Version classiqueVersion mobile

Milieux économiques et intégration européenne au XXe siècle

 | 
Éric Bussière
, 
Michel Dumoulin
, 
Sylvain Schirmann

Troisième partie. Les acteurs économiques

L’ERT (European Round Table of Industrialists) : les grands industriels et la promotion du grand marché européen

Maria Green Cowles

Texte intégral

Introduction

1Cette communication est tirée de deux de mes articles publiés, l’un dans le Journal of Common Market Studies en 1995, et l’autre dans Politique étrangère en 1997.

2Nous avons bien examiné le rôle des États et les initiatives de la Commission européenne dans la création du Marché unique – du grand marché. Ces acteurs sont, bien sûr, les acteurs fondamentaux de toute analyse en matière de politique européenne. Mais on ne peut pas expliquer la relance des années 1980 sans examiner le rôle important des grandes entreprises européennes. Elles se mobilisent et s’organisent en acteurs politiques à Bruxelles pour la première fois dans les années 1980 pour lancer avec la Commission le Marché unique.

3La mobilisation des grandes entreprises européennes a été en partie motivée par l’incapacité des États nations à réagir convenablement aux contraintes de la mondialisation. Nombre d’entreprises implantées internationalement ont éprouvé une frustration certaine quand l’échec des gouvernements nationaux, face au malaise économique des années 1970, est apparu patent. Déçues par les politiques nationales des divers pays, les entreprises ont cherché, dans le projet de Marché unique, une « solution politique européenne » à la question de la compétitivité globale. Elles ont fait plus que réagir à la création du Marché unique : elles ont œuvré activement à l’intégration régionale, comme moyen de créer un contexte réglementaire permettant de mieux réaliser leurs restructurations et, donc de devenir plus concurrentielles sur les marchés mondiaux.

4Je commencerai par examiner les années précédant la mobilisation des grandes entreprises à Bruxelles, puis l’engagement politique des multinationales dans les années 1980 en faveur du Marché unique. Je vais regarder les raisons pour lesquelles les entreprises s’organisent en force politique ainsi que le rôle très important des entreprises françaises auprès du président Mitterrand dans cette mobilisation.

I. Les premières années

5Dans les années 1950, les grandes entreprises ne montraient guère d’intérêt pour la Communauté Économique Européenne (CEE) naissante, et préféraient consacrer leur attention aux instances internationales comme le GATT et la Commission des Nations unies pour l’Europe (notamment le groupe de travail sur l’automobile), instances dont les décisions pouvaient avoir une incidence directe sur leur activité économique.

6En fait, beaucoup de grandes entreprises du Vieux Continent étaient fort peu « européennes » par nature. Comme le notait un observateur, « il n’existe rien de ce qu’on pourrait appeler une industrie “européenne”, il y a une industrie française, une industrie allemande, une industrie britannique, etc. Vive la différence ! » (Rowley, 1974). Nombre d’entreprises avaient tendance à développer d’abord leur marché national puis, dans un second temps seulement, à exporter vers le reste de l’Europe.

7Durant les premières années d’existence de la Communauté, s’il arrivait qu’une entreprise prête attention aux actions de Bruxelles, c’était, le plus souvent, en réaction aux mesures prises par le pouvoir législatif européen sous la contrainte d’événements de portée internationale. La tragédie de la thalidomide, par exemple, déclencha des réactions dans le monde entier et fut à l’origine de la première réglementation transnationale de l’Union européenne, la directive 65 de 1965, qui préconisait que la Communauté assume un rôle régulateur dans l’industrie pharmaceutique (Greenwood et Ronit, 1992, p. 74). En 1979, un autre texte d’origine internationale entraîna un intérêt soudain des grandes entreprises pour l’action de la Communauté. Cette année-là, la Commission examina le projet Vredeling, autrement appelé « directive multinationale », conçu pour promouvoir une plus grande participation des salariés aux décisions des multinationales.

