Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Chapitre VI. Années de transition (1882‑1889)

Texte intégral

Le Consortium

  • 1 AN, 207 AQ, 125 C135 - F. Auboyneau à Berger, 18 juin 1880.

1À l’origine, les fondateurs de la banque avaient voulu qu’elle soit à la fois une banque d’État, une banque commerciale, une banque d’affaires. Par la force des choses, son rôle en tant que banque d’État avait fini par devenir exclusif, surtout depuis 1875, la plus grande partie des fonds dont elle disposait étant immobilisée dans les créances sur le gouvernement. Mais dès 1879 les efforts de la Turquie pour parvenir à une liquidation de ses dettes avaient permis d’entrevoir le moment où la banque recouvrerait le libre usage d’une fraction croissante de ses capitaux. Or les opérations avec l’État avaient fourni depuis toujours l’essentiel des bénéfices. La liquidation progressive des avances et l’improbabilité, pendant plusieurs années encore, de l’émission de nouveaux emprunts, imposait la recherche de nouvelles sources de profits1. Une certaine reconversion des activités de la banque était donc nécessaire. Aussi les dirigeants furent-ils amenés à se lancer dans la promotion d’entreprises. Les circonstances paraissaient favorables, le sultan ayant clairement exprimé son désir de voir se développer l’économie de l’Empire, même si des préventions persistaient à l’égard des capitaux étrangers. La banque avait toujours considéré qu’une activité de banque d’affaires n’était possible que grâce à des alliances extérieures. Au cours des premières années de son existence elle avait dans ce but recherché le concours de financiers locaux en s’associant avec plusieurs maisons de Constantinople au sein de la Société générale de l’Empire ottoman. On a vu que cet essai n’avait pas donné le résultat attendu. Maintenant plusieurs de ces maisons étaient sorties affaiblies de la crise récente, et le recours à l’Europe occidentale s’avérait indispensable. C’est là seulement que l’on trouverait les capitaux et les compétences techniques nécessaires à des entreprises industrielles.

2La BIO avait, de fondation, peut-on dire, l’expérience de la coopération internationale. N’était-elle pas elle-même issue d’une alliance entre un groupe anglais et un groupe français ? Mais si à l’époque de sa création l’Angleterre et la France étaient les seuls pays à s’intéresser aux affaires d’Orient, d’autres nations étaient depuis lors entrées dans la compétition.

3L’Autriche avait paru la première ; ayant maintenant surmonté la crise financière qui l’avait secouée en 1873, elle entendait reprendre sa place, d’autant plus que la politique de son gouvernement s’orientait de plus en plus vers les Balkans. L’Allemagne à son tour venait d’apparaître sur la scène, forte du prestige que lui valaient ses victoires et la puissance de son industrie en plein essor. Le sultan, comme on l’a vu plus haut, avait fait largement appel à ses experts.

  • 2 AN, 207 AQ, 59 C20 - Berger à Valfrey, 30 juin 1881, à Von Haas, 5 juillet 1881, à Lang, 16 juillet (...)
  • 3 AN, 207 AQ, 59 C21 - Berger à Von Haas, 5 novembre 1881, à Foster 3 et 6 décembre 1881, à Lang, 13  (...)
  • 4 AN, 207 AQ, 59 C21 - Berger à Lander, 12 février 1881.

4La banque, à l’occasion des négociations préliminaires au décret de Mouharrem, où presque toutes les nations de l’Europe s’étaient trouvées associées et continuaient à être représentées au Conseil de la Dette, était entrée en relation avec le Crédit Anstalt de Vienne et avec la maison Bleichröder de Berlin, dirigée par le baron Gerson de Bleichröder, banquier et confident de Bismarck. Ces deux établissements représentaient respectivement les porteurs autrichiens et allemands, mais beaucoup plus que par le règlement de la dette turque, dans laquelle leurs nationaux étaient peu engagés, ils étaient intéressés par la perspective d’affaires à réaliser dans l’Empire ottoman2. C’est avec le même objectif en vue que plusieurs banquiers français membres du syndicat constitué sous l’égide de la BIO souhaitèrent poursuivre leur collaboration. Désormais l’on verra la Société générale, le Comptoir national d’Escompte, la Banque de Paris et des Pays-Bas associés à la Banque ottomane dans la plupart des émissions turques. Convaincu que la Turquie ne pourrait tenir ses engagements envers ses créanciers que si elle trouvait « dans le développement de ses ressources les éléments de richesse indispensables pour vivre », Théodore Berger, appuyé par le comité de la banque, s’employa avec ardeur à la mise sur pied d’une entente entre groupes français, autrichiens, allemands (un groupe anglais avait été prévu, mais il se limita en fait à l’élément anglais de la BIO)3. Cette entente, couramment nommée le « Consortium », se consacrerait à la création et au financement de grandes entreprises dans l’Empire. Les membres ne contracteraient pas d’engagement ferme, mais bénéficieraient dans chaque cas d’un droit d’option4.

  • 5 AN, 207 AQ, 59 C21 - Berger à Von Haas, 18 février 1882 et AQ 328 F11. Bleichröder à Mallet, 5 octo (...)

5Les affaires auxquelles s’attacha le Consortium avec un bonheur inégal sont en premier lieu le monopole des tabacs, pour l’obtention duquel il fut constitué. S’y ajoutèrent par la suite le raccordement des chemins de fer de la Turquie d’Europe au réseau international, les chemins de fer de la Turquie d’Asie (amorce de la ligne de Bagdad). Un examen fut également entrepris des charbonnages d’Héraclée5, mais cette affaire demeura finalement en dehors du Consortium.

La Régie des tabacs

6À plusieurs reprises déjà, la banque avait été amenée à s’intéresser à des projets financiers concernant le monopole des tabacs.

  • 6 AN, 207 AQ, 53 C2 - Deveaux à Salvador 24 janvier et 15 mars 1872 et AQ 295 R2 - projet de concessi (...)

7Le premier de ces projets datait de 1872. Il émanait d’un groupe de négociants en tabacs appuyé par les maisons de banque parisiennes Fould et Cie et Cahen d’Anvers. La BIO avait accepté de participer pour 22 % à l’entreprise. La part des revenus du monopole revenant à l’État aurait servi de gage à un emprunt de 15 millions £. La Porte ne se décida point et le monopole continua à être exploité directement par l’administration6.

  • 7 AN, 207 AQ, 295 R2 - Lettre Londres, 28 août 1873 et note Baltazzi, 14 juillet 1879.

8L’année suivante, un autre projet fut imaginé par un financier de Galata, Léonidas Baltazzi. Accueilli favorablement par le gouvernement, le projet Baltazzi fut abandonné à la suite des événements politiques de 1875. Une tentative de relance en février 18797 devait tourner court et les droits sur le tabac furent cédés aux banques créancières en vertu de la convention de 1879.

  • 8 AN, 207 AQ, 295 R2 - Proposition Baltazzi, 18 février 1881.
  • 9 AN, 207 AQ, 243 - Rapport Auboyneau, 28 décembre 1881 p. 56 et ss. et AQ 59 C21 - Berger à Lander, (...)
  • 10 AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1883 - 84 - Von Haas à Berger, 10 avril 1883.

9Baltazzi revint à la charge en février 1881, en proposant la transformation de la gestion de l’Administration des six contributions en une régie coïntéressée8. Avant même la formation du consortium, Bleichröder et le Crédit Anstalt manifestèrent un vif intérêt pour cette affaire. L’idée en fut reprise au cours des négociations entre la Porte et les représentants des porteurs. Le gouvernement s’y montra favorable mais le décret de Mouharrem avait inclus les droits sur le tabac parmi les revenus dont l’administration était confiée au Conseil de la Dette publique. L’accord de ce dernier était donc indispensable. Or le conseil était divisé sur cette question. Si la majorité était disposée à céder la gestion du monopole à une régie constituée en société indépendante, les porteurs anglais préféraient que cette gestion s’effectue pour le compte exclusif des créanciers. La Banque ottomane parvint à convaincre sir Edgar Vincent, le délégué anglais au Conseil de la Dette, d’abandonner son opposition9. Les négociations avec le gouvernement furent laborieuses car celui-ci, sollicité à la même époque par la Banque ottomane pour l’entreprise des charbonnages d’Héraclée, hésitait à lui accorder simultanément deux concessions aussi importantes10. Finalement Héraclée échoua et la Régie se fit.

  • 11 AN, 272 AQ, 295 R1 - Statuts homologués le 27 juillet 1883.
  • 12 AN, 207 AQ, 318 R56 - Bilan du 1er exercice 1884-1885.

10Le capital de la société fut fixé à 4 400 000 LT (100 millions F) dont moitié versée, divisée en 200 000 actions11. La BIO réalisa elle-même le placement de 73,75 % des actions, n’en conservant en portefeuille que 12 %, tandis que le Crédit Anstalt et Bleichröder intervenaient pour 13,75 % et 11,50 % respectivement12. Charles Mallet fut porté à la présidence, Hamilton Lang, l’ancien directeur général de l’Administration des six contributions, devint directeur général de la Régie.

  • 13 G. Young, op. cit. Tome V, p. 191 (firman de concession).

11La société se voyait confier pour trente ans l’exploitation du monopole du tabac dans l’Empire. Elle devait acquitter annuellement une redevance de 750 000 LT en faveur de l’Administration de la Dette publique. Les bénéfices, après un intérêt de 8 % sur le capital versé, étaient répartis entre la Dette, l’État et la société suivant une grille variable avec leur importance13. La Régie prit possession du monopole le 1er avril 1884.

  • 14 AN, 207 AQ, 295 R3 - Edwards, inspecteur de l’administration des revenus concédés en Macédoine, à D (...)

