Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Chapitre III. Les débuts de la Banque impériale ottomane

Texte intégral

L’emprunt de 1863

  • 1 A. du Velay, op. cit. p. 265-266.

1Si l’emprunt de 1862 avait permis le retrait intégral du papier monnaie, il avait laissé subsister la dette flottante, estimée à plus de 200 millions de francs et contractée à des taux très élevés. D’autre part, la circulation monétaire demeurait encombrée d’une masse importante de monnaies d’argent dépréciées (bechliks), dont la valeur nominale était surestimée d’environ 50 % par rapport à leur valeur intrinsèque, ce qui gênait les transactions et causait au Trésor, qui les recevait à leur valeur nominale, des pertes importantes1.

  • 2 AN, 207 AQ, 234 D9.
  • 3 A. Lon. - Sub Committee Minutes, 21 mai 1863.

2Désireux de poursuivre l’assainissement de la situation financière, le gouvernement traita avec les fondateurs de la Banque impériale ottomane pour l’émission d’un emprunt destiné au remboursement partiel de la dette flottante. En vertu du contrat passé le 27 mars 1863 à Paris entre l’ambassadeur de Turquie et les représentants de la BIO, le montant nominal de l’emprunt était fixé à 150 millions de francs portant intérêt à 6 % et remboursable par tirage en 23 ans et demi. Le gouvernement affectait en garantie un ensemble de revenus (douanes, dîmes, droits sur le tabac, etc.) évalués annuellement à environ 34 millions de francs. La banque prenait ferme la totalité de l’emprunt à 68 % soit 340 francs par obligation de 500 francs, et se voyait reconnaître une commission de prise ferme de 5 %, une commission de placement de 2 % et une commission d’agent financier de 0,5 %2. Elle désignait trois commissaires chargés de veiller à l’encaissement des revenus affectés : MM. de Ploeuc, Gilbertson et Alléon3.

  • 4 AN, 207 AQ, 234 D9.

3La souscription publique fut ouverte le 18 avril 1863. Elle était garantie par un syndicat comportant principalement la banque elle-même (22 500 000 F), le Crédit mobilier (39 millions F), les administrateurs français et le personnel dirigeant de la banque (58 325 000 F), les membres anglais du Comité (15 millions F). Les titres furent placés dans le public à 360 francs par obligation et permirent de procéder au remboursement de certaines dettes à court terme envers les banquiers de Galata4.

  • 5 AN, 207 AQ, 234 D9 - note Ch. Mallet (sans date).

4À la différence des emprunts précédents, où le marché anglais avait joué un rôle prépondérant, l’emprunt de 1863, conclu à Paris et libellé en francs exclusivement, fut une affaire française. La place de Londres se détournait en effet des emprunts étrangers5. En ce qui concerne plus particulièrement la Turquie, cet effacement de l’Angleterre dans le domaine financier va permettre à la France d’occuper désormais le premier rang, qu’elle conservera jusqu’à la guerre de 1914-1918.

  • 6 AN, 207 AQ, 234 D9 - contrats des 15 septembre 1863 et 31 janvier 1864.
  • 7 AN, 207 AQ, 167 - Bilans 1863 et 1864 et 193 DG A.O. Profits provenant du Trésor Impérial 1863-1877

5Le 15 septembre 1863, la banque était chargée d’émettre à la commission une tranche supplémentaire de 50 millions de francs, à un prix qui ne devait pas être inférieur à 385 francs, moyennant une commission de 2 1/2 %. Les trois cinquièmes du produit de cette émission seraient consacrés au retrait de 80 millions de piastres de bechliks, à échanger pour les trois quarts contre des monnaies d’or et d’argent, et pour un quart contre des monnaies de bronze fournies par la banque. La souscription fut ouverte le 25 février 1864, au prix de 340 francs par obligation, ce qui marque un certain affaiblissement des fonds turcs, conséquence de la hausse des taux d’intérêt survenue à cette époque tant à Paris qu’à Londres. Les porteurs de la tranche émise l’année précédente s’étaient vus reconnaître un droit de priorité à raison d’un titre pour trois6. L’ensemble de l’opération s’avéra très profitable pour la banque. Les comptes de 1863 enregistrent un profit à ce titre de 74 380 £ et ceux de 1864 38 850 £ auquel vient s’ajouter pour ce dernier exercice un bénéfice de 13 636 £ sur les monnaies de bronze fournies pour échange contre les bechliks. Le rapprochement de ces chiffres avec ceux des bénéfices nets de ces deux années (respectivement 185 680 et 242 621 £) permet de mesurer l’importance que cette transaction revêtit pour les résultats de la banque à ses débuts. Si l’on tient compte en outre des autres profits provenant du Trésor impérial (rémunération statutaire, intérêt sur le compte courant et diverses avances temporaires, commissions sur le paiement des coupons de la dette et diverses autres opérations), profits qui s’élèveront à 87 765 £ en 1863 et à 132 321 £ en 1864, il apparaît que la rentabilité de la banque reposait entièrement sur ses relations avec l’État7. Ces chiffres montrent toutefois que les prévisions des fondateurs qui s’élevaient, on s’en souvient, à plus de 166 000 £ hors profits exceptionnels, n’étaient encore qu’imparfaitement réalisées.

La conversion de la dette intérieure

6On se souvient qu’à partir de 1857 le gouvernement ottoman avait émis sur le marché local un certain nombre de titres à échéance comprise entre cinq et six ans dont les taux nominaux variaient de 6 à 8 %. Ces titres, libellés exclusivement en monnaie turque et auxquels aucun revenu particulier n’avait été affecté, constituaient la dette intérieure. Toutefois un certain nombre d’entre eux, remis par les banquiers de Galata à leurs correspondants étrangers en garantie de leurs emprunts, avaient fini par aboutir dans les portefeuilles occidentaux. L’ensemble de cette dette était estimée à environ 22 millions LT (500 millions de francs) et représentait pour le budget une charge annuelle de près de 2 400 000 LT. La valeur en bourse de ces titres, qui variait de 30 à 35 au moment de la fondation de la banque, s’était relevée jusqu’à 57/59 (pour 100 livres de nominal) grâce à la régularité observée depuis lors dans le paiement des coupons, bien souvent assuré par les avances à court terme de la BIO, et à l’amélioration générale du crédit de la Turquie.

7Dans le but de faciliter le financement de cette dette par l’étranger en en plaçant officiellement les titres sur les marchés internationaux et de soulager par là la place de Constantinople, le grand vizir Fuad Pacha avait, en revenant aux affaires, formé le projet d’en réaliser l’unification. Une opération de conversion, réalisée simultanément, permettrait de réduire, dans l’immédiat, la charge budgétaire.

8Au début de 1865, la Banque impériale ottomane se déclara disposée à assister le gouvernement dans cette double opération, et le marquis de Ploeuc posa à ce sujet un certain nombre de principes :

  • échange des titres suivant des proportions à déterminer eu égard à la valeur relative des diverses émissions anciennes ;

  • réduction de l’intérêt et de la charge d’amortissement, grâce à un allongement de ce dernier ;

  • paiement du coupon sur diverses places à l’étranger ;

  • faculté pour les porteurs d’accepter l’échange ou de le refuser.

9Ceci pour la banque était fondamental, une conversion imposée risquant de compromettre à l’avenir le crédit de la Turquie. Mais le gouvernement, écartant ce dernier point, repoussa le concours de la Banque ottomane et traita avec une firme anglaise, la General Credit and Finance de Londres.

  • 8 A. du Velay, op. cit. p. 269-276 et AN, 207 AQ, 233 D4.

10L’opération débuta le 3 août 1865 simultanément à Constantinople, Alexandrie, et huit autres places (on avait voulu assurer à ces titres la diffusion la plus large possible). Il fut émis 40 millions LT de titres, dénommés dette générale, portant intérêt à 5 % et amortissables en 37 ans par rachat uniquement. Les coupons et le principal étaient payables en livres turques, en francs ou en livres sterling au gré des porteurs, au cours de 1 £ = 25 francs = 110 piastres. À l’instar des emprunts auxquels elle se substituait, la dette générale ne bénéficiait d’aucune garantie particulière8.

  • 9 A. Lon. IOB Committee Minutes, 29 avril 1865.

11La General Credit and Finance l’avait emporté en grande partie grâce à la corruption, ainsi qu’il apparut lors d’un procès à Londres entre ses dirigeants en 1868. La BIO n’en ressentit pas moins très vivement son échec. Jusque-là, se fondant sur l’article 15 de son acte de concession, qui la reconnaissait comme « seul agent financier du gouvernement, au dedans et au dehors », elle estimait détenir en ce domaine un privilège exclusif, et telles avaient bien été à l’époque les intentions des parties, si l’on en croit le marquis de Ploeuc9. Mais selon toute apparence, le gouvernement impérial, ayant obtenu, grâce à la banque, le relèvement de son crédit, ne se jugeait pas tenu par ces dispositions, et, désireux d’affirmer sa liberté d’action, était prêt à écouter favorablement les propositions des groupes concurrents. Dans les rapports entre la banque et la Sublime Porte, la lune de miel n’avait pas duré plus de deux ans.

L’emprunt de 1865 et la crise de 1866

12Toutefois, quelques mois plus tard, la gouvernement turc se trouva contraint par les événements de se tourner à nouveau vers la Banque ottomane pour le lancement, en toute hâte, d’un nouvel emprunt extérieur.

