Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Chapitre premier. L’Ottoman Bank

Texte intégral

Les finances de l’Empire ottoman au temps d’Abd-ul-Medjid

1Fondée à la suite de la guerre de Crimée, à l’initiative d’un groupe financier anglais, auquel vinrent s’adjoindre un peu plus tard des partenaires français, la Banque ottomane fut une création du grand mouvement de modernisation de l’Empire ottoman, connu dans l’histoire sous le nom de Tanzimat (les réformes). Succédant à diverses tentatives entreprises depuis le début du XIXe siècle par les sultans Selim III et Mahmoud II, la période du Tanzimat débuta officiellement avec le Hatti-Cherif (rescrit impérial) de Gulkhane, promulgué par leur successeur, Abd-ul-Medjid, le 3 novembre 1839. Les principaux inspirateurs et artisans du Tanzimat furent trois éminents hommes d’État : Moustapha Rechid Pacha, Ali Pacha et Fuad Pacha, qui devaient occuper à tour de rôle pendant plus de trente ans la charge de grand vizir. Le dernier d’entre eux, tout particulièrement, jouera un rôle capital dans la fondation de la banque.

  • 1 A. du Velay, Essai sur l’histoire financière de la Turquie, p. 120.
  • 2 AN, 207 AQ, 193 DGAO.

2Lorsque éclata en 1853 la guerre avec la Russie, des résultats notables avaient été obtenus, malgré les résistances des conservateurs, dans la réorganisation des administrations centrales et provinciales, la codification des lois pénales et commerciales, le développement et la modernisation de l’instruction publique, et un certain nombre de réformes financières avaient été entreprises. Mais, dans ce dernier domaine, les hommes du Tanzimat, de par leur formation essentiellement juridique et diplomatique, manquaient personnellement de compétence et ne disposaient pas des collaborateurs expérimentés qui leur eussent été nécessaires1. Aussi, les charges nées de la guerre imposèrent-elles aux finances de l’empire un fardeau qu’elles n’étaient pas en état de supporter. Le grand vizir Fuad Pacha devait reconnaître en 1862, en présentant au sultan Abd-ul-Aziz le premier budget de l’Empire : « c’est en 1854 et en 1855 que l’équilibre des finances a été rompu »2.

  • 3 A. du Velay, op. cit., p. 106.
  • 4 A. du Velay, op. cit., p. 24 - 25.
  • 5 A. du Velay, op. cit., p. 46, 51, 96. - S.J. Shaw et E.K. Shaw. History of Ottoman Empire and modem (...)
  • 6 A. du Velay, op. cit., p. 23.

3Les défauts du système financier ottoman à cette date peuvent se résumer ainsi : absence de budget et irrégularité dans l’encaissement des impôts, avec comme conséquence une gestion au jour le jour de la trésorerie de l’État ; mise en circulation, dans le but de couvrir les déficits du trésor public, de monnaies altérées et de papier-monnaie sans contrepartie métallique, entraînant dans les échanges de graves perturbations3. Les 9/10 des ressources de l’État provenaient, à parts à peu près égales, de trois sortes d’impôts : les dîmes sur les récoltes et les troupeaux ; l’impôt foncier ; les douanes et taxes indirectes. Le solde était formé par l’impôt de capitation, perçu sur les sujets non musulmans, et les tributs de l’Égypte, de la Moldavie, de la Valachie et de la Serbie4. Les dîmes, qui représentaient près du tiers des recettes, étaient acquittées en nature, et le mode ordinaire de perception des impôts était l’affermage. Conformément au programme fixé par le Hatti-Cherif de Gulkhane, des essais de perception directe avaient été tentés. Mais, par manque de personnel qualifié, ils avaient abouti à une baisse sensible des recettes du Trésor, et on avait dû rapidement revenir au système de l’affermage, malgré les abus de toutes sortes auxquels ce système donnait lieu et les pertes qui en résultaient pour l’État5. Il convient d’ajouter qu’il n’existait pas de véritable centralisation des revenus, un certain nombre d’entre eux étant affectés, par l’intermédiaire de caisses particulières, à des dépenses déterminées6.

  • 7 A. du Velay, op. cit., p. 117.
  • 8 A. Lon, Annual General Meeting, 15 juin 1864.

4La méthode suivie par le gouvernement dans l’ordonnancement des dépenses est décrite en ces termes par A. du Velay, dans son Essai sur l’histoire financière de la Turquie : « Habituellement les ministres décidaient en conseil les crédits dont ils avaient besoin ; ils disposaient ensuite de leurs revenus spéciaux et tiraient, à leur défaut et quand ils étaient épuisés, sur la caisse du Trésor public. Si le Trésor était vide, comme cela arrivait le plus souvent, ils avaient la faculté d’émettre, sans limitation aucune, sous le nom de “serghi”, des obligations de payer. Quant à l’emploi des deniers ainsi dépensés, ou du nombre de serghis ainsi lancés dans la circulation, jamais ils n’en rendaient compte à qui que ce fût »7. On voit que les finances de la Turquie étaient alors bien loin de la régularité qu’avaient atteinte celles de la France ou de la Grande-Bretagne. Mais nous ne devons pas oublier que cette régularité était en Occident un phénomène récent. Les méthodes de la Sublime Porte ressemblaient beaucoup à celles de l’administration française de l’Ancien Régime et, à la première assemblée des actionnaires de la Banque impériale ottomane le président sir William Clay ferait remarquer qu’il n’y avait pas bien longtemps le système financier anglais ne différait guère de celui de la Turquie8.

  • 9 A. du Velay, op. cit., p. 52 et ss., p. 123.

5Pour faire face aux difficultés entraînées notamment par les nombreuses guerres que l’Empire ottoman eut à soutenir au cours de son histoire, le Trésor avait recours à divers expédients : la vente anticipée des revenus de l’État, l’altération des monnaies – procédé habituel de tous les États en période de crise – enfin, à partir de la fin du règne de Mahmoud II (1839), l’émission de papier-monnaie9.

6En 1844, pour tenter de mettre fin aux désordres nés de la circulation de monnaies de mauvais aloi et de papier-monnaie déprécié, une réforme monétaire avait été décidée. Le système monétaire avait pour base le double étalon, or et argent, dans un rapport fixe de 15,0909 parties d’argent pour une partie d’or. L’unité de compte, en usage à Constantinople depuis le XVIIe siècle, était la piastre dont la valeur au pair s’établissait à 110 piastres pour 1 £. A la suite de cette réforme, furent mises en circulation des pièces d’or de 500, 250, 100 (medjidié d’or ou livre-or), 50 et 25 piastres, et des pièces d’argent de 20 (medjidié d’argent) 10, 5, 2 et 1 piastres. Toutefois, le Trésor n’eut pas les moyens de procéder au retrait des pièces altérées d’ancienne émission et du papier-monnaie, si bien qu’à l’époque qui nous occupe, quatre sortes de monnaies circulaient concurremment dans l’Empire :

  1. Des pièces d’or et d’argent, émises à la suite de la réforme monétaire de 1844 ;

  2. Des pièces de mauvais aloi, frappées sous le régime de Mahmoud II. Il s’agissait :
      - d’altiliks, pièces d’argent de 6 piastres de valeur nominale ;
      - de bechliks, pièces d’argent au nominal de 5 piastres ;
      - de metalliks, pièces d’argent au nominal d’une piastre et d’une demipiastre.
    Toutes ces pièces étaient très surévaluées par rapport à leur valeur intrinsèque.

  3. Le papier-monnaie, dénommé Caïmé - i - Muhtebere - i - Nakdiyé (littéralement « billet équivalent à la monnaie »). Une première émission de 16 millions de piastres avait eu lieu en 1839-1840 ; d’autres émissions se succédèrent rapidement, si bien que la circulation atteignait 160 millions de piastres dès 1841. Il s’agissait d’une sorte de bon du Trésor, remboursable au bout de 8 ans et portant intérêt à 8 %, ultérieurement réduit à 6 %. A la différence des autres titres émis par l’État en contrepartie de la dette flottante, ils étaient, à l’instar des espèces métalliques, acceptés en paiement par les caisses publiques. Les billets étant libellés à la main et non numérotés, les contrefacteurs avaient eu peu de peine à introduire dans la circulation une quantité considérable de fausses coupures. D’autre part le Trésor, pendant la guerre de Crimée, devait multiplier les émissions pour faire face au déficit de ses opérations ;

    • 10 A. du Velay, op. cit., p. 125-131.