12La nouvelle de sa création avait semé l’inquiétude chez les planteurs de tabac, qui furent dans certaines régions sur le point d’abandonner cette culture. Les agents de la Régie s’employèrent à les rassurer en faisant ressortir les avantages de cette institution qui, prête à leur consentir des avances à des conditions avantageuses, leur permettrait de se libérer des usuriers14.

  • 15 AN, 207 AQ, 316 R 50 bis - Lang à Berger, 8 avril 1886.
  • 16 AN, 207 AQ, 315 R 46 - Deveaux à Mallet, 6 septembre et 22 décembre 1884, 14 mars, 4, 7, et 25 avri (...)
  • 17 Frank Auboyneau (1840-1903), entré à la BIO à Paris en 1863. Inspecteur général à Constantinople 18 (...)

13Les débuts de la Régie furent néanmoins difficiles et donnèrent à ses promoteurs peu de satisfactions. Dès le premier exercice, les relations entre le directeur général et les administrateurs autrichiens, auxquels se joignirent un peu plus tard leurs collègues allemands, ne tardèrent pas à se dégrader et dégénérèrent bientôt en un conflit ouvert. Lang ne s’était pas montré favorable à l’inclusion de ces nouveaux associés15. Ceux-ci de leur côté lui reprochaient son indécision, ses changements fréquents d’opinion, son autoritarisme à l’égard de ses collaborateurs. L’entreprise, dans la période délicate de sa mise en marche, en souffrit. Plusieurs incidents éclatèrent au conseil et il devint bientôt évident pour le comité de la banque qu’un changement de directeur général était nécessaire16. Lang démissionna en mai 1885 et Frank Auboyneau, ancien inspecteur général de la BIO à Constantinople, fut nommé à sa place17.

  • 18 AN, 207 AQ, 243 - Rapport de l’administration des six contributions indirectes sur le 1er semestre  (...)
  • 19 AN, 207 AQ, 295 R1 - Règlement sur la culture, 31 octobre 1884 et J. Thobie, op. cit., p. 182.

14Mais la cause essentielle des difficultés de la Régie, c’était la contrebande. Si celle-ci sévissait avec une telle ampleur, c’est parce que le gouvernement avait reconnu aux cultivateurs la liberté complète de culture18. La Régie, dès qu’elle eut pris possession du monopole, insista pour faire adopter par les autorités un règlement imposant aux planteurs un minimum de surface à cultiver. Il s’agissait, en concentrant la production sur des exploitations d’une certaine taille, d’éliminer les petits cultivateurs, dont le grand nombre rendait le contrôle presque impossible à exercer. Mais, pour des raisons politiques évidentes, le gouvernement, qui ne tenait pas à faire naître l’agitation dans le monde agricole, ne sanctionna ce projet de règlement qu’en 188719.

  • 20 AN, 207 AQ, 318 R56 - Bilans 1884-1885, 1885-1886, 1886-1887.
  • 21 AN, 207 AQ, 297 R8 - Conférence de Vienne.
  • 22 AN, 207 AQ, 318 R56 - bilans.

15Aussi ne faut-il pas s’étonner si les premiers exercices se clôturèrent par des pertes importantes. Au bout de trois ans leur total atteignait 364 548 LT20. Découragé, le baron de Bleichröder demanda avec insistance au cours d’une réunion du Consortium tenue à Vienne en janvier 1886 la liquidation de la Régie, mais finit tout de même par se ranger à l’opinion de la Banque ottomane qui gardait confiance dans l’avenir de l’entreprise21. L’amélioration de la gestion réalisée par Auboyneau et la lutte déterminée contre la contrebande par l’organisation d’un système régulier de contrôle des plantations finirent par porter leurs fruits. En 1887-1888 la société entra dans l’ère des bénéfices (105 365 LT) dont jusqu’à la première guerre mondiale elle ne devait plus sortir22.

  • 23 AN, 207 AQ, 302 R19 - Assemblée générale du 22 novembre 1889 et AQ 298 R10 - Réduction du capital.

16Pour assainir le passé, il fut décidé en novembre 1889 de réduire le capital versé d’un cinquième, soit de 2 200 000 LT à 1 760 000 LT, par abaissement du nominal des actions existantes23.

  • 24 S.J. et E.Z. Shaw, op. cit. Tome II p. 233.

17L’administration de la Régie s’employa par la suite à rendre le monopole, par une série de mesures, aussi profitable que possible. Afin de développer la culture du tabac dans les régions qui y étaient les plus propices, telles que les bords de la mer Noire et de la mer Egée, ainsi qu’en Macédoine, elle accorda aux producteurs des prêts sans intérêt garantis par la future récolte. Les achats s’effectuaient à des prix fixés par négociation avec les planteurs ; en cas de désaccord on recourrait à l’arbitrage. Le tabac était ensuite manipulé dans les entrepôts de la Régie. Des manufactures de cigarettes fonctionnaient dans les principales régions de production, en particulier à Smyrne, Samsoun, Alep, Salonique. Une chaîne de revendeurs autorisés assurait enfin la distribution aux consommateurs24.

18Les activités de la Régie des tabacs se virent complétées par celles de la société du Tombac, créée en 1891 pour exploiter le privilège exclusif accordé au comte de Zogheb d’importer et vendre en Turquie le tabac persan dit « tombeki », utilisé dans le narghilé. Les deux entreprises se lièrent d’ailleurs par contrat.

  • 25 AN, 207 AQ, 320 T1 - Statuts du 3 avril 1891 et T5 - Assemblée générale du 28 octobre 1896.

19Le capital de la société du Tombac, fixé d’abord à 5 millions F, fut porté en 1896 à 12 500 000 F. La Banque ottomane détenait en 1896 environ les trois cinquièmes de ce capital et désignait la plupart des administrateurs25.

  • 26 A. Mey PV du Comité vol. 4 - 28 août et 11 septembre 1896 et 18 avril 1898.

20Cette affaire fut un échec. La société du Tombac n’atteindra jamais l’ère des dividendes. Eprouvée par la crise d’octobre 1895, elle est en quasi-cessation de paiement. La banque accepte alors de transformer en actions sa créance de 240 000 £. Elle détient maintenant plus des quatre cinquièmes du capital. Elle cherchera par la suite à se dégager, en vain26.

21Après avoir fonctionné pendant quarante ans, le monopole fut repris par la République en 1925, ce qui conduisit à la liquidation de la Régie.

Les chemins de fer de la Turquie d’Europe

22La construction du réseau ferré de la Turquie d’Europe, concédée en 1869 au baron de Hirsch et à sa Compagnie des Chemins de fer orientaux, n’avait pu, du fait de la guerre, être menée jusqu’à son terme : la jonction avec le réseau austro-hongrois, qui eût permis une liaison ininterrompue entre l’Europe occidentale et Constantinople. Afin d’établir cette liaison, le traité de Berlin avait décidé l’achèvement des lignes tant par la Turquie que par la Bulgarie et la Serbie.

  • 27 AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1882 - Landsee, ingénieur des mines, à Deveaux, 14 décembre 1882

23En ce qui concerne la partie turque, les travaux incombaient à la compagnie du baron de Hirsch. Mais celle-ci n’était nullement pressée de les entreprendre, car ces raccordements, de par les stipulations des contrats d’origine, auraient rendus lourdement déficitaire l’exploitation du réseau. En effet, aussi longtemps qu’ils n’étaient pas réalisés, la société exploitante bénéficiait de la part de l’État d’une garantie de recette brute de 12 000 F par kilomètre. Mais après achèvement des lignes elle devrait acquitter une redevance de 8 000 F par kilomètre, ce qui transformerait en perte les appréciables bénéfices actuels27. M. de Hirsch cherchait donc à reculer le moment où il lui faudrait achever le réseau. Il était entré en conflit avec le gouvernement turc sur l’interprétation de son contrat, et avait présenté des réclamations portant sur plus de 100 millions F, auxquelles les Turcs avaient riposté par d’autres réclamations d’un montant à peu près équivalent. Ses relations avec la Sublime Porte étaient donc devenues très tendues. D’autre part, les gouvernements allemand et austro-hongrois insistaient pour que soit réalisée la jonction de leurs réseaux avec le réseau turc.

  • 28 AN, 207 AQ, 328 F11 - Note sur la question des chemins de fer turcs.

24Dans ces conditions, le baron de Hirsch cherchait à se retirer de l’affaire. En mars 1882, il s’en ouvrit à la Banque ottomane. Celle-ci, en plein accord avec ses associés du Consortium, se déclara disposée à reprendre l’exploitation des chemins de fer et à effectuer les raccordements en rachetant à dire d’expert le matériel des lignes actuelles. Ces propositions furent rejetées par le baron de Hirsch28.

  • 29 AN, 207 AQ, 328 F11 - F. Auboyneau à Raghib Bey, secrétaire particulier du sultan, 21 août 1882.

25Un peu plus tard, la banque informa le sultan qu’elle et son groupe seraient disposés à se charger de la construction des raccordements et de l’exploitation du réseau si le gouvernement y avait convenance. Elle suggérait en même temps une transaction entre l’État et le baron de Hirsch sur base d’un quitus réciproque des réclamations29.