13Alors qu’approchait le mois de janvier 1866, échéance des coupons de la dette, les caisses du Trésor étaient vides. Le budget de l’année s’annonçait comme devant être en déficit d’un million de livres turques environ, mais le déséquilibre de la trésorerie était sensiblement plus important, car la perception des revenus prévus pour un exercice s’étalait en fait sur plusieurs années. Déjà, les années précédentes, la BIO avait dû intervenir pour permettre, grâce à des avances à court terme, le règlement à bonne date des intérêts dus aux porteurs d’emprunt. Cette fois le gouvernement opta pour une émission à l’étranger d’obligations à long terme.

  • 10 AN. 207 AQ, 235 D10.

14Vu l’urgence, le contrat fut conclu rapidement le 11 décembre 1865, la souscription devant s’ouvrir dès le 18. L’emprunt portait sur un montant nominal de 150 millions F à 6 % d’intérêt amortissable en 21 ans, qui serait émis à 66 % du pair. La banque s’engageait ferme pour le tiers de l’emprunt et conditionnellement pour les deux tiers au prix de 65 % moins 5 % de commission. Elle s’était assurée divers concours pour cette opération, dont celui du Crédit mobilier, ne conservant pour sa part qu’un cinquième du montant de l’émission. Les garanties affectées par l’État au service de cet emprunt s’élevaient à 23 millions F et consistaient principalement dans le revenu de la taxe des moutons d’Anatolie10.

  • 11 AN, 207 AQ, 235 D11.
  • 12 AN, 207 AQ, 235 D10 - circulaire du 14 décembre 1865.
  • 13 A. Mey.
  • 14 A. Lon. Annual General Meeting, 17 juin 1868.
  • 15 AN, 207 AQ, 235 D11 - état de 1870.

15A l’annonce de l’émission, la General Credit and Finance éleva une vigoureuse protestation au nom des porteurs de la dette générale, prétendant que l’octroi au nouvel emprunt de garanties particulières violait les dispositions de la loi de création de cette dette11. Le gouvernement ottoman rejeta la protestation et, pour rassurer les créanciers, s’engagea envers la BIO à lui verser « les revenus affectés en garantie de ses dettes extérieures et ceux nécessaires pour couvrir les intérêts et l’amortissement de ses dettes intérieures »12. Mais cet incident ne pouvait que nuire au succès de l’emprunt qui ne se plaça qu’avec une extrême lenteur. Prévoyant ces difficultés, la BIO avait limité son engagement au tiers du montant total de l’émission en cas de trouble provenant de l’opposition des porteurs de la dette générale. Aussi le Comité put-il affirmer, à l’assemblée générale du 27 juin 1866, que le risque pour la banque ne dépasserait pas 240 000 £13. La totalité des obligations en portefeuille put être liquidée avant la fin de 186814, mais en 1870 plus de 72 000 titres (sur un total de 300 000) demeuraient non émis15.

  • 16 A. du Velay, op. cit. p. 269.

16Ainsi que le souligne A. du Velay dans son Essai sur l’histoire financière de la Turquie, l’emprunt de 1865 « inaugure la série des emprunts qui vont avoir lieu sans interruption et dont le produit ne sera jamais destiné qu’à payer les coupons des précédents emprunts et à équilibrer le budget ». Il « marque bien une date à partir de laquelle le gouvernement va glisser désormais sur la pente des emprunts expédients qui le conduiront au bout de dix ans à la suspension du service de la dette »16. Il n’apportait d’ailleurs aux finances de l’empire qu’un soulagement de courte durée. Les difficultés se firent sentir dès les premiers mois de 1866. Lorsque à la crise économique qui sévissait depuis le début de l’année vint s’ajouter le conflit entre l’Autriche et la Prusse, ni Londres ni Paris n’acceptèrent de continuer aux banquiers de Galata leurs lignes habituelles d’escompte. Privés de leur source de refinancement, ceux-ci n’étaient plus en mesure de consentir au Trésor de nouvelles avances. L’insurrection de la Crète, nécessitant un effort militaire important, vint encore aggraver la situation. Le 5 juin, le sultan Abd-ul-Aziz renvoyait Fuad Pacha et appelait au grand vizirat Mehmet Ruchdi Pacha.

17Celui-ci se procura des ressources nouvelles en imposant aux provinces une contribution extraordinaire et sollicita de la Banque ottomane des avances à court terme. Les échéances de juillet et d’août de la dette extérieure ne furent toutefois payées qu’avec retard, et le règlement du coupon de juillet de la dette intérieure dut être prorogé jusqu’en octobre. Ces mesures eurent bien évidemment sur le crédit de la Turquie l’effet le plus fâcheux. Les emprunts de 1862 et 1863 tombèrent à 205 F, et la dette générale 5 % à 27 LT. Le rendement des fonds turcs atteignait 15 à 18 %.

  • 17 AN, 207 AQ, 193 DGAO.

18Un mémorandum établi par la banque à la fin du mois d’août exprime de vives inquiétudes sur l’avenir des finances de l’Empire ottoman. Le déficit ne cesse de croître. Le service de la dette absorbe plus du tiers des recettes du budget (129 960 000 F sur 353 658 000). Compte tenu des autres dépenses, les revenus sont loin de suffire, et la dette flottante, officiellement estimée à 51 millions F, représente en réalité probablement 90 millions. Afin de pouvoir assurer avec ponctualité le service de la dette extérieure, mesure indispensable au maintien du crédit de l’empire, la banque suggère le versement direct entre les mains d’un syndicat des revenus hypothéqués aux divers emprunts17. Ces hypothèques n’étaient en effet qu’une fiction et constituaient une façade destinée à inspirer confiance aux souscripteurs, car le Trésor continuait à percevoir lui-même les revenus affectés. On peut voir dans la proposition de la banque les prémices de la future Administration de la Dette publique ottomane, qui sera instituée en 1881 à la suite d’une crise autrement plus grave.

  • 18 AN, 207 AQ, 167. Rapport sur l’exercice 1866.
  • 19 AN, 207 AQ, 193 DG A.O.
  • 20 AN, 207 AQ, 167.

19La BIO ne marchanda pas son concours au niveau grand vizir. Les avances qu’elle lui consentit en 1866, seule ou en association avec la maison Camondo et Cie et la Société générale de l’Empire ottoman, s’élèvent à 1 447 000 LT18. La crise passée, Mehmet Ruchdi Pacha, le 17 novembre, dans une lettre adressée au directeur général de la banque, le marquis de Ploeuc, devait lui exprimer sa reconnaissance « pour les services que vous n’avez cessé de nous rendre dans les circonstances difficiles où nous nous sommes trouvés »19. La Direction de la banque de son côté, dans son rapport sur l’exercice 1866, rendit hommage aux efforts tentés par le grand vizir dans son court passage aux affaires (il fut remplacé le 11 février 1867 par Ali Pacha) « pour sortir de la situation périlleuse qui lui était léguée » et souligna « les résultats obtenus par lui grâce à la vigueur et à l’honnêteté de son administration »20.

  • 21 AN, 207 AQ, 1 B.O.3 mémorandum de Londres 1868.

20Les relations entre l’État et la banque étaient donc revenues au beau fixe. Mais cette embellie ne dura pas, la BIO ayant décidé en 1867 de réduire fortement le montant de ses avances, ramenées au 31 décembre à 380 000 £. Ali Pacha, déçu de n’avoir pas trouvé auprès d’elle les facilités de crédit sur lesquelles il comptait, en conçut une certaine irritation21. Les effets n’allaient pas tarder à s’en faire sentir.

La convention du 11 mars 1869

21L’acte de concession originel prévoyait que les clauses financières régissant les rapports de la banque et de l’État seraient soumises à révision après cinq ans. Il s’agissait, rappelons-le, de la commission de 20 000 £ sur les opérations du Trésor, de celle de 1 % sur les paiements au titre de la dette et du crédit en compte courant de 500 000 £ au taux de 6 %.

  • 22 AN, 207 AQ, 1 B.O.3 note d’Ali Pacha, 22 juin 1868.

22Les négociations s’engagèrent au début de 1868 dans un climat assez tendu. Le Ministère des Finances était fermement décidé à obtenir une réduction très substantielle des commissions. Il proposait en outre de porter l’avance en compte courant à 1 million et demi/2 millions £22.

  • 23 AN, 207 AQ, 1 B.O.3 note du 8 février 1869.
  • 24 AN, 207 AQ, 1 B.O.3.

23La banque, tout en se montrant disposée à un compromis, fit valoir le manque de confiance manifesté par le gouvernement à son égard, tant dans l’affaire de la conversion de la dette intérieure, que par la préférence donnée en plusieurs occasions à ses concurrents, ainsi que le peu de profit qu’elle retirait de son privilège d’émission, la circulation des billets se maintenant à des chiffres extrêmement modestes (42 494 LT au 31 décembre 1867). Le gouvernement maintenant ses exigences, on fut parfois proche de la rupture et l’abandon de la concession fut même envisagé par le Comité, la banque étant libre de continuer son existence comme banque commerciale (telle que l’avait été en son temps l’Ottoman Bank) ou de procéder à sa liquidation. Finalement, le 8 février 1869, la banque se déclara prête « à faire appel aux gouvernements de France et d’Angleterre, qui lui doivent aide et appui »23. En fait, aucune des deux parties n’avait intérêt à la rupture. On parvint donc à un accord que concrétisa une convention signée à Paris le 11 mars 1869 par le ministre des Finances, Sadik Effendi, et le président du comité de Paris, Charles Mallet. Les commissions étaient maintenues à 20 000 £ pour la partie fixe, mais réduites à 1/2 % pour celle applicable aux règlements relatifs à la dette. La banque se voyait en contrepartie reconnaître formellement le droit exclusif d’encaisser les revenus de l’État dans les localités où elle avait des agences. Enfin l’avance de 500 000 £ était remplacée par une facilité de découvert revolving (c’est-à-dire utilisable à nouveau après chaque remboursement) utilisable par tirages à raison de 300 000 LT par mois, le total des encours ne devant pas dépasser 1 800 000 LT. L’intérêt, fort élevé, serait calculé à 9 1/4 % au-dessus du taux moyen d’escompte des Banques de France et d’Angleterre24.

