Version classiqueVersion mobile

Milieux économiques et intégration européenne au XXe siècle

 | 
Éric Bussière
, 
Michel Dumoulin
, 
Sylvain Schirmann

Troisième partie. Les acteurs économiques

De l’abandon progressif de la stratégie des champions nationaux à la vague de fusions de 1986-2001 : l’origine du changement de stratégie des entreprises européennes vis-à-vis de la construction européenne dans les années 1980

Jean-Christophe Defraigne

Texte intégral

Introduction

1L’objet de cette contribution est d’expliquer le rôle déterminant joué au cours des années 1970-1990 par les transformations d’organisation des processus de production des entreprises multinationales dans leur changement de stratégies vis-à-vis de l’intégration européenne.

2Ces transformations technologiques sont en effet à la base d’un soutien plus marqué de la part des entreprises multinationales européennes au processus d’intégration européen institutionnel au cours des années 1980. Cette contribution analyse en quoi l’augmentation des coûts fixes en termes de recherche et développement et de publicité a contribué à faire croître la taille des entreprises dans la plupart des secteurs au cours de cette période. Cet accroissement de la taille minimale a révélé le problème de la fragmentation du marché européen et de la faiblesse de la taille des entreprises européennes. Il a rendu impérieuse une rationalisation au niveau européen des capacités de production pour permettre la constitution d’entreprises européennes capables de bénéficier pleinement des économies d’échelle et de faire face ainsi à la concurrence des entreprises transnationales américaines et nipponnes.

3Du fait de ces changements, les grandes entreprises multinationales opérant en Europe vont alors plaider au cours des années 1980, notamment dans le cadre de groupement comme celui de la European Roundtable of Industrialists, auprès de leurs gouvernements comme de la Commission européenne pour une accélération de l’intégration européenne ce qui signifie l’abandon progressif de la stratégie des champions nationaux qui avait dominé jusqu’alors les politiques industrielles de plusieurs États membres. La voie sera alors libre pour la rationalisation nécessaire des capacités de production au niveau européen. Celle-ci s’effectuera en partie par le biais de la sélection par le marché suite à l’accroissement de la concurrence intra-européenne mais surtout par le biais de la plus grande vague de fusion de l’histoire du capitalisme européen qui aura lieu entre 1986 et 2001.

I. La domination de la stratégie des champions nationaux : 1958‑1980

4Lors de la ratification du traité de Rome en 1958 qui instaure des institutions supranationales européennes et le Marché commun, force est de constater que la plupart des entreprises européennes continuent de suivre une stratégie nationale. Paradoxalement, ce sont les filiales des multinationales américaines sur le Vieux Continent, notamment dans le secteur automobile, qui sont parmi les premières à adopter une stratégie européenne. Au sein des élites industrielles et politiques européennes, la logique industrielle qui prévaut dans les deux décennies qui suivent le traité de Rome reste essentiellement nationale.

  • 1 Jean-Christophe Defraigne, De l’intégration nationale à l’intégration continentale, L’Harmattan, Pa (...)
  • 2 J.-C. Defraigne, De l’intégration nationale…, op. cit., 106 p.
  • 3 Notamment les projets allemands de Mitteleuropa et de Grossraumwirtschaft, le projet français Frita (...)

5Les dirigeants économiques et politiques européens en place au début de la Communauté Économique Européenne (CEE) sont convaincus de la nécessité d’intégrer l’espace économique du Vieux Continent pour faire face au « défi américain » et à la concurrence des multinationales américaines en Europe. En effet, tout au long de la première moitié du XXe siècle, la fragmentation de l’Europe en plusieurs marchés nationaux a constitué un handicap sérieux pour les entreprises européennes dans leurs tentatives d’adopter le modèle fordiste américain de production standardisée à grande échelle1. Tout au long de cette période, de nombreuses analyses économiques ont mis en évidence le fait qu’éliminer les barrières commerciales à l’intérieur de l’Europe pourrait permettre aux grandes entreprises européennes de bénéficier des mêmes économies d’échelle que leurs homologues américaines et de mieux résister à leur pénétration sur le marché européen2. Ce problème qui conjugue économies d’échelle et étroitesse des marchés nationaux s’est trouvé au cœur des stratégies des grandes chancelleries européennes comme en témoignent les nombreuses tentatives infructueuses de créer un marché intégré en Europe avant la Communauté Économique du Charbon et de l’Acier (CECA) et le traité de Rome3. La création du Marché commun semble mettre en place les conditions permettant aux entreprises européennes de remédier à leur petite taille et dès lors rendre possible l’émergence de champions européens capables de rivaliser avec les multinationales géantes d’outre-Atlantique.

6Au moment de la création du traité de Rome, il n’existe pas de consensus entre les États membres sur la manière de sélectionner les champions européens capables de s’imposer sur le nouveau Marché commun. D’un côté, l’Allemagne et les pays du Benelux possèdent un certain nombre de grandes entreprises bénéficiant d’avoirs intangibles (notamment en ce qui concerne la gestion de réseaux internationaux de filiales), celles du Benelux ayant l’avantage supplémentaire d’être accoutumées aux situations de forte concurrence internationale. D’un autre côté, la France et l’Italie possèdent peu (voire aucune dans le cas de l’Italie) d’entreprises multinationales disposant des avoirs intangibles requis pour faire face à une concurrence intracommunautaire sans entraves. Le rôle de l’État est également au sein de ces deux économies une caractéristique primordiale, de part son importance dans l’industrie et les services financiers. Ces deux derniers États membres défendent dès lors l’option d’une Europe plus protectionniste et d’un interventionnisme étatique accru pour soutenir leurs grandes entreprises nationales. Cette confrontation entre deux visions de la politique industrielle – la première soutenue par l’Allemagne et le Benelux favorise l’émergence de champions européens par le biais de la concurrence intracommunautaire et d’une intervention limitée des États membres, la seconde défendue par la France et l’Italie s’inspire des préceptes – ne permet pas de mettre en place une politique industrielle au niveau européen ni de laisser le marché européen sélectionner les champions européens. En échange de l’acceptation d’un tarif douanier commun relativement peu protecteur, la France et l’Italie obtiennent de leurs partenaires la possibilité de poursuivre des politiques industrielles nationales pour soutenir leurs champions nationaux. L’interventionnisme étatique mené par le couple franco-italien, au cours des deux premières décennies qui suivent la ratification du traité de Rome, explique le degré superficiel d’intégration atteint par le Marché commun au cours de cette période.

7Les stratégies des champions nationaux sont constituées par trois volets de mesures. L’objectif récurrent de ces politiques est de permettre aux entreprises nationales de disposer d’un marché suffisamment étendu pour bénéficier des économies d’échelle liées à la production de type fordiste et donc de mieux faire face à la concurrence des entreprises géantes américaines.

