Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’économie française dans la compétition internationale au XXe siècle

 | 
Maurice Lévy-Leboyer

Troisième partie. La réouverture aux échanges depuis les années soixante

L’internationalisation des entreprises françaises durant les années soixante : le cas des relations avec l’Allemagne fédérale

Jean-François Eck

Texte intégral

  • 1 Elle devance l’Algérie dans l’ensemble des exportations et des importations dès 1956, puis, après u (...)

1Les années soixante ont été marquées par une profonde transformation des rapports économiques franco-allemands. C’est pendant cette période que l’Allemagne fédérale devient véritablement le partenaire principal de la France. Elle s’installe en tête dans le commerce extérieur1. Elle se place au cinquième rang pour les investissements directs, tant en ce qui concerne la provenance que la destination. Elle œuvre avec la France à la construction de l’Europe, même si ses dirigeants n’en ont pas toujours la même conception que leurs homologues français. Mais cette importance de l’Allemagne au niveau macroéconomique se retrouve-t-elle dans les relations entre les entreprises ? Les années soixante occupent-elles à cet égard une place privilégiée ou ne font-elles que suivre une tendance préexistante ?

2De fait, les rapports entre entreprises de part et d’autre du Rhin ont toujours été intenses, tant sur le plan commercial que financier ou technologique, quelle que soit la période considérée. Le débouché allemand est essentiel pour de nombreuses firmes françaises, qu’elles y vendent du minerai de fer, des articles textiles, des vins ou des liqueurs, tandis que l’Allemagne est pour elles un fournisseur privilégié en machines, produits intermédiaires, combustibles. Financièrement, plusieurs groupes français ont pris des participations ou créé des filiales en Allemagne dès le début du XIXe siècle, dans des secteurs aussi divers que l’industrie du verre, les charbonnages, les matériaux de construction, le textile. Réciproquement, les capitaux allemands occupent d’importantes positions en France, dans la sidérurgie, la chimie, la construction mécanique et électrique. Quant aux relations technologiques, leur intensité ressort des nombreuses transactions qui se nouent entre les entreprises, passant les unes avec les autres de fréquents accords portant sur l’achat de brevets ou l’octroi de licences d’exploitation, dans tous les domaines ressortant de la première ou de la seconde industrialisation.

3Dans de telles conditions, ne doit-on pas relativiser l’importance des années soixante ? Ne représentent-elles qu’une étape dans un phénomène qui se poursuit tout au long du siècle, indépendamment des transformations générales du contexte politique et économique, et qui tisse entre les entreprises des deux pays des liens de plus en plus étroits ? Pour fournir des éléments de réponse à cette question, nous montrerons d’abord comment l’Allemagne fédérale contribue, durant cette décennie, à l’ouverture sur l’extérieur des entreprises françaises. Puis nous analyserons la spécificité des relations qui s’établissent entre elles et leurs homologues allemandes. Enfin, nous soulignerons les limites d’un processus qui, à la fin des années soixante, ne donne à l’Allemagne fédérale qu’une place encore modeste dans l’internationalisation des entreprises, renvoyant à plus tard le moment où elle exercera sur lui une influence décisive.

4Durant les années soixante, l’Allemagne fédérale contribue de plusieurs manières à l’internationalisation des entreprises françaises. Elle représente pour elles à la fois un débouché commercial et un champ d’investissement d’importance croissante. Elle les incite à adopter des procédés de fabrication et des technologies d’origine étrangère. Elle les conduit à transformer leurs structures, en un sens souvent bénéfique à leur présence internationale.

  • 2 « Étude relative au marché allemand », réalisée par P. Chemel, représentant en Allemagne d’UFALEX ( (...)

5Le débouché commercial allemand revêt pour toutes sortes d’entreprises françaises une importance nouvelle. Longtemps, pour écouler leurs produits sur le marché allemand, celles-ci passaient par les circuits traditionnels des firmes de négoce, représentants multicartes ou agents commerciaux indépendants. Désormais, elles créent leurs propres réseaux, souvent en prenant le contrôle des firmes auxquelles elles confiaient leurs intérêts. Le groupe Pechiney, par exemple, constatant en 1967 qu’il ne détient encore que 5 % du marché allemand des demi-produits en aluminium, se fixe pour objectif d’y vendre « non plus […] 2 000 tonnes par an, mais 10 000, puis 20 000 et 50 000 tonnes dans les années à venir », de manière à atteindre à la fin des années soixante-dix une part de 15 %, ce qui ferait de l’Allemagne, derrière l’Italie, mais avant le Royaume-Uni, son deuxième débouché en Europe2. Le moyen consiste à prendre une participation importante dans le capital de MEHAKO (Metall Halbzeug Kontor), la firme de négoce de Düsseldorf qui représentait les intérêts de Pechiney outre-Rhin. En plusieurs étapes, celle-ci devient Pechiney Aluminium Halbzeug GmbH, une filiale détenue par Pechiney, par l’intermédiaire de Cegedur, dans une proportion de 75 %.

6De même, au début des années soixante, un groupe comme L’Air Liquide qui avait longtemps paru se désintéresser du marché allemand, n’y possédant qu’un modeste bureau de représentation à Düsseldorf, cherche à y vendre de l’oxygène, indispensable aux nouvelles techniques de fabrication de l’acier, de l’acétylène et de l’argon destinés aux opérations de soudage, à installer des réseaux de conduites et des appareils de liquéfaction. À cet effet, il créée plusieurs filiales qui, à partir de 1965, sont regroupées sous le nom de DALE (Deutsche L’Air Liquide Edelgas GmbH), elle-même fusionnée en 1972 avec la filiale d’un groupe suédois établi à Hambourg, AGA-Aktiebolag. Tous ces efforts cherchent à atteindre le même but : une part notable, de l’ordre de 15 à 20 %, du marché allemand des gaz industriels.

  • 3 Voir sur elle l’ouvrage récent de Horst Möller, Saint-Gobain in Deutschland von 1853 bis zur Gegenw (...)
  • 4 Fichiers de participations des VEGLA pour 1959 et 1969, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/226-2 (...)

7En tant que champ d’investissement, l’Allemagne fédérale est une destination que choisissent de plus en plus souvent les entreprises françaises pour leurs grandes opérations tout au long des années soixante, y créant ou y rachetant des unités de production. C’est d’abord le cas de celles qui possèdent en Allemagne une expérience séculaire. Ainsi, la Compagnie de Saint-Gobain, présente outre-Rhin depuis le milieu du XIXe siècle, y a regroupé tous ses avoirs dans une seule succursale, les VEGLA (Vereinigte Glaswerke), sises à Aix-la-Chapelle3. Au début des années soixante, cellesci gèrent directement quatre usines et possèdent des participations majoritaires dans sept entreprises industrielles seulement, auxquelles on peut joindre les Verreries de Saint-Ingbert, demeurées à l’extérieur des VEGLA, compte tenu du statut douanier particulier du territoire sarrois. Dix ans plus tard, si le nombre d’usines est resté inchangé, celui des participations industrielles a pratiquement doublé. Il s’agit désormais de treize entreprises, parmi lesquelles figure l’un des plus importants fabricants de matériaux isolants du pays, la firme Grünzweig und Hartmann, rachetée en 1961. En prix courants, la valeur du capital industriel détenu par Saint-Gobain en Allemagne a été multipliée par 3,3. En termes de pouvoir d’achat, elle l’a été par 2,84.

8Occupant dans leurs usines 4 500 salariés, plus de 18 000 si l’on tient compte des filiales qu’elles contrôlent, les VEGLA ont conforté de manière décisive leur position sur le marché allemand durant la décennie.

