Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Banque impériale ottomane

 | 
André Autheman

Préface

Jacques Thobie

Texte intégral

1Le beau livre que nous donne ici M. André Autheman, outre l’important apport scientifique qu’il constitue, me touche tout particulièrement à un double titre, dans la mesure où il représente pour moi une confirmation et une satisfaction : d’un côté les archives du comité parisien de la banque existent bel et bien et font heureusement oublier le récit catastrophique qui m’avait été conté dans les années 1960, et de l’autre, ce livre ne contredit en rien ce que j’ai risqué d’écrire, il y a plus de vingt ans, sur la Banque impériale ottomane. Voici du reste, qu’on me le pardonne, le vœu que j’exprimais alors : « L’ensemble des sources dont nous disposions, et principalement les archives d’entreprises, bancaires notamment... nous ont permis de cerner suffisamment le rôle de cet important organisme, en attendant, s’il est possible un jour, de pouvoir expliquer son histoire – et c’est évidemment le souhait de l’historien – de l’intérieur. » Eh bien ! grâce à André Autheman, c’est fait, et bien fait.

  • 1 Banque impériale ottomane, inventaire commenté des archives, préparé et édité par Edhem ELDEM, proj (...)

2Ce livre est le fruit d’une exploitation systématique des archives de la Banque à Paris, et épisodique de celles de Londres et d’Istanbul, ces dernières étant désormais très largement inventoriées1 A. Autheman a notamment utilisé les archives d’Istanbul pour la rédaction de son très intéressant et très nouveau chapitre sur le fonctionnement de la Banque dans l’Empire ottoman pendant la première guerre mondiale. Son propos est, du reste, très ample puisqu’il file le destin de la Banque depuis sa préhistoire (1856) – nous apportant ainsi de précieux renseignements sur l’Ottoman Bank – jusqu’à la convention de 1924, qui fait de la Banque ottomane en Turquie une banque presque comme les autres.

  • 2 Geoffrey JONES, Banking and Empire in Iran, the History of the British Bank of the Middle East, vol (...)

3C’est que précisément, depuis sa naissance, la BIO n’est pas une banque comme les autres, banque constituée par des capitaux étrangers (anglais et français) et en même temps banque centrale d’un Empire, dans un contexte devenu colonial en Égypte et surtout protocolonial à Constantinople. Et c’est en cela que le livre d’André Autheman apporte une pierre essentielle à la compréhension du rôle complexe et polyvalent de ce type d’organisme, notamment après les travaux de Geoffrey Jones2 sur l’Imperial Bank of Persia, au demeurant de moindre surface. La tâche des responsables est particulièrement compliquée, car ils doivent naviguer, avec l’objectif de la quête du meilleur profit, entre les souhaits des actionnaires, le patronage des parrains, ici les gouvernements anglais et français, les desiderata des dirigeants du pays d’adoption, l’Empire ottoman.

4En ce qui concerne les rendements financiers de la Banque, A. Autheman nous communique les résultats finaux, qui sont du reste à la base du plan général de l’ouvrage. L’origine principale des bénéfices est largement liée à la stratégie de la Banque, secouée par le coup dur de 1895 : d’abord les profits liés aux opérations avec le Trésor ottoman, du presque tout-État, puis le développement des activités commerciales en rapport avec la progression des dépôts des clients et, en ordre dispersé, sans être au départ réellement voulus, mais sans pouvoir être vraiment refusés, divers engagements industriels qui s’enflent au tournant du siècle ; A. Autheman confirme que la proportion des profits venant d’activités de la Banque, en relation avec son statut de banque centrale, tend à diminuer. La BIO affirme donc sa triple qualité de banque d’État, de banque commerciale (de dépôts), de banque d’affaires. Il faut remercier l’auteur de nous donner de précieux renseignements chiffrés sur le rendement pour la Banque de nombreux emprunts d’État, sur l’activité de certaines agences, sur l’évolution des réserves ; quant aux chiffres globaux issus des bilans imprimés, regroupés dans des tableaux en annexe, ils ne permettent pas de se faire une idée précise de l’activité de la banque (notamment les très lucratives opérations de change) dans l’Empire ottoman proprement dit. Soyons également reconnaissants à A. Autheman de bien situer le rôle de la Société financière franco-suisse, dont je n’avais eu qu’un aperçu fugace, et de la Société financière d’Orient, sur laquelle je n’avais trouvé aucun renseignement : il s’agit donc de filiales de la BIO, chargées de gérer une partie du portefeuille de la Banque, et qui nous révèlent le rôle particulier de la Régie générale des chemins de fer et travaux publics du comte Vitali, qui est bien plus qu’un simple fidèle prestataire de services. Tout cela nous met l’eau à la bouche, et on aimerait en savoir plus sur la nature et l’évolution précises des portefeuilles de la BIO et de ses filiales.

5Un autre apport remarquable de cet ouvrage tient en ce qu’il nous délivre des informations sur l’ensemble des activités de la Banque, notamment en Égypte, dont les agences vont tomber sous la coupe de Londres, dans les Balkans où la Banque, très sensible aux bouleversements territoriaux de la région, laisse la place à des filiales : Banque de Roumanie et Banque francoserbe notamment. Il en sera de même après la guerre avec la création de la Banque de Syrie et du Grand Liban. À cet égard, les activités des sièges de Paris et de Londres (sans parler de Marseille et de Manchester) font un peu figure de parents pauvres : il nous est bien confirmé que le sous-comité de Londres perd progressivement de son influence pour les affaires de l’Empire ottoman, mais on ne peut voir si cela correspond à une modification dans la composition du capital de la banque elle-même, tout au moins jusqu’à l’entrée en force de la Banque de Paris et des Pays-Bas, très clairement exposée par A. Autheman.