26Alors s’engagea une longue négociation à la fois financière et politique qui, pendant dix-huit mois, va mettre aux prises les quatre parties intéressées :

    • 30 AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1883-1884 - F. Auboyneau à Berger, 11 mai 1883 et AQ 370 F102 - (...)

    le baron de Hirsch qui, s’il souhaite se retirer de l’affaire des chemins de fer orientaux, cherche à le faire sans perdre la face et à des conditions financièrement avantageuses. Il serait prêt à réaliser lui-même la construction des lignes de jonction si on lui assurait pour cela de larges bénéfices30 ;

    • 31 cf. Note 29 et AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1883-1884 - mémorandum remis le 27 novembre 1883 (...)

    le Consortium, dirigé par la BIO, qui n’accepte de prendre la suite du baron de Hirsch que sur des bases entièrement nouvelles et après liquidation complète du passé31 ;

    • 32 AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1883-1884 - F. Auboyneau a Berger, 6 avril 1883 et Foster a Berg (...)

    le gouvernement turc, hostile au baron (aussi bien le grand vizir Mehmet Sait Pacha que le sultan lui-même ne veulent plus traiter d’affaires avec lui) mais n’osant pas, tout au moins pendant une première période, rompre définitivement32. D’ailleurs le sultan n’est pas favorable au raccordement avec le réseau austro-hongrois, car il commence à se méfier des visées expansionnistes de cette puissance. Il préférerait de beaucoup voir réaliser la ligne Haïdar Pacha-Angora en Asie Mineure ;

    • 33 AN, 207 AQ, 328 F11 - Note sur la séance du 9 novembre 1882 a Vienne et lettre Serres, 15 février 1 (...)
    • 34 AN, 207 AQ, 328 F11 - Bleichröder à Mallet, 5 et 22 mai 1882.

    le gouvernement austro-hongrois tient par contre beaucoup à la réalisation des raccordements, car c’est le commerce de la double monarchie qui en serait le plus grand bénéficiaire. Il est prêt à appuyer n’importe quelle combinaison qui irait dans ce sens. Il est très favorable au Consortium mais il souhaite que le baron de Hirsch, ressortissant autrichien, soit traité convenablement. Il tient à garder son influence sur la société des chemins de fer orientaux, sans que pour cela la finance autrichienne ait à fournir un effort trop important33. Il est décidé à exercer une pression sur le sultan pour vaincre ses réticences, et aimerait bénéficier de l’appui du gouvernement allemand. Mais celui-ci se montre peu désireux d’intervenir34.

  • 35 G. Noradoughian, op. cit., tome IV, p. 315-324.
  • 36 AN, 207 AQ, 368 F97.

27Face aux stipulations du traité de Berlin et aux exigences de Vienne, l’opposition du sultan ne pouvait se prolonger. À l’issue d’une conférence réunissant les quatre pays intéressés (l’Autriche-Hongrie, la Turquie, la Bulgarie et la Serbie), une convention fut signée le 9 mai 1883. Les partis s’engageaient à ce que les différents tronçons de raccordement fussent achevés le 15 octobre 188635. Ce n’est qu’en novembre 1884 que le gouvernement turc décida de confier à la BIO et à son groupe la construction des lignes de jonction se trouvant sur son territoire. Après d’ultimes démarches de l’ambassadeur d’Autriche et l’intervention personnelle du baron de Bleichröder, l’accord fut signé le 20 février 188536.

  • 37 AN, 207 AQ, 370 F102 - Caillard à Berger, 21 mars 1885.

28Le capital de la « Société de construction des lignes de raccordement des chemins de fer de Roumélie » s’élevait à 30 millions F. La BIO et son groupe y participaient pour 20 millions dont 5 150 000 pour la banque seule. À ses côtés on trouvait Bleichröder, la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Société générale, la maison Bethmann frères de Francfort, etc. Le groupe du Comptoir d’Escompte de Paris, dans lequel figurait la Banque des Pays autrichiens, apportait les 10 millions restants. Un membre du Comité parisien de la BIO, M. André, occupait la présidence. Un siège avait été réservé à M. Caillard, président du Conseil de la Dette publique ottomane, afin d’intéresser plus solidement que jamais l’Administration de la Dette à l’économie du pays37.

  • 38 AN, 207 AQ, 368 F97 - Convention du 20 février 1885.
  • 39 AN, 207 AQ, 369 F99 - Assemblée générale du 7 avril 1888.

29La société s’engageait à construire pour compte de l’État ottoman les deux lignes de raccordement jusqu’à la frontière bulgare et jusqu’à la frontière serbe, soit une longueur de 131 kilomètres pour le prix forfaitaire de 175 000 F le kilomètre. Elle faisait l’avance des dépenses moyennant un intérêt de 7 % ; cette avance, garantie par le produit de l’exploitation des lignes et par diverses taxes, était remboursable sur une période de 25 ans38 La construction fut sous-traitée à la société Vitali de Paris à 155 000 F le kilomètre. Les travaux furent achevés en 1887 et les lignes livrées à l’exploitation39.

  • 40 AN, 207 AQ, 369 F99 - Assemblée générale 1896.

30Après avoir, dès le début de son existence, assuré à ses actionnaires un dividende annuel de 5 %, la société des raccordements entra en liquidation en 1896, la dette de l’État à son égard ayant été intégralement remboursée40.

  • 41 AN, 207 AQ, 328 F11 - Convention du 5 novembre 1887 et note mars 1888.

31Quant à la Compagnie des Chemins de fer orientaux, son avenir demeurait en suspens et les différends qui l’opposaient au gouvernement turc n’étaient toujours pas réglés. À la suite de nouveaux contacts avec les dirigeants de la Banque ottomane, la cession des actifs de la compagnie à la société des raccordements fut envisagée, les chemins de fer autrichiens prenant en charge l’exploitation du réseau de la Turquie d’Europe. Soumis à l’approbation de la Porte, ce projet fut rejeté par elle, les Turcs étant évidemment hostiles à cette mainmise autrichienne sur leurs voies ferrées41.

  • 42 AN, 207 AQ, 328 F11.

32La Banque ottomane n’abandonna pas la partie. À une réunion tenue à Ostende le 8 septembre 1888 avec Bleichröder et les représentants de la Berliner Disconto Bank, les chemins de fer de Turquie d’Europe Figurent toujours parmi les objectifs que s’assigne le groupement42. Mais le dossier ne progresse pas, même après le règlement par une sentence arbitrale en 1889 des litiges entre le gouvernement turc et le baron de Hirsch.

  • 43 AN, 207 AQ, 328 F12.
  • 44 F. Stern, L’or et le fer, p. 490.
  • 45 AN, 207 AQ, 328 F12.

33Pendant ce temps, la Deutsche Bank avait de son côté entamé des pourparlers avec ce financier pour le rachat de ses intérêts dans les chemins de fer orientaux. Ces pourparlers aboutirent le 17 avril 1890. Hirsch cédait à un groupe formé de la Deutsche Bank et du Wiener Bankverein tous ses intérêts pour le prix de 71 320 509 F43. Bismarck en autorisant la Deutsche Bank à se porter acquéreur s’était montré favorable à la présence de Français et d’Anglais aux côtés des banques allemandes et autrichiennes44. Aussi la BIO se vit-elle offrir une participation de 25 % dans l’opération. La banque ne garda pour elle-même qu’un peu plus de 4 %, rétrocédant le solde à divers sous-participants parmi lesquels le Comptoir d’Escompte, la Société générale et le Baron Hugo de Bethmann de Francfort45.

  • 46 AN, 207 AQ, 109 C109b - Von Siemens à Berger 22 mai et 8 juillet 1890.
  • 47 F. Stern, op. cit.

34L’affaire des chemins de fer orientaux marque le début des relations entre la Banque ottomane et la Deutsche Bank, relations qui se prolongeront jusqu’à la guerre. La BIO tient, pour des raisons politiques, à avoir les Allemands à ses côtés depuis les négociations relatives à la dette turque. La Deutsche Bank, quant à elle, nouvelle venue dans l’Empire ottoman, est heureuse de cette collaboration, qui n’exclura d’ailleurs pas toujours la concurrence. Cet extrait d’une lettre de Georg von Siemens, le fondateur de la Deutsche Bank, à Théodore Berger, définit bien l’esprit de cette association : « Les intérêts de la BIO et les nôtres ne permettent pas que nous marchions ensemble en Turquie, parce que le gouvernement ottoman y trouverait à redire. Mais ceci n’empêche pas que nous nous soutenions mutuellement dans les affaires que chacun de nous a contractées et que nous nous réunissions dans nos efforts communs à soutenir le crédit de l’Empire ottoman pour rendre plus sûres et plus profitables les affaires que chacun de nous contracterait à l’avenir ». Il ne s’agit pas de faire un nouveau Consortium, mais une entente informelle et discrète. C’est ce que von Siemens appellera « le principe de la marche parallèle »46. Parallèlement à cette entrée de la Deutsche Bank, les liens avec le baron de Bleichröder vont se distendre, d’autant que la mort de ce dernier en février 1893 va être suivie du lent déclin de la banque qu’il avait fondée47.

Les chemins de fer de la Turquie d’Asie

35La construction de chemins de fer en Turquie d’Asie figurait parmi les objectifs que, dès sa création, s’était assigné le Consortium. Toutefois pour les participants, la Régie des tabacs et les chemins de fer de Roumélie étaient prioritaires. Il s’agissait là d’affaires relativement aisées sur le plan technique et qui pourraient, espérait-on, atteindre rapidement l’ère des bénéfices. La constitution d’un réseau de voies ferrées dans les provinces asiatiques de l’Empire était une entreprise beaucoup plus difficile. Il ne s’agissait de rien de moins que de relier à l’Europe et au bassin méditerranéen les régions bordant le golfe persique. Les distances étaient considérables (il y a 2 300 kilomètres de la mer de Marmara jusqu’à Bagdad, 1 800 kilomètres de l’embouchure de l’Oronte jusqu’à Bassorah), les capitaux à investir seraient par conséquent très importants. Au surplus, il était permis d’hésiter – et l’on hésitera en effet – entre plusieurs tracés partant soit de la région de Constantinople, soit de la côte syrienne. Enfin plusieurs des provinces traversées étaient désertiques ou encore très peu développées. L’exploitation serait donc déficitaire jusqu’à ce que l’établissement de la ligne ait suscité un progrès général de ces contrées.

  • 48 A. du Velay, op. cit., p. 627.
  • 49 AN, 207 AQ, 324 F4 - Note sur Angora pour sir E. Vincent.