    Des monnaies étrangères, principalement des souverains et des napoléons, mais également en Moldavie et en Valachie des ducats d’Autriche, en Mésopotamie des monnaies persanes et indiennes et en Arabie des thalers autrichiens d’argent, dits de Marie-Thérèse10.

  • 11 G. Young, Corps de droit ottoman, tome V, p. 1-3 et AN 207 AQ 167 - Rapport sur l’exercice 1866.

7Si la monnaie de compte, étalon fictif par rapport auquel était déterminée la valeur de toute chose, y compris les espèces monétaires elles-mêmes, était, comme on vient de le dire, officiellement la piastre de Constantinople, certaines provinces continuèrent à utiliser des piastres locales avec des valeurs différentes. Ainsi à Beyrouth la livre turque-or valait 137 piastres, à Jaffa 142, à Andrinople 121, à Bucarest 61. Dans certaines localités, Smyrne, Bagdad, la valeur de la piastre variait suivant la nature de la transaction11.

8Tous ces moyens de paiement donnaient lieu à des opérations de change dénommées « agio » dans la terminologie locale. Par la suite les banques et en premier lieu la Banque ottomane spécifièrent la monnaie effective en laquelle était tenu chaque compte, et toute opération faite par le titulaire en une autre monnaie donnait lieu à un agio au cours du jour.

  • 12 A 1st, PV du Conseil d’administration de Constantinople, 19 avril 1916.

9L’unification monétaire de l’Empire ne sera réalisée qu’en 191612.

10En 1845, à la suite de la réforme monétaire, le gouvernement, souhaitant stabiliser le cours du change et empêcher la dépréciation du caïmé, conclut un accord à cet effet avec deux banquiers de Galata, MM. Alléon et Th. Baltazzi. Ceux-ci s’engageaient, en contrepartie d’une subvention annuelle de 2 millions de piastres, à maintenir le change au cours de 110 piastres pour 1 £. En 1847, leur association prit le nom de Banque de Constantinople. Elle parvint effectivement, durant sa courte existence, à défendre la parité de la piastre papier. Mais, créée sans aucun capital et ayant dû consentir au Trésor une avance de 130 millions de piastres, elle ne put se procurer les ressources nécessaires que grâce à des emprunts contractés à l’étranger. La crise qui secoua les marchés d’Europe occidentale en 1848 l’atteignit durement, en ébranlant son crédit. Elle dut finalement entrer en liquidation en 1852.

  • 13 A. du Velay, op. cit., p. 126-129.

11Toute intervention ayant alors cessé sur le marché des changes, le cours de la livre sterling ne cessa de s’élever, atteignant finalement 150 piastres. Le gouvernement entra alors en pourparlers avec un financier français, Trouvé-Chauvel, en vue de la création d’un nouvel établissement, sous la dénomination de Banque nationale de Turquie. Cette banque, qui eût été placée sous l’autorité et le contrôle immédiat du gouvernement ottoman, aurait disposé d’un capital de 100 millions de francs, à investir dans la construction de chemins de fer, de routes et canaux, dans les mines, les forêts et l’agriculture, les opérations d’escompte commercial. Avec un tel projet apparaît la préoccupation des autorités de développer l’économie de l’Empire, dans le but essentiellement d’accroître à terme les ressources fiscales. Mais le déclenchement des hostilités avec la Russie devait finalement faire échouer cette combinaison13.

  • 14 A. du Velay, op. cit., p. 139 et ss.

12La guerre, qui débuta le 27 octobre 1853, eut pour conséquence une augmentation considérable des dépenses militaires et un déficit important du Trésor public. Afin de le couvrir, le gouvernement, malgré l’opposition des milieux conservateurs, dut s’engager dans la voie des emprunts à l’étranger. En 1854, à la suite du traité d’alliance conclu avec la Grande-Bretagne et la France, un premier emprunt fut placé à Londres par la maison Dent, Palmer and Co pour un montant nominal de 3 millions £. Il était garanti par le tribut d’Égypte, portait intérêt à 6 % et était remboursable en 34 ans. Émis au cours de 80 %, ce qui assurait un rendement réel de 9 %, il ne procura au Trésor ottoman que 2 286 285 £, après déduction des frais et commissions. C’était tout à fait insuffisant pour couvrir le déficit entraîné par les dépenses de la guerre, déficit dont le total, de 1853 à 1856, devait dépasser 8 millions et demi £. Aussi la Turquie dut-elle émettre, dès 1855, un nouvel emprunt de 5 millions £ de nominal, que les gouvernements français et britannique acceptèrent de garantir, ce qui rendit possible une très nette amélioration des conditions. Assorti d’un taux d’intérêt de 4 % et amortissable en 42 ans il fut en effet placé par MM. Rothschild de Londres au cours de 102 5/8. La partie restant disponible sur le tribut d’Égypte, ainsi que les revenus des douanes de Smyrne et de Syrie étaient spécifiquement affectés au service de cet emprunt. Les puissances garantes déléguèrent à Constantinople une commission chargée d’étudier l’état des finances ottomanes et de s’assurer que le produit de l’emprunt serait bien utilisé pour les dépenses de la guerre. Les deux commissaires désignés furent le marquis de Ploeuc et lord Hobart, qui devaient devenir respectivement le premier et le second directeur général de la Banque impériale ottomane14.

  • 15 AN, 207 AQ, 1 B01 - instruction aux négociateurs, mai 1856 et note Alléon, 16 juin 1856.

13Concurremment à ces opérations, le Trésor procéda à de nouvelles émissions de caïmés en quantité considérable. La circulation de papier-monnaie était estimée à la fin de la guerre par le banquier Alléon, dans une note destinée à MM. Pereire, à 480 millions de piastres, dont 180 millions portant intérêt à 6 %, et 300 millions sans intérêt. D’autres documents donnent, à la même date, une estimation double de ce chiffre15. La Turquie se trouvait donc, lorsque les hostilités prirent fin, dans une situation financière extrêmement difficile.

Fondation de l’Ottoman Bank

  • 16 G. Young., op. cit., tome II, p. 9.

14Le 4 février 1856, peu de jours avant l’ouverture à Paris de la conférence de la paix, le sultan Abd-ul-Medjid, à la requête et sous la pression des puissances alliées, promulguait le Hatti-Humayun (rescrit impérial), destiné à compléter l’œuvre entreprise en 1839 par le Hatti-Cherif de Gulkhane. Parmi les dispositions de ce décret concernant les finances, les articles 24 et 25 étaient ainsi rédigés : « On s’occupera de la création de banques et d’autres institutions semblables pour arriver à la réforme du système financier et monétaire, ainsi que de la création de fonds destinés à augmenter la source de la richesse publique et matérielle de l’Empire... Pour arriver à ces buts, on recherchera les moyens de mettre à profit les sciences, les arts et les capitaux de l’Europe... »16. Ce texte définit brièvement, mais clairement, les buts poursuivis par le gouvernement impérial, et qui étaient déjà à l’origine des expériences précédentes (Banque de Constantinople - projet Trouvé-Chauvel). Il s’agissait d’une part d’assainir la situation financière, notamment par le retrait du papier-monnaie, et de mettre en valeur d’autre part les ressources inexploitées de l’Empire ottoman. Pour atteindre ces objectifs, les possibilités du marché local étant manifestement insuffisantes, un recours aux capitaux étrangers était explicitement admis. La guerre et les émissions d’emprunt de 1854 et 1855 avaient sur ce point modifié l’opinion publique. Comme le dit un mémorandum contemporain rédigé à l’intention du Crédit mobilier, « il y a deux ans à peine, toute réforme financière exigeant le concours des capitaux européens était d’avance condamnée dans tous les esprits... La guerre a vaincu la résistance des vieux préjugés... Les ministres, impuissants hier... sont aujourd’hui en état de faire prévaloir les doctrines empruntées à l’Europe, avec l’assentiment du pays. »

15Les circonstances étaient également propices du côté des capitalistes occidentaux, notamment à Londres et à Paris, les principaux centres financiers de l’époque. Si dans un passé tout récent, les financiers européens « témoignaient une extrême répugnance à entrer en rapport d’affaires avec le gouvernement ottoman », une évolution sensible s’était produite dans les esprits.