9Mais des entreprises qui, jusqu’alors, s’étaient montrées peu actives sur le sol allemand rejoignent les précédentes pour procéder, elles aussi, durant cette période, à de grands investissements. Elles appartiennent à des secteurs différents de ceux qui, traditionnellement, servaient de points d’ancrage à la présence française. Dans la construction mécanique, Poclain ouvre une usine à Gross Gerau, près de Darmstadt. Dans l’industrie du pneumatique, Michelin, qui avait dû mettre en sommeil son usine de Karlsruhe, créée à la veille de la crise des années trente, la réactive et la complète par d’autres unités de production, à Bad Kreuznach, près de Mayence, mais aussi à Bamberg, Trèves, Hambourg. Dans le matériel de bureau et l’électronique, la Compagnie des machines Bull s’établit à Cologne en 1960 et prend une participation dans le capital des Wanderer Werke… Pénétration commerciale et implantation financière se complètent. Parfois, la première précède la seconde : peu après avoir filialisé sa distribution en Allemagne, Pechiney ouvre en 1969 à Crailsheim, dans le Wurtemberg, une usine de filage d’aluminium. D’autres fois au contraire, elle la suit : après avoir pris en 1967 une participation dans le holding Dahlbusch, la DELOG (Deutsche Libbey Owens Gesellschaft), filiale allemande des Glaces de Boussois, contrôle la DETAG (Deutsche Tafelglas AG), puis fusionne avec elle sous le nom de Fachglas, ce qui lui permet de devenir l’un des principaux acteurs sur le marché allemand du verre plat.

  • 5 Dossier « Procédé Ziegler », 1954-1959, Archives Pechiney, 001-14-20465.
  • 6 Note de Simon Lazard, ingénieur-conseil à L’Air Liquide et gérant de la DALE, à Jean-Tony Jenn, res (...)

10Pour les entreprises françaises, l’Allemagne fédérale joue aussi un rôle non négligeable sur le plan technologique. Durant les années soixante, elle les incite à adopter des procédés de fabrication et à mettre en œuvre des innovations d’origine étrangère. Tout comme elle le fait depuis la fin du XIXe siècle, elle reste pour elles une importante source de progrès technique. Beaucoup de brevets et de licences d’exploitation, le plus souvent assortis de clauses d’exclusivité, continuent à être achetés en Allemagne. Dans l’industrie chimique par exemple, se poursuit le mouvement qui place les entreprises françaises dans l’orbite, et parfois sous la dépendance, de leurs voisines. Les capacités d’innovation des grands konzerns sont loin d’avoir disparu après la seconde guerre mondiale, y compris dans les domaines les plus récents de la pétrochimie. Les groupes français s’y montent très attentifs. Par exemple, en 1955, Pechiney, qui consacre alors une part importante de son activité aux produits chimiques, acquiert auprès d’Oelefinchemie la licence exclusive d’un procédé de polymérisation de l’éthylène à basse pression, mis au point par un ancien membre de l’équipe de recherche d’IG Farben et futur prix Nobel de chimie, Karl Ziegler. Après quatre années d’efforts pour mettre au point industriellement le procédé, elle devient ainsi productrice de polyéthylène, faisant fabriquer ce produit dans la raffinerie possédée à Lavéra par sa filiale Naphtachimie5. Plus généralement, entre les firmes françaises et allemandes de l’industrie chimique, les contacts sont suivis et permanents, allant jusqu’à prendre parfois une allure quasi institutionnelle. Les dirigeants de la BASF décrivent ainsi leurs rapports avec L’Air Liquide dans les recherches sur la technologie de l’acétylène comme étant « tellement imbriqué [e] s que BASF ne pourrait pas envisager de les exploiter en dehors de L’Air Liquide »6.

11Mais les foyers d’innovations techniques se déplacent à travers le monde. Durant les Trente Glorieuses, l’Allemagne fédérale se trouve parfois distancée par les technologies mises au point ailleurs, et notamment dans les pays anglo-saxons. Son rôle pour les entreprises françaises ne s’en trouve pas pour autant remis en cause. Il s’exerce désormais de manière indirecte : l’innovation étrangère adoptée par les entreprises françaises est d’origine britannique ou américaine, mais c’est pour en doter des établissements situés en Allemagne qu’elles en font l’acquisition.

12C’est en particulier la stratégie suivie par la Compagnie de Saint-Gobain. Celle-ci teste dans ses usines allemandes les innovations qu’elle acquiert en Grande-Bretagne et aux États-Unis, avant de procéder à leur implantation en France. Le float glass, dont elle acquiert la licence auprès du groupe britannique Pilkington en 1963, après moult hésitations, est d’abord installé dans les glaceries allemandes des VEGLA, ainsi que dans celle de Pise, en Italie, trois ans avant d’être mis en route dans les usines françaises. La fibre de verre, produite dans l’usine d’Herzogenrath, près d’Aix-la-Chapelle, est fabriquée selon le procédé américain Owens, substitué au procédé allemand Hager qui était naguère en usage. Le verre pressé et coulé est produit à Mannheim-Waldhof dans de nouveaux modèles de cuves, les day-tanks, déjà employées par la Compagnie dans sa glacerie belge de Franière.

  • 7 Lettres de Pierre Single, directeur d’Halberger Hütte, et d’Hubert Cousin, représentant de Pontà-Mo (...)

13L’installation en Allemagne fédérale de technologies anglo-saxonnes permet aussi aux entreprises françaises de rattraper un retard que leurs filiales allemandes ont accumulé de manière parfois inquiétante depuis la fin de la guerre. La Compagnie de Pont-à-Mousson possède ainsi en Sarre une fonderie, Halberger Hütte, où, au milieu des années cinquante, la coulée des tuyaux se fait encore par moulage vertical, le procédé Sensaud de Lavau n’y étant rentré en application que longtemps après les usines françaises. En 1956, pour moderniser sa filiale sarroise, elle acquiert aux États-Unis un nouveau procédé de centrifugation, le procédé Monocast. Le prix en est très élevé, puisqu’il faut débourser au comptant la somme de 100 000 dollars et s’engager à verser pendant quatorze années des redevances fixées à 1 dollar la tonne. Mais, comme l’écrivent les dirigeants eux-mêmes, cet effort est indispensable pour soutenir la concurrence des autres producteurs allemands de tuyaux de fonte7.

14Vecteur de progrès technique, directement ou indirectement, l’Allemagne fédérale amène aussi les entreprises françaises à accomplir des mutations structurelles qui les transforment peu à peu, de manière souvent bénéfique à leur présence internationale.

15Elle leur permet d’abord de faire l’apprentissage de la multinationalisation. Une autre communication étant consacrée à cet aspect, nous le laisserons ici délibérément de côté. Elle les incite ensuite à rompre leur isolement et à conclure avec leurs homologues d’outre-Rhin des associations, souvent sous forme de joint-ventures conçues sur un pied d’égalité. Les années soixante en donnent de nombreux exemples, tout particulièrement dans deux secteurs privilégiés. Le premier est celui de l’industrie chimique. On peut citer la fondation en 1958 de la Société anonyme de dispersions plastiques, une filiale commune de la Compagnie française de matières colorantes et de la BASF, en 1959 de PBU (Progil-Bayer-Ugine), en 1966 d’Oxochimie, qui associe Naphtachimie, Hoechst et Ruhrchemie, et de Cochimé (Compagnie chimique de la Méditerranée), qui regroupe Shell-France et la BASF. Le deuxième secteur privilégié est celui du matériel d’armement qui voit, entre autres, l’association des firmes Nord-Aviation et Bölkow, Avions Marcel Dassault et Dornier, De Dietrich et Eisenwerke Kaiserslautern. D’autres secteurs encore sont concernés par le phénomène, comme la construction électrique et électronique (accords Thomson-Houston-Telefunken en 1959, CSF-Grundig en 1966, Compagnie française de télévision-AEG en 1968), ou la construction automobile, avec la fondation en 1967 de la Compagnie européenne de moteurs rotatifs par Citroën et NSU (Neckars-ulmer Motorenwerke).

16Les relations avec l’Allemagne fédérale poussent aussi les entreprises françaises à l’adoption de stratégies plus agressives qui leur sont utiles pour la conquête de débouchés à l’étranger. Un exemple caractéristique est fourni là encore par Pechiney. Longtemps voué au culte du produit techniquement parfait, le groupe se convertit progressivement au cours des années soixante aux impératifs commerciaux. Il y est incité notamment par ses ambitions sur le marché allemand qui s’étendent peu à peu à d’autres marchés. Pechiney remporte dans ce domaine des succès qui paraissent si remarquables qu’ils sont récompensés en 1967 par un Oscar de l’exportation, décerné à UFALEX (Union des exportateurs français de demi-produits en aluminium), ancien comptoir de vente des producteurs français d’aluminium devenu, par suite des concentrations intervenues dans le secteur, la direction des ventes de Cegedur à l’étranger.