36Le gouvernement ottoman, quant à lui, désireux de promouvoir la partie orientale de l’Empire, très en retard par rapport à la partie européenne, attachait à la construction de voies ferrées en Turquie d’Asie, en particulier à celles pouvant constituer l’amorce de la ligne de Bagdad, une très grande importance. Déjà le 1er août 1875, le sultan Abd-ul-Aziz avait ordonné au grand vizir Ahmet Esat Pacha d’entreprendre les études préliminaires à la construction de cette ligne. Les graves événements politiques survenus peu après avaient fait obstacle à ce dessein48. Parvenu au trône, Abd-ul-Hamid, décidé à doter son Empire d’un réseau cohérent de chemins de fer, avait fait siennes, sur ce point, les vues de son prédécesseur. Modeste amorce de ces vastes projets, un premier tronçon de 92 kilomètres, reliant Haïdar Pacha sur la côte d’Asie en face de Constantinople à la ville d’Ismidt, avait été construit par l’État qui en assurait directement l’exploitation. Le gouvernement souhaitait poursuivre cette ligne jusqu’à Angora sur le plateau anatolien, région dont la production de céréales constituait la principale ressource. Mais les frais de transport jusqu’à la capitale étaient si élevés (le trajet demandait de 16 à 18 jours) que les prix de vente ne permettaient pas toujours de les couvrir49.

  • 50 AN, 207 AQ, 251 D47.
  • 51 AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1883-1884.
  • 52 AN, 207 AQ, 328 F11 - Bleichröder à Berger, 28 avril 1882.

37Les souhaits du gouvernement impérial étaient bien éloignés des vues du Consortium, très réservé sur le projet de Bagdad, et qui donnait la préférence à des lignes reliant les principaux ports de la côte à l’arrière-pays. S’adressant le 7 juin 1882 à la direction du Crédit Anstalt, Charles Mallet s’exprime à ce sujet sans ambiguïté : « Peut-être serait-il opportun de prendre pour la construction du chemin de fer (de Bagdad) un firman d’étude, afin de donner satisfaction au désir du sultan et d’obtenir en attendant quelques concessions moins vastes, mais plus immédiatement fructueuses50 ». En fait rien ne se passa, la BIO et son groupe étant alors absorbés dans la poursuite de leurs autres projets. Un an plus tard, les Turcs prirent eux-mêmes l’initiative. Le 6 juin 1883, dans un entretien avec Deveaux, directeur de la banque, un membre du gouvernement insista sur le désir des autorités de doter de voies ferrées les provinces d’Asie, en commençant par la ligne Constantinople-Angora. Si l’affaire, ajoutait-il, intéressait le Consortium, l’initiative devait venir non de la Banque ottomane mais du baron de Bleichröder. « Le gouvernement, commente à ce sujet Deveaux, redoute avant tout l’apparence d’une ingérence anglaise dans les chemins de fer d’Asie, ingérence qui serait très impopulaire. Notre établissement, considéré comme une institution en partie anglaise, doit par cela même se tenir à l’écart »51. Il est permis de voir dans cette méfiance des Turcs à l’égard des entreprises anglaises une conséquence de l’intervention britannique en Egypte ; telle fut du moins l’opinion de Bleichröder52.

38La demande ainsi formulée officieusement par le gouvernement ne suscita aucune réaction de la part du Consortium, et le dossier demeura clos pendant près de 5 ans.

39Au début de 1888, le programme initial du Consortium a été en grande partie réalisé. Seule demeure en suspens l’affaire des chemins de fer d’Asie. Celle-ci se trouve relancée par la Banque ottomane qui l’aborde sous son aspect financier. Le coût de la construction devant être couvert par des émissions d’obligations, il était capital de s’assurer tout d’abord de la façon dont la charge d’intérêt et de remboursement pourrait être garantie. La solution avait été trouvée dans le système des garanties kilométriques, instaurée en faveur de la Compagnie des Chemins de fer orientaux du baron de Hirsch. Dans ce système l’État garantissait à la compagnie concessionnaire un minimum de recettes par kilomètre qu’il s’engageait à parfaire au cas où les produits de l’exploitation seraient insuffisants. Mais l’expérience avait montré la faible valeur de cette garantie, car le règlement des sommes dues, étant à la charge du budget général, dépendait des possibilités du Trésor. Aussi Théodore Berger imagina-t-il d’asseoir les garanties kilométriques sur les dîmes des districts traversés par la ligne, postulant que ces dîmes augmenteraient nécessairement avec le développement économique engendré par la mise en service du chemin de fer. Pour soustraire le paiement des sommes dues au titre des garanties au bon vouloir du Trésor turc, elles seraient réglées par l’Administration de la Dette publique, qui encaisserait directement des affermataires les dîmes affectées.

  • 53 AN, 207 AQ, 326 F8 - Aubaret à Berger 8 mars et 10 avril 1888.

40Une telle mission débordait du cadre tracé à cette administration par le décret de Mouharrem. Son président, Aubaret, alla soumettre le plan Berger au grand vizir Mehmet Kâmil Pacha. Celui-ci réagit très favorablement, mais en profita pour insister sur l’importance attachée par le gouvernement à la ligne d’Angora. « Le grand vizir a trouvé la proposition admirable, écrit Aubaret à Berger le 8 mars 1888. Les Turcs sont convaincus que l’on vient de leur proposer l’unique moyen d’avoir ce chemin de fer auquel le sultan tient beaucoup. » Un mois plus tard, un iradé confiait à l’Administration de la Dette la perception des dîmes qui seraient affectées en couverture des garanties kilométriques53.

  • 54 AN, 207 AQ, 326 F8 - Berger à Aubaret 5 et 29 avril 1888.

41Encouragé par ce premier succès, Berger conçoit un programme grandiose qu’il expose à Aubaret dans diverses lettres d’avril 1888. Il s’agit dans son esprit de constituer « un groupe composé des premiers banquiers de l’Europe, sans distinction de nationalité, autour desquels viendraient se grouper les grands constructeurs et les grandes sociétés métallurgiques de tous pays... réaliser grâce à ce concours de puissances financières le grand problème des chemins de fer d’Asie, duquel seul la Turquie doit attendre son relèvement ; remplacer les anciennes émissions d’emprunts ottomans, aujourd’hui impossibles, par des émissions successives d’obligations industrielles destinées à mettre en valeur les chemins de fer et toutes les richesses naturelles de l’Asie Mineure ». Développant la partie financière de son programme, il envisage la constitution de sociétés au capital restreint, faisant largement appel à l’épargne occidentale par des émissions lancées au fur et à mesure des besoins54. On notera l’étroite association entre la banque et l’industrie que préconise Berger, ainsi que le caractère international qu’il veut donner à son projet. Le temps du nationalisme n’est pas encore venu.

  • 55 AN, 207 AQ, 326 F8 - Berger à Aubaret 27 avril 1888 et Aubaret à Berger, 20 avril 1888.

42Pour Berger, les chemins de fer à construire en Syrie sont prioritaires. Après seulement viendraient les lignes d’Ismidt-Angora et Samsoun-Sivas. Aubaret cependant insiste sur l’urgence de « pénétrer en Asie Mineure pour sauver toute une population qui serait sans cela condamnée à périr de faim »55. Le gouvernement partage sans doute ce point de vue, car il maintient ses propres priorités et lance un appel d’offre pour la construction de la ligne Ismidt-Angora. La BIO décide de se mettre sur les rangs et délègue en Turquie pour les études techniques Émile Level, directeur général de la Société générale des Chemins de fer économiques.

  • 56 AN, 207 AQ, 327 F9.

43Le 28 juin, au moment où Level arrive à Constantinople, Théodore Berger, dans une longue missive adressée à Deveaux et destinée à l’orienter dans les négociations à venir, éprouve le besoin de retracer les grandes orientations de la politique de la banque au sujet des chemins de fer. « Tout notre programme, dit-il, peut se résumer en deux mots : obtenir de bonnes lignes, les construire et les exploiter économiquement ». Il souligne avec force que la vraie garantie des bailleurs de fonds « c’est la ligne » et que les garanties kilométriques ne doivent être considérées « que comme une avance de courte durée sur les produits de l’exploitation » destinée à assurer le paiement des intérêts pendant la période de construction, et à donner confiance au public. Il précise enfin ses vues quant à la façon dont les négociations doivent être conduites. Ce doit être sur un plan strictement économique et sans y mêler de considérations politiques ni d’autres ambitions nationalistes. « Pas de drapeau, là où le drapeau est inutile. » L’affaire des chemins de fer doit avoir un caractère international : « Assurons-nous les ressources nécessaires en groupant autour de nous et sans formule politique les grands capitaux allemands, autrichiens, anglais même, qui depuis sept ans ont coopéré si utilement avec nous... Nous aurons ainsi tout le monde avec nous ou du moins nous ferons tomber des oppositions redoutables. » On retrouve ici la pensée profonde qui avait présidé à la création du Consortium. Mais il importe d’éviter avant tout de rechercher un appui diplomatique français ou anglais : « La protection la plus dangereuse que puisse rencontrer à Constantinople un Français de haut mérite qui vient traiter une affaire est celle de l’ambassade de France. » Quant à l’ambassade d’Angleterre, « toute démarche... tentée de ce côté (aurait) l’effet contraire à celui que l’on pourrait attendre ». Par contre, il serait important, par une intervention auprès de l’ambassadeur d’Allemagne, de s’assurer de sa « neutralité bienveillante »56. On savait en effet qu’un groupe purement allemand était déjà sur les rangs.

  • 57 AN, 207 AQ, 327 F9.
  • 58 AN, 207 AQ, 328 F11 - Compte rendu de la conférence.