A. Garantir un accès privilégié au marché national

8Le premier volet consiste en l’ensemble des dispositions prises par l’État pour réduire la concurrence aussi bien intra- qu’extracommunautaire et fournir à ses champions un accès privilégié au marché national. Évidemment les politiques protectionnistes qu’un État membre de la CEE peut poursuivre à cette époque sont dépendantes des engagements pris au niveau multilatéral comme au niveau européen. Sur le plan multilatéral, la CEE est « partie contractante » du General Agreement on Tariffs and Trade. Ses États membres sont donc tenus de se conformer aux principes généraux du GATT (notamment d’éviter tout recours systématique aux quotas et toute discrimination à l’encontre des produits manufacturés importés sur le marché national). Avec les cycles de négociations Dillon, Kennedy et Tokyo, les années 1960 et 1970 voient donc se poursuivre un important effort de libéralisation du commerce international portant sur les produits manufacturés. Sur le plan européen, la CEE étant une union douanière protégée par un tarif extérieur commun, les tarifs douaniers nationaux sont destinés à disparaître. Ils sont progressivement réduits jusqu’à leur suppression définitive en 1968. Ces deux paramètres contraignants que sont la CEE et le GATT signifient que les États membres qui désireraient poursuivre une politique protectionniste pour soutenir leurs champions nationaux ne disposent plus du traditionnel outil que constitue le tarif douanier.

  • 4 Michel Aujean, Michel Catinat, Michael Emerson, Philippe Goybet et Alexis Jacquemin, 1992 : La nouv (...)
  • 5 Nicolas Owen, Economies of Scale, Competitiveness and Trade Patterns within the European Community, (...)

9Cependant, chaque État membre dispose d’autres moyens pour garantir à ses champions un accès privilégié au marché national. En premier lieu, les États membres peuvent recourir à l’utilisation de barrières non tarifaires. Il existe une série de normes nationales de type technique ou relatives à la sécurité des consommateurs qui peuvent être utilisées de manière stratégique par les États membres et qui deviennent autant d’obstacles pour les importations potentielles de produits manufacturés. Chaque firme étrangère qui souhaite vendre ses produits sur le marché d’un État membre doit faire certifier son produit, une démarche coûteuse en termes de délai (jusqu’à parfois trois ans) et en termes de prix (la procédure de certification étant payante et à la charge de la firme)4. Le cas à la fin des années 1960 de l’entrée en masse de produits électroménagers italiens sur le marché français est à ce titre exemplaire : les champions nationaux français de l’électroménager voient un nombre important de parts de marché leur échapper aux profits de producteurs italiens, restreignant de fait leur capacité à profiter des économies d’échelle importantes qui caractérisent ce type d’industrie. Devant cette situation, le gouvernement français énonce une série de normes de sécurité. Les producteurs italiens doivent prendre en compte ces nouvelles régulations dans la conception des produits destinés au marché français, ralentissant leur pénétration du marché français et offrant un délai opportun aux entreprises françaises pour s’adapter à leurs nouveaux concurrents5.

  • 6 Commission des Communautés européennes, « Pour la création d’une assise industrielle européenne », (...)
  • 7 M. Aujean, op. cit., p. 54.

10Hormis l’utilisation stratégique des barrières non tarifaires, les États membres peuvent garantir un accès prioritaire à leurs marchés publics nationaux. Ces derniers constituent à l’époque autour de 15 % du PIB européen6. Les tentatives de la Commission européenne de rendre plus transparents les appels d’offres des États membres s’avèrent infructueuses. Les marchés publics au sein de la CEE sont, pour la plupart, attribués de manière stratégique à des entreprises nationales. Les seuls marchés, qui sont réellement ouverts à la concurrence, sont ceux des secteurs dans lesquels l’État membre en question ne possède pas de champion national (comme par exemple dans l’aéronautique militaire de pointe ou dans l’informatique), et force est de constater que dans ce cas de figure les entreprises d’origines extracommunautaires (américaines) emportent davantage ce type de commandes publiques7.

B. Rationaliser les capacités de production industrielle au niveau national

  • 8 Commission européenne, Économie européenne, Luxembourg, 1990, p. 227.
  • 9 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 192.

11Garantir un accès privilégié au marché national est une condition nécessaire mais non suffisante pour permettre aux champions nationaux de bénéficier pleinement des économies d’échelle liées à la production fordiste et ainsi de mieux rivaliser avec leurs concurrents géants d’outre-Atlantique. Le marché national en général, y compris celui des plus grands États membres comme l’Allemagne et la France, n’atteint pas la taille du marché américain, loin s’en faut. En 1960, le PIB de l’ensemble de la Communauté économique européenne ne représente que 38 % du produit américain8. Il faut donc essayer d’éviter une trop grande dispersion industrielle qui multiplierait le nombre d’unités de production, incapables sur un marché national trop étroit d’opérer à la taille minimale efficace. Un deuxième volet décisif de la stratégie des champions nationaux vise à accroître le degré de concentration industrielle nationale. Plusieurs États membres encouragent les fusions à l’intérieur des secteurs caractérisés par d’importantes économies d’échelle, voire les organisent directement dans le cadre des secteurs nationalisés (c’est le cas des industries aéronautiques anglaise et française ou de la chimie italienne) afin de pouvoir rationaliser les capacités de production industrielle nationales. L’adoption par plusieurs États membres d’un droit de la concurrence plus au moins calqué sur la législation antitrust américaine fragilise les cartels et pousse aux fusions9. Cette politique de concentration nationale permet de combler une partie de l’écart de taille qui différencie au cours de la première moitié du XXe siècle les entreprises européennes de leurs concurrentes américaines.

C. Subventionner les champions nationaux

  • 10 Balcet Giovanni, L’économie de l’Italie, La Découverte, Paris, 1995, p. 55.
  • 11 Wonoroff Denis, Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Seuil, Paris, 1994, p (...)
  • 12 Lawrence G. Franko, The European Multinational: a Renewed Challenge to American and British Big Bus (...)

12Non seulement les États membres accordent aux champions nationaux des marges supérieures aux conditions du marché dans le cadre de leurs commandes publiques, mais ils ont également recours à la subvention directe de leurs entreprises jugées stratégiques. Ces aides financières constituent le troisième volet de la stratégie des champions nationaux. Ainsi l’intervention de l’État italien permet d’assurer la viabilité des géants publics ou semi-publics industriels – IRI, ENI, EFIM, Montedison10. Les subventions de l’État français sont décisives pour les lancements de grands projets de ses industries informatique, aéronautique, automobile et de l’énergie. Grâce à des subventions à l’exportation plus ou moins déguisées (l’article 16 du GATT interdisant formellement les subventions aux exportations de produits manufacturés), certains États membres facilitent l’accès de leurs champions nationaux aux marchés étrangers (ce qui permet d’accroître leur volume de production et de bénéficier d’économies d’échelle plus importantes), c’est le cas notamment de l’industrie automobile française11. Même les gouvernements allemands successifs, qui souscrivent à la doctrine de l’ordolibéralisme pourtant peu encline à une politique industrielle active, soutiennent l’émergence de champions nationaux dans certains secteurs stratégiques comme le raffinage pétrolier et l’aluminium12.

