Version classiqueVersion mobile

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Introduction

Texte intégral

1Emmanuel Monik, qui après avoir été gouverneur de la Banque de France présida pendant de longues années – de 1954 à 1975 – le comité de la Banque ottomane à Paris, avait coutume de dire : « La Banque ottomane est une institution très originale ».

2Cette originalité, il l’apercevait essentiellement dans le caractère franco-anglais de la banque, caractère qui lui avait été imprimé par ses fondateurs. Au dix-neuvième siècle, les alliances entre groupes financiers de pays différents ne sont nullement exceptionnelles en Europe et la Banque de Paris et des Pays-Bas, pour ne pas citer d’autres exemples, devra sa naissance à un accord de ce type. Mais le cas de la Banque impériale ottomane est bien différent. L’association entre Français et Anglais y est constitutive, elle est inscrite dans les statuts, elle entraîne l’égalité des deux groupes dans les organes dirigeants et par voie de conséquence leur collaboration forcée. On ne pourrait y mettre fin que par la dissolution de la société elle-même. La cohabitation ainsi établie entre les ressortissants de deux puissances fréquemment concurrentes sur les plans politique et financier pouvait à l’époque paraître bien fragile. Il n’en fut pas ainsi et la communauté d’intérêts créa une entente suffisamment forte pour persister tout au long de la vie mouvementée de la banque.

3Celle-ci s’était, dès l’origine, donné pour vocation d’exercer simultanément les trois métiers de banque d’émission, de banque d’affaires, de banque commerciale. On verra tout au long des années dont nous écrivons l’histoire les dirigeants de la Banque impériale ottomane s’employer à exercer ces trois activités même si, suivant les circonstances, l’une d’elles vint à prédominer momentanément.

4Le cadre géographique dans lequel se déploient ces activités, c’est l’Empire ottoman, l’objet social spécifique de la banque. Sa propre prospérité est liée à la prospérité de l’Empire. Si elle en déborde parfois les limites strictes, c’est au profit d’États historiquement liés à l’Empire et qui en sont géographiquement proches : Roumanie, Serbie, Bulgarie. Les investissements que les sièges londonien et parisien réalisèrent dans d’autres régions du globe eurent toujours le caractère de placements de précaution, destinés à équilibrer les risques inhérents au Proche-Orient, jamais d’investissements stratégiques.

5L’histoire de la Banque impériale ottomane présente un double intérêt. C’est tout d’abord l’histoire d’une entreprise bancaire née à l’époque de la grande expansion du capitalisme occidental au dix-neuvième siècle, époque où les capitaux français – nonobstant le caractère franco-anglais de la société, dans les faits très vite il s’agira surtout des capitaux français – s’investissent partout dans le monde.

6L’Empire ottoman, où ils sont très importants, est alors « l’homme malade » de l’Europe et son avenir incertain donne lieu à de vives luttes d’influence entre les puissances. Au fil des années des relations complexes vont donc se nouer entre la banque et le gouvernement français. On verra celui-ci, au début indifférent à l’action de la BIO, chercher à peser sur ses décisions. La montée des nationalismes et le développement des impérialismes qui marquent la fin du dix-neuvième siècle et vont déboucher sur le premier conflit mondial mettent en cause la politique de coopération internationale courante dans le monde bancaire. Soucieux de préserver leur indépendance, particulièrement en ce domaine, les dirigeants de la banque seront néanmoins contraints à une souplesse de plus en plus grande.

7Mais l’histoire de la Banque impériale ottomane c’est aussi l’histoire d’une institution à caractère quasi officiel et profondément ancrée dans la vie de l’Empire ottoman. Puisse donc le présent ouvrage contribuer à enrichir la connaissance de l’histoire financière – et peut-être pas seulement financière – des dernières années de l’Empire.

8Les riches archives de la banque ont constitué la source essentielle de notre documentation, ou plus exactement celles conservées à Paris. Les archives de Londres ont en effet pour la plupart disparu. Il en est probablement résulté dans notre récit un certain déséquilibre au détriment de l’élément anglais des organes dirigeants, même si à partir des dernières décennies du dix-neuvième siècle la prépondérance de l’élément français est indiscutable. Quant aux archives conservées à Istanbul, fort considérables, elles n’étaient pas encore classées et seule une très faible part a pu en être utilisée. On verra par les notes que, parmi les ouvrages cités dans la bibliographie, ceux d’A. du Velay sur l’histoire financière de la Turquie et du professeur Thobie sur les intérêts et l’impérialisme français dans l’Empire ottoman ont été abondamment mis à contribution pour combler les lacunes de la documentation.

9Nous nous sommes volontairement limités à l’étude de l’action de la banque elle-même et de la politique suivie par ses dirigeants. Les problèmes liés à la dette turque, ainsi que le destin des sociétés créées par la banque, n’ont donc été abordés que dans la mesure du rôle qu’elle joua.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search