44Level, s’étant formé de l’entreprise de la ligne d’Angora une opinion favorable, remit au ministre des Travaux publics un projet de convention pour le compte d’un groupe comprenant la BIO, Bleichröder et la Berliner Diskonto Bank57. Les trois associés se réunirent à Ostende le 8 septembre 1888 pour préciser les conditions de leur collaboration dans les affaires de chemins de fer à leur programme. On décida que Français et Allemands participeraient à part égale à ces entreprises. Ultérieurement un groupe autrichien et un groupe anglais seraient invités à se joindre à eux. L’industrie de chaque pays participerait aux fournitures dans la même proportion que les groupes financiers. Enfin il était prévu que la ligne d’Angora servirait de point de départ pour le réseau des chemins de fer d’Asie. Il s’agissait de « s’assurer sur les côtes les têtes de ligne les plus importantes et promettant un bon rendement et les lignes de raccordement les plus proches, et particulièrement en Syrie »58.

  • 59 Poulgy, Les emprunts ottomans, p. 128-129.

45Moins d’un mois plus tard, la Deutsche Bank obtenait la concession de la ligne d’Angora et rachetait le tronçon Haïdar Pacha-Ismidt, le tout à des conditions plus favorables pour les Turcs que celles offertes par la BIO et son groupe. En même temps, elle prenait ferme un emprunt de 30 millions de marks, destiné à régler un ensemble de créances d’industriels allemands59. Cette opération, suivie dix-huit mois plus tard du rachat de la Compagnie des Chemins de fer orientaux, marque l’entrée en force de la Deutsche Bank dans le champ des affaires turques, jusque-là dominé par la Banque impériale ottomane.

  • 60 AN, 207 AQ, 328 F11 - Note Berger aux participants de la conférence d’Ostende, 2 octobre 1888.

46Les dirigeants de la banque prirent leur échec avec philosophie. Ils n’avaient jamais été vraiment enthousiastes pour la ligne d’Angora. Aussi reportèrent-ils aussitôt leurs ambitions sur les autres lignes envisagées à Ostende. « La section Ismidt-Angora à laquelle le gouvernement tient pour des raisons stratégiques est d’une exécution difficile et d’un rendement encore incertain. Tandis que la Deutsche Bank s’emploiera à construire cette ligne, nous pourrons à loisir étudier les voies plus faciles et plus productives destinées à mettre en relation avec le littoral les régions fertiles de l’Anatolie et de la Syrie »60. Mais, à la suite de cette déconvenue, suivie peu après de l’échec relaté plus haut du projet de rachat des chemin de fer de Roumélie, les relations de la BIO avec ses partenaires semblent s’être refroidies et le Consortium, déjà amputé des Autrichiens, prit fin de facto.

  • 61 A. Mey. PV du comité vol. 3-14 décembre 1888 et 31 janvier 1889.
  • 62 AN, 207 AQ, 326 F6 - Rapport Millingen, directeur de BIO Stamboul, sur le chemin de fer CaïffaDamas
  • 63 AN, 207 AQ, 326 F6 - Millingen à Berger, 25 janvier 1889.

47À partir de ce moment, la banque se tourna vers des projets syriens, non plus de sa propre initiative, mais à la demande d’intermédiaires titulaires de diverses concessions. Sollicitée tout d’abord de participer à la construction de la société chargée de construire et d’exploiter une ligne entre Jaffa et Jérusalem, dont la raison d’être était avant tout d’assurer le transport des pèlerins, elle déclina, après une brève étude, cette proposition61. Un autre projet, tendant cette fois à relier Damas et la Syrie du sud à la côte méditerranéenne, retint davantage son attention. La ligne devait aboutir à Caïffa en traversant le plateau du Hauran. La province de Syrie qu’il s’agissait de desservir était alors la seule région de l’Empire à connaître un accroissement de richesses, et la ville de Damas, avec ses 200 000 habitants, demeurait un centre économique important, malgré une certaine baisse de son mouvement commercial, le trafic avec Bagdad s’en étant détourné depuis l’ouverture du canal de Suez62. En outre, aux dires du concessionnaire, un certain Joseph Elias, le gouvernement souhaitait la construction de cette ligne, en particulier à cause de la desserte du Hauran, où l’État, ainsi que plusieurs hauts personnages – dont le sultan lui-même – possédaient de vastes propriétés, et où le manque de moyens de communication faisait obstacle à la perception des dîmes63.

  • 64 A. Mey. Rapport sur Caïffa et St Jean d’Acre, p. 3 (sans date).

48Les premières études furent encourageantes, mais des informations complémentaires recueillies par la direction de l’agence de Beyrouth jetèrent le doute sur ces conclusions optimistes. Il apparut que le trafic probable serait insuffisant à rentabiliser l’exploitation64. Aussi la banque renonça-t-elle rapidement à ce projet. Mais l’affaire des chemins de fer syriens n’allait pas tarder à revenir à la surface, sous la forme cette fois d’un tracé aboutissant à Beyrouth à travers les montagnes du Liban et de l’Anti-Liban.

Le Port de Beyrouth

  • 65 AN, 207 AQ, 377 PB2 - Stoecklin, ingénieur en chef des Ponts et Chaussés au conseil d’administratio (...)
  • 66 J. Thobie, op. cit. p. 173.

49C’est à la suite de l’intervention française de 1860 que prit naissance le projet de doter la ville de Beyrouth d’installations offrant aux navires des facilités plus grandes que celles du petit port alors existant qui, pour l’essentiel, remontait aux croisades. Mais l’avant-projet que présenta en 1863 la Compagnie des Messageries Maritimes à l’administration ottomane fut abandonné après deux ans de pourparlers. En 1879 le président de la Compagnie de la route de Beyrouth à Damas, le comte de Perthuis, reprit l’affaire en main. Les choses allèrent d’abord avec une extrême lenteur65, et ce n’est qu’en 1886 que fut constitué un groupe réunissant autour de la Compagnie de la route, la BIO, le Comptoir d’Escompte, la Banque de Paris et des Pays-Bas et les Messageries Maritimes. Mais alors que le groupe de Perthuis espérait obtenir la concession du port, celle-ci fut octroyée par la Porte à un homme d’affaires beyrouthin, Youssef Moutran, le 19 juin 188766.

  • 67 AN, 207 AQ, 377 PB3 - Mallet à Affaires Etrangères, 19 juillet 1887.

50Moutran était un intermédiaire qui n’avait lui-même ni l’intention ni les moyens de réaliser cette entreprise. Aussi chercha-t-il aussitôt à négocier sa concession. Il prit contact à cet effet avec la Banque ottomane et par elle avec le groupe de la Compagnie de la route. Moutran était dans ses démarches vivement appuyé par le gouvernement français et le ministre des Affaires étrangères, Flourens, le recommandait avec chaleur au président Mallet, le présentant comme un grand ami de la France dans le Levant67.

  • 68 AN, 207 AQ, 377 PB2 - Historique des négociations pour la prorogation des délais, mai 1888.

51Dès le mois de septembre, on commença en commun les études définitives. Des difficultés se présentèrent bientôt quant à la constitution du capital fixé au départ à 5 millions F. La Compagnie de la route acceptait d’y participer pour 2 millions, mais les autres membres du groupe étaient peu empressés pour souscrire et la BIO, qui ne manifestait pas non plus pour cette affaire un enthousiasme débordant, refusait de fournir seule le complément. Poussé par l’ambassadeur de France à Constantinople, le comte de Montebello, qui craignait de voir écarté Moutran, Paris intervint à nouveau avec insistance. Francis Charmes, directeur des affaires politiques, souligna auprès de la BIO l’importance qu’attachait le gouvernement français à la réalisation de ce projet et demanda au Comptoir d’Escompte d’apporter son concours68.

  • 69 AN, 207 AQ, 377 PB2.

52À la suite de ces pressions, la Compagnie du Port de Beyrouth fut constituée le 21 juin 1888. Dans le capital de 5 millions on trouvait la Compagnie de la route pour 2 200 000 F, la BIO pour 1 300 000 F, le Comptoir d’Escompte et la Banque de Paris et des Pays-bas pour 250 000 F chacun... 750 000 F (1 500 actions) étaient réservés au marché de Beyrouth. Dans le Conseil d’administration de onze membres, présidé par le comte de Perthuis, la Banque ottomane obtenait trois sièges69.

53La création de la Compagnie du Port de Beyrouth est un événement significatif dans la vie de la banque. Jusqu’alors le gouvernement français s’était abstenu de toute intervention dans les activités de celle-ci. Il n’avait pas cherché à tirer parti du caractère en partie français (et maintenant très majoritairement français) de la banque pour influencer son action au profit de la politique française en Orient. Les interventions répétées du Ministère des Affaires étrangères en faveur de Moutran marquent un net changement d’attitude. Fe gouvernement français est entré dans la voie de l’interventionnisme, cherchant à utiliser les agents économiques sur lesquels il exerce quelque influence comme des instruments de la politique française dans l’Empire ottoman, et d’abord en Syrie. On en verra jusqu’en 1914 d’autres exemples.

  • 70 AN, 207 AQ, 377 PB3 - Cie du Port, Beyrouth à administrateur délégué à Paris, 13 juin 1888.
  • 71 A. Mey. PV du Comité vol. 3-16 décembre 1892.

54Le placement des actions réservées au marché de Beyrouth rencontra d’abord peu de succès70. Mais après l’ouverture du chantier en janvier 1890, l’image de la société s’améliora rapidement aux yeux du public. La banque, qui ne souhaitait pas en règle générale conserver une importante fraction du capital des affaires à la naissance desquelles elle avait participé, en profita pour céder la plus grande partie de ses actions. Elle ne détiendra plus en 1892 que 10 % du capital71. La construction du port fut achevée en octobre 1894 et l’exploitation débuta le 1er janvier 1895.

  • 72 J. Thobie op. cit. p. 378-379.