  • 25 AN, 207 AQ, 193 DG AO. Profits provenants du Trésor Impérial 1863-1877.

24Ces conditions étaient en définitive satisfaisantes pour la BIO ; elles aboutirent à une nette majoration dans les comptes des recettes provenant des opérations du Trésor impérial (220 185 LT en 1870 contre 138 192 LT en 1868)25.

25Dans la période qui s’écoula entre la signature de la convention de 1869 et la crise de 1873, bien que les besoins financiers du Trésor ottoman aient été en constante augmentation, la BIO ne joua plus aucun rôle dans le lancement des emprunts à l’étranger et ses concours, sous forme d’avances à court terme, en dehors du compte prévu par la convention, furent épisodiques et dans l’ensemble modestes. Plus qu’à une quelconque réticence de la part des dirigeants de la banque à assumer des risques sur l’État, cet effacement eut avant tout deux autres causes. Tout d’abord, la défaillance des Pereire en 1867 et la rupture qui s’ensuivit des liens de la banque avec le Crédit mobilier la privèrent de l’appui nécessaire au placement à Paris d’emprunts importants. La Société générale et le Comptoir national d’Escompte de Paris, établissements de crédit aux moyens considérables et alors en pleine expansion, s’empressèrent d’occuper la place ainsi laissée vacante. D’autre part, et surtout à partir de 1871, plusieurs banques se fondèrent à Constantinople avec comme objectif essentiel le financement de la dette flottante de l’État. Les taux d’intérêt extrêmement élevés qu’acceptait de payer le gouvernement ottoman rendaient cette activité hautement rémunératrice. Parmi ces nouveaux établissements, on doit tout spécialement mentionner :

  • le Crédit général ottoman, fondé en 1868 par la Société générale et la maison Tubini de Constantinople, au capital de 50 millions F ;

  • la Banque austro-ottomane, fondée en 1871 au capital de 2 millions et demi £ ;

  • la Banque austro-turque, fondée en 1872 au capital de 2 millions £.

  • 26 A. du Velay, op. cit., p. 293-294.

26Ces deux dernières sociétés, dont le siège était à Vienne, unissaient des banques autrichiennes et des financiers de Constantinople. Elles témoignent de l’importance prise à cette époque par Vienne dans les affaires turques et dans le monde financier européen en général. Cette importance, déjà sensible dès 1868, se trouva accrue par la défaite de la France en 1870 et le déclin de Paris qui en résulta momentanément26.

  • 27 A. du Velay, op. cit., p. 283-284.

27Au moment même où se négociait entre la BIO et le gouvernement impérial la convention du 11 février 1868, un accord était conclu entre le Ministère des Finances et le Crédit général ottoman pour l’émission de 125 millions F de bons du Trésor à quatre ans. La BIO, après avoir offert de se charger elle-même de cette émission, y avait finalement renoncé laissant le champ libre au groupe de la Société générale27.

  • 28 A. du Velay, op. cit., p. 286 et ss.
  • 29 AN, 207 AQ, 53 C2 Gilbertson à Salvador, 17 novembre 1869.
  • 30 AN, 207 AQ, 167. Bilans 1868-1870.

28Cet emprunt ne suffit pas à rétablir les finances de l’Empire. Le déficit de l’exercice 1869-1870 était évalué à 3 millions LT et la dette flottante dépassait 5 millions. À nouveau un grand emprunt s’avérait nécessaire. C’est le Comptoir national d’Escompte de Paris qui en fut chargé ; d’un nominal de 555 555 500 F, il fut mis en souscription publique en décembre 186928. Les propositions de la BIO n’avaient pas été retenues. Elle attribua son échec à l’hostilité d’Ali Pacha à son égard et en prit son parti avec un certain détachement29 Elle assura néanmoins la couverture des besoins du Trésor par d’importantes avances à court terme. Le montant total des prêts à l’État s’éleva à 2 202 909 £ au bilan du 31 décembre 1868, prêts qui furent remboursés en 1870 grâce à l’encaissement du produit de l’emprunt30.

  • 31 A. du Velay, op. cit., p ; 290-292.
  • 32 AN, 207 AQ, 167.

29Les embarras financiers recommencèrent dès l’année suivante. Le Trésor se trouva contraint d’ajourner jusqu’au mois de mai le paiement des coupons de certains emprunts extérieurs, qui ne purent finalement être honorés que grâce à des avances au taux usuraire de 15 %. En septembre le gouvernement ottoman parvint à placer auprès de la maison Dent, Palmer de Londres et du Crédit général ottoman un emprunt de 5 700 000 £ nominal au taux de 6 %31. Les avances consenties par la BIO atteignirent durant cet exercice des montants très importants, suscitant l’inquiétude du Comité. Elles représentaient encore 2 206 147 £ au 31 décembre 1871. Toutefois l’aisance procurée au Trésor par le dernier emprunt avait fortement relevé le crédit de la Turquie, et la direction générale de la banque, dans son rapport sur l’exercice écoulé en date du 1er avril 1872, ne se montrait nullement désireuse de hâter le remboursement de ce découvert32.

  • 33 AN, 207 AQ, 53 C2. Deveaux à Salvador, 27 mars 1872.

30Cet optimisme, un peu surprenant compte tenu des expériences passées, se fondait sur les négociations alors en cours pour l’émission d’un nouvel emprunt de 10 millions LT. La BIO s’était portée candidate pour cette opération qui finalement lui échappa33 pour être allouée au Crédit général ottoman et à la Banque austro-ottomane sous forme de bons du Trésor à 4,5 et 6 ans d’échéance. D’un total nominal de 278 155 000 F et portant intérêt à 8 %, ils furent mis en souscription en août 1872 au prix de 98 1/2. La Turquie n’avait pas obtenu depuis longtemps des conditions aussi favorables, qui marquaient l’amélioration de son crédit.

31Cette série d’émissions, pour des montants aussi élevés, n’avait été rendue possible que par la multiplication des banques qui s’intéressaient désormais au marché des emprunts turcs, ce qui entraînait entre elles une concurrence exaspérée, et par le caractère de plus en plus international d’opérations de placement, étendues maintenant à toute l’Europe.

  • 34 A. du Velay, op. cit., p. 293 et ss.

32L’afflux de capitaux qui s’ensuivit à Constantinople provoqua une extraordinaire euphorie financière et une vive spéculation poussa les fonds turcs à la hausse34. Le Trésor, momentanément très à l’aise, put procéder au remboursement de son découvert auprès de la banque.

  • 35 A. Mey.

33C’est dans ce climat qu’au début de 1873 la BIO, en association avec le Crédit général ottoman et la Banque austro-ottomane, entra en négociation avec le gouvernement au sujet d’un emprunt de 50 millions LT, connu sous le nom « d’emprunt des chemins de fer », car il était en particulier prévu de doubler l’étendue du réseau de Turquie d’Europe et de développer le réseau asiatique encore embryonnaire. À l’assemblée du 25 juin 1873 le président Bruce évoqua aussi le projet, à échéance encore lointaine, de relier Constantinople à Bagdad pour raccordement ultérieur avec l’Inde, via les chemins de fer à construire en Perse, première mention du futur chemin de fer de Bagdad. La banque, soucieuse de limiter ses engagements malgré l’emballement spéculatif du moment, ne prendrait ferme qu’une part minime de l’emprunt, qui serait pour la plus grande partie émis à la commission et par tranches, au fur et à mesure des besoins35.

  • 36 AN, 207 AQ, 236 D15.

34Cet emprunt ne devait jamais voir le jour et les contractants s’en dégageront avant la fin de l’année. La crise économique mondiale survenue entre-temps à la suite de l’effondrement, le 9 mai 1873, de la bourse de Vienne, avait rendu l’opération irréalisable36.

  • 37 A. du Velay, op. cit., p. 307 - 309.
  • 38 A. Mey. PV du Comité vol. 2 - 6 août 1875.

35Mais avant que cette crise n’éclate et mettant à profit l’abondance de capitaux et l’atmosphère de spéculation qui la précéda, le gouvernement turc tenta une fois de plus de régler par un grand emprunt extérieur le lancinant problème de la dette flottante, que les déficits enregistrés dans l’exécution des budgets venaient continuellement grossir. Il s’agissait d’un emprunt de 694 444 500 francs en 1 388 889 obligations au taux de 6 % dont l’émission fut confiée au Crédit général ottoman et au Crédit mobilier, récemment reconstitué sous la présidence du baron Haussmann. La souscription ouverte le 8 octobre fut un échec37. En 1875, 612 000 obligations (44 % de l’emprunt) demeuraient invendues et furent reprises par la Banque ottomane et son groupe38.

  • 39 A. du Velay, op. cit., p. 312 - 3.

36Cet échec eut pour la Turquie de graves conséquences. Pour la première fois, en janvier 1874, elle ne put faire face à ses engagements en Europe. Il s’en suivit protêt faute de paiement et même saisie-arrêt sur les avoirs du Trésor auprès de la BIO à Paris. Les banquiers de Galata, appelés à la rescousse, permirent de faire face aux exigibilités les plus criantes39.

  • 40 AN, 207 AQ, 167. Bilan et rapport sur l’exercice 1873.