  • 13 Jacques Pelkmans, Market Integration in the European Community, Martinus Nijhoff Publisher, La Haye (...)

13Ce recours aux subventions étatiques engendre d’importantes distorsions de la concurrence intracommunautaire, ce qui va à l’encontre de l’article 92 du traité de Rome. Dans la pratique, la Commission ne dispose pas du rapport de force nécessaire pour parvenir à discipliner les États membres dans le domaine des aides d’État aux entreprises publiques comme privées. Les États pratiquent une politique de défense passive très efficace qui rend inopérant le pouvoir de contrôle de la Commission prévu par l’article 93 du traité de Rome13.

D. Les causes du maintien de la stratégie des champions nationaux dans les années 1960‑1970

14Cette stratégie de soutien aux champions nationaux se maintient au cours des années 1960-1970, voire jusqu’à aujourd’hui pour certains secteurs, et ce en dépit du fait que ce type de stratégie ait d’ores et déjà montré ses limites en termes d’efficacité.

15En créant des barrières internes et en exerçant des pratiques discriminatoires au sein de Marché commun, les politiques industrielles nationales ont ralenti le processus d’intégration européen et la sélection des entreprises européennes les plus compétitives. Certains États membres, en soutenant des entreprises peu efficaces, ont ainsi retardé la rationalisation des capacités de production industrielle au niveau européen et donc l’émergence de champions européens de taille « américaine » capable de profiter pleinement des économies d’échelle liées au système fordiste.

  • 14 Edwards Geoffrey, Four sectors: Textile, Man-Made Fibers, Shipbuilding, Aircraft, in Pinder John (d (...)
  • 15 Commission des Communautés européennes, Pour la création d’une assise industrielle européenne, Bull (...)

16Dès les années 1970, ces politiques industrielles concurrentes montrent leurs limites dans des secteurs stratégiques comme l’informatique ou l’aéronautique. La Commission met en évidence le coût de la duplication de projets industriels concurrents en Europe dans plusieurs analyses dont le célèbre rapport Colonna14. Pour mieux faire face à la concurrence américaine, la Commission propose une rationalisation des capacités de production industrielle au niveau européen. Pour cela, elle préconise l’abandon des outils de la stratégie des champions nationaux, à savoir la suppression des barrières non tarifaires, la transparence de l’attribution des marchés publics nationaux et l’application renforcée des articles 92 et 93 du traité de Rome sur les aides nationales. Parallèlement, elle propose la création d’un statut juridique de société européenne en droit commercial de façon à encourager les fusions transnationales entre entreprises de la CEE, et ce pour faciliter la rationalisation souhaitée et par conséquent l’émergence de champions européens15.

17En dépit des propositions de la Commission, qui resteront d’ailleurs lettre morte, les États membres poursuivent leur stratégie nationale tout au long des années 1970. La persistance de la stratégie des champions nationaux, et ce malgré ses faiblesses avérées, peut s’expliquer si on l’envisage comme la première phase d’une stratégie en deux temps. La grande majorité des dirigeants économiques européens sont conscients de l’insoutenabilité à long terme des politiques industrielles concurrentes en Europe, en particulier dans les secteurs à fortes économies d’échelle. La rationalisation au niveau européen et la levée des barrières internes au commerce et aux flux d’investissements directs étrangers intracommunautaires semblent inévitables. Dans cette optique, la stratégie des champions nationaux vise à renforcer dans un premier temps la position des grandes entreprises de chaque État membre avant d’entamer dans un deuxième temps les négociations qui aboutiront à l’éradication des barrières internes au Marché commun. On peut observer un certain parallélisme entre cette tactique et celle de la France qui avait modernisé et commencé à rationaliser son industrie sidérurgique juste avant les négociations finales qui lancèrent la CECA. Cette stratégie poursuivie par Jean Monnet avait renforcé la position de la France et lui avait permis d’adhérer à la CECA tout en préservant son industrie sidérurgique face aux entreprises allemandes à l’origine plus efficaces.

18Mais le passage à la deuxième phase ne se fait pas volontairement. Les États membres n’arrivent pas d’eux-mêmes à rompre avec la voie de la politique industrielle nationale dans laquelle ils se sont engagés. La forte croissance qui caractérise les années 1960 et le début des années 1970 donne l’illusion que l’on peut continuer à poursuivre le soutien aux champions nationaux et reporter la difficile rationalisation européenne. C’est la crise des années 1973-1984 et ses répercussions qui changent la donne et rendent manifeste l’insoutenabilité de la stratégie des champions nationaux.

III. Les effets de la crise des années 1973 à 1984 sur la stratégie des champions nationaux

A. Ralentissement de la croissance, détérioration des finances publiques et accentuation de la concurrence internationale

  • 16 Herman Van der Wee, Histoire économique mondiale : 1945-1990, Academia Duculot, 1990, p. 334.

19La crise a des répercussions déterminantes sur les politiques industrielles nationales. La détérioration des finances publiques des États membres est une première conséquence évidente de la crise. Le début des années 1980 est marqué par le ralentissement de la croissance, par l’élévation du taux de chômage et par la montée des taux d’intérêt après l’adoption des politiques monétaires restrictives anti-inflationnistes. De plus, la déferlante idéologique favorable au retrait de l’État dans l’économie commence à s’imposer dans la doctrine économique dominante16. Dans ce contexte, les politiques industrielles nationales sont perçues comme plus coûteuses et plus inefficaces.

20Mais la crise a également des effets microéconomiques moins immédiatement identifiables mais néanmoins déterminants pour expliquer le changement d’attitude des grandes entreprises en faveur de l’intégration européenne au cours des années 1980.

  • 17 Bo Carlsson, « Structure and Performance in the West European Steel Industry: A Historical Perspect (...)