16On n’ignorait pas le délabrement des finances turques, mais le succès des derniers emprunts, l’appui des gouvernements britannique et français, l’heureuse issue de la guerre, les intentions réformatrices du gouvernement laissaient espérer un rétablissement auquel beaucoup souhaitaient contribuer par leurs capitaux et leur savoir-faire. L’alliance avait attiré l’attention sur ce pays jusque-là mal connu et l’on entrevoyait, à la faveur de l’assainissement de la situation financière, une expansion des relations commerciales, des possibilités fructueuses d’investissement dans les chemins de fer et les équipements publics. L’Empire ottoman était manifestement très sous-développé et l’on avait tendance à surestimer ses richesses latentes, n’imputant son retard économique qu’à une mauvaise administration. Aussi, un certain nombre de projets furent-ils élaborés dès la fin de 1855 et soumis à l’approbation du gouvernement.

  • 17 AN, 207 AQ, 1 B01- mémorandum (non daté - non signé).

17Depuis le 2 mai 1855, Ali Pacha occupait les fonctions de grand vizir. De caractère timide, il ne jouissait pas auprès de ses collègues de l’autorité qu’auraient dû lui assurer ses qualités intellectuelles. Dans les questions financières, la crainte d’engager sa renommée d’honnête homme déterminera très largement sa conduite. Parmi les autres membres influents du Divan (ou conseil des ministres) on doit nommer le ministre des Affaires étrangères, Fuad Pacha, qui avait davantage que le grand vizir le sens des affaires. Ils étaient chargés de faire passer dans les faits les directives impériales du Hatti-Humayun de 185617.

18Parmi les divers projets qui leur furent présentés, trois doivent être plus particulièrement mentionnés :

  • un projet Rothschild (Londres, Paris, Vienne) ;

  • un projet français, dont les promoteurs étaient les frères Pereire et le groupe du Crédit mobilier ;

  • un projet anglais, émanant d’un groupe de financiers de Londres dirigé par Austen Henry Layard, membre du Parlement, intéressé de longue date à la Turquie, et par la maison de banque Glyn, Mills and Co.

  • 18 AN, 207 AQ, 123 DGAO. lettre A. Marchais, 6 août 1856.

19Il n’y a pas lieu de s’étendre sur le premier projet, qui devait échouer complètement, malgré, ou plutôt à cause, de la puissance de la maison Rothschild à cette époque. Le gouvernement turc, toujours soucieux de préserver sa liberté d’action, ainsi qu’il apparaîtra par la suite à différentes occasions, sentait en effet qu’il serait de peu de poids face à de tels partenaires, au demeurant, semble-t-il, très exigeants18. Ces raisons expliquent aussi en partie l’échec du projet français du Crédit mobilier, mais, comme cet échec ne fut que temporaire et que le projet Pereire constituera finalement la base de la constitution de la Banque impériale ottomane en 1863, il convient de s’y étendre un peu longuement.

  • 19 AN, 207 AQ, 1 B01.

20La combinaison initiée par MM. Émile et Isaac Pereire prit forme le 22 février 1856 par la signature d’un protocole prévoyant la fondation d’une « Banque générale ottomane » dont le siège serait à Constantinople, mais l’administration à Paris et qui « aurait les effets de société anonyme française ». Le capital de 55 millions de francs, dont un quart versé au départ, serait réparti entre 25 participants parmi lesquels on relève : les frères Pereire, MM. Fould et Oppenheim, la maison Baring frères, MM. Hottinguer et Cie, le duc de Morny etc.19.

  • 20 A. Lon., OB Committee Minutes, 20 mars et 10 avril 1856.

21À la date de cet acte, comme on le verra ci-après, l’Ottoman Bank était en cours de constitution à Londres par les soins de Layard et de la maison Glyn, qui s’apprêtaient à entrer de leur côté en pourparlers avec la Sublime Porte. Rapidement informés de leurs projets réciproques, les frères Pereire et les fondateurs de l’Ottoman Bank, craignant que la concurrence à laquelle ils allaient devoir se livrer ne nuisît au succès de leurs entreprises, entrèrent en contact en vue d’une possible association. Les Pereire proposèrent d’abord la fusion de l’Ottoman Bank avec la société qu’ils envisageaient de constituer, dans laquelle le groupe anglais se serait vu attribuer le tiers du capital. Layard écarta cette formule, car il tenait essentiellement à ce que l’Ottoman Bank jouît d’un statut de banque britannique et demeurât sous le contrôle du capital anglais. Un autre projet fut alors élaboré, reposant sur l’existence de deux banques séparées, l’une anglaise et l’autre française, réciproquement actionnaires l’une de l’autre, et associées dans les affaires turques. Mais Émile Pereire, revenant sur ses premières propositions, avança deux nouvelles exigences : quatre administrateurs français devraient faire partie du conseil de l’Ottoman Bank, qui s’engagerait par ailleurs à limiter ses opérations à l’Angleterre. Ces demandes furent rejetées, et chacun se résigna à agir séparément20.

  • 21 AN, 207 AQ, 1 B01.

22Finalement, ce n’est que le 20 mai 1856 qu’une procuration notariée fut donnée par les promoteurs à MM. Place et Greininger, tous deux banquiers à Paris et parties au protocole du 22 février « pour négocier avec le gouvernement ottoman un traité ayant pour objet la réforme des monnaies de l’Empire, le retrait du papier-monnaie actuel, la fabrication et l’émission de toute monnaie de papier de banque nouveau, la concession du privilège de fonder et d’exploiter une banque de circulation et d’industrie sur des bases analogues à celles de la Banque de France et de la Société générale de Crédit mobilier de Paris, la concession de tous autres droits et privilèges »21.

  • 22 AN, 207 AQ, 1 B01.
  • 23 AN, 207 AQ, 1 B01.

23Les instructions remises aux négociateurs prévoyaient la création d’une banque sous le nom de « Banque ottomane » au capital de 60 millions de francs pouvant être doublé, avec faculté d’émettre des obligations et des bank-notes. Cet établissement serait à la fois un institut d’émission, une banque de dépôts et d’escompte et une société commanditaire de l’industrie. Son premier objectif devrait être la réforme du système monétaire, à la fois par le retrait des espèces métalliques de mauvais aloi simultanément dans tout l’Empire et par consolidation de tout ou partie du papier-monnaie au moyen d’un emprunt souscrit par la banque et émis par elle. Cet emprunt ne serait pas assorti de gage spécial. « En acceptant la Turquie comme débiteur (il faut) relever bien haut son crédit... le véritable gage, c’est la résolution de l’Empire d’entrer largement dans les voies du commerce et de l’industrie ». En contrepartie, outre l’émission de bank-notes, il serait demandé au gouvernement que soient confiées, par l’intermédiaire de la banque, à l’industrie occidentale la construction de chemins de fer, de ponts, l’éclairage des villes, etc. Toutes ces entreprises devraient être source de profits tant pour l’État que pour la banque22. Enfin, un mémoire adressé à l’empereur Napoléon III, dont « le désir exprimé il y a quelque mois par Votre Majesté de voir se fonder à Constantinople une banque qui pût aider à la régénération civile et sociale de l’Empire ottoman a été le point de départ de ce projet », sollicitait l’appui du gouvernement français23.

24Le projet des Pereire apparaît donc extrêmement ambitieux. A la fois banque d’émission, banque commerciale, banque d’affaires, l’établissement envisagé devait couvrir tout le champ des activités financières, ce qui correspondait d’ailleurs au programme que venait de tracer le Hatti-Humayun. On verra par la suite que, de 1863 à 1914, les dirigeants de la Banque impériale ottomane adhéreront aux vues des Pereire et s’efforceront d’atteindre, simultanément ou alternativement suivant les circonstances, ces différents objectifs.

  • 24 AE Turquie. CP 325. Thouvenel à Walewski, 19 mai 1856.
  • 25 AE Turquie. CP 325. note du 5 mai 1856.
  • 26 AE Turquie. CP 325. Ministre à Thouvenel, 7 juin 1856.
  • 27 AE Turquie CP 326. Thouvenel à Walewski, 12 et 23 juin 1856.
  • 28 AE Turquie CP 325. Thouvenel à Walewski, 19 mai 1856.
  • 29 AE Turquie CP 326. Thouvenel à Walewski, 2 juin 1856.
  • 30 AN, 207 AQ, 193. DGAO - Alléon à Fould, 5 juin 1856.