37La politique de la banque, pendant cette crise, consista à éviter le plus possible de contracter de nouveaux engagements, sans toutefois « refuser d’une manière absolue son concours au gouvernement ». Au cours du deuxième semestre 1873, le montant des avances à court terme au Trésor public n’avait d’ailleurs cessé de croître pour atteindre 1 702 863 £ au bilan de fin d’année, et ce malgré la place considérable qu’occupaient les banques concurrentes40.

38Mais la crise financière internationale et le désarroi dans lequel se trouva le gouvernement turc vont ramener au premier plan le rôle de la Banque ottomane.

Les succursales

  • 41 AN, 207 AQ, 167. Rapport sur l’exercice 1863.
  • 42 I. de St-Amand, « Les réformes en Turquie », Revue des deux mondes, 15 mai 1865, p. 513-521.

39La BIO avait hérité de l’Ottoman Bank, outre les sièges de Londres et de Constantinople, quatre succursales à Smyrne, Beyrouth, Galatz et Bucarest. Dès 1864, elle s’implanta à Salonique, Larnaca (Ile de Chypre), Aïdin, Magnésie et Afioum Karahissar, trois localités situées dans l’hinterland de Smyrne41. Elle fut incitée à cette expansion par la prospérité que connaissait alors l’économie de l’Empire, stimulée par le développement de la culture du coton. La guerre de Sécession et la réduction qui s’en suivit des exportations américaines avaient poussé à la hausse le prix de cette marchandise ; favorisée par cette hausse, la production de la Turquie passa de 9 500 tonnes en 1861 à 50 000 tonnes en 1863. L’État de son côté entreprit de développer l’infrastructure des voies de communication. Une route carrossable joignant Beyrouth à Damas, des lignes de chemins de fer en Turquie d’Europe et dans la région de Smyrne étaient concédées à des groupes étrangers ou à tout le moins mis à l’étude. Enfin une exposition, destinée à faire connaître à l’Occident les principales productions de la Turquie, se tint à Constantinople en 186342. Tous ces éléments permettaient d’espérer une expansion générale de l’économie et laissaient entrevoir une rentabilité satisfaisante du réseau des succursales, tant anciennes que nouvelles.

  • 43 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1863, 1864, 1866.

40Smyrne occupait depuis sa création en 1856 la première place dans ce réseau. Principal débouché de la région d’Asie Mineure baignée par la mer Egée, son port voyait transiter les exportations des produits de cette zone (coton, laine, opium, raisin, figues), ainsi que les importations qui lui étaient destinées. À l’époque qui nous occupe, l’augmentation de la production cotonnière assurait à son commerce une grande prospérité. Outre les opérations de banque classiques, la succursale s’occupait aussi d’achats à l’étranger de marchandises pour compte des importateurs locaux. Les bénéfices de 7 802 LT en 1863 (9 mois) s’élevèrent dans l’année suivante à 15 152 LT, y compris ceux, modestes encore, des sous-agences d’Aïdin, Magnésie, et Afioum. Dans l’esprit des dirigeants de la banque, ces derniers établissements avaient vocation à recevoir les revenus du Trésor et à en assurer le transfert à Smyrne en finançant les expéditions vers cette ville des produits locaux destinés à l’exportation. En 1866, ces sous-agences portées à quatre la même année par l’ouverture de Sparta contribuèrent pour plus du tiers (5 143 LT) aux résultats du groupe (14 800 LT). L’agence de Smyrne elle-même commença cette année-là à ressentir les effets de la crise provoquée par la chute des cours du coton – la paix venait d’être rétablie aux États-Unis – et aggravée par la récession générale partie d’Angleterre43.

  • 44 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1863, 1864, 1865.
  • 45 A. Lon. I.O.B. Committee Minutes, 11 août 1869.
  • 46 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1866 à 1872.

41Les agences de Roumanie (Galatz et Bucarest) venaient immédiatement après Smyrne par ordre d’importance. Leurs opérations, bénéficiaires en 1863 et 1864, firent en 1865 apparaître une forte perte (40 411 LT). Un grand nombre de mauvaises créances à l’agence de Galatz, conséquence d’une gestion imprudente, avaient nécessité la constitution d’importantes provisions44. L’année suivante, ces deux agences furent apportées à la Banque de Roumanie qui venait d’être fondée. Le capital de 25 millions F, dont 10 millions versés en 50 000 actions, se trouvait réparti entre la BIO (20 000 actions), l’Anglo-Austrian Co (15 000 actions), le solde (15 000 actions) à la discrétion des administrateurs45. L’actif douteux des agences transférées demeura à la charge de la BIO ; la liquidation s’en prolongea jusqu’en 1872, nécessitant la constitution de provisions supplémentaires46.

  • 47 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1863 à 1866.

42L’activité de l’agence de Beyrouth était demeurée des plus réduites depuis les troubles de 1860, se bornant à quelques transactions sur les changes. La banque, dès sa création, entreprit de la relancer. La mise en exploitation de la route de Damas, la décision prise de construire le port de Beyrouth et les projets de drainage et d’irrigation de la plaine syrienne permettaient d’envisager pour un avenir proche un accroissement du mouvement des affaires, tant à l’importation qu’à l’exportation (soies, grains, oléagineux, laines), et une intensification des relations existantes avec Marseille, Alexandrie, Constantinople. Aussi les placements de l’agence – escompte d’effets et avances aux « sarrafs » (changeurs-escompteurs) contre dépôt de billets souscrits par les commerçants du « bazar » – marquèrent-ils en 1864 et 1865 une certaine progression. Les profits, insignifiants au départ, augmentèrent fortement en 1864 (8 912 LT) et 1865 (7 811 LT), malgré l’épidémie de choléra qui paralysa les transactions, une grande partie de la population s’étant réfugiée dans les montagnes. La crise de 1866 devait mettre fin à cette expansion et faire apparaître qu’elle n’avait été obtenue qu’aux dépens de la sécurité des engagements47.

  • 48 AN, 207 AQ, 193. DG A.O. PV du Comité du 12 juillet 1864.
  • 49 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1864 et 1865.

43Dans les propositions adressées au comité pour l’ouverture d’une agence à Salonique, la direction générale faisait ressortir l’exceptionnelle solidité de cette place « présentant le double avantage d’un commerce d’exportation et d’importation considérable. Les transactions pour compte du gouvernement assureraient déjà des bénéfices devant couvrir largement les premières dépenses »48. Ouverte en mai 1864, l’agence réalisa en huit mois un léger bénéfice. Néanmoins le rapport de la direction générale pour cet exercice se montrait très réservé pour l’avenir, marquant un net désenchantement par rapport aux prévisions très optimistes faites avant l’ouverture. C’est, disait ce rapport, « une expérience qui devrait être faite avec beaucoup de prudence... Nous trouvons un système d’affaires peu régulier... Une spéculation ardente s’est faite sur le coton » article qui, avec les soies, le tabac, les céréales et les laines, formait l’essentiel de l’exportation de cette place. Et les auteurs concluaient que, sans l’établissement d’agences à l’intérieur, le développement de Salonique serait lent et difficile. Dès l’année suivante, les résultats s’établissaient en perte, conséquence de la crise cotonnière. La direction générale estimait donc que « les bénéfices paraissent plutôt devoir appartenir à des consignations et achats de marchandises pour compte de Marseille, Londres, et Liverpool qu’à des opérations de banque proprement dites »49. On verra par la suite que ces activités, qui n’étaient pas, loin de là, exemptes de risques, devaient à leur tour occasionner bien des déboires. Les difficultés de l’agence de Salonique ne faisaient que commencer.

44Larnaca, dernier comptoir ouvert en 1864, ne pouvait jouer dans le réseau qu’un rôle modeste, l’économie de Chypre ne donnant pas de grands espoirs de développement. Une gestion prudente permit néanmoins de dégager des profits modestes mais réguliers.

  • 50 A. Lon. Sub Committe Minutes, 25 juin 1863 et cf. note 48.

45La direction de la banque avait de plus vastes projets. Dès 1863, Brousse et Marseille avaient été envisagées comme sièges de futures agences, puis finalement écartées, et une étude entreprise sur la place d’Alexandrie qui n’aboutit sur le moment à aucun résultat50. En 1865, un rapport de Gilbertson, directeur général adjoint, proposait une série d’implantations nouvelles :

  • Alep, avec une sous-agence à Alexandrette ou Souedia, ports d’Alep sur la Méditerranée, le chemin de fer alors à l’étude devant favoriser le mouvement des affaires (mais le projet de chemin de fer fut presque tout de suite abandonné),

  • Varna, aussitôt que le chemin de fer de Varna à Roustchouk sera terminé,

  • Trébizonde, prévue d’ailleurs dès la fondation de la banque. Le projet de construction de la route vers Erzeroum lui redonne de l’actualité,

  • Andrinople, aussitôt que le chemin de fer atteindra cette ville,

  • Monastir, Serrès, Drama et Larissa, destinées à couvrir tout l’hinterland de Salonique,

  • Adalia, où le commerce des céréales est considérable. Elle constituerait une sous-agence du comptoir en cours d’installation à Sparta, dont Adalia est le port.

  • 51 AN, 207 AQ, 193 DG A.O. Note du 1er novembre 1865.

46Il était en même temps proposé d’augmenter le capital affecté aux agences déjà existantes, qui était alors de 250 000 £. Avec les dotations nécessaires aux nouvelles créations, l’ensemble requérait de 300 000 £ à 400 000 £ de ressources supplémentaires. En effet comme le rappelait l’auteur de ce rapport « le commerce de banque en Turquie signifie prêter son propre capital... et non comme en Angleterre, le capital flottant non employé des clients »51.