21Le ralentissement de la croissance et le renforcement de la concurrence internationale (notamment est-asiatique) au cours des années 1970 modifient durablement les stratégies de marketing, de distribution et d’organisation de la production des grandes entreprises. Les entreprises du Japon et des économies émergentes prennent des parts de marché aux champions nationaux européens dans de nombreux secteurs et les empêchent de bénéficier pleinement des économies d’échelle découlant de la production fordiste standardisée. Ces entreprises des pays émergents pénètrent les marchés européen et américain grâce à l’exportation de produits bas de gamme. Ce type de produits ne requiert pas la meilleure technologie disponible mais il permet d’exploiter à fond les réductions de coût liées à des avantages spécifiques à la localisation (bas salaire, fiscalité) et à la production de longues séries standardisées. Ce phénomène se produit aussi bien pour des biens de production que pour des biens de consommation. Ainsi les marchés européen et américain de l’acier sont progressivement pénétrés par les exportations de nouveaux pays industrialisés comme la Corée ou le Brésil qui disposent d’unités de production plus grandes et plus performantes qu’une partie de l’appareil de production des pays de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE)17. Cette pénétration s’observe également dans le secteur de l’automobile avec les importations de voitures japonaises. Dans l’électroménager, on peut citer le cas des télévisions importées d’Asie mais aussi l’irruption sur l’ensemble du marché européen des producteurs italiens de lave-linge et de réfrigérateurs.

  • 18 « Voluntary » Export Restraints ou restrictions « volontaires » à l’exportation : sorte de quotas d (...)
  • 19 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 219.
  • 20 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 220.

22Face à cette montée de la concurrence internationale, les producteurs nationaux européens mettent en place deux grands axes de défense, qu’ils combinent ou pas en fonction des secteurs. D’abord, les producteurs nationaux font pression au niveau européen pour instaurer des politiques protectionnistes contre les importations d’origine extracommunautaire et ainsi mieux se défendre contre la concurrence étrangère. Au cours des années 1970-1980, on peut observer une multiplication des mesures de représailles antidumping, des VER18 et des obligations de contenu local à l’encontre des produits asiatiques. Néanmoins, ce retour aux politiques commerciales plus protectionnistes en Europe et aux États-Unis reste limité du fait du contexte géopolitique mondial. Au milieu des années 1970, les économies de l’OCDE se sentent fragilisées par la crise structurelle que connaissent leurs économies, la montée en puissance apparente du « bloc » soviétique et les exigences de certaines économies émergentes en faveur « d’un nouvel ordre économique mondial »19. Les taux d’intérêt très bas et la hausse du prix de nombreuses matières premières donnent l’illusion qu’il est possible de changer les rapports de force économiques entre pays développés et PVD. Face à ces menaces potentielles, les pays de l’OCDE sont conscients qu’un retour au protectionnisme les fragiliserait encore davantage. La plupart des dirigeants politiques et économiques des pays de l’OCDE sont persuadés qu’il faut poursuivre la libéralisation des échanges, comme en témoignent par exemple les travaux de la Commission trilatérale20. Le regain protectionniste a donc un impact limité et les champions nationaux des États membres de la CEE continuent à faire face à une concurrence internationale accrue dans un contexte de croissance ralentie.

B. Le passage à la production post-fordiste

  • 21 Robert Boyer et Jean-Pierre Durand, L’après-fordisme, Syros, Paris, 1998, p. 34.

23Les entreprises européennes ne peuvent se permettre de ne pas réagir et sont contraintes de réorganiser leur production pour améliorer leur compétitivité face à leurs nouveaux concurrents, notamment japonais. On assiste alors à l’émergence d’un nouveau système de production qui modifie la production à grande échelle standardisée de type fordiste. Un système que Boyer et Durand qualifient de « post-fordisme » ou « toyotisme »21. Cette nouvelle tendance, qui se déploie pendant la décennie 1970, n’affecte pas toutes les entreprises de façon uniforme mais a deux conséquences majeures sur le fonctionnement d’un grand nombre d’entreprises. Premièrement, les coûts fixes des entreprises augmentent et dès lors engendrent des économies d’échelle plus importantes. Deuxièmement, de nombreuses entreprises régionalisent progressivement leur processus de production.

24Pour faire face à la concurrence des produits bas de gamme en provenance des pays émergents, certaines grandes entreprises des pays de l’OCDE décident de jouer sur la différenciation des produits et l’amélioration de la qualité. Elles multiplient le nombre de modèles différents et les perfectionnent. Elles tentent ainsi de se construire des marchés « niches » dont l’accès est plus difficile pour ceux de leurs concurrents qui disposent d’une moins bonne capacité d’innovation.

  • 22 Peter Dicken, Global Shift: reshaping the global economic Map in the 21st Century, Sage publication (...)

25La différenciation accrue nécessite une modernisation de l’outil de production. La mise en place de chaînes de montage capables de produire plusieurs modèles simultanément nécessite une robotique informatisée. La révolution technologique de l’informatique et l’amélioration fulgurante des capacités des microprocesseurs offrent une flexibilité d’un type nouveau sur les chaînes de production au cours des années 198022.

  • 23 Michel Albert, Capitalisme contre capitalisme, Seuil, Paris, 1996, p. 162.

26La multiplication des modèles et donc la réduction du temps de confection qui en découle se traduisent par une augmentation massive des frais de recherche et développement qui peut être observée dès la fin des années 1970 au Japon, en Allemagne et aux États-Unis23.

  • 24 Dennis W. Carlton et Jeffrey Perloff, Économie industrielle, De Boeck, Bruxelles, 1998, p. 673.

27Cette stratégie de différenciation des produits signifie également que les entreprises placent davantage de ressources à façonner la demande afin de singulariser leurs nouveaux modèles différenciés. Pour ce faire, les entreprises ont recours à d’importantes campagnes de publicité24. Le début des années 1980 est caractérisé par une montée en puissance des départements de marketing et de publicité au sein des entreprises.

28Les entreprises qui adoptent cette stratégie de différenciation des produits subissent donc une élévation importante de leurs coûts fixes. De ce fait, il leur est nécessaire d’atteindre un volume de production plus important qu’auparavant pour amortir ces coûts fixes additionnels. Le handicap que constitue l’écart de taille entre les entreprises de la CEE et leurs concurrentes américaines et japonaises s’alourdit donc considérablement avec le passage au post-fordisme.

C. La régionalisation du processus de production des entreprises

  • 25 R. Boyer, op. cit., p. 77.
  • 26 Charles Oman, Globalisation and Regionalisation, OCDE, Paris, 1994, p. 91.
  • 27 Andrew Hurrell et Ngaire Wood, Inequality, Globalization and World Politics, Oxford University Pres (...)

29Dans un marché plus différencié avec une volatilité accrue de la demande, les entreprises doivent réagir le plus rapidement possible aux modifications de la demande et mettent en place des systèmes de feed-back pour adapter le processus de production dans un délai aussi court que possible25. Cette adaptation permanente du processus de production à la demande nécessite souvent des unités de production géographiquement proches du marché qu’elles servent26. Le rapprochement géographique de la firme par rapport à son marché cible permet de réduire le stockage de matières premières et de produits finis (production à flux tendus ou just-in-time), limitant de cette manière les immobilisations inutiles de capitaux27.