25Les négociations conduites à Constantinople par MM. Place et Greininger n’aboutirent point. L’ambassadeur de France, M. Thouvenel, ne les soutint pas, se contentant, sur instructions de son ministre, d’obtenir de la Porte qu’elle écoute leurs propositions24. Le ministre, le comte Walewski, adopta d’ailleurs dans ses dépêches une position des plus réservées. S’il recommande, le 5 mai, de seconder les demandes des Pereire, qui disposent à son avis de moyens suffisants pour aider la Turquie à accomplir les réformes nécessaires, il ajoute aussitôt qu’il ne faut pas engager par là le gouvernement, qui a pour principe « de ne jamais intervenir dans les affaires commerciales »25. Un mois plus tard, le 7 juin, il insiste : « Si l’Empereur, dans l’intérêt de la Turquie et des relations commerciales avec la France, s’est départi de sa règle de conduite, il ne s’agit pas de rendre l’ambassade solidaire de leurs démarches »26. Thouvenel, personnellement, semble avoir été plutôt favorable au projet Rothschild dont il estimait, à tort, les chances de succès plus grandes, tout en se gardant bien d’accomplir en leur faveur la moindre démarche27. Tout à fait ignorant, selon son propre aveu, des affaires financières, il craignait en outre, en se manifestant trop ouvertement, de provoquer l’intervention active en faveur du projet anglais de l’ambassadeur de Grande-Bretagne, lord Stratford de Redcliffe, alors très influent auprès de la Sublime Porte. Le succès, pensait-il, appartiendrait « aux banquiers qui sauront le mieux garder leur caractère commercial et se passer de toute intervention diplomatique »28. De son côté, le gouvernement ottoman hésitait à se mettre entre les mains du Crédit mobilier qui, bien que de création toute récente (fondé en 1852), apparaissait déjà comme l’un des plus puissants groupes financiers de l’époque29. Enfin un incident malheureux vint, au début de juin, donner le coup de grâce au projet Pereire. L’un des négociateurs, M. Place, était en effet déclaré en faillite à Paris et la nouvelle était immédiatement communiquée à Constantinople par les Rothschild. Aussitôt, « tout le monde est tombé sur le Crédit mobilier »30.

  • 31 Baster, The international banks, p. 82.
  • 32 Austen Henry Layard (1817-1894). Fouille de 1845 à 1851 le site de Ninive et la Mésopotamie. Membre (...)
  • 33 A. Mey, Extraits of a private diary and correspondance 1855-1856, London, 1856, p. 8-14, 43-44.
  • 34 Baster, op. cit., p. 81-87.

26Le projet anglais avait affiché à l’origine des ambitions plus modestes. Il prévoyait la création d’une banque commerciale fondée suivant le droit anglais et dirigée de Londres, et excluait l’octroi de tout privilège. L’extension de ses activités aux opérations d’une banque d’État, incluant par conséquent l’émission de bank-notes et les opérations financières du gouvernement, était cependant déjà envisagée dans l’esprit des promoteurs, mais à une phase ultérieure, lorsque la banque serait suffisamment implantée (lettre A. H. Layard à lord Stratford de Redcliffe, ambassadeur à Constantinople, 22 février 1856)31. La conception originaire d’un établissement dénommé « British Bank of Turkey » revient à MM. Peter Pasquali et Stephen Sleight, deux hommes d’affaires qui avaient déjà été à l’origine de la « Bank of Egypt ». Ne se sentant pas en mesure de mener à bien seuls cette entreprise, ils recherchèrent la coopération de Austen Henry Layard32, bien connu pour ses liens étroits avec les milieux dirigeants de la Turquie et sa connaissance des affaires orientales – il avait séjourné plusieurs années dans l’Empire ottoman et avait acquis la notoriété en découvrant en 1845 les ruines de Ninive – et de MM. Glyn, Mills and Co, qui donnèrent à ce projet un accueil favorable. Le groupe constitué autour de Layard et de Glyn bénéficia tout de suite de l’appui de lord Clarendon, secrétaire d’État au Foreign Office, et de lord Stratford de Redcliffe. La dénomination d’« Ottoman Bank » fut définitivement adoptée pour l’établissement en formation et le conseil d’administration fut constitué le 11 février 1856, sous la présidence de Layard33. Le capital fut fixé à 500 000 £, pouvant être porté ultérieurement à 2 millions, et 25 000 actions de 20 livres furent mises en souscription publique, le 13 février, avec un grand succès puisqu’en deux jours les demandes portèrent sur 80 000 titres environ. À la fin du même mois, au cours d’une conférence tenue à Paris entre les représentants des fondateurs, MM. Layard, Glyn et Hankey et le grand vizir Ali Pacha, en présence de lord Clarendon, l’économie du projet fut exposée au grand vizir. L’Ottoman Bank, société de droit anglais, fonctionnerait sous le bénéfice des capitulations en vigueur entre la Grande-Bretagne et la Turquie. Ses activités seraient purement commerciales, et aucun privilège spécial n’était sollicité. Toutefois, le gouvernement britannique n’était disposé à accorder à une entreprise destinée à opérer dans un pays étranger le bénéfice de l’incorporation par charte royale – nécessaire suivant le droit anglais pour que soit limité l’engagement des actionnaires – qu’avec l’approbation de l’État concerné. Il était donc demandé au grand vizir d’autoriser la réalisation du projet34.

  • 35 A. Lon. Texte de la charte.

27La Sublime Porte ayant, au début d’avril, informé le gouvernement britannique de son accord, l’Ottoman Bank fut définitivement incorporée par charte le 24 mai 1856. En vertu de ce texte, la responsabilité des actionnaires était limitée au double du capital souscrit. La banque avait la faculté d’exercer son activité sur tout le territoire de l’Empire ottoman, à l’exception de l’Égypte. Le siège social était établi à Londres, 26, Old Broad Street. A.H. Layard présidait le conseil d’administration et Charles Ede occupait à Constantinople les fonctions de directeur35.

  • 36 AE Turquie - CP 325. Thouvenel à Walewski, 19 et 22 mai 1856.

28Entre-temps, après l’échec des pourparlers avec le Crédit mobilier, le groupe de l’Ottoman Bank, passant outre à ses réserves initiales, et craignant de se laisser distancer par les Français, entreprit à son tour les démarches à Constantinople en vue de l’octroi du privilège d’émission par l’intermédiaire de Layard et avec le concours de la maison de banque parisienne Donon, Aubry, Gaultier et Cie, destiné à donner à leur entreprise un caractère apparemment international36.

  • 37 AE Turquie - CP 326. Thouvenel à Walewski, 19 et 22 mai 1856.
  • 38 AE Turquie - CP 326. Thouvenel à Walewski, 19 et 30 juin 1856.

29Mais le gouvernement turc ne pouvait ignorer l’écrasante prééminence dans ce groupe de l’élément britannique. Or, ainsi que devait l’exprimer Fuad Pacha à Thouvenel, le désir de la Porte « était de perpétuer autant que possible l’esprit d’alliance qui a sauvé la Turquie pendant la guerre, c’est-à-dire de faire une part égale aux intérêts français et anglais »37 Fuad s’en tiendra à cette politique qui aboutira sept ans plus tard à la naissance de la Banque impériale ottomane. Pour le moment, tout en évitant avec soin de mécontenter Layard, il utilisa avec maestria l’art tout oriental de l’ajournement indéfini pour dissimuler son refus38

  • 39 AN, 207 AQ, 193 DG AO.

30Les pourparlers concernant le privilège d’émission devaient encore traîner jusqu’à l’été, mais le 6 août André Marchais, émissaire des Pereire à Constantinople, reconnaissait : « Personne n’a pu faire agréer ses services »39.

La vie de l’Ottoman Bank

  • 40 AN, 207 AQ, 193 DG AO. - circulaire du 13 juin 1856.

31L’Ottoman Bank commença ses opérations le 13 juin 1856 à Constantinople dans le quartier des affaires de Galata40. Dès le mois suivant, une succursale était ouverte à Smyrne, principal port d’exportation de la Turquie, et une autre à Beyrouth en octobre. A la fin de l’année une quatrième succursale entrait en activité à Galatz, en Moldavie. Enfin, en novembre 1861, Bucarest vint compléter le réseau.

  • 41 A. Ist. Journal général Ottoman Bank 1856 et 1858 et A. Lon - OB Committee Minutes, 10 juillet 1856
  • 42 A. Lon - OB Committee Minutes, 21 août 1856.