47Pour permettre la réalisation de ce programme, même si, compte tenu de la difficulté, soulignée par Gilbertson, de recruter du personnel qualifié, elle devait être étalée dans le temps, un accroissement des fonds propres apparut nécessaire aux dirigeants de la banque.

48Il fut donc décidé de porter le capital social de 2 700 000 £ (libéré de moitié) à 4 050 000 £ (toujours libéré de moitié) par l’émission de 67 500 actions nouvelles, à raison d’une nouvelle pour deux anciennes. Ces actions nouvelles seraient assorties d’une prime de 2,10 £, qui devrait dans l’esprit du Comité constituer une réserve pour renforcer les moyens de la banque. Les conditions du marché paraissaient devoir assurer le succès de l’opération. En effet, les résultats des deux premiers exercices (185 680 £ en 1863, 242 665 £ en 1864) avaient permis de distribuer des dividendes de 23 shillings, puis de 30 shillings, assurant un rendement sur le capital versé supérieur à ce qu’avait en moyenne distribué l’Ottoman Bank. En conséquence, les actions de la BIO se traitaient en bourse bien au-dessus du pair, aux environs de 15 à 16 £.

  • 52 AN, 207 AQ, 217 Assemblées générales des 15 et 29 novembre 1865.

49L’assemblée extraordinaire qui se tint le 15 novembre 1865 rejeta, à une très forte majorité, les propositions du Comité. Les actionnaires, favorables à l’augmentation de capital, mais soucieux de s’assurer un profit personnel immédiat par la négociation de leur droit de souscription, n’acceptèrent pas la prime d’émission. Une nouvelle assemblée, tenue deux semaines plus tard le 29 novembre (le Comité aurait souhaité un ajournement d’un mois pour pouvoir contacter les actionnaires absents – un quart seulement du capital était présent ou représenté – mais ce délai avait été refusé par l’assemblée) décida, à la majorité de 10 contre 1, que l’émission aurait lieu au pair. Le Comité, toujours préoccupé d’accroître les fonds propres, obtint tout de même une modification des statuts permettant d’affecter à la réserve, avant fixation du super-dividende, un montant supérieur à 10 % (« Toute autre somme plus considérable... »)52.

50Le conflit entre l’intérêt des actionnaires et celui de la société se terminait donc à l’avantage des premiers. Cet incident montre aussi que le Comité, désavoué à deux reprises, était, faute de détenir une quantité suffisante d’actions, hors d’état de contrôler l’assemblée qui, se tenant à Londres, était dominée par les petits porteurs anglais.

51Il ne semble pas qu’à la date de cette assemblée le Comité se soit formé une idée précise de la marche des affaires de l’exercice en cours. Lorsqu’ils furent finalement arrêtés et présentés aux actionnaires le 27 juin 1866, les résultats de 1865 apparurent en effet bien décevants. Les profits ne s’élevaient qu’à 159 423 £, en baisse d’un tiers environ, et le dividende, fixé à 20 shillings, fut abaissé dans les mêmes proportions. À l’absence des bénéfices exceptionnels provenant du placement de l’emprunt 1863 qui avaient alimenté les exercices précédents s’ajoutaient une série de facteurs défavorables : crise cotonnière, conséquence de l’épidémie de choléra qui avait pendant plusieurs mois paralysé les affaires en Orient, lourdes pertes subies par les agences de Roumanie et, à un bien moindre degré, par celle de Salonique (les provisions pour mauvaises créances atteignaient 74 575 £). Dans ces conditions, les actions de la banque subirent en bourse une baisse profonde, tombant bien au-dessous du pair à 7 1/2-8 £.

  • 53 AN, 207 AQ, 167 Rapports sur les exercices 1865 à 1868 et A. Mey, Bilans et rapports aux Assemblées (...)

52Malgré la crise qui secoua les marchés d’Europe occidentale à partir du début de 1866, la politique prudente adoptée par la direction de la banque amena une certaine amélioration des résultats. Les comptes arrêtés à Constantinople firent en effet ressortir un profit en hausse de plus de 11 % (177 724 £). Le Comité, soucieux de ne pas trop réduire le dividende auquel participaient pour la première fois les actions émises en 1865, porta dans les comptes présentés aux actionnaires le bénéfice à 212 804 £, grâce à diverses opérations de window-dressing (minoration des provisions, prise en compte de plus-values non encore réalisées). Le redressement se poursuivit plus nettement en 1867 et 1868, permettant de porter le dividende à 25 shillings pour ce dernier exercice. Mais, pendant toute cette période, les agences d’Orient intervinrent pour une part sans cesse décroissante, les profits en provenant fléchissant de près de 10 % de l’ensemble en 1864 à moins de 2 % en 186853. Ces résultats décevants qu’expliquent en grande partie les imprudences et le manque d’expérience des dirigeants des succursales, ainsi que l’insuffisance du contrôle exercé par la direction de Constantinople, conduisirent à l’abandon du projet d’extension du réseau. Et peu à peu on en vint à considérer que les agences constituaient plus un fardeau qu’il était nécessaire de maintenir pour les besoins du Trésor public qu’une source de profits, la rentabilité des opérations commerciales qu’il était possible d’y traiter étant jugée insuffisante eu égard aux risques encourus.

53Toutefois le mois d’octobre 1867 vit l’ouverture de l’agence d’Alexandrie. Le grand port égyptien était le centre d’un actif commerce d’exportation de coton, qui donnait lieu à un important mouvement d’affaires tant avec l’intérieur qu’avec l’Europe, et tout particulièrement avec l’Angleterre. Les relations avec Chypre et la Syrie, fournisseurs de l’Egypte, étaient également étroites.

  • 54 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1867 et 1868.

54Les débuts de la nouvelle succursale furent des plus prometteurs. Sans capital affecté, fonctionnant uniquement à partir de facilités de crédits ouverts par Londres, elle dégagea, dès 1868, un bénéfice net de 15 617 £ provenant tant de l’escompte de bons du Trésor égyptien que d’opérations sur le coton (exécution d’ordres d’achat reçus de l’étranger, consignation de marchandises pour compte de producteurs de l’intérieur) et des transactions sur les changes qui y étaient liés. Dans son rapport de fin d’année, la direction générale pouvait écrire « notre agence s’est placée au premier rang parmi les établissements financiers d’Alexandrie ». Et dans l’avenir, malgré des périodes parfois difficiles, cette implantation en arrivera à constituer un des plus beaux fleurons du réseau de la Banque ottomane54.

  • 55 AN, 207 AQ, 167. Rapport sur l’exercice 1868.

55Il convient de s’étendre un peu sur un avantage accessoire mais non négligeable que la banque dans son ensemble tirait de sa présence à Alexandrie. Il illustre en effet l’un des problèmes qu’avait à résoudre la gestion quotidienne : comment faire parvenir à Constantinople au moindre coût, c’est-à-dire en évitant au maximum les transports d’espèces, les fonds encaissés dans les agences pour compte du Trésor public. C’était assez facile lorsque ces agences étaient en relations d’affaires suivies avec la capitale. Mais il n’en était pas toujours ainsi. C’est alors qu’intervenait une agence tierce. Les agences de Beyrouth et de Larnaca, profitant du mouvement commercial assez intense entre leurs places et celle d’Alexandrie, achetaient avec les fonds reçus pour compte du Trésor des tirages sur les acheteurs égyptiens ; Alexandrie utilisait le produit de leur encaissement pour acquérir des traites sur Londres émises en contrepartie d’expéditions de coton, ce qui permettait à Londres d’acheter d’autres traites sur les importateurs à Constantinople de marchandises anglaises. Grâce au paiement de ces traites, le siège de la banque pouvait finalement mettre à la disposition du Trésor les sommes qui lui revenaient55.

  • 56 AN, 207 AQ, 234 DG6. Emprunt égyptien 1868.

56Amenée à la suite de la création de son agence à s’intéresser de plus près aux affaires d’Égypte, la BIO participa, aux côtés de la Société générale et de la maison Oppenheim, Alberti, au placement de l’emprunt égyptien 7 % 1868 s’engageant pour un quart environ du montant total de 11 890 000 £. Les comptes de 1868 enregistrèrent un profit de 42 000 £ provenant de cette opération56.

  • 57 AN, 207 AQ, 193 DG AO. A.H. Layard à Comité de Paris, 20 juillet 1867.

57L’agence de Londres occupait dans le réseau une place importante ; elle venait, en ce qui concerne les bénéfices, immédiatement après le siège de Constantinople ; « disposant de grandes ressources » elle était en mesure grâce à ses « relations intimes avec des maisons et des institutions importantes à Londres... d’ajouter, de temps en temps, des bénéfices supplémentaires aux profits réguliers de la banque »57. En 1867 Londres contribua pour 89 714 £ à un bénéfice net total de 262 522 £.

  • 58 A. Lon. IOB. Committee Minutes, 19 février 1868.
  • 59 AN, 207 AQ, 217. Assemblée générale du 19 juin 1868.

58À l’origine, les fondateurs n’avaient pas jugé opportun d’établir une succursale à Paris, se contentant d’utiliser pour les transactions sur le marché français les services du Crédit mobilier place Vendôme. Le développement des affaires entre la Lrance et l’Orient devait rapidement faire apparaître l’insuffisance de cette organisation. Aussi Layard devenu, après avoir quitté le gouvernement britannique, président du comité de Londres insistait-il, dans la même lettre du 20 juillet 1867, auprès de ses collègues français pour la création à Paris d’une agence indépendante. Les difficultés du Crédit mobilier survenues la même année rendirent encore plus indispensable que la BIO affirmât son autonomie. Une agence fut ouverte le 18 février 1868 au 30, boulevard Haussmann58. (Elle sera en 1877 transférée 7, rue Meyerbeer.) Un peu plus tard, à l’assemblée du 19 juin, les Pereire furent, sur proposition d’un actionnaire anglais, éliminés du Comité de Paris59 et les liens se distendirent avec le Crédit mobilier à tel point que les deux établissements ne tardèrent pas à s’affirmer comme rivaux dans les affaires turques.