55Si la BIO avait sensiblement réduit le montant de sa participation, elle n’en continua pas moins à jouer un rôle important, aussi bien comme banquier de la société qu’au sein de son conseil d’administration, où Charles Mallet accéda à la présidence en 1896. Il n’entre pas dans notre propos de nous étendre sur l’histoire de la compagnie. Il suffira d’indiquer qu’après les difficultés des premières années, 1901 ouvrit l’ère des bénéfices, permettant à partir de 1904 la distribution d’un dividende en constante augmentation72.

  • 73 Les intérêts financiers de la France dans l’Empire ottoman, p. 30-31.

56À la veille du conflit mondial, la compagnie était prospère. Ses installations, sans cesse agrandies pour faire face au développement du trafic, s’étendaient sur 23 hectares. Fe rôle du port dans l’expansion du commerce d’importation et d’exportation de la ville de Beyrouth fut capital. On peut en voir le signe incontestable dans l’augmentation des revenus de la douane qui décuplèrent pendant cette période73.

Le Gaz de Beyrouth

57La Banque ottomane prit à la même époque un intérêt dans une autre affaire de service public à Beyrouth. Elle souscrivit en 1877 36 % du capital de 800 000 F d’une société constituée pour exploiter la concession d’éclairage par le gaz qu’avait obtenue deux ans auparavant Alexandre de Girardin. Elle assuma un rôle prépondérant dans la gestion de la société, avec trois administrateurs sur sept au conseil, dont le président (Charles Goguel) et le vice-président (Théodore Berger).

  • 74 J. Thobie op. cit. p 189-192.

58L’entreprise ne réussit pas ; l’exploitation fut constamment déficitaire. La société échoua complètement dans ses efforts pour conquérir la clientèle privée, l’éclairage au moyen de lampes à pétrole s’avérant plus économique pour les particuliers. Aussi les installations (usine, canalisations) demeurèrent-elles sous-employées74.

  • 75 AE N.S. Turquie - carton 447 - note de la direction politique et commerciale, 27 octobre 1913.

59La banque, dont les avances grossissaient avec le déficit qu’il fallait couvrir, réussit enfin à se dégager en 1899. Pour obtenir l’adhésion de MM. Sabbagh et fils, banquiers à Beyrouth, au concordat de la Compagnie du Chemin de fer de Damas-Hamah et prolongements, elle leur céda tous ses intérêts dans le Gaz de Beyrouth pour 240 000 F75.

Les relations avec le Trésor de 1882 à 1889

  • 76 AN, 207 AQ, 168 et 169. Rapports sur les exercices 1882, 1883, 1884 et 1885.

60Le décret de Mouharrem n’avait liquidé qu’une partie des dettes du Trésor à l’égard de la banque. Etaient en effet restés en dehors de ses dispositions le compte courant statutaire ainsi que quelques anciennes avances depuis longtemps en suspens. Le total des avances au gouvernement atteignait 4 451 356 £ au bilan de 1882. L’immobilisation du compte statutaire ne lui permettait pas de remplir sa fonction de financer les besoins temporaires de l’État dans l’attente du recouvrement des impôts. La banque se trouvait donc obligée de continuer à consentir au Trésor des avances provisoires. Ces avances furent toujours remboursées avec difficulté et durent à plusieurs reprises être prorogées. Aussi compte tenu de l’accumulation des intérêts, l’ensemble des comptes débiteurs de l’État s’élevait au 31 décembre 1885 à 6 589 949 £, en augmentation de 2 100 000 £ en trois ans. Les encaissements effectifs de la banque n’avaient guère dépassé 725 000 £ pendant la même période76.

  • 77 A. Mey. Assemblées générales des 25 juin 1884 et 23 juin 1885.

61Ce chiffre, si modeste soit-il, représentait tout de même un réel effort de la part du gouvernement et témoignait de sa volonté de poursuivre l’œuvre de restauration financière inaugurée par le décret de Mouharrem. Les circonstances n’étaient cependant pas des plus favorables, car en 1883 et 1884 la Turquie eut à souffrir de récoltes fortement déficitaires, aggravées par une baisse mondiale des prix77.

62Une fois de plus des difficultés politiques extérieures vinrent entraver le redressement entrepris. Le coup d’État du 16 septembre 1885 en Roumélie orientale, suivi du rattachement à la Bulgarie de cette province autonome, et les tensions qui s’ensuivirent obligèrent la Turquie à une mobilisation partielle de ses forces armées. La banque vint en aide au Trésor, mais sut tirer parti des circonstances pour obtenir le règlement de deux questions vitales : la fixation des conditions nouvelles du service de trésorerie et la liquidation du compte statutaire.

  • 78 A. Mey. Rapport sur l’exercice 1886.

63Le gouvernement contestait en effet le bien-fondé de la commission stipulée en 1875 pour le service de trésorerie, commission à l’origine d’une partie notable de sa dette envers la banque. Il est vrai que par suite des circonstances, ce service n’avait pas été rendu, mais cela, rétorquait la banque, n’était pas de son fait, et elle avait pris à l’époque toutes mesures utiles pour être à même de remplir la mission qui lui était confiée78.

64Au début de 1886, les dirigeants de la BIO étaient arrivés à la conviction que, vu l’importance des sommes en cause et l’état des finances turques, il n’était pas réaliste d’espérer un remboursement intégral et que des sacrifices de leur part étaient inévitables. Le gouvernement de son côté se montrait favorable à un règlement.

  • 79 AN, 207 AQ, 204 T1.
  • 80 A. Mey. PV du Comité, vol. 3 - 3 décembre 1886 et 13 septembre 1888 et AN, 207 AQ, 278 D113 - Table (...)

65En vertu de la convention du 28 mai 1886, le solde du compte statutaire s’élevant à 7 480 362 LT se trouva remboursé par la remise de 204 545 obligations d’un nouvel emprunt au taux de 5 % gagé sur les douanes, pour une valeur faciale de 4 499 990 LT. La banque abandonnait donc près de 3 millions LT de créances, représentant approximativement les trois quarts de la commission de 200 000 LT de 1875 à 1886 et les intérêts y afférents. Comme on avait eu la prudence de mettre en réserve les revenus non perçus, cet abandon de créances n’affecta pas les résultats. Une autre convention conclue le même jour fixait à 750 000 LT le plafond du nouveau compte statutaire. Enfin la commission de trésorerie était fixée pour l’avenir à 75 000 LT79. En les échangeant contre des valeurs négociables, la banque avait retrouvé la libre disposition de la plus grande partie des sommes jusque-là immobilisées dans les avances à l’État. Mais ce dégagement n’avait été obtenu qu’au prix d’un sacrifice important, qu’allaient accroître les pertes inévitables lors de la vente de ces titres. En effet, quoique la garantie fût de premier ordre, le crédit de l’Empire n’était pas suffisamment rétabli pour que les marchés pussent se contenter d’un intérêt de 5 %. La banque céda les titres reçus de 1886 à 1888 avec des décotes variant entre 30 et 40 %80.

66Après la signature de la convention du 29 mai 1886, qui avait apuré le passé, la BIO avait continué à consentir au Trésor des avances à court terme en fonction des besoins. Or, à partir de 1887, le gouvernement, qui avait à faire face à d’importantes commandes d’armement passées à l’industrie allemande, suspendit le règlement à la banque des revenus affectés au service de ces avances. Inquiète de voir se renouveler un processus qui avait, dans un passé récent, conduit à l’immobilisation complète de ses fonds, celle-ci tenta d’obtenir la consolidation de ses créances par la remise d’une tranche supplémentaire d’obligations garanties par les douanes. Elle se heurta à l’opposition du sultan.

  • 81 A. Mey. - Rapport sur l’exercice 1887.
  • 82 AN, 207 AQ, 109 C109b - Ch. Mallet à Bleichröder, 10 décembre 1888.

67Il s’ensuivit une crise grave. La banque refusait de laisser gonfler par de nouvelles avances le montant de ses créances en souffrance, et le Trésor avait besoin de ces avances pour assurer le paiement de dépenses essentielles. À plusieurs reprises, par suite des refus de la BIO d’accorder les prêts demandés, le paiement des agents diplomatiques à l’étranger, celui des fonctionnaires étrangers au service de la Porte ne purent être effectués en temps voulu81. Ces incidents plaçaient le gouvernement dans une situation humiliante. Aussi, bien que la banque ait finalement accordé en grande partie ce qui lui avait été demandé – le total de ses créances sur l’État passa de 1 392 925 £ à 1 825 148 £, soit une augmentation de plus de 30 % en deux ans – ses relations avec le gouvernement devinrent des plus tendus. Ce qui n’est certainement pas étranger aux échecs qu’elle rencontra alors dans ses projets ferroviaires. Les Turcs se rendaient compte « que la BIO est plus préoccupée de liquider partiellement son portefeuille que désireuse de s’engager dans des avances nouvelles non garanties »82.

  • 83 AN, 207 AQ, 328 F11 - Foster à Berger, 11 décembre 1883.

68Des maladresses diplomatiques et des conflits de personnes vinrent aggraver la situation. Dès l’origine, les relations avec le gouvernement avaient été de la compétence du directeur général. Foster, qui avait une longue expérience de la Turquie, avait su gagner la confiance des milieux dirigeants et nouer des liens avec Abd-ul-Hamid, avant même l’accession au trône de celui-ci, qui lui permettaient un accès direct auprès du souverain (« I dined twice lately with his Majesty and on each occasion he honored me with a private audience after dinner »)83. Mais son état de santé le contraignit à cette époque à de longues absences et la charge des rapports avec les milieux officiels incomba à son adjoint, Deveaux, qui paraît avoir été d’un caractère cassant et sans souplesse.