32Les débuts furent modestes : le personnel ne comptait que 6 employés à Constantinople (l’effectif devait doubler deux ans plus tard), et 4 seulement à Smyrne à l’origine41 Dans chaque implantation, le directeur était assisté d’un conseil local recruté parmi les membres de la communauté anglaise de la place. C’est l’impossibilité de constituer de tels comités qui amena les administrateurs de la banque à refuser, le 21 août 1856, l’établissement d’autres succursales à Alep, Salonique et Andrinople, où cependant les possibilités d’affaires apparaissaient prometteuses. Brousse, où la production de la soie était en pleine expansion, fut également écartée, comme trop proche de Constantinople. Dans toutes ces localités, l’Ottoman Bank serait toutefois représentée par des agents recrutés parmi les hommes d’affaires locaux, et investis du pouvoir d’engager le crédit de la banque dans des limites strictement définies42.

  • 43 A. Lon - OB Committee Minutes, 9 octobre 1856.
  • 44 A. Lon - OB Committee Minutes, 15 et 21 janvier 1857.
  • 45 A. Lon - OB Committee Minutes, 20 mars 1861.

33Au bout de peu de temps, la direction de la banque se trouva remaniée par l’engagement, en octobre, en tant que directeur général, de M. Francis de Palezieux Falconnet, précédemment chez Baring Brothers, qu’il avait représentés en Espagne, au Portugal, et en Amérique du Sud,43 puis, en janvier 1857, par le départ de M. Charles Ede, dont la gestion n’avait pas donné satisfaction44. Décédé en mars 1861, Falconnet sera remplacé, avec le titre de directeur à Constantinople, par Edward Gilbertson, inspecteur des succursales depuis 185945.

  • 46 AN, 207 AQ, 193 DGAO.

34Selon les termes de la circulaire annonçant l’ouverture de son siège de Constantinople, l’Ottoman Bank devait opérer « comme banque de dépôt, de circulation, d’escompte, et comme caisse commerciale » et accomplir « toutes les opérations qui peuvent garantir et faciliter les transactions commerciales »46. En fait, outre le change et le crédit commercial, la banque participa également, dans une large mesure, à l’instar des banques locales, aux avances à l’État.

  • 47 AN, 207 AQ, 167.

35Les opérations de crédit avec la clientèle privée, essentiellement sous forme d’escompte de traites et de billets à ordre, se trouvèrent par la force des choses concentrées à Smyrne, Beyrouth et dans les succursales de Roumanie. En effet, à Londres, l’Ottoman Bank était exclue du marché par les dispositions de sa charte qui limitaient le champ de ses activités à l’Empire ottoman, et à Constantinople, ces opérations ne correspondaient pas aux traditions locales. Comme devait le constater le premier rapport de la direction générale de la Banque impériale ottomane sur l’exercice 1863, « les banquiers et les négociants de la place n’ont pas l’habitude d’escompter leurs valeurs en portefeuille. Ils se croiraient atteints dans leur considération s’ils offraient du papier à l’escompte de la banque, considérant ce fait comme un aveu d’insuffisance de capital. Ils préfèrent, quand ils ont besoin de fonds, les créer par le moyen de crédits sur leurs correspondants (à l’étranger) »47.

  • 48 A. Lon. OB Committee Minutes, 26 août 1857.
  • 49 A. Lon. General Meeting, 29 août 1860 et OB Committee Minutes, 18 septembre 1861.
  • 50 A. Lon. OB Committee Minutes, 13 novembre 1856 et 12 février 1857.
  • 51 AN, 207 AQ, 193 DGAO.

36Au début, la banque, par suite du manque d’expérience de quelques responsables et de leur connaissance insuffisante de la clientèle, souffrit de la mauvaise qualité de certaines créances en portefeuille, tout particulièrement à Galatz, où les pertes causées par la défaillance de plusieurs débiteurs devaient conduire à la suppression du dividende du deuxième semestre 185748. À Beyrouth, les graves troubles qui éclatèrent au Liban en 1860 entre musulmans et chrétiens provoquèrent l’arrêt complet des transactions commerciales. La succursale fut mise en sommeil et sa liquidation envisagée49. Le retour au calme permit en 1862 la reprise d’une activité normale. D’ailleurs le risque inhérent à tout crédit se trouvait accru par la réticence de la clientèle à consentir quelque garantie que ce soit50. L’Ottoman Bank s’efforça d’étendre son activité aux opérations sur marchandises en consignation, bien que ce genre d’affaires lui fût interdit par la réglementation britannique applicable aux banques d’outre-mer incorporées par charte royale (Colonial Banking Regulation, 1840). Toutefois, ces opérations demeurèrent à un niveau modeste. Elles ne compteront en effet que pour 45 000 £ environ dans la dernière situation de l’Ottoman Bank, en 186351.

  • 52 A. Lon. OB Committee Minutes, 3 juillet 1856.
  • 53 A. Lon. OB Committee Minutes, 26 juin 1856 et 2 janvier 1857.
  • 54 A. Lon. OB General Meeting, 30 mars 1858 et 14 septembre 1859 et OB Committee Minutes, 19 octobre 1 (...)
  • 55 A. Lon. OB Committee Minutes, 1er septembre 1858 et 7 décembre 1859.
  • 56 A. Lon. OB Committee Minutes, 19 octobre 1859 et General Meeting, 29 août 1860.
  • 57 A. Lon. Newspaper Cuttings 1856-1864 p. 151.

37A Constantinople, en l’absence d’autres possibilités de placement, la banque se trouva amenée à consentir tant au Trésor lui-même qu’à diverses administrations (liste civile, municipalité), des avances qui, eu égard aux embarras financiers de l’État pendant cette période, atteignirent parfois des niveaux préoccupants. Dès le mois de juillet 1856, dans le but de faciliter les négociations en cours au sujet d’un emprunt – négociations qui finalement n’aboutirent pas – et de conforter la position de l’Ottoman Bank dans des pourparlers relatifs à la création d’une banque d’émission, le Conseil d’administration autorise l’octroi d’un prêt de 20 millions de piastres à la liste civile du sultan52. Ultérieurement, l’agence de Constantinople procédera sur le marché à des achats de serghis avec une décote, qui d’abord de 20 % s’élèvera par la suite jusqu’à 42 %53. En décembre 1857, les avances à l’État atteignent déjà 200 000 £ – chiffre à rapprocher du total du bilan à cette date : 892 000 £. Par suite des besoins grandissants du Trésor en ces années de crise aiguë, elles ne cesseront de s’élever pour culminer en octobre 1859 à 430 000 £ (y compris les avances à la municipalité de Constantinople), soit 21 % de l’actif total au 30 juin 185954. La banque participa largement à l’émission de l’emprunt de 1858 dont il est question plus loin, prenant d’abord 320 000 £ de nominal, puis acquérant en décembre 1859 620 000 £ de nominal de titres non souscrits par le public, qu’elle parviendra plus tard à écouler sur le marché55. Ces opérations qui portèrent sur près de 20 % de l’emprunt, permirent d’assurer le remboursement des avances en cours et dégagèrent finalement un bénéfice de 15 196 £, porté directement dans les réserves de la banque56. De nouvelles avances furent encore consenties par la suite, pour des montants nettement plus modestes (152 000 £ en 1861)57.

  • 58 A. Lon. OB Committee Minutes, 13 novembre 1856.
  • 59 A. Lon. General Meeting, 26 août 1857.
  • 60 A. Lon. General Meeting, 30 mars et 22 septembre 1858 et Newspaper Cuttings, p. 57.
  • 61 A. Lon. Newspaper Cuttings, p. 60 et General Meeting, 23 mars 1859.
  • 62 A. Lon. Newspaper Cuttings, p. 93.

38Dans les premiers mois de son activité, l’Ottoman Bank, dans ses diverses succursales, donna la première place aux transactions sur les changes58. Toutefois, dès le début de 1857, la dégradation de la situation financière de la Turquie contraignit la banque à se tenir le plus possible à l’écart de ce type d’opérations59. Les choses continuèrent de s’aggraver pendant le premier semestre de 1858, l’Empire ottoman subissant alors le contrecoup de la crise financière qui secoua les marchés occidentaux en 1857, et dont les conséquences vinrent s’ajouter à ses propres problèmes internes. La dépréciation du caïmé s’accentua par suite d’émissions trop importantes, et le cours de la livre sterling à Constantinople, qui était de 117 piastres au moment de la fondation de la banque, s’éleva contre caïmés, jusqu’à 164 au 30 juin 1858, puis à 186 deux mois plus tard (chiffres à comparer à une valeur-or de 110 piastres)60. L’émission en septembre de l’emprunt 1858 entraîna une baisse des cours, ramenés à 149 dès la fin du même mois. La banque put donc reprendre sur une large échelle ses opérations de change61. Une grande partie des caïmés ayant pu, grâce à l’emprunt, être retirés de la circulation, le change sur Londres continua de baisser jusqu’à 123 au début de 1860, ce qui reflétait une dépréciation de 11 % seulement62.