  • 60 AN, 207 AQ, 217. Assemblée générale du 19 juin 1868.

59L’année 1868 vit aussi la fin de la mission à Constantinople du marquis de Ploeuc. Celui-ci, qui avait dès le début insisté sur le caractère temporaire de sa présence à Constantinople, résigna ses fonctions de directeur général le 15 avril 1868 pour être nommé sur sa demande sous-gouverneur de la Banque de France. Reconnaissant les éminents services du marquis de Ploeuc lors de la fondation de la banque et au cours des premières années de son existence, les membres du Comité le cooptèrent dans leur sein. Lord Hobart, qui connaissait bien les affaires turques pour avoir exercé à deux reprises à Constantinople les fonctions de commissaire financier du gouvernement britannique, fut nommé directeur général60.

La Société générale de l’Empire ottoman

  • 61 AN, 272 AP, 14 - lettre du 27 novembre 1862.
  • 62 A. Lon. - Annual general meeting.
  • 63 AN, 207 AQ, 193 DG AO - PV du Comité du 12 juillet 1864.

60On se souvient des difficultés rencontrées par l’Ottoman Bank du fait de l’hostilité des banquiers de Galata, mécontents de voir leurs opérations avec le Trésor, qui constituaient l’essentiel de leur activité, exposées à la concurrence d’un établissement qui l’emportait de beaucoup sur eux par les ressources et la puissance. Le marquis de Ploeuc à son tour, lors de la constitution de la BIO, s’était heurté à l’attitude inamicale de certains d’entre eux ; il n’en avait pas moins suggéré des possibilités d’entente avec plusieurs maisons bien choisies61. Aussi les dirigeants de la banque, désireux de mettre fin à cette situation de conflit, cherchèrent-ils à les associer à leurs affaires. D’ailleurs, ainsi que le président sir William Clay devait l’expliquer à l’assemblée des actionnaires du 16 juin 1864, si la Banque ottomane entendait traiter seule toutes les affaires liées aux relations de la Turquie avec l’Europe occidentale, elle pensait qu’en ce qui concernait les opérations sur le marché local, l’expérience et les contacts des banquiers de Constantinople « made them the most fitting instrument »62. C’est dans cet esprit qu’à l’occasion d’une avance temporaire de 864 000 LT conclue le 4 mai 1864 et destinée à permettre le paiement du coupon de la dette intérieure consolidée, la banque appela comme coparticipantes plusieurs maisons de Galata, ne gardant pour elle-même que 239 000 LT sur le montant de l’avance63. Ce type de combinaison, qui permettait tout à la fois de sauvegarder les intérêts des banquiers locaux et de réduire pour la BIO tant le risque que la charge en trésorerie, devait connaître un succès durable, et sera utilisé à maintes reprises dans l’avenir.

61Ce même 4 mai 1864 la Banque impériale ottomane constituait autour d’elle une association plus large et appuyée sur une structure juridique permanente en créant une société anonyme dénommée Société générale de l’Empire ottoman. Les autres fondateurs furent : MM. A. Baltazzi, J. Camondo et Cie, Z. Stefanovitch et Cie, A. Ralli, Ch. Zographos, Boghos Missiroglu, Zafiropoulos et Zarifi, Oppenheim Alberti et Cie. La société se donnait pour objet de traiter toutes affaires financières et commerciales en Turquie, mais plus particulièrement de « souscrire ou contracter avec le gouvernement des emprunts temporaires intérieurs ». Le capital de 2 millions £ était divisé en 100 000 actions de 20 livres, libérées de moitié. 67 000 actions étaient souscrites par les fondateurs dont 13 000 pour la BIO ; le solde était mis en souscription publique, 6 500 titres à Constantinople et 26 500 à Londres. L’engouement pour les entreprises liées à l’Empire ottoman ne se démentant pas encore, cette souscription remporta un succès extraordinaire. Les demandes portèrent sur plus de 220 000 titres et les actions de la société firent rapidement sur le marché une prime de 3 £.

  • 64 AN, 207 AQ, 193 DG AO - PV du Comité du 12 juillet 1864 et A. du Velay, op. cit., p. 199-200.

62Les fondateurs se lièrent en outre par une convention particulière qui stipulait que la banque offrirait à la société et aux autres associés 50 % des affaires qu’elle contracterait avec l’État, ses partenaires prenant un engagement similaire pour les affaires telles que les emprunts temporaires divers, affermages de revenus, travaux publics, entreprises industrielles pour le compte du gouvernement. De son côté, la société offrirait à la BIO 50 % des affaires qu’elle traiterait directement et la moitié de sa propre participation dans les affaires apportées par les autres fondateurs. Elle s’engageait enfin à favoriser de tout son pouvoir la circulation des billets de la banque64.

  • 65 AN, 207 AQ, 167 - Rapports sur les exercices 1866, 1870.
  • 66 AN, 207 AQ, 63 C2. Deveaux à Salvador, 8 mars 1873.

63La mauvaise tenue des titres turcs en général sur les marchés occidentaux au cours des années suivantes affecta également les actions de la Société générale, dont la prime sur le pair fut réduite à néant dès 1866. La BIO s’en dégagea progressivement, réduisant sa participation à 2 300 titres en 187065.Les relations avec ses associés s’étaient fortement dégradées. La banque obtint en mars 1873 qu’il soit mis fin à la convention du 4 mai 186466 Les relations avec les banquiers de Galata ne furent pas rompues pour autant ; ils seront souvent appelés à prendre une part dans les avances à l’État et les syndicats d’emprunts.

  • 67 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1868, 1872.

64Poursuivant sa politique d’association avec des intérêts locaux dans le domaine financier, la BIO participa en 1868 à la constitution d’une maison de courtage de change, et d’une autre en 1872. La même année, elle prit un intérêt très minoritaire dans deux nouvelles entreprises financières : la Banque de Constantinople (capital 1 million £) et la Société ottomane de change et de valeurs (capital 600 000 £) souscrivant dans chaque cas 5 % du capital. Elle trouva dans ces institutions de « précieux auxiliaires » dans ses affaires courantes, particulièrement en ce qui concerne le change67.

Projets divers

  • 68 AN, 207 AQ, 324 F4 bis - Lettre Fuad Pacha, 19 octobre 1864

65Parmi les objectifs que s’étaient assignés dès l’origine les fondateurs de la BIO, ou tout au moins le groupe français, figurait le rôle de banque d’affaires « commanditaire de l’industrie ». C’est ainsi que la banque s’intéressa, dès 1863, au projet de construction d’une ligne de chemin de fer reliant Constantinople à Andrinople. Ce projet coïncidait avec les vues du gouvernement impérial qui souhaitait voir se réaliser une liaison ferroviaire avec l’Europe centrale, dont cette ligne devrait constituer le premier tronçon68.

  • 69 AN, 207 AQ, 324 F4 bis - Lettre Ybri, agent financier du Gt ottoman à BIO Paris, 10 septembre 1864.
  • 70 AN, 207 AQ, 324 F4 bis - lettre DG. du 14 février 1866.

66Le 18 novembre 1863, la BIO manifestait à la Porte « son intention d’entreprendre et de mener à fin » la construction de ce chemin de fer69. Mais les hésitations des autorités turques quant au tracé de la ligne ne permirent pas de commencer immédiatement les études préalables. Un accord s’étant finalement établi à ce sujet, une convention fut conclue en février 1866 entre le grand vizir et la direction de la banque par laquelle celle-ci s’engageait à faire établir un premier projet, le gouvernement devant faire connaître ensuite les conditions définitives70.

  • 71 AN, 207 AQ, 324 F4 bis - note du 4 août 1865 et rapport Galland.

67L’étude préalable fut confiée à un ingénieur français des ponts et chaussées, M. Galland, détaché par la Cie PLM. Ses conclusions furent décevantes. Pour un parcours de 328 kilomètres, les dépenses strictement nécessaires pour livrer la ligne à l’exploitation étaient évaluées à 43 millions F, devant s’élever finalement à 75 millions F en tenant compte de tous les travaux qu’il serait partiellement possible d’ajourner. En face de recettes annuelles probables de 5 700 000 F, les frais d’exploitation monteraient à 3 500 000 F laissant un bénéfice courant de 2 200 000 F. L’expert concluait donc que la ligne ne pourrait vivre par elle-même et qu’une subvention gouvernementale était nécessaire71.

  • 72 AN, 207 AQ, 328 F10 A - Hirsch à BIO, 26 novembre 1869.
  • 73 A. du Velay, op. cit. p. 251 et ss.

68Dans ces conditions, la banque ne poussa pas le projet plus avant et transféra en 1868 tous ses droits sur la ligne à la Société des chemins de fer de la Turquie d’Europe72. Cette entreprise, créée par un richissime banquier autrichien, le baron de Hirsch, mènera à bien la construction de la voie ferrée Constantinople-Andrinople, mais à des conditions financières désastreuses pour le Trésor ottoman73.

  • 74 A. Lon. IOB Committee Minutes, 11 décembre 1865.
  • 75 AN, 207 AQ, 53 C2 - Gilbertson à Salvador, 29 juin 1870.
  • 76 A. Lon. IOB Committee Minutes, 5 janvier 1870, AN, 207 AQ, 53 C2 Deveaux à Salvador, 8 mars 1873 et (...)