  • 84 S.J. et E.K. Shaw, op. cit. Tome II p. 214.
  • 85 AN, 207 AQ, 127 C141 - Foster à Demachy, 21 décembre 1886.
  • 86 AN, 207 AQ, 327 F9 - Azarian, représentant de Bleichröder à Constantinople à Berger, 14 août 1888.
  • 87 AN, 207 AQ, 327 F9 - Azarian à Berger, 29 septembre 1888.
  • 88 AN, 207 AQ, 109 C109 b - Bleichröder à Mallet, 21 octobre 1888.

69En particulier, ses relations avec le ministre des Finances, Agop Pacha Zarifi, nommé à ce poste le 10 août 1888, devinrent rapidement des plus mauvaises. Agop, banquier de Galata, s’était dans le passé vu confier par Abd-ul-Hamid la gestion de sa fortune personnelle sur la recommandation de Foster84, qui devait par la suite juger sévèrement son caractère, l’estimant, malgré ses protestations d’amitié, « aussi fourbe et ingrat que possible85 ». Mais il jouissait de l’entière confiance de son souverain et détenait de ce fait au sein du gouvernement ottoman, alors dirigé par le grand vizir Kâmil Pacha, un pouvoir considérable. La plupart de ses collègues supportaient mal son influence et le grand vizir lui-même en était irrité. Deveaux, lié de longue date avec Kâmil Pacha, semble avoir, dès la nomination d’Agop, intrigué contre lui à la Sublime Porte, si l’on en croit ce propos du ministre, rapporté le 14 août au Comité de Paris : « Cet homme (Deveaux) qui ne peut me pardonner d’être arrivé au haut poste que j’occupe cherche tous les moyens possibles pour me perdre86. » Ces intrigues ne pouvaient que susciter la mauvaise humeur du sultan à l’égard de la banque. Des indices donnent à penser que des groupes étrangers tentèrent de profiter de cette disgrâce pour remplacer la BIO en tant que banquier de l’État par une banque internationale composée d’Italiens, d’Autrichiens, d’Allemands et d’Anglais87. Ce projet ne se concrétisa pas ; Bleichröder, loyal à son alliance avec la Banque ottomane, s’employa à le contrecarrer auprès du gouvernement allemand88. Mais jamais les rapports entre la banque et le pouvoir n’avaient connu pareille crise.

  • 89 AN, 207 AQ, 188 SI3 - Jaroszinski, secrétaire de l’ambassade de France à Constantinople à Mallet, 3 (...)

70Une telle situation ne pouvait se prolonger. Aussi le Comité prit-il l’initiative, en 1889, de faire contacter Agop Pacha par l’ambassadeur de France, le comte de Montebello. Agop se défendit d’être hostile par principe à la finance française et à la BIO en particulier. Il rejeta sur la banque la responsabilité des échecs qu’elle venait de subir dans l’affaire des chemins de fer d’Asie accordée aux Allemands, mettant en cause ses manières brutales, « ses procédés discourtois et peu loyaux ». Reconnaissant qu’elle « peut rendre d’éminents services à l’Empire tout en faisant brillamment ses propres affaires », il se déclara prêt à reprendre avec elle des relations cordiales « à condition que certains procédés qui ne sont plus de mise aujourd’hui soient entièrement écartés... et que le personnel de Constantinople soit modifié ». Le comte de Montebello, persuadé de la sincérité de son interlocuteur, estimait « le moment venu de regagner le terrain perdu »89.

71La question de la direction de la banque à Constantinople se trouvait donc clairement posée. Le renouvellement de l’état-major apparaissait indispensable au rétablissement des relations avec le gouvernement.

Les comptes de la Banque impériale ottomane (1882‑1889)

72À l’issue du conflit avec la Russie, la décennie qui suivit le rétablissement de la paix fut en général pour l’économie turque une période de stagnation. La timide reprise des affaires à laquelle on assista tout d’abord se trouva compromise dès 1883 par une mauvaise récolte puis par la récession mondiale et la baisse des prix. Par la suite aucune reprise ne se manifesta. Les espoirs mis dans la réalisation de la jonction ferroviaire entre la Turquie d’Europe et l’Autriche-Hongrie tardèrent à se réaliser. Leurs premiers effets furent au contraire négatifs pour le commerce de la capitale, qui cessa d’être le principal centre d’approvisionnement des provinces européennes de l’Empire, celles-ci pouvant désormais entretenir des contacts directs avec l’étranger.

73Dans ces conditions, les affaires des agences de la banque en Turquie ne pouvaient connaître un grand développement. Conformément aux directives maintenues par le Comité leur activité continua à se concentrer sur les opérations du Trésor et elles s’interdirent, sur le plan commercial, toute initiative risquée, l’objectif étant de demeurer aussi liquide que possible. Seules les agences de Salonique, de Beyrouth et de Smyrne prirent une certaine part au mouvement commercial de leur place. À Smyrne, où les affaires étaient déprimées depuis longtemps, une certaine reprise commença à se manifester en 1884. L’année précédente, une sous-agence à Nazli était venue renforcer le réseau de la banque dans ce secteur. La seule implantation ouverte pendant cette période, l’agence de Stamboul (aujourd’hui Yéni Cami), dans la vieille ville de Constantinople, sur la rive droite de la Corne d’or, le fut avant tout pour les besoins de l’Administration de la Dette publique dont elle centralisa les opérations. Ce n’est que plus tard qu’elle prendra une part active au mouvement d’affaires de ce quartier très commerçant.

  • 90 AN, 207 AQ, 168 et 169 - Rapports sur les exercices 1882-1888.

74Les agences d’Égypte étaient bien loin de retrouver leur prospérité passée. Le pays se remettait lentement des secousses qu’il venait de subir, et la crise mondiale y fit, comme ailleurs, sentir ses effets. La réorganisation sous contrôle britannique de l’administration des finances avait fait disparaître les opérations, jadis lucratives, sur les fonds d’État égyptiens, et le ralentissement général des affaires ne permettait pas d’y substituer sur une échelle suffisam ment importante le financement de l’économie. La concurrence entre les nombreuses banques européennes établies à Alexandrie était donc très vive et pesait sur leur rentabilité90.

  • 91 A. Mey. - Bilans.

75Les années 1882-1889 furent pour la banque des années de transition. Grâce aux accords de 1881 et 1886, elle parvint à se dégager de ses créances immobilisées sur le Trésor et à réduire fortement son concours à celui-ci. Pour compenser les pertes de revenu qui allaient en découler, elle se lança, avec des résultats, on l’a vu, mitigés, dans la promotion d’affaires. Enfin si elle continua à ne participer qu’avec réticence à la vie économique de l’Empire, elle vit croître la confiance du public à son égard et les ressources mises par lui à sa disposition. Les bilans de cette période mettent en lumière ces évolutions. Au 31 décembre 1881, les avances à l’État s’élèvent encore à 3 755 952 £, soit plus de 30 % du total du bilan, mais à la fin de 1888 elles n’en représenteront plus (à 1 825 148 £) qu’environ 16 %. Du côté des ressources, poursuivant une évolution déjà amorcée les années précédentes, les billets en circulation, dont l’usage commence à se répandre dans les provinces, passent de 237 914 £ à 452 056 £, progression que seul freine le souci de la banque de limiter les risques qu’ils font peser sur son encaisse, et les dépôts à échéance fixe de 296 761 £ à 792 314 £91.

  • 92 AN, 207 AQ, 168 et 169.

76Si les périodes de transition préparent les profits à venir, on y connaît rarement des satisfactions immédiates. L’exercice 1882 fut clôturé encore avec de très beaux résultats qui permirent le maintien du dividende à 15 %. Mais le déclin s’amorça dès l’exercice suivant. La nécessité de constituer d’importantes provisions, et la diminution des avances à l’État entraînèrent une érosion des bénéfices. Les résultats des agences (Turquie, Chypre, Égypte) bien que constamment bénéficiaires et en progression pendant la période, demeuraient à des chiffres modestes (16 016 £ en 1882, 36 940 £ – chiffre record – en 1885)92 et l’augmentation des ressources ne pouvait, du fait de la crise, être employée très profitablement. En conséquence, le dividende dut chaque année être réduit pour tomber finalement à partir de 1886 à 5 %, montant du dividende statutaire. Après les échecs rencontrés dans les affaires de chemins de fer, l’avenir – tout au moins l’avenir proche – ne paraissait pas particulièrement brillant.

  • 93 A. Mey. - Mémorandum du 12 février 1889.
  • 94 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Projet de réduction du capital - Foster à Berger, 4 février 1889, note Devea (...)

77Que faire ? Foster suggéra de réduire le capital social. Puisque la rémunération convenable d’un capital aussi élevé – avec 5 millions £ (125 millions F) versés, la BIO se classait parmi les premières banques du monde – s’avérait si difficile, et que les raisons qui avaient motivé l’augmentation de 1874 (Trésorerie générale de l’Empire, avance statutaire de 2 700 000 £) avaient disparu en droit ou en fait, le remboursement de l’excédent de capital devenu inutile serait le meilleur emploi possible des fonds disponibles. Une répartition aux actionnaires correspondrait à un placement à 5 %, bien difficile à trouver dans cette période de marasme et de bas taux d’intérêts. Foster proposait donc de répartir 2 000 000 £, réduisant à 3 000 000 £ le capital versé93. Cette proposition fut bien accueillie par les membres français du Comité, mais leurs collègues anglais se montrèrent réticents. D’après la convention, il serait nécessaire d’obtenir au préalable l’accord du gouvernement turc94. Comment aborder la question avec lui dans l’état déplorable de ses rapports avec la banque ? Finalement, par crainte d’essuyer un refus, rien ne fut entrepris, et le Comité s’orienta vers une politique complètement différente.