39La très grave crise financière de 1861 provoqua sur le marché des changes de Constantinople une véritable débâcle, et la livre sterling monta jusqu’au cours record de 280 piastres. La liquidation de cette crise et l’heureux succès de l’emprunt de 1862 devait en ramener le cours à 121 piastres au 31 décembre 1862. Aussi, l’honorable Th. Bruce, qui avait remplacé en septembre 1861 à la présidence de l’Ottoman Bank Layard, nommé sous-secrétaire d’État au Foreign Office dans le ministère de lord Palmerston, pouvait-il déclarer à l’assemblée générale des actionnaires du 6 mai 1862 :

  • 63 A. Lon. Newspaper Cuttings, p. 168.

« Le récent succès de l’emprunt a considérablement amélioré les perspectives de notre société... L’extraordinaire amplitude des fluctuations de la devise turque a été jusqu’à présent le grand obstacle au développement de nos affaires »63.

  • 64 A. Lon. OB Committee Minutes, 19 octobre 1859 et General Meeting, 27 mars 1861.

40Dès la fin de 1859, la direction de la banque, face à cette situation, avait adopté une attitude extrêmement prudente. Elle avait notamment condamné la pratique qui consistait à vendre des tirages sur Londres sans que la contrepartie fût assurée par les achats de traites aux exportateurs. Effectuées soi-disant en vue de s’assurer des profits de change, ces opérations permettaient en fait à Constantinople de se procurer des fonds à l’étranger, investis ensuite dans les avances locales, mais faisaient prendre à la banque une position spéculative à découvert. En 1860, ces mesures de prudence furent renforcées, et les directeurs de succursale reçurent l’ordre de restreindre leurs opérations autant qu’il leur serait possible64.

  • 65 A. Lon. General Meetings.
  • 66 A. Lon. OB Committee Minutes, 7 août 1856.
  • 67 A. Lon. OB Committee Minutes, 13 novembre 1856.

41Si les directeurs locaux de l’Ottoman Bank avaient été conduits à pratiquer, à l’instar des banquiers de Galata, la circulation de papier sur l’Europe à laquelle il vient d’être fait allusion, c’est que les emprunts à l’étranger réalisés par cette voie étaient, pour une banque opérant en Turquie, à peu près le seul moyen de se procurer des ressources au-delà de son capital propre. Le volume des dépôts de la clientèle était en effet extrêmement limité. Ces dépôts sont, dans les bilans annuels, confondus avec les effets à payer dans le passif envers des tiers, et il n’a pas été possible d’en isoler le montant exact. Lors de l’assemblée générale du 26 mars 1857, le président déclara qu’ils dépassaient 100 000 £ sur un passif à la date du 31 décembre 1856 de 340 000 £. Ce passif devait croître dans les années suivantes jusqu’à 1 460 000 £ à fin 1859, pour redescendre à 317 000 £ au 30 juin 186165. La raison de ces fluctuations doit se trouver dans le poste « effets à payer », c’est-à-dire dans les tirages en devises circulant à l’étranger, et il est permis de supposer que le volume des dépôts n’a dû croître que faiblement, si même il y a eu croissance pendant cette période. Si les dépôts à terme se voyaient alloués un intérêt pouvant aller jusqu’à 6 % par an, cette rémunération demeurait nettement inférieure à celle qui pouvait être obtenue sur les titres émis par le gouvernement66. Au sujet des comptes à vue, il avait été décidé de ne pas leur payer d’intérêt, étant donné l’impossibilité de mobiliser le portefeuille de créances de la banque en cas de retrait des dépôts67.

  • 68 A. Lon. OB Committee Minutes, 25 février 1858.
  • 69 AN, 207 AQ, 193 DG AO - Finance Summary, 20 janvier 1863.
  • 70 A. Lon. General Meeting, 6 mai 1862.
  • 71 A. Lon. General Meeting, 5 mars 1863.

42Le capital originaire de 500 000 £ ne fut entièrement libéré qu’au début de 1858. Sur ce montant, 450 000 £ furent affectées à l’Orient, 50 000 £ à Londres68. Ces chiffres furent modifiés à plusieurs reprises, réduisant sensiblement le capital de Constantinople et de Beyrouth. Au début de 1863, avant la mise en liquidation de l’Ottoman Bank, la Turquie ne comptait plus que pour 286 000 £ sur un capital versé porté à 550 000 £, ce qui traduit un net désinvestissement de la banque en Orient69. En vue du développement des affaires, rendu possible par l’amélioration de la situation générale, le doublement du capital avait été décidé en mai 1862, les nouvelles actions n’étant au départ libérées qu’à concurrence de 10 % de leur valeur nominale70. En outre, au cours des années, un fonds de réserve de 103 000 £ avait pu être constitué par prélèvement sur les bénéfices et investi, par mesure de précaution, en consolidés anglais et en obligations diverses71. La banque s’assurait ainsi un revenu, évidemment très inférieur à celui des placements en Turquie, mais plus stable et à l’abri des risques inhérents aux marchés orientaux.

43Les résultats de la société, nets de charges d’exploitation, d’amortissement et de provisions, furent constamment bénéficiaires durant les sept années de son existence. On constate toutefois la très forte volatilité des profits des exercices semestriels, avec un minimum de 6 136 £ au 31 décembre 1857, où de larges provisions pour créances douteuses avaient été constituées, et où la crise avait entraîné une sévère restriction des opérations de change, et un maximum de 79 456 £ au 30 juin 1862, qui inclut les bénéfices dégagés lors du placement de l’emprunt émis en mars de la même année par le gouvernement ottoman. Mais globalement, compte tenu des circonstances, ces résultats, qu’expliquent entre autres le rendement élevé des placements (9 à 12 % sur les crédits commerciaux, 10 à 30 %, suivant les périodes, pour les avances à l’État) et le niveau modeste des charges d’exploitation (de l’ordre de 6 000 £ par semestre), pouvaient être considérés comme satisfaisants. Lors de la dernière assemblée générale des actionnaires, le 26 juin 1866, le président, sir William Clay, pouvait souligner que le dividende moyen distribué par la banque pendant son existence avait été légèrement supérieur à 10 %. En fait, si l’on tient compte des montants mis en réserve et répartis aux actionnaires lors de la liquidation, le rendement annuel s’éleva à 13,5 %.

  • 72 A. Lon. Newspaper Cuttings, p. 33, 74, 89, 90.

44Cependant, durant sa brève existence, la position de l’Ottoman Bank se trouva constamment menacée. Dès le début de ses activités, elle se heurta à l’hostilité des financiers locaux de Constantinople et des marchands grecs de Smyrne, qui voyaient avec déplaisir la nouvelle institution les concurrencer, d’abord sur le marché des changes, puis dans les opérations avec le Trésor public, particulièrement fructueuses, si à risque élevé. Certains de ces groupes locaux étaient d’ailleurs politiquement liés avec les adversaires des réformes, et donc de l’introduction du capital étranger, qui en constituait l’un des éléments. Ils tentèrent de ruiner, tant à Constantinople qu’à Londres, le crédit naissant de l’Ottoman Bank. C’est ainsi qu’en novembre 1859 fut publié en Angleterre un pamphlet anonyme, accusant la banque de perturber les voies ordinaires du commerce, d’accepter, malgré l’interdiction découlant de sa charte, des marchandises en consignation, et de faire concurrence sur le marché des changes, aux maisons établies dans le Levant72.

  • 73 A. Lon. Newspaper Cuttings, p. 137, 138, 142, 151.

45D’autre part, la situation politique et financière de la Turquie et les larges fluctuations des résultats de la banque étaient par eux-mêmes de nature à faire douter les milieux financiers de la solidité de l’entreprise. Pour ces raisons, un groupe d’actionnaires prit l’initiative, en février 1861, de diffuser une circulaire demandant la liquidation de l’Ottoman Bank. Des entretiens avec les dirigeants de la banque les convainquirent de renoncer à leur projet. Quelques mois plus tard, en septembre 1861, les actions de l’Ottoman Bank ne se trouvèrent pas moins cotées à 10-15 % au-dessous du nominal, ce qui reflétait la désaffection de la Bourse à leur égard73. Toutefois en 1862, on pouvait estimer que la banque, grâce à la gestion prudente de ses dirigeants successifs, avait surmonté toutes les difficultés et se trouvait à l’aube d’une période d’expansion.