69Un autre projet de chemin de fer l’Aleppo Railway, qui eût relié, via Alep, l’Euphrate à l’embouchure de l’Oronte, fut rapidement abandonné74. La fondation d’une compagnie immobilière qui eût entrepris la reconstruction des quartiers de Constantinople ravagés par le grand incendie de 1865 se heurta à l’opposition d’Ali Pacha, qui redoutait de voir les capitaux étrangers s’investir massivement dans le marché immobilier de la capitale75. Une seule entreprise devait être menée à bonne fin : celle des tramways de Constantinople. Dans la société fondée le 18 juin 1870 pour l’exploitation de cette concession, la banque souscrivit un septième environ du capital de 400 000 LT, libéré de moitié. La société répondait à un réel besoin et ses lignes rencontrèrent un franc succès. Les voitures étaient tirées par des chevaux et ce n’est que près de quarante ans plus tard qu’y fut substituée la traction électrique76.

1869-1873

70Les années qui précèdent la convention de 1874, étape capitale dans la vie de la banque, furent agitées et les résultats fluctuèrent beaucoup. L’exercice 1869 enregistre les profits les plus élevés que la banque ait encore obtenus (314 000 £), mais cet accroissement était entièrement dû aux opérations avec le Trésor et aux avances considérables qui lui avaient été consenties. Les affaires avaient continué à stagner à Salonique et à Smyrne où d’importantes provisions avaient dû être constituées, si bien que les agences d’Orient ne contribuaient plus que pour un chiffre dérisoire (2 833 £) aux bénéfices de la banque. Seule l’agence d’Alexandrie, dotée maintenant d’un capital propre important (80 000 £), continuait à progresser, tant dans ses opérations sur coton que dans ses relations avec le gouvernement égyptien.

  • 77 AN, 207 AQ, 167 - Rapport sur l’exercice 1869.

71La même année vit enfin le démarrage de la circulation des billets. À l’origine, à Smyrne seulement une petite circulation avait pu s’établir avec des coupures de 2 livres remboursables en medjidiés d’argent, mais à Constantinople les billets de 2 livres et de 5 livres remboursables en or n’avaient rencontré aucun succès. Les choses s’améliorèrent en 1868 et plus encore en 1869, le montant des billets entre les mains du public passant de 96 551 LT à 246 440 LT, dont 89 % dans la capitale77.

  • 78 A. Lon.
  • 79 A. Lon. - Assemblée générale du 21 juin 1871.
  • 80 A. Lon. IOB Committee Minutes, 28 juin 1870.

72Conforté par ces progrès, le président Bruce, à l’assemblée du 27 juin 1870, avait, dans un élan d’optimisme, exprimé son espoir dans l’avenir ; il voyait s’ouvrir en Europe une ère de stabilité et de calme78. Quelques semaines plus tard, la guerre franco-allemande et les perturbations qu’elle entraîna dans le courant des affaires lui apportèrent un cruel démenti. En Turquie, où l’abondance monétaire résultant des importants emprunts contractés à l’étranger par le gouvernement avait alimenté la spéculation, une crise éclata. Le public, pris de panique, accourut aux guichets de la banque demander le remboursement des billets, dont la circulation baissa, en moins de deux semaines, de 220 000 livres. Les cours des fonds d’État chutèrent fortement ; le 5 % tomba de 55 à 36, paralysant la Bourse de Constantinople que les autorités durent fermer provisoirement. Les affaires, déjà éprouvées au mois de juin par l’incendie qui dévora le tiers du quartier de Pera, détruisant 6 000 maisons et faisant plus de 1 800 victimes, subirent le contrecoup de cette crise. Des firmes importantes cessèrent leurs paiements, beaucoup d’autres furent ébranlées. En dehors de la capitale, c’est la place de Salonique qui fut la plus touchée79. Les dirigeants de la BIO, inquiets de la spéculation qui s’était développée au cours des premiers mois de l’année avaient, en juin, décidé de restreindre le volume de leurs opérations80. C’est grâce à la très forte liquidité de son bilan que la banque put, sans difficulté, faire face aux demandes de remboursement de ses billets, alors qu’elle était en même temps obligée de couvrir par des envois d’or les échéances de ses tirages sur Londres et Paris. L’arrêt des transactions rendait en effet impossible d’acheter, comme il était usuel, des effets de qualité sur l’étranger.

  • 81 Cf. note 79 et AN, 207 AQ, 167 - Rapport sur l’exercice 1870.

73En fin d’année, d’importantes provisions pour mauvaises créances durent être constituées, principalement à Constantinople et à Salonique. Par contre l’agence d’Alexandrie continua de progresser, le capital à sa disposition ayant été porté à 200 000 £, et l’économie égyptienne étant largement autonome par rapport au reste de l’Empire. Enfin l’agence de Paris, quoique fermée durant le siège et la Commune, fut en mesure de présenter des bénéfices en augmentation (15 720 £ contre 10 663 £). Les administrateurs, lors de l’avance des armées allemandes, avaient pris la précaution d’expédier à Londres l’essentiel du portefeuille. Finalement cette année difficile, malgré la baisse sensible des résultats (229 000 £), avait renforcé le crédit de la banque81.

  • 82 AN, 207 AQ, 167 - Rapport sur l’exercice 1871 et A. Mey.

74Avec le retour de la paix les affaires reprirent rapidement leur cours normal, tant en Europe qu’au Levant, à l’exception toutefois de Smyrne et de Salonique où les effets de la crise continuèrent à se faire sentir. À Salonique la liquidation des opérations sur marchandises imprudemment engagées nécessita en 1871 la constitution de très lourdes provisions – la perte de l’agence s’éleva à 40 307 £ pour ce seul exercice. À Smyrne le marasme que connaissait cette place depuis 1867 se poursuivit. Là aussi l’agence fut en perte tant en 1871 qu’en 1872. Aussi à l’assemblée du 18 juin 1872, le président devait reconnaître que sur le plan commercial ces succursales n’avaient pas répondu aux espérances. Afin de réduire à l’avenir les risques de perte, leur activité fut désormais limitée à la réception et à la transmission des revenus de l’État82.

  • 83 AN, 207 AQ, 167 - Rapport sur l’exercice 1872.
  • 84 A. du Velay, op. cit., p 298 - 9.

75Les profits de la banque provenaient maintenant presque uniquement de Londres, Paris, Constantinople et Alexandrie. À Constantinople, si les affaires du Trésor et notamment les avances à court terme qui lui étaient consenties assuraient toujours la majeure partie des bénéfices, on assista toutefois durant ces années à un certain développement des crédits à la clientèle commerciale. Quant à la circulation des billets de la banque, elle reprit rapidement pour atteindre au 31 décembre 1872 250 000 LT, montant maximum de l’émission autorisée. C’était la conséquence d’une forte demande du public et de la confiance qu’ils inspiraient désormais, les porteurs ayant pu constater, lors de la crise de 1870, leur parfaite liquidité83. Les guichets de la banque à Constantinople se virent désignés pour recueillir les souscriptions à l’emprunt français de 1872 dit de la « libération du territoire » car destiné à acquitter l’indemnité de guerre due à l’Allemagne. 600 millions de francs furent demandés par le public, entraînant, à l’instar de ce qui se passa ailleurs, une forte réduction lors des attributions finales84.

  • 85 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1871, 1872, 1873.

76À Alexandrie les affaires de la succursale continuèrent leur progression, aussi bien dans les opérations de banque que dans les transactions sur le coton. Les profits atteignirent en 1871 un chiffre record de 56 745 £, la pénurie momentanée de capitaux consécutive aux événements d’Europe ayant fait monter jusqu’à 20 % le taux d’intérêt sur la place. La situation redevint plus normale l’année suivante, et le taux fléchit au-dessous de 8 %. Dans l’espoir de participer au développement commercial que ne manquerait pas de susciter à Port-Saïd l’ouverture du canal de Suez à la navigation, une agence y fut ouverte et dégagea dès 1873 un bénéfice de 1000 £85.

  • 86 A. Mey. Assemblée générale du 21 juin 1871.

77La direction de la banque à Constantinople fut à cette époque entièrement remaniée. Ce fut d’abord, en 1870, le départ d’Edward Gilbertson qui, après plus de dix années de présence en Turquie, demanda à regagner Londres. Coopté au Comité, sa longue expérience de l’Orient allait lui permettre de jouer un rôle important86.

  • 87 A. Mey. Assemblée générale du 19 juin 1872 et AN, 207 AQ, 53 C2 Gilbertson à Salvador, 27 avril 187 (...)

78L’année suivante, lord Hobart nommé par le gouvernement britannique gouverneur de la province de Madras résigna à son tour ses fonctions. Il fut peu regretté. Jugé par ses principaux collaborateurs et notamment par Gilbertson inapte aux fonctions « qu’il est censé remplir » il n’avait pu s’imposer et ne joua qu’un rôle effacé. Pour le remplacer, le Comité fit choix de Morgan H. Foster, haut fonctionnaire britannique, mêlé de longue date aux affaires turques au cours de différentes missions financières et qui avait, dans la coulisse, favorisé, à l’instar du marquis de Ploeuc, la naissance de la Banque ottomane87 Enfin, pour compléter la direction générale, von Haas, directeur de l’agence de Beyrouth, fut appelé au siège et se vit confier la responsabilité de l’administration intérieure.

  • 88 AN, 207 AQ, 193 DG AO.
  • 89 AN, 207 AQ, 193 DG A 1 bis - Foster à Comité, 2 janvier 1877.
  • 90 AN, 207 AQ, 193 DG A 1 bis - Rapport O. Homberg, 18 octobre 1876.
  • 91 A. Mey. - PV du Comité vol. 2. - 1er octobre 1875 et 20 octobre 1876.