8L’activité législative de la Communauté, comme la directive 65 ou le projet Vredeling, avait attiré l’attention de Bruxelles, mais les entreprises européennes ont continué d’accorder peu d’intérêt à la construction régionale. Alors qu’elles s’internationalisaient de plus en plus, elles n’ont pas cherché à se forger une identité politique européenne. Elles continuaient d’ignorer Bruxelles pour plusieurs raisons. D’abord, dans la tradition de l’Europe continentale, les entreprises préféraient le mode de représentation « national ». En France par exemple, les syndicats patronaux représentaient les intérêts des entreprises au sein du Conseil National du Patronat Français (CNPF) – ou du Mouvement Des Entreprises de France (MEDEF) aujourd’hui – encore que les dirigeants d’entreprise aient pu jouer un rôle important dans les nombreuses commissions du CNPF. En second lieu, la règle de l’unanimité dans tout vote déterminant un choix politique communautaire permettait aux entreprises de se tenir à distance de Bruxelles. Si l’un des projets de l’Union européenne n’était pas du goût d’une industrie, les entreprises et leur association incitaient énergiquement le gouvernement de leur pays à y opposer son veto. Ainsi, alors qu’elles devenaient de plus en plus internationales dans leur activité économique, les entreprises européennes conservaient une approche très « nationale » sur les questions de politique communautaire.

II. L’engagement politique des multinationales en faveur du Marché unique

9La situation change au début des années 1980. Le choc pétrolier et la crise économique – inflation et chômage en augmentation, baisse de la croissance – suscitent des inquiétudes dans les milieux d’affaires européens. Il existe une source particulière de préoccupation : le déclin de la compétitivité des entreprises face à la concurrence américaine ou japonaise dans les secteurs de haute technologie comme l’électronique (Sandholtz et Zysman, 1989). Non seulement elles font preuve de lenteur dans le processus d’innovation, mais elles éprouvent aussi des difficultés à amortir le coût de développement des nouveaux produits sur leurs marchés nationaux. Thomson, par exemple, a le plus grand mal à assurer convenablement le financement du programme de recherche de sa nouvelle génération de centrales téléphoniques (Peterson, 1993, Sandholz, 1992). D’où la crainte d’un nouveau « fossé » technologique entre l’Europe et le reste du monde industrialisé. Pourtant, de nombreux États continuent de subventionner des industries en déclin au lieu de reconsidérer des programmes et des réglementations obsolètes dans le contexte de la mondialisation. En France, le gouvernement socialiste se lance, au début des années 1980, dans une campagne de nationalisations et de reconquête du marché intérieur, qui va apparaître comme l’une des causes majeures du déclin de la France (Le Franc, 1983).

  • 1 Programme européen stratégique pour la recherche et le développement dans l’informatique.

10Déçues par les politiques nationales, plusieurs grandes entreprises commencent alors à réévaluer la contribution que la Communauté européenne peut apporter à l’environnement des affaires. Depuis la fin des années 1970, la Commission européenne avait, par exemple, développé une série de programmes industriels, conçus pour inciter les entreprises à coopérer pour résoudre certains problèmes industriels. Parmi les plus connus figure un projet, lancé en 1979, pour encourager les firmes des secteurs des technologies de l’information à mener ensemble des « recherches préconcurrentielles » susceptibles de renforcer leur position face à la concurrence américaine et japonaise. Ce projet est devenu le programme ESPRIT1.

Tableau 1. Membres de l’European Round-Table of Industrialists (avril 1983)

Tableau 1. Membres de l’European Round-Table of Industrialists (avril 1983)

11En 1983, Pehr Gyllenhammar, président du constructeur automobile suédois Volvo, réunit dix-sept dirigeants d’entreprise afin de créer une organisation qui serait politiquement puissante à Bruxelles (Cowles, 1995). Le groupe va se faire connaître sous le nom de Table ronde de chefs d’entreprises européennes (European Round-Table of Industrialists, ERT). Il compte dans ses rangs les dirigeants d’entreprises telles que BSN, Bosch, Ciba-Geigy, Fiat, ICI, Lafarge-Coppée, Nestlé, Olivetti, Philips, Siemens, Saint-Gobain et Thyssen. Ce sont des leaders qui ont déjà une envergure internationale et une influence politique réelle à l’extérieur de leur propre pays. Pehr Gyllenhammar, par exemple, siège aux conseils de nombreuses sociétés américaines, participe à de nombreux groupes de réflexion et entretient des relations étroites avec l’establishment politique des pays où Volvo est implanté. Wisse Dekker, président de Philips, et antérieurement responsable des activités de la firme au Japon, a eu une connaissance précoce et directe du défi lancé par l’Extrême-Orient dans le domaine de la microélectronique. Les membres français de l’ERT – Roger Fauroux de Saint-Gobain, Olivier Lecerf de Lafarge-Coppée et Antoine Riboud de BSN – sont alors considérés comme de « jeunes Turcs » au sein du CNPF. En France, ils représentent une nouvelle génération de capitaines d’industrie qui se sont frottés à la concurrence internationale (Weber, 1986, pp. 313-314).