  • 8 Compte rendu d’une visite de Pierre Bruneton, directeur général, et d’autres cadres dirigeants de L (...)

17Au contact de l’Allemagne enfin, les entreprises françaises envisagent de plus en plus souvent des regroupements leur procurant des chances supplémentaires dans la compétition internationale. Les réalisations sont certes souvent différées et l’on en reste fréquemment au stade du projet. La tendance n’en est pas moins significative et c’est l’Allemagne fédérale qui fournit l’occasion de cette ouverture d’horizon. Dès 1957, au cours de réunions communes avec les producteurs allemands de gaz industriels, les dirigeants de L’Air Liquide attirent l’attention « sur le danger que représente la société [américaine] Air products, dirigée par M. Pool […], très actif et déjà installé en Grande-Bretagne, [qui] a pris de nombreux contacts en Europe ». En 1964, ils tentent de convaincre leur principal partenaire en Allemagne fédérale, la société Linde, d’« organiser une défense commune des oxygénistes européens ». Peu après, ils concluent un accord avec Hoechst, qui possède une filiale dans le secteur des gaz industriels. Les deux groupes prévoient de se consulter à intervalles réguliers, « en raison de l’entrée massive de grandes sociétés américaines sur le marché des gaz dans le continent européen »8. Enfin, en 1967-1969, L’Air Liquide cherche à profiter de l’affaiblissement temporaire de Linde pour en prendre le contrôle, envisageant même de lancer contre elle une OPA hostile avec l’appui de la BASF. Chez les entreprises françaises en relations avec l’Allemagne fédérale, les « grandes manœuvres » se multiplient à la fin des années soixante. Tout suggère que l’intensification des relations avec ce pays transforme peu à peu les stratégies entrepreneuriales, tout comme elle incite à multiplier les efforts commerciaux, développer les implantations, moderniser les fabrications.

18Les relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne fédérale sont donc intenses et multiples. Mais peut-on pour autant les qualifier de spécifiques ? Ne résultent-elles pas de phénomènes très généraux comme la construction européenne ? Et la réouverture à la compétition internationale observée durant les années soixante ne s’explique-t-elle pas autant, sinon davantage, par les rapports entretenus avec les entreprises situées dans d’autres pays développés, les États-Unis en tout premier lieu, plutôt que par ceux qui s’établissent avec des partenaires allemands ?

  • 9 En huit ans, de 1958 à 1966, le déficit franco-allemand pour les feuilles et bandes minces d’alumin (...)

19De fait, il n’est que trop évident qu’à partir de 1959 c’est la construction européenne qui sous-tend le développement des relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne fédérale. Pour elles, il s’agit moins de développer les rapports avec des partenaires d’outre-Rhin que de faire face à une situation nouvelle née de la disparition des contingentements, de l’abolition des droits de douane et de la libération des mouvements de capitaux entre les Six. Ce n’est évidemment pas un hasard si les mises en garde adressées par les dirigeants de L’Air Liquide à leurs collègues allemands contre l’arrivée en Europe des capitaux américains coïncident à quelques mois près avec la signature du traité de Rome. Ce n’est pas un hasard non plus si l’accentuation des efforts à l’exportation en Allemagne fédérale d’un groupe comme Pechiney se fait à la fin des années soixante, au moment de la réalisation définitive de l’union douanière à l’intérieur de la CEE. Pour les dirigeants, les ventes accrues de profilés, de plaques et de tôles d’aluminium sur le marché allemand doivent compenser les difficultés rencontrées sur un marché intérieur français de plus en plus pénétré par les importations d’autres catégories de produits comme les feuilles et bandes minces d’aluminium, dont les usages sont divers et en forte expansion, de l’emballage des aliments au traitement des surfaces dans l’industrie, en passant par la couverture dans le bâtiment9. Davantage que l’approfondissement des relations économiques avec l’Allemagne fédérale, ce sont donc les progrès de la construction européenne qui incitent les entreprises françaises à s’internationaliser davantage.

  • 10 Voir en dernier lieu Dominique Barjot, Isabelle Lescent-Giles, Marc de Ferrière Le Vayer, Matthias (...)
  • 11 Voir sur ce point les analyses de Giuliana Gemelli (dir.), The Ford Foundation and Europe (1950’s-1 (...)

20De même, leurs rapports avec des entreprises situées dans d’autres pays développés, et d’abord aux États-Unis, semblent beaucoup plus décisifs pour comprendre ce mouvement que ceux noués avec des partenaires allemands. De nombreuses recherches ont souligné l’importance des contacts avec les entreprises américaines, qu’il s’agisse du renouvellement des méthodes de gestion, de la transformation des structures d’organisation, de la mise au point de produits nouveaux ou de procédés nouveaux de fabrication10. En ce domaine au contraire, les relations avec l’Allemagne fédérale représentent parfois davantage un obstacle qu’un encouragement à l’effacement des spécificités nationales et à l’internationalisation. Dans la gestion des entreprises par exemple, le patronat allemand témoigne, bien plus qu’en France, de fortes réticences envers les méthodes managériales américaines. Profondément différentes de la Betriebswirschaftslehre (science de l’administration des entreprises) enseignée dans les universités allemandes, elles heurtent les habitudes de dirigeants accoutumés à voir dans la spécialisation acquise dans l’entreprise la meilleure voie d’accès aux responsabilités et non dans la connaissance de techniques commerciales, comptables ou financières de portée universelle. Aussi ne se diffusent-elles outre-Rhin que lentement, à travers les séminaires de formation organisés par des chefs d’entreprise novateurs, alors qu’elles ont déjà pénétré l’enseignement supérieur français, notamment celui dispensé par les écoles consulaires11.

  • 12 Procès-verbal du conseil de surveillance, 25 mars 1969, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 566.

21Les relations sociales en vigueur en Allemagne fédérale obéissent aussi à des principes très éloignés de ceux en vigueur dans les autres pays industrialisés. Fondées sur une conception de l’entreprise en tant que communauté de travail, cherchant à établir un consensus entre patrons et ouvriers, elles s’opposent tant à l’affrontement qui caractérise les pays latins qu’à la négociation collective entre partenaires aux intérêts divergents présente dans le monde anglo-saxon. Des institutions telles que la cogestion n’ont pas leur équivalent ailleurs. Les entreprises françaises présentes en Allemagne fédérale en font l’expérience dans leurs établissements. Or, abandonnant les appréhensions qu’ils nourrissaient initialement à son égard, leurs dirigeants se montrent souvent sensibles à ses vertus. À Halberger Hütte par exemple, où la Compagnie de Pont-à-Mousson avait d’abord cherché à se soustraire à cette législation, le conseil de surveillance constate à la fin des années soixante que les représentants élus du personnel, loin d’être une gêne pour la direction de l’entreprise, constituent pour elle un « apport constructif »12.

22Il est donc possible de soutenir que les relations avec l’Allemagne fédérale n’ont qu’une portée secondaire dans le mouvement d’internationalisation qui affecte les entreprises françaises durant les années soixante, voire même qu’elles contribuent à freiner celui-ci, en les tenant éloignées du modèle américain. Toutefois, d’autres arguments, à tout prendre plus solides, incitent à considérer que ces relations, par leur spécificité, sont bien un facteur original et décisif d’internationalisation.

  • 13 Étude sur les relations commerciales franco-allemandes réalisée par la Fédération de la soierie, ad (...)
  • 14 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à (...)