79L’extension des opérations de la banque et en particulier son rôle de banquier du Trésor avait conduit à un gonflement des effectifs qui en juin 1872 s’élèvent pour l’ensemble de l’établissement à 175 personnes, dont 82 à Constantinople88. L’intendance n’avait pas suivi, et une importante escroquerie dont la banque fut victime en 1873 à Constantinople mit en lumière les graves lacunes de l’organisation. Dès l’origine, « dans le désir de faire marcher la banque sur les principes d’une extrême économie », les traitements avaient été fixés à un niveau modeste. Afin qu’ils puissent accroître leurs revenus, les employés avaient été encouragés à « faire des profits dans les affaires » et des avances à taux modérés leur étaient accordées dans ce but89. On peut voir là la persistance d’une pratique courante au XVIIIe siècle dans les compagnies de commerce d’outre-mer, celle des Indes par exemple. Enfin, ce personnel était si peu nombreux qu’une division convenable du travail et l’organisation d’un contrôle réciproque des services n’étaient pas possibles. A la suite d’une visite du président Bruce, une réorganisation fut entreprise, qui se traduisit par une augmentation de l’effectif ; 116 personnes travailleront au siège en 187590. D’autre part, afin que soit exercée sur les opérations de la banque une surveillance plus étroite, un inspecteur des finances, Octave Homberg, fut détaché par son ministère auprès de la BIO pour occuper pendant un an à Constantinople les fonctions d’inspecteur général91.

  • 92 AN, 207 AQ, 167 - Rapport sur l’exercice 1873.

80La banque ne souffrit pas de la crise qui, partie d’Autriche, secoua en 1873 les marchés européens. Les profits de l’agence de Londres, qui faisait fructifier l’essentiel de la trésorerie non employée dans les affaires d’Orient, atteignirent même un niveau record à près de 100 000 £. Les profits bruts de l’ensemble de l’établissement dépasseront pour la première fois le demi-million de livres sterling. Les conséquences de l’escroquerie mentionnée plus haut réduisirent toutefois le résultat net à 256 246 £, en diminution de 80 000 £ par rapport à l’année précédente92.

81Les premières années de la vie de la BIO n’avaient pas vu se réaliser tous les espoirs des fondateurs. On avait connu des déceptions, rencontré des échecs. Néanmoins la banque était parvenue à asseoir son crédit, à consolider son organisation. Elle était maintenant bien établie au cœur de la vie financière de la Turquie.

Notes

1 A. du Velay, op. cit. p. 265-266.

2 AN, 207 AQ, 234 D9.

3 A. Lon. - Sub Committee Minutes, 21 mai 1863.

4 AN, 207 AQ, 234 D9.

5 AN, 207 AQ, 234 D9 - note Ch. Mallet (sans date).

6 AN, 207 AQ, 234 D9 - contrats des 15 septembre 1863 et 31 janvier 1864.

7 AN, 207 AQ, 167 - Bilans 1863 et 1864 et 193 DG A.O. Profits provenant du Trésor Impérial 1863-1877.

8 A. du Velay, op. cit. p. 269-276 et AN, 207 AQ, 233 D4.

9 A. Lon. IOB Committee Minutes, 29 avril 1865.

10 AN. 207 AQ, 235 D10.

11 AN, 207 AQ, 235 D11.

12 AN, 207 AQ, 235 D10 - circulaire du 14 décembre 1865.

13 A. Mey.

14 A. Lon. Annual General Meeting, 17 juin 1868.

15 AN, 207 AQ, 235 D11 - état de 1870.

16 A. du Velay, op. cit. p. 269.

17 AN, 207 AQ, 193 DGAO.

18 AN, 207 AQ, 167. Rapport sur l’exercice 1866.

19 AN, 207 AQ, 193 DG A.O.

20 AN, 207 AQ, 167.

21 AN, 207 AQ, 1 B.O.3 mémorandum de Londres 1868.

22 AN, 207 AQ, 1 B.O.3 note d’Ali Pacha, 22 juin 1868.

23 AN, 207 AQ, 1 B.O.3 note du 8 février 1869.

24 AN, 207 AQ, 1 B.O.3.

25 AN, 207 AQ, 193 DG AO. Profits provenants du Trésor Impérial 1863-1877.

26 A. du Velay, op. cit., p. 293-294.

27 A. du Velay, op. cit., p. 283-284.

28 A. du Velay, op. cit., p. 286 et ss.

29 AN, 207 AQ, 53 C2 Gilbertson à Salvador, 17 novembre 1869.

30 AN, 207 AQ, 167. Bilans 1868-1870.

31 A. du Velay, op. cit., p ; 290-292.

32 AN, 207 AQ, 167.

33 AN, 207 AQ, 53 C2. Deveaux à Salvador, 27 mars 1872.

34 A. du Velay, op. cit., p. 293 et ss.

35 A. Mey.

36 AN, 207 AQ, 236 D15.

37 A. du Velay, op. cit., p. 307 - 309.

38 A. Mey. PV du Comité vol. 2 - 6 août 1875.

39 A. du Velay, op. cit., p. 312 - 3.

40 AN, 207 AQ, 167. Bilan et rapport sur l’exercice 1873.

41 AN, 207 AQ, 167. Rapport sur l’exercice 1863.

42 I. de St-Amand, « Les réformes en Turquie », Revue des deux mondes, 15 mai 1865, p. 513-521.

43 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1863, 1864, 1866.

44 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1863, 1864, 1865.

45 A. Lon. I.O.B. Committee Minutes, 11 août 1869.

46 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1866 à 1872.

47 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1863 à 1866.

48 AN, 207 AQ, 193. DG A.O. PV du Comité du 12 juillet 1864.

49 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1864 et 1865.

50 A. Lon. Sub Committe Minutes, 25 juin 1863 et cf. note 48.

51 AN, 207 AQ, 193 DG A.O. Note du 1er novembre 1865.

52 AN, 207 AQ, 217 Assemblées générales des 15 et 29 novembre 1865.

53 AN, 207 AQ, 167 Rapports sur les exercices 1865 à 1868 et A. Mey, Bilans et rapports aux Assemblées générales.

54 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1867 et 1868.

55 AN, 207 AQ, 167. Rapport sur l’exercice 1868.

56 AN, 207 AQ, 234 DG6. Emprunt égyptien 1868.

57 AN, 207 AQ, 193 DG AO. A.H. Layard à Comité de Paris, 20 juillet 1867.

58 A. Lon. IOB. Committee Minutes, 19 février 1868.

59 AN, 207 AQ, 217. Assemblée générale du 19 juin 1868.

60 AN, 207 AQ, 217. Assemblée générale du 19 juin 1868.

61 AN, 272 AP, 14 - lettre du 27 novembre 1862.

62 A. Lon. - Annual general meeting.

63 AN, 207 AQ, 193 DG AO - PV du Comité du 12 juillet 1864.

64 AN, 207 AQ, 193 DG AO - PV du Comité du 12 juillet 1864 et A. du Velay, op. cit., p. 199-200.

65 AN, 207 AQ, 167 - Rapports sur les exercices 1866, 1870.

66 AN, 207 AQ, 63 C2. Deveaux à Salvador, 8 mars 1873.

67 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1868, 1872.

68 AN, 207 AQ, 324 F4 bis - Lettre Fuad Pacha, 19 octobre 1864

69 AN, 207 AQ, 324 F4 bis - Lettre Ybri, agent financier du Gt ottoman à BIO Paris, 10 septembre 1864.

70 AN, 207 AQ, 324 F4 bis - lettre DG. du 14 février 1866.

71 AN, 207 AQ, 324 F4 bis - note du 4 août 1865 et rapport Galland.

72 AN, 207 AQ, 328 F10 A - Hirsch à BIO, 26 novembre 1869.

73 A. du Velay, op. cit. p. 251 et ss.

74 A. Lon. IOB Committee Minutes, 11 décembre 1865.

75 AN, 207 AQ, 53 C2 - Gilbertson à Salvador, 29 juin 1870.

76 A. Lon. IOB Committee Minutes, 5 janvier 1870, AN, 207 AQ, 53 C2 Deveaux à Salvador, 8 mars 1873 et J. Thobie, Intérêts et impérialisme français dans l’Empire ottoman, p. 188-189.

77 AN, 207 AQ, 167 - Rapport sur l’exercice 1869.

78 A. Lon.

79 A. Lon. - Assemblée générale du 21 juin 1871.

80 A. Lon. IOB Committee Minutes, 28 juin 1870.

81 Cf. note 79 et AN, 207 AQ, 167 - Rapport sur l’exercice 1870.

82 AN, 207 AQ, 167 - Rapport sur l’exercice 1871 et A. Mey.

83 AN, 207 AQ, 167 - Rapport sur l’exercice 1872.

84 A. du Velay, op. cit., p 298 - 9.

85 AN, 207 AQ, 167. Rapports sur les exercices 1871, 1872, 1873.

86 A. Mey. Assemblée générale du 21 juin 1871.

87 A. Mey. Assemblée générale du 19 juin 1872 et AN, 207 AQ, 53 C2 Gilbertson à Salvador, 27 avril 1870.

88 AN, 207 AQ, 193 DG AO.

89 AN, 207 AQ, 193 DG A 1 bis - Foster à Comité, 2 janvier 1877.

90 AN, 207 AQ, 193 DG A 1 bis - Rapport O. Homberg, 18 octobre 1876.

91 A. Mey. - PV du Comité vol. 2. - 1er octobre 1875 et 20 octobre 1876.

92 AN, 207 AQ, 167 - Rapport sur l’exercice 1873.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search