  • 28 L.G. Franko, op. cit.

30La quête du meilleur feed-back en provenance du marché accroît le degré d’autonomie des filiales des grandes entreprises en termes de recherche et développement et de publicité. Ainsi on observe pendant les années 1970 que les filiales des multinationales européennes implantées aux États-Unis voient leurs compétences en recherche et développement renforcées par leurs maisons mères. Ces filiales disposent de leur propre département de recherche et développement chargé du développement du produit (product development) et peuvent ainsi réagir plus rapidement aux fluctuations de la demande américaine28.

  • 29 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 224.
  • 30 C. Oman (1994), op. cit., p. 18 ; CNUCED, World Investment Report 1993, United Nations, Genève, 199 (...)

31Pour fonctionner de manière optimale, un processus de production basé sur la différenciation du produit doit donc être proche du marché qu’il dessert. Cela signifie qu’il est peut-être coûteux et peu flexible d’opter pour la création d’un processus de production unique au niveau mondial. Mais d’un autre côté, si l’on opte pour la création de plusieurs processus de production proches des marchés locaux qu’ils servent, les filiales en charge de ces processus de production doivent être suffisamment grandes pour supporter les importants coûts fixes liés à des départements autonomes locaux de recherche et développement et de publicité et bénéficier ainsi des économies d’échelle. Cela signifie que le marché « local » ciblé peut difficilement n’être qu’une petite économie nationale. De nombreuses entreprises organisent donc leurs filiales pour que chacune puisse opérer au niveau régional (régional étant ici utilisé au sens de continental ou sous-continental). Les entreprises peuvent ainsi laisser chacune de leurs filiales régionales organiser leur production au sein d’un espace économique relativement intégré (CEE, ASEAN, ALENA, MERCOSUR) et bénéficier de réductions de coût liées à la dispersion du processus de production en fonction des avantages de la localisation de chaque pays ou région du continent (c’est-à-dire différence de régulation du travail, de régulation fiscale, existence d’un pool de main-d’œuvre qualifiée dans un pays et existence d’une main-d’œuvre bon marché dans un autre)29. Bien qu’il existe de nombreuses exceptions liées aux conditions technologiques des différents secteurs industriels, de nombreuses analyses mettent clairement en évidence cette tendance à l’organisation continentale de filiales disposant d’un important degré d’autonomie et donc à la régionalisation du processus de production30.

D. L’intervention croissante des grandes firmes européennes en faveur de l’accélération du processus d’intégration européen

32Les grandes entreprises européennes, qui adoptent le modèle productif postfordiste basé sur la différenciation accrue des produits, ont dès lors intérêt à accélérer le processus d’intégration européen et à pousser à l’abandon d’une politique industrielle strictement nationale.

  • 31 Cox, Andrew et Warson, Glyn, The European Community and the Restructuring of Europe’s National Cham (...)
  • 32 J. Pelkmans, op. cit., p. 62.
  • 33 Henry De Jong et Alexis Jacquemin, European Industrial Organisation, McMillan, Londres, 1977.

33Ces entreprises doivent en premier lieu accroître leur taille pour bénéficier des nouvelles économies d’échelle liées à la production de type post-fordiste. Or le degré de concentration nationale atteint dans la plupart des économies des États membres au début des années 1980 est déjà très élevé du fait des politiques de fusion appliquées par les gouvernements européens depuis les années 1960-197031. Plusieurs analyses économiques réalisées à cette époque mettent en évidence les faiblesses inhérentes à la stratégie des champions nationaux en insistant sur leur effet néfaste sur le plan de la concurrence. Des études chiffrées sur les économies d’échelle montrent que, pour plusieurs secteurs stratégiques, les marchés des États membres de la CEE sont trop petits que pour permettre aux entreprises d’opérer à un volume de production suffisant et profiter pleinement des économies d’échelle tout en évitant une situation de monopole sur le marché national de chaque État membre32. Par contre, au niveau d’un marché intégré européen, certains travaux indiquent que des entreprises pourraient bénéficier pleinement des économies d’échelle sans se trouver dans une situation de monopole33. La poursuite de l’intégration européenne paraît donc la voie à suivre pour allier efficacité technique (pouvoir bénéficier des économies d’échelle) et efficacité du marché (éviter des positions dominantes liées à une structure oligopolistique ou monopolistique).

34Ensuite, les entreprises de la CEE et les multinationales d’origine extracommunautaire opérant au sein de la CEE ont progressivement commencé à régionaliser leur processus de production. Pour affiner cette division régionale du travail à l’intérieur de l’entreprise, la levée des barrières internes qui ralentissent la circulation des marchandises, des capitaux, des services, et des personnes à l’intérieur du Marché commun devient souhaitable.

  • 34 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 228.
  • 35 Maria Green Cowles, Organizing Industrial Coalition: a Challenge for the Future, in Wallace et Youn (...)

35Ce qui pousse encore davantage les firmes européennes à abandonner l’idée d’une politique industrielle nationale, c’est que celle-ci devient clairement insuffisante pour contrer la concurrence américaine et nipponne. Alors que la poursuite des stratégies des champions nationaux concurrentes empêche toujours l’émergence d’une politique industrielle européenne, les multinationales japonaises et américaines peuvent compter sur la politique industrielle active de leurs États (disposant de ressources financières beaucoup plus importantes que celles de chaque État membre) pour faciliter leur passage à la production de type post-fordiste. Les soutiens apportés aux multinationales américaines et nipponnes par leurs États respectifs en matières de recherche et développement (notamment militaire dans le cas américain) sont considérablement plus importants que ceux avancés par les États des grandes économies européennes au cours des années 198034. Cette situation inquiète fortement les chancelleries européennes et particulièrement la France. Les firmes européennes situées dans certains secteurs stratégiques comme celui de l’électronique n’ont absolument pas les ressources nécessaires pour lancer des programmes de recherche et développement35.

36À ce soutien étatique important dans l’effort de recherche, il faut également ajouter dans le cas américain, le recours dans les années 1980 à des politiques commerciales plus musclées, caractérisées par des démarches protectionnistes unilatérales (comme la clause super 301 de l’Omnibus Trade and Competitiveness Act). De plus, les capacités d’accumulation du capital des entreprises multinationales américaines sont accrues par des politiques macroéconomiques favorables au big business (baisse d’impôts sur le capital, flexibilité accrue sur le marché du travail). Dans ces conditions, le statu quo qui consisterait pour les différents États membres à continuer d’appliquer des stratégies concurrentes de soutien à leurs champions nationaux n’est plus tenable.