23Il s’agit d’abord d’un phénomène ancien, enraciné, on l’a vu, depuis plus d’un siècle dans les rapports économiques entre les deux pays. À cet égard, une profonde continuité s’observe, quelle que soit la période envisagée. Certes, à partir du début des années soixante, interviennent de nouvelles entreprises qui ne manifestent qu’alors leur intérêt pour les relations avec des partenaires allemands. Pourtant, beaucoup le faisaient déjà lors des années antérieures et ce n’est que très artificiellement que l’on peut établir une coupure autour de cette date. Dès les lendemains de la guerre en effet, plusieurs entreprises multiplient les initiatives pour retrouver leur place traditionnelle sur le marché allemand et renouer avec l’avant-guerre, voire avec la période antérieure au nazisme. C’est le cas notamment de celles appartenant à des secteurs comme l’industrie textile et la confection, la parfumerie, l’agroalimentaire. Les fédérations professionnelles observent attentivement les progrès du niveau de vie de la population allemande, à l’affût d’une demande qui se reconstitue rapidement, tant pour les articles courants vendus « à une population laborieuse au pouvoir d’achat réduit » que pour les produits de luxe destinés aux ménages aisés qui souhaitent « retrouver ce goût français qu’ils apprécient tant et dont ils furent privés pendant de longues années »13. Les investissements directs en Allemagne fédérale reprennent également de bonne heure, sitôt levés outre-Rhin les dispositifs du contrôle des changes interdisant le transfert de fonds entre filiales et maisons mères situées à l’étranger. Le plus gros investissement direct réalisé par la France en Allemagne fédérale au cours des années 1945-1969 a lieu en 1954. Il s’agit du rachat par un consortium de dix groupes sidérurgiques d’un grand charbonnage de la Ruhr, Harpener Bergbau. La continuité avec le passé est ici évidente car, introduites avant 1914 sur le marché boursier parisien, les actions de ce même charbonnage figuraient déjà parmi les valeurs allemandes les plus appréciées des capitalistes français14.

  • 15 Sur cette affaire, d’importants renseignements se trouvent dans les archives de la SAIC, conservées (...)

24Quant aux relations technologiques, elles sont tout aussi précoces, comme le montre le cas d’une firme de Mulhouse, la SAIC (Société anonyme d’industrie cotonnière). Cherchant à se diversifier vers la production des textiles artificiels, elle prend en 1947 le contrôle d’une entreprise sise dans la partie du Wurtemberg occupée par la France, la Schwäbische Zellstoff, qui fabrique une pâte de cellulose propre aux usages textiles, grâce à un procédé mis au point par les chimistes allemands dans le cadre du plan de quatre ans. La SAIC l’utilise pour organiser un véritable transfert de technologie, au profit d’une unité de production construite dans la vallée de la Seine, à Alizay, non loin de Rouen. Certes, l’initiative tourne court car, gênée par la récession qui frappe l’industrie cotonnière, la SAIC doit bientôt céder la propriété d’Alizay à un autre groupe textile. Puis l’usine devient, après diverses péripéties, filiale d’un groupe papetier multinational qui abandonne la fabrication de pâte de cellulose à usage textile15. Il reste que cet exemple paraît caractéristique de l’importance prise par l’Allemagne fédérale dans les stratégies de certaines entreprises françaises dès les années cinquante, car d’autres cas existent, dans les domaines les plus divers, allant de la chimie à la construction mécanique et des produits de base aux fabrications aérospatiales.

  • 16 Le Printemps possède la majorité de la firme Passage Kaufhaus AG. Images et Son (groupe Floirat) co (...)
  • 17 À titre d’exemple, les Verreries de Saint-Ingbert se heurtent de la part des producteurs allemands (...)

25Un autre trait spécifique des relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne est le poids exercé sur elles par les conditions géopolitiques. Beaucoup d’initiatives concernent ainsi les régions situées non loin de la frontière. Présentant des conditions particulièrement propices au développement de la présence française, la zone d’occupation accordée à la France recueille à elle seule en 1948 30 % du total des capitaux investis. Quant à la Sarre, enjeu de toute première importance dans les rapports bilatéraux jusqu’à la fin des années cinquante, elle occupe une place fondamentale dans la stratégie allemande des entreprises françaises. Jusqu’en 1959, elle est isolée du reste de l’Allemagne par un cordon douanier et rattachée à l’espace économique français. Elle constitue pour les entreprises un important débouché commercial. La population y bénéficie d’un pouvoir d’achat élevé, longtemps supérieur à celui du reste de l’Allemagne, et achète volontiers des articles français. C’est ce qui explique l’implantation de grands magasins parisiens, de firmes audiovisuelles, d’entreprises de négoce16, ainsi que celle de sociétés financières et de banques contrôlées par des capitaux français. La DIAC (Diffusion industrielle et automobile par le crédit), filiale de la Régie Renault, crée Saarfinanz dès 1949. Le CIAL (Crédit industriel d’Alsace et de Lorraine) s’associe au CIC et à la Société nancéenne de crédit industriel pour fonder le Crédit sarrois. Quant aux implantations industrielles, elles ressortent de toutes sortes de secteurs : sidérurgie (Pont-à-Mousson, Forges et aciéries de la Marine), industrie du verre (Saint-Gobain), matériel d’équipement (Manurhin), industrie agroalimentaire (Lesieur), chimie (Nobel-Bozel). Leur production est parfois destinée au marché français, lorsqu’il s’agit de filiales ateliers, fabriquant en Sarre à meilleur compte que sur le territoire national. Saralsa, filiale commune de la SCPA (Société commerciale des potasses d’Alsace) et des Aciéries de Völklingen, mélange ainsi la potasse et les scories de déphosphoration pour produire des engrais composés vendus essentiellement aux agriculteurs français. Le plus souvent cependant, la production est écoulée sur le marché sarrois. Quant à la part vendue en Allemagne fédérale, elle est généralement faible, du fait de l’existence du cordon douanier et de l’hostilité des producteurs allemands à toute concurrence française faite par territoire sarrois interposé17. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la Sarre ne sert donc de base de départ pour la conquête du marché allemand que dans des proportions réduites.

  • 18 Déclaration d’Alfred Ourbak, directeur général, au conseil de surveillance de la SCPA, 22 octobre 1 (...)

26À partir de 1959, le rattachement économique au territoire allemand ne remet pas fondamentalement en cause son importance dans les stratégies entrepreneuriales. Certes certaines entreprises préfèrent céder leurs avoirs en Sarre. La SCPA par exemple revend sa part dans Saralsa aux Aciéries de Völklingen, à un prix jugé par ses dirigeants « parfaitement compatible avec l’évolution des cours [de la potasse] ». Elle liquide ainsi à bon compte son unité de production, d’autant plus qu’elle bénéficie d’un régime avantageux pour l’admission temporaire en France des scories de déphosphoration sarroises18. Mais la plupart des entreprises installées en Sarre y demeurent présentes. Elles sont d’ailleurs rejointes par de nouvelles venues, comme Peugeot qui ouvre une filiale commerciale à Sarrebruck en 1967 ou la Compagnie française des pétroles, qui s’associe à Antar, aux Houillères du bassin de Lorraine et aux Saarbergwerke pour créer la raffinerie de Klarenthal en 1965.

  • 19 Voir sur elle l’important ouvrage de Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes de (...)

27Phénomène aux origines anciennes, marqué par l’importance des considérations géopolitiques, les relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne fédérale sont enfin spécifiques du fait de l’intérêt qu’y attachent les pouvoirs publics. Le développement des rapports économiques entre les deux pays n’est pas un fait indifférent, analogue à ce que l’on pourrait observer avec d’autres pays étrangers. De multiples raisons attirent sur lui l’attention du monde politique et administratif. Qu’elle soit motivée par le désir de revanche, la volonté de réconciliation avec l’ancien occupant ou les deux à la fois, la politique française à l’égard de l’Allemagne fédérale voit dans l’économie un moyen décisif d’atteindre ses objectifs19.

  • 20 Lettre à Paul Leroy-Beaulieu, conseiller économique et financier en Allemagne, 27 août 1950, Archiv (...)
  • 21 Lettre à Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, 7 novembre 1953, ibid., AAA 1389/2.

28Durant la période 1945-1958, ce thème est présent chez tous les responsables. Certains, comme Albert Bureau, directeur de la sidérurgie au ministère de l’Industrie et du Commerce, puis délégué français au Groupe de contrôle de l’acier, poussent les grands groupes sidérurgiques français à développer leurs exportations d’acier vers l’Allemagne, pour rentabiliser les installations de laminage qu’ils ont mis en place dans le cadre du plan Monnet et pour que « la Lorraine recommence à approvisionner le marché allemand, comme elle le faisait avant 1914 et comme cela était d’ailleurs prévu dans le traité de Versailles »20. D’autres, comme l’ambassadeur André François-Poncet, les pressent d’acquérir des charbonnages en Allemagne et de « ne pas laisser passer sans agir le moment où [elles] peuvent conclure avec leurs partenaires allemands, dans de bonnes conditions, des accords assurant à leurs usines des matières premières ou des débouchés en tout état de la conjoncture »21. Plus généralement, toutes les initiatives regroupant les intérêts français et intensifiant les relations avec l’Allemagne fédérale sont systématiquement encouragées. Ce sont d’ailleurs les pouvoirs publics eux-mêmes, et non pas les milieux patronaux, qui sont à l’origine de la création en 1955 de la Chambre officielle de commerce franco-allemande (COCFA) dont le nom même souligne la dépendance face à l’administration et qui joue un rôle non négligeable dans le développement des échanges bilatéraux.