Les finances ottomanes de 1857 à 1862

46On vient de voir quel obstacle sérieux avait constitué pour les affaires de l’Ottoman Bank la crise des finances publiques en Turquie. Il importe maintenant d’y revenir avec plus de détails, car le règlement de cette crise aura comme conséquence la transformation de l’Ottoman Bank en Banque impériale ottomane.

  • 74 A. du Velay, op. cit., p. 150.

47Les emprunts extérieurs de 1854 et 1855 n’avaient pas suffi à couvrir les charges de la guerre de Crimée. Aussi le Trésor se trouva-t-il contraint, en septembre 1857, d’émettre sur le marché de Constantinople pour 75 millions de piastres de bons à 8 % d’intérêt, remboursables en 3 ans, puis un peu plus tard d’autres titres à 6 % remboursables en mars 1861. (Ils ne purent être honorés à leur échéance et durent être renouvelés). En outre, on eut recours aux avances des banquiers de Galata – y compris, nous l’avons vu, l’Ottoman Bank – et le montant des caïmés en circulation fut porté à plus de 600 millions de piastres, ce qui en accéléra la dépréciation. Comprenant que le retrait de ce papier-monnaie était un préalable indispensable à l’assainissement des finances, le gouvernement traita, en 1858 avec la maison Dent, Palmer and Co de Londres, qui avait déjà placé l’emprunt de 1854, pour l’émission d’un emprunt de 5 millions £ de nominal à 6 % d’intérêt, remboursable en 33 ans et garanti par les revenus de la douane de Constantinople ; 3 millions £ étaient pris ferme à 85 % et le solde à option. La crise financière qui éclata à ce moment-là sur les marchés occidentaux nuisit au placement des titres et la tranche à option ne put finalement être émise qu’en 1859 à 62,5 %, avec le concours actif de l’Ottoman Bank. Le taux moyen réel ressortait à 8,47 %. Le produit de cet emprunt ne suffit pas à retirer la totalité des caïmés en circulation et, de l’aveu du gouvernement turc lui-même, il en subsistait encore pour 70 millions de piastres entre les mains du public à la fin de 185974.

  • 75 A. du Velay, op. cit., p. 114-115.

48La situation financière se trouva aggravée par les dépenses provoquées par les troubles du Liban et du Montenegro qui éclatèrent à cette époque et nécessitèrent la mise sur pied de guerre d’une partie des forces armées. En outre, l’instabilité gouvernementale causée par les rivalités personnelles dans les milieux dirigeants – entre novembre 1856 et novembre 1861 la charge de grand vizir changea huit fois de titulaire – rendit plus difficile la poursuite de la politique de rigueur qui s’imposait dans la gestion des affaires. Le gouvernement confia, en 1859, à un conseil composé notamment de Fuad Pacha, ministre des Affaires étrangères, Falconnet, directeur de l’Ottoman Bank, et du marquis de Ploeuc, délégué par le gouvernement français, la mission d’étudier et de promouvoir les réformes de l’administration des finances. Mais, les travaux de cet organisme n’aboutirent, dans l’immédiat, à aucun résultat tangible. Pendant ce temps, le Trésor continua à vivre d’expédients : emprunts à court terme aux banquiers locaux à des taux élevés, atteignant jusqu’à 20 % par an ; émission en septembre 1859 de 500 millions de piastres de titres à 6 % remboursables en cinq ans, un peu plus tard de serghis à dix ans également à 6 % d’intérêt75.

  • 76 A. du Velay, op. cit., p. 154.

49La dette totale de l’Empire ottoman était évaluée, en 1860, à 774 millions de francs, dont 310 millions de francs de dette extérieure et 237 millions de francs de dette intérieure flottante et à court terme, pour la plus grande partie à l’égard des banquiers de Galata76. Ceux-ci, faute de ressources propres, se refinançaient par des tirages sur leurs correspondants étrangers. Il en résultait une circulation extrêmement malsaine de traites à trois mois, sans aucune contrepartie commerciale et constamment renouvelées. Désireux de consolider cette importante dette flottante, dont le mode défectueux de financement risquait à tout moment de provoquer une crise si le crédit international des maisons de banque de Constantinople s’affaiblissait, le gouvernement décida de tenter à nouveau le lancement d’un grand emprunt extérieur. Une première approche en direction du marché de Londres n’aboutit pas, les autorités britanniques, par le canal de leur ambassadeur, sir Henry Bulwer, ayant subordonné leur accord à des conditions inacceptables pour l’amour-propre turc, notamment l’établissement d’un contrôle international sur la gestion des finances publiques. D’ailleurs le peu de succès de l’emprunt de 1858 rendait les capitalistes anglais très réticents.

50Le gouvernement se tourna vers Paris, où le pouvoir paraissait mieux disposé. Mais les négociations s’engagèrent difficilement. Les Rothschild et les Pereire refusèrent leur concours. Les envoyés de la Porte ne purent traiter qu’avec un banquier de second plan, Mirès, qui dirigeait la Caisse générale des chemins de fer. Ce brasseur d’affaires hardi s’intéressait à la Turquie et avait échafaudé un vaste plan prévoyant dans ce pays la création de banques et la construction de chemins de fer, objectifs qui se retrouvent d’ailleurs dans la plupart des projets imaginés à cette époque par les financiers occidentaux.

51L’emprunt fut conclu le 29 octobre 1860 à des conditions que l’on peut qualifier de catastrophiques pour le débiteur. Mirés prenait ferme, moyennant une commission de 6 millions, la totalité de l’émission, soit 400 millions de francs de nominal, à 52,75 % à régler en dix-huit mensualités. Le taux d’intérêt était fixé à 6 %, et la période d’amortissement à 36 ans. Le gouvernement turc affectait en garantie divers revenus des douanes et droits sur le tabac, pour une valeur de 32 millions de francs. Compte tenu du décalage entre les versements du produit de l’émission et le service des intérêts, le Trésor ottoman ne devait recevoir finalement que 164 millions de francs environ, ce qui faisait ressortir le taux réel pour le débiteur à plus de 13 %. On mesure par là à quel point s’était dégradé le crédit international de la Turquie.

52Une première tranche de 250 000 titres (sur un total de 800 000) fut mise en souscription publique le 11 décembre 1860, au prix de 312,50 francs, soit 62,50 % du nominal, ce qui était beaucoup trop élevé, le 6 % turc des anciennes émissions se traitant alors à Londres à 56-58 %. L’émission échoua complètement, et 101 861 titres seulement furent souscrits. Peu après, Mirés faisait l’objet de poursuites judiciaires sur plainte de ses associés et était mis en état d’arrestation en février 1861. Les projets de Mirés et sa déconfiture seront l’une des sources de Zola pour son roman sur le monde financier du Second Empire : L’argent.

53La crise que cet emprunt devait précisément éviter éclata brutalement. La confiance dans le papier du Levant s’effondra à Paris et à Londres. Devant l’impossibilité de continuer la circulation de traites sur l’étranger nécessaires à l’équilibre de leurs comptes, plusieurs maisons de Constantinople déposèrent leur bilan. De grandes quantités de monnaies d’argent, et même de bijoux, furent expédiées à Marseille par les banquiers de Galata, qui s’efforçaient de couvrir leur échéances. Et le cours de la livre sterling ne cessa de monter, pour dépasser 200 piastres en mai 1861. Placé dans cette situation critique, le gouvernement turc se tourna vers la France et la Grande-Bretagne et leur demanda officiellement leur concours pour sortir de la crise. Le gouvernement britannique dépêcha aussitôt à Constantinople lord Hobart, du Board of Trade, et Mr Foster, de la Trésorerie, pour régler les créances anglaises en suspens, et étudier les mesures propres à rétablir la situation financière de l’Empire ottoman. La Banque de France intervint de son côté pour régler les créances françaises. Pendant ce temps, on procédait, à Paris, à la liquidation des affaires de Mirés, et le gouvernement turc put encaisser finalement le produit des souscriptions à l’emprunt, soit 32 millions de francs environ.

  • 77 A. du Velay, op. cit., p. 157-167.