  • 36 Belen Balanya, Europe Inc.: Regional & Global Restructuring & the Rise of Corporate Power, Pluto Pr (...)

37Ces différentes dynamiques sous-jacentes poussent certaines grandes firmes européennes à s’organiser plus efficacement pour donner une nouvelle impulsion à l’intégration européenne. Cela aboutit à la réforme de l’UNICE et à la création en 1983 de la European Roundtable of Industrialists (ERT). Composée de quarante-cinq capitaines d’industrie, dirigeants de grandes multinationales européennes (Krupp, Unilever, Saint-Gobain, Philips, BT, Cofide-Cir, Total, Fiat, Repsol, ICI, Veba, Solvay, Akzo, Carlsberg, Lyonnaise des Eaux, Danone, Bayer, Pirelli, Bertelsmann, Shell, AB, Siemens), elle constitue un lobby puissant défendant l’approfondissement de l’intégration européenne auprès de la Commission36.

  • 37 John Gillingham, European Integration 1950-2003: Superstate or New Market Economy?, Cambridge Unive (...)

38Parallèlement, la Commission se montre elle-même plus réceptive à ce lobbying des firmes privées auprès des institutions supranationales européennes. Le commissaire à l’Industrie Étienne Davignon marque un nouvel intérêt pour ces initiatives des grandes firmes européennes et contribue à la création de l’ERT en en facilitant la coordination37. La convergence de vue entre l’ERT et la Commission quant aux problèmes microéconomiques auxquels les firmes européennes font face et à l’insoutenabilité des stratégies des champions nationaux pose les fondations d’une alliance solide contre les défenseurs du maintien des politiques industrielles nationales.

39Malgré quelques nuances, la ligne commune qui se dégage au début des années 1980 entre l’ERT et la Commission est centrée autour de quatre objectifs : premièrement, la suppression des obstacles subsistant à l’intérieur du Marché commun ; deuxièmement, l’organisation de l’application du droit de la concurrence au niveau européen et la mise en place d’un règlement européen des fusions d’entreprise ; troisièmement la réduction du niveau de dépendance technologique vis-à-vis des États-Unis et du Japon par des programmes-cadres de recherche destinés aux champions européens ; et quatrièmement la protection de ces champions européens par des barrières techniques et une politique commerciale stratégique.

IV. L’abandon progressif des politiques des champions nationaux

A. La levée des barrières au commerce intracommunautaire et la limitation des aides nationales

40Ce consensus entre l’ERT et la Commission permet de vaincre les résistances exercées par les défenseurs de la politique industrielle nationale et d’imposer une accélération de l’intégration économique au sein de la CEE.

41Premièrement au cours des années 1980, les institutions supranationales européennes s’attaquent aux barrières non tarifaires qui fragmentaient le Marché commun depuis la ratification du traité de Rome. L’arrêt de la Cour européenne dans l’affaire Cassis de Dijon en 1979 est utilisé pour imposer progressivement le principe de la reconnaissance mutuelle au niveau communautaire des législations nationales relatives aux normes techniques. Cela limite la capacité des États à instrumentaliser le principe des normes techniques nationales pour soutenir leurs champions respectifs.

  • 38 Belen Balanya, Europe Inc.: Regional & Global Restructuring & the Rise of Corporate Power, Pluto Pr (...)
  • 39 Walter Matli, The Logic of Regional Integration: Europe and Beyond, Cambridge University Press, Cam (...)

42La Commission s’attaque également aux autres types de barrières internes en proposant la mise en place d’un Marché unique européen. La Commission Delors rédige alors un livre blanc fortement influencé par l’ERT38. Parallèlement, des représentants de l’ERT plaident le cas du Marché unique auprès du président Mitterrand39.

  • 40 Jean-Yves Cherot, « La discipline des aides nationales dans la Communauté européenne », Revue d’éco (...)
  • 41 Jean-Yves Cherot, « La discipline des aides nationales dans la Communauté européenne », Revue d’éco (...)
  • 42 Jean-Yves Cherot, « La discipline des aides nationales dans la Communauté européenne », Revue d’éco (...)

43Les obstacles principaux au commerce intracommunautaire levés, il reste encore le problème des subventions directes. Comme le constate la Commission au cours des années 1980 : « Le risque existe que les entreprises efficientes, qui devraient bénéficier de l’intégration du marché, n’utilisent pas ces avantages pour accroître leur part de marché dans les autres États membres si elles croient que ce gain en parts de marché aura uniquement pour conséquence de provoquer des mesures d’aides d’État en représailles40. » Renforcée par le soutien donné par une série de grandes entreprises à l’accélération de l’intégration européenne, la Commission impose alors un contrôle plus rigoureux du respect des articles 90, 92 et 93 du traité de Rome relatifs aux aides publiques nationales. La Commission établit une procédure rigoureuse visant à faire appliquer ses décisions en matière d’aides publiques nationales et réussit à vaincre la résistance passive de certains États membres41. En 1990, la Commission est confirmée par le Conseil dans son rôle de contrôleur des aides publiques nationales42. Les États membres ont donc perdu leur pouvoir discrétionnaire sur un des outils importants de la stratégie des champions nationaux.

44L’affaire Cassis de Dijon en 1979, l’élaboration du Livre blanc qui envisage un calendrier précis pour l’édification du Marché unique et le renforcement du pouvoir de contrôle de la Commission sur les subventions nationales aux champions nationaux sont autant de signes pour les entreprises européennes qu’une nouvelle accélération de l’intégration européenne est en cours et que la plupart des barrières internes au commerce intracommunautaire vont disparaître dans une majorité des secteurs industriels. Dès lors, la concurrence intracommunautaire s’accroît brusquement au cours des années 1980. Les nouvelles économies d’échelle liées à la production de type post-fordiste poussent les firmes à se lancer dans la rationalisation des capacités de production industrielle par le biais d’une vague de fusions et acquisitions sans précédent dans l’histoire économique européenne entre 1986 et 2001.

B. La vague de fusions et acquisitions de 1986‑2001 : vers des champions européens ou des champions nationaux renforcés ?

  • 43 Commission européenne, Économie européenne, Luxembourg, 1990, p. 227.

45Cette vague qui commence en 1986 (quelques mois après le Livre blanc sur le Marché unique européen) touche en priorité les secteurs caractérisés par d’importants coûts fixes en recherche et développement et/ou en publicité : les industries de la chimie, de l’automobile et de la construction mécanique, de l’électronique, des produits électriques (dont l’électroménager), du caoutchouc, du plastique et de l’industrie du papier43.