  • 22 Lettre de Jean Marcou, président de la COCFA, à Henri Courbot, président de la Chambre de commerce (...)
  • 23 Lettre de Philippe Rouvillois, membre du cabinet de Michel Debré, à Paul Francin, directeur financi (...)

29Après 1959, l’Allemagne fédérale demeure aux yeux des pouvoirs publics essentielle à l’affirmation de la puissance économique française dans le monde. Ils s’alarment du creusement du déficit commercial français à son égard, exigeant de la COCFA, en contrepartie des subventions accordées, qu’elle « intensifie ses interventions sur le marché allemand et accroisse l’efficacité de [son] action en faveur de l’exportation française »22. Ils encouragent les rapprochements entre les firmes des deux pays, créant en 1965, sur initiative de Valéry Giscard d’Estaing, le Bureau d’études franco-allemand pour la coopération des entreprises industrielles où siègent des membres du Conseil national du patronat français choisis par l’État, dont son futur président, Paul Huvelin. Ils appuient les demandes présentées aux autorités allemandes par les entreprises françaises à telle ou telle occasion. Par exemple, en 1968, la Compagnie de Saint-Gobain s’inquiète d’un projet qui restreindrait le droit traditionnellement reconnu aux filiales des sociétés étrangères de déduire de leur bénéfice imposable outre-Rhin les sommes transférées sur le compte de leur société mère. Le projet prévoit de limiter ce droit aux seules firmes ayant statut juridique et direction allemands. Or les VEGLA sont une simple succursale de Saint-Gobain et ont pour directeur général un Luxembourgeois, Jean-Louis Schrader. Aussi les instances dirigeantes de la Compagnie de Saint-Gobain interviennent-elles directement auprès de Michel Debré, ministre de l’Économie et des Finances, qui promet de signaler à son collègue Franz-Josef Strauss les conséquences fâcheuses du projet en cours23.

30Tout ceci suggère que les relations entre les entreprises françaises et l’Allemagne fédérale possèdent une forte spécificité. Certes leur intensification coïncide durant les années soixante avec la construction européenne. Sans doute aussi les rapports avec d’autres économies développées, les États-Unis notamment, ont joué un rôle tout aussi important. Pourtant, on peut estimer que l’internationalisation des entreprises françaises n’aurait pas pris le même visage si elle n’avait pu prendre appui sur ces relations. Le phénomène, il est vrai, comporte de nombreuses limites, sur lesquelles il convient à présent d’insister.

31À la fin des années soixante, le rôle joué par l’Allemagne fédérale dans l’internationalisation des entreprises françaises paraît limité pour plusieurs raisons : modestie de la place occupée outre-Rhin ; présence de multiples obstacles qui freinent leurs initiatives ; enfin et surtout, persistance de pesanteurs et de traditions qui brident leur ouverture sur le monde extérieur.

  • 24 Note de P. Chemel à François Bénard, gérant d’UFALEX, 19 octobre 1970, Archives Pechiney, 01-02-940 (...)

32La place qu’occupent les entreprises françaises en Allemagne fédérale reste relativement modeste, tant commercialement que financièrement. Commercialement, les exportations se développent moins vite que vers d’autres directions géographiques. De 1965 à 1970, elles progressent au taux annuel moyen de 11 %, contre 13 % vers l’Union économique belgo-luxembourgeoise, 14 % vers les Pays-Bas, 19,5 % vers l’Italie. Elles sont d’ailleurs devancées par le rythme de progression des exportations allemandes vers la France (15 %). De plus, leur composition est médiocre. Les produits manufacturés, avec 60 % du total environ, y occupent une part inférieure à celle qu’ils tiennent dans les exportations allemandes vers la France (80 %). Maintes entreprises sont contraintes de revoir à la baisse leurs prévisions. Chez Pechiney, on s’avoue « préoccupé par le non-respect de nos objectifs sur le marché allemand », constatant en 1970 un écart de 25 % sur les livraisons de demi-produits par rapport aux prévisions24. De même, L’Air Liquide est loin d’atteindre, au moment où elle fusionne son organisation commerciale en Allemagne avec celle du groupe suédois AGA-Aktiebolag, les 15 à 20 % du marché allemand des gaz industriels qu’elle ambitionnait de détenir.

33Financièrement, les investissements français ont certes progressé. Ils se sont recomposés sectoriellement et géographiquement, abandonnant leur cadre un peu confiné des lendemains de la guerre. À la fin des années soixante, des capitaux français sont présents dans la construction mécanique et électrique, la métallurgie, le gros matériel d’équipement, tous secteurs où ils étaient peu développés initialement. Le tropisme géographique qui les cantonnait à la Forêt Noire, au Palatinat, à la Sarre, à la Rhénanie a reculé. On en recense aussi en Allemagne du Nord, à Hambourg, Hanovre, Bielefeld, en Bavière, à Munich et Fürth, à Berlin-Ouest. Toutefois, à quelques unités près, le nombre d’entreprises françaises détenant des capitaux outre-Rhin est resté identique à ce qu’il était vingt ans auparavant. La part relative de l’énergie et des mines, du verre et des matériaux de construction n’a que très légèrement reculé, passant de 68 à 63 % du total des capitaux investis. Enfin, les Länder autres que le Bade-Wurtemberg, la Rhénanie-Palatinat, la Rhénanie du Nord-Westphalie et la Sarre ne représentent toujours en 1968 que 6 % du total, un point de plus seulement qu’en 1948.

34Les permanences sont donc fortes. Elles ne vont pas dans le sens d’un renforcement de la présence française. Il est d’ailleurs remarquable de constater qu’après les grandes opérations qui ont marqué les années 1954-1962, comme le rachat d’Harpener Bergbau ou celui de Grünzweig und Hartmann, l’essentiel semble avoir été réalisé. Les prises de contrôle d’entreprises allemandes marquent une pause, tout au moins jusqu’aux années soixante-dix et quatre-vingt. Le contraste est net avec l’évolution des investissements allemands en France. Selon les statistiques publiées par la Bundesbank, le stock des capitaux possédés par l’Allemagne fédérale en France était en 1960 encore légèrement inférieur à celui des capitaux français en Allemagne. À partir de 1966, un écart en sens inverse apparaît, encore faible (6 %). En 1973, il est devenu considérable, puisque les capitaux allemands en France dépassant de 68 % le montant des avoirs français en Allemagne.

  • 25 Le chiffre d’affaires de Roussel-Uclaf est certes alors dépassé par celui que réalise Rhône-Poulenc (...)

35C’est que les firmes allemandes se montrent particulièrement dynamiques dans trois directions. Elles développent leurs représentations commerciales en France, par exemple celles des grands groupes de l’industrie chimique : Imaco pour BASF, Peralta pour Hoechst, SOGEP (Société générale de produits chimiques) pour Bayer. Elles créent de nombreuses joint-ventures qui leur permettent d’implanter en France des unités de production, tandis que peu de sociétés françaises le sont de l’autre côté du Rhin. Elles multiplient les rachats et prises de participation, souvent auprès de firmes de taille moyenne comme les Pompes et compresseurs Bréguet, passées sous le contrôle de la firme Klein, Schanzlin und Becker, de plus en plus aussi auprès d’entreprises de dimensions importantes. Ainsi Hoechst rachète en 1968 à la famille fondatrice 43 % du capital de Roussel-Uclaf, s’assurant une position prépondérante dans la première entreprise française de l’industrie pharmaceutique, prélude à son contrôle total qui surviendra quatre années plus tard25.

  • 26 « Pechiney aux Pays-Bas. Industrie, écologie et culture économique au milieu des années soixante », (...)