54Bien évidemment, la modicité de cette somme ne permettait ni d’apurer la dette flottante, ni de retirer les caïmés restant en circulation. Au contraire, une nouvelle émission de papier-monnaie s’avérait nécessaire pour couvrir les dépenses courantes de l’État, alourdies par la crise libanaise. Elle fut décidée en mars-avril 1861, et porta sur 1 250 millions de piastres. Son résultat le plus tangible fut d’accroître la dépréciation du caïmé, et de perturber davantage les transactions à Constantinople. La crise atteignit son point culminant le 12 décembre 1861. Le caïmé avait perdu plus des deux tiers de sa valeur ; les commerçants refusèrent de l’accepter en paiement ; des boutiques furent saccagées et la panique se déclencha dans la capitale77.

  • 78 AN, 207 AQ, 193 DG AO. Budget de l’exercice 1278.

55Le sultan Abd-ul-Aziz, qui avait succédé en juin à son frère Abd-ul-Medjid, venait, peu de jours auparavant, de renvoyer le grand vizir Ali Pacha et de le remplacer par Fuad Pacha, dont il appréciait l’esprit de décision. C’est d’ailleurs sous la direction de Fuad Pacha qu’avaient été réalisées, au cours des années précédentes, diverses réformes fiscales tendant à accroître, à terme, les revenus de l’État. Le nouveau grand vizir élabora un programme de redressement qui prévoyait : des économies dans les dépenses publiques ; l’établissement d’un véritable budget ; le lancement d’un emprunt extérieur destiné à opérer le retrait du caïmé ; la création d’une banque centrale. En février 1862, il fut en mesure de soumettre au sultan, pour la première fois, un budget régulier pour l’exercice 1278 (1862-1863). Alors que l’exercice précédent, avec 1 393 millions de piastres de dépenses (dont 327 millions pour le service de la dette) et de 1 221 millions de piastres de recettes, faisait apparaître un déficit de 172 millions de piastres, il était prévu que le nouvel exercice se solderait par un excédent de 98 millions de piastres (1 578 millions de piastres de recettes et 1 480 millions de piastres de dépenses), grâce à l’amélioration dans le recouvrement des impôts, la mise en monopole du tabac et du sel, l’augmentation des droits de douane et diverses économies78.

56Il semblait que l’heure des réformes financières venait enfin de sonner.

Notes

1 A. du Velay, Essai sur l’histoire financière de la Turquie, p. 120.

2 AN, 207 AQ, 193 DGAO.

3 A. du Velay, op. cit., p. 106.

4 A. du Velay, op. cit., p. 24 - 25.

5 A. du Velay, op. cit., p. 46, 51, 96. - S.J. Shaw et E.K. Shaw. History of Ottoman Empire and modem Turkey, tome II, p. 96-98.

6 A. du Velay, op. cit., p. 23.

7 A. du Velay, op. cit., p. 117.

8 A. Lon, Annual General Meeting, 15 juin 1864.

9 A. du Velay, op. cit., p. 52 et ss., p. 123.

10 A. du Velay, op. cit., p. 125-131.

11 G. Young, Corps de droit ottoman, tome V, p. 1-3 et AN 207 AQ 167 - Rapport sur l’exercice 1866.

12 A 1st, PV du Conseil d’administration de Constantinople, 19 avril 1916.

13 A. du Velay, op. cit., p. 126-129.

14 A. du Velay, op. cit., p. 139 et ss.

15 AN, 207 AQ, 1 B01 - instruction aux négociateurs, mai 1856 et note Alléon, 16 juin 1856.

16 G. Young., op. cit., tome II, p. 9.

17 AN, 207 AQ, 1 B01- mémorandum (non daté - non signé).

18 AN, 207 AQ, 123 DGAO. lettre A. Marchais, 6 août 1856.

19 AN, 207 AQ, 1 B01.

20 A. Lon., OB Committee Minutes, 20 mars et 10 avril 1856.

21 AN, 207 AQ, 1 B01.

22 AN, 207 AQ, 1 B01.

23 AN, 207 AQ, 1 B01.

24 AE Turquie. CP 325. Thouvenel à Walewski, 19 mai 1856.

25 AE Turquie. CP 325. note du 5 mai 1856.

26 AE Turquie. CP 325. Ministre à Thouvenel, 7 juin 1856.

27 AE Turquie CP 326. Thouvenel à Walewski, 12 et 23 juin 1856.

28 AE Turquie CP 325. Thouvenel à Walewski, 19 mai 1856.

29 AE Turquie CP 326. Thouvenel à Walewski, 2 juin 1856.

30 AN, 207 AQ, 193. DGAO - Alléon à Fould, 5 juin 1856.

31 Baster, The international banks, p. 82.

32 Austen Henry Layard (1817-1894). Fouille de 1845 à 1851 le site de Ninive et la Mésopotamie. Membre du Parlement de 1852 à 1857 et de 1860 à 1869 (parti libéral) - Fondateur de l’Ottoman Bank - sous-secrétaire d’Etat au Foreign Office 1852 et 1861-1866 - Ambassadeur à Madrid 1869-1877 et à Constantinople 1878-1880. Elu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1854. Auteur d’ouvrages sur Ninive, la guerre de Crimée, la « question turque » (1854), se retire à Venise, collectionnant l’art italien.

33 A. Mey, Extraits of a private diary and correspondance 1855-1856, London, 1856, p. 8-14, 43-44.

34 Baster, op. cit., p. 81-87.

35 A. Lon. Texte de la charte.

36 AE Turquie - CP 325. Thouvenel à Walewski, 19 et 22 mai 1856.

37 AE Turquie - CP 326. Thouvenel à Walewski, 19 et 22 mai 1856.

38 AE Turquie - CP 326. Thouvenel à Walewski, 19 et 30 juin 1856.

39 AN, 207 AQ, 193 DG AO.

40 AN, 207 AQ, 193 DG AO. - circulaire du 13 juin 1856.

41 A. Ist. Journal général Ottoman Bank 1856 et 1858 et A. Lon - OB Committee Minutes, 10 juillet 1856.

42 A. Lon - OB Committee Minutes, 21 août 1856.

43 A. Lon - OB Committee Minutes, 9 octobre 1856.

44 A. Lon - OB Committee Minutes, 15 et 21 janvier 1857.

45 A. Lon - OB Committee Minutes, 20 mars 1861.

46 AN, 207 AQ, 193 DGAO.

47 AN, 207 AQ, 167.

48 A. Lon. OB Committee Minutes, 26 août 1857.

49 A. Lon. General Meeting, 29 août 1860 et OB Committee Minutes, 18 septembre 1861.

50 A. Lon. OB Committee Minutes, 13 novembre 1856 et 12 février 1857.

51 AN, 207 AQ, 193 DGAO.

52 A. Lon. OB Committee Minutes, 3 juillet 1856.

53 A. Lon. OB Committee Minutes, 26 juin 1856 et 2 janvier 1857.

54 A. Lon. OB General Meeting, 30 mars 1858 et 14 septembre 1859 et OB Committee Minutes, 19 octobre 1859.

55 A. Lon. OB Committee Minutes, 1er septembre 1858 et 7 décembre 1859.

56 A. Lon. OB Committee Minutes, 19 octobre 1859 et General Meeting, 29 août 1860.

57 A. Lon. Newspaper Cuttings 1856-1864 p. 151.

58 A. Lon. OB Committee Minutes, 13 novembre 1856.

59 A. Lon. General Meeting, 26 août 1857.

60 A. Lon. General Meeting, 30 mars et 22 septembre 1858 et Newspaper Cuttings, p. 57.

61 A. Lon. Newspaper Cuttings, p. 60 et General Meeting, 23 mars 1859.

62 A. Lon. Newspaper Cuttings, p. 93.

63 A. Lon. Newspaper Cuttings, p. 168.

64 A. Lon. OB Committee Minutes, 19 octobre 1859 et General Meeting, 27 mars 1861.

65 A. Lon. General Meetings.

66 A. Lon. OB Committee Minutes, 7 août 1856.

67 A. Lon. OB Committee Minutes, 13 novembre 1856.

68 A. Lon. OB Committee Minutes, 25 février 1858.

69 AN, 207 AQ, 193 DG AO - Finance Summary, 20 janvier 1863.

70 A. Lon. General Meeting, 6 mai 1862.

71 A. Lon. General Meeting, 5 mars 1863.

72 A. Lon. Newspaper Cuttings, p. 33, 74, 89, 90.

73 A. Lon. Newspaper Cuttings, p. 137, 138, 142, 151.

74 A. du Velay, op. cit., p. 150.

75 A. du Velay, op. cit., p. 114-115.

76 A. du Velay, op. cit., p. 154.

77 A. du Velay, op. cit., p. 157-167.

78 AN, 207 AQ, 193 DG AO. Budget de l’exercice 1278.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search