Notes

1 AN, 207 AQ, 125 C135 - F. Auboyneau à Berger, 18 juin 1880.

2 AN, 207 AQ, 59 C20 - Berger à Valfrey, 30 juin 1881, à Von Haas, 5 juillet 1881, à Lang, 16 juillet 1881, et AQ 59 C21 - Berger à Lander, 20 novembre 1881.

3 AN, 207 AQ, 59 C21 - Berger à Von Haas, 5 novembre 1881, à Foster 3 et 6 décembre 1881, à Lang, 13 décembre 1881.

4 AN, 207 AQ, 59 C21 - Berger à Lander, 12 février 1881.

5 AN, 207 AQ, 59 C21 - Berger à Von Haas, 18 février 1882 et AQ 328 F11. Bleichröder à Mallet, 5 octobre 1882 et 28 février 1883.

6 AN, 207 AQ, 53 C2 - Deveaux à Salvador 24 janvier et 15 mars 1872 et AQ 295 R2 - projet de concession février 1872.

7 AN, 207 AQ, 295 R2 - Lettre Londres, 28 août 1873 et note Baltazzi, 14 juillet 1879.

8 AN, 207 AQ, 295 R2 - Proposition Baltazzi, 18 février 1881.

9 AN, 207 AQ, 243 - Rapport Auboyneau, 28 décembre 1881 p. 56 et ss. et AQ 59 C21 - Berger à Lander, 27 février 1882.

10 AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1883 - 84 - Von Haas à Berger, 10 avril 1883.

11 AN, 272 AQ, 295 R1 - Statuts homologués le 27 juillet 1883.

12 AN, 207 AQ, 318 R56 - Bilan du 1er exercice 1884-1885.

13 G. Young, op. cit. Tome V, p. 191 (firman de concession).

14 AN, 207 AQ, 295 R3 - Edwards, inspecteur de l’administration des revenus concédés en Macédoine, à Deveaux, 1er juillet 1883.

15 AN, 207 AQ, 316 R 50 bis - Lang à Berger, 8 avril 1886.

16 AN, 207 AQ, 315 R 46 - Deveaux à Mallet, 6 septembre et 22 décembre 1884, 14 mars, 4, 7, et 25 avril 1885.

17 Frank Auboyneau (1840-1903), entré à la BIO à Paris en 1863. Inspecteur général à Constantinople 1879-1883. Directeur général de l’administration de la dette publique, 1883-1885. Directeur général de la Régie des Tabacs, 1885-1891. Directeur du siège de Paris, 1891-1900. Membre du comité, 1900-1903 et administrateur délégué. Président de la Cie de chemin de fer Damas-Hamah et prolongements.

18 AN, 207 AQ, 243 - Rapport de l’administration des six contributions indirectes sur le 1er semestre 1880.

19 AN, 207 AQ, 295 R1 - Règlement sur la culture, 31 octobre 1884 et J. Thobie, op. cit., p. 182.

20 AN, 207 AQ, 318 R56 - Bilans 1884-1885, 1885-1886, 1886-1887.

21 AN, 207 AQ, 297 R8 - Conférence de Vienne.

22 AN, 207 AQ, 318 R56 - bilans.

23 AN, 207 AQ, 302 R19 - Assemblée générale du 22 novembre 1889 et AQ 298 R10 - Réduction du capital.

24 S.J. et E.Z. Shaw, op. cit. Tome II p. 233.

25 AN, 207 AQ, 320 T1 - Statuts du 3 avril 1891 et T5 - Assemblée générale du 28 octobre 1896.

26 A. Mey PV du Comité vol. 4 - 28 août et 11 septembre 1896 et 18 avril 1898.

27 AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1882 - Landsee, ingénieur des mines, à Deveaux, 14 décembre 1882.

28 AN, 207 AQ, 328 F11 - Note sur la question des chemins de fer turcs.

29 AN, 207 AQ, 328 F11 - F. Auboyneau à Raghib Bey, secrétaire particulier du sultan, 21 août 1882.

30 AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1883-1884 - F. Auboyneau à Berger, 11 mai 1883 et AQ 370 F102 - Hirsch à grand vizir Mehmet Saït Pacha, 2 novembre 1884.

31 cf. Note 29 et AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1883-1884 - mémorandum remis le 27 novembre 1883 à la Sublime Porte.

32 AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1883-1884 - F. Auboyneau a Berger, 6 avril 1883 et Foster a Berger, 24 novembre 1883.

33 AN, 207 AQ, 328 F11 - Note sur la séance du 9 novembre 1882 a Vienne et lettre Serres, 15 février 1883.

34 AN, 207 AQ, 328 F11 - Bleichröder à Mallet, 5 et 22 mai 1882.

35 G. Noradoughian, op. cit., tome IV, p. 315-324.

36 AN, 207 AQ, 368 F97.

37 AN, 207 AQ, 370 F102 - Caillard à Berger, 21 mars 1885.

38 AN, 207 AQ, 368 F97 - Convention du 20 février 1885.

39 AN, 207 AQ, 369 F99 - Assemblée générale du 7 avril 1888.

40 AN, 207 AQ, 369 F99 - Assemblée générale 1896.

41 AN, 207 AQ, 328 F11 - Convention du 5 novembre 1887 et note mars 1888.

42 AN, 207 AQ, 328 F11.

43 AN, 207 AQ, 328 F12.

44 F. Stern, L’or et le fer, p. 490.

45 AN, 207 AQ, 328 F12.

46 AN, 207 AQ, 109 C109b - Von Siemens à Berger 22 mai et 8 juillet 1890.

47 F. Stern, op. cit.

48 A. du Velay, op. cit., p. 627.

49 AN, 207 AQ, 324 F4 - Note sur Angora pour sir E. Vincent.

50 AN, 207 AQ, 251 D47.

51 AN, 207 AQ, 328 F11 - Négociations 1883-1884.

52 AN, 207 AQ, 328 F11 - Bleichröder à Berger, 28 avril 1882.

53 AN, 207 AQ, 326 F8 - Aubaret à Berger 8 mars et 10 avril 1888.

54 AN, 207 AQ, 326 F8 - Berger à Aubaret 5 et 29 avril 1888.

55 AN, 207 AQ, 326 F8 - Berger à Aubaret 27 avril 1888 et Aubaret à Berger, 20 avril 1888.

56 AN, 207 AQ, 327 F9.

57 AN, 207 AQ, 327 F9.

58 AN, 207 AQ, 328 F11 - Compte rendu de la conférence.

59 Poulgy, Les emprunts ottomans, p. 128-129.

60 AN, 207 AQ, 328 F11 - Note Berger aux participants de la conférence d’Ostende, 2 octobre 1888.

61 A. Mey. PV du comité vol. 3-14 décembre 1888 et 31 janvier 1889.

62 AN, 207 AQ, 326 F6 - Rapport Millingen, directeur de BIO Stamboul, sur le chemin de fer CaïffaDamas.

63 AN, 207 AQ, 326 F6 - Millingen à Berger, 25 janvier 1889.

64 A. Mey. Rapport sur Caïffa et St Jean d’Acre, p. 3 (sans date).

65 AN, 207 AQ, 377 PB2 - Stoecklin, ingénieur en chef des Ponts et Chaussés au conseil d’administration de la Cie de la route, 12 juin 1889.

66 J. Thobie, op. cit. p. 173.

67 AN, 207 AQ, 377 PB3 - Mallet à Affaires Etrangères, 19 juillet 1887.

68 AN, 207 AQ, 377 PB2 - Historique des négociations pour la prorogation des délais, mai 1888.

69 AN, 207 AQ, 377 PB2.

70 AN, 207 AQ, 377 PB3 - Cie du Port, Beyrouth à administrateur délégué à Paris, 13 juin 1888.

71 A. Mey. PV du Comité vol. 3-16 décembre 1892.

72 J. Thobie op. cit. p. 378-379.

73 Les intérêts financiers de la France dans l’Empire ottoman, p. 30-31.

74 J. Thobie op. cit. p 189-192.

75 AE N.S. Turquie - carton 447 - note de la direction politique et commerciale, 27 octobre 1913.

76 AN, 207 AQ, 168 et 169. Rapports sur les exercices 1882, 1883, 1884 et 1885.

77 A. Mey. Assemblées générales des 25 juin 1884 et 23 juin 1885.

78 A. Mey. Rapport sur l’exercice 1886.

79 AN, 207 AQ, 204 T1.

80 A. Mey. PV du Comité, vol. 3 - 3 décembre 1886 et 13 septembre 1888 et AN, 207 AQ, 278 D113 - Tableau des cessions.

81 A. Mey. - Rapport sur l’exercice 1887.

82 AN, 207 AQ, 109 C109b - Ch. Mallet à Bleichröder, 10 décembre 1888.

83 AN, 207 AQ, 328 F11 - Foster à Berger, 11 décembre 1883.

84 S.J. et E.K. Shaw, op. cit. Tome II p. 214.

85 AN, 207 AQ, 127 C141 - Foster à Demachy, 21 décembre 1886.

86 AN, 207 AQ, 327 F9 - Azarian, représentant de Bleichröder à Constantinople à Berger, 14 août 1888.

87 AN, 207 AQ, 327 F9 - Azarian à Berger, 29 septembre 1888.

88 AN, 207 AQ, 109 C109 b - Bleichröder à Mallet, 21 octobre 1888.

89 AN, 207 AQ, 188 SI3 - Jaroszinski, secrétaire de l’ambassade de France à Constantinople à Mallet, 31 juillet 1889.

90 AN, 207 AQ, 168 et 169 - Rapports sur les exercices 1882-1888.

91 A. Mey. - Bilans.

92 AN, 207 AQ, 168 et 169.

93 A. Mey. - Mémorandum du 12 février 1889.

94 AN, 207 AQ, 188 SI 3 - Projet de réduction du capital - Foster à Berger, 4 février 1889, note Deveaux, 27 mai 1889 et Naville à Berger, 31 mai 1889.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search