36De nombreux obstacles limitent étroitement la présence française outre-Rhin. Les uns tiennent à l’évolution économique générale. La rapide croissance des charges salariales transforme progressivement l’Allemagne fédérale en un pays répulsif pour les firmes françaises, alors que l’inverse était vrai durant la décennie précédente. Le climat social, réputé pour son calme, se dégrade brutalement à la fin des années soixante. Ce sont tous ces facteurs, joints à la relative faiblesse des subventions publiques proposées, qui incitent en 1968 Pechiney à préférer les Pays-Bas à l’Allemagne fédérale pour l’implantation d’une grande unité d’électrolyse d’aluminium que le groupe avait initialement projetée, soit dans la Ruhr, à proximité des grands marchés de consommation, soit sur le littoral de la mer du Nord, à cause des facilités de transport26.

  • 27 Compte rendu par Simon Lazard d’une réunion des dirigeants des deux groupes tenue à Ludwigshafen, 2 (...)

37D’autres obstacles proviennent des problèmes de financement. Les entreprises françaises ne trouvent de crédit bancaire en Allemagne même qu’à des conditions si onéreuses qu’elles découragent les initiatives. Quant aux banques françaises, elles manquent encore de ressources pour pouvoir être sollicitées ou bien sont gênées par la réglementation existante en matière de contrôle des changes et d’encadrement du crédit. Ainsi, en 1970, après avoir envisagé de fonder avec la BASF une organisation commune de commercialisation des gaz industriels sur le marché allemand, L’Air Liquide y renonce, en raison de « l’évolution défavorable du marché des capitaux [qui] conduit à [en] différer la réalisation »27.

  • 28 Procès-verbal de la séance du conseil d’administration de SIDECHAR (Société sidérurgique de partici (...)

38L’attitude des pouvoirs publics pose également problème. Non qu’ils soient hostiles aux initiatives des entreprises en direction de l’Allemagne : ils cherchent au contraire, on l’a vu, à les encourager. Mais ils ne prennent pas toujours le soin de leur fournir les conditions propices à la réussite. Ils tardent à adapter la législation existante, attendant 1965 pour assouplir le traitement fiscal des fusions, 1967 pour introduire la formule des groupements d’intérêt économique. Parfois, au nom de la lutte contre l’inflation, ils adoptent même des mesures allant à l’encontre des impératifs de la pénétration à l’étranger. Enfin, ils gardent des rapports franco-allemands une vision dépassée où l’industrie lourde, les ressources énergétiques et minières héritées de la première industrialisation constituent encore la clé de la puissance. Par là même, ils contribuent à enfermer les entreprises dans des stratégies qui ne sont pas les mieux adaptées aux nécessités du moment. Par exemple, on peut s’interroger sur l’intérêt à long terme présenté par le coûteux rachat d’Harpener Bergbau en 1954 si l’on songe que, douze ans à peine après en avoir fait l’acquisition, le consortium français qui le possède cherche à s’en dessaisir, constatant l’accumulation des stocks, la médiocrité des rendements et l’impossibilité pour équilibrer les comptes de se passer des subventions publiques. Si le charbonnage reste sous contrôle français, c’est davantage par impossibilité de trouver un repreneur qu’à cause de l’intérêt économique qui s’attache à sa détention28.

  • 29 Jean-Louis Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres : soixante ans de stratégies, Paris, Le (...)
  • 30 Lettre des Vereinigte Leichtmetallwerke à Pechiney, après une réunion commune entre producteurs fra (...)

39Le dernier obstacle rencontré par les entreprises françaises, et non le moindre, est l’hostilité à laquelle elles se heurtent de la part de leurs partenaires allemands. Loin du modèle ordo-libéral fondé sur l’acceptation de la libre concurrence que prônent les gouvernants, les entreprises allemandes défendent pied à pied leurs intérêts. Elles n’hésitent pas à recourir à tous les moyens pour se protéger des initiatives françaises, y compris l’appel à l’État. Inquiets des succès remportés par certains modèles français comme la Dauphine Renault, les constructeurs automobiles obtiennent des pouvoirs publics l’adoption de nouvelles normes en matière de vitrage et de bruit des moteurs qui équivalent à une protection déguisée du marché29. Face aux efforts de L’Air Liquide pour remporter des commandes de générateurs d’oxygène auprès de groupes sidérurgiques allemands, les fabricants de gaz industriels font comprendre à ces derniers que tout achat d’appareils français entraînerait de leur part des représailles immédiates. Se voyant proposer par Pechiney et Tréfimétaux une participation à une grande usine de laminage destinée à approvisionner l’ensemble du marché européen, les producteurs d’aluminium déclinent l’offre et préfèrent trois ans plus tard s’entendre avec le Canadien Alcan30. Bref, en de fréquentes occasions, les firmes allemandes montrent qu’elles n’entendent nullement laisser leurs partenaires françaises développer des initiatives qu’elles jugent dangereuses pour leurs propres intérêts.

40Mais, si le bilan des années soixante pour l’internationalisation des entreprises françaises demeure mitigé, c’est aussi et surtout à cause de la persistance des pesanteurs et des traditions. Leur comportement n’a pas suffisamment évolué au cours de la décennie. Dans les relations avec l’Allemagne fédérale, trois aspects le montrent à l’évidence : la frilosité à accepter la compétition ; la réticence devant les indispensables concentrations ; la méconnaissance relative du marché.

41Le principal est le premier, car il détermine dans une large mesure les résultats obtenus. Face à l’Allemagne fédérale, les entreprises françaises continuent à préférer les ententes et partages d’intérêts à la libre concurrence et à la compétition. Certes, la cartellisation naguère pratiquée est devenue impossible depuis 1945, du fait de l’entrée en vigueur de nouvelles règles en matière de commerce international, de la mise en place d’un droit européen de la concurrence, de l’adoption de législations intérieures, en Allemagne fédérale avec la loi sur les cartels de 1957, en France avec la circulaire Fontanet de 1960. Les ententes n’en restent pas moins fréquentes, surtout dans les secteurs de structure oligopolistique.

  • 31 Selon l’expression employée par Pierre Jouven, alors directeur général de Pechiney, dans une réunio (...)

42C’est le cas de l’aluminium. Depuis 1953, tous les grands producteurs européens sont rassemblés à l’intérieur du CIDA (Centre international pour le développement de l’aluminium) qui regroupe les firmes de quatre (France, Allemagne fédérale, Italie, Suisse), puis de six pays à partir de 1961 (Royaume-Uni, Norvège). Par bien des aspects, son fonctionnement rappelle celui de l’Aluminium association d’avant-guerre, notamment le contingentement des quantités vendues par chacun des membres sur le marché national de ses partenaires. Les producteurs allemands n’hésitent pas à s’affranchir de ces règles. Au contraire, les producteurs français en réclament avec insistance le respect. Par exemple, en 1963, lors de l’éclatement de l’accord conclu dans le cadre du CIDA à propos des feuilles et bandes minces d’aluminium, les dirigeants de Pechiney, après avoir vivement réagi à cette « agression caractérisée » de la part des firmes allemandes31, cherchent aussitôt à conclure avec elles un nouvel accord, sur des bases pourtant peu favorables à leurs intérêts.

  • 32 Note de Simon Lazard à Pierre Bruneton, directeur général, 22 novembre 1962 (archives privées).
  • 33 Note de Simon Lazard, gérant d’Edelgas, à Pierre Bruneton, 7 mai 1963, ibid.