6Je sais par expérience que les archives ne sont souvent pas en mesure de répondre à toutes nos questions, et plus un ouvrage apporte du nouveau, plus on est tenté d’en redemander ! Le livre ne néglige pas le problème des rapports de la Banque avec ses principaux interlocuteurs : ses amis, ses alliés, son groupe, ses concurrents. Il montre bien que la BIO cherche avant tout à se faire des alliés dans la place, en intéressant les banquiers de Galata à la création, dès 1864, de la Société générale de l’Empire ottoman, et à éviter une concurrence sauvage dommageable aux profits, à travers le Consortium, groupant des amis français, allemands, autrichiens, anglais ; l’arrivée de la Deutsche Bank le mettra à mal dès 1888. Pourtant la BIO cherchera avec ténacité à conserver de bons rapports avec la finance allemande, du règlement de la banqueroute de 1876 à l’affaire du Bagdad, en passant par les accords de Zurich et de Paris de 1894, dont les archives ne semblent pas faire mention. Cela dit, la Banque entraîne derrière elle, pour les emprunts notamment, la fine fleur de la banque parisienne, chaque opération ayant ses spécificités, ses aléas, ses problèmes et ses contradictions. Est-il possible, sur une aussi vaste période, dans des contextes aussi conflictuels, qu’aucune divergence, qu’aucune dispute n’aient éclaté entre tel ou tel partenaire ? A. Autheman nous donne, en effet, les décisions prises, mais nous apporte peu de lumières sur les discussions internes, dont on sait la violence verbale qu’elles peuvent atteindre, qui ont abouti à la décision. Il est également peu vraisemblable que la BIO accepte, sans rechigner, les avancées de la Banque Périer en Turquie à la veille de la Grande Guerre. L’impression irénique qui s’en dégage tient sans doute aux silences des sources parisiennes, probablement moins bavardes, à cet égard, que celles de Londres.

7Que dire alors des relations de la banque avec le pouvoir politique à Constantinople, à Paris, à Londres ? A. Autheman insère avec bonheur les opérations de la Banque dans le contexte général ottoman, et suit avec précision les avatars de l’application de la convention de 1875, faisant de la Banque le trésorier potentiel de l’Empire. Cependant, il est vrai que, pour analyser le développement concret des relations entre la BIO, le Palais, le gouvernement ottoman, les détenteurs de concessions, la qualité des intermédiaires de la Banque, leur efficacité, leur coût, il est nécessaire de faire appel aux archives d’Istanbul. C’est à Londres aussi, sans doute, que l’on peut trouver les plus sûres informations sur les relations de la Banque avec les autorités britanniques. Quant aux rapports entre le gouvernement français et la BIO, on peut, sans se tromper, affirmer qu’ils ne sont pas de tout repos, et vont subir une profonde évolution. A. Autheman (qui a lu aussi les archives du Quai d’Orsay), à l’occasion d’une vive réaction de G. Hanotaux, ministre des Affaires étrangères, accusant la BIO de ne pas le tenir au courant de pourparlers relatifs au paiement de l’indemnité de guerre grecque, fait cette pertinente remarque : « La réponse de Berger est ferme sur les principes, mais conciliante dans la pratique. » Cette constatation peut justement qualifier la nature des relations de la Banque avec le gouvernement de Paris jusqu’en 1903, à l’exception de l’acharnement victorieux de la Banque pour maintenir l’amputation du réseau syrien vers le nord, afin de ne pas gêner le développement du Bagdad allemand, où la Banque a pris d’importants intérêts. Après l’épisode connu du refus à la cote à Paris des titres du Bagdad, les rapports de la BIO, devenue pratiquement une banque française, et du gouvernement français se feront de plus en plus intimes, en liaison avec la montée du nationalisme, y compris dans les affaires, ce qui n’exclut pas la complexité. Le livre n’évoque guère le triptyque finance-industrie-diplomatie qui caractérise l’ensemble des ambitions françaises dans l’Empire ottoman à la veille de la Grande Guerre, et où la BIO fait preuve d’un sérieux réalisme. Cette collaboration se poursuivra après la guerre, ainsi que le montre fort bien A. Autheman, avec la création de la Banque de Syrie.

8Je voudrais dire, en terminant et sans en avoir bien entendu épuisé les vertus, tout l’intérêt et le plaisir que j’ai pris à la lecture attentive du livre d’André Autheman. La parution de cet ouvrage, solidement documenté et si élégamment écrit, marquera un moment important pour le progrès de nos connaissances en matière d’histoire des entreprises bancaires, à travers un exemple, portant sur la longue durée, particulièrement riche et original, la Banque Impériale Ottomane. Outre son apport apprécié à la compréhension de l’histoire de l’Empire ottoman finissant, cet ouvrage prendra une place de choix parmi la liste déjà longue des savantes histoires d’organismes bancaires, dans la grande tradition ouverte par le travail pionnier de notre ami regretté Jean Bouvier. Que M. André Autheman en soit ici très sincèrement remercié.

Notes

1 Banque impériale ottomane, inventaire commenté des archives, préparé et édité par Edhem ELDEM, projet réalisé sous la direction de Jacques THOBIE, Institut français d’études anatoliennes et Banque ottomane, Varia Turcica XXV, Istanbul, 1994, 414 pages.

2 Geoffrey JONES, Banking and Empire in Iran, the History of the British Bank of the Middle East, volume I, The Imperial Bank of Persia 1872-1952, Cambridge University Press, 1986, 418 pages.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.