  • 44 Commissariat général au Plan, Mondialisation et recomposition du capital des entreprises européenne (...)
  • 45 Commission européenne, Économie européenne, Luxembourg, 1994/2, p. 7.

46La décomposition sectorielle de cette vague de fusions confirme que les firmes européennes fusionnent pour bénéficier des économies d’échelle supplémentaires liées à la production post-fordiste : 70 % des fusions et acquisitions pendant la période 1990-2001 sont intrasectorielles et visent donc davantage le gain de taille que la diversification44. L’importance des économies d’échelle est également renforcée par les déclarations publiques faites par certaines entreprises concernant les objectifs de leurs fusions : il s’agit dans la plupart des cas de rationaliser la production et d’opérer sur une plus grande part de marché45.

  • 46 Commissariat général au Plan, Mondialisation et recomposition du capital des entreprises européenne (...)

47Les fusions et acquisitions entre firmes d’un même État membre dominent à l’amorce du mouvement mais progressivement les fusions transnationales gagnent en importance. Ainsi au cours de la période 1990-2001, les fusions et acquisitions transnationales comptent pour 54,2 % contre 45,8 % pour les fusions et acquisitions nationales46. La grande majorité des fusions et acquisitions transnationales sont des fusions et acquisitions intracommunautaires (entre deux firmes originaires de la CEE) et non extracommunautaires.

  • 47 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 263-269.

48Cette vague de fusions permet ainsi l’émergence de groupes européens qui ont comblé en grande partie l’écart de taille qui les handicapait face à leurs concurrents américains (et nippons) et ont effectué une rationalisation de leurs capacités de production au niveau européen47. Cette rationalisation s’est faite dans la plupart des secteurs mais il subsiste néanmoins des domaines stratégiques où cette rationalisation n’a pas encore eu lieu ou n’est pas achevée. Il s’agit notamment de l’industrie de la défense, de l’industrie pharmaceutique, de l’industrie énergétique et des services financiers. Ces exceptions ne sont guère surprenantes puisqu’il s’agit de secteurs où les politiques des champions nationaux prévalent encore et où ils subsistent d’importantes barrières au commerce et aux investissements communautaires. Néanmoins, hormis le secteur militaire, on constate une évolution vers une plus grande intégration du marché européen pour ces secteurs depuis la fin des années 1990.

49Si de grands groupes européens d’une taille comparable à leurs concurrents d’outre-Atlantique naissent de cette vague de fusions sans précédent, il reste à savoir si l’on assiste à la création de champions européens ou seulement de champions nationaux renforcés.

  • 48 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 254.

50En effet, l’analyse des flux d’investissements directs étrangers engendrés par cette vague de fusions révèle que le plus souvent, ce sont les entreprises des grands États membres qui ont pris le contrôle d’entreprises de petits États membres voisins (les firmes françaises ou néerlandaises absorbant des firmes belges, les firmes allemandes des firmes autrichiennes ou danoises, les firmes anglaises des Irlandaises), les Pays-Bas, la Suède et la Finlande se démarquant en partie de cette tendance48. La domination des fusions et acquisitions transnationales au cours de la vague de fusions ne signifie donc pas nécessairement l’émergence d’un groupe réellement européen qui reste indifférent à son État d’origine et qui organise son lobbying en faveur d’une politique industrielle européenne. Cette vague consiste essentiellement en l’élimination d’une partie des champions nationaux (notamment des petites économies de la CEE) par d’autres champions nationaux. La majorité des plus grandes firmes européennes sont d’anciens champions nationaux qui ont encore des liens privilégiés avec l’appareil étatique d’un État membre. Les progrès de l’intégration européenne aux cours des années 1980 ont fortement limité les politiques des champions nationaux mais n’ont pas mené à leur abandon comme en témoignent les interventions françaises dans les cas Alstom ou Sanofi-Aventis, et l’implication italienne et espagnole dans le secteur de l’énergie.

51Toutefois, dans certains cas, on a pu observer la création d’entreprises « supranationales » européennes comme EADS ou Arcelor. Ces groupes naissent lorsque plusieurs firmes nationales européennes fusionnent pour créer une entreprise dont la gestion et son contrôle majoritaire par l’actionnariat sont multinationaux. Il faut évidemment exclure de cette définition les investissements de portefeuille ne visant pas au contrôle direct de la stratégie de l’entreprise. La multiplication et la pérennité éventuelles de ces groupes pourraient engendrer un groupe de détenteurs de capitaux dont les intérêts sont supranationaux européens et non plus nationaux.

  • 49 Richard Tilly, « German Banking 1850-1914: Development Assistance for the Strong », Journal of Euro (...)

52Ce phénomène pourrait être comparé à celui qui s’est produit au XIXe siècle dans certains pays européens qui ont vu la fusion de certaines de leurs bourgeoisies locales en une bourgeoisie nationale lors de leur processus d’intégration nationale. On pense notamment aux Grossbanken allemandes et leur implication dans la construction ferroviaire du milieu du XIXe siècle. Les capitaux des bourgeoisies locales allemandes étaient alors insuffisants pour réaliser les investissements nécessaires à l’adoption de cette nouvelle technologie, elle-même rendue possible par la création d’une union douanière. Elles ont alors joint leurs capitaux pour créer des banques de taille nationale. Ces nouveaux bourgeois « nationaux » étaient en faveur d’une intégration économique et politique nationale plus poussée pour poursuivre leur stratégie d’expansion nationale49. Le cas de la construction ferroviaire allemande du XIXe siècle présente de nombreuses analogies avec des secteurs stratégiques actuels comme l’aéronautique.

53Il est possible que ces entreprises « supranationales » européennes prennent une importance croissante au sein des économies européennes. Elles favorisent la poursuite d’une intégration européenne et l’abandon définitif des politiques des champions nationaux. En effet, leur stratégie globale requiert un appareil d’État disposant du poids le plus important possible pour faire face à leurs concurrents japonais et américains. Ces nécessités renforcent donc une dynamique en faveur de la poursuite de l’intégration européenne sur le plan économique et politique. Il convient donc d’observer le poids de tels groupes au sein de l’économie européenne par rapport à celui des champions nationaux ayant survécu à la vague de fusions. Ces derniers continuent d’avoir une double stratégie de lobbying d’une part en faveur d’une politique industrielle européenne (pour les protéger de la concurrence extracommunautaire) et d’autre part en faveur d’une politique industrielle nationale (pour les protéger de la concurrence intracommunautaire). Ce double jeu rend leur position vis-à-vis de la poursuite de l’intégration européenne relativement ambiguë. L’évolution de ce rapport de force sera déterminante pour savoir quelle forme prendra la politique industrielle en Europe au cours de la prochaine décennie.