43De même, entre producteurs de gaz industriels, existe un partage des marchés européens qui laisse à L’Air Liquide ceux de France, d’Italie et de Belgique, tandis que Linde et Messer-Griesheim ont droit à l’Allemagne fédérale et à l’Autriche. Des points d’affrontement subsistent néanmoins, notamment à propos de la Sarre, L’Air Liquide considérant, en 1962 encore, que « les questions sarroises ne sont pas des questions allemandes, en raison de la nature des choses »32. La firme française voit en tout cas dans cet accord le cadre naturel de ses relations avec l’Allemagne fédérale. Certes elle fait, on l’a vu, des tentatives pour pénétrer sur le marché d’outre-Rhin. Mais celles-ci ne signifient pas pour autant qu’elle se convertisse à une nouvelle stratégie offensive. En fait, elles ont surtout pour but de protéger son domaine réservé contre toute tentative adverse et d’avertir les concurrents allemands que toute initiative de leur part déclencherait aussitôt la riposte. Elles ont valeur d’avertissement et visent au maintien du statu quo existant. Les notes internes du groupe l’indiquent d’ailleurs explicitement. En 1963, L’Air Liquide fonde une filiale, Edelgas, pour vendre des gaz rares sur le marché allemand. Mais, selon son gérant même, l’« objectif essentiel [est] d’assurer la protection d’Air Liquide dans le domaine des gaz comprimés, notamment sur le marché français […]. Il est nécessaire pour cela qu’Edelgas ait la possibilité de poursuivre en Allemagne une action commerciale modérée, mais cependant suffisante pour montrer, notamment à Linde, qu’Air Liquide ne continuera pas à accepter sans réagir de nouvelles tentatives de ses concurrents allemands pour s’implanter sur ses marchés, notamment en France, Belgique et Italie »33.

  • 34 Note à Roger Martin, 10 février 1966, Archives Pont-à-Mousson, PAM 58 062.

44Si les entreprises françaises restent frileuses face à la libre concurrence, elles sont tout aussi réticentes devant les indispensables concentrations qui renforceraient leurs positions sur le marché mondial. L’argument selon lequel la construction européenne permettrait de vastes opérations de rapprochements profitables à leurs intérêts ne convainc guère les dirigeants, même les plus éclairés. En 1965-1967, le directeur général d’Halberger Hütte, Jean-Arthur Varoquaux, tente de persuader Roger Martin, président du groupe Saint-Gobain, de la nécessité de fusionner la firme qu’il dirige, et dont une partie des activités s’est spécialisée dans la fabrication de pompes, avec d’autres constructeurs français et allemands. L’industrie française des pompes, explique-t-il, a un chiffre d’affaires représentant « moins de la moitié de celui de l’industrie allemande ou anglaise, le sixième environ de la production américaine ». Pour la dynamiser, il conviendrait d’amorcer un processus de concentration. Il préconise à cet effet un rapprochement avec un constructeur français demeuré sous contrôle familial, la Société Guinard34. Or ces projets restent sans lendemain. Ils se heurtent à des obstacles juridiques, l’absence de statut de société européenne rendant difficiles les mariages entre firmes des deux pays. Plus encore, ils ne convainquent pas le président du groupe. Désavoué dans ses initiatives, Jean-Arthur Varoquaux est amené à démissionner de ses fonctions.

45Enfin, les entreprises françaises continuent, durant les années soixante tout comme auparavant, à méconnaître le marché d’outre-Rhin. Pour elles, l’Allemagne demeure un monde à part, relativement lointain. Elles éprouvent d’autant moins l’envie d’y pénétrer que vingt ans à peine les séparent des temps de la guerre et de l’Occupation. Pour prospecter le marché, à plus forte raison pour gérer des établissements de production, les cadres disponibles ne sont pas légion. Il faut tout à la fois qu’ils connaissent la langue, qu’ils acceptent de s’expatrier, qu’ils fassent partager à leurs épouses et leurs enfants les conséquences de l’éloignement dans des régions comme la Ruhr ou la Sarre dotées d’une image répulsive. Réfléchissant aux villes allemandes susceptibles d’accueillir un bureau de représentation commun à l’ensemble des producteurs européens d’aluminium, un dirigeant de Cegedur note en 1967 :

  • 35 Note de François Bénard à Jean-Claude Hornus, 13 décembre 1967, Archives Pechiney, 01-02-9400450. O (...)

« Recruter [ses membres] en France ne sera pas possible si le lieu d’implantation est Düsseldorf où il n’existe aucun moyen d’éducation pour les familles [...]. Le maintien en Allemagne d’une éventuelle organisation internationale impliquerait donc, de ce fait, son déplacement ailleurs, probablement à Fribourg35. »

46À la fin des années soixante, les entreprises françaises ont commencé à s’ouvrir à nouveau à la compétition internationale. Leurs relations avec l’Allemagne fédérale ont joué dans ce processus un rôle appréciable. Le mouvement est toutefois loin d’avoir modifié en profondeur les comportements. D’autres expériences, douloureuses ou réussies, seront nécessaires pour que ceux-ci s’adaptent vraiment à la nouvelle donne des rapports économiques internationaux.

47Dans le processus d’internationalisation des entreprises françaises, les années soixante représentent un moment charnière. C’est le cas, on le sait, de bien des périodes étudiées par les historiens. Peut-être l’expression ne paraîtra-t-elle pas ici totalement abusive, et ce pour deux raisons principales. Tout d’abord, l’intensification des relations commerciales, financières, technologiques avec l’Allemagne fédérale a fait évoluer le monde entrepreneurial français. Il n’a pas pour autant abandonné un comportement traditionnel marqué par la méconnaissance du monde extérieur, le refus de la concurrence, le souci d’éviter les conséquences de l’ouverture sur le reste du monde. Ensuite, durant toute cette période, le partenariat avec l’Allemagne fédérale, esquissé par la déclaration Schuman du 9 mai 1950, s’approfondit. Il confère aux relations économiques entre les deux pays une réelle importance. Cependant, c’est aussi pendant cette décennie que se produisent d’autres phénomènes, de portée au moins aussi grande, qui transforment l’horizon international des entreprises, tels que la construction progressive de l’Europe, l’affirmation de l’influence américaine. Or, ils restreignent peu à peu la place qu’occupe l’Allemagne fédérale dans le monde économique français.

48Sur ces deux points, mais d’autres aussi, on peut légitimement, semble-t-il, voir dans les années soixante une période à la fois décisive et transitoire pour l’horizon international des entreprises françaises. Elles se situent entre un vieux monde encore très présent, marqué par le repli sur soi, le refus de la compétition, la place dominante occupée par la confrontation séculaire avec l’Allemagne, et un monde nouveau qui s’affirme peu à peu, où les entreprises seront, bon gré mal gré, confrontées aux implications de l’ouverture mondiale des économies et amenées à redéfinir leurs rapports, non plus seulement avec l’outre-Rhin, mais aussi avec l’ensemble de la planète.

Notes

1 Elle devance l’Algérie dans l’ensemble des exportations et des importations dès 1956, puis, après une interruption de deux ans, de manière continue à partir de 1959. La date serait plus précoce encore si l’on y incluait les échanges avec la Sarre, qui, jusqu’en juillet 1959, appartient à l’espace économique français.

2 « Étude relative au marché allemand », réalisée par P. Chemel, représentant en Allemagne d’UFALEX (Union des exportateurs français de demi-produits en aluminium), 15 juin 1967, Archives Pechiney, 05-9401172.

3 Voir sur elle l’ouvrage récent de Horst Möller, Saint-Gobain in Deutschland von 1853 bis zur Gegenwart. Geschichte eines europäischen Unternehmens, Munich, C. H. Beck Verlag, 2001, ainsi que ceux de Jean-Pierre Daviet, Un destin international. La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1988 et Une multinationale à la française. Histoire de Saint-Gobain 1665-1989, Paris, Fayard, 1989.

4 Fichiers de participations des VEGLA pour 1959 et 1969, Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/226-227.

5 Dossier « Procédé Ziegler », 1954-1959, Archives Pechiney, 001-14-20465.

6 Note de Simon Lazard, ingénieur-conseil à L’Air Liquide et gérant de la DALE, à Jean-Tony Jenn, responsable de la recherche au sein du groupe, 2 décembre 1970 (archives privées).

7 Lettres de Pierre Single, directeur d’Halberger Hütte, et d’Hubert Cousin, représentant de Pontà-Mousson aux États-Unis, à Michel Paul-Cavallier, directeur général de la Compagnie, lors d’un voyage à Birmingham (Alabama), 10 et 13 août 1956, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 569.

8 Compte rendu d’une visite de Pierre Bruneton, directeur général, et d’autres cadres dirigeants de L’Air Liquide chez Knapsack-Griesheim, 5 juin 1957 ; compte rendu d’une conversation entre Simon Lazard, ingénieur-conseil à L’Air Liquide, et Johannes Wucherer, président du directoire de Linde, adressé à Jean Delorme, président de L’Air Liquide, 22 décembre 1964 ; procès-verbal d’une réunion entre les dirigeants de L’Air Liquide et ceux de Hoechst, 23 février 1965 (archives privées).