12L’ERT s’est donné pour objectif de promouvoir un « agenda » industriel pour l’Europe. Plus précisément, le groupe préconise la création d’un marché européen unifié et le développement d’un réseau d’infrastructures transeuropéennes comme moyens de développer une base industrielle qui soit compétitive face à la concurrence du reste du monde. L’action de l’ERT ne procède pas d’une quelconque logique fonctionnelle mais du souci de relever les défis mondiaux. Pour beaucoup d’entreprises membres de l’ERT, les critères de taille et d’envergure de leurs activités ont une grande importance. Ainsi, si Philips envisage la confrontation avec de nouveaux concurrents dans la zone Pacifique, il sera dans son intérêt d’avoir un marché « intérieur » de la taille de l’Union européenne et non de celle des Pays-Bas. Pour tirer parti de ce marché « intérieur » élargi, l’entreprise aura besoin d’une infrastructure – réseaux routier et aérien, informatique et télécommunications – coordonnée au niveau européen. Selon un mémorandum programmatique de l’ERT de 1983, « le marché européen doit constituer la base unifiée, indispensable pour que les entreprises européennes puissent devenir des concurrents puissants sur les marchés mondiaux. »

13La création de l’ERT est significative dans le sens où, pour la première fois, un groupe de grands chefs d’entreprises européennes se donne comme objectif d’influencer directement les politiques élaborées à Bruxelles. En se rassemblant, les leaders de l’industrie européenne signifient aux gouvernements leur volonté de contribuer au projet européen. En effet, l’ERT se révèle un acteur important dans l’élaboration du projet de marché unique (Cowles 1995, 1996). En 1984, le groupe développe une série de projets visant à améliorer la coopération industrielle intereuropéenne et l’infrastructure transeuropéenne.

14Les membres de l’ERT tissent également un solide réseau de relations avec les leaders politiques nationaux auxquels ils présentent leur projet pour un marché unique. Les contacts politiques sont particulièrement étroits en France, où P. Gyllenhammar et les membres français de l’ERT insistent auprès du président François Mitterrand et de son gouvernement sur l’importance d’une initiative industrielle d’envergure européenne. De grands dirigeants comme Roger Fauroux, Olivier Lecerf et Antoine Riboud font remarquer à François Mitterrand et à ses proches conseillers combien la réussite de l’expérience socialiste en France dépend en partie du succès des entreprises françaises sur les marchés mondiaux (Giesbert, 1990, pp. 189-190).

15En janvier 1985, las de l’inaptitude des divers gouvernements et de la Commission à élaborer un programme concret pour le Marché unique, Wisse Dekker, PDG de Philips, expose son propre plan, « Europe 1990 », à Bruxelles, devant un vaste auditoire. Ce projet comporte quatre étapes clés, en vue de la création d’un marché unique en cinq ans. La première consiste dans la suppression des formalités douanières, de façon à stimuler les échanges commerciaux. La seconde est l’ouverture des marchés publics à la concurrence étrangère. Les deux dernières étapes sont l’harmonisation des normes techniques et de la fiscalité (la TVA). La proposition de Wisse Dekker est également adressée aux chefs d’État et de gouvernement européens, appelés à réagir. Bientôt, l’ERT avalise publiquement le projet « Europe 1990 » et en fait la pièce maîtresse de son programme de travail. De l’avis de plusieurs observateurs de Bruxelles, le texte de Wisse Dekker a constitué un schéma directeur pour le Livre blanc sur le Marché unique que la Commission européenne publiera six mois plus tard.

16Après la signature, en février 1986, de l’Acte unique européen, qui prévoit l’achèvement du marché intérieur pour fin 1992, les membres de l’ERT ne se satisfont pas complètement de l’acceptation du Livre blanc par les gouvernements européens. Les industriels ont quelques doutes sur la capacité des politiques à aller jusqu’au bout de leur engagement. C’est pourquoi l’ERT constitue alors un groupe chargé de veiller à la mise en œuvre effective du projet. Les chefs d’entreprise font clairement savoir aux membres des divers gouvernements que, si le projet de marché unique ne progressait pas, les firmes européennes seraient tentées de réaliser leurs investissements – et de créer des emplois – ailleurs qu’en Europe (Cowles, 1995, p. 519).