Notes

1 Jean-Christophe Defraigne, De l’intégration nationale à l’intégration continentale, L’Harmattan, Paris, 2004, 147 p.

2 J.-C. Defraigne, De l’intégration nationale…, op. cit., 106 p.

3 Notamment les projets allemands de Mitteleuropa et de Grossraumwirtschaft, le projet français Fritalux, l’initiative d’Aristide Briand à la Société Des Nations (SDN).

4 Michel Aujean, Michel Catinat, Michael Emerson, Philippe Goybet et Alexis Jacquemin, 1992 : La nouvelle économie européenne, De Boeck, Bruxelles, 1992, p. 51.

5 Nicolas Owen, Economies of Scale, Competitiveness and Trade Patterns within the European Community, Calrendon Press, Oxford, 1983, pp. 130-131.

6 Commission des Communautés européennes, « Pour la création d’une assise industrielle européenne », Bulletin des Communautés européennes, Supplément 7/73, OPOCE, Luxembourg, 1973.

7 M. Aujean, op. cit., p. 54.

8 Commission européenne, Économie européenne, Luxembourg, 1990, p. 227.

9 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 192.

10 Balcet Giovanni, L’économie de l’Italie, La Découverte, Paris, 1995, p. 55.

11 Wonoroff Denis, Histoire de l’industrie en France du XVIe siècle à nos jours, Seuil, Paris, 1994, p. 527.

12 Lawrence G. Franko, The European Multinational: a Renewed Challenge to American and British Big Business, Harper & Row, Londres, 1976, p. 147.

13 Jacques Pelkmans, Market Integration in the European Community, Martinus Nijhoff Publisher, La Haye, 1984, p. 256.

14 Edwards Geoffrey, Four sectors: Textile, Man-Made Fibers, Shipbuilding, Aircraft, in Pinder John (dir.), National Industrial Strategies and the World Economy, Rowman & Allanheld, New-Jersey, 1982, pp. 112-113.

15 Commission des Communautés européennes, Pour la création d’une assise industrielle européenne, Bulletin des Communautés européennes, Supplément 7/73, OPOCE, Luxembourg, 1973.

16 Herman Van der Wee, Histoire économique mondiale : 1945-1990, Academia Duculot, 1990, p. 334.

17 Bo Carlsson, « Structure and Performance in the West European Steel Industry: A Historical Perspective », in De Jong, H.W. (dir.), The Structure of European Industry, Martinus Nijhoff, La Haye, 1981.

18 « Voluntary » Export Restraints ou restrictions « volontaires » à l’exportation : sorte de quotas déguisés imposés au pays exportateur.

19 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 219.

20 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 220.

21 Robert Boyer et Jean-Pierre Durand, L’après-fordisme, Syros, Paris, 1998, p. 34.

22 Peter Dicken, Global Shift: reshaping the global economic Map in the 21st Century, Sage publications, Londres, 2003.

23 Michel Albert, Capitalisme contre capitalisme, Seuil, Paris, 1996, p. 162.

24 Dennis W. Carlton et Jeffrey Perloff, Économie industrielle, De Boeck, Bruxelles, 1998, p. 673.

25 R. Boyer, op. cit., p. 77.

26 Charles Oman, Globalisation and Regionalisation, OCDE, Paris, 1994, p. 91.

27 Andrew Hurrell et Ngaire Wood, Inequality, Globalization and World Politics, Oxford University Press, Oxford, 1999.

28 L.G. Franko, op. cit.

29 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 224.

30 C. Oman (1994), op. cit., p. 18 ; CNUCED, World Investment Report 1993, United Nations, Genève, 1993, p. 123; Walter Hatch et Kozo Yamamura, Asia in Japan’s embrace, Cambridge University Press, Cambridge, 1997, p. 20.

31 Cox, Andrew et Warson, Glyn, The European Community and the Restructuring of Europe’s National Champions, in Hayward, Jack (dir.), Industrial Enterprise and European Integration, Oxford University Press, Oxford, 1995, p. 306.

32 J. Pelkmans, op. cit., p. 62.

33 Henry De Jong et Alexis Jacquemin, European Industrial Organisation, McMillan, Londres, 1977.

34 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 228.

35 Maria Green Cowles, Organizing Industrial Coalition: a Challenge for the Future, in Wallace et Young (dir.), Participation and Policy Making in the European union, Oxford, 1997.

36 Belen Balanya, Europe Inc.: Regional & Global Restructuring & the Rise of Corporate Power, Pluto Press, Londres, 2003, p. 21.

37 John Gillingham, European Integration 1950-2003: Superstate or New Market Economy?, Cambridge University Press, Cambridge, 2003, p. 238.

38 Belen Balanya, Europe Inc.: Regional & Global Restructuring & the Rise of Corporate Power, Pluto Press, Londres, 2003, p. 22.

39 Walter Matli, The Logic of Regional Integration: Europe and Beyond, Cambridge University Press, Cambridge, 1999.

40 Jean-Yves Cherot, « La discipline des aides nationales dans la Communauté européenne », Revue d’économie industrielle, nº 63, Paris, 1993, p. 229.

41 Jean-Yves Cherot, « La discipline des aides nationales dans la Communauté européenne », Revue d’économie industrielle, nº 63, Paris, 1993, p. 227.

42 Jean-Yves Cherot, « La discipline des aides nationales dans la Communauté européenne », Revue d’économie industrielle, nº 63, Paris, 1993, p. 226.

43 Commission européenne, Économie européenne, Luxembourg, 1990, p. 227.

44 Commissariat général au Plan, Mondialisation et recomposition du capital des entreprises européennes, La Documentation française, Paris, 2004, p. 110.

45 Commission européenne, Économie européenne, Luxembourg, 1994/2, p. 7.

46 Commissariat général au Plan, Mondialisation et recomposition du capital des entreprises européennes, La Documentation française, Paris, 2004, p. 100.

47 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 263-269.

48 J.-C. Defraigne, op. cit., p. 254.

49 Richard Tilly, « German Banking 1850-1914: Development Assistance for the Strong », Journal of European Economic History, nº 15, 1986.

Auteur

Docteur en Économie de l’Université Libre de Bruxelles, Jean-Christophe Defraigne est chercheur à l’Institut d’études européennes de l’Université catholique de Louvain et des Facultés Universitaires Saint-Louis. Ses travaux de recherche portent sur l’analyse comparative des processus d’intégration régionaux, de leurs liens avec les stratégies des entreprises multinationales et les changements technologiques. Il a enseigné à la University of International Business & Economics à Pékin (Jing Mao Da Xue) et l’Université de Metz. Il enseigne actuellement les politiques économiques européennes et le commerce international à l’Institut d’Études Européenne (IEE) et à l’EPHEC à Bruxelles.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search