. du Velay, op. cit. p. 578-579.

36 AN, 207 AQ, 334 F25 - Londres à Constantinople, 13 août 1881.

37 AN, 207 AQ, 334 F25 - Note historique sur laCie, septembre 1892.

38 AN, 207 AQ, 131 C50 - Vincent à Berger, 20 février 1893 et Histoire de l’Empire ottoman (sous la direction de R. Mantran), p. 527.

39 AN, 207 AQ, 334 F25 et J. Thobie, op. cit. p. 193-194.

40 AN, 207 AQ, 334 F26 - Acte de consortium, 6 février 1894.

41 A. Mey - PV du comité, vol. 3-7 avril 1893 et AN, 207 AQ, 334 F26 - Note 2 avril 1894.

42 AN, 207 AQ, 334 F26 - Contrat du 12 juin 1894.

43 AN, 207 AQ, 334 F26 - Acte syndical du 18 juillet 1894 et PV de l’assemblée générale du même jour.

44 AN, 207 AQ, 339 et A. Mey. - PV du comité, vol. 3-19 octobre 1894.

45 AN, 207 AQ, 340.

46 AN, 207 AQ, 172 - Rapport sur l’exercice 1895.

47 AN, 207 AQ, 178 - Rapport sur l’exercice 1908.

48 AN, 207 AQ, 398 Z1.

49 AN, 207 AQ, 398 Z1 et A. Mey. - PV du comité, vol. 3 - 24 janvier 1891.

50 AN, 207 AQ, 398 Z3.

51 AN, 207 AQ, 398 Z3 et Z2.

52 AN, 207 AQ, 398 Z1 et A. Mey. - PV du comité, vol. 13, 9 janvier 1920.

53 A. Mey. - Rapport sur l’exercice 1890.

54 AN, 207 AQ, 187 SI 2 - 28 novembre 1889.

55 AN, 207 AQ, 113 C115 - DG à Paris, 16 mars 1890 et 19 janvier 1891.

56 AN, 207 AQ, 130 C149 - Vincent à Berger, 31 octobre 1891.

57 AN, 207 AQ, 113 C115 - DG à Paris, 28 avril 1890.

58 « Bank - i - Osmani - i - Sahane » ve « Tütün Rejisi » Ikiz binasi (les immeubles jumeaux de la BIO et de la Régie des Tabacs) - Dunya Insaat - Subat (février) 1984.

59 AN, 207 AQ, 171 - Rapport sur l’exercice 1893.

60 AN, 207 AQ, 171 - Rapport sur l’exercice 1894.

61 cf. chapitre XII.

62 AN, 207 AQ, 130 C148 - Vincent à Berger, 20 mars 1890.

63 AN, 207 AQ, 131 C150. - Vincent à Berger, 23 août 1893.

64 AN, 207 AQ, 120 C125 - DG à comité, 17 juin 1907.

65 AN, 207 AQ, 170 - 171 - Rapports sur les exercices 1890-1894.

66 AN, 207 AQ, 170 - 171 - Rapports sur les exercices 1890-1894.

67 AN, 207 AQ, 67 C40 - Rapport sur l’agence de Beyrouth.

68 AN, 207 AQ, 171 - Rapport sur l’exercice 1894.

69 AN, 207 AQ, 131 C150.

70 AN, 207 AQ, 131 C150 - Vincent à Berger, 5 décembre 1893.

71 Ch. Clay - (Banks as multinationals) - The I.O.B. in the late nineteenth century, p. 152-153.

72 A. Mey. - PV du comité, vol. 3 - 16 février 1894.

73 A. Mey. - Assemblées générales et AN, 207 AQ, 170 et 171.-Rapports sur les exercices 1890 à 1894.

74 AN, 207 AQ, 113 C115 - DG à comité, 16 juin 1891.

75 AN, 207 AQ, 170 et 171 - Rapports sur les exercices 1890 à 1894.

76 AN, 207 AQ, 170 et 171 - Rapports sur les exercices 1890 à 1894.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search