17Au milieu de l’année 1988, les dirigeants de la Communauté et des gouvernements européens peuvent se féliciter car le programme du Marché unique semble progresser, et reconnaissent volontiers le rôle joué par les grandes entreprises. Jacques Delors, alors président de la Commission, l’exprime clairement : « les acteurs économiques ont beaucoup compté [dans le projet de 1992] ; ils sont pour une bonne part dans sa concrétisation » (Krause, 1992, p. 86).

Conclusions

18L’influence politique de l’ERT au sein du marché est claire et elle ne s’arrête pas avec l’avènement du Marché unique ; à maints égards, elle n’a fait que commencer à ce moment-là. Aujourd’hui, les entreprises se rendent compte que le projet de Marché unique n’est pas encore intégralement mis en œuvre. Tout en continuant de se faire les champions de l’instauration d’un marché européen unifié, les grandes entreprises cherchent de nouveaux moyens – surtout le processus de Lisbonne pour renforcer encore leur environnement à l’échelle continentale.

19L’organisation des multinationales au niveau européen dans les années 1980 a conduit à une accentuation de la régionalisation. Les grandes firmes ont œuvré activement au projet de Marché unique et développé des relations nouvelles avec les institutions communautaires. Au nom de la compétitivité internationale, elles ont ardemment défendu le développement des programmes d’infrastructure communautaires, la réflexion sur la compétitivité et sur l’union monétaire. Chemin faisant, elles ont développé une identité proprement européenne. Aujourd’hui, elles considèrent la régionalisation non comme une attitude d’opposition à la mondialisation, mais comme un moyen pour relever les défis économiques globaux.

Bibliographie

Cowles, Maria Green (1996), « Business Means Europe. Who Built the Market? », in Martin Bond, Julie Smith et William Wallace (éd.), Eminent Europeans, Greycoat Press, Londres, pp. 192-202.

Cowles, Maria Green (1995), « Setting the Agenda for a New Europe: the ERT and EC 1992 », Journal of Common Market Studies, vol. 33, nº 4, décembre 1995, pp. 501-526.

Giesbert, Franz-Olivier (1990), Le Président, Le Seuil, Paris.

Greenwood, Justin et Karsten, Ronit (1992), « Established and Emergent Sectors: Organization Interest at the European Level in the Pharmaceutical Industry and the New Biotechnologies », in Justin Greenwood, Jurgen R. Grote et Karsten Ronit (éd.), Organised Interests and the Europe Community, Sage, Londres, pp. 69-98.

Krause, Axel (1992), Inside the New Europe, Harper Collins, New York.

Le Franc, Jean-Daniel (1983), Industrie, le péril français, Le Seuil, Paris.

Peterson, John (1993), High Technology and the Competitive State, Routledge, Londres/New York.

Rowley, Anthony (1974), The Barons of European Industry, Holmes and Meier, New York.

Sandholtz, Wayne (1992), High-Tech Europe: the Politics of International Cooperation, University of California Press, Berkeley/Los Angeles.

Sandholtz, Wayne et Zysman, John (1989), « Recasting the European Bargain », World Politics, vol. 42, octobre, pp. 5-128.

Weber, Henri (1986), Le parti des patrons : le CNPF, 1946-1990, Le Seuil, Paris.

Notes

1 Programme européen stratégique pour la recherche et le développement dans l’informatique.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Membres de l’European Round-Table of Industrialists (avril 1983)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/4735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 583k

Auteur

Doyen associé du département international de l’American University (Washington). Ses recherches portent sur : les activités politiques des firmes multinationales dans l’Union européenne, le dialogue transatlantique, et l’impact de l’Union européenne sur les états membres. Elle a publié : Developments in the European Union, M. Green Cowles, D. Dinan. (dir.), Palgrave, 2004 ; Transforming Europe: Euro-peanization and Domestic Political Change, M. Green Cowles, J. Caporaso, and T. Risse (dir.), Cornell University Press: 2001; The State of the European Union: Risks, Reforms, Resistance or Revival? Volume Five, M. Green Cowles, M. Smith (dir.), Oxford University Press, 2001; « Setting the Agenda for a New Europe: The ERT and EC 1992 », Journal of Common Market Studies, 33, 4, December 1995: 501-526.; « The Rise of the European Multinational », International Economic Insights, IV, 4 July/August, 1993. ; « The European Round Table of Industrialists » in D. Dinan (dir.)., Encyclopedia of the European Union, Boulder, 1998.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search