9 En huit ans, de 1958 à 1966, le déficit franco-allemand pour les feuilles et bandes minces d’aluminium a été multiplié par 7,5 en tonnage, selon des statistiques émanant de la Chambre syndicale en date du 2 janvier 1967, Archives Pechiney, 001-16-20503

10 Voir en dernier lieu Dominique Barjot, Isabelle Lescent-Giles, Marc de Ferrière Le Vayer, Matthias Kipping et Nick Tiratsoo, L’américanisation en Europe au XXe siècle : économie, culture, politique/Americanisation in 20th Century Europe : Business, Culture, Politics, 2 vol., Lille, Centre de recherche sur l’histoire de l’Europe du Nord-Ouest, 2002.

11 Voir sur ce point les analyses de Giuliana Gemelli (dir.), The Ford Foundation and Europe (1950’s-1970’s). Cross fertilization of learning in social sciences and management, Bruxelles, European Interuniversity press, 1998, notamment l’article rédigé en collaboration avec Benedict Rodenstock : « German obstinacy and its historical variations », p. 307-350.

12 Procès-verbal du conseil de surveillance, 25 mars 1969, Archives Pont-à-Mousson, PAM 70 566.

13 Étude sur les relations commerciales franco-allemandes réalisée par la Fédération de la soierie, adressée au ministère de l’Industrie et du Commerce, 24 septembre 1949, Archives nationales, F 12 10 337 (II).

14 Raymond Poidevin, Les relations économiques et financières entre la France et l’Allemagne de 1898 à 1914, Paris, Armand Colin, 1969, p. 196-201, réédité par le Comité.

15 Sur cette affaire, d’importants renseignements se trouvent dans les archives de la SAIC, conservées à Mulhouse, au Centre rhénan d’archives et de recherches économiques, dont nous remercions son ancien président, M. Jacques-Henry Gros, de nous avoir autorisé la consultation (cotes 93 A 6 à 14 et 94 A 406 à 421).

16 Le Printemps possède la majorité de la firme Passage Kaufhaus AG. Images et Son (groupe Floirat) contrôle la Société sarroise de télévision. UNICHAR (Union charbonnière rhénane), qui associe depuis 1948 les capitaux publics et privés pour la distribution en zone française d’occupation des produits charbonniers, possède une filiale sarroise, Saar und Rhein Kohlenhandelsgesellschaft.

17 À titre d’exemple, les Verreries de Saint-Ingbert se heurtent de la part des producteurs allemands de verre à vitre à une telle hostilité que leurs ventes sur le territoire fédéral stagnent au même niveau de 1949 à 1958, malgré les multiples démarches faites par les dirigeants de Saint-Gobain auprès des autorités de tutelle, tant françaises qu’allemandes (Archives Saint-Gobain, SGV Hist 00001/223).

18 Déclaration d’Alfred Ourbak, directeur général, au conseil de surveillance de la SCPA, 22 octobre 1959, Archives SCPA (CERARE), 14 A 1108.

19 Voir sur elle l’important ouvrage de Sylvie Lefèvre, Les relations économiques franco-allemandes de 1945 à 1955. De l’occupation à la coopération, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998.

20 Lettre à Paul Leroy-Beaulieu, conseiller économique et financier en Allemagne, 27 août 1950, Archives diplomatiques, Centre des archives de l’occupation française en Allemagne et en Autriche (Colmar), AAA 1388/2.

21 Lettre à Georges Bidault, ministre des Affaires étrangères, 7 novembre 1953, ibid., AAA 1389/2.

22 Lettre de Jean Marcou, président de la COCFA, à Henri Courbot, président de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), 28 mars 1967, Archives de la CCIP, I 5-10 (7).

23 Lettre de Philippe Rouvillois, membre du cabinet de Michel Debré, à Paul Francin, directeur financier de la Compagnie, 14 mai 1968, Archives Saint-Gobain, CSG 293/591.

24 Note de P. Chemel à François Bénard, gérant d’UFALEX, 19 octobre 1970, Archives Pechiney, 01-02-9400450.

25 Le chiffre d’affaires de Roussel-Uclaf est certes alors dépassé par celui que réalise Rhône-Poulenc dans les spécialités pharmaceutiques, mais on ne peut guère qualifier ce groupe aux activités largement diversifiées comme appartenant à l’industrie pharmaceutique. Sur les péripéties et la portée de ce rachat, voir Sophie Chauveau, L’invention pharmaceutique. La pharmacie française entre l’État et la société au XXe siècle, Paris, Sanofi-Synthélabo, 1999.

26 « Pechiney aux Pays-Bas. Industrie, écologie et culture économique au milieu des années soixante », entretien avec Jean Poincaré, in Ivan Grinberg et Florence Hachez-Leroy, Industrialisation et sociétés en Europe occidentale de la fin du XIXe siècle à nos jours. L’âge de l’aluminium, Paris, Armand Colin, 1997, p. 175-185.

27 Compte rendu par Simon Lazard d’une réunion des dirigeants des deux groupes tenue à Ludwigshafen, 22 mai 1970 (archives privées).

28 Procès-verbal de la séance du conseil d’administration de SIDECHAR (Société sidérurgique de participations et d’approvisionnement en charbons), 6 juin 1966, Archives Saint-Gobain, CSG 000599/471. Il faut attendre 1984 pour que le gisement puisse être revendu à la Westdeutsche Landesbank.

29 Jean-Louis Loubet, Citroën, Peugeot, Renault et les autres : soixante ans de stratégies, Paris, Le Monde éd., 1995, p. 412-413.

30 Lettre des Vereinigte Leichtmetallwerke à Pechiney, après une réunion commune entre producteurs français et allemands d’aluminium à Heddernheim, près de Francfort, 3 septembre 1962, Archives Pechiney, 001-14-20465. L’usine est finalement installée à Neuf-Brisach, dans le Haut-Rhin. Sur cet épisode, voir Anthony Simon, Issoire et Neuf-Brisach. Deux usines phares de l’industrie de l’aluminium, Éditions du Miroir/Institut pour l’histoire de l’aluminium, Clermont-Ferrand-Paris, 1999.

31 Selon l’expression employée par Pierre Jouven, alors directeur général de Pechiney, dans une réunion à Cologne avec les représentants des VAW (Vereinigte Aluminium Werke) et de la REBAG (Rheinische Blattmetall Aktiengesellschaft), filiale du groupe précédent, 14 mars 1963, Archives Pechiney, 001-16-20503.

32 Note de Simon Lazard à Pierre Bruneton, directeur général, 22 novembre 1962 (archives privées).

33 Note de Simon Lazard, gérant d’Edelgas, à Pierre Bruneton, 7 mai 1963, ibid.

34 Note à Roger Martin, 10 février 1966, Archives Pont-à-Mousson, PAM 58 062.

35 Note de François Bénard à Jean-Claude Hornus, 13 décembre 1967, Archives Pechiney, 01-02-9400450. On sait que Fribourg-en-Brisgau, du fait de la présence de troupes d’occupation, possède un lycée français.

Auteur

Professeur agrégé d’histoire économique contemporaine à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3, co-directeur d’équipe à l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHIS), Jean-François Eck s’est spécialisé dans les rapports entre les entreprises françaises et l’Allemagne au XXe siècle. Il a publié en 2003, au Comité pour l’histoire économique et financière de la France, Les entreprises françaises face à l’Allemagne de 1945 à la fin des années 1960. Il anime, aux côtés de Marie-Thérèse Bitsch et de Sylvain Schirmann, un atelier franco-allemand consacré aux relations économiques et financières franco-allemandes de 1871 à nos jours. Il s’intéresse également à l’évolution de l’espace économique, thème sur lequel il a publié, avec Michel Lescure, un ouvrage collectif, Villes et districts industriels en Europe occidentale XVIIe-XXe siècle (Presses de l’Université François Rabelais, Tours, 2002) et a dirigé un colloque franco-allemand, avec Peter Friedemann et Karl Lauschke, La reconversion des bassins charbonniers. Une comparaison interrégionale entre la Ruhr et le Nord/Pas-de-Calais (numéro hors série de la Revue du Nord, nº 21, Villeneuve-d’Ascq, 2006).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540